Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 21:00

Unicef-groupes-religieux-vaccination.JPG

Initiative Citoyenne a pu lire et analyser en détail un document de l'Unicef intitulé "Instaurer la confiance en la vaccination. Créer un partenariat avec les autorités et associations religieuses."

 

Ce document qui s'adresse à tout travailleur humanitaire local est extrêmement important car il démontre finalement ce à quoi des organisations internationales sont prêtes pour vacciner à tout prix. Le document en question mérite donc un bon décryptage pour mieux se rendre compte de la fuite en avant vaccinale d'une part mais aussi de la guerre informationnelle évidente au fur et à mesure que le nombre de nouveaux vaccins introduits dans ces pays s'accroît.

 

Rien que le premier paragraphe de la 3° section du document donne déjà le ton du document tout entier:

 

"Malgré tous vos efforts, il arrive que la vaccination suscite des résistances. Ces résistances sont parfois d'ordre religieux. Dans d'autres cas, il se peut tout simplement qu'un représentant d'une religion fasse circuler des rumeurs sans fondement. Quoi qu'il en soit, il est nécessaire de réagir rapidement, ce que l'Unicef, le gouvernement et d'autres partenaires peuvent être amenés à faire."

 

" La première réaction consiste souvent à élaborer des messages visant à surmonter les résistances et à les diffuser immédiatement."

 

Décryptage: Il s'agit ici pour l'Unicef de faire habilement croire à tort que le rejet des vaccins n'est jamais fondé ou d'ordre scientifique. Ils utilisent donc la technique du "pile, nous gagnons, face ils perdent" en n'évoquant que les refus d'ordre religieux d'une part et d'autres types de refus qu'ils estiment non fondés et assimilent à des "rumeurs sans fondement" d'autre part. L'impression qui se dégage alors faussement est que la vaccination est "quelque chose qui va de soi" ou qui serait "logique", bien que rien ne soit évidemment plus faux. On est donc ici dans le baBA de la manipulation. Réagir immédiatement est une autre ficelle connue des manipulateurs puisque "qui ne dit mot consent" dit-on. Hélas, on voit bien dans la réalité que le souci majeur est toujours de viser la seule communication, la seule adhésion au détriment de la résolution véritable des problèmes criants de sécurité qui auraient été soulevés!

 

La première section du document concerne les associations religieuses et leur rôle supposé, en lien avec la vaccination.

 

Le premier paragraphe de cette section est déjà éminemment révélateur à ce niveau:

 

"Contacter les associations religieuses en connaissant et en respectant leurs opinions permet souvent aux responsables de la communication et de la santé de gagner la confiance dont ils ont besoin pour obtenir leur soutien."

 

Décryptage: On est ici en plein dans l'approche opportuniste et utilitariste qui consiste à utiliser des gens à d'autres fins qu'ils ne maîtrisent pas. On doit donc faire mine de les respecter en prenant le soin de gâcher toute chance de collaboration et donc de les froisser.

 

Le simple quidam pourrait aussi se demander pourquoi l'Unicef et ses partenaires tiennent tellement à associer les représentants religieux à des questions qui ne les concernent pas particulièrement à savoir des politiques dites de "santé". Si la vaccination était si fabuleuse, pourquoi aussi y aurait-il le moindre besoin d'aller embrigader à ce point ces groupements, voilà une question de bon sens qui s'impose d'emblée...

 

La suite du texte apporte plus de précisions à cet égard:

 

Pourquoi les autorités religieuses?

 

Parce qu'elles:

 

- exercent une influence sociale et politique considérable

- disposent d'un réseau de personnes bien établi et d'une infrastructure organisationnelle et physique, du niveau national au niveau des districts et des communautés

- constituent auprès des fidèles une source d'information crédible

- incitent à agir dans l'intérêt général

- sanctionnent certains comportements ou certains actes

- peuvent devenir des alliés lorsqu'il s'agit de dissiper des rumeurs et d'atténuer des résistances

- sont souvent prêtes à agir seules, avec un appui minimal

 

Que peuvent donner des relations de travail étroites avec des associations religieuses?

 

Elles peuvent:

 

- Amener la communauté à "s'investir" afin que tous les enfants soient vaccinés

- Renforcer les capacités locales d'organisation, d'obtention de consensus et de règlement des problèmes sociaux

-Instaurer un appui durable en faveur des services de santé essentiels pour les enfants.

 

Décryptage: Une fois encore, on remarque qu'on se situe ici exclusivement dans l'aspect formel et communicationnel, autrement dit, par quels biais relayer et bétonner le dogme? Si les bouchers étaient aussi une source d'information jugée "aussi crédible", nul doute qu'ils se seraient aussi tournés vers eux...Autre habileté encore, c'est celle qui consiste à assimiler de façon subtile et de façon bien sûr tout à fait arbitraire "vaccination et intérêt général" puis de jouer  juste après, sur la notion de Bien (la vaccination) et de "Mal" (la non vaccination) en filigrane. -les associations religieuses sanctionnent certains comportements ou certains actes.

 

Il est donc une fois encore ici question de vacciner "tous" les enfants et en général, sans place pour la moindre individualisation bien sûr puisque ces malheureux enfants déjà immunologiquement fragilisés par un état de sous-nutrition, par un manque d'eau, par la pauvreté et d'autres maladies, sont vaccinés à la hussarde, par porte à porte ou dans des dispensaires rudimentaires et pas du tout équipés pour un examen médical préalable approprié! L'important pour l'Unicef c'est qu'aucun enfant ne puisse échapper à la vaccination, on en est là. Seulement à partir du moment où des études sérieuses démontrent que la mortalité infantile est plus élevée dans les pays qui vaccinent le plus et que d'autres, comme celle du British medical Journal, indiquent que la mortalité des bébés filles bien nourries mais vaccinées contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche est trois fois supérieure à celle des bébés filles dénutries mais non vaccinées avec ce vaccin, il y a réellement de quoi tirer la sonnette d'alarme!!

 

Il est cependant manifeste qu'une des ficelles utilisées par les vaccinateurs et les institutions internationales sur place est de "brouiller les pistes" en liant l'essentiel au contre-productif, c'est à dire lier la vaccination (non essentielle) aux autres types de soins de base très nécessaires (vitamine A, moustiquaire, suivi prénatal) dans une sorte de chantage tacite extrêmement malsain qui consiste à n'accorder l'un qu'à condition de l'autre (la vaccination).

 

Cette ficelle est constante, y compris dans les pays dits "riches": c'est ainsi qu'on préconise de lier la vaccination HPV ou hépatite B de l'adolescent au discours sur la contraception. Lier la vaccination aux autres programmes de soins permet, à la façon d'un "cheval de troie" d'assimiler un artifice à quelque chose de quasi "séculier".

 

La deuxième section du document s'intitule "Former des alliances".

 

Cette section détaille de façon beaucoup plus précise comment embobiner et manipuler les groupes religieux (la partie "carotte" du principe de "la carotte et le bâton".)

 

Il s'agit donc ici de décrire les étapes conseillées pour prendre contact avec des groupes religieux et les amener à adhérer à des initiatives locales de vaccination. Le temps N°1 est un temps d'évaluation ("on tâte le terrain"), on évalue notamment les attitudes des groupes religieux les uns par rapport aux autres, leur structure hiérarchique, leur position de départ par rapport à la vaccination mais aussi leur intégration dans le paysage politico-administratif tout en sondant au passage les ressources dont ils disposent. Le temps n°2 est celui de la première prise de contact. Les conseils de l'Unicef sont ici encore particulièrement évocateurs:

 

"Diriger en jouant les intermédiaires." 

 

"Ne sous-estimez pas à quel point il est important de faire preuve de suffisamment de respect, surtout au début."

 

"Un médecin respecté qui est de la même religion peut constituer un bon émissaire."

 

"Si les dirigeants les plus importants ne sont pas disponibles, vous pouvez commencer par des responsables de niveau intermédiaire. Mais, à terme, il vous faudra contacter les dirigeants les plus importants."

 

Le temps n°3 est celui du travail de groupe qui consiste à "responsabiliser" ces groupes sur leur rôle en faveur de la santé des enfants. "L'objectif de ces réunions est de parvenir à un consensus sur le problème et de faire en sorte que le groupe s'engage à trouver une solution. A ce stade, il n'y a pas lieu de parler d'un plan d'action. Instaurez une ambiance détendue et favorisez la formation de relations. Servez du thé."

 

"Aidez le groupe a prendre clairement position en ce qui concerne la vaccination (note d'IC: dans le sens qu'on sait). Il faut parfois plusieurs réunions avant que le groupe accepte sa position. Il peut ne pas y avoir immédiatement de plan d'action. Soyez patient. C'est au groupe de définir le moment venu."

 

Le temps n°4 est celui du plan d'action proprement dit. Il s'agit ici de mieux encore recenser les ressources que le groupe serait prêt à offrir (alors qu'avec les "généreux" dons pantagruéliques de la Fondation Bill Gates en matière de vaccination, on peine à comprendre en quoi il faudrait encore râcler les fonds de tiroirs!) mais aussi de trouver un nom bref au groupe "qui retienne l'attention". Eh oui, on en est là, à ce genre de considérations-là pendant que des milliers d'enfants déjà fragilisés seront victimes de ces vaccins expérimentaux insuffisamment évalués!!

 

Les conseils pour ce temps n°4 comprennent aussi l'organisation d'un ou plusieurs séminaires. Là encore, la manipulation suinte à toutes les lignes:

 

- Ne pas mélanger différents groupes religieux au sein d'un même groupe

 

- Faire en sorte que ces séminaires "ressemblent à des réunions internes"

 

- Structurer le séminaire en deux-demi journées entrecoupées d'une célébration religieuse avec, pour les groupes chrétiens, une messe le dimanche et un vendredi (jour de mosquée) pour les groupes musulmans!

 

- Faire appel  à l'organisation interne du groupe pour qu'il aille véhiculer le message auprès des communautés.

 

- Inviter différents dirigeants gouvernementaux, de l'OMS, de l'UNICEF, des figures traditionnelles respectées (émirs, chefs suprêmes etc) ainsi que des représentants des médias.

 

- Présenter un aperçu général du sujet au moyen de proverbes et dictons locaux (pour se rendre sympathique donc et jouer sur les sentiments)

 

- Insister sur le nombre (parfaitement hypothétique et non démontré donc) d'enfants qui pourraient être sauvés grâce à un taux de vaccination élevé, tout en évoquant le cas (biaisé) de la variole "pour montrer ce qu'il est possible de réaliser". Ils précisent aussi "les adultes se souviendront de l'époque où des gens mouraient de variole et de rougeole." bien que cela ne soit pourtant nullement une preuve que la réduction de la mortalité soit imputable aux vaccins, au contraire, malgré toutes ces vaccinations anti-rougeoleuses en Afrique, la mortalité liée à cette maladie continue cependant d'y être élevée en raison des conditions de pauvreté qui ne se trouvent être nullement améliorées par la vaccination!!

 

- Evoquer "la perte que représente pour le pays la maladie ou le handicap des enfants. Faites appel aux sentiments des parents." (pas un mot toutefois sur la perte que représente  pour le pays les effets secondaires des vaccins et les handicaps qu'ils génèrent chez les enfants!!)

 

- "Se servir de pièces de théâtre, de chansons, de poèmes. Evoquer les aspects de la vaccination de façon créative, par des techniques de communication interactives. Notez cependant que, bien qu'elles soient divertissantes, il se peut que de telles activités ne soient pas adaptées aux vues de certaines associations religieuses."

 

C'est notamment dans le cadre de ce genre de séminaires que sont "formées" les personnes qui seront chargées de contacter la population locale, d'être interviewées par les médias, de mobiliser les groupes locaux ou d'être en contact avec les agents de santé.

 

Le temps n°5 est celui du "maintien de la motivation et de l'engagement".

 

Cette section comporte un titre intitulé "Tirer parti d'une structure d'encadrement existante", un titre qui en dit long sur l'approche utilitariste et opportuniste ici mise en oeuvre avec l'aveu suivant:

 

"Lorsqu'on s'efforce de mobiliser des associations religieuses, il est essentiel que l'encadrement des activités auxquelles elles apportent leur soutien soit pris en charge par leurs propres structures organisationnelles. Il est utile d'offrir des encouragements et un appui technique mais l'encadrement au jour le jour devrait être pris en charge par l'association elle-même."

 

Il est conseillé d'amener les membres des groupes religieux sur le terrain et de leur montrer des enfants en train de se faire piquer. Mais il est aussi conseillé d'"amener des dirigeants religieux (qui n'avaient initialement RIEN demandé) dans les studios de la télévision ou de la radio pour qu'ils se fassent interviewer."

 

Outre ces mesures, il est aussi bien sûr conseillé de "faire en sorte que les groupes reçoivent des commentaires positifs sur l'impact de leurs activités auprès des enfants." et "d'inciter la communauté à faire part de son expérience à d'autres communautés religieuses."

 

On peut encore lire:

 

"Faites en sorte que les efforts du groupe soient reconnus. Faites appel aux médias. Demandez aux dirigeants du gouvernement de rendre hommage aux travaux utiles."

 

Décryptage: Il est ici bien évident que si ces travaux étaient si utiles que cela, il n'y aurait pas besoin d'aller créer de toutes pièces des "commentaires positifs" car ceux-ci viendraient d'eux-mêmes, spontanément! La "pommade" qu'ils cherchent à faire passer avec des éloges gouvernementaux artificiels démontre à merveille le volet "carotte" de la balance carotte/bâton.

 

Il faut flater l'égo, brosser ces gens dans le sens du poil, jouer sur l'aspect médiatique aussi, ce qui doit plaire à certains.

 

La suite est encore plus sournoise:

 

"Renforcez les activités qui font principalement appel aux ressources locales, et réduisez progressivement tout appui matériel extérieur, tout en continuant à reconnaître les efforts fournis et à donner votre avis. [...] Si le groupe le souhaite, aidez-le à élargir son action à d'autres domaines du développement, comme la nutrition, la promotion de l'allaitement maternel, l'hygiène et la prévention de la diarrhée. Les communautés ont de multiples besoins sanitaires et les groupes religieux peuvent y répondre de façon intégrée et durable. En ce qui concerne d'autres domaines de développement, comme l'approvisionnement en eau salubre, aidez l'association à contacter les autorités adéquates."

 

Décryptage: Ainsi, il s'agit de faire payer par les associations religieuses qui n'avaient rien demandé à la base, des dépenses en faveur de la vaccination  alors que la vaccination est beaucoup moins importante que l'eau, l'alimentation ou que l'allaitement qui devraient bien sûr recevoir prioritairement autant de fonds que possible. C'est donc là une sorte de détournement de fonds très astucieux qui consiste à appauvrir ces communautés, à enrichir toujours les mêmes (les multinationales pharmaceutiques). Ces communautés qui ont été manipulées comme il se doit se retrouvent donc vampirisées à leur insu. C'est écoeurant!

 

La section n°3 de ce document s'intitule donc "Instaurer des relations de confiance". Très vite, cette section détaille différentes stratégies destinées à "contrer les résistances" en fonction des caractéristiques de la protestation observée.

 

Plusieurs critères sont proposés pour analyser une contestation donnée, par exemple:

 

- Quelle est la source de résistance: un individu, un groupe?

 

- Quel est le degré de crédibilité du chef de file de l'opposition aux vaccins?

 

- L'opposition à la vaccination est-elle le fait d'un courant (religieux) dominant ou marginal/radical d'un autre groupe plus large?

 

- Le motif d'opposition à la vaccination est-il d'ordre religieux, politique?

 

- La population réagit-elle à des dangers réels ou présumés de la vaccination?

 

- En quoi cette opposition influence-t-elle le recours des habitants à la vaccination?

 

En fonction de ces différents critères, il est proposé 7 types de stratégies, classées de la façon suivante:

 

- Evitez d'attirer l'attention sur la source d'opposition

 

- Obtenez l'appui d'alliés

 

- Allez dans la région concernée afin d'évaluer la situation. Parlez aux habitants, aux responsables locaux et aux professionnels de santé afin de déterminer l'ampleur du problème.

 

- Contactez le(s) chef(s) de file de la résistance et réfléchissez bien à la personne qui devrait effectuer ce premier contact.

 

- Intensifiez la communication sur la vaccination à tous les niveaux (y compris via radio et télévision) et répondez aux questions précises soulevées par l'individu ou le groupe opposé à la vaccination. Mentionner l'opposition à la vaccination peut être contraire à l'effet recherché. Cherchez avant tout à transmettre à autant de personnes que possible des informations exactes sur la vaccination.

 

- Faites appel aux médias. Servez-vous principalement des médias nationaux pour diffuser davantage d'information sur la vaccination. Les messages peuvent être conçus pour convaincre le groupe récalcitrant et répondre à ses arguments, tout en évitant de mentionner les incidents véritables.

 

- Remédier aux lacunes des prestations de service.

 

La section n°4 s'intitule "S'inspirer de l'exemple des autres".

 

Trois exemples sont évoqués, celui de la Sierra Leone, celui de l'Angola et celui de l'Inde. Dans ces trois cas, les manipulations des groupes religieux ont pu porter leurs fruits...

 

Concernant le premier cas (Sierra Leone), il est expliqué que le frein au programme élargi de vaccination (PEV), dès les années 70', était imputable au haut degré d'analphabétisme, à l'absence de médias et à des réticences d'origine religieuses dans des groupes musulmans.

 

L'objectif de ce programme vaccinal baptisé "Marklate" (pour "Vacciner") était "d'administrer six antigènes à au moins 75% de tous les enfants d'ici à 1990."

 

L'UNICEF a rédigé un document intitulé "Savoir pour sauver".

 

Vu que les tentatives de regroupement des différents groupes religieux autour de la vaccination avaient échoué et que les taux de vaccination les plus bas se trouvaient dans les communautés musulmanes du pays, ils ont alors organisé un séminaire destiné uniquement aux responsables musulmans. "Des citations du Coran allant dans le sens de la survie de l'enfant et d'autres initiatives de développement ont été choisies."

 

Les jeunes intellectuels islamiques de l'époque étaient réceptifs à l'idée de vaccination et de "médecine moderne" car ils avaient étudié à l'étranger dit ce document mais certaines responsables religieux continuaient à s'opposer à la notion de vaccination. Il fallait donc organiser des séminaires pour convaincre ces récalcitrants-là (ou les manipuler? C'est selon!)

 

Les imams se sont mis à promouvoir la vaccination, à indiquer dans leurs prêches les heures des séances de vaccination et certains ont même mis leurs mosquées à disposition pour la vaccination! "Une affiche rédigée en arabe, présentant un enfant rescapé de la polio et suggérant que la vaccination aurait pu empêcher son handicap, s'est avérée être un outil de communication particulièrement efficace. Bien que peu de personnes comprennent l'arabe, cette langue est associée à l'islam et est affichée dans les mosquées, ce qui lui confère une crédibilité supplémentaire parmi la population musulmane."

 

L'utilisation des femmes a aussi été de mise puisque, selon ce document "Les femmes ont également fait du porte-à-porte pour trouver les enfants que l'on n'amenait pas se faire vacciner. Les femmes, des mères pour la plupart, étaient très crédibles et leurs arguments en faveur de la vaccination ont convaincu des familles récalcitrantes."

 

Le recours aux communautés chrétiennes a fait appel aux mêmes genres de stratagèmes avec passages bibliques au lieu de passages du Coran. Toutes ces manoeuvres se sont avérées très fructueuses puisqu'en deux ans de temps, le taux de vaccination des enfants est passé de 6 à 75%. Le document précise encore que "cette collaboration (entre communautés musulmane et chrétienne) a parfaitement réussi à accroître la participation de la communauté et la demande de vaccination."

 

Décryptage: Nous y voilà, le but réel semble ici avoué : "faire du chiffre", atteindre tel pourcentage avec au moins X antigènes. Un autre but, encore une fois, est qu'aucun enfant ne puisse échapper à ces vaccinations, et pour cela tout est bon, instrumentaliser les imams, les femmes, etc... Cela démontre donc  le caractère autoritariste extrêmement inquiétant de cette "médecine moderne" qui veut faire marcher de façon forcée tous les gens dans la même direction! Il s'agit ici en fait de créer artificiellement une demande, c'est à dire qu'on crée de faux besoins au lieu de répondre aux véritables priorités.

 

Le deuxième exemple, celui de l'Angola, concerne plus particulièrement la polio.

 

Le document écrit "En 1998, l'Angola était déchirée par une guerre civile quasi ininterrompue depuis plus de vingt ans. Malgré les dégâts infligés à l'infrastructure et à l'économie, le pays avait réussi à organiser des journées nationales de vaccination pendant les trois années précédentes. L'apparition d'une épidémie de polio -la plus grande jamais recensée en Afrique Subsaharienne- a donc créé la surprise. De grandes villes, Benguela et Luanda, ont été touchées et 1103 cas et 60 décès ont été recensés."
 

Le document évoque ensuite "les rumeurs de stérilisation forcée" liées au programme vaccinal qui étaient relayées par des membres du clergé, y compris des évêques et des archevêques.

 

"L'UNICEF a dû renforcer son équipe d'élimination de la polio en recrutant à titre temporaire un membre important de l'église catholique qui avait précédemment été consultant en mobilisation auprès de l'UNICEF." Via ce personnage et quelques conseils épiscopaux plus loin, l'UNICEF a pu faire adopter un programme commun visant notamment à "prouver que les vaccinations ne présentaient aucun danger" mais aussi à "établir des liens entre l'objectif consistant à sauver des vies grâce à la vaccination et les principes de base du christianisme, y compris la dimension salvatrice de la vie du Christ, son amour pour les enfants et la responsabilité sociale de l'église moderne."

 

La suite est encore plus frappante et exemplaire de la manipulation éhontée et avérée de ces populations, in fine prises pour des imbéciles mais au nom de leur prétendu "Bien" (bien entendu!):

 

"En vue de dissiper les rumeurs, on a commencé par mettre au point et distribuer dans les paroisses catholiques de l'ensemble du pays une affiche sur laquelle on voyait Mère Teresa administrer le vaccin oral de la polio à un enfant indien, ainsi qu'une brochure intitulée "Ce que vous faites pour ces petits, vous le faites pour Moi."

 

Décryptage: On le voit, tout, vraiment tout est bon pour vacciner les gens, y compris bien sûr, ce genre de manipulations éhontées consistant à utiliser l'image de personnalités religieuses emblématiques (quand ce n'est pas Mère Teresa, c'est le Dalaï-Lama...) ou à faire parler de vaccination les textes religieux! Il est assez cocasse que l'UNICEF ose qualifier de "surprise" la plus grande épidémie de polio en Afrique subsaharienne après 3 années consécutives de vaccination nationale puisque l'Encyclopedia Universalis de 1988 rapportait une hausse de 300% des cas de polio APRES les grandes campagnes vaccinales menées dans ces régions! Lorsque des pays, comme l'Angola, n'ont pas d'infrastructures correctes en eau salubre et qu'on utilise des vaccins polio oraux (donc vivants), qu'y a-t-il d'étonnant à ce que les virus infectieux issus des vaccinés et véhiculés via les eaux usées, puissent déclencher des flambées épidémiques?!

 

Le troisième et dernier exemple est celui de l'Inde où "les autorités musulmanes ont surmonté la résistance à la vaccination contre la polio."

 

Dans ce pays, l'UNICEF explique avoir contacté les autorités musulmanes locales dans le Nord de l'Inde (Etats du Bihar et de l'Uttar Pradesh). "Les réunions ont eu lieu dans le bureau de l'imam situé à côté de la mosquée. Le fonctionnaire et le consultant de l'UNICEF ont apporté des documents sur l'élimination de la polio et ont présenté les arguments suivants pour dissiper les inquiétudes les plus fréquentes:

 

- D'autres pays ont déjà éliminé la polio, l'Inde peut donc faire de même.

 

- La variole a été éradiquée avec succès et l'élimination de la polio est donc à notre portée.

 

- Il n'existe aucun remède contre la polio. Bien qu'elle soit rarement mortelle, la polio peut handicaper à vie les malades, qui sont ainsi dépendants pour le reste de leur vie. Cela peut être particulièrement difficile pour les filles.

 

- Quelle que soit la source d'approvisionnement en vaccins de l'UNICEF, les vaccins doivent être conformes aux normes internationales de qualité avant d'être distribués en Inde et dans d'autres pays.

 

- La polio ne connaît aucune frontière et de ce fait, tous les êtres humains ne forment qu'une seule et même communauté.

 

L'UNICEF évoque plus loin une "crise évitée" due à une photo (sacrilège) d'une mosquée en couverture du livret censé vanter la vaccination et qui était donc systématiquement boudé et jeté par les lecteurs musulmans.

 

Décryptage: Une fois encore, on a donc présenté des arguments fallacieux aux communautés religieuses. Que ce soit sur la variole (pour laquelle il est FAUX d'affirmer que c'est la vaccination qui l'a éradiquée), sur l'absence du moindre remède en cas de polio (là encore c'est FAUX car la Science, c'est aussi l'observation or le Dr Neveu a pu obtenir plusieurs cas de guérison totale de cas de polios paralytiques avec administration précoce de chlorure de magnésium aux malades!) ou sur l'hypocrisie phénoménale d'avoir évoqué unilatéralement les handicaps dus à la polio sans parler de ceux liés au vaccin, on ne peut dire qu'une seule chose, c'est qu'on a abusé de la crédulité de ces gens. Et les résultats sont bien entendu aussi désastreux qu'on pouvait le craindre puisque dans ce pays que l'OMS a eu le toupet de déclarer "exempt de polio" en 2011, on comptait cette même année pas moins de 47 500 cas de paralysie flasque aigue, une atteinte deux fois plus meurtrière que la polio naturelle, au point que des médecins indiens ont dû sonner le tocsin pour dénoncer ce scandale dans des revues d'éthique médicale! Pour les victimes, que la paralysie vienne d'une polio naturelle ou vaccinale importe peu, seul le résultat compte. Et nul ne doute hélas que les victimes du vaccin ne pourront pas compter sur le genre de "solidarité hypocrite" dont parlait l'UNICEF lorsqu'il s'agissait de pousser à tout prix le vaccin!! Lorsqu'on voit le triste cas de la famille Tremante dont les deux premiers enfants sont morts suite au vaccin polio et dont le troisième fils, Alberto, est handicapé à vie suite à ce même vaccin polio oral, on ne peut que se scandaliser que l'UNICEF ait osé affirmer aussi péremptoirement que "ces vaccins ne présentent aucun danger."! L'UNICEF occulte donc ce genre de véritable crise pour qualifier de "crise" des sujets d'affiche sans importance et tout à fait dérisoires par rapport à la tragédie sanitaire qui affecte ces dizaines de milliers d'enfants!!!

 

Voyez aussi cette vidéo concrète-ci qui témoigne tout à fait de cette instrumentalisation totale de chefs religieux traditionnels, de façon à assimiler sournoisement le refus vaccinal à quelque chose d'irrationnel (comme si tous étaient de cette nature!).

 

En conclusion, on peut clairement comprendre en lisant ce document de l’UNICEF que ces instances ne reculent devant rien pour vacciner à tout prix, en n’hésitant pas à manipuler et à instrumentaliser les populations, tout en taisant et en occultant sciemment les risques. Ce faisant, ce genre d’instances prive, au nom du prétendu Bien de tous, tous les individus vaccinés de leurs droits inaliénables à l’information, à l’intégrité, à la liberté et au refus d’expérimentations (vaccinales) non consenties.

Les populations occidentales devraient par conséquent davantage se soucier du droit de ces populations déjà largement fragilisées, à pouvoir bénéficier des mêmes droits et exigences d’information objective et équitable. A défaut, le degré de tyrannie vaccinale n’ira que croissant, ce qui n’est déjà pas peu dire. Il est inacceptable que les enfants soient recherchés dans leurs foyers et que des parents subissent ainsi de telles pressions et ce d’autant plus qu’en cas de dégâts, ils ne recevront aucune aide et ne bénéficieront d’aucune solidarité. Ces pratiques honteuses rappellent en réalité celles d’un autre temps, chacun comprendra. La vraie religion, c’est la vaccination, avec ses dogmes et ses hérétiques….

 

 

Voir aussi:

 

La vaccination en Afrique pose de gros problèmes éthiques

 

Le vaccin MenAfriVac paralyse au moins 40 enfants tchadiens

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Vaccin à tout prix (idéologie du)
commenter cet article
29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 22:46
"La Pandémie du Nouveau Monde, l'Eveil des Consciences Citoyennes"
 (nouveau teaser):
 
 
Dossier presse de ce documentaire: ICI 
  

Pour pouvoir concrétiser leur projet (auquel Initiative Citoyenne a d’ailleurs participé), les réalisateurs de ce documentaire ont pu récolter les fonds dont ils avaient besoin grâce à un appel à souscription (sur Ulule). Ce documentaire sortira en DVD en décembre 2012. (23 euros port inclus pour commander ce DVD en cliquant sur "souscription DVD" ICI)

 

Ayant eu l'idée de faire un second volet de 1H30 à ce documentaire qui sera présent sous forme d'un "bonus DVD" (intitulé "l'enquête citoyenne"), ils sollicitent encore l'aide et la générosité du public pour les frais de montage, mixage et étalonnage.

 

Vous pouvez retrouver l'équipe des réalisateurs sur leur nouveau site internet (http://pandemie-nouveaumonde.fr/) ou via leur page Facebook.

Et puis bien sûr, n'hésitez pas à relayer cette actualité à vos contacts, merci!

 

Une interview de la réalisatrice, Nazzarèna: 

 

 Voir aussi l'interview de Nazzarena dans Paris Match ICI
   
Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Citoyenneté active
commenter cet article
29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 00:30

seringues.jpg

A la lueur de divers exemples, nous pouvons hélas montrer que le réflexe vaccinal relève bien davantage d'un conditionnement idéologique que d'une saine logique scientifique. Nous prendrons pour ce faire l'exemple des campagnes françaises de vaccination contre le méningocoque (B et C), l'exemple d'un futur "vaccin anti-cancer" ainsi que l'actualité sur un nouveau vaccin contre l'hépatite E fraîchement mis sur le marché.

 

En France, plusieurs campagnes de vaccination contre le méningocoque C viennent d'être initiées, en réaction à quelques cas de méningites. C'est le cas notamment dans le Finistère mais aussi dans les Landes et les Hautes-Pyrénéesdes milliers de gens vont être vaccinés au nom du prétendu "Bien commun". Pourtant, les chiffres officiels eux-mêmes prouvent que ces vaccins contre le méningocoque C sont éminemment plus risqués que bénéfiques et, si l'on tient compte du fait que seuls 1 à 10% des effets secondaires graves sont recensés, on arrive à un rapport bénéfices/risques ultra-négatif, et donc même avec ces quelques cas de méningocoques supplémentaires, le jeu n'en vaut pas du tout la chandelle!! Sans compter le fait que le vaccin contre le méningocoque C ne se fait normalement que dès l'âge de 1 an et qu'il est ici préconisé dès l'âge de 2 mois... tout cela sans filet et dans le plus grand flou !!

 

Comment se fait-il alors que ces campagnes aient été décidées en haut lieu? Tout simplement parce qu'il y a un réflexe conditionné et beaucoup d'argent en jeu. On a donc la conjonction de la cupidité des lobbys et de la docilité irréfléchie des autorités dont les experts n'ont comme seule "proposition" concrète QUE de vacciner, encore et toujours. Maladie infectieuse = vaccin et quelques cas de maladies infectieuses signifient donc grosse vaccination à leurs yeux (étant donné leur croyance en l'immunité de troupeau). En revanche, que les cas d'effets secondaires graves soient supérieurs aux cas de méningites à méningocoques réellement survenus, cela ne les dissuade vraiment pas de continuer à recommander ces vaccinations. Car ce constat reste idéologiquement inacessible à ces gens dont l'endoctrinement a commencé dès les premières années de faculté. Admettre ces cas, en tenir compte, cela entraîne un phénomène de dissonance cognitive, c'est à dire une sorte d'ébranlement psychologique de ces personnes qui se retrouvent alors confrontées à des données qui entrent en contradiction avec leurs croyances initiales. En psychologie, on explique que la dissonance cognitive induit trois grands types de réactions possibles: la première, qui prime ici largement en matière de vaccination, est de rejeter en bloc les informations nouvelles qui viennent "perturber les croyances de départ", la deuxième est d'essayer d'intégrer et d'incorporer ces nouvelles données aux croyances de départ, la troisième étant la désintégration des croyances de départ au profit des données nouvelles, compte tenu de leur trop grande incohérence...

 

Si on prend le cas de la méningite à méningocoque B, là encore, on s'aperçoit qu'une récente campagne a été initiée dans la région de Dieppe, avec le vaccin MenBVac, clairement expérimental (mais bien entendu pas présenté comme tel au public concerné!), qui a d'ailleurs déjà été sévèrement dénoncé en Norvège, comme en Nouvelle-Zélande et tout cela, au nom de quoi?  Là encore de quelques cas minoritaires au nom desquels, les autorités font l'étrange choix d'exposer toute une génération de dizaines de milliers de personnes (de 2 mois à 24 ans) à un produit expérimental aux effets secondaires potentiellement très graves, mais tout en prétendant bien sûr que le vaccin est très sûr!!

 

Men-B-vac.JPG

 

Mais prenons à présent un autre cas témoignant du non sens de ce réflexe vaccinal conditionné: ce projet de "vaccin universel anti-cancer". Voilà un projet qui va sûrement réjouir plusieurs naïfs car le cancer fait peur et que le mot "vaccin" a pour certains une connotation quasi magique, synonyme de "protection". Aussi, ces gens-là s'imaginent que quels que soient les risques du vaccin, ils vaudront sûrement une protection "universelle" contre le cancer. Pourtant, si on décortique un peu cette actualité, on ne peut que déceler son absurdité. Pourquoi: parce qu'outre le fait que les vaccins contiennent plusieurs composants toxiques et notoirement cancérigènes (songeons au formaldéhyde par exemple...) bien qu'on ne teste cependant jamais leur potentiel cancérogène, contrairement à d'autres médicaments, outre le fait que la multiplication des vaccins induit une baisse du système de défense chez une quantité conséquente de gens et que les taux de cancers grimpent en parallèle de la hausse croissante du nombre de vaccins reçus dès le plus jeune âge, on planche actuellement sur... "un vaccin anti-cancer"! Mais le pire finalement, le plus "gros" dans tout ça, est que ce vaccin consistera à injecter l'antigène MUC-1 de façon à faire produire des anticorps anti-MUC1 alors même qu'une maladie naturelle et relativement anodine comme les oreillons offre justement à l'organisme ces anticorps anti MUC-1 de façon sure et durable! On supprime donc des maladies naturelles comme les oreillons qui apportent aux femmes qui les contractent une protection relative contre le cancer de l'ovaire mais on fera produire artificiellement aux gens avec des vaccins des anticorps anti-cancer qu'ils auraient naturellement produits s'ils avaient contracté ces maladies de façon naturelle! On marche donc une fois encore sur la tête et un nombre croissant de gens s'en rendent d'ailleurs bien compte.

 

Prenons enfin le cas de ce vaccin anti-hépatite E tout récemment mis sur le marché en Chine et fabriqué par une industrie nationale. Xiamen Innovax Biotech a ainsi obtenu le feu vert pour son vaccin Hecolin destiné à prévenir l'hépatite E, une maladie qui se transmet par l'eau et les aliments contaminés et qui, selon l'OMS, ferait 20 millions de malades annuellement dans le monde. Qu'en est-il des risques de ce vaccin? Là encore, aucune information sur la sécurité du produit ne filtre auprès des consommateurs mais, dans le même temps, l'OMS arrive déjà en renfort avec ses sirènes alarmistes - il faut dire que l'OMS a déjà affirmé, sans l'ombre d'une preuve fiable, que les vaccins prévenaient 300 Millions de morts dans le monde chaque année. En attendant, même pour une maladie qu'on pourrait entièrement prévenir par des mesures d'hygiène simples et sans danger, il va s'agir d'écouler un produit au seul motif qu'il aura été fabriqué et que des actionnaires attendent le "retour sur investissements"!

 

Faire encourir des risques tout à fait inconsidérés et disproportionnés à des populations au nom de prétendus bénéfices tout à fait opaques, marginaux voire inexistants, voilà un modus operandi hélas récurrent en vaccinologie! Et si on prend encore un autre exemple, celui du vaccin contre la grippe, on ne peut que confirmer cette analyse.

 

Un article récemment paru dans la presse canadienne prétendait (en relayant là encore unilatéralement l'avis de certains chercheurs) que le vaccin antigrippal réduirait le risque de crise cardiaque et même d'AVC de façon assez importante.

 

Cet article dit d'ailleurs notamment ceci:

 

« Les chercheurs ont examiné 3227 patients — dont 50 % qui n’étaient pas atteints de troubles cardiaques – et ont administré le vaccin antigrippal, à la moitié d’entre eux. Les personnes ayant reçu le vaccin ont été choisies de façon aléatoire. Selon les résultats des études, après un suivi d’un an, le vaccin contre la grippe a permis de réduire d’environ 50% le risque d’un événement cardiaque majeur (crise cardiaque, AVC, décès cardiaque), comparativement au groupe qui avait reçu un placebo. »

 

Cela pourrait à première vue sembler "merveilleux" mais voici ce qu'on ne vous rappelle pas (et qui concerne les données relevées par des chercheurs rattachés à plusieurs instances publiques américaines sur base des données issues du système de pharmacovilance vaccinale du pays):

 

"Entre 1990 et 2010, 306 cas d'AVC (âge moyen 42 ans, de 0,1 à 94 ans) survenus dans les six semaines après une vaccination  (mais dans les 2 semaines pour 257 patients ; 83,9 %) ont été signalés. Dans 120 cas (39,2%), l'AVC s'est produit après une vaccination antigrippale, dans 40 cas (13 %) après une vaccination contre l'hépatite B et dans 20 cas (6,5 %) après une vaccination antidiphtérique, antitétanique et anti-coqueluche (vaccin acellulaire). Douze patients (4 %) avaient eu au moins 2 vaccins. La répartition déséquilibrée des AVC dans les 6 premières semaines après la vaccination avec un pic dans les 2 premières semaines suggère que certains cas pourraient être déclenchés par la vaccination."

 

Al Qudah Z. : Stroke after Vaccination in United States. A Report from the CDC/FDA Vaccine Adverse Event Reporting System. [1990–2010]. 64th Annual Meeting of the American Academy of Neurology. (Nouvelle-Orléans) : 21– 28 Avril 2012.

 

Dans un pays comme la Belgique, il y a environ 15 000 cas annuels d'infarctus du myocarde dont la moitié décèderont à court ou moyen terme de cette condition. Chaque année, en Belgique, il y a 19 000 accidents vasculaires cérébraux (AVC) dont 9000 personnes mourront dans l'année et 6000 garderont une invalidité permanente. On devine cependant d'ores et déjà que certains experts viendront recommander la vaccination antigrippale au nom de la protection contre l'infarctus mais, on vient de le voir, combien de ces gens crédules pourront cependant se retrouver parmi les victimes d'AVC post-vaccinaux? Voilà le genre de questionnements qui semblent constamment échapper aux experts, tout simplement parce que ces gens ont des oeillères et qu'ils occultent en permanence tout risque grave évoqué dans leur propre littérature, dans la mesure où cela risque de faire de l'ombre aux prétendus bénéfices qu'ils s'ingénient à mettre en évidence par tous les moyens.

 

Lorsqu'on vous parle d'un vaccin, ne soyez pas hypnotisé, et essayez d'envisager l'ampleur de tout ce qui reste encore inconnu et insuffisamment étudié au sujet des vaccins... c'est alors qu'il vous suffit de répondre à cette simple question: êtes-vous prêt à jouer au cobaye?

 

hypnose-et-vaccins.png

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Vaccin à tout prix (idéologie du)
commenter cet article
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 22:06

Le Figaro. 25/ 10/ 2012. Stéphane Durand-Souffland.

 

Les laboratoires poursuivaient le quotidien pour la publication d'éléments sur l'affaire du Mediator.

 

La cour d'appel de Paris vient de rendre un arrêt important pour la liberté de l'information, en donnant raison au Figaro contre les laboratoires Servier.

 

Sous la plume d'Anne Jouan, Le Figaro a multiplié les révélations sur l'affaire - actuellement à l'instruction - du Mediator, ce médicament utilisé comme coupe-faim et soupçonné d'avoir causé le décès de nombreux patients depuis sa mise sur le marché. Un article du 7 février 2012 a conduit les laboratoires à poursuivre le journal. Il s'agit de la divulgation d'un procès-verbal dans lequel une ancienne employée de Servier raconte à sa façon les coulisses de la commercialisation du Mediator. Le témoin précise notamment: «Ce médicament était appelé, chez Servier, “le Merdiator”

 

Les laboratoires ont engagé des poursuites sur le fondement de l'article 38 de la loi sur la presse, qui réprime la publication d'actes de procédure avant leur lecture en audience publique. «Un délit commode qui peut permettre d'obtenir une condamnation sans débat au fond», relève Me Christophe Bigot, avocat du Figaro et d'Anne Jouan. De fait, Servier a obtenu gain de cause en première instance.

 

Analyse contraire

 

La cour d'appel, donc, impose une analyse contraire. Son arrêt du 24 octobre constate, certes, que l'article comprend «dix extraits» d'un procès-verbal d'audition dans le cadre d'une instruction visant Jacques Servier et plusieurs de ses sociétés pour «escroquerie, tromperie aggravée et obtention indue d'une autorisation administrative», extraits «qui ne peuvent être appréciés comme de courtes citations d'actes de procédure» (lesquelles échapperaient à l'article 38). Cependant, l'article s'inscrit «dans le cadre d'un large débat public préexistant sur la responsabilité des laboratoires Servier».

 

Pour la cour, «informer le public sur un sujet tel que l'affaire du Mediator (…) présente sans conteste un intérêt majeur». De surcroît, estiment les magistrats, «il ne peut valablement être prétendu qu'une telle publication portait atteinte au droit de (Servier) à bénéficier d'un procès équitable et à l'autorité et l'impartialité des juges alors qu'elle concernait le simple témoignage, non décisif, d'une de ses anciennes visiteuses médicales, recueilli au cours d'une information judiciaire complexe».

 

La cour considère que «l'application de l'article 38 de la loi du 29 juillet 1881 à la publication incriminée constitue une ingérence, dans l'exercice du droit à la liberté de la presse, disproportionnée», et non conforme à l'article 10 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales. Par conséquent, elle infirme le jugement de première instance et condamne les laboratoires Servier à payer les dépens ainsi que 10.000 euros au Figaro et à Anne Jouan.

 

Le groupe pharmaceutique dispose de deux mois pour former un pourvoi en cassation. Son avocat, Me Yves Baudelot, n'a pu être joint jeudi.

 

LIRE AUSSI:

» Servier a testé le Mediator sans avertir des risques

 

Compte tenu de ce genre d’actualités, la logique des choses serait maintenant que la justice puisse aussi lever la chape de plomb médiatique sur les risques graves des vaccins qui constituent encore bien davantage « un sujet d’intérêt majeur » pour le grand public compte tenu que, contrairement au Mediator, cela concerne potentiellement tout le monde.

  

Or tout démontre que ces risques sont constamment minimisés ou tus par une presse bridée et bâillonnée, qui n’a globalement JAMAIS traité ce sujet de façon strictement équilibrée. Le rôle de la presse est donc accablant et c’est là une des grandes raisons pour lesquelles nous avons atteint un degré si élevé de pressions, contraintes et de tyrannie vaccinales !

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Industrie pharmaceutique
commenter cet article
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 20:49

Voici ce qu'on pouvait lire le 24 octobre dernier sur le site du Nouvel Observateur:

 

Gastro-entérites: les pédiatres recommandent la vaccination généralisée

 

Publié le : 24 Octobre 2012 par Mélanie Gomez

 

vaccin-rotarix-bebe.jpg

Alors que les autorités de santé ne recommandent pas la vaccination contre le rotavirus responsable de la majorité des gastro-entérites virales, deux Sociétés savantes demandent que cet avis soit reconsidéré.

 

« Lorsque ma pédiatre m’a proposé l’hiver dernier de vacciner mon fils de 3 mois contre la gastro-entérite à rotavirus, au départ j’ai hésité. Je savais qu’une gastro chez un tout petit pouvait être dangereuse, mais lorsqu’elle m’a dit que ce vaccin n’était pas dans les recommandations vaccinales et qu’en plus il coûtait 150 euros non remboursés par la sécurité sociale, j’ai finalement refusé », explique Clémence, jeune maman parisienne. 


Pourquoi ferait-on un vaccin qui n’est pas recommandé par les plus hautes instances sanitaires de notre pays ? Une question que se posent  parents et médecins alors que le seuil épidémique des diarrhées aigües a été franchi il y a quelques jours (203 pour 100 000 habitants).  Deux vaccins, commercialisés en 2006, permettent aujourd'hui d'assurer une protection comprise entre 84 à 96% des formes sévères chez les nourrissons à partir de six semaines. 


Une question à laquelle répondent aujourd'hui deux Sociétés savantes de pédiatrie. Le Groupe de Pathologie Infectieuse Pédiatrique (GPIP) et l’Association Française de Pédiatrie Ambulatoire (AFPA) publieront dans les prochains jours un texte dans les Archives de Pédiatrie, que "pourquoidocteur" s’est procuré. Ces spécialistes estiment qu’il est temps de reconsidérer la position des autorités françaises et de recommander la vaccination généralisée des nourrissons contre le rotavirus.

 

Lire la suite de cet article: ICI

 

En Belgique, les autorités (et les lobbys) semblent avoir trouvé LA bonne solution : inclure l’immense majorité des vaccins dans ce qu’ils ont l’ironie d’appeler « le calendrier vaccinal de base » ! Manifestement, on ira donc vers cette tactique-là en France aussi : après avoir inclus dans les recommandations pour les enfants la vaccination contre les pneumocoques, celle contre le méningocoque C puis aussi l’usage du vaccin hexavalent (avec quelques années de retard par rapport à la Belgique), c’est bientôt le tour du vaccin anti-rotavirus.

 

Cette situation appelle à se pencher sur la question des conflits d’intérêts de ces sociétés savantes qui pressent à présent pour qu’on recommande officiellement la vaccination généralisée de tous les nourrissons : la recommandation officielle est le nerf de la guerre car qui dit recommandation officielle dit aussi remboursement partiel or sans remboursement et en temps de crise qui plus est, cela rend les parents nettement plus réticents à débourser de l’argent sans garantie et aussi « sans filet » en cas d’effets secondaires. Les lobbys en embuscade derrière ce genre de sociétés savantes le savent bien. Et c’est pourquoi ils agissent ainsi à présent, par l’intermédiaire de sociétés savantes et de leaders d’opinion.

 

Contrairement à ce que laisse croire à tort cet article sur le fait que ces vaccins anti-rotavirus ne seraient plus contaminés (aux circovirus porcins), l’auteure Virginie Belle qui a enquêté à ce sujet et a interrogé l’Agence Française du Médicament, relate au contraire que ces contaminations sont toujours bien présentes selon les aveux de l’Agence et ce jusque 2013 au minimum !! Par ailleurs, et comme il est également bien précisé dans le livre de V. Belle, il existe une solution sûre et nettement plus efficace que le vaccin pour prévenir les complications de la gastro-entérite: les solutés de réhydratation orale (SRO). Une boîte de 10 sachets de SRO coûte 6,2 euros, entièrement remboursés par la Sécu et avec une efficacité de 90% dans les cas de diarrhées tandis que les vaccins anti-rotavirus, dont on arrose à présent aussi le Tiers-Monde, n'ont qu'une efficacité de 50 à 64% pour un coût de 131 à 150 euros selon les marques!! Mais l'OMS, qui dit "manquer d'argent", n'hésite cependant pas à recommander ces vaccins plutôt que de diffuser en nombre suffisant ces solutés peu chers dans les pays les plus pauvres... cherchez l'erreur là encore!

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Conflits d’intérêts -experts
commenter cet article
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 20:27

Lire cet article (très inquiétant) de Bastamag en pdf: ICI   (Ca se passe... en France!!)

 

Et dire que ces apprentis-sorciers ont reçu les autorisations officielles d'agir ainsi...

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 00:00

applaudissements.gif

Nous avions déjà publié il y a peu sur ce "pacte" extrêmement inquiétant conclu entre la Ministre fédérale belge de la Santé Laurette Onkelinx et le secteur pharmaceutique. Toutefois, après lecture de l'article titré "Pax Pharmaceutica" dans le Journal du Médecin du 19 octobre dernier, nous ne résistons pas à vous retranscrire quelques passages surréalistes qui témoignent du parti-pris éhonté de ce journal qui regorge de publicités en faveur des pharmas...

 

"Ce n'est pas vraiment une bombe, mais en ces temps économiques et institutionnels troublés, peu de gens se plaindront que la Ministre Onkelinx ait pu signer avec l'industrie pharma, un pacte qui offre une stabilité à leur relation."

 

"Les deux parties ont signé un véritable Pacte sous le titre "partenariat pour préserver la solidarité et l'innovation en matière de médicaments, au bénéfice des patients."

 

(Ben voyons...ça fait penser aux vaccins qu'on préconise aveuglément toujours pour notre Bien ou "le Bien commun"!)

 

"Figure également à l'agenda, la mise sur pied, en concertation avec pharma.be, de projets "pour l'usage approprié des médicaments et l'amélioration de l'observance thérapeutique."

   

(Nul doute que ce genre de concertation "servira" le citoyen: pour Big pharma, l'usage le plus approprié des médicaments est celui qui est le plus large à leur profit, idem pour "l'amélioration de l'observance" car des personnes qui cessent des traitements aux effets secondaires trop nombreux sont autant de clients perdus...)

 

"La Ministre vise à ne pas majorer les cotisations spéciales du secteur  pharmaceutique et, au contraire, à réduire celles-ci dans la mesure du possible."

 

(Tiens, c'est marrant, Laurette Onkelinx nage de + en + à contre-courant puisqu'en France, ils font l'inverse, ils augmentent ces taxes sur les pharmas... mais il faut dire que contrairement à la plupart des Belges, taxés à près de 60%, GSK n'avait pas payé plus que 3% d'impôts sur près d'1 milliard de profits. Pourquoi donc en effet s'arrêter en si bon chemin avec tous ces passe-droits?!)

 

"En contrepartie, l'accès aux médicaments est facilité en rendant plus efficace la procédure de demande de remboursement de ceux-ci. [...] Le volet économique pur offre à l'industrie un environnement plus stable. [...] Pour conserver la réputation mondiale de la Belgique en matières d'études cliniques, les industriels obtiennent "une concertation étroite avec les autorités, entre autres concernant la simplification et l'accélération des procédures."

 

(Voici par contre ce qui semble se faire en France:

 

« Les firmes accusent aussi les pouvoirs publics de saper leur activité et, à terme, de menacer l’emploi. « L’industrie du médicament est très proche du point de rupture »,  affirmait en juin le Leem, en dénonçant le durcissement des critères d’évaluation des médicaments, l’encadrement des prescriptions à l’hôpital ou la multiplication des taxes sur le chiffre d’affaires. » )

 

 " Autant de raisons suffisantes pour pharma.be "d'acclamer cette nouvelle collaboration avec la ministre et sa cellule stratégique, qui, par son caractère synergique, laisse présager un épanouissement accru du secteur pharmaceutique en tant qu'acteur du bien-être général et de l'économie en Belgique."

 

 

Formidable, pas à dire ! La Belgique peut être « fière » se troquer la sécurité sanitaire de ses 11 millions d’habitants contre la prétendue sauvegarde de 32 000 emplois, superbe calcul, particulièrement légitime et logique !

 

Il faut vraiment être maladivement naïf pour encore croire que toutes ces tractations se font « au bénéfice des patients » ! Si c’était le cas, il est clair que les pharmas n’auraient pas ce genre de collaboration !  Mais il faut dire qu’on arrive vraiment ici au sommet de ce jeu de dupes dans lequel Laurence Bovy, la chef de cabinet de Laurette Onkelinx, tentait de nous faire croire que « l’industrie pharmaceutique est un partenaire comme un autre » et que « leur devoir d’information, c’est de recevoir tout le monde. » Le mépris de Mme Onkelinx et son absence de réponse sur la question du forcing vaccinal via les remboursements sélectifs de vaccins (malgré notre recommandé postal !) démontrent au contraire que le public n’est ni reçu ni entendu et qu’il n’est in fine même pas considéré comme « un partenaire » face aux influents VIP pharmaceutiques.

  

Applaudissements noirs jaunes rouges pour ces mesures absurdes... puisqu'on est quand même au pays du surréalisme pour quelque chose!

 

 

Voir ICI la réaction d'Initiative Citoyenne à ce pacte aberrant.

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Industrie pharmaceutique
commenter cet article
25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 23:23

RILATINE ET  CONCERTA: PARENTS ABUSES, ENFANTS DROGUES 

 

rilatine (1)

 

Aujourd'hui en Belgique la Ritaline se prescrit aux enfants comme une vitamine C, voire mieux.  

 

L'été dernier sur une troupe de 18 enfants du brabant wallon partant en camp louveteaux, 9 étaient sous Rilatine (dont plusieurs tellement assommés qu'ils ont du mal à participer aux activités).

 

Dans presque chaque école il y a des enfants sous Rilatine, dans certaines classes plus d'un tiers des enfants et ceci inclut les écoles les plus huppées de la capitale.

 

La Rilatine et le Concerta sont des drogues ni plus ni moins.  La substance active, le méthylphénidate, s'inscrit dans la catégorie pharmacologique des stupéfiants dans la classe des amphétamines.  Son mode d'action est assez semblable à la cocaïne: période de performance au début...et dégradation vertigineuse à long terme.

 

Les parents ignorent ce qui se cache derrière ce 'léger stimulant' que réclament les enseignants dépassés, pendant que Big pharma organise soigneusement ses 'campagnes d'information' pour 'diagnostiquer les troubles de l'attention.'  Une formule qui arrange parfois tout le monde la famille, l'école, les médecins...et surtout Novartis Enfin la paix....mais à quel prix et pour combien de temps??? 

 

Lorsque l'on prend conscience de l'ampleur de ce phénomène on se rend compte que c'est toute une génération qui est en péril.  

 

Rilatine, effets secondaires: crise cardiaque, dépression, anorexie, psychose, troubles du sommeil, nausées, anorexie, troubles cardiaques, accoutumance, dépression nerveuse, hallucinations visuelles, épilepsies, troubles psychotiques, états suicidaires.

Un examen cardio-vasculaire devrait être systématiquement prescrit car il y a chaque années des décès par arrêt cardiaque

 

Extraits de la notice:

 

Chez les enfants psychotiques, la Rilatine peut aggraver les symptômes des troubles comportementaux et des troubles de la faculté de penser.

 

L'utilisation chronique abusive de Rilatine peut entraîner une accoutumance marquée et une dépendance psychique associées à des degrés divers de comportement anormal. Il est également possible que se produisent des épisodes psychotiques francs.

 

La Rilatine devrait être utilisée avec prudence chez les patients souffrant d'épilepsie parce que l'expérience clinique montre qu'elle peut provoquer une augmentation de la fréquence des crises chez un petit nombre de ces patients. 

 

La Rilatine doit être utilisée avec prudence chez les sujets émotionnellement instables tels les personnes présentant des antécédents de dépendance médicamenteuse ou d'alcoolisme, parce que ces patients risquent d'augmenter la posologie de leur propre initiative.

 

La prudence est de rigueur chez les patients atteints d'hypertension, et l'hypertension grave constitue une contre-indication relative à l'utilisation de Rilatine. Il convient de pratiquer régulièrement des contrôles de la tension artérielle chez tous les patients traités par Rilatine, en particulier chez les hypertendus.

 

Les profils de sécurité et d'efficacité à long terme de la Rilatine ne sont pas complètement connus. Aussi les patients qui requièrent un traitement prolongé doivent être suivis attentivement: il est conseillé d'effectuer périodiquement une numération sanguine complète et différentielle, ainsi qu'une numération plaquettaire.

 
Un contrôle soigneux est requis pendant la période d'arrêt du traitement. Chez certains patients, un suivi prolongé peut s'avérer nécessaire. Par analogie avec des produits du même genre, il faut tenir compte de la possibilité qu'il se produise un syndrome de sevrage caractérisé par de la dépression, de la léthargie, une récupération de sommeil, un appétit important, des bouffées d'agressivité, un suicide éventuel et, dans de très rares cas, des symptômes physiques.

 

www.freewebs.com/medicaments/medicament_rilatine.htm  pour la notice complète en français

 

www.fda.gov/cder/offices/ods/MG/methylphenidate_RtabletsMG.pdf, le guide de prescription de la FDA (Federal Drug Administration) souligne les dangers de cette drogue de manière bien plus claire   

ritalintdah.com/index.php/2008/01  Encore un site sur les dangers de la rilatine.

 

On cite aussi un rétrécissement du cerveau et des troubles hormonaux liés au dysfonctionnement de l'hypophyse: www.enfantshyperactifs.com/ritaline/

 

Ritaline, étude 2009: dégats irréversibles au cerveau plus importants que la cocaïne

 

Nouvelle étude (février 2009) de l'université de Rockfeller montrant que plus encore que la cocaïne le Ritaline affecte les synapses de notre cerveau avec un impact sur certains type de protéines. 

 

www.sciencedaily.com/releases/2009/02/090204193314.htm  

 

Ritaline, le moins efficace parmi tous les traitements : 45% d'aggravation chez les enfants traités

 

Selon les statistiques effectuées auprès de plusieurs milliers de parents la Rilatine est au plus bas du tableau parmi toutes les interventions possibles dans les domaines de troubles TED, hyperactivité, TDAH et autisme. Même parmi les médicaments, la Rilatine (le méthylphénidate) reste au bas de l'échelle!!!

 

Une étude chez 4127 parents cite 29% d'amélioration, 26% sans effets et 45% d'aggravation des troubles de leur enfant pour la Rilatine.  Sur la cinquantaine de médicaments évalués, seuls les phénobarbituriques font pire (mais ceux-ci sont actuellement rarement prescrits).  

 

En tête de liste, le Diflucan 57% d'amélioration, 38% sans effet et 5% aggravation.

Le Diflucan est un médicament qui soigne les candidoses intestinales!

 

www.autism.com/treatable/form34qr.htm  pour le tableau d'évaluation des parents des traitements médicamenteux et non-médicamenteux

 

TDAH, un faux diagnostic pour un faux traitement: du sur mesure pour la Rilatine

 

Le professeur Peter Breggin est psychiatre en exercice, directeur de l’International Center for the Study of Psychiatry and Psychology (ICSPP – Centre international pour l’étude de la psychiatrie et de la psychologie). Cet expert mondial a déclaré à ce sujet devant le Congrès américain, en septembre 2000 : « Il est important de comprendre que le diagnostic de TDAH a été développé spécifiquement dans le but de justifier l'utilisation des drogues visant à modifier le comportement des enfants en classe. […]De plus, alors que certains comportements sont inhibés pour une durée de quelques semaines, il n'existe aucune preuve tangible de l'amélioration du comportement scolaire, social ou psychologique. Au contraire, les preuves existent démontrant une altération des fonctions cognitives, un retrait social et l'existence d'un état dépressif.»[Témoignage du Dr. Breggin devant le Sous-comité de surveillance et d’enquêtes, Comité sur l’éducation et la main-d’oeuvre, Congrès des Etats-Unis d’Amérique, 29 septembre 2000.]

 

psychotrope.canalblog.com/archives/ritaline/index.html  Aide ou trahison, un site sur la supercherie de la Rilatine.  Les décès cachés, les faux diagnostics, les témoignages des victimes etc.:

www.ccdhmtl.org/TDAH_Parent_sous_pression_enfants_drogues.html 

www.breggin.com site américain sur les dérives de la pharmacopsychiatrie 

 

Ainsi l'APA, assocation de psychiatrie américaine, ainsi que la fondation pour les enfants et adultes souffrant de TDAH ....sont financées directement par la société Novartis.

 

Quelques parents courageux entreprennent des poursuites judiciaires pour dénoncer cette gigantesque arnaque: www.allbusiness.com/legal/3586783-1.html 

 

Troubles de comportement, hyperactivité, autisme : les vrais problèmes médicaux et les meilleurs traitements

 

Aujourd'hui plus d'un millier d'enfants 'autistes', donc incurables selon la psychiatrie, ont récupéré une vie normale et perdu leur étiquette/diagnostic.  Encore bien plus d'enfants hyperactifs ou TDAH ont également retrouvé une vie harmonieuse grâce à une approche dite biomédicale, principalement nutritionniste.  Cette approche consiste à identifier tous les problèmes de santé de l'enfant et à y remédier.  Tout le contraire de la filière Rilatine qui formule des suppositions médicales à partir d'un comportement.  En effet il n'existe pas de test permettant d'identifier un problème médical qui puisse être soigné par la Rilatine.  Il n'y en aura jamais car de toutes façons la Rilatine ne soigne rien, elle masque le symptôme.  

 

La quasi totalité des troubles du développement des enfants est due à un problème de métabolisme lié à une intoxication multiple: pollution air(le maximum partout en Belgique), eau et sol, vaccins, abus d'antibiotiques, produits toxiques dans la maison, pollution éléctromagnétique (antennes, GSM, DECT, microondes) qui affaiblit aussi la qualité de l'air et stimule certains pathogènes et surtout la très faible qualité de la nourriture (pesticides, colorants, conservateurs, phosphates, OGM, antibiotiques) qui est irradiée et est extrêmement pauvre en nutriments.  Aujourd'hui on nait avec plus de quarante substances toxiques dans le corps (de l'aluminium, du mercure, du Teflon, des phosphates etc.).  Il y a aussi les toxiques dans la maison, les détergents, les plastiques, les peintures, les composants cancérigènes dans les produits de beauté et ceux qu'il y a dans les vêtements et les jouets (plasticine, plastique, métaux).  Enfin l'appauvrissement de l'air en ions et l'augmentation des UV qui ont des effets sur le système immunitaire. A cela il faut encore ajouter les dizaines d'heures d'abrutissement télévisuel, de publicité, de bruit, de GSM, de Gameboy et de microondes.

 

L'enfant qui réussit à rester calme et concentré malgré tout cela est tout simplement un miracle d'adaptation.

 

Si le médicament le plus efficace pour traiter les troubles de comportement (voir plus haut) est le Diflucan c'est parce la quasi totalité des enfants en question souffrent de candidose chronique, d'intolérances alimentaires et d'intoxication.  Un régime sans lait, sans gluten, sans soja  (si vraiment pas possible des enzymes Trienza) et très pauvre en sucre et la supplémentation en acides gras et vitamines rétablira sans doute la moitié des enfants hyperactifs ou TDAH. 



Pour les autres il y a un traitement bien plus complexe selon l'approche DAN Defeat Autism Now. Il faudra peut-être éliminer les métaux comme le mercure, le plomb ou l'aluminium ou traiter des pathogènes type streptocoques, clostridia, voire la maladie de Lyme ou d'autres affections virales.  Toutefois ce traitement fait ses preuves (y compris chez l'auteur de ce message), et parfois avec des cas très lourds dits 'incurables' (syndrome de Kanner par exemple).  D'autres alternatives comme l'homéopathie (par ex. séquentielle pour les suites de vaccins) et l'ostéopathie complètent très bien cette approche.  De même, un questionnement sur le vécu émotionnel de l'enfant et de ses proches apportera une aide précieuse.

 

Pour en savoir plus sur l'approche biomédicale consultez le portail très complet:

www.autism.com site de l'Autism Research Institute, Approche Defeat Autism Now, certaines pages en français: www.filariane.org est le site d'un médecin français suivant cette approche.

 

Si des cas 'incurables' sont en rémission cela veut dire qu'on a traité les troubles qui étaient à l'origine du problème.  Cela veut aussi dire que des drogues psychiatriques qui masquent les symptômes sans traiter les causes sont absolument inutiles et vous l'aurez compris, nocives.  

 

Enfin pour ceux qui restent vraiment bloqués à l'argument 'dopamine' (sur laquelle agit la Rilatine), il existe plusieurs autres moyens pour la réguler (suppléments nutritionnels, vitamines, acides aminés, homéopathie).

 

IL N'Y A PAS UN SEUL CAS QUI JUSTIFIE LA PRISE DE RILATINE  

 

LES DROGUES COMME LES AMPHETAMINES OU LE METHYLPHENIDATE OU TOUT AUTRE DERIVE (LP, Attenta, Metadate, Methylin, Penid et Rubifen) DEVRAIENT TOUT SIMPLEMENT DISPARAÎTRE, CAR ELLES SONT DANGEREUSES ET INEFFICACES.

 

CHAQUE PRESCRIPTION DE RILATINE EST UN ECHEC ET UNE ERREUR MEDICALE

 

Dernier témoignage à vif...

 

forum.doctissimo.fr/medicaments/Neuroleptiques/rilatine-abattu-sujet_287_1.htm  « La ritaline m'a abattu »...

 

Commentaire d’IC : Pendant qu’on démolit des enfants avec ces produits toxiques en prétendant les aider, on ne s’occupe sûrement pas d’une des grandes causes de ces prescriptions accrues de Rilatine que sont les vaccinations qui ont un impact particulièrement délétère sur le système nerveux des enfants. Masquer les vraies causes en ne s’occupant que des conséquences très rentables pour la minorité des pharmas, voilà à quoi semble pouvoir entre autres contribuer ce pacte scandaleux récemment conclu entre la Ministre Onkelinx et le secteur pharmaceutique, un pacte en vertu duquel les autorités collaboreront avec les pharmas pour faire en sorte que les patients suivent de façon plus rigoureuse et consciencieuse leurs traitements souvent pourvoyeurs de lourds effets secondaires mal tolérés que les patients ne pensent pas toujours à connecter avec les médicaments consommés !

 

Mme Onkelinx a, de par le passé, déploré la trop grande consommation de Rilatine dans notre pays… alors ferait-elle sans doute bien mieux d’OSER VOIR CLAIR sur les dangers avérés de l’aluminium vaccinal (notamment pour le système nerveux des enfants) dont elle semble si peu se soucier, suite aux conseils très avisés de ses experts attitrés. Plus qu'étonnant en tout cas qu'elle ait critiqué la distribution de Rilatine tous azimuts en s'indignant qu'on n'évoque pas assez ses effets secondaires alors que la politique actuelle qu'elle mène (ainsi que sa collègue Laanan) consiste à banaliser les vaccins pour en faire tous azimuts, tout au long de la vie et sans jamais évoquer leurs graves effets secondaires possibles! Dans le même temps, toutes les alternatives aux vaccins et aux médications comme la Rilatine restent savamment occultées parce que la défense du pluralisme thérapeutique semble loin des priorités de Mme Onkelinx et de sa "cellule stratégique"...

QUELLE INCONSEQUENCE !!!

 

MERCI A LA MAMAN QUI NOUS A COMMUNIQUE CETTE SYNTHESE!

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Pluralisme thérapeutique
commenter cet article
25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 20:38

Jdm-logo.jpg

Voici ce qu'a publié le Journal du Médecin le 19 octobre 2012 au sujet d'Initiative Citoyenne notamment... un contenu qui a beaucoup fait rire Initiative Citoyenne ainsi que plusieurs médecins sympathisants à qui ce genre de contenu surréaliste n'a pas échappé...

 

Voici le droit de réponse qui a été envoyé ce 25 octobre au JdM par Initiative Citoyenne.

 

Et voici ci-dessous, quelques propos additionnels qui complètent fort bien notre droit de réponse mais que nous n'avons pas inclus dans le texte lui-même, de façon à ne pas dépasser les 1000 caractères, une des exigences mentionnées dans la loi du 23 juin 1961 sur le droit de réponse:

 

Le Journal du Médecin et le lobby du vaccin s’accrochent à un combat d’arrière-garde qui nous semble anti-démocratique et qui consiste à faire croire à tort à la fausse unanimité médicale derrière la vaccination, tout en évitant la possibilité d’un débat équilibré qui aborderait les questions qui fâchent.  Initiative Citoyenne avait d’ailleurs à ce propos envoyé par mail plusieurs questions pertinentes à des prétendus experts infectiologues et microbiologistes comme le Dr Kinda Schepers et le Pr Youri Glupzynski (cfr notre site), mais ceux-ci n’ont hélas jamais été capables de répondre. Ces questions portaient notamment sur la sous-notification avérée et officiellement admise des effets secondaires graves de vaccins (seuls 1 à 10% étant comptabilisés selon la Revue du Praticien de Novembre 2011), et sur tous les passe-droits dont bénéficient les vaccins en termes d’évaluation (pas d’évaluation contre vrai placebo ni d’analyse pharmacocinétique, aucune étude à long terme pas plus qu’une évaluation des potentiels cancérogène, mutagène et tératogène). Avant de traiter les gens d’illuminés, les gens du JdM devraint d'abord tâcher de démontrer, dans ces conditions, toute la scientificité des personnes qu'ils considèrent comme expertes !

 

Notre droit de réponse, tel que publié dans le JDM du 31 octobre 2012:

 

Droit de réponse IC, JDM 31 oct. 2012 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Actions d'Initiative Citoyenne
commenter cet article
25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 20:36

Medscape (10/23, Keller) rapporte : L’essai d’un vaccin expérimental contre le staphylocoque doré pour prévenir les infections bactériennes et l’infection des plaies après chirurgie a donné des résultats décevants, en dépit du fait que le vaccin a suscité une forte réponse immunitaire au cours des premiers essais cliniques. Les résultats présentés au cours  de la dernière session du colloque ID Week de 2012 ont montré que chez 4.005 patients (avec contrôle placebo), le vaccin de Merck V710 «  a généré des anticorps phagocytaires de l’opsonisation, lorsqu’il a été administré avant la chirurgie cardio-thoracique, mais il n’a pas réduit l’incidence du staphylocoque doré dans la circulation sanguine ou les graves infections des plaies sternales après chirurgie. Pire encore, la défaillance multiviscérale et la mortalité se sont avérées plus élevées parmi le groupe des patients qui avaient reçu le vaccin V710 que parmi ceux qui avaient reçu un placebo.

 

Tiens, on croit rêver… un vrai placebo pour une fois ?!

Ne voit-on pas plus clair ainsi ?!

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 12:54

Le Journal du Médecin n°2271 du 19 octobre dernier qualifiait de "véritable désastre en termes de santé publique" le simple relai médiatique des positions d'Initiative Citoyenne en matière de vaccination, déplorant même à tort que RTL aurait donné le même temps de parole au Pr Glupzynski qu'à Initiative Citoyenne, ce qui bien sûr est faux puisque les deux médecins défendant le vaccin envers et contre tout ont eu droit à plus du double du temps d'antenne que celui concédé à Initiative Citoyenne.

 

Mais intéressons-nous à présent à ce Pr Youri Glupzyncki de l'UCL (Mont-Godinne), présenté par le Journal du Médecin comme le défenseur des séniors et des personnes fragilisées face aux dangereux "illuminés" d'Initiative Citoyenne (sic!)...

 

Pr-Youri-Glupczynski.JPG

 

Dès le lendemain de ce reportage de RTL sur la vaccination antigrippale, Initiative Citoyenne envoyait un mail de questions à ce Professeur en mettant bien sûr en copie le journaliste concerné, Christophe Clément.

 

Bien que ces questions étaient absolument logiques et fondamentales, il s'avère que ce Pr Glupzynski n'a pas daigné à ce jour répondre à Initiative Citoyenne, un indice extrêmement fort selon nous, de son incapacité à répondre à ce genre de questions gênantes, exactement comme d'autres confrères/consoeurs avant-lui, prétendûment experts eux aussi, n'ont pas été capables de répondre à ces mêmes interrogations sine qua non !

 

Cela n'est donc plus suffisant que des journaux médicaux ou la presse grand public auto-proclament telle ou telle blouse blanche "experte" au seul motif d'un diplôme en infectiologie, encore faut-il que ces gens démontrent dans les faits qu'ils ne recommandent pas à l'aveugle aux patients des produits dont ils ne maîtrisent pas suffisamment tous les tenants et aboutissants. Sinon, cela reviendrait tout simplement à conseiller au public, sur base de seuls arguments d'autorité, d'acheter un chat dans un sac.... ou d'accepter une vaccination sans les garanties minimum de scientificité qui devraient aller de pair!

 

Les conseilleurs ne sont donc définitivement pas les payeurs...

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Grippe saisonnière
commenter cet article
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 22:36

labo_roche.jpg

24/ 10/2012. Par Delphine Chayet & Damien Mascret. Le Figaro.

 

Le laboratoire pharmaceutique suisse n'aurait pas analysé plusieurs milliers de rapports concernant les effets secondaires de ses médicaments. Il s'expose à une amende record à l'issue de la procédure.

 

Pour ne pas avoir traité des données de pharmacovigilance, le laboratoire suisse Roche risque une amende gigantesque: jusqu'à 5 % de son chiffre d'affaires européen. 

 

C'est la première fois que l'Agence européenne du médicament (Emea) lance une procédure d'infraction contre un laboratoire depuis que la disposition légale a été mise en place en 2007. Il est vrai que la faute, si elle est avérée à l'issue d'une procédure qui devrait durer jusqu'en avril 2014, est sans précédent.

 

Elle a été découverte par l'Agence du médicament anglaise lors d'une inspection de routine sur le site du géant suisse à Welwyn (Royaume-Uni). Les inspecteurs ont mis en évidence une défaillance de la pharmacovigilance (surveillance des médicaments) que le laboratoire est censé exercer sur ses produits.

 

19 médicaments concernés

 

Roche commercialise notamment des médicaments majeurs en cancérologie tels que l'Avastin, l'Herceptin, le Tarceva et le Xeloda, mais aussi des antiviraux comme le Tamiflu (contre la grippe). 

 

Au total, 19 médicaments du laboratoire seraient concernés. Les inspecteurs anglais ont découvert que 80.000 rapports issus d'un programme de surveillance des patients avaient été négligés par le laboratoire.

 

Dans ces rapports étaient signalés 15.161 décès, sans qu'il soit toutefois possible d'affirmer un lien de cause à effet avec les 19 médicaments en question. Pour l'instant, les différentes agences nationales n'ont pas modifié le rapport bénéfice/risque des médicaments de Roche. Le laboratoire suisse assure coopérer pleinement avec les autorités de régulation.

 

Toujours le même discours couru d’avance : « le laboratoire assure coopérer pleinement avec les autorités ». Ben voyons… bien sûr qu’ils coopèrent, c’est justement parce que les deux coopèrent trop que le patient en sort perdant !!

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Industrie pharmaceutique
commenter cet article
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 21:40

Une étude à paraître en 2013 dans la revue Current Pharmaceutical Design passe pas moins de 127 études scientifiques en revue pour évaluer:

 

- l'efficacité des vaccins anti-HPV (Gardasil & Cervarix)

- la sécurité de ces vaccins

- la méthodologie employée jusqu'ici dans une majorité d'études pour évaluer ces vaccins

- la meilleure façon, la plus efficace et la plus sûre de se prémunir du cancer du col de l'utérus.

 

Voici le contenu de cette revue détaillée de la littérature, effectuée par les Drs Jean-Pierre Spinosa (chirurgien gynécologue), Christopher Shaw (chercheur en neurologie) et Lucia Tomljenovic (également chercheuse en neurologie).

 

Et voici ici une traduction française du résumé de cette publication (abstract).

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 21:15

24 octobre 2012, Le Quotidien du Médecin

 

Des spores pour véhiculer les antigènes vaccinaux

 

Bacillus subtilis, l’une des bactéries les plus étudiées qui fascinent encore les microbiologistes pourrait être un bon candidat vaccin, oral ou nasal, ses spores servant de transporteurs aux antigènes.

 

Depuis des dizaines d’années cette bactérie modèle qui a déjà répondu à de nombreuses questions de biologie cellulaire, est étudiée sous tous les angles.

 

Le Pr Simon Cutting (Royaume-Uni), lui, a découvert que les spores de la bactérie pouvaient servir de transporteurs d’antigènes et induire une réponse immunitaire souhaitée.

 

Ces spores peuvent en effet rester latentes et ne pas germer pendant des millions d’années si les conditions environnementales ne sont pas appropriées.

 

De multiples avantages

 

Ce vaccin fabriqué à partir des spores de Bacillus est utilisable par voie nasale ou orale, a expliqué le Pr Cutting. Il peut même être enrobé dans un film soluble et placé sous la langue comme un petit bonbon pour rafraîchir l’haleine. Les spores étant exceptionnellement stables, le vaccin n’aurait pas besoin d’être conservé au froid.

 

«Les vaccins administrés par voie nasale non seulement évitent la douleur de la piqûre (ndlr : utile chez les apiphobes, voir notre article sur les phobies) mais sont aussi plus sécurisants notamment dans les pays en développement où sévit le VIH » a expliqué le Pr Cutting.

 

Le chercheur a d’ores et déjà présenté une évaluation préclinique de ce candidat vaccin dans différentes infections, comme la tuberculose, le tétanos, la grippe et plus étonnamment contre Clostridium difficile. La suite est dans les mains de Holloway Immunology, la société qui doit se lancer dans les développements de trois vaccins.

 

Dr A.T.M

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Vaccin à tout prix (idéologie du)
commenter cet article
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 21:09

Cfr ce pdf-ci (traduction de l'abstract d'une publication scientifique).

 

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 20:30

Le Gardasil détruit les ovaires d’une jeune fille :       

On aurait dû et pu prévoir !  (SUITE 2)

  

On a attribué toute une série de terribles complications au Gardasil. Ces effets secondaires étaient prévisibles – et il n’est pas impossible que l’avenir nous réserve encore d’autres surprises. Voici pourquoi ces complications pouvaient et auraient dû être prévues.  

 

Gardasil ovaires jeune fille

 FEMINITE VOLEE (2) Heidi Stevenson, Gaia Health [Cet article en pdf]

 

Comme nous l’avons précisé dans un précédent article, le British Medical Journal (BMJ) a publié un rapport sur le cas d’une jeune-fille de 16 ans en bonne santé dont le vaccin Gardasil semble avoir volé la féminité. Elle s’est retrouvée en plein état de ménopause étant donné que ses ovaires avaient cessé de fonctionner.

 

Cet article veut se concentrer sur le fait que Merck, le producteur du vaccin, aurait dû être informé des dommages potentiels que ce vaccin aurait pu produire aux ovaires. Le producteur n’aurait-il pas effectué les recherches nécessaires ou en aurait-il dissimulé les résultats?

 

Le présent article se focalise sur le fait que de nombreux effets secondaires du Gardasil auraient pu et auraient dû être évités si l’on se contente seulement d’examiner les effets connus de deux de ses ingrédients.

 

L’article précédemment publié sur le cas de cette jeune-fille Australienne de 16 ans vaccinée contre le papillomavirus [1] attire immédiatement l’attention sur trois faits essentiels :

 

L’état de santé de la jeune-fille avait été parfaitement examiné. Tous les tests nécessaires avaient été réalisés. Il n’existe pas d’autre explication connue à son état que les trois doses de vaccin Gardasil qu’elle a reçues.

 

La mort des ovaires – ou ménopause prématurée – est généralement attribuée à un trouble auto-immun.

 

Il n’a pas été possible d’obtenir de données sur l’histologie des ovaires de rats après administration du vaccin quadrivalent Gardasil, alors que ces données ont été fournies sur les testicules de rats mâles.

 

Ces trois faits font froid dans le dos, mais il y a pire. Des effets indésirables comme la ménopause prématurée – et autres effets pires encore – auraient pu et auraient dû être prédits.

 

Deux ingrédients à risque


Le Gardasil contient deux ingrédients qui sont connus pour causer certains dommages que l’on peut observer aujourd’hui. Il s’agit du polysorbate 80 (ou Tween 80, Alkest, Canarcel) et de la L-histidine. Une étude au moins a montré que le polysorbate 80 était susceptible de produire d’importants dommages aux organes reproductifs féminins. Les risques de la L-histidine sont plus subtiles et peut-être plus répandus, comme aussi son absence dans les tissus. Le mécanisme qui provoque une carence en L-histidine a pu être expliqué.  

 

Polysorbate 80

 

Il est connu que le polysorbate 80 est susceptible de causer des dommages au système reproductif des rats femelles [2] et il n’y a aucune raison de croire que le système reproductif humain puisse être épargné. Les effets différés d’une exposition néonatale des organes reproducteurs des rats femelles au Tween 80 montrent :

 

« Le traitement avec maturation accélérée au Twin 80 a prolongé le cycle d’ovulation et induit un oestrus vaginal persistant. Le poids relatif de l’utérus et des ovaires a diminué par rapport aux témoins non traités. Une métaplasie épidermoïde de l’épithélium de l’utérus, ainsi que des modifications cytologiques de l’utérus étaient indicatifs d’une stimulation oestrogénique chronique. Les ovaires étaient sans corps jaunes et présentaient des follicules dégénératifs.»

 

Il ne faut donc pas s’étonner que les ovaires d’une jeune-fille au moins aient été détruits après qu’elle ait reçu les vaccins Gardasil. La chose était prévisible.

 

Le polysorbate 80 peut produire un choc anaphylactique. Une étude de la revue Annals of Allergy, Asthma & Immunology [3] a conclu :

 

« Le polysorbate 80 est un agent de solubilisation utilisé partout et qui peut provoquer de graves réactions anaphylactoïdes non immunologiques. »

 

Le trait le plus effrayant du polysorbate 80 est peut-être qu’il peut traverser la barrière hémato-encéphalique et est susceptible d’emporter d’autres substances avec lui. C’est d’ailleurs dans ce but qu’il est utilisé. Les médicaments lopéramide [4] et doxorubicine [5] sont enrobés de polysorbate dans ce but – pour les faire pénétrer dans le cerveau.

 

Qu’est-ce que le polysorbate 80 peut encore faire pénétrer dans le cerveau? Pour le Gardasil, on utilise l’aluminium comme adjuvant, bien qu’il soit une dangereuse neurotoxine. L’injection d’aluminium est associée à plusieurs troubles neurologiques comme rapporté dans Gaia Health and Mechanisms of aluminium adjuvant toxicity and autoimmunity in pediatric populations [6], arthrite rhumatoïde, maladie thyroïdienne auto-immune, maladie inflammatoire de l’intestin, sclérose en plaques, diabète et autisme. Tous ces problèmes peuvent être associés aux adjuvants aluminiques des vaccins.

 

Est-ce que le polysorbate est susceptible d’ouvrir la barrière hémato-encéphalique pour y laisser passer l’aluminium ? Personne ne le sait vraiment parce qu’on n’a pas cherché à le savoir. Il n’y a cependant aucune raison légitime de croire que la chose ne soit pas possible. Etant donnés les risques inhérents au polysorbate 80, il serait impératif que toutes les règles de précaution soient appliquées avant d’envisager la vaccination de masse des jeunes-filles.

Et il y a aussi la L-histidine…

 

L-histidine

 

La L-histidine est un précurseur de l’histamine qui déclenche une réponse inflammatoire dans les réactions allergiques. On pourrait penser du mal de la L-histamine, alors qu’en fait, elle est d’un intérêt crucial pour la santé. Même si la réponse inflammatoire qu’elle déclenche dans les réactions allergiques peut parfois être excessive, nous ne pourrions pas survivre sans l’inflammation qu’elle déclenche dans les infections.

 

La L-histidine est un acide aminé essentiel qui possède plusieurs fonctions [7] :

 

Réparation et croissance des tissus

Maintenance de la gaine de myéline qui entoure les nerfs

Production des globules rouges et blancs

Production d’histamine, de carnosine et d’ansérine

Action antioxydante

Stimulant des secrétions gastriques

Excitation sexuelle et orgasme chez la femme

Action neurotransmettrice

Stimulation de la sécrétion de pepsine et d’acide chlorhydrique essentiels pour la digestion.

Réglage du rythme circadien.

 

Des taux peu élevés de L-histidine ont été associés à l’arthrite rhumatoïde [7].

La L-histidine est indispensable pour le métabolisme et la chélation du cuivre, du zinc, du cobalt et du fer. [8],[9],[10],[11] Tous sont classés dans les métaux lourds et connus pour provoquer une variété de troubles graves quand ces métaux restent présents dans le corps en quantités excessives.

 

Des quantités excessives de ces métaux peuvent entraîner un large éventail de symptômes dont les moins graves sont :

 

Nausées

Vomissements

Diarrhées

Intestin irritable

Douleurs stomacales

Maux de tête

Transpiration

Douleurs des articulations

 

Tous ces symptômes sont fréquemment rapportés par les jeunes-filles qui ont reçu le Gardasil. La question à se poser : comment ces symptômes d’intoxication aux métaux lourds sont-ils reliés à la L-histidine du Gardasil ? La L-histidine est un acide aminé présent dans l’organisme et nécessaire à son bon fonctionnement.

 

Tous ces symptômes sont liés à des quantités inadéquates de cette substance dans l’organisme. On peut donc se demander comment le fait d’inoculer ce produit aurait comme conséquence une baisse de la L-histidine dans le corps ?

 

C’est précisément la nature apparemment anodine du produit qui est la clé. Comme nous l’avons dit, la L-histidine est un acide aminé naturel du corps. Elle fait partie du groupe des huiles utilisées comme adjuvants. Cependant ces huiles ne sont pas utilisées dans les vaccins pour les humains à l’exception du squalène dévastateur. Ces huiles sont utilisées pour induire des maladies auto-immunes chez les animaux de laboratoire afin que ceux-ci puissent être étudiés et que l’on puisse trouver des traitements possibles à leurs troubles. C’est la raison pour laquelle le squalène  est si dangereux et c’est aussi ce qui se cache derrière le Syndrome de la guerre du Golfe.Il est possible de trouver une documentation sur la connexion possible avec le squalène et les épidémies de narcolepsie (suédoise et finlandaise) dans l’article How the flu vaccine causes narcolepsy.

 

A défaut de preuves contraires, il faut supposer que l’injection de L-histidine peut entraîner une maladie auto-immune dans laquelle la L-histidine est attaquée par le système immunitaire, entraînant sa pénurie comme celle des substances nécessaires à son élaboration.

 

Quelques exemples :

 

Les douleurs articulaires  représentent une plainte fréquente des jeunes-filles qui ont reçu le vaccin Gardasil. Il est connu que l’arthrite rhumatoïde est associée à de faibles taux de L-histidine.[12] Il paraît évident que l’on puisse s’attendre à voir de faibles taux de L-histidine si le système immunitaire voit en elle un ennemi à combattre. L’explication : c’est parce que le produit a été INJECTE ! On peut en conclure que les douleurs articulaires et l’arthrite sont des séquelles prévisibles du Gardasil.

 

Un gain de poids a été rapporté chez les jeunes-filles qui ont reçu le Gardasil. Ce fait n’aurait dû surprendre personne car l’hypothalamus transforme la L-histidine en histamine ; ce fait a comme conséquence de supprimer la faim [13] Si une condition auto-immune détruit la L-histidine, le taux d’histamine peut s’avérer trop faible. Cette situation entraîne donc un gain de poids.

 

Allons-nous voir une épidémie d’avortements spontanés et de malformations congénitales chez les jeunes-filles qui n’ont pas eu la malchance de devenir stériles après le Gardasil ? La chose est probable vu que l’histamine est nécessaire au développement des organes et des embryons.[14]

 

Il était tout à fait prévisible que toute fonction corporelle basée sur la L-histidine ou des substances comme l’histamine, la carnosine et l’ansérine puisse être affectée.

Il ne faut donc pas s’étonner que les effets négatifs du Gardasil comprennent un large éventail de troubles et de décès. Ce qui aurait été surprenant c’est que le Gardasil n’aurait pas eu pareilles conséquences !

 

Pourquoi

 

Le Gardasil a peut-être été le premier vaccin pour lequel on a utilisé de la L-histidine. La raison pour laquelle on a inclus ce produit n’est expliquée nulle part. Les effets secondaires du polysorbate 80 sont bien connus, tout spécialement quand ce produit est injecté. Que le polysorbate 80 puisse contourner la barrière hémato-encéphalique n’est pas une chose nouvelle et pourtant ce produit a été inclus dans ce vaccin qui utilise une neurotoxine connue : l’aluminium.

 

La question qu’il faut se poser est : pourquoi ? Quelle raison pourrait bien exister pour qu’un vaccin puisse provoquer un préjudice prévisible aussi incroyable ? Une grande partie des dommages potentiels ne seront vraisemblablement pas connus avant des années. Les taux déjà élevés d’infertilité vont-ils monter en flèche ? Est-ce que les décideurs pourront concevoir les affres des fausses couches et celles des bébés peut-être atteints de malformations congénitales ? Combien vont souffrir de maladies auto-immunes comme la polyarthrite rhumatoïde ? Combien vont souffrir de troubles neurologiques ? Nous commençons seulement à voir le début des effets secondaires qui ont probablement été causés. Les troubles auto-immuns prennent du temps avant de se manifester. Il faut aussi du temps avant que les adolescentes deviennent sexuellement actives. Combien parmi elles ne connaîtront peut-être jamais tout le potentiel de l’intimité sexuelle parce la L-histidine du vaccin leur aura volé leur orgasme ? La raison la plus simple de tout cela, c’est évidemment l’argent. Merck et ses sbires semblent mettre l’argent au-dessus de tout, y compris au-dessus de la qualité de vie d’innombrables jeunes femmes. Ca leur semble apparemment égal que certaines connaissent une mort prématurée. Y a-t-il d’autres raisons ? A mon avis, rien ne pourrait être plus insidieux que de vouloir cacher volontairement le terrible potentiel d’un produit en vue de s’enrichir. Quel est votre avis ?...

 

Références:

 

  1. Premature ovarian failure 3 years after menarche in a 16-year-old girl following human papillomavirus vaccination, BMJ Reports 2012, Deirdre Therese Little, Harvey Rodrick Grenville Ward, doi:10.1136/bcr-2012-006879
  2. Delayed effects of neonatal exposure to Tween 80 on female reproductive organs in rats.
  3. Polysorbate 80 in medical products and nonimmunologic anaphylactoid reactions.
  4. Delivery of loperamide across the blood-brain barrier with polysorbate 80-coated  polybutylcyanoacrylate nanoparticles.
  5. Significant transport of doxorubicin into the brain with polysorbate 80-coated nanoparticles.
  6. Mechanisms of aluminum adjuvant toxicity and autoimmunity in pediatric populations
  7. Pure L-Histidine
  8. Synthesis and characterization of copper(I), copper(II), zinc(II), cobalt(II), and iron(II) complexes of a chelating ligand derived from 2,6-diacetylpyridine and L-histidine. Oxygenation of the copper(I), cobalt(II), and iron(II) complexes. Crystal structure of the zinc(II) complex
  9. Dietary regulation of copper absorption and storage in rats: effects of sodium, zinc and histidine-zinc.
  10. Growth characteristics in laboratory animals fed zinc-deficient, copper-deficient, of histidine-supplemented diets.
  11. Inhibition of copper absorption by zinc. Effect of histidine.
  12. Low free serum histidine concentration in rheumatoid arthritis. A measure of disease activity.
  13. Histidine Suppresses Food Intake through Its Conversion into Neuronal Histamine
  14. Histamine: A potential therapeutic agent for breast cancer treatment?
Deux ingrédients à risque
Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 15:40

24 octobre 2012

 

"ROME - Le ministère italien de la santé a interdit provisoirement mercredi l'utilisation de plusieurs types de vaccin contre la grippe du suisse Novartis dans l'attente de nouvelles recherches sur leurs effets collatéraux, selon un communiqué.

Le ministère de la Santé et l'Agence italienne des médicaments (AIFA) ont décidé à titre de précaution l'interdiction immédiate d'utilisation des vaccins Aggripal, Fluad et Influpozzi, ajoute le texte. [Précision d'IC: le vaccin Fluad contient du squalène sous l'appelation "MF59". Les adjuvants à base de squalène du Pandemrix pourraient avoir joué un rôle décisif dans la survenue des cas de narcolepsie associés au vaccin pandémique anti-H1N1.]


Sur la base des documents fournis par le groupe Novartis, l'AIFA a décidé qu'il était nécessaire de procéder à de nouvelles vérifications concernant la qualité et la sûreté de ces vaccins, qui pourraient produire des effets collatéraux et des réactions non désirées.

Le ministère demande à la population de ne pas acheter et de ne pas utiliser ces vaccins."

 

Sources : AFP & Romandie

 

Actualisation:

 

Swissmedic stoppe la livraison des vaccins antigrippe de Novartis  


24. octobre 2012 - 19:03

 

Swissmedic a ordonné mercredi l'arrêt à titre préventif des livraisons de vaccins antigrippe de Novartis, en raison d'impuretés constatées en Italie. La mesure tombe au moment où les fabricants peinent déjà à honorer les commandes en Suisse.


L'autorité de contrôle et d'homologation des médicaments helvétique écrit avoir été informée mercredi de l'enquête ouverte en Italie, où l'importation et l'utilisation des vaccins du groupe pharmaceutique bâlois a été interdite par le ministère de la Santé et l'Agence italienne des médicaments (AIFA).


Selon les premières investigations, de petites particules blanches ont été découvertes en Italie dans les seringues servant à injecter ces vaccins contre la grippe saisonnière, explique Swissmedic. Il pourrait s'agir d'une agglutination de composants ordinaires du vaccin.

 

Environ 160'000 doses

 
L'Agrippal et le Fluad sont les deux préparations potentiellement concernées en Suisse, soit 160'000 doses. Selon les informations recueillies jusqu'à présent, Swissmedic estime toutefois que les personnes qui ont déjà été vaccinées ne courent pas de danger.


Dans une brève prise de position, Novartis écrit avoir pris connaissance de la décision préventive italienne. Le laboratoire se dit confiant dans la qualité, l'efficacité et la sécurité de ses vaccins, et ajoute qu'il collaborera avec les autorités concernées pour éclaircir le cas.


Livraisons à la traîne

 
L'incident tombe au moment où les fabricants de vaccins peinent à honorer leurs clients en Suisse. Les 1,3 million de vaccins commandés par les hôpitaux, les pharmacies et les cabinets médicaux ne seront pas livrés dans les délais. C'est pourquoi l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a demandé aux autres fabricants d'en fournir davantage, a-t-il annoncé pas plus tôt que mardi.


Plus d'un million de doses pourraient ainsi être proposées, ce qui correspondrait à peu près au nombre utilisé lors de la dernière saison grippale. Entre deux tiers et trois quarts des doses commandées ont déjà été livrées, avait précisé l'OFSP à l'ats.

 

sda-ats

 

Source : Swiss Info

  

Qu'en est-il de ces vaccins-là en Belgique?! Les gens en sauront-ils quelque chose ou bien ne seront-ils prévenus qu'une fois piqués?

Cfr aussi notre Communiqué de presse-synthèse qui concerne TOUS les vaccins antigrippaux et qui reste valable en TOUS temps.

 

Actualisation au 31/10/12:

 

Les vaccins antigrippaux de Novartis peuvent à nouveau être livrés et utilisés

Suspendues le 24 octobre pour cause de détection de particules dans le produit, les livraisons ont a nouveau été autorisées par Swissmedic mercredi.

 

Swissmedic lève le gel des livraisons et de l'utilisation des vaccins antigrippaux de Novartis. L'entreprise a pu documenter la qualité des lots qui ont été et qui seront encore livrés en Suisse.

 

Les documents que l'entreprise a entre temps adressé à Swissmedic montrent que les particules blanches partiellement visibles ne sont pas des impuretés externes, mais des agglutinations de composants protéiques ordinaires du vaccin, a annoncé l'autorité helvétique de contrôle des médicaments mercredi.

 

Sécurité assurée (sic !)

 

De tels agrégats peuvent en effet se former au cours de la fabrication du vaccin, mais se dissolvent si la seringue est utilisée conformément aux instructions, notamment si elle a été légèrement agitée avant emploi.

 

La sécurité et l'efficacité du vaccin ne sont aucunement amoindries par ces agrégats présents dans certaines seringues. Les personnes qui décident de se faire vacciner n'ont pas à redouter d'effets indésirables autres que ceux déjà connus.

 

ats/bri (RTS)

 

Très crédible comme explication ! Depuis le temps, ce genre de phénomènes aurait alors dû être très connu, sans qu’il ait été jugé nécessaire de suspendre ces vaccins ! On se fout vraiment du monde…

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Grippe saisonnière
commenter cet article
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 15:21

Le 17/10/2012

 

"Selon nos informations, les représentants des entreprises agrochimiques comme Monsanto et des laboratoires pharmaceutiques vont se voir retirer leur badge d’accès à l’Assemblée nationale.

 

L’affaire est passée inaperçue, mais le bureau de l’Assemblée nationale, c’est-à-dire les députés qui ont la main sur le fonctionnement du Palais-Bourbon, font actuellement le ménage dans la liste des lobbyistes accrédités. 

 

Depuis 2009, les représentants d’intérêts qui souhaitent accéder à  l’Assemblée doivent montrer patte blanche. 150 entreprises, fédérations professionnelles, associations, cabinets de lobbying et organismes divers sont aujourd’hui recensés et chaque représentant bénéficie d’un badge d’accès."

 

Source: Acteurspublics.com

 

Ca, c’est ce qui est dit. Mais regardons maintenant d’un peu plus près ce qui était avoué sur le site du Sénat français en 2007 :

 

« Au-delà de son objectif de court terme d'améliorer le taux de couverture de la population, la politique vaccinale doit, à plus long terme, être en mesure de répondre aux besoins en matière de recherche et de production nationales de vaccins et aussi de jouer un rôle moteur dans l'aide aux pays les plus pauvres. Pour relever ces défis, les laboratoires pharmaceutiques constituent les partenaires naturels des pouvoirs publics, en raison des moyens humains, techniques et financiers qu'ils mobilisent. En effet, le marché mondial du vaccin est en constante expansion, avec une augmentation des ventes de 13 % à 14 % chaque année, soit deux fois plus que les médicaments traditionnels. » [Lire le rapport du Sénat]

 

Ceci signifie donc que contacts avec les élus ou pas, ces sociétés continueront de bénéficier du favoritisme des autorités, raison (économique) d’Etat oblige !

 

Encore un jeu de dupes donc, un de plus !

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Industrie pharmaceutique
commenter cet article
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 15:00

smiley-rejoui.png

Le Daily Mail du 19 octobre dernier nous apprenait les dessous de la lutte anti-obésité de l'OMS.

 

Cette agence, qui a déjà démontré toute la crédibilité qu'on pouvait lui accorder, à l'occasion de la fausse pandémie de H1N1, démontre à présent avec brio qu'elle semble fonctionner avec la même duplicité, quelques soient les secteurs.

 

Ainsi, il est question à présent des liens entre l'OMS et différents fabricants de produits sucrés susceptibles de faire grossir et de jouer un rôle dans les cas de diabète et d'obésité: Nestlé, Coca-Cola, Unilever...

 

L'office panaméricain de l'agence onusienne a ainsi accepté 50 000 $ de Coca-Cola, 150 000 $ de Nestlé et 150 000 $ d'Unilever pour combler les trous dans son budget et s'est également appuyée sur les conseils de l'industrie des boissons et des aliments pour lutter contre l'obésité.

 

Selon une étude, cet office régional de l'OMS aurait aussi reçu des fonds du fabricant de crèmes glacées Ben & Jerry.

 

Accepter ce genre de donations est évidemment contradictoire avec les buts affichés de l'OMS.

 

Pour Irène Klinger, conseillère senior de l'Office panaméricain de l'OMS (connu sous le nom de PAHO), "ces donations en cash constituent un nouveau genre de business". Cependant, a-t-elle insisté, l'OMS est particulièrement vigilante à ce que ça n'influence pas ses politiques. (sic!) 

 

Depuis 2010, l'OMS a réduit de 20% son budget destiné à la lutte contre les maladies chroniques qui sont responsables de 63% des décès prématurés (note d'IC: bien évidemment, tout l'argent ou presque est gaspillé en vaccins, sans cesse plus nombreux, et rendant les gens de + en + malades!). Le département de l'OMS censé lutter contre ces maladies ne reçoit que 6% du budget total des Nations Unies, ce qui prouve donc bien que le but de l'OMS n'est certainement pas de veiller en priorité au bien-être et à la santé du monde!!

 

Boyd Swinburn, professeur australien de nutrition et longtemps membre du Comité consultatif de nutrition de l'OMS a déclaré: "L'OMS est prise en otage. Ils sont à court d'argent et ils font alors entrer en piste le secteur privé. C'est extrêmement dangereux."

 

Cependant, Jorge Casimiro, le directeur des relations publiques et gouvernementales de Coca-Cola, a expliqué qu'"Il s'agit en fait de convergence d'intérêts. Ce que nous essayons de dire, c'est que nous sommes prêts à agir. Nous sommes des compagnies qui voulont participer à cela. Nous sommes prêts!"

 

En outre, un cadre haut placé de Coca-Cola a été propulsé par la multinationale au sein du groupe panaméricain de l'OMS sur les maladies non transmissibles, entre autres, destiné à évaluer comment lutter contre l'obésité au Mexique.

 

Les quartiers généraux de l'OMS à Genève ainsi que cinq autres sections régionales de l'institution n'acceptent plus de fonds des industries alimentaires et celle des sodas (mais quid des autres?). 

 

Grégory Hartl, le porte-parole de l'OMS qui n'est pas à une contradiction près puisqu'il n'avait pas l'air de voir où était le problème lorsque des experts liés aux pharmas recommandaient aveuglément au monde entier leurs vaccins pandémiques anti-H1N1, a déclaré, au sujet de ces financements des industries alimentaires:

 

"Si ces conflits d'intérêts ont existé ou existent encore, ceci mettrait en jeu la capacité de l'OMS d'édicter des standards et des recommandations reconnues et respectées par tous."

 

Il a aussi été démontré qu'au moins deux experts en nutrition appointés par l'OMS avaient aussi des liens avec l'industrie alimentaire.

 

Murreay Skeaff, un professeur néo-zélandais, a reçu des fonds d'Unilever, le fabricant aux 60 milliards de dollars de rentrées annuelles.

 

Esté Vorster, professeur sud-africaine, a conseillé une industrie du sucre et pris aussi de son temps pour voyager et pour donner un avis rémunéré dans un litige qui impliquait Nestlé.

 

Réflexion d'IC: quelles compagnies seraient sincèrement prêtes à leur auto-suicide? Les propos de ce haut responsable de Coca-Cola sont donc bien la preuve que l'OMS fait autre chose que ce qu'elle prétend faire. On est constamment dans le registre du double discours. C'est donc un simple jeu de dupes. Et qui est bien sûr tout autant de mise avec les vaccins, les OGM, les ondes électro-magnétiques etc. CQFD !!

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans OMS
commenter cet article
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 21:52

coxsackies.jpg

Dans la droite ligne de l'absurdité des futurs "vaccins anti-allergiques" (étant donné que plusieurs vaccins créent des allergiques de toutes pièces, comme cela est scientifiquement prouvé), voici maintenant l'idée de vaccins contre les virus coxsakies, des entérovirus associés à certains cas de diabète insulinodépendant.

 

Voir + d'infos ici. (Medscape)

 

Mais le gros problème est que plusieurs vaccins sont déjà capables à l'heure actuelle de provoquer le diabète de type 1 (songeons au vaccin anti-hépatite B qui a provoqué une hausse de 60% de diabète insulino-dépendant chez des adolescents vaccinés en Nouvelle-zélande, ou encore au vaccin contre l'haemophilius influenzae de type b pour n'en citer que quelques uns, comme confirmé par les travaux du Dr J.B Classen).

 

Si on regarde d'une façon plus honnête la situation de ces virus coxsackies, on ne peut que remarquer qu'ils sont très similaires aux virus de la polio et que la vaccination contre la polio a généré une hausse compensatrice très importante des virus coxsackies (bien que cette vaccination polio doive absolument rester inquestionnable pour une majorité d'experts "bien pensants"!).

 

Ces virus coxsackies qui étaient généralement assez anodins sont devenus progressivement plus problématiques, en étant impliqués dans plusieurs phénomènes de "polio-like", c'est à dire des formes un peu atypiques de polio mais en présentant certaines caractéristiques: un genre de syndrome grave de fatigue chronique avec lésions cérébrales objectivables et action délétère sur les moto-neurones.

 

Par conséquent, cette fuite en avant vers des vaccins anti-coxsackies qui pourraient eux-mêmes induire le diabète de type 1 puisque chaque vaccin est un défi lancé au système immunitaire (encore plus fragile chez les gens à risque ou prédisposés) dans le prétendu but de prévenir le diabète insulinodépendant, confine à la folie et à la déraison.

 

Ce nivellement par le bas de la Science est déplorable: la recherche de pseudo-solutions miracles ou faciles avec vision ultra-étroite à court terme ne peut que déboucher sur plus de problèmes encore à long terme. Ces procédés répondent à des exigences d'actionnariats toujours plus voraces qui ont conduit à une sorte de prostitution de la Science.

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Vaccin à tout prix (idéologie du)
commenter cet article
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 21:50
Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans In het Nederlands
commenter cet article
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 18:00

PHARMA.png

Désolant mais vrai (hélas!): l'Académie française de Pharmacie revient sur ses vélléités de vaccinations obligatoires, estimant légitime et sûr à priori toute obligation vaccinale qui concernerait une "maladie posant un problème de santé publique" (ce qui fait froid dans le dos quand on se souvient que, pour les autorités françaises, l'hépatite B constituait aussi un "problème de santé publique" et que le nombre de décès n'a absolument PAS baissé, en dépit de la vaccination de + de 30 millions de personnes dans ce pays!!)

 

En plus donc de ce genre de mesures liberticides -l'Académie estime notamment qu'il faut rendre la vaccin ROR obligatoire!-, l'Académie de Pharmacie plaide pour que les pharmaciens puissent aussi administrer eux-mêmes des rappels de vaccins, une mesure très dangereuse qui consiste en fait à banaliser la vaccination alors qu'il s'agit pourtant d'un acte médical à part entière!  Et on ne parle même pas ici de tous les problèmes de responsabilité que cela va poser: quid si une personne ou un enfant fait un malaise grave dans l'office après un Xième rappel vaccinal de trop?

 

Lire ici pour + de détails (sur France 24, les infos de l'AFP).

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 20:25

Six Académies ont cru bon de se liguer contre le courageux Pr Séralini, exactement comme 100 Prix Nobel ont cru bon de se liguer contre le Pr Montagnier aux propos plus que dérangeants sur les vaccins...

 

Les méthodes de dénigrement et d'ostracisme sont les mêmes, qu'il s'agisse d'OGM ou de vaccins... souvenons-nous du Pr Marc Tardieu, neuropédiatre, qui fut littéralement interdit de conférence de presse parce qu'il avait mis en évidence un très dérangeant risque significativement accru de sclérose en plaques dans les 3 ans qui suivent une vaccination anti-hépatite B (par Engerix B, vaccin transgénique) chez les enfants.

 

- on attaque l'homme ou la revue, en tout cas l'aspect formel, pour FAIRE DIVERSION SUR LE FOND. On prétend que la méthodologie est mauvaise ou trop faible mais sans s'attarder sur la méthodologie anti-scientifique des études officielles qu'on doit prendre pour parole d'évangile.

 

- on espère que "l'effet de masse" (6 Académies, 100 Prix Nobel) fera croire au public que "la majorité a forcément raison".

 

- on fait croire à un faux péril si on remet le dogme en question.

 

- on a l'obsession de rassurer à tout prix, rassurer pour garantir la pérennité des marchés. Avec les vaccins aussi, c'est constamment la priorité n°1 (bien loin devant la prétendue volonté de rendre les vaccins plus sûrs!). Voici d'ailleurs quels étaient les propos du Dr Benoît Soubeyrand, directeur médical d'Aventis Pasteur, dans la revue Médecine & Maladies infectieuses en juin 2003:

 

" Chaque nouvelle polémique instaure une perte de confiance du public [...] qui peut rendre des programmes de vaccination difficiles à conduire et mettre en jeu la santé des populations. La communauté médicale a un rôle-clé à jouer pour minimiser ces risques, en améliorant la qualité de sa communication sur la tolérance et la valeur des vaccins."

 

Voyez aussi cet article fort intéressant sur ce front commun des Académies contre Séralini:

 

OGM : Séralini mis à mal par 6 Académies... qui se prononcent très peu sur l'étude !

 

21/10/2012. Fédération Inter-Environnement Wallonie (IEW)

 

L’avis de 6 Académies -  Académies nationales d’Agriculture, de Médecine, de Pharmacie, des Sciences, des Technologies, et Vétérinaire -  sur la publication récente de G.E. Séralini et al. relative à la toxicité d’un OGM vient d’être mis en ligne. Relativement léger sur les questions purement scientifiques (ils se contentent des mêmes critiques que l’EFSA par exemple), cet avis se distingue par contre par sa critique sévère relative à la médiatisation de l’étude : il condamne la revue qui a publié l’article (Food and Chemical Toxicology, classée comme étant de « notoriété excellente » par le système Noria de l’INRA) et en appel à la création auprès du Président du Conseil supérieur de l’audiovisuel d’un « Haut comité de la science et de la technologie ». Rien que ça... 

 

ACADEMIES.jpg

Extraits des conclusions et recommandations des 6 académies

 

Il apparaît ainsi, au vu des arguments évoqués plus haut, que (...) deux responsabilités apparaissent clairement. D’une part celle de la revue qui, nous l’avons dit, n’aurait jamais dû accepter cet article, ce qui est grave car l’expertise de l’article par les revues tient lieu d’évaluation initiale par les pairs. La seconde responsabilité est celle de G.E. Séralini d’avoir orchestré à l’avance une sur- médiatisation à partir de résultats contestables n’apportant aucun commencement de preuve.

 

Il reste vrai, même après ces critiques, qu’il est sans doute opportun de se poser la question des protocoles expérimentaux qui devraient être utilisés pour détecter un pouvoir cancérogène éventuel des produits alimentaires. Trois mois (durée le plus souvent utilisée) sont-ils suffisants ou non ? La question peut être en particulier posée pour les pesticides ou les herbicides. Le problème n’est pas simple car l’échelle des temps, en particulier la durée de vie, n’est pas la même chez le Rat et chez l’Homme. Mais ce n’est pas la publication de cet article qui doit inciter à cette réflexion car il ne contient aucun élément probant. Il serait particulièrement dangereux d’évoquer une nécessité éventuelle d’expériences à long terme à l’occasion de cet article car l’impression serait donnée que les résultats présentés par G.E. Séralini ont une valeur suffisante pour justifier une inquiétude du public, avec tous les dégâts que cela peut avoir en France et dans le monde. 

 

Sur le plan sanitaire, il faut dans un premier temps rassurer la population et confirmer les communiqués déjà donnés sur la faible qualité de l’article. Les questions soulevées méritent d’être étudiées par des chercheurs reconnus, non suspectés de conflits d’intérêt, avec un financement sous contrôle public. La médiatisation de l’article de G.E. Séralini et son impact sur l’opinion (...) ont ainsi contribué à alimenter des peurs totalement irrationnelles dans la mesure où les résultats présentés n’ont aucune validité scientifique.

 

Pour limiter de telles dérives, les six Académies recommandent la création auprès du Président du Conseil supérieur de l’audiovisuel d’un « Haut comité de la science et de la technologie ». La mission de ce Haut comité serait d’attirer l’attention du Président du CSA sur la médiatisation de travaux scientifiques remettant en cause des savoirs partagés par la très grande majorité de la communauté scientifique internationale sans que les responsables de chaînes de télévision ou de radios se soient auparavant assurés de leur validité, alors que la diffusion de ce qui pourrait s’avérer par la suite comme « une fausse nouvelle » aura profondément et indûment influencé les Français, parfois de manière irréversible.

 

Rassurer la population, une priorité !

 

A la lecture de ces conclusions, on ne peut qu’être inquiet sur le fait que ce qui semble ici déterminant, c’est de rassurer la population. Plusieurs associations qui luttent contre la culture et la commercialisation des OGM pensent que l’EFSA aussi se concentre essentiellement sur cet aspect des choses. « Alors que l’EFSA vient de réagir dans un délai ridiculement court à la dernière étude de G.-E. Séralini, en prétendant qu’elle n’avait aucune portée, cette agence ferait mieux de faire son travail sérieusement et de s’assurer que les dossiers de demande d’autorisation d’OGM sont réalisés avec la meilleure rigueur scientifique possible », juge François Veillerette, porte-parole de Générations Futures. « L’EFSA n’est manifestement qu’une des instances qui fonctionnent comme des chambres d’enregistrement destinées à rassurer le public, au sujet des OGM, mais non à en assurer la sécurité », conclut un rapport (Expertise des OGM, l’évaluation tourne le dos à la science ) d’Inf’Ogm, une veille citoyenne d’information sur les OGM.

 

Evidemment, si la population commence à se poser des questions sur ce qu’elle mange, il y a fort à parier que certaines industries vont rencontrer quelques problèmes...

 

Que sont ces « Académies » qui critiquent Séralini

 

Un article, paru sur le blog « De l’intérêt du conflit » du journal français Rue89 et signé Benjamin Sourice, tente de répondre à cette intéressante question.

 

Pour ce faire, il interroge entre autres Jean-François Bach, secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences. Celui-ci « avoue » qu’ils se sont concentrés dans leur avis sur ce qui est au centre de l’intérêt médiatique de l’étude (les tumeurs) mais non sur l’entièreté de l’étude et que c’est après « avoir été sollicités par des académies étrangères dont les pays ont été impactés par la publication de l’étude » que les membres ont décidé de monter un groupe ad hoc à la composition tenue secrète pour rendre cet avis ponctuel. Mais pourquoi donc ce secret ? Risque de conflits d’intérêts ? « Il est très difficile de garantir une absence totale de conflits d’intérêts, je ne connais pas le CV de chaque personne. D’ailleurs, un spécialiste qui n’aurait jamais eu de lien avec l’industrie au long de sa carrière, ce serait inquiétant. Il ne faudrait pas éliminer des compétences pour ce motif » avance, « prudemment » JF Bach.

 

Ces messieurs de l’Académie auraient pu faire preuve d’un peu plus de courage aux vues des entailles portées à la réputation de Gilles-Eric Séralini, accusé d’« orchestrer sa notoriété » pour « répandre des peurs » auprès du « grand public »... remarque (avec justesse) Benjamin Sourice.

 

Mais que sont ces Académies, et qui sont ces académiciens ?

 

Lire la suite sur le Blog de Rue89.

 

Deux nouveaux avis sont attendus ce lundi 22 octobre : celui de l'agence de sécurité sanitaire française (Anses) et celui du Haut conseil des biotechnologies.

 

L’intégralité de l’avis des 6 Académies

 

En prenant conscience des analogies entre les différents mécanismes scandales sociétaux, on devient un citoyen actif, capable d’agir et pleinement conscient de l’urgence qu’il y a à faire quelque chose, aussi petite que soit « cette pierre à apporter » à l’humanité….

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Citoyenneté active
commenter cet article
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 18:41
john_dali.jpg

John Dalli, né le 5 octobre 1948 à Qormi, sur l'île de Malte, est un homme politique maltais. Il appartient au Parti nationaliste (PN/NP). 


Il a occupé le poste de commissaire européen en charge de la Santé et de la Politique des consommateurs de 2010 à 2012, au sein de la Commission Barroso.

 

Impliqué dans une affaire de corruption liée à l'industrie du tabac, il a démissionné le 16 octobre 2012.

 

John Dalli s'est retrouvé mardi clairement mis en cause dans une enquête de l'Office européen de lutte antifraude.

 

La commission Barroso a annoncé mardi soir la démission de John Dalli, titulaire du portefeuille de la Consommation et de la Santé, mis en cause dans une affaire de trafic d'influence au plus haut niveau européen.

 

L'intéressé rejette vigoureusement l'accusation et promet de rétablir son honneur.

 

Source: Le Figaro


De mieux en mieux pourrait-on dire… Rappelons que c’est ce même John Dalli qui avait émis le souhait, en janvier 2012, que « la Commission Européenne (= instance non élue et au dessus de toutes les législations !) puisse déclarer un état d’urgence sanitaire », chose des plus risquées compte tenu du précédent du H1N1 d’une part et de l’idée de la Commission européenne d’autoriser l’expérimentation humaine sans consentement « au motif de l’urgence » !

 

En attendant, la Commission vient d’autoriser dans l’Union le maïs transgénique MIR162 de Syngenta… prétendu aussi sûr que son homologue non transgénique !

Les 27 n’étaient pas parvenus à un consensus sur le sujet et dans pareil cas, la solution non démocratique de rêve pour les lobbys concernés, c’est que c’est la Commission qui tranche ! N’y a-t-il donc pas là aussi eu fraude quelque part ? On pourrait en débattre si on connaissait un peu mieux les dessous de toutes ces structures opaques.   

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Europe & International
commenter cet article
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 15:00

vaccin-hexa.jpg

Sanofi a annoncé le 18 octobre dernier l'arrivée sur le marché d'un nouveau vaccin hexavalent (6 en 1)... c'est donc bien qu'ils se doutent de l'approbation décidée d'avance de ce vaccin.

 

Voici ce que disait ce communiqué:

 

« Le vaccin pédiatrique novateur 6-en-1 développé par Sanofi Pasteur a été soumis par Sanofi Pasteur MSD à l’Agence européenne des médicaments (EMA) pour enregistrement dans l'Union Européenne.

 

Sanofi Pasteur MSD (co-entreprise en Europe entre Sanofi Pasteur et Merck, laboratoire pharmaceutique basé aux Etats-Unis), prévoit de commercialiser le vaccin dans les pays européens sous sa propre marque.


Le nouveau vaccin hexavalent est le seul vaccin sous forme liquide 6-en-1 prêt à l’emploi (sans reconstitution) pour la protection des nourrissons contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, l’hépatite B, la poliomyélite et les infections invasives à Haemophilus influenzae de type b. »

 

Ou l'art de faire passer du vieux pour du nouveau car pour les enfants, que ce vaccin soit à reconstituer ou pas ne change hélas rien, ça reste une véritable bombe à retardement pour leur système immunitaire et leur équilibre futur tout entier...



"Grâce à ce nouveau vaccin hexavalent, Sanofi Pasteur possède maintenant un large portefeuille de vaccins pédiatriques, qui représentent autant de solutions pour les médecins et les enfants." a déclaré dans ce communiqué le Dr Jean-Paul Kress, président de Sanofi.

 

En fait, leur précédent vaccin hexavalent, l'Hexavac, loin d'être "une solution pour les enfants" fut bien davantage une tragédie, puisqu'il fut impliqué dans plusieurs décès par oedèmes cérébraux mortels du nourrisson, une pathologie dans laquelle le sang des vaisseaux sanguins du cerveau sort de son lit et "innonde" en quelque sorte tout le reste du cerveau avec des modifications de taille et de texture qui s'ensuivent et qui sont reconnaissables à l'autopsie.

 

Comme le détaille très bien l'auteure Virginie Belle dans son récent livre "Faut-il faire vacciner son enfant?", il semble bien que les véritables raisons du retrait du marché de ce vaccin Hexavac furent maquillées avec la complicité de l'Agence Européenne du Médicament en fausses raison d'inefficacité, les gens préférant savoir qu'ils ont reçu un vaccin inefficace plutôt qu'un vaccin dangereux. Alors que l'efficacité (on parle en jargon d'"immunogénicité") des différentes valences de ce vaccin 6-en-1, dont celle de l'hépatite B, avait été validée plus d'une fois par l'Agence Européenne du Médicament, c'est sous ce fallacieux prétexte que le vaccin a été retiré précipitemment du marché en septembre 2005, très peu de temps après que les autorités allemandes aient annoncé le lancement de l'étude "Token", destinée à enquêter sur tous les décès d'enfants inexpliqués et le lien possible avec cette vaccination.

 

Dans un document du Comité des Médicaments à Usage Humain (CHMP) de l'Agence Européenne du Médicament daté du 21 juin 2012, on pouvait notamment lire que "Le produit médicamenteux Hexaxim en suspension pour injection de 0,5 ml est exclusivement prévu pour les marchés en dehors de l'Union européenne."

 

En à peine 4 mois, Sanofi aura fait volte-face à ce sujet et destine donc aussi ce Xième vaccin au marché européen.

 

Quoi qu'il en soit, GSK ne sera qu'un "demi concurrent" en la matière puisque cette firme touchera bien entendu des royalties sur les ventes d'Hexaxim de Sanofi étant donné la stratégie des brevets déployée par l'ex PDG de GSK, Jean Stéphenne, et merveilleusement expliquée dans cette courte vidéo:

 

 

Tout vaccin anti-hépatite B rapporte donc des royalties à GSK et donc, si la valence anti-hépatite B est incluse dans des vaccins combinés (plus chers que le vaccin monovalent anti-hépatite B), le brevet portera sur toute la seringue et GSK percevra aussi des royalties sur le vaccin hexavalent Hexaxim de Sanofi...

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Industrie pharmaceutique
commenter cet article

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA