Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 22:46
"La Pandémie du Nouveau Monde, l'Eveil des Consciences Citoyennes"
 (nouveau teaser):
 
 
Dossier presse de ce documentaire: ICI 
  

Pour pouvoir concrétiser leur projet (auquel Initiative Citoyenne a d’ailleurs participé), les réalisateurs de ce documentaire ont pu récolter les fonds dont ils avaient besoin grâce à un appel à souscription (sur Ulule). Ce documentaire sortira en DVD en décembre 2012. (23 euros port inclus pour commander ce DVD en cliquant sur "souscription DVD" ICI)

 

Ayant eu l'idée de faire un second volet de 1H30 à ce documentaire qui sera présent sous forme d'un "bonus DVD" (intitulé "l'enquête citoyenne"), ils sollicitent encore l'aide et la générosité du public pour les frais de montage, mixage et étalonnage.

 

Vous pouvez retrouver l'équipe des réalisateurs sur leur nouveau site internet (http://pandemie-nouveaumonde.fr/) ou via leur page Facebook.

Et puis bien sûr, n'hésitez pas à relayer cette actualité à vos contacts, merci!

 

Une interview de la réalisatrice, Nazzarèna: 

 

 Voir aussi l'interview de Nazzarena dans Paris Match ICI
   
Partager cet article
Repost0
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 20:25

Six Académies ont cru bon de se liguer contre le courageux Pr Séralini, exactement comme 100 Prix Nobel ont cru bon de se liguer contre le Pr Montagnier aux propos plus que dérangeants sur les vaccins...

 

Les méthodes de dénigrement et d'ostracisme sont les mêmes, qu'il s'agisse d'OGM ou de vaccins... souvenons-nous du Pr Marc Tardieu, neuropédiatre, qui fut littéralement interdit de conférence de presse parce qu'il avait mis en évidence un très dérangeant risque significativement accru de sclérose en plaques dans les 3 ans qui suivent une vaccination anti-hépatite B (par Engerix B, vaccin transgénique) chez les enfants.

 

- on attaque l'homme ou la revue, en tout cas l'aspect formel, pour FAIRE DIVERSION SUR LE FOND. On prétend que la méthodologie est mauvaise ou trop faible mais sans s'attarder sur la méthodologie anti-scientifique des études officielles qu'on doit prendre pour parole d'évangile.

 

- on espère que "l'effet de masse" (6 Académies, 100 Prix Nobel) fera croire au public que "la majorité a forcément raison".

 

- on fait croire à un faux péril si on remet le dogme en question.

 

- on a l'obsession de rassurer à tout prix, rassurer pour garantir la pérennité des marchés. Avec les vaccins aussi, c'est constamment la priorité n°1 (bien loin devant la prétendue volonté de rendre les vaccins plus sûrs!). Voici d'ailleurs quels étaient les propos du Dr Benoît Soubeyrand, directeur médical d'Aventis Pasteur, dans la revue Médecine & Maladies infectieuses en juin 2003:

 

" Chaque nouvelle polémique instaure une perte de confiance du public [...] qui peut rendre des programmes de vaccination difficiles à conduire et mettre en jeu la santé des populations. La communauté médicale a un rôle-clé à jouer pour minimiser ces risques, en améliorant la qualité de sa communication sur la tolérance et la valeur des vaccins."

 

Voyez aussi cet article fort intéressant sur ce front commun des Académies contre Séralini:

 

OGM : Séralini mis à mal par 6 Académies... qui se prononcent très peu sur l'étude !

 

21/10/2012. Fédération Inter-Environnement Wallonie (IEW)

 

L’avis de 6 Académies -  Académies nationales d’Agriculture, de Médecine, de Pharmacie, des Sciences, des Technologies, et Vétérinaire -  sur la publication récente de G.E. Séralini et al. relative à la toxicité d’un OGM vient d’être mis en ligne. Relativement léger sur les questions purement scientifiques (ils se contentent des mêmes critiques que l’EFSA par exemple), cet avis se distingue par contre par sa critique sévère relative à la médiatisation de l’étude : il condamne la revue qui a publié l’article (Food and Chemical Toxicology, classée comme étant de « notoriété excellente » par le système Noria de l’INRA) et en appel à la création auprès du Président du Conseil supérieur de l’audiovisuel d’un « Haut comité de la science et de la technologie ». Rien que ça... 

 

ACADEMIES.jpg

Extraits des conclusions et recommandations des 6 académies

 

Il apparaît ainsi, au vu des arguments évoqués plus haut, que (...) deux responsabilités apparaissent clairement. D’une part celle de la revue qui, nous l’avons dit, n’aurait jamais dû accepter cet article, ce qui est grave car l’expertise de l’article par les revues tient lieu d’évaluation initiale par les pairs. La seconde responsabilité est celle de G.E. Séralini d’avoir orchestré à l’avance une sur- médiatisation à partir de résultats contestables n’apportant aucun commencement de preuve.

 

Il reste vrai, même après ces critiques, qu’il est sans doute opportun de se poser la question des protocoles expérimentaux qui devraient être utilisés pour détecter un pouvoir cancérogène éventuel des produits alimentaires. Trois mois (durée le plus souvent utilisée) sont-ils suffisants ou non ? La question peut être en particulier posée pour les pesticides ou les herbicides. Le problème n’est pas simple car l’échelle des temps, en particulier la durée de vie, n’est pas la même chez le Rat et chez l’Homme. Mais ce n’est pas la publication de cet article qui doit inciter à cette réflexion car il ne contient aucun élément probant. Il serait particulièrement dangereux d’évoquer une nécessité éventuelle d’expériences à long terme à l’occasion de cet article car l’impression serait donnée que les résultats présentés par G.E. Séralini ont une valeur suffisante pour justifier une inquiétude du public, avec tous les dégâts que cela peut avoir en France et dans le monde. 

 

Sur le plan sanitaire, il faut dans un premier temps rassurer la population et confirmer les communiqués déjà donnés sur la faible qualité de l’article. Les questions soulevées méritent d’être étudiées par des chercheurs reconnus, non suspectés de conflits d’intérêt, avec un financement sous contrôle public. La médiatisation de l’article de G.E. Séralini et son impact sur l’opinion (...) ont ainsi contribué à alimenter des peurs totalement irrationnelles dans la mesure où les résultats présentés n’ont aucune validité scientifique.

 

Pour limiter de telles dérives, les six Académies recommandent la création auprès du Président du Conseil supérieur de l’audiovisuel d’un « Haut comité de la science et de la technologie ». La mission de ce Haut comité serait d’attirer l’attention du Président du CSA sur la médiatisation de travaux scientifiques remettant en cause des savoirs partagés par la très grande majorité de la communauté scientifique internationale sans que les responsables de chaînes de télévision ou de radios se soient auparavant assurés de leur validité, alors que la diffusion de ce qui pourrait s’avérer par la suite comme « une fausse nouvelle » aura profondément et indûment influencé les Français, parfois de manière irréversible.

 

Rassurer la population, une priorité !

 

A la lecture de ces conclusions, on ne peut qu’être inquiet sur le fait que ce qui semble ici déterminant, c’est de rassurer la population. Plusieurs associations qui luttent contre la culture et la commercialisation des OGM pensent que l’EFSA aussi se concentre essentiellement sur cet aspect des choses. « Alors que l’EFSA vient de réagir dans un délai ridiculement court à la dernière étude de G.-E. Séralini, en prétendant qu’elle n’avait aucune portée, cette agence ferait mieux de faire son travail sérieusement et de s’assurer que les dossiers de demande d’autorisation d’OGM sont réalisés avec la meilleure rigueur scientifique possible », juge François Veillerette, porte-parole de Générations Futures. « L’EFSA n’est manifestement qu’une des instances qui fonctionnent comme des chambres d’enregistrement destinées à rassurer le public, au sujet des OGM, mais non à en assurer la sécurité », conclut un rapport (Expertise des OGM, l’évaluation tourne le dos à la science ) d’Inf’Ogm, une veille citoyenne d’information sur les OGM.

 

Evidemment, si la population commence à se poser des questions sur ce qu’elle mange, il y a fort à parier que certaines industries vont rencontrer quelques problèmes...

 

Que sont ces « Académies » qui critiquent Séralini

 

Un article, paru sur le blog « De l’intérêt du conflit » du journal français Rue89 et signé Benjamin Sourice, tente de répondre à cette intéressante question.

 

Pour ce faire, il interroge entre autres Jean-François Bach, secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences. Celui-ci « avoue » qu’ils se sont concentrés dans leur avis sur ce qui est au centre de l’intérêt médiatique de l’étude (les tumeurs) mais non sur l’entièreté de l’étude et que c’est après « avoir été sollicités par des académies étrangères dont les pays ont été impactés par la publication de l’étude » que les membres ont décidé de monter un groupe ad hoc à la composition tenue secrète pour rendre cet avis ponctuel. Mais pourquoi donc ce secret ? Risque de conflits d’intérêts ? « Il est très difficile de garantir une absence totale de conflits d’intérêts, je ne connais pas le CV de chaque personne. D’ailleurs, un spécialiste qui n’aurait jamais eu de lien avec l’industrie au long de sa carrière, ce serait inquiétant. Il ne faudrait pas éliminer des compétences pour ce motif » avance, « prudemment » JF Bach.

 

Ces messieurs de l’Académie auraient pu faire preuve d’un peu plus de courage aux vues des entailles portées à la réputation de Gilles-Eric Séralini, accusé d’« orchestrer sa notoriété » pour « répandre des peurs » auprès du « grand public »... remarque (avec justesse) Benjamin Sourice.

 

Mais que sont ces Académies, et qui sont ces académiciens ?

 

Lire la suite sur le Blog de Rue89.

 

Deux nouveaux avis sont attendus ce lundi 22 octobre : celui de l'agence de sécurité sanitaire française (Anses) et celui du Haut conseil des biotechnologies.

 

L’intégralité de l’avis des 6 Académies

 

En prenant conscience des analogies entre les différents mécanismes scandales sociétaux, on devient un citoyen actif, capable d’agir et pleinement conscient de l’urgence qu’il y a à faire quelque chose, aussi petite que soit « cette pierre à apporter » à l’humanité….

 

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2012 4 20 /09 /septembre /2012 15:32

Première mondiale : des tests in vivo menés sur des rats nourris aux OGM mettent en évidence de graves effets toxiques.

 

PasseportSante.

 

OGM-toxiques.jpg

Première mondiale : des tests in vivo menés pour la première fois pendant 2 ans sur des rats nourris par un OGM et son herbicide associé , le Roundup, l’herbicide le plus vendu au monde,  mettent en évidence ses effets toxiques graves.

 

Un maïs OGM tolérant au Roundup (le NK603) a été testé sur des rats pendant 2 ans. Il s’agit de l’étude la plus détaillée jamais menée sur des rats nourris pendant 2 ans avec un maïs OGM qui est  tolérant au Roundup c'est-à-dire capable de s’en gorger sans en mourir. La revue scientifique « Food and Chemical Toxicology » vient de publier aujourd’hui les résultats de cette étude réalisée par le Pr Gilles-Eric Séralini.

Les résultats publiés mettent en avant l’importance de réaliser des tests de longue durée avant mise sur le marché des OGM de ce type alors que les tests actuels réalisés par les industriels ne durent que 3 mois…

 

Voici l’interview que nous avons réalisée pour vous du Dr Joël Spiroux,  directeur adjoint de l’étude réalisée par l’équipe scientifique du Pr Seralini :

 

Joel-Spiroux.jpg

Docteur Joël Spiroux, vous venez de publier une étude scientifique avec le Pr Gilles-Eric Séralini qui est alarmante car elle met en évidence des effets toxiques graves d’un OGM et de son herbicide associé sur la santé. C’est une première mondiale.  

 

J’ai le grand plaisir de travailler depuis prés de 15 ans avec mon ami Gilles-Eric Séralini. J’ai un profil particulier car je suis médecin libéral, et directeur adjoint de l’étude dont nous parlons. Cette étude est effectivement une première mondiale car personne au monde n’a réalisé une étude aussi longue et aussi complète pour tester un OGM et son herbicide associé.

 

Pouvez-vous nous expliquer en préambule ce qu’est  un OGM ?

 

Un OGM est un organisme vivant (micro-organisme, végétal, animal) ayant subi une modification non naturelle de ses caractéristiques génétiques initiales, par ajout, suppression ou remplacement d’au moins un gène. On appelle donc OGM tout organisme hébergeant un ou plusieurs gènes provenant d’une espèce à laquelle il n’appartient pas. Les « gènes étrangers » sont alors appelés transgènes, l’OGM un organisme transgénique. Il existe à l’heure actuelle des maïs possédant jusqu’à 8 transgènes.

 

Pourquoi cette étude ?

 

Il nous a paru indispensable de tester un OGM alimentaire tolérant au Roundup alors même que les industriels fournissent des études biologiques pour obtenir un accord de mise sur le marché de leurs produits par les différents  gouvernements. En effet nous considérons que les études fournies par les industriels sont superficielles et ne permettent pas de mettre en évidence des signes de toxicité. Par exemple les études les plus longues pour un OGM alimentaire ne dure que trois mois sur des rats et que les pesticides formulés ne sont pas testés au long terme. Par ailleurs cela fait plus de 10 ans que dans le  laboratoire de Gilles Eric Séralini sont publiées des études mettant en évidence les effets toxique « in vitro » de certains pesticides et en particulier le Roundup. J’ai même été coauteur de plusieurs publications mettant en évidence des signes de toxicité hépatiques et rénales dans des études de Monsanto et qui ont néanmoins été acceptés à la commercialisation par les agences réglementaires.

 

Où fut elle réalisée et par qui ?

 

seralini.jpg

Elle fut réalisée par l’équipe du Pr Gilles-Eric Séralini du laboratoire de biologie moléculaire de l’université de Caen avec la participation de quelques prestataires extérieurs et  le soutien du CRIIGEN.

 

Dans quelle revue scientifique votre étude  a-t-elle été publiée ?

 

Notre étude est publiée dans une des meilleures revues scientifiques internationales de toxicologie alimentaire et sera en ligne à partir du 19/09/12. Son titre:

”Long term toxicity of a Roundup herbicide and a Roundup-tolerant genetically modified maize”. Food and Chemical Toxicology, Séralini G.E. et al. 2012

 

Quel fut son protocole ?

 

C’est l’étude la plus détaillée jamais menée sur des rats nourris pendant 2 ans avec un maïs OGM, le NK603 qui est  tolérant au Roundup c'est-à-dire capable de s’en gorger sans en mourir.

 

Nous avons pris 10 groupes de 10 rats mâles  et 10 groupes de 10 rats femelles. Chez les mâles comme chez les femelles nous avions 1 groupe de rats témoins, 3 groupes de rats mangeant de l’OGM seul à la dose de 11%, 22%, 33%, 3 groupes de rats mangeant de l’OGM  à 11, 22, 33% pulvérisés pendant la culture par du Roundup, et 3 groupes de rats mangeant le maïs non OGM mais buvant du Roundup à trois doses : celle que l’on peut trouver dans l’eau du robinet, celle équivalente au résidus de Roundup toléré dans l’alimentation et celle correspondant à la dose susceptible d’être absorbée par les utilisateurs de Roundup.

 

Par ailleurs tout au long des 2 ans nous avons pratiqué un monitoring le plus complet possible, poids, prise de sang et examens de tous les organes à la fin de l’étude. Ces tests ont donc porté sur les 200 rats en observation pendant deux années sur plus de cent paramètres.

 

Pourquoi utiliser  des rats ?

 

On ne teste pas au niveau réglementaire ces produits toxiques sur des humains, mais sur des rats. En tant que médecin, je préfère que ces produits soient testés sur des rats plutôt que sur la population comme nous sommes en train de le faire dans de très nombreux pays au monde.

 

Quelles différences avec les études réglementaires nécessaires avant la mise sur le marché ?

 

La différence primordiale est la durée. Les études réglementaires ne portent que sur 3 mois alors que notre étude porte sur 24 mois. Nous dosons plus de paramètres biologiques et en particulier les paramètres hormonaux qui ne sont pas dosés dans les études réglementaires. Pourtant il est bien connu que les pesticides et en particulier le Roundup sont des perturbateurs endocriniens !!!

 

Quels sont les résultats les plus marquants ?

 

Le premier résultat inattendu est que les premiers rats sont morts à 4 mois, alors que les durées d’études réglementaires sont limitées à 3 mois !

 

Les rats nourris aux OGM, traités ou non au Roundup meurent plus rapidement et de manière plus importante que les témoins. Les femelles sont principalement mortes de tumeurs mammaires et d’anomalies hypophysaires. Les rats nourris aux OGM, traités ou non au Roundup ont eu des tumeurs plus rapidement et de façon plus importante que les témoins. La majorité des mâles sont morts de problèmes hépatiques et rénaux. Des effets métaboliques toxiques sont dus à l’OGM seul. Le Roundup a des effets graves sur la santé à très faibles doses.

 

Photos de quelques résultats obtenus, parues dans le Daily Mail:

 

OGM--rats-Daily-Mail.jpg

 

Quelles retombées sociétales attendez-vous ?

 

Cette étude montre clairement que les études réglementaires présentent de grosses lacunes trop courtes, trop superficielles, incomplètes et semblant être faites pour ne pas mettre en évidence des effets sur la santé. Par ailleurs, ces études sont réalisées et financées par les producteurs et les résultats interprétés par ces mêmes firmes. Ce manque d’indépendance est très préjudiciable pour la sécurité alimentaire  de la population. Nous pouvons aussi accuser le laxisme des instances d’accréditation.

 

Nous demandons que les autorisations de ces produits soient revues, que les tests de 90 jours soient prolongés (2 ans) pour tous les OGM, que les pesticides soient testés 2 ans à faibles doses et en formulations et dernier point que les tests réglementaires soient publics, indépendants des compagnies, et soumis à l’expertise contradictoire.

 

Vous êtes tous les deux membres du CRIIGEN ; vous n’êtes pas sans savoir que certains de vos détracteurs vous considèrent comme des « anti-OGM », qu’avez-vous à me répondre sur ce sujet ?

 

Nombreux sont les scientifiques appartenant au CRIIGEN qui travaillent dans leurs laboratoires sur les OGM pour mieux comprendre le fonctionnement des gènes. En tant que médecin, je suis très favorable à l’utilisation de la technique de transgénèse pour l’obtention de médicament comme le plus emblématique d’entre eux : l’insuline. Vous voyez donc qu’au CRIIGEN nous ne sommes pas des anti-OGM, mais nous sommes contre les plantes à pesticides que sont les OGM agricoles et qui par-dessus tout sont mal évalués, comme nous venons de le montrer.

 

Quelle suite y aura-t-il à cette étude ?

 

Avant de penser à la suite, je suis persuadé que notre étude fera  l’objet de nombreux articles dans la presse nationale et parmi tous les médias. Dès maintenant, les résultats et l'expérience, son contexte et ses conséquences sociales font fait l'objet du livre « Tous Cobayes ! » de Gilles-Eric Séralini, publié le 26/9 chez Flammarion. Un film est librement adapté de cet ouvrage « Tous Cobayes ? » de Jean-Paul Jaud; sortie nationale au cinéma le 26/9. Un documentaire télévisé « OGM, vers une alerte mondiale ? » a été réalisé par François Le Bayon. L’impact juridique et  sociétal est l’objet du livre « La vérité sur les OGM c’est notre affaire » de Corinne Lepage publié par les éditions Charles Léopold Mayer. Par la suite, au point de vue scientifique nous aurons à continuer à étudier tous les résultats de cette étude et cela fera vraisemblablement l’objet  de 5 ou 6 publications scientifiques.

 

Propos recueillis par Vianney Poissonnier 

 

Si vous souhaitez recevoir les résultats de l'étude détaillée, cliquez ici

 

 

 

Le citoyen actif, c’est aussi celui qui est suffisamment vigilant aux similitudes entre les différents scandales sanitaires OR force est de constater que les similitudes entre le scandale des OGM et celui des vaccins sont très grandes, comme cette interview en atteste.

 

- Le point commun des études (volontairement) trop courtes, au profit des fabricants, avec une absence de suivi à long terme qui fait croire à la fausse sécurité des produits.

 

- La volonté de se mettre la tête dans le sable avec une conception d’études pour ne surtout mettre en évidence aucun effet gênant.

 

- Le laxisme des autorités, finalement complices de la cupidité des fabricants.

 

- La notion de conflits d’intérêts omniprésente.

 

- Le fait que des résultats inquiétants existent déjà depuis longtemps, sans qu’on en tienne compte !

 

- L’affrontement entre la quantité donnée d’études (souvent bâclées et financées à la hâte par les industriels) et la qualité de celles-ci : ainsi, pour les OGM comme pour les vaccins, les officiels continueront sans doute de dire encore longtemps qu’il y a « beaucoup PLUS d’études rassurantes qu’inquiétantes », en omettant de souligner que les études inquiétantes peuvent être méthodologiquement beaucoup plus solides.

 

- Les risques cancérigènes qui sont communs aux OGM et aux vaccins, ces derniers contenant notamment des substances notoirement cancérigènes comme le formaldéhyde et des résidus issus du génie génétique qui peuvent aussi occasionner un risque d’oncogenèse, de l’aveu même de l’OMS dans un de ses rapports techniques !

 

- Des indices accablants que cela peut accroître la mortalité chez les humains (par exemple, hormis les résultats chez les rats pour les OGM, diverses données et études chez les humains tendent à montrer que la vaccination précoce des enfants accroît leur mortalité en bas âge, voir ICI et ICI)

 

- L’idéologie des défenseurs des OGM, exactement comme avec l’idéologie vaccinale où chaque chercheur qui émet des critiques est considéré comme un hérétique comme au Moyen-âge (un « anti-OGM », un « anti-vaccin »).

 

- L’opacité et le manque de transparence de ces dossiers, l’absence d’expertise contradictoire.

 

- L’absence de considération de la volonté populaire dans les décisions prises par leurs élus (ex : approbation et importation des OGM, nourriture du bétail à partir d’OGM alors que le public n’en veut PAS en grande majorité ; plans de vaccination obligatoires contre de futures pandémies contre l’avis des gens comme en Pologne, en Suisse etc)

 

- Le côté incontrôlable pour le consommateur, parce que les OGM sont partout au niveau alimentaire sans que cela soit toujours mentionné et pour les vaccins, le fait qu’une fois injectés, on ne sait pas en atténuer les effets comme on le pourrait en arrêtant une consommation d’aliments ou de médicaments sur le plus long terme.

 

- Le côté franchement expérimental des OGM comme des vaccins, compte tenu du niveau tout à fait insuffisant d’évaluations règlementaires dont ils font l’objet jusqu’ici.

 

- Le fait qu’avec les OGM comme avec les vaccins, la Science arrogante qui croit mieux faire que la Nature joue à l’apprentie-sorcière en mettant ainsi en jeu l’avenir même (y compris génétique) de l’humanité. L’irresponsabilité des chercheurs qui va de pair et qui, ne pouvant imaginer admettre leurs errances, continuent d’affirmer que ce genre d’études accablantes n’a « aucune valeur » (comme on pouvait encore le lire dans le Daily Mail tout récemment) ! Aux JT, on pouvait d'ailleurs entendre leur baratin habituel "Il est trop tôt pour se prononcer, il y a des biais dans l'étude, il faut analyser cela de près et mener d'autres études"!

 

- Le fait aussi à souligner que ce sont les mêmes autorités et les mêmes « bienfaiteurs » qui nous recommandent les OGM ET les vaccins : voyez Laurette Onkelinx qui est une défenseuse des OGM et qui a signé l’infâme contrat de vaccins H1N1. Voyez aussi Bill Gates, pseudo philanthrope qui investit comme par hasard exclusivement dans les OGM et les vaccins !

 

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2012 3 04 /07 /juillet /2012 21:19

ACTA--rejet.jpg

Strasbourg, le 4 juillet 2012 - Aujourd'hui, les eurodéputés siégeant en séance plénière ont voté contre l'Anti-Counterfeiting Trade Agreement (ACTA). Cette décision, tant attendue, ponctue d'un point final ce qui est devenu au fil des années une bataille pour la préservation des droits et libertés dans l'environnement numérique. Par ailleurs, la mobilisation citoyenne a donné une véritable tournure politique à ce dossier. Avec Internet comme outil de communication, d'échange et de partage d'informations, les citoyens ont redéfini la démocratie participative. Enfin, cette victoire ouvre la voie à une approche plus objective des problématiques liées aux droits d'auteur.

 

« La décision des eurodéputés de rejeter ACTA restera gravée dans les mémoires comme le résultat d'une mobilisation citoyenne sans précédent. Internet a joué un rôle prépondérant pour véhiculer l'information, mobiliser les citoyens et influencer de manière positive l'agenda du Parlement européen. À l'heure où les États-Unis d'Amérique célèbrent leur indépendance, les citoyens européens se réjouissent de cette ère nouvelle pour la démocratie participative. Le rejet d'ACTA a ouvert le champ des possibles. Il permet d'envisager sous de meilleurs auspices les problématiques telles que l'open data/government, la neutralité d'Internet et le partage entre individus sans but commercial. » déclare André Loconte, co-fondateur de la NURPA.

 

parlementaires-ACTA.png

 

C'est également un signal fort envoyé par les eurodéputés pour affirmer l'indépendance du Parlement face à une Commission européenne s’étant outrageusement ingérée dans les procédures parlementaires. Le commissaire au commerce Karel de Gucht, soutenu par une majorité de députés EPP, a tenté jusqu'au dernier instant de parasiter les débats et de repousser la débâcle d'ACTA, devenue quasiment inévitable suite aux recommandations de rejet des cinq commissions parlementaires saisies du dossier.

 

« Le rejet d'ACTA en plénière laisse espérer la rupture avec une vision dogmatique du droit d'auteur s'étant — principalement sous la pression des industries du divertissement — largement répandue au fil des années. ACTA réalise de nombreux amalgames, dont celui du partage sans but lucratif de fichiers avec la contrefaçon de biens physiques entrainant des risques sanitaires potentiels. Il est nécessaire d'objectiver les débats et d'envisager un réforme du droit d'auteur qui, dans l’intérêt de tous, prendrait en considération l'adaptation des pratiques d'échange et de partage à l’environnement numérique », conclut André Loconte.

 

Source: Nurpa.be

 

Bravo, belle victoire ! Les eurodéputés dociles ont dû craindre la sanction des électeurs aux prochaines élections... Mais à nos yeux la vigilance reste de mise car l’ACTA aurait été bien commode pour lutter contre les critiques vaccinales que les internautes propagent souvent avec des copier-coller d'articles de presse or la désaffection croissante du public vis-à-vis des vaccins continue de désespérer les officiels qui ne reculeront devant rien (carnet de vaccination électronique, chantage à l’emploi etc) pour soumettre le public à leurs diktats. Cette liberté d’Internet est donc un grand signal même si malgré ce genre de liberté, les gens n'ont toujours pas la liberté de décider de ce qu'ils se font injecter dans le corps ou à leurs enfants (cfr obligations scandaleuses de l'ONE qui n'a cependant jamais daigné répondre sur le fond à nos questions et n'assume RIEN en cas d'effets secondaires, mêmes graves)!


 

Partager cet article
Repost0
3 juin 2012 7 03 /06 /juin /2012 21:56

Visionnez ces deux vidéos et comprenez ce qui est en train de se mettre en place dans votre dos, avec les traités européens d'austérité et le MES (mécanisme européen de stabilité). C'est de votre avenir et de celui de toutes les générations futures dont-il s'agit.

 

Interview du député wallon Bernard Wesphael devant le Parlement wallon:

 

  Marie-Rose Cavalier à la 1ère assemblée d'Occupy Charleroi:  

 

Alors, ne vous laissez pas déposséder de vos droits élémentaires à la prospérité et au contrôle de votre propre nation. Informez-vous et agissez à votre échelle. Un vote papier ou électronique peuvent déjà faire la différence.

 

Une Assemblée constituante se tiendra le samedi 23 juin à Bruxelles.

 

Programme et inscription pour mieux comprendre les enjeux financiers: ICI

 

Possibilité de voter par procuration, par internet: ICI

 

Carte postale de VOTE à imprimer et à renvoyer par voie postale: ICI 

 

L'AUSTERITE N'EST PAS UNE FATALITE: REAGISSEZ ET VOUS Y ECHAPPEREZ!

Partager cet article
Repost0
7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 23:03

MDesclee.pngInitiative Citoyenne, c'est aussi Muriel Desclée et Muriel Desclée, c'est aussi Initiative Citoyenne. Mais Muriel ne s'intéresse bien sûr pas qu'aux vaccins, c'est un peu ce qu'a voulu montrer cet article paru dans Bio Info de Mai.

 

A noter toutefois, c'est là une précision importante, que ni Muriel ni Initiative Citoyenne ne luttent "contre les vaccinations" comme cela est écrit de façon un peu simpliste mais sans doute par souci de brièveté, dans cet article.

 

C'est important de le dire et de le redire, par souci d'objectivité: l'information critique que nous apportons ne vise nullement à priver les gens de vaccins ou à se substituer à leur libre arbitre mais bien à leur donner toutes les chances de décider en toute connaissance de cause, de façon à ce qu'ils n'aient pas à regretter après coup une vaccination au sujet de laquelle ils estimeraient avoir été insuffisamment informés, par une communication officielle souvent partiale et édulcorée.

 

Par ailleurs, il est aussi toujours utile de rappeler l'absence totale d'intérêts personnels des membres d'Initiative Citoyenne dans le fait que Mme X ou Mr Y refuse ou accepte une vaccination là où en revanche, les experts des instances officielles en conflits d'intérêts ou les médecins praticiens qui administrent les vaccins ont un intérêt financier évident à défendre, promouvoir ou recommander aveuglément ces vaccins.

 

En revanche, il est exact que Muriel Desclée, tout comme Initiative Citoyenne s'opposent aux obligations et pressions vaccinales, estimant que la liberté vaccinale est plus que jamais nécessaire dans un secteur où il n'y a pas d'unanimité médicale et où la désinformation et l'opacité règnent en maîtres.

 

Initiative Citoyenne demande donc aux officiels, à l'instar de ce qu'avait d'ailleurs déjà demandé Barbara Loe Fisher, présidente du National Vaccine Information Center (NVIC): Donnez- nous TOUTE la Science (y compris celle qui dérange) et laissez nous le choix !

 

Voir aussi l'article paru dans le Soir ce 28 août 2012: ICI

Partager cet article
Repost0
2 mai 2012 3 02 /05 /mai /2012 11:12

Internet constitue un indispensable contre-pouvoir face à toutes les dictatures quelles qu'elles soient y compris bien sûr celles dont beaucoup de citoyens n'ont même pas conscience (dictature économique, dictature vaccinale, etc), tout simplement parce qu'Internet offre une occasion inespérée de pouvoir chercher dans une sorte de "bibliothèque gratuite et infinie", de façon à confronter le discours officiel à la réalité des faits.

 

Bien sûr, comme la prise de conscience citoyenne gagne inévitablement du terrain dans le monde entier et ce, quelques soient les domaines, il était devenu stratégiquement indispensable pour les oligarques qui nous gouvernent et les lobbies qui les sous-tendent d'au moins essayer de mettre un frein à tout cela: c'est le sens de leur traité ACTA, destiné à censurer internet au prétexte de la "sauvegarde des droits d'auteurs".

 

Initiative Citoyenne ne peut donc que soutenir la démarche salutaire et pertinente d'une association comme la Nurpa qui vient d'envoyer il y a quelques jours, en collaboration avec d'autres associations, un courrier aux parlementaires belges, les appelant à rejeter ce traité scélérat qui a été négocié dans le secret le plus total.

 

acta-dessin.jpg

Bruxelles, le 30 avril 2012 - Datapanik.org, la Ligue des droits de l'Homme, la Liga voor Mensenrechten et la NURPA ont envoyé une lettre ouverte par courrier aux membres du Parlement fédéral afin de les sensibiliser aux conséquences néfastes que l'Anti-Counterfeiting Trade Agreement (ACTA) aurait sur les libertés et droits fondamentaux. Les signataires appellent les différents partis politiques à s'opposer à l'ACTA, tant au niveau national qu'européen. Par ailleurs, à quelques semaines du vote sur l'Accord, la NURPA s'est intéressée à la position des différents eurodéputés belges vis-a-vis de l'ACTA.

 

Ce matin, les députés et sénateurs du Parlement fédéral ont reçu un courrier de quatre pages 1 détaillant les risques que l'ACTA ferait peser sur les droits et libertés fondamentaux des citoyens s'il était adopté. Dans ce document, Datapanik.org, La Ligue des droits de l'Homme, la Liga voor Mensenrechten et la NURPA insistent particulièrement sur les dangers qu'engendreraient une responsabilisation accrue des intermédiaires techniques et une pénalisation du partage de fichiers sans but commercial, notamment pour la protection des données personnelles et la liberté d'expression. D'autre part, les quatre associations soulignent le caractère non-démocratique caractérisant les deux années de négociation de l'Accord et enfermant — encore aujourd'hui — certains documents cruciaux pour l'interprétation de l'ACTA sous le sceau du secret.

 

Lire cette lettre aux parlementaires: ICI   (& en pdf)

 

Version néérlandaise de cette lettre: ICI  (& en pdf)

 

« Plus que jamais, la mobilisation citoyenne doit persister. Dans les prochains jours, la NURPA mettra à disposition un outil permettant de contacter les membres du Parlement fédéral et les eurodéputés belges. Il est de la responsabilité de chaque citoyen sensible aux problématiques qu'engendre l'ACTA d'informer ses représentants et de manifester son désaccord ou ses craintes. Il est par ailleurs de la responsabilité politique des députés et sénateurs du Parlement fédéral de tenter de mettre tout en œuvre pour veiller à ce que l'ACTA subisse un rejet net de la part de eurodéputés belges. » conclut André Loconte, co-fondateur et porte parole de la NURPA.

 

Informations sur la manifestation du 9 juin prochain contre l'ACTA: ICI

 

 

La Belgique avec sa classe politique, constitue le moteur honteux de l'ACTA au niveau européen... réagissons car c'est là une preuve de plus que cette classe politique ne nous représente plus et trahit ses électeurs! L'équipe d'Initiative Citoyenne.

 

 header logo

 

 

 

Partager cet article
Repost0
13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 10:45
LIVRE CLAIRE & SYLVIE
Sylvie Simon et Claire Séverac

Comme souvent au cours de l’Histoire, quand la vie est en danger, ce sont les femmes qui se dressent d’instinct. Sans doute est-ce parce qu’elles donnent la vie, que leur cœur parle.

Telles Judith ou Esther bravant les maîtres du monde, les auteurs de cet ouvrage, connues pour leur courage de marche…

Sylvie Simon est auteur et journaliste. Elle a écrit nombre d’essais très documentés, dans lesquels elle analyse divers scandales concernant la santé et l’écologie — trop vite oubliés par le grand public —, tous générés par la corruption de certains milieux et d’experts qui se prétendent indépendants, mais qui sont à la solde des lobbies.

Claire Séverac a écrit des chansons pour de nombreux artistes américains et adapté Piaf et Brassens en anglais.

Elle est l’auteur de plusieurs ouvrages dont "Complot Mondial contre la Santé" dans lequel elle rassemble les preuves officielles de tous les dommages causés à notre santé par la nourriture, les médicaments, les vaccins, les pesticides… les noms des coupables, leurs méthodes et comment ils ont pu mettre leurs plans à exécution.
 
 
"Commande d'achat du livre" : 8 € Port Fr : 1.67 €
 
Autre boutique :
 
 
Initiative Citoyenne salue cet ouvrage qui fournit une excellente vision d’ensemble du système et les clés de compréhension nécessaires de l’ensemble des scandales qui se sont produits, qui se produisent et se produiront hélas encore, quelques soient les domaines. Divertir le peuple, détourner son attention, pendant que des décisions décisives pour son avenir sont prises, de façon anti-démocratique et souvent à l’échelon supra-national.
 
Et pour rappel, sachez que Sylvie Simon & Claire Séverac donneront une conférence le 28 avril prochain à Sart-Bernard (dans le Namurois) sur le thème "Oser penser autrement".
Infos & inscriptions : ICI
 
Regarder l'interview en vidéo de Sylvie & Claire sur le contenu de leur livre:
 
Partager cet article
Repost0
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 12:44

8 mars 2012, par Pryska Ducoeurjoly (Ouvertures)

 

Lire ce bel hommage, très mérité, à Sylvie Simon: ICI

 

Nous vous rappelons que Sylvie Simon sera en Belgique le 28 avril prochain pour y donner une conférence avec Claire Séverac dans le cadre du grand week-end citoyen "Sortons de la marmite!", orgnanisé par Muriel Desclée de notre collectif. Plus d'infos: ICI 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 15:41

Consultation-Populaire-Belgique-BE.jpg

L'Irlande l'a décidé, elle va organiser un référendum. En Belgique, toujours rien.

Et pourtant, ce MES, nouveau mécanisme européen de stabilité, approuvé dans le dos des peuples, conditionnera inévitablement leur avenir en leur imposant une austérité chronique, pour le seul profit de gens qui n'en ont financièrement pas du tout besoin. Car l'inscription d'une "règle d'or" dans les divers droits nationaux s'accompagnera également de sanctions financières pour les Etats qui ne respecteraient pas leurs obligations d'austérité.

 

Alors que l'on nous serine à longeur de journée qu'il faudrait "plus d'Europe" ou que "l'Europe est la seule solution", il s'avère en réalité indispensable et urgent d'ouvrir le débat et de rendre la parole aux premiers intéressés, les citoyens.

 

C'est la raison pour laquelle plusieurs mouvements citoyens et notamment aussi Marie-Rose Cavalier de notre collectif, organisent une journée inédite de débat et d'information le 25 mars prochain à l'Université libre de Bruxelles (ULB), et réclament à cette occasion auprès des différents partis politiques en place, l'organisation d'une consultation populaire sur ce sujet.

 

La dynamique à l'oeuvre en matière financière est exactement la même que celle qui opère en matière vaccinale: imposer des politiques de façon anti-démocratique, en minimisant voire en masquant leurs inconvénients et en exagérant leurs prétendus avantages et tout cela bien sûr, en présentant ces politiques comme "la seule chose efficace à faire"!

 

C'est si vrai que, sur deux sujets apparemment si différents que sont les institutions européennes d'une part et la vaccination d'autre part, les propos de Sarkozy et ceux d'Andrew Wakefield permettent cependant d'arriver au même constat:

 

N. Sarkozy en réponse à Nigel Farage: « Je pense profondément que les questions institutionnelles, les règles de fonctionnement en Europe sont l’affaire des parlementaires plutôt que l’affaire du référendum »

 

Dr Andrew Wakefield (en 2002): « Ce qui a précipité la crise, c’est le retrait des monovaccins, le retrait de la possibilité de choisir, et c’est cela qui a causé cette fureur- parce que les médecins, les « gourous », traitent le public comme une masse de gens simples d’esprit, incapables de prendre une décision informée pour eux-mêmes. »

 

Renseignez-vous, visitez différents sites internet pour vous faire votre propre opinion et si le coeur (et surtout la raison!!) vous en dit, renvoyez alors l'invitation à Marie-Rose Cavalier, à l'adresse indiquée ci-dessous:

 

http://www.constituante.be/

http://www.interpellation-mes.be/

http://www.notremotadire.be/

 

Consultation-Populaire-Belgique_Invitation.jpg

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA