Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 juillet 2011 6 02 /07 /juillet /2011 22:55

17 juin 2011.

 

C'est ce qui s'appelle une vision très partiale de l'"aide humanitaire": le Gavi (Global Alliance Vaccine Initiative) s'est réjoui, il y a peu de la promesse de don du gouvernement britannique de David Cameron de 923 millions d'euros en faveur de programmes mondiaux de vaccination.

 

"Ce sont en effet 814 millions de livres qui seront très prochainement octroyés à GAVI Alliance par l'Angleterre. C'est ce qu'a déclaré récemment lors d'une conférence le premier ministre britannique David Cameron. Cet important fond est destiné au financement d'un projet de vaccination mondiale présenté dans la capitale anglaise au cours d'une conférence en présence de Bill Gates. En effet, le co-fondateur de Microsoft, par le truchement de sa fondation, est, avec l'UNICEF, l'Organisation mondiale de la santé et la Banque Mondiale, l'un des acteurs clefs du financement de ce vaste programme de vaccination initié par GAVI alliance, lequel a permis en dix années seulement d'éviter 5,4 millions de décès.

 

L'Alliance mondiale pour les vaccins et l'immunisation (GAVI Alliance) est un partenariat qui rassemble autour d'une même cause des acteurs des secteurs public et privé. L'objectif visé par cette coalition internationale réunissant plusieurs gouvernements, la fondation Bill et Melinda Gates, l'OMS et plusieurs autres partenaires est de « sauver la vie des enfants et de protéger la santé des populations » en favorisant largement l'accès à la vaccination dans les pays à faibles revenus. GAVI a pour ambition de favoriser l'accès à la vaccination de 243 millions d'enfants dans 72 pays, ce qui devrait permettre d'éviter 4 millions de décès d'ici 2015. Seulement, pour réussir ce pari, l'Alliance devra récolter environ 3,7 milliards de dollars américains.

 

A cet ambitieux projet, Londres veut contribuer pleinement en participant au financement de nouveaux programmes de vaccination d'ici 2015. Déjà un soutien clé de GAVI Alliance, cette aide qu'apporte Londres devrait permettre de sauver la vie de « 1, 4 millions d'enfants » selon le Premier ministre Cameron. En clair, ce sont un peu plus de 80 millions d'enfants dans le monde entier qui pourront bénéficier d'un financement grâce auquel « un enfant toutes les deux secondes pourra être vacciné ». Ainsi, Londres contribuera à « sauver la vie d'un enfant toutes les deux minutes », a ajouté David Cameron lors de la cérémonie d'ouverture de la conférence organisée par l'Alliance. Ce nouvel engagement financier de Londres hausse à près d'un tiers la participation du pays au financement de l'Alliance mondiale pour les vaccins et l'immunisation sans toutefois, selon Cameron, entraîner une réduction dans les budgets alloués à l'aide au développement."

 

"GAVI est tout simplement formidable. Elle délivre des résultats tangibles… En une décennie, elle a aidé à empêcher 5,4 millions de décès, a déclaré M. Cameron.

 

Le Premier ministre britannique, qui a lancé un programme d’austérité sans précédent dans son pays, a une nouvelle fois défendu sa décision de ne pas tailler dans les budgets de l’aide au développement.

 

La nouvelle contribution britannique porte à un tiers environ la part de la Grande-Bretagne dans le financement de GAVI.



S’exprimant peu après le discours de David Cameron, Bill Gates a pour sa part promis un milliard de dollars (690 millions d’euros) sur cinq ans. Ce n’est pas tous les jours qu’on donne un milliard de dollars mais, pour une cause comme celle-là, c’est passionnant, a-t-il déclaré."



Sur le site Santelog, on peut lire que la Norvège a consenti à un don de 677 millions de dollars mais que "la France déçoit" (!), n'ayant consenti, excusez du peu, qu'à une bagatelle de 146 millions de dollars. Ce qui a fait dire au donneur de leçons Bill Gates sur CNN que ce pays "pourrait faire beaucoup mieux".



Sources: Info.tonsite ; Santelog et Pipelette.com



 

loupe

 

 

Comme nous en avions déjà parlé précédemment, au sujet de la faramineuse gabegie financière du H1N1, cet acharnement systématique à acheter aussi massivement et aussi aveuglément autant de vaccins pose très cruellement la question d’allocation de ressources.

 

En effet, alors que ces sommes sont versées sur des bases purement idéologiques sans qu’aucune preuve concluante ne vienne étayer ces chiffres de décès soi-disant « évités », les chiffres d’enfants mourant de faim ou souffrant cruellement de faim dans le monde sont édifiants et se chiffrent eux aussi en millions.

 

Pour bien comprendre, il est important d’évoquer ces chiffres : 55 millions d’enfants au moins dans le monde souffre de malnutrition aiguë et 19 millions d’enfants souffrent de malnutrition aiguë à ce point sévère qu’ils sont en danger de mort imminente. Or il faut seulement 3 milliards d’euros par an pour sauver ces 19 millions d’enfants de la mort. La somme de 4,7 MILLIARDS d’euros à laquelle le Gavi espère donc aboutir permettrait donc, de façon scientifiquement certaine, de sauver annuellement, au moins 19 millions de vie. 

Autant dire que ce genre de sommes permettrait d'améliorer considérablement le problème de la faim dans le monde et d’aider ainsi véritablement au développement de tant de pays en souffrance, c’est à dire d’aller à l’essentiel. Car il va sans dire que des enfants dénutris sont, de facto immunodéprimés et donc bien plus à la merci d’une mort par maladie infectieuse que des enfants suffisamment nourris. Ces enfants dénutris, lorsqu’ils sont vaccinés, sont encore plus exposés aux risques d’effets graves voire mortels dûs aux vaccins eux-mêmes car leur système immunitaire n’est souvent même plus capable de supporter l’agression immunitaire que constitue aussi la vaccination, acte médicalement non neutre et qui comporte aussi des risques, rappelons-le.

 

Ces chiffres de « vies sauvées  toutes les deux minutes » ne reposent donc sur absolument rien de rationnel ni de fiable, d’autant que ne sont jamais pris en compte les décès occasionnés par les vaccins dans ces pays où les recours juridiques contre les fabricants sont matériellement impossibles ni les complications en terme de maladies chroniques, encore plus lourdes sur le plan sociétal pour ces pays qui n’ont pas de systèmes de protection sociale comme les nôtres.

 

Alors que ces mêmes sommes, investies intégralement dans l’aide alimentaire mondiale, correspondraient à un nombre annuel de vies sauvées très nettement supérieur et ce, sans risque de tuer ou de léser qui que ce soit en contrepartie (au contraire !), des idéologues continuent de s’acharner à ne pas régler l’essentiel, tout en prétendant vouloir contribuer véritablement au bien de l’Humanité…

 

Cette triste idéologie se paie hélas cash et ses victimes concrètes et quotidiennes se comptent donc en milllions, chaque année. L'existence d'une telle idéologie rappelle aussi toute l’importance de bien réfléchir au type d’aide humanitaire à promouvoir en priorité et aux meilleures structures associatives avec qui collaborer, en tant que citoyen ou acteur de terrain.

 

Enfin, ces projets de vaccination mondiale, sans cesse étendus, avec cette volonté systématique d’introduire de nouveaux vaccins dans les pays pauvres au nom du « progrès », tout cela peut être mieux compris à la lumière d’un texte conjoint de l’OMS & de l’Unicef intitulé « Projet de stratégie mondiale de vaccination pour 2006-2015 ». Dans ce texte où l’idéologie transpire à plein, on peut en fait lire ces diktats qui ne sont ainsi que docilement mis en application par un nombre croissant de gouvernements nationaux : introduire au fur et à mesure les nouveaux vaccins dans les programmes nationaux de vaccination, employer diverses stratégies pour vacciner le maximum de gens, faire en sorte que les non vaccinés aient au moins 4 contacts par an avec les services de vaccination, élargir les indications des vaccinations à d’autres groupes cibles etc…

 

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2011 6 02 /07 /juillet /2011 16:25

Publié par Pharmaleaks, le 1er juillet 2011, sur Agoravox.

 

Suite au courrier de 2 firmes pharmaceutiques, une étude montrant une augmentation du risque de cancer liée à la prise de certains médicaments pour traiter le diabète a subitement disparu.

 

Januvia-36f9c.jpgDécidément, le diabète est à l'honneur en ce moment ! Un article récemment paru dans le Lancet explique que le nombre de diabétiques a doublé depuis 1980. Selon cette étude financée par la Fondation Bill & Melinda Gates et l'Organisation Mondiale de la Santé, 350 millions de personnes souffraient de diabète en 2008.

Un fabuleux marché pour l'industrie pharmaceutique.

Oui mais !

Primum non nocere. Les enjeux du diabète ne doivent pas nous faire perdre de vue que la première qualité d'un médicament est avant tout de ne pas nuire. Ainsi, le retrait tardif du marché du Mediator, de l'Avandia et de l'Actos est d'autant plus impardonnable que nous disposons d'un grand nombre de traitements efficaces, disponibles sous forme de génériques, pour traiter cette maladie.

Or, un texte hallucinant, digne d'un long-métrage hollywoodien, est paru dans le BMJ il y a quelques semaines. Ce texte est passé complètement inaperçu aux yeux de la presse française alors qu'il contient tous les ingrédients pour vendre du papier. Il faudra qu'on m'explique un jour comment travaillent certains journalistes...

Tout commence par une étude à paraître dans la publication internationale "Gastroenterology". L'étude est signée d'un grand nom du diabète, Peter Butler. Que dit-elle ? Tout simplement que deux antidiabétiques de dernière génération (la sitagliptine et l'exenatide, commercialisés respectivement sous les noms de Januvia et Byetta) augmentent significativement le risque de cancer du pancréas, de pancréatite et de cancer de la thyroïde !

Risque de pancréatite multiplié par 6,8 chez les patients sous sitagliptine et par 11,8 chez les patients sous exenatide.
Risque de cancer du pancréas multiplié par 2,4 chez les patients sous sitagliptine et par 2 chez les patients sous exenatide.
Risque de cancer de la thyroïde multiplié par 3,4 chez les patients sous sitagliptine et par 7,6 chez les patients sous exenatide.

Nouveau scandale en perspective ? Vu les enjeux, on ne peut pas se permettre une nouvelle affaire Mediator. D'autant que ces médicaments sont commercialisés dans le monde entier.

Deux firmes pharmaceutiques, pleines de bonnes intentions, Novo Nordisk et Merck se plaignent alors auprès d'Anil Rustgi, rédacteur en chef de la revue Gastroenterology. Les firmes critiquent la méthodologie utilisée. Merck explique qu'une telle publication "pourrait avoir un effet négatif sur la prise en charge des patients" et Novo Nordisk de rajouter qu'un tel papier pourrait "démarrer une crise sanitaire dont on se passerait" (la phrase originale stipule : "it could spark an unnecessary health scare").

Selon l'auteur de la publication, Peter Butler, ces firmes ont tout simplement demandé l'annulation de l'article. Aussitôt, le site internet de Gastroenterology indique que les auteurs se sont rétractés. Butler se plaint auprès du journal qui modifie son site et indique que la publication a été retirée, c'est à dire cette fois à l'initiative de la revue.

Le 10 mai 2011, le BMJ a publié un rectificatif expliquant que contrairement à l'impression qui se dégageait de l'article précédent, l'étude de Gastroenterology n'a pas été annulée du fait des plaintes reçues par les firmes. La revue a simplement souhaité laisser plus de temps aux auteurs pour peaufiner leur texte.

L'étude paraîtra donc bien en juillet.

De son côté, Merck a publié un droit de réponse dans le BMJ. En substance, cette lettre n'était absolument pas destinée à demander la suppression de l'article. La firme expliquait simplement ses réserves par rapport à la méthode utilisée.

Notons que c'est une méthodologie comparable qui a permis au Dr Irène Frachon de mettre en évidence les effets du Mediator. Une méthodologie également critiquée par la firme concernée...

Merck fait également référence à une position officielle d'une société savante internationale : l'EASD (European Association for the Study of Diabetes), dans laquelle, cette association détaille les biais de l'étude... "Although there are important questions which currently need to be answered with respect to the safety of incretin-based medications, there is no definitive evidence pointing to an increase in cancer risk. The only robust way of measuring comparative risk is within randomised control trials which record adverse events. There is no immediate need for action, and patients should under no circumstances stop taking any medication and should consult their physicians to be advised on their diabetes therapy."

Ce qui donne en français :

"Malgré les questions importantes soulevées qui nécessitent d'être résolues, en ce qui concerne la sécurité des médicaments agissant sur les incrétines, il n'y a pas de preuve définitive montrant une augmentation du risque de cancer. La seule manière robuste pour mesurer un écart de risque, ce sont les études cliniques randomisées qui recensent les effets secondaires. Il n'y a pas lieu d'agir pour le moment et les patients ne doivent en aucun cas arrêter leurs médicaments et consulter leur médecin pour demander conseil sur le traitement à suivre."

C'est effectivement ainsi qu'il a été possible par exemple de prouver formellement la toxicité du Mediator en 2009 avec une étude randomisée, ... après 33 ans de commercialisation !

Xavier Bertrand ne déclarait-il pas il y a quelques jours que désormais le doute devait profiter au patient et non à la firme ?


Novo Nordisk est "corporate member" et Merck "Gold member" - on ne saurait trouver un titre plus approprié - de l'EASD, une société savante bien évidemment indépendante.

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2011 5 01 /07 /juillet /2011 23:31

Pour bien comprendre l'histoire, il est préférable de lire la publication des Prs Van Damme, Van Ranst et du Dr Marleen Finoulst (article "Hou mazelen streng in de gaten", au sujet de la rougeole notamment), paru dans le Standaard du 24 juin 2011.

 

Voici la réponse d'Initiative Citoyenne, envoyée à la rédaction en chef ainsi qu'à d'autres journalistes néérlandophones également (réponse qui leur a bien sûr été communiquée en néérlandais, cfr version néérlandaise ICI)

 

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2011 5 01 /07 /juillet /2011 23:12

Voor een goed begrip van het verhaal, lees dan eerst de publicatie van Prs Van Damme, Van Ranst en Dr Marleen Finoulst (Artikel "Hou mazelen streng in de gaten"), verschenen in de Standaard op 24 juni 2011....

 

Lees dan het antwoord dat Initiative Citoyenne aan de hoofdredactie van de Standaard heeft gestuurd en ook naar een aantal vlaamse journalisten.

Partager cet article
Repost0
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 21:27

Le 22 juin dernier, France 2 diffusait une séquence intéressante, au cours du JT au sujet de la façon dont l'industrie s'y prend pour soit-disant "informer" le corps médical.

 

On pouvait ainsi apprendre que l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS) préconise la suppression pure et simple des visiteurs médicaux pour les remplacer par un organisme indépendant d'information des médecins. C'est dire l'importance du problème!

 

Au cours de ce reportage, on pouvait voir une visiteuse médicale du laboratoire Sanofi, Nathalie Rosse-Goullier, en train de promouvoir le (tristement) célèbre vaccin Gardasil, destiné aux jeunes filles, auprès d'un médecin généraliste. La journaliste précisait d'ailleurs bien que "son discours et ses documents sont écrits par le laboratoire avec le visa des autorités sanitaires."

 

Les propos des deux femmes, de la visiteuse et du médecin étaient si "savoureux" qu'ils méritaient d'être retranscrits ici.

 

Nathalie Rosse-Goullier (visiteuse médicale): "Ce n'est pas de la publicité parce que la publicité, ça fait vendre et moi, je fournis de l'information. Après, le médecin reçoit cette information et c'est lui qui gère cette information comme il veut avec ses patients et dans son cabinet."

 

Dr Hélène Guichardet (médecin généraliste): "Moi, je ne me suis jamais sentie obligée de prescrire un médicament que je n'avais pas envie de prescrire. Après, c'est à nous de garder notre indépendance bien sûr."

 

Heureusement, le reportage relayait aussi les propos sensés de Martin Hirsch, ancien haut commissaire aux solidarités actives:

 

"Il n'est pas normal que les médecins soient visités par des gens qui vont leur vanter des médicaments, qui peuvent les pousser à la prescription, qui peuvent connaître les habitudes des médecins et qui peuvent, comme cela, influencer la prescription. Et c'est ce qu'on a vu avec Mediator. On a vu avec Mediator des médecins qui prescrivaient en dehors des indications sanitaires."

 

Le reportage stipulait également que le Ministre Xavier Bertrand devait justement annoncer sous peu "une grande réforme du système du médicament" mais il semble bien évident que jamais ce dernier n'aura l'audace et le bon sens d'appliquer la recommandation (légitimement) radicale de l'IGAS tant les enjeux financiers en cause sont importants.

 

La moralité de ce reportage c’est que l’industrie et ses représentants semblent vraiment prendre les gens pour des imbéciles (c’est un euphémisme).

Ainsi, cette représentante qui prétend ne pas faire de publicité mais simplement « fournir une information »… Si l’industrie pharmaceutique n‘employait pas les visiteurs médicaux à des fins commerciales, pour augmenter les prescriptions et donc les ventes de leurs produits, on voit assez mal ce qui pourrait expliquer l’existence de pas moins de 18 000 visiteurs médicaux, rien qu’en France, bien évidemment rémunérés par ces mêmes laboratoires !

 

Et, comme le reportage le précisait, ces visiteurs médicaux relaient « leur information » avec « le visa des autorités sanitaires ». Par conséquent, si ces laboratoires ne fournissaient qu’ « une information » sans but promotionnel, ils devraient pouvoir se satisfaire des seules « informations » des autorités sanitaires, déjà identiques aux leurs, sans besoin de forcing ou autre lavage de cerveau des praticiens. Tout cela nous montre à quel point le mélange des genres est dangereux pour la santé des citoyens et toute la complicité des autorités dans cette véritable mafia médicale (collusion et complicité qu’on avait déjà pu constater par exemple dans le cadre du contrat secret d’achat de vaccins H1N1, un texte qui démontre à lui seul que le discours de l’état est totalement superposable à celui de l’industrie pharmaceutique qui devait même donner son aval au gouvernement avant publication d’un communiqué de presse !)

Partager cet article
Repost0
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 19:05

Le Canard Enchaîné du 22 juin dernier révélait des informations fort intéressantes sur le peu de confiance que les citoyens doivent encore accorder aux politiciens.

Malgré ce que des ministres peuvent affirmer "la main sur le coeur", il y a véritablement lieu de ne plus faire confiance à priori. Une présomption de mensonges (plutôt qu'une présomption de bonne foi) serait peut-être bien profitable aux citoyens, surtout dans un domaine comme celui de la santé où les choix pris peuvent souvent entraîner des conséquences irréversibles...

 

 

Canard-22-juin-2011-1-.jpg

 

 

 

Canard-22-juin-2011-2-.jpg 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
22 juin 2011 3 22 /06 /juin /2011 23:00

C'est une question qu'on peut se poser, suite aux informations diffusées dans la Enews 1045 (Mediplanet):

 

"Baisse des consultations en 2010 chez les médecins généralistes belges

 

Depuis la première fois en dix ans, les consultations chez les médecins généralistes ont connu en 2010 une sensible diminution. Il y a eu 1,3 million de consultations en moins qu'en 2009, soit -4% ou près de 130 consultations en moins par an par généraliste. Au total, les médecins de famille ont attesté en 2010 presque 2 millions de prestations (consultations et visites) en moins qu'en 2009.

 

En 2010, les généralistes belges ont réalisé 614.000 visites à domicile en moins qu'en 2009, soit une diminution de près de 6,2% contre -1,8% en 2009. Ce qui représente près de 70 visites en moins par généraliste par an. La tendance n'est pas neuve mais elle n'est désormais plus compensée par l'augmentation du nombre de consultations. Les prestations des médecins généralistes ont diminué de 4,5% et leur budget total a été réduit de 1,8% pour atteindre 1,09 milliard d'euros. La diminution du nombre de consultations s'est traduite par une réduction de 15 millions d'euros sur le budget et celle du nombre de visites à domicile par une diminution de près de 10 millions. La tendance à la baisse est générale, sur l'ensemble du pays. On attribue cette tendance à la campagne de vaccination contre la grippe mexicaine, qui a découlé sur 700.000 contacts avec des généralistes en 2009, contre 270.000 l'an dernier. Abstraction faite de cette campagne, la diminution de l'ensemble des prestations des généralistes se limite à 3,6% au lieu de 4,5%."

 

 

Cette diminution des consultations en 2010 (par rapport à 2009) en dit aussi long sur la capacité des médias à susciter la peur au sein du public: vraisemblablement, des gens qui n'avaient aucune raison de se rendre chez un médecin ont subitement cru qu'elles feraient bien de s'y rendre pour poser des questions, sur l'opportunité du vaccin etc....

Bien des gens ont toutefois dû être fort déçus du peu d'information fiable qu'ils ont pu recevoir de la part des autorités et donc aussi de leur médecin puisque nombre de médecins ont relayé assez docilement les informations lénifiantes de la Cellule Influenza, notamment sur le vaccin et sa soit-disant "sécurité".

Partager cet article
Repost0
19 juin 2011 7 19 /06 /juin /2011 17:18

Internet est souvent le premier lieu d'alerte sur la toxicité d'un médicament parce que le corps médical rapporte trop peu souvent les effets secondaires, par manque de temps et de formation et parce que les agences des médicaments sont loin d'être aussi indépendantes qu'elles le devraient à l'égard des fabricants.

 

Souvent rabroués ou mal diagnostiqués, les patients ou les parents d'enfants victimes trouvent alors dans Internet le seul véritable espace de liberté pour faire part aux autres de leurs malheurs. Ce faisant, elles ont aussi une véritable occasion de se rendre compte, le plus souvent, qu'elles sont loin d'être les seules dans ce cas, là où les fabricants prétendent souvent aux patients ou aux médecins que "c'est la première fois qu'ils entendent parler de cet effet secondaire-là."

 

Au sujet du vaccin Prevenar, plusieurs témoignages recueillis sur Internet devraient vous aider à vous faire votre propre opinion sur le sujet:



posté le
4/11/07 à 19:35

par : bbmalade

 

Coma 3 mois 30 heures après le vaccin prevenar

Impossible de faire un lien vers l'autre forum donc je vous donne un résumé de notre calvaire ...

Bonjour,


Mon fils de 2 ans est dans le coma depuis 3 mois deux jours après le vaccin PRENEVAR( 4eme injection ). Les médecins disent que c'est une encéphalite d'origine inconnue car il n'y a aucun virus ou bactérie dans les analyses !! Il est resté 80 jours en réanimation avant le transfert vers un centre de réadaptation. Actuellement il respire seul mais il est toujours inconscient. Cest un BB qui était en pleine forme sans problème de santé particulier, tout a commencé 30 heures après le vaccin.


Les IRM sont catastrophiques et le diagnostic n'est pas optimiste .Pour le moment il fait des petits progrès mais pas de moyen de rentrer en contact avec lui. Notre vie est un calvaire depuis 3 mois. Je souhaiterai avoir des témoignages des parents qui ont des effets assez graves du PREVENAR ? car les médecins ne veulent pas trop prendre au sérieux la piste du vaccins ( même s'il y a au moins 4 cas d'encéphalite poste vaccinale au USA). Ils disent quil na pas de cas deffets indésirables signalés pour le moment en France (ce vaccin est nouveau et il y a une pub qui passe à la radio).


Je navais pas de doute sur les vaccins jusqu'au jour ou BB est tombé dans le coma aux urgences 5 heures après son arrivé avec une réaction important à lendroit de linjection ...


Merci de votre aide

 

posté le
8/07/04 à 22:05

par : rolandparis

 

Danger avec le vaccin prevenar

 

Mon enfant Arthur agé de 4 mois et demis est décédé deux jours après avoir reçu le vaccin Prevenar.


L'autopsie a révélé que l'enfant avait fait une réaction vaccinale indiscutable avec de la fièvre, une asthénie et anorexie.


Ce vaccin non obligatoire a été effectué par le Pédiatre sans nous demander notre avis et sans respecter le signal d'alarme de la maman qui lui a dit il avait un rhume ne pensez-vous pas qu'il vaut mieux retarder le vaccin.


Aujourd'hui nous nous battons contre un Conseil de l'ORDRE DES MEDECINS indifférent et une justice qui récolte inexactitude sur inexactitude pour atténuer ou disculper le médecin inconscient.


Nous nous battons pour que vous ne viviez pas cet enfer qui est la perte de son petit garçon.


Ne vaccinez pas si l'enfant est fébrile, enrhumé et ne prenez pas le risque (car ce vaccin a des réactions secondaires graves) de vacciner avec ce vaccin non obligatoire si votre enfant n'est pas à risque ou dans une fratrie d'enfant en age scolaire...


Si vous connaissez des personnes qui ont eu des accidents avec ce vaccin écrivez-moi:


rmercier@alpha-optic.com

 

 

posté le
5/01/07 à 14:39

par : djar

 

Décès bébé

 

Bonjour,


Notre bébé est décédé à l'âge de 3 mois plus de 24 heures après avoir reçu le vaccin Prevenar. Tous les médecins à qui nous en avons parlé nous ont dit que le vaccin n'était pas responsable, mais nous sommes persuadés du contraire. On nous a dit qu'il s'agissait plutôt de la mort subite inexpliquée du nourisson.Nous attendons encore les résultats de l'autopsie, mais ne pensions pas que celle-ci pouvait confirmer ou non la responsabilité du vaccin. Si j'ai bien compris votre message, il semblerait que l'autopsie peut tout à fait révéler l'effet du vaccin ? Merci de m'en dire un peu plus.

 

 

 

posté le
7/09/05 à 14:46

par : voscane

 

Allergie

 

j'ai fait vacciner ma fille de 5 mois, il y a 15 jours et depuis elle est plus ronchonne, très fatiguée, elle a des petits boutons rouges sur le corps, se gratte sans cesse le crâne et cherche souvent à s'arracher les oreilles (comme si elle avait mal). je pense à une réaction allergique. son médecin me dit que non, mais j'ai de serieux doutes. Je n'était pas au courant que ce vaccin était si récent, sinon, je ne laurait peut être pas fait.

merci pour ton témoignage.

 

 

posté le
20/09/07 à 23:23

par : lola02021

 

Merci

 

Bonjour,


Je viens de lire votre message et je suis attérée. Je viens vous apporter mon témoignage. Ma soeur et moi avons accouché le 17 avril 2007 : elle de jumeaux et moi d'une petite Lola. Ils ont tous les trois reçu la 1ère injection de Prevenar . Tous les 3 ont eu des réactions : refus de manger pour tous les 3 , les jumeaux ne font plus leurs nuits et ont eu des réactions cutanées. Malgré tout, notre pédiatre a tout de même pratiqué la 2ème injection. Les jumeaux ont été très fatigués pendant plus d'une semaine, ne s'alimentaient plus (1 avait pris 20 g en 10 jours) et ils pleuraient toute la journée, la nuit. Pour ma fille, elle a été tellement fatiguée qu'un matin je ne suis pas arrivée à la réveiller. J'ai eu la peur de ma vie. On auraient dit que je tenais une poupée dans mes bras : toute molle, sans force, sans sourire. Puis elle a été trés énervée, irritée. Là où je ne comprends pas c'est que malgré les signes , les différentes réactions, les pédiatres ne prennent pas en compte ce que les parents leur disent. La notre n'avait jamais connu de problème suite à ce vaccin???????.

 

Finalement, ils n'auront pas la 3ème injection.
 

Mais grace à votre message, nous avons pris conscience de la gravité des effets secondaires et cela a pu expliquer le comportement de nos enfants.


Merci et je suis de tout coeur avec vous dans votre combat.

 

AUTRES TEMOIGNAGES INTERPELLANTS (ça ne manque hélas pas):

 

stéphanie07

3
amies

26/09/2007 à 17:09

 

Maman de 3 enfants, je ne connaissais pas le vaccin prévenar lorqu'il m'a été fortement conseillé pour ma dernière. Il se trouve qu'elle a fait une complication importante aprés la 3me injection (elle avait 6 mois), en effet elle a fait des crises de convulsions assez compliquée et ce qui est plutôt inhabituel chez d'aussi jeunes enfants. Il a bien été reconnu que le vaccin prévenar était en cause. Aujourd'hui ma fille a 18 mois et est surveillée de prés par un neuro pédiatre car il est probable qu'elle est des séquelles de ses convulsions. Elle bénéficie d'un tratitement anticonvulsif à ce jour (DEPAKINE). Je recherche donc des témoignages d'autres mamans à qui il serait éventuellement arrivé la même chose."

 

autre message de la même personne (lisez bien!):

 

stéphanie07

3
amies

05/10/2007 à 10:28

 

Merci de ton soutien vitaa595,


ce que je souhaiterai, c'est me sentir moins isolée, car dès qu'on touche à la vaccination c'est tabou. J'aimerai que d'autres mamans ou d'autres personnes se fassent connaître car apparament je ne suis pas la seule dans ce cas aux vues des infos que j'ai pu glaner chez les médecins mais après ils sont dans le secret médical donc silence. Il n'existe pas encore d'association je le pense mais je trouve ça domage car les langues vont commencer à se délier et on risque d'avoir bien des surprises. Je me sens trop seule et pas assez solide pour mener un combat de fer contre tout ça et en même temps quande je repense à ce que j'ai vécu je voudrai tellement épargner d'autres victimes. D'aprés moi et je me lance tant pis cela peu aller jusqu'au décés de l'enfant. Maëlle était en arrêt respiratoire quand elle a été enmenée par les pompiers aux urgences. Alors merci d'en parler et d'essayer de sensibiliser les mamans au sujet."

 

SAMIR4444

1
amie

12/11/2007 à 00:26

 

Bonjour stéphanie et BBmalade

Nous sommes du maroc, où le vaccin est encore peu connu, nous avons importé de france le prevenar pour notre fille qui a actuellement 2 mois et 15 jours.

Elle a eu une convulsion il y a 3 jours, morsure de langue, perte de la conscience, yeux révulsés, elle a récupéré aprés 15 minutes sans signes de séquelles apparents, nous l'avons fait ausculter par un pédiatre 1h aprés, elle avait de la fiévre 39°, en plus d'une diarhée. sur décision de ce dérnier nous l'avons hospitalisé (service réanimation d'une clinique spécialisée) pendant 24h.

Les analyses du sang n'ayant rien donné, et sachant que notre bébé a été réanimé à la naissance, le pédiatre nous demande d'effectuer une IRM pour éliminer l'hypothése de séquelles découlant de la réanimation post-naissance.

Quand on a regardé sur le prospéctus du vaccin, nous avons constaté que les convulsions peuvent survenir en effets secondaires.

De l'avis du pédiatre les convulsions fébriles, n'existent pas pour les BB de moins de 6 mois, et donc il s'agirait d'une convulsion afébrile...

Comme vous, nous sommes trés inquiets pour notre fille, et à l'occasion nous compatissons avec vous et souhaitons la guérison rapide de vos enfants.

Nous sommes tentés d'impliquer le PREVENAR dans cette convulsion, surtout aprés avoir lu vos cas, ce serait horrible que des laboratoires pharmaceutiques embobinent les pédiatres sur un vaccin présentant un risque avéré pour nos enfants...

Nous serions 3 cas parmi des milliers et donc notre voix ne péserait pas, ce serait un 0,000 quelque chose...

Nous sommes vraiment désemparés, doit-on arrêter ce vaccin, puisque jusqu'à présent nous en avons appliqué 1 au 2 éme mois ?"

 

Djar (qui a déjà témoigné sur le forum aufeminin, cfr ci-dessus apporte plus de détails ici):

   

DJAR

0
amie

14/12/2007 à 13:35

 

Sujet du message : Danger du Prevenar

 

Bonjour,

Je voudrais apporter mon témoignage concernant le vaccin Prevenar.

Notre fils est décédé l'année dernière à l'âge de 3 mois.

Nous l'avons retrouvé inconscient dans son lit 30 heures après avoir reçu sa première injection de Prevenar. Il est décédé 48 heures après à l'hôpital.

Comme il s'était retourné et n'était pas dans son lit habituel, nous ne savons pas si son décès est lié au couchage ou au vaccin. C'est peut-être la combinaison des 2 facteurs qui a entraîné cet état.

Le médecin de l'hôpital nous a dit qu'un enfant de cet âge a normalement le réflexe de tourner sa tête sur le côté pour respirer lorsqu'il se retourne. Ce qui nous renforce dans notre idée que le vaccin a une part de responsabilité dans ce qui est arrivé.

Il n'avait pas de fièvre, avait bu normalement ses biberons, mais était très grognon et avait beaucoup sommeil dans les heures qui ont précédé son malaise. Autre signe qui aurait dû m'alerter, ses yeux semblaient se révulser lorsqu'il dormait. Mais, faute d'information, on met ça sur le compte de la fatigue liée au vaccin et on ne soupçonne pas que quelque chose de grave va arriver.

Personnellement, je ne ferai pas faire ce vaccin à mon prochain enfant, mais je n'ai jamais eu la volonté d'attaquer le laboratoire car je n'ai aucune preuve et je connais des cas où des vies ont été sauvées grâce à celui-ci. Il est donc difficile de trancher dans un sens ou dans l'autre.

Bon courage à tous."

 

christel76

0
amie

09/06/2008 à 15:27

 

Sujet du message : effet secondaire ou coincidence!!!!

 

bonjour j'aimerai faire partager ce qui nous et arivé mercredi 4juin ,mon fils 2ans reçoit ces 2vaccins informix (la maman s'est trompée c'est "INFANRIX" le nom exact) et prévenar vers 19h je rentre du pédiatre il n'été deja pas bien il ces endormi trés tôt donc jen'est pas pu lui donner un supositoire en cas de fiévre,voila pas que dans la nuit il pleure,je vais le voir et il la de la fiévre 39 je pensse que ces due a la vaccination je lui donne advil une dose poid le matin voulan le sortire de son li je voi sa petite jambe qui reste raide alor que d'abitude il et deja pré a sortire du lit!!!il pleure je le prend dans mes bras mais la ilpleure encore plus ,ilne pouvait plus marché du tout!!!la jambe qui a reçut les 2vaccin et raide plus moyen dela bouger ,donc nous avons fini au urgence la il lui on fait une ecographie et rien n'est vu, onnous renvoie ché nous on nous disant que cesl'aprés coup qu'il va allé mieux au bout de 4jours ces vrai qu'il remarche mais ne se sert toujour plus comme avant de cette jambe il pren la force sur la droite,si dans lesjours a venir cela continue je vais pousser a aller plus loin dans leur recherche car on ma dit quer cela pouvait durer7jours et qu'il ne faut pas que je m'inqiéte!!!voila si quelqu'un a pu entendre parler ou simplement vecu la mème chose !!!!......................................................... "

  

bayou80

0
amie

18/07/2009 à 16:31

 

bonjour,

voila ma fille eline (qui aura 9 mois le 27) a subit le 06/04/09 la 3eme injection de l'infanrix quinta et la 2eme injection du prevenar (je précise qu'aucun effet secondaire n'ai apparu aux précédentes injections).


Le 09/04/09 sont apparues des difficultés a téter et une grande fatigue,puis progressivement une perte de tonus, jusqu'à devenir complètement hyporeactive et hypotonique en quelques jours.


nous sommes restées hospitalisées 11 jours pendant lesquels elle a subi scanner, angio-scanner, ponction lombaire, IRM, fond d'oeil, echographie, tests allergologiques, bilan endocrinien, bilan metabolique,caryotipe...tous normaux ainsi qu'un électroencéphalogramme qui c'est révélé ralentit, les potentiels evoqués auditifs (PEA) normaux et les potentiels evoqués sensitifs (PES) egalement ralentis...


le professeur en neurologie a finalement conclu qu'il s'agissait d'une rhombencéphalite post vaccinale car sans aucun traitement apres avoir etait au plus bas elle commencait a recupérer petit a petit.

elle est actuellement suivie par un neurologue et a refait le 16 et 17/06 un IRM, des PES et PEA de controles tout est redevenu normal, il reste tout de meme un leger ralentissement au niveau des PES.eline ne semble pas avoir gardée de sequelles moteurs son developpement est normal, mais il reste quand meme une interrogation sur son apprentissage de la marche... "

 

jo55100

0
amie

06/09/2009 à 04:05

 

Bonjour,


notre enfant, 4 mois au début des faits, a eu une injection de ce vaccin. Quinze jours plus tard, une forte fièvre est apparue (40°) qui a duré 3 jours. Depuis tous les quatorze jours exactement notre enfant fait des fièvres de trois jours à 40°. Au troisième épisode notre enfant a été hospitalisé. Tout les tests cliniques sont bons. Mais il fait toujours les mêmes fièvres. Nous en sommes au quatrième épisode et aucune solution en vue. On dirait une sorte d'infection type paludisme. Mais on n'a pas voyagé avec bébé. Est ce que quelqu'un a déjà eu un cas comme celui ci?
JO"

 

jenniferlouanh

0
amie

27/07/2010 à 16:25

 
Sujet du message : prévenar

 

merci grace a vous j'ai éviter le pire, un medecin ma conseiller de faire le vaccin prévenar a ma fille de 2an 1/2. sauf que par manque de confiance je suis venu voir ce qui se disait a propos de se vaccin sauf que je m'apercois qu'il a déja fait des dégats auprès de vos bébé!!


merci de votre aide!! et bon courage au maman qui subisse les dégats de se vaccin"

 

Source:http://www.confidentielles.com/ttopic-36814-LES-RISQUES-LIES-A-LA-VACCINATION-AVEC-PREVENAR.htm (il y a 8 pages différentes)

là aussi pour contacter ces gens, il faut se créer un compte sur ce forum "Confidentielles", se rendre sur le lien ci-dessus et contacter les personnes via messages privés.

 

ENCORE CECI:

 

posté le
17/09/10 à 12:14

par : fraternity1

 

Accident

 

Concernant le prévenar, je lisais le témoignage de parent hier sur le forum de france 5 des maternelles, qui expliquait le décés de leur enfant suite au vaccin.

Ma fille est handicapée suite aux vaccins prévenar et ROR fait en même temps.

SI je témogne et m'insurge sur ce que certains peuvent écrire c'est bel et bien parce que je vis au quotidien avec les problèmes provoqués par les vaccins.

Il y a maintenant 13 molécules dans le vaccin prévenar.

Il y a actuellemnt plus d'une centaine de vaccins en préparation, à croire que bientôt ils vont nous pondre le vaccin sérum de vérité ou contre la bêtise...

Il faut savoir que la majorité des molécules utilisées par l'industrie pharmaceutique vont tomber dans le domaine public et ne rapporteront plus rien aux labos. Ils essaient de palier à tout en créant des vaccins, composés je vous le rappelle avec pour certains des OGM, pour d'autres des métaux lourds comme l'hydroxyde d'aluminium ou le thimérosal.

Je ne suis pas anti vaccinaliste je tiens à le préciser mais bel et bien victime de tous ces vaccins, c'est pourquoi je pense avoir davantage de légitimité pour pouvoir en parler.

Est-il normal qu'un enfant doive vivre handicapé à vie parce qu'il a été un jour vacciné?

Le jour où les laboratoires mettront un vaccin réellement sans effets secondaires sur le marché, je me referais vacciner pour l'heure c'est bien loin d'être le cas on joue à la roulette russe, et aux apprentis sorciers.


Certains effets secondaires peuvent se déclarer plusiers mois aprés , même si les médecins n'y croient pas.


C'est pourtant certains d'entre eux qui n'ont pas hésité à dénoncer ces faits.
Merci messieurs dames, sans vous nous ferions comme les moutons de Panurge, condamné à suivre un mouvement où pour le bien de tous on sacrifie certains sur l'autel de la bêtise. "

 

source:http://forum.aufeminin.com/forum/f640/__f3_f640--vaccin-prevenar-pour-ou-contre.html

 

 

Assez récemment, sur Arte, un documentaire a été diffusé sur les essais cliniques des médicaments.



Dans ce documentaire, intitulé "Cobayes humains" (Voir ici  http://www.arte.tv/fr/3516806.html), on pouvait entendre les parents indiens et des médecins parler du cas d'une petite fille décédée peu après avoir subi la vaccination expérimentale (de la firme Wyeth) Prevnar 13, celui-là même qui est déjà utilisé ici, en Occident! Là aussi (en Inde), les investigations ont été bidouillées, comme expliqué par les médecins indiens dans le documentaire...

 

Il semble aussi que ce vaccin Prevnar soit lié à un risque accru de syndrôme de Kawasaki. Une hausse claire a été mise en évidence mais comme d'habitude quand il s'agit de vaccins, suite à des résultats inquiétants, d'autres résultats rassurants viennent toujours ensuite adoucir cela en affirmant que pour finir, il n'y a pas de sur-risque(!):

 

http://www.centres-pharmacovigilance.net/nice/bulletin143/PV_Nice_143.pdf (cfr début de la page 2)

 

lisez ce témoignage:

 

 

poupettine

Posté le 01-06-2005 à 15:42:31  

 

je suis d'accord sur le fait de prevenir des risques des vaccinations. ma fille venait être vaccinée contre le dtp et prevenar, et j'ai vu une question au sujet du ROR et du Kawasaki sur le forum. De plus depuis quelques temps on parle enormement du kawasaki sur ce forum alors que mes appels en 2004 restaient sans reponse...ça veut bien dire que quelque chose de nouveau developpe cette maladie !!! A tous les parents de Kawasaki recents, je lance cet appel si votre enfant a été vacciné juste avant la maladie, quelque soit votre pays d'origine. Qu'on sache !!!
 
Mille merci
Répondez sur mon mail clarab@tele2.fr

 

Source:http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:Jtiy7R9McewJ:forum.doctissimo.fr/sante/sante-enfant/syndrome-kawazaki-sujet_146486_1.htm+prevnar+kawasaki+prescrire&cd=1&hl=fr&ct=clnk&gl=be&source=www.google.be



Extrait tiré du blog d'un médecin généraliste:
 
"i]" Prévenar : Prescrire me répond
 
Reçu un courriel de la Revue Prescrire suite à ma relance, au sujet de la problématique de l'intérêt du vaccin, et des éventuels risques de
Kawasaki.
 
D'entrée, on me signale qu'on ne dispose pas de nouvelles données depuis plus d'un an, et la contestation de l'étude américaine qui montrait un doublement du nombre de
Kawasaki suite au vaccin (motif de la contestation : intervalle de confiance trop large), et les contestation de la contestation.
 
On me donne par ailleurs une référence sur le
Kawasaki qui indique une mortalité de .... 0,08% !!! Or d'autres références mettent le curseur à 2 voire 3% ! Un facteur de 1 à 37, une paille !!!
 
Ce sur des anévrysmes coronariens séquellaires dont la fréquence varient suivant les études de 3 à 15%.
 
Les études européennes risquent de rester peu informatives pendant longtemps, le syndrome de
Kawasaki étant assez rare chez nous (par exemple, on estime qu'il y a 400 cas par an en France), contrairement aux USA et surtout au Japon.
 
Sinon, la réponse m'étonne sur un point. On m'écrit "à notre connaissance, l'étude américaine n'a pas montré de doublement de l'incidence générale". Or dans le numéro 273 p 428 on trouve "une étude menée aux USA ... a mis en évidence un risque de syndrome de
Kawasaki environ deux fois plus fréquent après administration de ce vaccin ..."

 

Voir aussi:

 

L'article d'un médecin généraliste français, du 21 octobre 2010 qui s'intitule: 

 "PREVENAR DE 7 A 13 : LE MARKETING VACCINAL DANS TOUS SES ETATS."

 

& l'article "Prevenar: les coulisses d'une médiatisation bien huilée".

 

Découvrir ici ce qu'on vous cache sur la nouvelle version du Prevenar (13):

Documents confidentiels accablants sur le Prevenar 13

 

De tels risques sont-ils au moins contrebalancés par une certaine efficacité en prévention de la méningite à pneumocoques (complication la plus grave)? Voyez plutot ici !

Partager cet article
Repost0
19 juin 2011 7 19 /06 /juin /2011 14:52

Le KCE, le centre fédéral d'expertise des soins de santé rendait, rappelez-vous, un rapport plus que tranché sur l'homéopathie le 24 mai dernier. Un rapport pour le moins étrange (c'est un euphémisme), comme nous nous en étions expliqué dans un communiqué de presse spécial.

 

Dans les médias, ce rapport était relayé comme le fruit d'un collège d'experts indépendants.

 

Dans une interview de 2009, on pouvait, en effet, lire les propos de l'actuel directeur de l'institution, Raf Mertens, qui disait notamment que : «Le KCE doit continuer ce qu’il fait très bien maintenant : effectuer des études scientifiques en toute indépendance et objectivité. Notre défi  est de maintenir une qualité de haut niveau. Nous devons être sévère avec notre propre fonctionnement, tout comme nous le sommes avec les études que nous évaluons dans le cadre de nos recherches».  


Il semble hélas toutefois que cette "indépendance" puisse être à géométrie variable en fonction des enjeux économiques (bien plus que sanitaires).

 

C'est en tout cas la triste conclusion à laquelle nous sommes obligés d'arriver quand on sait que, moins d'une semaine après avoir rendu son rapport sur l'homéopathie, le même KCE rendait son avis sur le rapport coût/efficacité des nouveaux vaccins contre le pneumocoque dans un document où la rubrique "conflits d'intérêts" était étonnament fournie...

 

Alors que l'enjeu financier de tels avis est considérable pour des producteurs comme Wyeth (Prevnar 13, nouvelle version du Prevnar 7) et pour GSK (Synflorix), voici ce qu'on pouvait lire en page 3,4 et 5 de ce rapport, à la rubrique "conflits d'intérêt":

 

"Willy Peetermans a reçu des fonds pour la conduite de recherches ainsi que des indemnités de voyage pour participer à des congrès.

 

Béatrice Swennen a reçu une rémunération pour une communication, un subside de formation, une prise en charge de frais de voyage ou un paiement à l’occasion d’une participation à un symposium.

 

Yves Van Laethem a reçu des fonds pour la conduite de recherches ainsi que des honoraires de consultation de la part des firmes pharmaceutiques GSK et Wyeth/Pfizer. Il a en outre reçu des indemnités de voyage pour participer à des congrès.

 

Iris Deschutter a reçu des fonds pour la conduite de recherches ainsi que des indemnités de voyage pour participer à des congrès de la part de GSK et Wyeth/Pfizer.

 

David Tuerlinckx a reçu des honoraires de consultation ainsi que des indemnités de voyage pour participer à des congrès de la part de GSK et Wyeth/Pfizer.

 

Anne Vergison a reçu des honoraires de consultation et d’orateur de GSK et Wyeth/Pfizer, ainsi que des fonds pour la conduite de recherches.

 

Jan Verhaegen est membre des comités consultatifs de Pfizer et GSK et a reçu des indemnités de voyage de ces firmes afin de participer à des symposium.

 

Martine Sabbe a été consultante externe non-rémunérée pour le comité consultatif de Wyeth/Pfizer au sujet de l’étude « Pneumococcal vaccination in the elderly population” in 2009.

 

Pierre Van Damme a agi en tant que dirigeant et investigateur principal d’essais cliniques sur les vaccins pour l’Université d’Anvers."

 

9 personnes qui ont donc un lien (ou plusieurs) d'intérêt!!! N'est-ce pas un peu beaucoup pour une institution donc le directeur prétend qu'elle opère "en toute objectivité et en toute indépendance"??



Comme on pouvait s'en douter, le rapport n'est pas défavorable aux producteurs des vaccins puisqu'il dit que les nouvelles versions apporteront une plus-value par rapport à  l'ancienne (laver plus blanc que blanc) et pour tenter sans doute de ne pas "faire de jaloux" entre les fabricants, le rapport conclut que ce qui sera déterminant, ce sera le prix que chaque producteur proposera.

 

Le KCE a une influence conséquente avec ses avis parce que ceux-ci font partie intégrante du "parapluie politique" des décideurs. Ceux-ci, complètement ignorants dans ces secteurs peuvent ainsi prétendre à leur aise qu'ils se sont basés sur "l'avis d'experts".

Ce que le citoyen sait en revanche moins, c'est que ces experts ne sont pas forcément sans lien avec les fabricants et qu'ainsi, même si de temps à autres certains avis pourraient faire croire à l'indépendance d'une telle institution, il y a véritablement peu de chances que des avis défavorables soient émis au sujet de ce qu'on appelle des vaccins "blockbusters" c'est à dire des vaccins à grand succès commercial potentiel ("des vaccins jackpots") comme c'est le cas du Prevnar, classé n°1 dans les "vaccins leaders" dans un document de l'industrie elle-même.

 

Etant donné la médiatisation de divers conflits d'intérêts au cours de la saga du H1N1, ce sujet est devenu beaucoup plus prégnant et la population a pu se rendre compte que cette gangrène existait bien au-delà du seul cénacle des protagonistes de la grippe A.

Diverses personnes se sont alors exprimées dans les médias, se disant partisanes d'une "transparence" qui n'efface toutefois en rien les conséquences dramatiques de tels conflits d'intérêts. En somme, ces affirmations et ces fausses garanties démocratiques n'avaient pour seul but que de poursuivre comme avant, comme si de rien n'était. Circulez, y a rien à voir...

 

L'attitude actuelle est donc de déclarer les conflits d'intérêts et puis de faire comme s'ils n'existaient pas. En gros, on s'affiche sans complexe puisqu'on sait qu'il n'y aura jamais aucune sanction.

 

Historiquement parlant toutefois, il n'en a pas toujours été de même puisque l'attitude du même KCE était quelque peu différente il y a 5 ans. En 2006 en effet, la même institution rendait aussi un rapport sur "Les effets et coûts de la vaccination des enfants Belges au moyen du vaccin conjugué antipneumococcique." (càd le Prevnar 7, ancienne version, de la firme Wyeth).

 

Etrangement, à la rubrique "conflits d'intérêt", il était écrit "AUCUN déclaré" alors que, parmi les auteurs principaux du rapport se trouvait le Pr Pierre Van Damme (Université d'Anvers) qui, selon les recherches du journaliste indépendant David Leloup recevait des financements des fabricants de vaccins pour son unité depuis au moins 2003.

 

Visiblement, le document en question n'est plus acessible sur le site du KCE mais, qu'à cela ne tienne. Voici une preuve du document litigieux:

 

 

RAPPORT-KCE-2006.jpg

 

 

En outre, il convient de signaler que dans les remerciements, en fin dudit rapport (de 2006), il est fait mention du Pr Claire-Anne Siegrist dont le peu d'indépendance est mondialement connue puisqu'elle dirige la chaire de vaccinologie de l'Université de Genève, financée par la fondation Mérieux (liée à Sanofi Pasteur) et qu'elle est aussi liée à d'autres fabricants, comme GSK par exemple. Toutefois, alors qu' une étude parue le 19 nov. 2007 dans Pediatrics faisait état de ces liens d'intérêts, on peut soupçonner un double langage ou un certain malaise chez Mme Siegrist dont la page Medpedia indique, qu'elle n'a rien (aucun conflit d'intérêts) à signaler.("nothing to disclose").  

 

Le KCE a donc rendu son avis, les politiciens ont suivi puis le corps médical a docilement relayé et Monsieur ou Madame tout le monde a le plus souvent fait vacciner leurs enfants "parce que leur médecin traitant le leur a conseillé". Comme tout est bien huilé!

 

Hélas, le vaccin Prevnar a entraîné plusieurs effets graves et plusieurs décès, en France notamment. En aperçoit toutefois assez mal comment tous ces effets graves auraient miraculeusement épargné la Belgique, où ce vaccin a été massivement utilisé depuis lors....

 

Mais, fort opportunément, on peut voir sur le site du KCE, au pied de leur site, en tout petit, une inscription qui en dit long sur la perversité du système. Il est écrit "clause de non responsabilité". En cliquant dessus, on peut notamment lire que:

 

"Tous les documents présentés sur ce site ont uniquement une valeur informative et ne peuvent donc être considérés comme des documents pouvant engager la responsabilité du KCE. [...]Les informations communiquées sur ce site n'engagent pas la responsabilité du Centre fédéral d'expertise des soins de santé . Bien que notre objectif soit de diffuser des informations actualisées et exactes, nous ne pouvons en garantir le résultat et nous nous efforcerons de corriger les erreurs qui nous seront signalées.[...]"

 

Quand des enfants meurent ou tombent malades à jamais des suites de telles vaccinations ainsi promues et encouragées par les autorités, on voit toutefois assez mal comment le KCE pourrait de quelque façon "réparer" ou "corriger" ce genre "d'erreurs".

 

Voir aussi: Les documents confidentiels accablants sur le Prevenar 13

 

Partager cet article
Repost0
18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 13:20

Brève (18/06/2011): Recrudescence de la rougeole au  Québec où plus de 4 malades sur 10 sont vaccinés !

 

Dans un article du 7 juin 2011 on apprend que, sans parler d'épidémie, il y a une recrudescence de la rougeole. On y fait ce constat : "Prés de 6 malades sur 10 ne sont pas vaccinés" qui peut se traduire par "au moins 4 malades sur 10 sont vaccinés ! " C'est comme vous voudrez !!!

 

Source: Yoopa.ca

Partager cet article
Repost0

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA