Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 octobre 2010 4 21 /10 /octobre /2010 22:31

19.10.10

 

C'est ce qui résulte des analyses conduites au Canada où 59% des cas sévères de syndromes grippaux étaient dûs à des rhinovirus ou des entérovirus contre seulement 7% au H1N1 pandémique.

 

Cette étude a été menée dans la province d'Ontario au Canada entre le 1er juillet et le 31 décembre 2009, donc en pleine période dite pandémique.

 Elle a été réalisée par ''The Ontario Public Health Laboratory'' et portait sur 297 infections respiratoires sévères ou prolongées pour lesquelles une analyse virale avait été demandée par des médecins. Un pathogène a été identifié pour 234 de ces prélèvements et le tableau 1 de la publication [1] récapitule les résultats que voici  :

 

174 (58,6% des 297 cas étudiés) correspondaient à des entérovirus ou rhinovirus.

22 pour l'influenza A de type H1N1 2009 (7,4%)

26 aux para-influenza de types 1, 2, 3 ou 4 (8,75%)

2 au métapneumovirus

2 au  virus syncytial A ou B.

 

Le virus syncytial est responsable des bronchiolites. Les rhinovirus sont particulièrement adaptés aux voies nasales et sont le principal agent causal du rhume et de la rhinite. Ces virus sont extrêmement résistants dans l’environnement et peuvent survivre longtemps sur une surface inerte. Pour plus de précisions on peut consulter Wikipédia.

De même pour les para-influenza dont Wikipédia donne les informations suivantes :

 

« Les infections à virus para-influenza sont assez peu connues du grand public, elles constituent cependant, avec le virus respiratoire syncytial (RSV), une des causes principales d'hospitalisation des nourrissons. Ces infections peuvent également avoir des conséquences graves chez les personnes âgées et les patients immuno-déprimés. Les répercussions économiques dues à ces virus commencent seulement à être mesurées.  Aucun traitement efficace n'existe. Il n'existe pas de vaccin. »

 

Ajoutons qu'il y a eu 13 décès dont 4 ont été associés au rhinovirus. Des données cliniques sont disponibles pour 7 de ces 13 décès. Six d'entre-eux ont été attribués à une pneumonie ou une infection respiratoire.

 

Pour résumer, le rhume aurait été beaucoup plus dangereux que la grippe pandémique !

 

[1] http://www.cdc.gov/eid/content/16/9/PDFs/10-0476.pdf

 

 

 

Source: La question des vaccins

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Grippe A H1N1
commenter cet article
1 octobre 2010 5 01 /10 /octobre /2010 21:50

Le 12 septembre 2010

 

La désinfection régulière des mains avec un gel hydroalcoolique recommandée par les autorités sanitaires pendant la pandémie de grippe H1N1 ne fait pas grande différence dans le taux d'infection assure une étude américaine.

 

La mesure avait été pourtant jugée primordiale pour endiguer tout risque d'épidémie. La désinfection régulière des mains avec un gel hydroalcoolique recommandée par les autorités sanitaires pendant la pandémie de grippe H1N1 ne fait pas de grande différence dans le taux d'infection et les maladies qui en découlent, selon une étude publiée dimanche.
 
"Un désinfectant des mains à base d'alcool n'a pas réduit de façon notable la fréquence de l'infection avec des rhinovirus -responsables notamment du rhume- ou du virus de la grippe", écrivent les auteurs de cette étude. Celle-ci a été présentée au premier jour de la 50e conférence annuelle de l'ICAAC (Interscience conference on Antimicrobial Agents and Chemotherapy), principal congrès mondial sur les maladies infectieuses.

 

L'ICAAC réunit quelque 12.000 infectiologues à Boston (Massachusetts, nord-est) du 12 au 15 septembre.

 

Pas de réduction significative

 

Dans le groupe des participants à cette recherche qui se sont désinfectés les mains toutes les trois heures pendant dix semaines (du 25 août au 9 novembre 2010), il y a eu 42 infections sur cent sujets avec des rhinovirus, comparativement à 51 pour cent dans le groupe témoin. De façon similaire, 12 participants sur cent qui s'étaient aussi régulièrement désinfectés les mains ont été infectés avec le virus de la grippe pandémique, contre 15 chez ceux n'ayant pas recouru à un désinfectant. "La désinfection régulière des mains n'a pas non plus réduit de façon significative la fréquence des maladies provoquées par ces virus", écrivent les auteurs de cette recherche menée par le Dr Ronald Turner, de l'Université de Virginie (sud-est).

 

Source: LCI 



gels-hydro.jpg

 

L'avis d'Initiative Citoyenne: Alors qu'un bon savon de Marseille est moins cher et au moins aussi efficace, c'est la peur qui a une fois de plus permis au consommateur de payer plus facilement pour ces produits "tendance" et dans l'air du temps. Par ailleurs, cette vision guerrière des "méchants microbes" à tuer absolument ne résiste pas à l'examen: comme cette étude en apporte une preuve indirecte de plus, c'est la résistance immunitaire dépendant de l'hygiène de vie individuelle qui fait la différence et non des artifices extérieurs qui pourraient se substituer à la raison d'être de notre système immunitaire lui-même. "Le microbe n'est rien, le TERRAIN est tout" a même fini par avouer Pasteur sur son lit de mort...

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Grippe A H1N1
commenter cet article
8 septembre 2010 3 08 /09 /septembre /2010 22:05

WASHINGTON — L'infection par la souche H1N1 de la pandémie grippale de 2009 a présenté un risque plus faible de complications graves que d'autres récents virus de la grippe, selon une recherche conduite aux Etats-Unis et publiée mardi.

 

Alors que de nombreux Etats ont consacré des sommes considérables à l'achat de vaccins, une analyse statistique de cas de grippe dans le Wisconsin (nord) montre que les personnes ayant été infectées par le virus H1N1 étaient plus jeunes que celles qui ont été contaminées en 2007-2008 par la souche H3N2.

 

Le risque de complications graves n'a pas été plus grand chez les adultes et les enfants atteint par le virus H1N1 de 2009 comparativement aux souches virales des récentes saisons de grippe, constate le Dr Edward Belongia, de la "Marshfield Clinic Research Foundation", principal auteur des travaux parus dans le Journal of the American Medical Association (JAMA).

 

Ces chercheurs ont répertorié 545 cas de contamination par le virus pandémique H1N1 de 2009, 221 cas de grippe avec le virus H1N1 de la grippe saisonnière et 632 patients infectés avec le virus H3N2 de la saison grippale 2007/2008.

 

L'âge médian des sujets de l'étude était respectivement de 10, 11 et 25 ans.

 

Chez les enfants, la grippe pandémique de 2009 avec une souche H1N1 n'a pas provoqué un plus grand nombre d'hospitalisations ou de pneumonies que les souches H1N1 ou H2N2 de la grippe saisonnière.

 

Les hospitalisations dans les trente jours après le début de la grippe ont concerné 1,5% des enfants infectés par la souche pandémique H1N1 de 2009, 3,7% des enfants souffrant de la grippe saisonnière causée par une autre souche H1N1 et 3,1% des enfants atteints de la grippe saisonnière provoquée en 2007/2008 par une souche H3N2.

 

Parmi les adultes, 4% des personnes infectées par la souche pandémique H1N1 de 2009 ont été hospitalisées, contre 2,3% des personnes infectées par la souche de grippe saisonnière H1N1 et 4,5% des personnes atteintes d'une grippe provoquée par le H3N2.

 

Chez les adultes, une pneumonie s'est déclarée dans 4% de ceux infectés avec la souche pandémique H1N1 de 2009 contre 2,3% chez ceux atteints d'une grippe saisonnière due à une autre souche de H1N1 et 1,1% de ceux infectés avec un virus H3N2.

 

Chez les enfants les taux de pneumonie ont été respectivement de 2,5% (H1N1-2009), 1,5% (H1N1 saisonnier) et 2% (H3N2).

 

"Ces résultats indiquent qu'avec la souche pandémique H1N1 de 2009, les manifestations cliniques et le risque d'hospitalisation ont été similaires aux souches de la grippe saisonnière", écrivent les auteurs de l'étude.

 

Si la pandémie de grippe de 2009 a touché de façon disproportionnée des enfants, elle n'a pas pour autant accru le risque de complications graves ou d'hospitalisation, concluent-ils.

 

La pandémie de 2009 provoquée par le virus A(H1N1) a eu un taux très élevé de transmission dans le monde. Selon les Centres fédéraux américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC), de 43 à 89 millions de personnes ont été infectées aux Etats-Unis d'avril 2009 à avril 2010, entraînant 274.000 hospitalisations (chiffre médian) et 12.470 décès, soit bien moins que lors des grippes saisonnières.

 

source : Google.

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Grippe A H1N1
commenter cet article
24 août 2010 2 24 /08 /août /2010 23:00

Posté par Novopress, le 20 août 2010

 

Le « complotiste », c’est un peu comme l’idiot de la famille, celui que l’on met au bout de la table et dont on ricane avant même qu’il ait ouvert la bouche à la simple idée des nouvelles inepties dont il va gratifier l’assemblée.

 

Le « complotiste » est une sorte de doux dingue, toujours susceptible de subitement virer fou furieux, dont la principale névrose maniaque est de ne pas valider automatiquement les informations du journal de 20 heures. Car le « complotiste » est grotesquement persuadé que les raisons officiellement avancées ne sont pas toujours les véritables causes des événements et que derrière les apparences mises en lumière se cachent souvent les agissements de groupes d’intérêts manipulant l’opinion dans le sens de leur bonne fortune.


Bref, c’est un mauvais citoyen doublé d’un imbécile.

 

Son plus grand tort est peut-être de n’avoir définitivement pas compris que les gouvernants ne peuvent que vouloir le bien de leurs peuples, que les droits de l’homme et la démocratie sont les uniques moteurs des relations internationales et que Ben Laden dirige le terrorisme mondial depuis un bunker construit sous une montagne afghane d’après les plans du dernier refuge d’Adolf Hitler.


Son scepticisme permanent agace le joyeux forçat du monde des bisounours, ses théories parfois complexes fatiguent le lecteur de 20 minutes et les menaces et dangers qu’il dévoile terrorisent l’accroc au Prozac.

 

Oiseau de mauvaise augure et empêcheur de festiver en rond tout ensemble, le « complotiste » n’est finalement pas très loin d’être un ennemi du genre humain.

 

Parfois bien sûr, l’actualité « réelle », c’est-à-dire celle de Coca-cola et de Rothschild via TF1 et Libération interposés, semble -du charnier de Timisoara aux armes de destructions massives irakiennes- lui donner raison, mais il ne s’agit alors que de péripéties «extraordinaires » – d’accidents en quelque sorte – qui ne sauraient être systématisées ni jugés révélatrices d’un mode de fonctionnement du politique.

 

Toutefois, quand pas moins de 5 rapports parlementaires viennent confirmer les élucubrations du «complotiste» sur les dérives maffieuses de l’industrie pharmaceutique, la collusion entre l’OMS et les intérêts financiers des labos et les coucheries permanentes entre gouvernements et détenteurs du gros pognon, on est un peu gêné pour railler trop bruyamment ses «obsessions » et ses « délires paranoïaques » en lui tapant dans le dos et lui servant du «mon pauvre vieux » en début de chaque phrase.

 

Fort heureusement, ce léger malaise n’est que de courte durée. Le français oublie vite. Et il aime tellement rigoler…

 

Xavier Eman

 

Source : Le Blog du Choc du Mois.

 

Vu sur Novopress

 

 

NB: Pour rappel, à l'automne 2009, Laurette Onkelinx reliait les interrogations légitimes d'Initiative Citoyenne à la notion de "fantasmes" parce que nous n'étions tout simplement pas satisfaits de ses réponses...cfr ICI

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Grippe A H1N1
commenter cet article
10 août 2010 2 10 /08 /août /2010 23:58

Mise à jour le lundi 9 août 2010 à 12 h 42

 

L'entreprise sherbrookoise Q&T Recherche poursuit ses analyses sur le vaccin contre la grippe A (H1N1), même s'il a déjà été administré à des millions de Canadiens.



Rappelons que Santé Canada avait choisi d'homologuer le vaccin, tout en poursuivant les recherches pour bien mesurer ses effets.



Les tests effectués par le centre de recherche sherbrookois, ainsi que par ceux de Montréal et de Halifax, visent à peaufiner le vaccin en vue d'une prochaine pandémie.



Un peu plus de 400 personnes sont mortes de la grippe H1N1 au Canada, tandis que la grippe saisonnière fait en moyenne entre 2000 et 8000 victimes chaque année.



Malgré tout, le directeur de Q&T Recherche, Pierre Gervais, estime que la grippe H1N1 aurait pu avoir des conséquences beaucoup plus graves. « Le H1N1 avait les caractéristiques pour devenir une pandémie très mortelle. Il n'y a pas eu autant de décès que certains pouvaient craindre. Toutefois, même s'il y a eu moins de décès, les décès ou les hospitalisations qu'il y a eu étaient surtout chez des personnes plus jeunes », fait-il valoir.



Les résultats préliminaires des analyses effectuées sur le vaccin contre la H1N1 ont démontré qu'il provoque principalement des douleurs musculaires.



Les résultats complets seront connus à l'automne.



source: Radio Canada

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Grippe A H1N1
commenter cet article
10 août 2010 2 10 /08 /août /2010 23:07

mardi 10 août 2010 à 15h27


L'Organisation mondiale de la santé a déclaré mardi la fin de la  pandémie de grippe H1N1, la première du 21ème siècle, qui a fait quelque 18.500 décès dans le monde depuis sa découverte en avril 2009.

"Le monde n'est plus en phase six d'alerte pandémique. Nous entrons maintenant  dans une période de post-pandémie", a annoncé la directrice de l'organisation, Margaret Chan, lors d'une téléconférence.

 

"Le nouveau virus H1N1 est en fin de course", a-t-elle ajouté. Mme Chan a suivi les recommandations de son comité d'experts, réuni mardi matin, pour faire le point sur l'évolution de la pandémie  et décider s'il fallait mettre un terme à la pandémie déclarée le 11 juin 2009 face à un virus d'origine porcine, aviaire et humaine jugé menaçant. (LEE)

Source: Belga

 

 

 

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Grippe A H1N1
commenter cet article
10 août 2010 2 10 /08 /août /2010 23:02

(10/08/2010 20:56)

 

Alors que l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a déclaré mardi la fin de la pandémie de grippe H1N1, le commissariat interministériel Influenza considère que la pandémie est terminée depuis six mois en Belgique, selon Marc Van Ranst, virologue de la cellule Influenza. Plus aucun nouveau cas de grippe H1N1 n'a été identifié en Belgique depuis six mois mais cela ne signifie pas que le virus ne réapparaîtra pas en hiver, souligne M. Van Ranst. "Il faut rester vigilant mais, si une autre pandémie venait à se déclarer, nous sommes prêts. Nous avons toujours des vaccins de stock."

 

La cellule Influenza estime que, durant la pandémie, 20 à 40% des Belges ont contracté la grippe H1N1 ou ont été en contact avec le virus naturel. "En Belgique, on a dénombré une vingtaine de décès dus à cette forme de grippe", estime Marc Van Ranst. Par ailleurs, 10 à 15% de la population belge a été vaccinée contre le virus. Au total, ce sont donc 30 à 55% des Belges qui sont actuellement protégés contre le virus et ce, pour une durée d'environ un an. Dans le monde, la grippe H1N1 a fait 18.500 morts depuis avril 2009. Cependant, celle-ci s'est révélée moins dévastatrice qu'une simple grippe saisonnière, selon l'OMS. (AUM) (CHN)


© BELGA
BRUXELLES 10/08 (BELGA)

 

source: La DH

 

 

 

 

ATTENTION A LA DESINFORMATION!

  

 

pinochio mensonge

                            image tirée du site  Collectif FLINS sans F1

 

 

 

Il est en effet tout à fait NON scientifique de prétendre que "au total, ce sont donc 30 à 55% des Belges qui sont actuellement PROTEGES contre le virus et ce, pour une durée d'environ un an."

 

- Tout d'abord, la fiabilité des informations distillées par "la cellule influenza" reste sujette à caution (ils avaient aussi prétendu que les vaccins H1N1 étaient sûrs et suffisamment testés... la publication du contrat a montré ce qu'il en était).

Ici, ils avancent des chiffres qui vont du simple au double (de 20 à 40%) pour le nombre de gens qui auraient été infectés naturellement et ce, alors que c'est depuis juillet 2009 que les médecins ont reçu, en Belgique, un courrier les enjoignant à ne plus pratiquer de dépistage sérologique pour confirmer l'origine H1N1 de l'infection.

 

Les études dites de "séroprévalence" (càd celles qui concernent l'évaluation du nombre de personnes qui ont été au contact du virus et dont le système immunitaire a réagi) sont faites par extrapolation d'études restreintes et celles-ci peuvent pas tenir compte de paramètres importants comme l'âge. Il faut plusieurs études qui puissent être recoupées pour avoir une estimation relativement proche de la réalité. Les chiffres donnés par la cellule Influenza pourraient très bien être supérieurs d'autant que le virus peut souvent passé inaperçu...

 

-  Ensuite, cet article fait un amalgame très malheureux entre "vaccination" et "protection" et entre les gens immunisés naturellement (et donc protégés durablement, probablement à vie) et les gens vaccinés dont la protection n'est pas systématique et peut souvent être beaucoup plus éphémère qu'un an, sans compter le fait que le système immunitaire réagit de moins en moins au fil des vaccinations anti-grippales successives gardant l'"empreinte" de l'infection initiale comme "modèle de réponse" sur le plan antigénique.

 

Une fois encore, il faut rappeler que vaccination n'est pas égale à protection et ce, même si des anticorps sont produits. La présence détectable d'anticorps n'étant PAS un gage fiable de "protection" effective, de très nombreuses études ayant déjà pu mettre en évidence l'éclosion de multiples maladies tant virales que bactériennes contre lesquelles des individus étaient censés être "prémunis" par diverses vaccinations!

 

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Grippe A H1N1
commenter cet article
10 août 2010 2 10 /08 /août /2010 22:34

Interview (samedi 24 juillet 2010, mise à jour: dimanche 25 juillet 2010)

 

Bernard Debré a fait partie de la commission d’enquête sur la grippe qui a rendu son rapport le 13 juillet. Il y a un an, jour pour jour, il déclarait dans nos colonnes que cette pandémie n’était qu’une "grippette". Aujourd’hui, il met en cause le rapport parlementaire écrit par Jean-Pierre Door (UMP) et adopté par la majorité. Droit de suite.

 

soldes chez roselyne!-copie-1

 

 

Vous aviez vertement critiqué Roselyne Bachelot pour sa gestion de la vaccination de la grippe A. Une commission d’enquête parlementaire vient d’"absoudre" le gouvernement. Des regrets?
 

Ce rapport n’avait qu’un objet: réhabiliter la politique du gouvernement! Ce travail parlementaire n’est pas sérieux. Il est lénifiant et évite soigneusement de poser les questions dérangeantes.

 

 Mais vous étiez membre de cette commission…

 Comme mes collègues, je n’ai pas eu le droit de participer à la rédaction de ce document. On a eu vingt-quatre heures pour aller consulter le texte sur place. Nous n’avions même pas l’autorisation de le photocopier pour y réfléchir à tête reposée. C’est une mascarade à laquelle je n’ai pas voulu participer.

Quelles sont ces "questions dérangeantes" restées sans réponse?

Elles sont nombreuses. Je vais vous donner quelques exemples. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a changé la définition de l’état de pandémie le 5 juin 2009. Avant cette date, une pandémie se caractérisait par la large diffusion du virus, sa virulence. La dangerosité est devenue "accessoire". Cette pirouette sémantique est à l’origine de la mise en ordre de bataille des Etats et des commandes de vaccins. Pourquoi la commission d’enquête évacue cet aspect en quelques phrases? Quels rôles les laboratoires pharmaceutiques, proches des experts de l’OMS, ont-ils joué? L’OMS refuse de recevoir les députés français. Personne ne s’en émeut. Nous sommes pourtant au cœur du sujet.

Vous accusez l’OMS?

Je constate la proximité de cette organisation avec les labos. Je pense qu’une commission digne de ce nom aurait dû apporter une réponse claire aux Français. Je remarque qu’il n’y a jamais de double vaccination dans le cas d’une grippe. Or l’OMS l’avait pourtant préconisé pour la grippe A en prétextant qu’elle s’inspirait du modèle mis en place pour le vaccin contre le H5N1. Belle réponse! Ce vaccin n’a jamais reçu d’autorisation de mise sur le marché en France… On sait que pour stopper une épidémie, il faut vacciner de 30 à 35% de la population. La France a pris commande de 120 millions de vaccins. Ce qui correspond à 100%.

Vous exagérez un peu les chiffres…

Pas du tout. Aujourd’hui, les pouvoirs publics n’évoquent plus que les commandes fermes. Mais si vous intégrez les options, on dépasse les règles scientifiques communément admises. Je vous rappelle d’ailleurs qu’il a rapidement été établi qu’il était inutile de vacciner les plus de 65 ans et les moins de 5 ans…

N’êtes-vous pas en train de régler vos comptes avec la ministre de la Santé, qui s’est moquée de vous et de votre "grippette"?

J’accuse les experts, qui, au mépris de toute prudence, ont annoncé des chiffres inquiétants. Antoine Flahaut, le directeur de l’Ecole des hautes études en santé publique, a tout de même évoqué plus de 30.000 morts en France. Ce n’était pas convenable. J’accuse l’OMS de conduire une politique pour le moins incompréhensible, sauf à imaginer qu’elle est aux mains des laboratoires. J’accuse également la commission d’avoir avant tout songé à couvrir le gouvernement au lieu de répondre aux interrogations légitimes des Français.

C’est un réquisitoire d’opposition?

Non, c’est l’indignation d’un médecin des hôpitaux. Même en tant qu’urologue, je sais suffisamment comment fonctionne un service pour savoir que la vaccination aurait été possible à l’hôpital et moins coûteuse.

La facture a été moins lourde que prévu?

Qui peut croire le chiffre de 600 millions du rapport? Je vous ferai remarquer que GSK n’a toujours pas accepté officiellement la transaction proposée par le gouvernement.

Propos recueillis par Marie-Christine Tabet pour le JDD

 

Source : Journal du Dimanche 

 

 

bachelot crevée!

 

 

 

 

  

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Grippe A H1N1
commenter cet article
10 août 2010 2 10 /08 /août /2010 21:16

Publié le 05/08/2010 à 06:57

Par Cyriel Martin

 

bachelot seulement

La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, a été entendue par les deux chambres du Parlement pour sa gestion de la pandémie de grippe A

 

 

Six mois de travail, quarante-six personnes auditionnées, des déplacements aux quatre coins de l'Europe... Les vingt sénateurs de l'opposition et de la majorité qui planchaient sur le rôle des industries pharmaceutiques dans la gestion de l'épidémie de grippe A sont venus à bout de leur enquête. Leurs conclusions, qu'ils présentent ce jeudi et que Le Point.fr révèle en exclusivité, sont accablantes. Si l'Organisation mondiale de la santé (OMS) est accusée d'avoir surestimé la menace, la France est soupçonnée au mieux d'incompétence, au pire de conflit d'intérêts.

 
Les sages du palais du Luxembourg ont passé au crible les contrats signés entre l'État français et les différents groupes pharmaceutiques. Il s'agit des fameuses 94 millions de doses commandées en catastrophe par Roselyne Bachelot à partir d'avril 2009 et dont la facture avoisinerait les 670 millions d'euros. "L'ensemble de ces contrats se caractérise par leur remarquable déséquilibre et par la légalité douteuse de certaines de leurs clauses", écrivent les sénateurs sans détour. Et de détailler les reproches.

  

"Doublement automatique des commandes"

 

L'État s'est, par exemple, plié aux exigences des laboratoires sur des "commandes fermes et non révisables". Cela aurait pourtant permis de diviser par deux les commandes de vaccins dès lors qu'il s'avérait qu'une dose par personne suffisait au lieu de deux. Une clause que la ministre de la Santé Roselyne Bachelot, auditionnée par la commission d'enquête, a justifiée en ces termes : "Les industriels ont besoin de visibilité pour leur production." Et les auteurs du rapport d'écrire, non sans ironie : "Les producteurs, dans quelque secteur que ce soit, sont rarement assurés par avance du volume de leurs ventes"...

 


D'autant qu'une subtilité sémantique aux conséquences spectaculaires s'est glissée dans certains des contrats. Alors qu'en 2005, lors de la grippe aviaire H5N1, les commandes de vaccins avaient été passées en termes de "traitements" (pouvant contenir plusieurs doses), cette fois-ci, l'État a commandé des "doses". Pourtant, "le schéma de vaccination contre la grippe A était aussi incertain que l'était en 2005 celui de la vaccination H5N1", assurent les sénateurs, qui assènent : "L'administration ne semble pas s'être émue de ce doublement automatique du montant des commandes."

  

Une confidentialité abusive


Lors de la signature de ces contrats, d'autres "petites lignes" semblent avoir mystérieusement échappé aux autorités françaises. Ainsi, l'État a accepté d'endosser la responsabilité de la réparation des dommages subis par les victimes d'accidents pharmaceutiques. Alors qu'en droit français, c'est le labo qui doit assumer cette charge. "Considérant les conséquences exceptionnelles qui caractérisent l'objet du présent marché, l'État s'engage à garantir le titulaire contre les conséquences de toute réclamation ou action judiciaire", peut-on lire dans le contrat signé avec Novartis. Lors des négociations avec les laboratoires, Roselyne Bachelot s'était élevée contre cette "clause scélérate" qui, pourtant, figure bien sur tous les contrats.

 

Autant d'erreurs qui auraient pu être repérées si les contrats avaient été transparents. Mais il aura fallu attendre une enquête du Point, en octobre 2009, pour que la Commission d'accès aux documents administratifs (Cada) oblige le ministère de la Santé à rendre publics des documents estampillés "confidentiels", au nom de la "protection des intérêts essentiels de l'État". "Il est difficile de comprendre pourquoi les gouvernements européens ont accepté cette exigence de confidentialité, qui semblait peu compatible avec le droit à l'information des citoyens", dénoncent les sénateurs dans leur rapport.

  

L'expertise sanitaire française écornée

 

C'est toute l'expertise sanitaire française que la commission d'enquête écorne dans son rapport, plus critique que celui de l'Assemblée nationale, rendu public le 13 juillet dernier. "Très forte surestimation de la gravité de la pandémie par les experts", "estimation du nombre de personnes qui souhaiteraient se faire vacciner conduite dans des conditions scientifiquement discutables"... Les sénateurs se disent "frappés" par "l'absence de corrélation entre les estimations modélisées et la réalité constatée". Et d'enfoncer le clou : "Les modèles utilisés n'ont en effet pas envisagé l'hypothèse selon laquelle le virus A pourrait se révéler moins virulent que celui de la grippe saisonnière." Au final, l'Institut de veille sanitaire avait prédit jusqu'à 96.000 morts en France, alors qu'on en a dénombré 312.

 
Les sénateurs préconisent donc "d'améliorer la modélisation mathématique des problématiques sanitaires". Pour lever tout soupçon sur la probité des experts, les élus proposent également un "fichier national des contrats entre l'industrie pharmaceutique et les médecins". Les parlementaires estiment que "la pandémie de grippe A a été l'occasion d'une remise en cause sévère de l'expertise publique dans l'opinion en raison des liens d'intérêt de la majorité des experts avec l'industrie pharmaceutique", tout en précisant n'avoir trouvé aucune preuve appuyant ces craintes. Et le rapport de conclure de manière implacable : "Ces soupçons sont particulièrement dommageables tant pour l'expertise elle-même que pour les décisions publiques qu'elle contribue à définir." Et c'est bien là le plus grave.

  

Cliquez ici pour consulter en exclusivité le rapport d'enquête du Sénat sur la grippe A

 

 

Source: Le Point

 

 

Autres articles relatifs:

 

" H1N1: le gouvernement "empêtré" dans des contrats rigides, selon un rapport du Sénat."   sur le site de France 24

 

" Grippe A: le gouvernement "était à la merci des labos", sur le site du journal Le Figaro

 

" Vaccins contre le H1N1: le Sénat critique des contrats "déséquilibrés" , sur le site du Monde

 

" Grippe A. Le rapport du Sénat. "Quand les labos du médicament disposent de l'Etat.", sur le site de l'Humanité

 

"Contacté par "Valeurs actuelles", le cabinet du  ministre a affirmé que Roselyne Bachelot prenait acte de ce rapport. Et n’avait aucune communication à faire sur le sujet…"

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Grippe A H1N1
commenter cet article
30 juillet 2010 5 30 /07 /juillet /2010 22:29
Article crée le 01.07.2010 à 17h57
 
 

 B;-DebreEn juin 2009, l’annonce terrifiante de l’apparition de la grippe H1N1 submergeait le monde. Un an plus tard, un bilan s’impose. En effet, des zones d’ombre – c’est le moins qu’on puisse dire –  sont apparues. Et des révélations sont venues jeter le doute sur la gestion de la crise. Tout d’abord sur le rôle de certains laboratoires pharmaceutiques.

Les faits : le 5 juin 2009, à l’OMS, des experts (presque tous liés à de grandes firmes pharmaceutiques) décident de changer la définition du mot “pandémie”. Auparavant, ce mot recouvrait deux réalités : le danger intrinsèque du virus et sa capacité à se propager dans le monde. En vertu de cette évolution sémantique, la dangerosité a disparu de la définition pour ne laisser subsister que la mondialisation possible de l’épidémie. Un changement majeur passé inaperçu aux yeux du grand public… mais pas perdu pour tout le monde !

Coïncidence ? Le 11 juin, l’OMS décide d’assimiler la grippe H1N1 à une pan­démie… déclenchant immédiatement et automatiquement des contrats avec les laboratoires pharmaceutiques pour qu’ils cherchent, trouvent et commercialisent le vaccin ! Voici donc les États quasiment obligés de passer rapidement ces contrats sans que le danger de cette grippe soit avéré.

Deuxième coïncidence : les experts affirment à l’époque que, pour se protéger de la grippe pandémique, il faut se faire vacciner deux fois. Curieuse innovation : jamais, dans l’histoire des grippes, il n’a fallu se faire vacciner deux fois. Peut-être avait-on évoqué cette possibilité lors de l’apparition du virus H5N1, qui n’était que peu ou pas transmissible à l’homme, mais personne n’avait pu prouver, à l’époque, l’utilité de cette double vaccination.

Troisième anomalie : où a-t-on vu qu’il faille vacciner toute une population pour endiguer une épidémie ? Experts ou non en épidémiologie, tous les scientifiques savent – et l’ont démontré – qu’il suffit de vacciner 30 à 35 % des individus pour endiguer une pandémie.

En France, le calcul aurait été vite fait : 60 millions de Français, 18 millions de personnes à vacciner, sans compter bien entendu ceux et celles qui, entre-temps, auraient été infectés.

Mais les laboratoires ayant la “main” sur cette grippe commencent alors un chantage : “Vous voulez des vaccins ? il faut les commander immédiatement et en grande quantité, sinon vous ne serez pas servis !” Pas question pour la France de ne commander que 18 ou 19 mil­lions de doses, il en faut 94 millions payées cash et 30 mil­lions commandées en option.

Voici donc la ministre à la tête de 94 millions de doses payées : et c’est le summum de ce ratage complet, et de la communication et de la vac­cination, qui commence alors que les épidémiologistes tombent tous d’accord pour annoncer la bénignité de cette grippe. Mais la mécanique infernale étant lancée, quelle autre solution que de justifier la panique en en parlant tous les jours ?

Et voici le ratage dans le ratage : en admettant même la nécessité d’une vaccination de masse, il fallait associer à la campagne les médecins libéraux et les hôpitaux. Au lieu de cela, le ministère a créé de véritables struc­tures soviétiques… pour vacciner peu de monde. On connaît la suite : le ridicule, une perte de plusieurs centaines de millions d’euros.

D’ailleurs, combien cette pandémie a-t-elle coûté à la France ? Au début on parlait de 2 milliards d’euros, puis de 1,5 milliard, voici maintenant qu’elle n’a coûté que 650 millions, voire même 500 millions, autant dire rien, n’est-ce pas ? En réalité, ces chiffres sont faux, arrangés, car on oublie 1,7 milliard de masques que les entreprises ont été obligées d’acheter, les gels désinfectants vendus à la pelle, le Tamiflu acheté en masse bien que son utilité ne soit pas démontrée… Bref, un gâchis invraisemblable !

Quand on sait que le déficit de tous les hôpitaux est de 500 millions d’euros, que le budget du CNRS est du même ordre, que le manque de personnel hospitalier est criant !

Rappelons simplement que cette grippe a fait entre 260 et 270 morts, dont 40 n’avaient aucune pathologie associée. C’est sans doute trop, mais comparé aux 3 000 à 6 000 morts d’une grippe saisonnière… Il est vrai que pendant ce temps-là les laboratoires ont fait des profits extraordinaires et qu’ils ont dû grassement payer les experts pour leurs conseils judicieux.

Mais je m’égare… J’oubliais qu’en France, la vérité n’est pas toujours bonne à dire !

Bernard Debré est ancien ministre et député (UMP) de Paris

 

 

Source: site du Pr Bernard Debré

 
Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Grippe A H1N1
commenter cet article
15 juillet 2010 4 15 /07 /juillet /2010 23:02

[ 15/07/10  - 17H29 - AFP  ]

 

Plus de 3 millions de doses perdues, une organisation "trop rigide", des résultats "décevants" : la campagne de vaccination contre la grippe A/H1N1 est "un échec de santé publique" au regard des moyens engagés, selon le rapport d'enquête de l'Assemblée nationale.

Il conclut que "le gouvernement a fait son travail", s'est félicité Roselyne Bachelot, ministre de la santé mardi au parlement.

L'échec de santé publique de la campagne de vaccination française est "loin d'être isolé", plaide le rapport de commission d'enquête rédigé par Jean-Pierre Door (député UMP), rendu public mardi.

"Car peu de pays - en dehors de la Suède, du Canada et dans une moindre mesure les États-Unis, ont réussi à mobiliser leur population et à susciter une adhésion massive à la vaccination", écrit-il.

La France a vacciné 5,36 millions de personnes au 1er juin 2010, soit moins de 8,5% de sa population.

Le Canada (quelque 34 millions d'habitants) en a vacciné entre un tiers et 45 % (57 % au Québec); la Suède (9,28 millions d'habitants) 64,5 % et les États-Unis 23,4 %. Mais, note le rapport, nombre de pays peinent à atteindre les 10%, parmi lesquels Royaume-Uni (7,4 %), Belgique (6,6%) ou Italie.

 

L'application du plan, à l'origine prévu pour combattre une pandémie de grippe aviaire meurtrière, a manqué de souplesse, selon Jean-Christophe Lagarde (député Nouveau Centre), président de la commission d'enquête.

"Il aurait fallu réduire la voilure, quand on s'est rendu compte fin mai que le virus était beaucoup moins mortel que ce que l'on craignait initialement", dit-il à l'AFP.

Après l'été, on lance une campagne de vaccination pour tout le monde, au lieu de se limiter aux groupes à risque, poursuit-il. "Vacciner les gens quand le virus est là, n'endigue pas la pandémie car il va plus vite que la capacité de vaccination".

"C'est vrai que finalement, ce virus a fait un fiasco (...), mais je crois que jusqu'à la fin du mois de septembre on pouvait redouter des conséquences sanitaires beaucoup plus graves que celles qu'on a connues", s'est défendu Didier Houssin, directeur général de la santé sur RTL.

"L'erreur a été d'écarter les médecins libéraux", estime M. Lagarde. Il épingle également "une communication institutionnelle, figée".

"Nous nous sommes retrouvés très faibles face aux labos pour négocier", notamment avec GSK le plus avancé dans la production vaccinale, relève M. Lagarde.

 

"Les pays européens se sont livrés à la course à l'échalote et ont sauté à la corde devant les labos au lieu de jouer collectif. Chacun en a commandé le plus possible pour être livré le plus vite possible", dit-il.

Le rapport pointe un gâchis : "près de 3,46 millions de doses de vaccins auront été finalement jetées ou mises au rebut" pour diverses raisons (rupture de la chaîne du froid, flacons entamés etc.).

 

C'est beaucoup, juge le rapport, "puisque le nombre de doses ainsi perdues représente plus de la moitié du nombre des personnes vaccinées : 64,5 %". Pour le rapporteur, la livraison de vaccins "multidoses" (flacons pour plusieurs personnes) a joué "un rôle non négligeable".

Les pertes pourraient prendre plus d'ampleur car le stock de vaccins comporte "un peu plus de 12 millions de doses dont la durée de péremption se situe entre juillet et octobre 2010 et entre mars et novembre 2011 pour un peu plus de 9 millions de doses", d'après le rapport.

Ainsi, parmi les doses arrivant à péremption à la fin de l'année, il y a 3,95 millions de vaccins monodoses (pour une personne) dont 2,14 millions seront périmées fin septembre et 1,81 millions fin octobre.

Au final la campagne coûterait moins cher que prévu de l'ordre de 6OO à 670 millions d'euros au lieu de 1,5 milliard d'euro.

Par Brigitte CASTELNAU

 

source: Les Echos

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Grippe A H1N1
commenter cet article
21 mai 2010 5 21 /05 /mai /2010 00:08

06 mai 2010 à 08h59

 

 

L'Etat a signé avec GSK un contrat de 110 millions d'euros pour un vaccin comportant des risques pour la santé de ceux qui en reçoivent l'injection, et assumant toute responsabilité en cas de complication ou de décès.

 

Il y a de quoi se poser de sérieuses questions, tant sur la prise de risques de l'Etat censé apporter la sécurité au citoyen, que sur le rôle des multinationales pharmaceutiques censées créer des produits pour soigner les malades. Au plus fort de la "pandémie" de grippe A/H1N1, ou plutôt au plus fort du mouvement de panique autour de ladite épidémie, le gouvernement belge a contracté avec le géant pharmaceutique GlaxoSmithKline (GSK) pour se faire livrer 12,6 millions de doses de Pandemrix, ce vaccin qui doit prévenir l'infection au virus mortel. Montant du contrat: 110,2 millions d'euros.

 

Quelques mois plus tard, on se rendra compte que la pandémie n'a pas eu lieu, et qu'une bonne partie de ces 12,6 millions de doses seront superflues. Les questions fusent déjà sur un éventuel excès de prévention de la part du ministère de la Santé dirigé par Laurette Onkelinx. Un excès de prévention qui pourrait avoir été inspiré par les firmes pharmaceutiques elles-mêmes, désireuses de vendre un maximum de produits.

 

Mais aujourd'hui, d'autres questions sont soulevées par le journal Le Soir, qui a eu connaissance des termes exacts du contrat. Et là, ô surprise, on se rend compte que GSK se décharge de toute responsabilité en cas de complication ou de décès suite à l'injection du vaccin Pandemrix. C'est étonnant pour une firme dont l'objectif est tout de même de préparer des médicaments censés soigner. Mais il est aussi étonnant de la part du gouvernement d'avoir accepté pareil clause du contrat.

 

D'autant que le Pandemrix contient du AS03, un adjuvant controversé qui n'avait jamais été testé sur les populations à risque (femmes enceintes, personnes âgées, enfants...) avant les campagnes de vaccination. Et au moment de la signature du contrat, le vaccin n'avait pas encore reçu l'autorisation de mise sur le marché européen!

 

Laurette Onkelinx a-t-elle fait l'objet de quelconque pression pour signer pareil contrat pour un médicament dont elle devait savoir qu'il n'était pas encore autorisé, qu'il pouvait comporter des risques importants, pour accepter d'en porter toute responsabilité, et pour promouvoir ensuite une vaste campagne de vaccination? La ministre sortante de la Santé dit ne rien regretter: "La firme GSK exigeait un système de responsabilité partagée. Nous n'avions pas le choix, si ce n'est renoncer au vaccin".

 

LeVif.be, avec Belga

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Grippe A H1N1
commenter cet article
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 00:42

GUTIERREZ,RICARDO

 

Vendredi 7 mai 2010

Grippe A/H1N1 Controverse sur le contrat passé avec GSK

ENTRETIEN


L’Etat n’avait-il d’autre choix que de commander le vaccin contre la grippe A/H1N1 à GSK ?C’est ce que nous déclarait, jeudi, la ministre fédérale de la Santé, Laurette Onkelinx (PS). Une thèse que conteste Bernard Remiche. Spécialiste des brevets, il enseigne le droit des affaires et les droits intellectuels à l’UCL et à la KUL.

 

« Le Soir » révélait, jeudi, le contrat secret qui lie l’Etat belge à GSK. Sa teneur vous étonne…

 
Cette convention invoque la nécessité de respecter les droits de propriété intellectuelle qui portent sur certains des composés du vaccin… La ministre en a déduit qu’elle n’avait d’autre choix que de passer commande chez GSK.

Cet argument ne tient pas !


Pourquoi ?


Parce que depuis le 23 mai 2005, la loi sur les brevets intègre une disposition qui protège l’Etat des détenteurs de brevets qui abuseraient de leur monopole : la “licence obligatoire en matière de santé publique”… Un régime spécial qui aurait pu être activé par le gouvernement pour éventuellement passer un contrat avec une autre firme, à de meilleures conditions qu’avec GSK
.


Si une firme détient le brevet du vaccin ou de ses composants, comment aurait-on pu confier le marché à un autre fournisseur?

 

C’est précisément l’objectif de la “licence obligatoire” : quand une menace pèse sur la santé publique, par exemple une épidémie de grippe, et qu’un médicament ou un dispositif médical couverts par des brevets peuvent combattre cette menace, par exemple le vaccin Pandemrix, le gouvernement peut autoriser une autre firme à produire le vaccin protégé par le biais d’une “licence obligatoire”. Un brevet ne donne pas tous les droits à son détenteur.

 

Mais il y avait urgence. La ministre avait-elle le temps d’activer ce dispositif ?


Tout à fait. La loi sur les brevets prévoit les situations d’urgence, qui permettent de déroger aux délais fixés. Quelques semaines auraient suffi. Je ne comprends pas que les juristes qui ont conseillé la ministre n’aient pas eu recours à ce dispositif, un moyen de pression extraordinaire sur GSK.


GSK ne pouvait donc pas imposer ses conditions à l’Etat, à prendre ou à laisser ?


Absolument pas. L’Etat aurait au minimum pu utiliser l’arme de la “licence obligatoire” pour faire baisser les prix du vaccin… GSK a obtenu de l’Etat 9 euros par dose, alors que le coût de production du vaccin est de 3 ou 4 euros. Le producteur a certes droit à une juste rémunération. Je pense qu’on aurait pu obtenir un tarif de l’ordre de 5 euros par dose, là où on a payé le double !


Le gouvernement s’y serait donc mal pris ?


Vu la menace sanitaire, le conseil des ministres avait autorité pour lancer un appel d’offres et mettre plusieurs firmes en concurrence, quels que soient les brevets en vigueur. Faute d’appliquer cette procédure,
l’Etat s’est incliné face au prétendu monopole de GSK, signant un contrat dont la teneur semble assez scandaleuse.

 

SOURCE: ICI

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Grippe A H1N1
commenter cet article
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 00:01

Voici, en guise de courte introduction, un exemple typique de propagande aveugle en faveur du vaccin (H1N1) basée sur la peur, en l'occurence la peur de la mort:

 

 

 
 
Voici cette fois l'expression d'une certaine lucidité et d'un franc-parler rafraîchissant, tout simplement parce qu'il existe un ras-le bol croissant de cette "culture de la peur":

 

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Grippe A H1N1
commenter cet article
4 mai 2010 2 04 /05 /mai /2010 15:45

Les vaccins avaient été soit disant "très bien testés".... On voit avec ces récentes infos qu'il n'en est rien puisque GSK en collaboration avec Santé Canada a dû annoncer, en avril dernier, que la date de péremption de son vaccin adjuvanté Arepanrix (équivalent canadien au vaccin Pandemrix, aussi avec l'adjuvant squalène) devait être revue à la baisse et raccourcie d'un an!

 

 

2010-04-09 11:11:00
Nouvelle date de péremption du vaccin H1N1 avec adjuvant non utilisé(Arepanrix) 
 
 

OTTAWA, ONTARIO-- (eMediaWorld - 9 avril 2010) - Santé Canada, en collaboration avec GlaxoSmithKline, a revu la date de péremption provisoire du vaccin H1N1 avec adjuvant (Arepanrix). Cette révision n'a pas trait à l'innocuité du vaccin mais à une baisse de puissance de l'antigène H1N1 dans certains lots.

 

À la lumière des meilleures preuves scientifiques disponibles au moment de l'homologation en octobre 2009, on avait établi la date de péremption provisoire du vaccin Arepanrix à 18 mois. De plus amples tests sur la puissance du vaccin, réalisés par Santé Canada et GlaxoSmithKline comme condition d'homologation du vaccin, ont déterminé que la date de péremption des lots inutilisés du vaccin Arepanrix devait être fixée à six mois

 

Les Canadiens peuvent avoir confiance que toutes les vaccinations réalisées à ce jour au moyen d'Arepanrix les ont suffisamment immunisés contre l'infection au virus H1N1. Les normes rigoureuses de Santé Canada en ce qui concerne l'innocuité, la qualité et l'efficacité des vaccins empêchent l'administration d'un vaccin sans preuve de sa conformité aux normes.

 

Santé Canada a informé les gouvernements provinciaux et territoriaux de la baisse de puissance des lots inutilisés d'Arepanrix. Le Ministère fournira sous peu aux autorités de la santé des directives sur l'étiquetage des vaccins non utilisés qui ne sont pas encore périmés.

 

Santé Canada autorisera la mise en circulation des lots d'Arepanrix pour un usage national ou international qui affichent la nouvelle date de péremption.

 

Cette révision n'affecte pas le vaccin H1N1 sans adjuvant de GlaxoSmithKline (vaccin monovalent contre la grippe pandémique A [H1N1] 2009 [sans adjuvant]). La date de péremption du vaccin H1N1 sans adjuvant du Canada demeurera fixée à 18 mois. Santé Canada et GlaxoSmithKline continuent de suivre la situation de près.

 

Pour obtenir plus d'information sur le présent avis, veuillez communiquer avec Santé Canada au 613-957-2991 ou au 1-866-225-0709 (sans frais).

 

 

Voir ICI

 

 

Quid en Belgique?

 

Laurette Onkelinx avait notamment justifié son choix du seul vaccin Pandemrix de GSK (de même composition) en prétendant que l'adjuvant serait réutilisable et permettrait une plus grande flexibilité en cas de nouvelle vague pandémique...

A la lecture du communiqué ci-dessus, on constate que le vaccin SANS adjuvant a une durée de vie accrue.

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Grippe A H1N1
commenter cet article
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 23:27

De la même façon que Roselyne Bachelot avait tenté (en vain!) de transformer sa défaite en victoire en prétendant lors de son audition à l'assemblée nationale que les officiels avaient "gagné la bataille de la communication", Laurette Onkelinx s'est auto-congratulée dans un auditoire tout acquis à elle le 27 mars dernier à l'hôtel de ville de Bruxelles.

 

C'est en toute discrétion que les médecins généralistes étaient conviés (via leur cercle) à cette "remise de bons points" en bonne et due forme à 16H à l'hôtel de Ville de Bruxelles.

 

Plusieurs médecins de la FAMGB (Federatie van Huisartsenverenigingen van Brussel) et du BHAK (Brusselse Huisartsenkring) y étaient attendus pour faire leur "debriefing" et vanter la politique irresponsable qui a été déployée par les autorités.

 

En remerciement du grand empressement des médecins (surtout flamands) à vacciner et à utiliser la plateforme électronique e-Health, les autorités ont choisi de décerner des points "Ethique et Economie" dans le cadre d'une réunion d'accréditation. Ainsi, au prétexte qu'il était éthique et "économique" de gérer la grippe A comme cela a été fait avec cette overdose de tamiflu et de vaccins, tous les médecins qui sont venus récolter leurs points et recevoir leur cachet ont à présent le droit de demander 3 euros de plus par patient et par prestation (que cela concerne la grippe ou non), ces 3 euros en surplus n'étant pas à charge du patient individuellement mais de la collectivité toute entière puisqu'ils sont en fait à charge de l'INAMI qui couvre donc ce remboursement supplémentaire.

 

Parmi les politiciens présents, Laurette Onkelinx bien sûr mais aussi Benoît Cerhexe et Brigitte Grouwels.

 

Laurette Onkelinx a prétendu espérer une enquête externe de la gestion de la pandémie en Belgique (qui pourrait ne pas la croire ?  Elle a également dit souhaiter plus de cohérence au niveau européen pour la gestion de ce type de situation.

 

Merci aux membres du collectif d'Initiative Citoyenne qui ont pu assister à cette réunion car cela permet d'ainsi mieux analyser et comprendre les motivations et la philosophie des uns et des autres!

 

Et pour finir, revenons sur ce qui se fait dans le même genre au Québec, cela pouvant en réconforter certains de se rendre compte que la Belgique n'est pas le seul état à s'humilier avec de telles pratiques:

 

Pour  les récompenser, l'Association médicale du Québec (AMQ) a ainsi décidé de remettre "le Prix Prestige" à " tous les soignants et bénévoles qui ont participé au programme, ainsi que le geste de solidarité santé posé par tous les Québécois qui ont choisi de se faire vacciner . Et de se féliciter que les Québéquois ont été les "champions de la vaccination" avec 47% de taux de vaccination. Voir ICI

 

Décidément, la course aux % de couverture vaccinale par pure idéologie n'a jamais été aussi bien démasquée qu'avec ce virus H1N1 puisque les Polonais eux n'ont eu aucun vaccin anti-HN1 et il n'y a pas eu plus de décès liés à la grippe A dans ce pays que dans les autres!

 

 

 

Recompense-quebec.jpg

 

Dans le cadre de son congrès annuel, l'Association médicale du Québec (AMQ) a décerné son Prix Prestige à l'ensemble des intervenants de la santé afin de récompenser leur effort collectif dans le cadre de la campagne de vaccination H1N1. Puisque le Québec est champion canadien de la vaccination (47 % comparativement à 35 %), l'AMQ a remis le prix à Damon Duval, botteur des Alouettes de Montréal, qui a réussi le placement gagnant lors du match de la Coupe Grey. Sur la photo, le Dr Jean-François Lajoie, président de l'AMQ, Damon Duval, botteur des Alouettes de Montréal et Mme Claudette Duclos, directrice générale de l'AMQ.

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Grippe A H1N1
commenter cet article
2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 21:30

Nous vous invitons, si vous ne l'avez pas encore vu à regarder le reportage "Grippe H1N1, la grande tromperie?" (P. Bollekens et M.Renard), un reportage très éclairant sur la crédibilité de l'industrie pharmaceutique et des autorités nationales et internationales de "santé":

 

Voir ICI.

 

Il serait presque "amusant" de lire la réaction de Mr Xavier De Cuyper, directeur de l'agence fédérale belge des médicaments et membre de l'EMEA en commission de la santé après la diffusion de ce documentaire s'il ne s'agissait pas de vies humaines et de santé publique....

 

A l'interpellation de Mme Snoy évoquant cette émission de "Question à la une" qui "sème le trouble" et "se répend sur internet", Mr De Cuyper déclare sans complexe:

 

"Tout d'abord, à titre personnel sur mes propos à l'émission de mercredi dernier sur la RTBF, je  regrette que cette émission cherche un peu trop – et ce n'est pas nouveau – la polémique. La journaliste désirait savoir s'il était vrai que les essais précliniques avaient provoqué la mort de quatorze personnes. Bien entendu, j'ai pu répondre que des essais précliniques sont effectués sur des animaux et que, logiquement, personne n'était mort. Cela pour vous dire que, parfois, les journalistes ne font pas leur travail de manière parfaitement performante.

 

Mais l'essentiel est qu' il est vrai que j'ai reconnu ignorer qu'il y avait eu sept décès pendant un certain nombre d'essais. Ces informations sont à ce point non secrètes qu'elles se trouvent sur le site de l'Agence européenne du médicament (EMEA). La journaliste a eu la correction de dire pendant l'émission que nous avons eu le temps de vérifier les choses. Nous avons pu expliquer qu'en réalité, ces décès n'étaient pas en lien direct avec le vaccin. C'est dommage que ce soit l'unique propos qu'on ait retenu. J'en laisse la responsabilité aux journalistes. Je n'ai vraiment pas banalisé le fait, loin de là." (p. 11 du compte rendu consultable ci-dessous)

   

http://www.lachambre.be/doc/CCRA/pdf/52/ac796.pdf

 

 

Initiative Citoyenne vous invite à vous poser les vraies questions à savoir:

 

- Comment Mr De Cuyper pouvait-il décemment ignorer ces faits si ceux-ci sont si facilement disponibles sur le site de l'EMEA, qui plus s'il en est employé car, en effet, il y travaille? N'est-ce pas là la preuve d'une dramatique incompétence ou, pire encore, d'une mauvaise foi crasse?

 

- Les vrais contre-pouvoirs à savoir les vrais reportages d'investigation et la diffusion d'information via internet ne sont-ils pas indûment diabolisés dans le but de maintenir le statu quo de la corruption et de la désinformation et surtout l'impunité d'un nombre restreint de faux experts?

Car voyons les choses telles qu'elles sont: alors que Mr De Cuyper en déclarant ignorer ces 7 décès sur 2000 patients est SOIT dans l'incompétence SOIT dans la mauvaise foi (mais certainement au moins l'un des deux!), il a encore l'impudence de rejeter la faute sur les journalistes concernés! C'est exactement ce que l'OMS a fait en accusant internet dans le fiasco vaccinal de la grippe H1N1... comme par hasard!

 

- Pourquoi avoir besoin de préciser qu'il ne banalisait pas les décès? Sans doute parce que c'est effectivement le cas: il faut dire que quand on dit A PRIORI ("quand bien même il y aurait eu 7 décès") qu'il faut relativiser ces décès en essayant désespérement de blanchir le vaccin, on est coupable de l'organisation d'un déni systématique du lien entre vaccin et complications post-vaccinales graves!

Et là encore, pour donner l'illusion de "transparence", c'était Mr De Cuyper qui était venu claironner au JT d'RTL qu'il y aurait une transparence totale grâce à la publication des effets secondaires semaine après semaine sur le site de l'agence fédérale des médicaments....

 

En effet, on retrouve bien quelques rapports hebdomadaires sur ce site MAIS des rapports qui affirment de façon systématique et péremptoire que le décès ou les effets graves ne sont JAMAIS causés par le vaccin en question!

 

En fait, l'équation est simple (et tellement absurde!): si des gens atteints de pathologies lourdes décèdent et qu'ils étaient aussi porteurs du virus H1N1, on classera leur décès dans les "décès dûs au H1N1" tandis que si des personnes de profil similaire décèdent peu après leur vaccination H1N1, on dire qu'elles sont "mortes de leurs pathologies sous-jacentes" mais surtout jamais du vaccin!

 

Cette émission du 17/02/2010 nous renforce en tout cas et confirme encore un peu plus à nos yeux la pertinence de nos demandes qui concernent notamment la sortie de l'OMS et la démission de TOUS les acteurs nationaux ayant contribué à cette GIGANTESQUE ARNAQUE.

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Grippe A H1N1
commenter cet article
7 avril 2010 3 07 /04 /avril /2010 18:27

http://assembly.coe.int/ASP/NewsManager/FMB_NewsManagerView.asp?ID=5416&L=1

 

Paris, 29 mars 2010 – « La prochaine fois qu'on criera au loup au sujet d'une pandémie, l’immense majorité de la population ne la prendra pas au sérieux » : voici le message donné aux participants d'une audition parlementaire consacrée au traitement de la pandémie de grippe A (H1N1), organisée à Paris par la commission des questions sociales, de la santé et de la famille de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE).
 
« Une pandémie ne saurait être ce que l’OMS choisit de déclarer à son sujet. S'il s'avère que les déclarations de Wolfgang Wodarg, ancien membre de l'APCE -indiquant que l'annonce de la pandémie avait été décidée pour permettre à l'industrie pharmaceutique de réaliser davantage de bénéfices- se confirment, cela pourrait bien devenir l'un des plus gros scandales qui ait jamais existé en matière de santé », a précisé Paul Flynn (Royaume-Uni, SOC), rapporteur de l'APCE sur cette question.
 
Les participants ont également déploré l'incapacité de l'OMS à revoir sa position au sujet de la pandémie et ont mis en garde contre une éventuelle répétition des événements si aucun enseignement n'était tiré de cette situation. « Le monde n'a plus confiance en l'OMS, mais ce type d'instance est indispensable et il faut par conséquent qu’il redevienne crédible », a ajouté M. Flynn.
 
Il a rendu hommage au rare courage dont a fait preuve la ministre polonaise de la Santé, Ewa Kopacz, qui avait refusé d'être prise en otage par l'industrie pharmaceutique et n'avait pas commandé de vaccins. Elle a déclaré que les bénéfices des entreprises pharmaceutiques ne devaient pas primer sur les citoyens.
 
Elle a invité instamment l'OMS à réexaminer sa position et à abaisser le niveau d'alerte pandémique. Elle a également dénoncé le manque de solidarité dont on fait preuve les États européens lorsque la pandémie s'est déclarée, ainsi que l'absence de coordination à l'échelon de l'Union européenne. Marc Gentilini, expert en maladies infectieuses et ancien président de la Croix-Rouge française, regrette qu'il n'existe aucune politique européenne de santé et a demandé la constitution de ce qu'il a appelé une Europe de la Santé : « les responsables politiques ne peuvent se retrancher abusivement derrière le principe de précaution », a-t-il indiqué.
 
Le chercheur médical Tom Jefferson, de la Collaboration Cochrane, a souligné que la démocratie parlementaire représentait le meilleur moyen d'éviter que les intérêts privés ne prévalent sur la souveraineté des États : « nous pouvons avoir confiance en l'efficacité du dispositif de surveillance assuré par la démocratie. La santé publique ne peut se fier aux avis des experts privés », a-t-il mis en garde, en faisant remarquer que les soi-disant experts n'avaient pas surgi de façon aléatoire, mais qu'ils avaient été « créés de toutes pièces et promus au rang de grands leaders de l'opinion publique ».
 
Michèle Rivasi, membre du groupe parlementaire des Verts au Parlement européen et qui demande la constitution au sein de ce dernier d'une commission d'enquête sur le traitement de la « pandémie de grippe », a donné des exemples de ce qu'elle appelle « la chronique d'une pandémie annoncée », en dénonçant la précipitation avec laquelle l'OMS avait annoncé la pandémie. Elle s’est d'ailleurs interrogée sur la transparence de l'OMS dans cette affaire, en ajoutant qu'une collaboration entre l'APCE le Parlement européen s'imposait en la matière.
 
Les participants ont également regretté que l’OMS, qui y avait été invitée, n'ait pas accepté de prendre part à cette deuxième audition.

 

Vidéo de la deuxième audition (anglais)
Vidéo de la conférence de presse (anglais)
Vidéo de la conférence de presse (langues originales)
Memorandum de Paul Flynn
Allocution de la ministre polonaise de la Santé Ewa Kopacz (polonais)
Allocution de la ministre polonaise de la Santé Ewa Kopacz (anglais)
Déclaration du Dr Tom Jefferson (anglais)
Présentation PowerPoint du Dr Tom Jefferson (anglais)
Annonce de la deuxième audition
Première audition sur la pandémie
Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Grippe A H1N1
commenter cet article
4 avril 2010 7 04 /04 /avril /2010 20:13

Vous pouvez télécharger ce communiqué de presse d'Initiative Citoyenne, ICI

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Grippe A H1N1
commenter cet article
27 janvier 2010 3 27 /01 /janvier /2010 00:56

RICARDO GUTIERREZ

vendredi 15 janvier 2010, 07:50

 

La facture des vaccins contre la grippe A/H1N1 sera moins lourde. La ministre fédérale de la Santé, Laurette Onkelinx (PS), a négocié un accord avec la firme GSK, jeudi soir, pour revoir à la baisse la commande de 12,6 millions de doses de vaccin Pandemrix, sans indemnité de résiliation.
 

Le cabinet de la ministre précise que les parties se sont accordées sur une réduction de près d’un tiers de la commande initiale, soit environ 4 millions de doses. Economie réalisée : quelque 33 millions d’euros, sur une dépense totale qui avait été évaluée à 120 millions, en comptant les honoraires des médecins prescripteurs.

 

Les juristes du cabinet Onkelinx et de la firme GSK travaillent à la rédaction d’un avenant au contrat initial qui sera signé par les parties dans le courant de la semaine prochaine.

 

Pour l'heure, 1,5 à 2 millions de doses ont été administrées, alors que l'épidémie est éteinte, depuis la mi-décembre. En soustrayant les 1,2 million de doses que la Belgique s'est proposée de donner aux pays en voie de développement, par l'intermédiaire de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), la Belgique se retrouvait avec un excédent de 8 millions de vaccins… Un surplus qui vient donc d'être diminué de moitié. Restent 4 millions de doses, qui sont partiellement réutilisables, pendant 5 ans, mais dont personne ne sait si elles seront vraiment utiles ou nécessaires. 


Source: Le Soir

Remarque:  Alors que  Mme Onkelinx disait encore NON à la renégociation du contrat en date du 7/01 , elle finit par changer d'avis quelques jours après... Peut-être est-ce pour "faire bonne figure" et tenter de rester à son poste malgré le fait que sa gestion de la crise est de plus en plus remise en cause de par les demandes d'enquêtes au niveau national et international?

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Grippe A H1N1
commenter cet article
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 19:28

6 janvier 2010  | Quelques mois après les annonces fracassantes et inquiétantes de l’arrivée de la grippe AH1N1, le moment est venu de tirer les premières conclusions concernant cette pandémie annoncée, les politiques de vaccination qui ont été recommandées aux pays par l’OMS ainsi que sur l’avenir des stocks de vaccins. Aux yeux d’Ecolo-Groen !, il y a en effet de nombreuses questions à poser, notamment par rapport au rôle de l’industrie pharmaceutique dans ce dossier. C’est la raison pour laquelle les Verts soutiennent totalement l’idée d’une enquête internationale sur la gestion de cette « grippe ».


En observant a posteriori les mécanismes de décision aux niveaux international, via l’OMS, européen et national, on ne peut que s’interroger quant à l’indépendance des scientifiques qui ont évalué la gravité de la pandémie et décidé des quantités de vaccins à administrer. Si les décisions qui ont été prises en matière de vaccination ont été dictées par les intérêts économiques des firmes pharmaceutiques, comme certains le soupçonnent, il faut pouvoir l’établir. Il y va du principe de transparence et de l’intérêt des finances publiques.


Les Verts demandent donc que la Ministre belge de la santé porte au sein du conseil européen des Ministres de la santé une demande d’enquête au niveau européen et international sur les mécanismes de gestion de cette pandémie, sur les dispositifs mis en place par l’OMS et sur les conflits d’intérêts éventuels qui auraient existé entre les experts scientifiques de l’OMS, les experts des différents Etats consultés par l’OMS, les responsables politiques et les firmes pharmaceutiques. Il importe en effet que l’OMS puisse conserver sa légitimité et sa crédibilité en matière de santé.


Le groupe ECOLO-Groen ! se demande également ce qu’il va advenir des doses excédentaires en Belgique. A l’heure actuelle, 5,3 millions de vaccins restent à produire sur les 12 millions initialement commandés, sur la base de l’information donnée par les experts scientifiques selon laquelle qu’il faudrait 2 doses par personne pour immuniser celle-ci.


Pour les Verts, il devient, au vu des informations disponibles sur l’évolution de la pandémie, inutile de poursuivre la fabrication immédiate de nouvelles doses tant d’adjuvant que d’antigène puisqu’il en reste plus d’un million, déjà fabriquées, disponibles. Le vaccin n’a en effet d’utilité que de manière préventive. De plus les personnes à risque qui voulaient se faire vacciner l’ont majoritairement fait et les personnes qui deviendraient nouvellement « à risques » ne devraient pas être plus nombreuses que celles déjà déclarées.

 

Si un danger plus grand devait apparaître, il résulterait d’une mutation du virus qui pourrait nécessiter une deuxième vague de vaccination mais il faudrait alors modifier la composition de la partie antigène du vaccin. Il est dès lors inutile, voire absurde de produire aujourd’hui des doses d’antigènes qui ne pourraient pas être utilisées parce qu’inadaptées.


Nous demandons dès lors au gouvernement et plus particulièrement à la Ministre de la santé d’entrer en négociation avec la firme GSK pour obtenir la suspension de toute production supplémentaire tant d’antigènes que d’adjuvants. Il s’agira par la suite d’utiliser cette interruption pour négocier la diminution du nombre de vaccins à produire avec pour maximum un nombre équivalent celui de la première vaccination.


SOURCE: http://web4.ecolo.be/spip.php?article2195

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Grippe A H1N1
commenter cet article
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 15:05

article paru le 7 janvier 2010


HUMANITE WODARGPrésident de la commission santé du Conseil de l’Europe, l’allemand Wolfgang Wodarg a obtenu le lancement d’une enquête de cette instance sur le rôle joué par les laboratoires dans la campagne de panique autour du virus.
Ex-membre du SPD, Wolfgang Wodarg est médecin et épidémiologiste. Il a obtenu à l’unanimité des membres de la commisionn santé du Conseil de l’Europe une commision d’enquête sur le rôle des firmes pharmaceutiques dans la gestion de la grippe A par l’OMS et les états..



                                                                       


Qu’est ce qui a attiré vos soupçons dans la prise d’influence des laboratoires sur les décisions prises à l’égard de la grippe A ?


Wolfgang Wodarg. Nous sommes confrontés à un échec des grandes institutions nationales, chargées d’alerter sur les risques et d’y répondre au cas où une pandémie survient. En avril quand la première alarme est venue de Mexico j’ai été très surpris des chiffres qu’avançait l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour justifier de la proclamation d’une pandémie. J’ai eu tout de suite des soupçons : les chiffres étaient très faibles et le niveau d’alarme très élevé. On en était à même pas mille malades que l’on parlait déjà de pandémie du siècle. Et l’alerte extrême décrétée était fondée sur le fait que le virus était nouveau. Mais la caractéristique des maladies grippales, c’est de se développer très vite avec des virus qui prennent à chaque fois de nouvelles formes, en s’installant chez de nouveaux hôtes, l’animal, l’homme etc. Il n’y avait rien de nouveau en soi à cela. Chaque année apparaît un nouveau virus de ce type « grippal ». En réalité rien ne justifiait de sonner l’alerte à ce niveau. Cela n’a été possible que parce que l’OMS a changé début mai sa définition de la pandémie. Avant cette date il fallait non seulement que la maladie éclate dans plusieurs pays à la fois mais aussi qu’elle ait des conséquences très graves avec un nombre de cas mortels au dessus des moyennes habituelles. On a rayé cet aspect dans la nouvelle définition pour ne retenir que le critère du rythme de diffusion de la maladie. Et on a prétendu que le virus était dangereux car les populations n’avaient pas pu développer de défense immunitaires contre lui. Ce qui était faux pour ce virus. Car on a pu observer que des gens âgés de plus de 60 ans avaient déjà des anticorps. C’est-à-dire qu’ils avaient déjà été en contact avec des virus analogues. C’est la raison pour laquelle d’ailleurs il n’y a pratiquement pas eu de personnes âgées de plus de 60 ans qui aient développé la maladie. C’est pourtant à celles là qu’on a recommandé de se faire vacciner rapidement.Dans les choses qui ont suscité mes soupçons il y a donc eu d’un côté cette volonté de sonner l’alerte. Et de l’autre des faits très curieux. Comme par exemple la recommandation par l’OMS de procéder à deux injections pour les vaccins. Ça n’avait jamais été le cas auparavant. Il n’y avait aucune justification scientifique à cela. Il y a eu aussi cette recommandation de n’utiliser que des vaccins brevetés particuliers. Il n’existait pourtant aucune raison à ce que l’on n’ajoute pas, comme on le fait chaque années, des particules antivirales spécifiques de ce nouveau virus H1N1, « complétant » les vaccins servant à la grippe saisonnière.On ne l’a pas fait car on a préféré utiliser des matériaux vaccinales brevetés que les grands laboratoires avaient élaborées et fabriqué pour se tenir prêts en cas de développement d’une pandémie. Et en procédant de cette façon on n’a pas hésité à mettre en danger les personnes vaccinées


Quel danger ?


Wolfgang Wodarg. Pour aller vite dans la mise à disposition des produits on a utilisé des adjuvants dans certains vaccins, dont les effets n’ont pas été suffisamment testés. Autrement dit : on a voulu absolument utiliser ces produits brevetés nouveaux au lieu de mettre au point des vaccins selon des méthodes de fabrication traditionnelles bien plus simples, fiables et moins coûteuses. Il n’y avait aucune raison médicale à cela.Uniquement des raisons de marketing.


Comment a-t-on pu justifier de cela ?


Wolfgang Wodarg. Pour comprendre il faut en revenir à l’épisode de la grippe aviaire de 2005 - 2006. C’est à cette occasion là qu’ont été définis les nouveaux plans internationaux destinés à faire face à une alarme pandémique. Ces plans ont été élaborés officiellement pour garantir une fabrication rapide de vaccins en cas d’alerte. Cela a donné lieu à une négociation entre les firmes pharmaceutiques et les Etats. D’un côté les labos s’engageaient à se ternir prêts à élaborer les préparations, de l’autre les Etats leur assuraient qu’ils leur achèteraient bien tout cela. Au terme de ce drôle de marché l’industrie pharmaceutique ne prenait aucun risque économique en s’engageant dans les nouvelles fabrications. Et elle était assurée de toucher le jack pot en cas de déclenchement d’une pandémie.


Vous contestez les diagnostics établis et la gravité, même potentielle, de la grippe A ?


Wolfgang Wodarg. Oui, c’est une grippe tout ce qu’il y a de plus normal. Elle ne provoque qu’un dixième des décés occasionnés par la grippe saisonnière classique. Tout ce qui importait et tout ce qui a conduit à la formidable campagne de panique à laquelle on a assisté, c’est qu’elle constituait une occasion en or pour les représentants des labos qui savaient qu’ils toucheraient le gros lot en cas de proclamation de pandémie.


Ce sont de très graves accusations que vous portez là. Comment un tel processus a-t-il été rendu possible au sein de l’OMS ?


Wolfgang Wodarg. Un groupe de personnes à l’OMS est associé de manière très étroite à l’industrie pharmaceutique.


L’enquête du conseil de l’Europe va travailler aussi dans cette direction ?


Wolfgang Wodarg. Nous voulons faire la lumière sur tout ce qui a pu rendre cette formidable opération d’intox. Nous voulons savoir qui a décidé, sur la base de quelles preuves scientifiques, et comment s’est exercé précisément l’influence de l’industrie pharmaceutique dans la prise de décision. Et nous devons enfin présenter des revendications aux gouvernements. L’objectif de la commission d’enquête est qu’il n’y ait plus à l’avenir de fausses alertes de ce genre. Que la population puisse se reposer sur l’analyse, l’expertise des instituions publiques nationales et internationales. Celles ci sont aujourd’hui discréditées car des millions de personnes ont été vaccinés avec des produits présentant d’éventuelles risques pour leur santé. Cela n’était pas nécessaire. Tout cela a débouché aussi sur une gabegie d’argent public considérable.


Avez-vous des chiffres concrets sur l’ampleur de cette gabegie ?


Wolfgang Wodarg. En Allemagne ce sont 700 millions d’euros. Mais il est très difficile de connaître les chiffres précis car on parle maintenant d’un côté de reventes de vaccins à des pays étrangers et surtout les firmes ne communiquent pas, au nom du principe du respect du « secret des affaires » les chiffres des contrats passés avec les Etats et les éventuelles clauses de dédommagements qui y figurent.


Le travail de « lobying » des labos sur les instituts de santé nationaux sera-t-il aussi traité par l’enquête du conseil de l’Europe ?


Wolfgang Wodarg. Oui nous nous pencherons sur l’attitude des instituts comme le Robert Koch en Allemagne ou Pasteur en France qui aurait dû en réalité conseiller leurs gouvernements de façon critique. Dans certains pays des institutions l’ont fait. En Finlande ou en Pologne, par exemple, des voix critiques se sont élevées pour dire : « nous n’avons pas besoin de cela ».



La formidable opération d’intox planétaire n’a-t-elle pas été possible aussi parce que l’industrie pharmaceutique avait « ses représentants » jusque dans les gouvernements des pays les plus puissants ?


Wolgang Wodarg. Dans les ministères cela me paraît évident. Je ne peux pas m’expliquer comment des spécialistes , des gens très intelligents qui connaissent par coeur la problématique des maladies grippales, n’aient pas remarqué ce qui était en train de se produire.



Que s’est-il passé alors ?

Wolfgang Wodarg. Sans aller jusqu’à la corruption directe qui j’en suis certain existe, il y a eu mille manières pour les labos d’exercer leur influence sur les décisions. J’ai pu constater très concrètement par exemple comment Klaus Stöhr qui était le chef du département épidémiologique de l’OMS à l’époque de la grippe aviaire, et qui donc a préparé les plans destinés à faire face à une pandémie que j’évoquais plus haut, était devenu entre temps un haut cadre de la société Novartis. Et des liens semblables existent entre Glaxo ou Baxter (etc) et des membres influents de l’OMS. Ces grandes firmes ont « leurs gens » dans les appareils et se débrouillent ensuite pour que les bonnes décisions politiques soient prises. C’est à dire celles qui leur permettent de pomper le maximum d’argent des contribuables.


Mais si votre enquête aboutit, ne sera-t-elle pas un appui pour les citoyens d’exiger de leurs gouvernements qu’ils demandent des comptes à ces grands groupes ?


Wolfgang Wodarg. Oui, vous avez raison, c’est l’un des grands enjeux lié à cette enquête. Les états pourraient en effet se saisir de cela pour contester des contrats passés dans des conditions, disons, pas très propres. S’il peut être prouvé que c’est la prise d’influence des firmes qui a conduit au déclenchement du processus alors ils faudra les pousser à ce qu’ils demandent à être remboursés. Mais ça c’est uniquement le côté financier, il y a aussi le côté humain, celui des personnes qui ont été vaccinés avec des produits qui ont été insuffisamment testés.


Quel type de risque ont donc pris, sans qu’ils le sachent, ces gens en bonne santé en se faisant vacciner ?


Wolfgang Wodarg. Je le répète les vaccins ont été élaborés trop rapidement, certains adjuvants insuffisamment testés. Mais il y a plus grave. Le vaccin élaboré par la société Novartis a été produit dans un bioréacteur à partir de cellules cancéreuses. Une technique qui n’avait jamais été utilisée jusqu’à aujourd’hui.

Pourquoi, je ne suis évidemment pas un spécialiste, mais comment peut-on prétendre faire un vaccin à partir de cellules malades ?


Wolfgang Wodarg. Normalement on utilise des œufs de poules sur lesquels les virus sont cultivés. On a besoin en effet de travailler sur des cellules vivantes. Car les virus ne peuvent se multiplier que de cette manière et donc, par définition, les préparations antivirus qui vont avec. Mais ce procédé présente un gros défaut, il est lent, il faut beaucoup d’œufs. Et il est long et complexe sur le plan technique. Une autre technique au potentiel remarquable consiste à cultiver les virus sur des cellules vivantes dans des bio-réacteurs. Pour cela il faut des cellules qui croissent et se divisent très vite. C’est un peu le procédé que l’on utilise pour la culture du yaourt que l’on réalise d’ailleurs aussi dans un bio-réacteur. mais dans ce contexte la cellule a été tellement bouleversée dans son environnement et sa croissance qu’elle croit comme une cellule cancéreuse. Et c’est sur ces cellules au rendement très élevé que l’on cultive les virus. Seulement pour fabriquer le vaccin il faut extraire à nouveau les virus de ces cellules sur lesquelles ils ont été implantés. Et il peut donc se produire que durant le processus de fabrication du vaccin des restes de cellule cancéreuse demeurent dans la préparation. Comme cela se produit dans la fabrication classique avec les oeufs. On sait ainsi que dans le cas d’une vaccination de la grippe classique des effets secondaires peuvent apparaître chez les personnes qui sont allergiques à l’ovalbumine que l’on trouve dans le blanc d’oeuf.Il ne peut donc pas être exclu que des protéïnes, restes d’une cellule cancéreuse présentes dans un vaccin fabriqué par bio-réacteur, n’engendre une tumeur sur la personne vaccinée. Selon un vrai principe de précaution il faudrait donc, avant qu’un tel produit ne soit autorisé sur le marché, avoir la certitude à 100% que de tels effets sont réellement exclus.


Et cela n’a pas été fait ?

Wolfgang Wodarg. On ne l’a pas fait. L’AME ( Agence Européenne du Médicament), une institution sous la responsabilité du commissaire européen à l’économie, basée à Londres, qui donne les autorisations de mise sur le marché des vaccins en Europe, a donné son feu vert à la commercialisation de ce produit en arguant, en l’occurrence, que ce mode de fabrication ne constituait pas un risque « significatif ». Cela a été très différemment apprécié par de nombreux spécialistes ici en Allemagne et une institution indépendante sur le médicament, qui ont au contraire alerté et fait part de leurs objections. J’ai pris ces avertissements au sérieux. J’ai étudié le dossier et suis intervenu dans le cadre de la commission santé du Bundestag dont j’étais alors membre pour que le vaccin ne soit pas utilisé en Allemagne. J’ai fait savoir que je n’étais certainement pas opposé à l’élaboration de vaccins avec cette technique. Mais qu’il fallait d’abord avoir une garantie totale d’innocuité. Le produit n’a donc pas été utilisé en Allemagne où le gouvernement a résilié le contrat avec novartis.


Quel est le nom de ce vaccin ?


Wolfgang Wodarg. Obta flu.


Mais cela veut dire que dans d’autres pays européens comme la France le produit peut être commercialisé sans problème ?


Wolfgang Wodarg. Oui , il a obtenu l’autorisation de l’AME et peut donc être utilisé partout dans l’Union Européenne.


Quelle alternative entendez vous faire avancer pour que l’on échappe à de nouveaux scandales de ce type ?


Wolfgang Wodarg. Il faudrait que l’OMS soit plus transparente, que l’on sache clairement qui décide et quelle type de relation existe entre les participants dans l’organisation. Il conviendrait aussi qu’elle soit au moins flanquée d’une chambre d’élue, capable de réagir de façon très critique où chacun puisse s’exprimer. Ce renforcement du contrôle par le public est indispensable.



N’est ce pas la question d’un autre système capable de traiter une question qui relève en fait d’un bien commun aux citoyens de toute la planète qui affleure ?


Wolfgang Wodarg. Pouvons nous encore laisser la production de vaccins et la conduite de ces productions à des organisations dont l’objectif est de gagner le plus possible d’argent ? Ou bien la production de vaccins n’est-elle pas quelque chose du domaine par excellence , que les Etats doivent contrôler et mettre en œuvre eux même ? C’est la raison pour laquelle je pense qu’il faut abandonner le système des brevets sur les vaccins. C’est à dire la possibilité d’une monopolisation de la production de vaccin par un rand groupe. Car cette possibilité suppose que l’on sacrifie des milliers de vies humaines, simplement au nom du respect de ces droits monopolistiques. Vous avez raison , cette revendication là a pris en tout cas pour moi l’aspect de l’évidence.



Entretien réalisé par Bruno Odent

source: l'Humanité

NB: Pour consulter le texte de proposition de recommandation des membres du Conseil de l'Europe, voir ICI.

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Grippe A H1N1
commenter cet article
2 décembre 2009 3 02 /12 /décembre /2009 23:33


« S'il y a autant de réactions bénignes, le nombre de réactions graves pourrait être proportionnel ».

 

Jean-Jacques Fraslin, généraliste installé à Bouguenais, s'interroge sur l'innocuité du Pandemrix.

 

Vous signez sur le site i-med.fr l'article « Grippe A : le vaccin Pandemrix de GSK est-il vraiment anodin ? ». Pourquoi ?

« Les effets indésirables du vaccin ne correspondent pas à ce qui était prévu et à ce que le gouvernement a dit à la population. Je pense qu'il faudrait suspendre la vaccination contre la grippe A H1N1 en attendant les résultats d'une enquête sur la fréquence des effets secondaires chez les professionnels de santé vaccinés ».

Quels effets secondaires avez-vous observés ?

« Je me suis fait vacciner le 10 novembre. Le lendemain, en plus d'une douleur et d'un érythème au point d'injection, l'ensemble du bras et de l'avant-bras ainsi que les muscles de l'épaule étaient douloureux. Je me sentais fébrile avec des frissons, des courbatures et des céphalées. Il a fallu 48 heures pour que les symptômes s'estompent. J'observe que ces effets secondaires sont beaucoup plus intenses et beaucoup plus fréquents que lors d'une vaccination contre la grippe saisonnière. Ils ont lieu dans neuf cas sur dix, contre un cas sur dix pour la grippe saisonnière. Certains ont de la fièvre dépassant 38,5 °. Un chauffeur de camion m'a même dit avoir eu le bras vacciné ankylosé pendant 4 jours, ce qui l'a handicapé dans son activité professionnelle ».

Rien de très grave, a priori.

« Non, mais s'il y a autant de réactions bénignes, le nombre de réactions graves pourrait être proportionnel ».

Ces cas de réactions aux vaccins peuvent-ils être spécifiques aux lots utilisés dans la région nantaise ?

« Non. Une enquête rapide utilisant les listes de diffusion démontre que le phénomène touche toute la France médicale ».

Pourtant, l'Afssaps* fait état de seulement 107 effets indésirables bénins à sérieux pour 200 000 vaccinations.

« Ces chiffres homéopathiques ne semblent pas refléter la réalité du terrain. Il y a là une réelle sous-estimation des effets secondaires. Ça ne correspond pas à ce que j'observe autour de moi ou lorsque j'en discute avec d'autres médecins. Cette différence pourrait s'expliquer par le fait que les effets bénins sont très difficiles à déclarer. Je ne pense pas que les gens déclarent leurs effets secondaires ».

Le vaccin utilisé est-il en cause ?

« Pour l'instant, à l'exception des enfants de 6 à 23 mois et des femmes enceintes, tout le monde en France est vacciné avec le Pandemrix du laboratoire GSK. Ce vaccin contient un adjuvant à base de squalène (Ndlr : lipide naturellement présent dans l'huile du foie des requins), qui est probablement à l'origine de ces réactions. Je me demande si le fait que la France ait acheté quelques dizaines de millions de doses de Pandemrix ne peut pas expliquer cette politique de l'autruche du ministère de la Santé ».

Que conseillez-vous aujourd'hui à vos patients ?

« J'étais très pro-vaccin au départ. Aujourd'hui, je me pose des questions. Il faudrait que la population puisse avoir le choix de bénéficier du vaccin sans adjuvant ».

Propos recueillis par Jérôme Jolivet

* Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé



source: Presse Océan
Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Grippe A H1N1
commenter cet article
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 12:59

Par Juan Gérvas (*) et Jim Wright (**), 23.10.09

 

Les vaccins approuvés par le FDA [NdT. et l’EMEA] contre la grippe A (H1N1) [1] permettent au gouvernement d’envisager des programmes de vaccination de masse pour la grippe H1N1 à la fin de cette année. De tels plans sont irrationnels et basés sur la peur et non sur une politique « de bon sens et de sang-froid » (comme proposé par les médecins espagnols et d'autres professionnels de la santé) [2].

Nous désapprouvons vivement la vaccination de masse qui est fondée sur plusieurs hypothèses erronées.

La première hypothèse est que la pandémie H1N1 sera analogue à celle de la grippe espagnole de 1919. C'est fort improbable étant donné que la grippe espagnole était une grippe mondiale dans un contexte de grande pauvreté, sans systèmes de santé publique, sans eau courante et sans antibiotiques pour traiter les complications. À l'appui de ceci, la grippe espagnole a tué principalement des gens pauvres ; en Inde par exemple, elle a tué des soldats (dans des casernes, avec de la nourriture de mauvaise qualité, de mauvaises conditions d'hygiène) mais non des officiers (bonne nourriture, maisons de style britannique, etc.).

La deuxième hypothèse est que la grippe H1N1 est grave et mortelle. Il y a des évidences substantielles que ce n'est pas le cas et qu’en réalité le taux de mortalité de la grippe H1N1 est bien moindre que celui la grippe saisonnière [3, 4].

La troisième hypothèse est que le vaccin fonctionnera. La réponse immunologique ne constitue pas une garantie que le vaccin peut réduire les infections graves et la mortalité. La démonstration de cet avantage exige de grands essais cliniques RCT (Essais Contrôlés Randomisés), qui manquent singulièrement aussi bien pour les vaccins H1N1 bien que pour les vaccins de la grippe saisonnière.

La quatrième hypothèse est que le vaccin H1N1 fournira une immunité analogue à celle d’une infection naturelle. L'immunité contre la grippe virale a cette particularité très intéressante, connue comme le "pêché antigénique originel" [5]. Ce concept signifie que le premier virus de grippe auquel nous sommes exposés produit la réponse immunitaire la plus forte et que cette immunité dure plus de 50 ans. Cela explique le fait que les gens de plus de 50 ans semblent avoir une certaine immunité face au virus H1N1 parce qu'un virus semblable de la grippe A a circulé à l’échelle mondiale de 1918 à 1957. Il s'avère ainsi que l'infection naturelle crée une immunité pendant 50 ans pour un coût nul alors que les vaccins de la grippe exigent une (ou deux) injection(s) annuelle(s) pour arriver à un degré d'immunité moindre.

Nous recommandons donc que la plupart sinon tous les vaccins H1N1 soient utilisés dans le cadre d’une étude en double aveugle randomisée avec contrôle placebo pour établir si les avantages sont supérieurs aux nuisances. Sans une telle approche, en septembre 2010 nous serons de nouveau en position de ne pas savoir qui vacciner. Des études en double aveugle randomisées semblables sont également nécessaires pour le vaccin de la grippe saisonnière étant donné que les effets à long terme de la vaccination annuelle contre la grippe sont inconnus, et il y a de fortes chances que les nuisances d’une vaccination annuelle contre la grippe soient supérieures aux avantages d’une non-vaccination.

(*) Juan Gérvas jgervasc@meditex.es www.equipocesca.org
Médecin généraliste, Canencia de la Sierra, Garganta de los Montes y El Cuadrón (Madrid), Espagne. Professeur invité Premiers Soins, Dépt. de Santé Internationale, Ecole Nationale de Santé Publique, Madrid, Espagne. Professeur honoraire de Santé Publique, Dépt. de Santé Publique, Université Autonome, Madrid, Espagne. Equipo CESCA, Travesía de la Playa 3, 28730 Buitrago del Lozoya, Madrid, Espagne.

(**) James (Jim) M Wright. Professeur, Dépt. d’Anesthésiologie, de Pharmacologie & de Thérapeutiques, 2176 Health Sciences Mall, Vancouver, B.C. V6T 1Z3, Canada


Références

1. Influenza A (H1N1) 2009 monovalent.
http://www.fda.gov/BiologicsBloodVaccines/Vaccines/ApprovedProducts/ucm181950.htm
2. Villanueva T, Gérvas A. Spain and swine flu. CMAJ. 2009. http://www.cmaj.ca/cgi/eletters/181/6-7/E102
3. Assessment of the influenza A (H1N1) pandemic on selected countries in the southern hemisphere: Argentina, Australia, Chile, New Zealand and Uruguay. Department of Health and Human Services and other USG Departments for the White House National Security Council. 26th August 2009.
http://flu.gov/professional/global/final.pdf
4. Collignon PJ. Mass vaccination against swine flu: could it cause more harm than good? http://www.bmj.com/cgi/eletters/339/sep03_2/b3471#219801
5. Couch RB, Kasel JA. Immunity to influenza in man. Ann Rev Microbiol. 1983;37:529 49.


Conflits d’intérêts : aucun
Traduction : www.asanat.org , 26.10.09

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Grippe A H1N1
commenter cet article
1 novembre 2009 7 01 /11 /novembre /2009 00:56

Par Bertrand Beauté - Mis en ligne le 19.10.2009 à 16:11

Le virus H1N1 a semé la panique. Au final, une simple grippette qui fait plus peur que mal. Décryptage.



Où est donc passée cette satanée grippe A? Ce virus H1N1 tant redouté qui aurait dû nous clouer au lit et nous faire revivre les horreurs de la grippe espagnole de 1918 avec ses 50 millions de morts? Ce nouveau monstre qui aurait dû tuer jusqu’à 20 000 Suisses? On revoit encore Marie-Thérèse Porchet nous prévenant à la télévision que la «pandémiiiiie arriiiiive!». Comme une sirène d’alarme... Plus sérieusement, Thomas Zeltner, patron de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), nous avertissait en juillet que la grippe A infecterait plus d’un million de personnes en Suisse. Et puis? Rien du tout, malgré le battage médiatique, les annonces alarmistes des experts et de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Attendue en août, l’arrivée de la pandémie a été repoussée à la fin de septembre. Puis au début d’octobre. Aujourd’hui, les masques commencent à tomber sur cette «grippette» qui fait plus de peur que de mal. Retour sur la paranoïa «grippe A».


Quand les médias se grippent

Presse, radios, TV, internet… Les médias suisses ont rarement consacré autant de temps, de pages et d’énergie pour une épidémie. Tout y est passé depuis l’annonce du premier cas déclaré en Suisse en avril 2009: interviews d’experts, reportages et même quelques polémiques, comme celle sur l’obligation ou non de se faire vacciner. Bref, la maladie n’a pas quitté la une des médias au point de les gripper… Un matraquage dénoncé par David Humair, docteur en biologie moléculaire et un des spécialistes suisses de l’analyse de la menace biologique. «La grippe A, c’est comme le SRAS ou la grippe aviaire. Ces maladies ont été largement traitées par des médias qui nous prédisaient l’apocalypse.» Et que s’est-il passé, demande David Humair? Le SRAS a tué un peu plus de 700 personnes, la grippe aviaire quelques centaines et la grippe A 4500 à ce jour. «Et, pendant ce temps, la malaria et le sida tuent respectivement 4000 et 6000 personnes par jour», remarque le scientifique. Mais c’est dans les pays du Sud et c’est loin de chez nous...


Quand la com est trop alarmiste


Mais est-ce uniquement la faute des médias si la grippe A a pris une telle proportion? Clairement non. Les communications des services de prévention de la Confédération et de l’OMS sont aussi pointées du doigt. Pour de nombreux spécialistes, ce sont ces organismes qui ont alimenté la paranoïa ambiante. Avec le risque de lasser le public. «A force de crier au loup, les gens n’y croient plus», s’inquiète Jacques de Haller, président de la Fédération des médecins helvétiques (FMH). David Humair estime, pour sa part, que l’OFSP aurait dû limiter son message à souligner qu’une menace existe et qu’elle est prise au sérieux. «Pour moi, les autorités sont allées trop loin en articulant des chiffres de mortalité.» Que répond l’OFSP qui a investi 3 millions de francs dans sa campagne de sensibilisation, dont un peu moins de 50 000 francs pour les cachets des comédiens Marie-Thérèse Porchet, Beat Schlatter et Ferruccio Cainero? «Nous avons appliqué le principe de précaution», déclare Jean-Louis Zurcher, porte-parole de l’OFSP, qui peine néanmoins à expliquer comment la Suisse a été épargnée par la pandémie. «Mais je vous rappelle que la grippe espagnole de 1918 a aussi commencé gentiment.» Sylvie Briand semble également gênée: «C’était un nouveau virus, se défend la directrice du programme de lutte contre la grippe A à l’OMS. Il était impossible de savoir ce qui allait se passer. Et il fallait prendre des mesures pour ralentir sa progression et donner le temps aux services de santé des pays concernés de réagir.» Reste que, pour David Humair, la pandémie n’est pas une menace pour la Suisse. Les autorités qui ont tant investi en temps et en argent vont-elles le reconnaître? Que nenni. D’autant que, pour ne pas perdre la face, l’OFSP se cache derrière les recommandations de l’OMS.


Quand les scientifiques font plouf!


La crédibilité des scientifiques en a pris un coup
. Le virus H1N1 pour lequel nous n’avions aucune immunité devait semer la désolation dans le monde. Selon l’OMS, il fallait s’attendre à des millions de morts, alors qu’un tiers des humains devait être infecté. Le niveau d’alerte était d’ailleurs rapidement monté à son maximum, soit le degré six. Or, au final, ce fut une grippette moins dangereuse qu’une grippe traditionnelle, H1N1 étant trois fois moins létal, comme l’a révélé le Center for Disease Control and Prevention, à Atlanta. Coincée, l’OMS a alors mis de l’eau dans son vin en arrêtant de comptabiliser les cas et en affirmant que la grippe A s’attaquait avant tout aux jeunes... «A cause de cette communication alarmiste, la crédibilité du milieu scientifique est atteinte, tranche Jacques de Haller. Et il faudra du temps pour la reconstruire.» Mais qu’auraient donc dû dire les scientifiques? «Quand on ne sait pas, on doit l’admettre. Le public le comprend très bien», répond le président de la FMH qui ne remet néanmoins pas en cause les mesures de préparation mises sur pied par l’OFSP. David Humair abonde. «Les experts ne doivent pas spéculer. Ils doivent rester factuels, s’interdire les conditionnels et les “si”. C’est une catastrophe par exemple de comparer la grippe A et celle de 1918. Les situations sont complètement différentes. En 1918, le monde sortait d’une guerre. Les populations étaient fatiguées, mal nourries. On ne compare pas des poires et des pommes.» Mais ce n’est pas tout. La confiance dans les experts est également ébranlée par les révélations de leurs liens avec l’industrie pharmaceutique, celle qui avait tout à gagner de la parano «grippe A». Un exemple? L’épidémiologiste français Antoine Flahault nous conseille d’utiliser en préventif le Tamiflu de Roche en attendant le vaccin. Mais, comme le note Le Canard enchaîné, personne ne fait remarquer que l’épouse de Flahault est directrice médicale de Leem, le syndicat français des industries pharmaceutiques… Quant à l’épidémiologiste Tom Jefferson, il remet en cause ni plus ni moins l’honnêteté de l’OMS qui a changé ce printemps sa définition de la pandémie pour faire de la grippe A une épidémie universelle. «L’ancienne définition disait qu’on atteignait le stade d’une pandémie quand un virus, contre lequel on n’avait aucune immunité, et qui provoquait un taux élevé de morbidité et décès, se propageait rapidement», a-t-il tonné dans le magazine allemand Der Spiegel. «Or, les deux dernières caractéristiques ont été abandonnées.» La raison? Officiellement, la réforme était en cours depuis deux ans et elle a abouti ce printemps, indique Sylvie Briand. Mais, selon certaines sources onusiennes, la très contestée Margaret Chan aurait utilisé la crise «H1N1» pour sauver sa place à la tête de l’OMS. La grippe A comme écran de fumée?


Les vrais gagnants sourient
 

Les cours des entreprises pharmaceutiques ont eu la fièvre depuis ce printemps: + 50% pour GlaxoSmithKline, + 40% pour Roche, + 33% pour Novartis, + 33% pour Sanofi-Aventis... Leur valeur boursière a largement profité de la panique A. Mais pas seulement, les PME qui produisent les masques, les gants, les mouchoirs… ont aussi tiré leur épingle du jeu, alors que les Suisses, écoutant leurs autorités, se sont rués sur ce petit matériel. Il y a même eu une pénurie en juillet. La facture de la grippe promet d’ailleurs d’être salée. La France aurait ainsi déboursé plus de 2 milliards de francs pour se protéger. Et la Suisse? On parle d’un demi-milliard de francs sans compter les budgets des sociétés qui ont également financé des plans grippe A et qui ont assumé les coûts de l’absentéisme préventif de leurs employés. «Tout cela me fait penser au marché de la sécurité et de l’armement», constate David Humair. «Après le 11 septembre 2001, il a explosé et pèse désormais des milliards de dollars.» Comme quoi, le malheur des uns fait toujours, ou presque, le bonheur des autres.


 
Source: Hebdo.ch
Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Grippe A H1N1
commenter cet article

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA