Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 décembre 2015 3 16 /12 /décembre /2015 14:37

Une nouvelle plainte contre le Gardasil 

 

Figaro avec AFP, 11 décembre 2015.

Nouvelle plainte contre le vaccin Gardasil: ne lâchons rien!!
Une nouvelle plainte a été déposée aujourd'hui contre le Gardasil pour que des juges d'instruction enquêtent sur ce vaccin contre le col de l'utérus et ses effets indésirables, a annoncé l'avocat d'une jeune femme.


Le parquet de Paris, saisi par des premières plaintes depuis 2013, a classé son enquête préliminaire fin octobre, estimant qu'il n'y avait pas de lien direct entre le vaccin commercialisé par le groupe franco-américain Sanofi Pasteur MSD et les pathologies dénoncées par une cinquantaine de plaignantes. Une analyse qui faisait écho à une étude rassurante de l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). La nouvelle plainte, avec constitution de partie civile, doit permettre l'ouverture d'une information judiciaire au pôle santé publique de Paris. "Il apparaît indispensable qu'un juge d'instruction, pourvu d'importants pouvoirs d'investigation, soit saisi", explique dans un communiqué Me Jean-Christophe Coubris, l'avocat de Marie-Océane Bourguignon.

Cette jeune landaise avait symbolisé le combat judiciaire contre ce vaccin. "Deux mois" après deux injections en 2010, "elle a présenté les premiers signes d'une encéphalomyélite aiguë disséminée, se traduisant notamment par une perte temporaire de la vue et de l'usage des jambes", relève son avocat. Elle reproche à Sanofi Pasteur MSD "de ne pas avoir informé l'utilisateur du vaccin des risques inflammatoires du système nerveux central alors que ces risques ont été identifiés depuis 2009", poursuit-il.

La première plainte de Marie-Océane Bourguignon s'appuyait sur une expertise qui concluait à un lien entre sa pathologie et le Gardasil, tout en retenant aussi la vulnérabilité génétique de la jeune femme. 

 

Source: Le Figaro

Repost 1
Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article
14 décembre 2015 1 14 /12 /décembre /2015 21:07

LE VACCIN CERVARIX A BOULEVERSE NOS VIES

 

Par Christina Berry-McIntosh, 11 décembre 2015

 

« Tous les jours, je regrette de lui avoir fait administrer ce vaccin contre le HPV. Je ne puis m’empêcher d’imaginer combien nos vies auraient pu être complètement différentes si nous avions pris une autre décision. »

 

Notre fille Ellen, 12 ans, était une fille heureuse et en parfaite santé. Elle adorait la natation, la compétition et participait à des courses de charité. Elle se plaisait très bien à l’école secondaire et faisait partie de l’orchestre de l’école qu’elle représentait à divers événement sportifs.

 

C’est le 14 janvier 2010 qu’Ellen reçut sa première dose du vaccin Cervarix. Elle reçut la seconde dose le 25 février.

 

Depuis ces vaccinations, notre vie de famille a été complètement bouleversée. Ellen n’est plus du tout la jeune fille indépendante, confiante et en bonne santé qu’elle était.

 

Virus après virus, Ellen a souffert de symptômes suivants :

 

Problèmes respiratoires aigus et douleurs thoraciques

Incapacité de réguler sa respiration ; souvent à bout de souffle.

Toux excessive et prolongée rendant la respiration encore plus difficile

Raidissements des doigts

Douleurs articulaires

Pieds froids avec les orteils inexplicablement gris/bleus

Elancements dans les pieds et les orteils

Fatigue générale…durée excessive de sommeil

Spasmes dans tout le corps

Vertiges

Palpitations cardiaques

 

Marche et mobilité ont été de plus en plus limitées entraînant des chutes, des collisions. Monter les escaliers devenait de plus en plus  difficile et risqué. Le fait de trainer les pieds rendait la marche de plus en plus difficile et l’utilisation de béquilles était trop épuisante, sauf pour de courtes distances. C’est ainsi que le fauteuil roulant est devenu une nécessité.

 

Pendant toute cette période nous ne cessions de consulter le médecin généraliste qui traitait Ellen pour de l’asthme, mais aucun médicament n’avait d’effet.

 

En Janvier 2012, Ellen a consulté plusieurs médecins et aucun n’a pu voir ce qui arrivait à notre fille.

 

Le 16 octobre 2012, Ellen alla consulter le Dr Newson, pédiatre qui finit par diagnostiquer un syndrome post-viral. Il lui fit passer plusieurs tests dont les résultats furent négatifs.

 

Le 18 janvier 2013, Ellen finit par consulter le Dr Sejal Saglani qui diagnostiqua un dysfonctionnement des cordes vocales. Ellen fut ensuite envoyée à Brompton pour de la kinésithérapie respiratoire. Le kiné Amy Olley lui expliqua  qu’il ne s’agissait pas des cordes vocales mais bien d’un syndrome d’hyperventilation. Dans la suite sa respiration s’améliora nettement mais Ellen commença à souffrir chaque jour d’étourdissements. Sa démarche était aussi devenue très instable.

 

Quand j’ai conduit Ellen chez le Dr Saglani le 21 juin 2013, elle s’aperçut que les problèmes respiratoires s’étaient nettement améliorés et décida de l’envoyer consulter le Dr Newson. J’ai demandé s’il ne serait pas nécessaire qu’Ellen puisse voir un neurologue. Mais il fallait que nous nous arrangions avec le Dr Newson. A cette époque, Ellen ne pouvait plus se déplacer sans béquilles ou sans canne.

 

Je finis par demander un rendez-vous d’urgence chez le Dr Newson étant donné que l’état de notre fille ne cessait d’empirer. Ma mère avait 4 frères et sœurs. On m’avait toujours dit qu’ils avaient tous souffert d’un type de sclérose en plaques. Nous étions terriblement inquiets car ils étaient tous devenus paralysés. A cette époque ils vivaient dans l’ouest de l’Irlande et on a fini par perdre toute trace de ces personnes.

 

Le 25 juin 2013, quand j’ai conduit Ellen chez le Dr Newson il m’a dit : «  Qu’attendez-vous de moi maintenant ? ». J’ai été totalement déconcertée par son attitude. C’est un peu à contrecœur qu’il a voulu demander l’opinion d’un neurologue parce qu’il pensait que tous ses problèmes pouvaient être liés à une autre symptomatologie qui aurait une composante psychologique.

 

Comme il nous fallait attendre pour obtenir ce rendez-vous, nous avons été consulter le Dr Chong grâce à notre assurance (Benenden). A la suite de l’examen neurologique, le médecin nous a dit que tout était normal et que Ellen devait progressivement se réhabituer à un retour à la normalité.

 

Le 19 août, Ellen alla consulter le Dr Redmond qui ordonna une IRM. Sur la base de ces résultats, il a pensé que Ellen souffrait d’un syndrome psycho-fonctionnel, et il envoya Ellen à l’hôpital Maudsley de Londres.

 

Tout au cours des mois d’hiver, la santé d’Ellen ne cessa de se détériorer jusqu’à ce que nous fûmes, la plupart du temps, obligés de la maintenir à l’étage parce qu’elle souffrait de douleurs thoraciques atroces. La faire monter et descendre les escaliers était extrêmement pénible. […]

 

Le 10 avril 2014, nous avons rencontré le Dr. Davis, spécialiste de l’équipe pédiatrique du CAMHS. Ces médecins nous ont dit qu’il était possible qu’Ellen était en train de régresser vers un état infantile parce qu’elle ne voulait pas grandir. Il était, ’d’après eux, aussi possible que ce soient mon mari et moi qui la rendions malade parce que nous ne voulions pas qu’elle grandisse vu qu’elle était notre premier enfant.

 

A plusieurs reprises, mon mari a demandé si ces médecins avaient déjà traité des personnes présentant les mêmes symptômes. A cette question nous n’avons jamais reçu de réponse claire.

 

 Nous avons fini par offrir à Helen des séances hebdomadaires de thérapie pour l’aider à sortir de cette situation. Après la troisième séance, Ellen estima qu’elle perdait son temps vu que l’on ne faisait rien pour vraiment lui venir en aide. En fait ces sessions ne faisaient qu’aggraver la situation parce qu’elle devait se rendre à Londres alors qu’elle n’était même pas capable de prendre un bain sans aide. On lui a fait comprendre que ce qu’elle cherchait c’était de mobiliser l’attention sur son cas. On finit par lui proposer de faire un test pour la maladie d’Asperger parce qu’elle paraissait présenter des caractéristiques de l’autisme. […]

 

Le 15 mai 2014, Ellen fut transportée d’urgence à l’hôpital à cause de douleurs abdominales intolérables. Après lui avoir fait passer un scanner on découvrit un kyste de 8X8cm sur son ovaire gauche qu’il a fallu enlever. Ellen a mis beaucoup de temps à se rétablir de cette chirurgie parce qu’elle avait fait une infection.

 

Ellen a ensuite dû suivre des traitements de physiothérapie chez David Pearce. Elle suivait parallèlement un traitement d’une heure toutes les deux ou trois semaine. Elle se rendait aussi chez Tim Allardyce pour de la physiothérapie sportive. Tim et David ont représenté un soutien fantastique pour Ellen, moi et mon mari. Ils ont pris très au sérieux les symptômes d’Ellen et ont tenté l’impossible pour lui venir en aide.

 

Finalement, le 9 juin, Ellen fut admise à l’hôpital (King’s College) pour y effectuer des tests et rester en observation. C’est au cours de ce séjour à l’hôpital que le Dr Gall diagnostiqua un syndrome de tachycardie orthostatique posturale (STOP). Il a voulu poursuivre les investigations au sujet du syndrome d’Ehlers-Danlos (SED).

 

Tout ceci a représenté un véritable cauchemar pour nous tous, et tout spécialement pour Ellen qui, pendant plusieurs années, n’a pas pu comprendre ce qui se passait dans son corps. Alors qu’elle fut aux prises avec l’énorme complexité de la situation elle n’a pas manqué ni de courage ni de détermination.

 

Nous ne pouvons plus comme jadis effectuer des sorties en famille, car pour Ellen le fait d’aller voir un film représente tout un défi.

 

Tous les jours, je regrette de lui avoir fait administrer ce vaccin contre le HPV. Je ne puis m’empêcher d’imaginer combien nos vies auraient pu être complètement différentes si nous avions pris une autre décision.

 

Source: SaneVax

Le vaccin Cervarix a bouleversé nos vies
Repost 1
Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article
13 décembre 2015 7 13 /12 /décembre /2015 08:42

Deux jumelles décèdent après la vaccination polio

Deux jumelles décèdent après la vaccination polio

Par Gary TruthkingsVaccine , 4 décembre 2015

 

Deux bébés de 4 mois sont morts après avoir reçu le vaccin contre la polio. Les jumelles avaient été conduites au Centre de Santé Bruhat Bangalore Mahanagara de Bapujinagar pour y recevoir les doses du vaccin polio. Elles sont décédées peu de temps après.

 

Lunesh et Hemalata, un couple de Bapujinagar, avaient conduit leurs enfants jeudi à l’hôpital. Selon les officiels du BBMP, les deux enfants sont morts le vendredi à 11h.30.

 

Lunesh affirme que ses deux filles, Sanvi et Disha sont mortes après avoir reçu le vaccin.

 

Lunesh est entrepreneur et sa famille habite à Girinagar. Les parents ont déposé plainte auprès de la police en déclarant que c’était la vaccination contre la polio qui avait conduit leurs deux enfants à la mort.

 

Ce fut le jeudi que le couple conduisit les deux jumelles à l’hôpital, et c’est le vendredi à 11h.30 que les jumelles sont mortes.

 

L’hôpital est resté dans le déni.

 

« Nous avons effectué l’enquête préliminaire. Les nourrissons ont reçu leur seconde dose de vaccin contre la polio. Ce vaccin est généralement administré quand l’enfant a atteint l’âge de deux mois et demi. D’après le Dr Sudarshan, un officiel du Département de la Santé du BBMP, les deux petites filles sont mortes 22 heures après qu’on leur ait administré le vaccin contre la polio. »

 

Une enquête est en cours. Mais une fois de plus, ce drame montre clairement que les vaccins ne sont pas aussi sûrs que beaucoup de gens veulent croire. Selon le rapport, la dose du vaccin  a été administrée deux mois plus tard que la date recommandée. Ce fait rend les choses encore plus graves. Les corps des deux bébés ont été emmenés afin de pouvoir déterminer la cause du décès. Je ne suis pas convaincu que les vaccins vont être mis en cause, mais il est un fait sûr et certain, c’est que les deux petites sont mortes ! Quels autres facteurs auraient pu entraîner leur décès ? Ce sont les mêmes vaccins qui ont été administrés aux deux jumelles et c’est après avoir reçu ce vaccin que les deux jumelles sont mortes.

 

Nous devons tout faire pour que, dans pareils cas, les responsabilités soient établies, mais malheureusement les compagnies ne prennent pas leurs responsabilités. Il y a des parapluies gouvernementaux qui les protègent des répercussions juridiques possibles. Il est possible que la mort de ces deux bébés soit l’objet d’un camouflage qui risque de se terminer par une déclaration du genre : « cause du décès indéterminée ».

 

Source: Truthkings

Repost 1
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 23:39

Cette année, la plupart des Américains refusent le vaccin contre la grippe

 

Par Jefferey Jaxen, Health Impact News, 2 décembre 2015 (Extraits)

Cette année, la plupart des Américains refusent le vaccin contre la grippe

Selon les rapports de presse locaux qui surgissent à travers le pays, les vaccins contre la grippe des années 2015-2016 montrent une efficacité de 18% chez les adultes et une efficacité de 15% chez les enfants. Les médias locaux du Michigan, de la Géorgie, de la Californie, ainsi que d’autres états ont décidé de faire passer cette information dans les titres de leurs journaux, alors qu’au moment d’écrire ces lignes, les médias nationaux ne semblent pas avoir fait allusion à ces chiffres.

 

Bien que sans cesse vanté par les principaux médias comme étant «  la seule et meilleure manière de se prémunir contre la grippe », c’est en fait maintenant la deuxième année consécutive que l’efficacité de la vaccination contre la grippe n’a pas dépassé 25 %. En janvier dernier, USA Today titrait : « Cette saison, le vaccin contre la grippe efficace à 23% ». Ces chiffres lugubres concernant les Etats-Unis, auraient été bien accueillis par les « Officiels » du Centre Canadien de Contrôle des Maladies qui a déclaré lors de la dernière saison de grippe que leurs vaccins contre la grippe offraient une protection pratiquement égale à zéro. […]

 

L’immunité de groupe

 

La définition officielle du gouvernement est celle-ci : Quand la partie critique d’une communauté est immunisée contre une maladie contagieuse, la plupart des membres de cette communauté sont protégés contre cette maladie parce qu’il y a peu de chances qu’une épidémie puisse se produire ». Que l’immunité de groupe soit justifiée ou non, qu’elle soit efficace ou non, elle n’en reste pas moins l’idéologie dominante qui oriente le gouvernement fédéral américain, ainsi que la communauté médicale dominante. L’initiative « Healthy People 2020 » demande que l’on atteigne de 80 à 90 % de couverture vaccinale par rapport à toutes les catégories de vaccinations recommandées. Comment cette immunité de groupe pourrait-elle être atteinte avec une efficacité de 18 et 15% ? […]

 

Vaccin contre la grippe : à vos propres risques

 

Prenons maintenant un moment pour jeter un coup d’œil au mythe du vaccin « sûr et efficace ».

 

Les notices des vaccins contre la grippe recommandés par le CDC et fabriqués par plusieurs compagnies pharmaceutiques dont le Flucelvax, le Flulaval, le Flublok, le Fluarix, l’Afluria, le fluzone et le Fluvirin, toutes ces notices portent l’une ou l’autre des mentions suivantes :

 

« La sécurité et l’efficacité n’ont pas été établies chez les femmes enceintes ou qui allaitent »

 

« … n’a pas été évalué pour son potentiel carcinogène ou mutagène. »

 

Avec respectivement 18 et 15% d’efficacité cette année, nombreux sont ceux qui s’interrogent à juste titre sur le rapport bénéfices/risques. Un sondage effectué en octobre par le NPR sur 3.008 adultes a révélé que 64% de ces adultes refusaient le vaccin de cette année contre la grippe  et donnaient les réponses suivantes :

 

SONDAGE : pourquoi n’avez-vous pas l’intention de vous faire vacciner cette année contre la grippe ?

 

- N’en éprouve pas le besoin

- Risques et effets secondaires

- Le vaccin lui-même peut donner la grippe

- Inefficacité du vaccin

- Inopportun

- Aucune garantie

- Prix du vaccin

- Réactions allergiques

- Autres

Cette année, la plupart des Américains refusent le vaccin contre la grippe

En outre, les enfants semblent assumer un fardeau plus lourd selon les différentes notices :

 

Flubok : «  La sécurité et l’efficacité chez les enfants de 3 ans à moins de 18 ans n’ont pas été établies »

 

Flucelvax : « La sécurité et l’efficacité n’ont pas été établies chez les enfants de moins de 18 ans. »

 

Fluzone : « La sécurité et l’efficacité n’ont pas été établies chez les enfants en-dessous de 6 mois »

 

Fluvirin : « La sécurité et l’immunogénicité n’ont pas été établies chez les enfants en-dessous de 4 ans d’âge. »

 

Flulaval : » La sécurité et l’efficacité n’ont pas été établies chez les enfants de moins de 3 ans. »

 

Afluria : « … non approuvé pour utilisation chez les enfants de moins de 5 ans. »

 

Fluarix : « … Non approuvé pour utilisation chez les enfants de moins de 3 ans. »

 

Fluvirin : «  La sécurité et l’immunogénicité n’ont pas été établies chez les enfants de moins de 4 ans. »

 

En dépit de tout ce que votre médecin pourra vous dire pour vous convaincre de vous faire vacciner contre la grippe, il est un fait que le vaccin n’a pas été évalué pour les risques de cancer, pour la sécurité des femmes enceintes ou celle de différentes tranches d’âges d’enfants. En outre tous ceux qui reçoivent chaque année le vaccin contre la grippe sont en fait les sujets de tests pour un vaccin expérimental aux conséquences sanitaires inconnues. Comme l’a expliqué le Dr Geier, le CDC ne se conforme pas à la loi sur les vaccins  qui exige pour les autres vaccins des études de sécurité à long terme. Mais la chose n’est guère possible pour le vaccin contre la grippe qui change chaque année.

 

Ensuite, comme l’indiquent les derniers chiffres trimestriels rapportés par le Ministère de la Justice sur les dommages vaccinaux, le vaccin contre la grippe s’avère être le vaccin le plus dangereux quant aux dommages et décès qu’il peut engendrer et qui ont été indemnisés par le gouvernement des Etats-Unis. Selon ce rapport, le Syndrome de Guillain Barré  serait la complication la plus fréquente du vaccin contre la grippe.  D’autres complications comprennent la fibromyalgie, la myélite transverse, la polyneuropathie démyélinisante inflammatoire chronique, l’encéphalomyélite aiguë disséminée, et la mort. […]

 

Source : Health impact news

 

Voir aussi :

 

Immunité de groupe : un seul médecin peut-il en apporter la preuve ?

 

L’immunité de groupe ; une science de pacotille

 

Immunité de groupe : mythe ou réalité ?

 

Petite fille de 9 ans paralysée 3 jour après le vaccin contre la grippe: "un des pires cauchemars"!

 

Une autre petite fille paralysée par le vaccin contre la grippe

 

Le calvaire d'une autre petite fille (encore une autre!) après le vaccin contre la grippe

 

Une petite fille de 7 ans en bonne santé décède dans les bras de sa mère après le vaccin contre la grippe

 

Certains effets secondaires graves des vaccins antigrippaux repris dans la littérature médicale

 

Le vaccin antigrippal, un des vaccins les plus dangereux selon les chiffres des indemnisations 

 

Preuves du baratin officiel sur l'utilité du vaccin antigrippal + notices professionnelles des vaccins antigrippaux injectables les plus fréquents

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Grippe saisonnière
commenter cet article
6 décembre 2015 7 06 /12 /décembre /2015 08:37

Petite fille de 9 ans paralysée 3 jours après le vaccin contre la grippe - « un des pires cauchemars ! »

Petite fille de 9 ans paralysée 3 jours après le vaccin contre la grippe : "un des pires cauchemars !"

Jusqu’à ce qu’elle reçoive le vaccin contre la grippe, la petite Mary Sue était heureuse et en parfaite santé. Trois jours après avoir reçu le vaccin contre la grippe la petite fille fut paralysée. On diagnostiqua une maladie rare. Que s’est-il passé ?

 

Un journaliste s’adresse à la maman : Merci de nous avoir rejoints ce matin !

 

La maman : Merci aussi !

 

Journaliste : Que s’est-il donc passé et êtes-vous certaine, de même que le médecin qu’il y a un lien direct entre la vaccination contre la grippe que votre petite fille a reçue et la paralysie qui a suivi ?

 

La maman : les médecins ne veulent ni confirmer ni nier la chose.- Mon mari et moi-même avons effectué toutes les recherches nécessaires et nous avons acquis la certitude que c’est bien la vaccination qui a mis notre fille dans pareil état. C’était une petite fille heureuse et en parfaite santé. Elle courait, jouait quand tout cela est arrivé. Elle n’avait aucun problème de santé préexistant.

Petite fille de 9 ans paralysée 3 jours après le vaccin contre la grippe : "un des pires cauchemars !"

A l’hôpital, ils ont fait quantité de tests pour trouver une autre cause que le vaccin et qui aurait pu expliquer ce qui est arrivé, mais ils n’ont rien trouvé.

Petite fille de 9 ans paralysée 3 jours après le vaccin contre la grippe : "un des pires cauchemars !"

Journaliste : après avoir reçu le vaccin, la petite vous a paru être en bonne forme, et que s’est-il passé quelques jours plus tard ?

 

La maman : Lundi soir après l’école (elle est en 3ème année) elle a mangé, puis s’est mise au lit. A 10 heures, son père et moi avons été vérifier si tout allait bien. Nous avons vu que tout nous paraissait normal.

Petite fille de 9 ans paralysée 3 jours après le vaccin contre la grippe : "un des pires cauchemars !"

Mais le lendemain matin Mary Sue ne s’est pas levée comme d’habitude vers 6 heures, 6 heures et demi. Je suis allée la voir et…oh mon Dieu, elle ne pouvait plus me parler !

 

Journaliste : Elle ne pouvait plus vous parler ? Incroyable ! C’est absolument horrible ! – Combien de temps vous a-t-il fallu pour établir le lien entre la paralysie et la vaccination contre la grippe ? Nous avons dû attendre deux ou trois jours pour obtenir un diagnostic. J’étais littéralement paniquée par ce qui arrivait.

 

J’ai appelé mon mari puis les secours d’urgence, et j’ai suivi l’ambulance qui transportait ma fille. A l’hôpital, ma fille a passé un examen IRM. Et le diagnostic est tombé: Mary Sue était atteinte de troubles cérébraux : encéphalomyélite aiguë disséminée.

 

Journaliste : Il y a aujourd’hui tellement d’états qui exigent que les enfants reçoivent ce vaccin pour pouvoir fréquenter l’école. Les parents sont obligés de faire vacciner leurs enfants. Aujourd’hui, vous êtes contre le vaccin antigrippal ?

 

La maman : Non. La seule chose que je veux dire aux parents c’est de bien écouter notre histoire, de comprendre tout ce qui est arrivé à notre fille, de ne pas hésiter à poser des questions, de s’informer sérieusement pour pouvoir faire un choix vraiment éclairé en collaboration avec votre médecin.

 

Journaliste : quel type de questions faudrait-il poser ?

 

La maman : Il faut demander que l’on vous donne la liste des effets secondaires possibles, et ce, pour n’importe quel vaccin, bref tout ce que les vaccins peuvent provoquer. Faites vos recherches, posez des questions au médecin, posez les bonnes questions, puis faites un choix qui soit éclairé.

 

Journaliste : n’importe quel médecin honnête pourra vous dire que ce qui est arrivé à votre fille pourrait être un effet secondaire du vaccin. En général, les parents ne savent pas et ils devraient sûrement être mieux informés.

 

Journaliste : Aujourd’hui, la petite Mary Sue  parvient à légèrement bouger ses jambes, mais elle n’a pas de bonnes réactions motrices. Elle ne sait toujours pas marcher et elle est clouée dans un fauteuil roulant !

 

Autre désastre épouvantable directement imputable au vaccin antigrippal:

Où cela s'arrêtera-t-il? Combien de milliers de victimes faudra-t-il encore pour comprendre qu'il faut se protéger de la grippe, pour ceux qui le veulent, d'une toute autre manière?? Mais, après cela, l'Assurance Maladie française ose encore diffuser à 10 millions de Français que le vaccin antigrippal est SANS DANGER.... 

 

Repost 1
2 décembre 2015 3 02 /12 /décembre /2015 09:02
Une affirmation provocante de plus des officiels: "L'eau est l'ingrédient le plus dangereux des vaccins!"

Conférence du Sénateur Richard Pan à l’Ecole de Santé Publique (Université de Berkeley)

 

Le Sénateur R.Pan est l’auteur du projet de loi rendant la vaccination obligatoire  pour l’entrée des enfants à l’école. (Loi maintenant votée en Californie)

 

Sénateur Richard Pan : l’eau est l’ingrédient vaccinal le plus dangereux !

Une affirmation provocante de plus des officiels: "L'eau est l'ingrédient le plus dangereux des vaccins!"

R. Pan : Il n’y a rien qui soit sûr à 100%. En fait, les gens continuent à parler de ce qui se trouve dans les vaccins. Ils disent par exemple : « oh, je suis inquiet au sujet du formaldéhyde, de l’aluminium. – Bien qu’il n’y ait pas de thimerosal dans les vaccins, les gens continuent de dire qu’ils sont inquiets au sujet du thimerosal ».

 

Mais savez-vous quelle est la substance la plus dangereuse dans un vaccin ? – L’eau.

 

Il y a davantage d’enfants qui meurent de la toxicité de l’eau que de n’importe quel autre élément qui se trouve dans les vaccins.

 

Modérateur : Excusez-moi, mais je ne comprends pas.

 

R. Pan : Oh, il y a davantage d’enfants qui meurent de noyade. C’est effectivement la seconde cause de décès chez les enfants entre 2 et 5 ans, donc à l’âge même où on les vaccine. Mais nous n’avons pas d’inquiétude au sujet de l’eau parce que nous savons que c’est la dose qui compte. Les enfants ne vont pas mourir noyés à cause d’une vaccination.

 

Un intervenant : Est-il possible que ce soit l’eau qui provoque l’autisme ? (Eclat de rire général)

 

R. Pan : Vous savez, je pense que… Nous devrions informer les gens au sujet de la relativité des risques. Je pense que nous n’avons pas fait de l’excellent travail dans ce domaine […]

 

Rentrer dans la voiture qui vous mènera au Centre de vaccination est effectivement plus dangereux que la vaccination elle-même […]

Le sénateur Richard Pan, pédiatre de formation...

Repost 0
30 novembre 2015 1 30 /11 /novembre /2015 07:54

La vaccination est encore plus dangereuse chez les enfants prématurés dont le système immunitaire est encore plus immature que les autres enfants et qui sont, rappelons-le, toujours vaccinés en âge réel et non en âge corrigé! En 2007, l'étude Pourcyrous parue dans la revue de référence bien connue Pediatrics, avait déjà clairement mis en évidence un risque d'apnées (NB: les apnées peuvent mener à la mort subite...) et des taux d'inflammation accrus chez les prématurés, et plus encore quand ils recevaient les vaccins les plus combinés comme c'est le cas actuellement. A l'heure où la pression vaccinale est devenue invivable et où des parents de plus en plus nombreux nous rapportent le chantage odieux ou même le plus souvent la mise devant le fait accompli qu'ils subissent à la maternité ou en néonatalogie, où leurs enfants sont le plus souvent vaccinés dans leur dos et contre leur gré, il était de notre devoir de vous faire savoir les aveux extrêmement clairs et accablants que l'on peut lire dans la littérature médicale elle-même sur les dégâts incommensurables que cette pratique aveugle engendre.... OUI, vos enfants sont clairement en danger!

 

Et surtout, voyez bien le CONTRASTE extraordinaire entre la gravité des risques avoués et reliés clairement aux vaccins (ici, ils n'attribuent pour une fois pas ces effets au hasard) et le cynisme consistant à dire qu'il faut cependant absolument continuer à respecter à la lettre ce calendrier vaccinal mortel... LA SEULE explication évidente à ce contraste est un degré d'engluement total dans ce qui n'est pas du tout une science mais une idéologie. Ne pas voir à temps qu'il s'agit d'une idéologie et non d'une science peut hélas condamner votre enfant....

 

Publié le 22/07/2015, JIM (Journal International de Médecine)

 

Quel impact de la primo-vaccination précoce chez les très grands prématurés?

Vaccination des prématurés: in-dé-fen-da-ble (et les preuves qu'ils savent!!)

Pour respecter le calendrier vaccinal chez les très grands prématurés [TGP], comme recommandé, il faut débuter les vaccinations pendant l’hospitalisation néonatale. Les effets indésirables des primo-vaccinations précoces des TGP comprennent notamment la fièvre et les apnées/bradycardies, des symptômes communs aux surinfections. Une étude rétrospective multicentrique s’est intéressée aux répercussions de ces effets indésirables sur les actes de soins (1).

 

De 2007 à 2012, 13 926 prématurés nés à un terme ≤28 sem. et un poids ≤ 1 000 g sont sortis de 348 Unités de Soins Intensifs Néonatales des USA après y avoir reçu une ou plusieurs injections de vaccins simples ou combinés autour de l’âge civil de 2 mois (exactement, entre 53 et 110 jours).

 

Chez ces TGP, on retrouvait un net accroissement des bilans infectieux, des besoins d’assistance respiratoire (oxygène + PPC nasale ou ventilation invasive), et des intubations trachéales le jour même de la vaccination et les deux jours suivants. (Les antibiothérapies n’ont pas été comptées).

 

Par comparaison avec les 3 jours pré-vaccinaux, les bilans infectieux comprenant des hémocultures étaient multipliés par 3,7, passant de 5,4 à 19,3 pour 1 000 patient-jours (Ratio Ajusté des densités d’incidence [RA]=3,7 ; intervalle de confiance à 95 % [IC95] de 3,2 à 4,4).

 

Cependant, seulement 3,8 % des hémocultures étaient positives (n=39/1 035).

 

Par comparaison avec les 3 jours pré-vaccinaux, les augmentations de l’assistance respiratoire étaient plus que doublées, passant de 6,6 à 14,4 p. 1 000 patient-jours (RA : 2,1 ; IC95 de 1,9 à 2,5) alors que les intubations trachéales étaient presque doublées, passant de 2,0 à 3,6 p. 1 000 patient-jours (RA : 1,7 ; IC95 de 1,3 à 2,2).

 

L’évolution des actes de soins sur les 30 jours qui précédaient la vaccination et les 30 jours qui la suivaient suggère que les vaccinations étaient faites à un moment où l’état des TGP s’était stabilisé et que l’accroissement post-vaccinal des actes était en grande partie induit par les effets indésirables de la vaccination. En effet, les densités d’incidence des trois sortes d’actes diminuaient de jour en jour jusqu’à devenir très basses pendant les 5 à 7 jours précédant la vaccination et elles présentaient un rebond le lendemain et le surlendemain de la vaccination. Le rebond était très marqué pour les bilans infectieux et les besoins d’assistance respiratoire.

 

Les convulsions n’augmentaient pas de fréquence après vaccination. Il y a eu 5 décès dans les 3 jours suivant une vaccination.

 

Enfin, les densités d’incidence des bilans infectieux et des intubations étaient plus élevées chez les TGP de 23-24 semaines que chez les TGP de 27-28 semaines.

 

Au total, les primo-vaccinations des TGP entraînent des suspicions d’infection, non confirmées pour la plupart, avec à la clé des antibiothérapies inutiles et des aggravations de l’état respiratoire. Ces résultats apportent de l’eau au moulin des praticiens qui pensent qu’il y a intérêt à retarder le début des vaccinations systématiques chez les TGP. Cependant, les auteurs et les éditorialistes (2) restent partisans de débuter les vaccinations à 2 mois, autant que possible. D’après un co-auteur de l’article, PB Smith, « les résultats, quoique importants, sont des résultats à court terme. Nous savons que le retard des vaccinations n’est pas bon. Les résultats ne doivent pas avoir d’influence sur la décision de vacciner les prématurés. »

 

Dr Jean-Marc Retbi

 

Références

 

1. DeMeo SD et coll. : Adverse events after routine immunization of extremely low-birth-weight infants. JAMA Pediatr. Doi: 10.1001/jamapediatrics.2015.0418. Publié en ligne le 1er juin 2015


2. Kuzniewicz MW et Klein NP : Differenciating sepsis from adverse events after immunization in the NICU : how is a physician to know? JAMA Pediatr 2015. Publié en ligne le 1er juin 2015.

 

Vos enfants prématurés comptent sur vous... VOUS seuls avec les bonnes informations pouvez leur éviter ces risques tout à fait inutiles!!

 

Et si vous voulez plus d'infos sur les listes des effets secondaires des vaccins pour enfants (Infanrix hexa, Prevenar etc.), rendez-vous aux 3 liens suivants pour une énumération faite par les firmes et par des institutions professionnelles indépendantes:

 

Infanrix hexa: le document confidentiel accablant

 

Prevenar 13: les documents confidentiels accablants

 

Les vaccins ont détruit leurs enfants: témoignages vidéos de parents (+ les listes d'effets secondaires des vaccins Infanrix Hexa, Prevenar & Priorix telles que reprises dans la banque de données médicales Thériaque...)

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
25 novembre 2015 3 25 /11 /novembre /2015 22:54

Les vaccins pour enfants ont détruit le pancréas de l'un, rendu aveugle une autre, amoché leur système nerveux et immunitaire et maintenant, ces familles sont abandonnées par les autorités sanitaires à leur triste sort avec les effets tragiques de ces produits soi-disant sensés favoriser la santé du plus grand nombre! Réveillons-nous car après leurs enfants, ce sera inexorablement les vôtres... la vaccination est un terrorisme sanitaire car il y a une certitude scientifique qu'ils vont détruire très lourdement des individus mais personne ne sait dire quand et dans quelle famille ces effets irréversibles et parfois mortels surviendront...

"J'ai dû vacciner mon fils pour qu'il puisse rentrer en crèche. Malheureusement, suite à ses vaccins, il ne pourra plus jamais aller en crèche et à l'école. Si on m'avait prévenu des risques, je ne l'aurais pas fait vacciner."

"J'ai dû vacciner mon fils pour qu'il puisse rentrer en crèche. Malheureusement, suite à ses vaccins, il ne pourra plus jamais aller en crèche et à l'école. Si on m'avait prévenu des risques, je ne l'aurais pas fait vacciner."

Infanrix hexa, Prevenar, Priorix, etc., il est maintenant de votre devoir de parents de vous informer enfin sérieusement sur ces produits administrés à tout va, pas vraiment pour le meilleur mais surtout pour le pire. Ecoutez, voyez, lisez sur les composants, sur les effets secondaires et comparez le discours de votre médecin aux faits crus et bruts de la réalité de terrain, des documents confidentiels, des bases de données médicales,... il y a vraiment urgence!

"Ma fille est née en parfaite santé et suite à la vaccination, elle a perdu la vue à l'âge de deux mois, du jour au lendemain, avec un corps rigide au niveau des bras et une tête qui tombait. Je ne pouvais pas ne pas me poser de questions."

"Ma fille est née en parfaite santé et suite à la vaccination, elle a perdu la vue à l'âge de deux mois, du jour au lendemain, avec un corps rigide au niveau des bras et une tête qui tombait. Je ne pouvais pas ne pas me poser de questions."

Témoignages vidéos de plusieurs parents d'enfants victimes:

Entre-temps, nous avons appris le décès de Lolita, la fille de Karine qui témoigne dans la vidéo ci-dessus. Elle a été retrouvée morte dans son lit par son papa, bleue et raide, le 18 novembre au matin. Une autopsie a été demandée. 

 

Nous tenons à saluer le courage fantastique de ces parents et leur détermination, eux aussi n'ayant pu compter sur aucune aide de la part des pouvoirs publics de mauvaise foi...   La famille ayant tellement dû dépenser en soins de santé non remboursés pour aider leur fille autant qu'ils le pouvaient, qu'une cagnotte a maintenant été ouverte pour aider la famille à payer les frais funéraires.

Les vaccins ont détruit leurs enfants: témoignages vidéos de parents

Voici maintenant les effets secondaires de vaccins comme Infanrix hexa, Prevenar et Priorix (ROR) listés dans la base de données médicales indépendante Thériaque, une base de données médicales indépendante, faite par des professionnels pour des professionnels, sous le contrôle du Centre National Hospitalier d'Information sur le Médicament:

 

INFANRIX HEXA PDR ET SUSP INJ
INFANRIX HEXA, POUDRE ET SUSPENSION POUR SUSPENSION INJECTABLE. VACCIN DIPHTERIQUE, TETANIQUE, COQUELUCHEUX (ACELLULAIRE, MULTICOMPOSE), DE L'HEPATITE B, POLIOMYELITIQUE (INACTIVE) ET DE L'HAEMOPHILUS INFLUENZAE TYPE B (HIB) CONJUGUE (ADSORBE)

 

Les effets indésirables de la base Theriaque incluent d'une part les effets indésirables du RCP de la spécialité consultée, d'autre part une compilation bibliographique des effets indésirables des médicaments appartenant à la même classe thérapeutique.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration: Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (Ansm) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance.
Site internet: www.ansm.sante.fr.

 

Effets indésirables à dose thérapeutique   Cliquer ici pour obtenir tous les effets indésirables

 

- Effets indésirables cliniques

 

TROUBLES DE L'ETAT GENERAL(3 fiches)

 

TROUBLES MENTAUX ET DU COMPORTEMENT(2 fiches)

 

TROUBLES DU SYSTEME NERVEUX(5 fiches)

 

TROUBLES DE LA PEAU ET DES APPENDICES(5 fiches)

 

TROUBLES DU SYSTEME IMMUNITAIRE(4 fiches)

 

TROUBLES SYSTEMES SANGUIN ET LYMPHATIQUE

 

TROUBLES DES ORGANES DES SENS

 

TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES

 

TROUBLES HEPATO-BILIAIRES

 

TROUBLES RENAUX ET GENITO-URINAIRES

 

TROUBLES CARDIO-VASCULAIRES

 

TROUBLES RESPIRATOIRES(4 fiches)


- Effets indésirables paracliniques

 

TROUBLES DE L'ETAT GENERAL

 

TROUBLES DU SYSTEME NERVEUX

 

TROUBLES SYSTEMES SANGUIN ET LYMPHATIQUE

 

TROUBLES HEPATO-BILIAIRES

 

Effets indésirables en cas de surdosage   Cliquer ici pour obtenir tous les effets indésirables

 

- Effets indésirables cliniques

PREVENAR 13 SUSP INJ SER 0,5ML + AIG
PREVENAR 13 SUSPENSION INJECTABLE. VACCIN PNEUMOCOCCIQUE POLYOSIDIQUE CONJUGUE (13-VALENT, ADSORBE)
 

 

Effets indésirables en cas de surdosage   Cliquer ici pour obtenir tous les effets indésirables  

- Effets indésirables cliniques

PRIORIX PDR ET SOL INJ FL+SER +2AIG
PRIORIX, POUDRE ET SOLVANT POUR SOLUTION INJECTABLE EN SERINGUE PREREMPLIE. VACCIN ROUGEOLEUX, DES OREILLONS ET RUBEOLEUX (VIVANT)

 

Effets indésirables à dose thérapeutique   Cliquer ici pour obtenir tous les effets indésirables  

- Effets indésirables cliniques

 

TROUBLES DE L'ETAT GENERAL(3 fiches)

 

TROUBLES MENTAUX ET DU COMPORTEMENT(2 fiches)

 

TROUBLES DU SYSTEME NERVEUX(5 fiches)

 

TROUBLES DE LA PEAU ET DES APPENDICES(5 fiches)

 

TROUBLES DU SYSTEME IMMUNITAIRE(4 fiches)

 

TROUBLES SYSTEMES SANGUIN ET LYMPHATIQUE

 

TROUBLES DES ORGANES DES SENS

 

TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES

 

TROUBLES HEPATO-BILIAIRES

 

TROUBLES RENAUX ET GENITO-URINAIRES

 

TROUBLES CARDIO-VASCULAIRES

 

TROUBLES RESPIRATOIRES(4 fiches)


- Effets indésirables paracliniques

 

TROUBLES DE L'ETAT GENERAL

 

TROUBLES DU SYSTEME NERVEUX

 

TROUBLES SYSTEMES SANGUIN ET LYMPHATIQUE

 

TROUBLES HEPATO-BILIAIRES

 

Effets indésirables en cas de surdosage   Cliquer ici pour obtenir tous les effets indésirables

 

- Effets indésirables cliniques

"Je soutiens la famille Larère car si j'avais eu le courage de faire ce qu'ils ont fait, aujourd'hui mon enfant ne serait pas handicapé et après tout, qu'est-ce qu'une condamnation face à un handicap à vie."

"Je soutiens la famille Larère car si j'avais eu le courage de faire ce qu'ils ont fait, aujourd'hui mon enfant ne serait pas handicapé et après tout, qu'est-ce qu'une condamnation face à un handicap à vie."

Suggestions vous informer encore davantage:

 

* Informez-vous sur les composants précis des vaccins selon le nom commercial exact: ici (document du Dr Pilette) et ici (base de données américaine). 

 

* Visiter la rubrique déjà très fournie "Effets secondaires/risques" de notre site

 

* Prenez connaissance des documents confidentiels des firmes elles-mêmes sur les effets gravissimes (neurologiques notamment) des vaccins Prevenar et Infanrix hexa

 

* Faites le lien entre ces documents confidentiels et des cas tragiques concrets (beaucoup plus nombreux qu'on ne le croit en réalité): Ayana, Livio et tellement d'autres encore. 

 

* Comprenez en quoi et pourquoi aucun vaccin actuellement sur le marché ne peut être considéré comme sûr ou suffisamment évalué, tous étant expérimentaux avec un même dénominateur commun à leur insécurité. (Voir en outre aussi les aveux du Dr Saluzzo de Sanofi Pasteur)

 

* Connaissez vos droits de patient (notamment le droit au consentement libre et éclairé), entre autres précisés dans les lois française et belge respectivement du 4 mars 2002 et du 22 août 2002. Sachez que des médecins qui ne respectent pas de telles lois ont déjà été condamnés...

 

* Informez-vous sur le double discours des médecins, le business que représente pour eux la vaccination et puisque vous les payez, soumettez-les à des questions précises pour qu'ils assument enfin les effets de "leurs bons conseils"!!

Les vaccins ont détruit leurs enfants: témoignages vidéos de parents
Repost 1
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
24 novembre 2015 2 24 /11 /novembre /2015 09:25

Vaccin Meningitec

L’embarras des autorités de Santé

Le ministère de la Santé. © Sipa Press.

Le ministère de la Santé. © Sipa Press.

23 novembre 2015. Vanessa Boy-Landry, Paris Match

 

Des représentants des parents qui incriminent le vaccin Meningitec dans l’apparition de troubles chez leurs enfants ont été reçus vendredi dernier au ministère de la Santé. Les autorités souhaitent apaiser les familles, suite à la médiatisation de leur pétition adressée à Marisol Touraine. Et s’inquiètent d’une montée de la défiance des Français à l’égard des vaccins.  

 
« Des milliers d'enfants en danger à cause du vaccin Meningitec : ouvrez une cellule de crise! », tel est le titre de la pétition adressée à Marisol Touraine, mi-octobre, par un groupe de parents qui soupçonnent le vaccin d’avoir causé des troubles persistants chez leurs enfants. « C’est la médiatisation de cette pétition, forte de 70 000 signatures aujourd’hui, qui a déclenché ce rendez-vous avec les autorités de Santé», affirme Coralie, porte-parole des parents, à la sortie du ministère.  Accompagnée de Me Ludot, l’avocat des familles, et de François, un membre du collectif, elle sort d’une assemblée plénière où ils ont été reçus par Dominique Martin, directeur de l’Agence nationale de sécurité du médicament (Ansm), et le Pr Benoît Vallet, directeur général de la Santé, en présence des services juridiques des différentes tutelles.
 

A lire: Vaccin Menigitec: 550 familles au cœur d'une affaire troublante 

 

Calmer les esprits, telle était la volonté exprimée par les représentants de la Santé au cours de ce rendez-vous.  Car plusieurs centaines de familles estiment aujourd’hui que la santé de leurs enfants n’est plus la même depuis qu’ils ont reçu le vaccin Meningitec, retiré du marché par mesure de précaution, en raison d’un problème de qualité, fin septembre 2014. Douleurs abdominales, diarrhées, maux de têtes, éruptions cutanées, troubles du sommeil et du comportement… Autant de symptômes persistants décrits par les parents à leurs médecins depuis l’année dernière.

 

“Les autorités proposent un numéro vert pour rassurer les parents inquiets”

 

A la sortie du ministère, Coralie et François ont pu témoigner du soin avec lequel les représentants des autorités de Santé ont expliqué les différentes procédures, depuis le constat des imperfections dans certaines seringues, jusqu’au rappel de tous les lots (21 lots dans le monde, 809 000 vaccins en France). Une décision du fabricant Nuron Biotech que l’Ansm a suivie. « Pour nos interlocuteurs, le Meningitec n’est a priori pas en cause. Ils confirment qu’il n’y a pas de risque lié aux particules de métaux retrouvées (oxyde de fer, chrome, nickel), à des doses infinitésimales, dans certaines seringues.  Et proposent de mettre à disposition un numéro vert pour rassurer les parents inquiets», résument François et Coralie, persuadés qu’un tel dispositif n’apporterait pas plus d’information aujourd’hui aux parents. « Nous les avons senti prêts à coopérer sur certains points. Ils ont proposé de réaliser une étude statistique à partir des symptômes observés chez tous les enfants.  Ils veulent bien envisager un effet de la vaccination qui n’aurait pas encore été étudié. Mais ils excluent un problème de défectuosité majeure du vaccin qui aurait conduit à des maladies. Ils rejettent tout problème réel d’ordre sanitaire, à l’échelle nationale ou mondiale», ajoute Coralie.

 

“On nous a demandé de bien voir toutes les implications d'une médiatisation”

 

D’après les représentants des parents, c’est sur l’importance de la confiance à établir que Dominique Martin et Benoit Vallet ont souhaité attirer leur attention. A la fois sur cette affaire, pour apaiser les familles mais aussi, dans un contexte plus général, pour ne pas risquer de mettre en danger la politique vaccinale (3 Français sur 10 se méfient des vaccins), alors que de nouvelles orientations doivent bientôt être rendues à la ministre de la Santé par la députée Sandrine Hurel. « Ils nous ont clairement demandé d’être responsables et de bien voir toutes les implications d’une médiatisation. Ils craignent que les parents perdent confiance et décident de ne plus faire vacciner leurs enfants», expliquent les représentants des parents.

 

C’est probablement cet aspect délicat qui a fait réagir Infovac, début novembre, dans son bulletin réservé aux abonnés. Un groupe d’«experts» en vaccinologie « indépendant des firmes pharmaceutiques » mais dont les déclarations de liens d’intérêts, sur leur site, affichent pour certains des subsides émanant des fabricants de vaccins. Sorte d’organe de référence pour ses 5 000 abonnés (pédiatres et médecins), Infovac souhaite informer les médecins face aux questions des parents sur cette affaire de lots frelatés de Meningitec : « Un risque théorique qui n’a engendré aucune déclaration d’effets secondaires particuliers », et qui « aurait pu en rester là » s’il n’y avait eu la médiatisation des interrogations des familles, heurtées au « silence étourdissant de  la part des autorités ». « L’Ansm ne communique pas en raison des procédures en cours… ce qui est compréhensible mais très regrettable dans le contexte actuel», considérait alors Infovac.

 

“Ce n'est pas le retrait des vaccins qui nous a fait perdre confiance, c'est le mépris des autorités”

 

«Nous ne sommes pas anti-vaccins. Les familles rapportent les mêmes effets indésirables depuis le Meningitec. Nous racontons tous la même histoire, sans nous connaître, et elle a démarré bien avant la médiatisation des faits. La confiance, nous l’avons perdue non pas suite au retrait des lots, mais quand on s’est rendu compte que les médecins n’étaient pas au courant et que c’était nous qui l’apprenions aux autres parents », réagit Coralie. « Il a fallu attendre une pétition avec 60 000 signatures pour avoir un rendez-vous, alors que nous avions envoyé au ministère, en mars, une salve de courriers en recommandé, le même jour. C’était bien le signe que nous étions préoccupés ! La confiance, c’est eux qui l’ont brisée. Ce n’est pas le retrait des vaccins qui nous l’a fait perdre, c’est leur mépris », ajoute François.

 

Rendez-vous au Tribunal de grande instance de Clermont-Ferrand

 

Cette rupture de confiance et de nombreuses inquiétudes sur la santé des enfants ont conduit aujourd’hui 550 familles à assigner en justice le laboratoire CSP (exploitant du Meningitec en France). Pour l’avocat des familles, le rendez-vous au ministère de la Santé était une opération classique de communication « pour éteindre l’incendie », à quelques semaines des régionales. « Les enfants ne sont pas malades à cause d’un atome d’oxyde de fer ! », tempête l’avocat qui suit de près les analyses réalisées par un laboratoire spécialisé en Italie, où une procédure judiciaire est en cours. Le juriste rompu aux affaires vaccinales a lui aussi lancé des recherches spécifiques sur le vaccin. Il suspecte notamment la présence de nanoparticules. Le procès civil a lieu demain devant le tribunal de Grande instance de Clermont-Ferrand. Les plaintes seront examinées. Différentes expertises seront demandées pour chaque enfant. Affaire à suivre…

 

Source: Paris Match

 

Mise à jour du 24 novembre 2015:

 

Meningitec: la justice ordonne des expertises sur les victimes du vaccin défectueux

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
23 novembre 2015 1 23 /11 /novembre /2015 11:05

Médecins, dentistes, aromathérapeutes, citoyens-patients, décidément, le Journal du Médecin tape vraiment sur tout le monde et voit des sectes partout, se réfugiant de façon assez pitoyable, il faut bien le dire, derrière les avis des prétendus "experts" du CIAOSN, le Centre d'Information et d'Action contre les Organisations sectaires nuisibles subsidié par le Ministère belge de la justice (NB: on aura un avis plus objectif sur le sérieux de ce genre de classements du CIAOSN, équivalent belge de la célèbre Miviludes en écoutant par exemple les vidéos du Pr Anne Morelli de l'ULB, disponibles sur internet). Après avoir été indûment rangée dans les sectes, Initiative Citoyenne ne pouvait rester sans réagir et a fait parvenir un droit de réponse au Journal du Médecin par la voie de son avocat.

 

Voici tout d'abord, l'article litigieux du Journal du Médecin du 13 novembre dernier, intitulé "Des sectes encore bien vivaces".

 

Le Droit de réponse envoyé par voie d'avocat le 16 novembre 2015 et enfin,

 

Sa parution dans le Jdm du 20 novembre avec un petit commentaire savoureux du Jdm qui ne sait visiblement pas bien quoi répondre à ça...

 

Trois vidéos intéressantes sur les procédés de classification abusifs de sectes:

On peut parfaitement transposer le discours d'Anne Morelli sur les "grandes religions" à la "religion vaccinale"...

Plus d'infos sur le CIAOSN par Anne Morelli.... très éclairant!

Les antécédents de Journal du Médecin avec les vaccins et Initiative Citoyenne:

 

- En novembre 2008, le Jdm s'acharnait sur Knack et le Vif qui avaient osé (quel crime!) publié des articles critiques sur les vaccins antipapillomavirus Gardasil et Cervarix

 

- En septembre 2011, le Jdm publiait que des médecins généralistes s'indignaient des courriers de mise en garde que nous avions envoyés aux associations de parents et aux directions d'écoles secondaires francophones au sujet des risques graves des vaccins HPV proposés en médecine scolaire.

 

- En 2009, dans le contexte de nos actions sur le H1N1, Muriel Desclée de notre collectif a même été classée dans les "pro-nazies" (rien que ça!) par le Journal du Médecin parce qu'elle avait osé partager sur Facebook une vidéo satirique avec un Hitler en mode "Il faut vacciner tout le monde sans délai" (dans un contexte où la vaccination était organisée en France dans des vaccinodrômes, ou des lois d'exception permettant l'instauration d'obligations vaccinales avaient bien été adoptées etc...)

 

- Le Jdm nous avait aussi déjà qualifiés "d'obscurantistes" en mars 2012, ce qui leur avait valu de devoir publier un de nos droits de réponse

 

- Le Jdm nous traitait aussi de "groupement d'illuminés" en octobre 2012, ce qui là encore leur avait valu de devoir publier un de nos droits de réponse

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Médias & vaccins Médecins
commenter cet article

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA