Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 octobre 2016 2 25 /10 /octobre /2016 19:21

Une nouvelle étude met en garde contre les dangers desVACCINATIONS MULTIPLES

Une nouvelle étude met en garde contre les dangers des vaccinations multiples

Christina England, VacTruth, 8 septembre 2016

 

Maintes et maintes fois Vac Truth a publié des histoires déchirantes impliquant des nourrissons qui ont reçu des vaccins multiples au cours d’une seule visite médicale. Beaucoup de ces enfants ont subi des lésions cérébrales irréversibles ou sont décédés dans la suite.

 

A l’heure actuelle, un enfant de huit semaines peut recevoir jusqu’à dix doses de vaccins au cours d’une seule visite, et dans un cas particulier, un enfant a reçu treize doses qui malheureusement l’ont conduit à la mort. [1]

 

Jusqu’à récemment, il y a eu très peu d’études pour permettre aux parents d’examiner les faits concernant les dangers des vaccinations multiples. Toutefois, ceci serait sur le point de changer.

 

Des études montrent que les vaccinations multiples sont dangereuses pour les bébés

 

Il y a quelques semaines, Neil Z. Miller a publié un document intitulé La combinaison de plusieurs vaccins pour enfants au cours d’une seule visite n’est pas sans danger. [2] En utilisant les données du VAERS (Vaccine Adverse Event Reporting System), Miller a été en mesure de prouver que plus un enfant recevait de vaccins à un moment donné, plus il y avait de risques qu’une réaction indésirable se produise.

 

En plus des données présentées dans le tableau ci-dessous basé sur 38.801 rapports du VAERS, Miller déclare :

 

« Parmi les 38.801 rapports du VAERS que nous avons analysés, il y a d’abord eu 969 nourrissons qui ont reçu deux doses de vaccin avant qu’ils ne fassent des effets indésirables et 107 nourrissons ont dû être hospitalisés : soit un taux d’hospitalisation de 11%.

 

Parmi les 1959 nourrissons qui ont reçu 3 doses de vaccin, 243 ont dû être hospitalisés, soit 12,4%.

 

Pour 4 doses de vaccins, 561 des 3.909 nourrissons ont dû être hospitalisés, soit 14,4%. Il est facile de remarquer que sur base des rapports du VAERS, les nourrissons qui ont eu un effet indésirable ont été davantage susceptibles d’être hospitalisés quand ils ont reçu trois doses de vaccin au lieu de deux, ou quatre doses de vaccin au lieu de trois. »

 

Miller poursuit : « Des 10.114 nourrissons qui ont reçu 5 doses de vaccin avant l’événement indésirable, 1463 ont dû être hospitalisés, soit 14,5%. Pour 6 doses de vaccin, 1.365 des 8.454 nourrissons ont dû être hospitalisés, soit 16,1%. Pour 7 doses, 1051 des 5.489 nourrissons ont dû être hospitalisés, soit 19,1%. Et pour 8 doses de vaccins, 661 des 2.817 nourrissons ont dû être hospitalisés, soit 23,5%. Le taux d’hospitalisation a augmenté linéairement de 11,0% pour deux doses à 23,5% pour huit doses. »

 

En d’autres termes, plus un nourrisson reçoit de vaccins, plus il est susceptible de faire des réactions indésirables.

 

 

Une nouvelle étude met en garde contre les dangers des vaccinations multiples

Miller explique que :

 

« A partir des 38.801 rapports du VAERS que nous avons analysés, 11.927 nourrissons ont reçu une, deux, trois ou quatre doses de vaccin à la suite desquelles ils ont présenté un effet secondaire ; 423 de ces nourrissons sont décédés : un taux de mortalité de 3,6%.

 

Les autres 26.874 nourrissons ont reçu cinq, six, sept ou huit doses de vaccin à la suite desquelles ils ont présenté un effet secondaire ; 1458 de ces nourrissons sont décédés, soit un taux de mortalité de 5,4%.

 

Le taux de mortalité des nourrissons qui ont reçu de cinq à huit doses de vaccin (5,4%) est significativement plus élevé que le taux de mortalité des nourrissons qui ont reçu une à 4 doses de vaccin (3,6%) […]

 

Parmi les nourrissons signalés au VAERS, ceux qui avaient reçu le plus de vaccins présentaient un taux de mortalité de 50% statistiquement et significativement plus élevé comparativement aux nourrissons qui avaient reçu moins de vaccins. »

Une nouvelle étude met en garde contre les dangers des vaccinations multiples

Selon Miller, les enfants de moins de six semaines et qui recevaient plus d’un vaccin étaient davantage susceptibles de souffrir de réactions indésirables que des enfants âgés de plus de six mois.

 

Au cours de son étude, Miller a découvert que non seulement l’âge des enfants déterminait si oui ou non ils couraient un risque supplémentaire de souffrir d’un effet secondaire indésirable, mais il déterminait aussi le risque de les voir mourir prématurément.

 

Après avoir examiné le chiffre colossal de 38.801 réactions indésirables rapportées au VAERS, Miller et son équipe déclarent que :

 

« … Des 38.801 rapports du VAERS que nous avons analysés, 765 concernaient des nourrissons de six semaines ou plus jeunes, et qui avaient reçu une ou plusieurs doses de vaccin avant l’événement indésirable, et 154 de ces nourrissons ont dû être hospitalisés, soit un taux d’hospitalisation de 20,1%.

 

Parmi les 5.572 nourrissons âgés de six mois au moment de la vaccination, 858 ont dû être hospitalisés, soit un taux de 15,4%.

 

Parmi les 801 enfants qui étaient âgés de près d’un an quand ils furent vaccinés, 86 durent être hospitalisés, soit un taux de 10,7%. Le taux d’hospitalisation diminue de façon linéaire de 20,1% pour les nouveau-nés à 10,7 pour les nourrissons plus âgés. […]

 

Parmi les 38.801 rapports du VAERS que nous avons analysés, 26.408 nourrissons n’avaient pas encore six mois. Après avoir reçu une ou plusieurs doses de vaccin, 1623 nourrissons sont décédés, soit un taux de mortalité de 6,1%. Les 12.393 nourrissons restants avaient entre six mois et un an d’âge. Après avoir reçu une ou plusieurs doses de vaccin, 258 sont morts, soit un taux de 2,1%.

 

Le taux de mortalité des nourrissons vaccinés à moins de six mois était significativement plus élevé que le taux de mortalité des nourrissons âgés de six mois à un an…

 

Les nourrissons qui ont souffert d’un événement indésirable rapporté au VAERS étaient davantage susceptibles d’être hospitalisés ou de mourir s’ils étaient plus jeunes au moment de la vaccination. »

 

Comme tout chercheur, scientifique ou professionnel de la Santé, Miller n’a pu travailler qu’avec les statistiques disponibles à l’époque. Cependant, comme beaucoup d’entre nous sont conscients, le nombre des réactions indésirables  rapportées au VAERS représente une simple fraction des véritables chiffres [3,4]

 

[…]

Conclusion

 

Neil Z. Miller a décrit quelques faits extrêmement alarmants. La situation pourrait cependant être bien pire, étant donné le fait que de nombreux effets indésirables ne sont pas déclarés. Cependant malgré tous ses efforts, aucun des grands médias n’a fait écho à ce document factuel fondé sur des preuves.

 

Les faits sont les faits, et nous à VacTruth, nous pensons que le temps est venu de mettre un terme à cette folie. Nous demandons aux parents de faire parvenir une copie de l’article de Miller à tous ceux qui s’occupent de la santé, ainsi qu’aux membres du gouvernement avant qu’il ne soit trop tard.

 

Références :

  1. https://vactruth.com/2015/04/23/baby-dies-after-13-vaccines/
  2. http://www.jpands.org/vol21no2/miller.pdf
  3. http://www.harpocratesspeaks.com/2013/11/vaers-few-things-we-need-to-discuss.html
  4. http://www.vaccinesafety.edu/VAERS.htm
  5. http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0264410X16002036
  6. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27421722
  7. http://sanevax.org/cdc-hpv-vaccines-science-shameless-promotion/
  8. http://www.immunize.org/laws/
  9. http://healthimpactnews.com/2015/there-are-271-new-vaccines-in-big-pharmas-pipeline/
Repost 0
22 octobre 2016 6 22 /10 /octobre /2016 08:57

Du Glyphosate dans les vaccins de la petite enfance !

 

Greenmedinfo LLC, 13 septembre 2016

 

Article initialement publié par EcoWatch.com (Extraits)

Du Glyphosate dans les vaccins de la petite enfance !

L’affirmation sans cesse répétée que les vaccins sont parfaitement sûrs est en train de se désintégrer après que des tests ont montré que de nombreux vaccins pour la petite enfance contiennent du glyphosate chimique cancérogène.

 

Le glyphosate, l’ingrédient actif de l’herbicide phare Round Up de Monsanto, ainsi que des centaines d’autres herbicides, a été retrouvé dans les vaccins. « Les mamans américaines » ont reçu les résultats préliminaires des recherches effectuées par Microbe Inotech Laboratories Inc. de St Louis, Missouri, qui a montré que :

 

·Le vaccin ROR/MMR II (Merck) comportait 2.671 parts par milliards (ppb) de glyphosate

·Le vaccin DTCa Adacel (Sanofi Pasteur) comportait 0,123 ppb de glyphosate

·Le vaccin Fluvirin (Novartis) contre la grippe 0,331 ppb de glyphosate

·Le vaccin contre l’hépatite B Engerix-B (Glaxo Smith Kline) 0,325 ppb de glyphosate

·Le Pneumonoccal Vax Polyvalent Pneumovax 23 (Merck) 0,107 ppb de glyphosate

 

Le vaccin MMR II (ROR) présentait des taux 25 fois plus élevés que les autres vaccins. Après nos tests, des analyses indépendantes ont confirmé nos chiffres. Les tests ont été effectués en utilisant la méthode ELISA.

 

Les vaccins contiennent de nombreux ingrédients qui pourraient être génétiquement modifiés (OGM). Plus de 80 % des OGM sont génétiquement modifiés pour résister aux herbicides à base de glyphosate. « L’Environmental Protection Agency » des Etats-Unis (EPA) permet la présence de glyphosate dans 160 aliments non biologiques, ainsi que dans les cultures fourragères. Ces faits nous font nous interroger sur le fait que le glyphosate pourrait non seulement contaminer l’eau, l’urine, le lait maternel, la nourriture, le sol, la bière et le vin, mais aussi les vaccins.

 

Selon le Dr Stéphanie Seneff du MIT, « le glyphosate pourrait facilement être trouvé dans les vaccins suite au fait que certains virus de vaccins, y compris celui de la rougeole dans le vaccin ROR, ainsi que dans le vaccin contre la grippe sont cultivés sur de la gélatine dérivée de peaux de porcs qui reçoivent une alimentation OGM contenant d’importantes doses de glyphosate. La gélatine provient du collagène qui contient d’importants taux de glycine. Dans l’alimentation du bétail, l’EPA autorise jusqu’à 400 ppm de résidus de glyphosate, soit des taux de milliers de fois plus élevés que ceux qui peuvent causer des dommages, selon de nombreuses études. »

NB: le nom du vaccin anti-hépatite B concerné (de GSK) est bien Engerix-B et non Energix-B

NB: le nom du vaccin anti-hépatite B concerné (de GSK) est bien Engerix-B et non Energix-B

Un scientifique français, expert en matière de glyphosate, Gilles-Eric Séralini a montré au cours de ses recherches que le glyphosate n’est jamais utilisé seul. Il est toujours utilisé avec des adjuvants (coformulants / autres produits chimiques). Il a trouvé que les adjuvants utilisés pour faire le Roundup étaient 1.000 fois plus toxiques. Avec cette méthode, la détection de glyphosate dans les vaccins ferait ressortir la présence  d’autres co-formulants également toxiques.

 

Les 31 août « Les mamans d’Amérique » ont fait parvenir une lettre à la Food and Drug Administration, au Centre de Contrôle des Maladies, à l’EPA, à l’Institut National de Santé, à la Sénatrice Barbara Boxer du Département de la Santé de Californie, leur demandant de tester en priorité les vaccins pour le glyphosate, de rappeler tous les vaccins contaminés. Les mamans demandent à l’EPA de révoquer la licence pour le glyphosate afin de prévenir toute contamination ultérieure.

 

«  Cela exige des scientifiques indépendants, sans liens financiers avec Monsanto pour enquêter sur ces constatations. Si les constatations se vérifient, une action réglementaire et législative s’impose dans l’immédiat, a déclaré Robert F.Kennedy, Jr. co-fondateur du Projet Mercury. « Les avocats plaidant contre Monsanto devraient faire tout leur possible pour que le public puisse prendre conscience de cette contamination et de ses effets possibles sur la santé des enfants. […]

 

Le Dr Toni Bark, fondatrice et directrice médicale du Centre pour la prévention des maladies et co-productrice du film « Bought » (acheté) avait ceci à dire après avoir examiné les résultats des tests :

 

«  Je suis profondément préoccupée par l’injection de glyphosate, un pesticide connu, chez des enfants. Ni le Roundup, ni le glyphosate n’ont été testés pour la sécurité en tant que produit injectable. L’injection est une voie d’entrée très différente de la voie d’absorption orale.  Les toxines injectées, même à doses minimes, peuvent avoir de profonds effets sur les organes et les différents systèmes du corps. En outre, l’injection d’un produit chimique avec un adjuvant ou un virus vivant, peut provoquer des réactions allergiques graves du fait que les vaccins entrainent le système immunitaire à produire des anticorps pour tous les produits inclus dans le vaccin.

 

Etant donné que le glyphosate est largement utilisé dans les cultures de maïs, de soja, de blé, de coton et autres produits de base, on peut s’attendre à voir apparaitre des allergies alimentaires les plus graves chez les receveurs de vaccins. En outre, des produits chimiques à très faibles doses, peuvent avoir de puissants effets sur la physiologie étant donné qu’ils agissent à peu près comme les hormones en stimulant ou en supprimant des récepteurs physiologiques. »

 

Source : Greenmedinfo

Repost 0
21 octobre 2016 5 21 /10 /octobre /2016 15:55
Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Grippe saisonnière Médias & vaccins
commenter cet article
20 octobre 2016 4 20 /10 /octobre /2016 09:33

NB: Il faut savoir, avant de lire l'article suivant, que les vaccins injectables contre la grippe contiennent du formaldéhyde utilisé comme conservateur (voir les composants des vaccins antigrippaux par nom de marque aux pages 122 à 141 du document suivant, rédigé par le médecin belge Dr Jean Pilette sur base des notices)

 

 

Ci-dessous, un exemple de propagande rapidement mise en place par les sites pro-vaccins du système pour essayer de noyer le poisson suite à la publication de ces recherches inquiétantes pour les vaccinés:

Formaldéhyde, vaccin contre la grippe et maladie d'Alzheimer: les dernières recherches ne sont pas rassurantes!

Si ces sites étaient conséquents, ils devraient s' indigner que les vaccins soient DISPENSES de test quant à leur potentiel cancérogène (contrairement à bien d'autres médicaments!). S'ils étaient si sûrs que cela de la prétendue innocuité du formaldéhyde à soi-disant "si petite" dose, ils ne devraient alors pas craindre de réclamer urgemment que les vaccins ne soient plus dispensés de ces tests... ne pensez-vous donc pas que ce serait cela la vraie science courageuse qui ne part pas d'a priori et ne craint pas les résultats qu'elle pourrait trouver? Car oui, la voie ingérable et la voie injectable ne sont nullement comparables (même ficelle grosse comme une maison que les officiels utilisent avec l'alu sans distinguer l'alu ingéré et injecté). La vérité est beaucoup plus complexe que de prétendre que seule "la dose ferait le poison": pour le cas du mercure par exemple, il faut savoir qu'il est très toxique même à une dose de 1 part par million soit à des concentrations cent fois plus faibles que celles réellement présentes dans les vaccins...

Vous vous posez des questions sur vos droits (de patient) à l'information ? 

Sur l'efficacité véritable des vaccins antigrippaux? Sur les risques graves possibles de ces vaccins? Sur d'autres moyens plus respectueux du corps de prévenir la grippe?

 

Alors, lisez, entre autres, attentivement les articles suivants: 

 

Grippe: le Dr Cuvelier calé (sur RTL) par les questions d'Initiative Citoyenne!

 

Grippe: de nouveaux vaccins mais toujours le même baratin!

 

Grippe: surestimation des décès pour écouler les vaccins

 

Plus de vaccination du personnel contre la grippe au CHU du Sart-Tilman

 

Certains effets secondaires graves du vaccin contre la grippe classique

 

Les risques des vaccins antigrippaux que l'Assurance maladie vous cache [notices professionnelles des vaccins Fluarix, Agrippal, Immugrip et Vaxigrip]

 

Le vaccin contre la grippe provoque 5,5 X plus d'infections respiratoires

 

Vaccination des patients à risque? Encore + risquée!

 

Le vaccin antigrippal ou le mépris total du système immunitaire des séniors

 

Mortalité foetale: hausse de 4000% après la vaccination des femmes enceintes

 

Vaccin contre la grippe et grossesse: une pratique dangereuse

 

Tous les vaccins sont expérimentaux: voici pourquoi

 

Vaccins: le vrai scandale des faux placebos

 

Dr Saluzzo de Sanofi Pasteur: "on ne sait pas comment marchent les vaccins"!

 

61% de ceux qui administrent un vaccin sont incapables de reconnaître un effet secondaire

 

Vaccins: le Jury d'Ethique publicitaire donne raison à Initiative Citoyenne

 

Epidémie de carence en vitamine D sur la planète

 

Grippe: la vitamine D + efficace que les antiviraux et les vaccins

 

Médecines alternatives: les doyens défendent leur pré carré!

Repost 0
19 octobre 2016 3 19 /10 /octobre /2016 21:11

La Justice Chilienne fait arrêter la vaccination contre le papillomavirus dans la région de Maule

La justice chilienne suspend la vaccination contre le papillomavirus dans la région de Maule

Diario El Centro, 3 octobre 2016

 

Après ce qui s’est passé sur le plan judiciaire dans les régions d’Arica et de Chillan, la Cour d’Appel de Talca vient de déclarer recevable une demande de protection judiciaire déposée par un groupe de parents et tuteurs qui estiment que la vaccination de masse contre le papillomavirus manquerait de fondements légaux.

 

La Cour de Talca est allée plus loin que ce qui avait été décidé précédemment en ce sens qu’elle a conduit à une « injonction » demandée par les plaignants. En termes pratiques, cela signifie que la Cour régionale d’ultime recours a paralysé l’initiative du gouvernement dont l’intention était, cette année, de vacciner les étudiantes de la sixième à la huitième année.

 

Cette décision sera notifiée à Valeria Ortiz des Services de Santé de Maule, et qui, en conséquence, devra présenter un rapport endéans les huit jours. L’action en justice a été intentée par Carmen Luisa Naranjo, des infirmiers, d’autres professionnels de la santé et de l’éducation, ainsi que par des femmes au foyer, tous représentés par l’avocat Fernando Leal, candidat indépendant à la mairie de Talca.

 

Il ne s’agit ici nullement d’un cas isolé de plainte par rapport à l’obligation du vaccin contre le HPV. Les autorités sanitaires considèrent en fait que le HPV serait la cause principale du cancer du col de l’utérus au Chili. Sept autres actions juridiques similaires sont en cours. A ce jour, seules trois ont été considérées comme recevables.

 

Tous ces recours en justice sont unanimes pour dénoncer des effets secondaires néfastes du vaccin, la violation des droits à la vie privée, ainsi que le non-respect du consentement éclairé prévu par la loi qui régit les droits et devoirs des patients.

 

Source: biobiochile.cl

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article
18 octobre 2016 2 18 /10 /octobre /2016 22:14
Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
17 octobre 2016 1 17 /10 /octobre /2016 11:01

Un bébé de huit semaines DECEDE après avoir reçu 7 vaccins

 

Sarah Garland, 15 août 2016

Un bébé de huit semaines décède après avoir reçu 7 vaccins

C’est le 26 décembre 2015 que Sydney et Dylan ont accueilli, dans ce monde, leur jolie petite fille, Rowyn Faye. C’était un bébé en pleine santé d’un peu plus de 7 livres, et qui était allaitée. Comme Rowyn était en parfaite santé, aucune remarque médicale n’a été faite. Comme le jeune couple avait décidé de faire vacciner leur enfant, la petite Rowyn reçut à la fois l’injection du vaccin contre l’hépatite B, ainsi que de la vitamine K le jour même de sa naissance. Peu après, Rowyn a beaucoup pleuré. Toutefois ces pleurs n’ont pas été reconnus comme étant une suite possible du vaccin, étant donné que la plupart des nouveau-nés pleurent souvent.

 

Les nouveaux parents ont emmené leur bébé dans la maison de la grand-mère de Sydney où ils avaient décidé de s’établir. La maman a allaité sa petite fille, et a décidé de pratiquer le co-sleeping en respectant toutes les mesures de sécurité. Rowyn a continué à prospérer, à prendre  régulièrement du poids. Sydney se souvient que sa petite fille était heureuse, riait, et était en bonne santé.

 

Le 17 février 2016, Sydney emmena son bébé pour la visite médicale des deux mois. Le pédiatre de Rowyn insista pour qu’elle reçoive tous les vaccins le jour même.

Un bébé de huit semaines décède après avoir reçu 7 vaccins

Comme Sydney n’était qu’une jeune maman de 19 ans inexpérimentée, elle finit par accepter. Il est important de noter que, ni le médecin, ni l’infirmière n’ont proposé un consentement éclairé par rapport aux vaccins que la petite devait recevoir. Aucune mention ne fut faite des effets indésirables possibles. Il ne fut pas non plus mentionné que la jambe de Rowyn pouvait être douloureuse et enflée. Sydney ne reçut pas la notice du vaccin et on ne lui parla pas non plus des ingrédients utilisés dans chaque vaccin. Le pédiatre ne s’est pas non plus préoccupé des antécédents médicaux de la famille, d’éventuellement rechercher les risques génétiques possibles. Le pédiatre a remis à la jeune maman un document expliquant en quoi consistait le DTCa, ainsi qu’une liste des autres vaccins que Rowyn allait devoir recevoir: DTCa (Diphtérie, Tétanos, Coqueluche); Hib (Haemophilus Influenzae type b); Hépatite B, Polio ; vaccin anti pneumococcique.

 

Au cours de sa première visite médicale, Rowyn a reçu 7 différents vaccins.

 

La maman s’est mise à pleurer en voyant que l’on administrait tous ces vaccins à sa petite fille. Dans le creux de son estomac, elle sentait que quelque chose clochait. Rowyn a hurlé pendant l’administration de ces vaccins. Sydney s’empressa de tout faire pour la consoler. Ensuite, elle l’allaita pour lui permettre de dormir un peu.

 

Après la visite médicale, Rowyn a commencé à dormir très profondément tout au long de la journée et de la soirée. Elle paraissait parfois à bout de souffle. Quelques jours après les vaccinations, la partie molle sur le dessus du crane  devint plus profonde ; le pédiatre n’y prêta pas attention. Les parents qui avaient été si heureux avec leur petite fille ne l’étaient maintenant plus autant. Sydney, inquiète, interrogea sa grand-mère et des amis par rapport au comportement de Rowyn. Ceux-ci répondirent que Rowyn faisait probablement juste une poussée de croissance et de ce fait se montrait plus fatiguée que d’habitude. Sa grand-mère lui dit que c’était normal chez les bébés et que Sydney était juste une nouvelle maman trop prudente. Les nouveaux comportements de Rowyn restèrent les mêmes pendant les deux semaines qui ont suivi.

Un bébé de huit semaines décède après avoir reçu 7 vaccins

C’est le 1er mars 2016, autour de 22h que Sydney prépara le berceau de sa petite fille pour la dernière fois ! Avec amour, elle a changé sa couche, l’a revêtue d’une longue robe blanche à manches longues, l’a nourrie. Elle a attendu qu’elle fasse son renvoi, l’a couchée sur le dos, puis toutes les deux se sont endormies côte à côte.

 

Le lendemain matin, Sydney s’est levée à 6h.36 avec les seins gonflés, ne s’étant pas réveillée pour allaiter sa fille pendant la nuit. Sydney se souvient : j’ai regardé mon bébé, et ai de suite vu que quelque chose n’allait pas…Il y avait du sang autour de sa bouche et la petite était étrangement tranquille. J’ai touché son bras et sa figure et elle ne bougeait toujours pas. J’ai commencé à hurler, ce qui réveilla le père de Rowyn. Il a soulevé le corps de la petite… il y avait du sang sur le drap de lit. Rien n’avait pu bloquer son visage. Mon sommeil est très léger ; je me réveille chaque fois que Rowyn bouge le moindre doigt de pied. Ce soir-là, Rowyn n’a pas bougé du tout. Elle était très bien, et tout à fait paisible, comme si elle dormait encore. L’instinct maternel m’a cependant dit clairement que nous n’avions rien fait de mal.

 

Avertie de ce qui se passait, la grand-mère de Sydney s’est précipitée dans la chambre et a appelé les services de réanimation pour Rowyn. Quand la police et le médecin légiste sont arrivés, Sydney  prise d’une détresse hystérique n’a pas pu leur expliquer clairement ce qui s’était passé. C’est donc le papa qui a dû tout raconter. Les enquêteurs ont posé des questions au sujet de Sydney, de la position du bébé, de ce qui s’était passé la veille, de l’endroit où le bébé avait dormi et était décédé…

Un bébé de huit semaines décède après avoir reçu 7 vaccins

Rowyn n’a jamais été emmenée à l’hôpital. Sydney et son mari n’ont pas précisé aux enquêteurs  le comportement que la petite avait manifesté après la séance de vaccinations. Personne jusque-là n’avait pensé à leur demander si leur bébé avait été récemment vacciné. Si le pédiatre de Rowyn avait été disponible, peut-être aurait-il mentionné ce détail très important, mais la chose est peu probable.

 

Sydney et son mari ont dû, le cœur brisé, dire au-revoir à leur bébé le matin même. Ils avaient choisi de ne pas revoir la petite au funérarium. Ils avaient tous deux le cœur brisé par la mort soudaine et inattendue de Rowyn. Il fallut attendre quatre jours les résultats de l’autopsie, puis ce fut l’enterrement. Le pédiatre de Rowyn n’a jamais pu atteindre la famille, à part l’envoi d’une carte de condoléances.

 

Deux mois passèrent après la mort de leur petite fille avant que les parents reçoivent le certificat de décès qui déterminait que la cause du décès était inconnue. Le certificat mentionnait également que l’étouffement aurait pu être dû au fait du co-sleeping. En découvrant ce diagnostic, Sydney et son mari furent furieux, car ils savaient que Rowyn n’avait pas pu étouffer : il n’y avait pas de couvertures sur le lit ou à quelque endroit près du visage de la petite. Comme Sydney l’a crûment formulé : « Merde, Rowyn n’a, en aucun cas, pu étouffer ! »

 

Il y a maintenant cinq mois que la petite Rowyn est décédée. Sydney et son partenaire n’ont toujours pas reçu le rapport officiel d’autopsie. Où se trouve le rapport de toxicologie ?  Comment se fait-il que les parents ne puissent pas en être informés ? Que sont-ils en train de cacher aux parents ? Sydney n’avait pas pensé qu’il pouvait y avoir un rapport entre les vaccinations de Rowyn et son décès jusqu’à ce que la grand-mère paternelle qui était infirmière leur explique qu’il se pouvait qu’il y ait un rapport. Sydney s’est alors mise avec acharnement, à faire des recherches sur la mort subite du nourrisson (MSN), toute son histoire, et la forte corrélation qui existait entre la mort subite du nourrisson et le vaccin DTCa. Sydney a alors commencé à effectuer une recherche encore plus assidue sur tout ce qui avait rapport aux vaccins pour pouvoir enfin trouver une réponse valable à la mort prématurée de sa petite fille.

 

Sydney était furieuse que le pédiatre ne lui ait pas donné les notices des vaccins que sa petite fille a dû recevoir, et qui mentionnaient le Syndrome de la Mort Subite du Nourrisson comme effet seconda  ire potentiel pour le vaccin DTCa. On ne lui a pas communiqué des informations sur les risques que pouvait courir son bébé, - informations qui auraient pu permettre à Sydney de prendre une décision plus éclairée et, qui sait, qui aurait peut-être pu lui sauver la vie. Elle sait maintenant clairement, au fond de son cœur, que ce sont les vaccins que sa petite fille a reçus qui ont provoqué son décès : elle avait entendu comment son bébé hurlait quand l’infirmière lui administrait les vaccins (peut-être s’agissait-il du cri encéphalique). Intuitivement, elle savait que quelque chose allait mal. Elle avait aussi constaté le changement de comportement de sa fille, ainsi qu’un changement dans ses habitudes de sommeil après la vaccination. Rowyn Faye n’a plus jamais été la même après sa visite chez le médecin.

 

Sydney veut partager sa douloureuse histoire, parce qu’elle veut que plus de parents comprennent clairement le problème des vaccins, qu’ils comprennent que les vaccins ne sont pas aussi sûrs qu’ils sont censés être pour pouvoir éviter toute souffrance éventuelle, ainsi que la perte possible de leur précieux bébé.

 

Il est facile de comprendre que Sydney et son compagnon aient encore aujourd’hui le cœur brisé par la perte de leur petite fille. Sydney voit maintenant un thérapeute une fois par semaine. Son diagnostic : dépression, anxiété, stress post-traumatique.

 

Sydney a cependant découvert qu’elle était à nouveau enceinte : en conséquence, elle évité de prendre les médicaments qu’elle prenait pour faire face à cette période douloureuse de sa vie.- Sydney fait aussi des cauchemars; elle souffre d’anxiété par rapport à la mort, comme aussi par rapport aux personnes qu’elle aime. – Il ne lui est plus possible de dormir dans la chambre où Rowyn est décédée. Elle souffre aussi d’ attaques de panique. Elle a aussi des inquiétudes au sujet du bébé dont elle est enceinte. Elle doit maintenant travailler à plein temps pour pouvoir assurer l’arrivée de son nouveau bébé. Sydney et son partenaire sont naturellement décidés à ne pas faire vacciner leur nouveau bébé. Il est heureux que Sydney et son partenaire soient entourés de personnes, d’amis empathiques, pleins de compassion et d’amour, et qui peuvent l’écouter et la soutenir.

 

Sydney et son partenaire sont décidés à faire parvenir un rapport au VAERS pour la mort de Rowyn causée par un vaccin. Si vous le pouvez, priez pour cette famille, ainsi que pour toutes les familles qui souffrent de la perte d’un enfant à la suite d’une vaccination. S’il vous plaît, veuillez partager notre histoire et éventuellement participer par une contribution financière afin que nous puissions continuer à dénoncer ces crimes contre l’humanité.

 

Source: Stopmandatoryvaccination

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
17 octobre 2016 1 17 /10 /octobre /2016 11:01
Les nanoparticules dans les vaccins: une source supplémentaire de risques

Une version française est prévue pour 2017.

 

Voir ci-dessous le document introductif sur cette question très importante.

Mais ne comptons assurément pas sur les autorités pour protéger les enfants (ou les adultes) de ces risques additionnels...

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
15 octobre 2016 6 15 /10 /octobre /2016 22:09

Une maman évoque l’horreur des vaccinations et décide de ne pas vacciner sa fille

Une maman évoque l’horreur des vaccinations et décide de ne pas vacciner sa fille

Bonjour, je m’appelle Carmen Estel. Je suis la maman d’une petite fille de quatre ans qui n’a pas été vaccinée. Je voudrais vous dire comment j’en suis arrivée à prendre cette décision de ne pas la faire vacciner.

 

Une fois que j’ai commencé à faire des recherches approfondies, ma peur a commencé à s’évanouir. Je me suis principalement basée sur des études et articles scientifiques. J’adore les faits. A l’école, mes cours favoris étaient la biologie et les mathématiques.

 

Comme j’aime beaucoup la science, je voulais être certaine de pouvoir envisager tous les aspects de la question. Je me méfiais de ce que racontaient les médias qui m’auraient fait courir vacciner ma fille et tout cela à cause de la peur qu’ils instillaient. Je voulais faire ce qui était tout à fait juste pour ma fille. 

 

J’ai donc consulté pas mal de médecins amis; j’ai lu pas mal de journaux scientifiques, quantité d’articles, d’études. Mon mari et moi avons regardé plusieurs documentaires sur la question. Par contre, à la télévision, nous n’arrêtions pas de voir des publicités qui nous faisaient paniquer, par exemple à propos de la coqueluche. J’ai donc poursuivi mes recherches et me suis demandé quel était le risque que ma fille attrape la coqueluche ou en décède.

 

En 2010, en Californie, on a relevé 10 décès par coqueluche. En 2011, il n’y a eu aucun décès en Californie. J’ai donné naissance à ma fille en 2011 et j’étais à ce point terrifiée que j’ai vraiment pensé que je pourrais peut-être lui faire administrer ce vaccin contre la coqueluche.

 

J’ai donc commencé à étudier la question du vaccin DTCa et me suite vite rendu compte qu’on ne pouvait pas obtenir le seul vaccin contre la coqueluche parce qu’à ce vaccin on avait ajouté diphtérie et tétanos. J’ai aussi vite appris que ce vaccin comportait pas mal de risques.

 

Suite à toute l’information que j’avais rassemblée, je me suis vite rendu compte que les risques du vaccin étaient beaucoup plus importants que le risque que ma fille fasse, un jour, une coqueluche et encore moins qu’elle en décède. C’est grâce à toutes les recherches que j’avais effectuées que ma peur a finalement disparu.

 

Quand j’ai réalisé que je n’avais plus peur, j’ai commencé à étudier les autres vaccins. J’ai commencé mes recherches sur la polio et j’ai pensé : wow, tout le monde dit que la polio est la maladie la plus meurtrière et la plus effrayante du siècle dernier, et comme tout le monde a peur de la polio, je me suis documentée sur les statistiques pour savoir combien de personnes attrapaient en fait la polio. J’ai voulu savoir en quoi consistait la maladie et quels étaient les effets secondaires du vaccin. Après avoir comparé ces diverses données j’ai, une fois de plus, constaté que ma peur de la polio avait disparu. Le CDC (Centres Américains de Contrôle et de Prévention des Maladies) lui-même précise sur son site qu’il n’y a plus eu aux Etats-Unis de cas de polio sauvage depuis 1979, et que les seuls cas de polio avaient été provoqués par le vaccin.

 

Il m’a aussi fallu apprendre qu’il n’était pas possible de poursuivre un fabricant de vaccins en justice en cas de dommages de santé ou même en cas de décès. Le gouvernement a accordé l’immunité juridique à ces firmes pour qu’elles puissent continuer à produire des vaccins, car elles avaient tellement de procès sur le dos qu’elles ne voulaient plus produire de vaccins. La véritable raison est que les vaccins sont « inévitablement dangereux » (Cour Suprême des Etats-Unis). Les vaccins comportent des ingrédients extrêmement toxiques et dangereux. Les autorités de santé disent qu’elles ont enlevé le Thimerosal des vaccins. Le Thimerosal n’a pas été enlevé des vaccins. C’est en 2001 qu’il a été suggéré de retirer le Thimerosal des vaccins. Ce produit a, de fait, été retiré de certains vaccins, mais pas de tous. Le vaccin contre la grippe en contient encore.

Une maman évoque l’horreur des vaccinations et décide de ne pas vacciner sa fille

A l’époque où ils ont commencé à retirer le Thimerosal des vaccins pour enfants, ils ont recommandé que toutes les femmes enceintes reçoivent le vaccin contre la grippe. Ainsi aujourd’hui, vous avez des femmes enceintes qui reçoivent un vaccin qui contient du Thiomersal ! Le Thiomersal avait été retiré pour les enfants mais avait été maintenu pour les femmes enceintes alors qu’il est connu que la barrière hémato-encéphalique du fœtus n’est pas encore complètement formée. Ces fœtus qui sont exposés à un taux important de Thiomersal n’ont aucune possibilité de le filtrer, de le neutraliser. La chose est très grave. On a dit à l’époque aux femmes enceintes de ne pas manger du thon et autres produits contenant du mercure, mais on autorise que du mercure soit injecté dans le corps !

 

Comment se fait-il que des gens ingèrent pratiquement tous les jours du mercure et n’en meurent pas ? Il semble qu’il soit beaucoup plus dangereux de l’injecter que de l’ingérer. Si vous faites des recherches sur la question, vous comprendrez facilement que si vous pouvez avaler du venin de serpent sans que cela ne vous tue, par contre si ce même venin vous est injecté, il peut effectivement vous tuer. Dans ce cas, votre corps n’a pas la possibilité de filtrer ou de neutraliser le venin parce qu’il ne passe pas par vos mécanismes naturels de défense. Le poison qui passe par votre système digestif peut être neutralisé ou vous pousser à le vomir. Si le venin est injecté directement dans votre corps, ce dernier ne possède pas les moyens de le neutraliser en grande partie. C’est la raison pour laquelle le Thimerosal et autres ingrédients des vaccins sont extrêmement dangereux.

 

Il y a des gens qui me disent que quand ils mangent du thon, ils ne sentent rien, bien qu’ils avalent probablement plus mercure que ce qu’ils recevraient avec un vaccin. A cela, je réponds que le fait d’injecter du Thimerosal n’a jamais été véritablement testé. On n’a jamais pu prouver que la chose était sans danger. Nous savons qu’une infime quantité de venin d’abeilles peut provoquer une réaction anaphylactique et parfois la mort. Mais si vous avalez la même quantité de poison, votre corps pourra la neutraliser, la filtrer et l’éliminer. Cela fait toute la différence !

 

Une autre raison qui m’a empêchée de faire vacciner ma fille est que notre gouvernement a déjà payé 3,1 milliards de dollars de dédommagement aux familles dont des enfants ou des adultes ont eu la santé endommagée par les vaccins ou en sont morts. Ces chiffres, à eux seuls, devraient pouvoir effrayer n’importe qui.

 

Si les vaccins sont vraiment si sûrs, comment se fait-il que notre gouvernement dédommage des familles pour des cas de décès ou de dommages ayant fait suite à des vaccinations ?

 

Pourquoi avons-nous aux USA une mortalité infantile aussi élevée, Nous administrons la quantité de vaccins la plus élevée au monde et nous avons aussi le taux de mortalité infantile le plus élevé de tous les pays industrialisés.

 

Pourquoi avons-nous aux USA 3 fois plus de décès d’enfants avant l’âge d’1 an que dans des pays comme le Japon ? Cela n’a aucun sens !

 

Je voudrais vous prier de faire votre propre recherche jusqu’à ce que vous soyez certains à 100%.- Je voudrais aussi vous prier de ne pas pousser les gens à prendre une décision médicale. Ne me poussez pas non plus à faire vacciner ma fille pour qu’elle puisse fréquenter l’école.

Repost 0
15 octobre 2016 6 15 /10 /octobre /2016 20:11

Pour écouter la totalité de cette conférence, de rendre ICI.

 

Il n'est jamais trop tard pour s'informer, comprendre, réagir, se protéger....

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA