Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 décembre 2016 3 07 /12 /décembre /2016 15:33

Immanquable du début à la fin pour comprendre enfin COMMENT ça marche et POURQUOI vous risquez tellement gros, vous et vos enfants en suivant aveuglément les avis et recommandations officielles...

 

Diffuser cela sauvera assurément des vies!

 

 

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2016 2 06 /12 /décembre /2016 11:23

"Concertation citoyenne sur la vaccination"

 

Après une année de dur labeur le comité́ d’orientation (soi-disant indépendant) sur la vaccination, missionné par la ministre de la « Santé », Marisol Touraine, a remis son rapport.

Vaccination: contraindre pour convaincre? Un rapport délirant...
Vaccination: contraindre pour convaincre? Un rapport délirant...
Vaccination: contraindre pour convaincre? Un rapport délirant...

De 3 vaccins obligatoires nous passons à 11 vaccins obligatoires. 

 

Une obligation temporaire à durée indéterminée ou plutôt incertaine. 

Vaccination: contraindre pour convaincre? Un rapport délirant...

Clause de conscience aléatoire

 

Cette clause de conscience peut être supprimée. Elle n’est pas valable pour être acceptée en collectivité.

Vaccination: contraindre pour convaincre? Un rapport délirant...

Les vaccins obligatoires seront gratuits. (pris en charge par l’assurance maladie).

 

Les effets indésirables des vaccins seront pris en charge par l’Office National d’indemnisation des accidents médicaux (c.à.d. le contribuable).

 

Il faut savoir qu’environ 9 fois sur 10, les accidents post-vaccinaux ne sont pas reconnus. 

Vaccination: contraindre pour convaincre? Un rapport délirant...
Vaccination: contraindre pour convaincre? Un rapport délirant...

Rappel

 

Il faut savoir que le dogme vaccinal ne correspond plus aux découvertes de l’immunologie moderne.

 

Si on vaccine encore de nos jours à travers le monde, c’est grâce aux mensonges et à la corruption.

 

Source: le site de René Bickel

Vaccination: contraindre pour convaincre? Un rapport délirant...
Partager cet article
Repost0
5 décembre 2016 1 05 /12 /décembre /2016 09:17

Très tôt par rapport à ce projet de concertation citoyenne sur la vaccination en France, nous avions dénoncé le caractère bidon de cette démarche qui ne devait leurrer personne car elle était uniquement destinée à donner l'illusion que le public aurait son mot à dire. En réalité, il n'y a jamais eu d'autre but à cette démarche que de trouver le plus d'astuces possibles pour vacciner toujours plus toujours plus de monde du berceau à la tombe, malgré la défiance accrue que les vaccins suscitent à très juste titre. Aussi, quand des lecteurs de ce site nous contactaient pour demander que nous publiions de façon plus explicite les liens officiels d'accès pour pouvoir ajouter des contributions écrites dans le cadre de cette concertation, nous ne nous sommes guère empressés de le faire, sachant d'expérience l'ampleur de la censure et du filtrage qui étaient à l'oeuvre (et nous avons eu d'ailleurs plusieurs témoignages d'une telle censure).

 

Est-il alors étonnant de lire que le Comité de Concertation présidé par l'immunologue Fischer (dont les conflits d'intérêts avec Sanofi ne sont pas nuls, soulignons-le au passage...) a remis son rapport en préconisant de rendre... 11 vaccins obligatoires, estimant que la population n'avait pas suffisamment confiance dans la vaccination pour lever les obligations actuellement en vigueur?!

 

Non hélas, c'était dans la ligne des possibilités car les fanatiques de vaccins haïssent véritablement la liberté; ils ne peuvent accepter le principe des exemptions que si celui-ci n'a pas trop de succès, ne tolérant pas que leur dogme soit rendu impossible dans les faits par LE LIBRE CHOIX ET LA LIBRE CONSCIENCE DES PERSONNES MAÎTRES DE LEURS CORPS...

Concertation citoyenne bidon sur la vaccination: nous avions vu juste! Les 11 vaccins obligatoires proposés par le Comité le prouvent!

Les milliers de pages de ce site sont plus que suffisantes pour prouver que la vaccination est devenue une pratique indéfendable, inutilement dangereuse et coûteuse à tous égards dont les jours sont  assurément comptés, tant le nombre de victimes de cette frénésie ne pourra que mécaniquement exploser dans les mois et années à venir jusqu'à un changement total de paradigme. Préférer croire à des dogmes jamais prouvés et accepter que ses enfants reçoivent des vaccins dont l'évaluation n'a jamais été scientifique et rigoureuse en plus de 200 ans d'existence, ce n'est pas agir en bon père ou bonne mère de famille et c'est menacer l'avenir entier de ses enfants dans un contexte où les autorités et les médecins vaccinateurs n'assumeront nullement les conséquences de leurs actes et de leurs recommandations! Nous invitons par conséquent chacun à s'interroger sur les choix décisifs à faire, entre une peur panique et irrationnelle d'une poignée de maladies infectieuses à l'exclusion de toute autre considération et la nécessaire prudence face à des risques graves, incontrôlables et mal évalués dont chaque jour apporte tristement les preuves en matière de vaccination et ce, partout dans le monde. Finalement, ces démarches courues d'avance, aux résultats prévisibles, ne doivent vraiment plus leurrer personne. Le parallèle est ici parfait entre ce genre de recommandations surréalistes de ce Comité français et l'avis que le Comité national belge de bioéthique a rendu sur la légitimité de l'obligation vaccinale, tel qu'annoncé en grande pompe le 18 mai dernier par le Conseil Supérieur belge de la Santé. Ce que le Conseil supérieur belge a prétendu annoncer comme s'il y avait là la moindre surprise ou le moindre suspense, était en réalité aussi prévisible que les élucubrations du Comité Fischer qui ne cherchait lui aussi qu'un blanc-seing à la poursuite de la frénésie vaccinale actuelle. 

 

Nous vous proposons à présent quelques avis additionnels, liens et vidéos sur les coulisses et enjeux de cette concertation bidon sur les vaccins...

 

« Depuis la publication du rapport du comité d'orientation sur la vaccination, je voudrais  faire part de ma profonde inquiétude, comme pour la partager quand on pressent une catastrophe imminente.

 

Aujourd'hui le problème majeur et de plus en plus préoccupant pour nos sociétés n'est pas celui des maladies infectieuses, aussi graves qu'elles puissent être, mais la montée des maladies chroniques, dégénératives et invalidantes, frappant même de tout jeunes enfants, paralysant l'activité professionnelle de leurs parents et perturbant profondément leurs frères et sœurs pour toute leur vie.

 

Nous savons, oui nous savons, ce n'est plus une hypothèse, que les vaccinations sont une des principales causes de la flambée d'autisme et des atteintes démyélinisantes, pour ne mentionner que cela.

 

J'ose espérer que les membres du comité d'orientation n'avaient pas visionné le film ''Vaxxed : de la dissimulation à la catastrophe'' réalisé par Andrew Wakefield et que Robert de Niro voulait présenter à son festival car comment soutenir alors de telles propositions la conscience tranquille ? »

Bernard Guennebaud, Dr ès sciences et mathématicien sur son site consacré à la question des vaccins.

Concertation citoyenne bidon sur la vaccination: nous avions vu juste! Les 11 vaccins obligatoires proposés par le Comité le prouvent!
Partager cet article
Repost0
30 novembre 2016 3 30 /11 /novembre /2016 22:04

Le nombre d’hospitalisations liées à une maladie de type polio passe à 9 après la mort d’un enfant

 

Fox News.com, 2 novembre 2016

 

 

Daniel Ramirez est décédé d’une maladie que les médecins pensent être une myélite  flasque aiguë

Le nombre d’hospitalisations liées à une maladie de type polio passe à 9 après la mort d’un enfant

La famille Ramirez a ouvert un compte pour venir en aide aux soins médicaux de ces enfants. Ils ont fait parvenir cette photo

 

Des responsables de la Santé de Washington ont déclaré mardi qu’ils enquêtaient sur un groupe de malades atteints d’une maladie de type polio. Neuf enfants ont jusqu’ici été hospitalisés et un garçon de 6 ans est décédé.

 

Le Seattle Times a rapporté qu’un porte-parole du département de la Santé de l’état a confirmé que deux des neuf enfants hospitalisés ont été testés positifs pour une maladie à virus rare, connue sous le nom de myélite flasque aiguë (AFM). Le département signale que ces enfants ont tous perdu de la force dans un ou plusieurs de leurs membres ou ne peuvent plus faire de mouvements. Le Centre Américain de Contrôle et de Prévention des Maladies (CDC) a signalé une augmentation des cas de myélite flasque aiguë de 2015 à 2016.

 

Il n’y a rien qui indique une cause individuelle pour aucun des cas ou un quelconque lien entre les cas » a déclaré Julie Graham au Seattle Times. Les enfants ont entre 3 et 14 ans.

 

Le garçon qui est décédé au cours du week-end, connu sous le nom de Jonathan Daniel Ramirez Porter de Bellinham était soupçonné avoir souffert de myélite flasque aiguë. […]

 

Les médecins disent que la myélite flasque aiguë n’est pas contagieuse, mais qu’il n’existe aucun vaccin pour cette maladie. Cette maladie semble être une réaction anormale à diverses affections, y compris le virus du Nil occidental et le rhume.

 

Les parents Ramirez ont déclaré aux médias locaux que l’enfant avait été envoyé à l’hôpital avec des symptômes de rhume et des étourdissements. En quelques heures, il fut paralysé et ne put jamais récupérer.

 

Les officiels ont déclaré que cinq enfants étaient sortis des hôpitaux locaux.

 

Deux cas de myélite flasque aiguë ont aussi été enregistrés dans l’état de Washington il y a deux ans. Un de ces patients est resté paralysé à partir du cou.

 

Source : Foxnews

Partager cet article
Repost0
29 novembre 2016 2 29 /11 /novembre /2016 13:38

Après 3 ans d’horribles souffrances, une jeune fille de 19 ans décède des suites du vaccin Gardasil

 

Health Impact News – VAXXED, 13 novembre 2016

 

Interview par Polly Tommey

Après 3 ans d’horribles souffrances, une jeune fille de 19 ans décède des suites du vaccin Gardasil

Kate était une athlète accomplie avant qu’elle ne reçoive le vaccin Gardasil. Elle est décédée à l’âge de 19 ans après des années de souffrance

 

Le film VAXXED continue d’être présenté dans de nombreuses villes des Etats-Unis. L’équipe de tournage se rend également dans ces villes pour parrainer des séances de questions-réponses après le tournage. Le producteur du film Del BigTree affirme que l’histoire du lanceur d’alerte qui a dénoncé la dissimulation du CDC et que raconte le film  est plus spectaculaire encore que le Watergate.

Après 3 ans d’horribles souffrances, une jeune fille de 19 ans décède des suites du vaccin Gardasil

Le bus VAXXED qui transporte l’équipe de tournage de ville en ville

 

L’équipe de tournage filme également les parents d’enfants dont la santé a été endommagée ou qui sont décédés après les vaccins. Dans chaque ville, l’équipe trouve des familles qui ont souffert des vaccins et qui déclarent unanimement : « si nous avions été mis au courant des effets secondaires que peuvent produire les vaccins avant de nous rendre chez les médecins qui rarement ou jamais n’évoquent les effets secondaires possibles ou les risques des vaccins !!

 

Dans la vidéo, une maman en pleurs parle de la décision la plus importante et la plus dramatique de sa vie : autoriser que sa fille, brillante étudiante et athlète de haut niveau, reçoive le vaccin HPV. Elle précise qu’elle le regrettera pour le restant de ses jours.

Après 3 ans d’horribles souffrances, une jeune fille de 19 ans décède des suites du vaccin Gardasil

                                Kate plus jeune avec sa petite soeur

 

Après le vaccin, la santé de sa fille a commencé à se dégrader. Les trois dernières années de sa vie, elle a souffert de terribles douleurs et devait être alimentée par sonde gastrique. Elle est morte tragiquement à l’âge de 19 ans.

Après 3 ans d’horribles souffrances, une jeune fille de 19 ans décède des suites du vaccin Gardasil

Polly tente de consoler la maman de Kate tragiquement disparue

Après 3 ans d’horribles souffrances, une jeune fille de 19 ans décède des suites du vaccin Gardasil

Del BigTree, le réalisateur du film, est bien placé pour connaître la détresse de la maman

Après 3 ans d’horribles souffrances, une jeune fille de 19 ans décède des suites du vaccin Gardasil

Polly colle la photo de Kate sur le tableau de bord du car et dit à la maman :

 

« Elle va continuer le combat avec nous. Elle sera avec nous sur toute la route »

Après 3 ans d’horribles souffrances, une jeune fille de 19 ans décède des suites du vaccin Gardasil
Partager cet article
Repost0
29 novembre 2016 2 29 /11 /novembre /2016 12:53

Existe-t-il une science objective qui permettrait de justifier les programmes de vaccination contre le HPV ?

 

Health Impact News, 19 octobre 2016

Existe-t-il une science objective pour fonder les programmes vaccinaux contre le HPV?

Au début de cette année Lucija Tomljenovic, PhD a présenté une conférence au cours du 4ème Symposium International sur les Vaccins à Leipzig, Allemagne. La conférence avait comme titre : Y a-t-il des preuves objectives que les programmes actuels de vaccination contre le HPV ne soient pas justifiés ?

Existe-t-il une science objective pour fonder les programmes vaccinaux contre le HPV?

Le Dr Tomljenovic se demande : où se trouvent les preuves, le cas échéant, que le vaccin contre le HPV prévient le cancer du col de l’utérus, et par conséquent puisse offrir des avantages à long terme ? Ces avantages doivent pouvoir être mis en balance avec les réactions indésirables graves, comme le Syndrome de Tachycardie Orthostatique Posturale, l’Insuffisance Ovarienne Primaire dues au vaccin, parmi beaucoup d’autres maladies auto-immunes.

 

Les essais cliniques ont montré que le vaccin pouvait empêcher une partie des lésions causées par les virus HPV 16 et 18. Et donc, de toute évidence on en a déduit qu’il était probable que le vaccin puisse prévenir le cancer du col de l’utérus.

 

La question qui se pose est celle-ci : quelqu’un peut-il faire un tel bond pour aboutir à pareille conclusion ?

 

Dernière diapositive de la conférence :

Existe-t-il une science objective pour fonder les programmes vaccinaux contre le HPV?

Est-il conforme à l’éthique de faire prendre des risques de décès ou de maladies auto-immunes invalidantes à de jeunes pré-adolescentes pour un vaccin qui n’a pas encore empêché un seul cas de cancer du col de l’utérus, une maladie qui peut se développer de 20 à 30 ans après une exposition au HPV, alors que les mêmes résultats peuvent être obtenus par des frottis réguliers, et qui ne comportent aucun risque ?

 

Source : Health impact news

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2016 1 28 /11 /novembre /2016 21:13

Un enfant de deux mois décède après une vaccination

Un Xème enfant de deux mois décède après une vaccination (combien en faudra-t-il encore pour comprendre??!!)

Sakshipost, 04.11.2016

 

Hyderabad : Hemapriya, un bébé de deux mois décède un jour après avoir reçu un vaccin administré par une infirmière à l’hôpital de Madchal.

 

« Ma fille est tombée malade après avoir reçu le vaccin pentavalent. On l’a ensuite retrouvée morte avec saignements du nez », a déclaré le papa, P.Konda Reddy.

 

L’inspecteur K. Ganesh a enregistré l’affaire en vertu de l’article 304-A du CIB (négligence ayant causé la mort) et essaie de déterminer les faits qui ont entraîné la mort de l’enfant.

 

« Nous ne poursuivrons l’enquête que quand nous disposerons des détails que pourra nous donner le rapport d’autopsie, a déclaré Ganesh.

 

Le médecin du district de Medchal, le Dr Bhanu Prakash a expliqué que le drame avait pu se produire parce que l’enfant avait un problème de santé sous-jacent qui n’avait pas été diagnostiqué. Il ajoutait que 36 nourrissons avaient reçu le même vaccin le même jour sans qu’aucune plainte n’ait été déposée.

 

La maman de l’enfant déclare être rentrée à la maison après que le nourrisson ait été vacciné. Elle précise que le bébé a commencé à pleurer et transpirait abondamment. La maman a pensé que ces manifestations pouvaient être dues à la causticité de la vaccination.

 

Le bébé s’est arrêté de pleurer quand la maman a commencé à le nourrir, puis il s’est endormi. Aux environs de 3h.30 quand la maman s’est réveillée, elle a vu que du sang avait coulé du nez de l’enfant. Le temps d’alerter la famille, le bébé était  déjà mort.

 

Source : Sakshipost.com

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2016 7 27 /11 /novembre /2016 23:28

LAOS

Cas rare d’un petit garçon de 8 ans qui décède d’un virus polio d’origine vaccinale

 

                                    Par Ariana Eunjung, 12 octobre 2016 

Un agent sanitaire administre un vaccin polio oral à un petit Pakistanais

Un agent sanitaire administre un vaccin polio oral à un petit Pakistanais

L’Organisation Mondiale de la Santé a rapporté qu’un virus de la polio a paralysé un petit garçon Laotien de 8 ans qui est décédé 5 jours plus tard.

 

Ce cas est considéré comme étant la première infection dans le pays depuis 1993. Il fait partie d’une réémergence alarmante de la poliomyélite dans le monde au cours des derniers mois.

 

L’Ukraine et le Mali – deux autres pays où le virus avait été éradiqué – ont également signalé de nouveaux cas de poliomyélite.

 

Les responsables de l’OMS ont indiqué que la séquence génétique avait montré que le virus provenait d’un vaccin oral et qu’il pouvait circuler dans la province de Bolikhamxay au Laos  depuis plus de deux ans. Le vaccin antipoliomyélitique oral contient un virus affaibli, et quand un enfant est vacciné, le virus se réplique dans l’intestin et est excrété par l’individu. Dans les endroits où il y a des problèmes d’hygiène et d’assainissement, ce virus peut infecter d’autres personnes de la communauté avant de disparaître.

 

Quand une population est fortement sous-immunisée, ce virus peut circuler pendant longtemps et muter sous une forme qui peut créer des paralysies. Le district où l’enfant a vécu au Laos avait des taux de vaccination chroniquement faibles : 40 à 66% entre 2009 et 2014 et 44% en 2015 pour 3 doses du vaccin polio oral. Avant cette récente infection, le Laos était exempt de poliomyélite depuis 1993, date à laquelle son dernier cas de poliovirus sauvage indigène a été signalé.

 

L’OMS a fait savoir que le Ministère de la Santé du pays, en collaboration avec l’OMS, l’UNICEF et le CDC américain  a envoyé une équipe au village où avait vécu le petit garçon pour recueillir des échantillons de selles, et ensuite activer une vaccination d’urgence pour la province et autres provinces adjacentes.

 

Les responsables de la Santé ont indiqué que le risque de propagation du virus du Laos vers d’autres pays, à partir, et vers la zone concernée était faible, étant donné que les déplacements vers ces régions étaient relativement limités et que des vaccinations d’urgence avaient été envisagées.

 

En septembre, l’OMS a déclaré que le poliovirus était de nouveau présent en Europe après un sursis de 5 ans, paralysant des enfants de 4 ans et de 10 mois en Ukraine. Les deux cas furent détectés dans la partie sud-ouest du pays- à la frontière avec la Roumanie, la Hongrie, la Slovaque et la Pologne. La souche responsable de ces cas était d’origine vaccinale (vaccin polio type 1) et pouvait encore constituer une menace pour la région.

 

Le même mois, l’Afrique a connu la première infection polio quand un enfant de 19 mois de nationalité Guinéenne fut paralysé.

 

L’OMS a insisté sur le fait que le risque d’infection par la polio provenant de virus vaccinaux « pâlissait en importance » par rapport aux avantages pour la santé associés au virus polio oral. Il est dit que chaque année des  centaines de milliers de cas de polio sauvage sont empêchés par les vaccins.

 

Source: Washingtonpost

 

Voir aussi:

 

Inde : La maladie causée par le vaccin : deux fois plus meurtrière

 

Dr S.Humphries : les vaccins ont-ils vraiment éradiqué la polio

 

Vaccination polio : désinformation et intimidation des communes

 

Vaccination polio dans le Tiers Monde : l’envers du décor ?

 

Deux jumelles décèdent après la vaccination polio

 

Pr Luc Montagnier : les vaccinations de masse ont été désastreuses

 

Vaccination polio : SV40 et cancer

 

Le vaccin polio qu’on prétend si sûr

 

Un nouveau virus type polio provoque des paralysies

 

Réponse d'Initiative Citoyenne à l'Association belge des paralysés (ABP)

 

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2016 6 26 /11 /novembre /2016 13:52

Ils ont perdu toute leur joie de vivre… tous leurs sourires…

Des triplés deviennent autistes après le vaccin Prevenar (pneumocoques)

VAXXED Stories Channel, 27 octobre 2016

 

Richie, Robbie et Claire étaient des triplés en parfaite santé. Ils étaient heureux et très actifs. A la suite du vaccin antipneumococcique qu’ils ont reçu à neuf mois, leur santé s’est dégradée. Ils ont finalement reçu le diagnostic de graves troubles du spectre autistique. Sept ans plus tard, les parents  ont appris que le vaccin qu’avaient reçu leurs enfants était contaminé, et qu’il avait été retiré du marché une ou deux semaines après que leurs enfants furent vaccinés. Ce vaccin avait aussi tué un enfant de deux ans.

Des triplés deviennent autistes après le vaccin Prevenar (pneumocoques)

Quand les parents refusèrent que leurs enfants soient à nouveau vaccinés, ils furent exclus des services pédiatriques. On leur expliqua aussi qu’ils ne pouvaient pas s’engager dans des poursuites. Les parents n’avaient pas non plus eu connaissance de l’existence du « National Vaccine Injury Compensation Program » qui leur aurait permis de déposer une requête en indemnisation, mais la date limite était malheureusement dépassée.

 

Les parents ont dépensé des centaines de milliers de dollars pour essayer de rendre la santé à leurs enfants.

 

« Ils ne s’intéressaient plus à rien ni à personne; ils avaient perdu leur sourire ; ils vivaient enfermés dans leur petit monde; ils ne se regardaient plus, ne se serraient plus la main…Les dommages causés par les vaccins sont bien réels. On nous a dit que le problème était génétique. Plus tard, des généticiens nous ont dit qu’il n’était pas possible que trois enfants se referment ainsi sur eux-mêmes le même jour. La chose était statistiquement impossible, d’autant plus qu’il s’agissait de deux garçons et d’une fille. »

Source : Vaccinechoiceprayercommunity

 

Commentaire de Laura Hayes :

 

Nous voulons espérer que cette bouleversante histoire sera susceptible de réveiller beaucoup de monde à l’affreuse vérité… que les dommages causés par les vaccins sont bien réels et pas si rares qu’on veut bien nous le faire croire. Je voudrais fortement recommander de prendre 15 minutes pour découvrir l’histoire de ce couple et de ce qui est arrivé à leurs trois petits enfants dans les heures qui ont suivi l’administration d’un seul vaccin à l’âge de 9 mois. Leur histoire est claire et malheureusement tragique, et les dommages causés par le vaccin indéniables.

 

Cette histoire souligne qu’aucun de ceux qui profitent des vaccins ne peut, en aucune manière, être rendu responsable des graves et irréversibles dommages  infligés à ces trois précieux bébés…pas un seul ! Comme toujours, les parents sont abandonnés à leur triste sort…inadmissible !

 

Voir aussi

 

Le vaccin Prevenar est-il un vaccin sûr et sans danger?

 

Prevenar 13: documents confidentiels accablants/ risques neurologique de la double vaccination

 

PREVENAR DE 7 A 13 : LE MARKETING VACCINAL DANS TOUS SES ETATS.

 

Prevenar: les coulisses d'une médiatisation bien huilée

 

La presse et les conflits d'intérêts avec cette vaccination antipneumococcique

 

Un  autre regard sur le vaccin Prevenar

 

Livio, handicapé à 80% suite aux vaccins Prevenar et Infanrix Quinta

 

Vaccination (Prevenar) dans le Tiers Monde: le principe des soldes

 

Réaction grave aux vaccins Infanrix Quinta et Prevenar: témoignage

 

Ayana dans le coma le lendemain de sa vaccination par Infanrix hexa + Prevenar

 

Suspension des vaccins Prevenar et Rotateq au Portugal après effets secondaires graves

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2016 3 23 /11 /novembre /2016 20:02

Décès après vaccination en Namibie : 

des parents intentent un procès

Décès après vaccination en Namibie : des parents intentent un procès

Par Tuyeimo Haidula, 05.08.2016

 

SIX parents dont les bébés sont décédés après avoir été vaccinés ont contacté le Centre d’Assistance Juridique pour  qu’il les aide à poursuivre le Ministère Namibien de la Santé.

 

Le journal The Namibian a enregistré que 21 bébés sont morts dans le pays depuis 2006 après avoir reçu les vaccins qui sont normalement administrés à des enfants de six semaines et douze semaines. Ces enfants seraient morts  de ce qu’on a appelé le « syndrome de la mort subite du nourrisson ».

 

Cinq de ces cas enregistrés en juillet de cette année dans la seule région de Windhoek ont été provoqués par des complications qui ont fait suite à la vaccination contre la rougeole et la rubéole.

 

Le Ministère de la Santé et des Services Sociaux n’a pas répondu aux questions détaillées envoyées au Bureau des Relations Publiques, il y a une semaine.

 

Des tentatives de contacter le Ministre Bernard Haufiku, ainsi que le Secrétaire permanent Andreas Mwoombola ont aussi eu lieu.

 

Le téléphone du Ministre avait été débranché, et Mwoombola ne répondait pas aux messages qui lui étaient adressés.

 

Le Dr Theopolina Tueumuna, ancien médecin namibien spécialisé en santé publique, santé maternelle et infantile, a défendu les campagnes en disant que la plupart des enfants souffraient de malnutrition en Namibie et qu’il était probable que certains enfants en meurent. Le Dr Tueumuna a déclaré que lors de l’épidémie de rougeole d’octobre 1986 à janvier 1987 principalement traitée à l’hôpital d’Oshakati, 83 des 554 enfants de trois ans et demi qui avaient été admis à l’hôpital sont morts de complications de la rougeole, principalement de pneumonie.

 

« Aucun des 83 enfants décédés n’avait préalablement reçu le vaccin contre la rougeole. Parmi les survivants, six sont devenus définitivement aveugles. La quasi-totalité des 554 enfants qui avaient été assez malades pour être admis à l’hôpital souffraient d’un certain degré de malnutrition.

 

Certains de mes patients qui sont morts de la rougeole étaient âgés de 10 à 12 ans », a déclaré Tueumuna.

 

Elle comparait les enfants namibiens à ceux qu’elle avait connus à Londres et qu’elle disait bien nourris. Elle ajoutait que ces enfants vivaient dans de bonnes maisons, avaient accès à des traitements de soutien et étaient bien alimentés.

 

L’avocat Sharen Zenda du Projet concernant la justice sociale et l’assistance légale (LAC – Legal Assistance Center) a confirmé que certains parents avaient contacté le Centre pour obtenir de l’aide.

 

Zenda a cependant spécifié qu’elle ne pouvait divulguer d’autres détails.

 

L’un des médecins, Yuri Vasin, qui a fait l’autopsie de certains enfants à Windhoek, a déclaré que le taux de décès des enfants namibiens de 6 à 12 semaines et liés aux vaccinations était inacceptablement élevé.

 

Le Dr Vasin de l’hôpital central de Windhoek a effectué une autopsie sur Jonas Paulus, un enfant de 6 mois, fils de Denny Mwanyekange, l’un des parents qui avait contacté le Centre ALC pour obtenir de l’aide.

 

Jonas est mort dans les bras de son père quatre heures après avoir reçu un vaccin en janvier de l’année dernière.

 

Le Dr Vasin  affirme que les bébés présentaient des symptômes identiques avant leur mort, peu de temps après avoir été vaccinés.

 

Bien que le Dr Vasin ne puisse pas donner de chiffres, il dit que la situation le préoccupait réellement. En 2008, il a écrit une lettre au Ministère de la Santé.

 

Il a demandé au Namibian d’exiger les résultats d’une enquête menée par le Ministère de la Santé, en collaboration avec l’Organisation Mondiale de la Santé au sujet des enfants concernés.

 

The Namibian comprend qu’après que les résultats des examens post-mortem du Dr Vasin aient été remis aux parents, ces derniers ont été confrontés au Ministère de la Santé qui leur a fait comprendre que ce médecin n’était pas qualifié pour établir pareils diagnostics.

 

Le Dr Vasin n’est pas d’accord sur ce point.

 

« Je possède une longue expérience dans ce domaine. Tous les bébés présentaient des symptômes identiques avant qu’ils ne décèdent peu de temps après avoir été vaccinés. Nous nous sommes inquiétés parce qu’il s’agissait bien plus que d’une coïncidence, et les chiffres étaient en augmentation », a-t-il souligné.

 

Il a également déclaré qu’en aucun cas il n’avait été contacté par le Ministère pour quelque contribution que ce soit au sujet des consultations avec les parents concernés.

 

Les parents  déclarent qu’ils ne sont pas satisfaits de la façon dont le Ministère de la Santé a traité leur cas.

 

Angelina Lazarus (23 ans) a conduit son fils le 9 avril dernier pour le faire vacciner. Quand elle est rentrée chez elle dans l’après-midi, le bébé a refusé d’être allaité. Il ne pouvait s’arrêter de pleurer.

 

Après avoir pleuré très longtemps, le bébé a fini par boire et à s’endormir.

 

« Aux environs de 16h.30, j’ai réalisé qu’il ne respirait pas. Sa langue était devenue noire, et il saignait du nez » déclare-t-elle, ajoutant qu’elle essaie toujours de faire face à la perte de son petit.

 

Son frère, Robert Lithete qui avait contacté le LAC, déclare que sa sœur souffrait énormément de l’absence de réponses – la police a refusé de lui rendre sa carte de santé et de lui donner les résultats de l’autopsie. Mwanyekange dont le fils Jonas Paulus avait été vacciné à la clinique d’Okuryangava à Windhoek, déclare que le bébé avait aussi refusé d’être allaité après avoir été vacciné et qu’il avait pleuré  d’une manière hystérique.

 

Le père désespéré explique qu’il a pris l’enfant pour essayer de le calmer. Mwanyekange a ajouté qu’il croyait que tout était redevenu normal quand l’enfant avait cessé de pleurer.

 

« Pendant que la maman préparait le repas, j’étais assis sous un arbre avec le bébé. Quand la maman voulut reprendre l’enfant, je l’ai aussitôt entendu hurler. Je voyais du sang qui sortait du nez et de la bouche du bébé », précise le père.

 

Le certificat d’examen post-mortem de Jonas Paulus montre que la mort du nourrisson était liée au vaccin.

 

Les parents ont expliqué au Namibian qu’il était très difficile pour eux de faire le deuil de leur petit à cause  des réponses vagues qu’ils avaient obtenues du Ministère.

 

« C’est la raison pour laquelle nous avons décidé de contacter le LAC. Nous voulons absolument savoir ce qui a provoqué la mort de notre fils. Bien que le médecin qui a réalisé l’autopsie ait déclaré que la mort était due au vaccin, le Ministère de la Santé nous a dit que ce médecin n’était pas qualifié. »

 

« Pourquoi dès lors engagent-ils des gens non qualifiés pour pouvoir déterminer la cause d’un décès ? On peut alors aussi se demander si les infirmières ne sont pas non plus qualifiées pour administrer des vaccins. Je vais les poursuivre en justice pour mon enfant », a-t-il souligné.

 

Mwanyekange déclare qu’il éprouve des difficultés à se concentrer à cause de l’image de l’enfant «ensanglanté» qui hante son esprit.

 

La façon dont il saignait était à ce point horrible à voir que j’ai tenté de me suicider. Il ne m’était plus possible de me concentrer sur mon travail. On m’a finalement donné congé. » a-t-il déclaré.

 

Victoria Kangala, dont le bébé de trois mois est décédé après avoir reçu le vaccin à la même clinique, a déclaré que son bébé n’était pas malade.

 

Kangala ajoute que le certificat de décès stipule que son fils est mort de pneumonie, bien qu’elle sache que c’est la vaccination qui l’a tué.

 

« Sa jambe était toute molle et il pleurait. Il a refusé d’être allaité; ses yeux étaient tout gonflés » dit Kangala qui ajoute qu’elle fut contrainte deux jours plus tard de conduire son fils à l’hôpital parce qu’il n’avait pas arrêté de pleurer et que tout son côté gauche était gonflé. Son poids et sa température n’avaient pas changé. Je rêve sans cesse de lui. Ce n’est vraiment pas facile, » déclare-t-elle.

 

Linus Festus a raconté au Namibian qu’il a perdu sa petite fille Natasha Soetmelk en décembre 2014.

 

Le rapport d’autopsie montre également que Natasha est morte des suites d’une vaccination.

 

Il explique que quand l’enfant est rentré à la maison à 15 heures après avoir reçu le vaccin, sa température a commencé à monter et il pleurait de façon incontrôlable.

 

« Après avoir fait quelques courses, nous sommes rentrés et nous sommes mis au lit.- Quand je me suis réveillé, explique Festus, j’ai vu que du sang sortait des yeux et de la bouche de Natasha et…elle avait cessé de respirer. »

 

Il explique aussi que la maman de l’enfant n’a pas pu s’arrêter de pleurer et lutte pour ne pas vouloir mourir.

 

«  Nous avons demandé de l’aide au LAC, car le Ministère nous a fait savoir que le médecin qui avait pratiqué l’autopsie n’était pas qualifié. Nous voulons des réponses. Pourquoi les résultats de cette autopsie ne seraient-ils pas corrects, alors que ce médecin a pratiqué de très nombreuses autopsies ? » a demande Festus.

 

Le Dr Vasin a expliqué au Namibian  que ce médecin avait pratiqué entre 8.000 et 9.000 autopsies. Il est en poste depuis 15 ans et explique que la plupart des cas proviennent de Khomas, Omaheke, Kharas, Hardap et Otjozondjupa.

 

Le Dr Vasin a expliqué que la tendance s’était remanifestée à Oshakati en 2007/2008 où de nombreux cas ont été enregistrés. La situation est devenue alarmante parce que rien de spécial ne s’était passé auparavant.

 

«  J’ai gardé une liste qui m’a permis de voir ce qui se passait à la vaccination de 6 semaines et si des décès se produisaient le même jour ou le lendemain. L’une des caractéristiques cliniques relevées était des cris profonds. Pas grand-chose n’a été signalé du côté du Ministère. Des lettres ont cependant été écrites. La tendance a repris fin 2015, début 2015 quand 3 cas ont été enregistrés dont deux dans notre département. Dans un cas aucune autopsie n’a été réalisée. »

 

Le Dr Vasin a déclaré que la vaccination exige des évaluations appropriées étant donné que toute procédure médicale peut avoir des effets secondaires légers ou graves, y compris la mort.

 

Source: Namibian

Partager cet article
Repost0

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA