Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 22:05

Le Pr Leo Neels et le Dr Jean Creplet de Pharma.be ne manquent pas d'humour.

C'est déjà ça pourrait-on dire en lisant la "réponse" qu'ils nous on faite sous la forme d'une carte blanche parue dans Le Soir du 9 décembre 2010 et intitulée "Du procès d'intention comme fondement de la démocratie".

 

Ces messieurs nous dépeignent comme de dangereux intégristes déconnectés du terrain tout en se présentant, eux, comme de fervents partisans du débat contradictoire.

 

Ils nous font aussi le portrait modèle d’une industrie respectable et en qui nous pourrions avoir confiance….

 

Vraiment ?

 

Pas à en croire les faits en tout cas puisque la liste des scandales pharmaceutiques ne cesse en effet de s’allonger.

Vioxx, Avandia, Trovan, Paxil, Mediator, vaccin hépatite B, vaccins « contre le cancer du col », crise du H1N1, Tamiflu, etc (*)

 

Il est logique que les auteurs ne tiennent pas tellement à s’attarder sur ces affaires scandaleuses, révélatrices des pratiques récurrentes de cette industrie pharmaceutique surpuissante et devenue totalement incontrôlable.

 

Des affaires qui ont charrié et continuent de charrier leur lot de colères, de désespoirs et de décès.

 

Des affaires auxquelles les codes et chartes de déontologies que Big Pharma dit s’auto-appliquer n’ont jamais RIEN changé.

 

Pourquoi ? Parce que la clef-de voûte de ces scandales c’est à chaque fois, un silence coupable, un silence intolérable, une absence de débat contradictoire réel et mené à temps, le tout permis à chaque fois par des experts juges et parties !

 

Et qu’on ne vienne pas avec l’argument suranné de l’emploi pour justifier l’injustifiable ! Ce n’est pas parce que 30 000 personnes travaillent dans ce secteur en Belgique que cela justifie le moins du monde la mise en danger de la vie d’autrui via des décisions d’instances où des experts sont juges et parties.

 

Léo Neels et Jean Creplet, dans la « logique » marchande qui est la leur confondent ostensiblement progrès médical et consumérisme pharmaceutique. Comme si consommer plus, c’était forcément se porter mieux. Ce que, du reste, on a tenté de faire croire à la population avec cette vaccination H1N1 prétendument préventive mais dont l’efficacité n’avait jamais été prouvée dans les tests cliniques pré commercialisation, comme avoué par l’agence européenne du médicament !

 

Comment ? Par le biais des experts juges et parties. On en revient toujours à cela, parce que c’est le nœud du problème !

 

Or ce que nous avons dit n’est pas qu’il ne fallait pas du tout leur donner la parole mais bien qu’ils n’aient aucun rôle dans les processus décisionnels et les comités officiels. Aussi, il était tout à fait possible d’auditionner de tels experts en conflits d’intérêts mais pas de leur permettre de peser à ce point sur les décisions ni d’occuper les postes-clés des comités !

 

Au lieu de cela, c’est encore aux Prs Van Ranst et Van Laethem que RTL donnait exclusivement la parole dans son JT de 19H du 13 décembre dernier pour refaire un Xième appel à la vaccination en alarmant inutilement les femmes enceintes au passage. On voit donc très clairement dans quel camp se situe l’absence de débat contradictoire et les motivations financières qui peuvent régir pareille idéologie.

 

Car il s’agit bien ici d’un cas typique de position idéologique.

 

Depuis le début, la vaccination n’a jamais cessé d’être présentée comme « la seule méthode de prévention efficace » ce qui bien sûr, était faux mais cette vision monolithique servait fort adéquatement les intérêts partisans de ceux qui l’ont distillée !

 

Cette position idéologique est tellement vraie qu’aux USA, des bons d’achat dans les épiceries sont distribués à ceux qui acceptent docilement de recevoir la vaccination contre la grippe saisonnière … a-t-on jamais vu ce type de pratique pour la prise d’un quelconque autre médicament ? Tout est bon pour écouler des vaccins. On ne peut pas toucher aux vaccins, on ne peut pas les critiquer ni remettre en cause leur sécurité. On ne peut jamais émettre un regard critique parce c’est tabou. Et le discours bon enfant du Pr Léo Neels sur son attachement au débat contradictoire sonne plutôt faux quand on sait avec quelle virulence il a critiqué l’excellent article de Knack et du Vif des 12 et 14 novembre 2008 au sujet des « vaccins contre le cancer du col, deux vaccins TRES inefficaces ».

 

Suite à la parution de ces articles qui explicitaient toute la « compétence » et la « vertu » employées par l’industrie pour terrifier les femmes et écouler leurs produits à tout prix, le Pr Neels s’est opposé à ce qu’il a appelé « un journalisme partial et léger ».

 

Un journalisme partial et léger, vraiment ?

 

Pas si sûr à en croire une publication du journal officiel du 22 septembre 2010  dans laquelle on peut lire que l’Afssaps a interdit une publicité TROMPEUSE en faveur du Gardasil. Près de deux ans après la publication des articles du Knack et du Vif, l’Afssaps est venue confirmer leur bienfondé et rappeler que ces vaccins n’ont toujours pas d’utilité préventive démontrée contre le cancer, contrairement à ce qu’affirmait déjà le Pr Neels fin 2008 dans son droit de réponse à ces deux revues !

 

Dans la conclusion de son article « Cancer : une pub interdite plombe le vaccin Gardasil », la journaliste Sophie Verney-Caillat explique la raison de ce retard de réaction de la part des autorités de santé françaises et nous apprend, comme par hasard, que plusieurs personnes ayant siégé dans des comités décisionnels-clé étaient « investigateur principal » et « chargé de communication » pour la firme concernée. Elle écrit : « Sans préjuger de leur impartialité, on peut se demander s'il est normal que les politiques de santé publique coûteuses et à l'efficacité incertaine soient inspirées par des médecins aussi liés financièrement aux laboratoires. »

 

Il est en effet étrange, et peut-être le Pr Neels et son collègue considéreront cela comme une coïncidence ( ?), que des groupements indépendants comme la collaboration Cochrane aient une position beaucoup moins enthousiaste sur l’utilité de la vaccination antigrippale qu’un groupe « scientifique » comme l’ESWI, financé lui à 100% par l’industrie mais se présentant néanmoins comme « indépendant » et ayant  notamment conseillé l’OMS…

 

Interrogé dans Der Spiegel, Le Dr T. Jefferson de la Collaboration Cochrane a évoqué justement ces contradictions entre les découvertes scientifiques et la pratique, entre les preuves et la politique d’action.

 

Et quand Der Spiegel lui demande d’expliquer ces contradictions et ce qu’il y a derrière celles-ci, le Dr Jefferson explique : « Il est évident que ceci a rapport avec l’influence de l’industrie pharmaceutique, avec le fait que l’importance de l’influenza a été complètement exagérée. Cela a rapport aussi avec les fonds alloués à la recherche, avec le pouvoir, les trafics d’influence et la réputation des scientifiques. »

 

Un jour ou l’autre, il faudra bien que l’industrie prenne la mesure de la contestation légitime et de plus en plus généralisée contre son hégémonie dangereuse ou à tout le moins, contestable, sur un plan de santé publique :

 

NEJM :« Lorsque des chercheurs dépendent à ce point des firmes pharmaceutiques, qui assurent une part aussi importante de leurs revenus personnels, ils auront du mal à résister à cette tendance très forte qui les pousse à faire en sorte que [les essais cliniques] donnent des résultats favorables aux laboratoires » Jerome Kassirer, ancien rédacteur en chef du New England Journal of Medicine.                                            

«L’industrie pharmaceutique aurait-elle joué avec le feu ? Le vaccin nous a-t-il mis en danger ? Rien que l’idée donne des frissons dans le dos. Nous tentons de contacter les quatre fabricants de vaccins pandémiques : un vrai parcours du combattant. Dans le monde de la pilule, bonsoir la transparence ! Baxter refuse toute interview. Chez Novartis, c’est le porte-parole qui a un agenda trop chargé. Chez Sanofi, le service presse est carrément débordé, il n’a pas pu nous fixer un rendez-vous en trois semaines de tournage. Quant à Glaxo Smith Kline qui a vendu le vaccin pour la Belgique, il a fallu vraiment beaucoup insister. »

Pascale Bollekens, dans Question à la Une du 17/02/2010 (« Grippe H1N1 : la grande tromperie ? »)

 

L’entrevue avec le responsable du développement de ces vaccins chez GSK en dit long sur la confiance qu’on peut avoir dans cette industrie, quelque soit le nombre d’emplois qu’elle génère :

 

 

 

 

 
 
 

 

 

 

 

françois autain

"Une mission d'information sur les dysfonctionnements du système français d'évaluation et de contrôle du médicament révélés par l'affaire du Mediator et sur les moyens d'y remédier va être mise en place au Sénat à mon initiative. Je ne sais pas encore la place que j'y occuperai. Je compte faire tout mon possible pour dénoncer la situation épouvantable dans laquelle nous sommes." Sénateur/Dr François Autain


 

 

  

« Commencer enfin à nettoyer les écuries, à assainir cette infection permanente, cette septicémie chronique entraînée par les conflits d'intérêts dont les conséquences ont été une fois de plus illustrées par le fiasco de la grippe A H1N1. Que l'on ne s'y trompe pas! Ce qui s'est passé là n'est ni isolé, ni unique. Mais la dimension ouvertement planétaire et l'écho médiatique ont rendu cette situation malsaine plus facilement perceptible pour l'opinion publique. Ce scandale permet à tout un chacun de réaliser à quel point les industriels et leur valetaille scientifique et politique jouent avec notre santé pour des raisons bassement économiques. Nous devrions saisir cela comme une occasion d'insister sur une refonte globale et urgente du système d'expertise et de prise de décision politico-sanitaire dans son ensemble, de préférence avant que la santé publique ne collapse. »

Pharmacritique

 

 

 

(*) Quelques scandales pharmaceutiques parmi tant d'autres:

 

Vioxx (Merck) : 88 000 à 139 000 attaques cardiaques aux USA dont 30 à 40% mortelles selon la FDA et pas moins de 50 000 plaintes en justice [sans parler des effets dans le reste du monde]  Source: Le Figaro 

 

"Le 30 avril 2009, le journal The Scientist révélait que la firme Merck avait payé un montant tenu secret à Elsevier, l’une des plus grandes maisons d’édition scientifiques au monde, pour que la société Excerpta Medica qu'il détient édite une fausse revue médicale intitulée The Australian Journal of Bone and Joint Medicine afin de faire la promotion du Vioxx."

Source: Pharmacritique

  

   

Avandia (GSK) :

  « Diabète GSK est mis en cause pour manipulation des données scientifiques »

 

« Le producteur pharmaceutique est aujourd’hui accusé de toutes parts. Pourquoi ? Pour avoir fait taire des détracteurs par la menace de procès, pour avoir obtenu illégalement à l’avance des copies d’articles scientifiques défavorables à son produit pour mieux y répliquer. Et pour avoir caché à la communauté thérapeutique le résultat d’essais inquiétants qu’elle avait obtenu sur des effets secondaires de sa molécule. C’est en tout cas ce qu’affirme le professeur Steven Nissen, spécialiste mondialement reconnu du diabète, dans un article publié dans l’European Heart Journal.

 

 Source: Le Soir 

 

 

Trovan (Pfizer) :

Wikileaks : les sales méthodes de Pfizer révélées :

« Pfizer, leader mondial de l’industrie pharmaceutique, a fait pression (avec succès) sur le procureur général du Nigéria pour qu’il abandonne une action en justice. En cause, un essai pharmaceutique controversé qui a provoqué la mort de 11 enfants. »

Source: Altermonde



Paxil (GSK) : « GSK a pratiqué pendant des années un marketing intense d'un antidépresseur, la paroxétine, auprès des femmes enceintes alors que la firme en connaissait les effets tératogènes sur le foetus (malformations cardiaques).
Ce procès dans lequel la firme a été condamnée - parce qu'il a été démontré qu'elle a enfoui sciemment les études compromettantes- n'a quasi pas eu de retentissement en Europe alors qu'on aurait pu s'attendre à un scandale semblable à celui de la thalidomide » nous a écrit un médecin spécialiste belge....

+ d'infos sur Le Point

 

Mediator (Servier) : De 500 à 1000 morts en France. La toxicité pour les valvules cardiaques était connues depuis plus de 10 ans avant que le retrait ne soit exigé !

Source: Le Figaro , (2)

Le laboratoire Servier a demandé la censure, en référé, du livre du Dr Irène Frachon, pneumologue au CHU de Brest au prétexte que le sous titre de son livre sur le Mediator (« Combien de morts ? ») risquait de nuire à sa réputation !  

 

Source: Le Figaro 

 

 A présent, des scientifiques qui ont fait une estimation plus large de la mortalité, y compris celle à venir, parlent de 1000 à 2000 décès imputables au Mediator en France.

 

Source: RTL INFO 

 

 

 

Vaccins hépatite B (GSK, Sanofi Pasteur) :

Mise en examen des deux principaux fabricants, GSK et Sanofi Pasteur fin 2007 pour TROMPERIE AGGRAVEE concernant ces vaccins.

« Vaccins hépatite B : une affaire de racaille ? » Pr Pierre Cornillot 

 

Vaccins contre le cancer du col de l’utérus (Merck notam.) :

Le groupe Merck a comparé les jeunes filles vaccinées avec un faux groupe placebo ce qui biaise la comparaison et leur permet de présenter leur vaccin comme plus sûr qu’il n’est. Or l’aluminium (donné au faux groupe placebo et contenu aussi dans le vaccin) est toxique en lui-même. Le groupe pharmaceutique a du reste refusé de dire la quantité exacte d’aluminium administrée dans le faux groupe placebo.

Sources : National Vaccine Information Center (NVIC) sur base des informations de Merck et de la FDA

 

Tamiflu (Roche) : « Scandale du Tamiflu : les études sont trafiquées », Dr Broussalian

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Actions d'Initiative Citoyenne
commenter cet article
10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 21:31

Ca s'appelle une idéologie, quelque chose qui doit s'appliquer à TOUT PRIX.

Et ça n'a dès lors plus rien à voir avec la Science.

 

La vaccination à tout prix, c'est ce que soutiennent et défendent tantôt les autorités sanitaires les plus officielles tantôt les pharmas. Souvenons-nous qu'en Grande Bretagne, le Daily Mail signalait que, pour tenter d'augmenter l'adhésion au vaccin "contre le cancer du col", de plus en plus controversé, les officiels de santé ont déjà mis sur pied un scandaleux système de "bons d'achats dans les magasins" pour les jeunes filles qui avaient reçu les 3 doses (soit le schéma complet) de cette vaccination.

 

Voici à présent un bon d'achat en épicerie pour ceux qui se laisseraient bien docilement vacciner contre la grippe, sans trop se poser de questions....

 

FREE FOOD

 

A-t-on déjà vu ça, de telles manoeuvres, en faveur d'un quelconque autre produit pharmaceutique?

 

Si c'était si salutaire pour le citoyen et bénéfique pour la collectivité (déjà bien endettée à tous points de vue), il n'y aurait aucun besoin de recourir à ce type de manipulation....

 

D'un côté, la carotte, de l'autre le bâton. Voilà comment fonctionnent tous ces gens et toutes ces institutions qui, sous une fausse robe "scientifique", nagent en pleine idéologie!

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Vaccin à tout prix (idéologie du)
commenter cet article
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 21:20

19/11/2010

 

 

Le Centre pour la Protection de la Santé du Département de la Santé de Hong Kong (Chine) a notifié un nouveau cas confirmé d'infection humaine par le virus H5N1 mercredi, a annoncé vendredi l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).



D'après l'OMS, il s'agit d'une femme de 59 ans dont les symptômes sont apparus le 2 novembre et qui a été hospitalisée le 14. Un diagnostic de pneumonie a été posé et la patiente est aujourd'hui dans un état critique.



L'anamnèse a révélé que la patiente s'était rendue à Shanghaï, Nanjing et Hangzhou. Elle n'a signalé aucun contact avec des volailles ou des oiseaux vivants dans les jours qui ont précédé l' apparition des symptômes, a précisé l'OMS.



Les contacts rapprochés de la patiente sont isolés et sous surveillance. Tous sont asymptomatiques à ce jour. Les prélèvements rhino-pharyngés réalisés par aspiration chez tous ces contacts rapprochés ont été négatifs pour le virus H5, d'après l' OMS.



Les enquêtes sur l'origine de l'infection de cette patiente sont en cours. Jusqu'ici, les données indiquent qu'il s'agit d'un cas sporadique d'infection humaine par le virus grippal A (H5N1) sans propagation secondaire.

A ce jour, 21 cas de ce type ont été notifiés chez l'homme à Hong Kong, dont 18 en 1997, 2 cas en 2003 et le cas actuel en 2010.



Source: Chine informations

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Grippe H5N1 (aviaire)
commenter cet article
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 21:06

Laurette Onkelinx "a indiqué ne pas disposer de la liste des conflits d’intérêts des experts du Comité Influenza et rappelé que la majorité d’entre eux sont également membres du Conseil supérieur de la Santé. La ministre a renvoyé aux explications du président du Comité scientifique Influenza, le professeur Van Laethem. " (source: Le Soir en ligne du 25 novembre)

 

Le 23 novembre 2010, le Pr Van Laethem avait notamment répondu à Frédéric Soumois dans Le Soir:

 

"Plusieurs firmes pouvaient fournir ce type de produits, pas seulement GSK. Ce ne sont pas les scientifiques qui ont négocié..."

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Conflits d’intérêts -experts
commenter cet article
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 15:13

Le Soir avait réalisé une interview de Jean Nève (président du CSS) et Yves Van Laethem (président du groupe scientifique Influenza) au sujet des conflits d'intérêts, interview qui a été publiée dans l'édition du 23 novembre du journal.

 

Voir ICI.

 

Suite à leurs propos, Initiative Citoyenne a tenu à réagir et a proposé une carte blanche pour faire valoir ses arguments. Carte blanche que le Soir a bien voulu publier, et nous l'en remercions.

 

Carte blanche d'Initiative Citoyenne parue dans le Soir (du 26 novembre):

Vaccins contre la grippe A/H1N1 : les conflits d'intérêts ne sont pas une fatalité !

Marie-Rose Cavalier, Sophie Meulemans, Muriel Desclée. Au nom de l'association Initiative citoyenne. L'association de citoyens défend le principe selon lequel un bon expert scientifique n'est pas forcément lié à un groupe commercial.

 

Nous ne pouvons rester sans réagir aux propos tenus dans l'édition du Soir du 23 novembre par Messieurs Jean Nève et Yves Van Laethem, respectivement président du Conseil supérieur de la santé (CSS) et président du groupe scientifique Influenza et tous deux, membres de la Commission « Transparence » du ministère de la Santé publique.

 

Présenté en première page comme un « débat » au sujet des conflits d'intérêts entre ces deux personnalités, il nous apparaît que celui-ci n'en est pas véritablement un puisque l'aspect contradictoire y fait manifestement défaut. M. Jean Nève se présente comme partisan d'une transparence totale et M. Van Laethem précise n'avoir rien à cacher : tout va pour le mieux, en somme, dans le meilleur des mondes…

 

Au sein d'Initiative citoyenne, nous portons toutefois un regard moins angélique mais plus réaliste sur cette situation qui gangrène la santé publique mais aussi la démocratie depuis déjà des années.

 

Tout d'abord, en ce qui concerne la « garantie d'indépendance et de transparence » du CSS, il nous semble que M. Jean Nève a oublié de rappeler les conclusions éloquentes des journalistes parues, à ce sujet, dans le Knack et le Vif l'Express des 12 et 14 novembre 2008 :  

« Il ressort des documents que nous avons pu consulter que quatre des cinq membres du groupe de travail qui a préparé l'avis du CSS sur le Gardasil et le Cervarix (les fameux vaccins ”contre le cancer du col de l'utérus”) sont ou ont été consultants ou chercheurs rémunérés par Glaxo Smith Kline ou Sanofi Pasteur MSD. Pourtant, ils ont tous les cinq signé la déclaration de conflits d'intérêts exigée par le Conseil supérieur de la santé, une déclaration par laquelle ils affirment pouvoir agir en toute indépendance dans ce dossier. »

 

Jean Nève qui parle du CSS comme d'une institution ayant « vocation à émettre des avis scientifiques indépendants » évoque une procédure de gestion des intérêts qu'ils ont mis cinq années à établir. Aujourd'hui, plusieurs années après la mise sur le marché des vaccins anti-HPV, il apparaît, à la lueur de la saga du H1N1, que rien n'a véritablement changé.

 

Sous couvert de discours prônant plus de transparence, on banalise ce qui n'est pas sans conséquences : le fait même d'avoir des conflits d'intérêts.

 

En 2008 déjà, Katty Cauwerts, secrétaire scientifique du CSS, disait que « jusqu'à un certain point, c'est inévitable, il faut aller chercher les données là où elles se trouvent ».

 

En somme, c'est là exactement le même discours que celui du Dr Van Laethem, lequel affirme «mentionner ces conflits d'intérêts avec clarté » (sauf dans les journaux, les radios et sur les plateaux télés ?) et qu'« il faut mieux déclarer clairement ce type de lien et tenter d'en faire abstraction le plus possible ».

 

Le hic, c'est que plusieurs scientifiques et personnalités politiques estiment non seulement que cet argument ne tient pas, mais en plus que la seule déclaration des conflits d'intérêts ne suffit pas à empêcher leur influence sur le jugement des experts…

 

Ainsi, on peut citer les propos de P. Chevalier, M. Van Driel et M. De Meyere, trois médecins belges, parus dans article de la revue d'Evidence Based Medecine Minerva, en 2007 :

 

« La seule déclaration de conflits d'intérêts suffit-elle, cependant, à résoudre le problème ? Des collaborateurs de Centres académiques du monde médical répondent que NON, pour plusieurs motifs : la notion de conflits d'intérêts est fort variablement interprétée, les conflits d'intérêts ne sont pas souvent vérifiés, leur influence difficilement identifiable pour un non-expert dans une matière. Ils estiment qu'il est plus facile de déclarer ces conflits puis de se comporter comme s'ils n'existaient pas, plutôt que de tenter de les éliminer. »

 

Dans le même registre, le sénateur français, par ailleurs aussi médecin, François Autain déclarait dans l'émission C'est dans l'air du 19 novembre dernier : « On prétend qu'un expert qui n'a pas de lien d'intérêts n'est pas un expert compétent. Ce sont les laboratoires qui tiennent ce langage. Or moi je prétends que des experts compétents qui n'ont pas de liens d'intérêts, ça existe et je ne comprends pas pourquoi on ne les fait pas travailler et on ne les fait pas siéger dans ces commissions. D'autant plus que je m'aperçois que, dans ces commissions, ce sont toujours les mêmes. »

 

Aujourd'hui, nous sommes à un tournant. Il faut pouvoir et surtout vouloir choisir. Parce que notre santé est chose bien trop importante.

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Actions d'Initiative Citoyenne
commenter cet article
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 15:05

Ricardo Gutierrez

 

jeudi 25 novembre 2010

 

Ecolo a dénoncé, jeudi, le manque de transparence des autorités publiques et sanitaires, dans la gestion de la « pandémie » de grippe A/H1N1.

 

La députée fédérale Thérèse Snoy, le député wallon Patrick Dupriez et le député bruxellois Jacques Morel demandent à la ministre fédérale de la Santé, Laurette Onkelinx (PS), de lancer enfin l’audit qu’elle avait promis.

 

Pour les Verts, les experts qui ont conseillé le choix du vaccin, au sein du commissariat Influenza, alors qu’ils étaient liés à la firme GSK, présentaient « un conflit d’intérêt inacceptable ». Ils en appellent à une application stricte des règles internes que vient d’adopter le Conseil supérieur de la santé, afin d’assurer l’indépendance des experts et la transparence des procédures.

 

« Ces déclarations de conflit d’intérêt doivent être publiques et téléchargeables via Internet », insistent les écologistes : « L’argument évoqué par certains du respect de la vie privée des experts n’est pas recevable dans la mesure où leur vie professionnelle, et leur collaboration avec des firmes pharmaceutiques, ne peut être considérée comme relevant de la vie privée ».

 

Laurette Onkelinx, interpellée, mercredi, par Thérèse Snoy, a reconnu qu’il n’y avait aucune objection à publier les conflits d’intérêts des experts scientifiques du commissariat Influenza. Pour l’heure, la liste de ces experts reste pourtant secrète. De même que leurs éventuels conflits d’intérêts.



Source: Le Soir



 Commentaires d'Initiative Citoyenne: Tout d'abord, un commentaire sur la chronologie. "Ecolo dénonce" le jeudi, peu de temps après qu'Initiative Citoyenne ait "ouvert la voie"... Ensuite, la publication des liens d'intérêts est encore bien trop insuffisante.Les études prouvent qu'une fois un conflit présent, il ne suffit pas de le déclarer pour que l'influence indésirable cesse. En outre, les règles de la psychologie sociale nous apprennent qu'au sein d'un groupe, un petit noyau d'experts inféodés ou même parfois un seul individu lié peut exercer une influence forte sur l'ensemble des autres membres du groupe.

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Grippe A H1N1
commenter cet article
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 14:58

jeudi 25 novembre 2010

 

La ministre de la Santé, Laurette Onkelinx, a rappelé lors de la Commission Santé son souhait qu’un audit soit réalisé sur cette gestion.

 

La ministre de la Santé, Laurette Onkelinx, a évoqué mercredi en Commission Santé la manière dont la pandémie de grippe H1N1 a été gérée en Belgique et rappelé son souhait qu’un audit soit réalisé sur cette gestion, à la suite notamment de critiques dans la presse sur l’impartialité de certains experts du Commissariat Influenza. Son président, Marc Van Ranst, n’a pas souhaité réagir.

 

La presse a fait état ces derniers jours de conflits d’intérêts entre des experts du Commissariat interministériel Influenza et la société pharmaceutique GSK.

 

Le président du Commissariat Influenza, Marc Van Ranst, était notamment cité.

 

Jeudi, plusieurs membres de l’association Initiative Citoyenne se sont par ailleurs constitués partie civile et ont déposé plainte contre X pour coalition et corruption de fonctionnaires, dénonçant notamment ces conflits d’intérêts.

 

La ministre de la Santé, Laurette Onkelinx, n’avait pas reçu de copie de la plainte jeudi après-midi mais a réagi mercredi aux articles de presse en Commission Santé.

 

Elle a indiqué ne pas disposer de la liste des conflits d’intérêts des experts du Comité Influenza et rappelé que la majorité d’entre eux sont également membres du Conseil supérieur de la Santé.

 

La ministre a renvoyé aux explications du président du Comité scientifique Influenza, le professeur Van Laethem. Celui-ci a répondu dans le quotidien Le Soir que « tous les experts, quels qu’ils soient, sont, de par leur métier et leur expertise, amenés à être en contact avec des firmes pharmaceutiques mais cela ne veut pas dire qu’ils ne disposent pas de toute l’indépendance nécessaire dans le cadre de leur mandat au sein du Comité scientifique Influenza ».

 

La ministre a ajouté qu’elle avait essayé de prouver « à maintes reprises son souci de transparence » dans le cadre de la gestion de la pandémie et rappelé qu’un point de la situation était réalisé à intervalles réguliers et que la gestion de la grippe H1N1 a également fait l’objet de discussions lors du Conseil informel Santé en juillet dernier.

 

Laurette Onkelinx a enfin indiqué avoir pris des mesures pour qu’une évaluation objective de la gestion de la crise en Belgique soit réalisée, mais que la chute du gouvernement n’avait pas permis de lancer un appel d’offres pour cet audit. Elle espère que le futur gouvernement remettra ce projet sur la table.

 

De son côté, le président du Commissariat Influenza, Marc Van Ranst, n’a pas souhaité réagir jeudi.

 

(Belga)

 

Source: Le Soir

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Grippe A H1N1
commenter cet article
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 14:53

RICARDO GUTIERREZ

 

jeudi 25 novembre 2010

 

La plainte déposée au parquet de Bruxelles vise toutes les personnes qui auraient abusivement tiré bénéfice du contrat du contrat de 110 millions d’euros passé par l’Etat, le 22 juillet 2009, avec la firme GSK, puis de la campagne de vaccination qui a suivi.

 

Nouvelle offensive judiciaire contre les promoteurs du vaccin anti-grippe A/H1N1. Les avocats Georges-Henri Beauthier et Philippe Vanlangendonck ont déposé plainte pour corruption et coalition de fonctionnaires, mercredi, au parquet de Bruxelles.

 

Quatre membres du collectif Initiative Citoyenne, dont un médecin, se sont constitués partie civile. Ils s’estiment « moralement et physiquement lésés » par la propagande unilatérale en faveur du vaccin.

 

Elément déclencheur : les récentes révélations sur les conflits d’intérêts que présentaient cinq des quinze experts qui ont recommandé le vaccin au gouvernement (« Le Soir » de samedi).

 

La plainte vise toutes les personnes qui auraient abusivement tiré bénéfice du contrat du contrat de 110 millions d’euros passé par l’Etat, le 22 juillet 2009, avec la firme GSK, puis de la campagne de vaccination qui a suivi. Les plaignants dénoncent une coalition de fonctionnaire et des faits de corruption qui pourraient concerner quatre instances (citées dans la plainte) : le ministère de la Santé publique, l’Agence fédérale des médicaments (AFMPS), le Commissariat Influenza, ou le cabinet de la ministre de la Santé publique.

 

Les plaignants s’appuient notamment sur l’enquête menée, en juin, par le « British Medical Journal » sur les conflits d’intérêts des experts qui sont intervenus dans la gestion de la grippe A/H1N1, au niveau de l’Organisation mondiale de la santé (OMS)… Une investigation qui met notamment en cause un expert belge.

 

La plainte rappelle que la composition du comité scientifique qui a recommandé le choix du vaccin, en Belgique, reste secrète. Mais une enquête publiée par la revue « Politique » démontre qu’un tiers au moins de ces experts sont liés à la firme qui a obtenu le marché, GSK.

 

Me Beauthier et Me Vanlangendonck estiment que des fonctionnaires ou des personnes appelées à exercer une fonction publique ont détourné le fonctionnement normal du service public « à des fins servant des intérêts particuliers mercantiles ». En clair : des « ventes massives du vaccin prototype Pandemrix ». Les avocats invoquent une « coalition de fonctionnaires », mais aussi une violation des lois sur l’expérimentation humaine, sur la liberté thérapeutique, sur le droit des patients… Ils demandent qu’une enquête fasse la lumière sur les « relations corrompues » qui lient, d’après eux, des décideurs politiques, des experts et des industriels « impliqués dans cette fraude qui s’est installée en Belgique avec les contrats secrets d’achats massifs de vaccins et d’antiviraux en 2009 ».

 

Source: Le Soir

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Actions d'Initiative Citoyenne
commenter cet article
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 14:20

 

 
Communiqué de presse du 25 novembre 2010 (résumant la conférence de presse du même jour): ICI

Vaccin H1N1: plainte contre X pour coalition et corruption (RTBF INFO)
 
 25.11.10 - 21:00
 
Quatre membres de l'association Initiative Citoyenne se sont constitués partie civile et ont déposé plainte jeudi contre X pour coalition et corruption de fonctionnaires. Ils veulent que toute la lumière soit faite notamment sur les conflits d'intérêts des experts.
 

Les parties civiles entendent bien en savoir plus également sur la manière dont le contrat pour le vaccin a été passé avec la firme pharmaceutique GSK.

 

Une plainte a été déposée en juin dernier au parquet de Bruxelles mais les avocats d'Initiative Citoyenne ont déjà été avertis qu'elle serait classée sans suite. Cette constitution de partie civile fait suite à cette plainte et vise à obtenir qu'une enquête soit menée, ont expliqué Maîtres Georges Henri Beauthier et Philippe Vanlangendonck.

 

L'association Initiative Citoyenne dénonce le secret qui a entouré et entoure encore la conclusion du contrat pour le vaccin de la grippe H1N1 et les recommandations sur la vaccination.

 

Cette "opacité" du processus a déjà été dénoncée par plusieurs autorités internationales et médias, indiquent les membres de l'association dans leur plainte, mais également l'indépendance des experts qui ont recommandé la vaccination et le choix du vaccin H1N1.


"Nous sommes dans un système de relation corrompue entre experts et industrie. Il n'y a plus d'indépendance", expliquent-ils, ajoutant que contrairement à ce que certains experts mis en cause ont répondu, il est "tout à fait possible de trouver des experts compétents sans aucun lien problématique" avec l'industrie.

 

SOURCE: RTBF INFO/BELGA

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Actions d'Initiative Citoyenne
commenter cet article
23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 01:47

Ce lundi 22 novembre au soir, le 1er titre du JT de RTL concernait les conflits d'intérêts des experts dans l'affaire du H1N1. On a ainsi pu entendre les propos du Dr Van Laethem, président du groupe scientifique "Influenza" mais néanmoins aussi consultant pour plusieurs industries pharmaceutiques dont GSK.

 

Pour ce spécialiste, qui a fait (ou fait encore?) partie de la commission " Transparence" du Ministère de la Santé publique selon un site de l'UCL "La firme pharmaceutique ne sait pas fonctionner sans essayer un certain nombre de produits et sans prendre l'avis des scientifiques censés être les plus compétents dans le domaine en question. Et les scientifiques ne peuvent pas essayer ces produits et faire améliorer la santé de la population sans avoir de nouveaux produits à leur disposition et donc il y a inévitablement une intertrication entre le privé et le public qui existe dans tous les pays du monde." :

 

 
 
Et voici à présent ce qu'en pense le sénateur français François Autain, aussi médecin, et ancien président d'une commission d'enquête sur le H1N1:

 

 

Et il n'est pas le seul puisque d'autres médecins, belges y compris ont déjà dénoncé le caractère particulièrement malsain de ce type de confusion des genres. Ainsi, P. Chevalier, M. Van Driel et M. Demevere avaient co-signé un article sur le sujet dans la revue d'Evidence Based Medecine Minerva, en 2007 déjà.

 

Quant aux "belles promesses" du Conseil Supérieur de la Santé (CSS) qui parle de "plus de transparence" et de "règles plus strictes" à l'avenir, comment y croire encore alors que le Vif du 14 novembre 2008 nous apprenait déjà que 4 des 5 experts qui avaient fait les recommandations pour les vaccins HPV (Gardasil & Cervarix) avaient des liens avec GSK et Sanofi Pasteur?

 

L'affaire du H1N1 a bien montré qu'entre temps, RIEN n'avait réellement changé et d'ailleurs, tout récemment encore, cet organisme a eu l'indécence d'invoquer "le droit au respect de la vie privée" pour mieux taire les informations gênantes.

 

Si le CSS n'avait pas remis au lendemain ce qu'il pouvait déjà corriger et améliorer en 2008, alors il est bien possible que ce scandale du H1N1 aurait pu être évité et que nous, Belges, aurions au moins eu une petite chance d'imiter en bon sens l'inévitable Exemple polonais.


Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Conflits d’intérêts -experts
commenter cet article

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA