Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 22:40

Vaccination des nourrissons : “A qui profite le crime ?”

 

Par Steven Belfils

 

Publié le 10/05/2013 

 

ENTRETIEN – Tous les primo-vaccins destinés aux nourrissons contiennent désormais un cocktail pour prévenir 5 voire 6 maladies, alors que seulement 3 protections sont obligatoires. L'eurodéputée écologiste Michèle Rivasi décrit une démarche “de vente forcée et de désinformation”.

 

lyon-capitale--1-.png

 

Lyon Capitale : Quelles sont les options de vaccination pour les nourrissons aujourd'hui en France ?

 

Michèle Rivasi : Aujourd'hui, les parents qui souhaitent faire sur leur enfant uniquement les trois vaccins obligatoires en France, à savoir diphtérie, tétanos et poliomyélite, ne le peuvent plus. Le DTP “classique” pour les nourrissons est devenu introuvable en pharmacie, car plus commercialisé. Pour la primo-vaccination des nourrissons, les parents ne peuvent plus faire autrement que de recourir à un vaccin “hexavalent”, c'est-à-dire qui contient le DTP, mais également trois vaccins qui ne sont pas obligatoires, contre la coqueluche, les infections à haemophilus influenzae et l'hépatite B. On retrouve également des formulations sans la protection hépatite B. Cette démarche de vente forcée et de désinformation est pour le moins scandaleuse.

 

Pourquoi parler de désinformation ?

 

Les parents perdent la liberté de choisir la vaccination qu'ils offrent à leur enfant. Parfois, même, ils ignorent que le produit contient un vaccin contre l'hépatite B. Je n'ai rien contre la vaccination, mais il est anormal, sous le couvert de réaliser les trois vaccinations obligatoires, de rendre trois autres produits obligatoires “de fait”, puisque contenus dans la même dose.

 

Y a-t-il un risque, selon vous ?

 

lyon-capitale--2-.JPG

Maxppp

 

Tous les vaccins contiennent de l'aluminium en tant qu'adjuvant. En multipliant le nombre de maladies desquelles on souhaite protéger le nourrisson, on augmente la quantité d'aluminium dans la dose injectée. Or, à deux mois, la barrière hémato-encéphalique reste perméable et le système immunitaire demeure fragile. Des études ont montré qu'à cet âge-là l'aluminium peut passer au niveau du cerveau. On oublie trop souvent qu'un vaccin repose toujours sur une balance bénéfice/risque. Ce n'est pas quelque chose de banal. Alors, si vacciner contre l'hépatite B peut paraître pertinent pour une personne qui travaille dans le secteur médical, par exemple, cela l'est beaucoup moins pour un nourrisson.

 

Est-ce un cas unique en Europe ?

 

Dans le domaine de la vaccination, le pays est souverain. Si, dans certains pays, il y a un nombre de vaccins obligatoire qui peut être différent, effectivement, il n'y a à ma connaissance qu'en France qu'on adjoint un nombre aussi important de vaccins annexes à ceux exigés par la loi.

 

Comment expliquer alors ce vaccin pentavalent ?

 

Aucune étude scientifique ne le justifie. On peut parler d'une tromperie. Quand on sait que le professeur Daniel Floret, président du Comité technique des vaccinations, est bourré de conflits d’intérêts avec les fabricants de vaccins, on est en droit de se poser des questions. A qui profite le crime ? Aux laboratoires pharmaceutiques évidemment. L'ancien DTP valait 10 euros. Aujourd'hui, la nouvelle formulation est facturée 40 euros ; il doit bien y avoir quelque part une entente entre les politiques et les laboratoires pharmaceutiques. Ces derniers représentent une force colossale. A croire que ce sont eux qui font la politique aujourd'hui. On se fait manipuler d'une manière incroyable.

 

Source : Lyon Capitale

 

Voir aussi les actions et les inerties de différents parlementaires :

 

- en France

  

- en Belgique

  

- aux USA (au niveau fédéral, et au niveau des états)

 

Sanctionner électoralement les inerties irresponsables des uns et encourager les autres...

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Vaccination des enfants-crèches
commenter cet article
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 22:10

On l'a déjà écrit, les parlementaires belges font pour l'instant vraiment pale figure par rapport à leurs confrères français et américains. Chez nous, on peine vraiment à trouver le moindre relai par des parlementaires des préoccupations fortes des citoyens en matière de sécurité vaccinale. C'est vraiment trop timide/timoré voire carrément inexistant et ça doit changer!

 

Le temps encore très confortable des seules questions parlementaires est révolu, c'est devenu largement insuffisant, il faut des propositions de lois, des initiatives fortes et des changements concrets! Se défausser lorsqu'on a une capacité d'action en tant que parlementaire, c'est avoir une responsabilité dans la poursuite de ce scandale sanitaire sans précédent.

 

Voilà pourquoi Initiative Citoyenne a envoyé à certains parlementaires belges de quoi prendre conscience de leur retard et de l'urgence d'agir enfin...

 

Mail, tel qui leur a été envoyé (avec photos):

 

En France & aux USA, voici ce que font courageusement les parlementaires en matière de vaccins... ET EN BELGIQUE???!!!!

 

Mesdames & Messieurs les Parlementaires,

 

Nous souhaitions vous communiquer ce que vos confrères parlementaires américains et français ont le courage de faire en matière d'interpellations et de propositions de lois SUR LES VACCINS...

 

FRANCE- interpellations de plusieurs sénateurs sur la présence problématique d'aluminium dans les vaccins et malaise flagrant de la Ministre française de la Santé

   

USA- proposition de loi de Bill POSEY pour exiger ENFIN des études comparatives (et donc réellement scientifiques) comparant les enfants vaccinés aux enfants non vaccinés

   

USA- proposition de loi de la députée du Maine Andrea Boland pour rendre obligatoire la révélation aux parents des composants vaccinaux & mentionner qu'ils ont le droit de refuser un vaccin X ou Y

  

En espérant vraiment que cela arrivera à vous inspirer, car ici, de nombreux citoyens Belges se désespèrent  de cette inertie politique incompréhensible dans un domaine aussi grave  et où les preuves d'un problème évident de sécurité sont pourtant aussi criantes!!!!!!!!

 

Encore aujourd'hui, nous apprenions par un médecin belge le nouveau décès en Flandre d'un enfant seulement une semaine après l'injection du très lucratif vaccin Prevenar (plus que probablement en co-administration/cocktail avec d'autres vaccins, comme officiellement recommandé). Encore un cas qui sera plus que probablement étiqueté "coïncidence" et classé dans la catégorie fourre-tout si commode des "morts subites INEXPLIQUEES du nourrisson"!  Et ce alors que des documents confidentiels des fabricants et publiés sur notre site internet révèlent un risque d'effets secondaires neurologiques 3 fois plus grand en cas de co-administration du vaccin Infanrix hexa avec le Prevenar comme pourtant toujours recommandé!!!!!!!!!!!!! voir ICI et ICI

 

En France, ils sont du reste passé du schéma vaccinal de base de 4 doses par enfant (3+ 1) à un schéma de 2+ 1 doses, supprimant ainsi une des doses faites de façon rapprochée dans les tous premiers mois de vie... pourquoi pas cela en Belgique, au lieu des 4 doses (certes plus lucratives pour les pharmas, dont GSK, basé sur notre sol...) Car nous vous rappelons qu'à chaque dose supplémentaire, il y a aussi un risque supplémentaire d'effet secondaire grave au terme duquel toute une vie peut basculer à jamais - voyez à ce propos diverses photos de victimes en pièce jointe, regardez-les bien car cela pourrait tout à fait être votre fille, votre amie, etc. NOUS SOMMES TOUS CONCERNES. Photo 1 et photo 2: petit Ian (USA) décédé à 47 jours dans des souffrances épouvantables après le vaccin anti-hépatite B; photo 3: Alexis (Québec), encéphalopathie épileptogène et sa vie fichue à jamais après 4 vaccins faits en même temps à l'âge de 1 an (ROR+ VARIVAX contre la varicelle+ Prevenar+Meningitec). Photo 4: le petit Etienne (France) qui ne savait plus marcher après le vaccin HB. Photos 5 et 6: encore d'autres victimes de ce même vaccin HB. Photos 7 et 8: avant/après chez une jeune fille après Gardasil. Après l'encéphalite post-Gardasil, voilà une jeune fille détruite elle aussi à jamais ne sachant plus ni parler, ni marcher, ni manger. Photo 9: Petit Achraf Diwane, devenu tétraplégique 48H après le vaccin hépatite B.  

COMBIEN en faudra-t-il au juste pour que la soi-disant "solidarité vaccinale" finisse par s'inverser??

 

photo 1. et photo 2

 

Ian--1-.JPG

 

 Ian--115-.jpg

 

 photo 3.

 

Alexis, après 4 vaccins le même jour!

 

photo 4

 

Etienne_victime_du_VHB.jpg

 

 Photo 5.

 

ravages-vaccin-HB-3.jpg

 

Photo 6

 

ARTICLE-VICTIME-VACCIN-HB.jpg

 

Photo 7

 

GARDASIL-3.jpg

 

Photo 8

 

GARDASIL-4.jpg 

 

Photo 9

 

Achraf-2.JPG

 

 

Merci de votre attention à tous!

 

Nous vous prions d'agréer, Mesdames et Messieurs les Parlementaires, l'expression de nos salutations distinguées,

 

Pour Initiative Citoyenne,

 

Marie-Rose Cavalier, Muriel Desclée, Sophie Meulemans

 

PS: Et merci d'avance de nous tenir au courant d'éventuelles démarches courageuses que vous pourriez entamer dans l'intérêt de la santé publique

 

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Actions d'Initiative Citoyenne
commenter cet article
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 19:30

Le site Siliconwadi.fr vient faire l'éloge d'un vaccin hépatite B de troisième génération qui serait soi-disant le nec plus ultra en terme d'efficacité et de sécurité par rapport aux anciennes versions, dites de deuxième génération.

 

Bien sûr, cet article nous ressert la sauce dramatisante sur l'hépatite B, présentée comme une maladie grave et terrifiante (alors que statistiquement, elle ne se complique que dans une minorité de cas). L'hépatite B qui est 100 fois plus contagieuse que le SIDA et autres propos destinés à faire se précipiter aveuglément sur le vaccin.

 

L'article nous apprend aussi (bien qu'à vérifier) que 167 pays du monde vaccineraient les nouveaux-nés dès la naissance contre l'hépatite B... si cela est vrai, c'est décidément que le bon sens est tombé encore plus bas que ce que nous pensions!

 

Le vaccin dont on fait l'éloge est en fait le vaccin Sci-B-Vac, mis au point par deux médecins israëliens de l'Institut des Sciences Weizmann et fabriqué par l'entreprise pharmaceutique nationale SciGen.

 

sci-b-vac.JPG

 

L'article signale que chaque nouveau-né israëlien ou presque a reçu ce vaccin Sci-B-Vac.

 

Ce vaccin, considéré comme l'unique vaccin de troisième génération actuellement disponible contre l'hépatite B, est assimilé au nec plus ultra de la lutte contre l'hépatite B.

 

Est-ce vraiment le cas ou s'agit-il surtout d'encourager et de motiver davantage les citoyens à consommer ce que des firmes de leurs propres pays ont fabriqué?

 

L'article présente tout d'abord les vaccins de première génération (= ceux fabriqués à partir du plasma de donneurs infectés) comme dangereux. Ce qui était vrai, sauf que cela donne à penser à tort que ceux de la génération suivante seraient sûrs.

 

Les vaccins de seconde génération sont des vaccins transgéniques, produits donc par génie génétique, à base soit de cellules de levure, soit de cellules cancéreuses de hamsters chinois. Ces vaccins sont à la source de dizaines de milliers de cas de scléroses en plaques et sont responsables d'une des plus grandes séries d'effets secondaires de médicaments en France (selon le rapport Dartigues) mais donc aussi logiquement dans tous les pays du monde où ils ont été utilisés. Encore aujourd'hui, ces vaccins sont obligatoires pour certains enfants du monde et plusieurs professionnels de santé dans des pays aussi "civilisés" que l'Italie, la Belgique, la France etc.

 

Les vaccins de troisième génération sont eux encore des vaccins transgéniques, avec les risques de malignité et de maladies auto-immunes qui peuvent aller de pair.  Ils sont produits sur des lignées cellulaires de hamster chinois, sûrement les mêmes lignées cancéreuses que celles déjà utlisées pour la production du vaccin anti-hépatite B de deuxième génération de Sanofi.

 

Les doses de Sci-B-Vac incluent trois antigènes au lieu d'un seul, ce qui permet à ses partisans de se gausser d'être nettement plus efficace pour toute une série de publics-cibles comme les enfants nés de mères infectées, les diabétiques (sic, puisque le vaccin HB est en mesure de provoquer le diabète!!) et les gens allergiques au gluten ou encore les immunodéprimés (des gens qu'il vaut en réalité surtout mieux ne pas vacciner car ils ont déjà assez de problèmes comme cela au niveau immunitaire!). Ce vaccin entraîne paraît-il une production très rapide et élevée d'anticorps. Il est vrai que pour les fanatiques de la vaccination, tout repose sur la seule présence d'anticorps. Ils se sont ainsi construit un système simpliste en marge de toute la complexité de notre système immunitaire car une telle complexité a sans doute de quoi les rebuter intellectuellement. Leur seul but, faire produire des anticorps, toujours plus et toujours plus vite. Sauf que dans la Nature, une production d'anticorps n'a pas forcément besoin de crever les plafonds pour être efficace et que tout vient à point à qui sait attendre, quand toutes les étapes immunitaires ont été remplies. Or avec une vaccination, qui ne mime en rien une infection naturelle, l'étape initiale cruciale qui est l'introduction de l'antigène naturel par voie muqueuse, se trouve être court-circuitée. Il s'en suit un processus immunologique par définition incontrôlable, ou cet excès artificiel d'anticorps peut au contraire être le signe d'un bug immunologique non désiré accompagnant possiblement toute une série de graves effets secondaires et d'ailleurs, à ce propos, ce sont le plus souvent chez les trop bons répondeurs ou à l'inverse, les non répondeurs, qu'on retrouve statistiquement le plus d'effets secondaires.

 

En outre, le phénomène de mimétisme moléculaire générateur de maladies auto-immunes post-vaccinales, n'est pas du tout exclu ici puisque ce nouveau vaccin inclut 3 antigènes au lieu d'un seul mais donc aussi l'antigène qui a déjà été associé à de nombreuses maladies auto-immunes!

 

En Israël, on recommande le Sci-B-Vac aux non répondeurs au vaccin hépatite B traditionnel. On croit vraiment rêver: le corps a dit immunologiquement non à "l'information (antigène) vaccinal hépatite B" mais "la Science" ne l'entend pas de cette oreille et entend lui forcer la main. On imagine alors les risques graves possibles.... Mais il faut dire que les législations qui imposent le vaccin anti-hépatite B aux travailleurs ont déjà l'outrecuidance d'étendre l'obligation vaccinale à un nombre de 6 injections, imposant à un travailleur qui aurait déjà subi en vain 3 injections vaccinales mais qui n'aurait pas ou trop peu développé d'anticorps, d'en resubir encore 3 autres avec tous les risques qui vont de pair, avant de lui foutre administrativement la paix. A ce sale petit jeu, on comprend qu'on protège avant tout le business du pharma plutôt que le santé des travailleurs. Qui serait, dans ces conditions, encore vraiment assez naïf pour croire le contraire?

 

safe_image.jpg

Ce "merveilleux" vaccin "un des plus efficaces au monde" (sic!) n'est pas utilisé qu'en Israël, mais aussi à Hong Kong, aux Philippines, en Inde, au Vietnam, et en Afrique Centrale. Les dirigeants de Sci Gen rêvent déjà de voir le monde entier vacciné avec leur produit de rêve.

 

A l'heure où on écrit ces lignes, des millions d'enfants et d'adultes ont déjà dû recevoir ce vaccin sans jamais savoir qu'il a été déclaré sûr sur base d'essais cliniques n'impliquant que 5000 personnes ce qui est un nombre de sujets véritablement dérisoire et ne permettant absolument pas de détecter les effets très graves mais plus rares. Une fois encore, on a là une expérimentation grandeur nature qui est contraire au Code de Nuremberg et qui fut initiée avec ce vaccin-là, ironie du sort, en Israël... comme quoi, les hommes retiennent si peu de chose de l'Histoire!  

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Vaccin à tout prix (idéologie du)
commenter cet article
9 mai 2013 4 09 /05 /mai /2013 14:54

« Dans chaque produit vaccinal, il y a entre 80 et 100 composants différents. Les produits qui servent de base à la fabrication des vaccins ne sont pas soumis à une déclaration obligatoire (Secret de fabrication). Sur l’étiquette, on ne peut découvrir que les produits qui ont été ajoutés dans la suite»  

 Anita Petek-Dimmer: "Impfungen: Sinn oder Unsinn" (conférence)

 

Perspective d’une nouvelle transparence (?) : une proposition de loi américaine pour informer les parents des composants des vaccins.

 

9 mai 2013, par Christina England.

gramma-baby-300x214.jpg

Les parents devraient avoir le droit de savoir tout ce qui est injecté

à leur enfant. (Photo Credit)

 

Vactruth a été informé que la parlementaire Andrea Boland, de Sanford, dans l’état du Maine, a pu réunir assez de voix en commission pour faire aboutir sa proposition de loi à l’assemblée, visant à permettre une plus grande transparence en matière d’ingrédients vaccinaux utilisés. C’est en fait la troisième fois que cette parlementaire réintroduit cette proposition de loi, qui a la capacité de renforcer les parents dans leurs prérogatives et leurs responsabilités.

 

Cette proposition a donc été mise à l’agenda et sera débattue du 8 mai au 10 mai à l’assemblée.

 

Si elle passait, cela pourrait être la première fois dans l’histoire de la vaccination aux Etats-Unis, que les parents pourraient recevoir la liste complète de tous les ingrédients des vaccins avant que leurs enfants ne les reçoivent. La parlementaire Boland n’a pas seulement demandé dans son texte la révélation complète de tous les composants des vaccins mais aussi une clause permettant aux parents de pouvoir refuser un vaccin quel qu’il soit, pour des raisons religieuses ou philosophiques.

 

La proposition de loi Bill LD754 intitulée « Une loi pour encourager la transparence et la communication sur les composants des vaccins pour enfants. »

 

« L’objectif de cette proposition de loi est de fournir une plus grande transparence en ce qui concerne les ingrédients des vaccins et de réduire la confusion qui existe entre les exigences vaccinales des écoles et le droit des parents de décider de refuser de vacciner leurs enfants. Cette loi exige qu’un professionnel de santé ou un membre d’une clinique, doive révéler aux parents ou aux gardiens de l’enfant, les ingrédients des vaccins avant leur administration. Il est aussi obligatoire que le professionnel de santé ou membre de la clinique notifie aux parents leur droit de refuser la vaccination pour des raisons religieuses ou philosophiques. » [1]

 

Des questions qui restent sans réponse

 

Pour écouter tous les détails de cette proposition de loi, écoutez alors s’il vous plaît une émission de radio extrêmement éclairante qui est présentée par Sally O. Elkordy, qui interviewait de façon approfondie la parlementaire Boland le 5 mai dernier au sujet de cette démarche fort enthousiasmante. [2]

 

Pendant l’émission, la parlementaire Boland a expliqué qu’elle avait commencé à s’intéresser au sujet de la vaccination après y avoir été encouragée par le Président de la Chambre à assister à une conférence du groupe « Les femmes au gouvernement », en Floride. Initialement, la parlementaire croyait en fait que le sujet de la conférence concernait la santé des femmes.

 

Cependant, à sa grande surprise, il s’avéra que la conférence servait à rien de moins que promouvoir le lancement du vaccin Gardasil.

 

La parlementaire Boland a expliqué à la présentatrice Elkordy qu’elle fut extrêmement étonnée de voir à quel point l’assemblée semblait (positivement) impressionnée par les représentants des industries pharmaceutiques et par les lobbyistes. Elle a expliqué qu’à chaque fois que ceux-ci parlaient du vaccin, ils ne parlaient jamais que des effets positifs que le vaccin pourrait avoir. Lorsque la parlementaire Boland a posé une question à propos des effets secondaires du vaccin, sa question fut immédiatement écartée, de même que d’autres questions similaires émanant d’autres personnes intéressées par cet aspect des choses.

 

Mme Boland a dit à la présentatrice qu’elle avait appris que le système immunitaire de la plupart des femmes qui contractent le papillomavirus (= HPV) arrivait à se débarrasser naturellement de l’infection. Elle a aussi déclaré à l’antenne que seuls 5% des femmes qui avaient contracté le HPV étaient susceptibles de développer un cancer, une donnée ignorée par la plupart des parents.

 

La parlementaire Boland a demandé pourquoi l’industrie pharmaceutique ne ciblait pas ces 5% de femmes plus vulnérables aux HPV en particulier et pourquoi il était nécessaire de vacciner l’entièreté des femmes et des jeunes filles dès l’âge de 9 ans. Elle a expliqué que cette question-là a également été écartée. Cependant, la femme politique avait le sentiment que toute cette expérience (de cette conférence) lui avait ouvert les yeux au sujet des vaccins.

 

C’est une nouvelle absolument fantastique qu’une personne aussi importante qu’une parlementaire comme Andrea Boland, ait osé franchir ce pas en déposant une telle proposition, c’est vraiment politiquement très courageux et je suis sûre que les parents d’un peu partout seront intéressés de connaître l’issue de sa démarche.

 

Des ingrédients top secrets

 

La plupart des aliments comportent des étiquettes listant leurs différents ingrédients, ce qui permet aux parents de savoir ce qu’ils donnent à manger à leurs enfants, et il en est de même pour la plupart des médicaments. Par conséquent, pourquoi les composants des vaccins ne sont-ils pas eux aussi révélés de façon routinière ?

 

La réponse est simple : si les parents savaient exactement quelles substances les vaccins contiennent, ils seraient moins enclins à accepter la vaccination de leurs enfants, et c’est pourquoi les composants ne sont jamais détaillés aux parents. Pour voir ce qui se trouve exactement dans les vaccins, cela vaut la peine de lire cet article écrit par le Dr Harold Buttram, dans lequel il donne une liste complète des ingrédients des vaccins et dans lequel il dit :

 

« Il est universellement admis par les toxicologues que les combinaisons de métaux toxiques peut potentiellement accroître leur toxicité ; donc, deux métaux toxiques combinés augmenteront la toxicité d’un facteur 10 ou même d’un facteur 100.

 

Un exemple classique de ce principe était donné dans l’étude de Schubert, dans laquelle il a été démontré que la quantité de plomb et de mercure, lorsque chacun de ces métaux était administré séparément, serait mortelle chez 1% des rats testés, alors qu’elle serait mortelle à 100% lorsque ces métaux sont administrés conjointement.

 

Dans les vaccins, ce principe pourrait s’appliquer au moins au mercure et à l’aluminium, qui sont tous les deux toxiques pour le système nerveux. » [3]

 

Conclusion 

 

Nous, au sein de Vactruth (et nous aussi bien sûr, au sein d’Initiative Citoyenne !), nous applaudissons les efforts de la parlementaire Boland et lui souhaitons tout le succès possible dans cette tentative législative importante.

 

Mme Sallie O. Elkordy (présentatrice radio) encourage ceux qui soutiennent l’initiative de Mme Boland à contacter l’Assemblée parlementaire de l’Etat du Maine pour lui faire savoir leur soutien à la proposition de loi LD754 : « Une loi pour encourager la transparence et la communication sur les composants des vaccins pour enfants. »

 

En outre, vous pouvez aussi écrire des lettres de soutien à cette proposition de loi historique, à différents journaux comme le Portland Press Herald, le Bangor Daily News, le Journal Kennebec, le Journal Lewiston Sun et le journal Biddeford ou contacter vos journaux et élus locaux. 

  

Références

 

1. http://www.mainelegislature.org/legis/bills/bills_126th/billtexts/HP050501.asp
2. http://www.blogtalkradio.com/themaryandsallieshow/2013/05/05/legislator…
3. http://vactruth.com/2012/03/13/vaccines-human-animal-dna/

  

Source: Vactruth

 

En France, les parlementaires commencent à s’intéresser aux composants des vaccins, aux USA, le député Bill Posey vient aussi d’introduire une proposition de loi visant à imposer enfin des études réellement comparatives (et donc réellement scientifiques) entre enfants vaccinés et non vaccinés… et en Belgique???! Rien, comme d’habitude ?!

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article
9 mai 2013 4 09 /05 /mai /2013 13:15

Depute-Bill-POSEY.PNG

Enfin, un parlementaire a osé réclamer la vraie Science, celle qui consiste à comparer des vaccinés à des non vaccinés (0 vaccins), pouvait-on récemment lire sur plusieurs sites anglophones dont celui d'Health Impact News!!! C'est ainsi que le Congressman républicain Bill Posey a demandé au Dr Boyle du Centre de Contrôle des Maladies (CDC) s'ils avaient déjà effectué la moindre étude comparative entre enfants vaccinés et enfants non vaccinés. Et la réponse du Dr Boyle, qui fait littéralement froid dans le dos, est que NON, ils n'ont jamais procédé à pareille étude!! Cela signifie donc, en d'autres mots, que les autorités américaines (comme tous les autres autorités dans le monde) recommandent depuis des décennies de façon non scientifique et non éthique la vaccination aveugle des enfants avec des vaccins par définition expérimentaux!

 

On comprend donc mieux que les fausses assurances des autorités et autres pseudos experts, selon lesquelles les vaccins ne causent pas l'autisme, n'ont aucune valeur scientifique et ne reposent donc en définitive que sur du vent! La Vraie Science, souvenez-vous, ce n'est pas de ne pas mener les études de peur de ce qu'on pourrait trouver et qui pourrait être en défaveur de quelques intérêts partisans, c'est d'observer des faits et oser en tirer les conclusions dans l'intérêt de la société toute entière!

 

Bien sûr, comme ces études et cette vraie Science effraient autant les industriels et les officiels que l'ail effrayerait un vampire, il leur fallait trouver un prétexte en or pour repousser pareille perspective et c'est ainsi qu'ils invoquent.... l'éthique pour étayer leur pitoyable frilosité! Ils prétendent en effet qu'il ne serait soi-disant "pas éthique" de comparer des enfants vaccinés à des enfants vierges de tout vaccin, ce qui revient donc à considérer à priori et de façon purement dogmatique/idéologique, que les vaccins font forcément plus de bien que de tort. Ces gens admettent donc implicitement, sans même sans s'en rendre compte, qu'ils se situent et veulent se maintenir hors du champ de la VRAIE Science.

 

Ce parlementaire américain a donc eu le bon sens d'introduire une proposition de loi imposant au Ministère de la Santé la responsabilité incontournable de mener de telles études réellement comparatives, dans le but d'étudier notamment la prévalence de l'autisme mais aussi d'autres paramètres et d'autres maladies dans les deux types de groupes (vaccinés et non vaccinés).

 

Loi sur l’étude de la sécurité des vaccins : H.R. 1757

 

Visant à encourager le Secrétaire des Services de Santé et Humains à organiser et à soutenir une vaste étude qui comparerait les résultats globaux de santé, y compris le risque d’autisme dans les populations vaccinées des Etats-Unis avec des populations non vaccinées, comme à d’autres fins.

 

Populations ciblées – Le Secrétaire devra chercher à inclure dans l’étude visée au présent article les populations qui traditionnellement sont restées non vaccinées pour des raisons religieuses ou autres. Ces populations comprennent l’ancien Ordre des Amish et des membres de pratiques cliniques.

 

(Telles que la pratique « Home-first » à Chicago) qui choisissent des pratiques médicales alternatives, les adeptes des modes de vie anthroposophiques et d’autres qui ont choisi de ne pas se faire vacciner.

 

Quand on voit ce qui se passe aux USA, ou même en France, dans une moindre mesure avec l'aluminium vaccinal, on se dit que les parlementaires belges sont décidément bien médiocres...

 

Député Bill Posey

Le CDC américain est une institution qui fait malheureusement "la pluie et le beau temps" partout dans le monde en matière d'épidémiologie, de vaccination etc.

 

Dr-Mayer-Eisenstein.JPG

Le Dr Mayer Eisenstein, médecin dans la communauté Homefirst à Chicago, a eu l'occasion de suivre plus de 30 000 enfants et il n'a pas le souvenir d'avoir vu le moindre cas d'autisme chez les enfants non vaccinés qu'il a accouchés et suivis. Pour lui, il est donc vraiment nécessaire et légitime qu'une telle proposition de loi puisse aboutir, et c'est pourquoi il apporte tout son soutien et tous ses encouragements au député Bill Posey.

 

logo-grande-cause2012_v2-1-.jpgEn France, il y a plus de 600 000 cas d'autisme dont une majorité de cas d'autisme régressif, c'est à dire la forme d'autisme qui se manifeste après une période de développement tout à fait normale de l'enfant. Combien de ces plus de 600 000 autistes doivent la destruction de leur vie et de leur avenir aux vaccins que leurs parents leur ont fait faire par ignorance, en croyant bien faire, avec la bénédiction des médias, des médecins et des politiciens?

 

Que la vaccination ait un impact épidémiologique sur la fréquence de la rougeole n'est pas ce qui est contesté ici. Mais un des tout gros problèmes en matière de sécurité vaccinale, c'est que les défenseurs des vaccins à tout crin mélangent volontairement tout, donnant ainsi aveuglément la priorité à leur peur panique de la maladie contre laquelle on vaccine (rougeole par ex.) sur le ratio bénéfices/risques GLOBAL des vaccins. C'est ainsi qu'ils ne parlent jamais que des cas de rougeoles évités. Mais à cela, on peut répondre d'une part que tous les cas de rougeoles évités n'auraient certainement pas, loin s'en faut, donné lieu à des complications graves, et d'autre part qu'il faut chercher et additionner tous les cas de complications graves occasionnés par la vaccination, aussi nombreux et variés soient-ils. Et c'est précisément cela que les défenseurs aveugles des vaccins se refusent à faire, refusant de prendre ainsi en compte la sous-estimation constante des effets secondaires des vaccins, tant en fréquence, qu'en gravité et qu'en variété. Cette irresponsabilité s'avère extrêmement lourde de conséquences et ne profite donc en définitive qu'aux seules pharmas qui pourront bientôt repasser à la caisse avec un futur vaccin... contre l'autisme (!) sur lequel plusieurs scientistes sont déjà en train de plancher... quel horrible cercle vicieux absurde (mais si lucratif!)!

 

Cet article, d'une importance capitale, a aussi été publié sur Agoravox.

 

Voir aussi l'article "La sécurité des vaccins pose vraiment problème: les officiels le savent."

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 21:15

loup-qui-se-leche-les-babines.jpg

Nous avions déjà plus d'une fois évoqué le cas de cette firme, Medicago, implantée au Canada, et avec laquelle le Ministère américain de la Défense a des accords pour produire en masse et très rapidement des vaccins antigrippaux pandémiques "à base de plantes"- en réalité, des vaccins transgéniques standards avec tous les risques qui vont de pair, mais un faux vernis naturel dans un contexte où l'image de la vaccination se dégrade de plus en plus et à juste titre. Les belles plantes de Medicago sont en réalité des plants de tabac et à ce propos, il faut savoir que le cigarettier Philip Morris est actionnaire de Medicago à raison de 33%. Comme par hasard, c'est le marché chinois que Medicago et surtout Philip Morris visent en priorité....

 

pHILIP-MOris--medicago-et-la-chine-aux-vaccins-.JPG

 

Le 25 septembre 2012 (la date ayant ici toute son importance!), voici quelques extraits extrêmement révélateurs qu'on pouvait lire dans un article sur le site de Business.financialpost.com:

 

« Une entreprise canadienne a uni ses forces au géant de la cigarette Philip Morris dans un projet inhabituel pour vendre des vaccins contre la grippe à l'immense marché chinois, une étape potentiellement majeure pour la science controversée de la production de médicaments à base de plantes. »

 

chapeau chinois gm

« Medicago Inc. a annoncé mardi qu'il a concédé son système de fabrication d'un vaccin à base de plants de tabac à Philip Morris Products SA, qui va se développer, tester et, il l'espère, conquérir le marché des produits en Chine, où la firme vend déjà un produit très différent - les cigarettes Marlboro. »


« Nous avons maintenant un pied en Chine avec une très grande palette de 100 entreprises fortunées à nos côtés. . . Ce n'est pas rien. »


« Medicago a reçu des financements et des investissements au cours des dernières années de la part du Ministère américain de la Défense, du Genopole français d’Evry, et de Mitsubishi Tanabe Pharma Corp du Japon, avec des essais en cours à la fois pour son vaccin pandémique et pour le vaccin saisonnier. »


« L'accord avec Philip Morris est une porte d'entrée dans un marché largement inexploité pour les vaccins qui devrait décupler dans la plus grande nation du monde au cours des prochaines années, a déclaré Andy Sheldon, chef de la direction de Medicago. »

 

 « En vertu de l’accord conclu avec Philip Morris, ce dernier produirait des vaccins selon le procédé de fabrication de Medicago, conduirait des essais cliniques et obtiendrait les autorisations règlementaires, une procédure qui pourrait prendre plusieurs années selon ce qu’a dit Iro Antoniadou, porte-parole du groupe international Philip Morris qui a déclaré dans un e-mail qu’il était « prématuré de commenter le timing ou d’autres spécificités à ce stade. »

 

« Philip Morris espère accroître sa présence en Chine  où il y a 320 millions de fumeurs et un million de morts annuelles liées au tabac. »

 

« L’accord sur les vaccins antigrippaux, qui est intervenu 4 ans après que Philip Morris ait commencé à investir dans Medicago, a suscité une certaine indignation au sein du mouvement anti-tabac canadien. »


« Neil Collishaw, de l’Association Médecins pour un Canada sans fumée, a rappelé que Philip Morris est le deuxième plus grand cigarettier du monde et que ce genre de partenariat est surtout une bonne affaire en termes de relations publiques, visant à mieux masquer leur politique odieuse habituelle qui consiste à créer une addiction et à empoisonner leurs clients. »


« Pour M. Sheldon, cet accord avec Medicago est une sorte de coup de pouce fort utile pour le secteur des biotechnologies, à un moment où il est plus difficile de trouver des investisseurs. »


« Nous utilisons cet argent pour fabriquer des produits qui pourraient finalement sauver des millions de vies a-t-il dit et donc nous sommes parfaitement à l’aise avec ce choix. »

 

« Medicago ne modifie pas génétiquement les plantes de tabac mais injecte de l’ADN en leur sein, de façon à produire une protéine qui servirait à protéger contre la grippe. »

« La « promesse » de Medicago est d’ainsi pouvoir produire des vaccins plus rapidement, et à moindre coût, par rapport aux techniques conventionnelles. Une usine en Caroline du Nord, construite avec un financement de 21 millions de dollars, a déjà pu produire 10 millions de doses de vaccins en un très bref délai, a déclaré M. Sheldon. »

 

« Un vaccin contre la grippe aviaire H5N1, qui avait suscité des inquiétudes quant au risque de pandémie- pourrait être sur le marché d’ici 2013 avec, quelques années après, également un vaccin contre la grippe saisonnière, a-t-il encore ajouté. »

 

Nous sommes en 2013, le virus H7N9 a émergé en Chine et des centaines de millions de dollars ont déjà été investis dans les préparatifs de Medicago à l'autre virus aviaire H5N1... peut-on imaginer une seule seconde que tout cela l'a simplement été "au cas où", avec si peu de garanties de retour sur investissements??

 

Radio Canada signalait ce jour ceci aux sujets des derniers préparatifs de cette firme Medicago, visiblement liée au complexe militaro-industriel:

 

Vaccin contre le virus H7N9 élaboré à Québec :

 

piqure.JPG

Vaccin contre la grippe (Ottawa)

 

La société biopharmaceutique de Québec Médicago affirme avoir produit avec succès un nouveau vaccin candidat qui pourrait protéger contre le virus H7N9, à l'origine de l'éclosion actuelle de grippe en Chine.

 

Medicago est au stade des études sur des animaux et n'a besoin que de la séquence génétique du virus de la souche virale pour accélérer le processus de conception du vaccin.

 

Medicago serait la première société à produire ce type de vaccin candidat contre cette souche au potentiel pandémique. Les fabricants actuels de vaccins antigrippaux à base d'œufs peuvent prendre jusqu'à six mois pour produire un vaccin contre une nouvelle souche.

 

Jusqu'à maintenant, 130 cas d'infection au H7N9 ont été signalés, essentiellement en Chine, et 31 personnes en sont décédées.

 

Hier, le 8 mai, la presse canadienne signalait que l'action en bourse de Medicago avait  déjà bondi de 15% rien qu'en une seule journée. Il faut dire que selon des représentants de Medicago, plusieurs gouvernements auraient déjà pris contact avec eux en vue d'acquérir des vaccins pandémiques. En d'autres termes, absolument AUCUNE leçon n'a été tirée du scandale du H1N1 et les autorités des différents pays sont d'ores et déjà prêtes à tout recommencer et à réacquérir à grand frais des vaccins expérimentaux, produits en seulement 14 jours (!) pour toute leur population!

 

(*) La belle photo du loup qui se lèche les babines provient du beau site suivant:

http://wolfen.skynetblogs.be/images-loups/

 

Le contenu de cet article, à très peu de choses près, a été publié sous le titre "H7N9: le virus d'un heureux hasard pour Medicago & Philip Morris?" sur Agoravox.

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Pandémies à gogo
commenter cet article
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 18:53

Que donne l'aveuglement idéologique de professionnels de santé ayant perdu leur bon sens?

 

Que donnent le ROR + le Prevenar + le Varivax (varicelle) + encore le Meningitec faits le même jour sur un enfant de 1 an? Une encéphalopathie épileptogène et une vie foutue à jamais!

 

Piqué avec 4 vaccins le même jour, un dans chaque bras et un dans chaque jambe, voilà Alexis à l'âge de 2 ans, voilà toute cette souffrance inutile....

 

Alexis--apres-4-vaccins-le-meme-jour-.PNG        Image tirée du documentaire Silence on vaccine de la réalisatrice Lina Moreco

 

Mais selon des gens considérés comme experts mondiaux en vaccins, comme le Dr Paul Offit, un enfant pourrait recevoir sans problème jusqu'à 10 000 vaccins par jour!!

 

Au vu des résultats possibles avec "seulement" 4 vaccins par jour, ce qui est déjà énorme, la place de pareils experts n'est-elle pas, en prison, dans le meilleur intérêts de nos enfants??

 

Ce carnage vaccinal ne doit-il pas cesser au plus vite, là encore dans le meilleur intérêt de nos enfants??

 

Tout parent respectueux de son enfant ne se doit-il pas de savoir et de connaître ces choses-là avant de prendre une décision dont les résultats désastreux pourraient devoir être assumés toute leur vie par ces enfants au nom desquels ils décident? Car les parents du petit Alexis pensaient sûrement que cela ne pouvait pas arriver ou que "cela n'arriverait qu'aux autres".

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 13:20

VACCIN HPV - TEMOIGNAGE

 

« Si je m’étais donné la peine de faire des recherches, et si j’avais trouvé ce que je sais aujourd’hui, nous aurions maintenant une fille en pleine santé. »

Glenda Smith

 

« Aucun consentement éclairé ne nous a été proposé avant que le Gardasil  finisse par bouleverser toute notre vie »

 

Par Glenda Smith, 3 mai 2013

 

Angela-Smith.jpg

Le Gardasil a bouleversé toute ma vie !

 

A l’automne 2010, j’éprouvais des réticences à donner mon consentement pour qu’Angela puisse être vaccinée contre le HPV. Je me souviens avoir pensé que ma fille n’avait pas besoin de cela, mais je me disais que je n’étais peut-être pas une mère responsable si je ne la faisais pas vacciner. Selon l’information dont je disposais, le seul risque que ma fille pouvait courir c’était si elle souffrait de « grave maladie immunitaire comme le SIDA ». Je savais qu’Angela souffrait un peu de fatigue chronique et de la maladie cœliaque. Mais, on nous avait évoqué les mots « GRAVE » et « SIDA » - ce sont évidemment des mots forts qui ne semblaient pas correspondre au cas d’Angéla.

 

Ainsi, confiante dans ce que je sais maintenant être un vulgaire bout de papier peu informatif, j’ai signé et Angela a reçu ses vaccins.

 

En avril 2011, Angie avait 13 ans et était en huitième année quand elle reçut sa dernière dose du vaccin HPV.

 

Le 15 avril 2011, Angela me téléphona pour me dire qu’elle ne se sentait pas bien, elle se sentait malade, nauséeuse ; elle avait des vertiges et souffrait de douleurs abdominales terribles. Nous avons examiné tout ce qu’elle avait mangé. Les douleurs ne se sont pas apaisées. Chaque fois qu’elle mangeait, les choses empiraient. Elle pleurait et pleurait de douleur.

 

Angela n’a pas été capable de faire son voyage de fin de 8 ème année. Elle a raté ses 3 derniers mois d’école suite à une faiblesse extrême, à de terribles douleurs abdominales, des nausées et des vertiges. Les visites médicales, les analyses de sang n’ont rien arrangé. On ne s’est même pas préoccupé de sa dernière vaccination. Une endoscopie a révélé que sa maladie cœliaque était cependant sous contrôle. Le pédiatre lui a fait passer test sur test sans que cela révèle quoi que ce soit ; ses symptômes ont persisté. C’est alors que le pédiatre a commencé à douter de la sincérité d’Angela et a demandé qu’elle soit examinée dans un hôpital psychiatrique de la ville. Il n’a cependant pas été question que nous nous y rendions. Angela avait toujours été une jeune-fille stable, déterminée et patiente.

 

Ce n’est que quand j’ai fait part de ses différents symptômes  à un service de santé local que j’ai brusquement réalisé qu’elle avait reçu le vaccin Gardasil.

 

Ce n’est qu’après avoir expliqué tous les effets indésirables qu’elle avait éprouvés à la suite de la vaccination que les médecins du Centre local de santé nous ont orientés vers le site du fabricant du vaccin (Merck) en nous suggérant de consulter la notice.

 

J’ai de suite été consternée par la longue liste d’effets secondaires qui étaient présentés de manière tout à fait différente de l’information qui m’avait été transmise.

 

La notice précisait qu’un système immunitaire affaibli constituait l’un des risques. Tout en bas de la liste des effets secondaires possibles, il était précisé qu’il ne s’agissait pas d’une liste complète ! Si j’avais eu l’occasion de lire ce document à temps, jamais je n’aurais donné mon accord pour qu’Angela reçoive le Gardasil. Au grand jamais !

 

Je me suis empressée de demander au Centre de santé  pourquoi ce que j’avais découvert ne faisait pas partie de l’information que j’avais reçue avec le formulaire d’autorisation de la vaccination. Ils m’ont tout simplement répondu qu’ils n’y étaient pas obligés.

 

Une petite recherche dans le domaine des lois canadiennes concernant la santé montre pourtant que les médecins sont tenus de mentionner tous les risques. Ils sont tenus de mentionner tous les avantages comme aussi tous les effets secondaires indésirables qu’ils soient mineurs ou graves.

 

Les médecins sont en outre tenus de donner des informations sur les traitements alternatifs. Je sais maintenant qu’on aurait dû me parler du simple frottis régulier.

 

Il m’apparaissait maintenant évident que tout ce qui concernait le vaccin HPV relevait de tactiques manipulatoires.

 

Quand elle eut 14 ans, Angela s’est rendue à Toronto dans un hôpital de renommée mondiale. Elle y a fréquenté le département des enfants malades et rencontré divers spécialistes. De nombreuses prises de sang, procédures diverses, tests de vidange gastrique, MRE, et la liste continue. Une nouvelle endoscopie et coloscopie ont révélé des inflammations ci et là. Résultats : « cause inconnue… nous allons traiter ». Angela a ensuite reçu mise sous toute une série  médicaments. On a traité les symptômes, mais sans aucune amélioration…

 

La 9ème année d’études commence et miraculeusement Angela parvient à tenir le coup pendant 6 semaines en se rendant à l’école 3 fois par semaine. Elle a ensuite craqué ; c’était trop pour elle. Elle ne parvenait pas à sortir du lit plusieurs jours d’affilée.

 

Encore et toujours des analyses de sang qui ne montrent rien…A plusieurs reprises, nous avons insisté pour qu’elle puisse suivre un enseignement à domicile.

 

Angela a fini par être épuisée émotionnellement et physiquement : un médecin disait une chose, pour un autre il s’agissait d’autre chose… et Angela s’épuisait en essayant de suivre leurs conseils. Aujourd’hui, deux ans plus tard, Angela n’a fondamentalement plus confiance dans les médecins.

 

Janvier 2012, Angela essaye de calmer ses douleurs abdominales en se roulant par terre en pleurs. Cette situation a duré des mois. Elle a finalement été admise pour 2 semaines à l’hôpital des enfants malades. Elle y était nourrie au moyen d’un tube qui rentrait par le nez  et descendait dans l’estomac. C’est par cette voie qu’on lui administrait du Tolerex. Pendant ce temps, il lui était interdit de boire et de manger. Dès le début de ce traitement, elle s’est sentie encore plus mal et avait sans cesse des ballonnements. Mais en dépit de ses pleurs incessants, les soignants l’ont obligée à continuer. Ce furent deux semaines parmi les plus bouleversantes qu’elle n’est pas prête à oublier. Après avoir dû continuer ce régime pendant une semaine à la maison, nous avons décidé que, maintenant cela suffisait. Il s’avère maintenant qu’elle est très sensible aux hydrates de carbone et le premier ingrédient qu’on lui administrait à l’hôpital par le tube était de l’amidon de pommes de terre ! Encore une fois des souffrances parfaitement inutiles.

 

Aujourd’hui, Angela a presque 16 ans. Suite à toutes nos démarches et insistances, les médecins envisagent maintenant que le Gardasil ait pu être une cause possible de ses mystérieux problèmes auto-immuns.

 

Aujourd’hui, quand elle a de la chance, Angela fréquente l’université 2h1/2 par jour 3 ou 4 fois par semaine. Nous nous demandons quand elle parviendra à rattraper son retard et à suivre les cours normalement.

 

Angela est maintenant aidée par un spécialiste des problèmes gastro-intestinaux, par une équipe spécialisée dans les problèmes de la douleur et par un psychologue. Angela consulte également un docteur en naturopathie, un nutritionniste et le médecin qui dirige la clinique de naturopathie. Elle a essayé des traitements à base de vitamines, minéraux, des traitements par intraveineuse. Elle a dû prendre jusqu’à 20 compléments alimentaires par jour. Tout cela n’a fait que changer peu de chose dans sa vie. Elle continue à manger très peu pour éviter les douleurs et les ballonnements. Angela a aussi essayé l’acupuncture. Elle s’épuise à essayer trente-six mille choses sans que son état de santé puisse s’améliorer.

 

Avant le Gardasil, sa maladie cœliaque était complètement sous contrôle et malgré ses problèmes de fatigue chronique, elle faisait partie d’une équipe de basket ; elle jouait au volley, s’exerçait au trampoline, faisait de la gymnastique, de l’équitation, sortait avec des amis et était considérée comme une des plus brillantes élèves de sa classe. Sa plus grande joie et son ambition était de pouvoir, un jour, faire partie de l’équipe officielle de basket de la Haute Ecole. Une ambition à laquelle elle a bien entendu dû renoncer.

 

Aujourd’hui, elle peut tout juste faire des activités très légères qui ne durent pas plus de deux à trois heures par jour. Les sports auxquels elle s’adonnait ne lui sont désormais plus possibles. Si un jour elle est tentée d’exagérer, elle doit payer la note en passant 2 à 3 jours au lit. Etant donné sa faiblesse, elle ne voit plus ses amis que  très rarement… Comment son état pourrait-il lui permettre de faire des projets d’avenir ? Il ne semble en outre exister aucun remède à son état. Elle pleure souvent en pensant à toutes ses activités qu’elle ne peut plus faire. Jour après jour, elle doit vivre avec l’un ou l’autre des symptômes suivants :

 

  • Douleurs abdominales qui s’aggravent chaque fois qu’elle mange.
  • Ballonnements qui s’aggravent aussi après avoir mangé.
  • Extrême limitation dans le choix des aliments.
  • Inflammation chronique des voies digestives.
  • Faiblesse musculaire et générale ; difficultés à se tenir debout.
  • Grande fatigue.
  • Sommeil non réparateur.
  • Vertiges
  • Maux de tête
  • Douleurs d’oreille
  • Eruptions cutanées inexpliquées.
  • Difficultés pour se déplacer, pour respirer.
  • Démangeaisons inexpliquées.
  • Aucune énergie en dehors d’une simple activité de 2 à 3 heures par jour.
  • Variations de température incontrôlables.
  • Agitation.
  • Perte d’attention et de concentration.

 

Nous les parents, nous avons peur. Nous n’avons aucune idée de la manière dont ce cauchemar pourra se terminer. Quand pourra-t-elle retrouver une vie « normale » ?

 

J’ai dû quitter mon emploi quelques mois après qu’Angela soit tombée malade après son vaccin pour pouvoir m’occuper d’elle à plein temps. Ce sont un naturopathe et un nutritionniste qui nous aident le plus ; ce sont ces deux personnes qu’Angela apprécie le plus.

 

Les frais se sont accumulés avec la perte de mon travail et le coût des traitements d’Angela.

 

Le cas d’Angela n’est pas unique. Un groupe de 70 filles du monde entier font l’impossible pour la soutenir. – Je suis personnellement en contact avec plus de 1000 parents (leur nombre augmente chaque jour)  dont les enfants souffrent des mêmes (voire pires) effets indésirables.

 

Même si Angela souffre beaucoup, nous devons néanmoins être reconnaissants car il y a des jeunes-filles qui font encore des convulsions après 5 ans, qui souffrent de paralysies, de troubles neurologiques. Il y a aussi des jeunes-filles qui ont payé le prix ultime : elles y ont laissé leur vie.

 

Il y a encore beaucoup de gens qui ne sont pas au courant que les symptômes dont leurs enfants souffrent sont dus au vaccin. Les preuves que le Gardasil est susceptible de provoquer ces symptômes sont pourtant accablantes.

 

Si je m’étais donné la peine de faire une recherche et si j’avais trouvé ce que je sais maintenant, nous aurions maintenant une jeune-fille normale et heureuse de vivre comme c’était absolument son droit le plus strict.

 

Nous avons voulu partager notre histoire dans l’espoir d’empêcher que pareil drame se reproduise dans une autre famille. Nous souhaitons aussi que notre témoignage puisse offrir quelque soutien aux familles qui sont également passées par ces souffrances. Nous pensons que c’est comme cela que nous pourrons aider Angela à supporter sa souffrance, à l’aider à réaliser que cette souffrance ne soit pas totalement vaine, à aussi garder la foi, à lui donner un peu de force et de courage.

 

Notre ultime message est simple : « Renseignez-vous bien avant de vous faire vacciner ! » (« Investigate before you inoculate ! »)

 

Source: SaneVax

  

« Le Gardasil n’a pas été évalué pour la cancérogénicité ou l’altération de la fertilité. Bravo ! Ils veulent vacciner toutes les jeunes-filles américaines  de 12 ans avec un vaccin contre le cancer et ils ne savent même pas avec certitude si oui ou non le vaccin lui-même serait susceptible de provoquer le cancer, ou de rendre stériles les filles qui se font vacciner! » Dr Tim O'Shea – HPV – the First Cancer Vaccine Dr Tim O’Shea. http://www.whale.to/vaccines/gardasil_q.html 

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 11:45

Cette vidéo est vraiment très intéressante. Elle a le mérite de montrer que:

 

1°) Il y a proportionnellement plus de parlementaires qui osent mouiller leur chemise sur le thème de la vaccination et de ses risques graves possibles en France qu'en Belgique. En Belgique, ce n'est pas difficile, il ne doit y en avoir qu'un ou deux, tout au plus! Et pourtant, on voit mal comment les mêmes vaccins, de même composition, pourraient être dangereux en France et sans risque en Belgique!

 

2°) Cette vidéo révèle aussi très bien tout le malaise de la Ministre française de la Santé qui adopte une position d'arrière-garde et scientifiquement périmée, se retranchant derrière la phrase générale selon laquelle "tout médicament comporte des effets secondaires"!

 

 

Mme Touraine, Ministre française de la Santé, évoque la "myofasciite à microphages", ça en dit long sur son étude du sujet et sur la crédibilité qu'on peut lui accorder. Ca nous a aussi fait repenser à une des deux avocates de l'Etat belge qui avait parlé de "système immunitoire" lors des plaidoiries sur le H1N1!
Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 21:25

H7N9--image.jpg

Alors que l'heure est à la distillation de la peur au sujet du nouveau virus grippal H7N9, le très officiel journal britannique The Independent a publié, il y a quelques jours, un article sur le danger que représentent non pas les virus grippaux en eux-mêmes mais les agissements de chercheurs chinois qui créent de nouvelles souches grippales dans des laboratoires vétérinaires.

 

Comment se fait-il que la presse francophone n'ait pas fait écho aux inquiétudes légitimes de ces scientifiques qui s'indignent tout de même de "l'irresponsabilité épouvantable" de ces apprentis-sorciers qui sont finalement bien plus à craindre que les virus naturels qu'ils manipulent artificiellement?

 

Le Soir va-t-il en parler? Et l'agence Belga? Car nous sommes en ce moment dans un nouveau contexte d'opacité et d'informations contradictoires au sujet de cette nouvelle grippe H7N9, exactement comme c'était aussi le cas pour le virus H1N1.

 

Le journal The Independent relaie tout de même des préoccupations importantes au sein même du monde scientifique, et qui méritent pourtant totalement d'être connues du public:

 

"Des scientifiques sonnent l’alarme sur le danger des nouvelles souches virales créées par le mélange du virus de la grippe aviaire et de la grippe humaine: si la souche du virus devait s’échapper du laboratoire elle pourrait provoquer une pandémie mondiale et causer des millions de morts, avertissent les experts. 

 

Les laboratoires d’ingénierie génétique et les agences de contrôle et de protection du public (CDC, FDA) savent pertinemment que des expériences sont menées, depuis quelques années, pour produire le virus le plus mortel et le plus virulent. L’alerte a été sonnée en 2010 par des scientifiques de différents pays concernant le croisement génétique de la H1N1 (hautement virulent) avec la H5N1 (hautement mortel).  Et encore, les recherches se poursuivent jusqu’au jour où l’humanité toute entière sera soumise à une expérience « in vivo », où nous ne serons que de pauvres rats de laboratoire!

 

Des scientifiques chevronnés ont critiqué « l’irresponsabilité épouvantable » de chercheurs chinois qui ont délibérément créé de nouvelles souches du virus de la grippe dans un laboratoire vétérinaire [un "accident de bio-sécurité" sera accusé d'avoir déclenché la pandémie mondiale...].  Ils ont mis en garde qu’il y a un danger à voir s’échapper le virus du laboratoire, ce qui pourrait provoquer un massacre mondial.

 

Lord May de Oxford, un ancien chercheur du gouvernement et président de la Royal Society, met à garde la communauté scientifique: « Ils disent qu’ils font cela pour aider à développer des vaccins et des manifestations similaires. En fait, la vraie raison, c’est qu’ils sont poussés par une ambition aveugle ».

 

« Le dossier de confinement dans les laboratoires, comme celui-ci, n’est pas rassurant. Ils prennent sur eux la capacité de créer la transmission d’humain à humain d’un virus très dangereux. C’est terriblement irresponsable ! » a-t-il ajouté.

 

L’étude controversée du mélange viral a été réalisée par une équipe dirigée par le professeur Chen Hualan, directeur de la recherche nationale sur la grippe à l’Institut de recherche vétérinaire.

 

Pendant ce temps là, la presse belge relaie docilement les propos de l'OMS, de l'ESWI, de gens déjà grillés comme Osterhaus (cfr fiasco du H1N1!). Elle tait aussi notre lettre recommandée de questions à la Ministre Onkelinx sur cette nouvelle grippe H7N9. (sauf Canal C, que nous remercions!)



Le contexte est donc une fois encore propice à toutes les dérives, et ce grâce à la complicité des médias grand public. En France aussi, les autorités sont particulièrement silencieuses sur cette nouvelle souche de grippe, préférant sans doute "laver" leur réputation d'alarmistes qu'ils s'étaient créée lors de la fausse pandémie de H1N1. C'est pourquoi, ce sont les syndicats médicaux qui "informent" les médecins sur les modalités de prise en charge d'éventuels patients suspects... mais au fait, comment les informent-ils? Avec quel contenu? Ces "informations" sont-elles fiables? Où sont-elles encore une fois un vulgaire copier-coller d'articles de presse ou de comptes-rendus de l'OMS?



Alors qu'on nous prétend que la mortalité due au virus H7N9 est d'environ 20% (donc une minorité de cas et non la majorité des gens infectés), il est étrange de lire un article intitulé "Un nouveau cas de guérison du virus H7N9 de la grippe aviaire au Henan." dans lequel il est précisé qu'il s'agirait du premier cas de guérison de la ville et seulement le troisième de la province!!



La réalité, c'est qu'il est bien possible que le taux de mortalité de ce virus soit nettement plus faible qu'annoncé, avec un nombre de cas humains passant inaperçus possiblement nettement supérieur ("diluant" ainsi la proportion de cas réellement graves). Cette possibilité non infirmée n'a pourtant pas empêché les syndicats médicaux d'écrire par mail aux médecins français: «Même si de nombreuses inconnues persistent, les formes cliniques observées ce jour en Chine sont graves dans plus de 90 % des cas. Une hospitalisation en urgence après appel au Samu Centre 15 est recommandé devant toute personne ayant voyagé ou séjourné en Chine et qui, au cours des dix jours après son retour, présente des signes cliniques d’infection respiratoire aiguë



Pendant ce temps-là aussi, des "scientifiques" s'activent à mettre au point un Xième vaccin expérimental contre cette nouvelle souche de grippe, et qui sera évalué au sein d'essais cliniques-éclairs.



Sur le site Slate.fr, on pouvait lire le 3 mai dernier, sous la plume de Jean-Yves Nau, que « Il apparaît ainsi que le H7N9 actuel est la résultante de nombreux échanges de matériels génétiques et de réassortiments et réarrangements structurels viraux. » ou encore que « Tout ce serait donc passé comme si ce nouveau pathogène n’avait (comme le H5N1) pas eu besoin d’intermédiaires chez les mammifères. »

 

Et si tous ces réarrangements n’étaient pas si naturels que cela ? Les inquiétudes au sein même du monde scientifique, sur la tendance d’apprentis-sorciers à jouer littéralement avec le feu, donnent réellement à réfléchir…

 

Voir aussi l'article du site 20Minutes.fr intitulé "Les chinois créent un nouveau virus aviaire en laboratoire."

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Pandémies à gogo
commenter cet article

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA