Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 décembre 2015 4 24 /12 /décembre /2015 08:19

NORVEGE : Vaccinée de force avec le Gardasil

 

Par la maman de Caroline Stine-Marie Buer Hasvold, 14 décembre 2015

 

             « Je n’ai jamais consenti à faire administrer le Gardasil à ma fille »

 

Caroline est née en 2000, et elle a maintenant 15 ans. Ma fille est très sociable, pleine d’énergie. Elle fait du vélo, elle joue football avec ses amis. Elle a toujours eu bon appétit.

 

La seule information que nous avons eue lorsque le vaccin Gardasil a été proposé était le fait qu’il pouvait causer des symptômes semblables à la grippe, mais qui n’étaient que temporaires comme c’est le cas pour les autres vaccins pour enfants.

 

Malgré le fait que j’avais expressément pris la précaution d’écrire une note dans son journal de classe, précisant que si Caroline ne voulait pas recevoir le vaccin, on NE DEVAIT PAS le lui administrer, Caroline fut maintenue par une infirmière, tandis qu’une autre lui administrait le vaccin !

 

Quelques jours plus tard, la moitié du visage de Caroline fut paralysé. Elle fut immédiatement admise à l’hôpital local  où des tests furent effectués. Rien ne fut cependant décelé. Je leur ai expliqué que j’étais certaine que le Gardasil était la cause de ses problèmes, mais ils ne voulurent pas m’écouter.

 

Ce fut le seul examen auquel Caroline fut soumise depuis l’administration du vaccin. Nous n’avons pas eu de suivi dans la suite parce que les médecins de l’hôpital n’arrêtaient pas de dire que ses problèmes étaient psychologiques. Ils soutenaient que les symptômes étaient apparus six mois après le décès de la grand-mère de Caroline. C’était donc la douleur que Caroline avait éprouvée au décès de sa grand-mère qui avait déclenché tous ses problèmes ! Faut-il dire que Caroline n’avait reçu que la première des trois injections recommandées.

 

Aucun médecin n’a voulu écouter. Ils ont prétendu que Caroline a besoin d’une thérapie psychologique pour le chagrin qu’elle a éprouvé après le décès de sa grand-mère. Elle n’a donc plus passé de tests ou suivi quelque traitement que ce soit vu que ces thérapeutes ne voulaient pas nous croire.

 

Aujourd’hui, elle souffre de douleurs dans tout le corps et ne demande qu’une seule chose : pouvoir dormir. Elle se sent tout le temps malade. Elle peut à peine faire l’une ou l’autre petite chose. Elle a des problèmes de mémoire, des palpitations cardiaques, des douleurs atroces au niveau thoracique, ainsi que des difficultés respiratoires. Elle souffre aussi de maux de tête et n’a guère d’appétit.

 

Le seul fait de se rendre à la salle de bains la fatigue énormément. Ses jambes trop faibles lui rendent la marche ou le vélo quasiment impossible. La plupart du temps elle est clouée au lit.

 

Elle va à l’école quand ses jambes le lui permettent. Quand elle est trop faible, je la conduis en voiture. A l’école, elle ne trouve guère de soutien et de compréhension. Ce printemps, elle a dû s’absenter plus de huit jours. Sa cote finale n’a été que de 2 ! En automne, elle a dû s’absenter 15 jours. Il lui faut beaucoup de temps pour étudier et faire ses devoirs parce qu’il lui est très difficile de se concentrer, vu qu’elle souffre constamment et se sent très fatiguée, à la fois mentalement et physiquement. Elle ne voit plus très bien d’un œil.

Caroline s’accrochant à l’espoir !

Caroline s’accrochant à l’espoir !

Caroline a été accusée par ses professeurs d’être paresseuse, ce qui ajoute à sa souffrance et est déchirant pour nous car nous savons à quel point elle souffre et quelles difficultés il lui faut surmonter. Si seulement ses professeurs pouvaient prendre conscience à quel point elle est malade pour pouvoir la comprendre un peu mieux.

 

Certains parents nous disent que nous ne devrions pas parler des risques du Gardasil parce que ces personnes croient que le vaccin prévient le cancer du col de l’utérus. Mais nous avons appris que la preuve de cette protection contre le cancer du col de l’utérus ne sera disponible avant plusieurs années.

 

L’infirmière qui a administré le vaccin à notre fille contre sa volonté est venue à la maison et nous a recontactés plusieurs fois. Elle nous a expliqué qu’elles étaient extrêmement inquiètes parce que nous pourrions effrayer d’autres parents et, en quelque sorte, les empêcher de faire le vaccin. Elle nous a aussi dit que nous NE DEVIONS PAS mentionner le vaccin quand nous évoquions les problèmes de santé de notre fille.

 

Nous n’entendons guère parler de cas d’autres filles qui, en Norvège, auraient souffert après le Gardasil, mais il existe  des milliers de rapports de cas semblables dans d’autres pays et nombre de ces cas présentent les mêmes symptômes que Caroline.

 

Nous sommes très reconnaissants que l’histoire de Caroline soit en cours de publication pour que cette information puisse atteindre de nombreuses personnes et les avertir des dangers possibles de ce vaccin.

 

Je commence à perdre espoir pour le futur de Caroline parce qu’elle devient de plus en plus malade. Il est possible que des infections dues au HPV entrainent le décès de certaines personnes, mais la chose est-elle certaine pour toutes ces personnes infectées ? Tout ce que je sais c’est que de loin j’aurais préféré voir ma fille profiter de son adolescence plutôt que de passer toutes ces années à me tracasser pour son futur.

 

Je vous en supplie, ne permettez pas que vos enfants soient les cobayes d’un vaccin qui a déjà ruiné les vies de tant de personnes.

 

Source: SaneVax

NORVEGE : Vaccinée de force avec le Gardasil
Repost 1
22 décembre 2015 2 22 /12 /décembre /2015 15:52

COUR SUPREME D’APPEL DE NEW-YORK

 

5 mamans victorieuses contre l’obligation du vaccin antigrippal

 

Par Missy Fluegge, 20 décembre 2015

New York: 5 mamans victorieuses contre l'obligation vaccinale

Dans une victoire d’avant-garde pour les familles de jeunes enfants, et pour le triomphe de la liberté d’esprit des citoyens du pays, la Cour Suprême de New-York vient d’abolir une décision municipale qui aurait rendu le vaccin contre la grippe obligatoire pour les jeunes enfants des écoles maternelles et de garderies.[1] Cette loi d’obligation vaccinale présentait des implications préoccupantes pour les familles partout dans le monde.

 

La partie étonnante de cette décision historique, a débuté avec la décision de 5 mamans bien inspirées qui ont joint leurs efforts, demandé l’aide d’un avocat et d’un tribunal. Leur volonté inébranlable et tous leurs efforts contribueront sans aucun doute à apporter la santé et l’espoir aux familles de New-York et de l’Amérique toute entière dans cette guerre qui s’est généralisée contre les obligations vaccinales. Les parents informés savent qu’ils ont le droit de choisir si des produits chimiques (et éventuellement lesquels) peuvent être injectés dans le corps de leurs enfants.

 

Nous avons, il y a un an, déjà parlé en détails de cette obligation vaccinale dans l’article : « L’effrayante vérité sur la vaccination obligatoire contre la grippe à New-York ». A cette époque, nous avions exhorté les lecteurs à contacter leurs élus pour leur faire part de leurs inquiétudes au sujet des dangers que représentait cette obligation.

 

Apparemment, les parents ont bien reçu le message. Nous sommes heureux de partager avec vous les dernières mises à jour de cette importante décision divulguée le 16 décembre et qui donne aux parents la possibilité de choisir et de prendre une décision capitale sur la manière de garder leurs enfants en bonne santé.

 

L’obligation du vaccin contre la grippe

 

L’obligation concernait les enfants âgés de 6 mois à 59 mois qui fréquentent les écoles maternelles, les garderies et le « Head Start ». Ces enfants devaient obligatoirement recevoir le vaccin contre la grippe à très peu d’exceptions près. Il était prévu que cette loi entre en vigueur le 1er janvier 2016.

 

« The Vaccine Powers Rule » comme on l’appelait rendait aussi obligatoire une éducation précoce sur les programmes vaccinaux contre la grippe ou alors faisait courir le risque d’amendes pour ceux qui ne se plieraient pas aux exigences requises.

 

Cette loi d’obligation inconstitutionnelle avait été créée par l’ancien Maire Michael Bloomberg, le Département de la Santé et de l’hygiène mentale de la Ville de New-York ainsi que par le Conseil de Santé de New-York.

 

Les vaccins contre la grippe ne devraient jamais être rendus obligatoires pour quelque âge que ce soit

 

Chaque année, les statistiques ont montré que le vaccin contre la grippe était inefficace. En 2014, le Dr Tom Frieden directeur des Centres de Contrôle et de Prévention des Maladies (CDC) a fait parvenir une note de mise en garde aux médecins, stipulant que 52% des échantillons de virus de la grippe analysés étaient différents des souches reprises cette année-là dans le vaccin. [2]

 

Un pédiatre de New-York City avait alors reconnu que « le vaccin n’était pas parfait ».

 

Un vaccin contre la grippe contient les souches de 3 versions prévues de la grippe chaque saison. La plupart des gens ne réalisent pas qu’il existe de 200 à 300 virus qui peuvent provoquer la grippe ou des symptômes grippaux. En outre, beaucoup de gens pensent à tort qu’ils font une grippe, alors qu’ils font une autre maladie semblable. [3,4]

 

En outre, le vaccin contre la grippe est dangereux. Beaucoup d’effets indésirables ont été rapportés. D’après le site du VAERS (Vaccine Adverse Event Reporting System), 55.578 événements indésirables liés au vaccin contre la grippe ont été signalés au VAERS au cours de la période de 5 ans (de janvier 2009 à février 2014). Parmi ces effets indésirables, 7.904 ont affecté des enfants de moins de 6 ans. [5]. Il est de notoriété publique, comme l’a d’ailleurs admis le CDC, que la plupart des réactions aux vaccins ne sont pas signalées. [6]

 

A propos de la décision de la Cour Suprême

 

La semaine dernière, la Cour Suprême d’Appel de New-York a statué que la loi adoptée par les représentants de New-York était inconstitutionnelle. Elle a précisé que les autorités municipales ne possédaient pas l’autorité de rendre des vaccins obligatoires si ceux-ci n’avaient pas été rendus obligatoires par l’état.[…]

 

La Cour Suprême a, en outre, déclaré qu’en rendant la vaccination obligatoire pour les enfants, les fonctionnaires de la Ville étaient  non seulement« hors la loi », mais que ces dispositions « nuiraient aux familles qui seraient forcées de faire vacciner leurs enfants contre la grippe ou se verraient obligées de renoncer à mettre leur enfant dans une garderie ou à l’école maternelle.[…]

 

Conclusion

 

La recherche montre que les vaccins antigrippaux sont inefficaces et dangereux. Beaucoup de parents le savent déjà, mais quand les parents concernés réuniront leurs forces pour protéger leurs enfants, les familles du monde entier pourront crier victoire.

 

Nous applaudissons les énormes efforts de ces 5 mamans qui y ont cru, car elles ont fait comprendre à des millions d’autres mamans que le choix est possible en matière vaccinale. Nous saluons également la sagesse des juges de la Cour Suprême d’Appel de New-York. Leurs recherches leur ont permis de préserver les droits humains fondamentaux comme de maintenir les droits de l’état.

 

Nous voulons encourager les parents du monde entier à suivre l’exemple de ces vaillantes mamans qui ont refusé de renoncer à leurs droits parentaux et qui sont restés inébranlables dans leur rôle de protection de la santé des enfants.

 

Références :

 

  1. https://iapps.courts.state.ny.us/...
  2. http://www.cnn.com/2014/12/04/...
  3. http://www.nvic.org/vaccines-and-diseases/...
  4. http://www.naturalnews.com/037323_flu_vaccines...
  5. http://wonder.cdc.gov/controller/datarequest/D8
  6. https://vaers.hhs.gov/data/index

 

Source : Vactruth

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article
21 décembre 2015 1 21 /12 /décembre /2015 08:35

Pour qui s'intéresse à la fausse science des vaccins (et ses conséquences catastrophiques en termes de santé publique), le constat que les officiels franchissent sans arrêt les plus hauts sommets de la bêtise et de la mauvaise foi est fréquent et incontournable. Mais ici, il semble qu'on soit encore passé d'un haut sommet à ... l'Everest! Bien sûr, qu'on n'interprète pas mal ici notre analyse: ce type de propagande est tout à fait scandaleuse et le danger de ce type de campagne concerne avant tout les enfants qui risquent d'engrammer inconsciemment de dangereuses âneries susceptibles de leur coûter parfois beaucoup plus tardivement la santé. Mais si on veut rester un peu positifs, on peut aussi voir que ce type de campagne va aider encore du même coup beaucoup de crédules à vraiment ouvrir les yeux avant qu'il ne soit vraiment trop tard pour eux...

 

Campagne de la région du Lazio en Italie en faveur du vaccin antigrippal.... puisqu'on vous dit qu'accepter le vaccin fera de vous un superman pfff!!

Propagande vaccinale: où l'Italie en est rendue... magnifique!!

Le vaccin vous rendra plus fort. Avec le vaccin antigrippal, protégez-vous ainsi que vos proches. Il est important de se faire vacciner MAINTENANT. Demandez des informations à votre médecin ou visitez le site salutelazio.it

 

 

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Vaccin à tout prix (idéologie du)
commenter cet article
19 décembre 2015 6 19 /12 /décembre /2015 19:27

----- COMMUNIQUE DE PRESSE -----

 

Publié le 9 décembre 2015

 

Politique gouvernementale de vaccination du Royaume-Uni : la vérité camouflée

 

Par Christina England, Journaliste d’investigation et Lucija Tomljenovic Ph.D.

 

Quel est le rapport entre le gouvernement du Royaume-Uni, le syndrome de Münchausen par procuration, le syndrome de la Guerre du Golfe et les obscures politiques gouvernementales de vaccination ? Se basant sur un large choix d’études, d’articles, de documents publiés en vertu du « Freedom of Information Act » ( Loi sur l’accès à l’information), deux chercheurs de premier plan ont découvert comment, en donnant la priorité à la politique de vaccination plutôt qu’à la sécurité des vaccins, le Comité Mixte de la Vaccination et de l’Immunisation (JCVI), le Ministère de la Santé (DH), le Comité chargé de la Sécurité des Médicaments (CSM) et le Ministère de la Défense peuvent avoir contribué à endommager la santé de millions de personnes dans le monde.

 

Rédigé en deux parties le document de Lucija Tomljenovic et de Christina England traite de problèmes importants qui pourraient affecter la vie de centaines de milliers de familles dans le monde entier.

 

Dans la première partie, Christina.England présente l’histoire du Syndrome de Münchausen par Procuration en étudiant très attentivement les documents de recherches douteuses qui se cachent derrière l’étiquette. Au cours d’une recherche très approfondie, elle a esquissé un historique détaillé du Syndrome de Münchausen par Proximité, et a pu découvrir pourquoi il semble que ce diagnostic ait été donné aux familles dont la santé des enfants avait  été endommagée par les vaccinations, et pourquoi la profession médicale a choisi de blâmer les parents au lieu d’admettre la vérité au sujet des vaccins. En se basant sur des documents gouvernementaux, Christina England a apporté les preuves que les professionnels qui se cachent derrière ce faux diagnostic ont des liens avec l’industrie pharmaceutique et avec le programme des vaccinations.

 

Pour la toute première fois, Christina England a dévoilé les faits ayant trait à son propre cas de faux diagnostic du Syndrome de Münchausen. Elle a dévoilé la vérité sur la manière dont la profession médicale et les organismes de protection de l’enfance manquaient à leur mission en négligeant de se documenter sur les preuves et les documents médicaux cruciaux qui, dans de nombreux cas, les poussent à accuser des parents innocents d’avoir abusé leurs enfants. Christina England a étalé publiquement ses propres sentiments par rapport au fait d’avoir été faussement accusée et comment cette accusation a affecté sa famille.

 

Le Dr Tomljenovic et Christina England ont ensemble divulgué toute une information sur la politique vaccinale et expliqué en détail, sur base des propres documents du gouvernement, combien elles croient fermement que le gouvernement UK a manqué à son devoir de protéger le public en choisissant de faire passer la politique vaccinale avant la sécurité des vaccins.

 

Les deux chercheuses ont pu identifier les vaccins qui ont été administrés aux vétérans de la Guerre du Golfe et, sur base de documents importants, fait comprendre que les vaccins que l’on a administrés aux soldats n’avaient pas été testés sur des êtres humains. Les deux chercheuses se sont demandé pourquoi le gouvernement britannique a éprouvé la nécessité de vacciner ses forces armées au moyen de vaccins qui n’avaient pas été testés et qui pouvaient potentiellement s’avérer dangereux.

 

L’équipe a également mis en évidence toute une série de preuves qui font penser que de nombreux experts qui ont une responsabilité en matière vaccinale au Royaume Uni ont en fait de sérieux conflits d’intérêt et des liens avec l’industrie pharmaceutique. L’équipe a également montré comment des vaccinations dont on a abandonné l’utilisation au Royaume-Uni pour des questions de sécurité ont malgré tout gardé leur licence britannique. Ceci permettait de présenter ces vaccins comme étant sans danger pour une utilisation dans les pays en voie de développement.

 

Lucija Tomljenovic a présenté une documentation qui semble montrer que le Comité Mixte de la Vaccination et de l’Immunisation (JCVI) a fait des efforts constants pendant de nombreuses années pour empêcher les parents et les médecins d’avoir accès à des données critiques  sur les effets indésirables graves et les contre-indications à la vaccination. Tout ceci afin d’atteindre les taux de vaccinations que le JCVI jugeait nécessaire pour « l’immunité collective », un concept des partisans de la vaccination qui ne repose pas sur des preuves scientifiques solides.

 

Le Dr Michael Innis qui a préfacé le livre écrit :

 

« Il s’agit d’un document inspirant et profond qui traite de ce qui a été fait et de ce qui doit être fait pour restaurer la confiance du public dans la profession médicale et dans l’industrie pharmaceutique. La crédibilité de la profession médicale  se révèle compromise par ce diagnostic fantaisiste de Münchausen par proximité. Ce diagnostic a été inventé par le Professeur Sir Roy Meadow. Il est attribué à un parent ou à un tuteur pour décrire certains aspects de leur comportement quand, par exemple, ils demandent des tests douloureux « non nécessaires » ou des interventions médicales pour attirer sur eux l’attention du monde médical. Ce sont des centaines de parents innocents qui ont été victimes de cette accusation scandaleuse.

 

Les auteurs ont aussi abordé ce fameux camouflage vaccinal au cours duquel le vaccin ROR Pluserix interdit au Canada a été introduit au Royaume-Uni sous un nouveau nom. Quatre ans plus tard ce vaccin a été retiré du marché au Royaume-Uni après que des milliers d’enfants aient développé des réactions indésirables potentiellement mortelles.

 

Les auteurs ont fourni un trésor de faits et de chiffres qui mettent au grand jour quantités de choses que l’on ne veut pas voir dans l’environnement médico-pharmaceutique actuel. »

 

Michael D. Innis, MBBS, DTM&H, FRCPA ; FRC Path

 

Les détails choquants de ces documents camouflés se trouvent dans le livre (Voir ci-dessous). Il permettra au lecteur de découvrir des vérités trop longtemps mises sous le boisseau.

Christina England, Journaliste et Lucija Tomljenovic, Ph.D

Christina England, Journaliste et Lucija Tomljenovic, Ph.D

Mensonges et camouflages éhontés sur les vaccins: les preuves s'accumulent
Repost 1
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
17 décembre 2015 4 17 /12 /décembre /2015 19:32

Vaccins, Rétrovirus, ADN et la découverte qui a détruit la carrière de Judy Mikovits

 

Par Allene Edwards, 1er décembre 2015

Contamination des vaccins par des rétrovirus: la découverte explosive du Dr Judy Mikovits

Judy Mikovits, Ph.D., biochimiste,  spécialiste en biologie moléculaire avec plus de 33 ans d’expérience. Connue internationalement comme une véritable « Rock Star » du monde scientifique, elle a été directrice, à l’Institut National du Cancer, du laboratoire qui étudie les mécanismes des médicaments antiviraux avant de prendre la direction du programme de la biologie du cancer à l’ « EpiGenX Pharmaceuticals ». C’est elle qui a fondé le premier institut de neuroimmunologie. Ses premiers travaux se sont centrés sur le cancer et le HIV. Ensuite, elle a étudié le Syndrome de Fatigue Chronique et l’autisme.  Elle a publié plus de 50 articles évalués par les pairs.

 

En 2011, elle a fait une découverte qui a détruit sa carrière. Elle a découvert que 30% au moins de nos vaccins sont contaminés par des gammarétrovirus. Cette contamination est, non seulement associée à l’autisme et au syndrome de fatigue chronique, mais également à la maladie de Parkinson, la maladie de Lou Gehring et à la maladie d’Alzheimer.

 

Quand elle a publié cette information choquante, elle fut avertie par le Dr A.Wakefield qu’elle risquait de devenir une cible comme ce fut le cas pour lui. Mais elle lui a assuré que tout son travail avait été dûment examiné et que, bien sûr, elle était en sécurité.

 

Elle avait tort. Elle fut menacée et sommée de détruire ses données. Comme elle refusa, elle fut licenciée. Puis arrêtée pour avoir prétendument volé ses données sur son lieu de travail. Elle a dû faire face à plusieurs accusations et fut réduite au silence par ordre d’un tribunal au cours des quatre dernières années. Il y a peu, les charges ont été abandonnées et l’ordre de bâillonage levé. Aujourd’hui, le Dr Mikovits est libre de parler et elle ne s’en prive pas.

 

Les rétrovirus qui contaminent les vaccins proviennent des souris utilisées pour la recherche. Le Dr Mikovits se demande : «  combien de nouveaux rétrovirus avons-nous créés au cours de ces recherches avec les souris, les recherches effectuées sur les vaccins, la thérapie génique ? Plus important encore : combien de nouvelles maladies avons-nous créées ?

 

« Quand ils ont détruit tout notre travail et discrédité tout ce que Frank Ruscetti et moi-même avions publié et qu’ils se sont arrangés pour publier mon coup de gueule dans le magazine Science, le NIH (National Institute of Health) a délibérément envoyé le message à tous les chercheurs du monde pour faire comprendre ce qui pouvait arriver à n’importe quel scientifique honnête qui s’aventurerait à poser d’importantes questions. »

 

Il existe cependant aujourd’hui une nouvelle technologie qui permet de débarrasser les vaccins, de même que les échantillons de sang des rétrovirus. Le Dr Mikovits pense que nous gagnerons cette guerre, que finalement nous arriverons à purifier les vaccins, à cesser de vacciner les nourrissons, comme à arrêter d’injecter des vaccins multiples chez les enfants. Mais elle pense aussi que le gouvernement continuera à couvrir sa culpabilité dans l’épidémie actuelle d’autisme et autres maladies.

 

Lorsqu’on l’interroge sur les enfants dont la santé a été endommagée par les vaccins, elle répond : «  Ce sont eux les victimes ! Et c’est la raison pour laquelle je travaille d’arrache-pied, parce que je ne me tairai jamais. Ce sont des victimes que l’on a négligées. »

 

Le Dr Mikovits prend clairement position contre les vaccins et le calendrier vaccinal actuels. Les rétrovirus cependant ne sont pas sa seule préoccupation. Elle parle également des effets de l’aluminium, du mercure, du formaldéhyde et du polysorbate 80. Elle estime que ces neurotoxines jouent un rôle précis dans la contamination par rétrovirus, comme dans l’augmentation de plusieurs maladies qui touchent le pays.

 

En raison de la contamination des vaccins par des rétrovirus et des neurotoxines, le Dr Mikovits pense que personne ne devrait recevoir des vaccins avant qu’ils n’aient été purifiés. Quand cela sera fait, il ne faudra vacciner que pour une maladie à la fois et si, et quand ce sera nécessaire. Nous ne devrions jamais vacciner une personne qui ne dispose pas d’un système immunitaire sain ou dont certains membres de la famille ont une histoire de maladies auto-immunes ou toute personne qui est actuellement malade.

 

Pour en savoir davantage sur les travaux du Dr Mikovits et comment le gouvernement a tenté de la faire taire, lisez son livre : PLAGUE (la Peste, le fléau) la recherche acharnée de la vérité sur les rétrovirus humains, le Syndrome de Fatigue Chronique, l’Autisme et autres maladies.

 

(Voir présentation du livre « Plague » par les deux auteurs - ci-dessous – en français)

 

La science ne certifie pas que les vaccins sont sûrs et efficaces. Ce n’est là nullement une conclusion scientifique. Il s’agit d’un slogan de marketing enseigné aux médecins dans les Facultés de médecine. Si vous êtes préoccupés par les dommages vaccinaux, vous auriez intérêt à consulter: « How to detoxify and heal from vaccinations for adults and children » (Comment se détoxifier et se guérir après des vaccinations d’enfants ou d’adultes)

 

Source : organiclifestylemagazine

 

Présentation du livre «  PLAGUE » (La Peste, le fléau) par leurs deux auteurs 

Contamination des vaccins par des rétrovirus: la découverte explosive du Dr Judy Mikovits

Kent Heckenlively : Bonjour, avec Judy, je suis co-auteur du livre « Plague ».

 

« Plague » est l’histoire de la corruption en science. Le livre évoque aussi l’incapacité de la science de s’auto-corriger quand de puissants intérêts financiers sont en jeu.

 

Ma fille a reçu le diagnostic d’autisme il y a 13 ans. J’ai demandé à comprendre ce qui lui était arrivé. Ce que j’ai finalement trouvé et qui remonte à bien des années, c’est que sa santé a pu être gravement affectée par ce qu’avaient proposé des scientifiques bien intentionnés.

 

Mais je sais aussi qu’il y a des héros en science. Je les ai rencontrés. Le Dr Judy Mikovits est l’une des personnes les plus courageuses que j’aie jamais pu rencontrer.

 

Si j’avais été dans l’impossibilité de travailler avec elle, je l’aurais regretté tout le testant de ma vie.

 

Judy Mikovits : Je suis tellement remplie de gratitude pour avoir eu la chance de vous rencontrer, Kent. Maintenant que « Plague » a été édité, je réalise tout ce que cet ouvrage peut apporter au monde entier, surtout à de nombreux scientifiques qui se battent jour après jour pour faire apparaitre plus de vérité, qui se battent pour protéger leurs recherches, leur travail  face à des groupes d’intérêts particuliers. Ces scientifiques se battent aussi pour protéger leur propre famille et toutes les familles du monde de la souffrance, de cette souffrance que vous et vos enfants ont aussi connue.

 

Si les scientifiques ne sont pas libres de travailler sur différentes hypothèses, comme de prendre en compte les données qu’ils ont accumulées où que celles-ci puissent les mener, libres de toute censure, de toute forme d’intérêt, alors, toute la recherche médicale ne peut que s’effondrer.

 

Toute l’enquête qui a été diligentée sur notre recherche a été corrompue par des intérêts particuliers, par des intérêts financiers.

 

Nous pensons que 10 à 15 millions d’Américains auraient pu être infectés par des « bombes à retardement » qui pourraient un jour engendrer de terribles maladies comme le cancer, le syndrome de fatigue chronique, l’autisme, la sclérose en plaques, des maladies qui seraient susceptibles de toucher de très nombreuses familles du pays.

 

Kent Heckenlively : Ne pas vouloir connaitre la vérité, c’est pour moi une trahison de la science. J’enseigne la science pour gagner ma vie. Au-delà des chiffres, la science est avant tout pour moi la recherche de la vérité. Je pense à Galilée et à Darwin qui ont dû se battre contre les préjugés de leur époque. Ce furent de véritables scientifiques comme le Dr Mikovits qui, aujourd’hui, s’efforce de trouver pourquoi des millions de personnes souffrent de maladies chroniques. Pour moi, la recherche de la vérité est le voyage le plus extraordinaire que l’on puisse jamais faire.

 

Interview avec le Dr Judy Mikovits (en anglais) :

« Il y a tellement de bébés qui  pourraient être protégés grâce à cette information ! » Jennifer Bhala Hansen

 

Importante interview du Dr Judy Mikovits – COMMENTAIRES

Contamination des vaccins par des rétrovirus: la découverte explosive du Dr Judy Mikovits

Ted Kuntz

 

Wow ! Le Dr Judy explique comment nous avons été infectés par les vaccins. Est-il dès lors étonnant qu’elle ait été jetée en prison ? La vérité qu’elle dévoile risque de saper une industrie de 25 milliards de dollars.

 

Candyce Estave

 

C’est l’interview la plus choquante et la plus accablante que j’aie jamais pu voir au sujet des dommages vaccinaux. Cette vidéo qui vient d’être publiée devrait se répandre comme une traînée de poudre. Le Dr Judy Mikovits possède un PhD en biochimie, en biologie moléculaire et cellulaire avec plus de 30 années d’expertise scientifique. Elle a dirigé des programmes sur le VIH, le cancer, l’épigénétique, les maladies neuro-immunologiques avec un accent mis sur les nouveaux médicaments et nouvelles technologies de diagnostic.

 

Au cours des 26 dernières années, elle a publié 51 articles scientifiques dans des revues évaluées par des pairs. Elle a travaillé depuis de nombreuses années comme scientifique du gouvernement dans le domaine des virus et des vaccins. Quand, en 2011, elle a fait cette horrible découverte de la contamination de tous les vaccins, elle a voulu présenter le résultat de ses recherches aux officiels du gouvernement. C’est alors qu’elle fut menacée et sommée de détruire toutes ses données. Comme elle refusa, elle fut arrêtée et emprisonnée, sa carrière fut systématiquement détruite et elle fut interdite de parole pendant 4 ans sous peine de retourner en prison. Ce bâillon vient d’être levé. Elle évoque maintenant la manière dont l’autisme est associé aux vaccins, de même que le cancer, le syndrome de fatigue chronique, la maladie d’Alzheimer, les maladies auto-immunes, les allergies etc. Elle explique comment le cocktail de vaccins injectés à des bébés peut, des mois ou des années plus tard, muter pour ouvrir la voie au développement de nouveaux virus, de cancers et de maladies que l’on ne connait même pas encore. Elle explique comment des virus injectés par les vaccins déchirent notre ADN pour y injecter leur propre ADN et faire ainsi muter notre constitution génétique qui se transmettra de génération en génération. Judy Mikovits a été menacée de mort par suicide camouflé. Mais elle s’en moque, elle veut que toute la vérité soit connue. Ce qu’a fait le gouvernement australien en rendant les vaccinations obligatoires est un acte de génocide. Si tout ceci ne vous consterne pas, il vous faudra réécouter l’interview. Via Jasmine Yuzwak.

Contamination des vaccins par des rétrovirus: la découverte explosive du Dr Judy Mikovits

Daisy

 

Je prie pour votre sécurité. Je vous félicite pour votre courage, tout en étant dans une gratitude absolue pour votre engagement vis-à-vis de votre obligation morale de tout tenter pour sauver la race humaine…Pour essayer de sauver nos enfants.

 

Jennifer Bhala Hansen

 

Merci de confirmer l’évidence que Big Pharma a caché les preuves tout en laissant entendre le contraire. Très apprécié. Il est maintenant possible qu’une plus grande partie du public finira par comprendre. Puisse votre vie être protégée ; puisse notre combat contre le mal être gagné au plus tôt. Il y a tellement de bébés qui devraient être protégés grâce à cette information !

 

Alexandra Michiardi

 

Merci de partager cette interview avec nous. Je suis en état de choc ! Je vais acheter le livre, mais en attendant, je voudrais demander au Dr Mikovits s’il nous sera un jour encore possible de refaire confiance à l’industrie du vaccin ? Et cela, même s’ils finissent par décontaminer leurs produits des rétrovirus, il restera encore l’aluminium, parfois le mercure, le formaldéhyde etc. Et si la seule et unique solution pour les victimes ne consistera pas à devoir prendre des médicaments puissants pour le restant de leur vie ?

 

Kathy Payne

 

Tout cela est tellement accablant ! Il est certain que l’industrie médicale est maintenant devenue tyrannique. Les enfants ne sont plus autorisés à fréquenter l’école sans être vaccinés. Après avoir entendu l’interview, j’ai demandé à ma fille qui est enceinte de 3 mois si elle avait reçu le vaccin contre la grippe. Elle m’a répondu qu’elle l’avait reçu au cours de la dernière visite médicale. Son fils de 4 ans a fait de l’eczéma et des allergies après avoir reçu 4 vaccins en une fois pour pouvoir fréquenter l’école. C’est RIDICULE !!! Qu’est-ce que nous pouvons faire ? Par où commencer ? J’ai pleuré et crié après avoir vu cette vidéo. Bien que je sois une personne pacifique, cette information m’a rendue furieuse ! J’en ai tellement marre que des sociétés médicales et des assurances s’arrogent le droit de contrôler notre santé. Je vais partager cette vidéo et ce n’est qu’un début.

 

Kathy Payne

 

(Natural News) Quelqu’un rempli de bon sens est en train de faire ce qui aurait dû être fait depuis des années, comme par exemple s’occuper d’apporter réparation pour les nombreux crimes contre l’humanité qui continuent d’être infligés au peuple américain par les autorités sanitaires achetées et par des compagnies pharmaceutiques corrompues.

 

L’avocat de l’état de Washington James Robert Deal, JD qui a été témoin de nombreux dégâts incroyables causés par des vaccins et des médicaments approuvés par la FDA s’en prend courageusement au gouvernement fédéral lui reprochant de conspirer avec les compagnies qui ont favorisé des interventions médicales dangereuses, insuffisamment testées sur les enfants, provoquant chez beaucoup d’entre eux des maladies chroniques et des décès. En tant qu’expert juriste, Deal a développé toute une liste d’arguments juridiques qui, selon lui, pourront servir de modèle pour poursuivre à la fois Big Pharma et le gouvernement fédéral pour leurs malversations qui ont trahi les citoyens américains avec des mensonges et de la désinformation sur les prétendus avantages de la vaccination.

 

Son plan net, précis basé sur la jurisprudence permettrait de mettre le gouvernement fédéral en accusation pour activités criminelles au sujet des programmes de vaccinations rendues « obligatoires » par l’état.

 

Toute tentative du gouvernement d’invoquer une vaccination obligatoire parrainée par l’état représente « une entreprise criminelle hautement dangereuse et potentiellement mortelle », déclare Deal qui a, d’autre part, développé des moyens infaillibles pour permettre aux citoyens de chaque état de poursuivre n’importe quel fonctionnaire du gouvernement qui tenterait de faire du mal à nos enfants par le biais de vaccinations obligatoires.

 

« Aucune entité sous le soleil ne possède ni le droit, ni l’autorité de s’arroger le pouvoir de nuire, d’endommager la santé, d’infecter, de rendre malade, de paralyser ou de tuer des citoyens de ce pays », déclare le juriste Deal qui, en outre, veut avertir que pareil comportement est en violation directe du contrat social que le gouvernement fédéral a vis-à-vis de ses citoyens.

Contamination des vaccins par des rétrovirus: la découverte explosive du Dr Judy Mikovits
Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
16 décembre 2015 3 16 /12 /décembre /2015 14:37

Une nouvelle plainte contre le Gardasil 

 

Figaro avec AFP, 11 décembre 2015.

Nouvelle plainte contre le vaccin Gardasil: ne lâchons rien!!
Une nouvelle plainte a été déposée aujourd'hui contre le Gardasil pour que des juges d'instruction enquêtent sur ce vaccin contre le col de l'utérus et ses effets indésirables, a annoncé l'avocat d'une jeune femme.


Le parquet de Paris, saisi par des premières plaintes depuis 2013, a classé son enquête préliminaire fin octobre, estimant qu'il n'y avait pas de lien direct entre le vaccin commercialisé par le groupe franco-américain Sanofi Pasteur MSD et les pathologies dénoncées par une cinquantaine de plaignantes. Une analyse qui faisait écho à une étude rassurante de l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). La nouvelle plainte, avec constitution de partie civile, doit permettre l'ouverture d'une information judiciaire au pôle santé publique de Paris. "Il apparaît indispensable qu'un juge d'instruction, pourvu d'importants pouvoirs d'investigation, soit saisi", explique dans un communiqué Me Jean-Christophe Coubris, l'avocat de Marie-Océane Bourguignon.

Cette jeune landaise avait symbolisé le combat judiciaire contre ce vaccin. "Deux mois" après deux injections en 2010, "elle a présenté les premiers signes d'une encéphalomyélite aiguë disséminée, se traduisant notamment par une perte temporaire de la vue et de l'usage des jambes", relève son avocat. Elle reproche à Sanofi Pasteur MSD "de ne pas avoir informé l'utilisateur du vaccin des risques inflammatoires du système nerveux central alors que ces risques ont été identifiés depuis 2009", poursuit-il.

La première plainte de Marie-Océane Bourguignon s'appuyait sur une expertise qui concluait à un lien entre sa pathologie et le Gardasil, tout en retenant aussi la vulnérabilité génétique de la jeune femme. 

 

Source: Le Figaro

Repost 1
Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article
14 décembre 2015 1 14 /12 /décembre /2015 21:07

LE VACCIN CERVARIX A BOULEVERSE NOS VIES

 

Par Christina Berry-McIntosh, 11 décembre 2015

 

« Tous les jours, je regrette de lui avoir fait administrer ce vaccin contre le HPV. Je ne puis m’empêcher d’imaginer combien nos vies auraient pu être complètement différentes si nous avions pris une autre décision. »

 

Notre fille Ellen, 12 ans, était une fille heureuse et en parfaite santé. Elle adorait la natation, la compétition et participait à des courses de charité. Elle se plaisait très bien à l’école secondaire et faisait partie de l’orchestre de l’école qu’elle représentait à divers événement sportifs.

 

C’est le 14 janvier 2010 qu’Ellen reçut sa première dose du vaccin Cervarix. Elle reçut la seconde dose le 25 février.

 

Depuis ces vaccinations, notre vie de famille a été complètement bouleversée. Ellen n’est plus du tout la jeune fille indépendante, confiante et en bonne santé qu’elle était.

 

Virus après virus, Ellen a souffert de symptômes suivants :

 

Problèmes respiratoires aigus et douleurs thoraciques

Incapacité de réguler sa respiration ; souvent à bout de souffle.

Toux excessive et prolongée rendant la respiration encore plus difficile

Raidissements des doigts

Douleurs articulaires

Pieds froids avec les orteils inexplicablement gris/bleus

Elancements dans les pieds et les orteils

Fatigue générale…durée excessive de sommeil

Spasmes dans tout le corps

Vertiges

Palpitations cardiaques

 

Marche et mobilité ont été de plus en plus limitées entraînant des chutes, des collisions. Monter les escaliers devenait de plus en plus  difficile et risqué. Le fait de trainer les pieds rendait la marche de plus en plus difficile et l’utilisation de béquilles était trop épuisante, sauf pour de courtes distances. C’est ainsi que le fauteuil roulant est devenu une nécessité.

 

Pendant toute cette période nous ne cessions de consulter le médecin généraliste qui traitait Ellen pour de l’asthme, mais aucun médicament n’avait d’effet.

 

En Janvier 2012, Ellen a consulté plusieurs médecins et aucun n’a pu voir ce qui arrivait à notre fille.

 

Le 16 octobre 2012, Ellen alla consulter le Dr Newson, pédiatre qui finit par diagnostiquer un syndrome post-viral. Il lui fit passer plusieurs tests dont les résultats furent négatifs.

 

Le 18 janvier 2013, Ellen finit par consulter le Dr Sejal Saglani qui diagnostiqua un dysfonctionnement des cordes vocales. Ellen fut ensuite envoyée à Brompton pour de la kinésithérapie respiratoire. Le kiné Amy Olley lui expliqua  qu’il ne s’agissait pas des cordes vocales mais bien d’un syndrome d’hyperventilation. Dans la suite sa respiration s’améliora nettement mais Ellen commença à souffrir chaque jour d’étourdissements. Sa démarche était aussi devenue très instable.

 

Quand j’ai conduit Ellen chez le Dr Saglani le 21 juin 2013, elle s’aperçut que les problèmes respiratoires s’étaient nettement améliorés et décida de l’envoyer consulter le Dr Newson. J’ai demandé s’il ne serait pas nécessaire qu’Ellen puisse voir un neurologue. Mais il fallait que nous nous arrangions avec le Dr Newson. A cette époque, Ellen ne pouvait plus se déplacer sans béquilles ou sans canne.

 

Je finis par demander un rendez-vous d’urgence chez le Dr Newson étant donné que l’état de notre fille ne cessait d’empirer. Ma mère avait 4 frères et sœurs. On m’avait toujours dit qu’ils avaient tous souffert d’un type de sclérose en plaques. Nous étions terriblement inquiets car ils étaient tous devenus paralysés. A cette époque ils vivaient dans l’ouest de l’Irlande et on a fini par perdre toute trace de ces personnes.

 

Le 25 juin 2013, quand j’ai conduit Ellen chez le Dr Newson il m’a dit : «  Qu’attendez-vous de moi maintenant ? ». J’ai été totalement déconcertée par son attitude. C’est un peu à contrecœur qu’il a voulu demander l’opinion d’un neurologue parce qu’il pensait que tous ses problèmes pouvaient être liés à une autre symptomatologie qui aurait une composante psychologique.

 

Comme il nous fallait attendre pour obtenir ce rendez-vous, nous avons été consulter le Dr Chong grâce à notre assurance (Benenden). A la suite de l’examen neurologique, le médecin nous a dit que tout était normal et que Ellen devait progressivement se réhabituer à un retour à la normalité.

 

Le 19 août, Ellen alla consulter le Dr Redmond qui ordonna une IRM. Sur la base de ces résultats, il a pensé que Ellen souffrait d’un syndrome psycho-fonctionnel, et il envoya Ellen à l’hôpital Maudsley de Londres.

 

Tout au cours des mois d’hiver, la santé d’Ellen ne cessa de se détériorer jusqu’à ce que nous fûmes, la plupart du temps, obligés de la maintenir à l’étage parce qu’elle souffrait de douleurs thoraciques atroces. La faire monter et descendre les escaliers était extrêmement pénible. […]

 

Le 10 avril 2014, nous avons rencontré le Dr. Davis, spécialiste de l’équipe pédiatrique du CAMHS. Ces médecins nous ont dit qu’il était possible qu’Ellen était en train de régresser vers un état infantile parce qu’elle ne voulait pas grandir. Il était, ’d’après eux, aussi possible que ce soient mon mari et moi qui la rendions malade parce que nous ne voulions pas qu’elle grandisse vu qu’elle était notre premier enfant.

 

A plusieurs reprises, mon mari a demandé si ces médecins avaient déjà traité des personnes présentant les mêmes symptômes. A cette question nous n’avons jamais reçu de réponse claire.

 

 Nous avons fini par offrir à Helen des séances hebdomadaires de thérapie pour l’aider à sortir de cette situation. Après la troisième séance, Ellen estima qu’elle perdait son temps vu que l’on ne faisait rien pour vraiment lui venir en aide. En fait ces sessions ne faisaient qu’aggraver la situation parce qu’elle devait se rendre à Londres alors qu’elle n’était même pas capable de prendre un bain sans aide. On lui a fait comprendre que ce qu’elle cherchait c’était de mobiliser l’attention sur son cas. On finit par lui proposer de faire un test pour la maladie d’Asperger parce qu’elle paraissait présenter des caractéristiques de l’autisme. […]

 

Le 15 mai 2014, Ellen fut transportée d’urgence à l’hôpital à cause de douleurs abdominales intolérables. Après lui avoir fait passer un scanner on découvrit un kyste de 8X8cm sur son ovaire gauche qu’il a fallu enlever. Ellen a mis beaucoup de temps à se rétablir de cette chirurgie parce qu’elle avait fait une infection.

 

Ellen a ensuite dû suivre des traitements de physiothérapie chez David Pearce. Elle suivait parallèlement un traitement d’une heure toutes les deux ou trois semaine. Elle se rendait aussi chez Tim Allardyce pour de la physiothérapie sportive. Tim et David ont représenté un soutien fantastique pour Ellen, moi et mon mari. Ils ont pris très au sérieux les symptômes d’Ellen et ont tenté l’impossible pour lui venir en aide.

 

Finalement, le 9 juin, Ellen fut admise à l’hôpital (King’s College) pour y effectuer des tests et rester en observation. C’est au cours de ce séjour à l’hôpital que le Dr Gall diagnostiqua un syndrome de tachycardie orthostatique posturale (STOP). Il a voulu poursuivre les investigations au sujet du syndrome d’Ehlers-Danlos (SED).

 

Tout ceci a représenté un véritable cauchemar pour nous tous, et tout spécialement pour Ellen qui, pendant plusieurs années, n’a pas pu comprendre ce qui se passait dans son corps. Alors qu’elle fut aux prises avec l’énorme complexité de la situation elle n’a pas manqué ni de courage ni de détermination.

 

Nous ne pouvons plus comme jadis effectuer des sorties en famille, car pour Ellen le fait d’aller voir un film représente tout un défi.

 

Tous les jours, je regrette de lui avoir fait administrer ce vaccin contre le HPV. Je ne puis m’empêcher d’imaginer combien nos vies auraient pu être complètement différentes si nous avions pris une autre décision.

 

Source: SaneVax

Le vaccin Cervarix a bouleversé nos vies
Repost 1
Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article
13 décembre 2015 7 13 /12 /décembre /2015 08:42

Deux jumelles décèdent après la vaccination polio

Deux jumelles décèdent après la vaccination polio

Par Gary TruthkingsVaccine , 4 décembre 2015

 

Deux bébés de 4 mois sont morts après avoir reçu le vaccin contre la polio. Les jumelles avaient été conduites au Centre de Santé Bruhat Bangalore Mahanagara de Bapujinagar pour y recevoir les doses du vaccin polio. Elles sont décédées peu de temps après.

 

Lunesh et Hemalata, un couple de Bapujinagar, avaient conduit leurs enfants jeudi à l’hôpital. Selon les officiels du BBMP, les deux enfants sont morts le vendredi à 11h.30.

 

Lunesh affirme que ses deux filles, Sanvi et Disha sont mortes après avoir reçu le vaccin.

 

Lunesh est entrepreneur et sa famille habite à Girinagar. Les parents ont déposé plainte auprès de la police en déclarant que c’était la vaccination contre la polio qui avait conduit leurs deux enfants à la mort.

 

Ce fut le jeudi que le couple conduisit les deux jumelles à l’hôpital, et c’est le vendredi à 11h.30 que les jumelles sont mortes.

 

L’hôpital est resté dans le déni.

 

« Nous avons effectué l’enquête préliminaire. Les nourrissons ont reçu leur seconde dose de vaccin contre la polio. Ce vaccin est généralement administré quand l’enfant a atteint l’âge de deux mois et demi. D’après le Dr Sudarshan, un officiel du Département de la Santé du BBMP, les deux petites filles sont mortes 22 heures après qu’on leur ait administré le vaccin contre la polio. »

 

Une enquête est en cours. Mais une fois de plus, ce drame montre clairement que les vaccins ne sont pas aussi sûrs que beaucoup de gens veulent croire. Selon le rapport, la dose du vaccin  a été administrée deux mois plus tard que la date recommandée. Ce fait rend les choses encore plus graves. Les corps des deux bébés ont été emmenés afin de pouvoir déterminer la cause du décès. Je ne suis pas convaincu que les vaccins vont être mis en cause, mais il est un fait sûr et certain, c’est que les deux petites sont mortes ! Quels autres facteurs auraient pu entraîner leur décès ? Ce sont les mêmes vaccins qui ont été administrés aux deux jumelles et c’est après avoir reçu ce vaccin que les deux jumelles sont mortes.

 

Nous devons tout faire pour que, dans pareils cas, les responsabilités soient établies, mais malheureusement les compagnies ne prennent pas leurs responsabilités. Il y a des parapluies gouvernementaux qui les protègent des répercussions juridiques possibles. Il est possible que la mort de ces deux bébés soit l’objet d’un camouflage qui risque de se terminer par une déclaration du genre : « cause du décès indéterminée ».

 

Source: Truthkings

Repost 1
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 23:39

Cette année, la plupart des Américains refusent le vaccin contre la grippe

 

Par Jefferey Jaxen, Health Impact News, 2 décembre 2015 (Extraits)

Cette année, la plupart des Américains refusent le vaccin contre la grippe

Selon les rapports de presse locaux qui surgissent à travers le pays, les vaccins contre la grippe des années 2015-2016 montrent une efficacité de 18% chez les adultes et une efficacité de 15% chez les enfants. Les médias locaux du Michigan, de la Géorgie, de la Californie, ainsi que d’autres états ont décidé de faire passer cette information dans les titres de leurs journaux, alors qu’au moment d’écrire ces lignes, les médias nationaux ne semblent pas avoir fait allusion à ces chiffres.

 

Bien que sans cesse vanté par les principaux médias comme étant «  la seule et meilleure manière de se prémunir contre la grippe », c’est en fait maintenant la deuxième année consécutive que l’efficacité de la vaccination contre la grippe n’a pas dépassé 25 %. En janvier dernier, USA Today titrait : « Cette saison, le vaccin contre la grippe efficace à 23% ». Ces chiffres lugubres concernant les Etats-Unis, auraient été bien accueillis par les « Officiels » du Centre Canadien de Contrôle des Maladies qui a déclaré lors de la dernière saison de grippe que leurs vaccins contre la grippe offraient une protection pratiquement égale à zéro. […]

 

L’immunité de groupe

 

La définition officielle du gouvernement est celle-ci : Quand la partie critique d’une communauté est immunisée contre une maladie contagieuse, la plupart des membres de cette communauté sont protégés contre cette maladie parce qu’il y a peu de chances qu’une épidémie puisse se produire ». Que l’immunité de groupe soit justifiée ou non, qu’elle soit efficace ou non, elle n’en reste pas moins l’idéologie dominante qui oriente le gouvernement fédéral américain, ainsi que la communauté médicale dominante. L’initiative « Healthy People 2020 » demande que l’on atteigne de 80 à 90 % de couverture vaccinale par rapport à toutes les catégories de vaccinations recommandées. Comment cette immunité de groupe pourrait-elle être atteinte avec une efficacité de 18 et 15% ? […]

 

Vaccin contre la grippe : à vos propres risques

 

Prenons maintenant un moment pour jeter un coup d’œil au mythe du vaccin « sûr et efficace ».

 

Les notices des vaccins contre la grippe recommandés par le CDC et fabriqués par plusieurs compagnies pharmaceutiques dont le Flucelvax, le Flulaval, le Flublok, le Fluarix, l’Afluria, le fluzone et le Fluvirin, toutes ces notices portent l’une ou l’autre des mentions suivantes :

 

« La sécurité et l’efficacité n’ont pas été établies chez les femmes enceintes ou qui allaitent »

 

« … n’a pas été évalué pour son potentiel carcinogène ou mutagène. »

 

Avec respectivement 18 et 15% d’efficacité cette année, nombreux sont ceux qui s’interrogent à juste titre sur le rapport bénéfices/risques. Un sondage effectué en octobre par le NPR sur 3.008 adultes a révélé que 64% de ces adultes refusaient le vaccin de cette année contre la grippe  et donnaient les réponses suivantes :

 

SONDAGE : pourquoi n’avez-vous pas l’intention de vous faire vacciner cette année contre la grippe ?

 

- N’en éprouve pas le besoin

- Risques et effets secondaires

- Le vaccin lui-même peut donner la grippe

- Inefficacité du vaccin

- Inopportun

- Aucune garantie

- Prix du vaccin

- Réactions allergiques

- Autres

Cette année, la plupart des Américains refusent le vaccin contre la grippe

En outre, les enfants semblent assumer un fardeau plus lourd selon les différentes notices :

 

Flubok : «  La sécurité et l’efficacité chez les enfants de 3 ans à moins de 18 ans n’ont pas été établies »

 

Flucelvax : « La sécurité et l’efficacité n’ont pas été établies chez les enfants de moins de 18 ans. »

 

Fluzone : « La sécurité et l’efficacité n’ont pas été établies chez les enfants en-dessous de 6 mois »

 

Fluvirin : « La sécurité et l’immunogénicité n’ont pas été établies chez les enfants en-dessous de 4 ans d’âge. »

 

Flulaval : » La sécurité et l’efficacité n’ont pas été établies chez les enfants de moins de 3 ans. »

 

Afluria : « … non approuvé pour utilisation chez les enfants de moins de 5 ans. »

 

Fluarix : « … Non approuvé pour utilisation chez les enfants de moins de 3 ans. »

 

Fluvirin : «  La sécurité et l’immunogénicité n’ont pas été établies chez les enfants de moins de 4 ans. »

 

En dépit de tout ce que votre médecin pourra vous dire pour vous convaincre de vous faire vacciner contre la grippe, il est un fait que le vaccin n’a pas été évalué pour les risques de cancer, pour la sécurité des femmes enceintes ou celle de différentes tranches d’âges d’enfants. En outre tous ceux qui reçoivent chaque année le vaccin contre la grippe sont en fait les sujets de tests pour un vaccin expérimental aux conséquences sanitaires inconnues. Comme l’a expliqué le Dr Geier, le CDC ne se conforme pas à la loi sur les vaccins  qui exige pour les autres vaccins des études de sécurité à long terme. Mais la chose n’est guère possible pour le vaccin contre la grippe qui change chaque année.

 

Ensuite, comme l’indiquent les derniers chiffres trimestriels rapportés par le Ministère de la Justice sur les dommages vaccinaux, le vaccin contre la grippe s’avère être le vaccin le plus dangereux quant aux dommages et décès qu’il peut engendrer et qui ont été indemnisés par le gouvernement des Etats-Unis. Selon ce rapport, le Syndrome de Guillain Barré  serait la complication la plus fréquente du vaccin contre la grippe.  D’autres complications comprennent la fibromyalgie, la myélite transverse, la polyneuropathie démyélinisante inflammatoire chronique, l’encéphalomyélite aiguë disséminée, et la mort. […]

 

Source : Health impact news

 

Voir aussi :

 

Immunité de groupe : un seul médecin peut-il en apporter la preuve ?

 

L’immunité de groupe ; une science de pacotille

 

Immunité de groupe : mythe ou réalité ?

 

Petite fille de 9 ans paralysée 3 jour après le vaccin contre la grippe: "un des pires cauchemars"!

 

Une autre petite fille paralysée par le vaccin contre la grippe

 

Le calvaire d'une autre petite fille (encore une autre!) après le vaccin contre la grippe

 

Une petite fille de 7 ans en bonne santé décède dans les bras de sa mère après le vaccin contre la grippe

 

Certains effets secondaires graves des vaccins antigrippaux repris dans la littérature médicale

 

Le vaccin antigrippal, un des vaccins les plus dangereux selon les chiffres des indemnisations 

 

Preuves du baratin officiel sur l'utilité du vaccin antigrippal + notices professionnelles des vaccins antigrippaux injectables les plus fréquents

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Grippe saisonnière
commenter cet article
6 décembre 2015 7 06 /12 /décembre /2015 08:37

Petite fille de 9 ans paralysée 3 jours après le vaccin contre la grippe - « un des pires cauchemars ! »

Petite fille de 9 ans paralysée 3 jours après le vaccin contre la grippe : "un des pires cauchemars !"

Jusqu’à ce qu’elle reçoive le vaccin contre la grippe, la petite Mary Sue était heureuse et en parfaite santé. Trois jours après avoir reçu le vaccin contre la grippe la petite fille fut paralysée. On diagnostiqua une maladie rare. Que s’est-il passé ?

 

Un journaliste s’adresse à la maman : Merci de nous avoir rejoints ce matin !

 

La maman : Merci aussi !

 

Journaliste : Que s’est-il donc passé et êtes-vous certaine, de même que le médecin qu’il y a un lien direct entre la vaccination contre la grippe que votre petite fille a reçue et la paralysie qui a suivi ?

 

La maman : les médecins ne veulent ni confirmer ni nier la chose.- Mon mari et moi-même avons effectué toutes les recherches nécessaires et nous avons acquis la certitude que c’est bien la vaccination qui a mis notre fille dans pareil état. C’était une petite fille heureuse et en parfaite santé. Elle courait, jouait quand tout cela est arrivé. Elle n’avait aucun problème de santé préexistant.

Petite fille de 9 ans paralysée 3 jours après le vaccin contre la grippe : "un des pires cauchemars !"

A l’hôpital, ils ont fait quantité de tests pour trouver une autre cause que le vaccin et qui aurait pu expliquer ce qui est arrivé, mais ils n’ont rien trouvé.

Petite fille de 9 ans paralysée 3 jours après le vaccin contre la grippe : "un des pires cauchemars !"

Journaliste : après avoir reçu le vaccin, la petite vous a paru être en bonne forme, et que s’est-il passé quelques jours plus tard ?

 

La maman : Lundi soir après l’école (elle est en 3ème année) elle a mangé, puis s’est mise au lit. A 10 heures, son père et moi avons été vérifier si tout allait bien. Nous avons vu que tout nous paraissait normal.

Petite fille de 9 ans paralysée 3 jours après le vaccin contre la grippe : "un des pires cauchemars !"

Mais le lendemain matin Mary Sue ne s’est pas levée comme d’habitude vers 6 heures, 6 heures et demi. Je suis allée la voir et…oh mon Dieu, elle ne pouvait plus me parler !

 

Journaliste : Elle ne pouvait plus vous parler ? Incroyable ! C’est absolument horrible ! – Combien de temps vous a-t-il fallu pour établir le lien entre la paralysie et la vaccination contre la grippe ? Nous avons dû attendre deux ou trois jours pour obtenir un diagnostic. J’étais littéralement paniquée par ce qui arrivait.

 

J’ai appelé mon mari puis les secours d’urgence, et j’ai suivi l’ambulance qui transportait ma fille. A l’hôpital, ma fille a passé un examen IRM. Et le diagnostic est tombé: Mary Sue était atteinte de troubles cérébraux : encéphalomyélite aiguë disséminée.

 

Journaliste : Il y a aujourd’hui tellement d’états qui exigent que les enfants reçoivent ce vaccin pour pouvoir fréquenter l’école. Les parents sont obligés de faire vacciner leurs enfants. Aujourd’hui, vous êtes contre le vaccin antigrippal ?

 

La maman : Non. La seule chose que je veux dire aux parents c’est de bien écouter notre histoire, de comprendre tout ce qui est arrivé à notre fille, de ne pas hésiter à poser des questions, de s’informer sérieusement pour pouvoir faire un choix vraiment éclairé en collaboration avec votre médecin.

 

Journaliste : quel type de questions faudrait-il poser ?

 

La maman : Il faut demander que l’on vous donne la liste des effets secondaires possibles, et ce, pour n’importe quel vaccin, bref tout ce que les vaccins peuvent provoquer. Faites vos recherches, posez des questions au médecin, posez les bonnes questions, puis faites un choix qui soit éclairé.

 

Journaliste : n’importe quel médecin honnête pourra vous dire que ce qui est arrivé à votre fille pourrait être un effet secondaire du vaccin. En général, les parents ne savent pas et ils devraient sûrement être mieux informés.

 

Journaliste : Aujourd’hui, la petite Mary Sue  parvient à légèrement bouger ses jambes, mais elle n’a pas de bonnes réactions motrices. Elle ne sait toujours pas marcher et elle est clouée dans un fauteuil roulant !

 

Autre désastre épouvantable directement imputable au vaccin antigrippal:

Où cela s'arrêtera-t-il? Combien de milliers de victimes faudra-t-il encore pour comprendre qu'il faut se protéger de la grippe, pour ceux qui le veulent, d'une toute autre manière?? Mais, après cela, l'Assurance Maladie française ose encore diffuser à 10 millions de Français que le vaccin antigrippal est SANS DANGER.... 

 

Repost 1

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA