Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 10:10

Lanceurs d’alerte sur les dangers des vaccins :

                        Mis sur LISTE NOIRE   !                     

 

D’après Jeffry John Aufderheide, 29 mars 2013

 

Bouche-cousue.jpg

 

Le site Vactruth.com a récemment publié des articles sur la mort subite du nourrisson, un enfant décédé peu de temps après avoir été vacciné, Bill Gates, l’autisme et des échecs vaccinaux. Cette information a été classée « abusive » et « malveillante » par Facebook.com. En fin de compte, il s’agit de la censure d’informations importantes pour les parents et tout un chacun.

 

Comment cela est-il possible ?

 

Fréquemment lorsque vous cliquez sur nos liens Facebook, un lien hypertexte s’affiche qui vous permet de voir l’article en question sur notre site web. Fréquemment vous serez avertis par une « Alerte de Sécurité » vous signalant, par exemple, que le lien que vous allez ouvrir est « potentiellement abusif »…

 

Comme vous pouvez le voir sur l’alerte, Facebook a recours à un partenaire nommé Web of Trust (WOT) (Web de confiance) détenu par Sami Tolvanen et Timo Ala-Kleemola en Finlande pour filtrer les sites « abusifs ».

 

WOT se présente comme : « …Le meilleur service d’information sur la réputation du web » et se sert d’un système feedback pour attribuer aux sites un score de réputation. [1]

 

Il est possible de se procurer les services de WOT pour 450 dollars par an [2]

 

A première vue, ce type de classement peut paraître utile, mais quand on y regarde de plus près, il fait écho à des tactiques proches de celles de la mafia.

 

Le système WOT est basé sur des cotes que peuvent attribuer des utilisateurs anonymes qui ne font qu’encourager ce genre d’activité.

 

Certains utilisateurs sont des experts professionnels de l’informatique, ce qui donne un poids énorme à leurs votes et ont un accès facile aux outils de classement et d’appréciation. [3] Pour montrer comment quelques professionnels de l’informatique peuvent attribuer des cotes à un site web, jetez un coup d’œil aux quelques lignes ci-dessous :

 

Bon site : 121 votes

 

Utile, informatif : 199 votes

 

Enfants : 2 votes

 

Spam : 1 vote

 

Contenu haineux ou douteux : 5 votes

 

Questions éthiques 14 votes

 

Inutile : 1 vote

 

Autres : 5 votes

 

L’attribution de certaines cotes peut être désactivée pour permettre de maintenir les cotes négatives en tête de liste.

 

C’est ainsi que Vactruth.com se voit attribuer un pauvre classement en dépit du fait qu’il jouit pourtant d’un soutien très positif.

 

Je voudrais, par exemple, attirer particulièrement votre attention sur un utilisateur expert en informatique nommé SuperHero58 !  On peut voir que cet utilisateur a posté des évaluations négatives non seulement sur Vactruth.com, mais aussi sur d’autres sites comme celui de Mercola, Natural News, Natural Society etc. Si maintenant nous jetons un coup d’œil sur les statistiques concernant ce seul utilisateur, nous pouvons nous rendre compte qu’il a évalué 561.760 sites depuis que son compte a été créé en mai 2010 ! Ce qui représente une moyenne de 527 évaluations par jour ou 21 messages par heure pendant 1066 jours. Il est à se demander si cette personne s’est donné la peine de visiter tous les sites qu’elle a évalués…

 

[…] Cette question ne doit pas être prise à la légère parce que la censure est un problème de première importance. Il y a aussi lieu de se demander quelles sont les personnes qui investissent dans ce genre d’entreprises et quels sont leurs objectifs. Qui sont ces investisseurs privés ? Les compagnies pharmaceutiques ? Les banquiers ? Il semble bien, en tout cas, qu’il y ait des gens puissants qui peuvent d’un seul clic, exercer une influence sur notre droit à obtenir des informations importantes et vitales. Finalement, ce sont vous et moi, les parents qui sont censurés.

 

Références

  1. http://www.mywot.com/en/aboutus
  2. http://www.mywot.com/en/trustseal/comparison
  3. http://www.mywot.com/wiki/Mass_rating_tool
  4. http://www.mywot.com/en/forum/23952-search-engine-alt

 

Source: Vactruth

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 21:15

Green-our-vaccines.jpg

L'AFP publiait le 29 mars dernier un article lénifiant et sans aucun esprit critique sur les résultats d' une étude biaisée parue dans la revue The Journal of Pediatrics et dont le titre sonne en réalité comme une réponse aux dénonciations médiatisées de personnalités connues du public comme Jenny Mc Carty et son ex compagnon Jim Carey lors de leur rallye "Green our vaccines", en 2008.

 

A l'époque, ils soulignaient déjà, ce qui est le bon sens même: "Too Many too soon !" ce qui, en français, signifie "Trop (de vaccins), trop tôt." Et on aurait encore pu rajouter  aussi: trop à la fois.

 

Cette étude, qui ne sert pas à faire réellement la lumière mais bien davantage à lutter contre la défiance croissante envers les vaccins ainsi que la tendance en hausse chez les parents à opter pour des calendriers vaccinaux alternatifs, conclut sur base d'une méthodologie plus que douteuse qu'il n'y a aucun lien entre "trop vaccins trop vite" et l'autisme.

 

Et bien sûr, le bon peuple est censé le croire, au seul motif que cela aurait été publié dans une revue médicale connue!

 

Voici pourtant un extrait de la dépêche AFP qui devrait attirer votre attention et votre vigilance en ce sens qu'il est extrêmement révélateur de cette Science bâclée qui caractérise tellement le dogme de la vaccination:

 

« De précédentes études avaient déjà établi l'absence de lien entre la vaccination et l'autisme, mais les chercheurs du CDC se sont cette fois-ci concentrés sur l'exposition des enfants aux antigènes, les substances présentes dans les vaccins qui entraînent la production d'anticorps pour lutter contre l'infection ou la maladie. Ils ont comparé l'exposition aux antigènes de 256 enfants autistes à celle de 752 autres enfants. "Nous n'avons trouvé aucune preuve suggérant une association entre l'exposition durant les deux premières années de la vie aux protéines stimulant la production d'anticorps et aux polysaccharides contenus dans les vaccins et le risque de souffrir d'autisme", écrivent-ils dans l'étude. »

 

Ce court extrait rassemble 2 éléments de tromperie fondamentaux:

 

1°) Il est fait référence aux "précédentes études qui avaient déjà établi l'absence de lien entre la vaccination et l'autisme", ce qui est un argument purement quantitatif qui tend implicitement à faire croire que le nombre ferait la vérité. Il ne faut pas oublier à ce sujet les méthodes des pharmas qui ont besoin de la loi du nombre (des études) pour protéger leurs marchés, indépendamment de la qualité intrinsèque de telles études.  

 

2°) Ce type d'étude n'a absolument AUCUNE valeur, tout simplement parce qu'aucun vaccin ne consiste à n'administrer seulement QUE des antigènes, ils sont toujours intégrés à un ensemble d'autres substances dont on ne peut pas les séparer en termes d'effets et de mécanismes physiopathologiques possibles. Comparer des enfants autistes à des enfants lambda non autistes en disant que les autistes n'ont pas reçu plus d'antigènes que les seconds est une absurdité indicible car il est bien évident que quasi 100% des enfants reçoivent de nos jours tous les vaccins possibles et imaginables et d'autre part, que 100% des enfants polyvaccinés d'aujourd'hui ne deviennent pas autistes, certains étant plus résistants que d'autres. Ce genre de comparaison est donc surtout conçue pour ne rien trouver du tout.

 

Les seules études FIABLES pour réellement démontrer l'absence de lien entre les vaccins et l'autisme sont de deux types:

 

a) Une comparaison de la prévalence de l'autisme chez les enfants ayant reçu le schéma vaccinal officiellement recommandé à celle chez les enfants vierges de tout vaccin. De telles enquêtes ont déjà été menées par des groupes de citoyens indépendants mais jamais par les autorités officielles qui redoutent à juste titre un contraste accablant dans la prévalence entre les deux groupes.

 

b) Des études en laboratoire sur les animaux. Et à ce sujet, plusieurs études ont déjà montré de sérieuses raisons d'inquiétudes. Les neurones des rats sont détruits sous l'effet de l'aluminium vaccinal. Des primates vaccinés précocément peu après la naissance avec des vaccins anti-hépatite B contenant du mercure, perdent leurs réflexes de survie etc etc. Toutefois, des études négatives sur les animaux ne permettent pas forcément d'exclure un risque chez l'homme car la transposabilité n'est pas toujours optimale (comme cela s'est vu avec la thalidomide par exemple.)

 

Too-Many-too-soons.jpg

En conclusion, on voit donc assez mal en quoi cette étude de De Stefano et al. (De Stefano était aussi impliqué dans une des études qui blanchissaient à tort le vaccin anti-hépatite B dans la genèse de cas de scléroses en plaques alors que les chiffres année par année en France montrent sans l'ombre d'un doute le lien avec la vaccination) arrivera à persuader les parents d'oublier leurs craintes on ne peut plus fondées! Un nombre croissant de parents se rendent compte qu'on vaccine trop, top tôt et trop à la fois. Et ils ne sont plus dupes des intérêts marchands qui sous-tendent très largement les programmes vaccinaux. En s'informant, ils se rendent compte que Big Pharma a près de 300 nouveaux vaccins dans son pipeline et d'autre part, que les autorités considèrent les pharmas comme "leurs partenaires naturels". Dès lors, il leur apparaît de plus en plus clair qu'il est de l'intérêt des pharmas de grouper et de combiner un maximum leurs vaccins, de façon à "faire de la place" dans le calendrier vaccinal pour caser plusieurs autres nouveaux vaccins. Et à chaque fois, des maladies qui étaient fréquentes mais très peu dangereuses sur un plan statistique, commencent à être dramatisées pour écouler les vaccins correspondants. Les parents qui ont du bon sens arrivent à se souvenir qu'eux et leurs compagnons de classe ont très bien vécu sans toutes ces batteries de nouveaux vaccins soi-disant synonymes de "Progrès". Un tiers des parents américains sont en outre déjà enclins à penser que les vaccins peuvent causer l'autisme. Et cela les inquiète à fort juste titre dans un pays où les taux d'autisme explosent (1 enfant sur 50 et 1 garçon sur 31!). Les rassurer à tort protégera certes TEMPORAIREMENT les intérêts des fabricants mais ne fera que retarder l'éclatement inéluctable de la bulle vaccinale.

 

L'acteur Jim Carey a courageusement commencé son discours à la tribune lors du rallye "Green Our Vaccines" par la question suivante " Je voudrais commencer ce discours en posant au Centre de Contrôle des Maladies cette question: "A quel point pensez-vous que nous soyons stupides? "

 

Aux Etats-Unis, les gens descendent plus facilement dans la rue et certains scientifiques et hommes politiques ne craignent pas de s'unir à des citoyens pour protéger la santé des enfants.

 

 

Voir aussi les articles complémentaires suivants:

 

Ethique vaccinale & prostitution de la Science

 

La sécurité des vaccins pose vraiment problème: les officiels le savent

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 18:34

  

Ce genre d'application au prétexte de sécurité, ne risque-t-elle pas un jour de porter atteinte à nos libertés?
 
Force est de constater que nous sommes de plus en plus contrôlés et ce dans tous les domaines de la vie. Pour l'immense majorité des gens, ce genre de contrôle n'aura absolument aucun bénéfice. Mais c'est toujours "au nom de la sécurité" ou de la facilité (côté "pratique") que des mesures potentiellement très liberticides finissent par être mises en place et étendues progressivement au plus grand nombre.
 
Il est désormais impossible de trouver un chien ou un chat de race non pucé. Au nom de "leur sécurité" et de "la facilité", tous les animaux de race sont d'ores et déjà soumis à de telles obligations de traçabilité. Qu'en sera-t-il demain de l'être humain? Va-t-on vers une habituation progressive des gens au puçage? Ces questions ne sont pas de l'ordre de la théorie du complot, ce sont des questions éthiques et citoyennes qui se posent naturellement et légitimement au vu du développement de ce genre de technologies "révolutionnaires".
 
Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 18:03

Les choses traînent en la matière... comment s'en étonner? Il est clair que les autorités qui ont toujours clamé haut et fort la (fausse) sécurité des vaccins, ne sont guère pressées d'organiser des recherches susceptibles de démontrer que leur politique vaccinale aveugle et qui dure depuis des décennies, a pu générer des ravages en termes de santé publique, avec le risque juridique qui se posera tôt ou tard dans la foulée de tels résultats.

 

En outre, dans le contexte actuel où on ne cesse de réduire les contre-indications aux vaccins et où la pression vaccinale va croissant sur toutes les catégories de la population, identifier des groupes de gens encore plus vulnérables que d'autres aux effets secondaires de vaccins  n'est tout simplement pas dans l'air du temps.

 

L'association de malades de myofasciites à macrophages (E3M) vient de publier un récent communiqué sur cette inaction criminelle de la part des autorités car comme ils le rappellent très bien, chaque jour qui passe apporte bien sûr son lot de victimes supplémentaires inutiles.

 

Lire ici ce document de E3M.

 

(Actualisation au 4/4/13: le comité de pilotage de ces recherches aurait enfin été constitué...) 

 

NB: Nous sommes d'accord avec E3M sur les risques graves, notamment neurologiques, associés à l'aluminium qui sont connus et établis de longue date. En revanche, nous ne disposons pas de preuves suffisantes pour affirmer l'innocuité du phosphate de calcium prétendûment "si sûr" en comparaison avec l'aluminium et compte tenu de la présence de phosphate de calcium dans notre organisme (comme c'était aussi le cas du squalène d'ailleurs), l'injection d'une telle substance ne nous apparaît pas d'emblée comme anodine. Nous avons demandé à E3M de nous communiquer les preuves dont ils disposeraient sur l'innocuité du phosphate de calcium et pour info, nous ne les avons jamais reçues.

 

Mais nous tenons aussi à attirer l'attention du public sur le fait qu'un danger n'en supprime pas forcément un autre. Ainsi, cela n'est pas parce que l'aluminium vaccinal pose un problème évident et majeur de sécurité que pour autant, le phosphate de calcium est forcément sûr. De même, cela n'est pas parce que certaines associations focalisent tous leurs efforts sur le seul aluminium vaccinal que pour autant, le reste du processus vaccinal et des autres composants ne posent pas aux aussi problème. Malheureusement, la question vaccinale est complexe et implique d'innombrables facettes, et ce, bien sûr aussi lorsqu'on analyse tous les nombreux problèmes de sécurité que les vaccins posent à bien des niveaux.

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 17:46

NON-aux-OGM.gif

Après les fabricants de vaccins qui ont reçu l'impunité juridique de la Cour Suprême et des autorités américaines, c'est à présent au tour de Monsanto, le producteur particulièrement controversé d'OGM.

 

« Dans le plus pur style de la fourberie des actions légales de Monsanto, le géant de la biotechnologie est maintenant virtuellement garanti de pouvoir planter sans encombre ses cultures OGM sans avoir plus à s'occupper du gouvernement américain et de ses cours de justice. Le Monsanto Protection Act, profondément enfoui dans la résolution sur le budget, a passé le sénat et maintenant il n'y a plus qu'un veto présidentiel pour l'empêcher d'être mis en application.


Si vous n'êtes pas familier avec ceci, la loi de protection de Monsanto est le nom donné à cette pièce législative qui fut insérée dans la loi budgétaire du Senate Continuing Resolution. Utilisant la dénomination trompeuse de "Farmer Assurance Provision", la section 735 de cette loi donne en fait à Monsanto une immunité contre les cours fédérales de justice concernant toute révision de quelque culture génétiquement modifiée que ce soit qui serait estimée dangereuse. Sous cette section, les cours de justice ne pourront plus arrêter Monsanto de continuer à planter des OGM qui sont pensés être, même par le gouvernement, dangereux pour la santé ou l'environnement»

 

Lire la suite de cet article le site sott.net : ICI

 

Si le public ne voit toujours pas clair avec ça, on ne sait vraiment pas ce qui lui faut ! Peut-être les naïfs devraient-ils se demander pourquoi serait-il nécessaire d’apporter une telle protection juridique aux fabricants si leurs produits étaient réellement si sûrs ? Quant aux gens de mauvaise foi, peut-être seraient-ils inspirés d’enfin penser aux générations futures, dont ils ne semblent pas le moins du monde se préoccuper, hélas ! Quant à la majorité des gens qui désapprouvent ce véritable hold up de la santé publique par les intérêts marchands, nous les invitons à jouer le rôle de citoyens ACTIFS:

 

- qui refusent l'achat d'aliments contenant des OGM, préférant acheter moins et payer un peu plus que s'empoisonner à petit feu et ainsi cautionner tacitement plus longtemps ces cultures illégitimes.

- qui en parlent tout autour d'eux

- qui réagissent sur les forums

- qui écrivent aux journalistes, aux députés et surtout,

- qui ne pardonneront pas ce genre de trahison à leurs élus.

 

 

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Citoyenneté active
commenter cet article
30 mars 2013 6 30 /03 /mars /2013 21:30

Medecin-X.gif

Un médecin, que nous appellerons Dr X, nous a fait parvenir cet article qu'il a rédigé.

 

Nous avons vérifié la qualité de médecin du Dr X. A la suite de différents ennuis avec le Conseil de l'Ordre consécutifs à ses critiques sur les vaccins dans différents médias, il préfère pour l'instant garder son anonymat, afin de pouvoir continuer à œuvrer contre leur pratique tout en pouvant vivre financièrement parlant, sans risquer l'excommunication.

KIGGS-VACCINATED-UNVACCINATED.jpg

 [Comparaison entre les chiffres de l'étude KIGGS (pour les enfants vaccinés) à ceux de l'enquête Vaccine Injury. Info]

 

Ce graphique, comparant une population d’enfants vaccinés (en bleu)  à une autre qui ne l’est pas (en rouge), montre la chose suivante, qui est effroyable :

A chaque fois que nous avons vacciné mille enfants :

à 123 d’entre eux nous avons donné une allergie,

à 156 un asthme ou une bronchite chronique,

à  62 une névrodermite,

à  126 un herpès,

à  90 une tendance aux otites,

à  81 le rhume des foins,

à  59 une hyperactivité,

à  48 une scoliose,

à  33 une épilepsie,

à  14 une migraine,

à  16 une affection thyroïdienne.

 

En résumé, en vaccinant 1000 enfants, nous avons instauré 808 maladies de façon tout à fait artificielle. Et cette statistique ne porte ni sur d’autres pathologies provoquées, ni sur les accidents immédiats, parfois mortels (Mort subite du nourrisson), ni sur les incidences à long terme.

Seul un enfant sur cinq est sorti pour l’instant indemne de notre action. Un peu plus, il est vrai, parce qu’il y a des cumulards… Mais sans doute ne perd-il rien pour attendre.

S’il est maintenant tout à fait certain que nous leur avons fait du mal, est-il certain que les maladies dont nous prétendons les avoir protégés, prétention probablement largement abusive d’ailleurs, étaient plus graves et justifiaient cette hécatombe ?

Il naît en France près de 800.000 enfants chaque année.

Selon les calculs résultant de ce graphique, l’abstinence vaccinale pourrait épargner tous les ans :

94.800 enfants allergiques

124.800 enfants asthmatiques ou bronchitiques chroniques

49.600 enfants atteints de névrodermite

100.800 enfants herpétiques

72.800 enfants atteints d’otite à répétition

64.800 enfants atteints de rhume des foins

63.200 enfants atteints d’hyperactivité

38.400 enfants scoliotiques

26.400 enfants épileptiques

11.200 enfants migraineux

12.800 enfants atteints de troubles thyroïdiens.

 

Soit un total de 646.400 enfants épargnés dans leur chair. Plus de 6 millions tous les 10 ans : c’est hallucinant.

Ceux précisément qui sont actuellement nos victimes, comment les appeler autrement ?

Auxquels il convient d’ajouter les victimes d’accidents à long terme (mais peut-on parler d’accidents ?) que représentent les scléroses en plaques, Parkinson, Guillain Barré, autisme, et autres Alzheimer dont on nous serine sans doute bien à tort qu’ils sont sans rapport.

Maintenant, il reste à mettre en parallèle les maladies dont nous prétendons les protéger, prétention largement abusive d’ailleurs.

Le calcul est vite fait, et il me paraît sans appel.

On nous a dit que la vaccination était destinée à protéger le plus grand nombre au prix de quelques accidents chez un petit nombre. Il s’avère que tout au contraire, cette vaccination provoque un grand nombre de maladies chez le plus grand nombre, en ne protégeant qu’hypothétiquement d’un petit nombre de maladies qu’on pourrait tout simplement soigner mieux.

Dans un premier temps, je propose donc de reculer l’âge de la primo-vaccination à au moins un an, le temps d’attendre que le système immunitaire de l’enfant soit prêt à recevoir un vaccin, qui est toujours une agression, et jamais une formalité banale et sans conséquence. Le mieux serait deux ans. Tout en sachant que le système immunitaire n’achève sa totale maturation qu’à sept ans.

Je propose aussi d’éviter au maximum les associations vaccinales : la nature nous épargne d’affronter simultanément plus d’une maladie à la fois, et il est absurde et dangereux, voire criminel, d’en proposer 13 d’un coup à sa bienveillante vigilance.

Cette mesure devrait être assortie d’une large information concernant le respect que mérite une  fièvre bien maîtrisée, et sur la stupidité et les dangers de l’usage des antipyrétiques systématiques au cours des maladies infectieuses.

En sachant que par exemple, (en dehors de quelques espèces mutantes de virus dits « chauds », qui peuvent tolérer 40°C, mais pas plus), qu’à partir de 39.5°C, aucun virus polio ne se multiplie plus (Lwoff, prix Nobel). Quelques dixièmes de degré peuvent faire toute la différence.

Et qu’il est infiniment probable que la majorité des morts lors de la grippe espagnole de 1918 furent dues à l’usage immodéré de l’aspirine, ce qui est vérifié par les succès des médecins homéopathes aux USA à cette époque (il y avait alors autant d’homéopathes que d’allopathes dans ce pays), qui purent afficher pour leurs patients une mortalité inférieure à 1% parmi les sujets atteints, tandis que leurs collègues allopathes en déploraient 28%, la grande différence étant l’usage ou non de l’aspirine.

Il faudrait également cesser cette pratique abusive d’exploiter systématiquement telle ou telle poussée épidémique, dont on sait qu’elles sont récurrentes, pour affoler les populations et les diriger vers le vaccin.

Il y a toujours eu, il y aura encore, des poussées épidémiques de rougeole, de coqueluche. Il y a toujours eu, il y aura toujours des reculs spontanés de ces épidémies.

Jusqu’à ce qu’un jour, elles finissent par disparaitre spontanément et définitivement, comme l’ont fait la suette, la peste et la scarlatine, et ceci sans aucun vaccin. Mais d’autres prendront le relais, inéluctablement. (Peut-être ont-elles un rôle dans notre évolution génétique, et sans doute même en tirons nous des bénéfices : il semble bien qu’après une rubéole, on ne soit plus susceptible de souffrir d’une arthrite).

800.000 rougeoles aux USA en 1958, un peu moins de 500.000 en 1962, le vaccin étant apparu en 1963.

4.000 morts de rougeole en France en 1902, 20 en 1982, l’année des premières vaccinations (généralisation du ROR). Idem en Grande-Bretagne où le nombre des décès avait diminué spontanément de 97% avant l’arrivée du vaccin.

Ne laissons pas aux laboratoires et à leurs affidés le loisir de semer de fausses alarmes, et reprenons le contrôle de notre médecine, plutôt que de la laisser aux mains des marchands du temple, qui en font souvent un si mauvais usage. Leur métier est de vendre, le nôtre est de soigner : ne mélangeons ni les genres, ni les intérêts. Et retrouvons notre nécessaire vigilance, on nous a endormis, réveillons-nous avant d’être totalement disqualifiés.

Comprenez que je n’attaque pas la médecine, mais que je tente au contraire de la protéger d’elle-même. Quoi que vous puissiez en penser dans un premier temps et avant réflexion, la médecine a besoin de médecins comme moi.

Pas nécessairement brillants, mais fouineurs, curieux de tout, capables d’ouverture, de recul, et de hauteur de vue, dérangeants, mais assez courageux pour faire savoir.

 

Dr X. (France)

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
30 mars 2013 6 30 /03 /mars /2013 20:00

marketing-social-arm-cancer.JPG

On savait que les mé(r)dias n'étaient pas à un mensonge près mais là, ça apparait décidément de façon encore plus criante, puisqu'ils encouragent les mensonges des professionnels de santé,  selon un récent article du site anglophone SaneVax.

 

Extrait:

 

« La semaine dernière, plusieurs articles de presse ont signalé que 44% des parents américains refusaient les vaccins Gardasil et Cervarix pour leurs enfants. Entre 2008 et 2010 le pourcentage des parents préoccupés par la sécurité de ces deux vaccins a presque quadruplé. En 2010, seulement 32% des filles concernées ont été vaccinées contre le HPV. Qu’est-ce qui ne tourne pas rond dans toute cette histoire ?

 

Extraits de presse du 18 au 22 mars 2013 :

 

  • USA Today  Le pourcentage des parents qui ne veulent pas faire vacciner leurs filles contre le papillomavirus est à la hausse, en dépit du fait que les médecins recommandent de plus en plus la vaccination. Les parents se préoccupent davantage de la sécurité et des effets secondaires possibles des vaccins contre le papillomavirus. - 16% des parents ont mentionné leurs craintes comme étant la raison principale pour laquelle ils n’ont pas fait vacciner leurs filles en 2010, contre 5% en 2008.
  • Medpage today  Des parents déclarent de plus en plus s’inquiéter au sujet de la sécurité des vaccins HPV. Ils ne veulent plus faire vacciner leurs adolescentes…
  • CNN Health Chaque année les inquiétudes des parents ne cessent de croître au sujet de la sécurité du vaccin HPV. De 4,5% en 2008, cette tendance est passée à 16,4% en 2010… Le nombre des parents qui ont déclaré ne plus vouloir vacciner leurs enfants contre le HPV n’a cessé de croître ; il est passé de 38,9% en 2008 à 43,9% en 2010. Le sujet principal de préoccupation était la sécurité.
  • CBS News  Une des raisons principales pour lesquelles les parents ont déclaré qu’ils ne voulaient pas que leurs enfants soient vaccinés contre le HPV est la question de la sécurité.
  • FiercePharma  Un nombre croissant de parents américains déclarent qu’ils ne feront pas vacciner leur fille…Cette tendance contribue à diminuer les bénéfices  de Merck (Gardasil) et de GSK (Cervarix).
  • The New York Times …Sans écarter la nécessité d’aborder les problèmes de sécurité, l’augmentation des taux de refus du vaccin contre le HPV, fait comprendre que pour la vaccination généralisée, il faudra autre chose que des campagnes de marketing. Il faudra que les professionnels de santé racontent une meilleure histoire aux parents et aux jeunes sur la vaccination HPV. (Souligné par l’auteur de l’article)

 

Il appartiendrait donc au contribuable de financer les campagnes de marketing social ? Il faudrait trouver de meilleurs moyens pour persuader les parents ? De qui se moque-t-on ? Qu’est devenu le journalisme d’investigation ? Qu’en est-il des faits eux-mêmes ? Où peut-on encore trouver du journalisme juste et équilibré ?

 

Ne serait-il vraiment venu à l’idée de personne que les 43,9% des parents qui refusent ce vaccin puissent avoir quelques inquiétudes légitimes ?... Après tout, ce ne serait pas la première fois qu’un médicament approuvé par la FDA comme « sûr et efficace » se serait avéré ne pas correspondre à ce qui avait été annoncé. Serait-ce bientôt le tour du vaccin HPV ? »

 

Exemple-de-marketing-social--Emirats-arabes-unis-.jpg

Exemple de marketing social avec une campagne aux Emirats Arabes Unis. Le logo mensonger tatoué sur le bras des filles vaccinées dit ceci: "Arme contre le cancer" (On parle de cancer car ce mot fait peur, ainsi, même s'il n'est absolument pas prouvé que le vaccin puisse prévenir le moindre cancer, on crée de toutes pièces une peur (du cancer) et on amène dans le même temps la fausse solution sur laquelle doivent se jeter les moutons.(= la vaccination).

En montrant plusieurs jeunes filles, on essaie de susciter "un effet de groupe" (les moutons ont l'esprit grégaire... cela les rassure de savoir que d'autres "le font aussi").

 

Les experts veulent que les gens s'habituent à constater des convulsions, des syncopes et des décès chez les vaccinées, sans pour autant faire le lien avec la vaccination!

 

... L'image de la vaccination est en danger si ces effets se manifestent en classe déclare un expert, il faudrait donc faire savoir aux gens qu'ils doivent s'attendre à ces effets et que ce n'est pas forcément lié.

 

Autre extrait:

 

« Le Comité consultatif d’Israël sur les maladies infectieuses et des vaccins a tenu une téléconférence le 30 janvier 2013 pour discuter, entre autres, de la proposition d’introduction de vaccins contre le HPV dans le programme de vaccination scolaire.

 

Le relevé officiel des notes de cette réunion (11 février 2013) offre des perspectives intéressantes pour les consommateurs qui s’interrogent sur la sécurité du vaccin contre le HPV.

 

Ron Dagan, MD est professeur de pédiatrie et spécialiste des maladies infectieuses de l’université Ben-Gourion du Néguev à Beer-Sheva (Israêl) et directeur de l’Unité des maladies infectieuses en pédiatrie au Centre médical de l’université de Soroka, également à Beer-Sheva. Les travaux du Dr Dagan, chercheur actif et conférencier international se concentrent sur les nouveaux vaccins conjugués. Ses conseils d’expert au Comité consultatif d’Israël concernant  les possibilités de mise en œuvre du programme de vaccination contre le HPV sont les suivants :

 

« Nous avons affaire à des injections, dont certaines sont administrées en 3 doses séparées à des adolescentes. De nombreux effets secondaires sont à prévoir. Au cours de la semaine suivant l’administration des injections, on peut s’attendre à de nombreux événements graves qui ne sont pas liés/reliés à la vaccination : évanouissements, convulsions et décès. Ceci doit être pris en compte. La chose  pourrait peut-être ne pas paraître rationnelle, mais si jamais ces événements devaient se produire en classe, ils pourraient entacher la perception/ le statut général des vaccinations. Ca arrive partout dans le monde à chaque instant. […] En ce qui concerne les effets secondaires, nous devons être préparés et pas nous contenter de réagir après coup. Je propose que nous nous concertions avec les représentants anglais sur la manière dont ils s’y sont pris à ce sujet. Nous devons nous préparer à administrer le nouveau vaccin… »

 

Si ceci constitue un exemple de ce que les experts peuvent conseiller au sujet des vaccinations, il n’est pas étonnant que les consommateurs de soins médicaux s’interrogent sur la sécurité du vaccin anti-HPV, son efficacité et sa nécessité. Ainsi nous devrions nous attendre à de nombreux effets secondaires : évanouissements, décès, convulsions au cours de la semaine qui suit la vaccination – et tout cela sans qu’il y ait de rapport avec le vaccin ? Il faudrait aussi se préparer aux effets secondaires, consulter les autres pays pour voir comment ils s’y prennent ?...

 

Alors que faut-il faire pour résoudre le problème des vaccins contre le HPV ?

 

Les inquiétudes des parents concernant la sécurité du vaccin HPV ne vont pas se volatiliser à la suite des campagnes organisées par les médias sociaux. Les conseils des professionnels de santé qui « savent mieux » que quiconque ne va pas  changer l’avis des parents sur le Gardasil, le Cervarix ou n’importe quel autre vaccin. Les platitudes et les garanties non fondées ne sont désormais plus suffisantes.

 

jessica-vega-after-gardasil.jpg

                                                   Jessica Vega après le Gardasil

 

Le temps est venu pour les autorités sanitaires gouvernementales d’exiger des producteurs de vaccins HPV qu’ils prouvent ce qu’ils prétendent ou qu’ils retirent leurs produits du marché. Les consommateurs de soins médicaux exigent aujourd’hui des faits qui soient prouvés scientifiquement – les vaccins doivent être sûrs, utiles et efficaces – rien de moins n’est acceptable. »

 

Source: Activist Post

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 22:05

enfant-vaccin.jpg

Concernant le Prévenar, je lisais le témoignage de parents hier sur le forum de France 5 des maternelles, qui expliquait le décès de leur enfant suite au vaccin.


Ma fille est handicapée suite aux vaccins Prévenar et ROR faits en même temps.


Si je témoigne et m'insurge sur ce que certains peuvent écrire, c'est bel et bien parce que je vis au quotidien avec les problèmes provoqués par les vaccins.

 
Il y a maintenant 13 molécules dans le vaccin Prévenar.

 
Il y a actuellement plus d'une centaine de vaccins en préparation, à croire que bientôt ils vont nous pondre le vaccin « sérum de vérité » ou contre la bêtise...


Il faut savoir que la majorité des molécules utilisées par l'industrie pharmaceutique vont tomber dans le domaine public et ne rapporteront plus rien aux labos. Ils essaient de palier à tout ça en créant des vaccins, composés je vous le rappelle avec pour certains des OGM, pour d'autres des métaux lourds comme l'hydroxyde d'aluminium ou le thimérosal.

 
Je ne suis pas antivaccinaliste je tiens à le préciser mais bel et bien victime de tous ces vaccins, c'est pourquoi je pense avoir davantage de légitimité pour pouvoir en parler.


Est-il normal qu'un enfant doive vivre handicapé à vie parce qu'il a été un jour vacciné?

Le jour où les laboratoires mettront un vaccin réellement sans effets secondaires sur le marché, je me referai vacciner, mais pour l'heure c'est bien loin d'être le cas, on joue à la roulette russe, et aux apprentis sorciers.


Certains effets secondaires peuvent se déclarer plusieurs mois après, même si les médecins n'y croient pas.

 
C'est pourtant certains d'entre eux qui n'ont pas hésité à dénoncer ces faits.

 
Merci messieurs dames, sans vous, nous ferions comme les moutons de Panurge, condamnés à suivre un mouvement où pour le « Bien » de tous, on sacrifie certains sur l'autel de la bêtise.

 

Témoignage de Fraternity1, le 17/09/2010 sur les forums du site Au Féminin.

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 22:27

 

Excellente interview de Sylvie Simon par le Dr Edouard Broussalian, sans langue de bois, et vraiment réaliste par rapport au degré actuel de dictature de la pensée unique en médecine... à diffuser largement! Et merci aux auteurs de cette vidéo fort salutaire!
 
Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Pluralisme thérapeutique
commenter cet article
28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 21:50

Marianne-couverture.jpg

Marianne Belgique est à peine né qu'on peut déjà déchanter!

 

L'hebdomadaire qui ne se prétend pas là pour plaire fait plutôt jusqu'ici dans le prêt à penser et le politiquement très correct. La question qu'on pourrait se poser en la matière est: peut-on vraiment faire du neuf avec du vieux?

 

Le rédacteur en chef de Marianne Belgique, Vincent Liévin, écrit aussi régulièrement pour le journal du Médecin, un journal qui est tellement là pour plaire (à ses annonceurs de Big Pharma) qu'il nous traitait déjà de "secte des anti-vaccins" dès nos premières démarches d'investigation sur la folle saga du H1N1. C'est par exemple Mr Liévin qui a encore écrit tout récemment cet article tellement doucereux et compréhensif envers la pénurie de médecins ONE (parce que ce poste n'attire plus), sans bien sûr jamais faire le moindre lien entre une telle pénurie et la fonction sans valeur intellectuelle ajoutée qui consiste à piquer à la chaîne les enfants à la manière de robots.

 

Dans l'équipe éditoriale, on retrouve aussi des membres de partis politiques classiques, des gens de Test Achats (Test Achats qui affirme sur son site que les effets secondaires des vaccins sont rares ou non prouvés!)... faut-il encore continuer plus loin pour comprendre que ce n'est pas de ce magazine que jaillera la grande révolution promise??

 

Le slogan du magazine qui manque visiblement d'humilité ou de réalisme est "Indépendance, intelligence, irréverence."

 

Quand on agit vraiment de la sorte, on n'a en général pas besoin d'afficher un tel slogan, car le contenu parle alors de lui-même.

 

Qu'il s'agisse des vaccins, de la Rilatine, des experts ou encore des questions européennes, le magazine s'englue dans les lieux communs et se garde bien d'aborder les questions qui fâchent. Pire, il raille les contestataires et n'apporte aucun élément solide à ses affirmations péremptoires!

 

Un gros, un vrai flop qui fait "plouf" pour les amateurs de dossiers solides et bien étayés.

 

En UNE de ce numéro 2 du 16 mars de Marianne Belgique, on pouvait initialement croire que ça augurait de prises de positions courageuses: une couverture qui évoque le rôle des experts, puis la question de la Rilatine, etc etc.

 

Pourtant, à l'analyse, quelle déception! Le magazine reprend ainsi plusieurs thèmes que nous avions déjà abordés sur notre site (rôle des experts, effets secondaires des vaccins, Rilatine, et même un article sur la crise Européenne) mais pour mieux répéter les inutiles poncifs sans donner aucun outil concret et efficace de compréhension et d'action aux lecteurs!

 

- Sur les experts, la confusion est assez pathétique et grossière entre les gens médiatisés et le statut d'expert: c'est finalement prendre les gens pour des bénêts, comme si ceux-ci se forgaient toujours une opinion sur base d'arguments de forme (et donc d'autorité: qui parle? ah, tel ou tel qui est médiatisé, donc il doit être expert) sans aucune prise en compte de la pertinence et du bon sens du fond du discours. C'est ainsi que les "experts" cités font surtout partie du monde économique mais on cite aussi en tant qu' "experts" des gens comme Etienne Davignon ou Marc Uyttendaele (sic!)!

 

- Sur les vaccins, la "ficelle" nous paraît assez grossière là aussi. Dans la rubrique "Bas les masques", en début de magazine, on retrouve ainsi un petit encadré qui donne en tout cas vraiment l'impression d'un petit coup de fil d'une célèbre Ministre de la Santé au média en question (à moins que cela ne soit une brillante idée de la rédaction du Journal du Médecin?), et ce pour donner faussement l'impression qu'il n'y a rien à cacher, depuis la camouflet de la révélation du contenu accablant du document confidentiel de GSK sur l'Infanrix hexa par un travailleur de l'Agence AFMPS dont elle a la tutelle!!

 

Après le scandaleux contrat secret d'achat de vaccins H1N1 que Mme Onkelinx a osé signer au nom du peuple belge (et au sujet duquel, elle avait l'humour de déclarer qu'il n'y avait "rien à cacher", sic!), il fallait sans doute tenter de rattraper la sauce pour éviter cette image de grande cachotière qui va finir par lui coller à la peau! C'est ainsi qu'on pouvait lire ce qui suit...

 

Marianne-du-16-mars-2013-001.jpg

   

Les parents de ces 9 enfants gravement touchés par l'Infanrix hexa apprécieront toute la scientificité de la question de Mr Liévin qui ne tient aucunement compte de la sous-notification notoire des effets secondaires graves de vaccins, seuls 1 à 10% de ceux-ci étant effectivement comptabilisés. Par conséquent, ces cas graves se situent certainement entre 90 et 900 et encore, il ne s'agit là des chiffres réalistes que pour le seul vaccin Infanrix hexa et pour une période d'un an seulement! Dans ces conditions, il n'apparaît guère difficile de voir que le nombre de cas graves de tétanos, diphtérie, polio (0 chaque année chez les enfants), hépatite B (on attend de voir les chiffres chez les enfants mais ça doit avoisiner les 0 aussi!), de coqueluche et d'haemophilius influenzae (pour l'influenzae, il y aurait eu une baisse de 400 cas graves annuels en France sous l'effet des vaccins, rapporté à la Belgique, ça pourrait donc faire une soixantaine tout au plus, et encore!) sont plus faibles chaque année que le nombre d'enfants gravement lésés par des vaccins. Sans parler de l'effet cocktail bien sûr, ... Ahh au fait, à ce propos Mr Liévin, combien d'enfants belges vont chaque année souffrir d'effets neurologiques graves après la co-administration de Prevenar et Infanrix Hexa, cas qui auraient largement pu être évités et réduits puisqu'il est connu des autorités que cette co-administration des deux vaccins (certes très plaisante et même jubilatoire pour les fabricants!) multiplie par 3 le risque d'effets secondaires neurologiques? Prouvez-nous donc Mr Liévin que ce taux d'enfants inutilement victimes des effets neurologiques d'une telle-co-administration sont véritablement moins nombreux que les enfants qui auraient soi-disant fait de graves complications en l'absence de toutes ces batteries de vaccins, allez-y Mr Liévin, on vous attend!!

 

Mais que peut-on vraiment, c'est vrai, encore attendre de Marianne, dont l'aile française avait par exemple publié un article intitulé "Extension du domaine de l'égoïsme: la rebéllion anti-vaccins progresse." Dans cet article, on assimile sans rire 20 à 25% des gens à des égoïstes au prétexte qu'ils refusent les vaccins. On affirme sans preuve que les risques des vaccins sont "infimes", pour ainsi mieux pouvoir parler d'une "rébellion anti-vaccins" qui releverait d'une "mode aussi massive que branchée". Ce genre d'articles sans fondements scientifiques est évidemment démagogique et de nature à monter les gens les uns contre les autres pour de mauvais motifs: en effet, pourquoi est-ce que des gens auraient davantage de légitimité à imposer des vaccinations à ceux qui n'en veulent pas que ceux qui les refusent en auraient à refuser des produits expérimentaux aux évaluations biaisées? On a là un bon exemple en tout cas de "l'intelligence" affichée mais non vérifiée de Marianne!

 

- L'article sur la Rilatine résonne aussi comme un "coup de pouce" à la Ministre Onkelinx qui doit avec ça paraître très vigilante aux yeux de certains sur les risques d'effets secondaires (là où la saga du H1N1 et le peu de cas qu'elle a fait du caractère expérimental des vaccins achetés, avaient plutôt renvoyé l'image du contraire jusqu'ici).

 

La Ministre déclare qu' "ils (les médecins) oublient que la Rilatine est un médicament susceptible d'avoir des effets très néfastes sur la santé et le développement des jeunes, surtout lorsqu'il est pris sur une longue période."

 

Et quid des vaccins, Madame la Ministre, au sujet desquels des études réellement comparatives montrent aussi qu'ils peuvent être très néfastes sur la santé et le développement des jeunes.. et ne parlons alors même pas des effets (volontairement) jamais évalués "des vaccins tout au long de la vie" comme le serine la pub trompeuse de la Fédération Wallonie-Bruxelles!

 

Mieux, Mme Onkelinx semble s'essayer dans le registre de la dénonciation de conflits d'intérêts chez les enseignants dont certains auraient suivi des formations payées par le fabricant de Rilatine pour mieux pousser les parents à faire prescrire ce médoc par leur médecin pour leurs enfants. Bravo Mme Onkelinx, vous semblez voir que là, il y a quelque chose qui ne va pas, maintenant expliquez-nous alors pourquoi cette situation serait différente ou pire de celles des experts du Conseil Supérieur de la Santé, dont vous avez la tutelle, et qui font hélas la pluie et le beau temps en matière de recommandations vaccinales qui retentissent ainsi si négativement sur notre jeunesse piquée de partout?

 

Ainsi, un fascicule distribué dans certaines écoles aurait vraiment "fâché la Ministre", mais que n'avons-nous alors pas de raison, nous, d'être fâchés, quand des dépliants simplistes et mensongers de Provac circulent en toute impunité dans les écoles car ils ont en réalité été commandés sous l'impulsion de la Communauté Française et de sa ministre locale de la Santé, Fadila Laanan?

 

Cet article sur la Rilatine est donc vraiment décevant et insipide. Pour les parents concernés, il ne sert littéralement à rien, puisqu'il n'indique ni les causes possibles de cet état (additifs, vaccins et aluminium vaccinal, etc) ni le moindre traitement alternatif qui aurait déjà été essayé avec succès par d'autres parents. Par conséquent, tout parent qui lit cela se retrouve démuni et nullement plus avancé.

 

- Enfin, le final, la "cerise sur le gâteau" pour les plus patients... l'article sur l'Europe!!

 

Le maire islandais de Reykjavik se fait traiter de "Coluche local aux promesses farfelues", Bepe Grillo est ainsi aussi assimilé à la suite au même registre de "gens pas sérieux" (parce que d'un avis différent et sans doute nettement plus lucide que le journaliste en question sur l'Union Européenne). Mais ce n'est pas tout, car l'article parle aussi, nous citons, d'un "autre clown, l'eurosceptique britannique Nigel Farage"! Un clown... alors que c'est quasi l'un des seuls à dire la vérité et à oser dénoncer le véritable stalinisme européiste!

 

Entre autres propos délectables dans le même article, on retrouvera aussi ceux-ci: "Bruxelles n'est peut-être pas responsable de la situation économique, mais elle est responsable de la détérioration actuelle du climat social, en laissant le ressentiment populaire se cristalliser contre elle."

 

Ca fait vraiment penser aux bobards sans cesse répétés sur les vaccins à chaque échec: "c'est pas la faute du vaccin, mais des gens qui n'avaient qu'à être plus nombreux à se faire vacciner!" (le superbe prétexte de la couverture vaccinale qui est une notion magnifiquement confortable à brandir à chaque échec vaccinal!). "Les effets secondaires des vaccins? Des coïncidences qu'on vous dit! C'est la faute des médias qui sèment la peur sur les effets secondaires mais les vaccins eux, ne sont pas en cause!" "La solution, c'est plus de vaccins administrés à plus de gens encore!"

 

C'est exactement pareil avec l'Europe, l'Europe n'est pas le problème, il faut plus d'Europe, etc etc. C'est aussi le même coup qu'avait fait l'OMS, pourtant ultra coupable et corrompue, à l'occasion du H1N1: si le vaccin a fait un bide? C'est la faute d'internet... ben voyons!

 

On l'aura compris, Initiative Citoyenne n'est pas là pour plaire, mais pour dévoiler tout ce que les grands médias taisent de façon scandaleuse et depuis bien trop longtemps sur les vaccins... Indépendance, Intelligence, Irrévérence!!

 

Osez mais où est l'audace

                                                      Oser? Mais où est l'audace là-dedans?

                                                      La vraie folie, n'est-ce pas plutôt de penser que

                                                      ce "nouveau média" serait différent des autres??

 

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Médias & vaccins
commenter cet article

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA