Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 août 2017 5 04 /08 /août /2017 16:56

Une infirmière de Californie administre le vaccin Gardasil à sa propre fille. Celle-ci développe une leucémie et décède

Une infirmière administre le vaccin Gardasil à sa fille: celle-ci développe une leucémie et en décède

Avant et après le vaccin Gardasil

 

Health Impact News, 13 juillet 2017

L’équipe VAXXED a interviewé une maman de Long Beach en Californie. Cette dernière est infirmière ; elle était favorable aux vaccins. Elle explique que tous ses enfants avaient reçu tous les vaccins prévus par le programme officiel avant qu’elle administre le Gardasil à sa propre fille de 16 ans.

En tant qu’infirmière, son travail consistait à administrer régulièrement des vaccins qu’elle n’a jamais remis en question. Elle déclare qu’elle n’a jamais été informée de leurs effets secondaires.

Quand elle a appris que le Gardasil était un vaccin destiné à prévenir le cancer, et que sa fille devait le recevoir avant qu’elle ne devienne sexuellement active, elle n’a pas hésité à faire venir sa fille dans le bureau où elle travaillait et lui a administré la première dose du vaccin.

Après ce premier vaccin, sa fille était toujours fatiguée. On pensait qu’elle pouvait souffrir de mononucléose. Elle souffrait sans arrêt et avait du mal à parcourir de longues distances. Avant qu’elle ne reçoive ce vaccin sa fille était cependant en parfaite santé et très active.

Sa maman n’a cependant pas associé ses symptômes au vaccin. Elle les a attribués à une alimentation déficiente et à un mode de vie trop actif.

Une infirmière administre le vaccin Gardasil à sa fille: celle-ci développe une leucémie et en décède

Comme sa fille avait peur des vaccins, elle a décidé de ramener le vaccin Gardasil à la maison et de le lui administrer chez elle.

Peu de temps après le deuxième vaccin, on diagnostiqua une leucémie chez sa fille. Dix mois plus tard, elle devait décéder.

« Je veux partager mon histoire parce qu’elle est très importante.

Ce vaccin est horrible. Je ne puis pas dire qu’elle serait peut-être toujours là si je ne le lui avais pas administré.

Je me sens vraiment responsable parce que c’est moi-même qui lui ai administré ce vaccin. Je croyais faire ce qu’il fallait pour protéger ma fille du cancer, et elle a fini par attraper le cancer ! J’avais pourtant essayé de la protéger ! »

Une infirmière administre le vaccin Gardasil à sa fille: celle-ci développe une leucémie et en décède

C’est MOI qui lui ai administré le vaccin !

Source : Health Impact News

Repost 0
4 mai 2017 4 04 /05 /mai /2017 22:37

« En quelques mois, je me suis retrouvée dans un fauteuil roulant »

 

    Par George Harrison, 16 avril 2017 (Extraits)

Chloé Brown, clouée dans un fauteuil roulant après le vaccin HPV

Une adolescente écossaise qui rêvait de devenir actrice en veut au vaccin contre le cancer du col de l’utérus qu’elle a reçu à l’école et qui l’a clouée dans un fauteuil roulant.

 

Chloé Brown de Glasgow croit que l’injection qu’elle a reçue est responsable de ses douleurs chroniques et de ses problèmes musculaires qui ont fini par la clouer dans un fauteuil roulant.

 

Cette jeune fille n’a plus pu marcher après avoir reçu ce vaccin controversé à l’école. Elle avait 16 ans et avait toujours rêvé de devenir actrice.

 

Chloé explique que le vaccin a brisé ses rêves, la laissant constamment fatiguée et ayant perdu toute force musculaire.

 

La famille de Chloé blâme le vaccin contre le HPV qui l’a clouée dans un fauteuil roulant, la laissant dans un pitoyable état. C’est quelques mois après avoir reçu le vaccin qu’elle n’a plus pu marcher.

Chloé Brown, clouée dans un fauteuil roulant après le vaccin HPV

La famille de Chloé a vu toute sa vie bouleversée à la suite de cette vaccination qui est proposée aux jeunes filles depuis 2008 pour arrêter la propagation du virus susceptible d’entraîner un cancer du col de l’utérus. Chaque année, environ 900 personnes trouvent la mort à la suite du cancer du col de l’utérus, bien qu’il y ait pas mal d’inquiétudes par rapport aux effets secondaires des vaccins préventifs.

 

Chloé a souffert de vertiges, de maux de tête, de fatigue et de douleurs articulaires juste après le vaccin. Son état a continué de s’aggraver, ses muscles ont commencé à fondre, tout en souffrant pratiquement sans arrêt. Elle a réalisé que sa vie était ruinée et son futur menacé.

Chloé Brown, clouée dans un fauteuil roulant après le vaccin HPV

Chloé a été examinée à l’hôpital. Les médecins n’ont trouvé aucune explication à son état.

 

Chloé avait reçu son premier vaccin à l’école secondaire de Glasgow en janvier 2015. Et c’est en février de l’année dernière qu’elle a reçu son second vaccin. Tout juste trois mois plus tard, alors qu’elle se promenait avec des amis, elle s’est effondrée de douleurs. Ses souffrances se sont maintenues malgré tout le cocktail de calmants et de tranquillisants qui lui avaient été prescrits.

 

La maman de Chloé a dû quitter son emploi pour pouvoir s’occuper de sa fille. Elle explique : « Chloé est rentrée à l’hôpital avec des béquilles et en est sortie en fauteuil roulant. »

 

Alors qu’elle était une fille très intelligente, très active et pétillante, adorant sortir avec des amis, elle est devenue incapable de faire quoi que ce soit. Son état de santé ne lui permet plus de fréquenter l’école et de poursuivre son rêve.

 

Alors que Chloé et sa famille mettent le vaccin en cause, les médecins continuent à prétendre que ce vaccin est sûr. La maman est persuadée qu’il n’y a pas d’autre cause possible à son état. « Rien d’autre n’a été modifié en dehors du vaccin ». Quand nous avons entamé des recherches, nous avons découvert que plusieurs autres jeunes filles avaient connu les mêmes problèmes : « elles étaient en pleine santé et fort actives avant qu’elles ne reçoivent le vaccin. Après avoir été vaccinées, elles se sont retrouvées dans un état qui ressemble fort à celui de Chloé».

Chloé Brown, clouée dans un fauteuil roulant après le vaccin HPV

Chloé dit : « je dois tous les jours me battre avec mes douleurs chroniques. Je souffre 24 heures sur 24 et 7 jours par semaine, tout en ne sachant pas si mon état va s’améliorer.

 

« J’ai accepté les assurances qui m’ont été données quant à la sécurité du vaccin. On m’a affirmé que les effets secondaires étaient rares et peu importants.

 

« Je puis vous dire que cela n’est pas vrai, que les effets sont désastreux et peuvent être mortels.

 

« Je ne voudrais jamais voir un autre enfant ou un membre de ma famille souffrir comme je souffre ».

 

Le porte-parole du gouvernement écossais a déclaré : « les éléments de preuves qui ont été revus et continuent d’être revus par les autorités gouvernementales, ainsi que par les Administrations UK montrent que le vaccin contre le HPV a un excellent profile de sécurité, et est efficace ».

 

Chloé qui rêvait de devenir actrice a maintenant sa vie ruinée par ses problèmes de santé. Une récente déclaration de « Medicines & Healthcare Products Regulatory Agency » (MHPR) a déclaré, au cours d’un récent interview, qu’il ne trouvait pas de preuves évidentes qui pourraient établir un lien entre le vaccin et des douleurs chroniques.

 

Le porte-parole a déclaré : « le vaccin contre le HPV est le moyen le plus efficace pour protéger les jeunes filles et les femmes contre le cancer du col de l’utérus. Comme pour tous les vaccins, la sécurité du vaccin contre le HPV est surveillée de près. Chaque rapport d’un effet secondaire suspect est sérieusement pris en compte.

 

«Les autorités de santé du monde entier, y compris les experts de Grande Bretagne, de l’OMS du CDC et le Régulateur Européen des Médicaments ont récemment examiné de manière approfondie la sécurité du vaccin et ont conclu qu’il n’existe pas de preuve d’un quelconque lien entre le vaccin contre le HPV et toute une série de maladies chroniques ».

 

Un porte-parole de la firme Merck Sharp & Dohme limited qui fabrique le Gardasil a déclaré : « la sécurité des patients est la plus importante préoccupation de MSD. Nous encourageons les personnes à rapporter toutes les modifications de santé qui pourraient se produire pour elles-mêmes ou pour d’autres et qui pourraient ou non être médicalement confirmées.

 

« Ces rapports font l’objet de la plus grande attention et ont toute leur utilité pour l’étude long-terme de ce vaccin. Ils ne prouvent cependant pas nécessairement une relation avec le vaccin, mais fournissent au MSD, ainsi qu’aux autorités de santé des informations qui pourront faire l’objet d’enquêtes ultérieures.

 

« Le Gardasil est le résultat de 10 années de recherche et de développement.

 

« La sécurité du vaccin a continué à être évaluée au cours d’études « post-license » sur plus d’un million de personnes.

 

Bien qu’aucun vaccin ou médicament ne soit complètement sans  risque, les principales organisations internationales de santé à travers le monde continuent de recommander la vaccination HPV de routine.

 

Source : The scottishsun.co.uk

Repost 0
1 mai 2017 1 01 /05 /mai /2017 23:23

La bataille quotidienne de Zanrie après avoir reçu le vaccin contre le HPV

 

 

Cape Town – Les parents d’une adolescente de 11 ans, Zanrie Nieuwhoudt, expliquent que leur fille souffre d’une pathologie infectieuse des neurones moteurs inférieurs. Leur fille a contracté cette maladie après avoir reçu, à l’école, le vaccin Gardasil contre le papilloma virus humain (HPV).

 

Les parents de Zanrie sont aussi intervenus pour faire savoir qu’un élève de 10 ans de l’école de Kraaifontein avait lui aussi dû se battre, étant donné que le vaccin contre le HPV lui avait provoqué une encéphalopathie après avoir, lui aussi, été vacciné à l’école contre le cancer du col de l’utérus.

 

Voir la vidéo: 

La bataille quotidienne de Zanrie après avoir reçu le vaccin contre le HPV
Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article
23 avril 2017 7 23 /04 /avril /2017 14:57

      Vaccin contre le cancer du col de l'utérus (HPV)             

LA JUSTICE ESPAGNOLE RECONNAIT CE QUE LES AUTORITES DE SANTE NE VEULENT PAS RECONNAITRE

 

Par Alicia Capilla, Sanevax, 16 avril 2017

 

Alicia Capilla, Présidente de l’AAVP

La Haute Cour de Justice des Asturies (Espagne) a condamné le Système de Santé asturien pour le décès d’Andréa, une jeune-fille espagnole décédée en septembre 2012 après avoir reçu la seconde dose du vaccin contre le HPV. La Haute Cour reconnait la mauvaise pratique des hôpitaux Jove et Cabuenes, parce qu’ils n’ont pas été capables de diagnostiquer la pathologie avant que soit pratiquée la deuxième injection qui a, de fait, entraîné la mort de la jeune femme.

 

De légers épisodes d’asthme bronchique ont marqué l’histoire médicale de cette jeune femme. Quand elle a reçu son premier vaccin le 23 juillet 2012, elle a commencé à souffrir de maux de tête et de difficultés respiratoires. Malgré le fait qu’elle ait souffert d’une grave exacerbation de son asthme, on lui administra la deuxième dose du vaccin le 23 août 2012, ce qui provoqua une soudaine aggravation de son état de santé. Il en résulta une grave dyspnée, ainsi que des convulsions à peine 12 heures après avoir reçu le vaccin. Elle fut transportée à l’hôpital de Huca où elle fut placée dans l’unité des soins intensifs pédiatriques jusqu’à son décès le 8 septembre.

 

Le document judiciaire reconnait qu’il existe un lien de causalité avec le vaccin, malgré le fait que, lors du procès, l’Administration ait profité du fait que le vaccin avait été totalement approuvé par les organismes de réglementation pharmaceutique dans tout le pays et que le Comité de pharmacovigilance et d’évaluation des risques  (PRAC), avait, en relation avec ce cas, déterminé qu’il n’y avait pas suffisamment de preuves pour suggérer une association causale avec le vaccin. Le paradoxe de cette étude, ainsi que son manque de rigueur scientifique parait évident. C’est la raison pour laquelle, le Comité a marqué son accord pour une prolongation de l’enquête.

 

L’Association Espagnole des personnes affectées par le vaccin HPV (AAVP) s’est efforcée depuis 2009 de recueillir de nombreux autres témoignages de complications. Nous avons régulièrement contacté les autorités de santé espagnoles afin qu’elles puissent reconnaître les effets secondaires de cette vaccination, les documenter dans leurs bases de données, ainsi que dans les bases de données de l’Agence Européenne (EMA). En Espagne, ainsi que dans la littérature qui traite du HPV, le cas d’Andrea est loin d’être unique. Il y a au moins cinq rapports de décès dans les bases de données de l’Agence Espagnole des Médicaments et de Produits Sanitaires. Tout cela sans compter tous les rapports qui sont parvenus à l’EMA.

 

Le plus regrettable de tout c’est qu’ils blâment les jeunes femmes pour leur état déplorable de santé, les stigmatisant en attribuant leurs problèmes à des causes psychologiques. Ces explications sont évidemment dénuées de tout fondement scientifique vu qu’aucune étude épidémiologique n’est venue prouver la cause des réactions à ce vaccin de tant de jeunes filles depuis qu’il a été introduit en Espagne.

 

Une fois de plus, nous ne pouvons que regretter les mauvaises performances des autorités sanitaires qui ne mettent pas en place un système adéquat d’évaluation et de suivi. Ces gens cherchent ailleurs au lieu de s’occuper de la santé de ces jeunes femmes qui ont eu la malchance de souffrir des effets secondaires de ces vaccins résultant d’une politique de santé publique qui semble davantage préoccupée d’intérêts économiques et politiques que de l’intérêt même de la santé de ces jeunes femmes.

 

Nous ne devons pas non plus oublier que cette vaccination est également appliquée aux jeunes hommes en bonne santé et qu’elle en est à sa phase de mise en œuvre. Il serait donc important que les systèmes de pharmacovigilance agissent cette fois avec diligence et responsabilité.

 

Nous sommes heureux que, pour la première fois en Espagne, le lien de causalité avec le vaccin contre le HPV ait été reconnu par un tribunal. Nous voulons manifester notre soutien à la famille d’Andrea. Malgré son terrible malheur, la famille a été soutenue par une déclaration judiciaire qui a fini par les protéger. Il était grand temps que justice soit rendue !

 

Alicia Capilla, Présidente de l’AAVP

Source: SaneVax

Repost 0
17 avril 2017 1 17 /04 /avril /2017 15:04

Une jeune-fille de 12 ans paralysée après le vaccin HPV -

 La maman : « C’est le vaccin qu’il faut blâmer »

 

Les médecins disent que tout est dans sa tête...

 

Par Lizzie Parry 27 mars 2017, The Sun (Extraits)

Une jeune-fille de 12 ans paralysée après avoir reçu le vaccin HPV

Mia Blesky ne peut plus faire autre chose que cligner des yeux, parler et chanter. Mais les médecins croient que ses problèmes sont psychologiques et provoqués par du harcèlement ou des « problèmes sexuels ».

 

Mia a reçu le Gardasil à l’école. Ce vaccin est censé protéger contre le papilloma virus humain, un groupe de virus qui peuvent être transmis sexuellement. 30 des 100 souches peuvent être transmises par le sexe et sont accusées de pouvoir provoquer 90% des cancers du col de l’utérus et 1 cancer de la bouche sur 7. Les experts prédisent que le vaccin qui est proposé aux filles de 12, 13 ans pourrait sauver des centaines de vies chaque année  Quant à Mia, elle est paralysée à partir du cou. Elle n’a aucune sensation dans les bras ni les jambes. Elle souffre de spasmes constants.

Une jeune-fille de 12 ans paralysée après avoir reçu le vaccin HPV

Les professionnels de santé  ont écarté tout lien entre le vaccin et les effets secondaires graves que Mia doit endurer. Les médecins ont expliqué à Mia qu’ils pensaient que ses symptômes étaient psychologiques – déclenchés par des problèmes d’intimidation ou de sexualité. Mais la maman (de cinq enfants) est convaincue que c’est le vaccin qui est à blâmer. Le lendemain de la vaccination, Mia  Mia a senti ses jambes devenir lourdes, et a souffert de sensations de brûlures dans la colonne vertébrale. Elle a ensuite perdu toute sensation dans ses jambes, le bas du corps et les bras. Aujourd’hui, six mois après avoir été vaccinée, elle est totalement paralysée depuis le cou jusqu’en bas du corps.

 

Gini est désespérée de trouver un remède qui puisse aider sa fille, étudiante qui souhaitait devenir chanteuse. Aujourd’hui, elle reçoit des cours à la maison et prend des leçons de chant à partir de son lit… mais les médecins croient que son état est psychologique !

Une jeune-fille de 12 ans paralysée après avoir reçu le vaccin HPV
Une jeune-fille de 12 ans paralysée après avoir reçu le vaccin HPV

Mais sa maman croit que tous ses problèmes sont liés au vaccin.

 

Gini dit : « C’est horrible. Tout le monde pense qu’elle a survécu à un terrible accident de voiture. » Quand ils la voient, les gens s’arrêtent et disent : « Oh mon Dieu, qu’est-ce qui a bien pu arriver à cette pauvre fille ? »

 

« Quand Mia est arrivée à l’hôpital, les médecins ont dit qu’il s’agissait d’une forme d’automutilation, que c’était elle-même qui s’infligeait ces maux.

 

« Après quelques jours, ils l’ont renvoyée à la maison sans lui donner de traitement.

 

« Nous avons dû acheter un fauteuil roulant. J’ai dû la porter pour la mettre dans la voiture.

 

« Six semaines plus tard tout son corps était complètement paralysé : cou, tronc, jambes et bras.

 

« Il y a maintenant 14 semaines qu’elle n’a plus bougé un seul membre.

 

« Nous avons connu une situation terrible… et dire que les médecins prétendaient que tout était psychologique, que cette situation était due à du harcèlement ou à des problèmes sexuels ! Ce sont là des absurdités.

 

« Personnellement, je pense qu’elle a eu une réaction au vaccin. Je voudrais que les médecins reconnaissent la chose et lui donnent un traitement. Il est ridicule de dire que tout est dans sa tête.

 

« Ma fille de 12 ans était tout à fait normale. Elle aimait chanter et danser – aujourd’hui, elle sait à peine cligner des yeux, parler et chanter.

 

Mia est clouée au lit. Il faut la porter pour l’installer dans son fauteuil roulant.

 

En plus de la paralysie, elle est devenue incontinente et souffre de spasmes involontaires.

 

Cette talentueuse jeune fille dont l’idole est Adele, explique : « c’est vraiment très dur. Je voudrais tout juste redevenir une fille normale. Quand je chante, je me sens un peu plus normale, mais ce n’est plus comme avant quand j’avais la chance de pouvoir marcher. Aujourd’hui, je suis tout le temps à bout de souffle.

 

J’aurais tant voulu faire une carrière dans la musique et chanter dans le West End, c’était vraiment mon rêve.

 

Je voudrais pouvoir trouver quelqu’un qui puisse m’aider.»

 

L’Agence de réglementation des médicaments et des produits de santé (MHRA)  et la Santé publique d’Angleterre ont déclaré que le vaccin HPV était la manière la plus efficace de protéger du cancer du col de l’utérus qui tue 900 femmes au Royaume-Uni chaque année.

Une jeune-fille de 12 ans paralysée après avoir reçu le vaccin HPV

La maman de Mia supplie que l’on fasse davantage de recherches sur ce vaccin.

 

Un porte-parole a déclaré : « Comme c’est le cas pour tous les vaccins, la sécurité du vaccin HPV est constamment surveillée. Chaque effet secondaire soupçonné est pris au sérieux. » Ils ont dit que la sécurité du vaccin avait fait l’objet d’un examen approfondi. Et qu’il n’y avait aucune preuve crédible d’un lien entre le vaccin contre le HPV et toute une série de maladies chroniques. »

 

Les statistiques de l’Agence européenne des médicaments montrent que jusqu’en février 2017, 11.867 réactions au Gardasil ont été enregistrées.

 

Plus de 400 familles représentant l’Association britannique des jeunes-filles dont la santé s’est trouvée endommagée par le vaccin ont lancé un appel pour que l’on approfondisse les études sur ce vaccin.

 

La présidente, Freda Birrel a expliqué : « Si ce n’est pas le vaccin qui a causé ces problèmes, alors, il est grand temps que le Département de la Santé prenne ses responsabilités.

 

« Les autorités sanitaires devraient s’efforcer de trouver le pourquoi de cette situation au lieu de dire qu’il est normal pour une jeune-fille de 12 ans de faire pareils problèmes de santé et de les mettre sur le compte de problèmes psychologiques.»

 

Gini se plaint que les médecins et les professionnels de santé ne veulent pas prêter une oreille attentive à ses problèmes, idem par rapport aux autres familles qui ont connu des difficultés avec le vaccin. Au lieu de cela les médecins attribuent ses problèmes de santé à des dérangements psychologiques.

 

Sa famille prétend que les médecins ne lui ont proposé aucun traitement – de ce fait les parents doivent eux-mêmes s’occuper de leur fille. Ca leur coûte 4.000 livres sterling (4.639 euros) par mois.

 

Les parents de Mia essayent de trouver la somme d’argent nécessaire pour aller consulter un spécialiste aux Etats-Unis.

 

Source: The Sun

Une jeune-fille de 12 ans paralysée après avoir reçu le vaccin HPV
Repost 1
Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article
14 avril 2017 5 14 /04 /avril /2017 19:11

Une adolescente de 14 ans décède après avoir reçu le vaccin HPV

Une adolescente de 14 ans décède après avoir reçu le vaccin HPV

Par Luke Rawalai, The Fiji Times Online, 25 février 2017

 

La famille Prasad de Korovesi tente de consoler une maman de trois enfants, Manjula Devi, hier à son domicile. La jeune-fille, Manjesni serait décédée après avoir reçu le vaccin contre le HPV.

 

La maman, Manjula Devi, éprouve toutes les difficultés à accepter la mort de sa fille de 14 ans dont le corps a été découvert le jeudi de cette semaine à leur domicile.

 

Les cinq personnes de la famille Korovesi ne peuvent accepter la perte de leur fille et sœur qui est décédée le jour même où elle a été vaccinée à l’école avec le HPV.

 

Madame Devi rappelle que sa fille s’était levée tôt ce jeudi matin. Elle avait pris un très bon déjeuner avant de dire au revoir à ses parents.

 

« Elle était la plus jeune de la famille et résidait avec nous, ses parents, tandis que ses frères et sœurs fréquentaient des établissements d’enseignement supérieur à Labasa et à Suva », a déclaré la maman.

 

Manjeshni (la jeune-fille) nous avait apporté un document de consentement à faire signer pour qu’elle soit vaccinée.

 

« Quand nous lui avons demandé quand la vaccination devait avoir lieu, elle nous a dit que ce serait la semaine suivante. »

 

Madame Devi explique que si elle avait su que sa fille serait vaccinée ce jour-là, ils l’auraient ramenée à la maison à cause des problèmes de distance et de mauvais temps.

 

Le papa désespéré de Manjeshni, Jaswant Prasad, a déclaré que sa fille était la «bavarde » de la famille et qu’elle leur manquerait beaucoup.

 

Dans un communiqué, le Ministère de la Santé et des Services Médicaux a fait parvenir ses sincères condoléances à la famille pour la perte de leur fille, ajoutant qu’ils attendaient le rapport d’enquête de la police avant de commenter les détails de l’affaire.

 

« Le vaccin contre le HPV protège contre le cancer du col de l’utérus qui peut tuer des femmes », indique le communiqué.

 

« Des études montrent qu’il n’y a pas de problème de sécurité qui soient associés au vaccin contre le HPV».

 

Selon le Centre Américain de Contrôle des Maladies (CDC), l’une des principales autorités médicales au monde, « le vaccin contre le HPV est très sûr et il est efficace pour protéger contre certains types de HPV qui peuvent s’avérer très agressifs. »

 

Source: FijiTimes

Une adolescente de 14 ans décède après avoir reçu le vaccin HPV
Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article
7 avril 2017 5 07 /04 /avril /2017 21:43

Oui, les jeunes sont terriblement en danger avec cette pléthore de vaccins indéfendables, au rang desquels bien sûr le sinistre vaccin HPV Gardasil, aussi inutile que dangereux. Il est salutaire et bienfaisant que les victimes de ces poisons témoignent pour offrir ainsi des chances supplémentaires aux autres d'éviter ce genre de drame sanitaire, social et professionnel. Ne sacrifiez plus votre santé et celle de vos enfants aux intérêts des lobbies, de grâce..... & grand merci aux victimes pour leur parole libre, indépendante et éminemment utile à tous!

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article
27 mars 2017 1 27 /03 /mars /2017 20:55

extrait de l'émission récente d'Arte sur les vaccins

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article
9 mars 2017 4 09 /03 /mars /2017 13:21

La santé d’une jeune-fille de 18 ans détruite par le vaccin HPV

 

Larry Cook – Stop mandatory vaccinations, 8 février 2017

La santé d’une jeune-fille de 18 ans détruite par le vaccin HPV

Pour ceux qui ne me connaissent pas, je suis une jeune-fille de 18 ans qui souffre de plusieurs maladies chroniques débilitantes après avoir été vaccinée contre le HPV. L’apparition des symptômes est apparue après la deuxième injection.

 

Avant que je ne sois malade, je faisais des tas de choses que les filles de 12 ans peuvent faire : randonnées, vélo de montagne, roller dans les magasins, cinéma, réunions, fêtes d’anniversaires avec des amis…

 

J’étais heureuse. J’avais une vie artistique et sportive très occupée. Je dansais 6 jours par semaine. Après l’école, j’adorais faire du sport et de la danse. Je me réjouissais chaque matin pour les activités qui m’attendaient. Je vivais au maximum de mes possibilités. Toutes les activités de la vie étaient si importantes pour moi. J’avais dansé pour me sentir libre. Je voulais faire de mon corps une belle œuvre d’art.

 

Aujourd’hui, je suis totalement coupée du monde réel. J’utilise maintenant mes souvenirs comme moyen et outil d’adaptation pour pouvoir faire face à une vie remplie de déceptions, de difficultés, de maladies et de douleurs. Je rêvais d’être danseuse professionnelle. Mon cœur saigne aujourd’hui et je suis mise à la torture quand je réalise que je ne pourrai jamais plus marcher, encore moins danser.

 

Chaque jour est un combat contre des symptômes qui n’en finissent pas. Je me bats contre la douleur, contre l’épuisement, contre ces terribles souffrances quand on me « gave » de médicaments et de nourriture. Il y a aussi toutes ces choses que personne ne voit : nausées, migraines, problèmes de vue, sensibilité à la lumière et au bruit, plaies qui se forment aux sites des multiples injections. Les amis ne voient pas que mon estomac est paralysé, l’inflammation et l’ulcération du colon, le problème des terminaisons nerveuses, les signaux qui sont bloqués dans le cerveau et la moelle épinière, avec une douleur chronique intense. Les personnes qui me rendent visite ne se rendent pas bien compte car je dois rester forte courageuse, sauver la face et… pleurer après leur départ.

La santé d’une jeune-fille de 18 ans détruite par le vaccin HPV

La réaction indésirable que j’ai eue à la suite de ce vaccin et les problèmes de santé qui se sont manifestés au cours des années ont eu un énorme impact sur ma vie. Maintenant ma vie est très compliquée et mon avenir tout à fait incertain. Demain est bien sûr un autre jour, mais je ne puis m’empêcher de penser à ce qu’il pourra m’apporter. Il m’est impossible de planifier quoi que ce soit. Je ne sais pas non plus s’il me sera possible d’avoir des enfants car je connais beaucoup de filles de 18 ans qui sont devenues stériles après avoir reçu le Cervarix ou le Gardasil.

 

Bien que mon corps soit brisé et qu’il me désobéisse constamment, j’ai la chance d’avoir malgré tout un bon moral qui me permet de m’adapter au mieux à tout ce que j’ai à subir ;. Il m’arrive de trouver un peu de bonheur malgré tous ces problèmes. Il m’arrive de pouvoir trouver un peu de paix intérieure malgré toutes ces douleurs. J’espère que cela est susceptible de pouvoir en aider d’autres qui se trouvent dans ma situation, et qu’ils/elles pourront ainsi chasser les démons de la dépression.

 

Mais je dois reconnaître que toute cette volonté de positivité ne pourra changer l’immense douleur que j’éprouve, la perte de ma mobilité, des sensations du corps qui était autrefois, quand je dansais et faisais du sport, en tellement bonne santé !

 

Je suis maintenant certaine que mon futur ne sera pas comme je l’avais imaginé. Mais je veux qu’il soit rempli de détermination et de dévouement pour pouvoir contribuer à élever le niveau de conscience dont le monde a tant besoin.

« Une personne qui réussit sa vie est une personnes qui la construit sur une base solide avec les briques que la vie lui a jeté à la figure ». – Chloé.

 

Source: Sarasotavaccinationchoice 

 

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article
23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 00:13

Voici ma fille Mia qui vient d’avoir 12 ans. Quelques mots sur les terribles supplices que Mia a dû traverser au cours des 5 derniers mois. On peut voir à quel point elle n’est pas bien depuis qu’elle a, le 21 septembre de l’année dernière, reçu, à l’école, son vaccin contre le HPV.

 

On peut voir qu’elle est atteinte de spasmes involontaires. Elle ne sait plus faire usage de ses bras et de ses jambes.

La dernière vidéo a été réalisée la semaine dernière. On voit qu’elle peut à peine cligner des yeux, parler un peu, et toujours avec les mêmes spasmes involontaires. Depuis maintenant 11 semaines elle ne peut plus bouger le moindre membre. En dehors de quelques nuits passées à la maison, elle a tout le temps été hospitalisée. Au cours des deux dernières semaines, sa santé a continué à se détériorer. Elle vomit matin et soir. Aujourd’hui, elle s’est vraiment sentie mal 34 fois en 40 minutes. On pourrait presque dire qu’elle pourrit dans un lit d’hôpital alors que presque personne ne s’en occupe !

 

Nous espérons qu’en diffusant cette information nous pourrons trouver quelqu’un qui pourra nous venir en aide. Nous espérons que notre témoignage pourra aider d’autres filles qui ont aussi été touchées.

 

Vous pourrez trouver toute son histoire grâce au lien suivant : http://yournewswire.com/gardasil-destroying-daughters/

 

Merci à toutes les personnes qui pourront faire un don pour nous venir en aide : http://www.gofundme.com/mias-recovery-fund - Nous souhaiterions aussi que notre témoignage soit partagé par le plus grand nombre possible de personnes.

 

Tout ceci nous tient très fort à cœur parce que grâce à vous, nous pourrons trouver les personnes qui pourront venir en aide à Mia.

 

En conclusion, nous pensons utile de laisser la parole aux experts, aux vrais d'abord, et puis ensuite à ceux qui n'en portent que l'étiquette officielle.... rien de mieux en effet qu'une comparaison à temps pour votre santé et celle de vos enfants!

 

Dr Diane Harper, médecin qui a participé aux essais cliniques des vaccins HPV Gardasil & Cervarix:  « Il n’existe pas de données qui permettent de confirmer que les avantages l’emportent sur les risques. La vérité est que nous savons très peu de choses sur les effets secondaires du vaccin contre le HPV ».

 

Dr Bernard Dalbergue (ancien médecin chez Merck, fabricant du Gardasil): "Le Gardasil sera le plus grand scandale médical de tous les temps". 

 

ONE (Office de la Naissance et de l'Enfance, Belgique): "Pour la quasi totalité du monde médical à l'échelle de la planète, il n'y a PAS de complication grave des vaccins".

 

Pr Noni Mc Donald (pédiatre canadienne et "experte" auprès de l'OMS), le 18 mai 2016 à l'Assemblée générale du Conseil Supérieur belge de la Santé: "Il n'y a pas de plus sûr vaccin que le vaccin HPV"!

 

Dr Hélène Born (gynécologue à l'hôpital Bichat, à Paris): "J'aimerais beaucoup (que la vaccination HPV soit rendue obligatoire, c'est un rêve de gynécologue"! $$$$$$ voir à ce propos d'ailleurs ici le business vaccinal des pédiatres et généralistes (est-ce donc surprenant que des gynécologues puissent lorgner sur leur part du gâteau avec des souhaits d'obligations vaccinales aussi sottes, mais rentables que pour eux seuls?)

 

Voir aussi:

 

Traitements orthomoléculaires des effets secondaires des vaccins HPV Gardasil et Cervarix

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA