Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 19:00

Ma fille et le vaccin Cervarix:

                                                                                                     

« Des souffrances interminables face auxquelles je suis impuissante ! »

 

Par Christine Townsend, 27 juin 2013.

 

Chelsea-Townsend-UK_01.jpg

 

« A un moment ou à un autre, chaque parent du monde prend une décision qu’il finit par regretter dans la suite. Qui aurait pu prévoir que la tentative de protéger ma fille du cancer du col de l’utérus via la vaccination anti-HPV, aurait pu transformer nos vies en un combat constant pour retrouver sa santé et maintenir son droit aux études ? Si seulement nous avions pu savoir… ! »

  

Permettez-moi d’introduire le cas de ma fille, Chelsea Sascha Townsend, de Peterborough (Cambridgeshire) au Royaume-Uni. Voici son histoire avec le Cervarix :

 

Avant que Chelsea reçoive son injection du vaccin Cervarix de GlaxoSmithKline, elle était une jeune fille très heureuse, très gaie, extravertie. C’était une jeune femme confiante qui, depuis l’école maternelle à l’âge de deux ans jusqu’à sa première injection de Cervarix à l’âge de 12 ans, n’avait manqué l’école qu’une seule fois pour cause de maladie. Chelsea était déterminée et très confiante dans ses possibilités. Elle ne se laissait nullement intimider par les défis que pouvaient lui lancer ses camarades. Elle repoussait toujours plus loin ses propres limites. Elle faisait beaucoup de vélo; elle aimait lire pendant des heures et des heures.

 

Après avoir reçu sa première injection (ma fille faisait partie du groupe de filles qui reçurent les premières injections du vaccin HPV - ses dates de vaccinations : Novembre 2008, Décembre 2008 et Mai 2009) – Chelsea commença à souffrir de terribles maux de tête qui furent traités par des médicaments anti-migraine. A la suite de ce traitement, elle commença à souffrir ce qu’elle qualifie « d’absences » quand elle était à l’école. Ca pouvait se passer en plein milieu d’un cours, pendant un temps de récréation, pendant qu’elle mangeait, et quand on lui parlait, elle ne parvenait pas à entendre ce qu’on lui disait comme si « elle n’était plus présente dans sa tête ». Elle fut renvoyée chez elle pour lui permettre de subir des examens car on craignait l’épilepsie. Mais naturellement, il ne s’agissait pas d’épilepsie.

 

Au cours des mois qui suivirent, ainsi qu’après les nouvelles injections du Cervarix, Chelsea commença  à souffrir de douleurs articulaires, de maux de têtes encore plus graves, ainsi que de grande fatigue. Les nausées qu’elle éprouvait, les maux de tête et les douleurs articulaires lui firent manquer l’école plusieurs jours par semaine. Alors qu’elle approchait de la fin de sa huitième année, il lui arrivait de manquer l’école pendant des semaines entières à la suite de tous ces effets secondaires, ainsi que suite à une fatigue extrême. C’est à cette époque qu’elle connut des pertes de mémoire à court terme, ne pouvait plus se concentrer et avait en outre des troubles visuels.

 

Au cours des vacances d’été de 2009, Chelsea fut complètement épuisée- elle dormait de plus en plus longtemps pendant la journée et n’avait plus l’énergie pour sortir avec des amis. Alors qu’elle était une fille qui n’arrêtait pas de rire, de sortir avec des amis, elle était maintenant devenue très introvertie, manquant totalement de confiance en elle et n’avait plus aucun intérêt pour la vie. Son appétit diminua et elle commença à perdre du poids. A la fin de l’été, ma merveilleuse fille était pratiquement tout le temps clouée au lit. Elle dormait alors plus de 20 heures par jour, et quand il lui arrivait de se sentir mieux, elle nous rejoignait pour le dîner tout en n’ayant toujours pas d’appétit. La seule odeur de la nourriture lui donnait des nausées. Comme j’étais son seul soutien matériel, j’étais obligée de me rendre chaque jour au boulot laissant Chelsea seule, si bien qu’elle finissait par dormir jour et nuit. Certaines fois, elle retrouvait un peu d’énergie pour sortir du lit et regarder un peu la télévision, mais après peu de temps, elle devenait toute pâle et ses yeux traduisaient un épuisement total.

 

Telle fut la vie que Chelsea vécut au cours des premiers dix-huit mois : clouée au lit pendant des semaines d’affilée avec de temps en temps un petit sursaut d’énergie pour sortir de son lit. Elle était devenue de plus en plus seule, ne voulant plus quitter la maison de peur que des amis de l’école la voient et lui disent qu’elle jouait la comédie. Il y avait même d’horribles bruits qui circulaient : on disait qu’elle s’absentait de l’école parce qu’elle était enceinte !

 

Fin 2010, elle finit par recevoir le diagnostic d’Encéphalomyélite Myalgique/ Syndrome de Fatigue Chronique, mais notre médecin de famille continuait de refuser de reconnaître que ses problèmes avaient débuté après la première injection du Cervarix.

 

A la suite de ce diagnostic, Chelsea eut droit à trois heures de cours spéciaux par semaine accordés par les autorités locales s’occupant de l’éducation. On s’aperçut très vite que ces cours ne correspondaient pas vraiment à ses besoins réels.

 

En plus du diagnostic de Fatigue Chronique, on finit, en 2011, par s’apercevoir que Chelsea souffrait d’une insuffisance thyroïdienne pour laquelle elle dut prendre des médicaments. (L-Thyroxine). Aucun problème thyroïdien n’avait cependant jamais existé dans notre famille.

 

Heureusement, en mai 2011, l’autorité locale permit à Chelsea d’avoir un professeur particulier. Grâce à son aide, Chelsea a commencé à reprendre progressivement confiance en elle-même. Je l’emmenais aussi chaque semaine à un Centre de Santé Mentale pour Enfants et Adolescents où elle rencontrait un psychologue qui lui prescrivait des antidépresseurs. Après trois mois d’utilisation, Chelsea arrêta de les prendre parce ces médicaments ne changeaient rien à sa situation. Chelsea reçut aussi des conseils pour retrouver un rythme normal de sommeil. A cette époque, il lui arrivait d’être éveillée pendant quelques heures. Comme cela lui arrivait aussi pendant la nuit alors que le reste de la maisonnée dormait, cela ne faisait qu’exacerber son sentiment d’isolation et de solitude. Elle dut finalement se faire « accompagner » par un thérapeute du CBT (Thérapie Cognitive et Comportementale).

 

C’était horrible d’avoir à la traîner aux rendez-vous, alors qu’elle avait l’impression que ces rencontres ne lui apportaient pas grand-chose ; c’était un peu comme si la personne qui devait s’occuper d’elle se contentait de lui faire des espèces de conférences.

 

Aujourd’hui cependant, alors qu’elle commence à étudier la psychologie (niveau A), elle se rend compte que son expérience au CBT lui a malgré tout été utile.

 

Nous avons connu des semaines de harcèlement de la part  des Services Locaux d’Education.qui semblaient considérer que Chelsea et moi étions de mèche - tout cela parce que j’enseignais dans l’école que Chelsea fréquentait. Les choses évoluèrent jusqu’au jour où la directrice des Services Locaux d’Education se pencha vers Chelsea pour lui souffler menaçante à l’oreille : « Chelsea est-ce que tu veux finalement que ta mère aille en prison ? »

 

Je n’ai pas besoin de souligner la colère qui s’est emparée de moi quand j’ai appris ce qui s’était passé et de la réponse enflammée qui est sortie de ma bouche.

 

Ils ont alors essayé une autre tactique. Ils m’ont suggéré d’emmener Chelsea à l’école avec moi le matin à huit heures. De ce fait, selon eux, j’étais obligée de la réveiller à temps, de la sortir du lit et ainsi accomplir mon devoir de parent….Ca a été le moment où je me suis effondrée en larmes. Chelsea pleurait aussi (il nous arrive à toutes les deux de pleurer quand la colère s’empare de nous et que nous avons affaire à une injustice). Ma réponse a été quelque chose du genre :

 

« Je doute vraiment qu’il vous soit jamais arrivé de devoir réveiller votre enfant qui n’est plus que l’ombre d’elle-même et prise au piège dans son propre corps. Elle peut vous entendre, mais il lui est impossible d’ouvrir les yeux, et encore moins de pouvoir soulever sa tête de l’oreiller.  Vous est-il déjà arrivé de voir remuer les lèvres de votre enfant en réponse à la question que vous lui avez posée et de constater qu’elle ne possède plus la force d’articuler le moindre son, pas même un murmure ? Avez-vous déjà connu cette situation où le fait d’ouvrir les yeux, de répondre à vos questions ou sortir du lit relevait d’une impossibilité physique totale ? Avez-vous déjà pu voir la pâleur envahir le visage de votre enfant lui donnant l’aspect d’une personne usée et à bout de forces ? Vous est-il déjà arrivé  de regarder votre enfant dans les yeux et de n’y voir que le « vide », des yeux sans vie, un peu comme si les yeux étaient noirs et morts ? »

 

La femme n’a pas sourcillé et m’a prévenu de la date du prochain rendez-vous après avoir consulté le tableau de mes heures de cours !! Ils n’avaient, bien entendu, pas compté sur le fait que nous ne nous plierions pas à leurs tactiques d’intimidation.

 

Dans la suite je leur ai fait parvenir une lettre de quatre pages leur précisant quand et comment ils avaient violé la loi et agi d’une manière sournoise. Et quand je les ai mis au défi de nous faire comparaître devant un tribunal, ils ont finalement reconnu le fait que Chelsea était la seule personne qui pouvait savoir ce qu’elle vivait dans son corps, comme de ses possibilités de suivre ou non les cours.

 

Quand ses résultats scolaires nous parvinrent en août 2011, nous avons été tellement heureux d’apprendre qu’elle avait pu obtenir cinq cotes « A », deux « B » et une distinction en science !

 

Dans la suite, sa condition physique s’est malheureusement et à nouveau détériorée ne lui permettant plus que de fréquenter l’école que deux demi-journées, ou un jour entier. Elle a aussi été obligée de laisser tomber une branche. Elle se propose d’entreprendre une année supplémentaire pour finalement pouvoir avoir accès à l’université.

 

Après une si longue lutte, et un volumineux courrier, Chelsea a dû travailler dur pour reconstruire sa confiance en elle-même. Ses professeurs lui font maintenant parvenir les matières correspondant à ses jours d’absences. L’école a fini par prendre conscience de sa responsabilité légale et des droits dont peut bénéficier Chelsea à la suite de sa maladie.

 

Ca a été un long et pénible travail pour en arriver là. Et tout n’est malheureusement pas encore terminé parce que, pour accéder à l’université, il lui faut encore continuer à lutter chaque jour contre son propre corps qui a été modifié de manière irréversible par le vaccin Cervarix de GlaxoSmithKline.

 

Combien de fois au cours des dernières années, n’ai-je pas dit à Chelsea que si au moins il m’était permis de lui enlever ses souffrances et de les prendre sur moi - comme je suis certaine que chaque maman souhaiterait pouvoir faire -, à chaque fois Chelsea me répondait : « maman, à aucun prix je ne voudrais que tu endures ce que j’ai à souffrir chaque jour. Je ne voudrais même pas le souhaiter à mon pire ennemi. »… En tapant ces mots, les larmes me montent aux yeux et j’ai une boule dans la gorge !

 

En tant que professeur de 7ème et 8ème année, je me fais un devoir de parler régulièrement du cas de Chelsea quelques mois avant que les filles ne reçoivent le vaccin dans l’espoir que ces élèves pourront relayer l’histoire de ma fille à leurs parents.

 

Je pense cependant que cela ne suffit pas. J’estime que je manquerais à mon devoir si je ne fournissais pas aux parents de ces filles une littérature récente sur les effets indésirables que ces vaccinations peuvent provoquer.

 

Je compte prendre contact avec le directeur d’Académie pour tenter de le convaincre que nos établissements scolaires sont aussi responsables du bien-être des jeunes qui nous sont confiés, que nous avons une obligation morale et éthique de fournir aux parents une information sur le « pour » et le « contre » de cette vaccination anti HPV.

 

Si je réussis à empêcher une seule jeune fille d’avoir à souffrir ce que ma fille a dû endurer avec une vie complètement bouleversée, alors, je pense  que la culpabilité que je ressens pour avoir en quelque sorte « joué » avec sa santé, sera quelque peu soulagée.

 

Après avoir pris contact avec plusieurs mamans dont les filles ont aussi mal réagi au Cervarix, je me sens moins seule et c’est en quelque sorte réconfortant. Nous connaissons nos filles mieux que quiconque. Nous savons que nos filles étaient en parfaite santé et heureuses avant la vaccination, que du jour au lendemain leurs vies ont basculé et que depuis nous n’avons pas arrêté de lutter.

 

La vérité finira par sortir et ceux qui auront refusé de nous aider, qui nous ont manqué de respect auront, un jour, à répondre de leurs actes.

 

Ah, si seulement je pouvais revenir en arrière !

 

Source: SaneVax

 

« Quand la science ne peut plus être remise en question, elle cesse d’être la science, elle devient une religion. » Tony Brown

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article
30 juin 2013 7 30 /06 /juin /2013 22:18

diabetes.jpg

Un récent article de la presse canadienne évoquait la piste d'une guérison du diabète de type 1 par l'intermédiaire d'un vaccin selon les travaux d'une équipe de chercheurs de Stanford, en Californie.

 

L'article donne peu de détails mais il appelle toutefois quelques commentaires importants.

 

L'article indique que ce vaccin supprimerait la réaction auto-immune indésirable qui mène au diabète de type 1, ce qui permettrait d'en venir à bout.

 

Ce que l'article n'indique toutefois pas est que le diabète de type 1 est une affection de type lésionnel où il y a donc une destruction d'une zone de cellules du pancréas. Or en général, au moment du diagnostic, les gens sont déjà à un stade lésionnel avancé (car en fait le corps est capable de "compenser" tout un temps avant cela). On voit donc mal comment ce vaccin thérapeutique pourrait arriver à temps ou même ressusciter les précieuses zones-clés déjà détruites.

 

L'article dit aussi que "ce vaccin semble efficace sur une période de deux mois" et que des tests plus approfondis devront être menés.... 2 mois c'est vraiment court, combien de doses pourraient être requises et peut-être même à vie pour un nombreux et juteux marché de diabétiques de type 1 dans le monde?

 

Selon ces scientifiques, ce vaccin ne supprimerait que la réaction immunitaire indésirable qui se retourne contre le pancréas sans affecter le reste de la réponse immunitaire dans son ensemble.... ça, ça reste à prouver et à vérifier. Avec les autres vaccins en général aussi, on a l'habitude de nous dire qu'on en a les avantages sans (ou avec si peu) les inconvénients.

 

Mais surtout, ce qui importe, c'est de voir que ce futur vaccin ressemble au principe d'un vaccin contre les allergies, alors que le diabète de type 1 comme les allergies peuvent être causés par... des vaccins!

 

On en parle trop peu, et certainement pas dans les médias grand public mais les vaccins peuvent en effet causer le diabète de type 1. Plusieurs recherches l'ont démontré. Le vaccin contre l'haemophilius influenzae de type b fait à quasi tous les enfants (et inclus dans les vaccins pentavalents et hexavalents donc dans l'infanrix quinta/penta, le pentavac, l'infanrix hexa et l'hexyon) et la valence anti-hépatite B (aussi incluse dans les vaccins hexavalents) font donc des vaccins hexavalents des vaccins doublement diabétogènes. Mais à part ça certains font semblant de s'étonner de la hausse du diabète de type 1 chez les enfants, ... on marche vraiment sur la tête dans un monde bien hypocrite et très irresponsable!

 

Voici ce que le Dr Classen qui a étudié le lien entre vaccin hépatite B et diabète, déclare dans le livre "La santé publique en otage; les scandales du vaccin contre l'hépatite B." de Eric Giacometti:

 

« En 1996, j'ai publié dans le New Zealand Medical journal une étude qui montrait une augmentation de 60 % des diabètes chez les enfants après la campagne de vaccination massive entre 1988 et 1991. Le diabète est une maladie autoimmune qui peut avoir plusieurs causes et qui est bien connue des spécialistes de la sécurité des vaccins. À l'époque, je voulais seulement lancer un signal d'alerte et que les pouvoirs publics lancent des études sur ce sujet. Un rapport officiel est paru deux ans plus tard pour mettre en pièce mes travaux. Selon ce texte, aucun autre médecin n'avait trouvé les mêmes tendances. Mais mes véritables ennuis ont commencé après mon passage à la télévision dans une émission d'ABC. J'ai été convoqué par le docteur Neal Hal sey, l'une des plus grosses huiles du milieu de la vaccination, professeur au john Hopkins Hospital, responsable de l'association des pédiatres américains, membre du Comité national des vaccinations. En guise d'entretien, c'était un procès en bonne et due forme. Je me suis retrouvé seul face à une assemblée de médecins, du NIH, du CDC, de la FDA, qui m'ont attaqué violemment, me reprochant d'avoir voulu affoler la population sans fondements. Selon eux, je risquais de détruire la campagne de vaccination alors que mes travaux avaient été réfutés. Exprimer des inquiétudes dans un média grand public sur un vaccin était inqualifiable. Depuis, j'ai été marginalisé comme opposant aux vaccins, un comble alors que mes recherches n'ont comme seul but que de renforcer leur sécurité ! Or, il existe un véritable problème avec ce vaccin et le public est en droit d'exiger une plus grande transparence, mais il est clair que cette affaire met en jeu des intérêts énormes. Si on ne trouve rien, c'est surtout parce qu'on ne veut rien trouver. »

 

Par la suite complète Eric Giacometti, auteur du livre « La Santé publique en otage, les scandales du vaccin contre l’hépatite B. », j'apprendrai que le docteur Halsey, l'accusateur principal de Classen, entretient des liens financiers avec les fabricants de vaccins.

 

En 1999, le Dr J.B Classen écrivait une lettre au British Medical Journal dans laquelle il rappelait aussi les résultats de ses autres travaux sur le lien entre vaccin anti-haemophilius influenzae de type b (Hib) et diabète de type 1:

 

« En mai 1998, une conférence fut organisée à Bethesda, Maryland pour évaluer nos données. Au cours de cette conférence, nous avons précisé que les données concernant le vaccin corroboraient les résultats de nos publications, à savoir que quand la vaccination avait lieu à l’âge de 2 mois, elle était associée à un risque accru de diabète. Notre analyse est également confirmée  par une augmentation similaire des cas de diabète après la vaccination Haemophilus Influenzae type b aux Etats-Unis, ainsi qu’au Royaume Uni (5).

 

En outre, nous devons signaler que, dans le groupe d’enfants vaccinés, l’augmentation des risques de diabète dépasse en importance ce qui était attendu en ce qui concerne la diminution de complications de la méningite à Haemophilus influenzae de type b. »

 

Il semble donc que la première des priorités n'est pas de "trompéter" au sujet de ces nouvelles découvertes mais d'informer avant tout utilement le public pour essayer d'éviter la survenue initiale de cette maladie en recommandant de vacciner moins.

 

Dans un monde normal où les médias fonctionneraient bien, de façon libre et indépendante, il est évident que les journalistes auraient le droit et même le devoir déontologique de mentionner ces éléments qui éclairent d’un jour nouveau ce genre de « percée ». Mais voilà, il se trouve que les médias ne fonctionnent pas très bien, que donc leur lectorat ne cesse de baisser ce qui est logique, et aussi que les vaccins sont vraiment LE tabou des tabous. Du coup, ils ne relaieront que le côté « enthousiasmant » et partial de ce genre de nouvelle. C’est pourquoi cela reste très intéressant, et cela le sera de plus en plus, de varier ses sources d’information et de consulter par exemple le site très fourni d’Initiative Citoyenne !

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Vaccin à tout prix (idéologie du)
commenter cet article
29 juin 2013 6 29 /06 /juin /2013 23:20

logo vaccinews web

Voilà une question qui se pose vraiment au sujet de ce site et ce pour plusieurs raisons.

 

D'abord se pose la question de l'indépendance de ce site et de ce groupe dont le président, le virologue belge, Pr Marc Van Ranst...

  

Sur le site de la Revue Politique, on peut notamment lire: 

 

« Dans un rapport publié en juin 2007 par le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE) sur l’opportunité de vacciner les nourrissons contre la gastro-entérite à rotavirus, l’un des auteurs, le Prof. Marc Van Ranst, président du Commissariat interministériel « Influenza » et virologue à l’Institut Rega pour la recherche médicale (KUL), déclare un conflit d’intérêts : « Avoir reçu une rémunération pour des présentations sur le rotavirus lors de réunions de médecins généralistes ». De qui ? Le KCE ne le précise pas. Mais à l’époque de la rédaction du rapport, un seul vaccin était disponible en Belgique : le Rotarix de GlaxoSmithKline (GSK) »

 

Ensuite, ce site vient de publier un article sur la décision japonaise de cesser de recommander les vaccins anti-HPV.... il l'a publié parce qu'il n'avait d'autre choix. Mais la question de l'objectivité de ce site est clairement remise en question quand on sait qu'ils ont intitulé cet article en essayant de choisir le titre qui écornerait le moins l'image des vaccins: "Le Japon met en place une communication proactive au sujet de sa décision de ne plus recommander les vaccins anti-HPV."

 

Ce site donne évidemment la primeur aux discours minimisateurs qui consistent à essayer de faire croire qu'il n'y a pas de lien établi entre les effets secondaires constatés au Japon (mais aussi partout ailleurs dans le monde) et les vaccins Gardasil et Cervarix. Tout n'est donc finalement toujours que coïncidence en matière de risques vaccinaux, comme c'est crédible!!

 

C'est d'ailleurs aussi clairement ce qui transparaît de la petite vidéo simpliste dans laquelle on entend le Pr Van Ranst présenter le site VacciNews.net et ses objectifs affichés. Le tout avec une petite musique et des photos attendrissantes d'enfants. On entend ainsi cet expert non indépendant qu'est le Pr Van Ranst (et qui préside ce panel) évoquer l''indépendance de plusieurs experts qui seraient ainsi garants de la qualité des informations d'un tel site. Pour le sérieux du discours, il faudra toutefois repasser car on est ici dans une communication infantilisante typique, faite uniquement d'affirmations gratuites et autres arguments d'autorité qui ne convaincront vraiment que les plus crédules: "Pourquoi faire vacciner vos enfants? Parce que les vaccins sauvent des vies"; "Les vaccins ne causent pas l'autisme, cela a à chaque fois été vérifié" etc etc.

 

Van-Ranst--Vaccinews.JPG

 

Si on veut donc des informations un peu plus consistantes et étayées, on se référera au site d'Initiative Citoyenne qui signale et commente de nombreuses publications scientifiques mais qui donne aussi la parole à de nombreux acteurs de cette problématique, trop souvent exclus des grands médias (des victimes, des scientifiques, des médecins, etc).

 

On confrontera par exemple le sérieux de ce site et du discours du Pr Van Ranst à la rubrique "conflits d'intérêts" de notre site, mais aussi aux 23 articles suivants par exemple:

 

La sécurité des vaccins pose vraiment problème: les officiels le savent

 

Sécurité des vaccins: on se fout carrément de vous!

 

Alexis, 2 ans: encéphalopathie épileptogène après 4 vaccins faits le même jour

 

Victoire au Conseil d'Etat d'une enfant handicapée à 95% après le Pentacoq

 

Le vaccin Prevenar est-il sûr et sans danger?

 

"Ma fille est handicapée après le Prevenar et le ROR faits en même temps"

 

Sécurité des vaccins: l'ONE questionné par recommandé

 

Eric: la tragédie d'une vie (après des vaccins)

 

L'aluminium vaccinal responsable de maladies incurables... témoignage

 

GSK a-t-elle peur que ses stratégies soient dévoilées?

 

Infanrix hexa: le document confidentiel accablant

 

Prevenar 13: documents confidentiels accablants

 

Graves dysfonctionnements à l'agence belge des Médicaments AFMPS

 

Ethique vaccinale & prostitution de la Science

 

La publicité vaccinale des autorités reconnue comme TROMPEUSE par le JEP

 

Fatigue chronique, fibromyalgie & vaccinations

 

30 années de documents confidentiels sur les vaccins (Royaume-Uni)

 

L'avis du pédiatre américain Dr Palevsky sur les vaccins

 

Les enfants non vaccinés sont en meilleure santé

 

Reconnaître des effets secondaires de vaccins (Dr G. Buchwald)

 

L'immunologie dévoyée par le dogme des vaccins

 

Le gâchis des vaccins et les solutions d'une immunologiste

 

Ce que les médecins pensent des vaccins: l'enquête choc non publiée de l'INPES

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Conflits d’intérêts -experts
commenter cet article
25 juin 2013 2 25 /06 /juin /2013 15:50

La variole n'avait-elle pas été déclarée "éradiquée" par l'Organisation Mondiale de la Santé en 1980?

 

Pourtant, le Comité des Médicaments à Usage Humain de l'Agence Européenne des Médicaments (CHMP) a remis le 30 mai dernier un avis positif sur le vaccin Imvanex de la société Bavarian Nordic.

 

 

bavarian nordic

 

Le vaccin Imvanex est un vaccin transgénique (càd produit par génie génétique) à virus vivant atténué, mais qui n'induit soi-disant pas de réplication virale au sein de l'organisme contrairement à la précédente version du vaccin, prétexte évidemment saisi par l'Agence Européenne du Médicament pour le décréter utilisable tant chez l'adulte sain que chez les patients immunodéprimés... et comme les gens sont de plus en plus malades, il s'agissait de ne pas "perdre" toutes ces cibles vaccinales-là...

 

Le vaccin est censé viser autant les gens qui n'ont encore jamais été vaccinés contre la variole que ceux qui ont déjà été précédemment vaccinés.

 

Le Comité a décidé que les bénéfices étaient plus grands que les risques sur base de 5 études principales. Toutefois, comme la variole n'existe plus et que des essais cliniques (dans le cadre desquels les gens auraient la possibilité d'être naturellement infectés) ne peuvent être menés, ce vaccin a été approuvé dans l'Union Européenne "sous des circonstances exceptionnelles".

 

En matière de sécurité, le Comité affirme que le vaccin est "généralement bien toléré", les effets secondaires les plus courants étant des maux de tête, des douleurs musculaires, des nausées, de la fatigue, un érythème et une douleur au site d'injection.

 

Comme il est à prévoir, la Commission Européenne dont l'accord purement formel suffit à valider définitivement l'autorisation de mise sur le marché, va suivre docilement l'avis de l'Agence Européenne des Médicaments.

 

Mais ce qui doit alerter ici, c'est le caractère étonnamment familier de ces affirmations venant de ce genre d'instances. Souvenez-vous leurs déclarations sur la soi-disant "bonne tolérance" du vaccin expérimental anti-H1N1 Pandemrix à base de squalène.... un vaccin qui lui, avait fait l'objet d'essais cliniques dans le cadre desquels il y a eu 7 décès sur 2000 patients.... un vaccin qui a engendré combien de centaines de cas de narcolepsies, une maladie neurologique auto-immune incurable et particulièrement invalidante.

 

Et répétons-le encore une fois, le Pandemrix, lui, avait pourtant fait l'objet d'essais cliniques, certes bâclés et aux conclusions bidouillées selon nous mais des essais cliniques tout de même. Ici, pour l'Imvanex, non. Mais on affirme qu'il est "généralement bien toléré". Mais quid si vous, votre conjoint ou votre enfant faisait partie sans évidemment le savoir à l'avance, de ceux dont la vie va dérailler à jamais après ce vaccin?

 

Si on prend par exemple un autre document, celui rédigé par le Centre Européen de Contrôle des Maladies (ECDC) à l'automne dernier sur l'introduction de la vaccination anti-HPV dans divers pays européens, on peut s'apercevoir que c'est le même angélisme qui est de mise, avec des affirmations tout à fait similaires selon lesquelles "ces vaccins (GARDASIL et CERVARIX donc) sont généralement bien tolérés". Et là, ces affirmations mensongères interviennent pourtant après plusieurs années d'utilisation et de controverse puisque rien qu'aux USA, alors que seuls 1 à 10% des effets secondaires graves des vaccins sont comptabilisés, plus de 30 000 effets secondaires et 136 décès ont déjà été notifiés depuis 2006 en lien avec l'usage du Gardasil et du Cervarix! Les autorités américaines ont déjà déboursé à ce stade plus de 6 millions de dollars pour indemniser une cinquantaine de plaignants dont deux familles dont la fille est morte après ces vaccins "généralement bien tolérés".

 

Et dernièrement, la décision japonaise de ne plus recommander officiellement les vaccins Gardasil et le Cervarix, suite à près de 2000 rapports d'effets secondaires, a elle aussi contribué à montrer tout le sérieux et toute la crédibilité qu'on peut encore accorder à ces Comités et instances européennes quand elles affirment, sur base d'arguments d'autorité que tel ou tel (nouveau ou ancien) vaccin est "généralement bien toléré".

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Vaccin à tout prix (idéologie du)
commenter cet article
24 juin 2013 1 24 /06 /juin /2013 17:24

Flu-gate: l'agence américaine de santé manipulerait les chiffres de la grippe

 

Par Bernard Dugué, le 23 juin 2013 (AGORAVOX)

 

flu-gate

Si ce qu’affirme le journaliste d’investigation Jon Rappoport dans son billet daté du 20 juin 2013, ce pourrait être le scandale du siècle, aussi choquant que l’espionnage des citoyens et tout aussi grave que les manigances géopolitiques ciblant le Moyen Orient. Ayant eu accès au dernier rapport du CDC (center for disease control) livrant des données statistiques sur la grippe, Rappoport n’hésite pas affirmer que cette agence de santé ment sur toute la ligne, rebaptisant non sans facétie le CDC en CDIC (center for information disease control). Son argument semble bien fondé. Page 89, ce rapport fait état des données suivantes : 50 097 décès par combinaison de grippe et pneumonie répartis en 500 décès par grippe et le reste, 49 597 décès, est dû à une pneumonie diagnostiquée.

 

Rappoport dénonce ensuite la communication de cette agence envers le public. 36 000 décès annuels, c’est le chiffre annoncé et clamé dans les médias par les experts médicaux. Plus récemment, ces mêmes experts chiffrent les décès causés par la grippe avec une fourchette comprise entre 3000 et 50 000 mais selon un autre document, la grippe ferait bien moins de 3 000 morts par an. Pour évaluer le nombre de morts d’origine purement grippale, il faudrait réaliser des analyses sur les dépouilles des patients décédés. C’est du reste ce qui a été fait selon Rappoport qui cite une étude publiée en 2001 par le CDC faisant état de la confirmation de 18 décès par grippe sur les 257 attribués (sans analyse virale) à la grippe, selon les diagnostics établis par les médecins traitants.



Lire la suite de cet article: SUR AGORAVOX

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Grippe saisonnière
commenter cet article
21 juin 2013 5 21 /06 /juin /2013 22:01

Médecins hors la loi, médias complices ?

 

Le 4 juin dernier, les sites du Nouvel Observateur et d'Atlantico publiaient un article sur le lien entre le cancer de la gorge de l'acteur Michael Douglas et les papillomavirus (HPV), en donnant unilatéralement la parole au Dr Joseph Monsonego. Ce gynécologue y regrettait même que cette vaccination controversée ne soit toujours pas recommandée aux garçons dans nos pays. Dans ces articles cependant, on ne trouvait aucune mention des conflits d'intérêts pourtant avérés de cet expert avec les fabricants de vaccin HPV, contrairement à ce que l'article 26 de la loi Kouchner du 4 mars 2002 impose aux professionnels de santé qui s'expriment dans les médias.

 

C'est dans ce contexte où il y a lieu de s'interroger sur la complicité des médias, que plusieurs citoyens, médecins et parents de victimes de vaccins ont décidé de rédiger une lettre commune de protestation. Une autre lettre commune a aussi été envoyée au Conseil Départemental de l'Ordre des Médecins de la Ville de Paris pour réclamer la sanction du médecin fautif.

 

La loi du 4 mars 2002 relative aux « droits des malades et à la qualité du système de santé » oblige les médecins à faire état de leurs liens d’intérêts et cela à l’occasion de chaque manifestation publique : « Les membres des professions médicales qui ont des liens avec des entreprises et établissements produisant ou exploitant des produits de santé ou des organismes de conseil intervenant sur ces produits sont tenus de les faire connaître au public lorsqu'ils s'expriment lors d'une manifestation publique ou dans la presse écrite ou audiovisuelle sur de tels produits

 

Cet article de loi stipule également que « les conditions d'application (…) sont fixées par décret en Conseil d'Etat. »

 

C’est finalement le 25 mars 2007, cinq ans après la promulgation de la loi sur la transparence de l’information médicale et suite à une plainte, que paraît le décret précisant les modalités de déclarations des liens d’intérêts :

 

« L'information du public sur l'existence de liens directs ou indirects entre les professionnels de santé et des entreprises ou établissements mentionnés à l'article L 4113-13 est faite, à l'occasion de la présentation de ce professionnel, soit de façon écrite lorsqu'il s'agit d'un article destiné à la presse écrite ou diffusé sur internet, soit de façon écrite ou orale au début de son intervention, lorsqu'il s'agit d'une manifestation publique ou d'une communication réalisée pour la presse audiovisuelle. »

 

Hélas, comme le détaille l'UFC Que Choisir, cette loi n'est toujours pas appliquée...

 

Faut-il pour autant se résigner ? Prendre cela comme une fatalité ?

 

NON selon un collectif de citoyens déterminés, parmi lesquels des médecins, et des parents d'enfants victimes de divers vaccins.

 

A nos yeux, seule l'action citoyenne permettra d'éviter les dérives les plus graves. Or il est hélas évident que les médias ont un rôle central dans ces dérives. Ils les rendent en général possibles en ne faisant pas suffisamment preuve d'objectivité et/ou en n'alertant le public que trop tardivement après un danger donné.

 

A l'heure où le Japon vient pourtant de cesser de recommander ces vaccins et où certains médias font mine de façon affligeante de s'étonner d'une telle décision, il est bon de s'interroger sur la légitimité d'une sorte de publicité déguisée en faveur des vaccins HPV en perte de vitesse.

 

Les médias doivent selon nous respecter des exigences éthiques et déontologiques. Ils doivent pouvoir réagir et compléter leur information si de solides preuves leur sont apportées, comme c'est le cas ici. Les médias ont aussi selon nous un rôle à jouer dans le contrôle des conflits d'intérêts des experts qu'ils interrogent et dans la vérification que ceux-ci sont bien correctement déclarés, de façon à ne pas désinformer leur lectorat.

 

Quant à l'Ordre des Médecins, si prompt à considérer le refus de vaccins obligatoires comme "de la maltraitance aux enfants", il doit lui aussi assumer sa responsabilité et ne pas couvrir de façon complaisante des praticiens qui violent la loi. Stop aux deux poids, deux mesures !

 

C'est fort de ces convictions de bon sens, aussi partagées par des millions d'autres citoyens, que nous avons écrit aux médias concernés ainsi qu'au Conseil Départemental de l'Ordre des Médecins de la Ville de Paris, tout en informant aussi de notre démarche l'UFC Que Choisir et l'Observatoire de la Déontologie de l'Information (ODI).

 

Vous pouvez lire ces courriers :

 

aux médias : ICI

 

et à l'Ordre des Médecins de Paris : ICI 

  

N'hésitez pas à nous indiquer par mail, sur notre site, si vous souhaitez vous aussi que votre nom s'ajoute à la liste des signataires.

 

Nous vous tiendrons informés via la partie "commentaires" de la suite réservée à ces courriers.

 

Un texte aussi publié sur AGORAVOX

 

Actualisation du 2 juillet 2013:

 

Le Dr Jean-Jacques Avrane de l'Ordre des Médecins de la Ville de Paris nous a indiqué par mail en date du 25 juin dernier qu'il fallait envoyer la plainte par voie postale avec l'adresse des signataires, ce que nous avons fait, et aussi, mentionner les manquements déontologiquement éventuellement reprochés.

 

Voici donc le courrier additionnel qui mentionne les manquements déontologiques du médecin en question, le Dr Joseph Monsonego.

 

Recepisse plainte Ordre Médecins

 

NB: A noter que l'Ordre des Médecins nous a répondu peu après que notre plainte n'était pas valide parce que non signée (manuscritement) par tous les signataires. Ceux-ci résidant en France, et en Belgique, il est malaisé de scanner les signatures de tous et de se renvoyer entre nous le document bien qu'évidemment, tous les signataires avaient dûment fait savoir leur accord par mail à Initiative Citoyenne quant à cette démarche commune. Cela montre en fait surtout la position corporatiste de l'Ordre des Médecins, qui loupe en fait une belle occasion de plus de joindre le geste à la parole au lieu de publier un Code de Déontologie auquel il accorde si peu de respect! 

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Médias & vaccins
commenter cet article
21 juin 2013 5 21 /06 /juin /2013 21:24

Un "question-réponse-réplique" entre le député Ecolo Patrick Dupriez et la Ministre PS Laanan, qui vaut le coup d'être lu. Et qui en dit long sur la "compétence" des Ministres et leur amour du principe de précaution...

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article
20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 22:59

Jenny Tetlock, Californie

 

1994-2009

 

jenny--victime-du-Gardasil.jpg

 

Jenny était une jeune fille de 15 ans luttant contre une maladie dégénérative rapide, dont certains médecins pensent qu'elle était liée au vaccin anti-HPV Gardasil qu'elle avait reçu peu de temps avant que ses symptômes n'apparaissent. Et bien qu'il n'existe aucune preuve spécifique formelle d'un côté, le Dr Diane Harper qui a conçu et mené les essais de phase 2 et 3 avant la mise sur le marché du Gardasil et qui fut consultante pour Merck, estime que la possibilité que le vaccin puisse déclencher une maladie génétique familiale doive être sérieusement envisagée.

 

Ci-dessous, voici un extrait du "Parcours de Jenny", un site internet entretenu par la famille et les amis de Jenny dans le but d'aider à localiser d'autres cas similaires:

 

"Un après-midi ensoleillé de mai 2007, une Jenny en larmes a expliqué à sa mère comment sa classe de gym de septième année s'est moquée d'elle quand elle a trébuché sur un obstacle que tous franchissaient aisément. Quelques semaines plus tard, Jenny s'est mise à boiter. Progressivement, elle est devenue de plus en plus faible et ses muscles se sont atrophiés. Tout son univers s'est restreint.

 

Les parents de Jenny se sont alors tournés frénétiquement vers toute une panoplie de  spécialistes, en vain. Au printemps 2008, Jenny était devenue quadriplégique et ne pouvait plus respirer qu'avec l'aide d'une machine. Elle s'accrochait à la vie depuis plus d'un an mais elle n'a jamais pu connaître un autre printemps.

 

Personne ne sait exactement quand la maladie de Jenny a commencé ni quelle maladie elle avait. Des neurologues de renommée mondiale pensent qu'elle avait la maladie de Lou Gehrig (aussi appelée "maladie de Charcot" ou "sclérose latérale amyotrophique (SLA) ) Ce tueur implaccable épargne l'esprit, tout en détruisant méthodiquement les neurones moteurs de l'organisme, jusqu'à ce que le corps verse dans une paralysie irréversible.

 

Pour autant, les avis médicaux ne sont pas unanimes. Le Centre de Contrôle des Maladies estime le risque de SLA chez les adolescents à 1 sur 3 millions de sujets, soit inférieur au risque d'être frappé par la foudre. Parmi les causes beaucoup plus fréquentes de paralysie chez les adolescents, on retrouve les maladies auto-immunes."

 

Jenny est décédée le 15 mars 2009, entourée de sa famille.

 

Visitez le site "Le Parcours de Jenny" ("Jenny's Journey") pour plus de détails sur la maladie soudaine de cette jeune fille après le vaccin Gardasil. La famille de Jenny essaie également de localiser d'autres parents et d'identifier les symptômes vécus par leurs enfants également décédés après ce vaccin, de manière à pouvoir éviter que d'autres cas ne se reproduisent encore.

 

Source: SaneVax

 

Le livre « Le nouveau dossier noir du vaccin contre l’hépatite B » de Lucienne Foucras raconte le calvaire de son mari, décédé d’une sclérose latérale amyotrophique, après avoir reçu le vaccin anti-hépatite B.  Selon le neurologue canadien Christopher Shaw, qui a beaucoup étudié l’aluminium vaccinal (utilisé comme adjuvant dans de nombreux vaccins, comme le vaccin anti-hépatite B, le Gardasil ou le Cervarix), ce métal toxique favorise diverses maladies neurologiques comme le Parkinson, l’Alzheimer et la sclérose latérale amyotrophique. Chez les souris qu’il a évaluées après leur avoir injecté des vaccins à base d'aluminium, il a pu observer après seulement quelques semaines une destruction de 35% des cellules nerveuses dans la zone du mouvement !

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article
20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 21:25

Le médecin et journaliste du Monde (qui écrit aussi pour le site Slate.fr) Jean-Yves Nau, fait mine dans son article de ne pas comprendre le sens de la décision japonaise de ne plus recommander les vaccins HPV....

Il embarque dans ses affirmations péremptoires tout le "vieux continent" qui ne comprend soi-disant  pas  les allégations contre les vaccins HPV et prétendre que ces notifications d'effets secondaires ne correspondent pas à ce qui a été enregistré en Europe.

En réalité, un nombre croissant de gens (y compris des victimes de ces vaccins) ne sont absolument pas étonnées que les effets délétères de cette vaccination soient dénoncés un peu partout dans le monde. En épluchant les documents confidentiels de pharmacovigilance des fabricants aux autorités européennes et nationales (des documents qui existent bien quelque part, comme ceux relatifs par exemple à l'(in)sécurité du vaccin Infanrix hexa qu'on prétendait si sûr), on aurait de grosses surprises sur la prétendue bonne tolérance de ces vaccins!

Lorsqu'on lit l'article autrement plus référencé et argumenté qu'Initiative Citoyenne a fait publier sur le site Agoravox et qui explique les nombreuses preuves d'insécurité propre à ces vaccins HPV, on se rend compte qu'on se trouve en fait face à un problème d'honnêteté intellectuelle et de bonne ou mauvaise foi.

Jean-Yves Nau ose réaffirmer dans son article, sans crainte du ridicule l'absence de preuves entre le risque de scléroses en plaques et la vaccination anti-hépatite B, un comble quand on sait que 5 études existent en faveur d'une telle relation, avec des chiffres français particulièrement accablants lorsqu'on analyse les cas de scléroses en plaques et d'affections démyélinisantes année par année en fonction des années où on a le plus vacciné en France.

Le Pr Marc Tardieu n'a-t-il pas été "interdit de conférence de presse" (selon Libération du 14 octobre 2008) parce qu'il avait osé montrer un risque accru de sclérose en plaques chez les jeunes vaccinés contre l'hépatite B? Par quelle pirouette Jean-Yves Nau tenterait-il d'expliquer ce tabou-là?

Il est vrai que la décision du Ministre japonais ressemble à celle de Bernard Kouchner qui n'avait fait lui aussi que prendre "une demi-mesure" face aux effets secondaires du vaccin anti-hépatite B. Tant au Japon qu'en France, les pressions internationales, à commencer par l'OMS et ses bailleurs de fonds, sont considérables et c'est précisément cela qui explique que les Ministres concernés n'aient tout simplement pas eu la liberté d'être plus cohérents et à juste titre plus radicaux dans leurs décisions, à savoir de cesser de rembourser ces vaccins et d'en ordonner le retrait du marché national.

Le vaccin contre l'hépatite B, selon le rapport Dartigues, est responsable d'une des plus grandes séries d'effets secondaires de toute l'histoire française de la pharmacovigilance (tout de même). Les vaccins anti-HPV induisent quant à eux encore plus d'effets secondaires que les autres vaccins: 3 fois plus d'effets indésirables pour le Gardasil que pour tous les autres vaccins du programme américain réunis; et de 24 à 104 fois plus d'effets secondaires pour le Cervarix que pour n'importe quel autre vaccin du programme britannique pris tour à tour. Des données précises et concrètes que n'aborde évidemment pas Jean-Yves Nau!

Finalement, cet article de Jean-Yves Nau est un superbe exercice de vigilance citoyenne. Nous ne pouvons que conseiller aux lecteurs de lire intégralement cet article de Jean-Yves Nau d'abord et ensuite,  de visionner l'une après l'autre chacune de ces trois vidéos qui répondent tour à tour aux affirmations trop fragiles de ce journaliste médecin:

SUR LA SECURITE DU GARDASIL (NB: à ce stade, il y a plus de 136 décès aux USA, beaucoup plus que ce qui est donc dit à l'époque dans cette vidéo-là de M6.. mais pour l'ANSM et Jean-Yves Nau, c'est sans doute à chaque fois une "coïncidence"... très crédible!!)


 

SUR LA SECURITE DU VACCIN ANTI-HEPATITE B (et le bienfondé de la campagne):

 

 

SUR L'IDEOLOGIE VACCINALE qui est toujours à promouvoir en dépit des doutes:

 

 

Voir aussi la réponse inconsistante de la Ministre belge Fadila Laanan suite à la décision japonaise concernant ces vaccins

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article
20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 20:47

Par Antoine Flahaut, 13 juin 2013

 

La ronde des virus grippaux ne s'arrêtera donc jamais ? Après les craintes et la mobilisation internationale contre le risque d'une émergence pandémique de la grippe avaire H5N1, dans le sud-est asiatique, au début des années 2000, la pandémie que je dénommerai "de la controverse" en 2009 prenant tout le monde à contre-sens, le virus étant d'origine porcine, venant du Mexique, et s'appelant H1N1, et faisant moins de victimes que la grippe saisonnière, voilà qu'une autre menace semble se profiler, avec le virus H7N9, d'origine chinoise. Que doit-on craindre au juste ?

 

Les directeurs du National Institute of Allergies and Infectious Diseases (composante du NIH) a publié en date du 5 juin dernier en accès libre (en anglais) un commentaire dans le New England Journal of Medicine faisant le point sur le sujet. Pour résumer la position des auteurs (dont le chercheur Jeffery Taubenberger), il y a 17 variantes de l'hémagglutinine et 10 neuraminidases (protéines de surface qui donnent respectivement les combinaisons de lettres et de chiffres Hx et Ny au sous-type viral), mais seuls trois sous-types de mémoire d'homme ont été responsables de pandémies de grippe chez l'homme, H1, H2, et H3. Les autres sous-types infectent les mammifères, les volailles et des oiseaux sauvages, mais pas l'homme. Des hommes peuvent occasionnellement être infectés au contact étroit avec des animaux porteurs, mais alors il s'agit d'un "cul de sac" virologique, la transmission inter-humaine ne se produit pas en aval. En effet, l'homme est alors exposé dans ces cas (H5N1 ou H7N9 par exemple) à une sorte de "douche" de particules virales et pour ainsi dire à une intoxication par le virus qui peine ensuite à se multiplier dans nos cellules, n'étant pas équipé pour le faire. Le virus n'a pas les clés pour rentrer dans nos cellules et faire fonctionner notre matériel génétique pour sa propre multiplication. Certes des mutations peuvent intervenir qui "humanisent" le virus. C'est ce qui se produit sur les souches les plus récentes de H7N9 que l'on a pu identifier chez des hommes. Mais on l'avait aussi repéré de telles mutations humanisantes pour d'autres souches de virus de grippe aviaire, comme H5N1, sans qu'à ce jour ces virus n'aient jamais acquis de potentiel pandémique. Les scientifiques sont donc divisés sur la question du risque pandémique. Les uns pensant qu'il n'y aura jamais d'autres pandémies que H1, H2, H3 qui diffèrent de ceux qui pensent au contraire qu'un jour viendra la mutation scélérate, celle qui autorisera la transmission inter-humaine (ce que des chercheurs hollando-américains pensent avoir mis au point en laboratoire de haute sécurité l'an dernier avec H5N1).

 

Les auteurs du billet du NEJM concluent quant à eux que même improbable, il est important de rester vigilants et de se préparer à une possible pandémie beaucoup plus meurtrière que celles que nous avons connues. En 1918, "seuls" 2% des personnes infectées en sont décédées, alors que la létalité est respectivement de 59 et 28% pour H5N1 et H7N9 actuellement.

 

Pour ma part, je rejoins ceux qui pensent que l'on joue un peu ici à se faire peur (nous soutenions cela déjà en 2003, au moment de l'émergence H5N1). Certes l'hypothèse d'un scénario catastrophe n'est pas impossible, mais quelle est la probabilité qu'il se produise ? Et pendant que l'on distrait les investissements et les énergies à se préparer dans un désert des Tartares, ou à construire je ne sais quelle ligne Maginot (= les plans pandémiques), on ne se prépare pas ou mal à affronter les grippes saisonnières qui chaque hiver fauchent de nombreuses victimes, engorgent les hôpitaux, représentent un coût considérable en termes d'arrêts de travail et d'hospitalisations évitables. Je rejoins aussi certains de mes collègues qui ont la conviction que personne ne sait se préparer aux véritables catastrophes (notamment à celles que l'on n'a jamais connues), mais que l'on ne porte pas assez d'intérêt ni d'investissements à se préparer aux scénarios plus banals et communs, que représentent les risques de tous les jours : les virus saisonniers de la grippe, des gastroentétites, des arborviroses (dengue, chikungunya), nos addictions au tabac, à l'alcool, aux matières grasses, sucrées et salées, à notre sédentarité... Peut-être parce que cela semble moins fun à beaucoup de nos élus et de leurs électeurs ? Peut-être aussi, parce que nous ne savons pas bien porter les messages associés à la "normalité", préférant de beaucoup les grandes peurs, les catastrophes improbables, les pestes noires...

 

Source: Les Carnets de l'Université Paris Descartes

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Pandémies à gogo
commenter cet article

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA