Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 août 2015 3 05 /08 /août /2015 22:15

Le vaccin ROR a fait de mon enfant un autiste

 

Après avoir emmené son petit garçon de 18 mois en parfaite santé chez le pédiatre pour qu’il reçoive son vaccin ROR, la maman Gladys est rentrée chez elle avec un enfant dont la santé venait d’être endommagée par la vaccination. Le médecin lui a dit que les symptômes des dommages étaient « normaux », bien que son enfant devait plus tard recevoir le diagnostic d’autisme. La maman a pu aider son enfant avec une alimentation sans gluten et sans caséine, ainsi qu’en ayant recours à l’homéopathie. Veuillez s’il vous plaît avertir les parents que vous connaissez des dangers de la vaccination et contribuer à mettre fin aux vaccinations rendues obligatoires par le gouvernement.

 

Larry Cook, 15 juillet 2015

 

Bonjour, je m’appelle Gladys. Je voudrais partager l’histoire de mon petit garçon dont la santé a été endommagée par un vaccin. Tout a commencé par le fait que j’ai pensé bien faire en suivant le programme vaccinal, ne me doutant pas de ce qui pouvait se produire dans la suite. Je me suis donc présentée chez le médecin pour les vaccins de 18 mois. Avant de recevoir son vaccin ROR, mon petit était tout à fait normal, en bonne santé, enjoué, espiègle. Quand quelqu’un l’appelait pas son non, il se retournait et prononçait lui-même son nom. Il savait l’âge qu’il avait. Il disait régulièrement « Maman, Papa ». Après qu’il eût reçu le vaccin, j’ai remarqué que tout cela avait disparu. Il s’est replié sur lui-même et a commencé à régresser. C’était un enfant complètement différent. Il n’était plus du tout l’heureux petit garçon que j’avais connu. Plusieurs semaines après son vaccin ROR, j’ai pu observer qu’il avait des comportements différents qu’il n’avait jamais eus. Il ne savait plus comment jouer avec ses jouets habituels. Il s’en détournait et se contentait de rester tout le temps assis. Il pouvait ainsi rester assis sur le tapis pendant des heures. Si des enfants s’approchaient de lui, il ne les remarquait même pas, alors qu’ils étaient assis à côté de lui. Il n’a depuis, plus jamais dit le moindre mot.

 

Il ne savait plus son nom. Quand je lui demandais quel âge il avait, il ne savait plus. Comme je suis fort occupée, je me suis, pendant un certain temps, dit que c’était peut-être normal. Je l’ai malgré tout emmené chez le médecin en lui expliquant qu’il ne disait plus les mots qu’il prononçait habituellement. Il m’a répondu que c’était normal. Je l’ai cru, pensant qu’il devrait évoluer un certain temps et qu’il parlerait plus tard. Le fait est que la chose ne s’est pas produite. Son état s’est empiré, il a commencé à régresser, jusqu’à ce que des autres parents racontent à ma sœur que leur fils présentait le même comportement. Ma sœur m’a suggéré de faire des recherches. C’est ce que je fis. J’ai commencé à me documenter sur l’autisme parce que je ne savais pas vraiment de quoi il s’agissait. En découvrant la définition de l’autisme, je savais qu’il s’agissait bel et bien de ce dont mon fils souffrait, tout ce que faisait mon petit était décrit avec précision. Dans la suite je l’ai fait examiner et le diagnostic d’autisme est tombé quand il a eu 2 ans ½.

 

Larry : Parlez-nous un peu de votre ressenti face à tout cela.

 

Après que le diagnostic fut posé, j’ai commencé à chercher ce que nous pouvions faire en plus de ce qui nous avait été proposé. En fait, nous n’avons pas vraiment été aidés. Après nous avoir donné le diagnostic, nous avons été livrés à nous-mêmes. J’ai donc poursuivi les recherches. Malheureusement ce qui était proposé était au-dessus de nos moyens. Au début, la seule chose que nous avons pu faire, ce fut d’adopter une alimentation sans gluten et sans caséine. A peine avions-nous supprimé tout produit laitier que des changements apparaissaient déjà. Chaque fois qu’il reprenait du lait, il régressait à nouveau, il arrêtait de se déplacer. Nous nous sommes ensuite intéressés au gluten. Avec le gluten, il se réveillait à 2 heures du matin en grognant, se retournant et se retournant dans son lit. La suppression du gluten a mis fin à ce comportement. Après avoir commencé à détoxifier son corps, nous en sommes arrivés à un point où plus aucun progrès ne se produisit. Il était enfin OK.

 

C’est alors que j’ai commencé à m’intéresser aux médecines naturelles, ainsi qu’à l’homéopathie.. J’ai lu le livre « Autism Beyond Despair » (Autisme, au-delà du désespoir) dans lequel on parlait d’homéopathie. J’ai lu le livre, puis l’ai mis de côté, car il y avait toujours des questions d’argent en jeu. Nous ne pouvions pas nous permettre ces traitements. Mais quand je me suis rendue compte que mon petit ne progressait plus, nous avons changé notre fusil d’épaule. Nous avons commencé l’homéopathie. Après la première dose de son premier remède qui avait rapport avec la détoxification du ROR, nous avons entendu son premier mot ! Le second jour du traitement, il recommençait à être propre. Il reconnaissait de nouveau tous les mots. On aurait dit qu’il se les rappelait. C’était un peu comme si un épais brouillard avait jusqu’alors recouvert son esprit. Au fond, il n’avait rien oublié, il n’était tout simplement pas présent. Depuis lors, nous n’avons cessé de voir des améliorations. Il a été en traitement pendant environ 3 ans et il est tout à fait propre. Il parle à nouveau. Il est le petit garçon heureux que nous avions connu.

 

Je m’oppose fermement à la vaccination obligatoire, en tout premier lieu parce que ces lois vont à l’encontre de nos droits parentaux. En tant que parents, c’est à nous à décider de ce qui rentre dans le corps de nos enfants, quel traitement nous leur donnons. Ce n’est pas à l’état à prendre notre place. Je m’oppose à 100% à ces lois. Pourquoi ? Parce que j’ai vu mon petit régresser après un vaccin. Je n’ai même pas d’autre option possible. Il n’existe aucune chance que je le fasse encore jamais vacciner, non plus jamais. Si j’ai encore des enfants, plus jamais ils ne seront vaccinés, plus jamais

 

Repost 1
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques Rougeole
commenter cet article
30 juillet 2015 4 30 /07 /juillet /2015 16:45

La presse vient de relayer l'info: 40 plaintes ont été déposées en France, suite aux effets graves que des "vaccins défectueux" contre la méningite ont entraîné chez des enfants... l'heure est pourtant venue de faire tomber le rideau et de voir que derrière cet "arbre qui cache la forêt", tous les vaccins sont défectueux car tous sont expérimentaux... Aussi, derrière ces 40 plaintes, il y a des milliers d'autres cas jamais médiatisés causés par des vaccins non déclarés "défectueux"...

La défectuosité (au sens médiatique et journalistique du terme) des vaccins peut certes encore rajouter des risques supplémentaires mais ces risques ne sont qu'une triste "cerise sur le gâteau" déjà bien cramoisi de l'insécurité vaccinale -totalement inacceptable-, celle-ci s'expliquant parfaitement par la façon non scientifique et tout à fait biaisée selon laquelle les vaccins sont évalués avant leur mise sur le marché et que seuls les sots ou les gens de mauvaise foi peuvent encore oser défendre.

 

Même sans être déclarés "défectueux", vous devez savoir de toute urgence que les vaccins contre la méningite C (comme le Meningitec) sont statistiquement largement plus risqués que la maladie naturelle, selon les chiffres officiels eux-mêmes. En France, et si on tient compte que seuls 1 à 10% des effets secondaires graves de vaccins sont rapportés et comptabilisés (cf.p 2 de l'article), ces vaccins sont de 80 à 800 fois plus risqués pour les enfants que les risques de la maladie naturelle et cela même si ces vaccins ne sont pas déclarés "défectueux"!

 

Les officiels n'en savent pas assez sur le système immunitaire sur lequel les vaccins interagissent au long cours et donc bien entendu que les vaccins font peser sur TOUS les enfants des risques de maladies sérieuses à long terme et cela, même quand ils ne sont pas déclarés "défectueux"!

 

Lire aussi ici:

 

Méningite C: le vaccin plus risqué que la maladie (les chiffres sont là!)

 

Dr Classen: "Le public devrait être averti que les vaccins peuvent avoir des effets secondaires à long terme"

 

Signes neurologiques précoces des atteintes post-vaccinales (Dr Buchwald)

 

Rapport confidentiel accablant sur l'Infanrix hexa

 

Documents confidentiels accablants sur le vaccin Prevenar

 

Témoignages sur les effets dramatiques du Prevenar

 

Fiasco du Prevenar en termes d'efficacité aussi (donc non seulement les enfants encourent des risques mais en plus, ils les encourent en pure perte!)

 

Le vaccin Hib (= aussi inclus dans l'Infanrix hexa) provoque le diabète de type 1: l'étude du British Medical Journal

 

Mortalité infantile plus élevée dans les pays qui vaccinent le plus

 

Etude du British Medical Journal: le vaccin diphtérie-tétanos-coqueluche tue des enfants (aussi en Afrique)

 

Tous les vaccins sont expérimentaux: voici pourquoi

 

Vaccins: le vrai scandale des faux placebo

 

Dr Saluzzo: "On ne sait pas comment marchent les vaccins"

Meningitec: les vaccins trop dangereux même non défectueux!

A noter/ Concernant la Belgique: Un retrait de vaccins Meningitec a été effectué en octobre 2014. Cf ce document de l'Association Pharmaceutique belge. Si votre enfant ou vous même avez souffert d'effets secondaires graves en lien avec ce retrait de vaccins, n'hésitez pas à témoigner ci-dessous dans la rubrique des commentaires ou à nous contacter directement par mail. Vous trouverez normalement plus d'information sur votre carte de vaccination (date du vaccin, numéro de lot etc.)

Meningitec: les vaccins trop dangereux même non défectueux!
Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
29 juillet 2015 3 29 /07 /juillet /2015 15:23

Nous attirons vraiment votre attention sur cet aspect des choses parce que certains naïfs englués dans leurs idéaux (confondant la Science telle qu'elle devrait être avec la Science telle qu'elle est) continuent d'attendre pour "y croire" que des études scientifiques osent conclure "voilà, les vaccins sont une cause reconnue d'autisme" mais il est certain qu'ils attendront encore longtemps pour cela... tout simplement parce que c'est typiquement le genre de conclusions d'études qui ne seraient pas acceptées par principe, parce que cela ferait s'écrouler tout un chateau de cartes médico-pharmaceutique qui se chiffre en dizaines de milliards de dollars annuels. Donc entre croire au Père Noël ou comprendre et savoir comment le système fonctionne bien qu'il se présente à vous avec ce qui n'est qu'un vernis et une apparence de scientificité, nous vous laissons choisir la meilleure façon selon vous de protéger vos enfants...

 

Symptômes autistiques en hausse, voici le type de témoignages qui affluent (et qui afflueront de plus en plus si rien n'est fait pour protéger les enfants):

Autres témoignages (affluent aussi en anglais et venant d'autres pays):

 

"Infanrix & autisme

 Bonsoir,
Je me permets de vous contacter afin d'avoir de l'aide. En effet mon fils de 28 mois est atteint d'autisme. En effet, après les vaccinations de mon bébé, il y a eu différents changements de comportement mais celui m'ayant le plus alerté est le détournement du regard. J'ai parlé de ces pertes et changements de comportement à mon médecin, celui ci me répondant que rien ne pouvait être "détecté" avant ses 2 ans, chose qui est à ce jour faite. J'espérais que le jour où cela (l'autisme) serait enfin reconnu, il y aurait au moins une prise en charge médicale pouvant aider mon fils et  le préparer à la vie la plus normale possible en vue de ce qui l'attend
."

 

"Mesdames,
Tout d'abord nous vous sommes gré pour le combat que vous menez et nous sommes à vos côtés. J'ai un enfant de 3 ans et demi né en Espagne qui était normal jusqu'à l'âge d'un an (commençait à maîtriser le langage) ensuite arrivé en Belgique, il a dû se faire vacciner et a reçu 7 vaccins le même jour (6+1), depuis lors sa santé a changé (symptômes d'autisme) et j'étais dépourvu car ne comprenant pas ce qu'il lui est arrivé. C'est grâce à la rencontre d'un ami qui m'a parlé de votre association que je me tourne vers vous afin de solliciter votre avis ainsi qu'une orientation."

 

"Bonjour,

Suite à plusieurs vaccination mon fils est devenu autiste, j'ai voulu éviter cela à mon second fils mais les écoles et mes pédiatres me rendent la tâches difficile car j'ai peur qu'aucune école ne le scolarise. Y a-t-il des associations en Belgique qui peuvent m'aider?"
Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 20:07

Une nouvelle proposition de loi fédérale abaisse les normes d’évaluation et d’approbation des nouveaux vaccins

Évaluation des vaccins: tapis rouge au laxisme!

Et voici venue la loi sur les soins au 21ème siècle : dites au revoir à la science qui s’occupe de la sécurité des vaccins !

 

Par Barbara Loe Fisher 24 juillet 2015

 

Le partenariat financier public-privé est le rêve des actionnaires des compagnies pharmaceutiques, et le pire cauchemar des consommateurs.

 

Ce partenariat lucratif qui utilise le slogan du « plus grand bien » pour violer les droits civils du peuple américain au nom de la « guerre contre la maladie » a le potentiel de détruire plus de vies que n’importe quelle guerre à laquelle notre pays a participé.

 

Il y a seulement quelques semaines que le lobby de l’obligation vaccinale a voulu, en Californie, faire passer un projet de loi (SB277) qui élimine les exemptions personnelles de vaccination contraignant les enfants à recevoir des dizaines de vaccins recommandés par les lois fédérales ou se voir refuser l’accès à l’école. [1]

 

Alors que la Californie a été soumise à l’une des campagnes de lobbying des plus agressives [2] et coûteuses jamais montées par l’industrie pharmaceutique en partenariat avec les associations professionnelles médicales financées par l’industrie et le gouvernement [3,4,5,6], ce même lobby en préparait, à Washington D.C., une plus grande encore pour le peuple américain.

 

Voici donc le « 21st Century Cures Act » [7], qui est une proposition de loi bénie par la FDA [9] qui compromet gravement l’intégrité du processus d’octroi par la FDA de licences pour les médicaments et les vaccins. [10]

 

Le projet de loi de 362 pages a été présenté à la Chambre des représentants le 10 juillet 2015 [11] et requiert qu’environ 9 milliards de dollars soient alloués au NIH (National Health Institute) pour développer plus de médicaments et de vaccins, et que 500.000.000 de dollars soient accordés à la FDA pour une procédure d’approbation accélérée des produits avant la mise sur le marché. [12]

 

 

Le projet de loi abaisse les normes de licence de la FDA

 

Le projet de loi autorise la FDA à abaisser les normes d’octroi des licences pour les tests de médicaments expérimentaux, les dispositifs médicaux et les « produits biologiques », une catégorie qui comprend les vaccins – [13,14,15]. Ainsi donc les compagnies ne seront plus tenues de réaliser de grands essais cliniques contrôlés sur cas-témoins [16,17,18] pour évaluer la sécurité et l’efficacité de leurs produits.

 

Au lieu de cela, la FDA pourra accepter de nouvelles analyses statistiques [19] et des « expériences cliniques » [20] telles que des preuves anecdotiques de patients. [21]

 

Il est intéressant de noter que l’expérience clinique et les preuves anecdotiques constitueront la « bonne science » pour montrer que tel vaccin est sans danger avant qu’il ne soit autorisé, tandis que l’expérience clinique et les preuves anecdotiques n’ont jamais été assez bonnes pour démontrer qu’un vaccin était dangereux après qu’il ait obtenu la licence. [22,23,24,25]

 

Rouages bien huilés pour accorder la licence aux médicaments et aux vaccins

 

La projet de loi « The 21st Century Cures Act » a été présenté comme un moyen  pour la FDA d’accorder rapidement une licence pour des produits pharmaceutiques expérimentaux destinés à des personnes souffrant de maladies rares ou mortelles, que ces produits aient ou non été adéquatement testés. [26]

 

Cependant, huiler les rouages d’homologation de la FDA pour rendre des médicaments expérimentaux disponibles pour les malades et les mourants qui choisissent volontairement de les utiliser est une chose, tandis que huiler les rouages pour accélérer l’homologation de vaccins expérimentaux, permettant ainsi au gouvernement d’exiger légalement que des enfants et des adultes en bonne santé y soient soumis, est une toute autre affaire. [27,28,29,30,31]

 

Presque tous les vaccins que l’industrie pharmaceutique crée et que la FDA autorise pour des enfants finissent par être recommandés pour tous les enfants et rendus obligatoires par le gouvernement des états pour les garderies et l’accès aux écoles. [32,33,34,35,36]

 

Et maintenant de nombreux adultes sont en train de tomber, eux aussi, dans le filet des vaccins obligatoires. [37,38,39]

 

 

Les médicaments et les vaccins doivent dominer dans les soins de santé aux Etats-Unis

 

L’ « Affordable Health Care Act » garantissait déjà que l’industrie pharmaceutique et ses produits continueraient à dominer le système de santé le plus cher du monde. [41,42,43,44,45,46]. Le « 21st Century Cures Act » qui a suivi  mettra  tellement en danger la santé publique qu’il est difficile de dire par où  il faut commencer.

 

Il est, par exemple, à noter que le mot « vaccin » n’a jamais été prononcé publiquement par ceux qui ont parrainé la proposition de loi !

 

Cependant, l’Organisation de l’Industrie Biotechnologique (BIO) qui représente quelque 1500 corporations pharmaceutiques et de produits de santé est déjà en train de se réjouir de la manière dont elle a pu influencer les politiciens du Capitol Hill pour qu’ils incorporent le « Vaccine Access, Certainty and Innovation Act of 2015 » au  projet de loi «  The 21st Century Cures Act. » [47, 48]

 

Procédure d’approbation accélérée pour les vaccins que vous aurez à prendre dans le futur

 

Donc, si, à la fin de cette année, le Sénat approuve, et si le président signe ce projet de loi mettant des vies en danger, on peut se demander ce qui va se passer avec les centaines de vaccins expérimentaux qui feront l’objet d’une procédure d’approbation accélérée et qui, dans le futur, seront rendus obligatoires pour vous et vos enfants.

 

Cette liste comprend les vaccins contre le VIH [49,50,51], chlamidia, [52], cytomegalovirus [53], hépatite C [54], herpès génital [55], syphilis [56], gonorrhée [57], e-coli [58], norovirus [59], tuberculose [60] et encore beaucoup d’autres [61, 62].

 

Le consentement éclairé vidé de sa substance

 

Tout d’abord, le « 21st Century Cures Act » permet à la FDA d’accélérer les procédures d’approbation [63,64] de nouveaux vaccins et d’étendre l’utilisation des vaccins existants [65] en fonction des bases suivantes :

 

-Des essais cliniques plus courts et à plus petite échelle

 

-Conception d’essais non traditionnels ou adaptatifs, ainsi que les méthodes d’analyse bayésienne de données [66]

 

-Preuves à partir d’expériences cliniques en lieu et place d’essais cliniques randomisés et contrôlés. [67,68]

 

-Utilisation de biomarqueurs et de critères de mesure de substitution [69] en lieu et place de paramètres cliniques réels susceptibles de prouver une efficacité. [70]

 

En second lieu, la nouvelle loi permettrait de mener des « essais cliniques » de produits pharmaceutiques expérimentaux sur des personnes sans obtenir au préalable leur consentement éclairé [71,72,73] si «  l’essai clinique proposé ne pose pas plus que des risques minimes. » [74,75] On ne sait toujours pas qui décide ce qui constitue un « risque minimal » mais on peut supposer  que l’appréciation sera laissée aux représentants de l’industrie et du gouvernement. Il est également difficile de savoir si les enfants mineurs pourront participer à des expérimentations sans le consentement éclairé de leurs parents.

 

 

Utiliser des statistiques de « meilleure estimation » au lieu de la véritable science

 

Juste pour m’amuser, j’ai cherché la définition de « Bayesian » pour voir ce qui se passerait si la FDA permettait aux compagnies pharmaceutiques d’utiliser cette méthode en lieu et place de grands essais cliniques randomisés [76,77,78,79,80] afin de déterminer si un vaccin expérimental est ou non sans danger. Voici ce que dit le dictionnaire de « Bayesian » [81]

 

La phrase clé de cette définition est la suivante : « fondée sur l’expérience ou les meilleures estimations avant l’expérimentation ou la collecte de données. » Alors que nous savons que les Agences fédérales ont depuis longtemps pratiqué la « supposition »  quand il a fallu déclarer que les vaccins étaient sûrs et efficaces et que depuis longtemps il existait des lacunes dans la science des vaccins. [82,83,84,85,86], il est irresponsable pour le Congrès de se plier aux exigences de Big Pharma et de codifier dans la loi le droit pour les fonctionnaires  de la FDA d’utiliser de piètres méthodes statistiques « de meilleures estimation » et des critères de substitution non fiables pour appuyer les prétentions qu’un nouveau vaccin est sans danger et est efficace, au lieu d’exiger des fabricants de vaccins de mener des recherches approfondies sur les mécanismes biologiques en faisant appel à de grands essais cliniques bien conçus.

 

Les chiffres qui défilent sur l’écran d’un ordinateur ne peuvent être qu’un pâle substitut pour prouver effectivement qu’un vaccin expérimental ne va pas tuer ou endommager la santé d’êtres humains en chair et en os avant qu’il ne reçoive son autorisation de mise sur le marché.

 

Le Congrès et les Pharmas : des amis qui font des bénéfices

 

En 1986, le Congrès s’est autorisé à être soumis à un chantage de la part de l’industrie pharmaceutique. Il a accordé l’immunité juridique aux fabricants de vaccins [87] En 2011, la Cour Suprême des Etats-Unis a déclaré que les vaccins étaient « inévitablement dangereux » et a éliminé toute responsabilité de la FDA quant aux licences qu’elle accordait pour les vaccins. [88,89,90] En Amérique personne ne peut poursuivre les compagnies pharmaceutiques quand la FDA a accordé la licence pour tel ou tel vaccin qui est susceptible d’endommager la santé des gens ou de les tuer !

 

Nullement satisfaite d’une totale protection par rapport à sa responsabilité vis-à-vis  d’un de leurs produits, ainsi que de pouvoir bénéficier de milliards de dollars des contribuables américains pour créer des centaines de nouveaux vaccins [91,92,93,94,05,96], tout en obtenant une publicité gratuite payée par le gouvernement [97] et en bénéficiant d’un marché prévisible étant donné qu’il n’y aura pratiquement plus d’exemptions, l’industrie pharmaceutique presse maintenant le Congrès de lui accorder, sur la science aussi, un « laissez-passer » gratuit.

 

 

Le pire cauchemar du consommateur

 

Le partenariat financier public-privé que le Congrès a incité le gouvernement à forger avec l’industrie par le biais d’une série de lois fédérales créées au cours des 30 dernières années [98,99,100,101,102,103,104,105,106] est le rêve même de l’actionnaire d’une société pharmaceutique et le pire cauchemar du consommateur.

 

Ce partenariat lucratif qui utilise le slogan du « plus grand bien » pour violer les droits civils du peuple américain au nom de la « guerre contre la maladie » a le potentiel de détruire plus de vies que n’importe quelle guerre à laquelle notre pays a participé.

 

Le projet de loi « The 21st Century Cures Act » sonne comme une ordonnance de désastre. La recherche sur les vaccins, leur développement et le suivi rapide ne doivent pas faire partie de ce projet de loi.

 

C’est maintenant qu’il faut agir

 

Si vous voulez informer votre sénateur ou député de ce que vous pensez du projet de loi « The 21st Century Cures Act », consultez le « NVIC Advocacy Portal ». Il pourra vous mettre en contact électronique direct avec les personnes que vous avez élues pour vous représenter à Washington D.C.

 

Levez-vous pour défendre votre droit de savoir et pour votre liberté de choisir.

Il y va de votre santé, de votre famille, de votre liberté de choix.

Références

 

1 Fisher BL. California Enacts Vaccine Law That Forces Law Forces Parents to Choose Between Human Rights and Civil Rights. NVIC Newslettter July 1, 2015.

2 Miller J. Drug companies donated millions to California lawmakers before vaccine debate. Sacramento Bee June 18, 2015.

3 Biocom. Membership List 2015 that includes Pfizer, Merck, GSK, Novartis, Sanofi, Monsanto, Kaiser Permanente and support for state legislation of interest (SB 277).

4California Immunization Coalition, a project of the Immunization Action Coalition that is funded by Astra Zeneca, BioCSL, Merck, Novartis Vaccines, Pfizer and Sanofi Pasteur and CDC.

5American Academy of Pediatrics, California chapter. AAP is funded by the pharmaceutical industry.

6California Medical Association. California Medical Association Foundation corporate sponsors include Pfizer, Astra Zeneca, Lilly and Kaiser Permanente.

7 U.S. House of Representatives. 21st Century Cures Act (July 2, 2015).

8 Lazar A.  PhRMA companies push hard on House bill to ease testing of new drugs. Open Secrets June 16, 2015. 

9 Woodcock J. 21st Century Cures: Modernizing Clinical Trials and Incorporating Patient Perspective. Testimony for Subcommitee on Health, Committee on Energy and Commerce, U.S. House of Representatives July 11, 2014.

10 Hodsden S. 21st Century Cures Act Set to Overhaul FDA Regulatory Process. MedDevice Online July 10, 2015.

11 Clarke T. U.S. House passes ‘C21st Cures’ bill to speed new drugs to market. Reuters July 10, 2015.

12 Ross S. House overwhelmingly passes 21st Century Cures Act. Modern Healthcare July 10, 2015.

13 Federal Food, Drug and Cosmetic Act. 42USC262. Sec. 262. Regulation of Biological Products. (i) Biological product defined.The term ”biological product” means a virus, therapeutic serum, toxin, antitoxin, vaccine, blood, blood component or derivative, allergenic product… applicable to the prevention, treatment, or cure of a disease or condition of human beings.

14 U.S. Public Health Service Act. Part F – Licensing- Biological Products and Clinical Laboratories. Subpart 1 – Regulation of Biological Products. Sec. 351,Pg. 282. The term “biological product” means a virus, therapeutic serum, toxin, antitoxin, vaccine, blood, blood component or derivative, protein….”.

15 H.R. 6 – The 21st Century Cures Act. (2) Use of a Drug Development Tool (A) and (B). Pg. 80. July 2, 2015.

16 Kabesch M, Ruckes C, Seibert-Grafe M, Blettner M. Randomized Controlled Trials. Dtsch Arztebl Int 2011; 108 (39): 663-668.

17 Sibbald B, Roland M. Understanding controlled trials: Why are randomized controlled trials important?BMJ 1999; 316: 201.

18 Clinicaltrials.gov. Vaccine Clinical Trials.

19 U.S. House of Representatives. 21st Century Cures Act. Subtitle D – Modern Trial Design and Evidence Development. Broader Application of Bayesian Statistics and Adaptive Trial Designs. Pg. 97-98. July 2, 2015.

20 U.S. House of Representatives. 21st Century Cures Act. Sec. 2062. Utilizing Evidence from Clinical Experience. Pg. 100-101. July 2, 2015.

21 Belluz. J. This new bill would add $9 billion for medical research. Here are 5 reasons why critics are terrified. Vox July 14, 2015.

22 Fisher BL. Public Perspective on Assessment of Studies of Health Outcomes Related to the Recommended Childhood Immunization Schedule. Institute of Medicine Feb. 9, 2012.

23 Tomlijenovic L, Shaw CA. Human papillomavirus (HPV) vaccine policy and evidence-based medicine: are they at odds? Annals of Medicine 2013; 45(2): 182-193.

24 Goldman A. Scientific consensus finds the HPV vaccine safe. Women’s Health Dec. 6, 2013.

25 English K. Public editor criticizes the Star’s Gardasil story. The Star Feb. 13, 2015.

26 U.S. House of Representatives. 21st Century Cures Act. Subtitle E – Expediting Patient Access. Sec. 2081 – Sense of Congress. Pg. 111-112.  July 2, 2015.

27 National Vaccine Information Center. Merck’s Gardasil Vaccine Not Proven Safe for Little Girls: National Vaccine Information Center Criticizes FDA for Fast Tracking Licensure. NVIC Press Release June 27, 2006.

28 Zimm A, Preston D. Merck Gets First U.S. Cancer-Shot Mandate, From Texas. Bloomberg News Feb. 2, 2007.

29 Gardner A. Drugmaker Assists in Pushing for Mandate for HPV Vaccination. Washington Post Feb. 11, 2007.

30 Immunization Act Coalition. HPV Vaccine Mandates for Children in Secondary Schools. Feb. 2, 2015.

31 National Conference of State Legislatures. HPV Vaccine Legislation (2006-2015). June 2015.

32 Centers for Disease Control (CDC). Recommended schedule for active immunization of normal infants and children 1983.

33 American Academy of Pediatrics (AAP).Policy Statement – Increasing Immunization Coverage. Pediatrics 2010; 125(6): 1295-1304.

34 CDC. Recommended Immunization Schedule for Persons Aged 0 Through 18 Years – United States, 2015.

35 CDC. Vaccines and Immunizations: State Vaccination Requirements. Apr. 7, 2015.

36 NVIC. org. State Law and Vaccine Requirements.

37 CDC. Recommended Adult Immunization Schedule – United States, 2015.

38 Fisher, BL. Women, Vaccines & Bodily Integrity. NVIC Newsletter Jan. 14, 2013.

39 Wrangham T. Adults Targeted as Federal Government Prepares to Track the Unvaccinated.NVIC Newsletter Mar. 18, 2015.

40 DHHS. About the Affordable Care Act Law. Nov. 14, 2014.

41 Hamburger T. Obama gives a powerful drug lobby a seat at healthcare table. Los Angeles Times Aug. 4, 2009.

42 The Medicare Newsgroup. What Is the Pharmaceutical Research and Manufacturers of America (PhRMA) and How Is It Involved in Lobbying for Health Care Reform?

43 Milne CP, Kaitlin KI. Impact of the New US Health-Care-Reform Legislation on the Pharmaceutical Industry: Who Are the Real Winners?Clin Pharmacol Ther 2010; 88(5): 589-592.

44 DHHS. Preventive Services Covered Under the Affordable Care Act.  Sept. 27, 2012.

45 Coleman K, Geneson J. Drug coverage & the Affordable Care Act: 34% increase in drug copayments and coinsurance fees compared to the pre-reform market.Health Pocket Feb. 13, 2014.

46 Tan LJ. Vaccine Financing, the Affordable Care Act (ACA) and Immunizations. National Adult and Influenza Immunization Summit May 12, 2015.

47 Biotechnology Industry Organization. BIO Praises Vaccine Access, Certainty, and Innovation Act of 2015. BIO Press Release Feb. 6, 2015. List of BIO members, including AstraZeneca, BioCSL, GlaxoSmithKline, Johnson & Johnson, MedImmune, Merck, Monsanto, Novartis, Pfizer, Sanofi Pasteur.

48 U.S. House of Representatives. 21st Century Cures Act. Subtitle H – Vaccine Access, Certainty, and Innovation. Sec. 2131 – Timely Review of Vaccines by the Advisory Committee on Immunization Practices. Sec. 2142 – Review of Processes and Consistency of ACIP Recommendations. Sec. 2143 – Meetings Between CDC and Vaccine Developers. Pg. 152-158. July 2, 2015.

49 National Institutes of Health (NIH). HIV Vaccine Research. NIAID June 8, 2015.

50 HIV Vaccine Trials Network. An HIV Vaccine: The World’s Best Long Term Hope for Ending AIDS. What’s Next for HIV Vaccines: From Design to Efficacy Testing. July 19, 2015.

51 NIH. Dr. Fauci at IAS 2015: Comprehensive global prevention can end HIV/AIDS pandemic. EurekAlert! July 21, 2015.

52 Harvard Medical School. Safeguarding against chlamydia: vaccine generates double protection in animals. Science Daily June 18, 2015.

53 University of California – Davis Health System. Novel vaccine approach to human cytomegalovirus found effective.Science Daily Sept. 18, 2013.

54 Swadling L, Capone S, Antrobus RD et al. A human vaccine strategy based on chimpanzee adenoviral and MVA vectors that primes, boosts, and sustains functional HCV-specific T cell memory. Science Translational Medicine 2014; 6(26).

55 NIH. NIH launches trial of investigative genital herpes vaccine. NIAID Press Release Nov. 8, 2013.

56 Cameron CE, Lukehart SA. Current status of syphilis vaccine development: Need, challenges, prospects.Vaccine 2014; 32(14): 1602-1609.

57 Zhu W, Chen CJ, Thomas CE et al. Vaccines for Gonorrhea: Can We Rise to the Challenge?Frontiers in Microbiology 2011; 2(124).

58 Michigan State University. Vaccine Developed for E.Coli Diarrheal Diseases That Kill Millions of Children.Science Daily Apr. 14, 2009.

59 Cashin-Garbutt A. Norovirus vaccines: an interview with Dr. Benjamin Lopman, Centers for Disease Control and Prevention. News Medical July 28, 2014.

60 Fletcher HA, Hawkridge T, McShane H. A New Vaccine for Tuberculosis: The Challenges, Development and Deployment.Journal of Bioethical Inquiry 2009; 6(2): 219-228.

61 Fisher BL. Vaccination Costs Increasing. Reforming Vaccine Policy & Law: A Guide.National Vaccine Information Center (NVIC) 2014.

62 Fisher BL. Many New Live Virus and Virus Vectored Vaccines Coming Soon. Pg. 11. The Emerging Risks of Live Virus and Virus Vectored Vaccines: Vaccine Strain Virus Infection, Shedding and Transmission. National Vaccine Information Center (NVIC) 2014.

63 U.S. House of Representatives. 21st Century Cures Act. Sec. 592. Precision Medicine Regarding Orphan Drug and Expedited Approval Programs. Pg. 95-96. July 2, 2015.

64 U.S. House of Representatives. 21st Century Cures Act. Sec. 2063. Streamlined Data Review Program. Pg. 107-108. July 2, 2015.

65  U.S. House of Representatives. 21st Century Cures Act. Subtitle H – Vaccine Access, Certainty, and Innovation. Sec. 2131 – Timely Review of Vaccines by the Advisory Committee on Immunization Practices. Sec. 2142 – Review of Processes and Consistency of ACIP Recommendations. Sec. 2143 – Meetings Between CDC and Vaccine Developers. Pg. 152-158. July 2, 2015.

66 U.S. House of Representatives. 21st Century Cures Act. Subtitle D – Modern Trial Design and Evidence Development. Broader Application of Bayesian Statistics and Adaptive Trial Designs. Pg. 97-98. July 2, 2015.

67 U.S. House of Representatives. 21st Century Cures Act. Sec. 2062. Utilizing Evidence from Clinical Experience. Pg. 100-101. July 2, 2015.

68 Federal Food, Drug & Cosmetic Act Chapter V Sec. 505 (b) (21 U.S.C. 355c) Research into pediatric uses for drugs and biological products.

69 Hudgens NG, Gilbert PB, Self SG. Endpoints in vaccine trials. Statistical Methods in Medical Research 2004; 13: 1-26.

70 U.S. House of Representatives. 21st Century Cures Act. Sec. 2021. Qualifications and Use of Drug Development Tool. (9) Surrogate Endpoint (A) and (B). Pg. 86. July 2, 2015.

71 Council of Europe. Convention for the Protection of Human Rights and Dignity of the Human Being with regard to the Application of Biology and Medicine: Convention on Human Rights and Biomedicine. Apr. 4, 1997.

72 Fisher BL. The Moral Right to Conscientious, Philosophical and Personal Belief Exemption to Vaccination. Presentation to National Vaccine Advisory Committee May 2, 1997.

73 Nir E. Informed Consent. The Stanford Encyclopedia of Philosophy 2011 (Fall Edition).

74 U.S. House of Representatives. 21st Century Cures Act. Subtitle O – Streamlining of Clinical Trials. Sec. 2263- Alteration or Waiver of Informed Consent for Clinical Investigations. Pg. 224. July 2, 2014.

75 Avorn J, Kesselheim AS. The 21st Century Cures Act – Will It Take Us Back in Time?N Engl J Med 2015; 372(26): 2473-2475.

76 Jefferson T. Influenza vaccination: policy versus evidence. BMJ 2006; 333(7574): 912-915.

77 Jacobsen RM, Targonski PV, Poland GA. Why is evidence-based medicine so harsh on vaccines? Why is evidence-based medicine so harsh on vaccines? An exploration of the method and its natural biases. Vaccine 2007; 25(16): 3165-3169.

78 Osterholm M, Kelley NS et al. Efficacy and effectiveness of influenza vaccines: a systematic review and meta-analysis. The Lancet 2012; 12(1): 36-44.

79 Every-Palmer S, Howick J. How evidence-based medicine is failing due to biased trials and selective publication. Journal of Evaluation in Clinical Practice 2014; 908-914.

80 Greenhaugh T, Howich J, Maskrey N. Evidence based medicine: a movement in crisis?BMJ 2014; 348.

81 Merriam-Webster Dictionary. Definition of Bayesian.

82 Institute of Medicine Vaccine Safety Committee. Adverse Effects of Pertussis and Rubella Vaccines: Executive Summary, Research Needs (p. 8) and Afterword on Research Needs (p. 206-207). Washington, DC. National Academy Press 1991.

83 Institute of Medicine Vaccine Safety Committee. Adverse Events Associated with Childhood Vaccines: Evidence Bearing on Causality: Need for Research and Surveillance (p. 305-308). Washington, D.C. National Academy Press 1994.

84 Institute of Medicine Vaccine Safety Forum. Summaries of Two Workshops: Detecting and Responding to Adverse Events Following Vaccination and Research to Identify Risks for Adverse Events Following Vaccination: Biological Mechanisms and Possible Means of Prevention. National Academies Press 1997.

85 Institute of Medicine Committee to Review Adverse Effects of Vaccines. Adverse Effects of Vaccines: Evidence and Causality: Evaluating Biological Mechanisms of Adverse Events (p. 57-102), Increased Susceptibility (p. 82), and Concluding Comments (p. 629-632).  Washington, DC: The National Academies Press 2012.

86 Institute of Medicine Committee on the Assessment of Studies of Health Outcomes Related to the Recommended Childhood Immunization Schedule. The Childhood Immunization Schedule and Safety Stakeholder Concerns, Scientific Evidence and Future Studies: Summary: Health Outcomes (p. 5-6) and Conclusions About Scientific Findings (p. 11) and Review of Scientific Findings (p. 75-98). Washington, D.C. The National Academies Press 2013.

87 Fisher BL. The Vaccine Injury Compensation Program: A Failed Experiment in Tort Reform? Presented to Advisory Commission on Childhood Vaccines Nov. 18, 2008.

88 Holland MS, Krakow RJ. Brief of Amici Curiae National Vaccine Information Center, Its Co-Founders and 24 other organizations in support of petitioners. In: Bruesewitz v. Wyeth filed with Supreme Court of the United States June 1, 2010.

89 Supreme Court of the United States. Bruesewitz v. Wyeth No. 09-152. Justice Sotomayor with whom Justice Ginsberg joins, dissenting Feb. 22, 2011.

90 NVIC. NVIC Cites “Betrayal” of Consumers by U.S. Supreme Court Giving Total Liability Shield to Big Pharma. NVIC Press Release Feb. 23, 2011.

91 Homeland Security News Wire. Sanofi Pasteur to open new flu vaccine plant. Aug. 14, 2007.

92 Palmer E. GSK gets OK for $91M vaccine plant with Texas A&M. Fierce Pharma Manufacturing Mar. 27, 2013.

93 Palmer E. FDA approves Novartis U.S. vaccine plant it is trying to sell: Feds have invested about $500M into the $1B complex. Fierce Pharma Manufacturing June 16, 2014.

94 NIH. NIH funding development of three biodefense vaccines. NIAID Press Release Oct. 7, 2010.

95 PharmaBix.com. US BARDA extends contract with Protein Sciences to support development of flu vaccines. June 19, 2014.

96 Gomstyn A. Two N.J. pharma companies leading search for Ebola vaccine. The Record Dec. 14, 2015.

97 CDC. Vaccines and Immunizations: Campaign Materials. Aug. 20, 2014.

98 1984 Drug Price Competition and Patent Term Restoration Act. What is Hatch-Waxman Act?Regulatory One Dec. 30, 2011.

991986 National Childhood Vaccine Injury Act.

100 1992 Prescription Drug User Fee Act (PDUFA). The Prescription Drug User Fee Act: Structure and Reauthorization Issues.Congressional Research Service Oct. 7, 2002.

101 Barlas S. Pharmacy Group Wants to Change the FDA’s REMS Authority. Pharmacy & Therapeutics 2012; 37(1): 39-40.

102 1997 FDA Modernization Act. FDA Modernization Act of 1997 – The Provisions.Congressional Research Service Mar. 13, 1998.

103 2004 Project Bioshield Act. Impact of Public Law 108-276. Office of Legislative Policy and Analysis.

104 Fisher BL. Letter to Co. Robert P. Kadlec, M.D. (USAF, ret.), Subcommittee on Bioterrorism and Public Health Preparedness, on the Biodefense and Pandemic Vaccine and Drug Development Act of 2005. Nov. 15, 2005.

105 CNBC-TV. Debate on “Vaccine Liability Protection” with Christopher-Paul Milne, DVM, MPH, JD and Barbara Loe Fisher. Closing Bell Dec. 22, 2005. (Begins at 1:20)

106 2006 The Pandemic and All-Hazards Preparedness Act. PL 109-417 Provisions and Changes to Preexisting Law. Congressional Research Service.

 

Source: Vaccine Impact

 

Voir aussiSecret des affaires, Autorisations de mise sur le marché au rabais et opacité des essais cliniques (Formindep, collectif indépendant pour la formation médicale)

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
26 juillet 2015 7 26 /07 /juillet /2015 15:42

« Simplement parce qu’on veut éviter les problèmes, on recule devant la reconnaissance de la réalité, et ça c’est anti-scientifique, totalement anti-scientifique. »

 

Pr Luc Montagnier, Prix Nobel de Médecine

Pr Luc Montagnier: "Les vaccinations de masse ont été désastreuses"

« …Le déni ! Ce qui est dommage, c’est que l’attitude des pouvoirs publics et des institutions dépendant du public ou de leurs représentants préfèrent faire un déni des problèmes plutôt que de les traiter. Il y a des exemples patents, le nôtre par exemple, mais il y en a d’autres. Il y a les rapports avec les effets secondaires des vaccinations. »

 

« Ce n’est pas en niant ces effets secondaires qu’on va aider la vaccination, au contraire. On va tuer les vaccinations qui sont peut-être très utiles.

 

Il faut reconnaître qu’il y a des personnes, des enfants qu’il ne faut pas vacciner dans certaines circonstances. Il ne faut pas que la vaccination soit une vaccination de masse. Les vaccinations de masse ont été désastreuses. On se souvient de l’hépatite B des enfants en âge scolaire par exemple, ou les vaccinations antipolio chez les enfants africains par exemple, sans discrimination.

 

Alors, ça demande davantage d’efforts médicaux, mais c’est très important qu’il n’y ait aucun mort par vaccination. Même une seule mort serait de trop ou une maladie grave, ou une maladie grave handicapant à vie l’enfant.

 

Si on fait un déni de ces événements, simplement parce qu’on veut éviter des problèmes, on recule devant la reconnaissance de la réalité, et ça c’est anti-scientifique, totalement anti-scientifique. »

 

VIDEO : interview du Pr. Luc Montagnier (TV locale Strasbourg) :

 

Et ci-dessous, une des nombreuses vidéos qui confirment à 100% les vues du Professeur Montagnier sur les douloureux (et inutiles) fiascos des vaccinations de masse, par définition aveugles...

Repost 1
25 juillet 2015 6 25 /07 /juillet /2015 14:43

La notice du vaccin Tripedia (diphtérie-tétanos-coqueluche), fabriqué par Sanofi Pasteur et commercialisé aux Etats-Unis reprend explicitement dans les effets secondaires l'autisme et la mort subite du nourrisson (dont l'acroyme anglais est "SIDS" pour "sudden infant death syndrome"). Pour les visiteurs de ce site, cela n'est pas vraiment étonnant mais pour tous les autres... quel saut de conscience! Car oui, les fabricants le savent et cette notice remonte déjà à... 2005! Et il est bon de diffuser ou rediffuser cette information, plus utile que jamais.

 

Le vaccin Tripedia (diphtérie, tétanos, coqueluche) "sans conservateur" mais néanmoins capable de causer la mort subite du nourrisson et l'autisme en autres joyeusetés...

 

Pendant que des médecins traitants manipulés et des experts sanitaires lénifiants essaient de vous convaincre coûte que coûte qu'il n'y a pas de lien entre ces problèmes de santé et les vaccins, les fabricants eux, l'ont pourtant déjà admis depuis longtemps. Alors, qui des deux ment et qui a le plus des deux intérêt à mentir sur base d'un tel positionnement? Posez-vous svp cette question à temps car elle est cruciale:

 

- Pensez-vous que l'industrie aurait intérêt à reprendre ces effets secondaires dans ses notices si cela n'était pas vrai? Quel est donc son intérêt à l'avouer? Et pourquoi aussi pensez-vous que ce type d'infos figurent sur des notices américaines et pas sur les notices européennes et notamment francophones? C'est simple: aux Etats-Unis, les fabricants jouissent d'une impunité juridique totale qui leur a été accordée par la Cour Suprême du pays. Par conséquent, ces aveux dans les notices ne font courir aucun risque aux fabricants et eux peuvent dire "nous, on l'avait dit, ce sont les autorités officielles qui décident, recommandent voire imposent". Et voilà, comment le patient finit une fois encore perdant et esclave!

 

- En revanche, l'intérêt des autorités sanitaires et des médecins à dissimuler ces vérités est manifeste: les vaccins rapportent beaucoup à une majorité de médecins généralistes et pédiatres; quant aux autorités sanitaires officielles, elles se sont immensément investies pour soutenir et tout simplement rendre possible la vente des vaccins qui n'auraient jamais trouvé autant de preneurs sans cette apparence de crédit officiel. Dans les deux cas, reconnaître cela exposerait les médecins qui ont vacciné et les autorités officielles qui ont approuvé et recommandé ces vaccins, voire rendus obligatoires dans certains pays, à un risque exorbitant de poursuites judiciaires. Il ne faut donc guère s'étonner que les médecins et les autorités sanitaires dites "publiques" s'entêtent à nier et à parler de "coïncidences". 

 

En concusion, ne vous faites plus leurrer, il s'agit de la santé de vos enfants. Ne vous faites plus enfumer par des articles de presse bâclés et biaisés se limitant à traîner dans dans la boue des chercheurs comme le Dr Wakefield (dont les travaux sur les effets du vaccin ont été reproduits par d'autres équipes de chercheurs non contestés) et qui créent des associations incomplètes dans votre esprit. Aussi, on le voit bien, le vaccin contre la rougeole n'est hélas pas le seul qui soit associé ni le seul qui puisse engendrer des cas d'autisme. C'est hélas aussi le cas du vaccin contre l'hépatite B, du vaccin diphtérie-tétanos-coqueluche et de l'Infanrix hexa par exemple. On remarquera aussi au final la belle mention "sans conservateur" ("conservative free") sur la boîte du vaccin Tripedia (vaccin DTC), preuve que le problème de l'autisme est hélas très loin de se réduire à la seule présence de mercure dans certains vaccins! Chez certains enfants, pour des raisons métaboliques individuelles, cela peut être l'aluminium qui va faire tomber le sujet dans l'autisme, et pour d'autres cela pourra être l'effet viscérotrope de certains virus, comme cela se voit avec le vaccin ROR, qui est un vaccin à virus vivant sans aluminium ni mercure. Ne pas oublier qu'un mécanisme physiopathologique n'en exclut pas forcément un autre selon les sujets et que les idéologues de la vaccination n'ont AUCUNE idée précise des effets détaillés à court, moyen ou long terme que les vaccins peuvent infliger au corps par l'entremise du système immunitaire...

 

Voir aussi:

 

Tous les vaccins sont expérimentaux: voici pourquoi

 

Vaccins: le vrai scandale des faux placebos

 

Les vaccins, grande cause de mort subite du nourrisson

 

Mort subite du nourrisson & vaccins: un rapport accablant...

 

Vaccins & mort subite du nourrisson

 

La sécurité des vaccins pose vraiment problème: les officiels le savent

 

La vaccination provoque l'autisme. Voici ce qu'ils savent...

 

Cas d'autisme: pour le tribunal de Rimini, "c'est la faute du vaccin"

 

Un tribunal italien accorde une indemnité à vie à un garçon devenu autiste après le vaccin Infanrix hexa

 

Vaccins & autisme: l'énorme scandale. Un officiel américain avoue que le CDC a dissimulé des données

 

Vaccins & autisme: le camouflage qui continue de détruire des milliers d'enfants

 

22 études scientifiques montrent que les vaccins peuvent causer l'autisme

 

Fraude du CDC: dissimulation d'un risque d'autisme de 340% lié aux vaccins

 

Une nouvelle étude du MIT incrimine l'aluminium vaccinal, y compris dans l'autisme

 

Une Cour fédérale américaine reconnaît le lien entre autisme et vaccins chez deux enfants

 

L'autisme a-t-il existé avant les vaccins?

 

Autisme cancer liés à l'ADN foetal présent dans les vaccins

 

La vérité sur l'autisme post-vaccinal: un nouveau livre sur un immense scandale

L'autisme et la mort subite repris dans la notice du vaccin diphtérie-tétanos-coqueluche
Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
24 juillet 2015 5 24 /07 /juillet /2015 14:50

Après avoir été témoins de réactions « infernales », des parents irlandais implorent les services de Santé (HSE) d’abandonner le vaccin contre le HPV

 

Par Aoife Finneran, Irish Sun Online

Irlande: protestations parentales contre les effets infernaux du Gardasil

Des parents dont les enfants avaient reçu le vaccin contre le HPV l’ont accusé d’avoir « détruit » la vie de leurs filles.

 

Ces parents ont demandé aux services de Santé de suspendre le programme de vaccinations jusqu’à ce que l’étude de vaccinovigilance européenne soit terminée.

 

Depuis mai 2010, 600.000 doses du vaccin Gardasil ont été distribuées en Irlande.

 

Ce vaccin a également été utilisé chez 72 millions de personnes dans le monde entier pour prévenir le cancer du col de l’utérus comme d’autres formes de cancer causées par le virus HPV.

 

Cependant, un nombre croissant de parents disent que leurs filles ont souffert de réactions graves et durables à la suite de l’injection du vaccin. Ces jeunes-filles ont souffert de fatigue chronique, de douleurs articulaires, de douleurs thoraciques et de rythmes cardiaques anormaux.

 

Fiona Lawlor, 15 ans, est tombée évanouie dans l’heure qui a suivi l’injection du Gardasil en septembre 2012.

Irlande: protestations parentales contre les effets infernaux du Gardasil

Selon son père Phil, sa santé n’a cessé de se dégrader depuis.

 

D’une manière poignante, il explique qu’initialement, il souhaitait vraiment que sa fille Fiona fasse le vaccin, en précisant : «  Ma mère a souffert du cancer du col, mais le mal a été pris à temps et on a pu la guérir. »

 

Après avoir reçu sa première injection, Fiona a passé trois semaines au lit avec des symptômes pseudo-grippaux. Elle a ensuite développé des douleurs articulaires, de la fatigue chronique et n’a plus été capable de retourner à l’école à plein temps.

 

Phil explique : «  Avant Noël 2012, elle a dû être hospitalisée pendant quatre jours pour des douleurs thoraciques et une forte tension artérielle. » «’Tout ce que je veux c’est qu’on supprime ce vaccin ».

 

Fiona a été examinée par plusieurs médecins et aucun n’a pu expliquer ses symptômes ou conseiller des traitements appropriés.

 

Phil explique : « Avant qu’elle ne fasse le vaccin, elle était très active. Elle pratiquait le camogie, jouait football et pratiquait l’équitation. Aujourd’hui, elle n’a plus d’énergie et souffre sans arrêt. »

 

Les autorités de régulation des produits de santé – qui autorisent l’usage de tel ou tel médicament – ont reçu 861 rapports d’effets secondaires soupçonnés d’être associés au Gardasil.

Irlande: protestations parentales contre les effets infernaux du Gardasil

Trois de ces rapports avaient trait à l’algoneurodystrophie et au syndrome de tachycardie orthostatique posturale (STOP). Ces problèmes font actuellement l’objet d’une étude par l’Agence Européenne des Médicaments pour leur lien potentiel avec le vaccin.

 

Le programme de vaccination HPV est organisé par le HSE (Services de Santé Publique) et appliqué à toutes les filles de 12 ou 13 ans. Bien que la vaccination ne soit pas obligatoire, le taux de participation est d’environ 84 pour cent.

Irlande: protestations parentales contre les effets infernaux du Gardasil

Le vaccin est administré en 3 injections

 

L’adolescente  de Dublin Kelly Power n’a eu aucune réaction à ses premières injections en 2011. Mais après la troisième, elle a développé des douleurs chroniques du dos, de la fatigue chronique, de graves maux de tête et une insuffisance thyroïdienne.

 

Sa maman Kiva a expliqué : « Avant que tout cela n’arrive elle était en bonne santé, très sportive, très active et très intelligente. Elle n’a jamais manqué l’école.

 

« Depuis sa troisième injection, tout a mal tourné. »

 

Kelly qui a maintenant 17 ans, a raté la plupart de ses deux dernières années et demi d’école. Sa maman ajoute : «  Elle ne peut pas poursuivre ses études et nous ne savons pas comment elle va être en mesure de pourvoir à ses besoins. Je veux tout juste que l’on retire ce vaccin pour que ce qui nous est arrivé ne se produise pas pour d’autres filles. Mais pour nous, il est malheureusement trop tard. » 

 

Source: The Sun.ie

 

Voir aussi:

 

Lésions cérébrales après le Gardasil: parents & ados doivent le savoir AVANT la vaccination!

 

"Voilà ce que le vaccin HPV a fait à ma fille..."

 

Décès de Karen, 16 ans, après des troubles auto-immuns déclenchés par deux injections de Gardasil

 

Le vaccin contre le cancer du col a coûté la vie à notre fille

 

Irlande: les survivantes du Gardasil lancent un groupe de soutien

 

Manifestations dans les rues de Colombie contre le Gardasil 

 

Désastre du vaccin Gardasil au Danemark: le documentaire

 

Japon: le Ministère retire sa recommandation en faveur des vaccins Gardasil et Cervarix

 

Vaccins anti-HPV: rapport bénéfices/risques défavorable (Annals of Medicine)

 

Traitements orthomoléculaires des effets secondaires des vaccins HPV Gardasil et Cervarix

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article
23 juillet 2015 4 23 /07 /juillet /2015 20:34

Les parents des victimes du vaccin contre le HPV protestent dans les rues de Colombie

 

Par Norma Erickson 18 juillet 2015

Manifestations dans les rues de Colombie contre le Gardasil

Protestations contre le vaccin Gardasil dans les rues de la Colombie

 

Une fois de plus, les informations concernant les dommages causés par le vaccin Gardasil sont systématiquement censurées par les médias américains. Grâce à Norma Erickson de SaneVax.org, nous pouvons vous apporter ces informations sur la Colombie où tout récemment des parents de victimes des vaccins contre le HPV se sont rassemblés pour protester dans les rues.

 

Le 16 février 2015, la Colombie a promulgué une nouvelle loi (1751, 2015) qui stipule que la santé humaine est un droit fondamental autonome. En tant que droit fondamental, cela implique que les services de promotion de la santé, la prévention des maladies, le diagnostic, le traitement, la récupération, la réhabilitation et les soins palliatifs devraient être assurés sous la responsabilité de l’Etat pour toute personne sans distinction d’aucune sorte. Ce que cela va signifier vraiment pour les survivants colombiens des vaccinations contre le HPV reste à voir.

 

Théoriquement, cette nouvelle loi permettrait de garantir que les victimes d’effets indésirables graves après vaccination contre le HPV pourraient avoir accès à des tests diagnostic et aux traitements nécessaires pour pouvoir recouvrer leur ancien état de santé, indépendamment de leur statut d’assurance-maladie, de leur statut social ou de l’endroit où ces personnes résident. Tout ceci est particulièrement d’actualité depuis que le gouvernement a rendu les vaccins contre le HPV obligatoires qui ont apparemment endommagé la santé de tant de jeunes femmes colombiennes.

 

Le 26 février 2015, Fernando de la Hoz a démissionné de son poste de directeur général de l’INS (Institut national de la Santé). Malgré le fait que de la Hoz ait occupé ce poste pendant un peu plus d’un an, il affirme que sa démission n’a rien à voir avec la récente controverse sur la multitude de nouveaux cas médicaux graves qui sont survenus après le récent programme de vaccination contre le HPV en Colombie.

Fernando de la Hoz

 

Fernando de la Hoz a dit que sa démission n’a pas été liée à la réaction des parents colombiens qui croient que leurs filles sont les survivantes de graves réactions indésirables ayant fait suite aux vaccins contre le HPV. Cette situation  serait le résultat d’un rapport compilé par l’Institut national de la Santé (INS) qui a déclaré que les symptômes produits par ces jeunes-filles étaient le résultat d’un syndrome psychogène de masse.

 

Les parents manifestent pour leurs filles

Manifestations dans les rues de Colombie contre le Gardasil

 

Le 6 mars 2015, des centaines de parents de jeunes-filles ayant connu des problèmes de santé après la seconde dose du Gardasil, ont défilé dans Carmen de Bolivar pour attirer l’attention sur les graves problèmes de santé auxquels leurs filles étaient confrontées.

 

Le 8 mars 2015, en conjonction avec des défilés célébrant la journée internationale de la femme, ainsi qu’avec la marche pour la vie, les parents de Carmen de Bolivar ont été rejoints par d’autres marcheurs qui avaient manifesté à Bogota, Cali, Medelin et Sincelejo.

 

Selon Jaun Carlos Jimenez du Comité des parents de filles de Carmen de Bolivar, toutes les marches ont été axées sur les demandes suivantes au gouvernement :

 

-Mener des études pour déterminer la cause exacte des problèmes de santé qui ont touché un si grand nombre de personnes après l’administration des vaccins contre le HPV.

 

-Fournir un traitement adéquat pour les 800 filles connues à ce jour pour être affectées par des problèmes de santé.

 

-Suspendre l’utilisation des vaccins contre le HPV en Colombie jusqu’à ce que les problèmes de sécurité soient résolus.

 

Les parents des filles touchées disent que les autorités sanitaires gouvernementales ont éliminé toute possibilité d’établir de véritables diagnostics, comme de mettre au point des traitements pour leurs enfants parce qu’elles ont adopté la théorie mise en avant par l’Institut national de Santé colombien (INS), étude qui indique que le vaccin n’a aucun rapport avec ces maladies qui seraient en fait dues à un syndrome psychogène de masse.

 

Tout ceci fait en sorte que des centaines de parents colombiens désespèrent par rapport aux réponses qu’ils pourraient recevoir, ainsi que par rapport aux protocoles de traitements qui seraient nécessaires pour leurs filles. Ces parents pensent que leurs filles sont tout simplement des survivantes de réactions indésirables aux vaccins contre le HPV.

 

Des professionnels de santé indépendants marquent leur accord avec les parents

 

Dr Yehuda Shoenfeld

Le Dr Yehuda Shoenfeld, sans doute le plus grand expert mondial des troubles auto-immuns, a choqué le public du IIIème Symposium Colombien sur l’Auto-immunité en déclarant qu’il ne recommanderait pas ces vaccins contre le HPV pour sa propre fille.

 

Lorsqu’on l’interrogea sur la théorie de la psychogénèse de masse sensée expliquer les nouveaux problèmes médicaux qui se produisent chez de nombreuses filles colombiennes peu de temps après la vaccination  contre le HPV, il a répondu :

 

"Bien qu’il soit connu qu’il y a parfois des réactions de panique, surtout chez les femmes, il est très peu probable que les symptômes présentés après avoir reçu le vaccin soient dus à des raisons psychologiques, tout spécialement si l’on prend en compte ce qui se passe dans les différentes parties du monde avec les mêmes signes et symptômes

 

Lorsque nous avons administré le vaccin à des souris, elles ont présenté les mêmes symptômes que les filles touchées. Je ne crois pas que les souris puissent s’ensorceler l’une l’autre. Comme pour tout médicament prescrit à un patient, il nous faut  examiner si certains vaccins sont bien nécessairesSi les effets négatifs l’emportent sur les avantages, le vaccin ne devrait pas être prescrit."

 

 

Pour le Dr Shoenfeld, les vaccins contre le HPV entrent dans cette catégorie. Selon le Dr Shoenfeld, la chose a bien été démontrée en Colombie où des centaines de jeunes filles ont souffert de maladies auto-immunes directement causées par le vaccin.

 

Le Dr Shoenfeld a précisé :

 

"S’il y a un cas ou une avalanche de cas, les problèmes doivent être étudiés de la meilleure manière possible. Dire qu’il s’agit d’un problème psychologique ou viral ne suffit pas. Il convient que des scientifiques de différentes disciplines étudient le problème.

 

Nous pensons que l’aluminium est une substance toxique pour le cerveau. Il s’accumule et continue de s’y accumuler pendant des semaines et des mois. Il est un peu comme un cheval de Troie pour le cerveau. L’aluminium est une neurotoxine. La recherche expérimentale montre clairement que les adjuvants aluminiques sont susceptibles d’induire de graves troubles immunologiques chez les humains. Les adjuvants aluminiques en particulier comportent le risque d’entraîner des problèmes d’auto-immunité, l’inflammation du cerveau, ainsi que des complications neurologiques à long terme. Ces adjuvants aluminiques peuvent dès lors avoir des conséquences profondes et généralisées sur la santé."

 

Selon le Dr Juan Manuel Anaya, directeur du Centre pour maladies auto-immunes, de l’Université de Rosario, le développement des maladies auto-immunes est une question d’une importance primordiale quand il s’agit des vaccins.

 

Le problème est que le rapport bénéfices-risques de développer des maladies auto-immunes après la vaccination contre le HPV n’a pas encore été résolu.

 

Il s’agit de se rappeler les paroles du Dr. Yehuda Shoenfeld : « Si les effets négatifs l’emportent sur les avantages, le vaccin ne devrait pas être prescrit ».

 

Le propre document de Merck concernant les renseignements posologiques spécifie que pour 100 000 personnes qui utilisent le Gardasil, 2500 événements indésirables graves seraient à prévoir.

 

Selon la FDA, un événement indésirable grave doit correspondre à l’un des critères suivants : la mort, un élément qui met la vie en danger, une hospitalisation, une invalidité ou des dommages permanents, une anomalie congénitale/ une malformation de naissance, ou la nécessité d’une intervention pour prévenir une déficience permanente.

 

 

Sauvons nos enfants ! Des parents et des survivants du vaccin contre le HPV marchent dans les rues de la Colombie pour montrer qu’ils se sentent abandonnés dans le silence général.

 

Aucun pays au monde ne présente un taux de cancers du col de l’utérus dans la proportion de 2.500/100.000

 

Il est un fait que le Malawi présente actuellement le taux le plus élevé de diagnostics du cancer du col de l’utérus dans le monde. Il est de 75,9/100 000. - Aucune personne saine d’esprit n’échangerait ce chiffre pour 2500 événements indésirables graves par tranche de 100 000 personnes vaccinées.

 

Lorsqu’il s’agit des vaccins contre le HPV, il est clair que les bénéfices ne l’emportent pas sur les risques.

 

Le temps est venu de mettre fin à tous ces programmes de vaccination contre le HPV jusqu’à ce que les questions de sécurité et d’efficacité soient résolues et scientifiquement démontrées.

 

Il faut arrêter de sacrifier nos enfants sur l’autel du Plus Grand Bien !

 

L’argent et le  profit ne doivent JAMAIS l’emporter sur la santé des enfants !

 

Lire l’entièreté de l’article (en anglais) sur SaneVax.org

 

Source : Health Impact News

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article
21 juillet 2015 2 21 /07 /juillet /2015 18:57

L’histoire dramatique de Zara

 

15 juillet 2015, Las Vegas Newborn Photographer (Résumé)

Vaccins: l'histoire dramatique de Zara

Mon cœur a hésité de nombreux mois avant que je me décide à publier cette histoire déchirante de la petite Zara. Je voulais raconter ce qui  est arrivé à cette petite fille douce, aimante, dynamique, pleine de vie, comme aussi honorer sa mémoire. Je m’étais spécialisée en photographies de nouveau-nés

 

Zara Antoinette Shiel est née le 26 juillet 2013.

 

C’est en revenant de vacances que j’ai reçu le coup de fil d’une maman me demandant de photographier sa petite fille. Il y a eu quelque chose dans la voix de la maman qui m’a donné envie de la rappeler. J’ai très vite sympathisé avec cette belle famille et j’ai photographié toute la famille, les frères, et bien sûr la petite Zara. L‘histoire de ce couple m’a véritablement touchée. J’ai réalisé qu’il fallait vraiment que nous nous rencontrions. C’est comme cela que nous sommes devenus d’excellents amis. J’ai beaucoup aimé voir grandir Zara. J’aimais être mise au courant des aventures de cette petite famille adorable.

Vaccins: l'histoire dramatique de Zara

L’automne dernier, à nouveau, la maman de Zara, Carla me contacta pour que je puisse photographier sa petite fille. J’en fus très heureuse ! J’adore photographier les nouveau-nés, découvrir leurs petites personnalités uniques, voir les mamans tenir pour la première fois leur bébé dans les bras. J’aime aussi entretenir des liens avec les familles. Tout cela me rend très heureuse et remplie de gratitude.

 

Pour les prises de vues, la famille de la petite Zara avait choisi le cadre du lac de Las Vegas. Contrairement aux réactions habituelles des tout petits, Zara a de suite voulu que je la prenne dans les bras. On aurait dit que je la fascinais. J’étais aux anges et aurais tellement voulu avoir une photo avec elle dans mes bras.

 

Le 19 novembre 2014 j’ai, dans la matinée envoyé les dernières photos de Zara à sa famille. A midi, je venais à peine de me réveiller d’une petite sieste quand j’ai entendu la voix de Matt, le papa de Zara, qui me disait que Zara venait de mourir ! Il me demandait d’une manière désespérée que je lui fasse parvenir tous les clichés que j’avais pris de Zara, qu’ils en avaient vraiment besoin. Matt racontait toute son histoire d’une voix relativement calme, comme s’il était « en pilotage automatique ». C’est au moment où j’ai demandé dans quel état se trouvait Carla, la maman, que la voix de Matt s’est brisée.

 

Matt m’a expliqué que son épouse avait, la veille, pris  un rendez-vous chez le médecin pour la visite médicale habituelle et que Zara avait reçu sa série de vaccins de 15 mois. Le lendemain matin Zara fut trouvée morte dans son berceau. C’était inimaginable, impensable et déchirant. Je ne parvenais même pas à l’imaginer, explique le papa. - Evidemment, j’ai de suite envoyé toutes les photos demandées […].

Vaccins: l'histoire dramatique de Zara

La vie est tout à fait imprévisible. Elle est parfois tragiquement courte, et tout ne semble  pas toujours juste. Il y a cependant, des détails, des petits moments, des traits de personnalité, des relations, qui sont des choses qui comptent vraiment. Ces choses précieuses ne peuvent être remplacées par des heures de travail, de l’agent ou quoi que ce soit que l’on puisse espérer.

 

Parfois, je reste éveillée la nuit me demandant comment cette famille a pu traverser cet horrible cauchemar, comment elle a pu continuer à vivre après pareil drame. Le soir, ils ont mis leur petite fille au lit et quand ils se sont réveillés le matin, elle n’était plus là !

 

Sur mon blog, j’ai vraiment voulu faire tout ce qui fallait pour aider et honorer cette famille. Je voulais que la mémoire de Zara continue à vivre. Je voulais que tout le monde sache quelle merveilleuse petite fille était Zara, dynamique, pleine de vie et tellement aimée ! Je savais qu’il me fallait parler à Carla. Nous avons parlé des heures par téléphone. - Elle m’a expliqué qu’elle tenait Zara sur ses genoux après qu’elle eut remarqué les symptômes que voient tellement de parents après les vaccinations. La douce petite Zara avait de la fièvre et était un peu difficile. Carla a vérifié les sites d’injection et n’a rien remarqué de particulier. Elle semblait voir sa petite fille comme au travers des photos que je lui avais envoyées. Elle l’a mise au lit comme elle faisait toujours et la famille s’est préparée pour la nuit. Aucun des membres de la famille n’aurait pu imaginer que leur vie n’allait bientôt plus jamais être la même. Quand ils se sont réveillés le matin, les parents sont d’emblée entrés dans le  pire cauchemar que des parents puissent vivre : Zara était morte pendant la nuit. […]

 

Quand Carla parlait, je sentais comme une tonalité d’agonie dans sa voix. Elle avait tellement besoin d’obtenir des réponses ! Elle se cramponnait à l’espoir que l’autopsie de Zara saurait faire toute la lumière sur la cause de sa mort. Elle exprimait sa plus grande crainte que le cas de Zara fût classé comme étant un cas de mort subite et inexpliquée de l’enfant (Sudden Unexplained Death in Childhood, SUDC).

 

Nous avons décidé d’attendre les résultats d’autopsie avant de publier l’histoire sur mon blog pour que nous puissions soumettre mon article à n’importe quelle organisation qui aurait pu faire un don.

 

La maman n’arrêtait pas de se demander comment une petite fille heureuse et en parfaite santé pouvait décéder en moins de 24 heures après avoir reçu des vaccins sans qu’il y ait un lien avec un mauvais état de santé sous-jacent.

 

Il a malheureusement fallu plus de 3 mois pour recevoir les résultats d’autopsie de Zara. La famille a donc dû passer les fêtes de Noël et de fin d’année amputée d’un membre de leur famille. Les parents ont voulu tout faire pour que leurs garçons, eux, ne manquent de rien. C’est très fréquemment que la famille a contacté le médecin légiste dans l’espoir de pouvoir enfin obtenir le rapport final d’autopsie.

 

Finalement, les résultats de l’autopsie sont arrivés et le pire cauchemar des parents s’est réalisé : la cause officielle du décès de Zara avait été répertoriée comme « indéterminée ». Ce fut là un coup très dur pour toute la famille. Il n’y avait pas de maladie cardiaque ou autre problème de santé sous-jacent pour expliquer la mort de Zara. Dès les premiers jours qui suivirent le décès de Zara, un fonds fut créé pour venir en aide à des organisations qui pourraient contribuer à ce que pareils drames ne puissent  jamais plus se reproduire dans d’autres familles. Depuis le début du drame, ce fut le plus profond désir de la famille de pouvoir en aider d’autres à continuer à vivre s’ils étaient privés d’un de leurs enfants, comme à endurer la douleur qu’ils vivaient. A ce jour, la famille estime que la mort de leur petite fille a été causée par les vaccinations. La famille est aussi décidée à faire l’impossible pour poursuivre ses recherches afin que les consciences s’éveillent et que pareils drames ne se reproduisent plus jamais à l’avenir. L’organisation que la famille Shiel aimerait vraiment soutenir c’est le NVIC (National Vaccine Information Center) L’espoir de la famille c’est de pouvoir élever le niveau de conscience des gens pour pouvoir sauver la vie d’autres enfants.

Vaccins: l'histoire dramatique de Zara

Source : Little Loo Photography

 

Commentaire de Laura Hayes, mère d’enfants victimes de vaccins :

 

Merci de diffuser cette histoire déchirante (une histoire qui devient malheureusement un peu trop commune) afin que d’autres personnes puissent ouvrir leurs yeux, leurs cœurs et leurs esprits.

 

Aucun vaccin n’est sûr… pas un seul… à n’importe quel âge… dans quelque combinaison que ce soit. Dire (mentir) que certains enfants sont « sensibles » est ridicule.Tous les enfants peuvent être sensibles aux handicaps, aux maladies chroniques ou aux décès que peuvent induire les vaccins. Ceux qui ont souffert de dommages vaccinaux n’avaient pas nécessairement des problèmes de santé (ceci inclut chaque personne/enfant qui reçoit des vaccins, car tous les vaccins quels qu’ils soient provoquent un certain degré de dommages).Mettre le blâme sur les enfants/personnes sensibles est contraire à l’éthique. Tout cela ne sert qu’à tromper un peu plus le public par rapport aux horribles dangers des vaccins. C’est un peu comme si on disait que quelque chose ne tourne pas rond chez une personne qui ne supporte pas de boire de l’arsenic. Les vaccins sont des poisons, c’est clair et net. Les vaccins sont aussi des produits toxiques qui peuvent endommager les systèmes immunitaire et nerveux. Ils sont aussi dommageables pour la flore intestinale et ils peuvent aussi entraîner la mort.

 

On doit cesser de dire « beaucoup trop, et trop tôt » pour dire que « les vaccins sont une arnaque totale et que les parents doivent savoir qu’en autorisant les vaccins pour leurs enfants, ils permettent tout simplement qu’on les empoisonne ».

 

Aucun vaccin n’est sûr… pour qui que ce soit…à n’importe quel âge… dans n’importe quel endroit. Ils peuvent détruire la santé et handicaper le développement. Ils peuvent aussi tuer.

 

Il n’y a pas lieu d’être gêné de refuser des vaccins toxiques. C’est plutôt une raison d’être fier. Vous n’avez aucun intérêt à nuire ou à tuer votre propre enfant.

 

Vous devez vous rappeler qu’il existe mille et une façons de protéger la santé de vos enfants, de l’entretenir, de l’améliorer. Ces moyens sans risques et efficaces existent. Des moyens qui ne font aucun mal et qui ne détruisent pas peu à peu la santé comme le font les vaccins. Ne comptez pas sur votre médecin, ni sur les organismes gouvernementaux pour tout vous dire sur les vaccins. Vous devez effectuer votre propre recherche. 

 

Arrêtez la folie vaccinale. La santé et le bien-être de vos enfants sont entre vos mains. Il est urgent de réclamer à tout le moins la liberté vaccinale pour tous!

 

Je suis de tout cœur avec la famille de Zara et j’espère que les parents ne toléreront plus qu’un seul vaccin puisse les endommager.

 

J’écris tout ceci à partir de mon expérience personnelle, car dans notre famille nous avons dû payer le prix fort en dommages vaccinaux. Oh, combien j’aurais souhaité que quelqu’un me parle des dangers et de l’inefficacité des vaccins, et de l’immense corruption qui règne en ce domaine. Oh, combien j’aurais souhaité avoir écouté mes instincts maternels.

 

En dernier lieu rappelez-vous que les vaccins concernent surtout leur richesse et non la santé de votre enfant.

 

Laura Hayes

Vaccins: l'histoire dramatique de Zara
Une fois encore, il faut souligner dans ce dossier la perte totale de bon sens, l'ignorance et/ou l'idéologie. Comment peut-on oser écrire que "la cause de la mort est indéterminée"?! Si la petite était morte après un coup de marteau sur la tête, cela aurait été mentionné mais non, avec les vaccins, l'omerta doit demeurer, il faut absolument continuer de faire croire au public que les vaccins ne peuvent pas tuer ou handicaper gravement. Ce tabou coûte extrêment cher en souffrances inutiles et en vies humaines sacrifiées. Si vous ne voulez pas que votre enfant fasse partie des enfants sacrifiés inutilement par les vaccins, il est devenu alors urgent de vous demander si vous préférez prendre le risque d'une maladie infectieuse naturelle dont seul un infime pourcentage débouche sur des complications graves et/ou irréversibles (en sachant que votre enfant dispose déjà d'un système de défense naturel, à savoir son système immunitaire, que la Nature a pu perfectionner pendant des millions d'années d'évolution antérieure) ou bien si vous continuez de faire confiance dans les recommandations d'experts qui non seulement conseillent sans en savoir suffisamment sur le fonctionnement du système immunitaire mais qui en plus mentent effrontément sur les risques des vaccins depuis des décennies et n'assumeront aucunement les conséquences humaines et financières dramatiques de leurs "bons conseils"...

 

Repost 1
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
19 juillet 2015 7 19 /07 /juillet /2015 21:25

La vidéo qui suit va sans doute vous sembler très technique, avec tout un jargon médical très obscur pour certains d'entre vous. Mais ce qu'il faut retenir, c'est que le Gardasil (comme bien d'autres vaccins d'ailleurs) est tout à fait en mesure de causer des lésions cérébrales objectivables à l'imagerie médicale (ici à l'IRM) et que ces lésions peuvent mener directement ou indirectement au décès.

 

Dans cette vidéo sur "les atteintes neurologiques et le vaccin anti HPV", la neuropédiatre française, le Pr Isabelle Desguerre, rapporte notamment l'histoire de Marion, une jeune fille de 14 ans, élève brillante, et sans aucun antécédent médical particulier.

 

Dix jours après sa seconde injection de Gardasil, la santé de l'adolescente commence à se dégrader avec une hypersomnie diurne (= excès de sommeil en journée, plus de 8 heures par jour), des difficultés à dormir la nuit et de problèmes de concentration. Cette situation calamiteuse amène assez logiquement à une déscolarisation pendant trois semaines au terme de laquelle les choses s'améliorent légèrement bien que la jeune fille, jadis excellente élève, reste anormalement lente et éprouve des difficultés à se concentrer. 

 

Un premier bilan médical qui comprend une IRM montre (cf. ci-dessus) un hypersignal localisé dans les séquences T2 et Flair au niveau du lobe pariétal du cerveau. La mémoire et la logique semblent conservées mais  l'adolescente avait néanmoins des comportements compulsifs (fuguer, rentrer dans un magasin et voler sans plus se rappeler par la suite pourquoi elle l'avait fait, etc.) et c'est pourquoi il fut conseillé aux parents de faire suivre leur fille par un pédopsychiatre...

 

Quelques mois plus tard, en juin 2009, la jeune fille reconsulte car les troubles du comportement sont devenus criants, témoignant d'une désinhibition frontale: elle se déshabille dans la rue, va avec n'importe quel homme qu'elle ne connaît pas et elle présente des troubles du jugement flagrant. L'évaluation conclut alors à un trouble cognitif avec atteinte conjointe de la mémoire. D'une élève brillante, on passe donc à une élève sévèrement handicapée sur le plan cognitif. 

 

La jeune fille subit alors une batterie d'examens. Une IRM bien sûr, laquelle montre un aspect tout à fait particulier pour une enfant de cet âgé, à savoir des petits hypersignaux péri-ventriculaires que vous pouvez constater sur l'image ci-dessous par le halo blanc autour des ventricules cérébraux et qui ne sont donc pas du tout anodins ou banaux chez les enfants (sur cette séquence IRM de type "flair"):

Lésions cérébrales après le Gardasil: parents et ados doivent le savoir AVANT la vaccination!

Un bilan médical est donc refait, avec une foule d'autres examens médicaux, y compris invasifs comme une ponction lombaire. Cette dernière montre une synthèse intrathécale qui signe donc la survenue d'un évènement immunologique dans son liquide céphalo-rachidien. Divers anticorps anti-neuronaux recherchés reviennent négatifs et le tableau n'est donc pas celui d'une maladie auto-immune telle qu'elle se présente habituellement. Pas de trace non plus d'infections récentes ou semi-récentes.

 

En revanche, la trace de démyélinisation sur l'IRM semble s'être aggravée par rapport à la première IRM réalisée au début des troubles. Ci-dessous, l'aggravation (sur l'image de droite) de la lésion par rapport à l'IRM antérieure (à gauche):

Lésions cérébrales après le Gardasil: parents et ados doivent le savoir AVANT la vaccination!

Les  spécialistes en neuropédiatrie demandent même de l'aide aux spécialistes en médecine interne adulte, pensant avoir "loupé quelque chose" (c'est donc dire comme les vaccins peuvent induire des tableaux complexes et tout à fait "hors normes" par rapport aux maladies qui surviennent plus naturellement....). Le corps médical, fidèle à ses "traitements passe-partout" (entendez par là: ce qu'il prescrit presque par déduction, quand il ne sait pas quoi prescrire d'autre) prescrit alors de grosses doses de cortisone. Une amélioration se manifeste alors mais elle sera extrêmement brève puisqu'elle ne durera qu'un mois. 

 

Ses troubles comportementaux réaugmentent alors à un point tel que la jeune fille (déshinibée, fugeuse,etc.) est hospitalisée en pédopsychiatrie. La brigade des mineurs doit d'ailleurs également se mêler au dossier compte tenu des fugues. A défaut de remède miracle, on represcrit de la cortisone (et de l'Imurel, un antisuppresseur) à la jeune fille en plus de lui réimposer une seconde ponction lombaire qui retrouve toujours la même réaction immunologique au niveau du liquide céphalo-rachidien. 

 

Les perturbations cognitives demeurent et les comportements fugueurs augmentent jusqu'à atteindre un sommet avec une fugue définitive de la jeune fille... qui sera retrouvée MORTE deux mois plus tard. On entend d'ailleurs dans la vidéo ci-dessous la clameur devant l'horreur et la tragédie d'une telle issue post-vaccinale au sein de l'assemblée (entendre entre 7'10'' et 7'30'' environ dans la vidéo).

 

Les pédiatres ont alors appelé la pharmacovigilance pour demander s'il y avait d'autres cas (comme le rappelle le Pr Desguerre, ce sujet est sensible car les pédiatres passent leur temps à vacciner les enfants...). Début 2009, moment où la grande campagne vaccinale française commence pour cette vaccination, la pharmacovigilance signale aux médecins de la jeune fille qu'il n'y a "que" 5 cas rapportés cette année-là de maladie démyélinisante (donc qui attaquent la gaine des nerfs, la myéline) endéans les 21 jours qui suivent la vaccination. A la fin de l'année 2009, on en était déjà à 10 affections démyélinisantes endéans le mois qui suit le vaccin. 

 

Bien que soi-disant très rares (= le discours officiel sur les risques vaccinaux quand il n'affirme pas que cela n'existe pas), cette même équipe médicale fut encore confrontée après le cas de Marion à deux autres cas neurologiques sérieux en post-vaccination HPV. L'un des cas présentait à l'imagerie un aspect d'oedème du cervelet (oedème cérébelleux) avec un hypersignal 15 jours après le vaccin et l'autre une anomalie de la substance blanche (encéphalomyélite aiguë disséminée = "ADEM"). La particularité de ces cas évoqués par le Pr I. Desguerre est qu'ils ne se présentent pas par des signes neurologiques bruyants mais par des manifestations neuropsychologiques ou psychiatriques donc par des troubles comportementaux sérieux. Et pour couronner le tout, cette même équipe a encore vu dans le même temps un cas de myélite aigüe dans les trois semaines qui ont suivi une deuxième dose de vaccin et un cas de Guillain-Barré, ce qui pose bien sûr la question de savoir combien d'autres cas neurologiques post-vaccinaux toutes les autres équipes françaises ont vus, que ce soit pour ce vaccin ou pour tous les autres et en sachant que cela se passe dans tous les pays du monde et que seuls 1 à 10% des effets secondaires graves de vaccins sont rapportés par ces médecins aux systèmes officiels de pharmacovigilance!

 

L'équipe du Pr Desguerre a logiquement cherché sur "Pubmed" (= la principale banque de données médicales mondiale) pour jeter un oeil aux publications médicales sur le sujet et a retrouvé depuis le début de l'année 2015 une quinzaine de publications qui parlent d'abord et avant tout du "devoir vaccinal" et/ou de l'intérêt soi-disant majeur de vacciner pour le motif lénifiant que "beaucoup de personnes auraient déjà été vaccinées"!

 

Prenant l'exemple d'une méta-analyse (sorte d'étude synthèse ou "étude transversale" qui passe en revue un grand nombre d'études sur l'état d'une question médicale donnée) de mars 2015 qui a passé en revue 661 publications scientifiques rédigées entre 2007 et 2014, le Pr Desguerre signale que cette étude de synthèse ne présente pourtant PAS UNE LIGNE sur les effets secondaires de cette vaccination!

 

Une étude portugaise a pourtant elle aussi relevé 4 cas d'atteintes démyélinisantes chez des jeunes femmes fraîchement vaccinées et qui se manifestaient là aussi par un tableau psychiatrique.

 

D'autres papiers s'attachent à démontrer qu'il n'y a pas plus d'atteintes neurologiques chez les jeunes filles ayant reçu ces vaccins que "le nombre de cas attendus" (sauf qu'on oublie de dire que le reste de la population "témoin" qui ne reçoit pas le vaccin Gardasil ou le Cervarix peut néanmoins avoir reçu quantité d'autres vaccins qui peuvent aussi avoir joué un rôle dans le déclenchement de ces "atteintes neurologiques normalement attendues"!). Cet argument est donc vicieux autant que vicié car rien ne permet de dire que les jeunes filles tombées malades et fraîchement vaccinées seraient aussi tombées malades en l'absence de tel ou tel vaccin si ce n'est ces spéculations statistiques biaisées! Les conflits d'intérêts entachent ces belles publications scientifiques qui nient ou minimisent les risques vaccinaux évidents. C'est ainsi qu'une étude britannique de 2014, dont les auteurs médecins sont salariés du fabricant GSK et portant sur les effets secondaires neurologiques endéans le mois qui a suivi le vaccin anti HPV Cervarix de cette même firme, a "écrémé" de façon pour le moins insolente le nombre de cas d'effets secondaires graves imputables à la vaccination. On passe par exemple pour une période de 4 années de 19 cas de paralysie faciale à 5 (soi-disant imputables à la vaccination). De 14 cas de Guillain-Barré à 4. De 8 cas de névrite optique à 4. De 7 cas de lupus à 2. De 5 cas de sclérose en plaques à 3. De 6 cas d'encéphalite à 2, sans compter aussi 6 cas additionnels de paralysies qui sont sûrement attribués au hasard ou à la "divine" incertitude. Si on prend ces effets, soit 65 et qu'on les multiplie par un facteur de 10 à 100, de façon à corriger la sous-notification connue et admise dans cette proportion dans la littérature médicale au sujet des effets secondaires graves de vaccins, on obtient 650 à 6500 victimes graves de ces vaccins en 4 années pour le seul Royaume-Uni! En lieu et place, en divisant tous ces effets et en n'effectuant aucune correction pour la sous-notification, les auteurs de GSK arrivent à un chiffre ridiculement non réaliste de 20 cas en 4 ans. Cherchez l'erreur...

Comme le souligne Isabelle Desguerre, la littérature médicale n'est pas suffisamment éclairante pour les praticiens à l'heure actuelle car:

 

- elle n'évoque quasiment que "les réactions locales banales"

-elle se focalise surtout sur la couverture vaccinale (vacciner le plus de gens possible)

- forte implication des laboratoires au niveau des contenus publiés in fine

 

Elle estime que la méthodologie employée jusqu'ici ne permet absolument pas d'exclure un lien de causalité entre les troubles et la vaccination, surtout compte tenu de la spécificité du tableau clinique (qui se présente par des troubles du comportement). 

 

Les cas neurologiques évoqués par le Pr Desguerre ne présentaient pas de prédisposition génétique connue (ça nous semble très important de le souligner) et ne ressemblaient nullement aux tableaux classiques neurologiques post-infectieux.

 

Le Pr Desguerre dit "rester prudente" et n'ose bien entendu pas dire de "ne pas vacciner" -on sait ce qu'il en coûte aux médecins qui osent écorner le dogme... le Pr Joyeux n'étant qu'un des exemples parmi d'autres-. Elle s'empresse en effet de rajouter qu'en tant que pédiatre, elle a un temps "vacciné tous les jours", qu'il y a un calendrier vaccinal officiel et blabla (allégeance habituelle que l'on n'a même plus besoin de commenter). Elle déplore néanmoins l'absence d'une analyse suffisamment fine pour comprendre les mécanismes des évènements morbides qui surviennent en post-vaccination. Pour notre part, cette absence d'"analyse suffisamment fine" ne nous étonne nullement puisqu'un dogme va toujours de pair, par définition, avec une chasse aux hérétiques donc la démarche même de la vaccination avec ses systématisations aveugles (dont le calendrier vaccinal qu'Isabelle Desguerre n'ose pas écorner, sans se rendre compte de la contradiction majeure dont elle se rend alors prisonnière) est anti-scientifique et tellement peu propice à une démarche prudente, objective et constructive. En outre, nous tenons aussi à souligner ici l'erreur ultra fréquente (sorte de péché d'arrogance ou péché originel des "scientifiques") qui consiste à ne considérer comme vrai ou possible QUE ce qu'on se croit intellectuellement capable de comprendre par tel ou tel mécanisme. Un merveilleux exemple à ce sujet se suffira à lui-même: à une époque, parce qu'on ne comprenait pas ou qu'on n'avait pas envie de comprendre (ça joue aussi) que la terre était ronde, on disait que la "vérité" était qu'elle était plate. Pourtant, pendant tout ce temps, la terre restait bien entendu ronde. Avec la vaccination, il en va exactement de même et on a donc des mandarins perclus de "rhumatismes scientistes" qui s'entêtent à affirmer que tel ou tel effet grave ne peut pas être causé par un vaccin (au motif qu'ils ne peuvent pas forcément dire ou décrire le mécanisme exact par lequel un vaccin a pu détraquer de fond en comble le subtile équilibre d'un organisme -ce qui n'a rien d'étonnant vu le bâclage des essais cliniques qui n'analysent jamais en détail, au niveau des cellules, des tissus, des réactions biochimiques du corps ce qu'un vaccin peut déséquilibrer...) bien que cela soit fort probablement le contraire et que tout l'indique (à commencer bien sûr par les rares études valables comparant la santé des vaccinés à celle des sujets n'ayant jamais reçu de vaccin de leur vie, cette dernière étant bien entendu bien meilleure à bien des égards). 

Commentaire additionnel d'Initiative Citoyenne:

 

Que les vaccins puissent modifier tout à fait le comportement des humains (comme d'ailleurs aussi des animaux) qui les reçoivent n'est absolument pas un scoop pour ceux qui étudient le sujet de façon indépendante et non idéologique depuis des années. Cela n'est, en effet, pas surprenant car il existe des liens très étroits entre le système immunitaire et le système nerveux. Ces liens étaient déjà connus et étudiés depuis de nombreuses années, par les spécialistes de la neuro-endocrino-immunologie notamment, mais récemment encore, des nouvelles découvertes anatomiques ont corroboré ces travaux, en mettant en évidence une structure anatomique cérébrale jusqu'ici insoupçonnée, servant en quelque sorte d'interface par excellence avec le système immunitaire. Qu'il s'agisse de l'autisme (en pleine explosion chez des enfants de plus en plus vaccinés) ou d'autres dérèglements comportementaux découlant soit de processus d'intoxications et/ou de lésions neurologiques vaccino-induites, les effets secondaires vaccinaux graves touchent donc aussi la sphère des comportements. Aussi, si votre jeune enfant ou votre ado change brutalement de comportement peu après une vaccination, cela n'a rien de "normal" ou de rassurant, bien au contraire. Ne banalisez donc pas cela et surtout, évitez de tomber dans le dangereux piège du déni médical qui va hélas souvent de pair avec la poursuite de la vaccination qui ne fera immanquablement qu'aggraver encore la situation!

 

Il est donc inadmissible que les parents et les adolescentes concernés (et maintenant aussi les jeunes hommes car en Suisse, au Canada, aux USA et en Australie, ils sont maintenant aussi visés) ne soient pas dûment informés AVANT cette vaccination de ces risques neurologiques graves, susceptibles de modifier de façon irréversible le comportement et d'induire le décès. Il est assez évident que, pour que les profits des fabricants continuent, informer du caractère morbide et mortel de cet acte n'est pas très "vendeur" (d'où que les agences et instances dites "publiques" et neutres censées informer les médecins se limitent honteusement à parler de la fièvre et de l'induration locale comme "effets secondaires principaux"!!). Mais c'est pourtant la loi (sur les droits de patients de 2002), une loi qu'une majorité de médecins bafouent sans sourciller au quotidien. Jusqu'au jour où l'un d'eux sera poursuivi et condamné, ce qui servira d'exemple et qui sera alors plus que mérité pour toute cette souffrance inutile qu'ils avaient le pouvoir scientifique, éthique et déontologique d'éviter.

 

Attrapes gogo (bon à savoir) pour maintenir à tout prix le business des fabricants de vaccins HPV et qui risquent de se présenter à vous via les médias, une publicité ou un "conseil médical":

 

* Prétexter que l'Agence Européenne des Médicaments va "évaluer les risques"  pour rassurer à tort. (et sans surprise, on verra qu'elle continue de dire au final que "le bénéfice dépasse les risques" alors que les prétendus bénéfices en termes de réduction réelle de cancers vrais du col ne seront pas connus avant plusieurs décennies compte tenu du temps que met ce cancer à se développer!).

 

Pousser à la vaccination scolaire, en évoquant les prétendues "réussites" dans des pays comme le Danemark où la vaccination a été effectuée chez un grand pourcentage d'adolescentes (mais sans vous dire à quel prix en termes d'effets secondaires dramatiques et désespérants et ce alors que le frottis seul était plus sûr et plus efficace!)

 

Prétendre qu'une "meilleure version", "plus complète" est maintenant sur le marché car "on n'arrête pas le progrès" pour tenter de promouvoir le vaccin Gardasil 9,  alors que les ventes mondiales de ce vaccin étaient récemment en repli avec -6% des ventes au premier trimestre 2015 (mais encore à 359 millions de dollars quand même)

 

Proposer un schéma vaccinal réduit avec 2 ou 1 doses au lieu des 3 initiales (voir aussi ici), histoire de rebuter moins d'ados et moins de parents et de tenter de faire diminuer les taux dramatiques d'effets secondaires graves au fil du temps pour tenter de conclure de façon biaisée au final qu'"en vaccinant plus, on a pas eu plus d'effets secondaires graves" (puisque le risque d'effets graves augmente en proportion du nombre de fois où vous allez "tourner la roulette russe" à chaque dose de vaccin supplémentaire).

 

Pour les personnes comprenant l'anglais, nous conseillons aussi l'excellent résumé que fait le Dr Lucija Tomljenovic, Ph.D en neurosciences de l'Université de Colombie Britannique de Vancouver (au Canada) sur cette vaccination HPV, dont le bénéfice hypothétique n'est pas prouvé mais dont les effets gravissimes, eux, sautent littéralement aux yeux non seulement ceux des scientifiques de bonne foi mais aussi de tous les citoyens dotés de bon sens qui veulent bien se pencher un tant soit peu sérieusement sur ce dossier:

Une autre vidéo du Dr Lucija Tomljenovic sur la vaccination en général et la corruption au sein du monde médico-pharmaceutique mérite d'être mentionnée. Il s'agit de l'interview intégrale du Dr Tomljenovic par le Dr Mercola. Lucija Tomljenovic avait été forcée par son précédent supérieur de falsifier des données sur les médicaments anti-cholestérol (statines), ce qu'elle a refusé et qui l'a poussée à démissionner:

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA