Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 mars 2015 2 17 /03 /mars /2015 09:07

L’ALUMINIUM EST TOXIQUE POUR TOUTES LES FORMES DE VIE

Pourquoi est-il utilisé dans les vaccins ?

Une des diapositives de la conférence du Dr Humphries sur base de données figurant sur le site internet du Dr Paul Offit, de l’ Hôpital des Enfants, Université de Pennsylvanie, Centre d’Education à la vaccination, Avril 2013.

Une des diapositives de la conférence du Dr Humphries sur base de données figurant sur le site internet du Dr Paul Offit, de l’ Hôpital des Enfants, Université de Pennsylvanie, Centre d’Education à la vaccination, Avril 2013.

Aluminium et grossesse

 

«L’aluminium est considéré être un métal essentiel. Les taux d’aluminium fluctuent naturellement au cours de l’activité cellulaire. On le retrouve dans tous les tissus. On croit aussi qu’il joue un rôle important dans le développement d’un fœtus en bonne santé ». Revu par le Dr Paul Offit, MD. (avril 2013)

 

En mai 2014, le Dr Suzanne Humphries a donné une conférence publique en Nouvelle Zélande sur l’immunité néonatale. Il s’agit ici d’une partie de cette conférence qu’elle a baptisée « trois années de grossesse » Au début, le Dr Humphries commence par évoquer l’impact que peuvent avoir l’injection d’ADN animal, de cellules et de différents produits dans les vaccins. Voir la conférence

 

L'aluminium est toxique pour toutes les formes de vie: pourquoi est-il utilisé dans les vaccins?

L’épigénétique est l’étude des influences environnementales modifiant l’expression du code génétique et des mécanismes en cause

L'aluminium est toxique pour toutes les formes de vie: pourquoi est-il utilisé dans les vaccins?

Le Dr Humphries explique: les vaccins contiennent des substrats de tous ces animaux (y compris des tisssus de foetus humains) Ce fait n’est même pas controversé. Les effets à long terme de l’injection de matériel ADN animal et humain à des enfants par le biais des vaccins n’a pas été étudié, tout particulièrement en combinaison avec tellement d’autres vaccins faisant partie du programme de vaccination pour les enfants et dont le nombre n’a cessé d’augmenter au cours des dernières années.

 

Aluminium et grossesse

 

Le Dr Humphries commence sa presentation sur l’aluminium et la grossesse par une citation parue sur le site du Dr Paul Offit (Childen’s Hospital, University of Pensylvania, Vaccine Education Center, April 2013.

 

«  L’aluminium est considéré être un métal essentiel. Les taux d’aluminium fluctuent naturellement au cours de l’activité cellulaire. On le retrouve dans tous les tissus. On croit aussi qu’il jour un rôle important dans le développement d’un fœtus en bonne santé ».

 

Le Dr Humphries a fait parvenir une copie de cette citation à « l’un des plus grands experts mondiaux de l’aluminium et l’un des mieux informés » Cet expert qui est d’habitude très diplomatique et poli a fait au Dr Humphries une « déclaration peu flatteuse » au sujet du commentaire du Dr Offit sur l’aluminium.

 

Le Dr Humphries se demande comment quelqu’un supposé intelligent et bien formé comme le Dr Offit pouvait faire pareille déclaration, surtout après avoir lu les études et les déclarations faites sur l’aluminium, comme celle du Dr Kawahara : 

L'aluminium est toxique pour toutes les formes de vie: pourquoi est-il utilisé dans les vaccins?

« Bien que l’on trouve de l’aluminium en abondance dans l’environnement, il n’est nullement essentiel à la vie. Au contraire, l’aluminium est un neurotoxique largement reconnu comme tel qui bloque, inhibe plus de 200 fonctions biologiques importantes. Il provoque des effets négatifs chez les plantes, les animaux et les hommes. » Kawahara, 2011, PMID 21423554

 

Link between Aluminum and the Pathogenesis of Alzheimer’s Disease: The Integration of the Aluminum and Amyloid Cascade Hypotheses – Int J Alzheimers Dis. 2011; 2011: 276393. – En savoir plus

 

La recherche du Dr Kawahara sur l’aluminium et ses effets neurotoxiques sont commentés par le Dr Humphries tout spécialement en rapport avec la grossesse. L’article du Dr Kawahara est confirmé par 176 références dans la littérature médicale: l’aluminium est un facteur de mort pour les cellules.

 

Il convient de noter que le Dr Offit détient un brevet sur un des vaccins qui fait partie du programme de vaccination pour les enfants, et qu’il en touche les royalties.

 

Pour plus d’information

 

L’aluminium endommage les cellules

 

Le Dr Humphrie évoque ensuite les dégâts oxidatifs que l’aluminium provoque dans la cellule, corrobotant les recherches du Dr Verstraeten.

L'aluminium est toxique pour toutes les formes de vie: pourquoi est-il utilisé dans les vaccins?

INJECTER n’est pas du tout la même chose qu’INGERER de l’aluminium

 

L’un des arguments les plus courants des partisans des vaccins est le fait que nous sommes déjà exposés à des produits toxiques comme l’aluminium ou le mercure qui sont répandus dans notre environnement et dans nos aliments à des taux beaucoup plus élevés que ceux que l’on retrouve dans les vaccins. Mais il existe une énorme différence entre la prise orale de l’aluminium et le fait de l’injecter directement dans le corps.

 

Pour une information complémentaire

 

Le Dr Humphries explique que quand vous mangez des produits contenant de l’aluminium, vous en absorbez entre 0,2% à 1,5%. Si vos reins sont sains et fonctionnent bien l’aluminium sera excrété. (Le Dr Humphries est néphrologie)

 

Par contre, quand l’aluminium est injecté par voie intramusculaire, vous en absorbez 100%.

 

Le Dr Humphries explique que l’on suppose que l’aluminium est sûr, simplement parce qu’il s’est retrouvé dans notre alimentation et dans les vaccins depuis tant d’années. Cependant sa sécurité n’a jamais été testée contre placebo.

 

Le Dr Humphries montre ensuite l’effet cumulatif de l’aluminium des vaccins au cours des 18 premiers mois de la vie d’un enfant. Plus d’information

L'aluminium est toxique pour toutes les formes de vie: pourquoi est-il utilisé dans les vaccins?

Aluminium et fonctions rénales

 

Il y a un point que l’on n’envisage généralement pas quand on discute de la pénétration dans le corps de l’aluminium soit par voie orale soit par voie intramusculaire, et c’est la fonction rénale de l’individu. En tant que praticienne néphrologue, le Dr Humphries précise que quand on effectue une dialyse, tout doit être fait pour que l’on soit certain qu’aucune trace d’aluminium ne pénètre dans les reins. Il est parfaitement connu que l’aluminium exerce des effets négatifs sur les reins des personnes qui souffrent d’une pathologie de cet organe.

 

Outre les problemes de reins dont souffrent certaines personnes, il convient aussi de signaler que dans les premiers temps, les nourrissons n’ont que de faibles fonctions rénales. Pour en savoir davantage

 

L’aluminium en tant que neurotoxine affecte le cerveau

 

Une étude récente de 2013 conclut:

 

L’aluminium possède un potentiel neurotoxique élevé. Le fait de prévoir l’administration de doses régulièrement plus élevées de cet adjuvant très peu biodégradable devrait être soigneusement évalué par les agences responsables étant donné le fait que ce produit peut s’avérer insidieusement dangereux. Il est probable que la bonne tolérance à l’aluminium peut être influencée par une variété de facteurs y compris la survaccination, la barrière hémato-encéphalique, l’immaturité et des facteurs individuels de susceptibilité comme l’âge qui peut être associé à des altérations de la barrière hémato-encéphalique, comme à l’augmentation de la production de CCL2.

 

Source: Slow CCL2-dependent translocation of biopersistent particles from muscle to brain. Khan – BMC Med. 2013; 11: 99

 

Pour en savoir plus

 

[…]

 

Pourquoi ne remplace-t-on pas l’aluminium toxique en tant qu’adjuvant dans les vaccins?

 

Le Dr Humphries pose ensuite la question la plus pertinente qui soit ayant trait à la présence d’un produit reconnu toxique dans les vaccins: pourquoi l’aluminium n’est-il pas remplacé par un produit moins toxique ou pas toxique du tout?

 

Le Dr Humphries croit avoir trouvé la réponse dans une étude de 2004 publiée dans The Lancet.

 

Dans cette étude, on trouve cette déclaration assez déroutante:

 

“En dépit du manque de preuves de bonne qualité, nous ne recommandons pas que des recherches ultérieures soient réalisés sur ce sujet.”

 

Pourquoi?

 

Cette étude financée par l’Organisation Mondiale de la Santé en donne la raison:

Effets secondaires après immunisation au moyen de vaccins DTC contenant de l’aluminium:revue systématique des preuves. Dr Tom Jefferson – The Lancet, Volume 4, N°2 p 84-90, février 2004

Effets secondaires après immunisation au moyen de vaccins DTC contenant de l’aluminium:revue systématique des preuves. Dr Tom Jefferson – The Lancet, Volume 4, N°2 p 84-90, février 2004

L’évaluation de la sécurité de l’aluminium dans les vaccins est importante parce que le remplacement des composés d’aluminium dans les vaccins actuellement homologués nécessiterait l’introduction d’un composé tout à fait nouveau qui devrait faire l’objet d’études avant l’homologation. Aucun candicat de choix pour remplacer l’aluminium n’est disponible. Ainsi le retrait (de l’aluminium), pour des raisons de sécurité, affecterait gravement l’immunogénicité et l’effet protecteur de certains vaccins couramment homologués, et constituerait une menace pour les programmes d’immunisation sur un plan mondial. 

 

Les vaccins contenant de l’aluminium que le CDC recommande aux femmes enceintes

 

On comprend maintenant pourquoi les fabricants de vaccins continuent à utiliser l’aluminium dans les vaccins et pourquoi les gouvernements les y autorisent.

 

Dans le tableau qui suit, on peut voir les vaccins que le CDC recommande aux femmes enceintes.

L'aluminium est toxique pour toutes les formes de vie: pourquoi est-il utilisé dans les vaccins?
Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
15 mars 2015 7 15 /03 /mars /2015 20:16

Etats-Unis – Département de la Justice, Mars 2015

Règlement judiciaire et indemnisations pour 117 cas de dommages et de décès causés par les vaccins

Les Etats-Unis indemnisent 117 victimes de vaccins de plus en 3 mois

D’après Brian Shilhavy, Health Impact News, Mars 2015

 

Le Département de la Justice publie chaque trimestre un rapport sur les dommages et les décès causés par les vaccins qu’il transmet à la Commission consultative sur les vaccins de l’enfance. Ce rapport datant du 5 mars 2015 indique que 117 cas de dommages et de décès dus aux vaccins ont été indemnisés pour la période allant du 16/11/2014 au 15/02/2015.

 

92 de ces cas repris dans le rapport précisent le nom des vaccins, le dommage causé et le temps qu’a duré l’affaire avant qu’elle ne soit définitivement réglée. Cinq de ces cas concernaient des décès liés aux vaccins, dont trois étaient liés au vaccin contre la grippe. Au total, parmi les 92 cas, 73 concernaient des dommages et/ou des décès liés au vaccin contre la grippe. La majorité de ces cas liés au vaccin contre la grippe concernaient des personnes qui avaient souffert du Syndrome de Guillain Barré.

 

Ces rapports trimestriels sur le règlement des affaires concernant des dommages ou des décès liés aux vaccins et publiés par le tribunal américain des vaccins, ne sont que très rarement, voire jamais publiés dans les médias traditionnels. Nous les reproduisons dans cet article de « Health Impact News ». Ci-dessous le rapport du 5 mars 2015 :

Les Etats-Unis indemnisent 117 victimes de vaccins de plus en 3 mois
Les Etats-Unis indemnisent 117 victimes de vaccins de plus en 3 mois
Les Etats-Unis indemnisent 117 victimes de vaccins de plus en 3 mois
Les Etats-Unis indemnisent 117 victimes de vaccins de plus en 3 mois
Les Etats-Unis indemnisent 117 victimes de vaccins de plus en 3 mois
Les Etats-Unis indemnisent 117 victimes de vaccins de plus en 3 mois
Les Etats-Unis indemnisent 117 victimes de vaccins de plus en 3 mois
Les Etats-Unis indemnisent 117 victimes de vaccins de plus en 3 mois
Les Etats-Unis indemnisent 117 victimes de vaccins de plus en 3 mois
Les Etats-Unis indemnisent 117 victimes de vaccins de plus en 3 mois

En près de 15 ans, c’est seulement en novembre 2014 que le gouvernement américain a publié son premier rapport sur le Tribunal Américain pour les vaccins - « Vaccine Court », mieux connu sous l’appellation National Vaccine Injury compensation Program – NVICP. La plupart des citoyens américains ne sont même pas au courant de l’existence même de ce tribunal. Si des vaccins endommagent la santé de citoyens américains ou entraînent des décès, ces persones ou leur famille n’ont pas la possibilité de poursuivre le fabricant de vaccins. Ils doivent porter plainte devant le gouvernement fédéral et essayer d’obtenir une indemnisation  du Vaccine Injury Compensation Trust Fund qui est financé par les impôts prélevés sur la vente des vaccins.

 

Le rapport GAO de 2014 a critiqué le gouvernement pour ne pas avoir rendu publique l’existence de ce programme, comme aussi le fait que des fonds sont disponibles pour dommages vaccinaux. Par conséquent, les règlements judiciaires concernant les dommages vaccinaux et les décès dus aux vaccins ne représentent probablement qu’une petite fraction des dommages et des décès qui surviennent aujourd’hui en Amérique.

 

Le Tribunal Fédéral des Vaccins ne vient pas véritablement en aide aux personnes victimes de dommages vaccinaux ou de décès

 

Même pour les familles ou les personnes qui sont au courant de l’existence du NVICP, et qui se battent sur un plan légal, la bataille juridique pour être indemnisés peut prendre tellement d’années qu’ils ne reçoivent finalement jamais les sommes prévues. Les sommes versées par le Vaccine Injury Compensation Trust Fund représentent aujourd’hui quelque 3,5 milliards de dollars. Ce montant s’explique en grande partie par le fait que le gouvernement refuse de prendre en compte les cas d’autisme qui épuiseraient rapidement tous les fonds. (Voir l’article intitulé : Comment le gouvernement a gagné 3,5 milliards pour avoir prétendu que les vaccins ne pouvaient pas provoquer l’autisme.)

 

Wayne Rohde, auteur du livre « Le tribunal des vaccins :  la sombre vérité sur le programme américain d’indemnisation des victimes de vaccins » explique comment le NVICP n’est plus le lieu de justice voulu par le Congrès pour les victimes des vaccins (Voir : Gao Report on Vaccine Court Reveals Vaccine Injured Victims not being helped).

 

Mensonges, Fraude et Corruption dans la politique vaccinale américaine

 

Le message commun à tous les médias américains et certaines agences gouvernementales est que les vaccins sont sûrs.

 

Ceci n’est qu’un mensonge. Les vaccins sont dangereux. La santé des personnes peut être endommagée par les vaccins. Certains peuvent en mourir. Le rapport du Département de la Justice (DOJ) qui ne reflète probablement qu’un très faible pourcentage des cas réels, montre clairement le danger inhérent aux vaccins.

 

Dans les années, 1980  tant de personnes ont subi des dommages vaccinaux ou sont décédées que les compagnies pharmaceutiques ont adressé une pétition au Congrès pour qu’il adopte une loi qui leur accorderait l’immunité juridique en cas de poursuites. Ces compagnies ont essentiellement fait du chantage auprès du Congrès en menaçant  de ne plus fabriquer de vaccins si cette loi n’était pas adoptée.

 

En 1986, le Congrès s’est senti obligé de voter cette loi et aujourd’hui nous avons le NVICP, tandis que de nouveaux vaccins entrent dans ce marché « protégé » et « garanti » qui a grimpé en flèche. Le plus gros acheteur de vaccins est le CDC américain. Il achète pour plus de 4 milliards de dollars de vaccins par an. En outre, le gouvernement américain détient des brevets sur certains vaccins et en perçoit les royalties, comme par exemple sur le Gardasil. Julie Gerberding a été à la tête du CDC de 2002 à 2009. C’est au cours de ces années que la FDA a  approuvé le Gardasil. Peu après qu’elle ait repris la direction du CDC, elle aurait complètement remanié la structure organisationnelle de l’Agence. C’est alors que de nombreux scientifiques ont soit quitté l’Agence ou annoncé leur intention de la quitter. Certains ont prétendu que presque tous les remplaçants que Julie Gerberding avait nommés avaient en fait des liens avec l’industrie du vaccin.

 

Gerberding a démissionné du CDC le 20 janvier 2009. Elle est maintenant présidente de la division « vaccins » de Merck. Cette firme réalise une opération de 5 milliards de dollars chaque année. C’est elle qui fournit le plus grand nombre de vaccins recommandés par le CDC Voir article.

 

En 2014, le Dr William Thompson, un des principaux épidémiologistes du CDC qui a co-écrit et publié des recherches sur le vaccin ROR pour le compte du CDC en 2004, a pris la décision de dénoncer les données que le CDC avait dissimulées et qui reliaient le vaccin à l’autisme chez les garçons afro-américains. En outre, Merck a été impliqué dans un long procès fédéral pour allégations de fraude qui auraient concerné la partie « oreillons » du vaccin ROR. Cette affaire avait été soulevée en 2010 par deux virologues de Merck. La firme a apparemment tout tenté pour obtenir que cette affaire soit rejetée par les tribunaux et ne paraisse pas dans les grands médias. Mais, fin 2014, un juge fédéral a finalement décidé de reprendre l’affaire (Voir : Pourquoi les grands médias ont voulu ignorer les problèmes de fraude au sujet du vaccin contre la rougeole ?

 

CONCLUSION : ne vous fiez pas à ce que le gouvernement raconte sur les vaccins.

 

Le gouvernement américain a des conflits d’intérêt massifs en ce qui concerne les politiques liées à l’industrie du vaccin. Avant de prendre une décision qui serait susceptible de changer votre avenir et celui de vos enfants, faites vos propres recherches. On ne peut faire confiance au gouvernement en matière de vaccins. Il s’avère également que les médias et de nombreux médecins ne font pas leur propre recherche par rapport à l’industrie du vaccin. Effectuez s’il vous plaît votre propre recherche par rapport aux vaccins avant de devenir vous-même une statistique ayant trait aux personnes dont la santé aura été endommagée ou qui seront décédées à la suite des vaccins.

 

Rapports précédents sur les dommages vaccinaux et les décès liés aux vaccins.

 

Source : Health Impact News

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
14 mars 2015 6 14 /03 /mars /2015 22:59

VACCINATIONS : 

 

Les vétérinaires, meilleurs que les médecins ?

 

Sherry Tenpenny, 16/06/2010

Vaccinations: les vétérinaires, meilleurs que les médecins?

Les vétérinaires et les pédiatres ont beaucoup de choses en commun. Tous deux sont des professionnels de la santé hautement qualifiés ayant fait des études assez similaires. Les deux éprouvent souvent des difficultés pour pouvoir déterminer quel est le problème de leur patient. Les petits enfants, comme les animaux ne savent pas communiquer ce qui fait mal. Leur métier n’est pas facile du tout, mais le principe de leur travail est simple : maintenir ou rétablir la santé de ceux qui leur sont confiés tout en respectant le serment qu’ils ont fait : « D’abord ne pas nuire ».

 

Les examens pour les bébés et les animaux domestiques sont souvent associés aux programmes de vaccinations de routine. Avant d’administrer un vaccin, le consentement de la personne responsable est nécessaire. C’est sur ce point que la discussion avec le médecin peut s’avérer difficile. Beaucoup de parents savent  que l’on a refusé les soins médicaux à des personnes qui s’interrogeaient sur les vaccinations ; elles se montrent donc souvent très prudentes pour faire part de leurs préoccupations. Leurs craintes ne manquent cependant pas de fondement, car selon un sondage de l’Académie Américaine de Pédiatrie (AAP) de 2005, face aux parents qui refusent la vaccination, les pédiatres ont déclaré avoir toujours (4,8 %) ou au moins parfois (18,1%) déclaré aux parents qu’ils n’accepteraient dorénavant plus d’être le médecin de l’enfant. Les propriétaires d’animaux, d’autre part, ont toute latitude de discuter de leurs préoccupations en matière de vaccinations. Dans de nombreux cas, le refus de vaccination a le plein appui du vétérinaire.

 

Quand il s’agit de chiens, les vétérinaires s’efforcent d’adapter le calendrier de vaccination aux animaux. Les directives et recommandations pour la vaccination des chiens offrent des suggestions pour les chiots et les chiens adultes. Les vaccins sont classés en différentes catégories : les vaccins recommandés pour tous les chiens, les vaccins optionnels et les vaccins non recommandés suite à une efficacité médiocre et un risque inacceptable d’effets secondaires. Les lignes directrices reconnaissent que la vaccination est une procédure médicale qui doit être individualisée en fonction de l’endroit où vit l’anima, comme en fonction de son style de vie. Les organisations professionnelles vétérinaires permettent la flexibilité et encouragent les médecins à prolonger les intervalles entre les vaccinations chaque fois que c’est nécessaire pour la sécurité de l’animal.

 

La plupart des vétérinaires conviennent que la santé des animaux domestiques doit être évaluée chaque année et que si on doit leur administrer des vaccins, ceux-ci doivent  être adaptés à l’âge, à la santé, au mode de vie de l’animal.

 

A titre d’exemple, le Dr Matthew J. Toia, vétérinaire en chef pour  « PetLabsMD.com », un laboratoire qui travaille avec des vétérinaires agréés et des techniciens vétérinaires convient,  par exemple, qu’un chat d’intérieur peu exposé à toute une série de maladies n’a pas besoin de certaines vaccinations de routine. Par exemple, le vaccin pour la maladie de Lyme, une maladie régionale pour animaux domestiques n’est pas nécessaire pour des animaux qui ne sont pas exposés dans des régions à risque faible. On peut, pour les chats, renoncer à ce vaccin sans problème. Ses commentaires sont confirmés par deux associations vétérinaires : l’Association Américaine des Praticiens pour les Félins (AAFP) et l’Académie de Médecine pour les Félins (AFM). Le groupe consultatif pour les vaccins destinés aux félins (APFV) donne des lignes directrices pour la sélection et l’administration des vaccins destinés aux chats.

 

Les vaccins pour les félins se répartissent en deux catégories : les vaccins de base qui sont recommandés pour tous les chats et les vaccins de seconde catégorie seulement recommandés pour un petit nombre de chats. Ces deux organisations encouragent les propriétaires de chats à maintenir une excellente relation avec leur vétérinaire pour que le calendrier de vaccination puisse être ouvertement discuté.

 

Les vétérinaires limitent le nombre de vaccins administrés aux chiots au cours d’une seule visite. Une étude qui a porté sur plus de 1.200 chiens a pu démontrer que le risque d’un effet secondaire indésirable était significativement augmenté en fonction du nombre de vaccins administrés au cours d’une visite. Chaque vaccin supplémentaire augmente considérablement le risque  d’un effet indésirable de 27% chez les chiens qui pèsent moins de 10 Kg et de 12% chez les chiens qui pèsent plus de 10 Kg. Les vétérinaires sont très prudents par rapport au fait d’administrer plusieurs vaccins au cours d’une seule visite.

 

Contrairement à leurs homologues vétérinaires, l’Académie Américaine de Pédiatrie (AAP), approuve la vaccination universelle et suit le programme de vaccinations passe-partout.

 

L’AAP ne se contente pas de supposer que tous les vaccins sont nécessaires, mais ces pédiatres présument que les enfants peuvent tolérer tous les vaccins repris dans le programme standard de vaccination. Donc, ils estiment que 6 doses et 18 antigènes de vaccins peuvent être administrés en même temps.

 

Le comité consultatif concernant les pratiques d’immunisation (ACIP) recommande que si une dose n’est pas administrée « à temps » au cours des visites médicales de deux, quatre et six mois, le vaccin doit être administré à la visite suivante.

 

Chaque dose est à ce point considérée comme essentielle que l’ACIP a créé un calendrier de « rattrapage » pour les enfants qui n’auraient pas reçu ne fût-ce qu’un seul vaccin.

 

Les parents commencent à s’alarmer du grand nombre d’injections que l’on administre en une seule séance à leurs enfants. Pour contourner les problèmes psychologiques, les fabricants ont créé des vaccins combinés tels que Pediarix et Comvax, pour tromper les parents en leur faisant croire que leur enfant  ne reçoit qu’un seul vaccin à la fois. Le Pediarix combine en fait trois vaccins (DTCa, hépatite B et poliomyélite). Comvax combine l’hépatite B et le vaccin anti-Hib.

 

L’ACIP affirme que l’utilisation de vaccins combinés est préférable à des injections séparées des mêmes composants de vaccins. L’AAP appuie cette recommandation de vaccins combinés pour améliorer en temps opportun la couverture vaccinale.

 

Tant l’ACIP et l’AAP ferment les yeux sur les problèmes potentiellement graves qui pourraient résulter de la combinaison de plusieurs vaccins. Et, en outre, si un effet secondaire se produit, il devient impossible de déterminer quel vaccin a provoqué cet effet secondaire. L’Association des praticiens s’occupant des félins (AAFP) recommande l’utilisation de vaccins à dose unique parce que « l’augmentation du nombre d’antigènes dans un vaccin augmente aussi la probabilité d’événements indésirables associés. »

 

La plupart  des pédiatres semblent avoir une approche  du vaccin « coûte que coûte », plutôt que d’assurer la sécurité et la pertinence de tel ou tel vaccin pour tel ou tel enfant.

 

L’AAP encourage les pédiatres à travailler individuellement et collectivement aux niveaux locaux et nationaux pour s’assurer que tous les enfants reçoivent leurs vaccins à temps. Ceci suppose de devoir administrer des vaccins à des enfants même quand ils sont malades.

 

Selon les plus récentes « recommandations générales pour la vaccination » publiées en 2006 par les Centres de Contrôle et de Prévention des Maladies (CDC), il y a peu de raisons de retarder la vaccination. En fait, les lignes directrices précisent : « Parmi les conditions les plus habituelles, considérées à tort comme étant des contre-indications, il y a la diarrhée, les maladies mineures des voies respiratoires (y compris l’otite moyenne) avec ou sans fièvre, des réactions d’intensité légère à modérée à une dose précédente de vaccin, une thérapie antimicrobienne, la phase de convalescence d’une maladie aiguë. » A la demande du CDC et de l’AAP, les pédiatres sont tenus de suivre les instructions du CDC et d’utiliser chaque rencontre comme une occasion de vacciner.

 

Quand les animaux sont malades, la plupart des vétérinaires choisissent de pencher du côté de la sécurité. Les vaccins sont alors postposés jusqu’à ce que l’animal soit rétabli afin de minimiser les risques de réactions indésirables. Selon « PetEducation.com », la décision de vacciner un animal malade doit être prise sur base individuelle. Le vétérinaire détermine si la vaccination est appropriée en effectuant un examen clinique et en se basant éventuellement sur des examens de laboratoire avant de prendre une décision. Rien de tel n’est fait avec les enfants.

 

Selon le CDC, un examen physique de routine et la prise de température ne sont plus des conditions nécessaires avant de vacciner. Dès qu’un enfant entre dans le bureau du médecin, celui-ci doit procéder à la vaccination.

 

Eviter la sur-vaccination

 

Beaucoup de vétérinaires sont préoccupés par le risque d’effets secondaires et des complications qui peuvent survenir après des vaccinations et des rappels inutiles. Ils ordonnent un test sanguin afin de pouvoir déterminer la nécessité de vaccins supplémentaires. Le test mesure le taux d’anticorps dans le sang (anticorps généralement produits par la vaccination) Plus le titrage d’anticorps est élevé au mieux c’est. Par exemple un titrage d’anticorps de 1 :5 est considéré comme peu élevé, et implique généralement une sensibilité à la maladie. Un titrage de 1 :1.000.000 est considéré comme très élevé et implique l’immunité. Il est généralement admis qu’un titre élevé indique en outre que la vaccination n’est pas nécessaire.

 

Bien qu’utiles comme guides les titrages d’anticorps ont aussi leurs limites. Ils ne mesurent cependant qu’une seule composante du système immunitaire, de sorte que le niveau complet de protection reste inconnu. Il n’est pas possible de distinguer les anticorps générés par la vaccination de ceux qui ont été développés après avoir guéri d’une maladie. Sauf les cas où la vaccination est exigée par la loi, le titrage des anticorps peut être mesuré afin de pouvoir déterminer la nécessité d’injections de rappel. Le test est particulièrement important pour les animaux qui ont déjà eu une réaction indésirable. Bien que les vétérinaires ne soient pas tous d’accord pour vérifier les taux d’anticorps, le test n’en reste pas moins disponible pour les propriétaires d’animaux qui préfèrent ne pas suivre la pratique conventionnelle des rappels annuels.

 

Bien que les associations de médecins vétérinaires soient en faveur de la vaccination, ils n’en insistent pas moins sur le fait que la vaccination n’est qu’une composante d’un plan général et individualisé de santé pour les animaux. Il est évident que les propriétaires d’animaux peuvent participer activement à la santé et au bien-être de leurs animaux. Des tests qui permettent aux propriétaires d’animaux de réaliser des économies substantielles, peuvent être directement commandés sur internet. PetLabsMD.com offre des centaines de tests au sujet par exemple de la prévention du cancer, des tests concernant les diverses maladies infectieuses, le diabète, des carences nutritionnelles, et le titrage d’anticorps pour les vaccinations.

 

Plus important encore, les propriétaires auront la commodité d’avoir des tests sanguins de leurs animaux de compagnie réalisés dans l’intimité de leurs propres maisons, en évitant le stress supplémentaire de conduire un animal chez le vétérinaire. PetLabsMD.com est en train d’élargir son réseau national de vétérinaires et de techniciens vétérinaires qui pourront venir directement à votre domicile pour prendre les échantillons nécessaires. Les propriétaires d’animaux qui n’ont pas accès à un vétérinaire « holistique » peuvent demander des tests importants directement à Pet-Labs.

 

Vétérinaires vs pédiatres : une comparaison intéressante

 

Contrairement à l’AAP qui nie systématiquement toute connexion entre les vaccins, les effets indésirables et les effets secondaires, le Conseil qui s’occupe des Produits Biologiques et des Agents Thérapeutiques (COBTA) auprès de l’Association Médicale Vétérinaire Américaine conclut que les vaccins peuvent provoquer des problèmes et doivent être individualisés. Ce qui suit est un extrait qui traite de leur politique :

 

« Il n’y a pas suffisamment de données disponibles pour pouvoir déterminer scientifiquement un seul et meilleur protocole de vaccination qui pourrait s’appliquer à tous les animaux à l’échelle mondiale. En dépit des progrès significatifs dans notre connaissance des antigènes, des lacunes subsistent toujours dans notre compréhension des réactions chroniques ou aiguës du système immunitaire à plusieurs vaccinations. Le corps des connaissances concernant la variabilité génétique au sein des races ou espèces individuelles et les réponses idiopathiques résultant de la vaccination (y compris les effets indésirables associés aux vaccins), ce corps de connaissances est bien sûr en augmentation mais reste trop peu concluant pour pouvoir formuler des recommandations spécifiques appropriées pour tous les patients. Par conséquent le COBTA estime qu’une approche personnalisée par rapport aux protocoles de vaccination recommandés est la méthode la plus sûre et la plus efficace pour traiter médicalement la diversité croissante des patients qui se présentent pour la vaccination. »

 

Il semble que les vétérinaires soient plus prudents au sujet de la vaccination que leurs homologues pédiatres. Une comparaison entre les vétérinaires et les pédiatres pourrait être résumée comme suit :

 

Les vétérinaires considèrent les animaux comme des individus. Les vaccins sont adaptés à leurs besoins et modes de vie. Par exemple, les chiens qui souffrent d’allergies sont souvent moins vaccinés. On leur administre des doses plus faibles ou bien ils ne sont pas vaccinés du tout. Si l’un ou l’autre effet indésirable apparait à la suite d’un vaccin, les vétérinaires se veulent prudents par rapport à de futurs vaccins.

 

On ne trouve malheureusement pas le même niveau d’individualisation et de prudence dans la communauté pédiatrique.

 

Pour éviter la sur-vaccination, les vétérinaires demandent souvent des titrages d’anticorps. Ca ne semble pas être le cas pour les pédiatres. En fait, tous les vaccins sont obligatoires pour tous les enfants au risque de se voir expulsés de la pratique médicale pour avoir refusé.

 

Les vétérinaires reconnaissent que les vaccins peuvent provoquer des réactions indésirables graves, y compris des cancers qui sont bien documentés chez les chats, la leucémie féline et les sarcomes félins. Les pédiatres reconnaissent rarement, sinon jamais une association entre l’asthme, l’eczéma, les convulsions, le reflux gastrique, les accidents vasculaires cérébraux, le cancer et l’autisme. On dit aux parents que tel ou tel effet secondaire n’a pas été causé par une vaccination récente. Des dizaines de milliers de dollars sont alors nécessaires pour que des tests et des procédures médicales puissent le prouver.

 

La plupart des vétérinaires semblent bien comprendre  qu’une politique vaccinale passe-partout n’est pas appropriée. Cela ne semble pas être le cas pour les médecins.

 

Il est grand temps que les pédiatres, l’AAP, le CDC, l’AICP comme tous ceux qui sont impliqués dans les programmes de vaccination puissent reconnaître que les vaccins comportent des risques et peuvent causer des dommages graves, y compris la mort. Si les vétérinaires travaillent la main dans la main avec les propriétaires d’animaux pour individualiser les programmes de vaccination, afin d’éviter une sur-vaccination et encourager la participation, il est temps que les médecins commencent à faire la même chose. Les parents doivent exiger que l’on donne à leurs enfants soient aussi bons que les soins que l’on donne aux animaux.

 

Source : Huffingtonpost

 

« Ne vaccinez jamais un enfant malade parce que son système immunitaire est affaibli. C’est toujours une situation dangereuse. »

Dr Harold Buttram, M.D., FAACP.

 

https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=j8nrdybZZzA#t=3612

 

Et on pourrait aussi bien sûr étendre ce conseil de grand bon sens aux malheureuses femmes enceintes vaccinées désormais à tort et à travers en pleine grossesse (alors qu’aucun vétérinaire ne vaccinerait jamais une femelle gestante !) et aux nombreuses personnes souffrant de maladies auto-immunes et de cancers qui n’échappent pas non plus à la folie vaccinatoire délétère à laquelle on assiste actuellement….

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 14:27

La science biochimique par rapport au paradigme

médico-pharmaceutique

 

                              D’après Carherine Frompovich, 25 février 2015

 

Qu’est-ce que la biochimie ? Selon le dictionnaire médical –The Free Dictionary by Falex, - c’est :L’étude des substances chimiques ET les processus vitaux qui se produisent dans les organismes vivants. La composition chimique d’un système vivant particulier ou d’une substance biologique. [1]

 

Selon l’auteur du présent article, cette définition ne décrit que la moitié de ce que le paradigme médico-pharmaceutique du vaccin prend en compte. Non seulement ce paradigme étudie les substances chimiques, mais ignore apparemment les impacts physico-chimiques qui se produisent dans les organismes vivants, à savoir les humains, les nourrissons, et les enfants en particulier.

 

Sinon, nous n’aurions pas autant de maladies iatrogènes [causées par les traitements et procédures diagnostiques] ! [1]

 

Il y a un excellent exemple qui illustre la folle interprétation de la biochimie par rapport à la pseudoscience pharmaceutique du vaccin qui dure depuis des années et qui s’est déguisée en « médecine fondée sur des preuves », tout en étant servilement reprise par la profession médicale, le CDC, la FDA, ainsi que les agences officielles de santé.

 

Les consommateurs de soins de santé et les médias en particulier se doivent de voir la vidéo du débat virtuel créé par Richard P. Milner et qui oppose Paul Offit, MD, inventeur de vaccins, chef du département des maladies infectieuses de l’hôpital des enfants de Philadelphie et le Dr Boyd Haley, PhD, chercheur, professeur émérite de chimie et de biochimie à l’Université du Kentucky.

 

Le Dr Haley affirme que « des gens comme le Dr Offit n’ont pas la moindre formation en toxicologie » Cette déclaration peut vraisemblablement être appliquée à la plupart, sinon à tous les médecins et professionnels de santé qui, grâce au prosélytisme des démarcheurs de l’industrie pharmaceutique, ainsi qu’aux publications scientifiques fallacieuses qui vantent leurs produits, croient dur comme fer à toute la rhétorique sur la sécurité et l’efficacité des vaccins et à l’interprétation de toute cette foutaise biochimique.

 

Un exemple parfait de cette foutaise biochimique au sujet des vaccins est précisément celui qui a trait au mercure et à l’éthylmercure en particulier. Il s’agit de la discussion que le professeur de chimie et de biochimie Boyd Haley a eue au sujet du thiomersal, de l’éthylmercure et du mercure.

 

LES VACCINS SONT-ILS SURS ET EFICACES ?

Le Dr Paul Offit dit « OUI »

Le Dr Boyd Haley dit « NON »

Quand la biochimie contredit le dogme médico-pharmaceutique des vaccins

Le Dr Paul Offit estime que ce sont les vaccins qui peuvent protéger des maladies infectieuses, tout en admettant que quelques personnes pourront subir des dommages, mais que la vaste majorité sera protégée par les vaccins.

Quand la biochimie contredit le dogme médico-pharmaceutique des vaccins

Le Dr Boyd Haley estime que les vaccins ne sont pas très efficaces. Il pense que le programme vaccinal des enfants est responsable d’avoir abîmé la santé d’une génération entière d’enfants. – Il explique que des personnes comme le Dr Offit n’ont reçu aucune formation en toxicologie. Il ajoute que les médecins ne reçoivent pas de formation en toxicologie qui pourrait les qualifier pour dire si oui ou non l’injection dans le corps d’une certaine quantité d’un produit chimique toxique, comme par exemple le thiomersal ou le mercure serait ou non toxique. Ils ne sont pas du tout formés pour pouvoir évaluer la chose.

 

Veuillez écouter attentivement ce que le Dr Haley dit au sujet du commentaire du Dr Offit concernant « la réponse immunitaire ». Ecoutez attentivement, car c’est très important. Le Dr Haley souligne que ce sont les Etats-Unis qui vaccinent le plus au monde, mais qui ont aussi les taux de mortalité infantile parmi les plus élevés. Les Etats-Unis sont en bas de la liste des pays – ils sont les 27èmes sur la liste !

 

En 2010, le Washington Post a publié un article « Notre taux de mortalité infantile est une honte nationale ». Cet article présentait un graphique spectaculaire par rapport à la position des Etats-Unis concernant la mortalité infantile : les Etats-Unis se trouvaient à la 27ème place derrière des pays comme la Slovaquie (26), la Nouvelle Zélande (25), la Hongrie (24), la Pologne (23), le Royaume-Uni (21), l’Irlande (16), la République Tchèque (5, et la Finlande (1).

 

Maintenant comparez ces évaluations avec le tableau ci-dessous.

 

Ce graphique illustre le nombre de vaccins administrés dans de nombreux autres pays à partir de 2009, ainsi que les taux de mortalité. Les Etats-Unis exigeaient 36 vaccins.  

 

Les deux hommes parlent de l’autisme. Le Dr Haley, de son côté, souligne l’importance de l’impact des toxines sur les troubles du spectre autistique (TSA). Les vaccins contiennent de nombreuses toxines (éthylmercure et aluminium dans l’un des quatre composés) et d’autres produits chimiques toxiques come le formaldéhyde, le polysorbate 80, ainsi qu’une liste d’autres ingrédients qui sont repris sur les notices des vaccins énumérés ICI.

 

En tant que professeur de biochimie, l’expertise du  Dr Haley explique ce qui se passe sur un plan biochimique et synergétique entre les produits chimiques toxiques, et en particulier avec l’éthylmercure du Thiomersal et l’aluminium.

 

Je pense que les arguments du Dr Haley sur les membranes poreuses et « l’intestin perméable » devraient pouvoir être du plus grand intérêt pour tous […]

 

Pour illustrer un autre domaine où la science médicale utilise, pour améliorer la santé, des toxines provenant entre autres de déchets industriels et sensées prévenir les caries dentaires, les lecteurs seront certes intéressés à ce qu’a pu révéler une étude anglaise sur le fluor. […] Sara Knapton, rédactrice scientifique au journal « The Telegraph » U.K. a eu assez de courage professionnel pour s’opposer aux principaux médias quand elle a publié «  Le fluor dans l’eau potable peut déclencher la dépression et le gain de poids, avertissent les scientifiques ».

 

Les scientifiques mettent en garde : comme le fluor pourrait provoquer des dépressions et des gains de poids, les autorités doivent cesser d’ajouter ce produit à l’eau pour empêcher les caries dentaires. [2] Soyez remerciée, Madame Knapton pour votre intégrité journalistique ! […]

 

Les consommateurs doivent absolument prendre conscience de ce qui se passe en médecine et se tenir tout autant informés des questions qui ont trait à leur santé qu’au sujet des dernières technologies informatiques et autres gadgets.

 

Comme le coût des soins de santé aux Etats-Unis était en 2012 de 2,8 trillions de dollars- non pas des milliards, mais des trillons [4], ne serait-il pas urgent que toute personne vivant aux Etats-Unis puisse poser des questions par rapport à ce qui nous rend si malades ? C’est en 2009 déjà que j’ai écrit : Nos vies chimiques et le détournement de notre ADN, une enquête dans ce qui nous rend probablement malades.

 

Selon le rapport « Mirror, Mirror on the Wall, 2014 Update : « How the U.S. Health Care system Compares internationally » :

 

Parmi les 11 pays étudiés dans ce rapport : L’Australie, le Canada, la France, l’Allemagne, les Pays-Bas, La Nouvelle Zélande, La Norvège, la Suède, la Suisse, le Royaume-Uni et les Etats-Unis, ce sont les Etats-Unis qui occupent le dernier rang, comme ce fut le cas en 2010, 2007, 2006, 2004…

 

Etiez-vous au courant de cette situation ? […]

 

Références: 

[1] http://medical-dictionary.thefreedictionary.com/biochemistry 
[2]http://www.telegraph.co.uk/news/science/science-news/11430087/Fluoride-in-drinking-water-may-trigger-depression-and-weight-gain-warn-scientists.html 
[3]Jim Chenevey, CBS Radio News http://www.cbsnews.com/news/jim-chenevey/ 
[4]http://www.chcf.org/publications/2014/07/health-care-costs-101#ixzz3Sh6Tbnuv 


 

Voir la vidéo : HALEY vs OFFIT

 

Source : Activistpost

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 16:40

Dommages vaccinaux après le vaccin contre la coqueluche

TEMOIGNAGE D’UNE MAMAN

Dommages vaccinaux après le vaccin contre la coqueluche: témoignage d'une maman

Extrait du film documentaire « BOUGHT » d’après le témoignage de la maman.

 

BOUGHT (Acheté), ou la vérité au sujet des vaccins, de Big Pharma, et de votre alimentation. - Wall Street vous a littéralement « ACHETE » vous et votre famille.

 

Sarah Bridges PhD, neuropsychologue, a eu quatre enfants. Son deuxième enfant Porter est né en parfaite santé. Le soir de sa visite médicale au cours de laquelle il avait reçu plusieurs vaccins, nous avons été réveillés par les cris les plus épouvantables que j’aie jamais entendus. On a de suite réalisé que quelque chose de grave se produisait. J’ai pris mon fils dans mes bras. Sa tête tomba immédiatement sur le côté. Il avait une température très élevée. Nous nous sommes précipités vers l’hôpital C’est là qu’on a réalisé qu’il faisait une crise d’épilepsie (grand mal), et c’est alors que j’ai réalisé que ma vie venait de basculer.

 

Porter a maintenant 21ans. Il doit toujours porter des couches, de même qu’un casque pour le protéger au cours de ses crises. Il ne sait toujours pas parler. 

Dommages vaccinaux après le vaccin contre la coqueluche: témoignage d'une maman

Le diagnostic parle de dommages cérébraux dus au vaccin contre la coqueluche. Porter est également devenu autiste avec de graves retards mentaux. En une seule année, Porter a dû être transporté 12 fois par ambulance à l’hôpital !

 

Pour nous, c’est terrible à dire : c’est un peu comme s’il était mort. C’est en effet la mort de nos rêves. Nous voulions une famille normale, mais notre mariage n’a pas tenu le coup !

 

Nous avons dû faire face à d’énormes frais qui heureusement ont été en partie pris en charge par les assurances et le gouvernement qui a finalement reconnu les faits.

 

Depuis sa naissance, jusqu’à ses 18 ans, les soins dont Porter avait besoin se sont élevés à environ 2,1 millions de dollars. Nous avons heureusement pu assumer tous ces frais, mais que serait-il arrivé si nous n’en avions pas eu les moyens. Nous n’aurions vraiment plus su que faire !  

Le coût de la vie de Porter a été de 2,1 millions de dollars pour ses 18 premières années

Le coût de la vie de Porter a été de 2,1 millions de dollars pour ses 18 premières années

Dommages vaccinaux après le vaccin contre la coqueluche: témoignage d'une maman
80 % des mariages qui doivent faire face aux besoins très particuliers d’un enfant mentalement handicapé ne tiennent pas.

80 % des mariages qui doivent faire face aux besoins très particuliers d’un enfant mentalement handicapé ne tiennent pas.

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 11:23

Une petite fille de 7 ans décède 4 jours après avoir reçu le vaccin contre la grippe

 

Quand un enfant de 7 ans normal, en bonne santé meurt subitement, on veut savoir pourquoi. Des choses pareilles n’arrivent pas par hasard – du moins ne se produisent pas aussi souvent que l’on peut le constater ces derniers temps.

 

Ce rapport d’une agence indépendante du Vermont relate ce qui s’est passé après que Kaylynne Matten ait été conduite par ses parents à sa visite médicale annuelle le 2 décembre 2011. Au cours de cette visite, Kaylynne a reçu le vaccin contre la grippe. Quatre jours plus tard elle était morte ! Elle n’était même pas malade quand elle s’est rendue chez le médecin ! 

 

Le Commissaire à la santé de l’Etat, le Dr Harry Chen, « n’est pas convaincu » que la mort de la petite fille soit due au vaccin contre la grippe. Il évoque l’incidence « très rare » de réactions graves au vaccin contre la grippe et le grand nombre de personnes qui le reçoivent chaque année. Le Dr Chen déclare que les réactions graves au vaccin contre la grippe sont si « rares » que des décès à la suite du vaccin contre la grippe n’ont jamais été rapportés au Vermont.

 

BINGO ! C’est là que se trouve le problème. Chaque fois qu’un enfant en bonne santé meurt ou est gravement handicapé à la suite d’un vaccin, les autorités médicales qui doivent déterminer la cause du décès semblent avoir l’habitude d’exclure d’office les vaccins parce que ces derniers ont la réputation d’être « si sûrs » et que les réactions graves sont « si rares ». Mais en fait, ils ne sont pas si « sûrs » et si « rares » qu’on veut bien le dire. Ces cas ne sont tout simplement pas rapportés à cause de personnes comme le Dr Chen, dont le travail dépend de la vente de vaccins. C’est là ce qu’il fait. Il doit s’assurer que toutes les personnes de son état soient complètement vaccinées. Sans la vente de vaccins, le Dr Chen pourrait s’inscrire au chômage ou devrait se mettre à la recherche d’un autre emploi. Mais alors, sans vaccins, un grand nombre de médecins seraient à la recherche d’un emploi… !

 

Le Dr Chen s’inquiète que le public puisse réagir de manière excessive à la mort de cette petite fille. Il met en garde contre les réactions « alarmistes » à la mort de Kaylynne Matten. Excusez-moi ! Nous ne serions pas sensés être ALARMES ? De toute évidence, le Dr Chen semble être très complaisant quand il s’agit du décès d’enfants « sans raison apparente ». Le Dr Chen est surtout inquiet parce que des personnes « alarmées » peuvent être conduites à éviter de se faire vacciner contre la grippe. Si les gens commencent à effectuer des recherches sur les vaccins contre la grippe, ça risque de devenir une pente glissante. […] Si nous poursuivons nos recherches sur le vaccin contre la grippe, nous pourrions très vite commencer à réaliser que l’on nous a menti. Là, les choses pourraient commencer à tourner mal pour le Dr Chen et ses acolytes. En nous accrochant à la recherche, nous apprenons de plus en plus de choses au sujet des vaccins, et au plus nous apprenons, au plus nous réalisons que les vaccins sont dangereux et que les risques de maladies infectieuses sont faibles en comparaison.

 

Comme l’article le précise, le Vermont a déjà l’un des taux les plus lamentables de vaccination du pays (à entendre avec humour s.v.p.) Si de plus en plus de personnes commencent à faire des recherches par rapport aux personnes qui sont décédées ou dont la santé a été gravement endommagée par les vaccins, les chiffres pourraient encore s’avérer plus mauvais. Ciel ! Ce serait alors une véritable tragédie – pour le Dr Chen.

 

[…] Selon les données du CDC, il y a, chaque année entre 3.000 et 49.000 décès dus à la grippe (influenza) aux Etats-Unis. Cela donne l’impression que beaucoup de personnes meurent de la grippe. Avant de nous laisser effrayer par ces chiffres « énormes », jetons un coup d’œil sur leur véritable signification par rapport au pourcentage de citoyens américains. Les données du recensement des Etats-Unis indiquent que la population du pays se situe aux environs de 300.000.000 de personnes ; 304.059.700 selon les données les plus récentes. Cela signifie qu’au cours d’une « bonne année » (moins de décès par la grippe), le pourcentage des citoyens américains qui meurent de la grippe est de 0,0000986 %. Whoa… cela fait beaucoup de zéros, et ce qui équivaut à 9,8 (moins de dix) personnes  par million de citoyens américains. Au cours des « mauvaises années », les chiffres sont évidemment plus élevés. Si nous prenons le pire des cas, soit 49.000 décès, le pourcentage de décès par an serait de 0,016333 % de la population américaine. Ce nombre équivaut à 1,6 (moins de deux) décès pour 10.000 personnes. Cela fait un peu plus peur. Il nous faut cependant considérer combien de ces décès se produisent chez des enfants de 7 ans.

 

Qu’en est-il du véritable risque de décès à cause de la grippe pour un enfant de 7 ans ? Comment trouver la réponse ? En lisant l’article, nous apprenons que « la majorité de ces maladies graves ou de ces décès [3.000 à 49.000] se produisent chez les nourrissons, les jeunes enfants, les femmes enceintes, les séniors et les personnes atteintes de maladies chroniques. » Je ne puis savoir ce que vous pensez, mais quand je lis ces lignes, j’ai tendance à penser que ce sont les nourrissons, les jeunes enfants ou les femmes enceintes qui sont LE PLUS à risque. […]

 

Selon nos calculs il doit y avoir CINQ enfants de 7 ans aux Etats-Unis qui meurent de la grippe chaque année. Il est clair que le risque de décès à cause de la grippe pour un enfant de 7 ans comme Kaylynne est astronomiquement faible.

 

Le Dr Chen peut dire tout ce qu’il veut au sujet des risques de la grippe. Ses craintes ne sauveront pas son travail. Les gens deviennent de plus en plus intelligents pour pouvoir tomber dans pareille supercherie. Aux Etats-Unis, comme dans le monde entier, les parents sont de plus en plus fatigués qu’on leur mente à longueur d’année. Nous en avons marre de faire ce que l’on nous recommande pour finalement voir mourir nos enfants.

 

Dr Chen, je voudrais vous suggérer de mettre votre CV à jour, car je pense que vous allez en avoir besoin !

 

Source : Vaxtruth

 

Flu Vaccine Deaths:  Just How Rare Are They?  Learn How to Find Out for Yourself.

Kaylynne Matten:  Cause of Death “Undetermined.” Parents Believe Flu Vaccine Killed Their 7 Year-Old Daughter.

To learn more about vaccine ingredients and their effect on health, click here.

Une petite fille de 7 ans décède 4 jours après avoir reçu le vaccin contre la grippe
Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
22 février 2015 7 22 /02 /février /2015 11:20

La vie de votre bébé ne vaut-elle pas plus de 250 000 dollars ?

 

 

C’est exactement cela. C’est en effet tout ce que vous recevrez si votre bébé décède de la Mort Subite du Nourrisson (MSN) causée par un vaccin. Vous recevrez cette somme en dédommagement du « Vaccine Injury Compensation Program ».

 

En outre, vous ne recevrez aucune excuse. Il n’y aura pas non plus de coupable. Vous ne verrez jamais personne, ni aucune compagnie ou institution accepter le blâme et vous dire qu’ils regrettent énormément pour cette tragédie, et vos souffrances qui n’en finiront plus.

 

Tout ce que vous recevrez, c’est un chèque. Au revoir ! Rentrez chez vous ! Essayez de vous arranger pour continuer à vivre sans votre cher petit !

 

Ci-dessous, l’histoire du petit Vance Vernon Walker, alors âgé de 4 mois en septembre 2007.

 

Deux jours après sa visite médicale en septembre 2007, au cours de laquelle il reçut les vaccins de routine, quand sa maman Shelley s’approcha du berceau, elle dut constater que son petit ne respirait plus.

 

Du sang avait coulé de ses yeux et une espèce d’écume sanguinolente sortait de sa bouche. Ses vêtements et son nounours étaient remplis de sang.

La vie de votre bébé ne vaut-elle pas plus de 250 000 $?
Suite à l’autopsie, son décès fut mis sur le compte de la Mort Subite du Nourrisson (MSN), mais la maman en savait un peu plus.

Suite à l’autopsie, son décès fut mis sur le compte de la Mort Subite du Nourrisson (MSN), mais la maman en savait un peu plus.

Elle savait que c’étaient les vaccins. Pendant plusieurs années, elle avait travaillé dans un magasin de produits biologiques et avait, à plusieurs reprises, entendu parler de la controverse qui existait au sujet des vaccins. Plusieurs clients qui avaient attiré son attention sur le problème auraient voulu la convaincre du danger. Mais il ne lui était jamais venu à l’esprit que les vaccins pourraient, un jour, tuer son enfant.

 

Dans un véritable cas de MSN, l’enfant cesse brusquement de respirer sans que l’on puisse déceler de traumatisme, mais dans le cas de Vance, du sang sortait de ses yeux et de sa bouche.

 

Il est clair que des dommages et des hémorragies se sont produits avant le décès de Vance. Il s’agissait de bien plus qu’un cas de MSN, et cette autopsie semble être une insulte pour tout qui possède un brin d’intelligence.

 

LA MAMAN : « Nous savons que notre fils est mort à cause du vaccin »

 

Voici les vaccins que Vance a reçus chez le pédiatre 2 jours avant sa mort :

 

-Une injection de Pediarix, 5 vaccins en une seule injection (diphtérie, tétanos, coqueluche, hépatite B et 3 souches du vaccin polio).

 

-Une injection de Prevnar, soit sept souches « pneumococciques », couplées à la protéine de la toxine diphtérique.

 

-Le Rotateq, le nouveau vaccin contre le rotavirus administré oralement et qui contient 5 virus associés à la diarrhée du nourrisson.

 

En moins de 15 minutes, on avait injecté ou administré oralement à Vance 17 agents pathogènes différents!

 

Pure et totale folie !

 

Il y a encore plus frappant : la famille de Vance habitait au nord de l’état d’Idaho. Dans les quelques semaines qui ont suivi le décès de Vance, deux autres bébés sont morts de la MSN quelques jours après leur série de vaccinations de 4 mois.

 

Ce nombre de morts subites de nourrissons qui s’étaient produites tout juste après des vaccinations chez des bébés de 4 mois attira l’attention des médias locaux. Il faut reconnaître que ces médias ont fait un excellent travail en expliquant les faits tels qu’ils s’étaient produits.

 

Les parents de Vance ont porté plainte pour obtenir dédommagement en s’adressant au « Vaccine Injury Compensation Program » qui, au mieux, accorde 250.000 $ sans reconnaissance de faute.

 

La vie de votre bébé ne vaut-elle pas plus de 250 000 $?

Essayez d’imaginer que Shelley et son mari doivent maintenant continuer à vivre avec la décision de faire confiance à leur médecin qui a injecté 17 agents pathogènes différents dans le corps de leur enfant en l’espace de quelques minutes, tout en insistant sur le fait que ces vaccins étaient sans danger.

 

Ci-dessous le message que Shelley veut adresser à d’autres parents qui envisagent de faire vacciner leurs enfants :

 

« Je prie et  veux espérer que pareille tragédie ne puisse jamais toucher votre famille! Avec les connaissances que j’ai acquises depuis le décès de Vance, je puis fermement déclarer que je ne ferai plus jamais vacciner un enfant qui n’a pas atteint l’âge de 24 mois, si jamais je le faisais vacciner. Je manquais cruellement de connaissances pour pouvoir faire le bon choix. J’ose espérer que mon témoignage va vous donner la force de combattre l’obscurantisme et vous aidera à chercher l’information nécessaire pour prendre la meilleure décision. »

La vie de votre bébé ne vaut-elle pas plus de 250 000 $?

Source : The Healthy Economist

 

VIDEO : Are vaccines to blame for infants deaths ?

(Les vaccins sont-ils à blâmer pour la mort d’enfants)

La vie de votre bébé ne vaut-elle pas plus de 250 000 $?
Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
19 février 2015 4 19 /02 /février /2015 18:39

Parents d’enfants victimes de vaccins : leur culpabilité est énorme

 

D’après Beth Greenfield, 17 février 2015

 

Quand Susan Lawson du Colorado entend que des parents se permettent de dire sans équivoque que tous les parents devraient faire vacciner leurs enfants parce que la vaccination est parfaitement sûre, elle dit qu’elle ressent la chose comme si on lui jetait un coup de poing dans le ventre. Elle réagit de cette manière parce qu’elle a vécu l’autre face de cette réalité : sa petite fille Julia qui a maintenant 9 ans a subi des dommages cérébraux irréversibles – ces dommages qui se sont produits quand elle avait un an, après qu’elle ait reçu le vaccin RORV (Rougeole-Oreillons-Rubéole Varicelle) ont été reconnus et indemnisés par un tribunal fédéral.

 

Madame Lawson raconte qu’un matin, environ une semaine après que Julia ait reçu le vaccin, son ex- mari a retrouvé leur fille dans un état épouvantable. Elle était bleue et froide, le corps tout voûté, les yeux tournés dans des directions opposées. Elle était, en outre couverte de ses selles et de vomissures. Nous avons pensé qu’elle était morte. Elle fut transportée à l’hôpital, où les médecins ont déclaré qu’elle avait fait des convulsions. Elle fut immédiatement mise dans un coma artificiel. Julia a passé plusieurs jours aux soins intensifs et au service de neurologie avant d’être renvoyées à la maison avec le diagnostic d’encéphalite ou oedème du cerveau.

 

Madame Lawson, vétérinaire, qui avait une très grande foi en la médecine, n’avait jamais remis en question les vaccinations et avait toujours scrupuleusement suivi le programme officiel. Maintenant, elle a commencé à s’interroger. Les médecins à l’hôpital lui ont dit qu’il n’y avait aucun rapport avec les vaccins. Mais quand Madame Lawson interrogea un pédiatre, ce dernier lui expliqua que la chose était possible. Toutes les familles évoquées dans cette histoire ont été dédommagées par le tribunal fédéral américain des plaintes qui a conclu que ces dommages rares avaient été causés par les vaccins.

 

«Je me suis sentie choquée, abasourdie et coupable », se souvient Madame Lawson.» Nous avions voulu protéger notre fille et au lieu de cela, j’ai contribué à la détruire. La culpabilité est énorme.»

 

Un pédiatre a aidé Madame Lawson à rédiger un rapport à l’adresse du VAERS (Vaccine Adverse Event Reporting System.)

 

Madame Lawson s’est ensuite adressée à un avocat qui connaissait bien les problèmes vaccinaux, et a ainsi entamé une étape de quatre années très éprouvantes par rapport à sa démarche auprès du tribunal fédéral américain destiné à recevoir les plaintes pour dommages ou décès après vaccinations. A l’issue de ce procès, Madame Lawson a reçu environ 1,5 millions de dollars pour sa perte future de salaire, les soins à apporter à sa fille, les souffrances et les inquiétudes qu’elle éprouve par rapport à sa fille qu’elle décrit comme un « éternel bébé » qui possède peu de compétences linguistiques, qui est constamment sous médicaments, et qui fait tous les jours des crises d’épilepsie.

 

« Est-ce que tout cela était juste ? Je veux dire qu’ils n’auraient rien pu faire de plus. Mais moi, tout ce que je veux, c’est pouvoir retrouver mon enfant.» […] 

 

Julia et son frère au cours d’une hospitalisation en 2008.

 

Source : Yahoo.com

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
18 février 2015 3 18 /02 /février /2015 14:59

Une maman partage l’histoire de son petit garçon endommagé par un vaccin

 

Michael Chen, 3 février 2015

 

En septembre 2008, Leyo Smith avait 18 mois quand on lui administra deux vaccins, y compris un vaccin contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche.

 

Leyo--1-.JPG

 

Quelques heures à peine après avoir reçu ces vaccins, sa maman Amy Mitten-Smith se rendit compte que quelque chose ne tournait pas rond.

 

« Le site de l’injection était rouge, gonflé et dur au toucher » explique Madame Mitten-Smith.

 

Dans les jours qui ont suivi, il a fait de l’urticaire, de la fièvre et ses articulations étaient gonflées. Au cours des semaines qui ont suivi, il a commencé à faire des convulsions.

 

Les médecins ont dit qu’il s’agissait d’une réaction vaccinale rare.

 

« Le médecin a dit qu’il s’agissait d’un cas sur un million », dit Madame Mitten-Smith.

 

Deux mois après les injections, les symptômes ont disparu, mais Leyo a arrêté de parler. Il avait pourtant, jusque là, été en avance dans son développement. Il faisait déjà de phrases de trois, quatre mots.

 

Huit mois plus tard, les symptômes sont réapparus quand Leyo fit un rhume. Cette fois Leyo fit un tic involontaire de l’œil.

 

C’est  peu de temps après que le diagnostic d’autisme tomba. Plus tard, il développa un syndrome de Tourette, trouble obsessionnel-compulsif et dysfonction mitochondriale.

 

Leyo--2-.JPG

 

Sa maman dit qu’elle se sent constamment coupable.

 

« En tant que parents, nous voulons protéger nos enfants », dit Madame Mitten-Smith, éclatant en larmes. Je pensais que je le protégeais en lui faisant administrer ces vaccins, mais finalement j’ai contribué à endommager sa santé pour le restant de ses jours. »

 

Mon-enfant-a-la-sante-endommagee-pour-le-restant-de-ses-j.JPG

J’ai contribué à endommager sa santé pour le restant de ses jours

 

La maman a fait appel au programme National d’Indemnisation après dommages vaccinaux. Les plaintes contre les fabricants de vaccins ne sont pas autorisées.

 

Le tribunal des vaccins a déterminé que la santé de Lyo avait été endommagée par les vaccins. La maman a reçu 55.000 dollars. Le jugement n’a pas pris en compte le diagnostic de l’autisme.

 

Les responsables de la santé des Etats-Unis ont expliqué que trois décennies de recherches ont montré que les vaccins étaient sûrs et que le lien avec l’autisme n’avait pas été établi.

 

« Je pense qu’il y a des associations qui doivent être réexaminées. Je vis avec un enfant  qui a été diagnostiqué autiste. Sa santé a été endommagée par les vaccins » explique la maman.

 

La maman dit qu’elle veut partager son histoire parce que, suite à l’épidémie de rougeole, des personnes réagissent à l’encontre de parents qui choisissent de ne pas faire vacciner leur enfant.

 

«  Je regrette de ne pas m’être documentée sur les produits que l’on a injectés à mon enfant, parce que maintenant il est trop tard. – Les parents devraient être informés. Je ne voudrais pas que quiconque ait à vivre ce que nous avons dû subir.»

 

Depuis 1988, des milliards de vaccins ont été administrés aux Etats-Unis.

 

Au cours de cette même période, on a enregistré 15.684 plaintes pour dommages de santé et décès à la suite des vaccins. Le National Vaccine Injury Compensation Program a été saisi. Parmi ces cas, 4.000 seulement ont été indemnisés par des fonds fédéraux.

 

Source: 10news.com

 

OUI, hélas, la vaccination contribue clairement à créer de toutes pièces des cas d’autisme et non, ce type de témoignage ci-dessus, comme il en existe des milliers d’autres, ne peut pas systématiquement être mis sur le compte d’une simple « coïncidence » (baratin habituel des officiels devenu littéralement intenable)… Nous invitons les lecteurs à se rendre compte de la totale irresponsabilité des officiels en prenant notamment connaissance des articles suivants:

 

La sécurité des vaccins pose vraiment problème : les officiels le savent

 

Sécurité des vaccins : on se fout carrément de vous !

 

Une petite idée de ce que peuvent coûter les soins mensuels d'un enfant autiste

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
16 février 2015 1 16 /02 /février /2015 21:20

Vaccins-autisme : Le camouflage

Comment la carrière d’un médecin a été détruite pour avoir dit la vérité

 

andrew-wakefield-3.jpg

Combien d’enfants auraient pu être sauvés si nous l’avions écouté depuis vingt ans… ????

 

Par l’éditeur de Liberty Beacon, 10 février 2015


Dans ce que l’on peut considérer comme l’un des événements les plus importants de l’année (que les médias traditionnels n’ont pas voulu couvrir), toutes les ramifications de la confession qu’a faite le Dr William Thompson du CDC à propos des données liant les vaccins à l’autisme, et que le CDC a avait camouflées, toutes ces ramifications restent encore à découvrir.


Cependant, alors que le blâme et (espérons-le) des plaintes pénales plus que probables attendent beaucoup de personnes qui ont participé à ce camouflage, il y a un homme qui mérite tout l’honneur et auquel les médias grand public doivent d’énormes excuses : le Dr Andrew Wakefield.

 

Le Dr Wakefield est un chirurgien, gastro-entérologue et chercheur qui a été accusé de fraude et d’études trafiquées qui montrent un lien entre le vaccin ROR et une maladie intestinale que l’on retrouve chez de nombreux enfants atteints d’autisme. Le Dr Wakefield n’est pas un médecin anti-vaccins. Au contraire, il s’est intéressé de très près à la sécurité des vaccins. Ses études, comme celles de nombreux autres chercheurs l’ont amené à croire qu’il y avait des problèmes avec le vaccin combiné contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR).  Il n’a pas conseillé à ses patients d’arrêter la vaccination, mais au contraire de vacciner contre ces trois maladies avec des vaccins séparés plutôt que combinés.

 

Mais ce conseil posait un problème. Bien qu’il corresponde au meilleur intérêt des parents en quête de la sécurité du vaccin, il n’en était pas du tout de même pour le meilleur intérêt du fabricant du ROR (Merck), qui avait enregistré une baisse dans ses ventes au Royaume-Uni (bien qu’il y ait eu d’abord une augmentation de la vente de vaccins à dose unique).

 

Les recherches du Dr Wakefield concernant le vaccin ROR et son lien avec la maladie de l’intestin et l’autisme ont initialement été publiées dans le LANCET. Mais un journaliste du nom de Brian Deer, a publié un article dans le British Medical Journal qui critiquait le Dr Wakefield et l’accusait de fraude. En conséquence, l’étude du Dr Wakefield a été retirée du Lancet. Le Dr Wakefield, et l’un des co-auteurs de l’article retiré, le Prof. John Walker Smith, ont été interdits de pratiquer la médecine par le Conseil Général de Règlementation Médicale du Royaume-Uni.

 

Ce que vous ne lirez probablement jamais dans les grand médias, c’est que tant le British Medical Journal que le Lancet ont des liens financiers étroits avec le fabricant du ROR.


Vous n’aurez certes pas lu non plus que le co-auteur de l’étude du Dr Wakefield, le Prof. John Walker-Smith, s’est engagé dans une bataille juridique coûteuse contre le Conseil Médical Général et a gagné. Il a été complètement blanchi et réhabilité Entretemps, le Dr Wakefield a vu sa carrière et sa réputation brisées pour simplement avoir voulu rester fidèle à la vérité de sa recherche. Il est devenu le bouc émissaire, « l’homme de paille » qui, pour les médias était l’homme à abattre. Chaque fois que quelqu’un soulève une question concernant les vaccins et l’autisme, on peut entendre la même ritournelle du genre : « Il a été démontré que cette théorie était complètement fausse, et le gars qui l’a lancée a été reconnu coupable de fraude».


J’ai même entendu dans les médias sociaux, des gens qui se permettaient de dire que le gars en question avait « fait une peine de prison », (alors que la plupart de ces personnes ne connaissaient même pas son nom.)

 

Toutefois, le Dr Wakefield n’a jamais été condamné par un jury ou dans un tribunal. Il vit aujourd’hui aux Etats-Unis. Il a lancé des défis à ses accusateurspour débattre avec lui de la question devant les médias, mais bien sûr son défi n’a jamais été relevé. Le Dr Wakefield est un expert de premier plan des maladies intestinales, un sujet qui, aujourd’hui a un besoin cruel de recherche, car nous vivons à une époque où non seulement les vaccins, mais les antibiotiques, les pesticides et bien d’autres choses ont contribué à détruire notre capacité à bien digérer, nous conduisant à de nombreuses maladies de l’intestin.


Si vous voulez savoir ce que pensent les gens qui connaissent personnellement le Dr Wakefield, lisez ce rapport des parents de deux enfants qui ont participé à l’étude soi-disant « fabriquée ».


Le Dr Wakefield a si bien réussi à travailler avec les parents et les enfants pour les aider à trouver des solutions à des problèmes complexes de santé, qu’un programme de la télévision britannique a louangé son travail dans les années 1990. Ce programme a récemment refait surface ici sur YouTube…

 

Dr-Wakefield-enfant.jpg

Source : The Liberty Beacon

 

Voir aussi :

 

L’épidémie silencieuse 

 

Mensonges des officiels sur les vaccins – L’appel du Dr Kelly Brogan

 

22 études scientifiques montrent que les vaccins peuvent provoquer l’autisme

 

Le cas Wakefield : comment on salit injustement des scientifiques honnêtes

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
6 février 2015 5 06 /02 /février /2015 16:00

Décès par mort subite d’un nourrisson de 4 mois plausiblement lié aux vaccinations


Par Jeffry Aufderheide, 3 février 2015

Maman & bébé qui dorment

La douleur et la responsabilité que ressentent les parents après avoir perdu un enfant à la suite de vaccinations est inimaginable et extrêmement traumatisante. Nombreux sont les parents qui regrettent de ne pas avoir effectué leurs propres recherches sur les vaccins avant de faire confiance à d’autres pour prendre la décision à leur place. Cette maman  a reçu la preuve que son petit garçon Nicholas est, de manière plausible, décédé à la suite des vaccins. Et elle veut rappeler aux parents combien il est important d’être son propre avocat et de faire ses propres recherches.

 

Son expérience est là pour nous rappeler que si nous comptons sur quelqu’un d’autre pour prendre nos décisions, si nous comptons mettre la vie de nos enfants en d’autres mains, nous pourrions payer le prix ultime en les perdant.

 

Cette histoire tragique et vraie a été écrite en l’honneur de Nicholas Lee Copenhaver (7 mars 2013 – 15 juillet 2013) - Nicholas est décédé trois jours après avoir reçu ses vaccins de 4 mois. Dans le rapport d’autopsie, son décès a été enregistré comme MSN ou mort subite du nourrisson. Au moment où l’autopsie a été effectuée, le pathologiste n’était pas au courant que le bébé avait été récemment vacciné, tout simplement parce qu’on ne le lui avait pas dit.

 

Dans un rapport ultérieur demandé par la maman pour pouvoir réclamer un dédommagement auprès du « National Vaccine Injury Compensation Program », le neuropathologiste a clairement indiqué que, à son avis, les vaccins étaient la cause probable de sa mort. Dans son rapport de neuropathologie, il fait état du fait qu’il ignorait que l’enfant avait été vacciné au moment de l’autopsie.

 

La maman partage son histoire

 

La maman Amanda Copenhaver qui travaille dans un centre de soins de santé nous raconte :

 

Le vendredi matin 12 juillet 2013, j’ai conduit mon bébé de quatre mois pour le bilan habituel. Le médecin lui a administré 7 vaccins : DCaT (Diphtérie-Tétanos coqueluche(a), VPI (Polio inactivé), Hib (Haemophilus influenzae), PCV (antipneumococcique) et Rotavirus (vaccin contre le Rotavirus). Il est clair qu’après avoir reçu tous ces vaccins il était grincheux. Mais les médecins vous disent toujours de donner du Tylénol et vous précisent que ces réactions sont normales.

 

Samedi, mon petit garçon était encore difficile et fatigué. Il n’a pas mangé autant que d’habitude. Samedi soir, ma belle-sœur l’a gardé la nuit pour que nous puissions aller travailler. Je l’ai repris le dimanche après-midi dès que je me suis réveillée. Ce soir là je n’ai pas fait grand-chose ; j’ai plutôt sommeillé. En y repensant, il me semble que mon bébé était fort endormi, mais à ce moment, je n’y ai pas prêté attention.

 

Dimanche soir, pour pouvoir aller travailler, j’ai déposé mon petit chez une amie très proche aux alentours de 22 heures. A ce moment-là, je ne savais pas que c’était la dernière fois que je voyais mon fils en vie.

 

Quand j’ai recommencé à travailler, alors que mon petit avait 12 semaines, je veillais  toujours à joindre du lait que j’avais précédemment  extrait. Quand auparavant je l’allaitais, il ne tardait jamais à s’endormir près de moi. Chaque fois que je le conduisais chez mon amie, celle-ci me disait qu’il avait d’énormes difficultés pour s’endormir. Mais cette dernière nuit, il est de suite et spontanément tombé endormi.

 

Elle m’a expliqué que mon petit s’est réveillé au milieu de la nuit. Elle s’est levée pour être près de lui. Et c’est en le tenant dans ses bras qu’elle s’est endormie dans le fauteuil. Quand elle s’est réveillée, mon petit était « parti ».

 

On a tout tenté pour le réanimer (réanimation cardio-pulmonaire), mais ce ne fut d’aucune aide.

 

Je me souviens très bien avoir entendu crier et pleurer dans le couloir en plein milieu de la nuit ; quelqu’un me disait de partir. Je travaillais dans une maison de soins infirmiers, je faisais les nuits. Cette dernière nuit, un collègue a crié dans le couloir que quelque chose n’allait pas avec mon bébé. Ce fut la pire nuit de toute mon existence.

 

Il n’y avait cependant pas eu le moindre signe évident qui aurait pu montrer que quelque chose n’allait pas. Rien en dehors de ce que les médecins considèrent comme « normal » et qui vous fait penser que tout est OK après que votre bébé ait reçu ses vaccins. Mon fils a reçu ses vaccins vendredi matin et tard dans la nuit de dimanche à lundi, il était « parti ».

 

Son décès a été enregistré comme étant le Syndrome de Mort Subite du nourrisson (MSN).

 

Les vaccins n’ont pas été mentionnés dans le rapport d’autopsie de Nicholas parce que quand l’autopsie a été effectuée ? le pathologiste ne savait pas que Nicholas avait déjà reçu ses vaccins. Tout s’est évidemment passé très vite et, évidemment, à ce moment de ma vie, je ne pouvais imaginer que les vaccins pouvaient être en cause. Je devais croire qu’ils étaient sûrs et que pareille chose ne pouvait arriver.

 

Quand il est décédé, Nicholas n’a pas eu ses voies respiratoires bloquées et n’a pas pu suffoquer.- J’ai donc finalement dû faire ce qu’il fallait faire en pareil cas. On m’a renseigné un avocat qui connaissait le problème des vaccins. Il a écouté toute mon histoire et a accepté de prendre le dossier en charge. Il me fallait aussi faire un rapport et introduire une requête pour pouvoir obtenir réparation de dommages vaccinaux.

 

Le neurologue qui a rédigé le rapport avait lui aussi participé à l’autopsie. Si je n’avais pas un tant soit peu effectué quelques recherches, j’aurais pu ne jamais savoir ce qui avait été la cause de la disparition de mon enfant.

 

Le médecin qui fit l’autopsie a aussi déclaré qu’il sentait que, dans notre cas, le vaccin pouvait être mis en cause et il l’a écrit dans le rapport de neuropathologie. Le rapport que nous avons reçu stipule clairement qu’à son avis, les vaccins étaient la cause probable du décès. Nous avons eu de la chance, parce que la plupart du temps les vaccins ne sont même pas mentionnés et les parents ne reçoivent pas de réponses honnêtes.

 

Il semble que la plupart des bébés qui meurent peu de temps après la vaccination sont répertoriés comme cas de Mort Subite du Nourrisson (MSN) ou autre cause assez vague de décès. Alors que tous ces enfants décèdent après avoir reçu des vaccins, pourquoi ces vaccins ne sont-ils jamais repris dans les causes de décès. Assurément, il conviendrait d’y réfléchir un peu plus.

 

La plupart des parents qui ont vécu le même drame que nous signalent que les vaccins ne sont même pas mentionnés dans le rapport d’autopsie de l’enfant, et cela même quand la personne qui faisait l’autopsie était informée que l’enfant venait de se faire vacciner. Pourquoi ?...

 

Nous attendons toujours que notre affaire passe au National Vaccine Injury Compensation Program (NVICP) pour le dédommagement, mais on nous a dit que cela pouvait prendre beaucoup de temps.

 

Nous devrons donc attendre pour voir si nous obtenons un dédommagement, mais de toute manière aucune somme d’argent ne pourra jamais remplacer notre enfant. Le maximum qu’ils accordent pour un décès lié à la vaccination est de 250.000 dollars. C’est là le montant d’argent que nos enfants valent à leurs yeux. Nous savons que la plupart des requêtes sont refusées et pour celles qui sont acceptées, les sommes sont nettement inférieures. En ce qui concerne notre cas, nous avons été informés que les choses avancent très lentement et… évidemment, le gouvernement ne bouge pas.

 

On nous a dit que nous pourrions porter l’affaire devant un tribunal ; la chose pourrait se faire fin de l’été 2015. Il faudrait alors que nous prenions l’avion pour Washington D.C .pour assister à l’affaire  parce que c’est là, en face de la Maison Blanche, que siège la Cour Fédérale des Réclamations des Etats-Unis (U.S. Court of Federal Claims). Ce tribunal est différent  des autres. Les outsiders ne peuvent pas assister et il n’y a pas de jury. C’est un maître désigné qui décide si votre affaire sera prise en compte ou pas.

 

Mon fils a été vacciné selon les directives du programme officiel. Il a reçu le vaccin contre l’hépatite B à la naissance, huit vaccins à l’âge de 2 mois (DCaT, VPI, Hib, He B, PCV, et Rota) et sept vaccins à l’âge de 4 mois (DCaT, VPI, Hib, PCV, et Rota). Je ne pense pas que beaucoup de parents sont au courant que tous ces vaccins font partie du programme officiel et actuel de vaccination aux Etats-Unis.

 

J’aimerais tant pouvoir dire aux autres parents d’effectuer des recherches très sérieuses parce que malheureusement je ne l’ai pas fait. Je n’avais pas la moindre idée qu’il pouvait y avoir des problèmes sur ce plan. J’ai, comme la plupart des parents, pensé que je faisais ce qu’il fallait faire en faisant vacciner mon enfant. Comme je travaille dans les soins de santé, il est évident qu’on nous enfonce dans la tête que nous devons faire les vaccins. Je ne me suis jamais posé la moindre question à ce sujet et maintenant je le regrette évidemment.

 

Après ce qui nous est arrivé, j’ai appris que beaucoup de parents avaient eu à subir eux aussi ce qui nous est arrivé. Je veux que les gens sachent que tout cela se passe bel et bien et que ces drames sont beaucoup plus communs que ce qu’ils peuvent réaliser.

 

Il ne s’agit pas tout juste d’un « accident ». La chose devient de plus en plus fréquente et ce n’est pas juste. Perdre un enfant est un drame qu’aucune famille ne devrait avoir à traverser  et  ce sont ces vaccins qui provoquent ces drames dans de trop nombreuses familles

 

Je puis seulement espérer que le fait de partager notre histoire pourra contribuer à épargner à d’autres le chagrin et la douleur de perdre un enfant. Je veux crier cela au monde pour épargner au plus grand nombre le chagrin que nous avons vécu.

 

Repose en Paix Notre Précieux Petit Ange…

Amanda Copenhaver

 

Nicholas Lee Copenhaver

7 mars 2013 – 15 juillet 2013

 

Nicholas-Lee-Copenhaver

 

La maman écrit : «Mon bébé était absolument merveilleux. C’est terrible qu’il soit « parti ». Ca me tue de savoir que tout ceci aurait pu être évité si nous avions pu savoir que les vaccins pouvaient produire pareils drames. Il aurait 2 ans le 7 mars 2015.

 

Rapport de neuropathologie

 

Neuropathology-report.JPG

Conclusion 

 

Il n’existe aucune garantie qu’un vaccin vous protégera de la maladie qu’il est sensé prévenir. Il n’existe non plus aucune garantie qu’un vaccin ne produira aucun dommage pour vous ou pour un être cher. Si vous avez appris que la vaccination pouvait gravement nuire à vos enfants,  faites  davantage confiance à leur système immunitaire plutôt qu’aux vaccins. Il existe mille et une façons de traiter et de prévenir les maladies naturellement sans avoir à se soucier de ce qui est mis dans les flacons. Il s’agit de votre enfant, de votre choix. Vous pourriez très bien ne pas avoir une seconde chance. Je vous en supplie, informez-vous !

 

Source : Vactruth

 

Commentaires :

 

MSN ou Mort Subite du Nourrisson, (SIDS en anglais- Sudden Infant Death Syndrome) est un faux acronyme. Cela devrait plutôt être SMIV (Syndrome de mort induite par les vaccins) VIDS en anglais (Vaccine Induced Death Syndrome). Il est plutôt rare et même très rare qu’une personne de quelque âge que ce soit décède en l’absence de toute raison apparente. Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi on ne parle jamais de SADS (Sudden Adult Death Syndrome) ou SMSA (Syndrome de mort Subite de l’Adulte) ? Personne n’accepterait pareil non sens et personne ne devrait accepter le diagnostic de MSN – Mort Subite du Nourrisson (SIDS)… tout spécialement chez un nourrisson qui a toujours été en parfaite santé et qui a évolué normalement… jusqu’à ce qu’il soit vacciné. – Laura Hayes

 

À Amanda et à sa famille.- J’ai pleuré quand j’ai lu votre histoire. J’ai moi-même perdu mon petit garçon dans des circonstances similaires en 2003. Je connaissais les risques et j’ai refusé de signer le document de consentement mais les services sociaux ont saisi mon bébé, et se basant sur des mesures de désaissisement de l'autorité parentale, ils l’ont vacciné. J’ai pensé déposer plainte contre eux, mais je savais qu’ils mentiraient et de toute manière aucune somme d’argent ne pourra jamais ramener mon petit garçon. J’ai tout juste écrit au Directeur de l’hôpital et lui ai précisé : «  Vous avez tué mon fils ».- J’ai remis mon petit garçon à Dieu et j’ai eu, par après, la chance d’avoir encore trois autres petits garçons, mais aucun d'eux n’a été vacciné […] Ne culpabilisez pas votre esprit ni votre âme pour cette tragédie – C’est sciemment que vous avez été trompée comme le sont beaucoup de médecins et d’infirmières (dont la plupart ne font cependant pas vacciner leurs propres enfants)  Nicholas est très bien; il est dans la Lumière et VOUS VOUS RETROUVEREZ. – Soyez bénis ! Kaz Smith

 

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 08:49

Le Sénateur américain Rand Paul :

 

Des enfants sont parfois atteints de « troubles mentaux profonds »  après avoir reçu des vaccins.


Rand Paul (Photo)

 

Le Sénateur Rand Paul du Kentucky a voulu faire savoir lundi que le débat sur l’opportunité de permettre aux parents plus de choix en matière de vaccination de leurs enfants était essentiellement une question de « liberté ». Il a affirmé connaitre personnellement des enfants qui ont été atteints de troubles mentaux profonds après avoir reçu des vaccinations comme l’hépatite B et la rougeole.

 

«Je ne pense pas qu’il y ait quelque chose d’extraordinaire à s’en référer à la liberté», a déclaré le candidat à la présidence de 2016 qui est ophtalmologue et qui a déclaré dans une interview à CNBC :

 

«  Nous administrons parfois cinq ou six vaccins en une seule fois », a-t-il dit en parlant de la vaccination contre l’hépatite B aux nouveau-nés. « En ce qui concerne mes enfants, j’ai choisi de les retarder… Ne serait-ce pas là une bonne idée ? J’ai donc fait étaler les vaccins sur plusieurs mois. – J’ai entendu parler de nombreux cas tragiques d’enfants normaux qui marchaient, parlaient et que l’on a retrouvés avec des troubles mentaux profonds après les vaccins. Je ne prétends pas dire que les vaccins soient une mauvaise idée. Je pense qu’ils sont une bonne chose, mais je pense que les parents devraient avoir leur mot à dire. L’Etat n’est pas propriétaire de vos enfants. Les enfants appartiennent à leurs parents. C’est une question de liberté élémentaire.»

 

Pour mémoire, la communauté scientifique soutient massivement la vaccination des enfants, et il n’existe pratiquement aucune preuve que le vaccin contre la rougeole soit dangereux.

 

L’ancienne députée Michèle Bachmann a, en 2012, tenu des propos similaires à ceux de R. Paul, en affirmant que le vaccin contre le HPV pouvait causer des dommages permanents chez les jeunes-filles.

 

«  Il y a une femme qui, après le débat, est venue me trouver en pleurant. Elle m’a dit qu’on avait administré ce vaccin à sa fille, a déclaré Bachman. «Elle m’a dit que depuis, sa fille souffre de retard mental. Il y a des conséquences parfois très dangereuses. »

 

Paul n’est pas le seul candidat à la présidentielle qui est confronté à des questions sur sa position au sujet de la vaccination des enfants.  Le Gouverneur du New Jersey, Chris Christie a également déclaré que les parents devaient pouvoir disposer d’un certain degré de choix en ce qui concerne la vaccination de leurs enfants avant de retourner ses commentaires dans sa déclaration de lundi.

 

Source : Huffington Post (avec la vidéo originale du sénateur Rand Paul, impossible à intégrer sur ce site)

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 22:55

VACCINS ADNCes vaccins font partie du futur tout à fait glauque et inquiétant de la fausse science qu'est la vaccinologie. Alors que les effets secondaires graves découlant de cette pseudo-science sont innombrables et ont été constamment sous-estimés en plus de 200 ans d'utilisation aveugle et religieuse des vaccins, on a, avec les vaccins à ADN (sorte de St Graal des idéologues de la vaccination) le prototype des vaccins aux effets secondaires encore plus incontrôlables que jamais. Il importe de comprendre dès aujourd'hui pourquoi, bien à temps, bien avant d'être confrontés à l'enthousiasme béat des officiels qui vous présenteront immanquablement ces vaccins comme un prétendu progrès.

 

Ce qui intéresse les officiels, c'est la facilité et le faible coût de production mais, comme à leur habitude, les risques ont bien peu de chances d'être pris en compte à leur juste mesure...

 

Il est bon de rappeler à cet égard en quoi va consister ce faux progrès des vaccins à ADN. Plus de 80% des gens sont opposés aux aliments OGM mais le filtre digestif est bien plus robuste que si on vous injecte directement un ADN étranger et génétiquement trafiqué au coeur même de votre organisme! 

 

L'ADN de ces futurs vaccins fera, comme vous le verrez ci-dessous, du corps de la personne vaccinée une véritable "usine à vaccins", en ce sens que l'ADN fera produire des antigènes à l'organisme mais tout le problème est que ce procédé restera incontrôlable, que ce soit au niveau temporel, au niveau quantitatif (nombre d'antigènes, épuisement ou insuffisance de leur neutralisation prolongée par des anticorps et dégâts potentiels en cas de dérèglement ou de variations par rapport à une pseudo-norme) mais aussi au niveau topologique car cet ADN vaccinal injecté peut aussi aller se loger dans des endroits indésirables du corps avec un champ tout à fait inédit d'effets néfastes potentiels.

 

Et dire que ces chercheurs n'ont même pas la lucidité d'envisager le désastre potentiellement irréversible qu'il y a à interférer de façon aussi profonde, durable et artificielle avec notre patrimoine génétique et notre système immunitaire... ils n'ont tout simplement pas le recul, ils sont grisés et pris par leur prétendue "géniale trouvaille" mais quel sera le bilan total sur des générations entières? Comment pourront-elles inverser ces processus ou s'y opposer compte tenu des procédés de "lavage de cerveau" en faveur de l'idéologie vaccinale et ce, dès le plus jeune âge? La meilleure conclusion de tout ceci, avant de vous laisser lire la traduction du communiqué "guilleret" sur le site de l'Université de Buffalo (USA) est sans doute l'avertissement non suffisamment pris en compte d'Albert Einstein qui déclarait: "Il faut prévenir les hommes qu'ils sont en danger de mort... la science devient criminelle."

 

Un véhicule hybride qui délivre de l’ADN

 

vaccins-adn-chercheurs.jpgUniversity at Buffalo researchers, including Charles Jones, far right, a doctoral candidate in the Department of Chemical and Biological Engineering, are developing new technology to improve DNA vaccines. Credit: Onion Studio. 

 

Par Cory Nealon


Des chercheurs de l’université de Buffalo, parmi lesquels Charles Jones, un candidat doctorant du département d’Ingénierie chimique et biologique, sont en train de développer une nouvelle technologie pour améliorer les vaccins à ADN.


Un nouveau véhicule hybride est en développement. Ses performances ne sont pas mesurées selon les distances de voyage parcourues, mais plutôt par le transport de sa cargaison : des vaccins qui contiennent de l’ADN génétiquement modifié pour lutter contre le HIV, le cancer, la grippe et d’autres maladies.


Décrite récemment dans the Proceedings of the National Academy of Sciences, cette technologie est une avancée biomédicale qui pourrait aider à doper les vaccins à ADN, qui malgré deux décennies de recherche, n’ont pas encore eu d’impact significatif dans le traitement des maladies les plus importantes.


« La technologie que nous sommes en train de développer pourrait emmener la vaccination à un nouveau stade » a dit Blaine A. Pfeifer, PhD, un professeur associé au département d’ingénierie chimique et biologique de l’école d’ingéniorat et de sciences appliquées de l’université de Buffalo.


Pfeifer, l’auteur principal de l’étude a ajouté : « En améliorant la distribution de vaccins à ADN, nous pouvons potentiellement exploiter le système immunitaire humain selon de nouvelles manières dans le but de lutter contre la grippe, l’herpès, le HIV ou encore le cancer ».

 

Les vaccins conventionnels, comme ceux utilisés pour lutter contre la polio ou la variole, sont typiquement composés d’un agent microbien tué ou atténué de la maladie qu’on souhaite prévenir. Cet agent vise à faire reconnaître au système immunitaire une substance étrangère, à la détruire et à garder en mémoire cette reconnaissance, de sorte que le système immunitaire puisse combattre plus efficacement dans le futur.


Bien qu’efficaces, certains vaccins ne confèrent pas de protection au long cours, d’autres peuvent se transformer en formes (pathogènes) dangereuses et d’autres encore coûtent trop d’argent ou prennent trop de temps à être développés. En outre, il n’existe pas de vaccins efficaces contre le cancer, la malaria et d’autres maladies qui tuent des millions de gens dans le monde chaque année.


Les vaccins à ADN pourraient répondre à ces problèmes/limitations.


Pour les créer, les chercheurs analysent les sources de ces agents microbiens causaux. Ils isolent ensuite les copies des gènes de ces microbes (habituellement un ou deux) qui sont responsables des maladies.


L’ADN génétiquement modifié est injecté à l’intérieur du corps, où il entre en contact avec les cellules du système immunitaire et dirige alors la production et la présentation d’antigènes qui provoque une réponse immunitaire adaptative capable de détruire la maladie.


En d’autres mots, les propres cellules du corps deviennent des « usines à vaccins »  qui créent les antigènes nécessaires pour stimuler le système immunitaire, selon l’Institut national de l’Allergie et des maladies infectieuses.


En théorie, les vaccins à ADN peuvent générer des réponses immunitaires étendues; ils sont relativement peu chers à produire ; et ils ne peuvent pas causer la maladie parce qu’ils ne contiennent pas la source de pathogénicité mais seulement quelques-uns des gènes du microbe. Des douzaines d’essais cliniques concernant des vaccins à ADN sont en cours. La plupart de ces essais concernent des traitements pour le HIV et le cancer tandis que d’autres concernent la grippe, les hépatites B et C, le HPV et la malaria.


Un problème limitant l’efficacité de certains de ces vaccins à ADN est toutefois qu’ils ne stimulent pas suffisamment le système immunitaire. Les scientifiques disent que cela est dû, en partie au moins, au transport inefficace des gènes. Par exemple, certains voyagent au mauvais endroit tandis que d’autres sont coincés dans des « embouteillages intracellulaires ».


Pour aborder ce problème, Pfeifer et ses étudiants ont collaboré avec Anders Hakansson, PhD, un ancien de la faculté de médecine et des sciences biomédicales de l’université de Buffalo et également co-auteur senior de l’étude.


L’équipe a combiné deux véhicules pour la diffusion/l’administration : une cellule bactérienne et un polymère synthétique qui constituent un hybride.  Conçu pour cibler spécifiquement les cellules immunitaires (présentatrices d’antigènes) et délivrer plus efficacement les gènes dans les noyaux de ces cellules immunitaires, l’hybride améliore les deux véhicules individuels qui ont été testés dans un modèle chez la souris.


« L’hybride a renforcé de façon synergique l’efficacité dans la délivrance (des gènes) en raison de sa double nature (synthétique et bactérienne) » a expliqué Charles H. Jones, le candidat doctorant à l’université de Buffalo et premier auteur de l’étude. « Nous avons aussi établi que cela est relativement peu cher de créer et d’adapter (ces outils) en termes d’usage. Les résultats sont donc de loin très encourageants ».


L’équipe continue de tester le véhicule dans différents modèles. Le but comme l’a dit Pfeifer est de créer un véhicule qui sera utile pour plusieurs vaccins à ADN.

 

Source : Université de Buffalo

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 10:49
Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
21 janvier 2015 3 21 /01 /janvier /2015 14:20

Les juges indiens veulent des réponses après la mort d’enfants dans des essais d’un vaccin contre le cancer du col de l’utérus

 

D’après Gethin Chamberlain, Indore, Inde pour Mailonline, 13 janvier 2015


Whistleblower-Dr-Anand-Rai.jpgC’est le Dr Anand Rai qui lancé l’alerte et levé le voile sur ce scandale d’essais illégaux de médicaments. Il est aujourd’hui protégé par un garde armé.


* Des filles d’une communauté tribale ont reçu des vaccins contre le cancer du col de l’utérus pendant le procès.

* Ce sont les vaccins Gardasil de Merck et le Cervarix qui ont été administrés aux enfants.

* Les requérants ont demandé aux juges d’enquêter sur les essais du nouveau Gardasil 9.

* Les vaccins ont prétendument provoqué des effets secondaires chez des enfants dont certains avaient à peine 9 ans.

* L’enquête prétend que les enfants ont été utilisés comme cobayes humains involontaires

* La Cour Suprême de l’Inde a donné un mois au gouvernement pour fournir les réponses nécessaires.

 

Les juges de la Cour Suprême de l’Inde ont demandé des réponses après que des enfants soient morts au cours d’essais sur le vaccin controversé contre le HPV

 

Les vaccins reçus par les jeunes-filles proviennent des compagnies pharmaceutiques suivante: le Gardasil de Merck et le Cervarix de GlaxoSmithKline.

 

Dans beaucoup de pays, y compris le Royaume-Uni et les Etats-Unis, ces vaccins ont été administrés pour assurer la protection contre les papillomavirus humains qui constituent une des principales causes du cancer du col utérin.

 

Le tribunal indien  a été informé hier que des militants  prétendent que l’étude – financée par la Fondation Bill & Melinda Gates – n’a pas réussi à obtenir le consentement éclairé des enfants ou de leurs parents.


Ils disent  qu’une « étude » réalisée pour la fondation par une organisation américaine était en fait un essai illégal de drogues.

 Aman-Dhawan-16.jpg

Aman Dhawan, 16 ans était ignorant. Il est l’un des nombreux jeunes qui ont participé à l’essai sans savoir qu’ils s’étaient engagés à tester le nouveau vaccin Gardasil 9 destiné à prévenir le cancer du col utérin.

 

Sana-ansari-19.jpg« Cobaye » : Sana Ansari (19), son frère Mazhar et sa sœur Asiya ont tous été enrôlés dans l’essai du vaccin Gardasil 9 – Sana et sa famille expliquent qu’ils n’avaient pas la moindre idée qu’elle allait tester un médicament.

 

Les pétitionnaires ont également demandé aux juges de se pencher sur la façon dont les essais ont été menés pour le nouveau vaccin de Merck, le Gardasil 9.

 

Une enquête « MailOnline » qui a été publiée au début du mois  a révélé qu’il existait des plaintes au sujet d’enfants dont certains avaient à peine 9 ans, et qui souffraient d’effets secondaires après avoir été utilisés comme cobayes humains involontaires pour un nouveau médicament.

 

Le Gardasil 9 qui devrait rapporter £ 1,2 milliards par an a déjà été approuvé pour être utilisé aux Etats-Unis, et pourrait être disponible au Royaume-Uni plus tard dans l’année.

 

Lors d’une audience de la Cour Suprême de l’Inde à Delhi, les juges ont exprimé leur frustration par rapport au fait que le gouvernement du pays n’avait pas fourni des réponses par rapport à ce qui s’était passé durant les premiers essais des tout premiers vaccins Gardasil et Cervarix

 

Ils ont donné un mois au gouvernement pour expliquer quelles mesures avaient été prises pour obtenir le consentement des personnes participant aux essais.

 

Ils voulaient savoir s’il y avait eu un suivi des jeunes-filles pour pouvoir se rendre compte si certaines avaient souffert  de conséquences néfastes pour leur santé.

 

Les juges ont également ordonné au gouvernement de produire un avis sur la question de responsabilité et d’indemnisation.

 

Aman-Dhawan--2-.jpgEffets secondaires : Aman Dhawan, 16 ans, habitant Indore, a perdu du poids et de la force après avoir été enrôlé dans l’essai sur le Gardasil 9. sans savoir à quoi il s’était véritablement engagé.

 

Les avocats des militants qui ont porté l’affaire en justice ont déclaré être heureux que, pour la première fois, les notions de responsabilité et d’indemnisation des victimes avaient été envisagées par le tribunal.

 

« C’est un développement très encourageant de constater que les juges sont maintenant en train de discuter de la responsabilité, et pas seulement de la responsabilité, mais aussi de rémunération. Le ton de la séance d’aujourd’hui a été très positif pour nous, car il est clair pour toutes les parties, y compris pour les rapports du gouvernement qu’il y a eu, au mieux de graves irrégularités, et au pire de flagrantes violations des droits humains fondamentaux. » a expliqué Kerry Mc Broom, un des avocats.

 

Une enquête menée par une commission parlementaire indienne avait précédemment conclu que les essais représentaient une violation grave de la confiance et de l’éthique médicales équivalant à de la maltraitance d’enfants, ainsi qu’à « une violation claire et nette des droits de l’homme par rapport à des enfants et adolescentes. »

 

Le rapport du comité a précisé qu’il avait été bien établi que les essais cliniques de vaccins avaient été effectués « sous prétexte de projet d’observation/démonstration » en violation de toutes les lois et règlementations fixées par le gouvernement pour ces essais.

 

Le groupe accusé de procéder à l’essai sous le prétexte d’effectuer une étude universitaire – PATH – a dit qu’il « était en profond désaccord avec les constatations, les conclusions et le ton du rapport publié, ainsi qu’à son mépris pour les preuves et les faits. »


Mazhar-Ansari-18.jpgMazhar Ansari, 18 ans, a reçu une injection. Il a été enrôlé dans l’essai de Merck sur le nouveau vaccin Gardasil 9

 

Hier au tribunal, un collège de juges dirigé par le juge Dipak Misra a critiqué le gouvernement indien pour ne pas avoir agi à la suite du rapport du Comité.

 

« Que la santé des personnes soit préservée devrait être la préoccupation du gouvernement », ont-ils déclaré.

 

« Il ne s’agit pas d’abandonner cette affaire aux tribunaux. C’est au gouvernement à trouver les moyens. »

 

«  Si le comité parlementaire avait fait ce qu’il fallait, il devenait obligatoire pour le pouvoir exécutif de prendre les mesures qui s’imposaient en fonction de ce rapport. » [...]

 

Merck et GSK ont tous deux reçu l’ordre de répondre aux allégations des militants.

Au cours de l’audience d’hier, Merck a fourni un document en six volumes comprenant près de 2000 pages de preuves – mais GSK n’avait jusqu’à présent pas répondu.

 

Les deux compagnies ont nié toute malversation. Hier au tribunal, les juges ont aussi entendu les avocats de PATH – le groupe américain qui avait organisé « l’étude ». Ils ont souligné que les vaccins étaient sûrs et que les vaccinations avaient été réalisées dans l’intérêt de la santé publique. […]

 

L’enquête de MailOnline sur le Gardasil 9 a révélé que plusieurs enfants qui avaient participé à ces essais ont affirmé avoir souffert de différents problèmes, y compris la perte de poids, la fatigue, des étourdissements et des problèmes menstruels.

 

Ces enfants, ainsi que leurs parents ont maintenu qu’ils n’ont pas donné leur consentement éclairé et qu’ils ne savaient pas qu’ils prenaient part à un essai sur un médicament non encore (suffisamment) testé.

 

Aman Dhawan (16 ans) qui vit dans le bidonville de Pancham Ki Phel de la ville d’Indore a participé à cet essai.

 

Sa famille déclare qu’on les a informés qu’il s’agissait d’un nouveau médicament susceptible d’empêcher toute une série de maladies, y compris le paludisme.

 

Mais Aman déclare qu’après avoir reçu le vaccin, il a commencé à voir des changements dans son corps : il a perdu du poids et de la force.

 

Source : DailyMail


Kalpana-Mehta.jpgKalpana Mehta a mis en lumière une série d'essais de médicaments sur les jeunes filles en Inde, qui ont fait au moins sept morts. Le litige d'intérêt public qu'elle a, avec deux autres personnes, fait connaître, a poussé  la Cour Suprême de l’Inde à demander une enquête du gouvernement sur les essais, et qui a finalement conduit à la décision de la Cour d’arrêter ces essais en Inde.

 

Source : Daily Mail

 

Seven-clinical-trials-in-India.JPG

 

Indienne-qui-pleure.JPG

 

https://www.youtube.com/watch?v=_DD6QZJfWSE

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 23:21

VACCIN CONTRE L’HEPATITE B 

Leur futur est entre vos mains…REFLECHISSEZ BIEN ! 

 

Par Roger Landry, 12 janvier 2015

Bebe-vaccin-hepatite-B.jpg

 

Réveillez-vous !                                                                          

Vos enfants pourraient devenir des handicapés à vie ou même mourir !

 

Notre confiance dans les organismes gouvernementaux américains de santé s’est effilochée au cours des années après que nous ayons multiplié des recherches en matière de corruption, de copinage et d’incompétence qui ont infiltré des entités telles le CDC, la FDA, l’EPA, et l’USDA. Aujourd’hui, une grande lame de fond de protestation prend chaque jour de plus en plus d’ampleur.

 

Nous sommes parfaitement conscients que bon nombre de ces organismes ne s’accordent même pas pour chanter sur le même ton. L’un prétendant que telle opération est parfaitement sans danger (CDC), alors que l’autre (EPA) signale que le taux de certains composants des vaccins est extrêmement toxique pour la physiologie humaine (comme le mercure/Thimerosal et l’Aluminium dans les vaccins etc…)

 

L’Amérique s’enorgueillit d’avoir le plus haut niveau de technologie médicale au monde mais souffre d’un des taux les plus élevés de mortalité infantile de tous les pays industrialisés… Nous sommes de loin la société la plus vaccinée de la planète !


Où s’arrêtent les coïncidences et où commencent les faits ?

 

Concentrons-nous maintenant sur le mécanisme qui prouve l’extrême danger des vaccins qui sans le moindre doute provoquent des souffrances à grande échelle. La chose est d’autant plus grave que dans de nombreux cas, ces vaccinations sont obligatoires.

 

On sait que le vaccin contre l’hépatite B peut causer :

 

Le lupus

Des dommages au foie

La mort subite du nourrisson

La sclérose en plaques

 

Et plus encore…

 

Incidence-du-diabete-en-Nelle-Zelande.jpg

 

Augmentation considérable des cas de diabète en Nouvelle Zélande après la vaccination contre l’hépatite B

 

Même après plusieurs doses, l’efficacité de ce vaccin est très discutable, chaque dose supplémentaire augmentant considérablement les risques d’effets secondaires graves !


Journal-of-viral-hepatitis.jpg

 

42 % d’échec dans la protection après l’administration de 4 doses

 

Cette protection d’une soi-disant médecine gouvernementale préventive, présentée comme bienveillante, s’est avérée être l’une des vaccinations les plus dangereuses qui soient. S’il vous plaît, ne vous contentez pas de nous croire, lisez :

 

Family Health Freedom Network écrit:

 

« Des parents de tout le pays contactent en nombres croissants Le Centre National d’Information sur les Vaccins (NVIC) pour manifester leur opposition à la réglementation en cours promulguée par les fonctionnaires de la Santé Publique et qui exige que les enfants reçoivent 3 doses du vaccin contre l’hépatite B avant d’être autorisés à fréquenter une garderie, l’école maternelle, l’école primaire, le lycée ou le collège».

 

Le Centre National d’Information sur les Vaccins précise :

 

«L’hépatite B n’est pas très contagieuse – Contrairement à d’autres maladies infectieuses pour lesquelles des vaccins ont été développés et rendus obligatoires aux Etats-Unis, l’hépatite B n’est pas une maladie très commune au cours de l’enfance et, en outre, elle n’est pas très contagieuse. L’hépatite B  est  principalement une maladie d’adulte transmise par des fluides corporels infectés, la plupart du temps par du sang infecté. La maladie est très répandue dans des populations à haut risque comme par exemple les toxicomanes, les  hétérosexuels et homosexuels vivant dans une promiscuité sexuelle, les personnes qui résident dans les prisons, le personnel des soins de santé exposés au sang de personnes qui ont besoin de transfusions répétées, ainsi qu’aux bébés nés de mères infectées».

 

Et comme si la situation n’était pas suffisamment grave… l’Association des Médecins et des Chirurgiens Américains affirme que les risques de dommages que peut provoquer le vaccin peuvent être « cent fois plus importants » que le risque de la maladie. Ceci montre clairement que le vaccin est beaucoup plus dangereux que la possibilité de contracter la maladie !

 

Experimental vaccines publie :

 

La Cour Fédérale décrète que le vaccin a causé un lupus fatal

 

Ce vaccin est-il donc une bénédiction ou un fléau pour la société américaine ? Et tout cela au nom du profit … ou de raisons beaucoup plus obscures. 

En tant que parent, il vous appartient  de choisir de vacciner ou non, mais pour combien de temps encore ? Beaucoup de recherches ont été effectuées pour vous guider dans la décision à prendre. Ne permettez pas aux seuls médecins ou à des personnes peu instruites de ces problèmes de vous guider dans cette décision. Faites s’il vous plaît votre propre recherche pour trouver la meilleure solution pour la santé et le bien-être de votre enfant…C’est du futur même de vos enfants dont il est question et la situation ne cesse de s’aggraver. De grâce REVEILLEZ-VOUS !

 

Source: The Liberty Beacon

 

Dr-Bart-Classen-New-Zealand-Medical-Journal.jpg

« Le vaccin contre l’hépatite b, de même que d’autres vaccins, peuvent induire le diabète insulino-dépendant. » Dr Classen, New Zealand Medical Journal, 24 mai 1996

 

Voir aussi :

Obligation vaccinale illégitime pour le personnel soignant

Le vaccin anti-hépatite B détruit les cellules du foie : un comble

Le vaccin hépatite B entraîne une maladie auto-immune

Un tribunal reconnaît le lien entre le vaccin hépatite B et le syndrome de fatigue chronique

Une horrible histoire de vaccins

La ligue belge se moque-t-elle du monde au sujet du vaccin hépatite B

Vaccin hépatite B en Chine – les morts se succèdent

Vaccin hépatite B – Toxicité démontrée

Un vaccin contre l’hépatite B a détruit sa vie

Le vaccin anti-hépatite B a gâché ma vie

 

En anglais:

Federal Claims Court rules hepatitis vaccine caused fatal lupus (SLE)

Federal Court Admits Hepatitis B Vaccine Caused Fatal Auto-Immune Disorder

Hepatitis B Vaccination Causing Liver Damage

United States Court Admits Hepatitis B Vaccine Caused Fatal Autoimmune Disease

GSK Bacteria Contaminated Vaccines Given to Babies

The hepatitis B vaccine is linked to infant death, multiple sclerosis

Hospital Threatens to Seize Custody of Unvaccinated Newborn

Parents Question Forced Vaccination As Reports of Hepatitis B Vaccine Reactions Multiply

Vaccine Exemption Forms

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 15:02

Une jeune mariée décède de septicémie après avoir fait la grippe. Elle avait pourtant été vaccinée (justement...)

  

Une jeune mariée (et jeune diplômée) du Wisconsin a commencé, lundi, à se sentir malade de la grippe. Le vendredi suivant, elle décédait.

Katie-Mc-Question.JPG

Katie McQuestion, une jeune technicienne en radiologie de 26 ans de Kenosha, a reçu le vaccin contre la grippe pour se conformer au règlement de l’hôpital. Elle n’avait aucun autre problème de santé, mais elle a  attrapé la grippe et a fait de graves complications. Elle a fait une septicémie et est morte le 2 janvier.

 

« Elle était l’image même de la santé » a raconté sa maman à ABC News, ajoutant quelle venait de se marier en septembre. «Aucun homme de 29 ans ne devrait avoir à enterrer son épouse ».


Alors qu’elle faisait des courses le 29 décembre avec sa maman, la jeune femme s’est plainte de ne pas se sentir bien. Le lendemain au travail, elle fut renvoyée chez elle parce qu’elle ne se sentait pas bien. Sa maman dit qu’elle est allée chercher un antibiotique pour sa fille la veille du Nouvel An.

 

Le jour du Nouvel An, Katie appela sa maman et lui dit : «  Maman, je ne me suis jamais sentie si malade ».

 

Dans la suite les parents de Katie l’ont retrouvée aux urgences de l’hôpital. Les médecins leur ont dit que ses pulsations cardiaques étaient très rapides, que sa pression sanguine était très basse et sa température peu élevée. Les médecins lui ont administré des médicaments anti-nauséeux, ainsi que d’autres pour l’aider à dormir, explique la maman.

 

Douze heures plus tard, l’hôpital a appelé les parents de Katie pour leur expliquer que la situation  était devenue très critique.

 

« Ils nous ont dit qu’une septicémie s’était déclarée et qu’il était trop tard », raconte la maman, ajoutant que sa fille avait souffert d’une attaque cardiaque.

 

« A ce moment, tous ses organes ont commencé à défaillir. Les médecins ne pouvaient plus rien faire. »

 

Alors que la famille était sous le choc, la maman expliqua : «  C’est une chose de ne pas se sentir bien, mais de là à mourir… il n’y a pas de mots. Mon cœur est brisé. Elle était tellement merveilleuse. »

 

Il est difficile de prédire qui fera une septicémie à partir de la grippe mais des maladies comme l’asthme ou des maladies des poumons pourraient y contribuer, déclare le Dr William Schaffner, Président de l’Association de Médecine préventive au Centre Médical de l’Université Vanderbilt à Nasville. Il ne s’est pas occupé du cas de Katie, mais il a déclaré qu’une septicémie peut se déclarer si la grippe évolue vers la pneumonie qui est bactérienne.

 

« D’habitude la pneumonie ne touche que les poumons, mais dans certains cas, elle est si grave que des bactéries peuvent quitter les poumons et passer dans le flux sanguin », a expliqué le Dr Schaffner.

 

Selon la Clinique Mayo, la septicémie est une réaction à une infection pouvant mettre la vie en danger. Cette réaction est due à des produits chimiques qui se trouvent dans le sang et qui peuvent déclencher des réponses inflammatoires dans le corps.

 

La pneumonie et la grippe peuvent parfois sembler s’entremêler, mais Schaffner précise que si vous êtes essoufflé, si vous toussez en expectorant du mucus jaune ou vert ou du mucus teinté de sang, cela pourrait bien vouloir dire qu’il s’agit d’une pneumonie. Il a recommandé de consulter un médecin pour obtenir un médicament antiviral et espérer prévenir des maladies plus graves et des complications de la grippe. Dès que vous réalisez que vous avez la grippe. Il a également conseillé de rester bien hydraté, assis dans un lit pour pouvoir prendre des respirations aussi profondes que possible.

 

La famille McQuestion espère qu’en partageant cette histoire, elle pourra aider à prévenir des décès dus à une septicémie qui fait suite à une grippe.

 

« Si nous pouvons aider une seule famille à éviter ce drame, alors ce que nous avons fait  n’aura pas été vain.» dit la maman de Katie. – Ma fille adorait son métier. « Elle était tellement heureuse ! Ca vous déchire le cœur de savoir ce qui aurait pu être fait pour elle.»


Source : Gma.yahoo.com

 

Le pire c’est que dans l’idéologie vaccinale actuelle, le corps médical n’a même plus l’intelligence ni la décence d’en revenir au plus élémentaire bon sens, à savoir que :

 

1. La vaccination contre la grippe est vraiment peu efficace mais pas anodine pour autant (elle est aussi une source directe de complications graves et même de décès)

 

2. Toute vaccination opère un court-circuitage du système immunitaire qui affaiblit l’organisme et le laisse au moins temporairement plus à risque de contracter toutes sortes de maladies infectieuses opportunistes, pouvant être très graves (comme une septicémie).

 

3. La vaccination antigrippale est elle-même une source et un facteur favorisant d’asthme et de pneumonies puisque selon des données scientifiques (non exhaustives), la vaccination contre la grippe multiplie par 5,5 le risque d’infections pulmonaires dans ses suites.

 

4. Le jeune âge de la patiente constitue un facteur supplémentaire pour incriminer la vaccination car les septicémies sont plus fréquentes chez les gens âgés et affaiblis ou tous ceux affaiblis…par des produits chimiques exogènes (comme ceux des vaccins).

 

Tous ces éléments réunis ne peuvent que conduire les personnes de bon sens (qu’elles soient ou se disent « scientifiques » ou non) à concevoir la probabilité importante que sans cette vaccination, cette jeune femme serait encore en vie, elle aurait pu faire une grippe mais qui n’aurait pas tourné à pareil scénario…

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
13 janvier 2015 2 13 /01 /janvier /2015 17:10

Une petite fille perd la moitié de son cerveau après le vaccin ROR (Rougeole-Oreillons – Rubéole)

 

Par Anne Abbot, 8 janvier 2015, Health Impact News- The SnapMom.com

 

Petite-fille-dans-chaise-roulante-janvier-2015.jpg

Extraits:

 

Quand notre petite fille Roz est née le 17 juin 2010, elle était heureuse et en parfaite santé. Elle s’est bien développée comme tous les enfants de son âge. Elle était même en avance à chaque étape de son évolution. Mon mari et moi avons décidé de lui faire administrer les vaccins séparément avec un certain retard sur le calendrier habituel. Notre premier médecin de famille lui avait administré le vaccin PediaX avec une combinaison d’autres vaccins

 

A l’âge d’un an, nous lui avons fait administrer les vaccins DTCa (= diphtérie, tétanos, coqueluche) en étalant les différentes doses sur une certaine période. C’est au cours du bilan de ses deux ans que nous avons décidé de commencer à lui faire administrer les vaccins ROR.

 

C’est le 12 juin 2012 que Roz a reçu son vaccin ROR. Elle a connu une période difficile comme elle en avait connue une après le DTCa, mais après une semaine, elle paraissait comme un peu perdue et ne réagissait pas. Cette période difficile se poursuivit. Le 27 juin, elle a commencé à faire un peu de fièvre. Le 28 juin, après qu’elle ait pris son bain, mon mari l’a assise sur une chaise. Roz est ensuite sortie très peu de temps. Mon mari est rentré cinq minutes plus tard parce qu’il avait noté que le petite ne bougeait plus, elle regardait fixement et ne réagissait plus. Nous l’avons immédiatement conduite aux urgences. Trente minutes plus tard, le médecin nous confirma qu’elle avait fait une crise convulsive et qu’elle avait de la fièvre. Ils ont commencé à faire toute une série de tests, mais n’ont rien trouvé en matière d’infection, ni virus, ni bactérie. Roz fut ensuite transférée à l’hôpital des enfants où elle a passé la nuit en observation. Les médecins nous ont redit qu’elle avait fait une convulsion fébrile. Ils nous ont dit de ne pas nous tracasser parce que ce problème arrivait souvent aux enfants.

 

Le 1er novembre quand Roz s’est réveillée, nous avons remarqué que son comportement était étrange, puis elle a brusquement commencé à faire des crises. Nous lui avons donné du Diastat. Une heure plus tard, elle s’est réveillée et a recommencé à faire une crise. Nous nous sommes finalement retrouvés à l’hôpital des enfants.

 

A partir du début décembre, elle faisait des crises environ chaque mois, et le pire c’était que les crises s’aggravaient… A partir d’avril 2013, elle a commencé à faire des crises chaque semaine. A la mi-avril, Roz a eu trois fortes crises tonico-cloniques au cours d’une seule semaine. Nous avons alors décidé de la conduire à l’hôpital des enfants de Cincinnati pour obtenir des réponses. Au travers de toutes ces crises, Roz a continué à se développer normalement sauf en ce qui concerne un retard de langage. Après un certain temps, ses crises se sont modifiées, mais sont devenues plus fréquentes.

 

Le neurologue nous a suggéré de rencontrer un spécialiste de l’épilepsie pour voir si Roz ne devrait pas subir une chirurgie du cerveau. Le 7 octobre 2013, la surveillance (EEG) qui dura une semaine et les principaux scans apportèrent la conclusion que Roz était candidate pour une résection chirurgicale de son lobe occipital droit. 


Les scanners ont montré une région du cerveau qui s’amincissait. Nous avons donc dû attendre et avons observé qu’elle faisait encore plusieurs crises par jour. 120 électrodes furent placées sur le côté droit du cerveau. Nous avons rencontré les médecins tous les jours. Ils nous ont dit que les crises n’arrêtaient pas de se produire sur l’hémisphère droit du cerveau et pas seulement sur le lobe occipital droit. Ils ont ajouté qu’une résection n’était pas une option. Nous nous sommes effondrés. Les médecins ont finalement obtenu l’information dont ils avaient besoin. Ils ont estimé que Roz souffrait du syndrome de Rasmussen ou dysplasie corticale. Notre petite fille qui avait toujours été normale devait subir une craniotomie, ainsi qu’une hémisphérotomie qui lui provoquerait une hémiparésie. On a dû lui enlever la moitié de son cerveau)

 

Lire toute l’histoire sur TheSnapMom.com : mener la lutte vaccinale avec un demi cerveau !


Petite-fille-operee-du-cerveau.jpg

Source : Health Impact News

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 11:00

« Chaque vaccin provoque des dommages ! » 

 

« Ce que nous nous sommes fait l’un à l’autre avec les vaccins a produit les dommages les plus graves que l’humanité se soit jamais infligés à elle-même au cours de toute son histoire »

 

Dr Andrew Moulden, M.D, PhD 

Dr-Andrew-Moulden-Premiere-photo.jpg

       

Par John P. Thomas, Health Impact News, 5 janvier 2015

 

Le médecin canadien, le Dr Andrew Moulden, a fourni des preuves scientifiques évidentes que chaque dose de vaccin administrée à un enfant ou à un adulte provoque des dommages. La vérité qu’il a découverte a été rejetée par le système médical conventionnel et par l’industrie pharmaceutique. Néanmoins, ses avertissements et son message adressés à l’Amérique représentent l’héritage solide d’un homme qui s’est dressé contre Big pharma et son programme qui vise à vacciner tous les êtres humains de la terre.

 

Le Dr Moulden est décédé de façon inattendue en novembre 2013 à l’âge de 49 ans.

 

C’est à la suite de la forte opposition de Big pharma à l’égard de sa recherche que je me suis inquiété de constater que le nom de ce brillant chercheur, ainsi que son œuvre avaient pratiquement disparu d’internet. Sa réputation avait été salie et son message d’espoir et d’éveil avait été déformé pour être enterré sans la moindre trace.

 

J’ai préparé une série d’articles en hommage à ce grand médecin et une célébration commémorative à cet homme courageux qui n’a pas eu peur de la vérité par rapport à un système médical corrompu, un système de santé sérieusement déficient qui fait plus de mal que de bien.

 

Cet article est le premier d’une série de quatre qui seront dédiés au Dr Moulden –  à cet homme et à ce médecin qui veut clairement mettre fin à tous les vaccins. Dans les prochains articles, j’essayerai de résumer les mécanismes habituels qui provoquent les dommages et comment les vaccins dégradent la santé de tous ceux qui les reçoivent, que ceux-ci aient ou non  remarqué des effets secondaires au moment où ils ont été vaccinés.

 

Le Dr Moulden a déclaré :

 

« Ce que nous nous sommes fait l’un à l’autre avec les vaccins a produit les dommages les plus graves que l’humanité s’est jamais infligés à elle-même au cours de toute son histoire. Tout ceci s’explique en partie à cause de :

 

- Notre arrogance qui nous fait croire que nous connaissons tout, et qu’en physiologie et en médecine nous avons aussi toute la connaissance !

 

- Notre cupidité  qui fait passer avant tout notre envie de faire de l’argent, de vendre nos produits, comme de faire prospérer les alliances corporatistes. Le commerce a supplanté le principe humain fondamental qui commande de ne pas faire à autrui ce que l’on ne voudrait pas que l’on nous fasse.

 

Si la société pouvait revenir à cette valeur fondamentale, nous travaillerions ensemble pour le plus grand bien de tout un chacun. Malheureusement d’autres valeurs ont pris le pas. Je me fous pas mal de qui j’écrase le pied aussi longtemps que je puis me permettre de réaliser mon rêve américain ! Qui aura à en payer les frais m’est égal pourvu que j’y arrive ». [1]

 

[…] Le Dr Moulden avait un PhD en Psychologie Clinique et Neurophysiologie. Il possédait un master dans le développement de l’enfant. Il était aussi docteur en médecine [2]. Son travail était respecté par d’autres chercheurs qui ne marchent pas au roulement du tambour des compagnies pharmaceutiques. Le Dr Moulden représentait une menace pour l’industrie pharmaceutique et ses 21 sites pourfendeurs d’hérétiques qui le traitaient en ennemi. [3, 4]

 

Le Dr Moulden a interrompu sa pratique pour témoigner au sujet de la « sécurité » des vaccins

 

Le Dr Moulden a interrompu sa pratique médicale en 2007 pour parcourir l’Amérique et délivrer son message que chaque dose  et chaque type de vaccin provoque des dommages chez ceux qui les reçoivent. Il écrit :

 

« Comme beaucoup le savent, j’ai arrêté ma pratique. J’ai choisi cette option pour parcourir l’Amérique du Nord, poursuivre ma recherche sur la sécurité des vaccins et présenter les résultats de ma recherche partout au Canada et aux Etats-Unis. » [5]

 

Au cours de ces années, le Dr Moulden a montré que de nombreux cas du Syndrome du Bébé Secoué étaient à mettre en relation avec les vaccins et les dommages qu’ils provoquent. Son témoignage a permis de libérer de nombreux parents des fausses accusations qui étaient portées contre eux d’avoir maltraité leur enfant.

 

En 2010, le Dr Moulden se retire du domaine public : attaques et menaces de mort

 

Il déclare :

 

« En 2010-2011, j’ai poursuivi ma formation PhD et terminé une année d’interne en Neuropsychologie Clinique au « Baycrest Center for Geriatric Care » à Toronto. Pendant cette période, j’ai donné un cours universitaire sur la Médecine de Santé à l’Université New-York à Toronto. Au cours de cette période, je n’ai plus fait allusion à ma recherche ni aux vaccins. Le Département de la Santé Publique a préconisé  qu’on ne me permette plus de m’occuper de patients en médecine clinique que si j’acceptais de signer un contrat proposé par le département de la Santé Publique, et  qui précisait que :

 

a) Je suis malade mental et dès lors ma recherche et mes enseignements sur la sécurité vaccinale étaient délirants.

 

b) Je ne suis pas autorisé de quelque manière que ce soit, de m’exprimer ou de présenter en public ma recherche et mes opinions sur la sécurité des vaccins. Ceci constitue la condition sine qua non pour être autorisé à pratiquer la médecine clinique, recevoir ma licence médicale et garder cette licence ». [6]

 

Même avant que le Dr Moulden disparaisse de la scène publique, un groupe de professionnels se sont acharnés à détruire sa réputation de toutes les manières possibles. Ils ont publié des mensonges, des tromperies sur internet et ont fait tout ce qu’ils pouvaient pour l’abattre. Après qu’il ait pris du recul, ses sites ont été attaqués et l’accès à ses enseignements largement détruit. Oui, il y a même eu des menaces de mort.

       

Le mystérieux décès du Dr Andrew Moulden

 

Dr-Moulden-eglise-livre-ouvert.jpg

Le décès du Dr Moulden est entouré de mystère. Certains disent qu’il a eu une attaque cardiaque et d’autres déclarent  qu’il s’est suicidé.

 

Un collègue du Dr Moulden qui souhaite rester anonyme a expliqué à « Health Impact News » qu’il/elle avait eu un contact avec le Dr Moulden deux semaines avant sa mort en 2013. Le Dr Moulden a, en octobre 2013, déclaré à cette personne et à un petit nombre de collègues en lesquels il avait confiance qu’il était sur le point de briser le silence et allait diffuser une nouvelle information qui représenterait un défi majeur pour l’industrie du vaccin de Big pharma. Il se disait prêt à revenir sur la scène. Bien qu’il soit resté longtemps silencieux, il n’avait jamais arrêté sa recherche.

 

Deux semaines plus tard, le Dr Moulden est mort subitement.

 

Le Dr Moulden était sur le point de diffuser une importante information sur sa recherche et sur les traitements qui auraient pu porter un grave préjudice au modèle vaccinal comme au traitement de la maladie, et qui aurait pu détruire une source majeure de revenus pour l’industrie pharmaceutique. Ce qui aurait du même coup pu gravement mettre en danger les bases mêmes de la théorie du germe en ce qui concerne les maladies.

 

Les menaces de mort à l’encontre des critiques sur les vaccins ne sont pas inhabituelles

 

C’est au cours d’un nouveau cas de camouflage en matière de dommages vaccinaux que le Dr Garth Nicolson a reçu des menaces de mort. Il faisait partie d’une équipe qui avait été mise au courant que des tests biologiques (agents de guerre chimique) avaient été effectués sur des prisonniers au Texas. Ces agents biologiques pour guerre chimique ont plus tard été découverts dans des vaccins qui avaient été administrés à du personnel américain pendant les guerres du Golfe Persique. Des milliers de cas du Syndrome de la Guerre du Golfe et des décès liés aux vaccins s’en sont suivis.

 

Le professeur Emérite Garth L. Nicolson, est le Président, officier scientifique en chef, chercheur et professeur de pathologie moléculaire à l’Institut de Médecine à Huntington, Californie. Il a été professeur dans des facultés de médecine aux Etats-Unis et en Australie. Il est l’un des scientifiques les plus souvent cités en Amérique aujourd’hui.

 

Le Dr Nicolson a expliqué ce qui lui est arrivé quand lui et d’autres personnes ont été informées des expériences qui avaient été réalisées dans une prison du Texas, ainsi que des dommages vaccinaux qui en résultèrent parmi les troupes pendant la guerre du Golfe. Il explique :

 

« Nous avons effectivement été obligés de quitter le Texas. J’étais cependant professeur full time à l’Université du Texas et j’ai dû littéralement quitter le Texas parce que la situation devenait trop dangereuse. Plusieurs de mes collègues sont morts. Mon directeur a reçu une balle dans la tête alors qu’il était à son bureau parce qu’il s’apprêtait à dévoiler les expérimentations et tests qui s’étaient déroulés dans la prison. Cela devenait donc très dangereux ». [7]

 

Préserver l’héritage du Dr Moulden

 

Ceux qui sont au pouvoir et qui voulaient détruire l’œuvre du Dr Moulden ont fait un excellent travail en supprimant l’essentiel de l’information qui avait auparavant été disponible sur internet. Avant que tout ne disparaisse, j’aimerais prendre le temps de résumer quelques uns de ses enseignements.

 

Dans cet article et dans ceux qui suivront, je m’efforcerai de condenser les points clé d’une vidéo de 6 heures intitulée « Tolerance Lost ». Pour le moment, cette vidéo est toujours accessible sur YouTube.com – L’information a été donnée en 3 vidéos qui sont présentées sur YouTube en 51 segments.

 

Si vous souhaitez entendre le Dr Moulden expliquer ses découvertes, je vous recommande vivement ces vidéos. Les images de la physiologie vasculaire du cerveau sont très instructives, de même que les nombreuses photos d’enfants. Les vétérans de la Guerre du Golfe et autres adultes montrent bien les signes de dommages vaccinaux.

 

Dans «  Tolerance Lost », Il faut écouter le Dr Moulden expliquer avec ses propres mots les mécanismes qui provoquent les dommages vaccinaux. Il est facile de voir les dommages produits par les vaccins sur la figure des enfants. […]

 

Comment la théorie des germes a introduit l’ère vaccinale

 

La plupart des gens, y compris moi-même avons appris que chaque maladie avait une seule cause. Donc, si nous voulons prévenir la maladie, tout ce que nous avons à faire est d’éradiquer la cause de cette maladie. Une fois la chose réalisée, la maladie disparaitra de la surface de la terre.

 

Selon cette théorie, si on a affaire à une maladie, il doit alors y avoir une seule cause. Il pourrait s’agir de bactéries, de virus, de parasites ou de toute exposition à un facteur environnemental toxique. Nous pourrions ne pas comprendre le mécanisme par lequel un microbe, par exemple, pourrait provoquer la maladie ou la mort. Non, nous devons seulement faire raisonnablement confiance que le microbe en question  est associé à la maladie. En d’autres mots, ce sont les germes qui provoquent les maladies, et il nous est possible d’arrêter la propagation des maladies infectieuses grâce aux vaccins qui sont supposés conférer l’immunité au corps par rapport à ces maladies. En théorie, les vaccins créent dans le corps une situation qui ne permet pas à la maladie de se déclencher quand il y a exposition au pathogène. L’ère vaccinale a vraiment débuté au milieu des années 1800 ; elle a été  pour les maladies, la conséquence de la croyance en la théorie du germe. Et c’est à la fin des années 1950 après que la soi-disant épidémie de polio ait menacé la vie de milliers de personnes que cette grande visibilité a été rendue possible grâce au rôle des médias. Ces informations ont provoqué une énorme peur qui a poussé les américains à se faire injecter le vaccin contre la polio ou à avaler le morceau de sucre vaccinal dès que ceux-ci ont été disponibles.

 

On nous a dit que nous devions être fiers des chercheurs et de leur génie qui a permis la création du premier vaccin contre la polio en 1950. Que le vaccin polio ait été ou non efficace, qu’il ait causé plus de décès que n’aurait provoqué le virus sauvage fait toujours l’objet d’un débat acharné. Mais une chose est claire, le marketing vaccinal a permis aux Américains de devenir des croyants. Les Américains croient aujourd’hui que les vaccins peuvent protéger leur santé.

 

Le Dr Moulden a rejeté la théorie qui veut que les maladies modernes soient causées par un simple agent

 

Dr-Moulden-dans-son-bureau.jpg

 

Le Dr Moulden n’est pas d’accord avec la théorie du germe qui veut qu’une seule cause provoque la maladie. Un groupe de médecins et de scientifiques pensent avec lui que l’on ne peut plus croire qu’un seul germe suffit à causer une maladie. L’épidémie moderne de syndromes et de maladies qui ont commencé à nous toucher au cours de la dernière partie du XXème siècle, et continue de nous affecter aujourd’hui, est le produit de multiples causes qui s’additionnent pour produire des handicaps, des maladies et la mort. Ces causes multiples produisent de multiples maladies et syndromes.

 

La plupart des médecins et des scientifiques sont toujours accrochés à la théorie qui veut qu’il n’y ait qu’une seule cause pour chaque maladie. C’est dans le même esprit que l’industrie pharmaceutique met au point ses médicaments. Chaque maladie, chaque problème peut être traité par une substance spécifique de leur création. Evidemment leurs traitements guérissent rarement la maladie. Ils ne font que traiter les symptômes. Quand les symptômes disparaissent, alors, selon eux, le problème est résolu.

 

Le Dr Moulden a rejeté cette manière de voir les choses, parce qu’il constatait qu’il échouait à guérir ses patients de leurs problèmes. Ce qu’il avait appris était basé sur  une science médicale erronée et inefficace. Il a choisi  de ne pas rester dans les limites de la science médicale officielle, et a tout fait pour sortir de la boîte afin de pouvoir approfondir davantage les choses. Les gens qui sortent des clous sont toujours critiqués, attaqués, menacés par l’ordre établi. […]

 

Le Dr Moulden ne pouvait pas ignorer le fait que les vaccins représentaient la plus grande menace qui pesait sur la santé humaine des XXème et XXIème siècles

 

En fonction de ses diverses formations et de son expérience clinique, le Dr Moulden ne pouvait pas ignorer le fait que les vaccins représentaient la plus grande menace pour la santé des humains des vingtième et vingt-et-unième siècles. Il ne pouvait l’ignorer parce qu’il le voyait dans les yeux et sur la figure de ses patients. Il pouvait voir les preuves des dommages causés par les vaccins aux nerfs crâniens quand il examinait les expressions et les mouvements anormaux du visage et des yeux de ceux qui avaient reçu des vaccins.

 

Dr-Moulden-photos-d-enfants.JPG

 

Le Dr Moulden était convaincu que l’utilisation largement répandue d’un grand nombre de vaccins ne marquait nullement le commencement d’un nouvel âge qui ne connaîtrait plus la maladie, mais plutôt une nouvelle ère universelle de mauvaise santé.

 

Le dommage vaccinal ne consiste pas qu’en un seul et unique symptôme

 

Le dommage vaccinal ne consiste pas qu’en un seul et unique symptôme, les réactions sont nombreuses et variées. En outre, les réactions aux vaccins peuvent se produire rapidement après avoir reçu l’injection ou ils peuvent apparaître des années plus tard. On ne remarque souvent les réactions qu’après plusieurs doses de différents vaccins. La variété des réactions et le temps imprévisible qui s’écoule avant que la réaction n’apparaisse donnent à l’industrie pharmaceutique et à l’establishment médical qu’elle contrôle une confiance statistique qui les assure que les vaccins ne produisent pas de dommages. S’ils ne voient pas un grand nombre d’effets secondaires d’un type bien défini au cours d’un temps assez court, ils en concluent alors qu’aucun dommage ne s’est produit.

 

USA champion des vaccins

 

Les Etats-Unis arrivent en tête de liste pour le nombre de vaccins injectés aux bébés avant l’âge d’un an.

 

On nous dit que les vaccins sont tellement sûrs qu’un enfant pourrait recevoir 10.000 vaccins et n’avoir aucun effet secondaire, et cependant l’industrie pharmaceutique n’a jamais fait d’étude longitudinale de vingt ans pour évaluer ce qui arrive aux enfants qui reçoivent 69 doses de vaccin ou davantage au cours de leurs premières 18 années de vie. Ils n’ont pas fait cette étude et ne la feront pas parce qu’ils savent que les dommages vaccinaux seraient visibles aux yeux de tous. Ils ne compareront jamais non plus la santé des enfants vaccinés avec celle des enfants non vaccinés.

 

On estime qu’un million d’enfants américains ne reçoivent aucun vaccin. Il serait donc facile de comparer des enfants vaccinés avec des enfants non vaccinés. Mais si la comparaison était faite, les résultats démontreraient que les vaccins provoquent en fait des maladies, des handicaps et des décès.

 

Le Dr Moulden était convaincu, sans l’ombre d’un doute, que les vaccins provoquent des dommages. Il a, lui-même, pu observer les preuves d’invalidité, de souffrances interminables et de mort prématurée. Ceux d’entre nous qui acceptent de réfléchir en dehors des sentiers battus qui ont été décidés par l’industrie pharmaceutique peuvent accepter le fait que les dommages vaccinaux représentent un large éventail de conditions et de syndromes, que l’on peut faire remonter à l’utilisation de vaccins et à l’exposition à différentes toxines environnementales.

 

Dommages dus aux vaccins et aux toxines environnementales

 

Le Dr Moulden a compris que les vaccins représentaient un grave problème. Il a cependant aussi reconnu que de nombreux facteurs environnementaux pouvaient provoquer les maladies modernes.

 

La combinaison des vaccins, l’exposition aux pesticides, aux produits chimiques dans la nourriture, aux métaux toxiques dans l’eau et dans l’air pour n’en citer que quelques-uns. Tous ces éléments se combinent entre eux pour détruire la santé, endommager la fertilité et réduire la population mondiale. Il a également compris qu’une mauvaise alimentation aggravait encore les effets secondaires vaccinaux.

 

Les mécanismes des vaccins qui provoquent des dommages

 

Le Dr Moulden a identifié deux mécanismes primaires qui expliquent comment les vaccins et les toxines environnementales provoquent de nombreuses maladies qui se sont répandues aux Etats-Unis, au Canada et dans d’autres pays développés. Ces deux mécanismes sont le M.A.S.S. et le potentiel Zêta. Il en sera question en détail dans les prochains articles. Je voudrais maintenant introduire la notion de M.A.S.S. (Moulden Anoxia Spectrum Syndrome)

 

Les dommages pour la santé provoqués par les vaccins et les toxines environnementales peuvent perturber le flux sanguin normal et provoquer des réactions extrêmes du système immunitaire. Il en résulte une privation d’oxygène au niveau microvasculaire (les capillaires). Les capillaires sont les plus petits vaisseaux sanguins du corps. On estime à 965 Km l’étendue des capillaires. Quand le flux sanguin s’arrête et que l’oxygène n’est plus disponible pour les cellules dans certaines régions sensibles, des dommages cellulaires s’ensuivent et le fonctionnement normal du corps est endommagé. Quand ceci se produit dans le cerveau et dans le système digestif, l’autisme et autres problèmes neurodéveloppementaux peuvent se produire. Ce sont essentiellement les vaccins, certaines toxines environnementales, ainsi qu’une mauvaise alimentation qui peuvent créer les conditions qui permettront à de mini accidents vasculaires de se produire dans les régions davantage irriguées par des capillaires.

 

Commençons par définir le M.A.S.S.

 Dr-Moulden-MASS-Jpeg.JPG

 

Moulden

 

La lettre M indique que c’est le Dr Moulden qui a développé les principes qui peuvent expliquer le syndrome du spectre anoxique.

 

Anoxie

 

L’anoxie correspond à l’état d’un groupe de cellules ou un organe qui ne peuvent plus être approvisionnés en oxygène. L’anoxie est le résultat d’un flux sanguin limité.

 

Des caillots, des vaisseaux enflammés, du sang coagulé peuvent ralentir ou bloquer le flux sanguin dans certaines régions du corps. Quand le flux sanguin est très ralenti, il peut brusquement s’arrêter ou même momentanément changer de direction. Dans pareille situation, l’oxygène ne peut plus être fourni aux cellules, et ces dernières commencent à mourir. Sans oxygène, les cellules peuvent étouffer et mourir. Il s’agit ici du processus–clé pour comprendre comment les dommages vaccinaux se produisent.

 

Syndrome

 

Un syndrome n’est pas la même chose qu’une maladie parce qu’il implique de nombreuses causes et de multiples symptômes. Nous avons tendance à penser que les difficultés d’apprentissage, l’autisme, l’Alzheimer, la maladie de l’intestin irritable, la maladie de Crohn, la colite, les allergies alimentaires, le syndrome du bébé secoué, la mort subite du nourrisson, les convulsions idiopathiques, le syndrome de la Guerre du Golfe, les effets secondaires du Gardasil, le schizophrénie, le syndrome de Tourette, le syndrome de fatigue chronique, la fibromyalgie, l’aphasie, les troubles du langage, les troubles de l’attention, les crises ischémiques, la formation de caillots, le purpura thrombocytopénique idiopathique, la maladie de Parkinson et autres troubles neurodéveloppementaux sont des maladies différentes qui doivent avoir des causes différentes, particulières. Cependant, si nous sortons des clous de la théorie conventionnelle des germes où chaque maladie a une cause, il devient alors possible de commencer à voir la maladie et sa guérison d’une toute autre manière. Le Dr Moulden a rassemblé toutes ces pathologies sous l’abréviation M.A.S.S. parce qu’il a pu voir les mécanismes communs que l’on pouvait retrouver dans tous ces états de santé.

 

Spectrum

 

Spectrum indique qu’il s’agit d’un syndrome qui peut varier en gravité et intensité. Les symptômes du M.A.S.S. peuvent être légers ou graves. Les infirmités de M.A.S.S. peuvent passer quasi inaperçues ou aller jusqu’à la mort. Le mot spectrum s’applique aux syndromes qui peuvent se produire à tout âge.  Le syndrome peut toucher les fœtus in utero, les nourrissons, les enfants et les adultes de tous âges.

 

Chez certaines personnes, un petit déclencheur peut produire une série de symptômes invalidants. Chez d’autres personnes, une forte exposition peut seulement produire de faibles modifications dans la santé à un moment donné.

 

Il faut cependant noter que les expositions qui déclenchent le M.A.S.S. sont cumulatives…Dans certaines situations au cours desquelles des expositions peu importantes se sont produites, il est possible qu’un stade soit atteint où une exposition supplémentaire puisse entraîner la mort.

 

Déclencheurs de la réaction M.A.S.S.

 

La réaction M.A.S.S. suppose une stimulation excessive du système immunitaire qui provoque une hypersensibilité immunologique.

 

Cette condition est le plus souvent provoquée par l’introduction dans le corps de substances étrangères qui ne devraient jamais s’y trouver.

 

Les vaccins avec leurs virus, les bactéries, les adjuvants, les conservateurs, ainsi que des contaminants biologiques résiduels non désirés, introduisent dans le corps de nombreuses substances étrangères. L’entièreté des ces ingrédients introduits intentionnellement ou non intentionnellement dans les vaccins vont déclencher une réponse immunitaire.

 

Les fabricants de vaccins cherchent à faire produire une réponse immunitaire dans le but de créer une « immunité ». Cependant, le Dr Moulden nous a montré que cette réponse du système immunitaire pouvait avoir de graves conséquences qui peuvent menacer la santé et même conduire à la mort. Techniquement parlant, cette réaction s’appelle hyperstimulation immunitaire excessive non spécifique. Cette réaction amène un préjudice certain en plus du faible bénéfice (s’il existe) qui pourrait être produit par le vaccin.

 

Plusieurs déclencheurs sont susceptibles de provoquer la réaction M.A.S.S. en ce qui concerne les vaccins. Ces déclencheurs comprennent les agents biologiques comme des bactéries ou des virus vivants ou morts ou des éléments de ceux-ci. Les vaccins contiennent aussi des résidus de produits utilisés dans la culture des virus et des bactéries, comme par exemple des tissus de fœtus humains avortés, des cellules d’organes de singes, de cerveaux de souris et de sang de veau. Ils contiennent également des toxines comme le latex, le gluten, le soja, de l’huile d’arachide, du MSG, du formaldéhyde et différents conservateurs. Des métaux comme le mercure (thiomersal) et l’aluminium sont particulièrement nocifs. [9]

 

Peu importe le déclencheur, la réponse du système immunitaire est la même.

 

Les symptômes visibles des dommages qui résultent de l’hyperstimulation du système immunitaire varient considérablement d’une personne à l’autre. Ces réactions ont été classifiées comme étant différentes maladies modernes même si leur cause à toutes est à mettre en rapport avec une hyperstimulation du système immunitaire.

 

Ceci est particulièrement logique quand on sait que des particules inorganiques comme l’amiante, les prions, les métaux lourds, la poussière de charbon, par exemple, peuvent provoquer des maladies, le cancer, différents troubles et même la mort. Pourtant aucun de ces éléments ne sont à classer dans les germes. Il est clair qu’il s’agit de la réponse que fournit le corps à ces substances étrangères qui provoquent la maladie et pas nécessairement «les germes et les maladies infectieuses »  en elles-mêmes et par elles-mêmes.

 

Le M.A.S.S. est une réponse physiologique générique. Il importe peu que les agents infectieux du vaccin aient été atténués, tués avant d’être mis dans une seringue et injectés dans le corps. Le point qui est important, c’est qu’une substance étrangère a été injectée dans le corps et à laquelle le corps réagit de manière telle que des maladies modernes en résultent. La prévention et la guérison des maladies doit être cherchée dans la compréhension de la réponse générique du M.A.S.S. du corps à des substances étrangères qui pénètrent dans le corps.

 

Le Dr Moulden a clairement expliqué que les vaccins ne sont pas les seuls déclencheurs de l’autisme et d’autres maladies modernes, mais les vaccins peuvent être une cause directe de l’autisme chez de jeunes enfants. Même des vaccins administrés à des mères allaitantes peuvent conduire à l’autisme chez leurs enfants. Ceci veut dire qu’un enfant n’a même pas besoin d’être vacciné pour avoir la santé endommagée par les vaccins. […]

 

Remarques du Dr Moulden faites en 2003 (au cours de l’éloge funèbre de son propre père) :

 

« Comme je continuais à exprimer mes inquiétudes au sujet d’un lien possible entre les vaccins des enfants, l’autisme et les troubles neurodéveloppementaux, on en est arrivé à un point où les autorités médicales furent convaincues qu’il y avait chez moi quelque chose qui ne tournait pas rond et qu’il me fallait suivre un traitement pour remettre les choses en place. Le Collège des Médecins, ainsi que certains de mes collègues (je n’avais jamais rencontré personnellement certains d’entre eux) déclarèrent : «  le Dr Moulden est mentalement instable et a besoin d’un traitement » - il doit être « FOU ». -   Je suis – j’étais – et je continue d’ être FOU. JE SUIS TOUT A FAIT FOU, et je possède les preuves scientifiques que l’autisme puisse être induit par les vaccins avec une certitude statistique de 99.99. C’est là ce qui me rend FOU du point de vue de mon humeur et non d’une aliénation mentale quelconque.

 

Malgré ma conviction inébranlable que les vaccins sont susceptibles de provoquer des dommages cérébraux (j’ai pu les voir et les mesurer), les experts indépendants auxquels avait eu recours le Collège des Médecins et des Chirurgiens n’ont finalement rien trouvé d’anormal par rapport à mes facultés mentales, à part le fait que j’étais stressé. J’étais en fait bien stressé : nous provoquons des dégâts et… personne ne semble s’en soucier. Personne ne veut faire des vagues. Moi, je veux que la vérité éclate et soit connue des parents pour leur permettre de faire des choix éclairés et pour que la santé des enfants ne soit plus endommagée, qu’il n’y ait plus de décès d’enfants et de nourrissons. Malgré l’avis des experts psychiatres indépendants qui avaient été mandatés par le Collège des Médecins et qui m’avaient trouvé sain d’esprit, le Collège ne fut pas pour autant satisfait de leurs conclusions et a insisté pour faire passer un diagnostic d’une forme ou l’autre d’instabilité mentale, parce que pareille étiquette pouvait justifier le fait que mon cas ne correspondait pas à leur monde dogmatique de croyances  compartimentées et à leur panacée de médecine préventive – des vaccins passe-partout pour tout le monde »[…]

 

Lire la partie 2 : Dr Andrew Moulden : Every vaccine produces microvascular damage.

 

Dr-Moulden-et-amis.jpg

 

En résumé :

 

Le Dr Moulden explique que les vaccins provoquent une hyper-réactivité du système immunitaire au cours de laquelle les leucocytes se précipitent pour attaquer les produits étrangers injectés dans le flux sanguin.  Le but recherché par l’utilisation des additifs des vaccins est d’engendrer une réponse plus rapide des leucocytes. Et cela marche à merveille : les leucocytes se précipitent vers les régions où des matières étrangères ont été introduites. Ils finissent par obstruer, bloquer et délabrer ces capillaires. La route est donc coupée pour les globules rouges qui doivent apporter l’oxygène aux différents organes voisins C’est en fait là que se trouve l’origine des problèmes. – Les leucocytes bloquent et délabrent les capillaires en tentant de détruire les matières étrangères. – « Il s’agit ici d’une découverte majeure

 

Circulation sanguine

 

Références

 

[1] “Tolerance Lost,” Dr. Andrew Moulden, Video series, Retrieved 12/1/2014. https://www.youtube.com/watch?v=RZXM-TKvLN8

[2] Vaccine Errors, Chapter 2: Where we Went Wrong with Vaccines, Dr. Andrew Moulden, MD PhD; Retrieved 12/9/14.

http://barbfeick.com/tolerance_lost/moulden/vaccines-Moulden.html

[3] “Andrew Moulden” RationalWiki, Retrieved 11-04-2014.

http://rationalwiki.org/wiki/Andrew_Moulden#Death_and_purported_mental_illness

[4] “Vaccines cause “microvascular strokes” that cause autism?” by Respectful Insolence, Retrieved 11/04/2014.

http://scienceblogs.com/insolence/2008/10/16/vaccines-cause-microvascular-strokes-that-cause-autism/

[5] Retrieved 11/05/2014. http://www.drandrewmoulden.com/

[6] IBID.

[7] “Weaponized Mycoplasmas,” Dr. Garth L. Nicolson, Lecture presented at the 9th Common Cause Medical Research Foundation Conference, Sudbury, Ontario, Canada on Aug. 29-31, 2008, Published July 29, 2013, Retrieved 10/29/14. https://www.youtube.com/watch?v=sT25HhAVhhU

[8] Vaccine Errors, Chapters 2-4, Andrew Moulden, MD PhD, Retrieved 12/9/14. http://barbfeick.com/tolerance_lost/moulden/vaccines-Moulden.html

[9] “Toxic Vaccines: The Current Science,” Presentation given by Leslie Manookian, Weston A. Price Foundation Annual Conference 2014.

[10] “Tolerance Lost,” Dr. Andrew Moulden, Video series, Retrieved 12/1/2014. https://www.youtube.com/watch?v=RZXM-TKvLN8

[11] “A Son’s Tribute MASS Ischemia Discovered in Eulogy”, Dr. Andrew Moulden, Scribd, Retrieved 12/12/2014. https://www.scribd.com/doc/79335431/A-Son-s-Tribute-MASS-Ischemia-Discovered-in-Eulogy

 

Source : Health Impact News

 

Voir aussi :

 

Les vaccins provoquent des attaques micro-vasculaires

 

Dr Moulden : ce qu’on ne vous a jamais dit à propos des vaccins (Anglais)

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
11 janvier 2015 7 11 /01 /janvier /2015 22:30

LE SYNDROME DU BÉBÉ SECOUÉ

 

Ne serait-il pas souvent diagnostiqué à tort, et ne serait-il pas causé par le rachitisme induit par les vaccins ?

 

Bebe-secoue---Deux-enfants.jpg

 

Commentaire de l’éditeur, The Liberty Beacon, 8 janvier 2015

 

Du fait que le système médical conventionnel ignore les complications vaccinales et nie même qu’elles existent, très peu de médecins aujourd’hui sont capables de diagnostiquer les maladies causées par les vaccins. Cependant, cette ignorance du système médical ne veut strictement pas dire qu’il n’existe pas de preuves scientifiques solides qui montrent que les vaccins peuvent avoir des effets désastreux.

 

L’une des situations particulièrement tragiques que nous rencontrons aujourd’hui chez des nourrissons qui souffrent des effets secondaires des vaccins est la fréquence des cas de rachitisme induits par les vaccins. Les symptômes typiques d’un nourrisson qui souffre de rachitisme induit par les vaccins sont souvent diagnostiqués à tort comme étant causés par des parents abuseurs d’enfants et qui les auraient secoués trop violemment. Dans ces cas-là, les souffrances de la famille sont multipliées par deux : en premier lieu par les dommages causés à leur enfant par les vaccins, et ensuite par les systèmes médicaux et sociaux qui accusent les parents et leur enlèvent leurs enfants.

 

Abus d'enfants ou rachitisme induit par les vaccins:

les médecins se tromperaient-ils?

 

Par Christina England

 

Des milliers de parents de par le monde sont faussement accusés d’abus d’enfant après que des médecins aient découvert aux rayons X ce qu’ils considèrent comme étant des fractures en voie de consolidation. Cependant,  bien loin de ce que l’on considère encore trop souvent comme des abus d’enfants, on est obligé de constater que des preuves s’accumulent pour soutenir la thèse que ces enfants souffrent en fait de rachitisme infantile.

 

Le rachitisme infantile est un état de santé caractérisé par une carence grave en vitamine D dans l’alimentation qui peut induire un ramollissement et un affaiblissement des os. Cet état de santé ne permet pas au corps d’absorber correctement le calcium.

 

Les travaux du Dr David Ayoub

  

Un médecin qui n’a pas peur d’aborder le sujet est le Dr David Ayoub, radiologue pratiquant à Springfield en Illinois. Ce médecin est convaincu que ce n’est pas qu’une mauvaise alimentation ou le manque de soleil qui est responsable du nombre croissant d’enfants qui souffrent de rachitisme, mais aussi le nombre croissant de vaccins qui contiennent de l’aluminium comme adjuvant.

 

Dr-David-Ayoub.JPG

 

Le Dr Ayoub qui est expert en la matière a été impliqué dans des centaines de cas de rachitisme mal diagnostiqués de par le monde. Il a témoigné au cours de la défense de nombreux parents innocents.

 

Au cours d’une interview avec le Dr Mercola en février 2014, le Dr Ayoub a évoqué sa vaste expérience. Il a expliqué avoir remarqué l’énorme accroissement du nombre de parents qui ont été accusés à tort.

 

Il a expliqué au Dr Mercola que :

 

« Au cours des 25 dernières années, nous avons vu aux rayons X que des nourrissons rachitiques faisaient des fractures, et depuis le début, on a eu affaire à de mauvais diagnostics ou à des diagnostics de substitution. Cette recherche avait tout spécialement été effectuée à l’Hôpital des enfants de Boston.

 

Ils ont observé la guérison du rachitisme chez les nourrissons et n’ont diagnostiqué que des fractures ; ils n’ont pas diagnostiqué les processus en voie de guérison du rachitisme. Ils ont examiné les squelettes des enfants décédés au microscope pour corroborer ce qu’ils avaient découvert aux rayons X, et à partir de ce moment là, les modifications qui étaient observées aux rayons X ont été étiquetées: maltraitance d’enfants, modifications spécifiques de la maltraitance d’enfants. C’est là une chose horrible quand on y pense. »

 

Père qui se cache la figure

 

Le Dr Ayoub poursuit :

 

«  Les cas que nous étudions correspondent à 100% de la phase de guérison du rachitisme. Le rachitisme chez les nourrissons est très différent du rachitisme que l’on observe dans d’autres groupes d’âge, par exemple entre un à deux ans. Quand il s’agit d’abus d’enfants, je n’ai jamais rencontré le moindre cas au-delà de l’âge d’un an. Les nourrissons ont environ cinq semaines quand ils commencent à faire des fractures au cours d’un changement de langes, de chemise, quand on glisse leur bras dans un siège de voiture ou quand un frère ou une sœur joue un peu trop brusquement avec le petit ou la petite. Ce sont ces genres de situations que l’on retrouve quand on a affaire à des fractures en voie de guérison etc. »

 

Le Dr Ayoub :

 

« Au cours d’une  interview à laquelle j’ai participé en lien avec mes récents travaux sur le rachitisme infantile, j’ai précisé : «  J’ai étudié très attentivement l’aluminium des vaccins, ainsi que leur association à les maladies de la première enfance. Une des maladies classiques auxquelles l’aluminium est lié est le rachitisme.

 

Il est possible aussi que l’aluminium ait des propriétés anticoagulantes. En d’autres termes, il pourrait aussi induire des hémorragies.

 

Le Dr Ayoub a-t-il raison ? Les adjuvants aluminiques utilisés dans les vaccins sont-ils de quelque manière responsables du nombre croissant de nourrissons qui souffrent de rachitisme infantile et autres troubles que les médecins attribuent au syndrome du bébé secoué ? »

 

Le Dr Ayoub :

 

« J’ai analysé plus de 400 cas. J’ai témoigné plus de 100 fois, dans ou pour des affaires en justice,  soit par écrit, soit en témoignant directement. J’ai, dans ces affaires, une grande expérience. J’ai aussi eu l’occasion de témoigner dans plusieurs autres pays. J’ai apporté mon témoignage dans plus de la moitié des Etats-Unis. J’ai été opposé à la plupart des grands hôpitaux universitaires – aux grands Centres : L’Hôpital pour Enfants de Boston, l’Hôpital pour enfants de Philadelphie, l’Hôpital pour enfants de Seattle, etc. J’ai été opposé à plusieurs médecins célèbres. »

 

Tribunal-marteau.jpg

 

[…] « Le problème, c’est qu’il s’agit en fait d’une question politique. Je ne puis m’empêcher d’y penser sans cesse. Mais je puis vous dire ceci et c’est probablement l’une des explications à la fois les plus claires et les plus difficiles à avaler : pendant au moins 25 ans, nous avons pu déceler le rachitisme aux rayons X chez des nourrissons qui présentaient des fractures. Depuis le tout début, on a eu affaire à de mauvais diagnostics ou à des diagnostics de substitution, alors que les processus de guérison du rachitisme ont été originellement reconnus dans une étude d’autopsie réalisée par Paul Kleinman, radiologue à l’Hôpital des Enfants de Boston. »  […]

 

Le Dr Ayoub et le Dr Yazbak ont-ils raison ?  L’augmentation des cas de rachitisme infantile est-il dû au nombre croissant de vaccins qui contiennent de l’aluminium comme adjuvant ? Ou faut-il encore ajouter autre chose à cette tragédie ; y aurait-il aussi autre chose que juste les vaccins ?

 

Il est connu que l’aluminium dans les aliments pour bébés peut causer des fractures

 

lait-pour-bebes.jpg

 

Après avoir lu un article de 1996 intitulé Aluminium Toxicity in Infants and Children on se rend compte de l’ampleur de cette tragédie. L’articlepublié par l’Académie Américaine de Pédiatrie, décrit comment les taux d’aluminium retrouvés chez des patients ayant des fonctions rénales normales  atteignaient des taux plus faibles que les taux retrouvés chez des patients qui souffraient de troubles rénaux.

 

Les auteurs ont déclaré :

 

« Les os et le foie sont les tissus les plus fréquemment affectés par une augmentation et /ou une élimination réduite de l’aluminium. »

 

Ils poursuivent : « En 1976, il a été rapporté que le tissus cérébral de patients morts du syndrome neurologique appelé encéphalopathie des dialysés présentait de hautes concentrations d’aluminium dans la matière grise. Deux ans plus tard, on a pu décrire une forme grave d’ostéodystrophie ostéomalacique et l’encéphalopathie des dialysés, qui se produisaient chez des patients ayant recours à la dialyse. Cette solution de dialyse était préparée à partir de l’eau du robinet qui contenait des quantités importantes d’aluminium. Ces maladies qui avaient pris la forme d’une espèce d’épidémie a pu être largement réduite en éliminant l’aluminium qui se trouvait dans l’eau utilisée pour la solution de dialyse. »

 

Ces maladies des os sont-elles liées au rachitisme ?

 

Le Comité de Nutrition au sein de l’Académie Américaine de Pédiatrie a continué à discuter des teneurs en aluminium des formules pour nourrissons prématurés. Le Comité a signalé que les formules pour nourrissons prématurés semblaient contenir des niveaux plus élevés d’aluminium que les formules standard destinées aux enfants nés à terme. Le comité a recommandé à la FDA d’envisager de réduire ces taux d’aluminium.

 

Ils ont conclu que :

 

«Certaines formules pour nourrissons peuvent contenir des concentrations relativement élevées d’aluminium. Les concentrations d’aluminium dans les formules à base de soja, ainsi que les formules destinées aux prématurés possèdent des taux d’aluminium plus élevés que les autres formules destinées aux nourrissons. L’impact potentiel de ces formules sur l’absorption d’aluminium des prématurés et des nourrissons dont les fonctions rénales sont perturbées devrait être reconnu. Bien qu’il ne soit pas clair que des effets toxiques puissent résulter de l’utilisation de ces formules dans ces différentes situations. »

 

Il faut noter que si  les bébés nés d’une mère vaccinée reçoivent une formule pour nourrissons contenant de l’aluminium, il est nécessaire de prendre en compte l’effet cumulatif que ces doses pourraient avoir sur l’enfant.

 

En examinant les preuves, on s’aperçoit que le lien est fort entre l’aluminium et le rachitisme induit par les vaccins

 

On conseille aux femmes enceintes de recevoir, au cours de leur grossesse, des vaccins qui contiennent de l’aluminium.

 

On sait que les formules pour bébés contiennent des quantités élevées d’aluminium, tout spécialement celles qui sont prévues pour les prématurés.

 

Beaucoup de bébés reçoivent le vaccin contre l’hépatite B à la naissance. Ce vaccin contient de l’aluminium. Dans la suite, les bébés continuent de recevoir d’autres vaccins contenant de l’aluminium, qu’ils soient prématurés ou pas, et ce, à partir de l’âge de huit semaines.

 

Le Dr Ayoub a-t-il raison ? Ce médecin a étudié les adjuvants aluminiques des vaccins pendant plusieurs années, ainsi que leur association à certaines maladies dans la petite enfance.

 

Etant donné ces preuves, est-il étonnant que la santé de nos bébés vulnérables ait à souffrir de maladies que l’on a cru appartenir au passé, comme le rachitisme et le scorbut que l’on diagnostique pourtant encore aujourd’hui.

 

Pour une recherche plus approfondie sur les dangers de l’aluminium dans les vaccinations, consultez le site : Children’s Medical Safety Research Institute website:

 

Voir la vidéo : Early infantile rickets – A new look at an old disease and mimic of child abuse

 

Voir l’interview: Dr Mercola’s interview with Dr David Ayoub (1-5)

 

Source: Health Impact News

 

« Syndrome du Bébé Secoué » : diagnostic mensonger !

Dr A.Kalokerinos, A.M.M., M.B.B.S., PhD., F.A.P.M.

 

Dr-Archie-Kalokerinos--photo-.jpg

 

"Je n’ai pas le moindre doute que cette affaire finira par être reconnue comme l’une des plus terribles pages de l’histoire de la pédiatrie. Alors que des médecins de renom s’efforcent de rassembler des « preuves » pour assurer les poursuites, le plus triste dans cette affaire est que les questions vitales qui permettraient de sauver de nombreuses vies sont, non seulement ignorées mais combattues avec la plus féroce hostilité. Au cours d’un procès, le ministère public n’hésita pas à déclarer que le scorbut infantile n’existait plus. Je n’ai pu que répondre qu’il existait bel et bien, mais qu’il ne s’appelait plus « scorbut », mais « syndrome du bébé secoué »…Je ne doute nullement qu’un bébé puisse décéder après avoir été secoué. Cependant, au cours des 35 ans de recherches intensives que j’ai effectuées sur la question, j’ai pu trouver des raisons sérieuses et importantes qui m’ont permis de conclure que le fait de secouer un enfant n’était pas nécessairement la cause des pathologies qui ont été trouvées." Dr A. Kalokerinos.

 

« Un nourrisson peut mourir avec d’importantes hémorragies rétiniennes, un caillot de sang en dessous de la capsule (optique) du cerveau) des contusions étendues, des os brisés et des plaies qui ne guérissent pas, suite à la maladie de Barlow sans qu’il ait été soumis à quoique ce soit d’autre que les soins les plus tendres et les plus aimants (La Maladie de Barlow peut être due à un scorbut infantile, à une carence en vitamine C)--Dr. C. A. B. Clemetson, MD   http://legaljustice4john.com/

 

 Parents et gardiennes contre l’injustice médicale

Parentsandcarersagainstinjustice

 

Parents---carers-against-medical-injustice.JPG

« Je n’ai pas le moindre doute que cette affaire finira par être reconnue comme l’une des plus terribles pages de la pédiatrie. » - Dr A. Kalokerinos

 

Voir aussi:

 

Syndrome du bébé secoué et vaccinations – Parents et gardiennes sont parfois accusés à tort

http://www.initiativecitoyenne.be/article-syndrome-du-bebe-secoue-vaccinations-parents-et-gardiennes-sont-parfois-accuses-a-tort-116000817.html

 

Syndrome du Bébé Secoué : croire ou savoir ?

http://www.initiativecitoyenne.be/article-syndrome-du-bebe-secoue-croire-ou-savoir-123671999.html

 

Le père d’une petite fille emprisonné à perpétuité

http://www.initiativecitoyenne.be/article-le-pere-d-une-petite-fille-emprisonne-a-perpetuite-sans-possibilite-de-liberation-conditionnelle-apr-122144785.html

 

Un bébé de 5 mois meurt après avoir reçu 8 vaccins – Les parents sont accusés de meurtre

http://www.initiativecitoyenne.be/article-un-bebe-de-5-mois-meurt-peu-apres-avoir-re-u-8-vaccins-les-parents-sont-accuses-de-meurtre-119597927.html

 

Certaines accusations infondées de maltraitance d’enfants cachent les funestes effets des vaccinations

http://www.initiativecitoyenne.be/article-certaines-accusations-infondees-de-maltraitance-d-enfants-cachent-les-funestes-effets-des-vaccinatio-123035217.html

 

Encore un bébé qui décède trop rapidement

http://www.initiativecitoyenne.be/article-audenarde-encore-un-bebe-decede-trop-rapidement-classe-dans-les-morts-naturelles-119703192.html

 

Procès d’une gardienne à Ciney : Maltraitance, vaccins ?

https://www.youtube.com/watch?v=OdGk-z0PbEI

 

Syndrome du bébé secoué : un diagnostic abusif ?

http://expovaccins.over-blog.com/article-syndrome-du-bebe-secoue-un-diagnostic-abusif-116667990.html

 

De dangereux vaccins peuvent provoquer les symptômes du bébé secoué

http://expovaccins.over-blog.com/article-de-dangereux-vaccins-peuvent-provoquer-les-symptomes-du-bebe-secoue-118680194.html

 

Une police endoctrinée poursuit des parents pour protéger les vaccins

http://expovaccins.over-blog.com/article-une-police-endoctrinee-poursuit-des-parents-pour-proteger-les-vaccins-112317512.html

 

Les effets secondaires des vaccinations et les fausses accusations détruisent des familles

http://expovaccins.over-blog.com/article-les-effets-secondaires-des-vaccinations-et-les-fausses-accusations-detruisent-des-familles-109420845.html

 

Quelques références d’experts :

Dr Harold E. Buttram, M.D.: Shaken Baby Syndrome - Références

 

1. David TJ. Shaken baby (shaken impact) syndrome: non-accidental head injury in infancy. Royal Soc Med 1999;99(Nov):556-561.
2. Weston IT. The pathology of child abuse. In: Heifer RE, Kempe CH, eds, The Battered Child, Chicago, University of Chicago Press, 1968, pp. 77-100.
3. Caffey J. On the theory and practice of shaking infants: its potential residual effects of permanent brain damage and mental retardation. Am J Dis Child 1972;124:161-169.
4. Chester AC, Levine PH. Concurrent sick building syndrome and chronic fatigue syndrome: epidemic neuromyasthenia revised. Clinical Infect Disease 1996;18(Suppl b):S3-S48.
5. Abou-Donia MB, Wilmarth KR, Jensen KF, Oehme FW, Kurt TL. Neurotoxicity resulting from exposure to pyridostigmine bromide, DEET, and permethrin: implications of Gulf War chemical exposures. J Toxicol & Environ Health 1996;48:35-56.
6. Guthkelch AN. Infantile subdural hematoma and its relationship to whiplash injury. BMJ 1971;11:430-431.
7. Plunkett J. Shaken baby syndrome and the death of Matthew Eappen: A forensic pathologist's response. Am J Forensic Med and Path 1999;20:17-21.
8. Duhaime A-C, Gennarelli TA, Thibault LE, et al. The shaken baby syndrome: a clinical, pathological, and bio-mechanical study. J Neurosurgery 1987;66:409-415.
9. Duhaime A-C, Alario AJ, Lewander WJ, et al. Head injury in very young children: mechanisms, injury types and ophthalmologic findings. Pediatrics 1992;90:179-185.
10. Kawakami S, Chikama M, Tamiya T, Shimamura Y. Coagulation and fibrinolysis in chronic subdural hematoma. J Neurosurgery 1989;25:25-29.
11. Parent AD. Pediatric subdural hematoma: a retrospective comparative analysis. Pediatric Neurosurgery 1992;18:266-271.
12. Lindenborg R. Mechanical injuries in the brain and meninges, In: Spitz W., ed., Medicolegal Investigation of Death: guidelines for the application of pathology to crime investigations, ed 3, Springfield, Charles C. Thomas, 1993, pp. 585-636.
13. Nashelsky MB, Dix ID. The time interval between lethal infant shaking and onset of symptoms: a review of the shaken baby syndrome literature. Am J Forensic Med Pathol 1995;16:154-157.
14. Plunkett J. Restricting the time of injury in fatal inflicted head injuries (letter). Child Abuse Neglect 1998;22:943-944.
15. Ribas GC, Jane JA. Traumatic contusions and intracerebral hematomas. J Neurotrauma 1992;9(Supp D):S269.
16. Gurdjian ES, Roberts VL, Thomas LM. Tolerance curves of acceleration and intracranial pressure and protective index in experimental head injury. J Trauma 1966;6:600-604.
17. Mahajen BM, Beine WB. Impact attenuation performance of surface installed under playground equipment. Report to the Consumer Safety Commission, U.S. Department of Commerce, National Bureau of Standards, Washington, D.C., Publication # NBSIR 79, Feb. l979, p. 1707.
18. Reichelderfer TB, Overbach A, Greensher J. Unsafe playgrounds? Pediatrics 1979;64:962-963.
19. Collantes M. Playground surfaces and head injury: Evaluation of the importance of using the Head Injury Criteria (HIC) to estimate the likelihood of head impact injury as a result of a fall onto playground surface materials. U.S. Product Safety Commission, Washington D.C., 1990.
20. Goetting MG, Sowa B. Retinal hemorrhage after cardiopulmonary resuscitation in children: an etiologic reevaluation. Pediatrics 1990;85:585-588.
21. Roy FH. Ocular Differential Diagnosis, ed 6. Philadelphia, Lippincott, Williams & Wilkins, 1997.
22. Levine S, Lowinski R. Hyperacute encephalomyelitis. Am J Pathol 1973;37:247-250.
23. Iwasa S, Ishida S, Akama K. Swelling of the brain caused by pertussis vaccine: its quantitative determination and the responsible factors in the vaccine. Japan J Med Sci Biol 1985;38(2):53-65.
24. Hanchette J. Kaplan S. Vaccines are blamed for injuries: Defendants increasingly turn to ill effects of inoculations to explain shaken baby syndrome. Gannett News Service, Detroit News, Sept. 4, 1998.
25. Eibl M. Abnormal T-lymphocyte subpopulations in healthy subjects after tetanus booster immunization, (letter). New Engl J Med 1984;310:198-199.
26. Toraldo R, Tolone C, Catalanotti P, et al. Effect of measles-mumps-rubella vaccination on polymorphonuclear function in children. Acta Paediatr 1992;81:887-890.
27. Munyer TP, Mangi RJ, Dolan T, Kantor FS. Depressed lymphocyte function after measles-mumps-rubella vaccination. J Infect Dis 1975;132:75-80.
28. Beckenhauer WH, Gill MA. Immunosuppression with combined vaccines. J Am Vet Med Assn 1983;183:389-390.
29. Wilson, G. The Hazards of Immunization. London, Athlone Press, The University of London, 1967.
30. Sutter RW, Atriarca PA, Suleiman AJ, et al. Attributable risk of DPT (diphtheria-pertussis-tetanus vaccine) injections in provoking paralytic poliomyelitis in Oman during a large outbreak. J Infect Dis 1992;165:444-449.
31. Jacob J. Manning F. Increased intracranial pressure after diphtheria-pertussis-tetanus immunization. J Dis Child 1979;133:217-218.
32. Gross TP, Milstien JB, Kuritsky JN. Bulging fontanelle after immunization with diphtheria-pertussis-tetanus vaccine and diphtheria-tetanus vaccine. J Pediatr 1989;114:423-425.
33. Mathus R, Kumari S. Bulging fontanelle following DPT. Indian Pediatr 1981;18:417-418.
34. Munoz JJ, Bernard CC, Mackay IR. Elicitation of experimental encephalomyelitis in mice with the aid of pertussigen. Cellular Immunology 1984;83:92-100.
35. Kerleau JM, Levesque H, Lair G, et al. La Vaccinazione anti-hepatite B e una nuova cause di vasculite necrotizzante? (lettera) [Is hepatits B vaccination a new cause of necrotizing vasculitis?] Rev Med Interne, 1997;18:491-492.
36. Cohen AD, Shoenfeld Y. Autoimmunita indoni dai vaccini. J Autoimmunity 1996;9:699-703.
37. Granel B, Disdier P, Devin F, et al. [Occlusion of the central retinal vein after vaccination against viral hepatitis B with recombinant vaccines: 4 cases]. Presse Med 1977;26:62-65.
38. Cockwell P. Vasculitis related to hepatitis B vaccine (letter). BMJ 1991;301;1281.
39. Niu MT, Salive ME, Ellenberg SS. Neonatal deaths after hepatitis B vaccine: the vaccine adverse event reporting system, 1991-1998. Arch Pediatr Adolesc Med 1999;153:1279-1282.
40. Behan PO, Moore MJ, Lamarche JB. Acute necrotizing hemorrhagic encephalopathy. Postgraduate Medicine 1973;54(4):154-160.
41. Ribera EF. Polyneuropathy associated with administration of hepatitis B vaccine. New Engl J Med 1983;309:614-615.
42. Fried M, Conen D, Conzelmann M, Steinemann E. Uveitis after hepatitis B vaccination (letter). Lancet 1987;2(8559):631-632.
43. Shaw FE. Postmarketing surveillance for neurologic adverse events reported after hepatitis B vaccination: Experience of the first three years. Amer J Epidemiol 1988;127:337-352.
44. Biron P, Montpetit P, Infante-Rivard C, Lery L. Myasthenia gravis after general anesthesia and hepatitis B vaccine. Arch Intern Med 1988;148:2685.
45. Goolsby PL. Erythema nodosum after Recombivax HB hepatitis B vaccine. New Engl J Med 1989;321:1198-1199.
46. Herroelen L, de Keyser J, Ebinger G. Central-nervous-system demyelination after immunisation with recombinant hepatitis B vaccine. Lancet 1991;338:1174-1175.
47. Nadler JP. Multiple sclerosis and hepatitis B vaccine. Clin Infect Dis 1993;17:928-929.
48. Kaplanski G, Retornaz F, Durand J, Soubeyrand J. Central nervous system demyelination after vaccination against hepatitis B and HLA haplotype (letter). J Neurol Neurosurg Psychiatry 1995;58:758-759.
49. Anonymous. Hepatitis B vaccines: reported reactions, World Health Organization Adverse Drug Reaction Bulletin, Aug, 1990.
50. Trevisani T, Gattinara GC, Caraceni P, et al. Transverse myelitis following hepatitis B vaccination (letter). J Hepatol 1993;19(2):317-318.
51. Brezin A. Visual loss and eosinophilia after recombinant hepatitis B vaccine. Lancet 1993;342:563-564.
52. Vautier G. Acute sero-positive rheumatoid arthritis occurring after hepatitis vaccination. Brit J Rheumatol 1994;33:991.
53. Hassan W. Reiter's syndrome and reactive arthritis in health care workers after vaccination. BMJ 1994;309:94.
54. Steinman L, Sriram S, Adelman NE, et al. Murine model for pertussis vaccine encephalopathy: linkage to H-2. Nature 1982;299:738-740.
55. Urbaschek. Fortschr Med 1975;93:1067-1071.
56. McCuskey et al. Review: the microcirculation during endotoxemia, Cardiovascular Res 1996;32:752-763.
57. Keith R Powell. Sepsis and shock. In: Harrison's Principles of Internal Medicine, ed 14. New York, McGraw-Hill, pp. 747-748.
58. Pourcyrous M, Korones SB, Crouse D, Bada HS. Interleukin-6; C-reactive protein, and abnormal cardiorespiratory responses to immunization in premature infants. Pediatrics 1998;101:461.
59. Terpstra GK, Raaijmakers JA, Kreukniet J. Comparison of vaccination of mice and rats with Hemophilus influenza and Bordetella pertussis as models. Clin Exp Pharmac Physiol 1979;6:139-149.
60. Kalokerinos A. Every Second Child. Australia, Thomas Nelson, 1974.
61. Flexner S. Post-vaccinal encephalitis and allied conditions. JAMA 1930;94:305-311.
62. Gorter E. Post-vaccinal encephalitis. JAMA 1933;101:1871-1874.
63. Anon. Postinfectious encephalitis: a problem of increasing importance. JAMA 1929;92:1523-1524.
64. Menkes JH, Kinsbourne M. Workshop on neurologic complications of pertussis and pertussis vaccination. Neuropediatrics 1990;21:171-176.
65. Menkes JH, Neurologic complications of pertussis vaccine. Ann Neurol 1990;23:428.
66. Cody CL, Baraff LJ, Cherry JD, Marcy SM, Manclark CR. Nature and rates of adverse reactions associated with DTP and DT immunization in infants and children. Pediatrics 1981;68:650-660.
67. Horiuchi S et al. Two different histamine-sensitizing activities of pertussis vaccine observed in mice on the 4th and 12th days of sensitization. Japan J Med Sci Biol 1993;46:17-27.
68. Fox R. Letter: immunization against whooping cough. BMJ 1976;1(6007):458-459.
69. Wilson G. Vaccination and Behavioral Disorders. Linsmore, NSW, Australia, Tuntable Creek Publishing, 2000, p. 49.
70. Karlsson L, Scheibner V. Association between non-specific stress syndrome, DPT injections and cot death. Presented at Second Immunization Conference, Canberra, May 27-29, 1991.
71. Coulter HL, Fisher BL. A Shot in the Dark. Garden City Park, New York, Avery Publishing Group, 1991.
72. Janeway CA. Immunobiology, ed 4. New York, Current Biology Publications, 1999, p. 495.
73. Shoenfeld Y. Aron-Maor A. Vaccination and autoimmunity - 'vaccinosis': a dangerous liaison? J Autoimmunity 2000;14:1-10.
74. Cohen DC, Shoenfeld Y. Vaccine-induced autoimmunity. J Autoimmunity 1996;9:699-703.
75. Steering Committee, the International Study of Asthma and Allergies in Childhood (ISAAC). Worldwide variation in prevalence of symptoms of asthma, rhinoconjunctivitis, and atopic eczema. Lancet 1998;351:1225-1232.
76. Odent ME. Pertussis vaccine and asthma: is there a link? JAMA 1994;271:229-231.
77. Alm JS, Swartz J, Lilja G, Scheynius A, Pershagen G. Atopy in children with anthroposophic lifestyle. Lancet 1999;353(9163):1485-1488.
78. Kemp T, Pearce N, Fitzharris P, et al. Is infant immunization a risk factor for childhood asthma or allergy? Epidemiology 1997;8:678-680.
79. Hurwitz EL, Morgenstern H. Effects of diphtheria-pertussis-tetanus or tetanus vaccination on allergies and allergy-related respiratory symptoms among children and adolescents in the United States. J Manipulative & Physiol Therapeutics 2001;23:1-10.
80. Kosecka U, Berin MC, Perdue MH. Pertussis adjuvant prolongs intestinal hypersensitivity. Intl Arch Allergy Immunol 1999;119:205-211.
81. Munoz JJ, Peacock MG, Hadlow WJ. Anaphylaxis or so-called encephalopathy in mice sensitized to an antigen with the aid of pertussigen (pertussis toxin). Infection & Immunity 1987;55:1004-1008.
82. Odelram H, Granstrom M, Hedenskog S, Duchen K, Bjorksten B. Immunoglobulin E and G responses to pertussis toxin after booster immunization in relation to atopy, local reactions and aluminum content in the vaccines. Pediatric Allergy Immunol 1994;5:8-123.
83. Patrizi A. Sensitization to thimerosal in atopic children. Contact Dermatitis 1999;40(2):94-97.
84. Taylor-Robinson AW. Multiple vaccine effects on atopy. Allergy 1999;54:398-399.
85. Daum RS, Sood SK, Osterholm MT, et al. Decline in serum antibody to the capsule of the Hemophilus influenza type b in the immediate post-immunization period. J Pediatrics 1999;114:742-747.
86. Institute of Medicine. Adverse Effects of Pertussis and Rubella Vaccines, Washington, D.C., National Academy Press, 1991.
87. Garcia VF, Gotschall CS, Eichelberger MR, Bowman LM. Rib fractures in children: a marker for severe trauma. J Trauma 1990;30:695-700.
88. Miller ME. Temporary brittle bone disease, a true entity? Seminars in Perinatology 1999;23:174-182.
89. Miller ME, Hangartner TN. Temporary brittle bone disease associated with decreased fetal movement and osteopenia. Calcified Tissue Intl 1999;64:137-143.
90. Hess AF. Scurvy, Past and Present. Philadelphia, J.B. Lippincott Co., 1920.
91. Hiller HG. Battered or not - a reappraisal of metaphyseal fragility. Amer J Roentgenology Radiotherapy & Nuclear Medicine 1972;114:241-246.
92. Institute for Vaccine Safety, Johns Hopkins University, www.vaccinesafety.edu/thi-table.htm.
93. Halsey NA. Limiting infant exposure to thimerosal in vaccines and other sources of mercury. JAMA 1999;282:1763-1766.
94. Low AL. Electroencephalographic studies following pertussis immunization. J Pediatrics 1955;47:35-39.
95. Nouno, Togawa K, Yamatogi Y, et al. Adverse effects on EEG and clinical condition after immunizing children with convulsive disorders. Acta Paediatr Japonica 1990;32:357-360.

 

Dr V. Scheibner PhD : Shaken Baby Syndrome - Références

 

1Caffey, 1.11972), "On the theory and practice of shaking infants", Am. I. Dis. Child 24, August 1972.
2. Caffey, 1(1974), "The whiplash shaken infant syndrome: manual shaking by the extremities with whiplash-induced intracranial and intraocular bleedin & linked with residual permanent brain damage and mental retardation", Pediatrics 54(4):39~403.
3. Reece, R. M. (19931, "Fatal child abuse and sudden infant death syndrome", Pediatrics 91:423-429.
4. Duhaime, A. C., Alano, A.)., Lewander, W. j. et al. (1992), 'Head injury in very young children mechanisms, injury types and opthalmologic findings in 100 hospitalized patients younger than two years of age", Pediatrics 90(2):179-185.
5. Levine,S. and Sowinski, R. (1973), "Hyperacute allergic encenhalomyelitis", Am. J. Pathol. 73:247-260;
6. Iwasa, A., Ishida, S., Akam a, K. (1985), "Swelling of the brain caused by pertussis vaccine: its quantitative deternination and the responsible factors in the vaccine", japan J. Med. Sci. BioL 35:53-65.
7.Munoz, J.J.., Aral, H., Bergman, R. K. and Sadowski, P.(1981), "Biological activities of crystalline me pertussigen from Bordetella pertussis", Infection and Immunity, September 1981, pp.820-826.
8. Wilkins,). (1988), "What is 'significant' and DTP reactions" (letter), Pediatrics 81(6):912-913.
9.Devin, F., Roques, G., Disdier, P., Rodor, F. and Weiller, P.J. (1996), "Occlusion of central retinal vein after hepatitis B vaccination", Lancet 347:1626, 8 June 1996.
10. Goetting, M. G. and Sowa, B. (1990), "Retinal haemorrhage after cardiopulmonary resuscitation in children: an etiologic evaluation", Pediatrics 85(4):585-588.
11. jacob, j. and Mannino, F. (1979), "Increased intracranial pressure after diphtheria, tetanus and pertussis immunization", Am. J. Dis. Child 133:217-218.
12. Woerner, S. 1., Abildgaard, C. F. and French, B. N. (1951), "Intracranial haemorrhage in children with idiopathic thrombocytopenic purpura", Pediatrics 67141:453-460.
13. Cedy, C. 1., Baraff, L. 1., Cherry,). D., Marcy, S. C. and Manclark (1951), "Nature and rates of adverse reactions associated with DTP and DT immunizations in infants and children", Pediatrics 68(5):650-660.
14. Meadow, R. (1995), "What is and what is not 'Munchausen syndrome per proxy?" Arch. Dis. Child 72:534-535.
15. Yawata, Makoto (1994), "japan's troubles with measles-mump-rubella vaccine", Lancet 343:105-106, 8 january 1994.
16. Higson, N. (1995), "Evaluating the measles immunisation campaign", British Medical journal 311:62.
17. Wakefield, A. Murch, S. H., Anthony, A., Linnell, j. etal. (1998), "Ileal-lymphoid-nodular hyperplasia, non-specific colitis and pervasive developmental disorder in children", Lancet 351:637-641,25 February 1998.
15. Ronne, T. (1985), "Measles virus infection without rash in childhood is related to disease in adult life", Lancet, S january1985, pp..1-5.
19. West, R. 0.11966), "Epidemiologic studies of malignancies of the ovaries", Cancer, july1966, pp. 1001-07.
20. Craighead, j. E. (1975), "Report of a workshop: disease accentuation after immunisation with inactivated microbial vaccines", I. Infect. Dis. 1312(6):749-

 

Dr Edward Yazbak , M.D., FAAP – Références


http://www.unc.edu/news/archives/aug03/keenan080503.html
H.T. Keenan, D.K. Runyan, S.W. Marshall, M.A. Nocera, D.F. Merten, S.H. Sinal. “A population-based study of inflicted traumatic brain injury in young children.” JAMA. Aug. 6, 2003; 290(5): 621-6. PMID: 12902365
http://www.cdc.gov/ncipc/factsheets/cmfacts.htm
http://quickfacts.census.gov/qfd/states/37000.html
J.E. Leestma. “Case analysis of brain-injured admittedly shaken infants: 54 cases, 1969-2001.” Am J Forensic Med Pathol. September 2005; 26(3): 199-212. Review.
F.E. Yazbak. “Post-Mortem on a ‘Shaken Baby Syndrome’ Autopsy.” J Am Phys Surg. 2005; 10(2): 51-52
Also available on line at http://www.jpands.org/vol10no2/yazbak.pdf
S. Jayawant, A. Rawlinson, F. Gibbon, J. Price, J. Schulte, P. Sharples, J.R. Sibert, A.M. Kemp. “Subdural haemorrhages in infants: population based study.” BMJ. Dec. 5, 1998; 317(7172): 1558-61. PMID: 9836654
http://www.brown.edu/Departments/Race_Ethnicity/Disparities_RI/health_reports/kch2004.htm
http://www.health.state.ri.us/media/020820a.php
Paul Whitehouse. “Wealthy 'tending to boycott' MMR jab.” Yorkshire Post Today, Feb. 6, 2006. http://www.yorkshiretoday.co.uk/ViewArticle2.aspx?SectionID=55&ArticleID=1340515
Wilhelmine Miller, “Immunizations Policies and Funding in North Carolina.” Available on line here
“HHS 5 Improve Texas’ Child Immunization Rate.” Available at http://www.window.state.tx.us/etexas2003/hhs05.html
President Clinton and Vice President Gore’s Accomplishments: North Carolina. October 2000. Available at http://clinton4.nara.gov/WH/Accomplishments/states/North_Carolina.html
D.J. Besharov, K. Tanasichuk White, M.B. Cogestall. “Health-Related Welfare Rules.” Nov. 15, 1996. Available at
http://www.welfareacademy.org/pubs/health/health.pdf
Special Supplemental Nutrition Program for Women, Infants and Children (WIC) Illinois Department of Human Services (2000). Available at
http://www.dhs.state.il.us/chp/ofh/MIH/wicnp.asp#Eligibility%20Requirements
History of North Carolina Medicaid Program. Available at http://www.dhhs.state.nc.us/dma/historyofmedicaid.pdf
M. Overpeck, R. Brenner, A. Trumble, L. Trufiletti. H. Berendes. “Risk factors for infant homicide in the United States.” N Engl J Med. 339 (1998) 1211-1216
F.E. Yazbak. “A Not-so-Perfect Vaccine. The Diphtheria, Tetanus and Acellular Pertussis Vaccine: An Investigation.” Available at
http://www.redflagsdaily.com/yazbak/2003_dec04.php
Support Our Military Families, Office of the Governor of North Carolina. Available at http://www.governor.state.nc.us/mil/
R. Uscinski. “Shaken Baby Syndrome: fundamental questions.”
Br J Neurosur. June 2002; 16(3): 217-9. Review.

 

Books
Flawed Convictions: "Shaken Baby Syndrome" and the Inertia of Injustice - an important new book on SBS
Shaken Baby Syndrome: An Abusive Diagnosis by Archie Kalokerinos M.D 
[2011] Shaken Baby Syndrome or Vaccine-Induced Encephalitis? by Harold Buttram, MD, FAACP and Christina England

Allopathy Inc [Good examples of Allopathy Inc]
Sir Roy Meadow
Southall, Professor David

Experts
Mohammed A. Al-Bayati
Michael D Innis
Clemetson
Kalokerinos M.D., Archie
Charles Pragnell
Dr Waney Squier

Victims
Debbie Grater
Alan Yurko
Mullenax-Mendez
The John Laverty-"Baby Casey" Story

See: Sally Clark

 

Websites

Parents-and-carers-against-medical-injustice--Anglais-.jpg
 

Parents and Carers against Injustice


http://sbstruth.com/
http://www.sbsdefense.com/
http://www.falseallegation.org/index.shtm
http://www.sbs5.dircon.co.uk/l
http://www.sbs-resource.org

Redflagsdaily.com on line conference on Shaken Baby Syndrome

[Media Jan 15 SBS falling apart]

 

Personal testimonies/stories:


Lucas Alejandro Mullenax-Mendez
Debbie Grater's story on being accused of causing Shaken Baby Syndrome

BMJ  2004 Patterns of presentation of the shaken baby syndrome Four types of inflicted brain injury predominate
BMJ  2004 Shaken baby syndrome Pathological diagnosis rests on the combined triad, not on individual injuries
BMJ  2004 Parents as well as children need protection
BMJ  2004 The evidence base for shaken baby syndrome; We need to question the diagnostic criteria
BMJ  2004 Patterns of presentation of the shaken baby syndrome Subdural and retinal haemorrhages are not necessarily signs of abuse

[BMJ Letter Aug 2002] Coagulopathy mistaken for Shaken Baby Syndrome

Child Abuse or Misdiagnosis? Lawyer Wins Acquittal By Raising Alternate Cause For What Looked Like Shaken Baby Syndrome---The New Jersey Law Journal (Carey)

Re: Shaken Baby Syndrome Regina v- Scott Warren Walters

SBS master

SBS CASE FROM AUSTRALIA 10 Feb 1999

Navajo family in Albuquerque, April 1999

Advice to parents regarding allegations of SBS

SHAKEN BABY SYNDROME CONFERENCE AUSTRALIA 2001

POSTED APPROX. SUMMER 2000 Report prepared by: Donna Meads-Barlow (the mother)

 

Source : Parentsandcarersagainstinjustice

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
27 décembre 2014 6 27 /12 /décembre /2014 12:08

Gommegnies : à 36 ans, elle se retrouve en fauteuil roulant suite à une vaccination

 

Par Estelle Baillieux, 26 décembre 2014


Mère de famille, Sandrine, 36 ans, souffre d’une myofasciite à macrophages, une maladie neuromusculaire rare et dégénérative, diagnostiquée fin 2013. En cause, selon elle, le vaccin qui lui a été injecté en 2005 contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (le DTP).


Sandrine-Genet.jpg

Sandrine Genet a développé une sorte de myopathie inflammatoire après, selon elle, un vaccin contenant des sels d'aluminium.


L’intérieur de la maison est douillet et coquet. Sandrine Genet y vit depuis 2003. « Il faudrait agrandir les pièces », note cette maman qui se déplace désormais en fauteuil roulant.

 

Lorsqu’elle intègre le rayon boulangerie d’une grande surface, la médecine du travail lui demande de se faire vacciner contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (DTP). Sans carnet de santé sous la main, elle s’exécute : première injection le 24 septembre 2005, puis rappels le 24 octobre de la même année, et le 24 novembre 2006.

 

Douleurs dans les bras, raideur dans les mains

 

« J’ai commencé à ressentir de drôles de symptômes. Après, je suis tombée enceinte, je me suis dit que c’était des douleurs normales, que cela faisait partie de la grossesse. » Sauf qu’une fois son bébé sevré, ça continue. « Des douleurs dans les bras, la raideur dans les mains, à se claquer les bras aux murs. Je me sentais très fatiguée après avoir marché. Et après être restée en position assise, je ne savais plus me lever. Les médecins m’ont dit que c’était peut-être dû à la péridurale. »

 

S’enchaînent alors les consultations auprès de spécialistes, neurologues, neuropsychiatres. De la dystonie de l’écrivain, à la sclérose en plaques, Sandrine Genet aura même été suspectée de déclencher « une hystérie de conversion ».

 

En 2010, elle arrête de travailler. En décembre 2013, elle subit finalement une biopsie musculaire qui conclut à une « myofasciite à macrophages post-vaccinale, une sorte de myopathie inflammatoire ». En cause, selon elle, le vaccin qui lui a été injecté, contenant un adjuvant aluminique.

 

Séances de rééducation

 

Aujourd’hui, la jeune femme est suivie à l’hôpital Henri-Mondor de Créteil, centre de recherches, et suit des séances de rééducation au Quesnoy. Sportive dans l’âme, Sandrine Genet ne baisse pas les bras. Elle a même participé aux Foulées de la Licorne dans un fauteuil adapté. Une façon de ne pas s’avouer vaincue et de sensibiliser le public à la dangerosité des adjuvants aluminiques. « Je ne suis pas anti-vaccin, mais contre les adjuvants aux sels d’aluminium », déclare Sandrine.

 

Vers une action en justice

 

Le cas de Sandrine Genet ne serait pas isolé. Didier Lambert, président d’E3M, association d’Entraide aux malades de myofasciite à macrophages, qu’a rejoint la jeune femme, compte « 600 à 700 personnes atteintes ».

 

« La myofasciite à macrophages, en lien avec l’aluminium dans des adjuvants de certains vaccins, est écartée par certains praticiens et laboratoires. Il existe une guéguerre médicale. L’adjuvant aluminique augmente la force du vaccin et sa durée de conservation. Chez certaines personnes, l’aluminium migre dans le corps et crée des lésions dans le cerveau. Certaines en souffrent à plus ou moins long terme, d’abord de syndrôme de fatigue chronique, de troubles musculaires, et de troubles cognitifs », souligne Me François Jegu, avocat à Rouen qui, avec d’autres confrères de l’Hexagone, prépare la constitution de dossiers d’une centaine de malades dans la perspective d’une prochaine action en justice pour que « l’indemnité des malades soit obligatoire ».

 

Comme Didier Lambert, il évoque un « scandale d’État », et pointe du doigt la politique vaccinale de masse sans se soucier du risque sanitaire. Et l’avocat de citer le cas de la sclérose en plaques. « Ce que nous contestons, c’est la mise dans les vaccins de sels d’aluminium, pour rendre plus rentable la santé publique et le refus d’indemniser les malades atteints de myofasciite à macrophages. »

 

 Source : La Voix du Nord

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
25 décembre 2014 4 25 /12 /décembre /2014 10:47

Nouvelle étude parue dans  « Journal of Public Health »

 

Autisme et cancer liés à l’ADN fœtal humain présent dans les vaccins

 

Global Research, 19 septembre 2014.

Dr L.B. Palevsky’s Newsletter, Dec. 2014.

 

Seringue-et-fiole-2014.jpg

 

Seattle – Une nouvelle étude publiée dans le volume 2014 du Journal of Public Health and Epidemiology révèle une corrélation significative entre le trouble autistique (AD),  les vaccins ROR, Varicelle et hépatite A.

 

En utilisant l’analyse statistique et les données du gouvernement américain, du Royaume-Uni, du Danemark, et de l’Australie occidentale, les scientifiques du « Sound Choice Pharmaceutical Institute » (SCPI) ont découvert que l’augmentation des troubles autistiques correspondent à l’introduction des vaccins utilisant des lignées de cellules fœtales humaines et des contaminants rétroviraux.

 

Plus alarmant encore, le Dr Thérésa Deisher scientifique en chef et fondatrice de l’IPAC a noté que, « les vaccins contaminés par des lignées de cellules fœtales humaines sont non seulement associés à des troubles autistiques à travers le monde, mais aussi à une épidémie de leucémie et de lymphomes infantiles. »

 

Leur étude suit de près la divulgation qui a été faite que le CDC (Centres Américains de Contrôle et de Prévention des Maladies) avait délibérément dissimulé des éléments de preuve de l’augmentation significative de l’autisme chez les garçons afro-américains qui avaient été vaccinés avant qu’ils n’aient atteint 36 mois.

 

Il n’est donc pas surprenant que la FDA ait connu depuis des décennies les dangers de mutagenèse insertionnelle avec l’utilisation de lignées de cellules fœtales humaines, et pourtant, ils ont choisi de l’ignorer. Au lieu de réaliser des études de sécurité, ils ont réglementé  la quantité d’ADN humain qui pourrait être présente dans un vaccin soit pas plus de 10ng.

 

Malheureusement, l’équipe du Dr Deisher a découvert que les niveaux d’ADN  fœtaux humains variaient de 142ng à 2.000ng par dose, donc, bien  au-delà du niveau prétendu « sûr » par la FDA.

 

Dr-Theresa-Deisher.jpgDr Theresa Deisher, PhD en physiologie moléculaire et cellulaire de l’Université de Stanford

 

 

Le Dr Deisher a précisé : « il existe de nombreuses publications sur la présence du rétrovirus endogène humain (HERV) – le seul rétrovirus endogène réactivable et son association au lymphome de l’enfant. Les vaccins RORII, les vaccins contre la varicelle, en fait tous les vaccins qui ont été fabriquée en utilisant la lignée cellulaire fœtale WI-38 sont contaminés par ce rétrovirus. Les parents et les médecins ont le droit d‘en être informés ! »

 

Il est certain que ces découvertes devraient provoquer la création immédiate d’une enquête par les fonctionnaires de la FDA, voire une interdiction totale de l’utilisation de lignées de cellules de fœtus avortés comme substrats pour la production de vaccins. Il existe de nombreuses autres lignées cellulaires non humaines approuvées par la FDA qui peuvent et doivent être utilisées.

 

L’étude du Dr Deisher est disponible sur le site web des revues académiques :

http://www.ms.academicjournals.org/article/article1409245960_Deisher%20et%20al.pdf

 

ou sur le site: www.soundchoice.org/scpiJournalPubHealthEpidem092014.pdf

Source : Globalresearch.ca

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
21 décembre 2014 7 21 /12 /décembre /2014 13:15

Un article paru dans le journal Le Monde du 3 décembre dernier montre que l'on ne peut plus exempter les vaccinations et les nombreux produits chimiques qu'elles contiennent d'une réflexion urgente de santé publique. Il est question dans cet article de la pollution du cerveau par divers produits chimiques (les vaccins n'en contiennent-ils pas eux aussi??) et du retentissement de cette pollution sur les facultés cognitives et notamment sur l'intelligence.

 

Le cerveau en danger LE MONDE 2014

"L'intelligence des jeunes générations en péril" peut-on lire dans cet article qui souligne la hausse phénoménale de troubles comme l'autisme ces dernières années, tous des constats que les opposants aux vaccinations généralisées ont déjà effectués il y a des années!

 

Ce qui est incroyable, c'est l'incapacité intellectuelle ou le manque de liberté qui empêchent et les journalistes et le grand public qui écrivent et qui lisent ces lignes de faire le lien entre ce que disent les phrases de l'article et la folie vaccinale actuelle. Citons notamment la phrase suivante qui prend une "saveur" toute particulière si on songe à la vaccination des femmes enceintes (> exposition in utero des enfants aux produits chimiques des vaccins) et au calendrier vaccinal qui assomme littéralement les enfants de produits chimiques injectés pendant les tout premiers mois de vie:

 

"Les facultés cognitives pourraient être une sorte de marqueur des expositions in utero et pendant la petite enfance à des agents chimiques."

 

Lire ici cet article très important du Monde du 3 décembre 2014 (NB: pour visualiser correctement le texte, une fois le fichier pdf ouvert, cliquez sur l'onglet "affichage" puis cliquez une fois sur "rotation horaire")

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
17 décembre 2014 3 17 /12 /décembre /2014 09:30

Les vaccins induisent-ils l’anomalie de l’hippocampe à l’origine des décès par mort subite du nourrisson?

 

En attendant que cette question taboue ose être soulevée, les taux de vaccination les plus hauts restent associés aux plus hauts taux de mortalité infantile…

Bébé examiné et vacciné Natural news

Par Ethan A. Huff, 5 décembre 2014

 

(Natural News)  Les preuves continuent de converger dans la mise en cause des vaccins comme déclencheurs « mystérieux » de la Mort Subite du Nourrisson (MSN). Une étude récente publiée dans la revue Acta Neuropathologica, ainsi que de nombreuses autres données sur les taux de vaccination et les délais dans lesquels ces accidents se produisent, peuvent faire penser que les vaccins pourraient contribuer à l’inhibition du développement normal de l’hippocampe chez certains bébés. Ceci aurait pour résultats d’entraîner différents problèmes respiratoires, ainsi que des défaillances cardiaques pouvant conduire à la Mort Subite du Nourrisson (MSN).

 

Des chercheurs de l’Hôpital pour enfants de Boston et de la Faculté de médecine de Harvard ont, par inadvertance, découvert que près de la moitié de tous les nourrissons d’un groupe de bébés qui sont décédés de la Mort Subite du Nourrisson (MSN) présentaient une anomalie unique dans leur hippocampe. Cette anomalie n’était pas présente chez les nourrissons qui étaient morts d’autres causes connues.  Sur base de leurs observations, on croit maintenant que cette anomalie perturbe la capacité du cerveau à réguler le mode respiratoire et le rythme cardiaque pendant le sommeil, et c’est précisément pendant le sommeil que la MSN se produit.

 

Bien qu’il soit largement connu que l’hippocampe régule des fonctions spécifiques du cerveau comme la mémoire, l’apprentissage, l’orientation spatiale, cette partie centrale du cerveau régule également la respiration et la fonction cardiaque.  Quand une structure au sein de l’hippocampe, le gyrus hippocampe dentelé, contient une double couche de cellules nerveuses au lieu de la simple couche habituelle, l’anomalie qui en résulte, appelée  « bilamination focale de cellules granulaires », peut conduire à une mort subite pour des raisons qui ne sont pas encore apparentes à première vue.

 

D’après le Dr Hannah C. Kinney, M.D., auteure principale de l’étude : «  Les types de modifications anormales du gyrus dentelé nous suggèrent qu’il y a dû avoir un problème au cours du développement de la vie fœtale ou dans les mois qui ont suivi la naissance. ».- « Nous n’avons pas pu observer des signes de dommages cérébraux qui auraient fait suite à de trop faibles taux d’oxygène dans les tissus examinés, tels que des cicatrices et la perte de cellules nerveuses. »

 

Un communiqué de presse ayant trait à l’étude financée par le National Institute of Health (NIH) est disponible ICI :

 

Une étude montre que plus il y a de vaccins plus la mortalité infantile est élevée

 

Il a été expliqué comment ce problème peut se rapporter aux vaccins dans une étude de 2011, publiée dans le journal Human & Experimental Toxicology. Comme la Mort Subite du Nourrisson  est la première cause de décès chez les bébés d’un mois à un an, il doit exister quelque chose de commun à ces différents cas et qui aurait vraisemblablement été négligé (oublié) au cours du développement des victimes. Ce serait probablement cette « chose » qui serait  clairement à blâmer. Cette « chose commune » semble bien avoir rapport avec les vaccinations de routine des enfants.

 

Une équipe de chercheurs indépendants a étudié les taux de mortalité infantile (IMR) dans le monde et a pu observer un lien direct entre le nombre de vaccins administrés et le nombre de décès de nourrissons.

 

En d’autres mots, les pays qui administrent le plus de vaccins aux enfants au cours de leur première année de vie présentent un taux de mortalité infantile (IMR) plus élevé, tandis que les pays  qui se montrent plus prudents avec les vaccins ont des taux de mortalité inférieurs.

 

« L’analyse de régression linéaire du taux de mortalité infantile moyenne (non pondérée) a montré une corrélation statistiquement significative entre le nombre élevé de doses de vaccin et l’augmentation des taux de mortalité infantile. »  explique le résumé de l’étude de Miller (NCBI.NLM.NIH.gov).

 

Les anomalies cérébrales liées au Syndrome de la Mort Subite du Nourrisson (MSN) se développent principalement lorsque les enfants sont vaccinés contre l’hépatite B.

 

Fait intéressant, l’étude ayant trait à la Mort Subite du Nourrisson a révélé que les anomalies associées au syndrome de la Mort Subite du Nourrisson ont tendance à se produire juste au moment où les bébés sont vaccinés contre l’hépatite B. Comme on le sait, le vaccin contre l’hépatite B associé à des convulsions, de l’épilepsie, est aussi souvent associé à des anomalies de l’hippocampe. (voir notamment ici)

 

Tout ceci suggère qu’au moins dans certains cas, les enfants qui sont vaccinés contre l’hépatite B immédiatement après la naissance conformément aux directives du CDC américain éprouvent des troubles du développement de leur hippocampe qui peuvent conduire ultérieurement à la mort subite.

 

Source : NaturalNews

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article
13 décembre 2014 6 13 /12 /décembre /2014 11:00

Un médecin suisse a eu la gentillesse de nous faire parvenir les infos suivantes...

 

Ebola: Vaccin testé à Genève

FOTOLIA--creer-des-malades-pour-rien--essais-cliniques-Ebo.jpgDes douleurs articulaires apparues chez quatre volontaires ont provoqué l'arrêt des tests de vaccins contre Ebola aux HUG. Les vaccinations devraient reprendre le 5 janvier.


Les vaccinations contre le virus Ebola en test aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) sont suspendues. Des douleurs articulaires apparues chez quatre volontaires ont incité l'équipe médicale à interrompre les injections par mesure de précaution. Les vaccinations devraient reprendre le 5 janvier.

 

Les légères douleurs de type rhumatismal dans les mains et les pieds sont survenues entre dix et quinze jours après l'injection, indiquent jeudi les HUG dans un communiqué. Elles ont duré quelques jours.


Les HUG testent le vaccin canadien VSV-ZEBOV depuis le 10 novembre. Jusqu'à présent 59 volontaires ont été impliqués dans cet essai clinique. Ils vont tous bien et sont très régulièrement suivis par l'équipe menant l'étude, précisent les HUG.


L'étude est suspendue afin d'évaluer chez un plus grand nombre de patients la fréquence de ces douleurs", a annoncé la doctoresse Marie-Paule Kieny, directrice générale adjointe à l'Organisation mondiale de la santé (OMS) lors d'une conférence de presse téléphonique à Genève. "C'est inattendu, mais pas vraiment nouveau, dans le cas d'infections virales", a-t-elle ajouté.

 


Source: ATS

 

De nouveau, ces infos sont très incohérentes :

1) Si ce n’est pas vraiment nouveau et que ces douleurs sont modérées, pourquoi suspend-t-on ces essais, surtout de la part de gens si peu habitués à écouter le principe de précaution quand il est question d’effets secondaires fréquents et graves des autres vaccins comme autisme, mort subite du nourrisson, scléroses en plaques etc…


2) Si ces effets sont présents, on voit assez mal le sens de continuer/reprendre la vaccination le 5 janvier (même si c’était uniquement chez 4 personnes sur 59, ça fait déjà beaucoup trop et cela ne pourra que se reporter chez 1 personne vaccinée sur 15 et même plus, ce qui se compterait en centaines de milliers si toute la population mondiale devait être vaccinée !) Peut-être qu’avec la lucidité croissante du public sur les risques vaccinaux, il est de « bon ton » de faire croire qu’on est cette fois plus précautionneux, qu’on surveille mieux etc. ? Gare aux illusions car on ne changera pas l’idéologie des scientistes aux manettes de leur joujou vaccinal favori auquel ils tiennent plus que tout…

 

3) Le langage des vaccinalistes ne veut plus rien dire, c'est une "novlangue" où on dit tout et son contraire: on peut ainsi lire dans la presse que ce vaccin testé est "plutôt bien toléré" mais alors pourquoi arrêter l'essai, que de contradictions....Tout est surtout axé sur l'immunogénicité (entendez par là: le St Graal de la production d'anticorps à tout prix que les scientistes pensent être le signe suprême du salut absolu). Pour ce faire, tous les mélanges les plus douteux sont effectués et tant pis pour le franchissement de la barrière d'espèces - le fait est qu'on recourt à un virus bovin à Genève et à un virus de chimpanzé à Lausanne!- et le fait qu'il est notoirement connu que ce franchissement peut être associé à des cancers (cela s'est déjà vu avec le virus simien SV40 dans les vaccins polio, responsables de plusieurs dizaines de milliers de cas de cancers tout de même!)


De malheureux cobayes risquent en tout cas de découvrir qu’il valait beaucoup mieux s’abstenir d’offrir leur corps à ce poison et de ne pas craindre Ebola parce que certains risquent de le sentir très douloureusement à leurs mains et leurs pieds pendant des mois, des années voire leur vie entière… 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA