Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 16:47

Cfr cet article intéressant, paru dans Bio Info de juin 2013.

 

... Cela n'est pas demain la veille que le gouvernement fera des stocks de ces substances intéressantes en lieu et place du lucratif, peu efficace et dangereux TAMIFLU de Roche mais les citoyens doivent-ils attendre, avec fatalisme de devoir un jour consommer ces fameux antiviraux à l'occasion d'une prochaine pandémie tant attendue, ou bien gagnent-ils à s'informer et prendre au maximum leur santé et leur immunité en charge dès à présent?

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Pluralisme thérapeutique
commenter cet article
29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 16:15

Le Soir en faisait sa une le 24 mai dernier. Le quotidien s'en réjouissait même en titrant "Un vrai dossier médical global: enfin!"

 

"Hyperperformante, hypersécurisée et hyperpratique"... voilà comment est en effet présentée cette nouvelle plateforme informatique par Yves Jacquemart, directeur informatique du CHU de Liège qui ne présente ainsi que le côte face de cette "innovation". Améliorer la qualité des soins, éviter les examens inutiles, et les bons petits moutons, à qui on agite bien entendu le spectre d'un accident grave lors duquel ils seraient inconscients et incapables de donner eux-mêmes les informations, sont censés applaudir en chœur et se réjouir de ce genre d'évolution.

 

Sauf que, et c'est là la seule information capitale de cet article: " Le patient sera le "gendarme" de son dossier: il pourra en limiter l'accès aux médecins de son choix et a le droit de savoir qui a consulté quel document. Il lui est interdit, par contre, d'accéder lui-même au contenu de son dossier. Une interdiction imposée par le Conseil de l'Ordre des Médecins. "

 

Evidemment, tous les prétextes sont bons pour tenter d'expliquer l'inexplicable et l'inacceptable. C'est ainsi qu'on peut lire les pseudo explications inconsistantes du Dr André Vandenberghe, directeur du projet. Il explique ainsi le refus de l'Ordre des Médecins:

 

"Parce qu'il peut impliquer des tiers comme le conjoint du patient, ou contenir des commentaires subjectifs du médecin, voire des informations qui peuvent nuire à la santé du patient, notamment dans les cas psychiatriques. Et puis, il y a les patientes mineures qui ont recours à la contraception et ne souhaitent pas que leurs parents le sachent."

 

En réalité, l'objectif de l'Ordre des Médecins est avant tout corporatiste: l'accès aux commentaires subjectifs des médecins permettrait en réalité de mieux se rendre compte de l'incompétence époustouflante et préoccupante de certains d'entre eux, avec une menace juridique à la clé. L'Ordre tient donc avant tout à préserver le petit confort de ses membres.

 

Un peu plus loin, dans l'article du Soir, on peut lire que ce projet permettra notamment des améliorations dans le secteur des prescriptions électroniques et celui de la médecine scolaire...

 

Quelles genres d'améliorations? Faciliter par exemple l'échange d'informations pour savoir si tel ou tel élève a bien reçu tous ses cocktails vaccinaux en temps et en heure??

 

Car jugez plutôt, un des mails fraîchement reçu par Initiative Citoyenne et envoyé par une maman belge:

 

« Pour info: Mon enfant de 3,5 ans a passé sa 1ère visite médicale. Résultats: vue 10/10, bon état général, MANQUE VACCINATION RRO ET MENINGITE -> voir avec votre médecin traitant !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Je suis indignée! Il n'y a que la polio qui est obligatoire!!!! »

  

Le bon sens commande d’être prudent avec ce genre de fausse belle révolution : que le patient qui est pourtant LE PREMIER INTERESSE, soit privé d’accès à un dossier dont il est censé déterminer qui peut y avoir accès, montre que ce n’est pas l’intérêt premier du patient qui est ici visé. A chaque fois que le contrôle se ressert, on n’en présente toujours QUE les soi-disant bons côtés aux gens.

 

L’article montre aussi que le patient pourra voir qui a consulté son dossier mais donc le plus souvent APRES COUP, quand il sera trop tard. On voit là la perte de pouvoir continue du patient sur son propre « jardin secret  médical ». Il s’agit d’une dérive extrêmement dangereuse, parce que personne ne peut dire de quoi demain sera fait.

 

Personne ne peut ainsi affirmer que ce grand rêve de Big Brother ne va pas contribuer à assimiler davantage certaines victimes de vaccins qui errent parfois de médecins en médecins pendant des années, à des « malades imaginaires » au prétexte que les examens standards ne révèlent pas un diagnostic suffisamment précis ; ou encore à faire pression sur certains malades que les mutuelles ou l’Assurance Maladie considérerait être (bien malgré eux) « de trop grands consommateurs de soins médicaux ».

 

A ce stade, seul 2% de gens ont accepté ce pseudo progrès. Espérons que ce chiffre ne sera pas sous peu superposable aux tristes chiffres de l’expérience de Milgram, à savoir près de 70% de gens docilement soumis aux bonnes initiatives ou injonctions des autorités !

 

 

Repost 0
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 20:59

Cas de résistance au tamiflu sur des malades de la grippe H7N9 

 

28 mai 2013

 

tamiflu-H7N9.jpg

Devant un hôpital de Pékin le 13 avril. (Photo Jason Lee. Reuters)

 

Les médecins suivant les personnes contaminées en Chine par cette version du virus ont constaté qu'elle avait développé une résistance aux traitements antiviraux. Aucune contamination interhumaine n'a en revanche été observée.

 

Par AFP

 

Des virologues ont confirmé pour la première fois cliniquement des cas de résistance du virus de la grippe aviaire H7N9 aux antiviraux habituellement utilisés contre la grippe chez l’homme, comme le Tamiflu.

 

Dans une étude publiée mardi dans la revue médicale The Lancet, le Dr Zhenghong Yuang (Shanghai Medical College de l’université de Fudan, Chine) et ses collègues décrivent trois cas de résistance aux antiviraux chez des patients infectés par le virus H7N9 en Chine. L’équipe a étudié le cas de 14 patients hospitalisés à Shanghai en avril dernier avec une infection confirmée par le virus H7N9.

 

Chez trois patients sévèrement atteints, le traitement antiviral n’a pas réduit la charge virale, conduisant les virologues à suspecter une résistance. Elle a été confirmée par l’analyse génétique du virus, les virologues ayant trouvé une mutation caractéristique de la résistance aux antiviraux (oseltamivir ou Tamiflu et peramivir).

 

Deux de ces patients sont décédés et le troisième patient était placé sous assistance respiratoire extra-corporelle au moment où l’étude a été soumise à la revue. «L’apparente facilité avec laquelle la résistance aux antiviraux a émergé dans le virus H7N9 est préoccupante», estiment les auteurs de l’étude.

 

130 personnes ont été infectées par le virus en Chine, dont 37 sont décédées. Aucun nouveau cas humain n’a été enregistré au cours de deux dernières semaines, a dit lundi le gouvernement chinois. Les antiviraux comme le Tamiflu sont le seul traitement actuellement disponible contre la grippe H7N9. Ils permettent en général de réduire la charge virale et de soigner les malades.

 

Jusqu’à présent aucune transmission de personne à personne nécessaire pour déclencher une pandémie n’a été constatée avec ce virus qui infecte les volailles, sans les rendre malades. Mais le virus peut se transmettre chez les mammifères, selon une étude publiée récemment dans la revue américaine Science qui invitait à la«vigilance» dans le cas où le virus muterait pour devenir aisément transmissible chez l’homme.

 

Dans l’étude du Lancet, les chercheurs relèvent que la résistance aux antiviraux est intervenue plus spécialement chez les patients recevant des corticostéroïdes, un type d’anti-inflammatoire. Ils indiquent également avoir découvert des traces d’acide ribonucléique (ARN) viral dans la gorge, le sang, les selles et les urines de plusieurs patients, ce qui pourrait signifier que le virus a la capacité de se disséminer au delà du système respiratoire. Mais ils ajoutent que de nouvelles études seront nécessaires pour confirmer cette dissémination.

 

La directrice de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) Margaret Chan avait pour sa part indiqué le 21 mai que l’évolution de la maladie était impossible à prévoir, car «les virus de la grippe aviaire sont en constante mutation».

 

Source: Libération

 

On voit déjà pointer une des raisons d’un futur vaccin « les antiviraux ne marchent pas, donc mieux vaut prévenir » !! Comme d’habitude, on n’envisage QUE les antiviraux et les vaccins dans le cadre allopathique rigide et désespérant.

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Antiviraux
commenter cet article
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 19:06

Ce qui se passe hélas pour le cancer, se passe aussi avec les vaccins... soi-disant "pour Notre plus grand Bien" ou pour "faire des économies", on fait perdre des chances dramatiques de santé et de guérison à quantité de gens, tout simplement parce qu'on veut leur forcer la main et leur imposer une médecine de masse, une médecine de troupeau qui est en réalité une anti-médecine, contraire au serment d'Hippocrate que les médecins sont pourtant censés prêter au début de leur pratique.

 

Des protocoles et des vaccins standards nivellent par le bas la médecine en bafouant les différents particularismes biologiques qui font de nos corps des corps uniques, avec leurs limites et leur capacité réactionnelle propres!

 

NON A LA MEDECINE SOVIETISEE QUI RESTREINT NOS LIBERTES ET NOTRE DROIT LE PLUS FONDAMENTAL A LA SANTE:

 

 

Le Dr Nicole Delépine, qui mène un combat admirable pour la survie de son service d'oncologie pédiatrique unique en France, vous convie nombreux, qui que vous soyez, au séminaire que son Unité hospitalière organise le 15 juin prochain au Boulevard des Invalides, à Paris, en collaboration avec l'association A.M.E.T.I.S.T.

 

Programme de ce séminaire & inscriptions: voir ICI

 

Site internet du Dr Delépine (visite vivement recommandée!)

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 19:00

didier-raoult.jpg

Le Point.fr - Publié le 15/05/2013

 

En dépit des progrès de la recherche, il reste impossible de trouver un vaccin contre une maladie qui ne provoque pas d'immunité. Un défi à relever.

 

Par le Pr DIDIER RAOULT

 

Depuis vingt ans, la tuberculose, le paludisme et le sida sont considérés comme des priorités de santé publique mondiale. Les recherches dans ces domaines bénéficient d'un financement considérable, afin de développer les vaccins. Sans le moindre succès. Les deux études mondiales qui paraissaient prometteuses, l'une contre la tuberculose, l'autre contre le paludisme, ont été arrêtées du fait de leur inefficacité. Alors même que nous assistons à de nouvelles bouffées épidémiques en Europe.

 

Tuberculose, paludisme et sida sont toujours les trois plus grands tueurs à la surface de la Terre. Ils semblent présenter des particularités qui sont autant d'obstacles infranchissables.

 

Le paludisme est une maladie pour laquelle on peut être infecté plusieurs fois de suite. Dans un de nos centres au Sénégal, une personne a pu faire plus de 100 épisodes différents de paludisme. Cela montre qu'il n'y a que peu, voire pas, d'immunité après une infection réelle par le paludisme. De ce fait, il y a extrêmement peu de chances qu'un vaccin arrive à donner une immunité que l'infection naturelle ne peut générer.

 

Il en est de même pour la tuberculose. La forme pulmonaire est souvent une réinfection. Le BCG, qui existe toujours en France et dans les pays francophones, ne protège pas du tout contre la réinfection de la tuberculose, qui est à l'origine de la plupart des pneumonies tuberculeuses. Si ce vaccin qui date de 1921 était évalué aujourd'hui, avec nos critères actuels d'efficacité, il ne passerait pas la barre. Il n'a pas été remplacé par un vaccin plus moderne, car aucun candidat n'a pour l'instant prouvé son efficacité, et, de toute façon, les anciens vaccins ne sont pas réévalués !

 

Concernant le sida, le fait que, dans cette maladie chronique, on ne s'immunise jamais contre son propre virus est aussi un défi scientifique.

 

Au cours du XXe siècle, la médecine a rapidement mis au point des vaccins contre les infections aiguës que l'on ne présente qu'une seule fois dans la vie, telles que rougeole, oreillons, rubéole et poliomyélite. Idem pour les maladies dont la cause était la sécrétion de toxines comme le tétanos ou la diphtérie. Mais on peut douter de notre capacité scientifique à trouver, à court terme, un vaccin contre une maladie qui ne provoque pas d'immunité. Il existe là un problème de connaissance fondamentale. Le fonctionnement traditionnel des vaccins fondé sur l'immunité étant voué à l'échec.

 

Source: Le Point

 

Cet article est vraiment intéressant, parce qu’il met en évidence plusieurs absurdités :

 

- Le fait qu’un vaccin inefficace (le BCG) ait pu être rendu obligatoire en France pendant 57 ans (de 1950 à 2007) : combien de victimes inutiles pour une obligation sans fondement scientifique et combien aussi d’autres vaccins dont l’obligation ne repose nullement sur des bases scientifiques suffisantes ?????????

 

- Le fait que le tétanos n’est pas non plus une maladie immunisante, et donc on voit mal alors, à en lire le Pr Raoult, pourquoi là le vaccin serait efficace alors que l’infection naturelle ne prévoit aucune immunité possible ??

 

- Le peu de consistance scientifique du futur vaccin anti-malaria RTS S de GSK, largement financé par Bill Gates et auquel ARTE consacrera un documentaire entier jeudi soir prochain à 22H30 (« Le vaccin selon Bill Gates »)

 

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Efficacité des vaccins
commenter cet article
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 18:35

Un médecin français outré, parmi tant d'autres, nous a fait parvenir une vidéo disponible sur le site du Sénat français.

 

Comme d'habitude, on présente les médecines alternatives sous un jour partial et discréditant, agitant la menace sectaire fantomatique et prétendant "vouloir le bien des citoyens" (malgré eux)

 

On ne s'apesantit évidemment pas sur les 18 000 décès annuels que le pays compte sous l'effets des médicaments classiques (loin devant les possibles "ravages" des "dérives sectaires") ni sur les statistiques d' "efficacité" des chimiothérapies qui ne sont que de 2,2% dans le meilleur des cas avec les protocoles habituels, selon une étude parue en 2004 dans Clinical Oncology, et encore, même pas en termes de guérison mais de survie à 5 ans!

 

Ce petit reportage offre aussi quelques perles, comme par exemple le souhait de placer de "façon forcée" les sites officiels en haut des résultats de recherche pour que les patients atteints de cancer tombent plus facilement dessus que sur d'autres sites plus dérangeants et offrant un autre son de cloche, des sites que ces bons parlementaires tellement attachés à la liberté d'expression, préféreraient en fait carrément inexistants.

 

Autre perle, l'aveu délicieux de ce représentant de l'Académie de Médecine qui fait clairement comprendre que l'acceptation des médecines alternatives est en fait subordonnée à ce que celles-ci ne réduisent pas leur part du "gateau financier" à un moment où les Etats dont déjà lourdement endettés.

 

 

N'oublions pas non plus qu'un rapport de ce même Sénat français révélait en 2007 que ces gens considèrent les pharmas comme leurs "partenaires naturels". Par conséquent, il est clair qu'ils vont d'abord défendre leurs partenaires naturels avant les citoyens qui ne semblent que des partenaires de seconde zone dans tout ceci!

 

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Pluralisme thérapeutique
commenter cet article
27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 18:55

Albert Einstein le disait déjà de son temps: "Il faut prévenir les hommes qu'ils sont en danger de mort... la Science devient criminelle."

 

Regardez cette vidéo... Ces mères ont fait ce qu'elles pensaient être le mieux pour leur enfant. Elles ont été désinformées, on leur a menti. Et elles ont vécu au final un véritable drame.

 

Combien de mères pourraient en dire autant après un décès ou un handicap sévère irréversible d'un enfant après des vaccinations?

 

Il est inacceptable que des projets d'apprentis-sorciers soient financés avec l'argent des citoyens et la possibilité à la clé que ces recherches finissent par se retourner contre l'intérêt public. Combien d'autres sombres projets allons-nous encore tolérer et accepter de financer dans une indifférence et une ignorance coupables???

 

 

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article
27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 17:52

Cfr ici, article du Soir des 25 et 26 mai derniers.

 

NB: Après un précédent article où il donnait encore la parole au virologue controversé Albert Osterhaus malgré ses conflits d'intérêts, le journaliste Frédéric Soumois se tourne une nouvelle fois vers son cénacle habituel, visiblement très restreint, d'experts en conflits d'intérêts, en donnant cette fois la parole au virologue de l'UCL Patrick Goubeau, qui s'était pourtant totalement discrédité lors de la fausse pandémie de H1N1, en déclarant à la RTBF de façon contraire à la notice du fabricant du Pandemrix - qu'il n'avait visiblement pas dû lire-, qu'on ne pouvait pas sortir paralysé d'une telle vaccination!! 

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Pandémies à gogo
commenter cet article
26 mai 2013 7 26 /05 /mai /2013 19:00

Interview intéressante du Dr Jean-Sébastien Borde de la Rochelle sur Radio Bleue le 16 mai dernier... 

 

ECOUTER ICI

 

Source: Formindep

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Conflits d’intérêts -experts
commenter cet article
25 mai 2013 6 25 /05 /mai /2013 20:31

Lien entre un vaccin et la narcolepsie

  

Par Europe1.fr avec AFP

 

Publié le 23 mai 2013

 

Une nouvelle étude finlandaise a confirmé que le vaccin Pandemrix (GlaxoSmithKline), largement utilisé contre la grippe pandémique A (H1N1) en 2009, multiplie le risque de développer la narcolepsie chez les adultes. Auparavant, plusieurs études avaient déjà montré le lien chez les enfants entre ce vaccin et la narcolepsie, une maladie rare.

 

Selon l'Institut national de santé et bien-être finlandais THL le lien existe aussi chez les adultes. "Chez les adultes entre 20 et 64 ans qui ont pris Pandemrix, le risque de développer la narcolepsie a été multiplié par 3 à 5, comparé aux personnes non vaccinées", a indiqué l'institut dans un communiqué. Toutefois, chez les adultes, le risque de tomber malade, à 1/100.000, serait six fois inférieur à celui couru par les enfants. Après des campagnes de vaccination avec le Pandemrix, la Finlande et la Suède ont constaté une hausse des cas de narcolepsie. Quelque 200 Suédois et 79 Finlandais entre 4 et 19 ans ont été atteints. Les gouvernements des deux pays ont décidé d'indemniser ces malades, et de lancer des études sur le lien avec le vaccin.

 

Une étude française, coordonnée par l'Inserm et le CHU de Bordeaux a conclu en septembre que le risque était multiplié par quatre chez les personnes vaccinées de développer la narcolepsie, rappelant toutefois que d'autres études seraient nécessaires pour établir l'association chez l'adulte.

 

Source: Europe1.fr

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA