Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 juillet 2014 2 08 /07 /juillet /2014 21:30
Alors que l'inimitable François Hollande souhaite établir la gratuité du vaccin Gardasil pour toutes les adolescentes françaises - une mesure insensée qui coûtera près de 1 milliard d'euros alors que la Sécurité Sociale française est sensée faire 10 milliards d'euros d'économie! - les premiers dépôts de plainte de victimes de ce vaccin calamiteux commencent à tomber en Espagne.



ESPAGNE : première plainte déposée contre les fabricants de vaccins (contre le HPV) et les autorités sanitaires

 

Par Alicia Capilla (Présidente de l’AAVP), 8 juillet 2014

 

AAVP--2-.JPG

Associacion de Afectadas Por La Vacuna Del Papiloma


Trois-mains.JPG

 

L’AAVP avec le cabinet d’avocats Almodovar & Jara ont déposé la première plainte d’une longue série pour dommages causés par les vaccins HPV. La plainte a été déposée devant la Haute Cour contre les autorités sanitaires et les fabricants de vaccins.

 

Le procès en justice commence maintenant pour une des filles de Valence qui ont souffert d’une réaction indésirable après la deuxième dose de Gardasil en 2009.

 

Les familles espagnoles dont les vies ont été bouleversées par les vaccins contre le HPV se sont regroupées au sein de l’Association AAVP (Association des personnes touchées par les vaccins HPV (AAVP: www.aavp.es) avec comme objectif de venir en aide aux familles qui se trouveraient dans des circonstances similaires.

 

La plainte en justice parfaitement documentée est basée sur les violations du droit fondamental au consentement éclairé avant toute intervention médicale.

 

Les parents dont les filles ont été vaccinées avec le Gardasil n’ont pas été informés des risques possibles du vaccin, en dépit du fait qu’il existe de nombreux rapports dans les bases de données européennes, espagnoles et américaines. En outre, la plupart des effets indésirables dont ces filles ont souffert sont repris dans la notice du vaccin.

 

La mise sur le marché des vaccins contre le HPV sans que leur réelle efficacité soit connue est une autre question. L’efficacité n’a pas été suffisamment prouvée et ne sera pas démontrée avant des décennies.

 

La plupart des dommages produits par ces vaccins restent cachés en dépit du fait que les systèmes de pharmacovigilance dans le monde recueillent de nombreux rapports de réactions similaires.

 

En outre, le Ministère Espagnol de la Santé a dissimulé de l’information en niant que les dommages subis par ces filles étaient fondés et que des cas semblables avaient été signalés aux autorités sanitaires de différents pays.

 

Le Ministère Espagnol de la Santé, Sanofi Pasteur, Merck, Sharp and Dohme (MSD), les producteurs du Gardasil, le vaccin contre le papillomavirus humain ont la responsabilité de rendre compte avec précision et en temps opportun de toutes les données disponibles du moment.

 

Les autorités sanitaires du monde entier tentent de nier tout lien de causalité entre les vaccins HPV et les événements indésirables qui surviennent après l’administration du vaccin. Dans certains cas, les autorités disent que ces problèmes médicaux sont d’ordre psychologique. La chose est paradoxale parce que si des personnes de différents pays et à différentes époques souffrent de réactions indésirables similaires, il semble indéniable que la cause en soit le vaccin.

 

Les dommages de santé dont ces filles ont souffert et continuent de souffrir ne figuraient pas tous dans les notices ou les dépliants au moment de l’injection. Certains effets secondaires ont été rajoutés par après.

 

Sur la base des données que l’AAVP a examinées, le nombre de décès suspects et de séquelles graves laissées par les vaccins contre le papillomavirus humain est totalement inacceptable.

 

Comme il a été signalé dans la plainte déposée, les autorités sanitaires ne se sont pas donné la peine d’enquêter sur les faits et leur attitude semble bien favoriser les fabricants. Elles ont même accusé les victimes de souffrir de troubles psychologiques, ce qui n’est nullement vrai.

 

Cette première plainte va être suivie de quatre autres endéans les deux mois. L’Association continuera à produire d’autres cas, non seulement contre le Gardasil, mais aussi contre le Cervarix, l’autre vaccin contre le HPV produit par GlaxoSmithKline.

 

VAERS (Vacccine Adverse Events Reporting System)

 

Organisme officiel américain de vaccinovigilance qui recueille les rapports d’effets secondaires possibles des vaccins aux Etats-Unis. Il est contrôlé par le CDC et la FDA

 

Mise à jour des chiffres au mois de MAI 2014  pour les

Vaccins contre le cancer du col de l’utérus

Rapports d’effets secondaires

 

Description

Total

Infirmes

1.139

Décès

168

N’ont pas récupéré

7.043

Frottis du col anormaux

570

Dysplasies du col de l’utérus

242

Cancers du col de l’utérus

78

Cas où le pronostic vital a été engagé

636

Visites aux urgences

11.634

Hospitalisations

3.644

Séjours hospitaliers prolongés

249

Effets secondaires graves

4.869

Effets secondaires

34.950

 

P.S. Seuls 1 à 10% des effets secondaires seraient généralement rapportés

 

Source : SaneVax

 

Gardasil--filles---the-truth-about-Gardasil-.jpg

 

GARDASIL : plainte pénale déposée en Espagne

  

Par Norma Erickson, 2 août 2014

 

Le 19 juin 2014, à Logrono, Espagne, le Procureur Don Manuel Saez Ochoa a déposé une plainte pénale contre les laboratoires Merck-Sanofi Pasteur, les autorités nationales de santé espagnoles, ainsi que contre les autorités régionales de santé de la province de La Rioja au nom de Zurine Jimenez Guereno et de sa mère Dona Maria del Carmen Jimenez Guereno pour dommages de santé et handicaps subis par Zurine après l’administration du Gardasil.

 

La plainte précise que les laboratoires Merck ont négligé d’utiliser un placebo inerte au cours des essais cliniques, manipulant ainsi, sous de faux prétextes, les données et le marketing du Gardasil. Malgré les plaintes de plusieurs jeunes femmes présentant des problèmes de santé similaires après avoir été vaccinées par le Gardasil, les autorités de santé espagnoles ont ignoré les appels pour un moratoire sur l’utilisation du Gardasil jusqu’à ce que les questions de sécurité soient résolues.

 

Les autorités nationales ainsi que les autorités régionales de santé ne se sont pas donné la peine de vérifier l’exactitude des données de sécurité que Merck a présentées pour obtenir l’approbation concernant l’administration du Gardasil comme mesure préventive du cancer. Ces autorités n’ont fait aucune tentative pour informer le public qu’il existait déjà des moyens sûrs, efficaces et éprouvés de lutte contre le cancer du col de l’utérus.

 

Le texte de la plainte précise que bien que les autorités nationales et régionales de santé avaient connaissance des effets pervers potentiels du Gardasil, elles ont, de toute façon, choisi de recommander l’administration du vaccin. La plainte souligne que pareille attitude révèle un mépris absolu pour la santé et le bien-être des jeunes-filles espagnoles.

 

Selon la plainte, l’attitude de la société pharmaceutique Merck et des autorités sanitaires espagnoles (nationales et régionales) avant, pendant et après l’administration du Gardasil, montre que ces gens ne se soucient nullement du risque auquel les consommateurs médicaux s’exposent chaque fois que le Gradasil est utilisé.

 

La plainte précise qu’avant l’administration des vaccins, personne ne s’était inquiété de ses effets indésirables possibles. Lorsque des effets indésirables se produisaient, les personnes qui avaient reçu le vaccin étaient traitées avec mépris et étaient abandonnées dans un état d’impuissance. Il n’y a prétendument pas eu la moindre enquête officielle sur l’état de santé des jeunes-filles après le Gardasil, alors qu’elles étaient en parfaite santé avant l’injection du vaccin.

 

Le tollé public et la demande d’un moratoire jusqu’à ce que les problèmes de sécurité soient résolus furent ignorés des autorités de santé espagnoles. Les injections de Gardasil ont continué en dépit des dommages rapportés.

 

Selon le procureur Don Manuel Saez Ochoa, le fait demander une exemption en faisant valoir  que les autorités ne connaissaient pas les dangers du vaccin Gardasil est risible…Franchement cette attitude parait clairement  malveillante et constitue une infraction à l’article 149.1 du code criminel qui stipule : provoquer chez une autre personne, par tout moyen ou procédé, la perte ou la dégradation d’un organe ou d’un membre, l’impotence, la stérilité, une grave malformation ou une maladie physique ou mentale, sera puni d’un emprisonnement de six à douze ans.

 

Accusations contenues dans la plainte officielle

 

Merck-Sanofi Pasteur, les autorités de santé nationales et régionales sont accusées de :

 

* Commercialisation frauduleuse et/ ou administration d’un vaccin insuffisamment  testé;

* Manque d’information du public sur les risques potentiels de l’utilisation du Gardasil;

* Violation claire du droit au consentement éclairé ;

* Ignorance du nouvel état de santé des personnes qui ont reçu le Gardasil en dépit de la similarité des symptômes et la période relativement courte qui s’est écoulée  entre l’administration du vaccin et l’apparition des symptômes ;

* Ignorance des nouvelles preuves scientifiques illustrant les effets nocifs potentiels des ingrédients du Gardasil ainsi que des méthodes de fabrication ;

* Mépris total pour les personnes souffrant de nouveaux problèmes de santé après avoir reçu le Gardasil ;

* Manque d’information du public sur le fait que les infections HPV sont simplement l’un des facteurs de risques impliqués dans le développement du cancer du col utérin ;

* Manque d’information du public au sujet du fait que 90% de toutes les infections HPV se résorbent spontanément sans intervention médicale ;

* Manque d’information du public par rapport aux autres méthodes de lutte contre le cancer du col utérin ;

* Responsabilité pénale pour les dommages résultant de l’administration du Gardasil.

 

Même si l’on suppose que Merck-Sanofi Pasteur et l’ensemble des responsables de la santé au gouvernement n’étaient pas au courant des risques potentiels comme de l’absence prouvée de bénéfice du Gardasil, on ne peut nier que de nombreuses preuves médicales et scientifiques ont été fournies depuis 2007 lorsque le vaccin a été approuvé pour utilisation en Espagne.

 

Compte tenu de leur expertise, tous ces gens étaient conscients du fait qu’il existait plusieurs méthodes destinées à contrôler le cancer du col de l’utérus, méthodes qui avaient fait la preuve de leur efficacité et de leur innocuité.

 

Zurine était une fille en bonne santé, sportive et douée jusqu’à ce qu’elle reçoive à l’école les trois injections du Gardasil recommandées par le programme de vaccinations. Trois semaines plus tard, elle dut être admise aux urgences de l’hôpital local. Elle souffrait d’une multitude de symptômes dont étourdissements, grande fatigue et convulsions.

 

N’ayant pas reçu de réponses claires de la part des médecins, on a commencé à parler de dépression. Ses parents ont alors décidé d’emmener Zurine chez un spécialiste privé

 

Selon ce spécialiste, le Dr Mark Mazzuka :

 

Zurine souffrait d’une maladie cellulaire grave, le stress oxydatif lié à une déminéralisation du corps. Pour expliquer la chose, on pourrait dire que cette jeune-fille de 18 ans était enfermée dans les cellules d’une personne dont le corps a plus de soixante ans. Zurie souffrait aussi de polyneuropathie, d’inflammation du foie et de la vessie.

 

Cinq ans après son dernier vaccin Gardasil, la vie de Zurine ne ressemble plus guère à ce qu’elle avait jadis considéré comme normal. - Séjours réguliers à l’hôpital pour traiter de nouvelles et mystérieuses maladies. Personne ne sait dans quelle mesure elle sera capable de récupérer ;

 

De milliers de jeunes femmes dans le monde entier se retrouvent dans la même situation que Zurine. Après avoir connu une vie heureuse, active et une bonne santé, ces personnes doivent faire face à une multitude de problèmes auto-immuns, ainsi qu’à des troubles neurologiques. Pour toutes ces personnes, les effets secondaires « possibles » du Gardasil sont devenus une réalité brutale beaucoup trop pénible.

 

Il est grand temps que les personnes en poste et qui avaient des responsabilités en la matière soient tenues responsables de leurs actions. Les poursuites pénales sont très probablement le seul moyen d’atteindre cet objectif.

 

Il est probable que six à douze ans de prison seraient susceptibles de rappeler aux responsables ce que cela signifie de se comporter de manière éthique. Cela leur permettrait peut-être de se souvenir que leur premier devoir est de préserver la santé publique et non de la détruire.

 

Le 30 juillet, le juge a décidé d’ouvrir une procédure pénale, ainsi qu’une enquête sur les faits. Il s’agit de la première affaire criminelle en Espagne en ce qui concerne les dommages attribués au Gardasil.

 

Texte de la plainte en anglais et en espagnol ci-dessous :

 

Read the complaint in English here.

 

Read the complaint in Spanish here.

 

Source : SaneVax

 
Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article
30 juin 2014 1 30 /06 /juin /2014 21:10

En bref : vaccinera-t-on bientôt les fœtus ?

 

Le fœtus disposerait déjà d'un système immunitaire actif. C'est qu'ont découvert des chercheurs français qui estiment que l'on pourrait de ce fait renforcer les défenses de l'enfant avant la naissance.

 

Le 30/06/2014 - Par Destination Santé

 FOTOLIA--ventre-femme-enceinte.jpg

 

Les cellules spécifiques de la mémoire immunitaire sont les seules que la mère ne transmet pas à son enfant. Celui-ci, en revanche, a ses propres lymphocytes T qui pourraient apprendre à connaître des pathogènes avant la naissance. 

 

Dans le ventre de sa mère, le fœtus est protégé. Pour mieux le préparer à affronter le monde extérieur, des chercheurs espèrent mettre au point un vaccin in utero. Pour ce faire, ils envisagent d’utiliser le propre réservoir de lymphocytes T du fœtus. Or, « jusqu’ici, on était persuadé que les lymphocytes T du fœtus restaient en veille si aucune pathologie infectieuse ne survenait pendant la grossesse », expliquent les auteurs d’une étude française (Inserm, institut Pasteur et AP-HP) publiée dans la revue Science Translational Medicine. Lesquels viennent de prouver… le contraire. 

 

Dans le ventre de sa mère, « le fœtus serait en fait capable de développer sa propre immunité, de type inflammatoire ». Signe que « malgré l’absence de pathogène dans l’environnement stérile, le fœtus développe sa propre mémoire immunitaire ». L’idée serait donc de profiter du potentiel des lymphocytes T pour vacciner in utero.

 

À l’avenir, les chercheurs espèrent pouvoir administrer des vaccins à la femme enceinte pour stimuler les défenses de l’enfant à naître. « Mettre en place une mémoire vaccinale anténatale propre au nourrisson permettrait d’augmenter son immunité au cours des premiers mois de vie», concluent-ils. Et donc d’anticiper les vaccins prévus dans les premiers mois de vie de l’enfant pour renforcer sa résistance contre les maladies infectieuses du nourrisson.

 

Source: Futura-sciences.com


Alors qu’il a fallu des MILLIONS d’années d’évolution pour que le système immunitaire des singes puis des hominidés et des êtres humains se perfectionne et sélectionne la période de pleine maturation la plus appropriée et alors aussi que les plus hauts experts de l’industrie pharmaceutique et de l’OMS admettent encore aujourd’hui que le système immunitaire reste insuffisamment étudié et qu’on ne comprend toujours pas comment marchent les vaccins, voilà que des scientifiques épouvantablement dangereux et arrogants prétendent qu’il sera utile de vacciner in utero pour « stimuler les défenses de l’enfant à naître » !!!

 

La seule place de ces pseudo-savants, en réalité savants fous au sens fort, est EN PRISON et nulle part ailleurs, tant leurs pratiques sont périlleuses pour l’ADN et la survie des générations futures du monde entier. Ces pratiques et ces recherches sont inacceptables, elles font fi du plus élémentaire bon sens mais il faut dire que les cerveaux des scientifiques n’échappent pas non plus aux dommages neurologiques et à l’abrutissement cognitif auxquels contribuent certainement les vaccinations à répétition avec leur cocktail de substances neurotoxiques.

 

Le pire est que ces recherches criminelles sont financées et rendues possibles par des financements publics, parce que les citoyens ne sont plus capables de s’indigner, qu’ils se désintéressent du débat public, qu’ils ne comprennent plus les enjeux ou qu’ils s’illusionnent sur les pseudos « progrès scientifiques » promis. Cette entreprise monstrueuse, et qui ne pourra jamais avoir le moindre soubassement éthique, est peut-être malgré tout « une chance » si elle opère comme une clef, un déclic auprès des citoyens et des citoyennes les plus endormis et les plus dociles, qui finiront alors peut-être par comprendre ENFIN que quelque chose d’énorme cloche avec ce harcèlement vaccinal intempestif et indéfendable ! Fort malheureusement toutefois, il faut souvent qu’un drame arrive et le choc de l’après-coup et des regrets pour que les gens se décident enfin à voir les choses en face, à intenter des poursuites en justice etc.

 

Pour l’amour de l’humanité et par respect vis-à-vis du véritable esprit scientifique, refusons dès à présent bruyamment cette dénaturation et ce traficotage hasardeux du vivant et d’un système immunitaire que ne connaissent même pas ces inexcusables apprentis-sorciers !!!!!!!!!!!!! Les véritables menaces sanitaires du futur ne résident pas du tout dans des épidémies ou dans des pandémies naturelles mais bien plutôt dans une idéologie scientifique dommageable et totalitaire dont le seul terreau possible est une crédulité et une soumission publiques excessives.

 

Voir aussi: L'argent du Télévie sert-il aussi à financer ce sombre projet?


Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Vaccin à tout prix (idéologie du)
commenter cet article
29 juin 2014 7 29 /06 /juin /2014 21:45

Les activités criminelles des producteurs de vaccins en hausse en 2014

 

Médecin menoté (natural news)

 

Par l’éditeur de Health Impact News, 26 juin 2014.

 

Il y a environ quatre ans que la Cour suprême des Etats-Unis a confirmé une loi adoptée par le Congrès américain en 1986 empêchant les consommateurs de poursuivre en justice les compagnies pharmaceutiques pour dommages dus aux vaccins.

 

Avant 1986, la plupart des sociétés pharmaceutiques estimaient que la fabrication de vaccins n’était pas rentable en raison du volume considérable de poursuites découlant des dommages causés. C’est ainsi que l’industrie pharmaceutique a fait du chantage auprès du Congrès en précisant qu’elle cesserait complètement la fabrication de vaccins si elle n’obtenait pas l’immunité juridique par rapport aux poursuites en justice entamées par des personnes dont la santé avait été endommagée par les vaccins. Le Congrès s’est exécuté volontiers, et la Cour suprême a confirmé la loi après une vingtaine d’années de sommations.

 

Maintenant, avec l’entière liberté de mettre sur le marché autant de nouveaux vaccins, le nombre de vaccins aux Etats-Unis a explosé, comme ont explosé les activités criminelles des producteurs de vaccins.

 

Le dernier cas d’activité criminelle rapporté cette semaine dans les grands médias implique un chercheur dans le domaine du vaccin contre le Sida, Dong-Pyou Han, de l’Université d’état d’Iowa. Han a avoué avoir injecté frauduleusement des échantillons de sang de lapin avec des anticorps humains pour faire en sorte que le vaccin expérimental contre le Sida puisse paraître très prometteur. Il aurait également perçu une subvention de 19 millions de dollars (financé par vos impôts) de l’Institut National de Santé (NIH).

 

Donc, ce qui avait été présenté comme une recherche très prometteuse dans le développement d’un vaccin contre le sida  s’est révélé totalement faux.

 

Malheureusement, ce n’est pas la première fois que la recherche sur les vaccins a été falsifiée et a débouché sur des accusations criminelles.

 

En 2011, le chercheur danois Poul Thorsen, auteur de nombreux articles précisant qu’il n’y avait pas de lien entre les vaccins et l’autisme, a été inculpé de 13 chefs d’accusation pour fraude (mails) et 9 chefs d’accusation pour blanchiment d’argent. Il avait reçu des millions de dollars (de vos impôts) du CDC qui ont été détournés sur ses comptes bancaires personnels pour financer des maisons, des voitures et des motos. Il est toujours en fuite, et le CDC s’appuie toujours sur ses recherches pour prétendre que les vaccins ne causent pas l’autisme.

 

Ce sont deux exemples de cas qui ont été portés devant les tribunaux et qui ont été reconnus par les grands médias. Ne pourrait-on pas s’interroger sur le degré de fraude et d’activité criminelle qui pourraient être derrière la recherche et la production de vaccins ? La chose est difficile à déterminer depuis que ces gens ont obtenu l’immunité juridique et la protection contre des poursuites depuis 1986.

 

Les enquêtes de Brian Hooker sur la fraude en matière de vaccins

 

CDC Dr Coleen Boyle

 

Le Dr Coleen Boyle du CDC témoigne sous serment devant le Congrès (Novembre 2012) que l’ensemble des preuves montre qu’il n’existe aucun lien entre le mercure dans les vaccins et l’autisme.

                                                                                                                                          

Un citoyen privé, le Dr Brian Hooker a entrepris une recherche sur la fraude en matière de vaccins. Le Dr Hooker PhD qui est le père d’un enfant dont la santé a été endommagée par un vaccin a trouvé des preuves solides montrant que le thimérosal (mercure) contenu dans les vaccins était un facteur causal de l’autisme. Il a également soupçonné que le CDC avait eu accès à ce type de recherche, mais ne l’a pas révélé.


Se basant sur les « Freedom of Information Acts », le Dr Hooker a, sur une période de 10 ans, fait parvenir 100 demandes au CDC sans aucun résultat. Finalement, au début de cette année 2014, et avec l’aide de quelques membres du Congrès, il a reçu des documents montrant que le CDC avait en fait des éléments de preuve qui montraient un lien entre le mercure dans les vaccins et l’autisme, et que cette information avait été cachée au public (CDC pris à cacher des données montrant que le mercure des vaccins est lié à l’autisme) Les enquêtes du Congrès sont toujours en cours, mais jusqu’à présent personne n’a engagé de procès contre le CDC.

 

Vaccins : négligence criminelle et fraude

 

Malheureusement, la recherche frauduleuse n’est pas la seule activité criminelle à laquelle participent des producteurs et des distributeurs de vaccins. Il se passe à peine une semaine sans qu’apparaissent de nouvelles histoires d’activités criminelles dans le domaine des vaccins que ce soit par négligence ou par fraude. Voici quelques histoires dévoilées dans la presse au moment de la rédaction de cet article :

 

Les vaccins contre la grippe de GSK sont contaminés : - La FDA a averti qu’une usine de GlaxoSmithKline au Canada qui fabrique le vaccin contre la grippe, le FluLaval, a omis, entre autres violations, de prendre les mesures appropriées pour prévenir la contamination microbiologique de certains produits.

 

Enquête sur le vaccin contre la grippe dans les bureaux de Novartis en Italie

 

La police italienne a effectué des recherches dans deux sites de la compagnie dans le cadre d’une enquête sur une éventuelle fraude liée à l’achat de vaccins par le ministère de la Santé, dont une pour la pandémie de 2009, selon une déclaration de la police transmise par e-mail.

 

Big Pharma : scandale de corruption en Chine

 

« L’un des plus grands producteurs de médicaments au monde, GSK serait soupçonné avoir dépensé 488.000.000 de dollars afin de stimuler les ventes en corrompant des médecins et des fonctionnaires du gouvernement. Il est également accusé d’avoir fait échapper 16 millions de dollars au fisc et avoir gonflé artificiellement les prix. »

 

Selon des dossiers déjà réglés, les vaccins contre la grippe seraient les vaccins les plus dangereux

 

Le vaccin annuel contre la grippe représente la classe la plus lucrative de vaccins de l’industrie pharmaceutique, étant donné que les vaccins se répètent chaque année. Il n’est donc pas surprenant de constater que de nombreuses affaires criminelles soient liées aux vaccins contre la grippe. Il a été montré que le CDC avait exagéré le nombre de cas de décès dus à la grippe afin d’augmenter son chiffre de ventes. Mais la chose n’a jamais été rapportée dans les grands médias. (Le CDC a exagéré les cas de grippe et de décès pour accroître ses ventes)

 

Comme les sociétés pharmaceutiques bénéficient d’une immunité juridique totale contre les poursuites de consommateurs de vaccins contre la grippe, tous les cas doivent être jugés par un tribunal spécial du vaccin où les avocats du gouvernement (financés par l’impôt) se battent  pour empêcher que les victimes soient dédommagées.

 

Pourtant, en dépit de cette procédure longue et difficile qui peut durer trois ans ou plus pour prouver les dommages ou les décès causés par les vaccins, la plupart des cas dédommagés, et de loin, concernent les victimes du vaccin contre la grippe. Beaucoup de ces cas concernent la paralysie (Syndrome de Guillain-Barré), un effet secondaire du vaccin repris sur la notice même du vaccin (Syndrome de Guillain-Barré : effet secondaire n°1 pour les indemnisations à la suite des vaccins contre la grippe)

 

La notice du vaccin contre la grippe reprend plusieurs effets secondaires dangereux; elle évoque aussi les précautions à prendre pour les personnes qui seraient à risque. Malgré cela, ces vaccins continuent d’être administrés de manière routinière dans tous les Etats-Unis, comme s’il s’agissait de bonbons. Ces vaccins sont injectés à toute la population des nourrissons, comme  aux personnes âgées. Ces vaccins sont obligatoires pour l’accès à la profession de soins de santé ; ils peuvent aussi être rendus obligatoires pour toute autre embauche. Nouveau marché en vue pour les vaccins antigrippaux : vaccins obligatoires pour le personnel soignant. Le marché pourrait s’étendre à d’autres professions.

 

Informez-vous – Il ne s’agit pas de devenir une statistique de cette activité criminelle !

 

Peu importe de quel côté vous vous situez par rapport au débat  sur les vaccins, vous devez comprendre que les statistiques montrent clairement qu’il s’agit ici du business le plus lucratif des Etats-Unis, dans lequel l’activité criminelle ne cesse de croître. Ce business soutenu par les lois et par une protection légale aux Etats-Unis, cherche à écraser la liberté d’expression en ce qui concerne les dangers des vaccins. Il cherche aussi, pour augmenter ses ventes, à faire passer de nouvelles lois qui conduiront à la vaccination obligatoire pour vous et vos enfants. Si vous ne voulez pas devenir une statistique et une victime de cette activité criminelle, il vous faudra faire votre propre recherche et prendre les précautions nécessaires.

 

Source : Health Impact News

 

Voir aussi

 

Oreillons: Merck accusée de fraude par deux de ses ex-travailleurs

 

La présidente du NVIC demande une réforme de la politique vaccinale et de la législation pour la protection des droits humains 

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Industrie pharmaceutique
commenter cet article
26 juin 2014 4 26 /06 /juin /2014 17:04

L’achat groupé de vaccins et de médicaments devient une réalité dans l’UE

 

 par Paola Testori Coggi, directrice générale de la DG Santé et consommateurs

 

TestoriLe 20 juin, les ministres de la santé réunis à Luxembourg au sein du Conseil ont signé l’accord de passation conjointe de marchés pour l'achat de contre-mesures médicales. Cet accord est un nouveau résultat positif de notre action visant à protéger les Européens contre les menaces transfrontières pour la santé, telles que les maladies transmissibles. Il définit le cadre des achats communs et permet aux pays de l'UE d’acquérir conjointement, et non plus individuellement, des vaccins pandémiques et d’autres contre-mesures médicales.


Grâce à la masse critique des signataires, les États membres vont pouvoir garantir, au moyen d'achats groupés, la disponibilité de vaccins pandémiques et de médicaments en quantités suffisantes — et à des prix corrects — en cas de menace transfrontière pour la santé.


Ce mécanisme profitera à tous les pays de l’UE, notamment à ceux qui, en 2009, ont rencontré des difficultés pour se procurer des vaccins élaborés pour la pandémie du virus H1N1. C'est en effet cette pandémie, et les enseignements qui en ont été tirés, qui ont poussé la Commission européenne à prendre des mesures dans ce domaine.


L'accord va toutefois au-delà de l'achat de vaccins pour faire face aux pandémies. Les États membres pourraient étendre à l’achat de contre-mesures médicales pour lutter contre d’autres maladies infectieuses, telles que le VIH/sida, l’hépatite B ou le papillomavirus humain (HPV).


La signature de l’accord repose sur une base strictement volontaire. Jusqu'à présent, 14 pays de l’UE se sont engagés en faveur de cette mesure sans précédent. Huit pays supplémentaires ont convenu de signer une lettre d’intention en vue de la signature ultérieure de l’accord.  Je félicite les pays qui ont signé l’accord et j’invite tous ceux qui n'ont pas encore accordé leur soutien à cette initiative importante à saisir l'occasion qui leur est offerte et à signer l'accord le plus rapidement possible, afin d'assurer la protection de leurs citoyens et de la population européenne.


  • Projets du programme de santé publique

 

Analyse de la rentabilité des stratégies européennes d'alerte et de réaction à la pandémie de grippe humaine

 

L’objectif est de redéfinir les grands scénarios de pandémie humaine au niveau européen, de décrire et de regrouper les stratégies de réaction possibles, et de les évaluer dans le cadre d'analyses de rentabilité multi‑critères.

 

FASTVAC: un cadre générique pour la production et l’évaluation rapides (FAST) de VAccins d’urgence

 

L’objectif général de FastVac est de définir un ensemble complet de règles prévisionnelles qui permettront d'accélérer l'élaboration, l'évaluation, la production et la mise sur le marché de vaccins d’urgence.

 

Exercices de contrôle de la qualité et mise en réseau des méthodes de détection des agents pathogènes extrêmement infectieux 

 

Cette action commune vise à relier et à consolider les objectifs de deux réseaux existants qui travaillent sur des bactéries et des virus extrêmement infectieux et résultent des projets EQADeBa (financé par l’UE) et ENP4-Lab.


Source : Newsletter n°132 de l’Union Européenne du 24 juin 2014


Cette affaire d’achat groupé de vaccins constitue une très mauvaise nouvelle pour la santé et les libertés publiques en Europe mais c’était prévisible et nous l’avions annoncé et mis très clairement en garde à ce sujet, dès 2009-2010.

 

Vu le fiasco du baratin pro-vaccinal à l’occasion de la fausse pandémie de H1N1 et tous ces préparatifs tellement incessants qu’ils en deviennent forcément suspects en vue des prochaines pandémies tant attendues, il est clair que ceux qui ont voulu à tout prix fourguer à toute l’Europe – et même au monde entier- des vaccins bâclés, superflus et dangereux, n’ont pas abandonné leurs rêves aussi facilement depuis lors. Bien au contraire, ils ont redoublé d’efforts et investi tellement d’argent dans de futurs vaccins qu’il est difficile de croire qu’ils l’ont fait sans garanties minimales de retour sur investissement dans un avenir plus ou moins proche…

 

Ces mesures d’achat groupé de vaccins, qui avaient même été soutenues/approuvées par Europe Ecologie les Verts à l’époque (!) ne feront qu’entraver TOTALEMENT la liberté des Etats membres tout en renforçant la pression vaccinale sur les populations, c’est évident comme le nez au milieu du visage. Il suffit de constater les foudres sous lesquelles a été la Ministre (médecin) polonaise de la santé, Ewa Kopacz, qui avait commis « le crime » aux yeux des officiels de refuser de gaspiller l’argent des citoyens tout en leur faisant risquer de graves dommages post-vaccinaux avec le Pandemrix. A l’époque, pour essayer de désinformer le public, certains officiels, comme Roselyne Bachelot, n’avaient pas hésité à prétendre que le choix de la Pologne était dû à leur manque de moyens financiers.

 

Ce qui gêne surtout les officiels, c’est toute possibilité de comparaison quelle qu’elle soit. Ce qui est recherché avec l’achat groupé de vaccins, c’est un parapluie aux divers ministres nationaux et l’impossibilité qu’il y aura alors de remarquer par contraste que tout s’est beaucoup mieux déroulé au final dans les pays qui n’auraient pas opté pour la vaccination. C’est exactement la même technique qui est adoptée avec les essais cliniques biaisés de vaccins en général avec tout refus systématique et anti-scientifique de comparer ce qui est comparable à savoir des vaccinés à des non vaccinés. Tout cela contribue de façon fallacieuse à faire croire à tort que la vaccination est incontournable, au détriment d’autres solutions plus économiques, plus écologiques et plus sûres qui ne sont alors même pas envisagées. Nul doute que tous les inconscients qui ont soutenu cette proposition d’achat groupé de vaccins au niveau européen s’en mordront les doigts lors de la prochaine pandémie tant attendue.

 

Quant à Madame Testori (non élue) de la DG Santé qui semble se féliciter de cette (triste) nouvelle sur l'achat groupé de vaccins, elle s'était déjà publiquement réjouie le 5 octobre 2010 à l'idée que ce soit dans le futur la Commission Européenne (là aussi non élue) qui décide quels humains doivent être vaccinés à l'occasion des futures pandémies, comme ça se fait déjà chez les animaux disait-elle...

 

Des vaccins fabriqués et évalués toujours plus vite pour soi-disant protéger la santé publique ? Regardez ce que ça donne comme résultats, ici avec le vaccin H1N1 qui avait soi-disant été très bien évalué et n’était pas expérimental et dans la deuxième vidéo avec le vaccin pandémique de 1976 contre la grippe porcine aux USA…

 

 

 

Voir aussi 

 

Audition du 5 octobre 2010 au Parlement européen sur le H1N1: les masques sont tombés !

 

Pandémies: l'UE accroît son pouvoir pour sonner l'alerte et imposer la vaccination

 

Tous les vaccins sont expérimentaux: voici pourquoi

 

Le vrai scandale des faux placebos

 

Les aveux accablants du Dr Saluzzo de Sanofi Pasteur: "on ne comprend pas comment marchent les vaccins"


Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Europe & International
commenter cet article
26 juin 2014 4 26 /06 /juin /2014 13:32

La FDA menace de suspendre le permis de GSK

 

25 juin 2014 

 

FOTOLIA--fausse-punition.jpg

 
La société pharmaceutique a reçu un avertissement sanitaire pour son usine de Sainte-Foy.


La société pharmaceutique GlaxoSmithKline (GSK), qui approvisionne la majorité des campagnes de vaccination antigrippale au Canada et détient le contrat fédéral pour la vaccination contre l’influenza pandémique, a reçu un avertissement de l’Agence américaine de la sécurité des aliments et des médicaments.

 

Une lettre de la Food and Drug Administration (FDA) datée du 12 juin énumère un certain nombre d’inquiétudes, dont beaucoup sont liées à des questions de stérilité et à des problèmes de contamination microbienne à l’usine de Sainte-Foy, près de Québec.

 

Ces problèmes ont été signalés lors d’une inspection menée par l’agence américaine, du 31 mars au 9 avril derniers.

 

La FDA note que, depuis 2011, plusieurs lots de vaccins de l’usine québécoise ont été rejetés. Elle a averti GSK que, si les problèmes n’étaient pas réglés rapidement, son permis de production de vaccins pour le marché américain pourrait être suspendu ou révoqué. Les problèmes énumérés, estime la FDA, indiquent que le service de contrôle de la qualité ne fait pas son travail correctement.

 

Santé Canada surveille

 

Santé Canada, qui émet les permis de vaccin au Canada, a affirmé être au courant de la situation et travailler en étroite collaboration avec GSK et la FDA. Dans un courriel, le ministère a affirmé que le Canada a signé des contrats d’achat de vaccins avec un certain nombre d’autres fournisseurs, auprès desquels il peut s’approvisionner en cas de besoin.

 

Selon la lettre de la FDA, l’usine de Sainte-Foy contrevient aux exigences actuelles en matière de production pharmaceutique. L’agence s’inquiète du système de purification de l’eau et a donné à la société 15 jours ouvrables pour régler le problème. L’agence a aussi demandé de rencontrer les dirigeants de GSK et de l’usine de Sainte-Foy. « Nous sommes en train de répondre à ces préoccupations et sommes résolus à travailler de concert avec la FDA afin de résoudre toutes les questions en suspens », a déclaré GSK par voie de communiqué. 

 

Source : Le Devoir (photo sélectionnée sur Fotolia par Initiative Citoyenne)

 

Ce genre d’article appelle quelques commentaires de bon sens…tout d’abord, il donne à penser que les gens peuvent « dormir tranquilles » car une instance veille… quel leurre ! C’est un peu comme si on filmait un parent factice dire à son enfant « attention, tu vas recevoir une fessée si tu continues… » alors que deux minutes plus tard, les acteurs de la petite saynète se marrent entre eux en s’échangeant des compliments sur la « qualité » de leur prestation scénique !

 

Soyons sérieux : 1) La contamination des lots de vaccins est une réalité quotidienne qui est sous-estimée depuis déjà des décennies. Non seulement, il y a complaisance dans une certaine mesure mais en plus, il y a quantité de contaminants (notamment viraux) qui sont tout bonnement non identifiables par les moyens de détection actuels. C'est ce qui a expliqué la tragédie du SV40, virus de singe cancérigène qui a infecté des dizaines de millions de personnes dans les années 50' et 60' et qui continue encore de nos jours de contribuer à des cancers. Ces contaminations sont lourdes de conséquences car elles amènent à ce que des corps humains soient des réservoirs de toutes sortes de contaminants qu’ils n’auraient jamais dû rencontrer en temps normal et qui peuvent se potentialiser les uns les autres, voire favoriser des processus cancéreux au long cours, comme cela est tout à fait démontré avec de nombreux phénomènes de latence/quiescence virale. Le Dr Jean-François Saluzzo, chef de la production des vaccins viraux chez Sanofi, l'a admis dans un cours de vaccinologie en ligne: ces contaminations continueront à se produire encore à l'avenir.

 

2) Il n’y a pas que ces seuls problèmes de contamination qui expliquent la dangerosité patente des vaccins. C’est un peu l’arbre qui cache la forêt. Les officiels et les fabricants ont l’habitude de tout axer sur certains aspects (qui les arrangent le mieux) en espérant ainsi faire oublier tous les autres : par exemple, les officiels et les industriels ont réduit de façon grotesque et simpliste la prétendue « efficacité » des vaccins à leur seule capacité d’induire des anticorps artificiels, faisant ainsi passer à la trappe tous les cas où des patients ayant tout de même développé des anticorps après vaccination font quand même la maladie, les cas aussi où les vaccins induisent des effets épidémiologiques pervers avec des déplacements d’âge de survenue de la maladie ou de compensation par d’autres souches microbiennes ou virales en « réponse naturelle » au matraquage vaccinal. Ici, avec la tentative de réduction des problèmes de sécurité vaccinale aux contaminations, on est dans un même genre de registre.

 

3) L'Agence américaine et Santé Canada étaient au courant, mais elles se sont toutefois bien gardées de répandre cette information à tous les vaccinés AVANT que ceux-ci ne reçoivent une Xème vaccination contaminée! Quelle éthique... ça ressemble vraiment à tous ces documents confidentiels sur les horreurs que génèrent les vaccins imposés à des dizaines de milliers d'enfants, y compris en Belgique, dont les autorités sanitaires européennes ET BELGES étaient elles aussi parfaitement au courant au moment où Initiative Citoyenne a révélé cette information d'intérêt public sur son site internet.

 

4) Voyons aussi enfin l’argent colossal des contribuables dilapidé sans leur avis par des politiciens véreux pour acheter à grand frais des vaccins inutiles et dangereux avec des obligations ou des pressions vaccinales scandaleuses qui se retournent contre ceux qui les ont financièrement permises : tous les citoyens. Le contrat d’achat de vaccins H1N1 en 2009 entre l’Etat belge et GSK l’a bien montré : ce qui a compté, c’était de faire une fleur à GSK tout en prétendant de façon absolument non crédible qu’il était obligatoire de signer un contrat aussi tendancieux et surréaliste. L’exemple de la Pologne qui a eu moins de cas de H1N1 sans gaspillage inutile d’argent ni effets secondaires vaccinaux a montré que le discours de Laurette Onkelinx n’a jamais tenu la route une seule seconde. Un rapport du Sénat français de 2007 a montré le même genre de collusion car les pharmas y étaient présentées comme « les partenaires naturels » des autorités. L’emploi a bon dos à ce petit jeu-là…


 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Industrie pharmaceutique
commenter cet article
21 juin 2014 6 21 /06 /juin /2014 10:00

11,6 millions de dollars octroyés à une aide-soignante paralysée après un vaccin obligatoire contre la grippe 

paralyzed-Woman-In-Wheelchair.jpg 

  Health Impact News 19 juin 2014

 

En Amérique, les infirmières s’insurgent contre l’obligation des vaccins antigrippaux. Elles préfèrent porter le masque ou même parfois perdre leur poste.

 

Commentaire de l’éditeur de Health Impact News

 

Nous avons souvent parlé d’infirmières courageuses qui défendaient leur droit de refuser la vaccination contre la grippe, alors que la vaccination leur était proposée comme condition à l’emploi. Il existe plusieurs cas de violation des droits civils qui sont en attente d’être tranchés. Il y a peu une Cour d’Appel du New Jersey a statué en faveur d’une infirmière qui s’est vue refuser un emploi parce qu’elle ne voulait pas de la vaccination annuelle contre la grippe. Nous avons aussi signalé que, sur base des dossiers traités par le Tribunal spécial des vaccins, le vaccin contre la grippe serait le vaccin le plus dangereux aux Etats-Unis. La plupart des  sommes versées pour dommages vaccinaux dus au vaccin contre la grippe concernent des cas de Guillain-Barré (SGB). Tout comme les symptômes de la polio, les personnes qui souffrent de la maladie de Guillain-Barré peuvent être totalement paralysées. Les autorités médicales savent qu’il s’agit d’un effet secondaire du vaccin contre la grippe, mais les officiels prétendent qu’il ne s’agit que d’un cas sur un million. Une liste des cas réglés chaque trimestre montre que le nombre de ces cas est beaucoup plus élevé.

 

The Morning Call de Lehigh Valley (Pennsylvanie) signale aujourd’hui qu’une infirmière a reçu un dédommagement de 11,6 millions de dollars parce qu’elle avait été paralysée (Guillain-Barré) après avoir reçu le vaccin contre la grippe. La chose vaut la peine d’être mentionnée parce que les compagnies pharmaceutiques ne peuvent plus être poursuivies en justice civile pour des dommages dus aux vaccins. En 1986, le Congrès leur a accordé une immunité totale par rapport à des poursuites, et cette loi a été confirmée par la Cour Suprême en 2011. La vente des vaccins comprend une taxe qui est destinée à financer un tribunal spécial où les avocats du gouvernement se battent afin d’éviter de payer des dommages et intérêts aux victimes d’effets secondaires post-vaccinaux. C’est parce que ce processus d’indemnisation est long et difficile que les cas qui peuvent obtenir satisfaction ne représentent q ‘une infime partie des personnes qui ont été victimes de dommages vaccinaux.

 

Extraits d’un article de Peter Hall (The Morning Call)

 

Les symptômes de Sarah Behie sont apparus trois semaines après avoir reçu le vaccin contre la grippe.

 

L’aide infirmière qui travaillait à l’hôpital Lehigh Valley a remarqué que ses genoux et ses bras lui faisaient mal. Elle sentait de la faiblesse dans tous ses membres.

 

Comme les douleurs et la faiblesse s’aggravaient, cette jeune femme d’une vingtaine d’années fut admise à l’hôpital où elle reçut le diagnostic de Guillain-Barré, une affection neurologique rare qui peut paralyser partiellement le corps et contraindre la personne atteinte à vivre dans des hôpitaux  ou des maisons de soins spéciaux parfois pendant environ quatre ans.

 

Les avocats de Behie ont prétendu que la cause de sa maladie était le vaccin contre la grippe qu’elle avait reçu au travail en octobre 2010.

 

Mardi, les avocats Lawrence Cohan et David Carney de Philadelphie ont pu obtenir pour leur cliente une indemnisation de 11,6 millions de dollars pour lui permettre de poursuivre ses soins médicaux.

 

Selon l’accord, le payement assuré par le Programme d’indemnisation financé par l’impôt national pour dommages dus aux vaccins devra aussi fournir à Behie plus d’1 million de dollars pour sa perte de salaire, ses souffrances et autres soins médicaux. 

 

Lire tout l’article (en anglais)

 

Source : Health Impact News

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article
19 juin 2014 4 19 /06 /juin /2014 20:48

Vaccins et mort subite du nourrisson

Mort-subite-du-nourrisson-et-vaccins.jpg 

Par le Dr Kelly Brogan, MD et Ji Sayer, 13 juin 2014

 

Une nouvelle étude publiée dans Current Medicine and Chemistry , intitulée « Mort subite du nourrisson après le vaccin hexavalent : une étude  neuropathologique », apporte un soutien au lien qui fut longtemps considéré théorique entre un nombre toujours croissant de vaccins infantiles et le Syndrome de la Mort Subite du Nourrisson (SMSN)

 

Le fait que le pic d’âge pour les morts subites du nourrisson est de 2 - 4 mois, ce qui coïncide avec l’introduction de 11 injections contenant 16 vaccins (programme de vaccination aux Etats-Unis), est une cause tellement évidente de préoccupation, que même le CDC a été obligé de répondre directement à l’apparente coïncidence

 

«  De 2 à 4 mois, les bébés ont leur première série de vaccinations. C’est également le pic d’âge pour le syndrome de la mort subite du nourrisson (SMSN). La concordance de ces deux événements a conduit certaines personnes à croire qu’ils pourraient être liés…Comme les bébés reçoivent des doses multiples de vaccins au cours de leur première année de vie et comme le SMSN est la première cause de décès chez les bébés d’un mois à un an, le CDC a entrepris des études de recherche pour trouver des liens possibles. »

 

Il n’est pas surprenant que le CDC (dont le programme pro-vaccins ne se soucie manifestement pas des nombreux effets secondaires graves et inattendus des vaccins, comme en témoigne la littérature médicale), soutienne que les recherches approfondies qu’il a organisées ont abouti à la conclusion que les vaccins ne provoquaient pas la mort subite du nourrisson (SMSN). En dépit du rejet par le CDC, les taux de mortalité infantile sont les plus élevés parmi les pays qui administrent le plus de vaccins au cours de la période de développement la plus vulnérable de l’enfance. Une étude de 2011 publiée dans « Human & Experimental Toxicology » a fait remarquer que le programme de vaccination des enfants de moins d’un an aux Etats-Unis comporte 26 doses de vaccins – le nombre de vaccins le plus élevé du monde – alors que 33 pays ont des taux de mortalité infantiles inférieurs. Ils ont constaté que dans les 34 pays analysés, il existait « une corrélation statistiquement significative entre le nombre de doses de vaccins administrées et l’augmentation des taux de mortalité infantile, avec r = 0,992 (p= 0,0009) ».

 

En outre, une récente étude  publiée dans Vaccine et intitulée :« la co-administration du vaccin vivant contre la rougeole, du vaccin contre la fièvre jaune et des vaccins inactivés pentavalents est associée à une mortalité accrue par rapport à l’administration des seuls vaccins contre la rougeole et la fièvre jaune », cette étude a montré que l’administration de plusieurs vaccins infantiles a considérablement augmenté le risque de mortalité dans un essai mené en Guinée-Bissau (Afrique de l’ouest).

 

Bien que le vaccin hexavalent (= dirigé contre 6 maladies mais contenant plus que 6 antigènes) qui a récemment été lié à des cas de mort subite du nourrisson (SMSN) soit uniquement autorisé en Europe, il existe un certain nombre de vaccins multi-doses « obligatoires » dans le programme de vaccination des Etats-Unis – y compris le Diphtérie-tétanos-coqueluche acellulaire (DTCa), le ROR qui font se poser la question suivante : les risques d’effets indésirables, y compris les risques de décès sont-ils amplifiés avec les vaccins multidoses par rapport aux vaccins à dose unique ?

 

Il existe aussi toute une gamme de vaccins en développement ou qui sont déjà sur le marché et qui sont inclus ou seront éventuellement inclus dans un calendrier de vaccination des enfants en pleine expansion :

 

a)Pentacel (= DTCa, ActHIB & polio injectable/IPV), 

b) Comvax (Hep B & PedvaxHIB), 

c) Pediarix (DTCa, IPV, & Hep B), 

d) ProQuad (= vaccin tétravalent regroupant les valences ROR + varicelle), 

e) ActHIB - HIB & Vaccin contre le tétanos, or HIB & DTCa, 

f) Hiberix (HIB & toxine tétanique), 

g) PedvaxHIB (HIB & antigènes de méningocoques du groupe B), 

h) Menhibrix (méningocoques des groupes C & Y, HIB & toxine tétanique)

i) Menactra (méningocoques des groupes A, C, Y, W-135 & toxine diphtérique)

j) Prevnar-13 (13 souches de pneumocoques & protéine de la toxine diphtérique)

 

Le Dr Larry Palevsky, MD a souligné que :

 

« Même si les vaccins ne contiennent prétendument qu’un antigène bactérien ou viral (comme pour la varicelle et l’hépatite A), il existe dans ces vaccins plusieurs autres antigènes qui les rend de fait multivalents. Et ce sont ces vaccins que l’on administre le plus souvent en même temps que d’autres vaccins, faisant de ces vaccins à antigène unique des injections multivalentes. »

 

Il peut s’agir d’antigènes bactériens, viraux ou même de levures, de toxines environnementales connues, de protéines, d’autres bactéries contaminantes, de virus et de levures. Par définition, tous les vaccins sont multivalents.

 

[…] L’injection du vaccin contre l’hépatite A, bien qu’il soit signalé qu’il ne contient qu’un seul antigène viral, contient en fait de multiples antigènes, comme l’hydroxyde d’aluminium, des acides aminés, du phosphate disodique, du mono phosphate de potassium, du sulfate de néomycine, du polysorbate-20, du chlorure de potassium, du chlorure de sodium et de l’eau. Voir ici notice du vaccin anti-hépatite A de GSK, Havrix

 

Voici les ingrédients pathogènes connus dans le calendrier de vaccination :

 

DTCa – 3 bactéries

 

HIB -1 bactérie

 

Prevnar-13 – 13 bactéries

 

Menactra – 4 bactéries

 

Hépatite B – 1 virus

 

Hépatite A – 1 virus

 

Polio – 3 virus

 

Grippe – 3 virus

 

ROR – 3 virus

 

Varicelle – 1 virus

 

Rotavirus – 5 virus

 

Gardasil – 4 virus

 

Le vaccin combiné Pentacel (DTCa, Polio, HIB) administré à des enfants à 2,4,6 & 15-18 mois contient le vaccin Act-HIB (HIB et Tétanos),avec une multitude d’autres bactéries (diphtérie, coqueluche, tétanos) et 3 antigènes viraux de la polio. Le vaccin combiné Comevax (hépatite B+ HIB), administré trois fois aux nourrissons au cours de leur première année de vie, contient l’antigène viral de l’hépatite B & l’antigène de la levure Saccharomyces cerevisiae avec le vaccin Pedvax HIB (la bactérie HIB + l’antigène bactérien sérotype B du méningocoque Neisseria)

 

Le système immunitaire humain n’aime pas particulièrement jouer avec des antigènes injectés. En d’autres mots, un antigène non bactérien et non viral suscite également des réponses du système immunitaire, comme pour les autres antigènes bactériens ou viraux. »

 

 

Etant donné le nombre d’expositions « antigéniques » dues aux vaccins, singulièrement ou sous forme multi-doses, le nombre de réactions immunologiques possibles chez les nouveau-nés est tout simplement hallucinant – surtout si l’on tient compte du peu de connaissance que nous avons du système immunitaire, du développement du cerveau et de la physiologie du nourrisson.

 

Compte tenu du poids des preuves qui établissent des liens entre les vaccinations infantiles et une mortalité plus élevée, les résultats de ce nouvel article ne devraient pas représenter une énorme surprise.

 

Les chercheurs «  ont examiné un grand nombre de victimes de la mort subite du nourrisson pour pouvoir mettre en valeur une relation causale possible entre  l’administration d’un vaccin hexavalent et la mort subite du nourrisson. » Ils ont sélectionné 110 cas pour examen, et ont trouvé que dans « 13 cas (11,8%) le décès survenait en association temporelle avec l’administration du vaccin hexavalent (dans un délai de 1 à 7 jours). »

 

Aucune des victimes ne présentait d’altérations congénitales du développement des structures cérébrales régulant les fonctions vitales. Bien que des anomalies cérébrales aient été notées, et que les chercheurs précisaient que leur étude ne prouvait pas un lien de causalité entre les vaccins hexavalents et la mort subite du nourrisson, ils ont néanmoins émis l’hypothèse que « les composants du vaccin pourraient jouer un rôle direct dans le déclenchement d’une issue fatale chez les bébés vulnérables. » Ils ont conclu :

 

« Nous soutenons la nécessité de bien étudier les décès qui surviennent dans un court laps de temps après le vaccin hexavalent et que ceux-ci soient soumis à un examen post-mortem en particulier du système nerveux autonome par un expert en anatomopathologie afin de pouvoir évaluer objectivement le rôle causal possible que pourrait jouer le vaccin dans les cas de Syndrome de mort subite du nourrisson (SMSN). »

 

Ceci n’est en aucune manière le premier rapport dans la littérature médicale qui établirait un lien entre les vaccins hexavalents et le SMSN.

 

tombe enfant fotolia

Une recherche rapide sur pubmed.gov en révélera pas mal d’autres dont une première qui date de 2006 et qui a été publiée dans le journal Vaccine, sous le titre : « Cas inexpliqués de mort subite du nourrisson peu après le vaccin hexavalent » et qui conclut après autopsies qu’il s’agissait  « probablement de complications fatales après administration de vaccins hexavalents. »

 

En 2011, une autre étude a été publiée dans Statistics in Medicine intitulée : « Une méthode… pour examiner l’association entre les vaccinations multidoses et les décès », a conclu que sur la base de l’examen de 300 morts subites inexpliquées à la suite de vaccins penta- ou hexavalents, il a été constaté qu’« une augmentation du risque 16 fois supérieure après la 4ème dose pourrait être détectée avec une puissance d’au moins 90% » et qu’ « après la vaccination, une augmentation générale du risque par deux, pourrait être détectée avec une puissance de 80% ».

 

Une autre étude de 2011 publiée dans PLOS, intitulée : « Cas de morts subites et vaccinations durant les deux premières années de vie en Italie : une étude de plusieurs cas » a enquêté sur le signal d’une association entre la vaccination avec le vaccin hexavalent  au cours de la deuxième année de vie et la mort subite du nourrisson (SMSN) dans les deux jours suivant la vaccination. La chose avait été rapportée en Allemagne en 2003. L’étude italienne a cherché à établir si les vaccins hexavalents augmentaient à court terme le risque de SMSN chez les nourrissons. L’étude a analysé les cas de 604 enfants qui sont décédés de la mort subite du nourrisson (MSN). Parmi ces enfants, 244 (40%) avaient reçu au moins une dose de vaccin. Quatre décès se sont produits dans les deux jours qui ont suivi la vaccination avec le vaccin hexavalent, ce qui représente une augmentation de 50% du risque relatif. Le risque relatif de MSN pour les périodes de 0 à 7 jours et de 0 à 14 jours a été de 100% [2.0 RR] et de 50% [1.5 RR]. L’étude a conclu qu’il y avait un risque accru de 120% [2.2RR] associé à la première dose du vaccin hexavalent.

 

De toute évidence, les deux études de cas et les grandes études épidémiologiques confirment la possibilité que le vaccin hexavalent peut être mortel chez des personnes sensibles. La question importante suivante concerne le mécanisme qui est en jeu.

 

L’une des premières études qui ont présenté une explication a été publiée en 2006 dans la revue internationale de pathologie, Virchows Archives et intitulée : « Syndrome de la mort subite du nourrisson (SMSN) peu de temps après l’administration du vaccin hexavalent : une autre pathologie dans les cas suspects de SMSN ? » L’étude a examiné l’analyse des experts de l’Agence Européenne des Médicaments dans le cadre d’une enquête de 2003 portant sur un lien éventuel entre les vaccins hexavalents et 5 cas de décès d’enfants. L’étude en question fait remarquer que ces experts ont accordé trop « peu d’attention à l’examen du tronc cérébral et du système de conduction cardiaque sur des coupes en série. La possibilité du rôle déclenchant du vaccin sur ces décès n’a pas non plus été examinée. » L’étude poursuit en commentant les résultats d’autopsie d’une petite fille de 3 mois qui est décédée soudainement et de manière inattendue immédiatement après l’administration du vaccin hexavalent. L’autopsie a révélé que « le système fœtal de conduction cardiaque présentait une dispersion persistante et une dégénérescence de résorption. » L’auteur a émis l’hypothèse suivante : « la mort inattendue de ce bébé vulnérable (nourrisson avec une hypoplasie bilatérale du noyau arqué ; le noyau arqué est une région de l’hypothalamus) pourrait avoir été déclenchée par le vaccin hexavalent. Ce cas est compatible avec le modèle du triple risque de SMSN [1], une hypothèse incluant une vulnérabilité biologique sous-jacente aux facteurs de stress exogènes et des facteurs déclenchants au cours d’une période critique du développement. »

 

Le rapport a conclu :

 

« Cette affaire offre un aperçu unique par rapport au rôle possible du vaccin hexavalent dans le déclenchement d’une issue fatale chez un bébé vulnérable. Tout cas de mort subite et inattendue se produisant dans la période périnatale et en particulier peu de temps après une vaccination, devrait toujours être soumis à une autopsie complète selon nos lignes directrices. »

 

Une autre étude de cas publiée dans Forensic Science International en 2008 sous le titre « Beta-tryptase et augmentation quantitative des mastocytes dans un cas de mort subite de nourrisson après l’immunisation au moyen du vaccin hexavalent » décrit le cas mortel d’une petite fille de 3 mois qui est décédée dans les 24 heures qui ont suivi l’administration d’un vaccin hexavalent. Les auteurs ont conclu :

 

« … L’insuffisance respiratoire aiguë vraisemblablement due au choc produit après le vaccin hexavalent a été la cause du décès. »

 

La possibilité que le vaccin hexavalent puisse produire un choc a même été reconnue par le fabricant du vaccin. La notice PDF du vaccin hexavalent de GlaxoSmithKline (INFANRIX) décrit les données de surveillance post commercialisation sur les effets indésirables qui, dans la section « Troubles du système nerveux »  mentionne l’effet secondaire suivant : « collapsus ou état de choc (épisode d’hypotonie-hyporéactivité). »

 

Les informations ci-dessus indiquent clairement que le vaccin hexavalent est une cause possible de mortalité infantile attribuée par erreur ou intentionnellement à un syndrome idiopathique c'est-à-dire à une « cause inconnue » de syndrome de mort subite du nourrisson (SMSN) – afin de cacher les risques mortels associés à la vaccination de routine. La question demeure pour les parents : cette « pente glissante » de l’administration simultanée de vaccins pourrait-elle représenter une intervention létale pour mon nouveau-né ? Une question sans cesse éludée en tant que telle alors que la littérature (médicale) suggère pourtant clairement qu’il y a un danger. Il semble qu’il ait fallu la conception des vaccins hexavalents pour pouvoir mettre en valeur l’orgueil démesuré qui a pu présider à l’injection imprudente de matériel immunogène dans le corps des enfants les plus vulnérables.  

 

[1]   Filiano JJ, Kinney HC (1994) A perspective on neuropathologic findings in victims of sudden infant death syndrome: the triple risk model. Biol Neonate 65:194–197

 

Source : Greenmedinfo.com

 

 Les auteurs :

 

Dr-Kelly-Brogan--psychiatre.JPG

Le Dr Brogan est médecin spécialisé en psychiatrie. Elle a une formation allopathique et holistique. Elle s’est spécialisée dans les soins pour la femme à tous les stades du cycle de la reproduction. Elle traite  les symptômes d’anxiété, d’humeur, de la dysphorie prémenstruelle, les troubles liés à la grossesse, la symptomatologie post-partum, ainsi que des maladies liées à la ménopause. Pour en apprendre davantage sur le Dr Brogan : www.kellybroganmd.com. Il est aussi possible de la rejoindre sur Facebook.

 

Sayer J

M. Sayer Ji est le fondateur de GreenMedInfo.com - Il est auteur, éducateur, membre du Comité directeur de la Coalition Mondiale contre les OGM (GGFC), ainsi que membre du Conseil consultatif de la Fédération Nationale de Santé. Il a fondé GreenMedInfo.com en 2008 pour pouvoir apporter au monde un libre accès aux ressources fondées sur des preuves et ayant trait à des modalités naturelles et intégratives. Il est largement connu comme étant la ressource de santé naturelle la plus largement  référencée en son genre.

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
18 juin 2014 3 18 /06 /juin /2014 22:10

2,4 M€ pour une infirmière atteinte de SEP après un vaccin  

18 juin 2014 

vaccin, 2,4 millions euros victime

Suite à une vaccination à caractère obligatoire contre l'hépatite B en 1992, une infirmière a présenté « des désordres neurologiques, des troubles visuels, des paresthésies des quatre extrémités et d’autres symptômes relevant de la symptomatologie de la sclérose en plaques».

 

Au mois d’octobre 1995 est diagnostiquée une sclérose en plaques. Mme A. a recherché la responsabilité de l’Etat au titre de cette maladie devant la juridiction administrative.

La Cour d’appel a fait application du principe d’imputabilité du dommage aux injections vaccinales. En l’espèce, l’Etat, et non l’office national d’indemnisation des accidents médicaux, des affections iatrogènes et des infections nosocomiales, est tenu d’indemniser la victime dans la mesure où les faits sont antérieurs à 2002 (avant la création de l'ONIAM.

Après avoir évalué l’ensemble des postes de préjudice de la victime, la Cour d’appel condamne l’Etat à lui verser près de 2,4 millions d’euros. Ce montant comprend les frais liés au handicap et à la perte d'autonomie, notamment l'assistance d'une tierce personne, ainsi que  la perte de revenus et le préjudice professionnel.

Le Centre Hospitalier spécialisé de Saint-Cyr-au-Mont-d'Or, qui a employé Mme A...à compter du 1er septembre 1993 a droit au remboursement des sommes qu'il a versées à Mme A... au titre des congés dont elle a bénéficié du fait de sa maladie.

 

Source : Rédaction ActuSoins

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article
15 juin 2014 7 15 /06 /juin /2014 08:00

VACCINATIONS : Informez-vous des risques et des échecs 

 

Barbara-Loe-Fisher-Protection-of-human---civil-rights.JPG

 

Le NVIC (Centre national américain d’information sur les vaccins) réclame une réforme de la loi et de la politique vaccinale pour la protection des droits civils et humains

  

Par Barbara Loe Fisher, Présidente du NVIC, 18 mai 2014

 

Peu importe qui vous soyez et où vous habitez, il est toujours très difficile de faire partie d’une minorité. Il faut du courage pour suivre la voix de sa conscience. Il faut du courage pour se lever  et dire ce que vous savez  juste quand vous êtes la cible, quand vous êtes sanctionné par ceux qui s’arrogent le droit de vous intimider de vous rejeter pour qui vous êtes et pour ce que vous croyez.

 

Ceci est particulièrement vrai pour ceux qui se lèvent et prennent la parole pour défendre le droit de pouvoir faire des choix éclairés et volontaires au sujet des vaccins, qui sont autant de produits pharmaceutiques qui comportent des risques de préjudices et d’échec qui, pour certains peuvent être plus importants que pour d’autres. [1, 2, 3]

 

Le consentement éclairé par rapport à des risques médicaux est un droit humain fondamental

 

La  liberté de prendre des décisions volontaires par rapport à ce pourquoi  vous êtes prêt à risquer votre vie ou celle de vos enfants est un droit humain et civil.

 

C’est un droit humain fondamental que de pouvoir exercer un consentement volontaire et éclairé par rapport à des risques médicaux [4, 5, 6], y compris les risques liés aux produits pharmaceutiques et à  des produits comme les vaccins. Aux Etats-Unis, les parents d’enfants mineurs ont le droit et la responsabilité de prendre des décisions  par rapport à des risques que pourraient encourir leurs enfants. [7,8, 9]

 

La liberté de pensée, de parole et de croyance : un droit civil

 

C’est la Constitution qui garantit aux américains le droit civil d’exercer leur liberté de pensée, de parole et de croyance. [10,11,12]  Le droit de contester et de réclamer de la part du gouvernement la réparation de préjudices, comme de pouvoir tenir à des croyances qui diffèrent de celles de la majorité Tout cela sont des droits protégés parce que les pères fondateurs de notre nation avaient compris que les minorités devaient être protégées de l’oppression de la majorité. [13]

 

Ciblés, victimes d’intimidation, rejetés et sanctionnés

 

Dans l’Amérique d’aujourd’hui, certains citoyens sont victimes de discrimination et persécutés parce qu’ils veulent suivre la voix de leur conscience et parce qu’ils veulent, en matière de vaccinations, pouvoir faire des choix qui ne sont pas conformes à la politique de santé du gouvernement fédéral. Ils sont ciblés, intimidés, évités et sanctionnés. [14, 15] Des médecins [16]  et de puissants groupes d’intérêts [17,18,19, 20] associés à des sociétés pharmaceutiques privées [21] et à des associations médicales commerciales [22] se sont joints aux officiels de santé [23,24], ainsi qu’aux lobbies qui exercent leur influence sur les législateurs pour éliminer ou réglementer strictement le droit d’exercer un consentement éclairé par rapport aux risques que représentent les vaccins. [25, 26, 27]

 

Des lois ont été adoptées pour restreindre les exemptions non médicales 

 

Au cours des trois dernières années, des lois ont été adoptées dans les états de Washington, [28] de Californie [29] et d’Orégon [30] pour obliger les parents qui se réclament d’exemptions non strictement médicales, de se soumettre à une « éducation vaccinale » obligatoire ou de demander la signature de pédiatres qui refusent déjà de fournir des soins médicaux aux enfants qui ne reçoivent pas les 69 doses de 16 vaccins recommandés par le gouvernement fédéral. [31]

 

Le Colorado maintient les exemptions pour croyances personnelles

 

Mais cette année, au Colorado, les citoyens concernés se sont opposés publiquement et fermement aux tentatives des lobbyistes professionnels qui voulaient restreindre les droits au consentement éclairé en matière vaccinale. [32]

 

Le 2 mai 2014, le Colorado a été le premier à voter l’exemption  pour croyance personnelle. [33]


Parents-du-Colorado.jpg

Parents du Colorado qui se sont opposés au projet de loi visant à restreindre les possibilités d’exemption vaccinale pour croyances personnelles

 

A « Times Square », le NVIC a fait ériger une affiche lumineuse géante réclamant le choix en matière de vaccins.

 

C’est le jour même où les législateurs du Colorado  ont voté pour réaffirmer la liberté de conscience en Amérique, que le NVIC a financé l’érection d’une affiche lumineuse géante à Times Square réclamant la possibilité de choix en matière de vaccinations et célébrant ainsi la liberté d’expression. [34] Le message de l’affiche géante est clair et simple : « Vaccinations ? Informez-vous des risques et des échecs : Votre santé, votre famille, votre choix » Ce message (24h. sur 24) va être maintenu au cœur même de Broadway (New-York City) et sera vu jusqu’à la mi-juillet.

 

NVIC-Bilboard.jpg

Taux élevés de vaccination et échecs de la vaccination

 

Les officiels de Santé publique admettent que depuis plus de 30 ans, les Etats-Unis ont atteint un taux de plus de 95% de vaccination chez les enfants qui entraient à l’école maternelle, et ce, pour au moins sept vaccins, y compris la coqueluche [39,40].

 

Maintenant, ces mêmes officiels de Santé publique admettent que les enfants et les adultes peuvent être complètement vaccinés et pourtant encore être infectés par la coqueluche et la transmettre aux autres sans même s’en apercevoir. [41, 42] Des épidémies récentes d’oreillons et de rougeole ont été signalées parmi des enfants et des adultes complètement vaccinés. On a constaté que le vaccin contre la grippe avait un taux d’efficacité inférieur à 60% au cours de la plupart des années où il a été appliqué. [43, 44, 45, 46, 47]

 

Les Pharmas sont protégés par rapport à toute responsabilité civile

 

Dans le même temps, le gouvernement fédéral a versé près de 3 milliards de dollars en dédommagement aux victimes de vaccins depuis que le Congrès a voté le National Childhood Vaccination Injury Act en 1986. [48] Cette loi interdit la plupart des poursuites à l’encontre des compagnies pharmaceutiques et des médecins [49] pour dommages causés par les vaccins. En 2011, la Cour Suprême des Etats-Unis est encore allée plus loin en accordant aux fabricants de vaccins une protection complète par rapport à toute responsabilité concernant ces produits – même quand il aurait été possible de rendre des vaccins plus sûrs. [50] Ces dispositions ont scellé un cruel destin pour deux victimes de vaccins sur trois qui ne recevront pas le dédommagement  qu’elles auraient dû recevoir en fonction  du « Federal vaccine injury compensation program.[51]. Maintenant les compagnies peuvent jouir d’un procédé rapide d’autorisation de mise sur le marché des vaccins [52]. Ces vaccins pourraient être plus réactifs et moins efficaces qu’ils devraient être, car ceux qui développent, règlementent, commercialisent, administrent et font la promotion des vaccins échappent à toute forme de responsabilité juridique.

 

En fonction de la sensibilité individuelle, le fardeau des risques vaccinaux est tout à fait inégal

 

Au cours des trois dernières décades, l’Institut de Médecine a publié une série de rapports qui souligner les grandes lacunes dans la science qui s’occupe de la sécurité des vaccins [53, 54] confirmant le fait que certaines personnes sont génétiquement, biologiquement et environnementalement plus susceptibles de souffrir d’inflammations cérébrales ou d’autres types de réactions graves aux vaccins, mais les médecins ne savent pas qui va subir des dommages ou mourir à la suite des vaccinations. [55,56] Il est devenu très clair que les politiques de vaccination passe-partout font courir un risque disproportionné et inégal de dommages vaccinaux. [57]

 

Peut-être avez-vous déjà découvert que vous ou votre enfant faites partie de cette minorité vulnérable qui encourt des risques plus importants de dommages – vous connaissez probablement des parents ou des amis qui se trouvent dans ce cas ?

 

Si c’est le cas, vous pourrez aisément comprendre pourquoi une loi qui oblige tout le monde à avoir recours à un produit pharmaceutique qui comporte un risque plus important et  imprévisible de dommages ou de décès pour une minorité de personnes plus vulnérables n’est tout simplement pas humain (alors même que la plupart de ces personnes ignorent complètement qu’elles sont justement plus vulnérables). Une politique gouvernementale qui facilité la sélection de facto de certaines personnes pour un sacrifice au nom de la santé publique ne peut être ni morale ni juste.

 

NVIC-maman-qui-protege-sa-fille.JPG

Chaque vie est importante

 

Chaque vie est importante et il devient urgent que tous les Américains se lèvent, prennent la parole et prennent des mesures pour défendre nos droits humains et civils par rapport aux risques que présentent les vaccins.

 

Joignez-vous au NVIC pour nous aider à faire passer l’information sur la question de la sécurité des vaccins, le suivi, le consentement éclairé, et pour que ces points soient respectés dans les politiques vaccinales, dans les lois qui doivent protéger à la fois ceux qui choisissent d’avoir recours à tous les vaccins recommandés par le gouvernement, comme ceux qui ont souhaité faire un autre choix.

 

[…] C’est ce que vous choisirez de faire, ce que nous choisirons tous de faire maintenant qui déterminera quel type d’Amérique nous lèguerons à nos enfants et à nos petits-enfants. Parce que si l’état peut se permettre de cibler, traquer et forcer des personnes à subir des injections contre leur gré au moyen de produits biologiques de toxicité connue ou inconnue, il n’y aura bientôt plus de limites pour que l’état puisse se permettre de nous enlever nos libertés individuelles au nom du plus grand bien.

 

Il y va de votre santé, de votre famille, de votre possibilité de choix.

 

Quarante-neuf-doses-de-14-vaccins-avant-l-age-de-6-ans.JPG

 

Références :

 

 1   Institute of Medicine Committee to Study New Research on Vaccines. DPT Vaccine & Chronic Nervous System Dysfunction: A New Analysis. Washington, D.C.: National Academy Press 1994. 

2  Institute of Medicine Committee to Review Adverse Effects of Vaccines. Adverse Effects of Vaccines: Evidence and Causality. Evaluating Biological Mechanisms for Adverse Events, Increased Susceptibility. Washington, DC: The National Academies Press 2012.

3 Department of Health & Human Services. Health Resources Services Administration. Vaccine Injury Compensation Program Statistics Report

4 Nir E. Informed Consent. Stanford Encyclopedia of Philosophy Sept. 21, 2011.

5 Grodin MA, Annas GJ. Legacies of Nuremberg – Medical Ethics and Human Rights. JAMA 1996; 276(20): 1682-1683

6 Council of Europe. Convention for the Protection of Human Rights and Dignity of the Human Being with regard to the Application of Biology and Medicine: Convention on Human Rights and Biomedicine. Apr. 4, 1997.  

7 Klicka CJ. Decisions of the United States Supreme Court Upholding Parental Rights as “Fundamental.” Home School Legal Defense Association Oct. 27, 2003.

8 State of Texas. Family Code: Chapter 151 - Rights and Duties in Parent-Child Relationship. Sept. 1, 2007.

9 Diekema DS. Ethics in Medicine: Parental Decision Making. University of Washington School of Medicine 2014.

10 American Library Association. First Amendment of the Bill of Rights to the United States Constitution.

11 The Free Dictionary. Fourteenth Amendment of the U.S. Constitution. West’s Encyclopedia of American Law 2008.

12 Erler EJ. The Fourteenth Amendment and the Protection of Minority Rights. Brigham Young University Law Review 1987.

13 Bill of Rights Institute. Majority Rule versus Minority Rights

14 NVIC.org. Cry for Vaccine Freedom Wall.

15 The Inquisitor. Parents Blackmailed by Doctor: Consent to Vaccine or We Take Your Newborn. Mar. 28, 2014.

16 Fagone J. Will This Doctor Hurt Your Baby? Philadelphia Magazine May 27, 2009.

17 Attkisson S. How Independent Are Vaccine Defenders? CBS News July 26, 2008.

18 Every Child by Two (ECBT). Daycare Center and School Immunization Mandates: A Position Statement of Every Child by Two. Dec. 5, 2012.

19 Schneider S. Big Pharma’s faking a “grass roots” campaign to keep Jenny McCarthy off “The View.” News from Underground Aug. 1, 2013.

20 Lucas G. Vaccination effort, ‘religious exemption’ at odds. Capitol Weekly Feb. 11, 2014.

21 Associated Press/Fox News. Merck Lobbies for HPV Vaccine to Become Law. Jan. 30, 2007.

22 American Academy of Family Physicians (AAFP). Pediatric Infectious Diseases Society Rejects ‘Personal Belief’ Immunization Exemptions. AAFP News May 4, 2011.

23 Association of State and Territorial Health Officials (ASTHO). Immunization Resource Guide. 2013.

24 Association of Immunization Managers (AIM). Position Statement on Personal Belief Exemptions from State Vaccination Mandates. Jan. 21, 2014.

25 Fisher BL. Americans Fight for Vaccine Choices: Philosophical Exemption to Vaccination Saved in Vermont. NVIC Newsletter May 14, 2012.

26 KQED (NPR) Radio. New Efforts Put Pressure on Parents to Vaccinate Kids. Forum with Michael Krasny Aug. 22, 2013.

27 Bryson D, McKay B. States Weigh Tougher Rules for Allowing Exemptions. Wall Street Journal Jan. 5, 2014.

28 Fisher BL. Washington State Vaccine Law Threatens Exemptions and Violates Privacy. NVIC Newsletter Feb. 13, 2011.

29 Richardson D. Testimony Opposing California AB2109 on behalf of NVIC. June 20, 2012.

30 Gray CD. Senate Passes Bill to Restrict Vaccine Exemptions. The Lund Report June 7, 2013.

31 Wang S. More Doctors ‘Fire’ Vaccine Refusers. Wall Street Journal Feb. 15, 2012.

32 NVIC.org. Colorado Hearing on House Bill 1288 to Restrict Personal Belief Exemption to Vaccination: Parents Opposing Vaccine Bill Outnumber Supporters 3 to 1 at Public Hearing. NVIC Newsletter Mar. 20, 2014.

33 NVIC.org. Colorado Legislators Protect Personal Belief Exemption But Vaccine Bill Still Opens Door for Harassment. NVIC Newsletter May 6, 2014.

34 NVIC Know the Risks Education Campaign. NY Times Square. May 2014.

35 NVIC.org Reforming Vaccine Policy & Law: A Guide. NVIC. May 2014.

36 Scheibel AB. Embryological Development of the Human Brain. Johns Hopkins School of Medicine 1997.

37 Morgan XC, Segata N, Huttenhower C. Biodiversity and Functional Genomics. Trends in Genetics 2013; 29(1): 51-58.

38 Lemaire D, Barbosa T, Rihet P. Coping with genetic diversity: the contribution of pathogen and human genomics to modern vaccinology. Braz J Med Biol Res 2012; 45(5): 376-385.  

39 Hinman AR, Orenstein WA Schuchat A. Vaccine Preventable Diseases, Immunization and MMWR 1961-2011. MMWR 2011; 60(04): 49-57.

40 CDC. Vaccination Rates Among Children in Kindergarten – United States, 2012-2013 School Year. MMWR Aug. 2, 2013; 62(30): 607-612.

41 Witt MA, Katz PH, Witt DJ.  Unexpectedly Limited Durability of Immunity Following Acellular Pertussis Vaccination in Pre-Adolescents in A North American Outbreak.Clin Infect Dis 2012; 54(12): 1730-1735.

42 Food and Drug Administration. FDA Study Helps Provide An Understanding of Rising Rates of Whooping Cough and Response to Vaccination. FDA Press Release: Nov. 27, 2013.

43 Cortese MM, Jordan HT, Aaron TC et al. Mumps Vaccine Performance among University Students During a Mumps Outbreak. Clin Infect Dis 2008; 46(8): 1172-1180. 

44 Rosario F. Mumps Outbreak at Fordham.New York Post Feb. 21, 2014.  

45 CCTV News. Measles among vaccinated kids raises questions. The Canadian Press Oct. 20, 2011.

46 Ohmit SE, Petrie JG, Malosh RE, et al. Influenza Effectiveness in the Community and the Household. Clinical Infectious Diseases  Feb. 14, 2013.

47 CDC. Interim Adjusted Estimates of Seasonal Influenza Vaccine Effectiveness—United States, February 2013. MMWR Feb. 22, 2013; 62:119-23.

48 Health Resources Services Administration. Vaccine Injury Compensation Program Statistics Report.  

49 Supreme Court of the United States. Bruesewitz v Wyeth: Brief of Amici Curiae National Vaccine Information Center, Its Co-founders and 24 Other Organizations in Support of Petitioners.No. 09-152. June 1, 2010.

50 Supreme Court of the United States. Bruesewitz v. Wyeth. Feb. 11, 2011.

51 Health Resources Services Administration. Vaccine Injury Compensation Program Statistics Report.  

52 NVIC.org. Merck’s Gardasil Vaccine Not Proven Safe for Little Girls: National Vaccine Information Center Criticizes FDA for Fast Tracking Licensure. NVIC Press Release June 27, 2006.

53 Institute of Medicine Vaccine Safety Committee. Adverse Effects of Pertussis and Rubella Vaccines: Afterward on Research Needs. Washington, DC. The National Academies Press. 1991.

54 Institute of Medicine Vaccine Safety Committee. Adverse Events Association with Childhood Vaccines: Evidence Bearing on Causality: Need for Research and Surveillance. Washington, D.C. The National Academies Press 1994. Also see Reference # 1.

55 Institute of Medicine Committee to Review Adverse Effects of Vaccines. Adverse Effects of Vaccines: Evidence and Causality: Evaluating Biological Mechanisms of Adverse Events: Increased Susceptibility.  Washington, DC: The National Academies Press 2012. 

56   Institute of Medicine Committee on the Assessment of Studies of Health Outcomes Related to the Recommended Childhood Immunization Schedule. The Childhood Immunization Schedule and Safety: Stakeholder Concerns, Scientific Evidence and Future Studies: Conclusions About Scientific Findings and Review of Scientific Findings. Washington, DC: The National Academies Press 2013.

57 NVIC.org. International Memorial for Vaccine Victims.

Posted: 5/18/2014 10:01:09 PM | with 6 comments

 

Source: NVIC

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article
14 juin 2014 6 14 /06 /juin /2014 15:00

"Je ne suis pas anti-vaccin, mais le vaccin contre la rougeole n’empêchera pas les épidémies"

 

Par Lawrence Solomon, 9 juin 2014


Vaccine_Shot--rougeole-.jpg

 

Les récentes épidémies de rougeole au Canada et aux Etats-Unis ont représenté un choc pour de nombreux experts de santé publique. Mais pas pour le Dr Gregory Poland qui est l’un des penseurs les plus admirés et les plus avancés au monde dans le domaine de la vaccinologie.

 

Le vaccin contre la rougeole a échoué, a-t-il expliqué il y a deux ans dans un article prémonitoire : « La résurgence de la rougeole dans les pays développés ».

 

Dans cet article, il a averti qu’en raison de facteurs que la plupart n’ont pu remarquer, la rougeole qui réapparait pose une menace grave de santé publique. Heureusement, dans ce document et ailleurs, il a aussi précisé ce qu’il y avait lieu de faire.

 

Le Dr Poland n’est pas contre les vaccins. Non seulement il figure parmi les critiques les plus virulents de « l’irrationalité des antivaccinalistes », mais il est aussi l’un des  plus ardents défenseurs des vaccins et du bien que ceux-ci peuvent apporter.

 

Comme professeur de médecine, et fondateur de la recherche sur les vaccins de la Clinique Mayo, l’une des plus grandes organisations de recherche sur les vaccins au monde ; en tant que rédacteur en chef de la revue scientifique Vaccine évaluée par les pairs ; en tant que récipiendaire de nombreux prix ; en tant que président du comité de suivi des données sur les vaccins pour le géant pharmaceutique Merck ; en tant que titulaire de brevets de fabrication de vaccins ; en tant que personnalité qui jouit du statut d’employé spécial des Centres de contrôle et de maladies du Département Américain de la Défense, et en tant que personne qui siège à chaque comité fédéral ayant trait aux vaccins, il ne peut être accusé d’avoir une perspective étroite dans la domaine des vaccins.

 

Il voit la nécessité d’une refonte majeure, après avoir conclu qu’il est peu probable que le vaccin  actuel contre la rougeole soit à la hauteur prévue pour lutter contre la maladie :

 

« Les épidémies se produisent même dans des pays très développés où l’accès aux vaccins, aux infrastructures de santé publique, l’alphabétisation ne sont pas des questions importantes. Tout ceci est inattendu, ainsi qu’un signe avant-coureur inquiétant – Des épidémies de rougeole se produisent là où on les attend le moins. », écrit-il dans son article de 2012, et dans lequel il énumère « le nombre surprenant de cas qui se sont produits chez des personnes qui avaient précédemment reçu un ou même deux doses (documentées) du vaccin contre la rougeole. »

 

Au cours des épidémies de 1989-1991 aux Etats-Unis, 20 à 40% des personnes touchées avaient reçu une ou deux doses du vaccin. Au cours de l’épidémie de 2011 au Canada « plus de 50% des 98 personnes  avaient reçu deux doses de vaccin contre la rougeole. »

 

Entre 2005 et 2011, le Dr Poland a relevé 15 foyers aux Etats-Unis et 33 en Europe au cours de la seule année 2011, impliquant plus de 30.000 cas connus. Entre-temps, «le Royaume-Uni avait une fois de plus déclaré une épidémie de rougeole… pareilles flambées résultent à la fois de l’absence de vaccination et de l’échec du vaccin. »

 

Le Dr Poland souligne souvent qu’il est déplorable que les gens ne se fassent pas vacciner. Mais le problème le plus fondamental découle  du fait que, dans la vie réelle, le vaccin est moins efficace que prévu, avec un taux d’échec trop élevé – entre 2 et 10 % ne développent pas les anticorps attendus après avoir reçu les deux vaccins recommandés. Parce que les personnes ont des types génétiques différents, le vaccin constitue un raté chez beaucoup, ne fournissant pas la protection attendue.

 

Pour aggraver les choses, même si le vaccin prend, la protection diminue rapidement, ce qui rend irréaliste l’objectif d’atteindre les 95% de couverture vaccinale dans la population générale qui sont estimés nécessaires pour protéger la santé publique. A titre d’exemple, 9 % des enfants qui reçoivent deux doses de vaccin comme les autorités de santé le recommandent, auront perdu leur immunité après sept ans et demi. Au plus les années passeront, au plus ils perdront de l’immunité. « Cela conduit à une situation paradoxale où, dans les sociétés hautement immunisées, la rougeole se produit principalement chez les personnes qui ont été vaccinées antérieurement » a expliqué le Dr Poland.

 

Les insuffisances du vaccin contre la rougeole ne s’arrêtent cependant pas là.

 

« Il ne peut être administré à ceux qui sont immunodéprimés, qui ont des allergies aux composants du vaccin, aux femmes enceintes [parmi d’autres limitations, laissant] une grande partie de la population sensible et non protégée contre la rougeole. Ces cas continueront de se produire. »

 

Selon le Dr Poland, la réponse se trouve dans nos gènes. En raison de leur prédisposition génétique, certaines personnes ne répondent pas à la vaccination contre la rougeole, même avec des rappels supplémentaires. De même, la prédisposition génétique des autres peut aussi les rendre vulnérables aux effets néfastes du vaccin contre la rougeole. Tout cela ne peut conduire qu’à la méfiance du public, y compris parmi les personnes instruites.

 

Ce qui est nécessaire, suggère le Dr Poland, c’est que les autorités de santé puissent accepter que le vaccin actuel contre la rougeole a tellement d’ inconvénients qui le rendent impraticable, qu’il est nécessaire de s’atteler à développer une nouvelle génération de vaccins.

 

La nouvelle génération de la technologie vaccinale inaugurée par la clinique Mayo, marie la vaccinologie à la génomique pour créer des vaccins personnalisés plutôt que des vaccins passe-partout. Grâce à cette nouvelle discipline médicale (« vaccinomics »), la science médicale ne possèdera pas seulement les moyens de réaliser un rêve datant de plusieurs décennies pour l’éradication de cette maladie comme aussi d’autres, mais pourra réaliser ce rêve  à moindre coût  pour répondre aux besoins d’un public averti.

 

REMARQUE IMPORTANTE DE L’EDITEUR DE « GREENMEDINFO »: nous ne croyons pas que le vaccin fonctionnera jamais comme on l’imagine à cause d’un malentendu fondamental sur la nature des maladies infectieuses et des vices redhibitoires dans les modèles immunologiques utilisés par la vaccinologie. [Initiative Citoyenne pense exactement de même et estime que cette obsession vaccinale relève d'un dogme et d'une idéologie qui empêchent tout discernement et toute analyse objective du désastre global des vaccins. Il est donc devenu impensable pour une majorité de médecins d'oser critiquer les vaccins sans montrer qu'ils ne sont pas des "traîtres à la cause", c'est à dire au dogme inquestionnable. Prétendre qu'un vaccin sera ajustable à l'organisme est une aberration puisque tout vaccin constitue un court-circuitage du fonctionnement normal du système immunitaire et que chacun reste unique sur un plan immunologique (la difficulté de trouver des donneurs d'organes compatibles et même quand cela arrive, la nécessité de donner à vie des traitements chimiques anti-rejet le prouvent!). Plus il s'agira de techniques artificielles, immaîtrisées et douteuses comme les techniques de génie génétique, plus les effets secondaires pourront être fréquents, diffus, graves et irréversibles (les exemples des vaccins contre l'hépatite B et le HPV, fabriqués par génie génétique, l'ont hélas bien montré; sans compter le risque de malignité lié à ces vaccins et même admis par l'OMS dans un de ses rapports techniques!). A un moment donné, l'honnêteté intellectuelle et le souci du Bien commun commande d'en revenir à la vérité des faits qui est que les risques statistiquement minoritaires de la rougeole ne justifiaient nullement d'exposer l'entièreté d'une population aux risques d'un vaccin incapable d'octroyer une immunité durable à vie comme celle conférée par la maladie naturelle. En ayant agité l'épouvantail de la rougeole, les vaccinologues ont créé de toutes pièces un nombre incroyablement plus élevé de cas graves, y compris d'ordre neurologique ]

 

Pour en savoir plus :

 

L’épidémie de rougeole de 2013 : l’échec d’un vaccin

 

L’immunité de groupe : science imparfaite et vaccination de masse

 

lawrene-Solomon.jpg

 

 

 

 

Lawrence Solomon est directeur de recherche au Consumer Policy Institute de Toronto.


Source: Greenmed.info

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Rougeole
commenter cet article
13 juin 2014 5 13 /06 /juin /2014 11:15

Des chercheurs développent un virus incroyablement mortel

 

virus-poison-cree-de-toutes-pieces.jpg


jeudi 12 juin 2014

 

Des chercheurs de l’université du Wisconsin ont développé un virus ultra contagieux en utilisant le principe de génétique inversée. Développé au sein du laboratoire du très controversé Yoshihiro Kawaoka, ce virus est composé de souches sauvages de la grippe aviaire qui ont été rendues volatiles, soit transmissibles par l’air. Ce qui le rend encore plus dangereux et contagieux. Des recherches qui subissent l’opprobre international au vu du danger qu’elles représentent pour l’humanité, mais qui ne cessent pas pour autant.

 

Pour ses défenseurs, les recherches de ce type permettent de mieux connaitre les virus et de mieux lutter contre ceux-ci en cas de pandémie majeure. Mais pour beaucoup, ce genre d’expérience est tout simplement de la pure folie. Dans une interview dans le Guardian, Lord May, l’ancien président de l’institut des sciences de la Royal Society, révèle que ce n’est "pas tellement la dangerosité d’un tel virus qui serait le véritable danger, mais bien les laboratoires arrogants et des chercheurs ambitieux. Qui peut jurer que ce genre de chose n’arrivera pas dans de mauvaises mains ou s’échappera par accident ? Personne". 

 

Sources : Le Vif & The Guardian

 

Un virus de la grippe similaire à celui de 1918 peut réapparaître

 

Washington (AFP) - 11.06.2014

 

Les virus de la grippe aviaire en circulation dans la nature contiennent tous les ingrédients génétiques pour former un agent pathogène similaire à celui responsable de la pandémie dévastatrice de 1918, selon une recherche publiée mercredi aux Etats-Unis.

 

Cette équipe internationale de virologues a identifié huit gènes dans plusieurs virus de la grippe, isolés chez des canards sauvages, qui ont des similarités remarquables avec ceux qui formaient le virus de la pandémie de grippe de 1918 responsable d'au moins 40 millions de morts dans le monde.

 

"Il y a des réservoirs de gènes dans la nature qui ont le potentiel, en se recombinant, de provoquer des pandémies graves à l'avenir", souligne Yoshihiro Kawaoka, un virologue de l'Université du Wisconsin-Madison, principal auteur de cette étude parue dans la revue américaine Cell Host and Microbe.

 

Pour évaluer le risque qu'un tel virus puisse acquérir ces huit gènes, ces chercheurs ont utilisé une méthode dite de génétique inverse pour recréer un agent pathogène qui diffère de celui de 1918 de seulement 3% dans ses acides aminés à partir desquels il produit ses protéines.

 

Cela a produit un virus plus virulent chez des souris et des furets qu'un virus ordinaire de la grippe aviaire, mais sans être aussi pathogène que celui de 1918. De plus, il était incapable de se transmettre entre ces mammifères par voie aérienne, le principal mode de transmission de la grippe.

 

Ces chercheurs ont alors déterminé le nombre de changements génétiques nécessaires pour que ce virus puisse se transmettre aisément chez des furets, le modèle animal de recherche de référence pour cette infection des voies respiratoires.


Ils ont identifié sept mutations dans trois gènes du virus qui lui permettent de se transmettre aisément comme celui de la grippe de 1918.

 

Ce virus, formé de gènes circulant parmi les oiseaux sauvages et domestiques, montre que ces ingrédients génétiques peuvent potentiellement se combiner pour créer un agent pathogène dangereux et capable de provoquer une pandémie, souligne Yoshihiro Kawaoka.

 

Selon lui, savoir quels gènes rechercher dans un virus peut aider à prédire la probabilité de l'émergence d'une souche de la grippe capable de provoquer une pandémie, et permettre ainsi aux scientifiques d'élaborer des stratégies plus efficaces pour la combattre.

 

Ces travaux font aussi davantage la lumière sur les mécanismes responsables de l'adaptation des virus de la grippe aviaire chez les mammifères.

 

Les chercheurs ont en outre découvert que ce virus, proche cousin de celui de 1918, réagissait au vaccin actuel contre la grippe saisonnière qui protège notamment contre le virus H1N1 responsable de la pandémie de 2009.

 

Cela montre qu'il existe une protection vaccinale contre une pandémie potentielle, relèvent ces virologues.

 

Ils ajoutent que ce nouveau virus créé en laboratoire devrait être sensible à l'antiviral oseltamivir, actuellement efficace contre la grippe.

 

Sources : AFP, TV5.org,Enviro2b

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Pandémies à gogo
commenter cet article
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 05:50

Suspension du prononcé pour plusieurs parents qui avaient refusé de faire vacciner leur bébé contre la polio

 

Belga

 

Un couple originaire de Riemst qui avait refusé de faire vacciner sa petite fille contre la polio a obtenu mercredi la suspension du prononcé devant le tribunal correctionnel de Tongres. Le vaccin est légalement obligatoire, mais les parents estimaient ce dernier trop dangereux.

 

pauvre-enfant-vaccine.jpgPhoto DR. Commentaire d'IC: on lit  toute la détresse dans le regard de cet enfant dont toute la santé peut être compromise de façon irréversible par cet acte automatique, aveugle et totalement anti-scientifique.

 

La poliomyélite est une maladie très contagieuse provoquée par un virus qui envahit le système nerveux et peut entraîner une paralysie totale en quelques heures. Le vaccin est obligatoire depuis 1966 pour les enfants âgés entre deux et dix-huit mois.

 

Le couple avait refusé la vaccination de sa fille en 2009. Selon les parents, il était trop dangereux d’administrer un vaccin contenant du FORMALDEHYDE, une substance potentiellement cancérigène. Ils soulignaient également que le vaccin contre la polio n’était obligatoire qu’en Belgique et en France, au contraire des autres pays de l’Union européenne, où ce n’est plus le cas.

 

Même si la polio a presque totalement disparu dans nos pays, le tribunal a estimé qu’une vaccination était encore toujours primordiale en raison de l’immigration grandissante. Le juge a néanmoins fait preuve de compréhension envers les parents et leur a accordé la suspension du prononcé, ainsi qu’à un autre couple passé mercredi devant le même tribunal pour des faits similaires.

 

Source: Sudinfo.be

 

NB: Comme à son habitude, Belga donne dans l'à peu près vu qu'elle indique que le vaccin polio ne serait plus obligatoire qu'en Belgique et en France. En réalité, cette vaccination polio est encore obligatoire dans plusieurs pays d'Europe de l'Est (Pologne, Slovénie, Slovaquie, Hongrie etc) ainsi que dans des pays comme l'Italie, la Grèce, etc. Voir notamment ICI. Certains y verront là une (fausse) preuve ou indication que la Belgique ne serait pas si insensée que cela en maintenant une telle obligation vaccinale mais il ne faut pas oublier que les Etats n'ont que peu de pouvoir en matière sanitaire compte tenu de l'influence écrasante, en réalité quasi d'ordre dictatorial, de l'OMS dont les mensonges et le degré de corruption ne sont plus à prouver bien qu'elle continue cependant d'être en partie subsidiée par l'argent de contribuables-pigeons! Par conséquent, un semblant d'uniformité relève bien davantage d'un vrai pôle décisionnaire unique que d'un bon sens communément partagé...

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Vaccination polio-liberté vaccinale
commenter cet article
11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 21:23

Sanofi : nouvelle campagne de pub pour le Gardasil

 

Par Emmanuelle Sautot

 

Publié le 11/06/2014 

 

Le géant lyonnais de l'industrie pharmaceutique lance une grande campagne de presse concernant les infections liées aux papillomavirus humains (HPV). S'agit-il d'une contre-attaque après la trentaine de plaintes liées au vaccin Gardasil, destiné à prévenir le cancer du col de l'utérus et commercialisé par Sanofi Pasteur MSD, des doutes sur son efficacité ou des soupçons de conflits d'intérêts ?

 

Depuis le 4 juin, la campagne de publicité grand public, signée Sanofi, est visible dans des magazines de santé féminins comme Santé magazine ou Version Femina. La cible ? Les adolescentes qui peuvent être touchées par les infections à papillomavirus humains (HPV).  " 3028 cas de cancers de l'utérus et 40 000 lésions du col de l'utérus. Des moyens de prévention existent, parlez-en à votre médecin", peut-on lire en gros caractères.

 

Un vaccin controversé

 

Non mentionné par la campagne de pub, quel peut-être le moyen de prévention du géant lyonnais ? Le Gardasil, un vaccin destiné à prévenir le cancer du col de l'utérus et vendu depuis 2006 par Sanofi Pasteur MSD. Il faut dire que ses ventes ont sérieusement chuté depuis six mois. Le 31 mars dernier, 420 médecins ont appelé, pétition à l'appui, à ouvrir une mission parlementaire sur ce vaccin décrié. Son efficacité serait en cause.

 

campagnesanofi_pour-le-gardasil_quelle-tromperie--.jpg

 

Des victimes portent plainte

 

Début avril, la députée européenne Michèle Rivasi avait demandé un moratoire concernant le Gardasil et la mise en place d'études transparentes et indépendantes sur le sujet (lire ici). Elle avait alors interpellé Marisol Touraine, ministre de la santé, afin "d'arrêter de donner ce vaccin".

 

Par ailleurs, une trentaine de plaintes ont été déposées au pôle santé du TGI de Paris contre le laboratoire Sanofi Pasteur MSD et l’Agence nationale du médicament (ANSM), pour “blessures involontaires” (lire ici). La première plainte au pénal visant ce vaccin avait été déposée le 22 novembre 2013 par Marie-Océane Bourguignon, atteinte d’une encéphalomyélite aiguë attribuée à une injection de Gardasil.

 

Conflits d'intérêts

 

D'après nos informations, certains experts européens et français qui ont donné leur aval sur le dossier d’autorisation du Gardasil étaient liés financièrement aux laboratoires Sanofi et Merck. Lyon Capitale a enquêté sur ces conflits d’intérêts et publié dans son numéro de mai 6 exemples significatifs.

 

“Gardasil, des conflits d’intérêts flagrants”, une enquête à lire dans Lyon Capitale-le mensuel 733 (mai 2014), en vente dans notre boutique en ligne.

 

Source : Lyon Capitale

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article
9 juin 2014 1 09 /06 /juin /2014 17:23

Des milliers de bébés ont été utilisés au cours d’essais secrets de vaccins dans les années 1930

 

vaccine-trials-children-Ireland

 Irish Daily Mail

 

Health Impact News, 8 juin 2014

 

Ces enfants ont été pris en charge par des religieuses ou ont souvent été adoptés à l’étranger. Il semble maintenant qu’ils aient été utilisés dans des essais de médicaments.

 

Commentaire de l’éditeur de « Health Impact News »

 

The Irish Daily Mail a publié un rapport alarmant qui décrit comment, dans les années 1930,  des scientifiques en Irlande ont vacciné secrètement plus de 2.000 enfants dans des institutions tenues par des religieuses au cours d’essais suspectés d’être illégaux. Le Daily Mail rapporte que le scandale a été révélé après la découverte des corps de 800 nourrissons dans une fosse septique à l’extérieur d’une ancienne maison (« Mother and Baby Home ») à Tuam, Co.Glaway.

 

Jusqu’à présent, aucun grand média américain n’a rapporté quoi que ce soit sur ce scandale, alors que le premier ministre Irlandais, Enda Kennedy a ordonné une enquête approfondie sur cette affaire.

 

Des milliers d’enfants de maisons de soins irlandaises (à l’endroit où s’est produit « le scandale des tombes pour bébés ») ont été utilisés pour des essais secrets de vaccins dans les années 1930.

 

Extraits de l’article paru dans le Daily Mail par Harriet Arkell et Neil Michael :

 

Il est apparu aujourd’hui que des scientifiques ont secrètement vacciné plus de 2.000 enfants dans des maisons tenues par des religieuses au cours d’essais cliniques présumés illégaux. D’anciens dossiers médicaux montrent que 2051 enfants et bébés des maisons de soins irlandaises ont reçu le vaccin contre la diphtérie pour le compte du géant pharmaceutique international Burroughs Wellcome entre 1930 et 1936.

 

Il n’existe aucune preuve qu’un consentement ait été demandé. Il n’existe non plus aucun dossier indiquant combien d’enfants sont décédés ou ont subi des effets secondaires au cours de ces essais.

 

Le scandale a éclaté  quand le premier ministre irlandais, Enda Kenny, a ordonné à ses ministres de s’informer pour voir s’il y avait encore davantage de tombes de bébés après que l’on ait découvert que 800 enfants avaient dû être enterrés dans une fosse septique à l’extérieur d’une ancienne « Maison de la Mère et du Bébé »

A Tuam, Co. Galway.

 

M. Dwyer explique :

 

« Ce que j’ai trouvé n’est que la pointe émergée d’un grand iceberg. Le fait qu’aucune trace de ces essais n’ait pu être trouvée dans les dossiers du ministère de l’Administration locale de la Santé publique, dans les rapports municipaux de la Santé de Cork et de Dublin, de même non plus que dans les archives de Wellcome à Londres, suggère que ces essais de vaccins n’auraient pas été jugés acceptables par le gouvernement, les autorités municipales, ni par le grand public.

 

Cependant, le fait que les rapports de ces essais aient été publiés dans les journaux médicaux les plus prestigieux fait penser que ce type d’expérimentation humaine a été largement accepté par les médecins et facilité par les autorités en charge de l’institution de l’enfant. »

 

Lire tout l’article du Daily Mail

 

Source : Health Impact News

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article
8 juin 2014 7 08 /06 /juin /2014 13:27

La Cour d’Appel du New Jersey statue en faveur d’une infirmière qui avait refusé le vaccin contre la grippe

 

Health Impact News, 6 juin 2014

 

Infirmières avec masque

Infirmières qui ont choisi de porter un masque au lieu de se soumettre à la vaccination

 contre la grippe. - Les infirmières contre la vaccination obligatoire - page Facebook  

 

Commentaires de l’éditeur de « Health Impact News »

 

La résistance des infirmières et du personnel de santé par rapport à la vaccination obligatoire contre la grippe comme condition d’emploi, ne cesse de prendre de l’ampleur. Sur notre site, nous avons relayé plusieurs histoires ayant trait au refus d’emploi en fonction du statut vaccinal du personnel médical contre la grippe :

 

A travers tous les Etats-Unis, des infirmières prennent position contre les vaccinations antigrippales obligatoires

 

nurses against mandatory vaccines (1)  Infirmières contre les vaccinations obligatoires

 

nurses against mandatory vaccines (2)

Autres infirmières contre les vaccinations obligatoires

 

dreonna-breton.jpg

Dreona Breton a perdu son emploi en décembre 2013 parce qu’elle refusait

la vaccination contre la grippe alors qu’elle était enceinte


« Poursuites contre des hôpitaux pour perte d’emploi suite au refus de vaccins obligatoires contre la grippe »

 

« Une infirmière congédiée pour avoir refusé le vaccin contre la grippe poursuit l’hôpital fédéral et l’Etat pour une somme de 100.000.000 de dollars »

 

L’un de ces litiges a été réglé cette semaine par la Cour d’Appel du New Jersey, où un panel de trois juges a statué en faveur d’une infirmière privée d'indemnisations de chômage après avoir été licenciée pour refus de vaccination antigrippale sans justification d'ordre philosophique ou religieux.

 

Le panel de trois juges a précisé que la politique de l’hôpital qui consistait à autoriser des exemptions médicales et religieuses par rapport à la vaccination antigrippale représentait « une discrimination inconstitutionnelle » à l’encontre de la demanderesse June Valent parce que son refus (pour des raisons personnelles) de se faire vacciner avait été rejeté.

 

June Valent travaillait comme infirmière à l’Hôpital Hackettstown Community quand, en 2010 lorsque la société mère de l’hôpital a commencé à exiger des employés de se faire vacciner contre la grippe (sauf pour le personnel qui pouvait faire état de raisons médicales ou religieuses). Les employés qui demandaient une exemption étaient tenus de signer un formulaire et de fournir une documentation.  Toute personne qui refusait le vaccin était obligée de porter un masque quand elle était en service.

 

June Valent refusa le vaccin, accepta de porter un masque, mais ne s’en référa à aucune exemption médicale ou religieuse. Sur base de son refus du vaccin, elle fut congédiée et disqualifiée, après plusieurs audiences et degrés d’appel pour ses allocations de chômage, par une commission du Ministère du Travail.

 

Le conseil a conclu que l’hôpital avait démontré que June Valent avait commis une faute en refusant le vaccin contre la grippe à son travail.

 

Les juges d’appel ont conclu que l’hôpital avait violé le droit de June Valent à la liberté d’expression bien qu’approuvant l’exemption religieuse mais en niant son choix personnel (laïque)   


Comme nous l’avons indiqué précédemment, les infirmières ont de bonnes raisons de refuser la vaccination antigrippale obligatoire. Tout d’abord, une étude publiée l’année dernière et qui avait été sponsorisée par le CDC (Centres de contrôle et de prévention des maladies) avait montré que les vaccinations du personnel de santé contre la grippe ne présentaient aucune preuve de protection des patients dont ils/elles avaient la charge.

 

Voir : Etude du CDC : les vaccinations obligatoires du personnel de santé contre la grippe n’offrent AUCUNE protection pour les patients.

 

Deuxièmement, selon les différents cas qui ont été réglés par le gouvernement pour dommages dus aux vaccins, le vaccin contre la grippe serait le vaccin le plus dangereux aux Etats-Unis (Voir : Le vaccin contre la grippe est , aux Etats-Unis, le vaccin le plus dangereux – information basée sur les cas de dommages vaccinaux qui ont été réglés.)

 

Une-maman-explique-que-son-fils-est-mort-apres-la-vaccinat.JPG

 

 Une maman explique que son fils est mort après avoir reçu le vaccin contre la grippe

                                                                                                                                     

Nous continuerons à suivre les litiges en suspens. Je suis certain que le système médical des soins de santé y regardera aussi de plus près du fait qu’il pourrait devenir trop coûteux d’obliger le personnel des soins de santé à recevoir la vaccination contre la grippe. 

 

Ressources supplémentaires :

 

Vaccine Rights - Alan Phillips, J.D., Attorney and Counselor at Law

Nurses Against Mandatory Vaccines Facebook Page

National Vaccine Information Center

Sign a petition at Change.org against mandatory flu vaccines.


Source : Health Impact News

 

Voir aussi:

 

Le vaccin contre la grippe chez les femmes enceintes ?  Le CDC camoufle les décès de fœtus liés au vaccin contre la grippe

 

Le CDC gonfle les statistiques de décès par la grippe pour pouvoir vendre davantage de vaccins


Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 18:20

Marianne-9-au-15-mai-2014.jpg

 

Réponse d'un lecteur déçu de la propagande de Marianne:

 

Reponse-d-un-lecteur--Marianne--9-au-15-mai-2014-.jpg

 

En effet, ce lecteur a totalement raison! Les autorités sont d'ailleurs si fiables qu'en Belgique, le Jury d'Ethique Publicitaire a décrété leur publicité vaccinale officielle comme étant TROMPEUSE et "de nature à induire le consommateur en erreur"! Pour quelles raisons les autorités françaises seraient-elles donc plus honnêtes? D'autant qu'un rapport du Sénat français de 2007 qualifiait les pharmas de "partenaires naturels" des autorités...

 

Voyons les choses en face: la vaccination est dangereuse car elle n'a toujours pas été évaluée scientifiquement avec une méthodologie honnête et rigoureuse.

 

Même les plus hauts experts travaillant dans les firmes pharmaceutiques et à l'OMS le reconnaissent et avouent qu'ils ne comprennent pas comment marchent les vaccins et que le système immunitaire avec lequel ils interfèrent reste insuffisamment connu et étudié! On en arrive donc à une situation ubuesque où des journalistes moralisateurs tapent sur des parents qui n'ont comme seul "tort" que celui de refuser que leurs enfants servent de COBAYES suite aux conseils d'autorités qui non seulement n'assument aucun dégât mais en plus, n'hésitent pas, par leurs folles recommandations vaccinales, à multiplier sciemment les risques d'effets secondaires neurologiques par 3 avec des vaccinations simultanées dangereuses comme il ressort de documents confidentiels des fabricants eux-mêmes!!

 

Hélas, ce genre de ridicule peut tuer. Certains parents culpabilisés par ce genre de papier qui iront faire vacciner docilement leurs enfants, auront immanquablement à constater chez ceux-ci des handicaps lourds et irréversibles dus à ces produits au développement bâclé et dont le fondement-même réside sur une idéologie dont le bienfondé n'a jamais été confirmé par les données de l'immunologie moderne.

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Médias & vaccins
commenter cet article
1 juin 2014 7 01 /06 /juin /2014 11:16

Vaccinations : « Des pratiques inutiles et dangereuses » ?

 

Le 01/06/2014 , interview réalisée par Élisabeth Schulthess

 

foire bio Alsace, vaccins

L’association Alis à la Foire éco bio : elle veut obtenir la liberté vaccinale en France,

comme c’est le cas dans la plupart des pays de l’Union européenne. Photo Thierry Gachon

 

Pour ou contre les vaccins ? Le biologiste Michel Georget a argumenté contre, hier à la Foire éco bio d’Alsace à Colmar, revendiquant le droit à l’information et à la liberté.

 

« Je ne suis pas pour ou contre les vaccinations en raison de ce que je sens ou crois, mais après analyse des réalités qui se cachent derrière les mythes », assure Michel Georget, agrégé en biologie, professeur honoraire de biologie des classes préparatoires aux grandes écoles. Il est l’auteur de deux ouvrages sur la question, fruits de plusieurs années de recherches d’informations motivées par le désir de savoir : « Je ne suis pas victime de vaccination, je n’ai aucun compte à régler avec la médecine », précise-t-il.

 

« Les rappels naturels ne se font plus »

 

Dans sa conférence, il a démonté les idées reçues de l’efficacité des vaccins et de leur innocuité. Les maladies infectieuses comme la variole n’ont-elles pas été éradiquées grâce à la vaccination de masse ? « C’est une légende. Et c’est l’OMS, l’Organisation mondiale de la santé qui le dit. La régression des épidémies est surtout due à l’amélioration du niveau de vie, de l’habitat, de l’alimentation, de l’hygiène, de l’accès à l’eau potable. »

 

Et la tuberculose ? « Sa régression ne doit rien au BCG. Elle avait considérablement régressé bien avant l’obligation de vacciner. La régression ne s’est en rien accélérée après l’obligation de vacciner. » En attestent les courbes de mortalité, en France et dans d’autres pays.

 

Il en est de même pour la rougeole et la coqueluche. Pourtant, depuis 2008, on assiste à une recrudescence de ces deux maladies qui ne touchent plus les enfants de 5 à 9 ans mais des nourrissons et des jeunes adultes : « C’est la conséquence de l’extension de la vaccination : le virus sauvage circule moins, les rappels naturels ne se font plus. Les femmes en âge de procréer ne transmettent plus de protection à leurs nourrissons. » L’hépatite B ? « La vaccination a été lancée sans savoir combien de personnes en étaient atteintes. C’était une menace inventée de toutes pièces. Comme celle du cancer du col de l’utérus, que l’on peut éviter par le suivi gynécologique régulier. »

 

Les risques encourus après la vaccination sont loin d’être nuls : « Tous les individus ne répondent pas de la même manière aux vaccins qui peuvent déclencher maladies auto-immunes, allergies, diabètes de type 1… » De plus, les adjuvants comme l’aluminium, peuvent migrer dans le cerveau.

 

La déclaration et l’enregistrement des effets secondaires et accidents après vaccination sont très peu pratiqués : « La pharmacovigilance ne recense que 10 % des accidents. Avant la mise sur le marché, il n’y a pas d’études de mutagenèse, de cancérogenèse, de génotoxicité pour les vaccins », dénonce le biologiste.

 

Y a-t-il un bon rapport coût-bénéfice et ferait-on des économies en vaccinant tout le monde pour éviter les coûts des soins ? « Des études montrent que non. Pour l’hépatite B, vacciner toute la population coûte 20 fois plus cher que de soigner les malades souffrant d’hépatite B

 

« Un marché dicté par la recherche de profits »

 

Alors, pourquoi continue-t-on à rendre les vaccinations obligatoires ? « Parce que c’est un marché dicté par le marketing et la recherche de profit maximal. Les gouvernements financent une partie de la recherche des grands laboratoires privés et subventionnent le prix des vaccins. » Alors que seuls trois vaccins (diphtérie, tétanos, polio) sont obligatoires, on ne trouve sur le marché que six vaccins réunis (rougeole, coqueluche et hépatite B associés aux trois obligatoires) : « Ce vaccin hexavalent coûte beaucoup plus cher que le DTPolio et on ne trouve plus que des vaccins avec aluminium depuis que Mérieux a absorbé Pasteur pour des raisons de rentabilité. »

 

Comme les associations pour la liberté de vacciner, ce biologiste revendique le droit et le devoir d’informer sans la pression du lobby pharmaceutique, ainsi que la liberté de choix des individus.

 

LIRE L’Apport des vaccinations à la santé publique, par Michel Georget, Ed. Dangles, 250 pages. [Initiative Citoyenne vous recommande vivement cet ouvrage!]

 

Source: l'Alsace.fr

 

Interview de Michel Georget dans Principes de Santé de Mai 2014

 

Intervention de Michel Georget au coloque du 22 mai 2014 sur les vaccins à l'Assemblée Nationale (cf.colonne de droite)

 

Vidéos (non exhaustives) de Michel Georget:

 



Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
28 mai 2014 3 28 /05 /mai /2014 08:50

VACCINS : un marché de 100 milliards de dollars pourrait acheter beaucoup de monde par la corruption 

Dollars-BOUGHT.jpg

  

Par TLB Staff,  publié le 24 mai 2014 dans HEALTH

 

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi la vaccination est tellement répandue en Amérique aujourd’hui ? Pourquoi ils ne peuvent pas risquer de vous faciliter quelque mode d’exemption que ce soit ? Pourquoi il existe une énorme pression pour rendre les vaccins obligatoires ? Eh bien, voici une explication claire et nette qui laisse peu de place à l’imagination ou au questionnement.

 

Bien que les études examinées par les pairs se succèdent pour prouver sans équivoque les dangers inhérents aux vaccins, ainsi que leur absence d’efficacité, notre gouvernement continue à ne pas entendre et ne prend aucune mesure appropriée pour nous fournir la protection qu’il est censé nous donner. En fait, c’est tout le contraire, car nous sommes tous conscients que ces mastodontes pharmaceutiques bénéficient d’une totale immunité judiciaire. Cette immunité leur est accordée par le gouvernement.

 

Si les vaccins étaient aussi efficaces et sans danger comme l’affirment tant de médecins et spécialistes de la santé. Pourquoi cette immunité par rapport à des poursuites serait-elle nécessaire ? Si les vaccinés jouissaient d’une immunité  à la suite de la vaccination, et si ces firmes ne bénéficiaient pas d’une immunité par rapport à des poursuites. Cet article ou d’autres du genre n’auraient jamais dus être écrits. La réponse est simple : les vaccins ne sont pas aussi merveilleux que l’on veut bien nous le dire. La chose est en outre bien connue de nombreuses personnes de l’industrie et du gouvernement.

 

Vaccins et copinage avec Big Pharma

 

(Extrait de « Mes compagnons rats de laboratoire…voyez que ceci fait comprendre la tyrannie !!! »)   

    

On sait que les vaccins peuvent favoriser l’autisme, la démence, la maladie d’Alzheimer, les TDAH (troubles du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité), la stérilité, le cancer et quantité d’autres maladies. La liste est trop longue pour pouvoir mentionner tous ces dangers et effets secondaires. Par rapport au grave déclin de la santé et de la vitalité des Américains, une des causes les plus importantes est sans aucun doute la vaccination. Pourquoi dis-je cela ?

 

Il y a environ trois générations, à partir de la moitié des années 1950, les compagnies pharmaceutiques ont fait des tentatives d’infiltration du gouvernement via le lobbying et le copinage pour finalement aboutir sous divers prétextes à la vaccination de masse contre la polio. La poliomyélite était déjà en forte baisse. Mais grâce au  battage intensif et au lobbying de Big Pharma, le gouvernement a canalisé d’énormes sommes d’argent dans un programme de vaccinations à l’échelle du pays.

 

De l’aveu même du CDC, on a fait courir le risque de cancer à 90.000.000 d’Américains à cause du SV40 (un virus cancérogène qui polluait les vaccins). C’est ainsi que un bébé sur trois de cette époque a fini par faire un CANCER ! Ceci n’est qu’un exemple parmi d’autres et tout juste la pointe de l’iceberg.

 

Il ne s’agit ici que d’un seul scénario (il y en a beaucoup d’autres), mais il a favorisé une tendance qui depuis est devenue exponentielle. Avec des vaccins de plus en plus nombreux, nombre qui coïncide parfaitement avec le déclin de la santé nationale globale. Ceci fut en fait le début de notre chute. Une des nations les plus saines de cette planète est devenue une des plus malades de la planète parce qu’on a prétendu vouloir la maintenir en parfaite santé ! VRAIMENT ? Mais comment cela est-il possible ?

 

Protect-your-family.jpg

  

Réfléchissons maintenant à ceux qui sont le plus facilement atteintes par ce fléau. Nos enfants, ce sont eux qui sont en fait l’objectif principal de cette énorme machine à faire de l’argent, ce sont nos enfants dont le système immunitaire et la barrière hémato-encéphalique sont les plus faibles ! Au début des années 1950 le taux d’autisme chez les enfants dépassait à peine 1 cas sur 20.000, alors que la grande majorité des médecins n’avaient jamais vu les symptômes qui aujourd’hui sont liés à l’autisme; certains allant même jusqu’à ignorer l’existence de l’autisme. En 2014, le taux d’autisme chez les garçons est de 1 sur 28. Et si cela ne vous donne pas le vertige, c’est que votre cerveau doit être en mauvais état ! Maintenant, il vaut la peine de prendre conscience qu’au cours de cette même période, les programmes de vaccination se sont intensifiés de 20 à 30 fois ! N’est-ce pas là une fameuse coïncidence ? Ou aurions-nous affaire à une causalité ?

 

Encore une fois, tout cela est prouvé en dehors de tout doute par des études examinées par les pairs et qui sont facilement disponibles. Injecter du mercure (Thiomersal), de l’aluminium, du formaldéhyde, des virus vivants atténués susceptibles de provoquer le cancer, les produits les plus meurtriers et les plus toxiques dans nos corps, ce fait ne relève-t-il pas de la folie ? Ces produits « enrobés de sucre » que beaucoup trop de personnes ont avalés.

 

Ci-dessous, vous trouverez la raison pour laquelle ce gouvernement est complice de ce battage médiatique sur les vaccinations, parce que quand Big Money parle, la Sécurité et la Raison prennent la fuite.

 

Vaccins : le monstre des 100 milliards de dollars

 

Par Leslie Manookian

 

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi tant de pressions s’exercent sur le peuple pour qu’il se fasse vacciner ? Et pourquoi il y a un continuel flux d’articles et de rapports dans la presse écrite, à la télévision et sur le web sur les dangers de la non-vaccination, comme sur la négligence, la stupidité et le danger que feraient courir les personnes qui ne se font pas vacciner ?

 

Il est toujours utile de se rappeler le vieil adage : suivez la piste de l’argent.

 

« Bien que le segment des vaccins constitue une très petite partie des ventes de médicaments sur un plan mondial, le taux de croissance de ce marché s’est avéré extraordinaire.»

 

« Le marché mondial des vaccins est actuellement estimé à 30 milliards de dollars. Avec des facteurs comme les progrès de l’immunologie, de la génétique, de la technologie des vaccins, ainsi que la demande accrue de la population des pays émergents, le marché mondial des vaccins devrait dépasser les 100 milliards de dollars d’ici à 2025. »

 

Au cas où la chose ne vous aurait pas frappé, nous réaffirmons : le marché des vaccins connaît une très forte croissance et le marché potentiel pourrait atteindre les 100 milliards de dollars par an.

 

En plus de cela, il ne faut pas oublier que, dans certains pays, les sociétés pharmaceutiques sont dégagées de toute responsabilité vis-à-vis de leurs vaccins Non, ces société ne peuvent être poursuivies en justice si leurs vaccins provoquent des dommages. Alors que pour d’autres médicaments les choses sont entièrement différentes. (Pensez au Vioxx, à l’Avandia et aux 3 milliards de dollars payés par GlaxoSmithKline. Ces sommes peuvent paraître importantes, mais en fait, elles ne représentent que de la menue monnaie pour ces mastodontes.) Et quand ces société peuvent être poursuivies, gagner contre elles est presqu’impossible – c’est essentiellement le combat de David contre Goliath.

 

Compte tenu de toute la croissance, du marché potentiel, de l’absence de responsabilité juridique et financière, il n’est pas difficile d’imaginer que les géants pharmaceutiques feraient tout ce qui est en leur pouvoir pour défendre la poule aux œufs d’or des vaccins – quel qu’en soit le prix.

 

Ces compagnies, ainsi que les autorités de santé (qui sont souvent financées par les fabricants de vaccins, l’OMS ou le CDC) s’arrangeront pour camoufler le fait que 17 bébés  sont morts en Chine après avoir reçu le vaccin contre l’hépatite B, que des bébés meurent dans plusieurs pays d’Asie après avoir reçu le vaccin pentavalent., ou que 60.000 enfants indiens ont développé des paralysies après avoir reçu le vaccin polio à virus vivants atténués (alors que les autorités SAVAIENT que ces vaccins pouvaient provoquer des polios ou des paralysies), que la moitié des enfants américains (des millions d’enfants) souffrent d’une maladie chronique ou que des millions d’enfants à travers le monde développent l’autisme après leurs vaccins.

 

Ces gens-là défendront leur programme parce qu’à leurs yeux votre enfant ne vaut tout simplement pas 100 milliards de dollars.

 

C’est pourquoi il vous appartient de bien réfléchir et de vous informer au maximum sur le problème des vaccins !   

 

Les auteurs de l’article recommandent l’excellent documentaire : THE GREATER GOOD :

The-greater-Good-Movie-Trailer.JPG

 

http://www.youtube.com/watch?v=diCVYneJ164

   

Source: The Libertybacon

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Industrie pharmaceutique
commenter cet article
25 mai 2014 7 25 /05 /mai /2014 18:21

L'Europe divisée sur le Gardasil

 

Une étude montre un risque accru mais minime d’atteintes cérébrales après vaccination contre le cancer du col de l’utérus.

 

Après la polémique, la réflexion scientifique. Aiguillonnée par les plaintes d'une quarantaine de Françaises persuadées que le Gardasil est à l'origine de leurs problèmes de santé, l'Agence européenne des médicaments (EMA) planche sur la sécurité de ce vaccin prescrit aux filles de 11 ans pour prévenir des lésions du col de l'utérus. Selon un document interne du Comité pour l'évaluation des risques en matière de pharmacovigilance (Prac) consultable en anglais sur le jdd.fr, les experts européens sont divisés. Pas sur la question fondamentale, celle du "bénéfice/risque du produit", qui, écrivent-ils, "reste positif".

 

En se fondant sur une analyse de la base EudraVigilance, les experts pointent un très léger accroissement du risque d'atteintes cérébrales (encéphalomyélites aiguës disséminées) chez les filles vaccinées. Un effet secondaire déjà suspecté aux États-Unis, au Canada, en Australie, au Japon et en Suisse où il figure sur la notice. Faut-il alerter les familles européennes? C'est là que les spécialistes se divisent. Oui, estiment Suédois et Néerlandais. Non pour les Britanniques, d'autant que le mécanisme biologique potentiel est "spéculatif". Le rapport ne précise pas la position de la France. "S'il est avéré, c'est un risque minime, inférieur à 1 pour 100.000 vaccinations. Le produit est sûr", décode Nicolas Ferry, de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

 

"L'urgence est l'organisation d'un dépistage généralisé"

 

Depuis le dépôt de plainte d'Océane Bourguignon à l'automne 2013, la contestation anti-Gardasil­ se poursuit. Après une pétition signée par 700 médecins, Gérard Bapt vient d'écrire à Hollande, qui a fait de cette vaccination une des mesures phares du nouveau plan cancer.


Dans sa lettre accessible sur le jdd.fr, le député PS réclame la réalisation d'une étude à partir de la base de données de l'Assurance maladie, "seule susceptible d'affirmer ou d'infirmer un éventuel risque" concernant "le système nerveux central ou les maladies auto-immunes­" pointé dans des études scientifiques depuis 2011. Un chantier déjà engagé par l'ANSM. "Dans ce contexte de défiance, je pense raisonnable d'attendre [ces] conclusions avant de […] généraliser une vaccination anti-HPV chez nos jeunes collégiennes", écrit l'élu, qui soulève une deuxième controverse : celle de l'opportunité de cette piqûre.

 

Gérard Bapt rappelle que l'efficacité de la vaccination n'est pas totale et estime que sa généralisation devrait être débattue, notamment en raison de son coût élevé. Au passage, il fait un plaidoyer pour le frottis: "L'urgence est l'organisation d'un dépistage organisé et généralisé." Cette nouvelle offensive ne manquera pas d'agacer les experts du ministère de la Santé et les sept sociétés savantes de médecins à l'origine d'une contre-pétition de soutien aux deux vaccins préventifs (le Gardasil de Sanofi Pasteur MSD et le Cervarix de GSK). Tous martèlent que le produit est sûr et bénéfique pour prévenir le cancer.

 

Source : JDD

 

Un scandale de plus ! Voilà un vaccin qui estropie tout à fait inutilement des jeunes femmes (sans parler aussi des décès !) pour des bénéfices toujours non prouvés mais le rapport bénéfices/risques resterait positif et le vaccin serait sûr ? On se moque tragiquement du monde ! Même si le vaccin n’avait donné qu’un cas d’encéphalomyélite de plus que dans le groupe témoin, ce serait encore NETTEMENT TROP mais ici, le bilan est beaucoup plus sombre car ce sont des milliers de jeunes femmes qui souffrent en silence : les chiffres du VAERS (système américain de recensement des effets secondaires) sont à ce sujet tristement exemplaires et ce d’autant plus, que ce qui est officiellement rapporté ne correspond selon les revues médicales tout au plus qu’à 1 à 10% des chiffres réels en termes d’effets secondaires GRAVES ! La seule préoccupation des experts-idéologues est de sauver l’image de la vaccination et certainement pas des vies humaines. Ces gens-là devraient être poursuivis en justice (si seulement la justice était impartiale !) Mais ce jour viendra où des Ministres et des experts officiels devront répondre de leur négligence volontaire et de leur irresponsabilité délétère dans des affaires pourtant aussi graves.

 

USA

Rapports d’effets secondaires des vaccins contre le HPV

 

                 Mise à jour des chiffres au mois d’avril 2014   

 

VAERS : Organisme officiel américain de vaccinovigilance qui recueille les rapports d’effets secondaires possibles des vaccins aux Etats-Unis. Il est contrôlé par le CDC et la FDA

 

Description

Total

Infirmes

1.129

Décès

165

N’ont pas récupéré

6.977

Frottis du col anormaux

570

Dysplasies du col de l’utérus

241

Cancers du col de l’utérus

78

Cas où le pronostic vital a été engagé

627

Visites aux urgences

11.562

Hospitalisations

3.614

Séjours hospitaliers prolongés

247

Effets secondaires graves

4.828

Effets secondaires

34.700

 

sud-ouest-20-mai-2014.jpgParu dans le Journal Sud Ouest du 20 mai 2014

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article
25 mai 2014 7 25 /05 /mai /2014 09:05

Programmes de vaccination dans le monde: l'UE va fournir une aide de 25 millions d'euros par an et doubler ses efforts pour la période 2014-2020

 

L’UE va plus que doubler son aide pour financer des vaccins et des programmes de vaccination dans le monde entier, afin d’améliorer la santé de millions de personnes dans les pays en développement.

 

1,5 million d’enfants meurent chaque année de maladies qui pourraient être évitées par un simple vaccin. C’est pourquoi l’UE va augmenter son aide, qui passera à 25 millions d’euros par an pour la période 2014-2020, contre 10 millions d'euros les années précédentes. 

 

Ces fonds aideront l'Alliance GAVI, une organisation à but non lucratif dont la mission est d'élargir l'accès à la vaccination, à protéger des millions d'enfants supplémentaires contre des maladies mortelles dans les pays les plus pauvres de la planète. 

 

Sombre-Europe-qui-sombre--jpg

 

L'Alliance GAVI représente tous les principaux acteurs de la vaccination à l’échelle mondiale: pays donateurs, autorités sanitaires, société civile, industrie pharmaceutique et entreprises privées.  

 

Une aide ciblée 

 

L’aide est adaptée aux besoins de chaque pays. S'appuyant sur la force de ses membres, l'Alliance GAVI centralise les demandes de chaque pays et garantit ainsi un financement prévisible à long terme. Cette pratique fait baisser les prix, ce qui permet de vacciner et de sauver le plus grand nombre possible d'enfants.  

 

Les pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique reçoivent environ les deux tiers de l'aide. Grâce à des donateurs comme l'UE, près de 500 millions d'enfants ont été vaccinés depuis 2000 et 6 millions de vies ont pu ainsi être sauvées. 

 

L'Alliance GAVI finance 11 vaccins, dont ceux contre le pneumocoque et le rotavirus, qui constituent les principales causes de pneumonies et de diarrhées évitables par la vaccination, et contre le Papillomavirus humain, responsable du cancer du col de l'utérus. 

 

EUROPE-mensonges.jpg

 

L'aide de l’UE dans le secteur des soins de santé 

 

La mission de l'Alliance GAVI est étroitement alignée sur la politique de développement de l'UE, qui vise à diminuer la pauvreté et à atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement d'ici à 2015. 

 

Afin d'améliorer les conditions globales et de renforcer l’efficacité et la viabilité des systèmes de santé dans les pays en développement, l’UE agit également dans d’autres secteurs des soins de santé comme l’alimentation, l’eau, l’assainissement et la sécurité routière. 

 

Outre le financement des soins de santé par le Fonds européen de développement et par l’instrument de financement de la coopération au développement, l'UE a mis en place le programme thématique concernant les biens publics mondiaux et les défis qui les accompagnent , qui est axé sur des aspects sanitaires transfrontaliers tels que la lutte contre les maladies contagieuses. 

 

Depuis 2004, l'aide aux soins de santé apportée par l'UE a permis de vacciner 18,3 millions d'enfants de moins d'un an contre la rougeole, de construire, de rénover ou d'équiper plus de 8 500 dispensaires et d'effectuer 17 millions de consultations dans le domaine de la santé reproductive.

 

Communiqué de presse – L’UE redouble d’efforts pour améliorer la santé de millions de personnes dans les pays en développement

 

Communiqué de presse – Partenariat de l’UE avec l’Alliance GAVI

Commission européenne – Développement et coopération

 

Alliance GAVI

 

Source : Commission Européenne

 

Une fois encore du grand n’importe quoi mais qui ne se fera hélas pas sans souffrances ! Car voyons les choses en face : chaque année, depuis déjà des décennies, les officiels affirment sans preuve que la vaccination sauve des millions de vies. Cela fait bien 10 ans au moins qu’ils affirment que cela sauverait au moins 3 millions de vie chaque année, c’était même encore un des leitmotifs de la Semaine mondiale de la vaccination 2014 de l’OMS et ici, on nous parle tout à coup de 1,5 millions de vies. Si la vaccination était si efficace, ça fait longtemps que ces chiffres auraient été revus à la baisse !

 

La vérité, c’est que ces populations pauvres sont inondées et surtout FORCEES de recevoir des vaccins dont on veut faire croire qu’elles seraient elles-mêmes demandeuses mais qui les rendent malades sans assurer leurs besoins les plus vitaux/fondamentaux et urgents qui continuent de faire bien plus sûrement des décès et des maladies que les maladies censées être prévenues par ces vaccins !

 

Avec les deniers des contribuables européens, l’Union européenne, par l’intermédiaire d’Etats membres complices et coupables, va transférer des fonds aux firmes pharmaceutiques (dont Gates, grand collaborateur du GAVI est actionnaire et bénéficiaire) sans que cet argent aille dans le même temps à des dépenses plus urgentes comme l’accès à l’eau et à la nourriture. Cet argent en faveur des vaccins fera à coup sûr des victimes et créera des handicapés de toutes pièces alors que l’investissement total de tout cet argent dans l’eau et la nourriture n’aurait nui à personne tout en sauvant de façon certaine des vies.

 

Il y a une terrible idéologie qui sous-tend les vaccins et qui se concrétise notamment par l’automatisme d’inclure dans les programmes vaccinaux des pays pauvres tous les derniers « nouveaux » vaccins utilisés initialement dans les pays riches et qui sont là-bas, aussi inutiles que chez nous, au détriment de solutions plus sûres et moins coûteuses –comme par exemple les solutés de réhydratation orale qui ne coûtent que quelques euros et qui sont sans risque pour lutter contre les complications possibles des gastro-entérites à rotavirus-, là où les vaccins sont sources d’invaginations intestinales qui nécessitent des opérations lourdes et complexes inaccessibles dans ces pays où cette complication vaccinale signifie donc la mort pure et simple ! En plus, ces vaccins contenant des produits chimiques, des circovirus porcins et des résidus des processus de génie génétique (technologie OGM !) ne peuvent qu’être encore plus dangereux sur des corps déjà affaiblis par le poids du travail harassant, de la malnutrition et du manque d’eau potable !

 

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Europe & International
commenter cet article
24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 09:47

Jean Stéphenne nommé chevalier par la Cour britannique 

 

Belga, 21 Mai 2014 

  

JS.jpg

L'ancien patron de GSK Vaccines, Jean Stéphenne, a été nommé mercredi Chevalier Honoraire de l'ordre de l'Empire britannique en signe de reconnaissance pour son travail, a annoncé l'ambassade britannique à Bruxelles. Il s'agit de la plus haute distinction que la Grande-Bretagne accorde aux citoyens non britanniques.

 
Déjà baron et docteur honoris causa, "Jean Stéphenne a été reconnu pour son engagement majeur dans le secteur de la santé mondiale, ainsi que pour son rôle dans le développement et la croissance de GSK grâce, notamment, à l'intégration de la division vaccins - GSK Vaccines", note l'ambassade dans un communiqué.

 

Cette distinction "récompense son travail extraordinaire pour l'établissement des relations commerciales belgo-britanniques et pour avoir fourni des vaccins vitaux aux plus démunis", commente l'ambassadeur Jonathan Brenton.

 

L'heureux élu a tenu à dédier cette reconnaissance à tous les employés de GSK. "Ils ont cru en moi et en notre mission, et ensemble nous avons travaillé en partenariat pour apporter notre contribution dans le domaine de la santé à l'échelle mondiale", a déclaré M. Stéphenne.

 

Le lauréat a également été salué par l'entreprise rixensartoise qu'il a dirigée, GSK rappelant que "ses décisions ont permis de garantir des vaccins abordables et accessibles à ceux qui en ont le plus besoin dans le monde". "L'importance que Jean Stéphenne a accordée à l'innovation et à l'esprit d'entreprendre et sa vision ont contribué à la croissance de la division vaccins, qui compte aujourd'hui plus de 12.000 employés, plus de 30 vaccins commercialisés et 16 candidats vaccins permettant de prévenir des maladies mortelles et invalidantes." Depuis le début de cette année, c'est Luc Debruyne qui préside GSK Vaccines. 

 

Source : Belga et RTL (pas pour le titre donné par IC à cet article)

  

Cet article de presse (ô combien partial) ainsi que cette décoration décernée par la Cour britannique posent immensément question parce que rien n’est dit sur le côté sombre de la politique de Jean Stéphenne et donc sur sa contribution à un véritable désastre de santé pour des millions de gens dans le monde qui ont reçu ces vaccins qu’il promouvait. Regardons d’un peu plus près ce triste bilan (qui lui, ne découle pas de pures propos gratuits ou de spéculations théoriques consistant à affirmer sans validation par l’expérience que tel nombre de vies ont été sauvées par la vaccination !) :

 

- Depuis 1986, ce sont plus de 3 milliards de dollars qui ont déjà été déboursés par les autorités américaines pour dédommager les victimes de vaccins, ce qui en dit déjà long sur leur « contribution à la santé  mondiale», de façon GLOBALE !

 

On peut prendre l’exemple du petit Achraf Diwane, un enfant marocain qui avait reçu le vaccin anti-hépatite B de GSK, l’Engerix B, et qui, 48 heures plus tard, est devenu tétraplégique pour le restant de ses jours, un lien de causalité directe ayant été reconnu par les experts et le tribunal qui a condamné GSK à des millions de dirhams bien que cela ne suffira hélas jamais à rendre la santé à ce garçonnet :

 

La-justice-en-faveur-d-Achraf.jpg

 

 

- Le côté sombre de la politique de Jean Stéphenne ne se limite bien sûr pas au seul cas d’Achraf Diwane car le vaccin transgénique Engerix B qui a rendu GSK si prospère par un système de brevets, n’a en réalité été évalué que pendant 4 jours (cf. p 6/13) avant sa mise sur le marché en ce qui concerne ses effets secondaires !! Un délai absolument "magnifique" qui n’a contribué qu’au business de GSK mais certainement pas à la santé dans le monde. C’est d’ailleurs si vrai que le Pr Gherardi qui mène des recherches sur l’aluminium vaccinal, notamment contenu dans l’Engerix B, vient d’exposer il y a peu les premiers résultats obtenus sur les souris vaccinées à l’Engerix B :

 

« Analysant un groupe de souris auxquelles il a injecté un vaccin contre l’hépatite B à l’aluminium, le chercheur dit avoir observé, à 135 jours, des signes d’«anxiété, de baisse d’activité et d’endurance physique» par rapport aux animaux-contrôles. Autant de signes «qui ressemblent à ceux de la myofasciite à macrophages» chez l’homme, a-t-il noté. » Après 45 jours d’observation, on ne voyait aucune différence. On imagine donc bien ce qu’il devait en être après 4 jours d’évaluation chez l’homme !

 

- Jean Stéphenne ne pouvait ignorer que l’aluminium des vaccins est si mal évalué puisque le Dr Nathalie Garçon de sa propre firme, qui est rien de moins que la responsable du Centre mondial des adjuvants du groupe, avait publiquement déclaré en 2002 aux Etats-Unis lors d’un symposium sur la sécurité des vaccins :

 

"En réalité, le seul adjuvant [aluminique] autorisé pour la consommation humaine, est le plus empirique. Personne ne sait comment il fonctionne, personne ne connaît sa biodistribution. [...] En fait, je crois que si l'aluminium arrivait maintenant, il ne serait pas accepté." [cfr page 220 de ce workshop aux USA]

 

Mais tout ceci n’a pas empêché Jean Stéphenne, par ambition financière, de se réjouir de son coup marketing en incluant son inutile et dangereux vaccin anti-hépatite B breveté dans un vaccin pour nourrisson hexavalent (« 6 en 1 »). On peut vraiment se demander combien de centaines de milliers d’enfants ont pu en payer le prix dans le monde en sachant que :

 

- l’aluminium vaccinal est encore plus toxique chez les enfants vu l’immaturité et donc la perméabilité accrue de leur barrière hémato-encéphalique.

 

- un document confidentiel rédigé par GSK elle-même sur les effets secondaires de l’Infanrix hexa liste plus de 800 effets possibles, susceptibles d’affecter tous les systèmes du corps humains (dont autisme, diabète insulino-dépendant, épilepsie, mort subite etc.)

 

- seuls 1 à 10% des effets secondaires GRAVES de vaccins sont effectivement recensés (un aveu figurant dans les revues médicales les plus officielles), ce qui signifie que l’immense majorité des victimes de vaccins souffrent en silence sans que cela ne diminue ou ne supprime la responsabilité CAUSALE des vaccins dans ce désastre !

 

Jean Stéphenne-copie-1

« Je dirais que nous avons surpris toute l’industrie en disant ben voilà, nous avons acheté tous les brevets sur l’hépatite B. C’était la première fois qu’un vaccin était protégé par brevet. Nous avons tous les brevets et maintenant vous les concurrents, si vous voulez venir sur le marché, vous allez devoir négocier avec nous. Et je pense que c’est comme ça que la société s’est créée et est devenue successful. Et puis après, on a développé si vous voulez des vaccins combinés. C'est-à-dire qu’on a mis l’hépatite B avec tout d’autres produits qui n’étaient pas protégés par brevets et en faisant ça évidemment, on rendait les produits combinés protégés. Mais donc la stratégie, c’est pas plus compliqué que ça. Avoir l’esprit marchand et économique est très important, en parallèle de l’esprit scientifique et innovation. » (vidéo d'une conférence au Cercle du Lac en 2012 postée sur youtube et sauvegardée de justesse par Initiative Citoyenne, ce qui avait permis à la RTBF d'en inclure un extrait dans une de ses émissions)

 

Mais Jean Stéphenne ne s’est pas arrêté en si bon chemin, loin s’en faut, car c’est aussi lui qui était encore « aux mannettes » lors de la signature en 2009 du contrat scandaleux d’achat de vaccins H1N1 entre l’Etat belge et eux  et qui montre l’absence totale d’éthique des uns et des autres, prêts à tout pour vacciner, même s’il y avait eu 7 morts dans les essais cliniques sur 2000 patients !!

 

Jean Stéphenne s’est également réjoui d’avoir contribué avec des fonds de Bill Gates au développement d’un vaccin contre la malaria alors que ce vaccin est pourvoyeur de 20% d’effets secondaires et qu’il n’a pas été évalué de façon scientifiquement valide ! Promouvoir ce vaccin, ce sera donc promouvoir un vaccin expérimental qui risque bien de faire pire que bien !

 

Jean Stéphenne disait encore il y a quelques années « Tant que je m’amuse, je reste ! », il a fini par partir, « ne s’amusant » sans doute plus assez à son goût. Et alors que certains s’amusaient, d’autres en souffraient et pendant que les premiers sont primés, les autres en sont opprimés… Cette remise de prix sonne comme un "calcul" dans un contexte où les vaccins suscitent à juste titre une méfiance croissante.

 

Voir aussi les articles suivants (info non exhaustive!):

 

GSK a-t-elle peur que ses stratégies soient dévoilées?

 

La rage d'un père: le vaccin anti-hépatite B a fichu la vie de ma fille en l'air!

 

Hépatite B: obligation vaccinale illégitime pour le personnel soignant!

 

Vaccin contre la malaria: vers une grande expérimentation en Afrique, contraire au Code de Nuremberg 

 

HPV: La Fédération Wallonie-Bruxelles obéit en fait à Jean Stéphenne et à GSK!

 

Vaccin Synflorix retiré en catimini du marché belge... pourquoi?

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Industrie pharmaceutique
commenter cet article
24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 09:32

FOTOLIA-medecin.jpg

« Je n'ai rien contre la vaccination malgré ma maladie, c'est un outil de santé majeur », ainsi a commencé le témoignage du Dr Bernard Izard au colloque sur « Les adjuvants vaccinaux: une question controversées » , organisé le 22 mai à l'Assemblée Nationale par l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques.

 

« J'ai du arrêter de travailler »

 

Puis le médecin a raconté son calvaire : « Courant 2010, j'ai présenté une fatigue anormale dès le matin qui s'accentuait tout au long de la journée. Progressivement, j'ai souffert de douleurs musculaires comme si j'avais fait du vélo toute la nuit. A l'effort, ces douleurs étaient encore plus fortes comme si je recevais des coups de couteau dans les muscles. Au bout de trois mois, j'ai eu des céphalées au réveil qui duraient toute la journée alors que je n'avais jamais souffert de maux de tête avant puis j'ai commencé à avoir du mal à articuler et à me concentrer. Je n'arrivais plus à me souvenir du nom des médicaments que j'avais prescrits des millions de fois à mes patients, ni à conduire, ni à avoir de vie sociale. J'ai du arrêter de travailler.

 

Bernard-Izard.JPG

 

"J'ai vu 12 spécialistes"

 

J'ai pensé à un problème post-vaccinal car, en tant que médecin, j'ai reçu beaucoup de vaccins et mon dernier rappel DTpolio datait de 2009. J'ai téléphoné au service de pharmacovigilance de ma région qui m'a confirmé que c'était une hypothèse plausible. Je me suis mis sous corticoïdes mais rien ne passait. J'ai consulté des confrères, quatre neurologues au départ. J'ai été hospitalisé quatre jours au CHU de Montpellier où rien n'a été détecté sur le plan neurologique. Alors, on m'a mis sous antidépresseur. Mais cela n'a eu aucun effet. J'ai donc continué à consulter, au CHU de Toulouse. En tout, j'ai vu 12 spécialistes. A chaque fois, le diagnostic était le même “vous n'avez rien”.

 

« On m'a dit que c'était psy »

 

Les confrères ont fini par me dire que c'était “psy” et qu'il “fallait que j'apprenne à vivre avec ces symptômes et que j'essaie de penser à autre chose”. Je suis en colère aujourd'hui car, à aucun moment, les médecins n'ont cherché à entrer en relation avec le service de pharmacovigilance comme je leur suggérais pour voir s'il n'y avait pas un rapport avec la vaccination. En cherchant sur internet avec ma femme, on a fini par trouver des informations qui nous ont mis sur la piste du Centre de référence des maladies rares de l'hôpital Henri Mondor à Créteil. Là, on m'a fait une biopsie musculaire et on s'est aperçu que j'avais une myofasciite à macrophages, une lésion induite par l'aluminium dans les vaccins ».

 

Est-ce que les troubles du Dr Izard sont liés à cet adjuvant ? C'était toute la question du débat au parlement précédé, le matin, par un autre colloque, intitulé « Aluminium et vaccins, l'expertise internationale nous impose d'agir », organisé cette fois par l'association E3M, qui rassemble des victimes de myofasciites à macrophages. Car le Dr Izard est loin d'être un cas unique.

 

Découverte de la myofasciite à macrophages 

 

L'hydroxyde d'aluminium est utilisé depuis 1927 dans les vaccins pour renforcer la réponse immunitaire. On pourrait donc penser que cet adjuvant est sûr puisque des millions de personnes en ont reçu au cours de la vaccination. Le problème est que ses mécanismes d'action ne sont pas bien connus et qu'en 1998, un chercheur le Pr Romain Gherardi, directeur de l'unité Inserm U955 E10 de l'université Paris-Est et chef du service histologie-embryologie de l'hôpital Henri Mondor à Créteil, est venu jeter un pavé dans la marre. A cette époque, après avoir biopsié le muscle deltoïde de quelques patients, il découvre que des cristaux d'aluminium se retrouvent dans des macrophages situés au point d'injection du vaccin et qu'ils forment une lésion qu'il nomme « myofascite à macrophages ». Ses travaux sont publiés dans The Lancet. Depuis, le Pr Ghérardi et son équipe continuent leurs recherches. Car si la lésion est reconnue, en revanche, le fait que les sels d'aluminium puissent migrer jusqu'au cerveau chez certaines personnes et induire des troubles longtemps après la vaccination, comme il en fait l'hypothèse, est controversée.

 

Des souris prostrées et anxieuses

 

Les premiers résultats d'une nouvelle étude, financée par l'Agence Nationale de Sécurité du Médicament et présentée à l'Assemblée nationale par le chercheur, sème le trouble. Après avoir fait trois injections d'Engérix, un des vaccins contre l'hépatite B, à des souris et un placebo aux autres, il constate que, 45 jours plus tard, tout va bien : « les souris n'ont aucun symptôme ». En revanche, 135 jours plus tard, les réactions des souris vaccinées sont altérées, « elles restent prostrées dans leurs cages, sont anxieuses, ont moins de coordination motrice et ont perdu de l'endurance physique », décrit-il. Pour lui, « C'est la première fois qu'un modèle animal reproduit ce qui se passe chez l'homme ».

 

Une nouvelle maladie ?

 

Les symptômes décrits chez les patients atteints de myofasciite à macrophages suivis par le Pr François-Jérôme Authier, responsable du Centre de référence des maladies rares de l'hôpital Henri Mondor à Créteil, sont de trois ordres : fatigue chronique, douleurs musculaires intenses et troubles cognitifs. « Il s'agit d'une véritable maladie neurologique centrale qui n'a rien à voir avec la sclérose en plaques et qui est associée avec la persistance de granulomes induits par les vaccins. Cette maladie n'est pas un simple tatouage vaccinal comme le prétendent certains », a précisé ce dernier. Et d'ajouter: « Elle n'est peut-être pas si exceptionnelle, simplement, elle est sous-diagniostiquée ».

 

L'hypothèse d'un effet longtemps après

 

Pour le Pr Ghérardi, la raison de ce sous-diagnostic est simple : on ne recherche que les effets indésirables des vaccins à court terme. Or, l'adjuvant aluminique pourrait agir à long terme. Dans une précédente expérience sur des souris, il a montré que l'on pouvait en retrouver la trace dans le cerveau un an après la vaccination. Il note, par ailleurs, que parmi les patients que son équipe a suivis, les particules d'aluminium étaient encore présentes au point d'injection des mois, voire huit à dix ans après la vaccination.

 

« Si on vaccine un milliard de personnes, il n'est pas possible que tous les individus réagissent de la même manière, a pointé le Pr Yehuda Shoenfeld, directeur du centre Zabludowicz pour les maladies auto-immunes et spécialiste international de l'immunité. Il y a sûrement une toile de fond génétique chez certaines personnes qui font qu'elles réagissent plus vivement et plus gravement à une stimulation immunitaire ».

 

« L'aluminum est stocké dans l'organisme, il s'y accumule. On aura plus d'aluminium dans notre corps au moment de notre mort qu'à notre naissance. Nous devons y réfléchir », a souligné, pour sa part, le Pr Christopher Exley, professeur de biochimie inorganique au Royaume-Uni et spécialiste mondial de l'aluminium.

 

Pour les experts de la vaccination, il n'y a pas de preuves

 

Les experts français de la vaccination ont néanmoins considéré qu'il n'y avait, actuellement, aucune preuve d'un lien de causalité entre l'adjuvant aluminique de la vaccination et des effets indésirables graves mais que les recherches devaient se poursuivre. La question d'un moratoire évoquée par certains lanceurs d'alerte sur le vaccin contre les papillomavirus, notamment le Gardasil, contenant de l'hydroxide d'aluminium n'a pas été retenue par les experts. Leur crainte : que le grand public se détourne de la vaccination. Les sondages montrent, en effet, que les Français sont de plus en plus méfiants.

   

Source : Viva.presse.fr

 

 

Un médecin français réagit au témoignage du Dr Bernard Izard et nous vous faisons ici copie de ce qu'il nous envoie (merci à lui!):

 

« Je n'ai rien contre la vaccination malgré ma maladie, c'est un outil de santé majeur»


"Et s'il me plait, à moi, d'être battue?" (Martine, dans Les Femmes Savantes", de Molière).


"J'suis cocu, j'suis cocu, j'suis cocu, mais content" (Serge Lama).


Allons, mon cher confrère, vous avez franchi le premier pas, celui de reconnaître le lien entre votre infirmité et votre vaccination.


Il ne vous reste plus qu'un dernier pas à franchir, celui de reconnaître que vous souffrez pour rien, parce que votre vaccination ne vous protège en rien.

 

Ce sera plus difficile, parce que ce serait reconnaître que vous avez mutilé bon nombre de vos patients pendant des années sans aucun bénéfice pour eux, que vous avez décuplé, entre autres, le nombre d'asthmatiques chez les petits qu'on a confiés à vos bons soins, et qu'à 80% d'entre eux vous avez infligé l'un ou l'autre des 800 effets indésirables, fugaces ou définitifs, qu'on peut attribuer aux vaccins.

 

Oui, ce dernier pas sera difficile, pour votre orgueil surtout, mais vous pouvez le faire, puisque je l'ai fait, après avoir vacciné pendant trente ans.


Libérez-vous !

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Médecins
commenter cet article
22 mai 2014 4 22 /05 /mai /2014 21:37

Vaccins à l’aluminium: un débat loin d’être tranché

 

Le 22 mai 2014 par Romain Loury

 

poison-vaccins.jpg

  

La myofasciite, maladie de l'adjuvant aluminium?

 

La polémique sur les vaccins adjuvantés à l’aluminium ne faiblit pas, même entre les scientifiques, comme en témoignent les échanges tenus lors du colloque organisé ce jeudi 22 mai par l’Office parlementaire des choix scientifiques et technologiques (Opecst).

 

Ce jeudi aura vu deux colloques sur les vaccins à l’aluminium se succéder à l’Assemblée nationale: l’un organisé par l’association d’entraide aux malades de myofasciite à macrophages (E3M), l’autre par l’Opecst. Et force est de constater que le consensus est loin d’être acquis quant à un éventuel rôle de l’adjuvant aluminium, employé depuis les années 1920, et la myofasciite à macrophages. Originalité du sujet: il ne s’agit pas d’une simple querelle entre associations et experts, comme c'est souvent le cas, mais d’une réelle controverse entre scientifiques.

 

La myofasciite à macrophages évoque le syndrome de fatigue chronique, avec ses douleurs musculaires et articulaires, sa fatigue généralisée et persistante, ses troubles cognitifs. Et ce en présence de lésions au niveau du muscle –là où a eu lieu l’injection-, avec infiltration de macrophages, des cellules immunitaires, qui s’avèrent chargés de sels d’aluminium.

 

«Personne ne discute le fait qu’il y ait des lésions histologiques avec présence d’aluminium, ou le fait qu’il y a une persistance plus élevée de l’aluminium chez certaines personnes. Mais il n’y a aucun lien entre la persistance de l’aluminium et l’apparition de signes cliniques», a jugé Daniel Floret, qui dirige le comité technique de la vaccination du Haut conseil de la santé publique (HCSP).

 

En janvier 2013, le HCSP avait estimé qu’il n’y avait pas lieu de remettre en cause la balance bénéfices-risques de ces vaccins à l’aluminium, dont le fameux vaccin hexavalent administré aux nourrissons, qui les immunise contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, l’hépatite B, la coqueluche, et l’Haemophilus influenzae B.

 

Des résultats plus que suggestifs.

 

Pour François-Jérôme Authier, responsable du Centre de référence des maladies rares à l’hôpital Henri-Mondor (Créteil), nul doute en revanche quant au rôle de l’aluminium dans la myofasciite à macrophages: «Le lien entre les douleurs musculo-articulaires et les lésions est démontré, ainsi que celui entre la fatigue et les lésions». Identifiée seulement en 1993, cette maladie demeure «sous-diagnostiquée», mais il est certain que «si l’on augmente le nombre de vaccins à l’aluminium, on aura forcément une hausse du nombre de cas».

 

Egalement de l’hôpital Henri-Mondor dont il dirige le service d’histologie-embryologie, Romain Gherardi a mis en évidence l’accumulation d’aluminium dans le cerveau de souris, et poursuit ses travaux, désormais financés par l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Une aide financière consentie suite à la grève de la faim effectuée par deux membres de l’association E3M en 2013.

 

Or les résultats préliminaires annoncés par Romain Gherardi lors du colloque semblent conforter l’idée d’un lien de causalité. Analysant un groupe de souris auxquelles il a injecté un vaccin contre l’hépatite B à l’aluminium, le chercheur dit avoir observé, à 135 jours, des signes d’«anxiété, de baisse d’activité et d’endurance physique» par rapport aux animaux-contrôles. Autant de signes «qui ressemblent à ceux de la myofasciite à macrophages» chez l’homme, a-t-il noté.

 

A l’inverse, Jean-François Bach, secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences, estime que «la base de l’appréciation d’un vaccin doit se faire sur la base de données épidémiologiques» et que «les modèles expérimentaux ne sont là que pour ouvrir des pistes». Au sujet de la surveillance en population, le directeur général de l’ANSM, Dominique Maraninchi, espère d’ailleurs avoir «des résultats de pharmaco-épidémiologie d’ici la fin de l’année».

 

De nouveaux adjuvants en cours d’étude

 

Face aux incertitudes, la recherche de nouveaux adjuvants se poursuit, mais elle s’avère de longue haleine. Pour Alain Sabouraud, représentant le laboratoire Sanofi Pasteur lors du colloque, remplacer un adjuvant par un autre «n’est pas un changement anodin: cela demande un redéploiement complet des produits, qui prendra 10 à 15 ans au minimum (…). Nous devrons faire la démonstration de la non-infériorité [par rapport aux vaccins actuels], non seulement en termes d’efficacité à long terme, mais aussi d’innocuité».

 

Sanofi Pasteur entretient des relations pour le moins délicates avec l’association E3M, qui a porté plainte contre X en janvier en raison de l’arrêt de commercialisation, en 2008, d’un vaccin DTPolio sans adjuvant aluminium (voir le JDLE). Trois patients atteints de la maladie ont d’ailleurs porté plainte en juillet 2013 pour «atteinte à l’intégrité de la personne, mise en danger de la personne/risques causés à autrui» (voir le JDLE).

 

Egalement évoquée lors du colloque, la campagne de vaccination contre le papillomavirus, car de nombreux doutes subsistent quant à son innocuité –si bien qu’au Japon, il a tout bonnement été décidé de la suspendre. Plusieurs travaux ont suggéré l’existence d’effets indésirables de type neurologique et de maladies auto-immunes.

 

Présent lors du colloque organisé jeudi matin par E3M, le député Jean-Louis Roumégas (EELV, Hérault), a souligné dans un communiqué «l’urgence d’une expertise indépendante, détachée de tout lobby, premier pas fondamental pour restaurer la confiance des Français en leurs autorités sanitaires».

 

Source:  Journal de l'Environnement (pas pour l'image d'illustration)


Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
19 mai 2014 1 19 /05 /mai /2014 19:50

« Syndrome du bébé secoué » : croire ou savoir ?

 

Par Rosa Klein-Baer, 16 mai 2014

 

Syndrome-bebe-secoue-dessin.jpg

   

Le mois dernier, Jennifer Del Prete a été libérée sous caution après avoir purgé près de la moitié d’une peine de 20 ans de prison pour le meurtre d’un enfant dont elle avait la charge.

 

Del Prete – une gardienne sans antécédents de violence qui a maintenu être innocente depuis son accusation – avait été reconnue coupable d’avoir secoué un enfant de 4 mois, Isabella Zielinski,  et qui est tombée inconsciente alors qu'elle en avait la charge. Isabella ne s’est jamais réveillée de son coma et est morte à l’hôpital dix mois plus tard. Les procureurs ont insisté sur le fait qu’il s’agissait d’un cas classique de syndrome violent et intentionnel de bébé secoué (SBS), et qu’ils avaient des experts médicaux pour le prouver.

 

Jennifer-del-prete.jpg

 

Cependant, Matthew Kennelly, le juge de district américain qui a ordonné la libération de Del Prete, ne fait pas du tout confiance au verdict de SBS (Syndrome du bébé secoué). Il n’est pas convaincu que les symptômes typiques utilisés pour diagnostiquer un cas de SBS soient suffisants pour prouver qu’une personne est coupable d’abus ou d’assassinat d’enfant.

 

Dans un document très complet de 97 pages, le juge Kennelly attire l’attention sur le fait que la science traitant du « syndrome du bébé secoué » est à ce point controversée qu’il va jusqu’à suggérer : L’affirmation qu’il s’agit du syndrome du bébé secoué relèverait davantage de la foi que d’une proposition de la science. 

 

La décision du juge Kennelly est révolutionnaire, car elle condamne pour la première fois le diagnostic de SBS comme peu fiable, pourtant utilisé au cours du premier jugement. C’est aussi ce diagnostic qui a été utilisé pour condamner des centaines de personnes accusées d’abus et d’assassinats d’enfants. Depuis 1990, plus de mille cas de SBS  ont été présentés devant les tribunaux. Entre la moitié et les trois quarts de ces cas  se sont appuyés sur la triade de symptômes SBS comme seule preuve médicale.

 

Pendant des décennies, cette triade – hémorragie sous-durale (hémorragies à la périphérie du cerveau), hémorragie rétinienne et œdème du cerveau – a été utilisée par les procureurs comme preuves irréfutables pour préciser virtuellement tous les aspects importants de l’affaire : comment l’enfant est mort (enfant secoué violemment), quel en est l’auteur (la dernière personne qui s’est occupée de l’enfant), ainsi que l’état d’esprit du meurtrier sur la scène du crime (furieux, avec intention).

 

On a supposé que – à l’exception des accidents de voiture ou de la chute à partir d’un immeuble – la seule chose qui pouvait provoquer pareilles hémorragies internes, ainsi que des oedèmes du cerveau ne pouvait s’expliquer que si la dernière personne qui avait la garde de l’enfant l’avait violemment et délibérément secoué.

 

D’autres symptômes physiques tels que contusions et coupures auxquels on pourrait s’attendre dans les cas extrêmes d’abus n’étaient en fait pas nécessaires pour l’établissement d’un verdict de culpabilité. Il n’était pas non plus nécessaire qu’il y ait eu des témoins. Un degré énorme de foi dans les principes scientifiques qui établissaient la triade signifiait que, elle seule (la triade), avait le pouvoir de déterminer une culpabilité.

 

Tout ceci est troublant pour plusieurs raisons et non des moindres puisque la science  qui sous-tend cette triade  est remise en question. Beaucoup de médecins reconnaissent aujourd’hui que les mêmes symptômes qui autrefois étaient utilisés pour conclure définitivement que le SBS avait bel et bien eu lieu, pourraient en fait être causés par d’autres éléments comme des infections et des troubles de la coagulation. D’autres chercheurs ont contesté l’hypothèse qu’il était nécessaire que l’enfant soit secoué violemment et intentionnellement pour que ces symptômes aient lieu.

 

Plus important encore, le cas Del Prete nous rappelle la vulnérabilité du système de justice pénale et nous oblige à nous interroger sur notre propre compréhension des théories scientifiques  qu’il nous arrive de prendre pour des « faits ».

 

La notion que les idées sont toujours susceptibles  de faire l’objet de controverses ou d’être sujettes à changement se trouve au cœur même de la science. Pourtant ce principe essentiel n’a pas été retenu au cours du premier procès de Del Prete, comme au cours de centaines d’autres procès semblables au cours desquels on a estimé que la théorie relative au SBS était suffisante pour envoyer quelqu’un en prison. En faisant confiance à cette théorie de la triade comme étant une preuve évidente de culpabilité, nous faisons dépendre les vies de centaines de personnes  d’une seule idée – une idée que l’on arrive maintenant à considérer fausse.

 

Le cas de Del Prete peut nous apprendre beaucoup sur la controverse qui entoure le SBS. Il nous montre combien il est important et crucial que la preuve ne soit pas exclusivement  basée sur une seule idée. La théorie est importante, mais trop compter sur elle serait comme faire confiance à un seul témoin, alors que d’autres n’auraient strictement rien à déclarer à charge. Les choses doivent être vues de manière complète au cours des jugements, faute de quoi le principe « innocent jusqu’à démontré coupable » perd tout son sens.

 

Source : care2.com

 

« Je n’ai aucun doute que cette affaire du « bébé secoué » finira un jour par être enregistrée comme l’une des pires pages de l’histoire de la pédiatrie. » Dr A. Kalokerinos

     

Voir aussi :

 

Syndrome du bébé secoué & vaccinations : parents et gardiennes sont parfois accusés à tort

 

Certaines accusations infondées de maltraitance d’enfants cachent les funestes effets des vaccinations

 

Le père d'une petite fille emprisonné à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle après que sa petite fille eut reçu 8 vaccins

  

Danger: des vaccins qui déclenchent le syndrome du bébé secoué

 

Nexus n°92, mai-juin 2014 : Bébé secoué : un diagnostic abusif ?

 

Syndrome du bébé secoué: un diagnostic abusif?

 

De dangereux vaccins peuvent provoquer  les symptômes du bébé secoué

 

Une police endoctrinée poursuit des parents pour protéger les vaccins

 

Les effets secondaires des vaccinations et les fausses accusations détruisent des familles 

  

Syndrome du bébé secoué (Dr Mercola) 

 

http://www.wellwithin1.com/shakenbaby.htm

 

http://www.whale.to/vaccines/innis_h.html

 

http://www.whale.to/vaccine/yazbak_sbs.html

 

http://www.whale.to/v/buttram1.html

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
15 mai 2014 4 15 /05 /mai /2014 07:14

Les vaccins surchargent le système immunitaire et sèment des maladies à tous vents chez les enfants : une nouvelle étude le prouve. 

 

Communiqué de presse

13 mai 2014

 

Un nouveau document fournit des preuves convaincantes que les surcharges immunitaires induites par les vaccins, de même que les graves problèmes de santé qui en découlent deviennent la norme et non l’exception chez les enfants américains.

 

Dr-Bart-Classen-immune-overload.jpg

 

Le Dr Bart Classen, MD est immunologiste. Il a créé et supervisé des projets de recherche sur les effets indésirables des vaccins à l’Institut National de Santé, ainsi qu’à l’Institut National des Allergies et de Maladies Infectieuses.

 

Baltimore, 13 mai 2014 / PRNewswire / - Une nouvelle étude évaluée par les pairs a été publiée dans un récent numéro de Molecular and Genetic Medicine (s1 :025)(s1:2014) et présente des preuves convaincantes que l’augmentation rapide du nombre de vaccins administrés aux enfants des Etats-Unis a créé une surcharge immunitaire chez quasi la majorité d’entre eux, et cela se traduit par des problèmes de santé connexes, y compris des épidémies d’obésité, de diabète et d’autisme. Ce nouveau document a été rédigé par le Dr J. Bart Classen, M.D.

 

« Depuis des années, nous avons publié une information qui montre que les vaccins sont à l’origine d’une épidémie de maladies inflammatoires telles que le diabète, l’obésité et l’autisme. Toutefois le nombre de vaccins administrés aux enfants a continué d’augmenter à un point tel que nous avons atteint un état de surcharge immunitaire chez presque la majorité des jeunes enfants américains. Cette nouvelle publication passe en revue les éléments de preuve ayant trait à la surcharge immunitaire et aux nombreux et différents effets sur la santé qui se sont développés chez les enfants suite à leur surcharge immunitaire. », déclare le Dr J. Bart Classen, M.D.

 

La recherche du Dr Claessen indique que le grand nombre de vaccins administrés aux patients conduit à une véritable épidémie d’inflammations chroniques qui, à leur tour, entraînent des épidémies de maladies auto-immunes, des allergies, ainsi que l’obésité et le « syndrome métabolique ».

 

« Les meilleurs données indiquent que les maladies chroniques induites par le vaccin sont aujourd’hui d’une telle ampleur qu’elles éclipsent presque tous les précédents types d’intoxications de l’être humain, y compris l’empoisonnement par des produits comme l’amiante, les radiations à faible dose, le plomb et même les cigarettes. La plupart des patients ne réalisent même pas qu’ils souffrent des effets indésirables des vaccins. Plus grave encore, les patients et/ ou leurs parents sont harcelés, accusés d’avoir adopté de pauvres régimes alimentaires ou des habitudes qui mènent finalement au développement de l’obésité et du diabète, alors qu’en fait ils souffrent d’obésité et de diabète induits par les vaccins. », explique le Dr J. Bart Classen.

 

Source : Marketwatch & Vaccineliberationarmy

 

Autres citations du Dr Bart Classen

 

Dr-Bart-Classen-New-Zealand-Medical-Journal.jpg

« Le vaccin contre l’hépatite B, de même que d’autres vaccins peuvent induire des diabètes insulinodépendants. » New Zealand Medical Journal, 24 mai 1996.

 

« J’ai publié de nombreux articles reliant le diabète aux vaccins. Dans une étude basée sur un essai clinique concernant le vaccin Haemophilus, j’ai montré que le risque du vaccin dépassait le bénéfice. Ce rapport est publié dans le British Medical Journal ».- Dr Bart Classen

 

«  Il m’apparaît clairement que les politiques de vaccination tant militaires que civiles sont inspirées et motivées par la politique et non par la science… Le vaccin contre l’anthrax a été approuvé sans qu’aucune étude clinique contrôlée n’ait été réalisée. Il n’existe aucune donnée de sécurité à long terme à propos du vaccin contre l’anthrax. Le fait a été reconnu par le gouvernement au cours d’une audience du Congrès. C’est une déformation de la vérité que de prétendre qu’il y a des données de sécurité importantes … J’ai publié de nombreux articles  reliant le diabète aux vaccins… » Dr Bart Classen

 

« Le CDC (Centres de contrôle américains et de prévention des maladies) a fait deux études : une sur le diabète et une sur l’asthme…Ces études qui relèvent de la pure science de pacotille (pseudo science) sont essentiellement de la propagande. » (lettre) Dr Bart Classen

 

« Le calendrier de la vaccination affecte le développement du diabète chez les rongeurs », Autoimmunity, 1996, 24 : 137-145.

 

Source : Whale.to

 

Voir aussi: "Le public devrait être informé que les vaccins peuvent avoir des effets secondaires à long terme"

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA