Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 novembre 2015 1 23 /11 /novembre /2015 11:05

Médecins, dentistes, aromathérapeutes, citoyens-patients, décidément, le Journal du Médecin tape vraiment sur tout le monde et voit des sectes partout, se réfugiant de façon assez pitoyable, il faut bien le dire, derrière les avis des prétendus "experts" du CIAOSN, le Centre d'Information et d'Action contre les Organisations sectaires nuisibles subsidié par le Ministère belge de la justice (NB: on aura un avis plus objectif sur le sérieux de ce genre de classements du CIAOSN, équivalent belge de la célèbre Miviludes en écoutant par exemple les vidéos du Pr Anne Morelli de l'ULB, disponibles sur internet). Après avoir été indûment rangée dans les sectes, Initiative Citoyenne ne pouvait rester sans réagir et a fait parvenir un droit de réponse au Journal du Médecin par la voie de son avocat.

 

Voici tout d'abord, l'article litigieux du Journal du Médecin du 13 novembre dernier, intitulé "Des sectes encore bien vivaces".

 

Le Droit de réponse envoyé par voie d'avocat le 16 novembre 2015 et enfin,

 

Sa parution dans le Jdm du 20 novembre avec un petit commentaire savoureux du Jdm qui ne sait visiblement pas bien quoi répondre à ça...

 

Trois vidéos intéressantes sur les procédés de classification abusifs de sectes:

On peut parfaitement transposer le discours d'Anne Morelli sur les "grandes religions" à la "religion vaccinale"...

Plus d'infos sur le CIAOSN par Anne Morelli.... très éclairant!

Les antécédents de Journal du Médecin avec les vaccins et Initiative Citoyenne:

 

- En novembre 2008, le Jdm s'acharnait sur Knack et le Vif qui avaient osé (quel crime!) publié des articles critiques sur les vaccins antipapillomavirus Gardasil et Cervarix

 

- En septembre 2011, le Jdm publiait que des médecins généralistes s'indignaient des courriers de mise en garde que nous avions envoyés aux associations de parents et aux directions d'écoles secondaires francophones au sujet des risques graves des vaccins HPV proposés en médecine scolaire.

 

- En 2009, dans le contexte de nos actions sur le H1N1, Muriel Desclée de notre collectif a même été classée dans les "pro-nazies" (rien que ça!) par le Journal du Médecin parce qu'elle avait osé partager sur Facebook une vidéo satirique avec un Hitler en mode "Il faut vacciner tout le monde sans délai" (dans un contexte où la vaccination était organisée en France dans des vaccinodrômes, ou des lois d'exception permettant l'instauration d'obligations vaccinales avaient bien été adoptées etc...)

 

- Le Jdm nous avait aussi déjà qualifiés "d'obscurantistes" en mars 2012, ce qui leur avait valu de devoir publier un de nos droits de réponse

 

- Le Jdm nous traitait aussi de "groupement d'illuminés" en octobre 2012, ce qui là encore leur avait valu de devoir publier un de nos droits de réponse

 

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2015 6 21 /11 /novembre /2015 13:56

Dénonciation par la population camerounaise des essais du vaccin anti-Ebolacritiques des médecins kenyans sur les vaccins antitétaniques (contaminés par des hormones stérilisantes), scandale des vaccins anti-papillomavirus et maintenant aussi des vaccins anti-malaria,... la population africaine s'éveille de plus en plus à l'ampleur du scandale vaccinal.

 

Cameroun - Vaccin contre Ebola: Un essai du vaccin annoncé au Cameroun divise les opinions

 

Yaoundé, 2 novembre 2015

 

Géraldine Ivaha, Cameroon-Info.net

 

Le test du vaccin ChAd3-EBO-Z serait, pour certains, un moyen d’inoculer le virus aux personnes saines.

 

André Mama Fouda, Ministre camerounais de la Santé controversé 

Vendredi 30 octobre 2015 le Ministre de la Santé (MINSANTE) André Mama Fouda a annoncé que le Cameroun a été choisi parmi les 5 pays africains qui devront servir de cobayes pour les essais de phase 2 du vaccin ChAd3-EBO-Z. Un échantillon de 3000 “volontaires” adultes est visé pour administration par voie intramusculaire d”une dose de vaccin expérimental. Les laboratoires GlaxoSmith-Kline ont jugé les résultats expérimentaux sur des macaques -une espèce connue de singe- concluants.

 

Les populations du Mali, du Sénégal, du Nigeria, du Ghana et du Cameroun sont donc la cible de cette phase expérimentale du vaccin sur l’Homme. D’après le Quotidien Emergence du lundi 2 novembre 2015, la moitié de ces sujets recevra le vaccin au premier jour, alors que l’autre moitié recevra un placebo avant de subir une injection de vaccin 6 mois plus tard.

 

La décision de conduire l’essai au Cameroun a été prise, car, la population sera différente de la population incluse dans les études de phase 1 et pour garantir une population d’étude se rapprochant le plus possible de la population globale ciblée pour un vaccin éventuel de protection contre la maladie a virus Ebola en Afrique Centrale”, explique Andre Mama Fouda MINSANTE.

 

Pour lui, bien que n’ayant pas été touché par l’épidémie, la position géographique du Cameroun lui octroie le droit de faire partie de cette liste de pays car étant proche des pays ayant été touchés par l’épidémie.

 

Par contre, pour un biologiste, enseignant à la faculté de médecine de Yaoundé, qui a requis l’anonymat, rien ne prouve alors que ce n’est pas le virus d’Ebola qui vient d'être inoculé en lieu et place du vaccin en question. “Quand on parle de vaccin, il s’agit d’une préparation qui a été faite à base du virus, des antitoxines du microbe qui ont été extraites. Autrement dit, ce sont des anatoxines du microbe qu’on inocule à l’être vivant afin qu’il puisse résister contre les toxines que le virus pourrait produire”, confie-t-il dans les colonnes du journal.

 

Pour le biologiste, le vaccin pourrait plutôt rendre les organismes vulnérables au virus de la fièvre Ebola. “Cela a été le cas du Synosil qui avait été employé comme pour le virus du SIDA avec les prostituées à Douala”.

 

Par ailleurs le Gouvernement camerounais rassure qu’en cas d’urgence, “un système de référence au centre des urgences de Yaounde, au centre hospitalier d’Essos et à l’hôpital régional de Bamenda est envisagé(…) pour prendre en charge ou indemniser les candidats aux essais”. Ce qui n’est pas pour rassurer le biologiste car d’après lui, “en parlant d’épidémie virale, le fonctionnement d’une veritable cellule d’urgence ne correspond pas à ce que nous voyons au Cameroun”, renchérit-il.

 

La vétusté des centres hospitaliers au Cameroun ne sont pas vraiment un gage de sécurité sanitaire quant à la maitrise des échantillons cibles. A en croire les lignes du journal les laboratoires auraient beaucoup à gagner dans ce genre de “business du vaccin et il est “impensable et inadmissible qu’on teste un vaccin dans un pays à propos d’une maladie qui n’existe pas dans ledit pays”, lit-on.

 

Le virus Ebola a surgi il y a deux ans en Sierra Leone, au Liberia et en Guinée Conakry. Jusqu’ici, aucun cas n’a été détecté au Cameroun.

 

Pour cette raison, les biologistes pourraient penser que les essais du vaccin anti-Ebola ne seraient qu’un moyen de faire des rentrées d’argent dans les caisses de l’Etat, au détriment de la santé des populations. L’épidémie d’Ebola a déja fait 2097 morts en Afrique de L’Ouest d’après un rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) publié le 15 septembre 2015.

 

Géraldine IVAHA

 

Source: Cameroon-Info.net

 

Cameroun - Test d’un vaccin à virus Ebola: Les populations de Bamenda inquiètes de l’engagement des pouvoirs publics

 

Yaoundé, 19 novembre 2015, Onana N. Aaron, Cameroon-Info.net

 

Elles réclament plus d’information sur le procédé, et s’indignent sur l’accord du gouvernement pour l’exécution de ce test au Cameroun.

 

La maladie à virus Ebola a fait des ravages en Afrique occidentale. Notamment, au Libéria, en Guinée et en Sierra Léone. La communauté scientifique internationale sous l’égide de l’Organisation mondiale de la santé s’active à trouver des voies et moyens pour barrer définitivement la route à cette épidémie.

 

Au Centre agréé de l’hôpital régional de Bamenda (Nord-Ouest), l’un des deux sites choisis par les pouvoirs publics, l’on enregistre déjà 170 personnes qui se sont soumises volontairement au test du vaccin contre la fièvre à virus Ebola. Seulement, la campagne a été interrompue sur instruction des autorités sanitaires. Celles-ci attendent de faire le point sur la polémique qui enfle autour de cette campagne. En effet, les habitants de la ville se plaignent de n’avoir pas reçu plus d’information sur la campagne. D’où la désinformation et l’idée qui se répand selon laquelle la maladie est en train d’être injectée aux personnes saines.

 

Le ministre de la Santé publique (MINSANTE), André Mama Fouda, a donné un point de presse à Yaoundé mercredi 18 novembre, pour apporter des éclairages sur ce test du vaccin à virus Ebola. «Cette phase II vise à recueillir les données fiables sur la sécurité d’emploi et l’immuno génicité du vaccin après une dose intramusculaire unique du vaccin expérimental. Ainsi, les effets secondaires éventuels seront enregistrés chez tous les sujets et la qualité de la réponse immunitaire, ce pendant un an», a indiqué le MINSANTE.

 

Au Cameroun, deux sites ont été sélectionnés par le ministère de la Santé publique : le Centre Pasteur du Cameroun à Yaoundé et l’hôpital régional de Bamenda. Et chaque site va inclure deux cent sujets, apprend-on. «L’essai a reçu l’autorisation du Comité national d’éthique et de la Division de la recherche opérationnelle en santé du ministère de la Santé publique, et vient de débuter fin du mois d’octobre», a souligné André Mama Fouda.

 

Comme pour rassurer les sceptiques, le ministre de la Santé a indiqué que «les deux sites disposent des capacités de vaccination, des suivis cliniques, d’analyse de laboratoire. Et en cas d’urgence médicale, un système de référence au Centre des urgences de Yaoundé, au Centre hospitalier d’Essos, de même qu’au service des urgences de l’hôpital régional de Bamenda, ce dispositif a été mis en place».

 

En rappel, le recrutement des sujets se fait d’une manière volontariste et consentante dans diverses communautés de Yaoundé et Bamenda : dans les quartiers, dans les établissements de santé, dans nos universités, dans les marchés… Ces essais exigent que les sujets qui souhaitent y participer soient en bonne santé.  

 

Onana N. Aaron

 

Source: Cameroon-info.net
 

Vaccins contraceptifs : le boycott de l’Église d’Afrique

 

EXCLUSIF MAGAZINE - Pour la deuxième année consécutive, l’Église d'Afrique boycotte une curieuse campagne de vaccination organisée par le ministère de la Santé, en lien avec l’Onu. 

©Stuart-Price-CC

Le torchon brûle entre l’Église kenyane et le ministère de la Santé du pays. Pour la deuxième fois consécutive, la Conférence épiscopale kenyane a choisi de boycotter une campagne officielle de vaccination. Après la polémique entourant le vaccin contre le ténanos l’an dernier, suspecté de contenir une hormone empêchant les femmes d’avoir des enfants, c’est au tour du vaccin contre la malaria de se trouver sous le feu de la critique des évêques kenyans.

« Nous demandons, déclaraient ceux-ci le 28 juillet dernier, le report de cette campagne prévue à partir du 1er août, dans l’attente de garantie sur la sûreté de ces vaccins. En cas contraire, nous demanderons aux Kenyans de ne pas participer à cet exercice. »

Des vaccins contre les naissances

Cette demande étant restée lettre morte, les évêques ont sans plus tarder demandé à l’ensemble des structures de santé qui relèvent de l’Église catholique – et elles sont nombreuses – de s’abstenir d’employer le vaccin incriminé. « Je peux vous certifier », explique le Dr Wahome Ngare, de l’Association des médecins catholiques kenyans, « qu’aucune institution de santé catholique n’a participé à la campagne de vaccination contre la polio. » D’où vient une telle réticence des évêques, qui entretiennent habituellement des relations plutôt correctes avec l’État kenyan, à l’égard d’une campagne de vaccination orchestrée par le ministère de la Santé ?

Elle s’enracine en premier lieu dans la suspicion née autour de la campagne de vaccination contre le tétanos menée en 2014 par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Unicef, avec la bénédiction de l’État kenyan. Avant la deuxième phase de cette campagne, en octobre 2014, l’Église avait posé « quelques questions » dans un communiqué de presse, en particulier sur la fiabilité des vaccins utilisés. « Nous ne sommes pas convaincus, disaient-ils, que le gouvernement ait pris les mesures adéquates pour s’assurer qu’au vaccin tétanos-toxoïde n’ait pas été ajoutée l’hormone Béta-HCG. » Une hormone produite lors de la grossesse par l’ovule fécondé qui fait depuis plusieurs décennies l’objet de recherches et de tests, à des fins « immuno-contraceptives » , menées par les plus grandes instances mondiales préoccupées de réduire la population et d’améliorer toujours plus les techniques contraceptives ou crypto-abortives.

L’Église fait mener des tests

« Lorsqu’est injecté à une femme non enceinte un vaccin associant tétanos-toxoïde et hormone Béta-HCG, expliquent encore les évêques, cet alliage développe des anti-corps à la fois contre le tétanos et contre l’HCG, de sorte que lorsqu’un ovule est fécondé, l’hormone HCG qu’il produit est détruite, en rendant cette femme de manière permanente infertile. » Autant dire que l’accusation est grave. L’histoire prend alors un tour dramatique. Fort de cette inquiétude, l’Église demande alors au ministère de la Santé kenyan de procéder à des tests sur les vaccins employés. Celui-ci s’y refuse. L’Église fait alors elle-même mener des tests par des laboratoires indépendants. Sur neuf vaccins, trois contiennent l’hormone Béta-HCG. Ces résultats sont rejetés par le gouvernement, qui critique la méthodologie employée pour les tests.

Le ministère kenyan indique de son côté avoir fait des tests et assure que les vaccins employés sont sûrs. Devant cette contradiction, la Commission parlementaire kenyane chargée de la santé demande la mise en place d’une Commission conjointe alliant Église et ministère de la Santé. Celle-ci est notamment chargée de vérifier les tests effectués par les deux parties. Au cours des travaux de cette commission, il apparaît clairement que le ministère de la Santé n’a en fait procédé à aucun test préalable.

La reconduction des analyses sur les neuf vaccins précédemment testés par l’Église confirme les résultats initiaux : trois d’entre eux contiennent l’hormone Béta-HCG. Sur la base de cette conclusion, l’Église catholique demande début 2015, dans un communiqué signé des évêques kenyans, le cardinal John Njue en tête, qu’aucune autre campagne de vaccination de masse contre le tétanos n’ait lieu au Kenya sans que les vaccins aient été préalablement testés et qu’on ait prouvé qu’ils étaient sûrs.

Assurer des vaccins de qualité

Avec la malaria, l’accusation de l’Église catholique est portée de manière un peu différente. Elle n’exprime pas directement d’accusations anti-natalistes.

Assez habilement, elle se concentre sur la qualité du vaccin, exigeant de l’État qu’il fournisse des « garanties » sur les produits employés, et demandant le boycott tant que celles-ci n’ont pas été données. « Nous ne sommes pas en conflit avec le ministère de la Santé, assurent les évêques, mais nous avons un devoir apostolique et moral de garantir aux Kenyans un accès à des vaccins sûrs. » L’association des médecins catholiques, de son côté, n’a pas attendu pour faire de nouveaux tests. « Nous avons constaté que le vaccin était contaminé avec de l’estradiol », disent-ils. « Chez beaucoup de filles, explique le Dr Karanja, président de l’association, cela entraîne une puberté précoce, avec des règles qui peuvent arriver entre 7 et 9 ans. Chez les garçons, leur développement est au contraire altéré, avec de nombreuses pathologies testiculaires. C’est du contrôle de la population impitoyable et barbare. »

Source: Famillechrétienne.fr

Gardasil: le danger se précise pour les fillettes rwandaises et africaines 

 

23 juillet 2011, Clarisse Rugwiro, Jambonews.

 

Ce mardi 19 juillet a été lancée une semaine contre le cancer du col de l’utérus au Rwanda. Rappelons que la campagne de vaccination a été lancée depuis la fin du mois d’avril 2011, avec les vaccins gracieusement offerts par Merck®.

 

Vaccination d'une fille rwandaise

Vaccination d'une fille rwandaise

 

Par ailleurs, ces campagnes de vaccination massives se poursuivent ailleurs sur le continent africain, notamment au Sénégal, à l’île Maurice ainsi que dans certains territoires de la France d’outre-mer.

 

A propos de la France, c’est de là que part une nouvelle controverse, cette fois-ci avec des preuves vivantes. En effet, le 8 juillet deux jeunes filles ont déposé des demandes d’indemnisation auprès de la CRCI (Commission régionale de conciliation et d’indemnisation des accidents médicaux )de Lyon, suite aux problèmes de santé chroniques apparus après administrations du Gardasil®. En effet, les deux jeunes filles ont présenté des symptômes de types paralysie temporaire des membres inférieurs, des vertiges des crampes abdominales, la photophobie, qui sont devenus chroniques. Un diagnostic de polyradiculonévrite chronique a été posé chez l’une d’elles (Laura Agnès, 16 ans, elle en avait 14 quand elle a reçu le vaccin).

 

Aussi un collectif de médecins de la Réunion (France d’outre mer) a adressé un courrier au ministre de la santé français, Mr Xavier Bertrand, pour lui faire part de ses inquiétudes par rapport aux campagnes de vaccination massive des fillettes un peu partout dans ces territoires. Selon ce collectif, ces campagnes sont basées sur une « peur injustifiée », qui est entretenue surtout par des campagnes médiatiques et publicitaires. En effet, depuis 1980, on n’observe qu’une baisse de recrudescence de ce cancer, essentiellement due au dépistage précoce du HPV (Papilloma virus). Selon ce collectif, le dépistage reste le plus grand moyen de prévention de ce cancer. Ils vont plus loin en demandant une remise en question de l’autorisation de mise sur le marché européen du Gardasil®, ainsi que la suspension du remboursement de ce dernier en France, en attendant d’avoir les preuves solides sur son efficacité.

 

De plus un article du New England Journal of Medecine paru en 2008 affirmait qu’il manquait encore des preuves tangibles quant à l’efficacité du vaccin contre le cancer du col de l’utérus.

 

Partant de ces informations, il serait judicieux de se demander ce que cachent ces campagnes massives de vaccination.

 

S’agit-il d’une campagne massive de test à grande échelle du même vaccin controversé ?

 

Ou encore d’une autre variante en étude rapide et à grande échelle, pour pouvoir remplacer la variante défectueuse sur le marché européen ?

 

Ou alors une manière d’écouler le stock défectueux tout en faisant une étude clinique, avant de le retirer ou de lancer un autre à la place ?

 

Quoi qu’il en soit, avec ce vaccin, les futures femmes rwandaises et africaines courent un danger imminent.

 

Il serait temps de lancer une campagne anti – Gardasil sur le continent africain.

 
Clarisse Rugwiro
 
Source: Jambonews.net
 
Quelques éléments additionnels de réflexion laissés à l'appréciation de chacun:
 
* La vidéo de Bill Gates, extrait de son discours lors de la conférence "Innover vers zéro" en Californie, en 2010 dans laquelle il disait notamment: « si nous faisons réellement un bon travail avec les nouveaux vaccins, les soins de santé et les services de médecine reproductive, nous pourrions réduire la population mondiale de 10 à 15% » (voir à partir du temps 2'06''):

* Article de Nexus n°68 de mai-juin 2010 sur le lien entre surpopulation et eugénisme (médical) ainsi que sur les vaccins stérilisants

 

* Propos de Christian De Duve, Prix Nobel de Médecine (en 1974), parus dans le Journal du Médecin en 2009

 
"Si nous continuons à nous multiplier au rythme actuel, nous courrons à la catastrophe. Durant ma vie, la population du monde aura quadruplé. C'est un train fou qui est lancé et cela ne peut que continuer de manière exponentielle si nous ne prenons pas de mesures adéquates. Il vaut mieux limiter les naissances plutôt que d'éliminer les gens par des guerres. Mais je sais que le contrôle démographique pose des questions éthiques. Je laisse ce type de discussions aux spécialistes, mais je leur dis quand même: faites-le comme vous voulez, pourvu que vous le fassiez. C'est le résultat qui compte."
 
* Propos du philosophe Hans Jonas dans son livre "Technique, médecine et éthique" (1985), ce philosophe étant considéré comme une des grandes références philosophiques en matière d'éthique:
 
« La science médicale et l’art ont ici une responsabilité particulière et inédite car eux seuls peuvent imaginer et employer les méthodes humaines encore éthiquement acceptables de limitation des naissances, qui devancent le génocide et l’infanticide impitoyables dans une situation catastrophique où ne prévaut plus que le « sauve qui peut ». [ …] La médecine est d’autant plus obligée de prévenir par ses moyens propres la malédiction menaçante née de sa propre bénédiction […]. Puisque moralement, elle ne peut pas remédier au problème par l’interruption de sa propre causalité, c’est-à-dire par le retrait de ses services qui favorisent la vie, elle doit le faire en les maintenant joints à des contre-services qui la freinent, en guise de correctifs à ses succès. » (p.55-56)
 
 
Voir aussi
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Partager cet article
Repost0
21 novembre 2015 6 21 /11 /novembre /2015 11:26

Jessica Biel et Justin Timberlake refusent-ils de faire vacciner leur enfant ?

Jessica Biel et Justin Timberlake refusent-ils de faire vacciner leur enfant ?

Par Niki Cruz,18 novembre 2015 (Extraits)

 

Des nouveaux communiqués signalent que Jessica Biel et Justin Timberlake refuseraient de vacciner leur fils Silas.

 

Selon OK Magazine, ils refusent de vacciner leur fils. Un initié a expliqué au magazine : «  Jessica refuse de le faire vacciner. Elle estime que la vaccination pourrait causer des complications.» On dit que le couple ne tient pas à prendre position publiquement, mais qu’il essaie juste de faire ce qu’il estime le meilleur pour leur bébé Silas.

 

L’initié poursuit : « Je suis certain que Jessica croit qu’elle prend la bonne décision, mais nous espérons qu’elle et Justin feront un peu plus de recherche sur le sujet et changeront d’idée. »

 

Bien que OK dispose de sources provenant de l’intérieur, le magazine In Touch affirme qu’ils ont contacté le clan Timberlake pour obtenir un commentaire, mais ni Justin ni Jessica n’ont commenté les communiqués.

 

Ce n’est pas une grande surprise que Justin Timberlake et Jessica Biel n’aient pas donné de commentaire sur le fait qu’ils aient oui ou non vacciné leur fils. En général, le couple a décidé de garder le caractère privé de la plupart de leurs relations, y compris en ce qui concerne leur fils Silas.

 

La seule exception par rapport au petit Silas est une communication occasionnelle dans les médias sociaux :

 

Flexin, le jour des pères…Heureux jour des pères à TOUS les papas de la part d’un nouveau membre de la fraternité des pères !! – JT

 

Une photo a été postée par Justin Timberlake le 21 juin 2015.

Jessica Biel et Justin Timberlake refusent-ils de faire vacciner leur enfant ?

Source : Inquisitr

 

Cette information n'est pas qu'une anecdote, c'est le reflet d'une tendance: en effet, de plus en plus de personnes dans la société prennent conscience des risques graves et constamment sous-estimés des vaccins mais aussi de l'inadéquation totale entre le discours officiel pro-vaccins et la réalité du terrain. Même s'il ne faut pas vraiment être surpris qu'ils ne souhaitent pas commenter ces informations car ils SAVENT (comme tous les gens de ce milieu du show-biz) que c'est vraiment le type de sujet commercialement le plus risqué pour leur carrière personnelle car par définition clivant (et donc aussi pour leur audience possible et leurs fans), le fait qu'ils aient quand même communiqué leur position à un ami - sans quoi l'info n'aurait pas pu fitrer- montre quand même une évolution sociétale claire. Tous les prétendus efforts que les officiels vont faire dans le futur pour 1. Banaliser les vaccins et minimiser leurs risques dans une pure stratégie de communication et 2. Prôner de plus en plus de vaccins du berceau à la tombe, tout cela sera VAIN et INEFFICACE car RIEN ne remplacera jamais l'INFORMATION, les FAITS, l'ENQUÊTE pure et dure dans la plus rigoureuse et froide objectivité... qu'on se le dise... et petit clin d'oeil ici au passage aux "experts" d'Infovac par exemple, qui prétendent être compétents pour répondre aux questions des médecins de terrain sur les vaccins mais qui sont tellement remplis par le vide abyssal de la fausse science qu'est la vaccinologie qu'ils ne peuvent que miser sur la communication et la réaction à ce que dénoncent les dissidents. C'est ainsi que le Dr Vié le Sage d'Infovac (cf. ici sa déclaration d'intérêts, et ici les autres déclarations des experts Infovac, lesquels se sont déjà plus d'une fois prétendus indépendants!) vient de s'abonner au fil Twitter d'Initiative Citoyenne... compliments docteur et à toute votre équipe et bonne lecture sur ce site!

 

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2015 4 19 /11 /novembre /2015 17:48

L’arrogance suprême des pédiatres qui refusent de s’occuper des enfants non vaccinés

 

Daisy Luther, 17 février 2014

L’arrogance suprême des pédiatres qui refusent de s’occuper des enfants non vaccinés

Quelle est la signification de cette suprême arrogance (ou « complexe divin », à savoir « se prendre pour Dieu » littéralement) ? Wikipédia la définit comme suit :

 

« Croyance inébranlable, caractérisée par des sentiments privilégiés de toute puissance, de surestimation de soi ou d’infaillibilité. Une personne atteinte du « complexe divin » peut refuser d’admettre la possibilité qu’elle soit dans l’erreur ou l’échec, même face à des problèmes complexes et difficiles, voire face à des tâches  impossibles. Elle peut considérer ses opinions personnelles comme étant incontestablement correctes. »

 

Beaucoup de parents n’éprouveront guère de difficulté à trouver l’exemple concret et vivant d’une personne souffrant de cette suprême arrogance sans devoir aller chercher plus loin que le cabinet de leur pédiatre.

 

Un tel exemple est le pédiatre anonyme qui a écrit cet article publié dans « The Daily Beast ».

 

« Je demande toujours si les enfants sont vaccinés, ou si les parents ont l’intention de faire vacciner l’enfant  dès après la naissance. Si la réponse est « non », je leur dis poliment et respectueusement qu’ils ne se sont pas adressés à la bonne personne. Nous n’acceptons pas comme patients, les enfants que les parents ne font pas vacciner. »

 

Quand j’ai lu l’article précité, je me suis senti obligé de vérifier pour savoir s’il s’agissait d’un article satirique. Malheureusement, ce n’était pas le cas !

 

Certains médecins que vous payez pour prendre soin de votre enfant se sentent parfois à ce point tout puissants que l’on en reste bouche-bée. Qu’une personne ayant juré de ne pas nuire (Serment d’Hippocrate) veuille à ce point, et à tout prix imposer sa volonté à des parents en dit long sur la haute opinion qu’elle a d’elle- même, bien qu’elle prétende que ce n’est pas le cas.

 

La relation médecin-patient, comme tant d’autres relations humaines exige la confiance. Je ne veux évidemment pas non plus que l’on en revienne à l’esprit paternaliste d’antan du « médecin qui sait mieux ». J’ai cependant besoin de savoir que le médecin qui s’occupera de mes enfants puisse respecter ma formation et ma recherche.

 

Partout dans le pays, des médecins refusent maintenant de s’occuper des enfants qui ne sont pas vaccinés. Selon moi, il s’agit tout juste d’une autre tactique d’intimidation destinée à forcer la main des parents. Pareille situation angoisse les parents par rapport aux visites médicales de routine, à la manière dont ils pourront se procurer les antibiotiques nécessaires pour une simple infection de l’oreille. Avec l’ « Obamacare », on peut s’attendre à une standardisation des soins encore plus poussée,  et à une politique vaccinale encore plus agressive.

 

Le pédiatre qui a écrit cet article est apparemment quelque peu lâche par rapport à ses propres convictions pour qu’il se sente contraint d’utiliser un pseudonyme afin d’appuyer la propagande officielle dans le paragraphe qui suit :

 

«  Il y a très peu de questions auxquelles on a apporté des réponses aussi complètes que celles qui traitent de l’efficacité et de l’innocuité des vaccins. »

 

Le vaccin rougeole-oreillons- rubéole ne provoque pas l’autisme.

 

Le vaccin HPV est sans danger

 

Le Thiomersal ne présente aucun danger pour la santé publique

 

En réponse à ces affirmations, j’ajoute mes liens à moi :

 

Les tribunaux ont décidé du dédommagement de nombreuses familles, et reconnu que le vaccin ROR peut provoquer l’autisme

 

Le vaccin contre le HPV est une arnaque mortelle

 

Le thimerosal alias mercure est bel et bien toxique.

 

Finalement, je dois dire que je serais ravie d’être chassée de son bureau parce que je pense vraiment qu’il a une approche erronée. Je pense sincèrement qu’il croit ce qu’il veut faire passer, mais je crois aussi qu’il n’est pas complètement informé et qu’il a subi un lavage de cerveau. […]

 

C’est mon droit le plus élémentaire de faire les meilleurs choix possibles pour la santé de mes enfants – choix qui sont basés sur mes convictions  personnelles mais surtout sur les recherches approfondies que j’ai effectuées. La médecine ne doit pas être une dictature dans laquelle vous êtes tenu de vous incliner devant les décisions d’un médecin. Personnellement, je tiens à ce que mon médecin soit un partenaire par rapport aux soins que j’ai à donner à mon enfant et nullement un être arrogant, omniscient, autoritaire et inflexible vêtu d’un tablier de laboratoire.

 

Si votre pédiatre vous traite avec condescendance, refuse de se conformer à vos souhaits pour le traitement de vos enfants, refuse de prendre votre avis en considération comme de s’occuper de vos enfants, peut-être est-ce là la meilleure chose qui puisse vous arriver.

 

Le Dr Joseph Mercola résume tout :

 

« Il va sans dire que lorsque vous choisissez un médecin, ce médecin travaille pour vous. Qu’un pédiatre mette un patient à la porte ne constitue-t-il pas un oxymore ? Plus précisément, c’est à vous qu’appartient le choix de la personne qui vous aidera à prendre soin de votre santé et de celle  de vos enfants.

 

C’est donc vous qui êtes toujours libre de VIRER votre médecin. C’est tout à fait VOTRE droit et VOTRE choix de vous occuper de la santé de votre famille et vous ne devriez jamais permettre à un médecin d’interférer avec ce droit. Cela dit, il existe bel et bien des rapports de pédiatres qui ostracisent les patients qui sont en désaccord avec le programme de vaccinations passe-partout du CDC (Centres de Contrôle et de Prévention des Maladies). Certains pédiatres vont même jusqu’à refuser de répondre à des questions ou préoccupations de parents au sujet des vaccinations. »

 

Je trouve intéressant cependant que l’un des points les plus saillants soulevés dans l’article de Time Magazine ne vienne en fait pas de l’auteur lui-même, mais de sa fille de 4 ans qui, après avoir reçu 5 vaccins, a demandé :

 

Pourquoi ai-je dû recevoir ces vaccins pour me donner la santé ?

 

Il s’agit ici bien sûr d’une fameuse bonne question.

 

Source : The organic prepper

 

Voir aussi

 

La vaccination, un juteux business, aussi pour les médecins...

 

Ce que les médecins pensent de la vaccination: l'enquête choc de l'INPES

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 20:53

DECES après le vaccin Gardasil

Plainte déposée

 

Par  Norma Erickson, 11 novembre 2015

 

Un infarctus fatal du myocarde survenu chez un adolescent a fait l’objet d’une plainte devant un tribunal fédéral américain

 

Cette plainte (N°15-0160V) a été déposée par le cabinet d’avocats Roberts de Newport Beach, au nom d’Adan Gomez et Raquel Ayon au sujet du décès de leur fils Joël survenu après l’administration du vaccin Gardasil.

 

C’est le 19 juin 2013 que Joël Gomez a reçu sa première dose du vaccin Gardasil. Le 19 août 2013, le garçon recevait sa seconde dose. Il est mort pendant son sommeil le jour suivant, soit le 20 août 2013. Le décès a, en fait, été causé par le vaccin Gardasil.

 

Cette déclaration est renforcée par le Rapport d’expert rédigé par Sin Hang Lee, M.D. qui précise :

 

Le Gardasil a causé ou contribué à provoquer un infarctus du myocarde chez l’enfant défunt. La seconde dose du Gardasil a, dans ce cas, finalement provoqué une hypotension mortelle le jour de la vaccination.

 

Il n’y a pas eu d’autre cause possible de la mort de Joël Gomez la nuit du 19 août 2013.

 

Le dossier montre que Joël Gomez, un jeune de 14 ans, avait toujours été en bonne santé. Depuis sa naissance, il avait fait des contrôles réguliers chez le pédiatre. Il n’y a jamais eu aucune preuve de problèmes préexistants, aucune anomalie cardiaque ou troubles psychologiques; jamais non plus de toxicomanie. L’adolescent avait, deux mois avant sa mort participé, à raison de 4 à 5 heures par jour, à l’entraînement de football de l’école sans le moindre incident.

 

Le 19 juin 2013, il reçut, dans le bras gauche, la première dose du Gardasil dans le bureau du médecin. Aucune réaction particulière ne fut signalée, ni à sa famille, ni au médecin. Comme convenu dans le bureau du médecin, le garçon reçut sa deuxième dose de Gardasil dans le même bureau du médecin le 19 août 2013. Il rentra ensuite à la maison et alla dormir. Le lendemain matin, soit le 20 août 2013 à 7 heures du matin, on retrouva l’enfant sans plus aucune réaction.

 

Des ambulanciers furent appelés et le garçon fut transporté à l’hôpital. Il fut déclaré mort à 9h.07, le 20 août 2013.

 

Une autopsie fut effectuée le 23 août 2013 par un médecin légiste de Los Angeles.

 

Le rapport d’autopsie rapporta plusieurs anomalies […].

 

De l’avis même du médecin légiste, l’enfant serait mort d’une myocardite qui était apparemment tout à fait asymptomatique. Selon les examens histologiques, la maladie aurait déjà été présente depuis plusieurs jours, voire plusieurs semaines et la cause reste inconnue.

 

Le Dr Lee qui a passé en revue les lames microscopiques, a conclu que la lésion du cœur était un infarctus du myocarde en voie de guérison depuis quelques semaines après la vaccination Gardasil. Selon lui, les fragments d’ADN du gène HPV L1 qui sont liés à l’adjuvant aluminique du Gardasil peuvent provoquer une poussée soudaine et inattendue de nécrose tumorale, facteur- α et autres cytokines. Certaines cytokines libérées par les macrophages sont de puissants dépresseurs myocardiques capables de provoquer de l’hypotension chez certaines personnes prédisposées génétiquement ou physiquement.

 

Pourquoi s’agit-il ici d’une affaire importante ?

Infarctus du myocarde

Décès d'un jeune garçon par infarctus du myocarde après le Gardasil

Il s’agissait d’un jeune garçon, en bonne santé, athlétique qui avait été surveillé médicalement depuis sa naissance. L’infarctus du myocarde s’est produit entre deux injections de Gardasil, comme décrit dans le rapport du médecin légiste. Selon le Dr Lee, un infarctus qui commence à guérir à l’âge de 14 ans est pratiquement une chose inconnue. En fait, le Dr Lee a souligné que, dans ce cas, le cœur présente une description classique que l’on retrouve d’habitude chez des patients beaucoup plus âgés qui ont déjà connu l’une ou l’autre crise cardiaque. Les seuls facteurs qui, dans la vie de ce garçon, ont changé ce sont les vaccins Gardasil.

 

Les plaignants soutiennent que la myocardite dont Joël souffrait a été causée par le vaccin Gardasil. Les plaignants soutiennent que la suite logique montre que la vaccination a été la cause de la mort… Le fait que Joël était un garçon de 14 ans en parfaite santé est une preuve circonstancielle forte que la mort a été causée par le vaccin Gardasil.

 

Tout ceci montre qu’il n’est pas possible de savoir combien de jeunes-filles vaccinées avec le Gardasil ont connu des dommages cardiaques.Que maintenant on les appelle myocardites ou infarctus, peu importe étant donné que l’un comme l’autre peuvent être des pathologies cardiaques silencieuses…

 

Au cours d’une conversation téléphonique avec le Dr Lee sur la signification de ce cas pour les parents comme pour les professionnels de santé, le Dr Lee a dit :

 

Les adolescents vaccinés avec le Gardasil devraient s’abstenir de sport de compétition et devraient se soumettre à un électrocardiogramme pour pouvoir exclure la possibilité de l’infarctus du myocarde silencieux s’il y a le moindre problème de syncope, de gêne thoracique, de tachycardie ou d’hypotension dans les deux mois qui suivent la vaccination Gardasil.

 

Pétition disponible sur demande – envoyer un mail à admin@sanevax.org ou sanevax@gmail.com

 

Source: Sanevax

Décès d'un jeune garçon par infarctus du myocarde après le Gardasil
Partager cet article
Repost0
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 08:57
Vaccins : le droit de dire : «  NON MERCI ! »

La maman d’un enfant gravement handicapé à vie à la suite de vaccins se mobilise et réclame d’urgence pour tous les parents le droit de pouvoir dire : « NON MERCI !» Laura HAYES, « Age of Autism » Commentaire par mail du 4 novembre 2015.

 

Je veux préciser que ma thèse principale va au-delà du consentement éclairé. Nous devons de toute urgence nous battre pour le rétablissement complet des droits individuels et des droits des parents, en particulier en ce qui concerne les décisions de vacciner ou pas. Nous devons travailler à rétablir ce droit des individus et des parents de refuser un ou plusieurs vaccins pour eux-mêmes ou leurs enfants sans  qu’il y ait ingérence du gouvernement, coercition ou pénalité.

 

Les obligations vaccinales sont en elles-mêmes une violation des droits et des libertés les plus élémentaires. En outre, nous ne devrions pas avoir à signer quelque exemption que ce soit tant qu’elles sont encore autorisées. Ces exemptions impliquent souvent des coûts, une perte de temps, parfois un harcèlement parce que ces exemptions ne sont pas toujours acceptées comme valides.

 

Dans ce qui est censé être un pays « libre », les obligations vaccinales constituent une violation de nombreux droits et libertés. Les vaccinations obligatoires constituent une violation flagrante de nos droits naturels à l’intégrité physique, du droit des parents à élever et à éduquer leurs enfants comme ils l’entendent, le droit le plus fondamental qui soit à l’intégrité corporelle. Les obligations vaccinales violent la Constitution des Etats-Unis sur de nombreux points, comme le Code de Nuremberg et autres codes internationaux d’éthique auxquels ont adhéré les Etats-Unis.

 

L’obligation vaccinale est LE problème, comme aussi le fait d’avoir à signer et à fournir un document d’exemption sous quelque forme que ce soit. Il est cependant aussi essentiel que les médecins, les infirmières, les pharmaciens permettent et favorisent un consentement éclairé.

 

Malheureusement, nous savons que le consentement éclairé est rarement rendu possible avant la vaccination. Qu’il y ait obligation ou non, l’information faisant partie du consentement éclairé devrait aussi être de mise.

 

Mais avoir le consentement éclairé sans avoir la possibilité de dire « Non Merci »  est pratiquement inutile. Quel intérêt, si de toute manière on vous oblige à vous faire vacciner ou à vacciner votre enfant ? Je prétends que la toute première chose que nous ayons à faire est de mettre un terme définitif au plus gros des problèmes ayant trait à la vaccination, à savoir l’obligation.

 

Il n’y a actuellement rien de plus urgent que de mettre fin à l’holocauste vaccinal dirigé contre nos enfants qui est en train de s’élargir à toutes les couches de la population. Le discours doit absolument changer. Nous avons mis en lumière les dangers et l’inefficacité des vaccins, comme aussi, souvent, leur absence de nécessité. Il nous appartient aujourd’hui de mettre fin pour toujours aux obligations vaccinales.

 

Sans notre droit absolu et illimité de dire NON, nous et nos enfants risquons d’être empoisonnés, de souffrir de maladies chroniques, d’invalidité permanente et/ou de mourir prématurément.

 

En ce qui me concerne, je suis écoeurée, et j’en ai assez quand, chaque jour, j’apprends que la santé d’un bébé, d’un enfant ou d’un adulte a été endommagée ou que ces personnes sont décédées à la suite de vaccinations. Cette folie vaccinale doit s’arrêter tout de suite. La chose ne pourra se produire que quand les obligations auront été abolies et que les droits parentaux et individuels auront été pleinement restaurés. Il faut que ces vérités soient radicalement proclamées, en particulier par ceux et celles qui se sont battus depuis des années et qui savent que la seule manière de se protéger et de protéger ses enfants des préjudices que peuvent entraîner les vaccins est la possibilité libre et sans restriction de tout simplement dire : « NON MERCI !»  Laura HAYES (Californie).

 

« Si on autorise la médicine officielle à fouler aux pieds les objections philosophiques et religieuses des parents, de même qu’à violer le corps de nos enfants avec des dizaines d’antigènes vaccinaux, de produits chimiques, d’ADN d’animaux de tissues de foetus humains avortés, de CELLULES CANCEREUSES, il est impératif que l’origine de ces lois soit scrupuleusement examinée. » Dr Suzanne HUMPFRIES, MD (néphrologue)  

 

 

Auditions au Comté et de la Ville de San Francisco

Témoignage de Mme J. Miller

 

10 novembre 2015

Vaccins : le droit de dire : «  NON MERCI ! »
Vaccins : le droit de dire : «  NON MERCI ! »

Au cours de leurs interventions lors de l’audition publique du Comté et de la Ville de San Francisco (10 novembre 2015), Madame J. Miller, et autres citoyens  ont tenu à rappeler qu’en matière de vaccinations :

 

« Le Congrès et la Cour Suprême des Etats-Unis ont qualifié les vaccinations de produits «inévitablement dangereux». Ces produits sont susceptibles d’endommager la santé et de tuer. Et, poursuit-elle : je le redis : le Congrès et la Cour Suprême des Etats-Unis ont qualifié les vaccinations de produits « inévitablement dangereux ». Nous ne savons pas qui va être touché. Comme nous n’avons pas de test, nous jouons en fait à la roulette russe pour nous et nos enfants avec ces vaccinations  légalement obligatoires. Ne vous leurrez pas : les vaccins ne sont ni sûrs, ni efficaces ! 

 

Sachez aussi que les fabricants de vaccins jouissent d’une immunité juridique. Ils ne peuvent pas être poursuivis en cas de dommages ou de décès. Sachez aussi que l’Etat américain a déjà dû débourser plus de 3 milliards de dollars pour dédommager les victimes de vaccins (dommages et décès) ! »

 

Source : Comté de San Francisco (auditions)

 

Les choses sont très claires: la vaccination EST un terrorisme sanitaire car l'on SAIT qu'il y aura forcément des victimes mais on ne sait pas sur qui ça tombera. La peur (des infections naturelles) est instrumentalisée car elle sert de chantage et de moyen d'oppression... En ces temps où on ne parle que de terrorisme, il est aussi devenu urgent d'avoir une réflexion cohérente et lucide sur toutes les formes de terrorisme, car certaines formes non discernées comme telles peuvent hélas s'avérer ô combien meurtrières même si elles ne revendiquent pas officiellement la mort et la désolation mais promettent au contraire le salut et la solidarité.

 

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2015 7 15 /11 /novembre /2015 10:27

  Décès d’un bébé de l’Indiana après 6 vaccins

 

Augustina Ursino, 6 novembre 2015 (Extraits)

Indiana: décès d'un bébé après 6 vaccins

C’est avec une profonde tristesse qu’une famille de Columbia City (Indiana) nous a raconté comment leur petit garçon a perdu la vie après avoir reçu les vaccinations de routine et du Tylenol.

 

Michael Whitesell aimait beaucoup jouer avec son grand frère, Keegan. Ils étaient toujours ensemble. Personne n’aurait pu prévoir qu’ils allaient être séparés après que Michael fut vacciné.

 

Michael Eugene Whitesell est né le 30 septembre 2014.

 

Le 19 octobre 2015, alors qu’il avait un an, il fut conduit à sa première visite médicale où il reçut le vaccin ROR (Rougeole-Oreillons-Rubéole), le vaccin contre la varicelle, l’hépatite A et le vaccin contre la grippe, soit 6 doses de vaccin.

 

Trois jours après sa visite médicale, Michael a fait un peu de fièvre. Le pédiatre avait suggéré à ses parents de lui administrer un médicament pour réduire la fièvre. Ses parents lui ont donné du Tylenol et la fièvre de Michael est tombée.

 

Michael a semblé être normal et avoir retrouvé sa forme habituelle. Il mangeait bien. Tout semblait bien aller. Il est allé dormir à l’heure habituelle et est vite tombé endormi dans son berceau.

 

Tôt le lendemain, juste un peu après 7 heures, sa maman Brittney l’a trouvé couché sur le ventre. Il était froid, bleu et sans vie. La maman a de suite appelé le 911.

 

Pendant que la maman était au téléphone, Thomas, le papa de Michael tentait de le réanimer. Mais le petit était déjà parti. Rien de ce qu’ils ont pu faire n’a réussi à le ramener à la vie.

 

Michael est décédé le 23 octobre 2015, moins de quatre jours après avoir été vacciné et avoir reçu du Tylénol.

 

Bien que Michael ait été retrouvé couché sur le ventre, le médecin légiste a voulu préciser qu’il n’est pas mort de suffocation. Une autopsie a été pratiquée, mais les résultats ne seront pas connus de la famille avant deux mois ou plus.

 

Les parents de Michael ont été interrogés et le frère aîné de Michael a été enlevé par les services de protection de l’enfance 

 

Après avoir, en vain, attendu des années pour avoir un enfant, Brittney et Thomas ont trouvé leur bonheur dans l’accueil de leurs neveux. Ils étaient enfin heureux d’être des parents et c’était leur bonheur d’élever Michael et Keegan.

 

Quand le temps de la première visite médicale fut venu, Brittney et Thomas n’ont pas hésité un instant à faire totale confiance aux médecins. Ils ont accepté que leur enfant soit vacciné parce que c’était précisément ce que le médecin avait recommandé.

 

Ils ne savaient pas à quel point les vaccins pouvaient être dangereux, jusqu’à ce qu’il soit trop tard. Après le décès de Michael, une enquête de routine a été effectuée par les services de protection de l’enfance et le frère aîné fut enlevé à la famille parce que Brittney et Thomas n’étaient pas les parents biologiques de l’enfant.

 

Faire l’objet d’une enquête quand un enfant meurt à la maison après une vaccination est ce à quoi doivent s’attendre les parents. Les enquêteurs sont parfois tentés de blâmer les parents au lieu de mettre les vaccins en cause.

 

Après avoir dû accepter que Michael décède et que son grand frère leur soit enlevé, Thomas écrivait : «  C’est terrible de ne pas pouvoir faire notre deuil avec notre petit garçon de trois ans. Ils nous traitent comme des criminels alors que nous n’avons rien fait de mal. »

 

La notice du vaccin ROR  mentionne les décès comme un risque possible du vaccin                          

 

Le CDC (Centres Américains de Contrôle et de Prévention des Maladies) et les fabricants de vaccins admettent la possibilité de réactions allergiques et de décès après avoir reçu un vaccin. [1]

Indiana: décès d'un bébé après 6 vaccins

Le vaccin ROR que Michael a reçu est un vaccin 3 en 1. La notice du vaccin évoque clairement les problèmes de santé dont a souffert Michael. Les enquêteurs nous ont pris Keegan et ne se sont pas souciés de la notice du vaccin.

 

Beaucoup trop de parents ont connu pareille situation ; ce sont eux qui ont été blâmés pour les dommages de santé de leurs enfants. Il n’est plus possible aujourd’hui d’ignorer le problème des vaccins ; ils endommagent la santé des gens et même le gouvernement lui-même l’admet puisqu’il dédommage les accidents vaccinaux.

 

Le simple fait que le décès est repris dans les risques possibles devrait à lui seul suffire à attirer l’attention des enquêteurs après le décès d’un enfant quand ce dernier sort d’une visite médicale récente. Il faut vraiment que les parents lisent les notices des vaccins que l’on administre à leurs enfants, qu’ils se tiennent au courant des risques que leurs enfants peuvent encourir. [2]

 

Les enquêteurs ne possèdent pas les moyens de prouver que les vaccins peuvent tuer.

 

Le fait d’administrer plus d’un vaccin à la fois, d’administrer une combinaison de vaccins contribue à aider les fabricants de vaccins à camoufler les dommages parce qu’il est trop difficile de prouver que tel ou tel vaccin a causé un dommage. Il est dès lors impossible à un médecin légiste de prouver que tel vaccin ou que tous les vaccins que Michael a reçus ont provoqué sa mort.

 

Les fabricants de vaccins sont tenus de publier la liste des effets secondaires possibles sur les notices, mais ce ne sont là que des données « corrélatives », et ce n’est pas du tout la même chose que d’affirmer que les vaccins provoquent ces dommages. Ce fait limite les possibilités que les dommages causés soient effectivement reconnus.

 

Vous trouverez beaucoup de personnes favorables aux vaccins qui vous diront qu’il n’y a pas de preuve que Michael ou d’autres personnes sont mortes à la suite des vaccinations. Essayez de vous en rappeler la raison : comme les fabricants de vaccins ne sont pas contraints de publier des données montrant la relation de cause à effet, mais seulement des données « corrélatives », les officiels de santé et les fabricants de vaccins peuvent continuer d’affirmer qu’il n’existe pas de preuve que les vaccins provoquent effectivement l’une ou l’autre des réactions reprises sur la notice, y compris la mort.

 

Il s’agit ici de l’une des principales raisons pour lesquelles les vaccins ne sont pas repris dans les rapports d’autopsie ou repris comme cause de la mort de personnes qui ont subi une ou plusieurs vaccinations. Tout au plus, on dit parfois aux parents qu’il existe un lien plausible, mais jamais une réponse claire et nette.

 

Cependant le bon sens et la simple observation montrent que les vaccins tuent beaucoup d’enfants et d’adultes. Michael était en parfaite santé quand nous nous sommes rendus chez le médecin et tout a changé après les vaccins.

 

Les parents en ont marre de tout ce qu’on leur cache dans le domaine des vaccins. Ce qu’ils demandent c’est la vérité au sujet du rapport d’autopsie et du certificat de décès. Quand on observe que de nombreux enfants en bonne santé finissent par mourir peu de temps après les vaccinations, on peut clairement dire que les vaccins en sont la cause et que la corrélation peut être mise sur le même pied que la causalité.

 

Nous voulons espérer que le rapport d’autopsie de Michael révélera qu’il avait été récemment vacciné, qu’il avait reçu 6 doses de vaccin et que le médecin avait conseillé à ses parents de lui administrer du Tylenol, sans préciser que des dommages pouvaient s’ensuivre.

 

Les parents de Michael savent que ce sont les vaccins qui lui ont volé la vie, peu importe ce que l’on puisse écrire sur un bout de papier. Les parents de Michael ont appris d’autres parents ce à quoi ils devaient s’attendre, à savoir que les vaccins ne seraient surement pas mentionnés sur le rapport d’autopsie. Sur ce point précis, les parents sont confrontés à un énorme problème.

 

Les parents devraient être en mesure de pouvoir refuser une autopsie qui ne reflète pas la vérité

 

Il est tout à fait inacceptable qu’un médecin légiste ne soit pas contraint de mentionner les vaccins sur son rapport, ou quand il y a recours aux urgences pour un enfant qui vient d’être vacciné et qui décéderait dans la suite.

 

Les parents attendent qu’on leur dise la vérité sur les rapports d’autopsie. Ceci suppose bien entendu que l’on mentionne les vaccins (quand c’est le cas) comme une cause possible du décès.

 

Quand un enfant décède après des vaccinations, qu’il porte encore les marques de l’injection, qu’il porte encore son pansement, même dans pareil cas les vaccins ne sont pas mentionnés. Il y a d’énormes intérêts à maintenir les parents dans l’ignorance, de leur cacher la vérité. L’industrie des vaccins survit  au détriment de la vie des plus innocents. Quand un bébé décède après des vaccinations, c’est sa famille qui souffre le plu, et non les véritables responsables, même pas le médecin vaccinateur. Les médecins et les infirmières ignorent souvent ce à quoi ils participent et continuent à vacciner d’autres enfants. Comment peut-on imaginer jouer pareillement avec la vie des autres, surtout avec celle d’enfants innocents qui n’ont pas leur mot à dire. Les parents ne supporteront plus pareille situation fort longtemps.

 

Au lieu d’essayer de démontrer que l’injection de ces vaccins multiples, est sûre et sans danger, on s’est affairé à créer des lois qui accordent l’impunité juridique aux fabricants de vaccins. Cette situation ne les incite guère à fabriquer des vaccins plus sûrs, mais au contraire les incite à ajouter de plus en plus de vaccins au programme sans que l’on s’occupe de tester si l’administration simultanée de plusieurs vaccins  est véritablement sans danger.

 

Administrer du Tylenol après des vaccinations peut s’avérer dangereux

 

Le manuel de Merck signale que l’acétaminophène, l’ingrédient actif du Tylénol pour enfants peut épuiser les taux de glutathion dans le corps et provoquer des dommages au foie.

 

Les médecins se doivent d’avertir les parents que les enfants auxquels on administrerait du Tylénol après des vaccinations pourraient voir leurs enfants encourir des risques supplémentaires, tout spécialement s’il s’agit du vaccin ROR que Michael a reçu. Les enfants qui ont reçu le vaccin ROR et auxquels on a donné de l’acétaminophène présentent un risque plus élevé de souffrir d’autisme provoqué par le vaccin et l’acétaminophène. « Cette étude préliminaire a montré que l’utilisation d’acétaminophène après la vaccination Rougeole-Oreillons-Rubéole (ROR) a été associée à des troubles autistiques. [6]

 

Les vaccinations font rentrer dans le corps des virus, des bactéries, des métaux lourds, de l’ADN contaminant provenant de plantes ou d’animaux, des produits chimiques, des organismes génétiquement modifiés. Il existe une documentation qui montre que certains de ces ingrédients sont susceptibles de provoquer le cancer.

 

Le glutathion est nécessaire pour aider le corps à se débarrasser des produits toxiques.

 

Consommer de l’acétaminophène après une vaccination peut provoquer un effet de cascade, empêchant le corps de se débarrasser suffisamment vite des produits chimiques toxiques qui ont été injectés dans le corps avec la vaccination. Les complications vaccinales peuvent inclure une insuffisance respiratoire ou la mort. Administrer du Tylenol après des vaccinations peut augmenter les risques de pareilles complications.

 

Conclusion

 

Quand d’autres familles étaient en train de fêter Halloween, les parents de Michael assistaient aux funérailles de leur petit garçon. Michael a été inhumé le 30 octobre 2015.

 

Si vous n’avez jamais entendu parler des effets secondaires des vaccins, cet article peut présenter un caractère difficile mais il peut être d’une importance capitale pour vous et indispensable à assimiler. Nos pensées vont à tous ces enfants et à toutes ces familles qui ont souffert. Nous voudrions vous prier d’effectuer une recherche sur tout vaccin que vous auriez l’intention d’administrer à vos enfants ou de vous faire administrer. Prenez, de grâce, le temps d’apprendre ce qu’il vous faudra faire si la santé de votre enfant est endommagée par un vaccin. N’hésitez pas à entrer en contact avec des parents d’enfants vaccinés et non vaccinés pour que vous puissiez vous rendre compte quel groupe d’enfants sont en meilleure santé. Nous voudrions vous supplier de faire votre propre recherche. Aucun parent ne pense évidemment que pareil désastre puisse arriver à leur enfant.

 

Nous voulons partager avec vous le message de Thomas :

 

« Michael était un gentil petit garçon. Il était en parfaite santé. Son sourire vous touchait en plein cœur.

 

Je sais que ce sont les vaccins qui l’ont tué. Je veux présenter mes condoléances aux familles qui ont eu à traverser l’épreuve qui a été la nôtre. Cela nous aide. Il nous est encore difficile de comprendre ce qui nous est arrivé et à aucun prix je ne voudrais que plus personne n’ait à traverser pareilles souffrances.

 

Je veux partager ce que nous avons vécu parce qu’il faut que de plus en plus de gens puissent comprendre ce qui pourrait arriver quand ils conduisent leur enfant à ces visites médicales. Je suis vraiment bien placé pour savoir la douleur que représente la perte d’un petit garçon après des vaccinations, alors que nous pensions que tout cela était pour son plus grand bien.

 

Je ne savais vraiment pas que le fait de lui donner du Tylenol après qu’il ait reçu ses vaccins n’était pas bon pour lui. Nous avions fait confiance aux médecins. Nous avions pensé que nous ne possédions pas de formation médicale et que nous n’avions pas étudié la question. Mais maintenant après tout ce que nous avons appris, j’aurais peur de donner quoi que ce soit à mon enfant qui m’aurait été recommandé par un médecin. Nous leur avons fait confiance en ce qui concerne la vie de notre petit garçon et maintenant nous venons d’enterrer notre cher petit.

 

Ce fut la pire chose au monde que de perdre Michael. Je ne suis même pas capable de décrire tout ce que je ressens. »

 

Nous ne t’oublierons jamais Michael. Nous savons que tu as donné ta très courte vie pour empêcher que d’autres enfants subissent le sort qui a été le tien.

 

Références

 

  1. http://www.cdc.gov/vaccines/vac-gen/side-effects.htm
  2. http://www.immunize.org/packageinserts/
  3. http://vactruth.com/2012/08/21/autopsy-medical-tests/
  4. http://www.merckmanuals.com/professional/injuries-poisoning...
  5. https://web.archive.org/web/20150411063151/...
  6. https://web.archive.org/web/20150607053737/...
  7. http://vactruth.com/2012/11/08/brainwashed-police-ignore-vaccine-injuries/
  8. http://www.nvic.org/injury-compensation.aspx
  9. http://www.hrsa.gov/vaccinecompensation/vaccinetable.html
  10. https://vaers.hhs.gov/index

 

Source : Vactruth

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 21:20
Michel Georget, agrégé de biologie, est l'auteur des excellents livres "Vaccinations, les vérités indésirables" (chez Dangles) et "L'apport des vaccinations à la santé publique. La réalité derrière le mythe" (aussi chez Dangles)

Michel Georget, agrégé de biologie, est l'auteur des excellents livres "Vaccinations, les vérités indésirables" (chez Dangles) et "L'apport des vaccinations à la santé publique. La réalité derrière le mythe" (aussi chez Dangles)

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2015 2 10 /11 /novembre /2015 21:55

Une chercheuse du MIT (Massachussets Institute of Technology), le Dr Stephanie Seneff a averti il y a quelques mois qu'au train où vont les choses, un enfant américain sur deux pourrait être affecté d'une forme d'autisme d'ici 2025. Cette chercheuse pointait notamment du doigt le glyphosate (utilisé dans le Roundup) dans le cadre de sa dernière étude: ce produit aurait pour effet d'augmenter les taux de maladie coeliaque et d'intolérance au gluten. 

 

Malheureusement, il n'y a pas que le Roundup qui est en cause ni les seuls Etats-Unis à être confrontés à cette explosion alarmante des cas d'autisme. Les vaccins (et pas que le seul vaccin ROR) sont associés de longue date au déclenchement de l'autisme. Il n'y a pas eu que les seuls travaux du Dr Wakefield (qui d'ailleurs avaient été confirmés par d'autres équipes de chercheurs). Il y a plusieurs livres entièrement consacrés à ce sujet (ex: ici, ici ou ici); des officiels qui ont avoué clairement qu'il y avait des problèmes à ce niveau et plusieurs études scientifiques traitant de ce sujet (cf ici ou ici par exemple) Mais tout ce dossier est solidement verrouillé et vous comprendrez mieux le contexte général en lisant cet article-ci.

 

Tous ces facteurs toxiques agissent en synergie négative pour maximiser les probabilités que votre enfant devienne autiste (le glyphosate n'exclut hélas pas le rôle des vaccins, des métaux dentaires etc etc.). Après une période de développement le plus souvent parfaitement normal, votre enfant se met à régresser et vous ne comprenez pas pourquoi. Mais ne comptez hélas pas sur votre médecin pour vous avouer "les vaccins que j'ai administrés à votre enfant ont pu contribuer à le rendre autiste!". Le seul discours auquel les parents auront droit de la part du corps médical classique sera d'autant plus dramatique pour l'enfant qu'il consistera à affirmer aux parents qu'ils doivent absolument arriver à faire le deuil de "leur enfant d'avant" et que leur enfant "ne sera plus jamais comme avant"... ce discours est mortifère et ô combien délétère car il condamne doublement l'enfant: celui-ci, déjà malade, ne peut compter QUE sur l'énergie et la détermination de ses parents pour trouver UNE VRAIE SOLUTION plutôt que d'être condamné tôt ou tard à aller dans une institution sans aucune autonomie. Or si le corps médical convainct à tort (par ignorance!) les parents qu'il faut baisser les bras, l'enfant est ainsi doublement condamné.

 

L'autisme coûte cher en souffrances, en énergie et en moyens financiers. Le coût mensuel de prise en charge d'un enfant autiste peut atteindre les 4000 euros. Oui, vous avez bien lu! Des sommes qui ne vous seront jamais versées ou proposées par les médecins qui vous auront préconisé docilement l'entièreté du calendrier vaccinal et qui n'auront plus la moindre pensée pour votre enfant une fois rentrés chez eux! L'autisme touche environ 600 000 personnes en France et environ 110 000 en Belgique, des chiffres qui n'ont rien d'anodin. De telles hausses des cas au fil des années ne peuvent absolument pas s'expliquer par la génétique ou de meilleurs diagnostics, la grande cause étant la pollution accrue, multiforme (et bien sûr les vaccins jouent un rôle non négligeable, très précoce, et répété qui plus est et avec de plus en plus de vaccins au fil des décennies, qui ont augmenté en parallèle de la hausse exponentielle des cas).

 

Si votre enfant est autiste ou si vous connaissez un proche, une amie ou un collègue de travail qui a un enfant autiste, les informations ci-dessous vous seront TRES, TRES utiles, elles peuvent changer votre vie et celle de l'enfant concerné et elles n'ont tout simplement pas de prix. Ne pas tenter sérieusement ces approches pour essayer d'aider un enfant autiste à aller mieux voire à guérir totalement, c'est lui faire perdre des chances substantielles de santé et de mieux-être....

 

Extrait de la conférence de Senta Depuydt, maman d'un enfant guéri de l'autisme avec l'approche "BIOMED", donnée dans le cadre du colloque sur la liberté de soigner, organisé le 4 avril 2014 à la Pitié Salpétrière, à Paris, par le service d'oncologie pédiatrique de Garches du Dr Nicole Delépine:

Plus d'informations sur les traitements alternatifs de l'autisme:

 

Comment guérir de l'autisme (bon résumé de base des approches Biomed. Selon Senta Depuydt: une vraie réserve sur le MMS mentionné)

 

Sortir de l'autisme, c'est possible

 

ET alors... ne manquez pas le Grand Congrès "SORTIR de l'AUTISME" les 30 & 31 janvier prochains à Paris, avec de nombreux témoignages et présence de médecins ouverts et informés (Pr Luc Montagnier, Dr Natasha Campbell, Dr Clavera, Dr Berthoud, Dr Skorupka,...)

On l'aura compris, ce ne sont pas des "plans autisme" officiels successifs qui apporteront la solution aux enfants mais une réorientation de toute la pensée médicale erronée qui s'aveugle et refuse de voir les vraies causes

On l'aura compris, ce ne sont pas des "plans autisme" officiels successifs qui apporteront la solution aux enfants mais une réorientation de toute la pensée médicale erronée qui s'aveugle et refuse de voir les vraies causes

Infos & inscriptions pour le Congrès de Paris au lien suivant:

 

www.congressortirdelautisme.com

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2015 1 09 /11 /novembre /2015 10:06

Après les parents Larère (dont l'affaire est toujours en cours et sera réouverte le 14 décembre prochain), c'est sur les Lecomte que s'acharnent cette fois les officiels avec un procès qui s'ouvre aujourd'hui même. Alors que les médias se jettent sur ces affaires pour étiqueter ces parents d' "antivaccins", nous vous rappelons que ce terme ne veut plus rien dire dans un contexte où la pression vaccinale a atteint des sommets et où les vaccins obligatoires (sans autres valences ajoutées) ont été rendus volontairement indisponibles par une collusion entre l'establishment et les firmes, celles-ci étant qualifiées de "partenaires naturels" dans un rapport du Sénat français de 2007.

Nous avons atteint le comble de l'absurde: refuser le "tout vaccin" imposé (vaccins les plus groupés, seuls restants sur le marché) est passible de poursuites en justice... les firmes peuvent se frotter les mains et l'illégalité la plus arrogante a de beaux jours devant elle si nous ne réagissons pas!

Nous avons atteint le comble de l'absurde: refuser le "tout vaccin" imposé (vaccins les plus groupés, seuls restants sur le marché) est passible de poursuites en justice... les firmes peuvent se frotter les mains et l'illégalité la plus arrogante a de beaux jours devant elle si nous ne réagissons pas!

Pour vous tenir informés sur ce dossier que vous ne connaissez peut-être pas encore, nous vous mettons ci-dessous quelques comptes-rendus médiatiques (avec la prudence qui s'impose comme toujours quand les médias mainstream traitent de ces sujets qu'ils connaissent si peu...) ainsi que les communiqués de presse de plusieurs associations citoyennes comme par exemple, la Ligue Nationale pour la Liberté des Vaccinations (LNPLV) et Infovaccins France.

 

Article du Nouvel Obs du 9 novembre 2015, "Mickaël Lecomte, un père anti-vaccins au tribunal"

 

"Ils refusent de faire vacciner leur enfant" (par la rédaction d'Allodocteurs)

 

Communiqué de presse de l'association Info Vaccins France 

 

Communiqué de la Ligue Nationale pour la Liberté des Vaccinations 

 

Pétition pour soutenir cette famille et la famille Larère dans la même situationcar il est tout bonnement impensable que des parents soient condamnés pour ne pas avoir fait administrer un vaccin obligatoire qui n'existe pas!

 

Avis à tous les parents dont les médecins essayeraient de les abuser

On ne peut imposer de force le vaccin Infanrix Tetra, Quinta ou Hexa

 

Article L122-1 du Code de la Consommation:

 

"Il est interdit de refuser à un consommateur la vente d'un produit ou la prestation d'un service, sauf motif légitime, et de subordonner la vente d'un produit à l'achat d'une quantité imposée ou à l'achat concomitant d'un autre produit ou d'un autre service ainsi que de subordonner la prestation d'un service à celle d'un autre service ou à l'achat d'un produit."  

Strasbourg : relaxe pour des parents accusés de ne pas avoir fait vacciner leur bébé

 

mis à jour le 09/11/2015

 

Le tribunal correctionnel de Strasbourg a relaxé lundi un couple poursuivi pour avoir refusé l'administration à son fils du vaccin obligatoire contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (DT Polio), a-t-on appris auprès des avocats.

 

"Ils ont été relaxés car l'infraction n'était pas constituée au moment des faits, en raison de l'âge de l'enfant", qui n'avait alors que 14 mois, tandis que la loi impose la vaccination DT Polio avant l'âge de 18 mois, a expliqué à l'AFP Me Fabienne Hagemann, avocate de l'association Themis, désignée par le parquet pour représenter l'intérêt de l'enfant.


L'affaire avait démarré au mois de mai lorsqu'un médecin du centre de vaccination international de Strasbourg avait refusé de vacciner le bébé contre la fièvre jaune, après avoir constaté qu'il n'avait pas reçu le DT Polio. La famille était venue le consulter afin de pouvoir partir au Gabon où la mère de famille, militaire, devait être affectée. Elle est depuis partie seule au Gabon, au mois de juillet, laissant en France son compagnon et son fils, aujourd'hui âgé de 21 mois. "Il n'y a pas d'étude sur le long terme sur les effets de la vaccination", a expliqué lundi à l'AFP Mickaël Lecomte, le père de famille, présent seul au tribunal. "Eux défendent la vaccination, moi je défends mon enfant", a-t-il ajouté. L'association Info Vaccins France, qui soutient M. Lecomte, a souligné dans une lettre adressée à François Hollande que le vaccin "DTP n'est plus disponible sur le marché français depuis 2008".

Demandant l'"abrogation de toutes les lois d'obligations vaccinales", cette association déplore qu'on ne trouve plus dans les pharmacies françaises de vaccins trivalents (DT Polio), mais des vaccins tétravalents, pentavalents, voire hexavalents, censés protéger également contre la coqueluche, une forme de méningite et l'hépathite B, alors que la vaccination contre ces maladies n'est pas obligatoire. Daniel Floret, président du Comité technique des vaccinations, a reconnu que "la situation actuelle est intenable: il y a une vaccination obligatoire contre trois maladies, mais en pratique il est extrêmement difficile de ne recevoir que ces vaccins".

M. Floret a toutefois souligné qu'"on court beaucoup plus de risques d'avoir une coqueluche ou une hépatite à haemophilus" en Afrique, "où on ne vaccine pas contre l'haemophilus que d'avoir le diphtérie ou le tétanos".

 

Source : France3régions.fr

Partager cet article
Repost0

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA