Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 mars 2012 6 24 /03 /mars /2012 01:00

On savait déjà qu'au nom du principe de précaution, on recommande la vaccination de gens sains avec des vaccins dont plusieurs ingrédients sont pourtant notoirement toxiques.

 

Mais voici ici, une autre preuve de l'incohérence totale en matière de vaccination: un article évoque en effet "le grand succès" de la vaccination des enfants contre les pneumocoques quand un autre article d'un autre média (pourtant très peu suspect d'être hostile aux vaccins en général) évoque au contraire l'échec retentissant de cette même vaccination....

 

Ainsi, cet article du 20 mars dernier de la presse canadienne titrait "Pneumonie: le vaccin des enfants protège les adultes" et précisait ceci:

 

"La vaccination des enfants contre la pneumonie semble avoir si bien réussi qu'il serait maintenant superflu d'utiliser un nouveau vaccin chez les adultes.

 

C'est du moins la conclusion à laquelle en viennent des responsables américains de la santé publique, à qui le géant pharmaceutique Pfizer demandait la permission de commercialiser son vaccin Prevnar 13 auprès des adultes les plus vieux.

 

Santé Canada a déjà autorisé l'utilisation de ce vaccin chez les adultes de 50 ans et plus. Un de ces experts, le médecin américain Jeffrey Duchin, a expliqué que le programme de vaccination des enfants semble avoir des impacts indirects si positifs chez les adultes que la vaccination de ces derniers n'est peut-être pas nécessaire.

 

Si l'utilisation du Prevnar 13 chez les enfants élimine essentiellement de la circulation les 13 souches de la maladie qu'il cible, ont dit les experts, il n'y aurait alors que peu à gagner en suggérant aux adultes de l'utiliser, d'autant plus qu'un autre vaccin destiné à la population adulte est déjà disponible depuis plusieurs années."

 

Tandis qu'un autre article du Figaro du 10 octobre dernier (un journal qui a pourtant plutôt tendance à défendre les vaccins qu'à les critiquer) qui titrait "La méningite à pneumocoques gagne du terrain en France." spécifiait à ce sujet:

 

"Une évolution préoccupante alors que paradoxalement 85% des nourrissons sont vaccinés par le Prevenar, en prévention. "

 

ou encore:

 

"Loin d'avoir disparu sous l'effet de la vaccination, le nombre de cas de méningite à pneumocoques à augmenté en France. [...] Lors du lancement de la vaccination, certains experts étaient inquiets se demandant si les sérotypes non vaccinaux n'allaient pas se développer et prendre la place des sérotypes vaccinaux. [...] Vu la multiplicité des souches, d'autres phénomènes adaptatifs ne sont pas exclus. D'où l'urgence de maintenir une surveillance très pointue des méningites à pneumocoques. Et de lancer une réflexion de fond sur cette vaccination."

 

Alors, de qui se moque-t-on? Comment le public peut-il encore décemment croire ces fausses promesses de victoire au sujet des vaccins?

 

Comment peut-on exhorter si urgemment à mener "une réflexion de fond" sur cette vaccination (entendez donc une remise en cause de la pratique même de celle-ci) si elle aurait si bien réussi que cela? C'est tout simplement grotesque. Mais voilà, ce genre de contradictions éhontées échappent le plus souvent au public. Ici, le contraste est pourtant saisissant!

 

En outre, comment se fait-il qu'une agence sanitaire comme Santé Canada ait autorisé pour les + de 50 ans le recours à un vaccin qui s'avère déjà être un tel fiasco chez les enfants? Car ce genre de question-là aussi mérite d'être posée! Soulignons d'ailleurs à ce propos que la Commission européenne (non élue) a elle aussi approuvé l'usage du Prevnar chez les plus de 50 ans, montrant ici une fois encore que le lobbying de Bruxelles est plus fort que toutes les vérités épidémiologiques les plus accablantes!

 

Il est ceci dit hautement probable que le discours des experts américains à l'encontre de Pfizer constitue une tentative de ménager la chèvre et le choux: ayant sûrement connaissance de cette débâcle chez les enfants du vaccin le plus lucratif du monde occidental (le Prevnar), ils font ainsi sans doute comprendre à son producteur qu'"un tiens vaut mieux que deux tu l'auras" et que l'extrême voracité financière de ces firmes pourrait à terme faciliter d'autres constats d'échecs qui ne pourront, à leur tour, que renforcer encore la méfiance croissante du public vis-à-vis des vaccins alors que ceux-ci ne cessent pourtant de se bousculer dans le pipeline des industriels qui avouaient dans un document de 2007, avoir pas moins de 450 projets de nouveaux vaccins!!

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Efficacité des vaccins
commenter cet article
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 21:11

L'effet cocon ne suffit pas

 

Vacciner les parents ne permet pas de protéger efficacement les poupons contre la coqueluche

 

Par Jean Hamann. 22 mars 2012.

 

S'il y a une solution à la recrudescence des cas de coqueluche, ce n'est pas du côté de la vaccination des parents qu'il faut la chercher. En effet, la stratégie qui consiste à immuniser la famille et les proches pour protéger les poupons contre la coqueluche exige beaucoup de ressources et donne peu de résultats. C'est la conclusion à laquelle arrive une équipe de chercheurs canadiens, dont fait partie le professeur Gaston De Serres de la Faculté de médecine de l'Université Laval, au terme d'une étude menée sur le sujet.

La coqueluche est une maladie infectieuse causée par la bactérie Bordetella pertussis. Ses symptômes incluent une toux qui dure pendant deux semaines ou plus, accompagnée de quintes soudaines, intenses et sporadiques, d'un «chant du coq» bruyant au moment de l'inspiration et de vomissements ou d'apnée en fin de toux. Les personnes atteintes en souffrent longtemps, parfois jusqu'à dix semaines. Au Canada, le vaccin contre la coqueluche est administré aux enfants à l'âge de 2, 4 et 6 mois; un rappel est donné à 18 mois et entre 4 et 6 ans. Depuis 2004, un rappel du vaccin est aussi recommandé pour les adolescents.

Même si le nombre de cas de coqueluche est en hausse chez les adolescents depuis quelques années, ce sont les enfants de moins de trois mois qui demeurent le plus à risque d'hospitalisation et de mortalité. Les programmes d'immunisation doivent donc être pensés en fonction de ce groupe très vulnérable. Pour réduire le risque élevé que courent les enfants au cours des trois premiers mois de vie, les autorités médicales françaises, américaines et australiennes ont envisagé de recourir à la stratégie du cocon qui consiste à vacciner les parents et les proches qui ont des contacts avec le nourrisson.

Selon les analyses de Gaston De Serres et de ses collègues, publiées dans un récent numéro de Clinical Infectious Diseases, cette stratégie serait inappropriée dans le contexte actuel. En utilisant les statistiques de 2005 à 2009, les chercheurs ont montré que pour prévenir une hospitalisation, une admission aux soins intensifs et un décès, il faudrait vacciner respectivement 10 000, 100 000 et 1 million de personnes. Chaque hospitalisation évitée coûterait environ 200 000 $. «Vu la faible incidence de la coqueluche, un programme de vaccination des parents exigerait beaucoup de ressources et serait peu efficace pour prévenir les complications de la coqueluche chez les jeunes enfants», concluent les chercheurs.

Source: Au fil des Evènements

 

Lire la publication scientifique de ces chercheurs canadiens dans Clin.Infectious Diseases

 

Voilà bien une information importante à l’heure où le harcèlement vaccinal atteint des sommets chez les jeunes parents, y compris en Belgique.

 

Les médecins belges et les autres, qui continueront à pousser de la sorte cette vaccination parentale inefficace et pas pour autant sans risques, doivent donc bien prendre conscience qu’ils s’exposent à des poursuites  pour non respect de la loi de 2002 sur les droits du patients (qui oblige à respecter le consentement libre et éclairé des patients ce qui suppose notamment de les informer honnêtement sur les risques) mais aussi pour ne pas s’être tenu au courant des « données les plus actuelles de la Science», manquant ainsi à leur obligation de moyens.

 

Pour les patients, il est ici crucial de comprendre de quoi on parle.

 

En médecine, comme il y a une part importante et logique d’imprévisibilité, les médecins n’ont le plus souvent pas d’obligation de résultat, sauf pour des actes de réalisation très simple et suffisamment "maîtrisables".

 

Par exemple, pour la réalisation d’une opération chirurgicale délicate, le chirurgien qui échouerait ne pourrait jamais être condamné pour manquement à une obligation de résultats car dès le départ, aucun chirurgien ne prendrait le risque de garantir à 100% au patient un résultat de 100%, sans risques graves ou décès etc.

 

En revanche, un médecin a une obligation de moyens, ce qui signifie sur un plan juridique, l’obligation de mettre en œuvre toutes les possibilités de son arsenal pour au moins essayer d’arriver à un résultat donné (en d’autres mots, « se donner toutes les chances et ne pas en faire perdre inutilement au patient »). Un médecin qui ne serait par exemple pas à jour dans ses connaissances sur les moyens diagnostiques disponibles et qui omettrait de prescrire un examen adapté, faisant par exemple ainsi perdre des mois à un cancéreux potentiel, pourrait ainsi très bien faire l’objet de poursuites pour manquement à son obligation de moyens.

 

Ici, en matière de vaccination, il peut tout à fait en aller de même car le concept de « formation continue » et la mise à jour autonome de ses connaissances fait partie intégrante de ces moyens élémentaires à mettre en œuvre pour offrir des soins de qualité aux patients !! Une personne à qui on aurait vivement recommandé cette vaccination inefficace, sur base de la peur et de l’intimidation comme c’est le plus souvent le cas, et qui aurait développé peut-être même de surcroît des effets secondaires chroniques et/ou invalidants, est donc non seulement en droit de poursuivre le médecin vaccinateur en justice mais elle aurait en outre de fort bonnes chances de remporter cette légitime bataille juridique.

 

En outre, il est d’autant plus urgent que les médias relaient ces informations dissidentes qu’elles émanent de chercheurs universitaires renommés et qu’elles infirment totalement les croyances de plusieurs parents d’enfants décédés de coqueluche (voir ici ou ici) qui continuent sans doute de croire dur comme fer que s’ils avaient été vaccinés ou revaccinés, cela aurait forcément sauvé la vie de leur enfant. Le Dr Gaublomme précise par exemple encore ceci pour la Belgique, dans la revue néérlandophone trimestrielle 't Prikje de Mars 2012: "Compte tenu des résultats de cette étude canadienne précitée et d'après les chiffres de naissance en Belgique (110 558/an en 2011), cela signifie que tous les parents devraient être vaccinés pendant 5 ans pour arriver à prévenir un seul décès!".

 

Il est grand temps que la désinformation cède ainsi le pas à la véritable information et que la vaccination n’outrepasse plus les lois élémentaires de la rationalité.

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Efficacité des vaccins
commenter cet article
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 15:43

Coqueluche chez les enfants Australiens  

Combien avaient été vaccinés ?  

seringue-AVN.jpg

 

On nous dit que l’épidémie actuelle de coqueluche qui bat tous les records  en est actuellement à sa cinquième année, sans qu’il soit constaté une diminution des cas. On nous dit aussi que cette situation est le résultat du faible nombre d’enfants Australiens qui ne sont pas vaccinés, comme  aussi du « réservoir » que représente le nombre d’adultes non vaccinés. Ceci, en dépit du fait que la vaccination des adultes n’a été possible que depuis 2005 et les cas de coqueluche n’ont d’ailleurs cessé de grimper depuis cette année.

 

Greg Beattie a passé plus d’un an à multiplier les tentatives pour obtenir les chiffres du gouvernement Australien concernant les véritables statistiques concernant les taux de vaccination des personnes qui ont contracté la coqueluche. Son information, approuvée par le gouvernement avant publication, se retrouve dans le tableau ci-dessous.

 

tableau AVN 

Pour les années 2008-2010, 9333 cas de coqueluche ont été rapportés chez les enfants de 0 à 4 ans. Parmi eux, on relève les cas de 754 enfants qui étaient soit trop jeunes pour être vaccinés ou ne pouvaient l’être pour diverses raisons, ainsi que 1497 enfants dont le statut vaccinal n’était pas connu.

 

Parmi les 7.082 cas restants, dont le statut vaccinal était connu et qui pouvaient recevoir le vaccin, 5.296 (75%) étaient complètement vaccinés pour leur âge. 986 (14%) autres enfants étaient partiellement vaccinés. Seuls 800 (11%) n’étaient pas vaccinés.

 

Source: AVN Newsletter, 4 mars 2012

 

 

Les épidémies prouvent que le vaccin contre la coqueluche ne fonctionne pas

 

Dr Sherri TENPENNY, 11 Janvier 2011

 

Sherri-Tenpenny,-DO 78904 1[…] En 1996 une épidémie de coqueluche s’est produite au Vermont, un état où les taux de vaccination étaient parmi les plus élevés du pays. Parmi les enfants de 19 à 35 mois qui avaient contracté la coqueluche, 97% avaient reçu toutes les doses de vaccin (DTaP) recommandées.

 

Au New Jersey, le journal  The Star-Ledger du 11 février 2009 a rapporté une épidémie de coqueluche chez 21 enfants complètement vaccinés [6].

 

Au Canada une épidémie de coqueluche s’est produite à Toronto chez des enfants en âge préscolaire. Plus de 90 % de ces enfants étaient en règle de vaccination contre la coqueluche [7]

 

En Californie, une enquête dont les résultats parurent le 16 décembre 2010, révèle que parmi les comtés les plus affectés par la coqueluche 44 à 83% des personnes qui avaient contracté la maladie avaient été complètement vaccinées. En Ohio et au Texas, deux états qui avaient été fortement touchés par la maladie, il a été relevé que respectivement 75 et 67,5% avaient été vaccinés. [8]

  

[6] Whooping Cough returns to Hunterdon County” by Mike Frasinelli, The Star-Ledger, February 11, 2009 .
[7] Waters, Valerie et al. "Outbreak of Atypical Pertussis Detected by Polymerase Chain Reaction in Immunized Preschool-Aged Children." Pediatric Infectious Disease Journal. 28(7):582-587, July 2009.
[8] "Many whooping cough victims have been immunized; Experts spar over prospects of new disease strain," by Kevin Crowe. Published December 13, 2010

 

Source: Newswithviews 

 

"Si vous pensez qu’une personne vaccinée ne peut pas faire une coqueluche très sévère, réfléchissez bien à deux fois. La plupart des bébés de 6 mois ou plus et qui font une coqueluche sont complètement et parfaitement vaccinés. Même les partisans de la vaccination peuvent admettre que la coqueluche puisse être répandue par des enfants et adultes vaccinés qui ont une immunité insuffisante."

Dr Suzanne HUMPHRIES, MD                               

http://www.whale.to/a/pertussis_q.html

 

 

 

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Efficacité des vaccins
commenter cet article
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 15:59

C'est un secret de polichinelle: la vaccination anti-coquelucheuse présente une efficacité médiocre. C'est encore ce constat d'échec qu'il faut avoir l'honnêteté intellectuelle de dresser quand on tombe sur les chiffres européens de 2009.

 

Euvac dresse en effet un tableau peu flatteur des chiffres européens: outre que la coqueluche n'est pas de déclaration obligatoire dans tous les pays -ce qui rend difficile de savoir exactement le nombre de cas de coqueluches survenus chez les vaccinés c'est à dire l'immense majorité des gens-, les chiffres fournis sont déjà révélateurs.

 

Au total en 2009, ce sont 20 591 cas qui ont été rapportés par 28 pays ayant une surveillance épidémiologique pour cette maladie. Selon ce document d'Euvac, le statut vaccinal n'était connu que dans 59% de ces cas (alors qu'on sait très bien que l'immense majorité des gens a déjà reçu au moins quelques doses de cette vaccination au cours de sa vie surtout chez les moins de 30 ans!!).

 

Dans ces 59%, 17% étaient non vaccinés (soit environ 10% du total des cas si on extrapole); 2% n'avaient reçu qu'une seule dose (soit 1,2% du total en extrapolant);

65% avaient reçu 2 doses ou plus (soit environ 36% du total) et

15% avaient un nombre de doses indéterminé, un nombre sans doute trop gênant pour être encore versé au nombre des gens ayant reçu 2 doses ou plus, démontrant ainsi l'inefficacité assez patente d'une telle vaccination.

 

Coqueluche Europe 2009 (Euvac)

 

Ces chiffres signifient donc que des milliers de gens ont couru inutilement les risques de la vaccination anti-coquelucheuse et que plusieurs sujets, y compris des enfants, ont donc fait des complications neurologiques graves (sans recevoir d'indemnisation financière dans la plupart des pays) pour un bénéfice inexistant.

 

Au lieu de tirer les conclusions d'un tel échec, pourtant patent, les officiels encouragent de plus belle la vaccination des adolescents et des jeunes adultes avec une cinquième dose de vaccin, plongeant ainsi la société dans le cercle vicieux mais lucratif des rappels. Et comme toute occasion est bonne, les mères sont parfois piquées contre leur gré dès la maternité quand ce ne sont pas de malheureux grands-parents qui sont victimes de chantage de la part de leur belle famille (effrayée préalablement par un pédiatre zélé)  s'ils veulent encore continuer à garder leurs petits enfants. Tout cela au prétexte d'une " vaccination cocoon"!

 

En Australie où les taux de vaccination anti-coquelucheuse sont pourtant d'au moins 95% chez les enfants, il y a eu une hausse de 10 000% du nombre de cas. Qu'à cela ne tienne, la très démocratique Ministre de la Santé, Mme Roxon, entend pénaliser les familles de 2100$/enfant en cas de non vaccination, ce qui constitue pourtant une mesure discriminatoire et anti-constitutionnelle d'autant moins légitime que l'Australie a très bien pu s'en passer (sans s'en porter plus mal) du temps où cette vaccination n'existait pas encore.

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Efficacité des vaccins
commenter cet article
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 10:59

25 janvier 2012  

 

Les composants perfluorés (PFC) comme le téflon, notamment utilisés dans certains emballages alimentaires, diminuent l'assimilation par l'organisme des jeunes enfants du vaccin contre le tétanos et la diphtérie, selon une étude parue mardi aux Etats-Unis.

 

Lire la suite de cet article  paru sur RTBF.info



NB: Voici le commentaire soumis par Initiative Citoyenne à ce sujet sur le site de RTBF info:



Cette substance est sûrement peu recommandable.

Mais il est piquant de constater comme on la décrète d'emblée "plus toxique que l'exposition aux dioxines" et ceci au motif qu'elle interférerait avec la production d'anticorps post-vaccinale. D'autant que ces vaccins contiennent eux mêmes des substances notoirement cancérigènes comme le formaldéhyde par exemple (classé cancérigène CERTAIN par le CICR qui dépend de l'OMS!) mais dont on ne teste ni se soucie jamais de leur potentiel cancérigène -contrairement à d'autres médicaments- et que les vaccins induisent eux-mêmes un effet immunodéprimant par lequel le système immunitaire se trouve souvent "sidéré" ,comme "paralysé" sur un plan immunologique, laissant alors le corps nettement plus vulnérables à d'autres infections opportunistes. Du reste, selon une communication du Dr  Vinson en 2000 dans le British Medical Journal, des gens peuvent encore faire un tétanos avec un taux suffisant d'anticorps!

 

 

 

 



Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Efficacité des vaccins
commenter cet article
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 14:19

Le 10 octobre dernier, le Figaro titrait "La méningite à pneumocoques gagne du terrain en France" et le Figaro d'introduire: "Une évolution préoccupante alors que paradoxalement 85% des nourrissons sont vaccinés par le Prevenar, en prévention. "

     

(Extraits):

 

"En France, le pneumocoque est une des principales bactéries responsables de méningite. Pour cette raison depuis 2003, le Prevenar, vaccin contre 7 types différents de pneumocoques a été recommandé pour tous les enfants de moins de 2 ans. En 2008, 85% des petits de cette tranche d'âge avaient bénéficié du vaccin. Or une enquête française présentée par le professeur Didier Guillemot (pharmaco-épidémiologiste, Institut Pasteur, Inserm, université de Versailles) et son équipe, le 3 octobre à Chicago lors du congrès mondial sur les maladies infectieuses (ICAAC) vient de montrer que loin d'avoir disparu sous l'effet de la vaccination, le nombre de cas de méningite à pneumocoques a augmenté en France. Ces données qui vont être publiées dans une revue spécialisée, soulèvent de nombreuses questions. En particulier, quelle est la cause de l'augmentation de ces méningites? Le vaccin a-t-il contribué à sélectionner des souches de pneumocoques pathogènes contre lequel il ne protège pas? À moins que la campagne contre l'usage abusif des antibiotiques lancée en 2002 et qui a contribué à réduire de 25% les prescriptions dans les rhinites, les angines, les otites notamment, soit en cause dans cette évolution. Toujours est-il qu'il devient urgent de se pencher sur les questions de santé publique soulevées désormais par le Prevenar. [...]

 

Comment expliquer cette évolution? «Lors du lancement de la vaccination, certains experts étaient inquiets se demandant si les sérotypes non vaccinaux n'allaient pas se développer et prendre la place des sérotypes vaccinaux. Le vaccin a été construit pour prévenir les pneumocoques les plus pathogènes et résistants aux antibiotiques», ajoute Didier Guillemot. Deux hypothèses sont proposées pour expliquer la situation actuelle: soit les souches non vaccinales (et plus sensibles) sont devenues plus épidémiques. Et avec la réduction de consommation d'antibiotiques, elles se sont mises à diffuser plus largement dans la population. Soit, sous l'effet du seul vaccin, les souches non vaccinales occupent plus largement le terrain et sont devenues plus pathogènes, expliquant l'évolution à la hausse des méningites à méningocoques.

 

Certes, le vaccin contre le pneumocoque en 2010 protège contre 13 sérotypes et plus seulement contre 7. Mais vu la multiplicité des souches, d'autres phénomènes adaptatifs ne sont pas exclus. D'où l'urgence de maintenir une surveillance très pointue des méningites à pneumocoques. Et de lancer une réflexion de fond sur cette vaccination."

 

 

 

Il convient de se rappeler, tout d’abord, que le Prevnar s’était hissé à la place très convoitée de « vaccin le plus lucratif au monde ».

 

Ensuite, il faut aussi rappeler que, d’après un document du secteur, ce sont pas moins de 450 nouveaux vaccins que l’industrie pharmaceutique a dans son pipeline.

 

Voilà pourquoi les pharmas et  les études officielles n'ont ni le courage ni l’envie de conclure qu'il faudrait cesser cette vaccination mais plutôt qu'il faudra "s'adapter" et commercialiser de nouvelles versions couvrant d'autres souches. Facile alors de comprendre que le public est otage d'une fausse politique de santé publique qui n'est en fait qu'un engrenage sans fin.

 

Comme les versions se succèdent et qu'il faut les écouler (en faisant intervenir la Sécurité Sociale pour mieux gruger les gens sur l’intérêt de ces vaccins), il faut une dose certaine de COLLUSION.

 

C’est ainsi qu’on retrouve dans le rapport d’experts belges ayant préconisé le changement de versions pas moins de 9 personnes liées aux fabricants de vaccins bien que cette instance pour laquelle ils l'ont rédigé ose se dire « indépendante » ! 

 

De plus, quant est-il des risques directement liés au Prevnar?

 

Même si la presse continue d’être bâillonnée ou de se bâillonner sur le sujet, d’autres sources d’information existent comme des blogs de médecins qui parlent d’ailleurs de « marketing vaccinal dans tous ses états » en la matière, c’est dire !

Divers médecins nous ont d’ailleurs fait part des risques et du caractère contre-productif de ces vaccins, sur le terrain.

 

Il y a, à présent, suffisamment d’éléments pour réclamer sans attendre le déremboursement immédiat de ces vaccins qui, loin de résoudre des problèmes ne font que les entretenir et les aggraver.

 

 

 

Au sujet des vaccins contre le pneumocoque, voir nos articles suivants :

 

- Vraie ou fausse indépendance du KCE: ce que la presse n'a pas pu ou voulu vous dire  (enquête sur les liens d’intérêts des experts qui l’ont préconisé) :

 

http://initiative.citoyenne.over-blog.com/article-vraie-ou-fausse-independance-du-kce-ce-que-la-presse-n-a-pas-pu-ou-voulu-vous-dire-77185432.html

 

-  Le vaccin Prevnar est-il un vaccin sûr et sans danger?

 

http://www.initiativecitoyenne.be/article-le-vaccin-prevnar-est-il-un-vaccin-sur-et-sans-danger-77197345.html

 

- Vaccins antipneumococciques: la presse continue de taire les conflits d'intérêts au sein du KCE

 

http://www.initiativecitoyenne.be/article-vaccins-antipneumococciques-la-presse-continue-de-taire-les-conflits-d-interets-au-sein-du-kce-78612444.html

 

- Pneumocoques: l'échec retentissant de la vaccination

 

http://www.initiativecitoyenne.be/article-pneumocoques-l-echec-retentissant-de-la-vaccination-86420861.html

 

- Prevnar de 7 à 13 : le marketing vaccinal dans tous ses états (Dr JC Grange)

 

http://docteurdu16.blogspot.com/2010/10/prevenar-de-7-13-le-marketing-vaccinal.html

 

      

La vaccination ou l’éloge de l’incohérence   

http://www.initiativecitoyenne.be/article-la-vaccination-ou-l-eloge-de-l-incoherence-102169858.html

 

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Efficacité des vaccins
commenter cet article
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 20:04

Le vaccin contre la coqueluche perdrait son efficacité après trois ans (étude)

 

mardi 20 septembre 2011, 11:06

 

Cette étude a été menée sur environ 15.000 enfants du comté de Marin en Californie où une épidémie de coqueluche a tué onze nourrissons et affecté plus de 8.000 personnes en 2010. "Nous avons assez vite déterminé que la plus grande partie des enfants touchés par l'épidémie dans ce comté étaient vaccinés et avaient de huit à douze ans", a expliqué le Dr David Witt, du Kaiser Permanente Medical Center à San Rafael en Californie (ouest), principal auteur de cette communication. Dans le groupe de 15.000 enfants étudiés nous avons eu 171 cas confirmés de coqueluche dans tous les groupes d'âge et 103 dans le groupe des huit-douze ans", a dit le Dr Witt. "Les enfants de plus de douze ans et de moins de huit ans paraissaient bien protégés contre la coqueluche tandis que les huit-douze ans étaient les plus touchés", a-t-il dit. "Nous avons aussi établi que cette vulnérabilité correspondait à une période de trois ans et plus depuis la dernière dose de rappel du vaccin", a précisé l'infectiologue. Ces enfants avaient ainsi jusqu'à vingt fois plus de probabilités d'être infectés que ceux dont le dernier rappel de vaccination était plus récent, a-t-il estimé, soulignant que ces résultats devaient encore être confirmés.

 

Source: Le Soir 

 

Voilà un « bel » exemple (de plus) de l’impasse médico-commerciale à laquelle mènent des politiques de vaccination aveugles et systématiques : toujours plus de bénéfices pour les laboratoires avec des rappels supplémentaires mais des coûts accrus pour l’Assurance-Maladie et la collectivité, cette dernière étant installée dans un engrenage de consommation et de dépendance au lieu d’être incitée à plus d’autonomie.

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Efficacité des vaccins
commenter cet article
6 août 2011 6 06 /08 /août /2011 12:14

Samedi 6 août 2011

 

"Le vaccin Gardasil reconnu efficace pour les garçons jusqu'à 26 ans"

  

BRUXELLES - (Belga) Le vaccin Gardasil a été reconnu efficace cliniquement par la Commission européenne pour les garçons jusqu'à 26 ans, a indiqué vendredi l'entreprise Sanofi Pasteur MSD. Le vaccin est administré afin de prévenir le papillomavirus humain (HPV), qui peut notamment provoquer des lésions génitales et le cancer de l'utérus. (merci la presse qui ne sait même pas la différence entre cancer de l'utérus et cancer du col de l'utérus)
 
"Sur base d'UNE étude clinique, la Commission européenne a approuvé cette semaine la mise à jour de l'utilisation du vaccin", a indiqué vendredi Corrado Gobbo, public affairs manager chez Sanofi Pasteur en Belgique. Concrètement, la composition du Gardasil n'a pas été altérée mais la CE a reconnu l'extension de son action. Jusque là commercialisé pour les filles à partir de 9 ans et les garçons âgés de 9 à 15 ans, le vaccin a été étendu à l'utilisation jusqu'à 26 ans pour les jeunes hommes, afin de prévenir l'apparition de verrues génitales. "Celles-ci sont fréquentes et peuvent survenir à des âges précoces. Leur fréquence est en augmentation", souligne le communiqué de Sanofi Pasteur MSD. De plus, Gardasil a été reconnu efficace pour la prévention des lésions précancéreuses anales liées au HPV. La vaccin en question est commercialisé en Belgique depuis la fin 2006. Entre 600 et 700 cas de cancer du col de l'utérus y sont recensés par an chez les femmes tandis que les lésions cervicales chez les hommes sont estimées à 14.000 par an. Les verrues génitales sont quant à elles évaluées à 8.000 par an "mais il n'y a pas de répertoire bien établi, c'est une sous-estimation faite par un panel de médecins", a encore précisé Corrado Gobbo. (ROJ) "

Source: Vers l'Avenir
 
  

On savait déjà la Commission peu regardante et très liée à divers lobbies mais là, on monte encore un cran au-dessus ! Après la saga du H1N1 où la Commission avait, fort opportunément, validé l’avis partial de l’Agence Européenne du Médicament en faveur des vaccins pandémiques bâclés, la voilà maintenant à fournir un argument marketing de secours à ce fabricant dont le produit est de plus en plus boudé en raison de ses effets secondaires dramatiques.

 

Il est intéressant de noter la stratégie de dramatisation, d’erreurs et de confusion qui est employée à présent :

 

1-  Dire que les verrues génitales sont fréquentes chez l’homme et en augmentation (= stratégie marketing du commercial de la firme afin de créer un faux besoin dans le public)

2-   Dire que leur nombre est sous-estimé.

3-   Parler de lésions précancéreuses anales liées au HPV  sans rien dire du risque relatif de souffrir de telles lésions comparativement à celui d’encourir un effet secondaire du vaccin.

4-  Le communiqué parle étrangement de lésions cervicales chez l’homme (alors qu’anatomiquement le col ou cervix se retrouve chez la femme)  et fait état de 600 à 700 cas de cancers du col de l’utérus chaque année, en Belgique là où le rapport du Conseil Supérieur de la Santé (CSS) de 2007 sur ces vaccins stipule : « Les chiffres de mortalité par cancer du col de l’utérus en Belgique ne sont toutefois pas exacts car, dans un nombre important de cas de décès dus au cancer du col utérin, aucune distinction n’est faite entre col utérin et corps de l’utérus. Selon les estimations, durant les années nonante du siècle dernier, environ 300-350 femmes sont décédées chaque année d’un cancer du col de l’utérus (Arbyn & Geys, 2002). »

 

Au final, il semble assez clair qu’il ne faut pas compter sur la transparence et l’honnêteté de la Commission (cfr p 7 de ce document) mais plutôt sur un alignement docile de cette dernière sur les diktats de l’OMS qui recommande notamment dans son Projet de Stratégie Mondiale de Vaccination (cfr stratégie n°4, p.11) "d'étendre la vaccination à d'autres groupes que celui habituellement visé"…. CQFD.

 

 

 

loupeUn label quel qu'il soit ("vaccin efficace" ou autre) dépendant toujours du pouvoir en place et le pouvoir en place étant toujours sous l'influence des puissances d'argent (comme l'industrie pharmaceutique), il importe de bien comprendre que la question de l'efficacité vaccinale est étroitement liée à celle des conflits d'intérêts des experts chargés justement d'évaluer cette prétendue efficacité.   

 

Voir donc aussi notre rubrique "Conflits d'intérêts" pour mieux comprendre.

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Efficacité des vaccins
commenter cet article
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 21:02

Mise à jour le mercredi 9 février 2011

 

Grippe H1N1: Des chercheurs misent sur les anticorps d'anciens malades

 

Des médecins de Hong-Kong tentent de guérir des patients gravement atteints par la grippe H1N1 en leur injectant des anticorps prélevés sur des personnes qui ont attrapé le virus et qui en ont guéri.

 

Cette étude menée par des chercheurs en microbiologie de l'Université de Hong Kong consiste à prélever des anticorps de type « G2 » chez 70 personnes en bonne santé qui ont déjà eu l'influenza de souche H1N1.

 

Selon les chercheurs, le nombre de personnes qui produisent ces anticorps est moins important que l'hiver dernier. Les scientifiques redoutent par ailleurs que la souche de grippe H1N1 de cette année soit plus résistante que les précédentes.

 

Au cours des dernières semaines, la grippe H1N1 a emporté au moins une dizaine de personnes et nécessité plus d'une cinquantaine d'hospitalisations dans les unités de soins intensifs des hôpitaux de Hong Kong.

 

En menant leurs recherches sur le virus de la grippe, les scientifiques ont découvert qu'en combattant ce virus le corps humain abaisse ses défenses contre d'autres types de bactéries. Ce phénomène appelé « effet cytokine » aggrave l'état du patient déjà touché par le virus de la grippe.

 

Or, des études antérieures ont démontré que des patients atteints d'une forme grave de grippe combattaient mieux le virus lorsqu'ils recevaient du plasma sanguin contenant déjà des anticorps de type « G2 » pour combattre cette infection.

 

Les chercheurs ont donc entrepris de récolter le plasma sanguin de personnes qui ont combattu avec succès le virus de la grippe H1N1 afin de créer des concentrés d'anticorps pour traiter les patients les plus gravement atteints par la maladie.

 

L'an dernier, l'influenza de type AH1N1 a tué plus de 80 personnes à Hong Kong.

 

Radio-Canada.ca avecReuters et HC2D.co.uk

 

 

Remarque intéressante:  C'est chez des malades qui ont contracté une infection naturelle qu'on va chercher ces anticorps et non chez des personnes vaccinées...

 

Voilà qui devrait faire réfléchir tout ceux qui ont cru le blabla pseudo-scientifique selon lequel les vaccins anti-H1N1 étaient les "champions'" de la protection avec de forts taux d'anticorps produits. La vérité c'est que jamais les anticorps artificiellement produits, grâce à des mécanismes de leurre du système immunitaire, ne pourront égaler la fiabilité et la robustesse d'anticorps naturellement formés, suite à une infection naturelle. CQFD

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Efficacité des vaccins
commenter cet article
21 octobre 2010 4 21 /10 /octobre /2010 23:02

Voir ICI

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Efficacité des vaccins
commenter cet article

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA