Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 17:18

Dans un article affligeant du Monde du 26 juin qui titrait "La grippe H1N1 quinze fois plus meurtrière que les chiffres officiels", on peut lire les avis très partiaux de quelques scientifiques "experts" triés sur le volet.

 

Ainsi, selon une équipe de chercheurs du Centre de Contrôle américain des Maladies (une instance non neutre puisqu'ils ont approuvé et recommandé une politique vaccinale de masse aux USA contre cette fausse pandémie!), le nombre de décès dus au H1N1 au cours de sa première année de circulation ne serait pas de 18 500 (d'après les chiffres confirmés par l'OMS) mais bien de...280 000.

 

Voici ci-dessous un extrait de cet article du Monde (et en rouge l'explication du caractère trop partial pour être crédible)

 

"Lors de l'apparition de la pandémie grippale en 2009, l'OMS avait demandé aux Etats membres de lui notifier les décès associés au virus grippal A(H1N1) confirmés par des examens de laboratoire. Le total de ces cas "officiels" avait de fortes chances de sous-estimer grandement la réalité, que ce soit parce les prélèvements n'avaient pas été effectués ou parce que le virus n'était plus détectable dans les prélèvements." On remarquera que l'OMS s'intéresse bien plus aux décès prétendument dus au virus H1N1 qu'aux décès imputables au vaccin et ce, alors que les décès et effets secondaires des médicaments sont notoirement sous-estimés (max 1 à 10% étant rapportés!) avec un tabou supplémentaire en ce qui concerne les vaccins!

 

"Il en va de même, d'ailleurs, pour la grippe saisonnière. "D'une manière générale, les cas de grippe saisonnière notifiés sont de 10 à 20 fois inférieurs au nombre de cas réels tels qu'on peut les estimer", souligne le professeur William Dab, titulaire de la chaire "Hygiène et sécurité" au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM, Paris)." Une fois encore, on n'évoque jamais les cas de décès de personnes âgées provoqués ou facilités par les vaccinations antigrippales annuelles, ni les pneumonies et autres infections opportunistes qu'elles peuvent attraper plus facilement à la faveur d'une vaccination puisque celle-ci abaisse toujours les défenses immunitaires du sujet, bien loin de les renforcer!



En outre, l'article précise par exemple aussi que "Selon les calculs des auteurs de l'étude, 80 % des décès d'origine respiratoire ou cardiovasculaire ont frappé des individus de moins de 65 ans et 65 % des décès se situaient dans la tranche d'âge de 18 à 64 ans."

 

Fort étrangement, il n'est jamais reconnu de lien entre le moindre vaccin (quelque soit l'âge auquel il est administré) et des décès d'origine respiratoire ou cardiovasculaire et ce, malgré que le Dr Viera Scheibner ait pu mettre en évidence que toute vaccination des bébés perturbent leur respiration pendant 48 jours et qu'il y a bien un lien entre vaccination infantile et mort subite du nourrisson, comme d'ailleurs aussi confirmé par bien d'autres chercheurs!!  Une fois encore, on se trouve là dans un grossier deux poids deux mesures qui ne doit plus duper personne.

 

Pour ces "grands experts", la grippe n'est jamais anodine et "pose un problème de santé publique" et ce d'autant plus que les victimes sont aussi des adultes jeunes (avec + d'années de vie perdues). Le hic, c'est que les mêmes experts se taisent complètement sur toutes les années de vie perdues par les jeunes victimes des vaccins qui sont décédées en bas-âge depuis plus de 200 ans de pratique vaccinale, et ce sans même parler du nombre d'effets graves non létaux qui ont grevé fortement  le chiffre d'années de vie en bonne santé de nombre d'enfants. Malgré cela, tabou oblige, les vaccins continuent d'être présentés comme un geste de prévention anodin à répéter de façon machinale et automatique tous les X temps!

 

Cet article conclut enfin à des solutions simplistes puisqu'il lie la proportion plus élevée de cas dans les pays plus pauvres en Afrique et en Asie du Sud-Est (ce qui ne serait guère surprenant quand on sait que la résistance des populations dépend fortement du niveau de pauvreté et des conditions d'hygiène) à la fausse nécessité d'accroître encore l'accès aux futurs vaccins pandémiques dans ces pays! Non seulement ces vaccins expérimentaux s'ajouteront encore aux nombreux vaccins excessifs que subissent déjà ces populations immunologiquement fragilisées et qui ne bénéficient toujours pas d'eau propre et de nourriture en suffisance (ce qui les rend de facto immunodéprimés) mais il s'agit aussi de pouvoir jauger objectivement les vraies priorités dans ces pays sans se laisser détourner par les intérêts de Big pharma qui avait réussi à faire croire à l'époque, au grand dam du Pr Gentilini, et via l'OMS, leur obligée, à la "grande nécessité de santé publique" que les pays occidentaux fassent don de leurs suplus de vaccins aux pays africains, leur offrant ainsi une belle occasion d'étouffer leur incurie et de la transformer en "aide au développement"!

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Grippe A H1N1
commenter cet article
25 juin 2012 1 25 /06 /juin /2012 16:05

14 mai 2012. NVIC (Traduit par Initiative Citoyenne)

  

Les exemptions philosophiques à la vaccination, sauvées dans le Vermont!

 

Par Barbara Loe Fisher, présidente du National Vaccine Information Center (NVIC)

 

 

"Je n'avais jamais pensé que tout ceci tournerait à pareil merdier"

Le Sénateur d'Etat Kevin Mullin (R-Rutland), co-initiateur du projet de loi prévoyant l'élimination des exemptions philsophiques à la vaccination dans le Vermont.

 

 

Au cours des cinq premiers mois de 2012, l'équipe et les volontaires du NVIC ont aidé les citoyens du Vermont et ceux de Californie à gagner une bataille historique contre Big Pharma, les associations médicales et les lobbyistes gouvernementaux qui pressaient les parlementaires d'éliminer la possibilité légale d'exemption à la vaccination pour raisons personnelles en Amérique. Les exemptions pour convictions personnelles incluent les raisons religieuses, philosophiques ou de conscience.

 

La prolifération de nouveaux vaccins qui ont été ajoutés au cours de ces 25 dernières années au schéma de vaccination infantile obligatoire, couplée à la prise de conscience croissante que beaucoup d'enfants très vaccinés souffrent de maladies chroniques, a donné corps à ce nouvel activisme citoyen. Des mères et des pères informés ont rejoint des professionnels de santé éclairés et défendent publiquement le droit humain à exercer un consentement éclairé quant à la prise de risque médical, ce qui inclut le droit légal pour les parents d'enfants mineurs d'évaluer les bénéfices et les risques de la vaccination et de prendre en conséquence des décisions vaccinales volontaires.

 

Informer un parlementaire à la fois

 

Le "niveau zéro" a été atteint cette année au Vermont (projet de loi S199) et en Californie (projet de loi AB 2109). La directrice et représentante locale du NVIC, Dawn Richardson, a expliqué: "Nous sommes en train d'informer un parlementaire à la fois. Beaucoup d'entre eux nous disent qu'ils n'avaient encore jamais examiné avec un oeil critique les vaccins rendus obligatoires et sont surpris de ce qu'ils apprennent. Ils voient des parents intelligents et cohérents défendre de façon rationnelle pour leurs enfants le principe de la liberté de choix en matière de vaccination et cela les fait changer de position. Ils réalisent que quantités d'informations qui leur sont fournies par les lobbyistes dans le but de supprimer cette possibilité d'exemption vaccinale, sont juste totalement fausses."

 

Etats-Unis- plus de vaccinations que partout ailleurs dans le monde

 

Les officiels de santé du gouvernement américain disent aux médecins d'administrer aux enfants plus de vaccinations et plus souvent que dans tout autre pays du monde - 69 doses de 16 vaccins du jour de la naissance jusqu'à l'âge de 18 ans.[12] La majorité de ces vaccinations sont légalement requises par chaque état pour la scolarisation des enfants. [3]

 

Le troisième pays le plus peuplé du monde, avec une population de 300 millions d'habitants, l'Amérique, a l'un des taux les plus élevés de couverture vaccinale au monde. A l'échelle du pays, 95% des enfants de 3 ans ont été vaccinés avec 3 doses ou plus de vaccin tétanos, diphtérie, coqueluche et plus de 90% ont été vaccinés avec 3 doses ou plus de vaccins contre la polio, les pneumocoques, le Hib, l'hépatite B sans parler d'une dose ou plus de vaccin ROR et varicelle. [4] La majorité d'entre eux ont aussi reçu plusieurs doses de vaccins contre le rotavirus et l'hépatite A.

 

Aujourd'hui, chacun connaît quelqu'un

 

Aujourd'hui, chacun connaît quelqu'un qui était en bonne santé, qui s'est fait vacciner, puis qui ne fut plus jamais bien depuis. Parmi la population d'enfants américains très vaccinés, 1 enfant sur 6 souffre de troubles de l'apprentissage[5] , 1 sur 9 est asthmatique [6] , 1 sur 88 développe l'autisme [7] et 1 sur 450 devient diabétique [8]. Les enfants paient un lourd tribut en étant forcés de subir les vaccins standards qui conviennent prétendument à tous puisque leurs parents doivent gérer une situation intenable qui consiste à devoir choisir entre le droit de protéger la santé de leur progéniture et le droit à l'éducation.

 

Les vaccins standards sont imposés sans qu'on tienne compte des failles accablantes dans la sécurité vaccinale ni de la susceptibilité individuelle accrue aux risques des vaccins, qui fut pourtant reconnue par l'Institut National de Médecine dans son rapport de 2011 intitulé Les effets secondaires de vaccins: Preuves et lien de causalité. [9] . Les vaccins imposés par les Etats ne tiennent pas compte du fait que les pédiatres refusent les soins médicaux à moins que les enfants aient reçu chaque dose de vaccin recommandée par le gouvernement et l'Association américaine de Pédiatrie et ce, même si l'enfant avait déjà souffert de réactions aux précédents vaccins, parce qu'il y a vraiment très peu de réactions et de symptômes post-vaccinaux ou d'états de santé qui peuvent justifier d'une contre-indication à la vaccination. [10]

 

Les enfants mis en danger par l'élimination des exemptions pour convictions personnelles

 

L'élimination des exemptions vaccinales pour raisons religieuses ou pour raisons de conscience a de réelles conséquences pour ceux qui ont une susceptibilité biologique accrue de souffrir d'effets secondaires, de séquelles et de décès suite aux vaccins vendus par les corporations pharmaceutiques cupides que le Congrès et la Cour Suprême des Etats-Unis ont dégagé de toute responsabilité civile. [11]

 

Comme beaucoup de pédiatres, qui sont aussi dégagés de toute responsabilité civile, refusent de constater les effets secondaires des vaccins ou de rédiger des exemptions médicales à la vaccination, les exemptions non-médicales sont la seule option restante pour beaucoup de parents qui tentent de protéger leurs enfants vulnérables aux vaccins de possibles réactions déletères.

 

Le NVIC forme des Défenseurs de la Liberté Vaccinale dans les Etats

 

Les défenseurs des citoyens, qui croient au droit humain au consentement éclairé quant à la prise de risque en matière de vaccination, font face à un lobby pharmaceutique riche et politiquement bien organisé et qui finance des associations médicales comme l'Association américaine de Pédiatrie. [12, 13] qui se sont alliées aux officiels de santé publique des Etats afin de persuader le législateur de barrer toutes les voies légales aux parents désireux de réaliser des choix vaccinaux volontaires pour leurs enfants. [14]

 

La Directrice et représentante locale du NVIC, Dawn Richardson, qui a mené avec succès une bataille de sept années pour obtenir l'exemption vaccinale pour raisons de conscience au Texas, en 2003, gère en ligne le portail de défense du NVIC qu'elle a créé en 2010.

 

Epaulée par Cindy Loveland, défenseuse de longue date de la liberté vaccinale au Colorado, elle forme les usagers du Portail de Défense à devenir des Défenseurs efficaces de la liberté vaccinale à l'échelle des états. La représentante en chef du NVIC dans le Vermont, Jennifer Stella a déclaré "Nous n'aurions jamais été capables de nous y retrouver dans les processus législatifs sans le NVIC et plus spécifiquement, sans la supervision et le coaching de Dawn."

 

Les Vermontois sauvent l'exemption philosophique

 

L'état du Vermont est classé comme état N°1 en matière de "bonne santé" à l'échelle du pays. [15] En 2010, le Centre de Contrôle des Maladies a calculé dans cet état un taux très élevé de 96% de couverture vaccinale pour la vaccination anti-coquelucheuse [16] de même qu'un taux de vaccination de 93% contre la rougeole, parmi les enfants de 19 à 35 mois.

 

Vermont-1.JPG

Malgré cela, début janvier, les parents vivants dans cet état "le plus sain" furent choqués de découvrir qu'un projet de loi (S199) promu par le Commissaire d'état à la Santé, prévoyait de rayer la possibilité d'exemptions philosophiques des lois sanitaires de l'état. [18] En 2010- 2011, seuls 360 enfants des écoles du Vermont, ont bénéficié de ces exemptions vaccinales parce que leurs parents avaient demandé une exemption philosophique.

 

Endéans le mois, les Vermontois outragés, ont mis sur pied la Coalition vermontoise pour la Liberté Vaccinale [19] et sa co-fondatrice, Jennifer Stella, fut volontaire pour devenir la représentante locale en chef du NVIC.

 

Des médecins influents font pression pour éliminer la possibilité d'exemption pour raisons personnelles

 

Le projet de loi S199 a été introduit au Sénat d'Etat par Kevin Mullin qui est le président au Vermont du Conseil Américain d'Echange législatif (ALEC)[20], financé par l'industrie pharmaceutique, et fut introduit à la Chambre des Représentants de l'Etat par le Dr George Till (MD), à la demande du Dr Harry Chen, le Commissaire à la Santé du Vermont. Le Dr Chen, qui a été un député de l'état du Vermont et l'ancien président de la Commission Santé de la Chambre du Vermont pendant 4 ans, a publiquement minimisé les risques des vaccins. [21]

 

Le projet de loi S199 était défendu par le gouvernement de l'état du Vermont ainsi que le Ministère de la santé local, par l'Université du Vermont, de même que par des associations médicales qui reçoivent de l'argent des corporations pharmaceutiques qui commercialisent des vaccins aux USA, comme par exemple l'Académie Américaine de Pédiatrie, March of Dimes, Every Child By Two ainsi que le Conseil Américain d'Echange Législatif (ALEC). D'autres associations ont aussi soutenu l'élimination de la possibilité d'exemption philosophique à la vaccination comme par exemple l'Académie Vermontoise de Médecins de famille, Fletcher Allen, l'association des hôpitaux et systèmes de santé du Vermont, Voices for Vermont Children, l'Association des Pharmaciens du Vermont, le Centre médical Rutland et la société de Médecine du Vermont.

 

Le projet de loi adopté à toute allure au Sénat

 

Le sénateur Mullin a introduit le projet de loi S199 au début du mois de janvier de cette année avec un fort soutien de la part des lobbyistes des Associations médicales et des industries pharmaceutiques. Le projet de loi fut rapidement adopté par le Sénat sans la moindre tenue d'auditions publiques et avec un vote étonnamment haut et presque unanime de 25 voix contre 4.

 

"Le vote du Sénat est intervenu après que les lobbyistes aient gavé les sénateurs d'informations erronées selon lesquelles les parents prenaient des décisions en matière de vaccination sur base de mauvaises données qu'ils avaient trouvées sur internet" a expliqué Jennifer Stella. "Les lobbyistes ont affirmé que les enfants non vaccinés étaient responsables des épidémies, que les taux d'exemption étaient à la hausse et que les taux de couverture vaccinale dans le Vermont étaient bas or aucune de ces affirmations n'était juste."

 

Les parents s'expriment et manifestent contre le projet de loi

 

Vermont-2.JPG

Fin février, les parents de la petite fille de 7 ans Kaylynne Matten, qui est décédée dans le Vermont après une vaccination antigrippale de routine en décembre 2011, ont commencé à parler de l'importance de conserver cette possibilité d'exemption philosophique. Vous pouvez regardez ici une vidéo du NVIC qui commente ce cas et comprend une interview des parents de Kaylynne.

 

Le 15 mars, la Coalition vermontoise pour la Liberté Vaccinale fraîchement formée, organisait une manifestation publique à Montpelier, siège du Parlement (Capitol) de l'état. [22] Les fondateurs de la Coalition vermontoise ont créé un site internet et une page Facebook et récolté 1500 signatures sur leur pétition contre ce projet de loi. Ils ont travaillé en étroite collaboration avec le NVIC pour développer leur stratégie et tenir les parents informés sur une base journalière, avec des conférences par téléphone en soirée, des mises à jour par mail, via Facebook et leur site internet ainsi que par le biais d' Alertes Actions postées via le portail de défense du NVIC.

 

Dawn Richardson a expliqué que les parents de l'état de Washington ont beaucoup appris l'année dernière sur la législation accélérée au motif de l'urgence (SB5005) qui oblige les parents à payer pour obtenir la signature d'un médecin afin de pouvoir obtenir une exemption philosophique à la vaccination. "Le volontaire du NVIC de l'état de Washington, Karl Khantak, s'est battu contre l'adoption de la légilstaion SB5005 l'année passée et il a mis son expérience à disposition des parents du Vermont." a-t-elle dit. "Il a insisté sur l'importance de pouvoir informer rapidement les parlementaires sur base des faits, en ce compris le fait que les taux de vaccination pour des vaccins comme ceux contre la coqueluche et la rougeole continuaient d'être élevés dans le Vermont et n'étaient pas du tout en train de baisser comme le prétendait le Commissaire à la Santé du Vermont, Chen."

 

Les parents font impression aux auditions de la Chambre des Représentants

 

Après que les parents vermontois aient protesté contre l'absence de toute audition publique au Sénat sur ce projet de loi, la Commission Santé de la Chambre des Représentants a tenu en Mars une audition de façon à permettre les témoignages et à donner la parole au public en soirée. Parmi les personnalités invitées à témoigner, Dawn Richardson s'est exprimée oralement par téléphone, au nom des sympathisants vermontois du NVIC opposés au projet de loi. De même, la représentante de la Coalition vermontoise pour la liberté vaccinale, Jennifer Stella s'est aussi exprimée en défaveur de ce projet législatif, ainsi que des représentants de l'association des chiropracteurs du Vermont (Dr Julia McDaniels, Dr Erik Hemmit), le Centre pour les droits individuels (Mary Holland, docteur en droit) et  le juriste Alan Philips.

 

Au meeting du 21 mars au soir, les familles vermontoises et les professionnels de santé opposés au projet de loi, ont emballé la Chambre des Représentants et, au moment des commentaires du public, chacun avait une opportunité de répondre aux quelques médecins présents qui assistaient à l'audience dans le but de défendre ce projet de loi. [23]

 

Le projet de loi amendé pour y inclure l'admission  parentale des risques (de non vaccination)

 

Une version amendée du projet législatif S199 qui conservait la possibilité d'exemption philosophique fut voté en Commission Santé de la Chambre des Représentants de l'état et fort étonnamment votée  à l'unanimité le 13 avril, après que les initiateurs du projet de loi initial, Dr Till et Paul Poirer, aient essayé d'empêcher cet amendement.[24] Alors que la version amendée conservait la possibilité d'exemption philosophique, elle exige des parents qu'ils repassent en revue les avantages de la vaccination et qu'ils signent chaque année une déclaration reconnaissait qu'opter pour l'exemption vaccinale pose un risque pour la santé de leurs enfants et pour la société.

 

Dans les médias, Jennifer Stella a rétorqué que les initiateurs du projet de loi avaient exagéré le "déclin" dans la couverture vaccinale des enfants de l'état en comptabilisant dans les "non vaccinés", les enfants qui avaient simplement manqué une dose des vaccins imposés par l'état et elle a questionné l'efficacité des vaccins, pointant notamment les cas rapportés de malades parmi les enfants complètement vaccinés. [25]

 

La coalition vermontoise & le NVIC s'opposent au compromis du Comité parlementaire spécial

 

Le 30 avril, un comité parlementaire spécialement créé pour l'occasion a voté un compromis au texte législatif S199 qui conserverait l'exemption philosophique à moins que les taux de couverture vaccinale de l'état pour des vaccins comme ceux  contre la coqueluche ou la rougeole, ne chutent sous la barre des 90, ce qui autoriserait dans ce cas le Commissaire à la Santé de l'état de suspendre cette possibilité d'exemption. [26, 27]

 

La Coalition vermontoise pour la Liberté Vaccinale et le NVIC se sont opposés à ce compromis qui incluerait un taux arbitraire de 90% comme condition d'obtention d'exemptions philosophiques.  Selon Jennifer Stella "Cela signifie en d'autres mots que seuls 10% des Vermontois auraient le droit de bénéficier de telles dispositions."

 

Via le portail de défense du NVIC, les alertes actions et l'information postée sur les pages facebook du NVIC et de la coalition vermontoise, le public était informé jour après jour de ce qui se passait au parlement du Vermont. Les parents vermontois et les professionnels de santé ont été mobilisés, prévenus par e-mail et ont ainsi voyagé jusque Montpelier pour informer les parlementaires et leur équipe, un par un, des données factuelles, dûment référencées, en matière de vaccinations.

 

Un vote post-posé et l'insertion d'une disposition ciblant les enseignants

 

Un vote avait été planifié à la Chambre le 2 mai sur le compromis au texte S199 mais il a été post-posé. Le 3 mai, parmi les modifications apportées au projet de loi figurait celle qui conditionnait le recours à ce genre d'exemption à un taux de vaccination supérieur à 90%. Cependant, la formulation qui impose aux parents de signer une déclaration selon laquelle ils acceptent, en demandant une telle exemption, de mettre leurs enfants et la société en danger, est restée telle quelle. En outre, une "étude de faisabilité" a été ajoutée par les défenseurs du projet de loi pour exiger que tous les professeurs et le personnel enseignant soient obligés, pour garder leur emploi, d'apporter la preuve qu'ils ont reçu toutes les doses de vaccins recommandées par le gouvernement.

 

L'exemption philosophique sauvée, le projet de loi sur le bureau du Gouverneur

 

Il n'y a pas eu d'auditions publiques sur le projet de loi amendé et il est passé à la Chambre des Représentants le 3 mai, presque à l'unanimité avec 133 votes contre 6. Le 5 mai, le vote au Sénat a suivi avec 20 voix contre 5.

 

Le projet de loi est donc maintenant sur le bureau du Gouverneur Peter Shumlin, en attente de sa signature. Le Gouverneur Shumlin avait en avril déclaré publiquement soutenir la suppression des exemptions philosophiques, qui étaient en conflit direct avec les efforts de lobbying du Commissaire à la Santé Chen pour les supprimer.

 

Un article à la Une du journal gratuit du Vermont Burlington actait que cette tentative d'éliminer des lois sanitaires la possibilité d'exemptions philosophiques à la vaccination au Vermont, avait échoué.  Tom McLeod, un membre-clé de la Coalition vermontoise pour la Liberté Vaccinale, y était cité en ces termes "L'endroit le plus dangereux dans les bois se situe entre la mère ours et ses oursons." [28]

 

Le portail de défense du NVIC a joué un rôle-clé

 

L'expérience vermontoise démontre l'efficacité que le portail gratuit de défense du NVIC peut offrir aux citoyens de chaque état ainsi que l'opportunité de faire partie d'un réseau de défenseurs expérimentés et motivés de la liberté vaccinale. Vous pouvez aujourd'hui rejoindre des citoyens qui partagent vos idées et informer vos parlementaires locaux au sujet de l'importance de protéger et défendre le consentement éclairé ainsi que les droits parentaux.

 

Si vous n'êtes pas encore enregistré sur le portail de défense du NVIC, vous pouvez le faire ici. Quand la législation commence à devenir incertaine dans votre état en mettant ainsi en péril vos droits à prendre des décisions vaccinales volontaires, vous recevrez une Alerte Action et serez mis en un instant en contact avec vos parlementaires via votre smart phone ou votre ordinateur.

 

N'oubliez pas de remercier par téléphone ou par mail vos parlementaires d'avoir écouté vos préoccupations et d'avoir voté en faveur du maintien des exemptions vaccinales. Merci d'envoyer copie aux instances du NVIC locales de vos correspondances avec les élus locaux.

 

La législation californienne liberticide doit être stoppée

 

Fin février, un parlementaire et pédiatre californien, le député Richard Pan, M.D, a introduit un projet de loi imposant des restrictions à l'obtention d'exemptions vaccinales pour raisons personnelles. Le projet de loi est rapidement passé au sein du parlement californien, contrôlé par les Démocrates.

 

La loi californienne permet les exemptions à la vaccination pour raisons personnelles, ce qui inclut les motifs religieux, philosophiques ou de conscience. Le projet de loi obligera les parents, qui demandent une exemption vaccinale pour raisons personnelles pour que leur enfant puisse cependant être scolarisé, de payer une consultation avec un médecin ou un autre professionnel habilité (ostéopathe, infirmière etc sous la supervision d'un médecin) pour juger du bienfondé de leurs convictions et  espérer valider leur droit à bénéficier d'une telle exemption. Sans la signature d'un dispensateur de soins, l'exemption pour raisons personnelles ne sera pas valide et l'enfant pourra être privé d'école.

 

Le projet de loi fut amendé par la Chambre des Représentants de l'état le 23 avril et fut approuvé le 10 mai par un vote de 44 vois contre 19. Un vote qui a dû être suivi de près par le Sénat du Vermont.

 

Avec beaucoup de pédiatres qui refusent comme patients les enfants dont les parents n'ont pas accepté de suivre à la lettre les recommandations vaccinales de l'Académie américaine de Pédiatrie et du gouvernement, une majorité de familles qui souhaitent bénéficier d'une exemption vaccinale pour raisons personnelles pourraient, dans les faits, se voir dénié ce droit.

 

Visionnez ici un message public du NVIC au sujet de ce projet de loi.

 

Regardez une audition publique sur ce projet de loi, qui inclut les témoignages de Dawn Winkler, co-directeur du NVIC californien et du Dr Bob Sears, pédiatre, tous deux opposés à ce projet de loi.

 

Si vous êtes en Californie, vous pouvez rejoindre la lutte contre le texte AB2109 en vous rendant sur http://NVICAdvocacy.org. Quand vous vous enregistrez, vous serez automatiquement placé sur la liste des Alertes Actions par état afin de combattre ce texte liberticide. Les informations sur l'état d'avancement du processus législatif et les différentes étapes que vous pouvez accomplir pour lutter contre l'AB2109 au Sénat, sont postées sur la page de l'état de Californie, sur le Portail de Défense du NVIC.

 

Le projet de loi en Caroline du Sud pour la promotion du vaccin HPV (Gardasil)

 

Le 18 avril, le Comité des affaires médicales, militaires, publiques et municipales de Caroline du Sud a fait passer la disposition H4497 intitulée "Loi sur la prévention du Cancer du col de l'utérus." et ce texte est en train de bénéficier d'une procédure d'adoption accélérée. Ce projet de loi, s'il était adopté, exigerait dès la rentrée prochaine 2012-2013, que le Département local de la santé offre la vaccination gratuite à toutes les élèves entamant leur première année d'enseignement secondaire.

 

Références

 

1   Centers for Disease Control. 2012 Child & Adolescent Immunization Schedules.     

2   Miller NZ, Goldman GS. Infant mortality rates regressed against number of vaccine doses routinely given: Is there a biochemical or synergistic toxicity?Human and Experimental Toxicology: Published online May 4, 2011.   

3  NVIC. State Law & Vaccine Requirements.

4  CDC. Estimated Vaccination Coverage with Individual Vaccines and Selected Vaccination Series Among Children 19 to 35 months of age by State U.S., National Immunization Survey - 2010   

  Boyle CA, Boulet S et al. Trends in the Prevalence of Developmental Disabilities in US Children 1997-2000. Pediatrics. Published online May 23, 2011.   

6  CDC.  Asthma in the U.S.: Growing Every Year. May 2011.    

7  CDC. Press Release: CDC Estimates 1 in 88 Children in the U.S. Has Been Identified As Having An Autism Spectrum Disorder. March 29, 2012.

8  CDC. National Diabetes Fact Sheet - U.S. 2003. 

9  Stratton K, Ford A, Rusch E, Clayton EW, editors. Adverse Effects of Vaccines: Evidence and Causality. Committee to Review Adverse Effects of Vaccines. Institute of Medicine: National Academies Press. 2011. Pages 70-78  

10  NVIC. Vaccine Freedom Wall. Public reports of threats, coercion and sanctions for making informed choices about use of one or more vaccines.   

11  Fisher, BL. The Health Liberty Revolution & Forced Vaccination. NVIC Vaccine E-News.  Aug. 23, 2012.  

12  Attkisson S. How Independent Are Vaccine Defenders? CBS News. July 25, 2008.

13  Orange County Register. CORRECTION re: August 4, 2008 article “Dr. Paul Offit Responds.” April 18, 2011.

14  Fisher BL. Vermont Parents Fight to Save Philosophical Exemption. NVIC Vaccine E-News. Feb. 21, 2012.

15  Harding A. Vermont, New Hampshire Top List of Healthiest States. CNN Health. Dec. 6, 011.  

16   CDC. See Reference # 1.

17   CDC. See Reference #2.

18  The Vermont Legislative Bill Tracking System. 2011/2012 Legislative Session. S. 199 Bill Text and Status.  

19  Panebaker A. Parents Hold Fast to Exemptions for Vaccines. Vermont Digger.org. Feb. 28, 2012.   

20  Kentish E. Kentish: ALEC’s Ugly Duckling (OpEd). VTDigger.org. April 19, 2012.  

21  Picard K. Flu Shot or Not? State Health Officials Warn Against “Alarmist” Reaction to Young Girl’s Death. Seven Days. Jan. 11, 2012

22  ABC 22 (Burlington, VT). Parents Rally Against Vaccine Bills. March 15, 2012.  

23  Panebaker A. Lawmakers Hear Impassioned Testimony on Vaccine Bill. March 22, 2012.  

24  Gram D. VT House Debates Childhood Immunization Law. Boston Globe. April 12, 2012.  

25  Gram D. Associated Press. Lawmakers, Parents at Loggerheads About Philosophical Exemption for Kids Vaccines. April 22, 2012.  

26  Panebaker A. Conference Committee Agrees on Vaccine Compromise. VTDigger.org. April 30, 2012.   

27 Hallenbeck T. VT Buzz: Vaccinations Prove Vexing to the End to VT LawmakersBurlington Free Press. April 30, 2012.   

28 Hallenbeck T. Legislature Votes to Preserve Vaccination Exemption. Burlington Free Press (front page). May 4, 2012.   

 

Ce combat citoyen doit redonner espoir à tous les partisans de la liberté vaccinale et démontre de façon concrète ce qu’est « la citoyenneté active ».

 

Evoquer ce combat et l’efficacité de celui-ci était en outre aussi intéressant parce que cela rejoint ce qui s’était aussi spontanément mis en place en Belgique à l’occasion du H1N1, où le projet de loi d’exception constituait un cadre juridique suffisant pour une éventuelle obligation vaccinale et où SEULE l’action de citoyens déterminés aura donc permis l’adoption in extremis d’un amendement empêchant toute perspective d’obligation vaccinale qui aurait pu, à défaut, être arbitrairement décidée par le pouvoir exécutif, les parlementaires s’étant alors eux-mêmes mis hors jeu.

 

Chaque citoyen peut donc être le point de départ nécessaire et décisif pour maintenir ou regagner des droits fondamentaux tels que ceux en faveur de la liberté vaccinale.

Tous les textes supranationaux sur les Droits de l’Homme ou autres consacrent le droit à protéger sa propre intégrité physique et celle de ses enfants or il s’avère tout simplement que les vaccins sont des produits insuffisamment évalués et au sujet desquels se maintiennent d’énormes incertitudes sur leurs risques réels à court, moyen et long terme. Par conséquent, il est démocratiquement et scientifiquement inadmissible que quiconque soit forcé de subir de telles vaccinations ou puisse être l’objet du moindre chantage pour y soumettre ses enfants (chantage à l’admission en crèches, pour scolariser l’enfant etc).

 

Si les citoyens ne se lèvent pas pour défendre des droits aussi fondamentaux, il faut hélas s’attendre à un rabotage accru et sans cesse croissant de nos autres droits restants. Chaque action, chaque initiative peut faire la différence, ne l’oubliez donc pas !

 

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 20:43

Après le scandale du Mediator et des implants PIP, l'industrie pharmaceutique tente de redorer le blason des médicaments. Le syndicat des entreprises du médicament (LEEM) vient de lancer une campagne pour dépeindre à sa façon ce que serait un monde sans médicaments.

 

Et bien entendu, un spot est consacré aux sacrosaints vaccins en focalisant sur un fort mauvais exemple: celui de la coqueluche. Même si cette maladie peut être invalidante, il ne faut pas oublier la fréquence importante de cas chez des gens et des enfants qui avaient été dûment vaccinés (encourant ainsi le caractère désagréable de la maladie en plus des effets secondaires à court, moyen et long terme du vaccin!).

 

 

 

La vaccination contre la coqueluche est peu efficace. Une firme comme GSK n'a ainsi aucune idée de la durée réelle de la protection du vaccin chez les enfants vaccinés entre 4 et 6 ans, pour la simple et bonne raison qu'ils n'ont jamais étudié ni évalué cette donnée (aveux de GSK à l'agence Reuters). Par ailleurs, il faut aussi savoir que la vaccination n'empêche pas forcément de contracter et de transmettre le microbe mais a surtout pour effet de rendre l'infection inapparente, laissant ainsi les vaccinés être des vecteurs silencieux et d'autant plus insidieux de la maladie, susceptibles de transmettre sans le savoir la bactérie à des individus vulnérables (très jeunes nourrissons, immunodéprimés etc) 

 

Tout vaccin anti-coquelucheux contient de l'aluminium qui est une substance toujours toxique pour le système nerveux et qui, une fois injectée par l'intermédiaire d'un vaccin, migre notamment dans le cerveau sans plus jamais pouvoir en ressortir et en s'y accumulant, faisant ainsi le lit de plusieurs maladies neurodégénératives (cfr recherches de l'équipe du CHU Henri Mondor). Le groupe d'étude sur la vaccination de l'Assemblée Nationale avait donc par conséquent conseillé il y a peu un moratoire sur tous les vaccins à base d'aluminium.

 

Selon une récente recherche des scientifiques de l'Université de Laval, il s'avère que la vaccination des ados et jeunes adultes contre la coqueluche est inefficace dans la protection des nouveaux-nés (effet cocoon inefficace), démentant ainsi les "bons conseils" des pseudos experts officiels, de l'OMS ou des pharmas, ce qui revient strictement au même en réalité.

 

Enfin, l'affirmation finale de l'Institut Pasteur selon lequel la chute de 95% de la mortalité coquelucheuse serait due à la mise en place des programmes généralisés de vaccination est tout bonnement fausse. En effet, voici ce que le Précis de Médecine Infantile précisait déjà en 1975:

 

"Il ne faut pas cependant attribuer à la vaccination la baisse considérable de la mortalité [coquelucheuse] observée depuis quelques dizaines d’années. Un taux très bas était déjà obtenu avant la généralisation de la vaccination" (P. Grenet et F. Verliac, Paris, Masson, 1975, p 185 tel que rappelé par le Dr Marc Girard sur son site, cfr sa référence n°7)

 

Au vu des éléments ci-dessus, et volontairement omis par cette industrie, peut-on encore décemment lui accorder la moindre confiance quant aux affirmations et aux spots promotionnels en faveur de ses produits ou de son image? 

   

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Industrie pharmaceutique
commenter cet article
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 18:19

Alors que la Ministre Laanan disait, de façon provocante, dans le Soir du 14 juin dernier vouloir encore obtenir de plus hauts taux de vaccination HPV dans le cadre scolaire l'année prochaine, il est indispensable de rappeler ici les derniers chiffres officiels des effets secondaires des vaccins anti-HPV aux USA.


Voici ainsi quel était le triste palmarès morbide de Gardasil & Cervarix aux USA en Mai 2012:

 

Description

Total

Infirmes

872

Décès

114

N’ont pas récupéré

5318

Frottis du col anormaux

490

Dysplasies du col de l’utérus

195

Cancers du col de l’utérus

56

Cas où le pronostic vital a été engagé

493

Visites aux urgences

9706

Hospitalisations

2669

Séjours hospitaliers prolongés

220

Effets secondaires graves

3584

Effets secondaires

26 050

 

Sources: Sanevax & Vaers (Vaccine Adverse Event Reporting System)



A noter aussi que:



a) Ces chiffres ne sont que la partie émergée de l'iceberg (seuls 1 à 10% des effets secondaires étant effectivement rapportés... multiplier ces chiffres par un facteur 10 à 100 donne donc une idée plus objective du problème.)

 

b) A l'époque où nous avions écrit à Mme Laanan au sujet de ces vaccins, c'est à dire en août 2011, les chiffres de décès et d'effets secondaires étaient respectivement de 97 et de 22 194.

 

Mise à jour des chiffres au mois de janvier 2014:

 

Description

Total

Infirmes

1.048

Décès

157

N’ont pas récupéré

6.653

Frottis du col anormaux

554

Dysplasies du col de l’utérus

234

Cancers du col de l’utérus

72

Cas où le pronostic vital a été engagé

606

Visites aux urgences

11.223

Hospitalisations

3.424

Séjours hospitaliers prolongés

244

Effets secondaires graves

4.557

Effets secondaires

32.995

 

Voir aussi les articles suivants:

 

Le Japon exige la divulgation des effets secondaires du vaccin HPV

 

Israël: des citoyens demandent l'interdiction des vaccins contre le HPV

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 16:44
22 juin 2012- Conscience du Peuple
 
Une Américaine de Tulsa cultivait plus de 100 variétés de plantes médicinales dans son jardin situé dans sa cour arrière. Elle utilisait notamment ces plantes pour soigner de façon autonome et économe son diabète, son hypertension et son arthrite. 
Elle cultivait aussi des fruits, des légumes, des noix, des épices, depuis qu'elle a perdu son travail.  Aucune plante illégale n'était cultivée par la dame, rien que le nécessaire pour lui procurer un minimum de survie alimentaire et médicinale.
 
Elle s'est retrouvée devant le tribunaux, suite à des actions entreprises par les autorités, mais des hommes sont tout de même venus détruire presque tout son jardin, allant jusqu'à couper ses arbres fruitiers et arbres à noix.
 
L'ordonnance disait que les plantes ne pouvaient dépasser 12 pouces de haut pour la consommation humaine...

 

 
Jusqu'où ces abus iront-ils?
Qui osera encore croire après ça que les autorités "publiques" protègent nos intérêts?!
Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Pluralisme thérapeutique
commenter cet article
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 14:01

Suite à l'article du Soir du 14 juin dernier, signé Frédéric Soumois, Initiative Citoyenne a adressé un mail de questions à son confrère Ricardo Gutierrez, pour la simple et bonne raison que Mr Soumois ne daigne en réalité même pas répondre aux autres mails de questions que nous lui avions déjà envoyés.

 

Vous pouvez lire cet important mail de questions ICI (cela vous donnera une plus juste idée de la rigueur et/ou de la partialité de la presse ainsi que de l'irresponsabilité grave du monde politique)

 

Monsieur Gutierrez, qui a au moins eu la politesse de nous répondre, nous a invités à prendre directement contact avec Monsieur Soumois dont il ignore les sources et les vérifications quant aux pourcentages avancés et nous a fait savoir que le journal reviendrait de toute façon sur le sujet et ne manquerait pas d'éclaircir ces chiffres. Nous en prenons bonne note mais avons toutefois dû répondre qu'il nous paraissait vain de nous adresser encore principalement ou directement à ce Monsieur Soumois puisque celui-ci n'a encore jamais daigné répondre sur le fond à aucun autre mail que nous lui avions adressé, laissant ainsi supposer un grave problème de partialité de sa part....

 

NB: Il semble évident qu'avec la prise de conscience croissante du public sur les risques et les non-dits en matière de vaccins, l'enjeu se situera encore bien davantage sur le terrain de la communication des officiels, où il s'agira ainsi pour eux d'essayer de "remonter le moral des troupes", à l'instar de ce qui se passe dans la communication de guerre où on minimise aussi les pertes et les échecs. Par conséquent, à la lueur de cette réalité, il n'est que peu surprenant que l'establishment s'arrange pour faire paraître des chiffres faussement élevés de couverture vaccinale, préférant ainsi faire croire qu'une majorité de jeunes filles ont été vaccinées (60%), plutôt qu'une minorité (moins de 40%) et éviter ainsi toutes les autres critiques sur le gaspillage que cela a inutilement suscité.

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Médias & vaccins
commenter cet article
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 11:55

Le 19 juin dernier, paraissait dans le British Medical Journal une lettre du Dr d'Costa intitulée de façon évocatrice « Peu de preuves apportées par Big Brother en faveur de la vaccination obligatoire des professionnels de santé » ("Big brother with little evidence for mandatory vaccination of healthcare professionals").

 

Et le Dr d'Costa ne mâche pas ses mots par rapport à un précédent article qui recommandait l'obligation vaccinale des professionnels de santé contre la grippe:

 

"L'article sur l'obligation vaccinale des professionnels de santé constitue une véritable provocation et s'apparente à une recommandation autoritariste étayée par peu de preuves d'efficacité. [...] Etant donné l'insuffisance de preuves d'efficacité, l'efficacité limitée chez les gens sains et la possibilité de prendre le pas sur l'autonomie individuelle, il est probablement impossible de prédire le nombre de personnes à vacciner pour éviter une seule infection nosocomiale. Par conséquent, la recommandation de vaccination des professionnels de santé doit rester seulement une recommandation."

 

Une telle réplique est salutaire. Elle témoigne de la véracité et confirme ce que nous affirmons depuis le début, à savoir qu’il n’existe pas d’unanimité du corps médical derrière le bienfondé de la vaccination de divers publics-cibles. En outre et étant donné qu’il y a un nombre non négligeable de médecins qui appliquent la politique du « faites ce que je dis, pas ce que je fais » et qui épargnent ainsi leur progéniture des vaccins qu’ils administrent cependant à la chaîne à leurs patients, il est à prévoir que la moindre nouvelle obligation vaccinale destinée aux professionnels de santé, ne pourra qu’engendrer une résistance bruyante.

 

 

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Grippe saisonnière
commenter cet article
23 juin 2012 6 23 /06 /juin /2012 20:06

17 juin 2012. SaneVax

 

GSK.jpg

 

Le vaccin MenHibrix du fabricant GSK vient tout juste d'obtenir son autorisation de mise sur le marché américain sur base des données recueillies après l'inoculation de 7521 nourrissons et jeunes enfants issus de 5 pays et ayant reçu "au moins une dose". Le problème, c'est que ce vaccin s'administre selon un schéma de 4 doses. Comment l'agence de régulation américaine FDA a-t-elle donc pu déterminer que le vaccin était sûr et efficace avec un schéma de 4 doses alors que les participants aux essais cliniques ont seulement reçu "au moins une dose"?

 

Croyez-le ou non, il aura fallu à GSK pas moins de 3 tentatives pour obtenir l'autorisation de commercialiser ce vaccin. Il serait intéressant de savoir quel était le contenu et la base de leurs deux précédentes demandes d'autorisation de mise sur le marché. Au service de qui est véritablement l'agence de régulation FDA, on peut encore une fois se le demander.

 

Le charme de Glaxo en trois temps.

Zack de Equity Research

 

Pour qui la FDA travaille-t-elle vraiment?

Récemment, GSK a annoncé que l'agence de régulation américaine (FDA) a approuvé son vaccin combiné MenHibrix (contre les méningocoques des groupes C et Y ainsi que l'haemophilius influenzae de type b, conjugué à l'anatoxine tétanique). La FDA a homologué le MenHibrix qui est administré selon un schéma en 4 doses, pour la prévention des infections correspondantes.

 

L'approbation a été octroyée sur base des données provenant d'essais cliniques effectués sur une période de 7 ans aux Etats-Unis, au Mexique, en Australie, en Belgique et en Allemagne. Les essais ont porté sur un total de 7521 nourrissons et enfants en bas-âge ayant reçu au moins une dose.

 

Ces faits sont éminemment révélateurs du LAXISME coupable et osons-le dire, criminel, des agences dites « publiques » qui se sont en fait prostituées pour mieux servir les intérêts privés. Cela démontre donc à souhait le caractère absolument non fiable du label « approuvé par telle ou telle autorité de régulation » bien qu’une approbation américaine soit le plus souvent considérée comme « le label à suivre » de la part des affligeantes autorités sanitaires européennes.

 

Par conséquent, tous les médecins qui ferment les yeux en estimant que « si c’est approuvé officiellement, ils peuvent le prescrire tranquillement » se fourrent le doigt dans l’œil jusqu’au coude, en hypothéquant du même coup la santé des patients trop crédules qui leur font encore confiance.

 

Une autorisation de mise sur le marché ne constitue donc plus du tout une garantie de fiabilité ou de crédibilité d’un produit donné alors que quantité de produits naturels qui n’obtiendraient jamais, par pur opportunisme et jeux d’intérêts, une telle autorisation, peuvent cependant s’avérer infiniment plus sûrs !

 

Il est très important de rappeler aussi le mépris des autorités publiques pour les propres décisions d’approbation et d’AMM qu’elles ont-elles-mêmes octroyées ou qu’elles cautionnent car c’est là un aveu particulièrement criant de non fiabilité de la part de ceux-là même qui voudraient pourtant nous y faire croire.

 

Ainsi, en France où on continue d’imposer la vaccination DTP (diphtérie, tétanos polio) et où l’ancienne version du DTP sans aluminium a été retirée du marché en 2008 pour un étrange prétexte de « surplus de réactions allergiques », le seul vaccin DTP restant sur le marché est le Revaxis, riche en aluminium, mais surtout qui ne dispose d’aucune autorisation de mise sur le marché pour les enfants de moins de 6 ans, mettant du même coup les autorités qui l' imposent et les médecins qui l’administrent hors la loi, en réalité.

 

Autre exemple, les aveux accablants émanant de la revue VaxInfo du 26 avril 2012, et selon lesquels les autorités cautionnent et recommandent un schéma vaccinal « hors AMM » sur les enfants britanniques, ce qui revient en réalité à pratiquer sur eux une expérimentation illégale car sans consentement éclairé ! Ainsi, dans ce pays, le vaccin Menveo de Novartis qui n’est normalement pas prévu avant l’âge de 2 ans et qui ne comporte qu’une seule injection est déjà administré dès l’âge de… 2 mois avec un rappel seulement un mois plus tard et parfois encore un autre à l’âge de 12 mois « si le risque persiste » (la belle affaire !) et le plus grave est que ces bons experts de VaxInfo, revue sponsorisée par les pharmas rappelons-le, conseillent et suggèrent un tel schéma pour les jeunes enfants belges expatriés ou ceux qui voyagent alors que les autorités européennes et la Haute Autorité Française de Santé ne recommandent ce même vaccin qu’à partir de l’âge de 11 ans selon l'autorisation accordée par l'Union Européenne… là aussi, cherchez l’erreur !

 

Il est évident que ces gens qui conseillent et encouragent ainsi des expérimentations illicites sur des enfants, dont les parents ne seront bien entendu jamais informés que ces schémas sont « hors AMM », devraient être poursuivis et condamnés sans délai car ce serait cela, la véritable justice, la véritable démocratie et la véritable protection de la santé publique !

Mais, qu'à cela ne tienne, les firmes auront tôt fait de demander et obtenir les extensions d'AMM souhaitées, c'est en fait si simple et si facile, même quand le nombre de participants est infiniment trop faible et permet ainsi de ne pas déceler des effets dits "rares" mais graves qui risqueront ainsi d'impacter la santé de centaines de gens une fois que de telles vaccinations auront été aveuglément généralisées.

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 19:00

Un communiqué de presse néerlandophone du 18 juin dernier tente de profiler le Centre de Vaccinologie de l'Université de Gand (le CEVAC) comme unique partenaire belge académique impliqué dans un consortium relatif à la sécurité des vaccins.

 

Que dit ce communiqué? (et puis nous verrons ensuite COMMENT le décrypter)

 

Ce communiqué précise tout d'abord que l'agence européenne pour l'Initiative de Médicaments Innovants a investi 17,4 millions d'euros dans cette entreprise.

 

Il s'agit d'un consortium de recherche sur les marqueurs biologiques destinés à améliorer la sécurité vaccinale et appelé "BioVacSafe", prétendument destiné à développer de nouveaux outils améliorés d'évaluation de la sécurité des vaccins.

 

Le communiqué évoque aussi une "nouvelle approche de la sécurité vaccinale".

 

A ce sujet, il est affirmé que l'on va étudier la façon dont les gens réagissent aux différents composants des vaccins, au niveau cellulaire, génétique et moléculaire. Ce faisant, ils espèrent ainsi identifier et codifier des marqueurs biologiques en mesure de prévoir si des nouveaux candidats vaccins pourront engendrer des effets secondaires.

 

Ce consortium serait en outre aussi en mesure de développer de nouvelles manières d'identifier et de classifier les effets secondaires des vaccins. Par ailleurs, l'équipe de BioVacSafe indiquera comment les maladies et les infections - en particulier les troubles du système immunitaire- interragissent avec les vaccins.

 

Bio Vac Safe compte mettre au point de nouvelles méthodes pour identifier et mieux comprendre les mécanismes qui sont à la base de tous les stades de développement de réactions aux vaccins. Ce qui fait dire à ce consortium qu'il va contribuer à un développement et une introduction plus rapides d'une nouvelle génération de vaccins plus efficaces et plus sûrs. Mais surtout, ce communiqué précise que "ces nouveaux instruments plus adaptés doivent aider à renforcer la confiance du public dans la sécurité des vaccins."

  

Le communiqué se termine par le refrain lancinant bien connu selon lequel "les vaccins sont un des moyens les moins chers et les plus efficaces de combattre les maladies infectieuses tant dans les pays développés que dans les pays en voie de développement. Chaque année dans le monde, des milliards de doses de vaccins sont administrées." Et ce communiqué de prétendre aussi que la sécurité vaccinale est et reste par conséquent une des premières priorités des autorités et des industriels, tout en affirmant qu'il est grandement nécessaire de mettre en place de nouvelles méthodes et outils d'évaluation.

 

Sur le plan des informations liées au financement et aux partenaires de cette initiative, il est dit que l'agence européenne pour l'Initiative de Médicaments Innvovants finance le projet à concurrence de 17,4 millions d'euros et que la dite agence collabore avec l'EFPIA (la Fédération européenne des industries et associations pharmaceutiques). Parmi les partenaires de ce partenariat public-privé, on retrouve notamment GSK, Sanofi Pasteur et Novartis, trois des principaux fabricants mondiaux de vaccins.

 

Comment décrypter un tel communiqué (à la lueur de plusieurs faits incontestables)?

 

Il est somme toute assez curieux de vouloir améliorer la sécurité des vaccins qui est pourtant déjà présentée comme parfaite et irréprochable depuis des années par les officiels, au point justement de ne reconnaître comme seuls effets secondaires prouvés des vaccins que fièvre et douleur au point d’injection. On peut donc s’étonner à présent de lire dans un communiqué officiel que l’on va classer les effets secondaires de vaccins puisqu’il y en avait déjà si peu à en croire le discours lénifiant de l’establishment.

 

Certains, parmi ceux qui ne sont encore au courant de rien, pourraient s’enthousiasmer d’un tel enfumage mais les autres, à juste titre, ne pourront que déplorer, par contraste, que les officiels aient pu prétendre aveuglément et à tort  les vaccins aussi sûrs pendant des décennies alors que les prétendus scientifiques aux commandes n’avaient en réalité aucune idée des différents effets des composants de ces mêmes vaccins au niveau cellulaire, génétique et moléculaire ! Car il faut dire que cela fait déjà des années que les notices des vaccins le précisent, il n’existe absolument aucune évaluation des potentiels cancérogène, mutagène et tératogène des vaccins, c'est-à-dire de leur capacité à provoquer le cancer, des mutations génétiques et des effets néfastes sur la descendance, ce qui n’a du reste jamais gêné ces mêmes pouvoirs publics de recommander la vaccination aux gens déjà cancéreux ou encore aux femmes enceintes… cherchez l’erreur !

 

Lorsqu’on parle de « nouvelle approche de la sécurité vaccinale », il faut surtout entendre et comprendre qu’on escompte faire du neuf avec du vieux, c'est-à-dire promouvoir de nouveaux DISCOURS promotionnels sur le même vieux terreau vicié de conflits d’intérêts et de collusions. Car le but et les moyens sont on ne peut plus clairs, il suffit de lire et de décrypter tout ça : le but est de regagner la confiance du public (beaux discours, belles paroles) car les nouveaux vaccins sont toujours en train de s’accumuler dans le pipeline de l’industrie pharmaceutique qui collabore, comme par hasard, à ce genre de projet bon enfant… ben voyons ! Il est manifeste, comme nous l’avons déjà démontré plus d’une fois sur ce site, que la sécurité des vaccins n’a jamais été la priorité ni des officiels ni des industriels et ce pour plusieurs raisons. Parmi celles-ci, il faut surtout citer le fait que les effets secondaires des vaccins en termes d’explosion des maladies chroniques qu’ils engendrent, constituent une véritable aubaine pour les pharmas en ce sens que les vaccins boostent et entretiennent donc du même coup les ventes des médicaments palliatifs coûteux aussi produits par ces mêmes firmes. Il n’a donc jamais été dans l’intérêt des firmes de faire des médicaments plus sûrs et ce d’autant plus qu’ils bénéficient de tous les passe-droits juridiques possibles et imaginables, au point de se faire octroyer l’impunité juridique par la Cour Suprême des Etats-Unis ou encore par les gouvernants nationaux via l’infâme contrat d’achat de vaccins H1N1. Le Dr Deborah Novicki de Novartis l’avait d’ailleurs déjà très clairement exprimé (cfr p. 391) : « Nous n’avons pas testé le potentiel cancérogène du squalène MF59 de notre vaccin H1N1 ni d’aucun autre de nos vaccins et nous n’avons pas l’intention de le faire. » Et, bien entendu, il n’est jamais venu à l’idée d’aucune autorité politique corrompue d’obliger à réaliser ce genre de test, sans laisser ces firmes dicter leur loi aux citoyens qui se font injecter leurs produits hasardeux à longueur d’années !

 

Ce genre de communiqué ne doit donc duper personne car même si des effets secondaires graves étaient mis en évidence, ils ne seront bien entendu jamais communiqués par voie de presse, ce serait bien trop dissuasif. Nous nous trouvons donc encore à présent dans cette même tentative déjà évoquée de retarder au maximum l’éclatement inéluctable de la bulle vaccinale : tantôt avec la méthode des vaccins combinés (qui permettent de faire entrer de nouveaux vaccins superflus sans que les parents finissent par se rendre compte que « trop c’est vraiment trop »), tantôt avec diverses tentatives de banaliser la vaccination (vaccination avec des seringues sans aiguilles, par nanopatch etc) ou encore nouveau discours relifté sur la sécurité. En fait, les officiels et les industriels ont fort bien compris que ce mouvement de prise de conscience au sujet des risques vaccinaux ne fera que croître, que c’est irréversible et que, pour eux « le vers est dans le fruit ». Il s’agit par conséquent pour eux de « courir » derrière les arguments citoyens de bon sens qui ne cessent d’émerger (vous vous interrogez sur la sécurité ? nous allons y travailler !). Trop tard… c’était bien avant de vacciner la terre entière qu’il fallait s’en préoccuper ! La vérité, c’est que ces gens-là espèrent à tout prix conserver cette méthode de vaccination envers et contre tout et d’ailleurs, toute l’immunologie est en réalité biaisée depuis ses origines par l’étude des vaccins. C’est notamment ce qu’explique le Dr Tetyana Obukhanych, docteur en immunologie, qui décrit à quel point l’immunologie actuelle est conditionnée et moulée sur le seul dogme possible des vaccins. Par conséquent, tout est conçu et envisagé sur base des effets de la vaccination mais pas de ce qui se passe réellement dans un organisme confronté à des maladies vraies et naturelles. Tout est donc biaisé, ce qui explique qu’ici aussi, il s’agira de voir comment les malades réagissent aux inamovibles vaccins qui doivent absolument rester le cadre de référence, le clou fixé une fois pour toutes et auquel il s’agira d’adapter les organismes qui devront décidément tous les recevoir !

 

Au final, il convient de se rappeler un chiffre : 2,5 MILLIARDS de dollars. C’est le montant des indemnisations versées par les autorités américaines aux victimes de vaccins depuis 1986 et encore, il faut savoir que 2/3 des plaintes sont rejetées ! Pendant ce temps, alors que les autorités indemnisent discrètement des victimes, elles continuent de prétendre au public que les vaccins sont très sûrs et de nier tout lien entre vaccination et effets secondaires graves. Tout menteur vit aux dépend de ceux qui le croient aurait pu dire ici Lafontaine...

 

  

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 18:19

fast-food-Fotolia.jpg

°Des associations ont dénoncé jeudi 21 juin le partenariat entre McDonald’s, Coca-Cola et un congrès de médecine générale à Nice.

 

°Mise en cause pour ses liens d’intérêt avec l’industrie pharmaceutique, la médecine est aussi de plus en plus soumise à l’influence des firmes agroalimentaires.

 

« Non à la médecine McDonald’s ! » C’est avec ce mot d’ordre que plusieurs associations ont manifesté jeudi 21 juin au 6e congrès de médecine générale qui se tient jusqu’au vendredi 22 à Nice. « On a voulu dénoncer le fait que la médecine n’est pas uniquement soumise au lobby pharmaceutique mais aussi, de plus en plus, à celui de l’industrie agroalimentaire », explique Benjamin Cohadon, porte-parole du Mouvement de désaliénation des médecins, une association créée en mai « par un petit groupe de citoyens concernés ».

 

« Un mélange des genres malsain »

 

Organisé sous le parrainage du ministère de la santé, ce congrès compte, parmi ses multiples sponsors, McDonald’s et Coca-Cola. En échange de leur soutien, ces deux firmes ont obtenu le droit d’organiser une « session » lors du congrès : jeudi après-midi, la première invitait les médecins à venir débattre du « contenu nutritionnel du repas » tandis que vendredi la seconde s’intéressera aux « comportements hydriques » des Français.

 

« C’est un mélange des genres malsain », estime Benjamin Cohadon. « C’est malheureusement impossible d’organiser un congrès médical sans sponsor. Et nous contrôlons le contenu scientifique des communications de nos partenaires », répond le professeur Pierre-Louis Druais, conseiller exécutif du congrès.

 

Des étudiants aux praticiens, tous concernés

 

L’épisode de la grippe H1N1 et le scandale du Mediator ont mis en lumière les liens d’intérêt entre les experts et l’industrie pharmaceutique. Mais aujourd’hui, de plus en plus de voix s’élèvent pour dénoncer l’omniprésence des firmes agroalimentaires dans le secteur de la santé. Tout en défendant leur indépendance, de nombreux spécialistes, notamment hospitaliers, participent à des études financées par des industriels désireux d’apposer un « label santé » sur leurs produits.

 

Lundi 18 juin, par exemple, était organisée à Paris, avec une praticienne d’un grand hôpital parisien, une conférence de presse pour vanter les « grandes qualités nutritionnelles » de ce « produit noble » qu’est le surimi.

 

Parfois, cette influence s’exerce très en amont. En 2005, par exemple, le Centre d’information des viandes (CIV) s’était associé avec l’Association des étudiants en médecine de France pour organiser un grand Quiz visant à compléter les connaissances nutritionnelles des futures blouses blanches. « Les firmes interviennent aussi dans la formation des nutritionnistes. Quand j’étais en BTS, je me souviens d’une intervention faite par une représentante des fabricants de céréales de petit déjeuner. C’était présenté comme un cours parmi les autres pouvant même faire l’objet d’une question lors d’un contrôle », raconte Paul Scheffer, président de l’Association de diététique et nutrition critiques.

 

Un gage de crédibilité pour les firmes

 

Président du Formindep, autre association en pointe sur les conflits d’intérêts, le docteur Philippe Foucras reconnaît « l’habileté » de la stratégie des firmes agroalimentaires. « Certes, un généraliste ne prescrit pas directement des hamburgers ou des sodas à ses patients. Mais c’est un vecteur d’opinion qui peut aussi donner des conseils de vie quotidienne », constate-t-il. « C’est surtout une question d’image. Pour des sociétés souvent attaquées sur le profil nutritionnel de leurs produits, c’est un gage de sérieux et de crédibilité de participer à un congrès médical », ajoute Paul Scheffer.

 

Chef du service de nutrition pédiatrique du CHU de Lille, le professeur Dominique Turck dénonce, lui, le « double discours » des pouvoirs publics. « On est écartelé entre le ministère de la santé qui, désormais, hurle devant le moindre lien d’intérêt, et celui de la recherche, qui nous encourage à monter des partenariats public-privé pour faire tourner nos laboratoires », constate-t-il.  PI

 

Source: La Croix 

 

 

En fait, les autorités ne hurlent pas du tout en cas de conflits d’intérêts, elles les encouragent même, en les présentant comme inéluctables. De même, l’Union européenne  a fait de ces fameux partenariats « public-privé » le seul modèle de recherche et d’investissement à promouvoir ! En refusant de financer à 100% avec de l’argent propre (l’argent des contribuables) les recherches réellement nécessaires, les autorités forcent en quelque sorte les laboratoires dits « publics » à se prostituer et trahissent profondément les citoyens.

 

Le fait que les autorités publiques s’associent à ce genre de Congrès ainsi sponsorisé –alors qu’elles dépensent l’argent du contribuable dans des pubs du genre « Manger-bouger » etc- démontre avec brio toute leur schizophrénie et leur profond mépris du public. Cette véritable attitude de Judas de la part des pouvoirs publics est finalement très similaire à celle qui consiste à dénoncer le tabac tout en se réjouissant des recettes fiscales qu’ils peuvent en retirer ou encore à promouvoir la vaccination tous azimuts tout en prônant de réduire les dépenses de santé et la consommation médicamenteuse (cfr cette autre campagne schizophrène des autorités belges de régulation du médicament « Un médicament n’est pas un bonbon » alors que la vaccination, elle, qui constitue pourtant aussi un médicament aux effets particulièrement incontrôlables, est encouragée du berceau à la mort !)

 

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Conflits d’intérêts -experts
commenter cet article

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA