Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 décembre 2016 6 24 /12 /décembre /2016 13:47

Le « Tribunal américain des vaccins » enregistre un pic de  dédommagements de 400% - le vaccin contre la grippe détient tous les records d’indemnisation

Pic de dédommagements de + de 400% pour le vaccin contre la grippe devant le "tribunal américain des vaccins"

Retombées du vaccin contre la grippe

 

Par The Mom Street Journal, 8 décembre 2016

 

Mes amis, les dommages vaccinaux sont en hausse. Si vous avez la tête dans le sable et si vous ne vous êtes pas tenus informés, voilà qu’il est grand temps de vous réveiller.

 

Il y a près de 30 ans, le 40ème Président des Etats-Unis a supprimé les droits des citoyens américains de poursuivre les fabricants de vaccins. En lieu et place de ces possibilités de poursuites judiciaires des fabricants de vaccins, il a promulgué une loi qui oblige les familles qui ont subi des dommages vaccinaux ou dont un de leurs membres est décédé à la suite d’une vaccination d’entamer des poursuites contre le gouvernement américain au lieu de poursuivre les compagnies pharmaceutiques.

 

En conséquence, des juges (« special masters ») spéciaux ont été nommés pour ce Tribunal spécial de revendications. Ces juges ont reçu pleine autorité de décider, en l’absence de tout jury, du sort des américains qui ont eu la « malchance » de voir leur santé endommagée par un vaccin. Cette « malchance » peut aller de symptômes chroniques légers jusqu’à des décès.

 

Une fois par an, ce Tribunal « spécial » donne au public un aperçu de son fonctionnement interne en publiant un rapport annuel sur son site web – un rituel qui  apparait toutes les années en janvier. Ce rapport est envoyé au Président du Congrès et est destiné à surveiller les réactions que peut avoir le public américain au sujet de la vaccination que le gouvernement rend progressivement de plus en plus obligatoire.

Super, non ? Responsabilité en action ?

 

Tout faux !

 

Ce rapport qui est systématiquement ignoré des grands médias, des politiciens, des responsables de la santé et du CDC (Centres de Contrôle et de Prévention des Maladies) est en fait en sommeil sur la page du site du Tribunal des revendications spéciales des Etats-Unis. Pas de titres, pas de communiqué de presse, pas d’analyse, pas d’alerte aux médias, rien !

 

Rien de surprenant, étant donné que la plupart des américains ne savent même pas que les vaccins ont été jugés inévitablement dangereux par la Cour Suprême des Etats-Unis en 2011.

 

 

Rien de surprenant non plus que les médias de l’élite globaliste ignorent d’habitude ces rapports en dépit des arguments raisonnables avancés par les défenseurs des libertés et de la santé au sujet des dangers et des risques que présentent les vaccins. Ces gens s’obstinent à déclarer que tout est fondé sur la science, que le risque vaccinal a été « démystifié » pour éviter toute discussion rationnelle ayant trait aux preuves qui existent, et que tout un chacun a la possibilité de voir.

 

Rien de surprenant non plus dans le fait que ce tribunal spécial présente chaque année une version style archaïque de rapport, inefficace et peu technique. Au lieu d’un document agréable et facile à lire, le tribunal publie un document PDF numérisé – un format qui nécessite  toute une main d’œuvre pour pouvoir effectuer une analyse concrète. Il faut des semaines pour revoir et déchiffrer plus de 220 pages, procéder à une répartition détaillée et manuscrite, vaccin par vaccin, et pour chaque cas, pour finir par obtenir une pertinence statistique et les tendances qui se dessinent.

 

Est-ce fait exprès ? Peut-être. Mais très certainement un moyen de dissuader qui que ce soit de s’asseoir pour analyser les chiffres.

 

C’est la raison pour laquelle nous faisons ce travail chaque année depuis 2014.

 

Il nous a, par exemple, fallu 10 mois pour terminer notre analyse du rapport de cette année ! Une fois le travail terminé, les tendances que nous avons dégagées nous ont profondément choqués – non seulement parce qu’elles révélaient une augmentation continuelle des dommages vaccinaux, mais aussi à cause du silence assourdissant des grands médias. Les dommages vaccinaux continuent à être des sujets que les journalistes ignorent – en les mettant sur le compte des théories du complot ou de fausses nouvelles.

 

Asseyez-vous et devinez ce que nous avons découvert :

 

1. Les dédommagements acceptés par le « Tribunal des vaccins »  ont, au total, et en 2015, augmenté de 91,2 millions de dollars. De 22,8 millions de dollars en 2014 à 114 millions de dollars en 2015 – soit une augmentation de 400%.

 

2.Ce sont les dédommagements pour effets secondaires causés par le vaccin contre la grippe et acceptés par le « Tribunal des vaccins » qui ont augmenté le plus. Ils sont passés de 4,9 millions de dollars en 2014 à 61 millions de dollars en 2015 – soit une augmentation de 1000%...

 

3. La varicelle a connu sa troisième plus forte augmentation – de 0 dollar en 2014 à 5,8 millions de dollars en 2015. (pas étonnant que le zona est en hausse chez les personnes âgées, car récemment les petits-enfants vaccinés répandent continuellement des virus vivants sans que leurs aînés se doutent de quoi que ce soit).

 

4. L’hépatite B a été la quatrième augmentation la plus forte des dédommagements acceptés par le « Tribunal des vaccins » : 321%. Les indemnités de 1,9 million de dollars en 2014 sont passées à plus de 8 millions de dollars en 2015.

 

5. Les vaccins DTCa, DTC et DT représentent la hausse numéro 5 soit 75%, passant de 5,5 millions de dollars en 2014 à 9,8 millions de dollars.

Pic de dédommagements de + de 400% pour le vaccin contre la grippe devant le "tribunal américain des vaccins"

Le reste des règlements qui n’ont pas été repris ci-dessus sont :

 

Tétanos : 4 millions de dollars

 

HPV : 3,4 millions de dollars en hausse, par rapport à presque rien en 2014

 

ROR : a perdu la position numéro 1 qu’il occupait l’an dernier. Il est descendu à moins d’un million de dollars ; une diminution de 88%

 

Coqueluche : 1,7 millions de dollars

 

HiB : 345.000 dollars

 

Méningocoque : 500.000 dollars

 

Hépatite A : 408.000 dollars

 

DTC et Polio 210.000 dollars

 

Rotavirus 76.000 dollars

 

« Autre » illustre la nature douteuse du rapport du « Tribunal des vaccins » et son manque de transparence. Au lieu de déterminer quelle combinaison de vaccins a produit des dommages ou des décès, un « maître spécial » peut décider de d’étiqueter un vaccin « autres », ce qui a comme conséquence de diminuer son incidence sur les nombres globaux en dernière analyse.

 

En 2015, la catégorie « autres » a été la deuxième augmentation la plus importante des règlements, totalisant 21,5 millions de dollars en payements, soit 388% de plus que les 4,4 millions de dollars versés l’année précédente.

 

Nous ne voulons accuser personne, mais il faut reconnaître qu’une augmentation de 388% c’est beaucoup ! Quelle est la combinaison de vaccins qui provoque une telle augmentation ? Le public n’aurait-il pas le droit de le savoir ? …

 

Avons-nous mentionné que ces résultats concernent UNIQUEMENT les jugements? – les cas qui ont été jugés en faveur des plaignants. Ces résultats ne comprennent pas les honoraires complets des deux parties qui sont payés par le gouvernement des Etats-Unis, que l’avocat gagne ou perde l’affaire. Au lieu de les inclure dans les rapports de jugements, ils sont souvent repris dans des catégories distinctes, ce qui rend l’analyse des données beaucoup plus difficile.

 

Le montant total des frais juridiques pour le « Tribunal de la vaccination » en 2015, s’élève à 42 millions de dollars.

 

 

Repost 0
24 décembre 2016 6 24 /12 /décembre /2016 12:29

L'Ordre des Médecins, institution poussiéreuse créée sous le régime de Vichy, vient encore d'illustrer ses préférences. En radiant le Pr Even et en soutenant le Pr Joyeux, cet Ordre aide de facto les citoyens-patients à comprendre en quoi et pourquoi une personnalité comme Philippe Even est jugée beaucoup plus gênante et dérangeante que le très convenu Pr Joyeux (lequel se dit d'ailleurs ouvertement partisan de l'obligation vaccinale...) qui n'avait hélas pas hésité à recommander à la radio la vaccination antigrippale des fumeurs -qui sont déjà plus à risque de cancer-, tout en ayant pourtant dénoncé au préalable la présence de formaldéhyde cancérigène dans les vaccins pour enfants (pourtant aussi présent dans les vaccins antigrippaux, lesquels sont aussi dispensés de tests de leur potentiel cancérogène!).

 

Le Pr Even, ex doyen de la fac de médecine de Necker est notamment le co-auteur avec Bernard Debré du livre "Guide des 4000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux".

 

Le Pr Even, qui connaît très bien les rouages de la mafia médico-pharmaceutique, avait tenu un langage beaucoup plus impitoyable et porté un regard beaucoup plus lucide que le Pr Joyeux sur la triste réalité du caractère expérimental des vaccins, comme l'illustre notamment la vidéo suivante: 

Il avait aussi dénoncé le caractère bidon et non fiable des essais cliniques, une réalité qu'Initiative Citoyenne dénonce déjà depuis des années, preuves à l'appui, en ce qui concerne les vaccins.

 

Sa radiation est une réaffirmation, comme un (triste) sceau dans la cire, des valeurs véritables de l'Ordre des Médecins pour qui la confraternité et la moralité consistent surtout en la promotion éhontée du tout médicamenteux, bien avant l'intérêt premier des patients et leur droit à l'information...

 

Le Pr Philippe Even radié de l'Ordre des médecins

 

SANTE Il « a manqué à ses obligations de moralité et à son devoir de confraternité», selon la chambre disciplinaire…

 

20 Minutes avec AFP

Philippe Even dans son bureau. Paris, le 10 janvier 2011. - SIMON ISABELLE/SIPA

Philippe Even dans son bureau. Paris, le 10 janvier 2011. - SIMON ISABELLE/SIPA

Publié le 16.12.2016

 

C’est une lourde sanction. Le Pr Philippe Even, auteur de nombreux ouvrages controversés dont le Guide des 4.000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux écrit avec le Pr Bernard Debré, a été radié de l’Ordre des médecins.

 

Cette décision qui n’est pas encore définitive, a été prise après la publication d’un ouvrage intitulé Corruption et crédulité en médecine publié aux Editions du Cherche-Midi en septembre 2015, a précisé la chambre, confirmant une information du Quotidien du Médecin.

 

« Des propos méprisants et diffamatoires »

 

Dans sa décision rendue publique le 13 décembre, la chambre reproche au Pr Even d’avoir tenu « des propos méprisants et diffamatoires » face à des confrères qu’il avait notamment traités de « putains académiques » ou qu’il avait comparés à une « mafia ».

 

En faisant cela, le Pr Even « a manqué à ses obligations de moralité et à son devoir de confraternité et « a gravement déconsidéré la profession médicale » ajoute la chambre qui a décidé de le radier du tableau de l’Ordre. La décision de radiation de la chambre disciplinaire, présidée par une magistrate, prendra effet le 1er avril 2017, si à cette date elle est devenue définitive, faute d’appel du pneumologue.

 

« Je me fiche éperdument de l’avis du Conseil de l’Ordre »

 

Le Pr Even, 84 ans, ancien doyen de la faculté de médecine de Necker, a indiqué qu’il n’avait pas l’intention de faire appel et qu’il considérait même qu’il s’agissait d’une « décoration ».

 

« Je n’exerce plus depuis 16 ans », précise-t-il, « et j’ai obtenu ma désinscription du tableau de l’Ordre le 27 septembre 2015, quelques jours après la publication de Corruption et crédulité en médecine, un ouvrage dans lequel il dénonce la collusion entre les laboratoires et certains médecins. « J’avance dans ce que je crois être ma vérité, je me fiche éperdument de l’avis du Conseil de l’Ordre », ajoute-t-il.

 

Source : 20minutes.fr

 

Voir aussi:

 

Montpellier : le Pr Joyeux soutenu par l’Ordre des médecins

 

Ordre des médecins, l’improbable réforme ?

 

>> A lire aussi : Le Pr Even accuse les labos de faire du « business »

 

>> A lire aussi : L'Ordre des médecins fustige le dernier livre à charge du Pr Even

 

Tous les vaccins sont expérimentaux: voici pourquoi

 

Vaccins: le vrai scandale des faux placebos

 

Dr Saluzzo de Sanofi Pasteur: "on ne sait pas comment marchent les vaccins"!

 

La fausse science vaccinale ne s'appuie que sur des dogmes et des postulats, elle ne veut surtout rien vérifier... c'est bien trop risqué!

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Médecins
commenter cet article
23 décembre 2016 5 23 /12 /décembre /2016 19:04

« Tous les parents doivent savoir ce qui arrive à nos enfants »

 

    Donovana Interviewée par Polly Tommey, VAXXED  Tour, décembre 2016

Vaccins: tous les parents doivent savoir ce qui arrive à nos enfants !

Mon histoire commence en 2007 quand mon neveu Donovan est né. Il était en parfaite santé et rayonnait la joie. Alors qu’il allait avoir deux ans, il a, comme cadeau de Noël, reçu un petit train. Il s’exprimait déjà très bien et répétait : « Voici l’express, tout le monde en voiture ! »

Vaccins: tous les parents doivent savoir ce qui arrive à nos enfants !

Quelques mois plus tard mon frère amena Donovan chez moi. Il avait le nez cassé, des problèmes aux yeux. On aurait dit qu’il n’était plus présent. Je me rappelle m’être demandé : mais que diable a-t-il bien pu arriver à ce petit ? J’ai très vite pensé que quelqu’un avait dû le maltraiter. Je l’ai conduit à l’hôpital pour qu’on me dise ce qui était arrivé à mon petit neveu. Comme il n’était pas beau à voir, les médecins et infirmières ont immédiatement fait appel au CPS. Le personnel médical m’a tout de suite fait comprendre que l’enfant avait vraiment dû être maltraité, qu’on l’avait peut-être poussé dans les escaliers tant il était mal arrangé.

Vaccins: tous les parents doivent savoir ce qui arrive à nos enfants !

Mon frère m’a expliqué que le petit se frappait la tête contre la table, contre le mur, contre tout ce qui était à sa portée. Les médecins, eux, m’ont dit que des enfants aussi jeunes ne pouvaient pas se faire du mal de pareille façon. Ils continuaient à prétendre que quelqu’un avait dû le maltraiter. Nous ne comprenions rien à toute cette affaire.

 

Quelques mois plus tard, on a retrouvé mon petit neveu sur l’autoroute ! Il avait alors deux ans. La police est parvenue à le récupérer et à le ramener chez mon frère qui, à ce moment, était en train de dormir.

 

Ayant été avertie, je me suis précipitée chez mon frère, et lui ai dit qu’il devait un peu mieux surveiller son petit garçon qui était encore si jeune. Mon frère m’a affirmé qu’il avait pris toutes les précautions de sécurité, que toutes les portes étaient fermées à clef et qu’il ne savait pas du tout comment il avait pu s’échapper. J’étais malgré tout fâchée sur mon frère qui ne parvenait pas à garder son petit à la maison.

 

Un mois plus tard, ce sont des voisins qui ont retrouvé l’enfant sur la rue. Ils l’ont ramené chez eux en attendant l’arrivée de la police. C’était la troisième fois que la police devait intervenir pour cet enfant pour maltraitance ou négligence.

 

Je me suis dit qu’il fallait que tout cela cesse. Je ne veux plus voir mon petit neveu avec toutes ces blessures et contusions. J’ai alors pris le téléphone et appelé le CPS. Je leur ai expliqué qu’il y avait quelque chose qui ne tournait pas rond. Le petit avait en outre arrêté de parler; il hurlait aussi pendant des heures, ne me regardait plus. Il ne supportait plus d’être touché; cet enfant n’était plus du tout le même. Quelqu’un avait dû le traumatiser gravement.

 

Comme il s’agissait du troisième rapport de police, l’enfant devait être placé. On a fait savoir à mon frère que le petit serait placé à cause des mauvais traitements qu’il avait reçus. C’est alors que mon frère s’est suicidé. La dernière chose qu’il a faite fut de m’appeler pour me dire : « J’aime mon petit garçon ; je ne l’ai jamais maltraité, mais personne ne veut me croire. Je te demande de bien vouloir t’en occuper ; tu seras une excellente maman pour lui. Je t’aime beaucoup ». 

Vaccins: tous les parents doivent savoir ce qui arrive à nos enfants !

C’est la police qui m’a ensuite fait savoir qu’il était mort.- Et maintenant, le pire de tout. Quand nous avons pu obtenir la garde de Donovan, les services sociaux m’ont fait savoir que le pédiatre avait enregistré que ses bilans de santé avaient été normaux jusqu’à Noël. C’est à cette époque qu’il avait perdu le contact visuel, ne savait plus parler et qu’il avait changé à un tel point qu’on nous a recommandé de le faire examiner pour savoir s’il ne souffrait pas d’autisme.

 

A cette époque je faisais mes études de médecine. Je croyais savoir un peu ce qu’était l’autisme. J’ai néanmoins conduit Donovan pour ces examens tout en pensant que je perdais mon temps.

 

Le psychologue m’a dit qu’il lui semblait que j’étais dans le déni parce que Donovan était bel et bien atteint d’une forme très sérieuse d’autisme.

 

En effet, il ne sait plus vous regarder, il ne sait plus parler, aller aux toilettes. Lors des examens, il a continué à se taper la tête sur la table. Le psychologue m’a dit qu’il était vraiment très malade et qu’il était grand temps que je cherche un institut pour lui parce que quand il serait plus grand il serait capable de vous frapper et vous ne pourriez plus le supporter.

 

Alors que le psychologue m’expliquait ces choses, je n’ai pas pu m’empêcher de penser que nous avions été complètement dans l’erreur : personne n’avait jamais  maltraité Donovan. Il s’est blessé lui-même parce qu’il avait régressé et était devenu autiste.

 

Bien que je croyais connaitre l’autisme, tous les signes que l’enfant donnait m’ont en fait échappé parce que ce qu’on m’avait appris sur l’autisme était totalement différent. On avait toujours attiré mon attention sur le fait que quelqu’un avait agressé Donovan. On ne m’avait jamais dit qu’un autiste pouvait s’échapper, se blesser, se frapper la tête contre les murs. On m’avait toujours dit qu’il n’était pas possible que l’enfant se frappe la tête contre des objets au point de se casser le nez.

 

J’ai tellement regretté ne pas m’être mieux informée. Je voudrais tellement pouvoir dire à mon frère que je regrette. Mais il est maintenant trop tard.

 

Nous avons donc adopté Donovan et faisons l’impossible pour le soigner. Heureusement, il va de mieux en mieux. Il ne devra pas être pris en charge par un institut spécialisé. Il sait maintenant se rendre à la toilette; il va même à l’école.

 

J’ai personnellement dû réapprendre ce qu’était l’autisme aujourd’hui, comment la maladie se manifeste et qu’elle n’est pas nécessairement irréversible.

 

J’ai voulu quitter la Faculté de médecine, car chaque fois que j’ai voulu parler de ce qui était arrivé à mon neveu, on me répondait qu’il n’était pas question d’aborder ce sujet !

 

J’ai eu l’occasion de voir une vidéo de Jimmy McCarthy qui parlait de son fils en précisant qu’aujourd’hui sa santé s’était améliorée.

 

Donovan  a tout perdu : sa maman, son papa, et il a commencé à souffrir d’autisme. On nous avait toujours dit qu’il resterait autiste pour le restant de ses jours.

 

J’ai commencé à acheter pas mal de livres, à consulter de nombreuses études et ai appris beaucoup plus que je n’aurais jamais pu imaginer par rapport à ce qui arrive à nos enfants. Ce que j’ai appris m’a bouleversée. Ce fut comme une immense vague.

 

Je ne pourrai jamais oublier qu’à sa visite médicale du 24 mai, soit 3 mois après qu’il aimait de dire : « tout le monde en voiture, l’express va partir », ils lui ont administré 8 injections pour un total de 14 vaccins. Cela s’est passé deux semaines avant que je le voie avec son nez cassé, les yeux abîmés et une blessure au front. Je n’avais, jusque là jamais pensé à rapprocher les deux choses jusqu’à ce que je lise une étude sur l’encéphalite. J’ai alors su dans mes tripes; mon frère me le soufflait au cœur : personne n’a jamais maltraité Donovan. Ce qui lui a fait perdre la santé, c’est tout autre chose. Ca été dur pour moi de voir les choses d’une toute autre façon. J’étais jusqu’alors pénétrée de tout ce que j’avais appris en biologie, biochimie, médecine.

 

Après avoir lu tous ces livres, épluché toutes ces études, ces données, il ne pouvait plus y avoir pour moi d’autre conclusion possible. Nous avons finalement compris que la santé de cet enfant avait été endommagée par les vaccins qu’il avait reçus.

 

C’est exactement à partir du moment où nous avons commencé à traiter Donovan pour ses dommages vaccinaux qu’il a commencé à guérir. Quand cet enfant a commencé à parler, j’ai réalisé que tout ce qu’on m’avait dit à propos du caractère incurable de cette maladie n’était pas exact.

 

J’ai fait la promesse à mon frère que je raconterais cette histoire à tout le monde et que je crierais sur tous les toits que la santé de ces enfants peut s’améliorer, et que cette maladie peut être évitée.

 

Je voudrais maintenant m’adresser à toutes les personnes qui sont passés par ces souffrances et je leur dis : je vous en prie, écoutez-moi, veuillez partager votre histoire avec le plus grand nombre de personnes possible, je vous en prie. Votre histoire est tellement importante; tous les parents doivent savoir ce qui arrive à nos enfants.

Vaccins: tous les parents doivent savoir ce qui arrive à nos enfants !

  Je vous en prie… !

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
22 décembre 2016 4 22 /12 /décembre /2016 12:24

Une scientifique digne de ce nom, la chercheuse canadienne en neurologie Lucia Tomljenovic explique le problème de façon limpide et c'est vraiment une chance pour tous les visiteurs de ce site que cette petite vidéo ait été sous-titrée en français, grâce à l'engagement de l'association citoyenne E3M, association des victimes de myofasciite à macrophages, une des innombrables maladies mais pas la seule imputable au dogme vaccinal:

Nous vous invitons aussi à voir ou revoir cette autre vidéo-ci, dans laquelle le Pr Philippe Even, ex doyen de faculté de médecine, expliquait lui aussi le caractère expérimental des vaccins qui ne peut fort malheureusement plus être nié de nos jours tant les preuves de ce triste fait sont aussi nombreuses qu'explosives....

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
21 décembre 2016 3 21 /12 /décembre /2016 22:23

Alors que 23 sociétés médicales ont récemment soutenu la proposition du Comité français d'orientation sur la politique vaccinale, à savoir de rendre 11 vaccins pour enfants obligatoires, il est plus que jamais essentiel de se demander ce que ce genre d'obligations pourraient engendrer sur le terrain comme handicapés supplémentaires et comme familles brisées à jamais... sur base de ce qu'on constate déjà aujourd'hui!

 

De nos jours, on peut clairement parler de démolition. Des enfants sains sont démolis par les vaccins; des enfants déjà malades et affaiblis le deviennent encore plus avec ces vaccins censés les protéger et cela, sans même parler des adultes. Il ne se passe pas un jour, une heure, sans que l'on entende parler de cas  tous plus dramatiques et irréversibles les uns que les autres. A chaque démolition par les vaccins (contrôlée ou incontrôlée, car le caractère laxiste des essais cliniques de vaccins montre de facto que ceux qui les injectent n'ont absolument aucune idée de l'ampleur du domino morbide que leurs injections peuvent déclencher!), soyons-en bien certains, les officiels brandiront leur unique "argument", si on peut appeler ça ainsi: "c'est une coïncidence!", tout en se cantonnant strictement à l'affirmation générale qui ne les engage pas à prouver quoi que ce soit que "les vaccins, comme tout médicament, peuvent comporter des risques mais c'est une question de balance bénéfices/risques". Sauf qu'en matière de vaccins, on attend toujours la preuve que le ratio bénéfices/risques serait positif! Mais on tourne bien sûr en rond car ce genre d'affirmation totalement gratuite de la part des officiels repose sur les résultats d'essais cliniques bâclés et biaisés et d'une sous-notification notoire des effets secondaires, même graves! C'est donc le serpent qui se mord la queue et la seule façon pour que le vaccin ne morde pas à jamais votre vie ou celle de vos enfants est donc de vous informer A TEMPS sur les conséquences concrètes qui pendent véritablement au nez de toutes et de tous!

 

Premier exemple (parmi beaucoup d'autres...), celui du petit Luke Maguire, pris de convulsions irrépressibles depuis ses vaccins effectués à l'âge de 4 mois... 

Les parents du petit témoignent:

 

"Mon petit Bobby est né le 22/1/2016. Quatre mois plus tard, notre monde a changé pour le pire. Bobby qui avait eu ses vaccins à 4 mois a fait de la température et a été pris de spasmes dans tout le corps. Depuis le vaccin, il n’a plus jamais été le même bébé. Il a commencé à faire des convulsions. Un jour, nous nous sommes levés à 4 heures du matin. Nous avons été terrifiés en découvrant que Bobby avait le visage tout bleu  et éprouvait de grosses difficultés à respirer. A partir de ce moment, les problèmes ne se sont plus arrêtés : il a fait jusqu’à 14 convulsions par jour et 6 pendant la nuit. Il se réveillait, puis ça recommençait sans que l’on puisse s’y attendre. Quand il a commencé à faire ses convulsions, j’ai tout de suite su que c’était à cause des vaccins.                                                                                                            

Les médecins, les infirmières et les services de santé ont fait tout ce qu’ils pouvaient pour étouffer l’affaire. Comme je tentais de faire l’impossible pour prouver que c’était bien les vaccins qui l’avaient mis dans cet état, ils ont essayé de prendre mon bébé sous prétexte que je mettais sa santé en danger en recherchant toute l’information possible sur les vaccins. Mes recherches sur les vaccins m’ont beaucoup stressé comme le fait de pressentir qu’ils étaient prêts à détruire une jeune famille pour étouffer ce que ces sales vaccins avaient provoqué. Il faut absolument faire quelque chose. Ils endommagent la santé de nos enfants. Ils n’ont aucun droit. En outre, ils ne vaccinent pas leurs propres enfants. Des médecins m’ont dit qu’ils ne pouvaient mentir ! Le fait qu’ils poussent les parents à faire vacciner leurs enfants montre à quel point ils sont malfaisants.

 

Je voudrais vous prier de transmettre notre histoire au plus grand nombre possible de personnes et de nous aider, mon petit garçon et moi-même. Je vous en remercie d’avance. Je veux tout juste que mon petit retrouve sa santé d’avant. Si quelqu’un me dit que les vaccins ne sont pas en cause qu’il le prouve. Je ne veux causer de problème à personne. Je veux tout simplement rendre les gens conscients."

 

Mais voyez à présent cet autre cas, dramatique s'il en est! Il s'agit du cas d'un enfant australien qui a notamment reçu le vaccin ROR et le vaccin contre l'hépatite B. Malgré la tragédie dans laquelle lui et sa famille se trouvent, les autorités australiennes (qui ont conditionné depuis le 1er janvier 2016 les allocations familiales à la réalisation de tous les vaccins!) continuent d'exiger qu'on continue malgré tout à le vacciner... oui, vous lisez bien, on a affaire à ce genre de fous furieux et plus que dangereux, prêts à tout pour vacciner jusqu'à la mort et sans aucune pitié pour les victimes, ni aucun respect pour les libertés les plus fondamentales et le droit à l'intégrité des patients!!!!

 

Le message que cette vidéo veut faire passer est de montrer l’absurdité d’un système qui fait perdre à la famille de ce garçon gravement handicapé par les vaccins qu’il a reçus tous les avantages sociaux, si elle décide de ne pas se mettre en ordre avec la suite du programme de vaccination. Les services médicaux veulent continuer à  vacciner l’enfant, ce qui est le comble de l’absurde. Tout ceci en accord avec la politique gouvernementale australienne: «pas de vaccin, pas d’argent ! »

 

La maman évoque les deux vaccins que son fils a reçus : le vaccin contre l’hépatite B à l’hôpital, bien qu’elle-même n’était pas positive ainsi que le triple vaccin rougeole-oreillons-rubéole. Tant l’interviewer que la maman de l’enfant sont en colère contre cette politique qui veut que tout un chacun se fasse vacciner pour le bien de la communauté tout en ignorant et  abandonnant  les personnes dont la santé a été endommagée par les vaccins, ainsi que leurs familles.

 

Voir aussi:

 

La mesure qui fait honte à l'Australie: conditionner les allocations familiales aux vaccins des enfants

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
19 décembre 2016 1 19 /12 /décembre /2016 12:56

Vaccination anti-HPV: le ver est dans le fruit depuis dix ans


Par Catherine Riva et Dr Jean-Pierre Spinosa

 

La vaccination anti-HPV agite à nouveau les médias: vendredi 9 novembre, Le Monde1 faisait état du conflit qui oppose depuis mai 2016 le Nordic Cochrane Centre à l’EMA. Le Nordic Cochrane Centre reproche notamment à l’autorité de régulation européenne sa gestion d’un rapport portant sur plusieurs dizaines de cas d’effets indésirables survenus après la vaccination. Il fonde nombre de ses reproches sur un rapport confidentiel, qui remet sérieusement en question la crédibilité du travail de l’EMA et montre que son fonctionnement est plus proche de celui d’une société secrète que de celui qu’on serait en droit d’attendre d’une autorité de régulation oeuvrant pour l’intérêt général. lire la suite ici.  

Vaccination anti-HPV (Gardasil, Cervarix): le ver est dans le fruit depuis dix ans

Un triste exemple concret (parmi des dizaines de milliers d'autres!) de la façon dont ces vaccins inutiles transforment des jeunes femmes rayonnantes en handicapées à vie, ce qui n'empêche pas de pseudos experts comme le Pr Noni Mc Donald, une des afficionada de l'OMS, de déclarer ... qu'il n'y a "pas de plus sûr vaccin que le vaccin HPV"! 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article
17 décembre 2016 6 17 /12 /décembre /2016 20:20
Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
15 décembre 2016 4 15 /12 /décembre /2016 09:12

Qui n'a jamais déjà entendu de la bouche de tel ou tel médecin-perroquet qu'en se vaccinant contre le tétanos, on ne pouvait plus faire cette maladie, que le vaccin était "une arme absolue"? Mais que dit vraiment la littérature médicale à ce sujet? La question mérite d'autant plus d'être posée que TOUT vaccin antitétanique contient notamment du formaldéhyde qui est un cancérigène certain (alors que le potentiel cancérogène des vaccins n'est jamais testé!) ainsi que de l'aluminium neurotoxique qui va notamment, rappel après rappel, s'accumuler de façon irréversible au niveau cérébral en favorisant des maladies neurologiques comme Alzheimer, nettement plus fréquentes que les cas rarissimes de tétanos (une vingtaine de cas annuels à tout casser dans un pays comme la France, pour se faire une idée).

 

NB: En Belgique, et ce depuis 2003, tout vaccin contre le tétanos est TOUJOURS couplé au minimum avec la valence diphtérique (pas si anodine que cela, mais au contraire assez réactogène, encore plus chez l'adulte) suite à une décision de nos "bons experts" au sujet de la sacrosainte "couverture vaccinale"[info diphtérie ici].

Infection tétanique chez un patient qui avait un taux "protecteur" d'anticorps...

Un cas d’infection tétanique chez un adulte avec un niveau protecteur d’anticorps antitétaniques

 

Vollman KE, Acquisto NM., Bodkin RP

Am J Emerg Med. 2014 Apr;32(4):392.e3-4. doi: 10.1016/j.ajem.2013.10.025. Epub 2013 Oct 15. Am J Emerg Med. 2014 Apr;32(4):392.e3-4. doi: 10.1016/j.ajem.2013.10.025. Epub 2013 Oct 15.

 

Résumé

 

Le tétanos est une infection bactérienne causée par le clostridium tetani. La maladie prend le plus souvent l’aspect d’un trismus ou d’autres spasmes musculaires. Malgré le développement du vaccin contre le tétanos, une infection tétanique n’a pas pu être éradiquée. En outre, alors que l’hypothèse a été émise que des taux suffisants d’anticorps étaient protecteurs, il peut arriver que l’infection tétanique puisse cependant se produire chez des personnes parfaitement vaccinées.

 

Nous rapportons ici le cas d’un homme de 31 ans qui s’est présenté  aux urgences, alors que depuis 2 jours il souffrait de douleurs au cou et à la mâchoire. Cet homme explique que 10 jours avant il s’est perforé la main avec un clou rouillé. Il a expliqué qu’il avait reçu son dernier rappel 13 ans plus tôt. Aux urgences, on lui administra le vaccin antitétanique, des immunoglobulines antitétaniques, ainsi que du métronidazole. Ses symptômes s’améliorèrent au cours des deux jours qui suivirent et le problème fut résolu le sixième jour. Malgré le fait qu’il présentait une infection tétanique et que d’autres causes qui auraient pu expliquer ses symptômes aient été exclues, son taux d’anticorps antitétaniques était de 8,4 U/mL*, un taux qui est jugé protecteur. Un taux d’anticorps antitétanique qui est suffisant pour assurer une immunité protectrice ne devrait pas empêcher un traitement de l’infection tétanique. L’histoire de ce cas démontre qu’il est nécessaire qu’une histoire complète du cas soit examinée, qu’un examen physique soit effectué et que d’autres causes possibles soient écartées pour pouvoir guider un traitement quand une infection tétanique est à craindre.

 

Source: Pubmed

 

** Le taux protecteur minimal est de 0,01UI/ml de sang (soit 10UI/l). Les instances comme OMS et les services d'urgence se basent sur des tests pour lesquels le taux d'anticorps soi-disant protecteur est de 0,1UI/ml (voire 0,15 UI/ml). Le patient dont le cas est présenté ci-dessus présentait donc un taux plus de 80 fois supérieur à ce qui est jugé satisfaisant dans les services d'urgences...

 

Cette publication scientifique peut-être notamment complétée par les données suivantes (en anglais):

 

"Immunization does not rule out tetanus" (= "La vaccination ne permet pas d'exclure le (diagnostic) de tétanos"), Dr Vinson, British Medical Journal, 2000.

 

Tetanus toxoid  vaccination: An overview by Dr Kris Gaublomme

 

Sur le caractère "scientifique" des recommandations vaccinales en matière de tétanos, une maladie qui est, rappelons-le, non immunisante (donc pour laquelle, la Nature n'a PAS prévu que des anticorps naturels puissent prévenir d'une nouvelle atteinte), on appréciera notamment le sérieux du différentiel des recommandations entre la France et la Belgique. En France, en effet, il est préconisé aux adultes de - de 65 ans, une revaccination tous les 20 ans, alors qu'en Belgique, le calendrier vaccinal maintient le rappel tous les 10 ans. Pourtant, il convient de savoir à ce sujet deux aspects très importants:

 

- " Des études cliniques ont montré que les patients étaient porteurs d’antitoxines à des taux dits protecteurs pour 95 % d’entre eux après 5 ans et 91 % d’entre eux après 10 ans. " (source: Document de la Haute Autorité de Santé française, 2009, voir p. 6/36)

 

- Plus haut est le taux résiduel d'anticorps au moment d'une revaccination, plus élevé sera aussi le risque d'effets secondaires (et la raison simple en est qu'au lieu que le corps fabrique surtout de nouveaux anticorps à partir du vaccin,  les anciens anticorps, liés aux précédentes vaccinations, vont s'accoupler de façon privilégiée aux antigènes de la nouvelle vaccination et former ce qu'on appelle des "complexes immuns", susceptibles de migrer au niveau des vaisseaux, des articulations, en donnant lieu à de fâcheuses complications comme des arthrite, des vascularites etc.)

 

> En conclusion: Pour ceux désirant absolument se faire vacciner contre le tétanos, il est aberrant (et même illogique tout en restant strictement dans le cadre de leurs propres croyances!) d'accepter le principe de rappels automatiques, à date fixes. En lieu et place, nous préconisons à ces personnes de faire pratiquer à tout le moins un dosage d'anticorps préalable à toute revaccination (tout en sachant, comme on l'a vu ci-dessus, que même avec un taux d'anticorps soi-disant "protecteur", les sujets peuvent cependant encore faire la maladie).

 

Par ailleurs, la loi sur les droits du patient (4 mars 2002 en France; 22 août 2002 en Belgique) stipule ce que doit comprendre normalement un consentement libre et éclairé: une information SUFFISANTE sur les risques du traitement, même sur les risques soi-disant "rares" (nature, fréquence, gravité) mais aussi sur l'efficacité attendue ET sur les alternatives possibles en prévention comme en traitement. En matière de vaccins plus que dans tout autre domaine médical, il est coutume de répéter qu'il n'y a RIEN D'AUTRE DE POSSIBLE/FAISABLE. Ahh bon?! En est-on vraiment si sûr?

Comparaison de la mortalité tétanique avec et sans traitement à la vitamine C chez les sujets de 1 à 30 ans (il est évident qu'il ne s'agit pas des doses ridiculement faibles et insuffisantes, telles que préconisées dans les "AJR"/apports journaliers recommandés de l'ordre de quelques centaines de mg!) Mais quel médecin vous parlera donc de ça?

Comparaison de la mortalité tétanique avec et sans traitement à la vitamine C chez les sujets de 1 à 30 ans (il est évident qu'il ne s'agit pas des doses ridiculement faibles et insuffisantes, telles que préconisées dans les "AJR"/apports journaliers recommandés de l'ordre de quelques centaines de mg!) Mais quel médecin vous parlera donc de ça?

En lien avec la dia ci-dessus et de façon complémentaire, ne manquez pas non plus cet excellent article-ci sur la pertinence du chlorure de magnésium !

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Efficacité des vaccins
commenter cet article
14 décembre 2016 3 14 /12 /décembre /2016 21:28

Certains vaccins pourraient doper les virus au lieu de les éradiquer

Légende "savoureuse" de cette photo sur le site de Sud Ouest disant: "Les vaccins humains actuels sont "parfaits", mais des risques persistent pour les vaccins en cours d'élaboration © AFP ALIX GUIGON

Légende "savoureuse" de cette photo sur le site de Sud Ouest disant: "Les vaccins humains actuels sont "parfaits", mais des risques persistent pour les vaccins en cours d'élaboration © AFP ALIX GUIGON

28/07/2015 (mais reste hélas tout à fait actuel...)

 

Des chercheurs britanniques ont constaté l'aggravation des symptômes d'un virus chez les animaux alors qu'ils avaient subi préalablement une grande campagne de vaccination

 

Certains vaccins pourraient doper la virulence de maladies, selon une recherche sur le virus de la maladie de Marek chez les volailles. C'est la première fois que ce phénomène est observé lors d'une expérience, ce qui conforte une hypothèse controversée.

 

De tels vaccins dit imparfaits protégeraient les individus vaccinés tout en permettant au virus de survivre et d'évoluer pour devenir plus virulent. Il infecterait ainsi les sujets qui n'ont pas eu le vaccin, les rendant encore plus malades, expliquent ces chercheurs dont les travaux paraissent dans la revue américaine PLOS Biology.

 

"Les tests effectués avec le vaccin imparfait contre le virus de la maladie de Marek chez des poulets vaccinés et non-vaccinés, ont révélé que les non-vaccinés sont morts en dix jours tandis que ceux avec le vaccin ont survécu mais en continuant à transmettre un virus plus dangereux aux autres volailles avec lesquelles ils étaient en contact", explique le professeur Venugopal Nair, un des principaux co-auteurs de ces travaux.

 

Ces chercheurs n'ont pas pu prouver que le vaccin était directement responsable de l'évolution de ces souches plus virulentes. Ce n'est pas aussi clair que le phénomène d'évolution des microbes qui deviennent résistants aux antibiotiques.

 

Mais cette recherche montre la forte corrélation entre la vaccination et le développement de souches du virus qui sont devenues, avec le vaccin, beaucoup plus dangereuses pour les volailles. Avant les vastes campagnes de vaccination pour protéger les élevages, cette maladie n'était pas mortelle et sa contagion était beaucoup plus lente, rappellent ces scientifiques. 

 

Inquiétude pour les vaccins en développement 

 

Mais ce phénomène n'a été observé, jusqu'à présent, qu'avec des vaccins contre des agents pathogènes affectant les animaux. Les vaccins humains actuels sont "parfaits", permettant à la fois de protéger les personnes contre les virus et d'empêcher la transmission.

 

"Quand un vaccin fonctionne parfaitement comme ceux contre la variole, la polio ou la rougeole pour les enfants, les sujets vaccinés sont non seulement protégés, mais ils ne transmettent pas le virus aux non-vaccinés", a souligné Andrew Read, un autre co-auteur.

 

Ces vaccins sont conçus pour reproduire une forte réaction immunitaire que le corps humain développe naturellement après avoir été exposé à ces maladies.

 

Mais il y a une inquiétude pour les futurs vaccins actuellement en développement contre Ebola, le paludisme ou dans le futur, contre le VIH, le virus responsable du sida, ont estimé ces scientifiques.

 

Dans la mesure où il est quasiment impossible de développer une immunité naturelle totale contre ces infections il est probable que les premiers vaccins efficaces qui seront produits seront "imparfaits" avec un risque d'intensifier la virulence de ces virus, estiment les chercheurs.

 

Mais ils s'accordent à dire avec d'autres scientifiques qu'un vaccin même "imparfait" sera mieux que rien et représentera malgré cela une percée très importante contre ces maladies dévastatrices. 

 

Source : Sud Ouest

Repost 0
13 décembre 2016 2 13 /12 /décembre /2016 19:04

Les vaccins ROR et DTC ont littéralement détruit la vie de Caroline pour toujours

 

Par Melissa Alsop – Larry Cook, 26 décembre 2015

Les vaccins ROR et DTC ont littéralement détruit la vie de Caroline pour toujours

Je veux parler de ma belle-sœur, Caroline. Elle est le quatrième enfant de ma belle-mère qui était infirmière depuis 15 ans quand Caroline est née. Caroline était un bébé heureux comme tous les autres enfants de ma belle-mère. Elle progressait normalement.

 

Ma belle-mère croyait aux vaccins et pensait qu’ils étaient sans danger. C’est la raison pour laquelle, elle avait fait vacciner tous ses autres enfants sans le moindre incident.

 

Quand Caroline eut 18 mois, elle passa une visite médicale au cours de laquelle elle reçut les vaccins ROR et DTC.

 

Une fois rentrée à la maison, elle fit une grave réaction dans l’après-midi : une très forte fièvre, des convulsions. Il n’était pas possible de contrôler ses cris et ses pleurs; impossible de la consoler. Ma belle-mère se rendit vite compte qu’il s’agissait de convulsions. Elle fit ce qu’elle pensait devoir faire en pareil cas. Finalement, elle conduisit sa fille chez le médecin. Ce dernier suggéra de lui donner du Tylenol pour faire baisser la fièvre et pour que son état s’améliore. Cela ne semblait présenter aucun problème. Mais les réactions de ma belle-sœur finirent par durer 18 heures; c’était vraiment grave. Quand elle se réveilla, ce n’était plus du tout le même enfant.

 

En tant qu’infirmière, ma belle-mère avait travaillé aux soins intensifs, ainsi qu’en oncologie. Elle avait déjà vu pareilles réactions qui s’étaient produites suite à la prise de médicaments. Elle a dès lors de suite compris ce qui se passait chez sa fille. Pour elle, c’était clair, sa fille était atteinte de dommages cérébraux. Caroline avait commencé à apprendre à marcher, mais elle ne savait pas parler. Elle prononçait parfois quelques mots. Il devenait de plus en plus clair qu’elle souffrait d’autisme. Caroline a des atteintes cérébrales graves, de claires tendances autistiques. Les parents qui ont un enfant autiste connaissent les terribles défis auxquels ils sont jour après jour confrontés. Caroline est gentille, mais elle est, à jamais, incapable de s’occuper de ses propres besoins.

 

Ses parents ont dû veiller à ce que l’on s’occupe d’elle d’une façon très particulière ; ils ont constamment dû veiller à ce qu’elle soit protégée. Ses condisciples ont cependant abusé d’elle parce qu’elle ne savait pas parler.

 

Il est cependant heureux qu’elle puisse faire comprendre quand elle a faim, quand elle doit se rendre aux toilettes. Pour en arriver à ce résultat, ma belle-mère a dû « se battre » pendant plusieurs années.

 

Les parents de Caroline ont finalement pu trouver une école adaptée à son cas afin qu’elle puisse recevoir une éducation qui lui permette de survivre dans ce monde.

 

Quand je fus enceinte de mon premier bébé, ma belle-mère a voulu fermement me rappeler ce qui s’était passé avec Caroline ; elle pensait qu’il pouvait y avoir une possible prédisposition génétique. Elle voulait aussi que nous discutions avec notre médecin de la sécurité et de l’efficacité des vaccinations. C’est alors que j’ai commencé à effectuer mes propres recherches. J’ai vite pu réaliser qu’il ne s’agissait pas d’un cas sur un million qui fait de mauvaises réactions, comme on le raconte. J’ai vite réalisé que c’était beaucoup plus que cela. Je puis personnellement citer une quinzaine d’enfants qui ont eu des réactions négatives : accès de fièvre, enfants qui ne se sentaient pas bien pendant plusieurs semaines, jusqu’à des réactions plus graves comme celles de Caroline qui sont chaque jour source de nombreux soucis, angoisses et sérieux problèmes pour les parents qui se demandent qui va s’occuper de Caroline une fois qu’ils seront disparus.- « Qui pourra lui donner tout l’amour que nous lui donnons. Personne ne pourra jamais l’aimer autant que nous », assurent les parents.

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne
commenter cet article

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA