Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 juillet 2011 7 10 /07 /juillet /2011 22:49

C'est une question d'autant plus pressante à la lueur de ce qui vient de se passer au Conseil d'Etat où une maman a été déboutée tout dernièrement, parce qu'elle contestait la décision de renvoi de son fils d'une crèche de la ville de Bruxelles alors que celui-ci bénéficiait d'un certificat médical de contre-indication à la vaccination.

 

 

Le médecin de la crèche en question, se basant sur les avis "scientifiques" de l'ONE, relayait ainsi auprès de la maman que l'eczéma de son fils était classé parmi "les fausses contre-indications" à la vaccination (!)

 

Des propos pour le moins troublants puisque, selon une étude indépendante menée pendant les 5 premières années de vie des enfants et comparant ainsi valablement l'état de santé des enfants vaccinés et non vaccinés, il ressort que les enfants vaccinés suivant les recommandations officielles souffrent très nettement plus souvent d'eczéma chronique que des enfants n'ayant jamais reçu le moindre vaccin (167 enfants contre 101) (!)

 

En outre, la notice des différents vaccins imposés par l'ONE (pentavalent, hexavalent, ROR) stipulent le risque d'allergies et d'éruptions ce qui peut médicalement parlant fort bien recouvrir la survenue de manifestations eczémateuses, pouvant être l'expression particulière d'une atopie.

 

D'autres études**, publiées dans de grands journaux médicaux établissent un risque accru de manifestations allergiques de ce type en lien avec la vaccination anti-coquelucheuse (incluse dans le vaccin pentavalent et hexavalent exigés par l'ONE pour la fréquentation des crèches).

 

** Pediatric Allergy and Immunology, Volume 19, Number 1, February 2008 , pp. 46-52(7)

 

D'éminents spécialistes admettent aussi le lien entre vaccinations et développement des allergies comme par exemple le Pr Lucienne Chatenoud, immunologiste à l'Inserm et au CHU Necker Enfants Malades:

 

"L’hypothèse la plus avancée est l’hypothèse hygiéniste. Dans tous les pays industrialisés, on observe une diminution des infections endémiques chez les jeunes enfants, liée aux programmes de vaccination et à l’utilisation des antibiotiques ; or cette diminution est corrélée à une augmentation de la fréquence des maladies auto-immunes ou dysimmunitaires: diabète de type 1, sclérose en plaques, maladies inflammatoires de l’intestin, mais aussi les allergies."

 

Le médecin traitant de l'enfant, c'est à dire la personne qui est professionnellement parlant la mieux à même d'évaluer son état et d'établir, dans l'intérêt de son patient, d'éventuelles contre-indications, se retrouve en fait tout à fait nié dans ses prérogatives et dans ses compétences.

 

Tant que les vaccinations suivent, pas de problème mais quand des certificats font obstacle à cette politique de vaccination aveugle et sans discernement, ça coince, tous les petits docteurs devant "rentrer dans le rang" et suivre les dogmes bien docilement...

 

Il est cependant regrettable, une fois encore dans l'intérêt premier des patients, que nombre de praticiens ne se posant même plus de questions, ne se rendent ainsi même pas compte du rôle de marionnette que le système vaccinaliste en place entend leur faire jouer avec, à la tête de la "pyramide du savoir" des "leaders d'opinion" le plus souvent liés à l'industrie ou des organisations internationales comme l'OMS dont on sait qu'elles ne sont pas indépendantes.

 

Ces atteintes répétées à la liberté thérapeutique des médecins ne doit cependant pas non plus occulter le devoir des médecins de se tenir informés "des connaissances les plus actuelles de la Science" mais cela veut aussi dire de toute la Science et pas seulement de celle imposée par l'ONE et "ses bonnes âmes".

 

A l'Université, on enseigne officiellement l'importance de se tenir au courant des connaissances les plus actuelles, de chercher par soi-même et d'ainsi entretenir en permanence sa "formation continue". Pourtant, combien de médecins donnent encore la priorité à leurs propres recherches personnelles sur les directives et autres "guidelines" venues d'en haut qui certes, sont faciles à appliquer mais dont on ne sait souvent pas très bien sur quoi elles reposent.

 

Ainsi, l'ONE préconise toutes ces vaccinations "pour la protection de la collectivité" et recommande ces vaccins multiples au nom "du confort de l'enfant et du vaccinateur" mais ce confort semble toutefois pouvoir être fort relativisé, eu égard à l'étude mentionnée ci-dessus qui démontre que les enfants très vaccinés ont une bien moins bonne santé que les enfants non vaccinés...

 

L'ONE a ainsi une façon très à elle d'informer les parents. Un document interne de l'ONE de mars 2010 (distribué aux travailleurs médico-sociaux de l'institution) comporte notamment une page "Vaccination. Comment améliorer l'information aux parents avant et après?" (signé Dr M-Ch. Mauroy, médecin coordinateur)

 

Sur cette page, on peut lire que pour "informer" les parents mais sans leur dire vraiment toute la vérité (sinon, il y a fort à parier qu'ils refuseraient donc mieux vaut que le consentement libre et éclairé passe à la trappe!), l'ONE préconise le recours à des "étiquettes explicatives" pour "rappeler aux parents les conseils de surveillance de l'enfant à l'issue d'une vaccination."

 

Les deux "étiquettes" de l'ONE en question (l'une sur les effets du ROR, l'autre pour les vaccins Infanrix Hexa, Prevnar et vaccin contre le méningocoque) disent respectivement ceci:

 

CONCERNE VACCIN ROUGEOLE-RUBEOLE-OREILLONS

 

Chers Parents,

 

Votre enfant a été vacciné ce jour. Ne vous inquiétez pas s’il présente dans les 15 jours qui suivent : une réaction locale discrète (rougeur, gonflement), une éruption cutanée, un gonflement des ganglions du cou ou de la fièvre (il est conseillé de donner du paracétamol pour la faire diminuer à partir de 38,5°C).

Si vous constatez l’apparition d’autres symptômes ou si la fièvre ne descend pas, nous vous recommandons de contacter votre médecin sans tarder.

 

CONCERNE VACCINS INFANRIX HEXA, PREVNAR ET MENINGOCOQUE

 

Chers Parents,

 

Votre enfant a été vacciné ce jour. Il peut présenter dans les 48 h une réaction locale discrète (rougeur, gonflement) ou de la fièvre (il est conseillé de donner du paracétamol pour la faire diminuer à partir de 38,5°C).

Si vous constatez l’apparition d’autres symptômes ou si la fièvre ne descend pas, nous vous recommandons de contacter votre médecin sans tarder.

Le médecin face aux vaccins: véritable acteur de santé ou simple marionnette?

Pas un mot donc sur les risques graves et tous ceux à long terme des vaccins!

Pour l'ONE, le consentement libre et éclairé, c'est donc une notion non encore intégrée. Et la "belle affaire" c'est qu'en cas de problème, l'Office pourra, en toute tranquilité, prétexter qu'il n'est pas possible de dire quel est le vaccin qui a pu léser l'enfant, vu la simultanéité des vaccins faits aux enfants "pour leur confort" (!)



En effet, une enquête de la cellule Provac de l'ULB de 2009, financée par la Communauté française précise bien que :"5% des enfants ont dû consulter un médecin pour effets indésirables endéans les 48h après une vaccination. Vu la simultanéité des vaccins, il est impossible de dire quels sont les vaccins incriminés."  (cfr p.43/54)



Hélas, les parents qui se rendent ainsi compte, après coup, d'avoir été trompés et abusés sur le rapport bénéfices/risques de ces vaccins pédiatriques se retrouvent sans recours puisque l'Office a bien sûr pris, en amont, la précaution de leur faire signer un "formulaire de consentement" selon lequel les parents déclarent "avoir reçu l'information sur les vaccinations", formulation volontairement vague mais pouvant ainsi, pernicieusement, rentrer dans le cadre juridique de la loi de 2002 sur le droit des patients (l'ONE pouvant ainsi prétendre qu'il a fourni aux parents l'information sur les vaccins, y compris sur leurs risques, sans préjudice de la loi de 2002...).

 

Outre le mépris de l'ONE pour la loi sur les droits du patient (2002) qui n'est très clairement pas respectée en terme de devoir d'information comme nous venons de le démontrer ci-dessus, il y a aussi le très désagréable côté je-m'en-foutiste de l'Office en matière de conflits d'intérêts puisqu'il n'est par exemple pas notifié dans cette enquête de 2008 et 2009 de la Cellule Provac que le Dr Swennen (notée sur ces documents comme "promoteur") a des conflits d'intérêts patents pouvant altérer son jugement clinique et ainsi nuire à l'intérêt des patients sur lesquels ses propos pourraient avoir une influence...



Alors que cela fait ainsi des années que Mme Swennen travaille spécifiquement sur les vaccins et se retrouve fréquemment dans des comités qui font des recommandations sur les vaccins, il aura fallu attendre mai 2010 pour qu' un rapport du très "indépendant" KCE (centre fédéral d'expertise des soins de santé) précise, noir sur blanc, ses conflits d'intérêts:



"Béatrice Swennen a reçu une rémunération pour une communication, un subside de formation, une prise en charge de frais de voyage ou un paiement à l’occasion d’une participation à un symposium."



Au cours de l'émission "Question à la une" du 17 février 2010, sur la RTBF, on pouvait notamment entendre le Dr Swennen déplorer le fait que les gens veulent à la fois "être complètement protégés" et qu'ils n'acceptent pas le fait qu'il puisse y avoir des effets secondaires rares et de dire "eh bien ça, c'est une quadrature du cercle qui n'est pas possible." 

 

Ce que les gens veulent, c'est avant tout être informés de façon honnête: soit on leur explique le champ énorme des inconnues en terme de risques parce qu'on ne les connaît pas vraiment, faute d'avoir eu la volonté de les étudier, comparativement à des enfants non vaccinés, soit on les sait mais alors on les dit clairement, sans tabou, sans langue de bois et on les explicite, on les détaille, bien au-delà de la simple "douleur/rougeur au point d'injection". La littérature médicale générale constituant déjà une base de départ suffisamment solide, en terme informationnel.

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2011 7 10 /07 /juillet /2011 22:39

Norma Erickson, Présidente de SaneVax Inc., 10 juillet 2011

 

Il n’existe apparemment plus à Malawi de respect pour la liberté religieuse ou pour les droits parentaux quand il s’agit de pratiques vaccinales. Selon un tout récent article paru dans The Malawi Voice,” et écrit par Mike Langa-Lulanga, des membres de plusieurs groupes religieux qui accordent peu de confiance aux médicaments de quelque sorte que ce soit, ont emporté leurs enfants de l’autre côté de la frontière, donc au Mozambique, pour les protéger, alors qu’une campagne de vaccination ROR (Rougeole-Rubéole-Oreillons) était en cours.

 

Peu de temps après être rentrés dans leur pays, 131 enfants environ ont été raflés par les autorités de santé locales accompagnées de la police et vaccinés de force (à la pointe du fusil).

 

Au cours d’un  incident lié à ces affaires de vaccination, le  gardien de trois enfants orphelins a été condamné à 24 mois de durs travaux pour «  avoir mis des vies en danger en négligeant de fournir les éléments nécessaires à la vie à des personnes dont il avait la garde et ce sans aucune excuse légale ».

 

Son crime ? Il a refusé que l’on administre le vaccin ROR gratuit aux trois orphelins dont il avait la charge et qu’il éduquait comme ses propres enfants.

 

Ignorons donc les principes du consentement éclairé proclamés dans le code de Nuremberg (Nuremburg Code). Ignorons aussi le fait que c’est le droit des parents – non, c’est la responsabilité des parents de protéger leurs enfants et de les maintenir en bonne santé. Tant que nous y sommes, ignorons aussi le fait que tous les médicaments, les vaccins y compris comportent certains risques pour certains individus, particulièrement dans des pays où l’hygiène est défectueuse et l’accès à une nourriture suffisante et de qualité pas toujours garantie.

 

Que vont devenir ces trois orphelins quand leur tuteur purgera sa peine ?

 

Feront-ils partie de ces dommages collatéraux qui semblent être acceptables pour protéger le concept « d’immunité collective » ?

Devront-ils mourir de faim dans les rues de Malawi ?

S’agit-il ici d’une pratique médicale acceptable en vue de « protéger » le troupeau ?

 

Que penser aussi de la vaccination sous la contrainte des armes ?

 

Existe-t-il encore des personnes qui pourraient croire que pareilles choses ne pourraient se produire dans des pays « développés » ? Que ces personnes vérifient donc par elles mêmes les projets de réaction à une pandémie (Pandemic Response Project). Tout ce qu’il faut dans un pays « développé » pour que les « autorités » sanitaires puissent instaurer une vaccination forcée (à la pointe du fusil), ainsi qu’une quarantaine obligatoire est la déclaration d’un état d’urgence sur le plan national – semblable à celui de la « pandémie porcine » déclarée par l’Organisation Mondiale de la Santé l’année dernière – pour suspendre tous vos droits personnels et permettre à vos gouvernements de rendre la vaccination  obligatoire dans « l’intérêt de la santé publique et de la sécurité ».

 

Si vraiment vous ne croyez pas que pareilles choses puissent se passer dans votre état ou votre pays, faites juste une petite recherche sur Google sur la préparation à des situations sanitaires d’urgence. Vérifiez les lois, les règlements déjà en place. C’est à vous de décider si votre gouvernement a ou non dépassé ses limites.

 

Si  les tactiques qui viennent d’être utilisées à Malawi ne soulèvent pas les protestations des consommateurs de soins médicaux dans le monde entier, ce seront les mêmes tactiques qui seront bientôt utilisées dans votre propre voisinage. Tout dépend de vous !

 

 Source: SaneVax 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2011 7 10 /07 /juillet /2011 15:00

Certains d'entre vous pourraient se demander pourquoi nous choisissons d'évoquer ce sujet. Pour d'autres, cela semblera évident.

 

Souvenez-vous du prétexte de l'OMS au fiasco de la fausse pandémie du H1N1.

L'OMS a dit: "c'est la faute d'internet! ".

 

En juillet 2010, à l'initiative de la Belgique, une réunion de "debrieffing" avait lieu au niveau européen, réunion à laquelle participaient tous les responsables de cette gigantesque arnaque du H1N1 (OMS, agence européenne du médicament) et à laquelle avait aussi été conviés des représentants de Facebook... Car en effet, dans la prévision de leur prochaine pandémie (tant attendue), il va leur falloir soigner la propagande et même, la professionnaliser davantage ce qui impliquera que la communication officielle "suinte" bien davantage au travers de la communauté facebook.

 

Internet est donc un énorme enjeu. Un énorme enjeu démocratique mais aussi économique car les industriels ont très bien compris l'impact de ce média indépendant sur leur chiffre d'affaires mais aussi sur leur réputation.

 

Internet est cependant particulièrement menacé. Menacé à la hauteur de l'enjeu économique qu'il représente pour toute une série de rapaces!

 

C'est cela tout l'enjeu du traité international ACTA. Retenez bien ce nom car très (trop) peu de gens en ont connaissance.... Ce traité scélérat continue de poursuivre sa route, dans l'ombre et en dehors de tout contrôle démocratique.

 

Bien sûr, il y a toujours des prétextes. L'histoire des dictatures n'existerait pas sans la longue litanie des multiples prétextes qu'elles ont utilisés pour asservir les populations mais toujours petit à petit.

 

Voilà pourquoi il est absolument crucial, à chaque mesure liberticide d'analyser le prétexte au nom duquel cette mesure doit soi-disant être adoptée et donc "tolérée" par le grand public.

Ici, dans le cas d'ACTA, le prétexte est la protection des droits d'auteurs et la protection contre les contrefaçons.

 

L'histoire de ce traité commecial, toujours en cours de négociation remonte à plusieurs années. Selon Wikipedia, depuis 2007, les négociations relatives à ce traité se déroulent dans la plus grande opacité. En mai 2008, Wikileaks révèle à la presse le dossier et ce qui est en train de se tramer.

 

Ce traité est discuté et négocié par des états comme les USA, le Japon et des structures comme la très antidémocratique Commission européenne. Au total, ce sont 39 états qui sont "autour de la table".

 

L'opacité est cependant telle que les eurodéputés qui voulaient des réponses et des éclaircissements n'avaient pour autre choix que de se renvoyer l'un l'autre à... la page Wikipedia du traité ACTA! Cette situation est, ceci dit au passage, une violation pure et simple du droit de l'Union européenne comme rappelé par l'eurodéputée Eva Lichtenberger qui a ainsi rappelé à la Commission européenne que "« l'accord-cadre du 26 mai 2005 sur les relations entre le Parlement européen et la Commission prévoit que la Commission "informe le Parlement clairement et sans délai, tant pendant la phase de préparation des accords que pendant le déroulement et la conclusion des négociations internationales"».

 

Le parlement a même dû menacer la Commission d'aller devant la Cour de justice européenne parce qu'elle ne respectait par le traité de Lisbonne imposant d'informer le parlement, à tous les stades de la négociation.

 

Ce qui est toutefois assez alarmant c'est qu'en décembre 2008, "seuls" 309 parlementaires européens sur 541 (232 ayant voté contre!) ont adopté la résolution invitant à rendre les documents préparatoires du traité publics!

 

En fait comme rappelé par Wikipedia, le traité ACTA  établirait un nouveau cadre juridique, créant son propre organisme de gouvernance indépendant d'institutions internationales déjà existantes comme l'OMPI (organisation mondiale de la propriété intelectuelle) ou l'ONU.

 

Dans un article publié sur le site du Point ("Acta, un traité qui menace Internet?" ), on peut lire les propos éclairants du négociateur de la Commission européenne:

 

"Nous avons essayé de discuter à l'OMC, à l'OMPI et même à l'Organisation mondiale des douanes (OMD), mais certains membres ne voulaient pas entendre parler de ces questions. Après plusieurs années d'essais infructueux, il nous restait la solution de réunir les États volontaires pour créer l'ACTA".

 

 

souris-menottes.jpg

 

 

Pour Jérémie Zimmermann (La Quadrature du Net), cette méthode du "forum shifting" consiste à "passer d'une arène à une autre jusqu'à ce que l'on réussisse à faire valider ce qu'on veut". Et de préciser que, dans le cas de l'ACTA, l'Union européenne et ses partenaires auraient "contourné les instances démocratiques et l'opinion publique" pour "créer un forum ad hoc, sans transparence, avec la volonté d'échapper au processus législatif."

 

Ce groupe de pays négociateurs espère entraîner un maximum de pays émergents dans son sillage.

 

Les conséquences d'un tel traité seraient profondes car il est question d'un filtrage du net, sans l'avis du juge (!). Un filtrage qui reposerait sur la responsabilité des fournisseurs d'accès internet (FAI) qui seraient ainsi épargnés de poursuites pénales s'ils privent d'accès internet ou d'accès à certains sites "contrevenants". En intimidant ainsi les FAI, l'ACTA joue sur la "peur du juge" pour faire collaborer ces intermédiaires en dehors de tout cadre institutionnel et judiciaire.

 

Même des logiciels libres, utiles à l'écoute et la réception de plusieurs données, pourraient devenir interdits...

 

Wikipedia nous en apprend davantage sur la "ferveur pénale" d'un tel traité:

 

"S'il était adopté, le traité établirait une coalition internationale destinée à s'opposer aux violations du droit d'auteur, imposant une application stricte des lois sur le droit de la propriété intellectuelle dans différents pays. L'entente permettrait aux douaniers de fouiller des portables, des lecteurs MP3 et des téléphones cellulaires à la recherche de produits qui violent le droit d'auteur."

 

 

loppsi-menottes.jpg

 

 

 

Les pays négociateurs se sont d'ores et déjà accordés, selon Wikipedia, sur l'application d'amendes et de peines de prison "suffisamment élevées" contre le "piratage à une échelle commerciale", "y compris lorsque ce dernier est réalisé sans but lucratif."

 

Alors que les plus grands criminels sont souvent à l'air libre et non derrière les barreaux, voilà un traité qui prévoit des peines de prison pour le partage altruiste de logiciels utiles. Une telle disproportion, un tel contraste peut très difficilement s'expliquer sans motivation non avouée (inavouable).

 

A ce train là, il faut bien comprendre que pourront également être concernés tous les fidèles relais par les sites et blogs d'articles de presse sur divers sujets et cela bien sûr au nom des "droits d'auteurs" (des journalistes). Pourtant, dans les faits, tout cet effet "amplificateur" qui avait tant gêné les plans vaccinaux mondiaux de l'OMS en matière H1N1 pourrait bien être compromis et la liberté d'expression avec. Le simple quidam qui surfera ne finira donc plus qu'à trouver une "photo" très peu fidèle de l'opinion publique sur internet, tout simplement parce que tous les citoyens n'ont pas le temps de rédiger leurs propres articles et de faire leur propre synthèse.

 

On le voit, le sujet de l'ACTA est très sensible. Et à la lumière des raisons explicitées ci-dessus, on comprend pourquoi.

 

Pour donner l'illusion de la "transparence" ou faire croire qu'il n'y a rien à cacher et après plusieurs fuites successives en 2008, 2009 et 2010, les parties ont consenti à publier une ébauche officielle (20 avril 2010) ainsi qu' une version retravaillée (octobre 2010)

 

Tout cela fait diablement penser aux méthodes utilisées par les protagonistes de la mascarade du H1N1. En effet, à l'époque, le gouvernement belge prétendait aussi qu'il n'y avait rien à cacher et donnait "en miette" un texte caviardé du contrat qui ne correspondait seulement qu'à 4% du texte réel. Sans parler de l'OMS qui refusait pendant tout un temps de publier le nom des experts de son fameux comité secret puis qui, après l'avoir fait a commandé une enquête ayant fini par la blanchir de tout conflit d'intérêts ce qui fut sans conteste la meilleure blague de l'année.

 

 

L'aspect pénal des dispositions fait lui aussi penser à cette saga du H1N1 si on veut bien se souvenir que la fameuse loi d'exception ("loi de pouvoirs spéciaux") prévoyait également des sanctions pénales, chose pour le moins étrange quand il s'agit vraiment de protéger la santé de tous.

 

La conclusion de cet article est la même que celle que l'on pourrait faire pour un article portant sur la démocratie en général: la neutralité du net appelle forcément une vigilance de tous les instants.

 

Sans vigilance citoyenne structurée et organisée en comités dédiés plus spécifiquement à cette problématique, il est impossible d'opposer une résistance efficace et lucide.

 

C'est la raison pour laquelle différents comités et structures ont déjà, fort utilement, pris position, contre ce genre de projet de traité liberticide. Citons par exemple Reporters Sans Frontières qui a ainsi dénoncé "une menace internationale pour la liberté d'expression sur Internet", le collectif français "La Quadrature du Net" qui réalise aussi un formidable travail d'information avec ses divers dossiers publiés sur son site.

 

En Belgique, il existe également une structure citoyenne, appelée Nurpa (Association de protection des droits des internautes) qui a déjà entamé diverses démarches, en faisant notamment signer à plusieurs candidats à l'élection du 13 juin 2010, issus divers partis politiques, "le pacte de l'internet libre". Ils ont notamment pu être entendus par une Commission du Sénat là où la proposition d'une députée fédérale de nous auditionner en matière d'indépendance de l'expertise lui avait été refusée...

 

Sources: Wikipedia, Le Point, La Quadrature du Net, Numerama 

 

 

En lien avec cet article, voir aussi l'article suivant:

« H1N1 et autres « pandémies » : faut-il craindre pour notre liberté d’expression ? »

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2011 7 10 /07 /juillet /2011 11:14

Carte d’identité biométrique > Quand l’Assemblée nationale décide de ficher 45 millions de français

 

Par Philippe Crouzillacq, 8 juillet 2011

 

assemblee nationale1-150x150

Dormez braves gens, partez en vacances…Ou plutôt, « souriez, vous êtes fichez », l’Assemblée nationale s’occupe de tout…

Car les députés (ou tout du moins la majorité des onze parlementaires présents en séance) ont adopté hier, jeudi 7 juillet 2011, la proposition de loi relative à la carte nationale d’identité sécurisée.

 

Ainsi qu’un amendement qui prévoit fichage administratif de 45 millions de personnes de plus de 15 ans en France.

Sur le papier la nouvelle carte d’identité devrait se rapprocher de l’actuel passeport biométrique, avec un objectif (officiel) affiché : lutter contre l’usurpation et la falsification d’identité.

 

Lire la suite de l'article ici : Newzilla.net

 

  Une vidéo pertinente, à voir ici:

 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2011 5 08 /07 /juillet /2011 14:26

Dans son interview publiée dans le Journal du Médecin, rappelons que le Pr Brotchi avait notamment déclaré: " [...]Je ne comprends pas que les autorités ne rendent pas cette vaccination (antirougeoleuse) obligatoire. Les gens doivent bien se rendre compte qu'en médecine, le risque zéro n'existe pas. Un médecin ne va jamais garantir le succès d'un traitement à 100%. Dans ce cas précis, on dispose d'un vaccin efficace et gratuit. Même administré les trois premiers jours de la maladie, le vaccin est encore efficace.[...]"

   

Une étude scientifique* réalisée par différents scientifiques finlandais et publiée en 1998 dans le très officiel American Journal of Epidemiology précise ainsi, très clairement que, même dans des populations très vaccinées contre la rougeole, des épidémies peuvent encore survenir.

 

Les auteurs ont ainsi étudié la contagiosité dans différentes circonstances (à l'école, à la maison, etc) de personnes précédemment vaccinées. Il en ressort que même des personnes correctement vaccinées peuvent s'avérer contagieuses et donc participer à la dynamique infectieuse.

 

Suite à une réunion de 144 étudiants dans un local peu ventilé, au sein duquel circulait le virus rougeoleux, le virus s'est propagé et les personnes infectées de façon indirecte, donc plus tardive, avaient un haux risque de contracter la rougeole, même si elles avaient été revaccinées (ayant donc reçu la vaccination complète préconisée, en 2 doses).

 

Quand des enfants d’une même famille ont partagé une chambre à coucher dans laquelle se trouvait un cas de rougeole, on a pu observer un risque de 78% (7 enfants sur 9) parmi les vaccinés.

 

On a pu observer que les vaccinés présentaient une incubation deux jours plus courte que les personnes non vaccinées.  

 

Les étudiants vaccinés comme les étudiants non vaccinés pouvaient également infecter leurs frères et sœurs. Une protection totale contre la rougeole pourrait ne pas être réalisable, même parmi les revaccinés quand les enfants sont confrontés à une forte exposition au virus de la rougeole.

 

** Explosive school-based Measles Outbreak - Intense exposure may have resulted in High risk even among revaccinees.", American Journal of Epidemiology, Mikko Paunio et al., 148:1103-10,1998

 

 

Ce qui précède suffit donc amplement à contester la pertinence des autres propos du Pr Brotchi en faveur de l'obligation vaccinale: "[...] Ce refus (de vaccination) met en danger d'autres personnes. De plus, les médecins ou les autorités ne sont pas à l'abri d'une action en justice déposée par des personnes qui attaqueraient la non obligation de vaccination. Il faut donc rendre cette vaccination obligatoire. C'est la solution qui s'impose."

 

Il suffira donc au législateur de faire valoir, auprès de ces personnes, le fait que, même des personnes dûment vaccinées peuvent être à la source d'une épidémie qui les auraient frappés eux ou des membres de leur famille....ce qui revient à admettre que le vaccin préconisé est loin d'être, de facto, une panacée. Mais cela, c'est un peu "le serpent qui se mord la queue" et on en revient toujours à la seule et véritable solution qui s'impose: la loi de mars 2002 sur le droit des patients et qui consacre le consentement libre et éclairé.

 

Si cette loi était vraiment respectée en toutes circonstances, aucune personne ne pourrait se plaindre d'avoir fait le choix, en toute connaissance de cause, de la vaccination ou de la non vaccination. Cette loi consacre donc très clairement le principe d'autonomie du patient, suffisamment responsable pour prendre soin de sa santé, ce qui est déjà beaucoup, pour autant qu'on lui en donne les moyens via une information suffisamment honnête, pluraliste et rigoureuse.

 

Culpabiliser les personnes en tentant de les rendre responsables de la santé ou de la maladie d'autrui consiste à nier la primauté du terrain d'une part ("le microbe n'est rien, le terrain est tout" a même avoué Louis Pasteur à la fin de sa vie) et à affirmer implicitement qu'un certain nombre de gens devraient être sacrifiés (effets secondaires inévitables, pour tout médicament) pour le soi-disant "bien commun" d'autre part, ce qui fait furieusement penser à de sombres thèses du passé.

 

Enfin, pour en revenir plus spécifiquement aux propos du sénateur Brotchi relatifs aux risques de la vaccination ("Les gens doivent bien se rendre compte qu'en médecine, le risque zéro n'existe pas. Un médecin ne va jamais garantir le succès d'un traitement à 100%."), citons notamment le Dr François Choffat, en p.129 & 130 de son livre "Hold-Up sur la santé":

 

"Le coût des campagnes ROR est important et leur bénéfice douteux. Les vaccins sont différents d'un traitement médicamenteux qu'on peut interrompre en cas d'intolérance. Ils modifient durablement le fonctionnement du système immunitaire et peuvent provoquer des déséquilibres tardifs qui ne seront pas identifiés sans étude collective systématique. Le vaccin contre la rougeole protège les 95% des vaccinés, mais ces derniers seront-ils pour autant en meilleure santé? Si on avait laissé les parents choisir librement de faire vacciner ou non leurs enfants, et qu'on avait enregistré leurs observations, on aurait eu des éléments de comparaison valables entre vaccinés et non vaccinés, à condition de suivre les enfants sur la durée et dans leur globalité. [...]. On aurait pu comparer les deux groupes, vaccinés et non-vaccinés, pour leur résistance aux infections, pour leur développement neurologique, pour la survenue d'allergies, de dyslexie, de troubles psychiques, d'autisme, de maladies auto-immunes. Car ce vaccin a été accusé de provoquer toutes ces maladies, autrement plus graves que la rougeole. Le ROR n'allège certainement pas le coût des soins. Il est même probable qu'il contribue à l'alourdir."

 

En outre, et puisque ces effets secondaires du ROR ne sont ni quantifiés, ni évalués, on peut aussi citer, par analogie, le Dr Marc Girard qui s'exprimait en ces termes, au sujet du vaccin anti-hépatite B et qui répond ainsi indirectement fort bien à la certitude qu'a le Pr Brotchi qu'il faudrait rendre cette vaccination obligatoire:

 

"L'argument constant d'un bon nombre a été que dans le cadre du vaccin contre l'hépatite B, le nombre de cas de scléroses en plaques observés ne dépassait pas le nombre de cas attendus. Or, il n'existe pas de registre de cette maladie. Et on sait de façon notoire qu'il y a une sous-notification des observations. C'est comme si un professeur de mathématiques annonçait à ses élèves que "a" est plus petit que "b", alors qu'on ne connaît ni "a" ni "b" ! "(Dr Marc Girard in Alternative Santé n°319, février 2005)

 

 

Lire aussi notre communiqué de presse du 6 juillet dernier "Rougeole: l'obligation vaccinale est scientifiquement et politiquement indéfendable." (aussi publié sur Agoravox)

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2011 5 08 /07 /juillet /2011 13:04

8 juillet 2011

 

(Belga) Le Conseil d'Etat s'est penché vendredi matin sur une requête en annulation et en suspension introduite par l'avocat d'une maman dont le fils vient d'être exclu d'une crèche de la Ville de Bruxelles pour non-vaccination. La requête a été déclarée recevable mais non fondée.

 

Lors de l'inscription de l'enfant en 2009, la maman a signé le règlement d'ordre d'intérieur de la crèche qui stipule que les parents doivent consentir au programme de vaccination. En avril 2011, un courrier a été adressé à la maman l'enjoignant de respecter ses obligations en termes de vaccination. Le 23 mai, la requérante a avancé un certificat médical qui montre que l'eczéma de l'enfant représente une contre-indication au programme de vaccination. La maman a envoyé le 21 juin une mise en demeure à la crèche l'enjoignant de mettre par écrit ses doléances, à la suite de quoi il lui a été signifié, le 24 juin, l'expulsion de l'enfant de la crèche à partir de lundi. L'avocat de la maman a introduit cette semaine devant le Conseil d'Etat une requête en annulation et en suspension. La défense de la requérante a notamment avancé une loi de 2002 qui consacre la liberté vaccinale. Ils considèrent en outre qu'il y a une discrimination entre cet enfant, francophone, et les enfants néerlandophones car les crèches en Communauté française imposent un programme de vaccination, contrairement à la Communauté flamande. La défense a également dénoncé le fait qu'aucune dérogation n'ait été accordée à l'enfant, la crèche craignant, selon l'avocat, de perdre ses subsides. Le dossier a été mis en délibéré. (PVO)

 

Source: Le Vif

 

 

Enfant exclu d'une crèche: rejet par le Conseil d'Etat de la requête en suspension

 

(Belga) Le Conseil d'Etat a rejeté vendredi la requête en suspension introduite par l'avocat d'une maman dont le fils vient d'être exclu d'une crèche de la Ville de Bruxelles pour non-vaccination, a-t-on appris auprès de Me Vanlangendonck.

 

La décision d'exclusion, effective à partir de lundi, a été prise car la maman n'a pas respecté le règlement d'ordre intérieur de la crèche qui stipule que les parents doivent consentir au programme de vaccination. La mère avait avancé un certificat médical qui montre que l'eczéma de l'enfant représente une contre-indication à ce programme. La défense de la requérante avait notamment avancé vendredi matin à l'audience une loi de 2002 qui consacre la liberté vaccinale. L'avocat avait également mis en avant le caractère d'urgence vu la difficulté de trouver une solution alternative en période de vacances et les conséquences de l'exclusion sur l'emploi de la maman. Le premier auditeur du Conseil d'Etat avait déclaré la requête recevable mais non fondée. Il avait considéré que le préjudice grave difficilement réparable était établi. Le président a estimé que cette condition n'était pas remplie, qu'il manquait des éléments matériels au dossier et a rejeté la requête en suspension. Le père, qui n'a pas inscrit l'enfant à la crèche et qui est actuellement en Allemagne, peut aussi introduire une requête, a précisé l'avocat. La requête en annulation suit son cours, a ajouté l'avocat. Le tribunal correctionnel de Tournai avait acquitté en mars un couple qui avait refusé de vacciner son fils contre la polio par manque d'information sur le contenu du vaccin dont l'administration est obligatoire. (MUA)

 

Source: Trends

 

 

 

Dernières nouvelles (du 12/07): une nouvelle requête en suspension a été introduite, sur base d'éléments complémentaires et l'audience aura lieu ce mercredi matin.

 

Dernières nouvelles (du 14/07): Le Conseil d'Etat a rejeté une nouvelle fois, ce mercredi 13/07, la demande en suspension des parents qui avait été réintroduite, éléments complémentaires à l'appui.  Le Conseil d'Etat, visiblement en recherche désespérée d'"arguments" pour traiter un dossier aussi gênant, a prétexté que la demande était trop tardive et que les parents n'avaient pas apporté la preuve des refus d'autres crèches attestant ainsi de leurs difficultés de garde de l'enfant!

 

Ces prétextes sont aberrants et ne tiennent pas la route quand on sait les difficultés que les parents ont déjà, avant la naissance des enfants, pour être sûrs d'avoir des places en crèches!

A fortiori, dans un cas comme celui-là, il y a donc toujours urgence pour maintenir l'enfant dans la structure. Du reste, si les parents se sont tournés vers le Conseil d'Etat c'est justement parce que cette crèche-là n'avait pas respecté son propre règlement d'ordre intérieur stipulant qu'un enfant peut être exempté des vaccinations en cas de certificat médical (ce qui était le cas).

Du reste, on aperçoit assez mal mal comment il aurait été faisable en terme de temps ou logique en terme de raisonnement qu'ils aillent quémander une place dans d'autres crèches pour voir si elles aussi boycotteraient un certificat en violation de leur propre règlement d'ordre intérieur...

 

 

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2011 3 06 /07 /juillet /2011 11:50

Mr Brotchi, sénateur MR et neurochirurgien avait émis un souhait, à nos yeux autoritaire et scientifiquement non fondé, en ce qu'il souhaite voir la vaccination anti-rougeoleuse (en 2 doses) devenir obligatoire.

 

Notre communiqué de presse du 6 juillet 2011 sur la rougeole répond, entre autres, à ce genre de "tentation autoritaire".

 

Voir aussi notre article intitulé "Rougeole: d'autres données scientifiques contredisent de plus belle le Pr Brotchi"

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2011 2 05 /07 /juillet /2011 00:26

C'est véritablement la question qu'on peut se poser après lecture de l'article du 2 &3 juillet dernier paru dans Le Soir et intitulé "Méningites: Les enfants francophones moins protégés que les flamands.":

 

article KCE, pneumocoques

 

 

Car, en effet, nous avions effectivement fait parvenir à la presse concernée les résultats de nos investigations  concernant précisément la recommandation du centre fédéral d'expertise des soins de santé (KCE) en faveur de ces nouveaux vaccins antipneumococciques.

Pour rappel, il se trouve que ces recommandations ne proviennent pas d'un groupe d'experts indépendants puisqu'au moins 9 personnes du panel d'experts présentent des conflits d'intérêts avérés.

 

Dès lors, déontologiquement parlant, on ne peut que se demander POURQUOI cet article n'en fait même pas mention. Pas une ligne, une malheureuse ligne pour rappeler que, par conséquent, cette recommandation n'est scientifiquement peut-être pas aussi rigoureuse que cela. Or, à partir du moment où autant de personnes chargées d'évaluer l'intérêt de ces vaccins sont liées à l'industrie, on se doute de la tendance probable à minimiser voire nier les risques potentiels de ces vaccins et la "protection" dont l'article parle est donc peut-être toute relative.

 

Une fois encore, on remarque que l'omission de ce genre de données fondamentales participe à la désinformation du public et partant, à une violation indirecte de la loi sur les droits du patient de 2002 (droit au consentement éclairé notam.).

 

Une fois encore, on remarque que les données pertinentes sont éclipsées en faveur de contrastes tout à fait inintéressants et de jeux de concurrence absurdes entre les communautés ("en Flandre, c'est mieux, ils ont Vaccinnet et pas en Comm. Française"; "en Flandre, les enfants sont mieux protégés que les francophones" et autres futilités).

 

Ce qui concerne la santé de tous les enfants de ce pays et d'autres doit pouvoir être publié, débattu et servir de base de discussion entre les parents et le médecin de leur choix. Or, il y a deux certitudes en la matière: tout conflit d'intérêt peut nuire au jugement clinique et à l'intérêt du patient et secundo, ce ne sont pas les médecins débordés et désinformés à tour de bras par l'industrie pharmaceutique qui informeront les parents des conflits d'intérêts régnant au sein d'instances comme le KCE. Voilà pourquoi la presse devrait absolument mieux remplir son rôle, de façon plus honnête et surtout plus rigoureuse.

 

Voir aussi: Les documents confidentiels accablants sur le Prevenar 13

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 22:36

Dans l'édition du Soir du 25 & 26 juin derniers, on pouvait lire l'article suivant:

 

Le-Soir-25-juin--1-.jpg

 

Le Soir 25 juin (2)

 

 

Cet article est tout à fait exemplaire de la course sans fin aux pourcentages de couverture vaccinale, sans considération aucune pour l'amélioration globale réelle en matière de santé publique.

 

On se réjouit ainsi de "faire du chiffre" et d'atteindre tel ou tel pourcentage de jeunes filles à vacciner contre le cancer du col, considérées de ce fait à la manière d'un "cheptel" (médecine de troupeau, plus du tout d'individualisation, etc).

 

Mais, paradoxalement, on ne montre guère le même empressement à évaluer les chiffres des maladies chroniques et auto-immunes, en constante augmentation, tant dans la population générale que chez les jeunes (de plus en plus vaccinés). Il est d'ailleurs extrêmement difficile d' obtenir de tels chiffres pour effectuer une comparaison de ceux-ci dans le temps et essayer d'établir les véritables raisons de telles hausses. Quiconque se renseigne auprès d'associations officielles (en matière de diabète, sclérose en plaques etc), se rendra vite compte que ces chiffres sont comparables à des secrets bien gardés.

 

L'encodage électronique des personnes vaccinées ne doit donc donner aucune illusion sur la nature des motivations et cela n'aura une fois de plus rien à voir avec les évaluations en matière de sécurité, lesquelles restent constamment bâclées et opaques, sans parler du problème de l'enchevêtrement de conflits d'intérêts dès lors qu'il est question d'"essais cliniques de référence", censés prouver à priori, l'"innocuité" indiscutable de produits sacralisés d'avance. C'est d'ailleurs tout à fait ce à quoi on a pu assister avec le gigantesque trompe-l'oeil "e- Health" promu à grand renfort de propagande pour sa pseudo utilité en matière de pharmacovigilance, au cours de la saga du H1N1. Davantage destiné à rassurer faussement le public sur la prétendue sécurité de vaccins purement expérimentaux, les données du logiciel étaient censées être effacées dès la fin de la pandémie, ce qui montre bien que le but n'était pas de suivre les effets secondaires sur toute la durée endéans laquelle ils pourraient survenir.

 

Mais un autre problème se pose aussi avec ce système Vaccinnet comme il se pose avec e-Health: celui de la confidentialité (secret médical) et de la mise à mal du droit au respect de la vie privée. Au train où vont les choses et quand on sait les projets réels de vaccination obligatoire qui ont existé à l'aube de la saga du H1N1 (il convient, à ce sujet, de se rappeler que Mme Bachelot avait par exemple sollicité l'avis du Conseil Constitutionnel en demandant si l'instauration d'une vaccination obligatoire ne serait pas contraire à la Constitution; qu'en Belgique, tant le Pr Van Ranst que le Dr Reynders avaient avoué, en différentes occasions, qu'il avait initialement été envisagé de vacciner "l'ensemble de la population en organisant cela à la manière d'un week-end électroral et en utilisant les bureaux de vote pour faire les vaccinations."), on ne peut que rester songeur par rapport aux dérives anti-démocratiques possibles avec de tels systèmes d'encodage électronique. Une véritable voie royale pour la stigmatisation, le chantage vaccinal et les pressions en tous genres.

 

Et tout cela, pour quoi faire? Pour se féliciter sottement d'avoir fait "aussi bien que la Flandre" dans cette course folle aux pourcentages de vaccination?

L'histoire des moutons de Panurge a déjà suffisamment montré, si besoin en était, que le suivisme était loin de reposer forcément sur une base strictement rationnelle.

 

Tous ces chiffres de jeunes filles vaccinées contre le cancer du col, dont on se glorifie, viennent d'être révélés dans le cadre du congrès international de la Société européenne pour les maladies infectieuses pédiatriques (Espid) peut-on lire dans l'article. Le hic, c'est que les infections par le virus HPV et les lésions du col ne font pas vraiment partie des maladies infectieuses pédiatriques si on veut bien se rappeler la tranche d'âge à laquelle on peut commencer par être au contact du virus et celle, encore plus éloignée à laquelle d'éventuelles lésions pourraient éventuellement, se compliquer (en l'absence de dépistage).

Encore donc une anomalie, une invraisemblance qui s'explique et s'éclaire à la lueur des diktats d'agences internationales comme l'OMS qui préconise dans ses documents de vacciner toujours plus de monde, d'étendre la vaccination à d'autres groupes cibles que ceux initialement prévus (ici le glissement est clair: on se met à vacciner des enfants ou des grands enfants contre une maladie d'adulte et de jeune adulte exactement de la même manière qu'on a préconisé de façon absurde de vacciner les bébés contre l'hépatite B tout en sachant que cette immunité aurait disparu à l'âge des premiers rapports sexuels potentiellement contaminants!)

 

A l'heure où les interrogations et le scepticisme gagnent de plus en plus de terrain au sujet de la sécurité des vaccins, l'émergence de ce genre de logiciel masque assez mal la fébrilité de ceux qui veulent à tout prix, vacciner toujours plus....

 

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 18:09
Des experts de l’Efsa sous influence ?

Olivier le Bussy

 

20/06/2011

 

Des experts chargés d’évaluer les risques de l’aspartame ont tu leur lien avec les milieux industriels. L’agence européenne “examine le dossier”.

 

Créée en 2002 et basée à Parme en Italie, l’Agence européenne pour la sécurité alimentaire (European food safety authority - Efsa) est l’objet de critiques récurrentes quant aux liens qu’entretiennent des membres de son conseil d’administration et certains de ses conseillers scientifiques avec les milieux de l’industrie agro-alimentaire.

 

L’Efsa est ainsi fréquemment soupçonnée, sinon accusée, d’être noyautée par les producteurs d’organismes génétiquement modifiés : elle n’a jamais rendu un avis défavorable pour la vente ou la mise en culture d’un OGM une sur le territoire de l’UE.

 

L’étude publiée cette semaine par le Corporate Europe Observatory (CEO), ne contribuera pas à restaurer cette image passablement brouillée. La Néerlandaise Nina Holland et le Belge David Leloup, auteurs de l’étude, ont ciblé le panel d’experts chargés de rendre des avis scientifiques sur les additifs alimentaires (exhausteurs de goût, édulcorants, colorants ) et les sources de nutriments ajoutées aux aliments (ANS). Un panel dont plusieurs décisions ont suscité la controverse. En janvier dernier, la commission Environnement, Santé publique et Sécurité alimentaire du Parlement européen (Envi), avait demandé à l’Efsa de revoir l’évaluation - faite par le panel ANS - des risques pour la santé que présente l’aspartame, l’édulcorant le plus utilisé au monde, (entre autres pour les sodas "sans sucre"). Deux autres études, l’une danoise, l’autre italienne, mettaient en effet l’accent sur le potentiel cancérigène de l’aspartame et son rôle dans le déclenchement d’accouchement prématuré. Le 28 février, le panel déclarait qu’il ne "voyait pas de raison de reconsidérer ses évaluations de sécurité sur l’aspartame ou d’autres édulcorants autorisés dans l’Union européenne". La Commission a cependant demandé à l’Efsa de réaliser une évaluation complète des risques liés à cette substance d’ici juillet 2012.

 

Car des doutes existent sur le fait que l’Efsa n’a pas consacré beaucoup de temps à réévaluer son opinion sur l’aspartame, quant à la dose journalière admise pour un individu. Or, sur ce dossier et d’autres, l’impartialité des experts du panel est mise en cause par CEO. L’étude indique que 11 des 20 experts du panel ANS se trouvent dans une situation de conflits d’intérêts, en raison de leur proximité avec l’industrie agroalimentaire. Est notamment épinglée la vice-présidente du panel, Ivonne Rietjens, qui mena pour Nestlé des études sur des additifs alimentaires, en 2005. De même que le Belge Paul Tobback, professeur à la KULeuven et membre du comité scientifique de la Fevia, le lobby belge de l’industrie alimentaire.

 

Contactée par "La Libre", l’Efsa tient à préciser que les experts dont elle utilise les compétences "sont tenus de remettre, annuellement, une déclaration d’intérêts". En fonction du contenu de cette déclaration (publiée sur le site de l’Efsa), l’agence décide d’utiliser, ou non, leurs services. En 2010, plus de 350 experts ont ainsi été tenu, totalement ou partiellement, à l’écart des activités de l’Efsa, affirme l’agence.

 

Encore faut-il que la déclaration d’intérêts soit complète. CEO pointe le fait que quatre membres du panel, le Danois John Christian Larsen (président) et le Néerlandais Speijers (rapporteur), l’Irlandaise Iona Pratt et l’Autrichien Jürgen Köning ont omis de mentionner dans leur déclaration leur collaboration active avec l’International life sciences institute (Ilsi).

 

Ce n’est pas la première fois qu’il est fait état de lien entre Ilsi et l’Efsa. En septembre 2010, l’eurodéputé français José Bové (Verts), avait révélé que la présidente du CA de l’agence, la Hongroise Diana Bati, avait été membre du comité des directeurs de la branche européenne de l’Ilsi. Or, cet institut est financé par des acteurs de l’industrie, notamment, alimentaire (mais aussi du tabac), dont il reprend les données dans ses études.

 

"L’Efsa a connaissance d’un intérêt omis dans une déclaration d’intérêts", confirme-t-elle à "La Libre". L’agence "vérifie les raisons pour lesquelles cette omission a pu se produire et elle considère avec attention l’intérêt en question" - l’Efsa maintient la distinction entre "intérêts" et "conflits d’intérêts", jugée artificielle par CEO.

 

Dont l’étude insiste sur le fait que l’Efsa doit revoir son règlement en matière de conflits d’intérêts, comme l’a fait l’agence européenne pour l’évaluation des médicaments. "Si ces mêmes règles étaient appliquées par l’Efsa, quatre des experts d’ANS seraient disqualifiés d’intégrer le panel", avance CEO. L’Efsa lancera prochainement une consultation publique sur "une politique intégrée en matière d’indépendance et de processus décisionnels scientifiques". Bien que l’Efsa soit indépendante, la Commission européenne a un rôle à jouer dans son fonctionnement, notamment "dans la composition du Conseil d’administration", rappelle Nina Holland et de sa bonne gouvernance. Les États membres (en 2008) et les eurodéputés ont d’ailleurs réclamé que l’exécutif européen entreprenne une réforme du fonctionnement de l’Efsa. Le chantier est ouvert, mais toujours en cours.

 

Source: La Libre

 

 

Les conflits d’intérêts, on le voit, gangrènent véritablement tous les secteurs. Ils ne sont pas du tout le propre des vaccinations, loin s’en faut. Ils sont la marque d’une société entièrement organisée autour du profit à tout prix, une valeur dépassant de loin celle des vies humaines ainsi mises en danger et dont les victimes seront classées parmi les « dégâts collatéraux ».

Partager cet article
Repost0

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA