Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 mars 2018 2 13 /03 /mars /2018 14:22

Vaccin antigrippal - Nouvelle étude : 

6 fois plus de risques d’infecter son entourage !

 

Une nouvelle étude provocatrice sur la transmission du virus de la grippe a révélé que les sujets vaccinés avaient 6,3 fois plus  d’excrétion par aérosol de particules du virus de la grippe s’ils avaient été vaccinés pendant la saison courante et la précédente, par rapport à aucune vaccination au cours des deux saisons.

Nouvelle étude accablante: les vaccinés contre la grippe ont 6 fois plus de risque d'infecter leur entourage!

La vaccination est fondée sur la croyance rarement contestée selon laquelle elle confère une immunité  contre les pathogènes ciblés. C’est la raison pour laquelle les termes « vaccination » et « immunisation » sont souvent utilisés de manière interchangeable, une confusion sémantique hypocrite rarement confrontée ou corrigée. Dans le cas du vaccin contre la grippe, la certitude se rapproche assez bien de la foi religieuse, le CDC (Centre de Contrôle des Maladies) assumant le rôle de l’Eglise, les médecins conventionnels le rôle du clergé et la littérature publiée sur le sujet celui des Saintes Ecritures.

Mais que faire si la littérature ne parvient pas à soutenir l’orthodoxie ? On peut en trouver des centaines d’exemples. [...]

Le dernier ajout à ce corpus croissant de littérature se trouve dans un article récemment publié et intitulé : «  Virus infectieux exhalé par le souffle de cas de grippe saisonnière symptomatique», et publié dans les Actes de la National Academy of Science, PNAS.

L’étude a révélé que les personnes atteintes de la grippe expirent des quantités significatives de virus grippal infectieux et que, par contre, l’éternuement est rare et non important pour l’aérolisation du virus de la grippe. La toux n’est pas non plus nécessaire pour transmettre ces particules. Une simple respiration suffit. L’étude a, en outre démontré que les hommes libèrent plus de virus de la grippe que les femmes au travers d’aérosols fins et que les femmes toussent plus souvent.

Ce qui est cependant la constatation la plus saillante de l’étude est la suivante :

« 6,3 (95% CI 1.9 – 21.5) plus d’excrétion de l’aérosol parmi les cas vaccinés de la saison actuelle et de la saison précédente par rapport aux personnes qui n’ont reçu aucun vaccin au cours des deux saisons. »

[…] Il est clair que si cette découverte est exacte et reproductible, la vaccination contre la grippe peut vous rendre plus susceptible d’infecter d’autres personnes. Ou pire encore, cela peut vous rendre davantage susceptible de contracter vous-même la grippe. Une étude canadienne de 2010 qui s’est basée sur 4 autres études a révélé que la vaccination contre la grippe H1N1 en 2008-2009 était associée à un risque accru de 1,4 à 2,5 de la maladie due au H1N1 au cours du printemps et de l’été 2009.

Et ce n’est ici que la pointe de l’iceberg. Nous avons déjà signalé l’absence manifeste de preuves d’efficacité (et d’innocuité) du vaccin antigrippal pendant plus d’une décennie, principalement parce que les données de la Collaboration Cocherane ayant trait à l’efficacité et à la sûreté ont été malheureusement sous-notifiées et ce, malgré les centaines d’études réalisées par l’industrie qui ont tenu un tout autre langage.

En outre, il existe des effets iatrogènes bien documentés des vaccins courants comme le ROR et le vaccin antirotavirus pour lesquels on évoque l’excrétion virale et l’infection après la vaccination. En d’autres termes, il existe un nombre significatif de preuves que les vaccinés infectent réellement les non-vaccinés. Ci-dessous quelques-uns de nos précédents rapports sur ce phénomène :

  • Comment les enfants vaccinés infectent les non-vaccinés
  • Les vaccinés répandent la rougeole: confirmation par des documents de l’OMS, de Merck, du CDC.
  • Le vaccin est en cause : les chercheurs britanniques confirment que le vaccin le vaccin contre les oreillons (ROR) ayant muté dans le cerveau d’un enfant a provoqué son décès.
  • Des millions d’enfants infectés par le vaccin Rotatec du Dr P. Offit
  • Les vaccins « Rotavirus » toujours contaminés par un virus porcin
  • Les vaccins contre la polio sont aujourd’hui la cause # 1 de la polio paralytique. 

De toute évidence, cela sape la campagne en cours pour identifier les individus et les groupes non vaccinés ou anti-vaccins comme présentant une menace ou un danger pour les autres. Ironiquement, le groupe qui est accusé d’infecter les autres – y compris Bill Gates qui a déclaré que les non vaccinés «  tuent des enfants » - peuvent en fait devenir les victimes d’une infection par des virus provenant de souches vaccinales et qui sont bien pires que les virus naturels/ sauvages avec lesquels notre espèce a évolué au cours de nombreux millénaires.

Source: Greenmedinfo

Voir aussi:

Le vaccin contre la grippe provoque 5,5 fois plus d'infections respiratoires

Grippe: de nouveaux vaccins mais toujours le même baratin!

Vaccin contre la grippe. Panorama actuel des faits avérés en 2018

Le vaccin contre la grippe est le + dangereux selon les chiffres des indemnisations aux USA

Certains effets secondaires graves du vaccin contre la grippe classique

La vie tragique d'une ex-infirmière après le vaccin contre la grippe

Des enfants récemment vaccinés répandent la coqueluche partout

Partager cet article

Repost0
9 mars 2018 5 09 /03 /mars /2018 12:34

La "belle" grande crasse des vaccins: induction de lésions rénales (syndrome néphrotique) chez les enfants après le vaccin Bexsero, vaccin contre la méningite à méningocoque de type B.... une maladie excessivement rare agitée comme épouvantail et dont le vaccin peut donc valoir aux enfants d'être gavés de corticostéroïdes et d'immunosuppresseurs pour sauver leurs reins! Mais on dit ne pas savoir d'où ça vient alors que ce vaccin contient de l"aluminium +++ et que cette substance est AUSSI un poison pour les reins.... 

Vaccin Bexsero contre la méningite de type B et dommages rénaux chez les enfants

Enquête épidémiologique sur l’association entre le vaccin Bexsero et le syndrome néphrotique

Lire le document

En mai 2014, les jeunes de 2 mois à 20 ans de la région du Saguenay−Lac-Saint-Jean ont été vaccinés avec le nouveau vaccin à 4 composantes contre le méningocoque de groupe B (4CMenB) commercialisé sous le nom de Bexsero. En raison de l’expérience clinique limitée avec ce vaccin, une surveillance active concernant la sécurité de ce vaccin a été réalisée.

Trois cas de syndrome néphrotique (SN) ont été rapportés pour la période de six mois suivant la deuxième dose de vaccin parmi les ~10 000 participants à la surveillance active. Ceci correspondait à une incidence de 60 par 100 000 personnes-années (p.-a), ce qui est élevé par rapport à l’incidence attendue de 1 à 4 par 100 000 p.-a.

Le SN est un problème rénal qui cause une perte de protéines dans les urines, une baisse des protéines plasmatiques et un œdème généralisé.

Dans le contexte où une campagne de vaccination des enfants âgés de 2 mois à 4 ans était en cours dans une autre région, le Directeur national de santé publique du Québec a mandaté la tenue d’une enquête épidémiologique pour clarifier l’excès de cas de SN possiblement liés au vaccin contre le méningocoque de sérogroupe B, identifier les facteurs de risque associés au SN et apporter les interventions appropriées le cas échéant.

Résultats : La révision des dossiers médicaux des trois cas identifiés par la surveillance active a montré qu’ils répondaient bien à l’ensemble des critères (oedème généralisé, hypoalbuminémie à < 30g/L et protéinurie à ≥ 3 g/L) définissant un SN confirmé.

À partir du fichier administratif des hospitalisations au Québec (MED-ÉCHO), l’enquête a identifié les patients âgés de 20 ans et moins hospitalisés pour une 1ière fois avec un SN. Au Québec il y a eu 408 cas hospitalisés entre avril 2006 et mars 2016 (10 ans), soit un taux d’hospitalisation de 2,23 par 100 000 p.-a. Ce taux était semblable à celui du Saguenay−Lac-Saint-Jean au cours des huit années précédant la campagne de vaccination (2,03 par 100 000 p.-a). Par contre, chez les jeunes de 1 à 9 ans, le taux provincial était deux fois plus élevé que celui du Saguenay−Lac-Saint-Jean (3,5 vs 1,6 par 100 000 p.-a).

Cette enquête a identifié un quatrième cas confirmé de SN vacciné qui n’avait pas participé à la surveillance active. Les quatre cas confirmés de SN étaient âgés de 2 à 5 ans et aucun n’avait d’antécédent de maladie rénale. Deux patients ont commencé leurs symptômes avant de recevoir la 2e dose. Trois patients ont été hospitalisés et l’autre a été traité de façon ambulatoire. Aucun des patients n’a eu de biopsie rénale, mais comme ils ont bien répondu aux corticostéroïdes, le diagnostic présomptif est un syndrome néphrotique à lésions minimes. Un patient a présenté des récidives et doit prendre un traitement d’immunosuppresseurs.

Avec 4 cas chez les vaccinés au cours des 13 mois suivant le début de la campagne de vaccination, le taux d’incidence dans la région 02 a été de 7,5 par 100 000 personnes-années (IC 95 % 2,4 à 18,2) pour les 0 à 20 ans, mais 16,3 par 100 000 (IC 95 % 5,2 à 39,4) pour les 1 à 9 ans où se retrouvent tous les cas.

Lorsqu’on exclut le cas ambulatoire, le taux d’hospitalisation des jeunes vaccinés âgés de 1 à 9 ans était de 12,3 par 100 000 p.-a (IC 95 % 3,1 à 33,4), ce qui est significativement plus élevé que celui observé dans ce groupe d’âge de cette région au cours des 8 années précédant la campagne (rapport de taux d’hospitalisation 7,65, IC 95 % 1,02 à 57,09). Ce taux était aussi 3,5 fois plus élevé que le taux provincial, mais sans atteindre le seuil de signification statistique (p = 0,11).

Conclusion : Avec seulement quatre cas, même si les probabilités atteignent le seuil de signification statistique habituel, on ne peut exclure que cette association puisse être due au hasard. Bien qu’il n’existe pas pour le moment de mécanisme connu qui pourrait fournir une plausibilité biologique à un lien causal, l’identification de quatre cas est un signal préoccupant compte tenu de la rareté du SN. Pour confirmer ou infirmer si ces cas sont réellement dus au 4CMenB, il faudra voir si cette association se manifeste aussi dans d’autres pays ou territoires où ce vaccin est administré aux jeunes de 1 à 9 ans.

Même si des études futures confirmaient que le 4CMenB est associé au SN, l’utilisation du 4CMenB continuerait d’être justifiée lors d’éclosions de méningocoque de sérogroupe B ou lorsqu’il y a une forte incidence en raison du haut taux de mortalité et des graves séquelles causées par ces infections.

Source : Institut National de Santé Publique du Québec (INSPQ)

Voir aussi

Méningite C: le vaccin + risqué que la maladie (les chiffres sont là!)

Tous les vaccins sont expérimentaux: voici pourquoi

Vaccins: le vrai scandale des faux placebos

Dr Saluzzo (de Sanofi Pasteur): "On ne sait pas comment marchent les vaccins!"

Les vaccins ont détruit leurs enfants: témoignages vidéos de parents

In vitro studies of aluminium-induced toxicity on kidney proximal tubular cells

Partager cet article

Repost0
9 février 2018 5 09 /02 /février /2018 10:35

L’ancien médecin de Bill Gates dit que le milliardaire « a refusé de vacciner ses enfants »

Dmitri Baxter, 7 février 2018

Bill Gates, son épouse et leurs trois beaux enfants qu'ils ne voulaient surtout pas voir souillés par les vaccins-poisons

Bill Gates, son épouse et leurs trois beaux enfants qu'ils ne voulaient surtout pas voir souillés par les vaccins-poisons

Le médecin qui a officié comme médecin privé de Bill Gates à Seattle dans les années 90’ dit que le fondateur de Microsoft et défenseur des vaccins « a refusé de vacciner ses propres enfants » quand ils étaient petits.

« Je ne sais pas si ceux-ci ont été vaccinés à l’âge adulte, mais je peux vous dire qu’il a refusé de les vacciner quand ils étaient enfants », a dit le médecin lors d’un symposium médical à huit clos à Seattle, ajoutant que « c’était des enfants magnifiques, très intelligents et vifs, et il a dit que c’était bien comme ça, et qu’ils n’avaient pas besoin du moindre vaccin ».

Les commentaires ont provoqué une agitation chez les médecins lors du symposium avec des allégations qu'il rompait la confidentialité médecin-patient, selon les rapports. Cependant, comme il parlait à d'autres médecins, il ne violait pas le code de conduite de l'industrie. Gates a trois enfants avec sa femme Melinda - Jennifer, Rory et Phoebe - nés entre 1996 et 2002, et selon son ancien médecin, ils sont tous non vaccinés et en bonne santé.

La nouvelle que Bill Gates ne vaccine pas ses propres enfants, bien qu'il soit le militant le plus actif au monde pour les vaccinations obligatoires, ne devrait pas surprendre. Des études prouvent que l'élite ne vaccine pas ses enfants. Mais en même temps, ils s'attendent à ce que les masses vaccinent les leurs.

L'élite ne vaccine pas

En Californie, les enfants les plus susceptibles d'être non vaccinés sont blancs et proviennent des familles les plus riches de Los Angeles, selon une étude récente. Le pourcentage de jardins d'enfants bénéficiant d'exemptions de croyances personnelles émises par l'État a doublé entre 2007 et 2013, passant de 1,54% à 3,06%. C'est environ 17 000 des enfants les plus riches, sur plus d'un demi-million, qui se retirent de la vaccination. Selon CNN, les pourcentages d'exonération de vaccins étaient les plus élevés dans la plupart des quartiers blancs à revenu élevé tels que le comté d'Orange, Santa Barbara et certaines parties de la Bay Area.

L'étude, qui a été publiée dans le American Journal of Public Heath, a examiné plus de 6 200 écoles californiennes et constaté que les exemptions de vaccins étaient deux fois plus fréquentes chez les enfants d'âge préscolaire fréquentant des établissements privés. «Les parents très riches et privilégiés aiment l'idée de l'immunité collective, mais ils ne veulent pas prendre les risques associés à la vaccination lorsqu'il s'agit de leurs propres enfants. Ils s'inquiètent des réactions défavorables comprenant l'autisme. »

Source : Yournewswire.com

Propos tenus par Bill Gates lors d'une conférence en février 2010 (TED):

Certains commentateurs ont tenté de couvrir Bill Gates en disant que les vaccins aidant les enfants à survivre, les familles pauvres auraient alors moins besoin de faire autant d'enfants. Cette nouvelle info sur le statut vaccinal de ses propres enfants ne plaide absolument pas en faveur de cette interprétation complaisante...

Partager cet article

Repost0
8 février 2018 4 08 /02 /février /2018 23:53

Bordeaux : la justice met en cause le vaccin contre l’hépatite B

Dominique Richard, 7 février 2018

L’ancien peintre chaudronnier de 53 ans domicilié à Gourdon, dans le Lot, avait contracté cette maladie du système nerveux, particulièrement invalidante, en 1996. [MYCHELE DANIAU / AFP]

L’ancien peintre chaudronnier de 53 ans domicilié à Gourdon, dans le Lot, avait contracté cette maladie du système nerveux, particulièrement invalidante, en 1996. [MYCHELE DANIAU / AFP]

Un arrêt de la cour d’appel de Bordeaux qui reconnaît la responsabilité du laboratoire Sanofi dans l’apparition d’une sclérose en plaques relance le débat.

A une époque où la suspicion relative aux vaccinations ne cesse de grandir, l’arrêt rendu le 23 janvier dernier par la 1re chambre civile de la cour d’appel de Bordeaux est sans doute appelé à avoir un retentissement national. La juridiction présidée par Élisabeth Larsabal a jugé que la société Sanofi Pasteur, l’un des leaders mondiaux des vaccins, était responsable de la sclérose en plaques dont souffre un ancien peintre chaudronnier de 53 ans domicilié à Gourdon…

Source: Sud Ouest

Lire la suite, ci-dessous:

Sud Ouest du 7 février 2018

Sud Ouest du 7 février 2018

Cet article appelle quelques commentaires:

 

1) Il est faux de croire que le lien entre vaccin anti-hépatite B et sclérose en plaques n'a pas encore été scientifiquement établi. Il y a déjà eu au moins 5 études plaidant en faveur d'un lien de causalité entre cette vaccination anti-hépatite B et cette maladie, cela n'est donc pas rien, et ne peut donc se réduire à une "malheureuse coïncidence". Ce qu'il y a, c'est que dans tout sujet sanitaire comportant un enjeu financier et industriel important, tout apparaîtra toujours comme contesté dans la littérature médico-scientifique car les firmes ont un pouvoir conséquent pour financer des contre-études par le biais de divers leaders d'opinion dont l'intervention servira donc avant tout à sauver des marchés et à éviter des avalanches de procès. Le déni des officiels doit donc être fermement balayé, d'autant aussi qu'ils ne sont pas en mesure d'expliquer la hausse de 65% des cas de scléroses en plaques de part et d'autre de la campagne vaccinale des années 90', d'une ampleur sans précédent, en matière de vaccination anti-hépatite B en France... les chiffres sont clairs, seule la mauvaise foi ou l'ignorance la plus profonde peut amener à conclure que "ce sont de meilleurs diagnostics" qui seraient en mesure d'expliquer pareil différentiel!, et ce d'autant plus, ne l'oublions tout de même pas non plus, que la mention de la sclérose en plaques se trouve en toutes lettres dans les notices de ces vaccins anti-hépatite B

> La condamnation du fabricant est donc plus que justifiée et ce d'autant plus que les médecins ne respectent, en pratique, jamais le consentement libre et éclairé et donc ne stipulent pas ces risques graves aux patients. Si cela ne plaît pas au labo, qu'ils poursuivent ou se déchargent alors sur les prescripteurs.... mais stop à l'hypocrisie et au baratin que ce vaccin n'est pas lié à la SEP, c'est évidemment grotesque et cela ne prendra plus très longtemps auprès des patients, du moins faut-il l'espérer pour leur propre sécurité.

 

Chiffres par année des cas de sclérose en plaques (SEP) et d'atteintes démyélinisantes du système nerveux central (ADSNC)- Les années 1994-1998 correspondent à la grande campagne de vaccination contre l'hépatite B lancée en France. [Données Afssaps/ANSM de 2012].

NB: Seuls 1 à 10% des effets GRAVES de vaccins sont comptabilisés selon ce qu'on trouve dans les revues médicales officielles (JAMA, Revue du Praticien etc...)

 

On vous dit: "le lien vaccin & sclérose en plaques, c'est juste franco-français"! Demandez-vous alors comment se fait-il qu'une étude américaine confirme que tout vaccin peut favoriser la sclérose en plaques dans ses suites (et une fois encore, c'est dans les notices, donc quand des pseudos-experts osent dire en télé que ce n'est que hasard, coïncidence, comme par exemple le Pr Alain Fischer, qu'attendent les journalistes pour demander alors pourquoi cela figure dans les notices, et qu'attendent-ils alors pour réviser les notices? De qui se moque-t-on à la fin? > Une étude américaine (Langer-Gould), publiée en 2014, spécifie quant à elle que "tout type de vaccination est associé à un risque accru de déclenchement d'une maladie démyélinisante du système nerveux central dans les 30 premiers jours qui suivent une vaccination en ce qui concerne les sujets de moins de 50 ans(OR, 2.32; 95% CI, 1.18-4.57).

 

2) Le vaccin anti-hépatite B est aussi un échec en termes de prévention des complications graves de l'hépatite: même en ayant beaucoup vacciné, cela n'a nullement permis de réduire les taux de complications graves en France liées à l'hépatite B. Pire, plusieurs études montrent au contraire que le vaccin anti-hépatite B détruit les cellules du foie (apoptose) et favorise les maladies hépatiques, notamment chez les enfants. Se vacciner est par conséquent un non sens, que l'on soit professionnel de santé ou non d'ailleurs, et que ceci soit obligatoire ou non...

 

3) Il est essentiel que les victimes portent plainte: trop souvent, elles sont découragées par la longueur des procédures, par les frais d'avocats etc. mais cette mascarade vaccinale qui fait chaque jour de plus en plus de victimes ne peut se poursuivre que parce qu'un trop faible nombre de victimes décident de réagir et de faire valoir leurs droits, restant ainsi sur le bord du chemin à souffrir en silence alors que leur parole est en mesure de sauver activement des vies et donc de faire en sorte que leurs souffrances ne soient pas vaines. Ce nouvel épisode judiciaire doit donner espoir aux victimes et offre une nouvelle jurisprudence en faveur des droits fondamentaux des patients. Il est inadmissible que les victimes soient laissées sur le bord du chemin et systématiquement taxées de "coïncidences" par les pseudos-experts en charge de la politique vaccinale ou implicitement jugées telles par la Ministre Buzyn qui ose prétendre que "les vaccins sont sûrs" et qu'il n'y a pas d'effets secondaires....

 

4) Cette décision judiciaire conforte également enfin la pertinence de la PLAINTE PENALE qui a déjà été déposée et qui est toujours en cours contre l'obligation vaccinale des enfants étendue à 11 vaccins et incluant notamment le vaccin anti-hépatite B. Cliquez ici pour signer et rejoindre cette plainte pénale. 

La vaccination anti-hépatite B est indéfendable; il s'agit de vaccins fabriqués par génie génétique dont les risques graves et variés sont largement sous-estimés (seuls 1 à 10% des effets GRAVES sont comptabilisés)

Sclérose en plaques et vaccin hépatite B: la Cour d'Appel de Bordeaux donne raison à un patient et condamne Sanofi

Partager cet article

Repost0
5 février 2018 1 05 /02 /février /2018 00:51

La Maire de Rome conteste la loi d'obligation vaccinale

Par Catherine Edwards, 2 février 2018

La Maire de Rome, Virginia Raggi, au cours d’une conférence de presse l’an dernier

La Maire de Rome, Virginia Raggi, au cours d’une conférence de presse l’an dernier

Dans une lettre au Ministre de la Santé d’Italie, Virginia Raggi, Maire de Rome, a précisé que les enfants qui n’ont pas reçu les vaccins obligatoires pourront toujours fréquenter les écoles de Rome.

Le Conseil municipal de Rome a approuvé à l’unanimité une motion qui a statué que, même les enfants non vaccinés, avaient le droit à l’instruction publique. Cela contredit directement un décret gouvernemental adopté en mai 2017 qui avait rendu plusieurs vaccinations obligatoires pour les enfants dès le début de leur fréquentation  de l’école publique. Ce décret stipulait en outre que les enfants non vaccinés de moins de 6 ans ne devaient pas être autorisés à fréquenter une école publique.

Les vaccins contre la méningite et la rougeole, dont les cas ont presque sextuplé l’année dernière, figurent parmi ceux qui ont été rendus obligatoires pour la première fois.

Mais dans une lettre envoyée par Raggi aux Ministres de la Santé et de l’Education d’Italie, la maire de Rome a déclaré que la non vaccination ne devait pas signifier que les enfants perdent leur droit à l’éducation publique.

Elle a également souligné que, si la loi exige que les enfants non vaccinés soient retirés de l’école maternelle (enfants de 0 à 6 ans), ce n’est pas le cas pour les enfants de l’école primaire, dont les parents doivent payer une amende.

Selon Raggi, cette punition implique que « l’infection n’est pas la principale préoccupation. »

Le parti de Raggi, le Mouvement des cinq étoiles (M5S) est majoritaire au conseil municipal, et le parti, ainsi que la Ligue d’extrême droite du Nord, ont inclus un plan visant à supprimer complètement la loi sur les vaccins obligatoires au cours de leur campagne électorale.

La Ministre de la Santé, Beatrice Lorenzin, a répondu vendredi matin dans une vidéo postée sur Facebook dans laquelle elle a déclaré : « Vous ne pouvez pas plaisanter avec la vie de nos enfants. Le décret a été créé pour protéger les enfants trop petits pour être vaccinés et ceux qui souffrent de maladies qui contrindiquent la vaccination.»

Lorenzin a ajouté que le Conseil d’Etat italien et la Cour constitutionnelle avaient annulé une motion antérieure de la région de Vénétie qui contestait la loi sur les vaccinations. La Ministre a ajouté : « Je ne veux pas que les autorités municipales dirigées par des anti-vaccins présentent des positions très dangereuses pour la santé publique ».

S’adressant à la « Repubblica », la Ministre a ajouté qu’il incombait d’abord «à la loi et à la communauté scientifique » de décider de la nécessité des vaccins plutôt qu’aux maires ou autres autorités locales.

Un mouvement anti-vaccins croissant en Italie est considéré comme l’une des causes de la récente augmentation drastique des cas de rougeole. Ce mouvement est devenu très politisé à l’approche des élections générales du 4 mars.

L’Italie est l’un des pays où les affirmations discréditées d’un lien entre la vaccination combinée de la rougeole, des oreillons et de la rubéole (ROR) et l’autisme ont eu un impact significatif sur la perception du public quant à la sécurité du vaccin. Le M5S a également été fortement critiqué pour avoir soulevé des doutes au sujet de l’efficacité des vaccinations. Une proposition de loi présentée par la parti en 2014 en a appelé à une meilleure information, ainsi qu’à une possibilité de refus des vaccins tout en citant des études démystifiées.

Source: The local.it

« Le maire, c’est le dernier rempart lorsque l‘État tente d’imposer des modèles de société en portant atteinte aux valeurs les plus fondamentales : la santé, la liberté de choix, l’économie, l’écologie, le respect de la vie privée, la sécurisation des données portant sur la vie privée» José Mercier, maire de Bovel, dans l’émission C’est politique sur France 5, le 28 janvier 2018.

Partager cet article

Repost0
1 février 2018 4 01 /02 /février /2018 12:01

Selon, l'association des Médecins pour le Consentement éclairé, 5700 enfants américains développent chaque année des convulsions après le vaccin ROR

 

Communiqué de presse de l'association Physicians for Informed Consent (PIC)

 

Los Angeles, Californie- L'association californienne sans but lucratif Physicians for Informed Consent a récemment rapporté dans le British Medical Journal (BMJ) que 5700 enfants américains souffrent chaque année de convulsions suite au vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR).

Un geste automatique dont les conséquences ne sont plus pensées alors qu'il peut bouleverser une vie à jamais...

Un geste automatique dont les conséquences ne sont plus pensées alors qu'il peut bouleverser une vie à jamais...

Ce chiffre dérive des résultats de l'étude statistique la plus puissante jamais réalisée pour étudier l'association entre le vaccin ROR et la survenue de convulsions fébriles. Plus d'un demi million d'enfants furent évalués, à la fois ceux vaccinés et ceux non vaccinés, au sein d'une population danoise sur laquelle on se fonde dans le monde entier pour examiner la sécurité des vaccins. Les résultats ont montré que les convulsions se produisent environ chez 1 enfant sur 640 vaccinés avec le ROR. L'extrapolation de ce risque aux 3,64 millions d'enfants américains vaccinés chaque année par le ROR porte ce chiffre à 5700.

 

« Pour prendre des décisions de Santé publique précises et éthiques, les risques d’un vaccin doivent être comparés aux risques de la maladie que l’on tente de prévenir », a déclaré le Dr Shira Miller, président fondateur du PIC.  « En considérant le vaccin ROR pour prévenir la rougeole, les risques de ce vaccin doivent être comparés aux risques de la rougeole.»

Le risque de convulsions fébriles avec le ROR est cinq fois plus élevé que le risque de convulsions fébriles de la rougeoleUn nombre important de convulsions avec le vaccin ROR provoquent des dommages permanents. Par exemple, 5% des crises fébriles entraînent une épilepsie, un trouble cérébral chronique qui entraîne des crises récurrentes. Chaque année, on relève environ 300 cas de convulsions dues au vaccin ROR (5% de 5700) conduiront à l’épilepsie.

En outre, le système de notification des effets indésirables des vaccins (VAERS), conçu pour être un système d’avertissement par rapport aux effets secondaires des vaccins, ne reçoit que 90 rapports annuels de convulsions en rapport avec la première dose du ROR, soit seulement 1,6% des 5700 cas de convulsions qui font suite au vaccin ROR. Il est également facile de réaliser que d’autres événements indésirables graves liés au vaccin, y compris des séquelles neurologiques permanentes et des décès peuvent également être sous-déclarés.

« Aux Etats-Unis, la rougeole est généralement une infection virale bénigne à court terme ; 99,99% des cas de rougeole se rétablissent complètement », a déclaré le Dr Miller. « Comme il n’a pas été prouvé que le vaccin ROR soit plus sûr que la rougeole, il n’y a pas suffisamment de preuves pour démontrer que la vaccination de masse antirougeoleuse obligatoire entraîne un bénéfice net pour la santé publique aux Etats-Unis. »

Source : Vaccine Impact

Voir aussi

 

Comprendre et déceler certains effets secondaires graves des vaccins (Dr G. Buchwald)

 

Bénéfices-risques du vaccin ROR: c'est à vous de décider!

 

Effets du vaccin ROR: des parents en détresse jettent une bouteille à la mer

 

Les vaccins ont détruit leurs enfants: témoignages vidéos de parents

 

Une petite fille de 5 ans décède à cause du vaccin ROR

 

Vaccination des prématurés: in-dé-fen-da-ble!

 

Epilepsie & vaccins: le lien

 

Epilepsie et vaccins: des parents s'interrogent très sérieusement

 

Epilepsie et vaccinations

 

Voir également l'interview et les explications d'une maman dont l'enfant a sans arrêt des crises d'épilepsie suite aux vaccins:

Partager cet article

Repost0
27 janvier 2018 6 27 /01 /janvier /2018 23:56

Une étudiante de 17 ans affirme avoir été PARALYSEE après avoir reçu le vaccin controversé contre le HPV

Par Sally Windsor pour Mailonline, 26 janvier 2018

 

- Nicole El-Safty de Clacton, Essex, a reçu le vaccin Gardasil controversé

- L’élève danseuse a été forcée d’abandonner son hobby suite aux effets secondaires du vaccin

- Son histoire fait écho aux préoccupations soulevées par des milliers de jeunes-filles à travers le monde

- Cependant, les responsables de la santé au niveau mondial nient catégoriquement ces effets dévastateurs

- Des études ont montré, à plusieurs reprises, que ce vaccin controversé était efficace et sûr.

Nicole a déclaré ne plus pouvoir bouger quelques mois après avoir reçu le vaccin Gardasil. Elle a été forcée d’abandonner sa passion pour la danse à la suite des effets secondaires du vaccin. Ce vaccin est distribué gratuitement aux adolescentes par le service national de santé (NHS). Son histoire fait écho aux préoccupations soulevées par des milliers de jeunes-filles à travers le monde. Elles affirment avoir fait des réactions négatives au vaccin. On se rappellera que, l’année dernière, deux autres jeunes-filles furent également paralysées.

Paralysée à 17 ans après le vaccin controversé contre le HPV (Gardasil)

Cependant, les responsables de la santé à travers le monde nient fermement que pareils effets dévastateurs existent et préviennent qu’il n’y a pas assez de preuves qui pourraient permettre de suggérer un lien avec le vaccin.

Les effets secondaires reconnus comprennent des maux de tête, de la fièvre et des nausées.

Des études ont démontré, à maintes reprises, que le vaccin était efficace pour protéger contre le HPV qui peut mener à plusieurs formes de cancer, y compris celui du col de l’utérus, de l’anus et de la gorge.

Des examens approfondis menés par diverses autorités ont conclu que ce vaccin salvateur était sûr. On estime qu’il sauverait des milliers de vies en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, chaque année.

Des militants britanniques ont « pris les armes » ces dernières années parce que le vaccin n’était disponible que pour les filles de 12 à 18 ans selon un programme mis en place par le NHS en 2008, alors que les garçons étaient également exposés aux risques du HPV. Aux Etats-Unis, ce vaccin est également proposé aux jeunes garçons.

En évoquant son épreuve, El-Safty a déclaré à Mailonline qu’elle était passée de la pleine et bonne santé à une vie immobile, ne sachant pratiquement plus bouger. C’est quand elle a vu une émission sur les effets du virus HPV que le déclic s’est fait dans son esprit :

« J’avais tous les symptômes évoqués : problèmes cardiaques, graves ulcères et paralysie. J’ai découvert dans la suite qu’il était aussi possible que je sois devenue stérile. – Bien que mon médecin ne pouvait pas légalement confirmer que mes soupçons étaient exacts, de nombreux autres médecins ont fini par me donner raison. Un vaccin standard, passe-partout m’avait handicapée pour la vie.- Je parviens malgré tout à travailler pour la politique locale ; j’essaye aussi d’étudier le droit, mais mon objectif principal est d’informer les jeunes-fille sur ce vaccin. C’est dangereux et terrifiant. »

Melle El-Safty a maintenant 22 ans. Avant, elle était danseuse et passait régulièrement 18 heures à s’entraîner.

Les effets secondaires du vaccin  ont commencé en mars 2014 quelques mois seulement après avoir reçu le vaccin. Elle s’est brusquement retrouvée alitée, sans défense et souffrant de douleurs chroniques. Elle regrette beaucoup de ne pas avoir été informée des risques possibles du vaccin. […]

Elle était danseuse, et, avant le vaccin, elle passait régulièrement 18 heures à s’entraîner !

Elle était danseuse, et, avant le vaccin, elle passait régulièrement 18 heures à s’entraîner !

Partager cet article

Repost0
23 janvier 2018 2 23 /01 /janvier /2018 00:24

Colton qui s’était retrouvé paralysé après la 3ème dose du vaccin HPV, vient de mourir

Décès de Colton Berrett, un jeune homme paralysé par le vaccin anti-HPV Gardasil

Colton adorait le motocross et le parachutisme. C’est après avoir reçu sa troisième dose du vaccin contre le HPV qu’il a commencé à présenter des douleurs à la nuque. Il dut très vite abandonner le motocross. Il devint nauséeux et ses maux de nuque s’intensifièrent. Dans la nuit qui suivit, il appela sa maman pour l’aider à boire.

«  Maman, peux-tu me donner le verre dans la main gauche. Je ne sais plus très bien me servir de mon bras droit ; il me parait très faible. »

Colton finit par devenir paralysé. Un examen IRM à l’hôpital des enfants de Salt Lake City montra que le cou et la moelle épinière étaient enflammés. Le médecin fit un rapport qu’il envoya au VAERS (Vaccine Adverse Effects Reporting System).

Heather Lee Laurence de Middleburg a révélé que Colton venait de mourir, mais n’a pu donner d’autres détails sur la situation. Elle a demandé que l’on garde Colton dans nos pensées, nos cœurs et nos prières.

Décès de Colton Berrett, un jeune homme paralysé par le vaccin anti-HPV Gardasil
Décès de Colton Berrett, un jeune homme paralysé par le vaccin anti-HPV Gardasil

Voir aussi la vidéo de ce par quoi est passé ce jeune! Quel carnage vaccinal, une fois encore! Plus qu'à espérer que les parents s'interrogent sur ce qu'ils veulent pour leurs enfants, .... parce qu'il y a urgence à éviter ces effets inutiles à d'autres jeunes!

Source : Vaxxter

En Belgique, les "bons" experts du Conseil Supérieur de la Santé préconisent de façon absurde la vaccination des jeunes garçons avec ces vaccins dangereux et inutiles. Il va sans dire que s'il arrive ce genre de scénario catastrophe à vos enfants- beaucoup moins rares que l'on croit - ces mêmes experts ne se précipiteront pas au portillon pour vous indemniser, pas plus qu'ils n'arriveront à racheter les vies détruites par leurs bons conseils aux conséquences dramatiques!

 

Partager cet article

Repost0
16 janvier 2018 2 16 /01 /janvier /2018 19:14

L'attitude scandaleuse de la Ministre Maggie De Block, une fois encore pointée du doigt. Il est temps à nos yeux que cesse cette hypocrisie avec une Ministre qui vient limite la larme à l'oeil nous dire qu'elle veut faire des économies, préserver la santé des Belges et vouloir aussi une "enquête poussée" sur la santé des Belges (alors que le taux de maladies dites "rares" explose littéralement, 700 000 Belges étant en réalité concernés par ces maladies dont le nombre de variantes se situe entre 6000 et 8000 !). La vérité est que la Ministre De Block aurait tous les moyens, si du moins elle en avait la volonté véritable, pour réorienter à 180° sa politique de "santé" (en réalité véritable politique de maladie), faire de vraies économies et réduire les maladies chroniques mais elle a choisi la voie du tout chimique, des vaccins, des génériques et du dénigrement des médecines alternatives, elle qui a dans son cabinet un lobbyiste des pharmas....

Extrait de l'importante lettre envoyée par l'Union des Naturopathes de Belgique au 1er Ministre, et qui fait suite aux démarches antérieurement entamées par l'UNB, devant le Conseil d'Etat notamment

"Depuis l’installation de votre gouvernement en octobre 2014, nous avons été au regret de constater que Madame la Ministre de la Santé tenait régulièrement des propos jetant l’opprobre sur les « médecines² ou pratiques³ non conventionnelles ».

Pire : les « réformes » initiées par Madame la Ministre confirment sa détermination constante :

1° à rejeter les médecines traditionnelles et leurs praticiens hors du champ des soins de santé en usurpant, au passage, la terminologie qui est la leur ;

2° à s’approprier les spécificités des compétences des praticiens traditionnels naturopathes par le truchement de définitions alternatives à celles mentionnées dans la loi belge en vigueur, non conformes aux normes internationales, et ainsi faire disparaître la profession de naturopathe comme la profession de psychothérapeute ou de psychomotricien ;

3° à détourner les patients de possibilités qui leur sont offertes de soigner, plus efficacement et à moindres coûts, bon nombre de maladies chroniques en les désinformant quant à leurs droits fondamentaux.

Ce faisant, la Ministre qui a la Santé publique dans ses attributions fait fi de la loi et des engagements internationaux pris par la Belgique vis-à-vis de l’Europe et de l’OMS relatifs aux pratiques non conventionnelles (Annexe 1). Elle nourrit une campagne de dénigrement des médecines dites « douces » qui nuit à la réputation des praticiens professionnels de ces médecines en général, et à celle des praticiens de santé naturopathes"

Lire ici la lettre complète de l'UNB au 1er Ministre

 

Voir aussi:

 

La santé intégrative, une urgence de santé publique, sous peine de faire perdre de lourdes chances aux patients

 

Médecine intégrative ou coercitive: l'urgence de choisir

 

Médecines alternatives: les doyens défendent leurs pré carré!

 

Ottignies: les huiles essentielles parfument la clinique Saint-Pierre

 

Une clinique d'Ottignies tente une expérience innovante: "chaque service à son odeur"

 

"La sclérose en plaques peut être traitée": récit d'un médecin touché lui-même par la maladie

 

"Comment j'ai guéri ma sclérose en plaques par les plantes et par l'alimentation"

 

L'homéopathie dénigrée par le KCE mais pourtant efficace contre le cancer

 

Une pneumonie guérir en 3 heures avec la vitamine C

 

Se supplémenter en vitamine C: une nécessité pour prévenir le cancer et les maladies infectieuses

 

Guérison spectaculaire d'un mourant grâce à de la vitamine C, pourtant refusée par l'hôpital

 

Intérêt de la vitamine C dans les cas de coqueluche

 

La vitamine D plus efficace que les antiviraux et les vaccins

 

L'importance préventive et curative de la vitamine D

 

Traitement orthomoléculaire des effets secondaires des vaccins HPV (Gardasil et Cervarix)

 

Prévention intelligente des infections à HPV: aucune place pour la vaccination!

 

Effets favorables de l'alimentation bio et de l'huile de cannabis sur des enfants rendus épileptiques par les vaccins

 

Vidéo France 3 sur des initiatives sociales de médecine traditionnelle

Partager cet article

Repost0
10 janvier 2018 3 10 /01 /janvier /2018 20:17

Dans nos belles "démocraties" où on nous serine toujours que les choses sont pour notre Bien, pour le progrès, pour notre santé, pour faire des économies, pour protéger la planète etc., nous apprenons à l'instant, et ce n'est évidemment pas un hasard si la RTBF annonce cela la veille du jour où ce sinistre projet sera entériné par le gouvernement wallon: les compteurs électriques intelligents débarquent en Wallonie et cela n'est guère réjouissant. Il faut le dire d'emblée, ces compteurs présentent des risques sanitaires importants, ils sont dangereux. Il y a un risque de cancers notamment lié aux radiofréquences. Ces compteurs suscitent aussi la polémique à l'étranger.

 

Il est capital qu'un maximum de gens soient informés à temps et REFUSENT l'installation  de ces compteurs toxiques et parfaitement inutiles qui risquent bien de pourrir leur santé (et bien sûr, quantité de gens qui tomberont malades, avec cancers, fatigues chroniques, insomnies etc. ne feront pas le lien, on leur dira que c'est dans leur tête et qu'ils fantasment, on connaît déjà cette triste astuce en matière de risques vaccinaux graves également!). Il est important aussi surtout de bien prendre le temps de s'informer et de garder à l'esprit qu'en France, la firme Enedis a déjà été condamnée après avoir installé de façon forcée ce genre de compteurs chez des gens qui n'en voulaient pas. Par conséquent, c'est là un signal fort pour que les con-sommateurs reprennent enfin leur pouvoir et ne s'avouent pas vaincus d'avance. Avec cette nouvelle manoeuvre anti-santé soi-disant "bonne pour l'environnement", vous risquez hélas surtout de bien mettre à mal ... tout votre environnement intérieur et celui de vos familles, alors soyez lucides et inflexibles!

 

Vous trouverez en bas de cet article des vidéos documentaires sur les risques graves de ces compteurs ainsi que deux autres liens d'information, utiles à photocopier, à distribuer autour de vous, parlez-en largement, à vos amis, à vos médecins, à vos thérapeutes, le plus largement possible, déposez les articles dans les boites aux lettres de gens n'ayant pas accès à internet, aux personnes âgées et isolées qui sont fragiles et qui se trouvent dans votre quartier, elles risquent hélas de faire partie des premières victimes de ces compteurs. 

 

NB: On remarquera dans l'article RTBF ci-dessous des passages particulièrement savoureux. Est-ce que c'est sans danger? > Les tests SEMBLENT dire que oui... si c'est comme pour les tests qui SEMBLENT dire que les vaccins sont sans danger, on n'a pas de quoi être rassurés, puisque c'est si vrai que la Cour suprême américaine a dû accorder une impunité juridique aux fabricants pour leur éviter de faire faillite sous le poids des poursuites! Deuxièmement, quand on se demande pourquoi il faut passer à cette nouveauté forcée? La réponse grotesque qui vient d'abord, c'est "parce que l'Europe le demande"! Pffff... comme elle avait aussi demandé et encouragé (avec la sinistre bénédiction de l'OMS) la vaccination H1N1 qui a été un désastre d'inutilité et de dangerosité (narcolepsies, mais pas que...). Enfin, le motif de dire "on ne fabrique plus", autrement dit > vous n'aurez de toute façon plus le choix est exactement la même stratégie infâme que celle qui est adoptée en matière de vaccination remarquez, on organise commercialement des fausses pénuries, on force les vaccins les plus groupés/combinés pour que les parents soient dans les faits obligés de recourir aux vaccins hexavalents, on ne fabrique plus de vaccins contre le tétanos en Belgique mais uniquement tétanos-diphtérie- coqueluche dans la même seringue et on se contente de dire aux patients, "il n'y a plus que ça!"

La Wallonie passe au compteur électrique intelligent

 

 

Carl Defoy, 10 janvier 2018

 

L’Europe veut moderniser les réseaux électriques et la voie choisie pour y parvenir passe entre autres choses par l’installation de compteurs intelligents chez les consommateurs. Ces appareils vont être placés très bientôt en Wallonie. Le projet est entériné par le gouvernement ce jeudi.


Communiquant


Les nouveaux compteurs sont réputés intelligents par ce qu’ils communiquent. Autrement dit, un gestionnaire de réseau pourra, sans même frapper à votre porte, faire lui-même le relevé de votre consommation, intervenir à distance pour adapter la puissance ou détecter une panne, une variation de tension...


Pourquoi changer?

D’abord parce qu’on ne fabrique plus les anciens boitiers noirs. Ensuite, parce que l’Europe le demande. Enfin et surtout parce que ces compteurs qui remontent en permanence des informations aux GRD permettront une gestion plus précise des réseaux. C'est utile parce qu'il faut gérer au mieux les énergies produites ponctuellement comme le photovoltaïque ou l’éolien. On comprend donc que ces compteurs sont d'abord précieux pour les gestionnaires de réseau.


Est-ce sans danger?


Les tests menés actuellement en Belgique semblent dire que oui. Mais tout le monde n’est pas de cet avis. Au Canada, on a suspendu l'implémentation des compteurs à cause d’incendies. En France, plusieurs municipalités les ont refusés. En Allemagne, ils ne sont plus imposés que dans les nouvelles installations ou pour les gros consommateurs. En revanche, la Suède et l’Italie sont équipées depuis plusieurs années apparemment à la satisfaction des consommateurs.


C’est pour quand?

Pour bientôt ! On commencera par remplacer les compteurs à budget, puis ceux qui sont en fin de vie et enfin les autres. Le changement débute au cours du premier semestre 2018 mais toute la région ne sera pas équipée avant des années.

Combien cela coûte?

Difficile à dire. Cela variera sans doute d’une région à l’autre, d’un type de compteur à l’autre. Mais on promet aux usagers que ce surcoût sera amorti par les gains sur la consommation.

Et à Bruxelles?

Rien n’est encore prévu pour Bruxelles. En Flandre, en revanche, la décision est prise: l’installation des compteurs intelligents est programmée dès l’an prochain.

Source : RTBF

 

Voir aussi ces importantes sources

Documentaire traduit en français "Reprenez votre pouvoir!" sur les risques et l'opposition à ces dangereux compteurs: 

Partager cet article

Repost0

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA