Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 20:38

Jdm-logo.jpg

Voici ce qu'a publié le Journal du Médecin le 19 octobre 2012 au sujet d'Initiative Citoyenne notamment... un contenu qui a beaucoup fait rire Initiative Citoyenne ainsi que plusieurs médecins sympathisants à qui ce genre de contenu surréaliste n'a pas échappé...

 

Voici le droit de réponse qui a été envoyé ce 25 octobre au JdM par Initiative Citoyenne.

 

Et voici ci-dessous, quelques propos additionnels qui complètent fort bien notre droit de réponse mais que nous n'avons pas inclus dans le texte lui-même, de façon à ne pas dépasser les 1000 caractères, une des exigences mentionnées dans la loi du 23 juin 1961 sur le droit de réponse:

 

Le Journal du Médecin et le lobby du vaccin s’accrochent à un combat d’arrière-garde qui nous semble anti-démocratique et qui consiste à faire croire à tort à la fausse unanimité médicale derrière la vaccination, tout en évitant la possibilité d’un débat équilibré qui aborderait les questions qui fâchent.  Initiative Citoyenne avait d’ailleurs à ce propos envoyé par mail plusieurs questions pertinentes à des prétendus experts infectiologues et microbiologistes comme le Dr Kinda Schepers et le Pr Youri Glupzynski (cfr notre site), mais ceux-ci n’ont hélas jamais été capables de répondre. Ces questions portaient notamment sur la sous-notification avérée et officiellement admise des effets secondaires graves de vaccins (seuls 1 à 10% étant comptabilisés selon la Revue du Praticien de Novembre 2011), et sur tous les passe-droits dont bénéficient les vaccins en termes d’évaluation (pas d’évaluation contre vrai placebo ni d’analyse pharmacocinétique, aucune étude à long terme pas plus qu’une évaluation des potentiels cancérogène, mutagène et tératogène). Avant de traiter les gens d’illuminés, les gens du JdM devraint d'abord tâcher de démontrer, dans ces conditions, toute la scientificité des personnes qu'ils considèrent comme expertes !

 

Notre droit de réponse, tel que publié dans le JDM du 31 octobre 2012:

 

Droit de réponse IC, JDM 31 oct. 2012 

Partager cet article

Repost0
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 18:30

Le 17 septembre dernier, le journal belge La Meuse (édition Basse Meuse) diffusait un publi-reportage de Pfizer pour son vaccin Prevenar 13. Il s'agissait donc bien d'une publicité mais déguisée et présentée comme un article classique. L'article mettait en scène le Pr Van Laethem et incitait, en dramatisant la maladie au maximum, à vacciner aussi les adultes contre les pneumocoques avec le vaccin Prevenar 13. Le tout bien entendu sans un seul mot sur les risques graves possibles du vaccin, sur le fait qu'il contient de l'aluminium ou encore sur l'échec retentissant de la précédente version du Prevenar, remplacée en catimini par cette nouvelle version pour garantir au fabricant le maintien de ses profits avec ce genre de vaccin contre-productif.

 

Le jour même, Initiative Citoyenne adressait une plainte détaillée et argumentée au Jury d'Ethique Publicitaire concernant ce publi-reportage. Voir notre plainte: ICI

 

Le 25 septembre dernier, le Jury d'Ethique Publicitaire nous faisait parvenir sa décision (ICI).

 

Celle-ci considère que ce public-reportage est contraire à la loi du 25 mars 1964 sur les médicaments car celle-ci interdit les publicités de médicaments  sur ordonnance. Normalement, elle fait une exception pour les campagnes de vaccination qui comme par hasard, elles, peuvent être diffusées mais il semble que ces campagnes ne soient permises qu'après aval des autorités publiques.(ce qui renvoie à notre article sur la stratégie des pouvoirs publics voulant le monopole de la pub sur les vaccins)

 

Le Jury d'Ethique Publicitaire a donc demandé à Pfizer de ne plus reproduire ce genre de publicité.

 

Il semble tout de même pertinent de rappeler que ce n'est pas la première fois que Pfizer diffuse une publicité problématique.

 

Il y a quelques mois déjà, Initiative Citoyenne avait adressé une plainte contre Pfizer et sa publicité trompeuse et dramatisante pour son vaccin Meningitec, auprès du Jury de Déontologie publicitaire français. Celui-ci nous avait alors renvoyés à l'Agence française des Médicaments qui nous avait in fine donné raison.

 

Mais en attendant, cette publicité dangereuse a été diffusée et pour Pfizer, c'est surtout ça qui compte. C'était donc au média impliqué (La Meuse, Groupe Sudpresse) à jouer son rôle de contrôle préalable de la légalité d'une telle publicité AVANT de la diffuser dans ses pages!

 

Cela démontre une fois encore que l'industrie n'hésite jamais à violer les lois si on ne lui met aucune balise. Comme beaucoup de médias et la totalité de la classe politique ne se sont jamais montrés aptes à le faire jusqu'ici, cet Xième exemple suffit donc à démontrer l'utilité et la nécessité de collectifs de vigilance comme le nôtre.

 

Partager cet article

Repost0
5 septembre 2012 3 05 /09 /septembre /2012 13:55

remi-gueret--1-.JPG

Les enfants de Stéphanie et Rémi Guéret, dans l'Isère, sont ces enfants qui sont scandaleusement privés d'école depuis un an déjà sous de fallacieux prétextes vaccinaux, au mépris des lois et des règlementations en vigueur.

 

Face à la mauvaise foi écrasante de la part des autorités administratives puisque les enfants disposent pour l'un d'un certificat médical de contre-indication (l'ancien vaccin DTP sans aluminium ayant été retiré du marché et l'actuelle version n'ayant pas d'autorisation de mise sur le marché pour les enfants de moins de 6 ans) et pour l'autre, d'une vaccination déjà réalisée pour le second, les parents Guéret font preuve d'un courage et d'une détermination qui sont à saluer. Sans parler du fait qu'ils avaient également été honteusement dénoncés au juge des enfants pour "maltraitance"!

 

Peu d'élus ont osé défendre et soutenir ces parents, ce qui ne nous étonnera guère au vu de l'inertie et de la déresponsabilisation parlementaires affligeantes que nous avions déjà pu constater à l'occasion de la grippe A/H1N1. Un élu toutefois, Mr François Brottes, le député-maire de Crolles dans l'Isère, a toutefois rédigé un fort bon courrier sur le cas des Guéret au Ministre de l'Education, en lui demandant que les enfants Guéret, qui répondent bien aux exigences de la règlementation, puissent faire leur rentrée scolaire comme les autres cette année.

 

Initiative Citoyenne qui suit l'évolution de ce dossier avec attention a jugé bon d'écrire un courrier recommandé à la Directrice d'Ecole des enfants ainsi qu'à sa supérieure hiérarchique (la directrice d'Académie de l'Isère).

 

Lire ce courrier recommandé d'IC du 30 août 2012 à ces deux Directrices: ICI 

 

Recepisse-Allevard-1-copie-1.jpg

Recepisse-Allevard-2-copie-1.jpg

 

Et voici à présent un "bel" exemple d'arrogance administrative, des gens qui croient savoir mais n'ont plus que probablement jamais rien lu, tant sur l'efficacité supposée que sur les risques et les composants de ces vaccins contre le tétanos:

 

Monique-Hilaire.JPG

 

« N’étant pas vaccinés contre le tétanos, l’école, que ce soit la maternelle ou la primaire, ont des sorties, des sorties ski, ont des sorties à la ferme, au cirque, on ne peut pas prendre le risque de les accepter en collectivités. Pour nous, sachant qu’ils ne sont pas vaccinés contre le tétanos, ça serait de la non assistance à personne en danger. » Monique Hilaire, 2° Adjointe au Maire d’Allevard dans le documentaire « Vaccins, le virus du doute ».

 

Il sera alors bénéfique à Mme Hilaire de lire le contenu de notre lettre (cfr ci-dessus), de façon à ce qu'elle puisse se rendre compte qu'injecter des substances dont la toxicité est CONNUE peut  alors relever tout autant de la non assistance à personne en danger et ce, même si cette injection de substances toxiques est préconisée par d'éloquents experts!

 

Enfin, pour la lanterne de Mme Hilaire, il est bon aussi de rappeler des données scientifiques qu'elle ignore plus que probablement, à savoir que même vaccinés, des gens et des enfants peuvent encore contracter le tétanos, comme rappelé dans une lettre du Dr Vinson au British Medical Journal en 2000 qui titrait justement "La vaccination n'exclut pas le (diagnostic) de tétanos."

 

Le Dr Kris Gaublomme qui étudie les effets de la vaccination depuis plusieurs décennies et qui en connaît sûrement plus sur le sujet que Mme Hilaire, conclut, au terme d'une revue détaillée de la littérature sur le tétanos et sa vaccination riche en aluminium neurotoxique que:

 

« La littérature quantitativement impressionnante sur les effets secondaires du vaccin anti-tétanique et la gravité de ses complications font qu'il est absolument impossible de les ridiculiser en les faisant passer comme rares et bénignes. Agir ainsi ne pourrait que démontrer une profonde ignorance de la littérature scientifique à ce sujet. Cunningham, Brindle et d'autres insistent sur l'importance de disposer d'adrénaline injectable rapidement disponible, admettant ainsi que la vaccination est un acte médical pouvant mettre la vie en danger. Ceci parle déjà de lui-même. Risquer sa vie avec une intervention médicale probablement inefficace dans le but d'éviter une maladie qui ne surviendra probablement jamais n'est pas une pratique médicale censée. Tout ce qu'il faut, à l'échelle mondiale afin d'éviter la majorité des cas de tétanos, ce sont des ciseaux propres pour couper le cordon ombilical des nouveaux-nés. L'information, du savon et du peroxyde d'hydrogène pourraient faire un bien meilleur travail que le vaccin anti-tétanique.».

 

rene-bickel-bon-sens.jpg                                Merci à René Bickel pour ses dessins plein de bon sens! www.bickel.fr

 

Et voir aussi ICI ce reportage du 7/09 sur France 3 sur cette affaire. 

Partager cet article

Repost0
28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 11:11

Un comble: alors que l'ONE exige le vaccin pentavalent comme "combinaison vaccinale minimale" pour l'entrée en crèches, il s'avère que ce vaccin n'est ni remboursé, ni disponible dans la plupart des pharmacies du pays qui n'en ont même, pour la plupart jamais entendu parler selon notre petite enquête à Bruxelles et en Wallonie. Etrange quand on sait que les deux types de vaccins pentavalent (Pentavac de Sanofi Pasteur MSD et Infanrix Quinta de GSK) sont pourtant de stock dans l'immense majorité des pharmacies françaises!

 

Il est intéressant en tout cas de savoir que le vaccin Infanrix Quinta que tant de pharmaciens semblent méconnaître figurait pourtant dans les compendium des officines et des médecins jusqu'au début des années 2000 mais pas au-delà. Comme par hasard, le vaccin hexavalent de GSK a été mis sur le marché en 2004.

 

Alors, a-t-on "organisé" cette pénurie chez nous pour promouvoir l'usage massif du vaccin hexavalent encore plus combiné (et qui contient donc la valence anti-hépatite B non obligatoire), dans le but de favoriser le juteux business de GSK qui détient le monopole mondial des vaccins hexavalents et dont l'ex PDG lui-même avoue en vidéo l'aubaine commerciale qu'il représente?

 

Voir ici...

  

 

N'est-ce donc pas là aussi, par le truchement de remboursements sélectifs stratégiques de certains vaccins et pas d'autres, le moyen de forcer la main aux parents et d'imposer ainsi en douce une forme d'obligation vaccinale cachée?

 

 

Découvrez donc ICI notre communiqué de presse de ce jour à ce sujet.

 

Et ICI, notre courrier recommandé du 27 août 2012 aux Ministres Laanan & Onkelinx.  

 

 

Recepisse recommandé FL 27 août 2012

Recepisse recommandé LO 27 août 2012

Accusé réception FL 28 août 2012

Accusé réception L0 28 août 2012

Partager cet article

Repost0
19 mai 2012 6 19 /05 /mai /2012 23:59

Découvrez les propositions concrètes d'Initiative Citoyenne et relayez-les auprès de vos médias, de vos élus et à vos contacts pour atteindre ces nouveaux objectifs très nécessaires!

 

+ de SECURITE, + d'INFORMATION, + de LIBERTE en matière de vaccination:

QUI peut dire NON à cela?

Partager cet article

Repost0
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 00:22

La lettre du médecin n°948 du 12 mars dernier croyait bon, par la voix de son rédacteur en chef, le Dr Maurice Einhorn, de taxer Initiative Citoyenne d'obscurantisme en indiquant ceci:

 

L’offensive anti-vaccinale la plus obscurantiste s’étend

 

polio.jpg

«Vous doutez encore de l'incidence des vaccins sur votre santé ? Écoutez dans ce cas l'émission de Jean-Pierre Joseph, avocat, interviewé sur Radio Médecine Douce,  dénonçant haut et fort les conséquences des vaccins depuis plus de 50 ans», lit-on en introduction sur Principes de santé (Le Journal de la médecine douce). Chez nous aussi Initiative Citoyenne, du côté francophone, mais surtout le très actif groupe Belfort, en Flandre, ne se lassent pas des critiques les plus dures. On ne peut se défaire de l’impression d’une extension du phénomène, surtout à mesure que l’on oublie les maladies elles-mêmes qui justifient les vaccinations. M.E.

 

Dans son courrier du 21 mars dernier, notre avocat, Me Philippe Vanlangendonck, a fait parvenir à la Lettre du Médecin notre réponse à publier, conformément à la législation en vigueur en matière de droit de réponse. Une réponse qui fut donc publiée dans la lettre du Médecin n° 956  de ce 22 mars 2012 de la façon suivante:

 

« Droit de réponse d’Initiative Citoyenne

 

‘Initiative citoyenne’, estimant avoir été injustement mise en cause dans l’eJdM-Lettre du Médecin du 12 mars et être victime de propos inexacts ou diffamatoires, nous adresse le droit de réponse suivant: 

 
Initiative Citoyenne n'est pas anti-vaccins mais en faveur de la liberté vaccinale. Si Initiative Citoyenne est obscurantiste, devrait-on alors en conclure de même des 58% de médecins pédiatres et généralistes français qui se posent des questions sur l'utilité des vaccins faits aux enfants et des 31% qui s'interrogent sur leur sécurité, tel que révélé par une enquête de l'INPES de 2005 (réalisée auprès d'un échantillon représentatif de 400 pédiatres et généralistes) aux résultats étrangement non publiés?

source: BVA. Étude sur les vaccins pédiatriques auprès des médecins généralistes et des pédiatres. 
2005 : p. 31 – non publiée (cfr p. 14 & 37 du curseur pdf): http://ddata.over-blog.com/3/27/09/71/INPES--guide-pratique-pour-le-medecin.pdf

Dont acte.»

 

 

Un droit de réponse d'autant plus "savoureux" qu'il aura offert une chance inédite aux centaines si pas aux milliers de médecins abonnés à cette newsletter d'exercer leur esprit critique par rapport aux affirmations gratuites que l'intelligentsia leur rabâche sans cesse en la matière mais aussi et surtout de se sentir décomplexés à l'idée que les médecins qui partagent leurs doutes sur l'efficacité et l'innocuité vaccinale sont beaucoup plus nombreux qu'ils le pensaient...

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 23:11

Nous vous signalions mi-novembre dernier, avoir déposé une plainte transfrontalière au sujet de la publicité trompeuse de Pfizer pour son vaccin Meningitec (contre la méningite à méningocoques).

 

Suite à cela, pour rappel, notre plainte avait été transmise début décembre par le Jury de Déontologie publicitaire à l'Agence de Sécurité Sanitaire française (Afssaps).

 

Nous avons reçu ce lundi par la poste une réponse du Dr Marie-Laurence Gourlay du Département d'Evaluation de la  Publicité de l'Afssaps (datée du 20 février dernier).

 

Celle-ci nous signale avoir écrit à Pfizer en date du 18 janvier dernier, suite à quoi elle a reçu une réponse de Pfizer lui annonçant "avoir pris actes de ses remarques" et décidé de cesser la diffusion de cette campagne."

 

Après vérification par nos soins, il apparaît que cette vidéo publicitaire de l'Agence Fantom en faveur du vaccin Meningitec de Pfizer, a bel et bien été supprimée et ce, grâce à l'action et à la vigilance du collectif Initiative Citoyenne.

 

Ainsi, même si cette campagne ne sera restée que trop longtemps visible, avec un possible effet négatif sur la santé des téléspectateurs, il s'agit néanmoins d'une nouvelle victoire, après celle de la salutaire décision rendue par le JEP, le 9 novembre dernier. Cette démarche démontre donc que la détermination citoyenne peut parfois venir à bout des conflits d'intérêts les plus décourageants.

 

C'est un message d'espoir dans cet écheveau d'instances officielles souvent financées ou liées aux industries concernées. Un appel en somme à ce que le citoyen reprenne ses droits!

Partager cet article

Repost0
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 11:18

Le 9 février dernier, l'ONE publiait un nouveau mensonge sur son site internet, affirmant ainsi que "jamais les vaccins n'entraînent les complications de la maladie contre laquelle ils protègent.", ce qui bien sûr est totalement faux au regard de la littérature scientifique mondiale.

 

Suite à cet Xième mensonge grave de l'ONE au sujet des vaccins, Initiative Citoyenne a décidé d'envoyer hier un recommandé à la Ministre de la Santé Fadila Laanan.

 

Ce courrier souligne notamment le caractère inacceptable d'exigences vaccinales défendues et promues par des gens de l'ONE qui connaissent visiblement si mal ces produits. Alors, étant donné que nous démontrons à la Ministre, preuves à l'appui, ce nouveau mensonge de l'ONE, il est légitime de demander cette fois la démission de la direction médicale de l'Office, bien évidemment responsable d'une telle désinformation du public.

 

Et si ça n'est pas le cas, ça justifie au minimum la levée immédiate de toutes ces obligations de vaccins dont les véritables effets possibles sont si peu connus de ces instances!

 

 

Voir aussi, à ce sujet, notre communiqué de presse de ce 23/02/2012.

 

 

 

 

Recepisse-recommande-Laanan-22-fev-2012.JPG

 

 

  accuse-de-reception-Laanan--1-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 21:56
Dans la revue Education Santé N°274 de janvier 2012, une publication qui dépend de la Communauté Française et défend donc sa communication communiste en faveur des vaccins, il est prétendu que le Jury d'Ethique Publicitaire voudrait "censurer" les autorités ... ou l'art de tout inverser!!

Le dénigrement du Jury d'Ethique Publicitaire se poursuit de plus belle afin de mettre sur pied une vraie fausse instance indépendante en matière de régulation publicitaire, qui pourrait par exemple mieux débouter des plaintes comme celle d'Initiative Citoyenne, confirmant ainsi que la plupart des instances prétendument publiques servent surtout à placer les officiels au-dessus des lois et à les rendre intouchables (on l'a bien vu avec nos différentes actions en justice en matière de H1N1!)
 
Mais lisez plutôt leur absence d'arguments pour justifier le SILENCE COMPLET sur les risques des vaccins, c'est ... à pleurer!! Nous demandions seulement, conformément à la loi de 2002 sur les droits du patient, la mention des risques graves possibles des vaccins et pas seulement la seule mise en avant des "bénéfices supposés" or on voit ici que, de façon vicieuse, on retourne les choses pour faire croire qu'Initiative Citoyenne demandait de ne pas tenir compte du rapport bénéfices/risques alors que c'était précisément NOTRE demande initiale et LEUR carence récurrente!!! Quelle manipulation éhontée qui n'honore décidément pas cette revue:

"Le rôle du Jury d’éthique publicitaire dans cette affaire est plus contestable. En effet, décider qu’il aurait fallu mettre en garde contre les risques de la vaccination sans mettre en avant la balance (objectivement favorable) entre les avantages et les inconvénients n’est pas très sérieux. Imagine-t-on une seconde telle marque de voiture être forcée de rappeler dans ses pubs que l’automobile fait beaucoup plus de victimes que les effets secondaires des vaccins, ou le leader du marché des chocos à tartiner matinaux contraint de souligner qu’ils contribuent à creuser la tombe de leurs consommateurs petits ou grands avec leurs dents ? Plus fort, c’est le même JEP qui, en mars 2009, ‘déboutait’ un plaignant à propos de la première diffusion de la campagne de sensibilisation sur la dysfonction érectile (voir mon éditorial de novembre), qui n’est en fait qu’une publicité à peine masquée pour un médicament sur prescription, donc interdit de médias destinés au grand public. Tout cela n’est guère sérieux, et apporte de l’eau au moulin de ceux qui, comme nous, plaident en faveur d’un contrôle réel des dérives publicitaires par un organe public, et non par l’émanation des parties prenantes du business renforcées de quelques représentants de la ‘société civile’ pour faire joli…

Christian De Bock"
 
 
 
Mr De Bock confirme ainsi totalement le registre des affirmations gratuites dans lequel s'enfoncent chaque jour un peu plus les autorités en matière de vaccination. Ainsi, il affirme, que  la balance entre avantages et inconvénients est "objectivement favorable" mais sans en apporter aucune preuve scientifique convaincante, ne se  rendant ainsi même pas compte que la sous-notification notoire des effets secondaires vaccinaux enlève toute scientificité à son discours! Et cela ne sera guère dur à prouver, hélas, étant donné la façon dont l'Agence française de Sécurité sanitaire représentait elle-même cette situation en 2007 dans un document ayant trait à la pharmacovigilance des vaccins:
 
AFSSAPS sous notification
 
Sans surprise, Mr De Bock adopte, par une sorte de mimétisme corporatiste, l'attitude de ses collègues, également membres du comité rédactionnel d'Education à la Santé, dont  les Drs Patrick Tréfois (Editeur Responsable de la revue Vax Info, entièrement financée par GSK) ou Karin Rondia, elle aussi décidément bien en peine de fournir la moindre preuve de ce qu'elle a pourtant juré au public, la main sur le coeur!
 


 
 

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 11:07

Karin-Rondia.jpg

Le 19 janvier dernier, le Dr Karin Rondia, également journaliste scientifique, était interviewée au micro de Serge Otthiers sur RTBF La Première dans le cadre d'une émission Mode d'Emploi, consacrée à la vaccination des enfants.

 

Faut-il oui ou non les faire vacciner? Telle était la question posée au Dr Rondia.

 

En seulement 5 minutes, Karin Rondia a pu dire pas mal de choses avec force assurance. Mais quelles sont les bases scientifiques & rationnelles de ses affirmations?

 

C'est ce qu'Initiative Citoyenne a voulu savoir en lui adressant une liste de 10 questions, conscients qu'elle ne pouvait pas forcément donner le détail de ses références en seulement 5 minutes de temps d'antenne.

 

Par conséquent, nous espérons vraiment obtenir ses réponses et ceci dans le but de ne pas tomber ni entretenir ce "dialogue de sourd" qu'elle évoquait justement à l'antenne.  

 

 

 

Réponse de Karin Rondia (26/01/2012):

"Mesdames,
Se faire d'emblée taxer de "stupidité criminelle" avant même d'avoir ouvert la bouche pour vous répondre en dit long sur votre volonté d'entamer un "dialogue". 

Je n'entrerai donc pas dans ce petit jeu polémique.
Bien à vous
Karin Rondia

 

Réaction d'Initiative Citoyenne: Très étonnées par une telle réponse -car nous n'avions jamais taxé Mme Rondia de "stupidité criminelle", nos mails et nos écrits en attestent-, nous nous sommes alors aperçu qu'une des personnes, professionnel de santé de son état, à qui Initiative Citoyenne avait communiqué cette lettre de questions (mais ne faisant pas partie d'IC) avait malencontreusement fait part de sa réaction excédée, y compris à Karin Rondia en qualifiant son discours, nous citons, de "lamentable de crédulité" et,"d'une stupidité criminelle", soulignant qu'il pensait qu'elle ne nous répondrait pas.

 

Nous tenons tout d'abord à rappeler que, si c'était vraiment ce que nous pensions de Mme Rondia et que nous cautionnions le moins du monde pareils propos, nous n'aurions alors jamais pris la peine de lui écrire! Nous condamnons ces propos disproportionnés et sans doute prononcés sous le coup de l'exaspération et de la colère par rapport à un certain angélisme et une certaine loi du silence en la matière. Nous n'avons pas tenu ces propos et nous n'avons donc par conséquent pas à en assumer la responsabilité.

 

Voici donc ICI ce que nous avons répondu à Mme Rondia qui a visiblement sauté sur ce prétexte pour ne surtout pas avoir à répondre à des questions embarassantes mais ô combien légitimes.

 

Partager cet article

Repost0

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA