Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 juillet 2010 4 15 /07 /juillet /2010 18:17

GENEVE - Le président du comité d'évaluation de l'OMS, chargé d'examiner la gestion de l'organisation de la grippe H1N1, Harvey Fineberg, a estimé vendredi à l'issue de trois jours d'audition qu'il serait difficile de faire la lumière sur le sujet tant les opinions divergeaient.

 

"Le défi est de distinguer ce qui est vrai sans être distrait par la vaste diversité d'opinion", a confié l'Américain Harvey Fineberg, lors d'une conférence de presse.

 

Le comité d'experts a été créé en début d'année par l'Organisation mondiale de la santé en réponse notamment aux critiques accusant l'OMS d'avoir été influencée par les laboratoires pour déclarer la première pandémie du siècle qui a provoqué la production massive de médicaments face à une maladie qui a jusqu'à présent fait quelque 18.200 décès, bien moins que ce que beaucoup prédisaient.

 

Il a tenu cette semaine sa deuxième réunion de trois jours durant lesquels des responsables politiques, des représentants des laboratoires pharmaceutiques et des médias ont été publiquement entendus.

 

"La perception de ce qui s'est passé (en 2009) est radicalement différente selon les points de vue. Certaines des personnes (entendues) ont soutenu l'OMS, tandis que d'autres ont soulevé des questions très critiques", a expliqué M. Fineberg.

 

Parmi les personnes interrogées par les experts, le directeur général de la Santé en France, Didier Houssin, a ainsi félicité l'OMS pour sa "réactivité", tout en spécifiant que l'organisation devait "renforcer la crédibilité de ses experts".

 

D'autres ont été beaucoup plus critiques, comme la rédactrice en chef du British Medical Journal (BMJ) Fiona Godlee qui a demandé une plus grande transparence, recommandant à l'OMS de divulguer les noms des experts du comité d'urgence qui a conseillé sa directrice générale, Margaret Chan, tout au long de la crise.

 

Le comité d'évaluation de l'OMS s'était réuni une première fois en avril pour dresser les grandes lignes de ses travaux qui seront présentés sous forme d'un rapport lors de la prochaine assemblée annuelle de l'OMS en mai 2011.

 

Sa troisième réunion était initialement prévue en novembre mais celle-ci a été avancée à septembre afin de réaliser de nouvelles auditions, qui incluront cette fois des représentants de l'OMS.

 

(©AFP / 02 juillet 2010 18h33)

 

Source: Romandie

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2010 4 15 /07 /juillet /2010 17:45

Alors que les "plus grands experts" et les autorités incitaient à la vaccination sous prétexte d'altruisme et de "protection collective" tout au long de l'automne et de l'hiver derniers, les lecteurs attentifs remarqueront que, parmi la trentaine de recommandations du rapport de l'Opecst, l'Office parlementaire français des choix scientifiques et technologiques on trouve notamment celle-ci:

 

"En conclusion, il [le rapport] fait une trentaine de recommandations. Dont certaines semblent tomber sous le sens : prouver scientifiquement l’efficacité de « l’effet barrière » (le précepte selon lequel la pandémie est bloquée car le tiers de la population est vacciné, ndlr)."

 

Ah bon, si c'est encore à prouver, c'est que ce n'était pas déjà prouvé l'hiver dernier, en dépit de toutes les allégations et les affirmations des "experts" toutes plus péremptoires les unes que les autres!

 

A présent, une chose est bel et bien prouvée: pour votre santé, mieux vaut ne pas faire aveuglément confiance aux autorités!

   

Source: Journal de l'Environnement

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 23:54

ATLANTA (AP) — Environ un quart des vaccins contre la grippe A/H1N1 fabriqués pour la population américaine ont atteint leur date d'expiration: 40 millions de doses, d'une valeur de 260 millions de dollars, vont devoir être détruites. Les vaccins, dont certains sont périmés depuis mercredi, seront incinérés.

 

vaccinatio-obligatoire-grippe-a-teaser

 

 

"Ça fait beaucoup", commente Jerry Weir, chargé de la recherche sur les vaccins au sein de la Food and Drug Administration (FDA), l'agence fédérale du médicament.

 

Environ 30 millions de doses supplémentaires vont expirer plus tard, selon une estimation du gouvernement. Si la totalité de ces vaccins devaient ne jamais être utilisés, plus de 43% des doses commandées auront tout simplement été gaspillées.

 

Pour justifier cette vaste commande de vaccins, l'administration américaine, comme d'autres pays, avait invoqué un principe de précaution nécessaire face à un virus inconnu jusqu'alors.

 

De nombreux experts craignaient que cette nouvelle forme de grippe n'entraîne une épidémie mondiale mortelle. Mais la maladie a finalement tué moins de patients que la grippe saisonnière.

 

"Même si nous nous retrouvons avec de nombreuses doses de vaccins qui n'ont pas été utilisées, il valait mieux être prêt pour le pire scénario que de ne pas avoir assez de doses", a souligné Bill Hall, porte-parole du Département de la Santé.

 

Plusieurs millions de doses de vaccins contre la grippe expirent généralement chaque année, mais ces dernières années, ce surplus correspondait à environ 10% du nombre de doses. Et non 25% comme c'est le cas pour les vaccins contre le virus A/H1N1.

 

Le gouvernement américain avait commandé près de 200 millions de doses, une quantité sans précédent. Environ 162 millions de doses étaient destinées au public. Les autres à l'armée et à d'autres pays.

 

Mais la demande n'a jamais décollé, pour plusieurs raisons. Ainsi, les tests ont rapidement démontré qu'une seule dose était nécessaire pour protéger la plupart des gens. Par ailleurs, la majeure partie des vaccins n'ont pas été livrés avant fin 2009, après la plus importante vague de l'épidémie. Et enfin, il s'est avéré que le virus n'était pas aussi mortel que les experts le craignaient, avec 12.000 décès, soit un tiers des victimes de la grippe saisonnière.

 

AP

ir/v451

 

 

source: Nouvel Observateur

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 22:10

Alors que nous avions fourni, BIEN A TEMPS, différents éléments à Mme Onkelinx sur:

 

- l'exagération évidente de la "pandémie"

- le peu de fiabilité d'une agence comme l'OMS

- les risques évidents d'un produit au développement et à l'évaluation bâclés

- les conflits d'intérêts manifestes

 

 

Voici que, quelques temps plus tard, après le rapport cinglant rendu par le Conseil de l'Europe, après la publication du contrat scandaleux qu'elle a signé avec GSK, la ministre belge de la santé ose sans rire affirmer dans son discours d'ouverture du 1° juillet 2010:

 

" La Gestion de la crise par l’Organisation Mondiale de la Santé fait aujourd’hui l’objet de nombre de critiques. Nous, Femmes et Hommes politiques qui, dans l’Union européenne comme ailleurs dans le monde, assumons des responsabilités considérables vis-à-vis de tous nos concitoyens, sommes en droit de réclamer la transparence complète sur tout ce qui s’est passé. Je vois cette exigence non comme un réquisitoire mais comme une opportunité à saisir pour que chaque Etat, l’Union européenne et l’OMS tirent ensemble les leçons et consolident un front commun qui permettra de mieux maîtriser une nouvelle pandémie éventuelle." (cfr l'ensemble du discours sur le site de Mme Onkelinx: http://www.laurette-onkelinx.be/ )

 

 

N'est-ce pas là une forme caractéristique d'hypocrisie? N'est-ce pas là une façon stratégique de tirer son épingle du jeu quand tous les évènements, toutes les preuves du scandale sont si accablants? Nous laisserons les lecteurs en juger...

 

Ce qui est d'ores et déjà certain en revanche c'est qu' en aucun cas une telle "réunion d'experts" ne permettra réellement de tirer la moindre leçon, bien au contraire.

 

A lire le programme d'un tel meeting en effet, on s'aperçoit d'emblée du degré d'arrogance qui peut être associé à une telle démarche:

 

- cet évènement est centré sur une "pandémie" qui n'a en réalité jamais existé (en tant que telle) comme l'a dénoncé le rapport du Conseil de l'Europe!

 

- le numéro 2 de l'OMS, le Dr Fukuda aura la parole alors qu'il n'est PLUS DU TOUT CREDIBLE ayant osé affirmer que la définition de pandémie de l'OMS n'avait pas été modifiée en dépit des preuves les plus accablantes, photos du site, publications et reportages TV à l'appui!

 

- Il y a minimum 3 scientifiques invités à cette "réunion d'experts" qui ont des liens avérés avec les industries pharmaceutiques concernées!

 

- un représentant de l'industrie pharmaceutique en Europe prendra la parole

 

- Il y est aussi question de "communication" et de "stratégies de communications" avec l'invitation notamment d'un représentant de Facebook qui parlera de l'intérêt d'utiliser ce réseau social pour toucher "un large public"...

 

 

 

Hélas, ayant été avertis trop tard d'une telle réunion, nous n'avons pas pu nous enregistrer à temps afin d'y assister. Mais nous avons fait part de la tenue de cet évènement à la presse, dès que nous en avons eu connaissance, avec l'espoir qu'elle puisse elle, y assister et relayer ce qui s'y sera dit le plus largement possible au public.

 

 

Car, soyez-en bien conscients, il ne s'agit nullement de "tirer des leçons" pour plus de démocratie et de protection de la santé. Il s'agit en fait uniquement de remplir deux objectifs, l'un immédiat qui est celui de tirer son épingle du jeu et donner ainsi faussement l'impression qu' "il n'y a rien à cacher" et l'autre, à plus long terme qui est de continuer à servir l'industrie pharmaceutique en tolérant qu'elle mette des vaccins sur le marché toujours plus vite, donc en prenant toujours plus de risques pour VOTRE santé comme en témoignent les titres d'exposés de différents scientifiques et même les propres propos de Mme Onkelinx (repris sur son site):

 

"Performing clinical trials in a short time frame" par le Pr Pierre Vandamme (université d'Anvers) = "Réaliser des essais cliniques endéans un court délai"

 

"Au niveau des institutions européennes, différents points positifs peuvent être mis en exergue. Je pense notamment :

 

  • à la mise en place de procédures rapides pour une autorisation centralisée des vaccins."  Laurette Onkelinx sur son site web (...)

 

 

Nous avons tous pu voir à quel point l'agence européenne du médicament (EMEA) avait lamentablement failli en larguant sur le marché des vaccins exprimentaux au développement bâclé. Nous savons que cette agence est financée à concurrence de 80% (!) par les industriels. Cette agence avait nié voire passé sous silence des faits d'une extrême gravité concernant la sécurité de ces vaccins H1N1 (l'EMEA a ainsi nié le lien entre les 7 morts sur les 2000 personnes de l'essai clinique pour le vaccin Pandemrix de GSK et l'injection du produit; elle a tout bonnement passé sous silence avec l'ECDC les cas d'anomalies foetales et de malformations survenues chez les bébés de rattes vaccinées avec un vaccin adjuvanté similaire au Pandemrix!!!).

 

Hélas, tout ceci n'a pas empêché la Ministre Onkelinx de dire "Une gestion européenne de la pandémie, j’y crois. Je pense que c’est la solution d’avenir."

 

Quelle solution en effet  !!

 

 

Car si, véritablement, comme Mme Onkelinx l'affirme, elle avait le souhait de " tirer rapidement les enseignements des actions que nous avons entreprises individuellement ou conjointement", n'aurait-elle  pas dû:

 

- inviter la Ministre de la santé polonaise, le Dr Ewa Kopacz qui a usé de son BON SENS pour ne pas succomber aux sirènes des lobbies et à cette FAUSSE "course à l'échalotte"? D'autant que si comme le dit Mme la ministre Onkelinx "on ne peut pas rester isolés au niveau national car le risque, il est le même pour tous les européens.", on peut se demander pourquoi rester sélectivement plus proches de pays comme la France ou la Suède plutôt que d'un pays comme la Pologne qui avait, lui aussi à coeur d'évaluer les VRAIS risques pour ses citoyens...

 

 

- essayer d'expliquer au public POURQUOI  les responsables du parti SOCIALISTE européen (de même que les responsables du PPE, parti de Nicolas Sarkozy, Roselyne Bachelot, etc) ont refusé la création d'une commission spéciale sur le H1N1 au sein du parlement européen alors que celle-ci était pourtant demandée par 210 eurodéputés (!!) et qu'elle visait justement à investiguer le rôle de l'agence européenne du médicament et tout le poids des lobbies dans ses décisions?

La vérité c'est que si vraiment ce processus  de transparence jugé  essentiel pour l’avenir aux yeux de personnes comme Mme Onkelinx, on comprend mal pourquoi elle n'a pas publiquement dénoncé le refus de son parti européen de créer une telle commission spéciale sur le H1N1....

 

- inviter des associations, des scientifiques entièrement INDEPENDANTS plutôt que de "prendre les mêmes et recommencer"? A ce sujet, le Conseil de l'Europe avait pourtant démontré qu'il était possible d'inviter des médecins lucides et de qualité (Dr Ewa Kopacz, Pr Marc Gentilini, Dr Tom Jefferson, etc)....

 

 

 

"On le voit une fois encore ici, de façon particulièrement flagrante, avec la teneur de cette "réunion d'experts": jamais l'arrogance ne se sera autant opposée au bon sens et les intérêts privés à la santé des citoyens! La vigilance reste donc plus que jamais de mise par le biais de la lucidité individuelle d'une part et par la dynamique de groupe d'autre part. Quant à la presse, elle a, à présent, une opportunité inouïe de renverser la vapeur et de continuer à tendre vers plus d'objectivité et d'équilibre entre les points de vue. La santé de tous, y compris celle des journalistes, en dépend."

 

Initiative Citoyenne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 21:54
Actualité du scandale

mercredi 30 juin 2010 par Marc Girard

 

Quoiqu’ayant significativement contribué à l’échec du plan vaccinal concocté par le gouvernement belge à l’initiative des lobbies, le groupe Initiative citoyenne a d’abord été débouté par la Justice de toutes ses demandes.

 

D’emblée dénoncées et documentées Grippe porcine : joyeux anniversaire ! , cependant, la mystification et l’imposture ont été confirmées partout où l’on s’est avisé d’enquêter. De l’alerte « pandémique » à la pharmacovigilance en passant par un développement bâclé, une autorisation de mise sur le marché proprement défectueuse et des contrats scandaleusement léonins, les dysfonctionnements sont désormais documentés à tous les niveaux.

 

Il ne s’agit pas de rejouer éternellement le match, mais simplement de comprendre que ce qui s’est passé n’est que l’épisode le plus caricaturalement documentable du processus pervers qui, depuis la directive 65/65/CEE, asphyxie la santé publique sous l’étreinte terrible des lobbies pharmaceutiques : la grippe H1N1 n’est qu’un exemple parmi bien d’autres.

 

Il existe aujourd’hui une convergence d’éléments clairs, précis, concordants qui permet à Initiative citoyenne de revenir devant la Justice pénale, civile et administrative par souci de la santé citoyenne – justement… Adressée au Procureur du Roi, leur plainte vise les chefs de coalition de fonctionnaires et de corruption de fonctionnaires (cf. l’article du journal Le Soir)...

 

C’est aussi l’occasion de revenir sur la question cruciale : qu’y a-t-il de si actuel dans ce scandale dont on voudrait nous faire croire qu’il appartient désormais au passé ?

 

 

 

 

image IC 29 juin 2010

conférence de presse du 29 juin 2010 à Bxl; de gauche à droite: S.Meulemans, M-R Cavalier, Dr Marc Girard, Me P. Vanlangendonck, Me G H Beauthier

 

 

 

L’actualité du scandale lié à la fausse pandémie grippale se reconstitue aisément d’une relecture tridimensionnelle : l’expertise, la pharmacie, le politique.

 

 
L’expertise
 

Alors que les politiques ne cessent de déléguer aux "experts" l’essentiel de leurs prérogatives décisionnelles, en contestant aux citoyens leur droit de regard eu égard à la complexité présumée des problèmes posés, la grippe porcine offre désormais une histoire paradigmatique permettant de documenter que les experts ne sont en fait que les hommes de paille des lobbies Ethique scientifique et crise de l’expertise. Si les grands problèmes politiques du moment (crise bancaire, relance économique, développement durable...) renvoient effectivement - au moins en surface - à une certaine complexité (encore parasitée par l’idéologie), la grippe porcine a offert le spectacle d’experts qui n’ont pas craint de se mouiller très précisément ("au moins 30 000 morts en France ; nécessité de vacciner 90% des enfants pour faire barrage à la pandémie) et qui se trouvent, par le fait même, littéralement ridiculisés aujourd’hui. Plus grave : loin de pouvoir s’abriter derrière leur droit à l’erreur, les experts se sont constamment trompés dans un sens favorable aux intérêts de leurs sponsors inavoués. Or, par contraste avec l’erreur aléatoire, qui peut tomber d’un côté ou de l’autre de la vérité, cette erreur systématique correspond à ce qu’on appelle un biais : elle est d’autant plus éloquente qu’en parallèle, elle s’est appuyée sur une rhétorique de dissimulation des conflits d’intérêts - contradictoire tant avec l’éthique scientifique traditionnelle qu’avec la législation en vigueur. Bref et pour le dire simplement : les citoyens ont pu voir que les experts sont tous nus - et qu’ils ne sont pas beaux. L’actualité de ce constat se renforce que de ce qui s’est depuis lors passé dans le Golfe du Mexique...

 

 
La pharmacie
 

Dans la vie d’un médicament, la phase de développement (avant la mise sur le marché) est incontournable. C’est le seul moment où l’on peut soumettre un nouveau produit à des évaluations contraintes par un minimum de rigueur : contrôle du processus de fabrication, tests chez l’animal, essais cliniques, etc. Même si ces exigences peuvent être contournées (comme attesté par les affaires cérivastatine ou Vioxx), elles ne sauraient en aucun cas être remplacées par une promesse de pharmacovigilance une fois le produit sur le marché. En l’espèce, alors que l’EMEA (l’agence européenne) reconnaissait sans fard que le rapport bénéfice/risque des vaccins antigrippaux n’avait pu être évalué au cours du développement, l’administration sanitaire ne rougit pas de clamer, une fois le produit sur le marché, que les données de la pharmacovigilance « ne modifient en rien » le rapport bénéfice/risque du produit, lequel n’avait justement pas été évalué : c’est dire, avec un parfait cynisme, que ce rapport bénéfice/risque n’a été et ne sera jamais évalué et que ces produits, pour lesquels on a un temps envisagé une obligation vaccinale, sont proprement défectueux au sens légal du terme. Or, cette séquence – développement bâclé sur la fallacieuse promesse d’une pharmacovigilance qui ne viendra jamais – est exactement celle qui sous-tend la proposition de directive modifiant la directive 2001/83/CE qui est actuellement en discussion à Bruxelles : ce projet est proprement effrayant, et la récente histoire des vaccins contre la grippe porcine est l’éloquent prélude de la caricature technico-réglementaire que les lobbies pharmaceutiques cherchent désormais à mettre en place. Cette directive scélérate, faut-il le préciser, ne se limite pas aux seuls vaccins contre la grippe : elle concerne tous les médicaments.

 

 
Le politique
 

Dans la « Préface à l’édition française », datée de février 2009, de son récent ouvrage L’Etat prédateur , l’économiste américain James Galbraith admettait que sa réflexion portait d’abord sur les Etats-Unis tout en postulant qu’elle touchait à une dynamique bien plus universelle. Il n’aura pas fallu plus de deux mois pour le confirmer. Car, ce qui frappe le plus, dans cette histoire grippale dont les enjeux financiers ne sont même pas niés par ceux qui en profitent, c’est qu’à aucun moment, on n’a entendu la voix promotionnelle des fabricants : la publicité de ces produits a été assurée par la voix du Ministre et de ses conseillers, au moyen d’arguments qui, dans n’importe quelle autre situation, eussent été sanctionnés par les instances nationales chargées de contrôler la publicité pharmaceutique. Bien pis : en France, le gouvernement n’a pas craint de recourir à la réquisition, authentifiant ainsi de la façon la plus extrême une mystification sanitaire dont les déterminants lucratifs sautaient pourtant aux yeux. Se trouve dès lors illustrée de la façon la plus éloquente la thèse de l’Américain que la déréglementation, ce n’est pas la loi de la jungle au profit de lobbies : c’est l’appropriation par les lobbies de l’autorité et de la puissance de l’Etat au bénéfice de leur prédation. En l’espèce, on les a donc vus capables de détourner à leur profit la plus extrême des prérogatives de l’Etat dans un pays qui a banni la peine de mort : son pouvoir de contrainte sur les corps – mais au seul bénéfice de la liquidation des stocks.

 

 

source: site du Dr Marc Girard

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 20:43

RICARDO GUTIERREZ

jeudi 01 juillet 2010

 

Le procureur du roi de Bruxelles, Bruno Bulthé, est saisi d'une plainte pour corruption et coalition de fonctionnaires, dans la foulée de la campagne de vaccination contre la grippe pandémique. Elle vise, sans les nommer, les experts qui ont incité le gouvernement à acquérir des doses massives de vaccin contre la grippe A/H1N1.

 

La plainte est déposée par 106 citoyens, dont les animateurs de l'association Initiative citoyenne, qui avait lancé plusieurs procédures civiles, sans succès, la Justice considérant qu'elle n'avait pas intérêt à agir.

 

Des éléments neufs, comme la divulgation, dans nos colonnes (Le Soir du 6 mai), du contrat d'achat de vaccins passé par l'Etat et GSK, ont incité les opposants à franchir le cap du dépôt de plainte pénale…

 

« Sans velléité de règlements de comptes à l'égard de quelque pouvoir, commente l'avocat des plaignants, Georges-Henri Beauthier, mais avec le souci de mettre un coup d'arrêt à ce marketing médical et éviter qu'en septembre, les vaccins qui n'ont pu être écoulés, le soient avec le même manque de transparence »

 

La plainte prend appui sur le rapport adopté, ce 24 juin, par l'assemblée du Conseil de l'Europe qui dénonce le rôle des lobbies et des experts sous influence de l'industrie pharmaceutique, au sein de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS)…

 

« Ce qui est vrai à l'OMS l'est peut-être aussi chez nous, insiste Me Beauthier : Comme les autorités belges refusent de révéler le nom des experts, seul un juge d'instruction est armé pour vérifier dans quelle mesure ces professionnels du ministère de la Santé, de l'Agence des médicaments et du Comité interministériel Influenza ne se trouvent pas en situation de conflit d'intérêts. Il s'agit de constater, en somme, s'ils n'ont pas favorisé certaines décisions alors qu'ils y trouvaient un intérêt illicite ».

 

Source: Le Soir

 

Partager cet article
Repost0
29 juin 2010 2 29 /06 /juin /2010 20:09

Vaccin grippe A: plainte de citoyens pour corruption

 

29.06.10 - 15:37

 

Initiative Citoyenne et une centaine de citoyens ont déposé une plainte auprès du parquet de Bruxelles contre X.

 

Cette plainte vise les responsables étatiques qui auraient décidé la conclusion d'un contrat avec une firme pharmaceutique pour le vaccin contre la grippe AH1N1.

 

Les plaignants reprochent notamment à l'Etat et à certains de ses dirigeants d'avoir pris des risques pour la santé des citoyens en lançant cette campagne de vaccination.

 

En effet, selon Initiative Citoyenne, ni l'efficacité de ce sérum ni sa sécurité n'était garantie. L'Etat l'avait pourtant présenté comme "fiable".

 

Les plaignants suspectent les personnes ayant participé à la conclusion du dit contrat d'en avoir retiré un avantage personnel.

 

La plainte est dirigée notamment contre le ministère de la santé publique, l'agence fédérale des médicaments et des soins de santé et contre le comité interministériel Influenza.

 

En 2009, l'Etat avait effectivement conclu un contrat avec la firme GSK pour l'achat de doses du vaccin pour une valeur de 110 millions d'euros.

 

Initiative Citoyenne souligne que ce contrat a été caché aux parlementaires et au public.

 

L'association remarque encore que l'Etat s'était engagé auprès de la firme à la rembourser en cas de réclamation. Par contre, l'Etat ne s'était pas engagé à indemniser les victimes.

 

Les plaignants constatent enfin, que la soit-disante pandémie n'a jamais existé.

 

Source: Belga

 

Ce communiqué de l'agence Belga fait suite à la conférence de presse que nous avions organisée ce mardi 29 juin 2010 à 11H à Bruxelles.

 

Pour lire notre communiqué de presse du 29/06/2010 relatif à cette plainte, voir ICI

 

Pour lire le texte intégral de cette plainte contre X, voir ICI

 

NB: Pour respecter la vie privée des signataires effectifs de cette plainte, nous avons remplacé dans cette copie le nom et adresse des signataires par la mention :

"[105 signataires dont les noms ont été dûment communiqués au parquet]"

 

Cette plainte pourra bien sûr être complétée par différents éléments neufs et à ce sujet, les citoyens qui le souhaitent ne doivent pas hésiter à nous communiquer des données qu'ils jugeraient capitales pour l'avancement du dossier et pour l'enquête que nous espérons tous!

 

Partager cet article
Repost0
8 juin 2010 2 08 /06 /juin /2010 17:43

GENEVE — La directrice générale de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Margaret Chan, a défendu mardi sa gestion de la grippe pandémique H1N1, niant fermement avoir été influencée par les laboratoires pharmaceutiques.

 

"Permettez-moi d'être parfaitement claire sur un point. A aucun moment, ni pendant une seconde, des intérêts commerciaux n'ont influencé ma décision", se défend Margaret Chan dans une lettre adressée au British Medical Journal (BMJ) qui a critiqué sévèrement l'OMS dans un article publié vendredi.

 

"La décision de déclarer la pandémie a été fondée sur des critères clairement virologiques et épidémiologiques", poursuit Mme Chan dans ce courrier rendu public mardi par l'OMS pour réfuter toutes "accusations selon lesquelles l'OMS aurait modifié sa définition de pandémie afin (...) d'en faire profiter l'industrie" pharmaceutique.

 

Selon le BMJ, l'une des principales publications du genre, l'action de l'OMS a été profondément entachée par le secret et les conflits d'intérêts avec l'industrie pharmaceutique.

 

D'après l'enquête du BMJ, les recommandations de l'OMS sur l'utilisation des antiviraux ont été préparées par des experts appointés comme consultants par les fabricants des antiviraux, Roche et GlaxoSmithKline (GSK).

 

Dans sa lettre, Mme Chan souligne que ces questions seront abordées par le comité d'évaluation établi en début d'année par l'OMS pour répondre justement à la vague montante de critiques sur l'alerte générale lancée par l'agence onusienne le 11 juin 2009.

 

Cette alerte avait activé la production massive de vaccins qui ont finalement peu servi en raison de la virulence moins forte qu'attendue du virus d'origine porcine, aviaire et humaine.

 

Ce groupe de 29 experts, qui s'est réuni pour la première fois en avril, doit se retrouver à nouveau du 30 juin au 2 juillet à Genève. Ses conclusions sont attendues début 2011.

 

Le 3 juin dernier, Margaret Chan a décidé de maintenir l'alerte pandémique sur la grippe H1N1 qui a fait quelque 18.100 morts avérés dans le monde depuis sa découverte en avril 2009 sur le continent américain.

 

 

 

 

Source: AFP

 

 

 

 

 

 

 

 Heureusement pour elle que le ridicule ne tue pas....

 

 

 

schizo-OMS--copie-1.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 juin 2010 6 05 /06 /juin /2010 20:35

04.06.10

 

"Défaut de transparence", "gaspillage de l'argent public", "incitation à une crainte injustifiée" : la commission santé de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe a adopté vendredi un rapport très critique sur la gestion de la pandémie de grippe H1N1 par l'OMS et par les pays.

 

Le rapport, présenté par le britannique Paul Flynn (socialiste) vendredi à Paris, se dit particulièrement préoccupé par "l'adéquation des mesures prises" et "la transparence des processus de prise de décision concernés".

 

Il fait état de l'"évidence écrasante que la gravité de la pandémie a été largement surestimée par l'OMS" et des "mesures excessives prises en réponse à ce qui s'est avéré être une grippe d'intensité modérée".

 

"Cette pandémie n'a jamais vraiment existé", a déclaré Paul Flynn lors de la présentation du rapport.

 

Pour lui, les effets de la pandémie ont été "dramatiques" : "distorsion des priorités des services de santé publique à travers l'Europe", "gaspillage de sommes colossales d'argent public"... Cela doit "faire l'objet d'un examen critique par les autorités de santé publique", dit-il.

 

Paul Flynn relève aussi "l'éventuelle influence de certains groupes pharmaceutiques sur certaines décisions clés" et se dit "inquiet du manque de transparence concernant l'identité des experts dont les recommandations ont eu un impact majeur".

 

"Les informations communiquées par plusieurs pays européens indiquent que les gouvernements nationaux ont subi des pressions pour accélérer la conclusion de contrats majeurs", indique-t-il.

 

Il regrette les craintes suscitées et imagine qu'"à force d'avoir crié si souvent au loup, la population risque de ne pas prendre les mesures nécessaires lorsque se déclarera la prochaine maladie infectieuse".

 

La commission recommande une plus grande transparence en matière de santé publique et préconise la mise en place de garanties contre "l'influence d'intérêts particuliers". Elle suggère aussi une collaboration avec les médias pour éviter "le sensationnel" dans le domaine de la santé publique.

 

Le Conseil de l'Europe, dont le siège est à Strasbourg et qui comprend 47 pays membres, a pour objectif de favoriser un espace démocratique et juridique commun, organisé notamment autour de la Convention européenne des droits de l’homme.

 

AFP

 

source: RTBF INFO

Partager cet article
Repost0
4 juin 2010 5 04 /06 /juin /2010 22:13

 Avertissement : Attention, les passages qui suivent sont issus d'une traduction partielle ET qui ne prétend pas être une parfaite traduction littérale de tous les mots. Celle-ci étant avant tout destinée à donner une idée globale du message que cette publication du British Medical Journal a voulu faire passer -

 

Pour consulter l'intégralité de la publication originale (en anglais), cliquez ICI

 

Extraits des pages 2 et 3 du document ci-dessus :

 

" Le premier plan de préparation à la pandémie de l'OMS a été renforcé en 1999 compte tenu du risque et de l'incertitude qui y a été associée: "Il est impossible de prévoir quand une pandémie pourrait survenir. Si une vraie pandémie de virus influenza apparaissait comme celle de 1918, on devrait s'attendre à un nombre conséquent de malades et de décès malgré les progrès réalisés entretemps par la médecine."
 
On trouve dans les notes en petits caractères: "R Snacken, J Wood, L R Haaheim, A P Kendal, G J Ligthart, and D Lavanchy ont préparé ce document pour l'OMS, en collaboration avec le groupe scientifique européen travaillant sur l'influenza (=ESWI)"
  
Ce que ce document ne révèle pas c'est que l'ESWI est entièrement financé entièrement par Roche et d'autres fabricants de médicaments contre l'influenza; de même ce document ne révèle pas non plus que René Snaken et Daniel Lavanchy ont participé à des évènements sponsorisés par Roche l'année d'avant, selon les informations marketing consultées par le Bureau du BMJ.
 
Le Dr René Snaken travaillait pour le ministre belge de la santé publique lorsqu'il commentait des études relatives aux inhibiteurs de la neuraminidase pour une brochure promotionnelle de Roche. Et le Dr Lavanchy était employé de l'OMS quand il est apparu à un symposium organisé par Roche en 1998. Il travaillait à cette époque dans le département "Maladies virales" de l'OMS. Le Dr Lavanchy a refusé tout commentaire.
 
En 1999, l'ESWI intégrait encore d'autres membres comme les Professeurs Nicholson et Osterhaus. Ces deux scientifiques sont aussi identifiées dans les données marketing de Roche produites entre 1998 et 2000.
 
Le Pr Osterhaus a dit au British Medical Journal qu'il avait toujours été transparent à propos du moindre travail qu'il aurait pu réaliser en collaboration avec l'industrie. [...]
 
Les deux experts étaient aussi engagés dans une étude en double aveugle et randomisée sur l'oseltamivir financée par Roche. L'étude a dans la suite été publiée dans The Lancet en 2000.
Cela reste l'une des principales études défendant l'efficacité de l'osletamivir et par la suite, on a pu démontrer que cette étude avait impliqué des auteurs fantômes aux liens non déclarés avec l'industrie.
 
L'influence de l'ESWI devait se poursuivre tout au cours de la décennie au fur et à mesure que les alertes de pandémie devenaient de plus en plus insistantes. Créé en 1992 ce "groupe multidisciplinaire de leaders d'opinion-clés en matière d'influenza a pour but de combattre l'impact d'une épidémie et d'une pandémie de grippe" et affirme ses liens avec l'OMS, l'Institut Robert Koch et le centre européen de  contrôle des maladies. (ECDC) entre autres.
 
Malgré les affirmations de ce groupe qui se prétend scientifiquement indépendant, le fait qu'il est à 100% financé par l'industrie présente un risque de conflits d'intérêts. L'un des rôles de ce groupe est de faire du lobbying auprès des politiciens comme mis en évidence en 2009 dans un document interne.
 
Lors d'un atelier préparatoire prépandémique de l'ESWI en janvier dernier, le Pr Osterhaus a déclaré: " Je peux vous dire que l'ESWI s'occupe activement de convaincre les décideurs politiques. Nous avons des contacts avec des membres du parlement européen et avec des politiciens nationaux." [...]
 
Le plan d'action du groupe ESWI pour 2006-2010 montre très clairement que les représentants du gouvernement ont besoin de "prendre des mesures pour encourager l'industrie pharmaceutique a planifier sa capacité de production de vaccins et d'antiviraux bien à temps" et aussi "encourager et financer la recherche et le développement d'un vaccin pandémique" et de "développer une stratégie pour le stockage d'antiviraux".
 
Ce document a aussi précisé que les représentants du gouvernement avaient besoin de savoir que "la vaccination contre l'influenza et l'usage des antiviraux sont bénéfiques et sûrs." Le document disait que le groupe fournissait une "information et des preuves consistantes" de même que "la collaboration et l'échange avec d'autres acteurs-clé (c'est à dire avec l'industrie dans le but de fabriquer un vaccin pandémique et de conclure des contrats pour les antiviraux." [...]
 
Barbara Mintzes, professeur assistante en pharmacologie à l'université de Colombie Britannique et qui travaille aussi avec l'OMS a déclaré au Bureau du BMJ:
 
"Il est légitime que l'OMS travaille avec l'industrie à certains moments. Mais je serais inquiète au sujet de l'implication d'un groupe qui revendiquerait son indépendance académique alors qu'il est en fait principalement financé par l'industrie."
Et d'ajouter: que "l'institut de médecine s'inquiétait de la nécessité d'établir une imperméabilité vis-à -vis des groupes médicaux. Pour moi, cela ne ressemble pas à un groupe indépendant puisqu'il est principalement financé par les fabricants."
 
Partager cet article
Repost0

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA