Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 20:35

« Education à la vaccination »

 

L’état d’Oregon adopte un projet de loi

 

Ce projet de loi qui vient de passer devant le sénat vise à persuader davantage de parents à présenter leurs enfants aux médecins pour les faire vacciner, ainsi qu’à leur permettre de dépasser la méfiance qu’ils éprouvent envers la médecine traditionnelle.

 

L’Oregon est l’état américain où l’on trouve les plus hauts taux de parents qui refusent les vaccinations pour leurs enfants qui fréquentent l’école maternelle, pour des raisons qui ne sont pas médicales. Cette année scolaire, 6,4% des élèves des écoles maternelles d’Oregon ont été exemptés d’au moins une vaccination obligatoire. Le chiffre est en hausse par rapport à l’an dernier, et qui était de 5,8%. En ce qui concerne les écoles gardiennes aux Etats-Unis, la moyenne a été de 1,2% d’exemptions pour des raisons non médicales.

 

Il existe quelques poches dans l’état où des parents ne croient pas que les vaccins puissent protéger leurs enfants. Ces parents ont recours à des traitements alternatifs. Ces croyances ont fait l’objet d’inquiétudes de la part des autorités qui estiment que les enfants d’Oregon ne sont pas protégés de manière adéquate.

 

Jeudi, le Sénat a approuvé un projet de loi qui rendrait plus difficile pour les parents l’exemption non médicale aux vaccinations. Le projet devait ensuite passer à la Chambre où le vote a été de 16-13.

 

Le projet a agacé les républicains qui prétendent que c’est fouler aux pieds les libertés religieuses, ainsi que le choix des parents…

 

Les Républicains ont fait une proposition alternative qui aurait permis une exemption pour les « croyances religieuses sincères », mais le projet a échoué. Tel que proposé, le projet de loi permettra encore aux parents de refuser les vaccinations pour des raisons religieuses et/ou philosophiques, mais uniquement après avoir rendu visite à un médecin et après avoir regardé une vidéo éducative….

 

« Je crains que la plupart des gens qui ont recours à l’exemption religieuse, y soient entraînés à cause d’une désinformation pseudo-scientifique, et non à cause de leur foi », a déclaré le sénateur Elisabeth Steiner Hayward, démocrate et médecin de famille.

 

Selon le projet de loi, les parents qui inscrivent leurs enfants non vaccinés à l’école, devront prouver qu’ils ont consulté un médecin pour obtenir les informations nécessaires ou montrer les preuves  qu’ils ont regardé une vidéo éducative sur les risques et les bénéfices de la vaccination. Ce matériel éducatif serait compatible avec la mise à jour de la plupart des informations fournies par le CDC (Centres Américains de Contrôle des Maladies).

 

Les médecins et les responsables de la Santé publique appuient ce projet, affirmant que le taux d’enfants non vaccinés en Oregon est alarmant et pourrait provoquer une résurgence de maladies évitables par la vaccination, comme la coqueluche et la rougeole.

 

Une législation similaire a été adoptée à Washington en 2011. L’année scolaire suivante, les taux d’exemptions de vaccination pour motifs religieux à l’école maternelle, ont chuté de près de 25%, selon les données du CDC.

 

Source: SeattleTimes 

 

En relation avec ces projets de loi, des amis américains font remarquer que le vote en Oregon a été très serré (16-13).

Ils signalent aussi qu’il serait urgent de modifier et de compléter ces différents textes pour plus de transparence en ce qui concerne la sécurité des vaccins.

Les parents, ainsi que les consommateurs de soins de santé de 9 ans et plus devraient recevoir un éclairage sur la vaccination qui comporterait les informations suivantes :

 

1. TOUS les ingrédients de chaque vaccin, y compris les excipients, les adjuvants et les antigènes.

2.  Les effets indésirables et les contre-indications reprises sur les notices des vaccins et ce, pour chaque vaccin.

3. Comment procéder pour introduire un rapport d’effets secondaires au VAERS (Seuls 10% des effets secondaires seraient en fait rapportés au VAERS).

4. Les payements en dédommagement pour effets secondaires des vaccins

 

Faute de quoi, aucun projet de loi passé ou avenir sur l’éducation et l’information par rapport aux vaccins ne pourra fournir d’informations complètes et exactes, alors que les parents et les consommateurs de soins de santé ont le droit d’être complètement informés.

 

Commentaire d’Initiative Citoyenne : Quel paternalisme, comme si les gens qui refusaient les vaccins ne s’étaient pas soigneusement informés !

 

Mais surtout, ce genre de procédé est une méthode vicieuse car elle n’est qu’un début, un peu comme avec l’histoire de la grenouille dans la marmite, on procède par étapes, on ne chauffe pas trop vite trop fort pour ne pas avoir trop de contestation, et ce n’est en fait qu’une prémisse à un rabotage accru de la liberté des gens.

  

 

Partager cet article

Repost0
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 21:53

Scan de la paume de la main

 

6 juin 2013

 

scan-main.JPG

 

Essayez d’imaginer que vous alliez à l’hôpital et qu’un médecin ou une infirmière récupère immédiatement vos dossiers médicaux vitaux en balayant simplement la paume de votre main. C’est en tout cas ce qui se passe déjà dans un Centre hospitalier américain.     

  

Les employés de l’Hôpital Salem ont déclaré qu’ils étaient les premiers dans l’état d’Ohio à pouvoir disposer du nouveau système dénommé « Patient sécurisé ». La lumière infrarouge est utilisée pour « lire » les veines qui traversent la paume de la main. Chaque personne possède un réseau unique de veines. C’est un peu comme l’empreinte digitale, alors qu’ici le scan des veines de la main est encore plus précis.

 

« C’est vraiment très intéressant pour l’hôpital parce qu’il existe plusieurs patients qui portent le même nom et ont peut-être la même date de naissance » déclare Danielle Kiefaver de l’Hôpital Salem. « Nous utilisons la technologie des veines de la paume pour nous assurer que nous avons bien affaire aux dossiers appropriés

 

Les administrateurs ont déclaré que ce nouveau système permettra également de protéger la vie privée de chaque patient, ainsi que de prévenir le vol possible d’identités. Ce système permettra aussi de détecter immédiatement si l’hôpital possède déjà ou non l’information sur le patient concerné. Par rapport à un nouveau patient, le nouveau système enregistrera en toute sécurité les documents nécessaires pour un usage ultérieur.

.

Source : Wkbn.com

 

Ca a toujours été, et ce sera TOUJOURS au nom de la facilité et/ou de la sécurité, que les mesures les plus liberticides et les plus éthiquement contestables furent adoptées et continueront d'être promues. A méditer donc…

Partager cet article

Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 08:54

Big Brother n'aurait pas pu rêver mieux: "Monitor" est un outil développé à la London School of Hygiene & Tropical Medicine dans le but de repérer et de "cartographier" les pays et régions où les critiques vaccinales sont proportionnellement les plus fortes sur internet. Cet outil, selon lequel la Belgique serait "un foyer de résistance à la vaccination" vise à "surveiller la perception des vaccins par le grand public, les médias, les dispensateurs de soins professionnels et les autorités, et la teneur de la communication qui circule à ce sujet."

 

D'un côté, on a donc des associations bénévoles et indépendantes qui mettent légitimement en garde contre les risques graves minimisés des vaccins, en violation des lois sur les droits des patients et de l'autre, on a des instances dites officielles, littéralement gavées d'argent public, qui s'attellent, non pas à améliorer la sécurité des vaccins mais à "monitorer" la perception que les gens en ont, classant de façon commode tout ce qui n'est pas dans l'intérêt des fabricants de simples "rumeurs". Forcément, que ce n'est pas ainsi que ces gens pourront être dans la Science ou dans l'éthique!

 

Pour eux, qu'il y ait par exemple 31% de textes à connotation critique/négative sur les vaccins sur les pages internet belges et françaises, c'est inquiétant, ils en espéreraient sans doute zéro mais hélas, les vaccins étant ce qu'ils sont, certaines personnes ont des yeux pour voir et des oreilles pour entendre. Quant à la conscience d'un nombre croissant de gens, elle leur indique d'en parler, n'en déplaise au Journal du Médecin, à la London School of Hygiene & Tropical Medecine, etc, à qui nous conseillons plutôt de lancer un questionnaire détaillé à toutes les populations de leurs pays sur les effets secondaires des vaccins...

 

Extraits du Journal du Médecin du 24 mai 2013:

 

jdm-24-MAI-2013--1-.jpg

 jdm-24-MAI-2013--2-.jpg

 

jdm-24-MAI-2013--3-.jpg

 

jdm-24-MAI-2013--4-.jpg

 

jdm-24-MAI-2013--5-.jpg

 

jdm-24-MAI-2013--6-.jpg

Partager cet article

Repost0
31 mai 2013 5 31 /05 /mai /2013 21:23

Australie : Le parlement australien de l'Etat de Nouvelle-Galles du Sud (NWS) s’apprêterait à légaliser l’interdiction de l’école gardienne pour les enfants non vaccinés et à légaliser la discrimination !

 

Human rights

 

Un membre de l’Association pour les Libertés Civiles a écrit cette lettre à l’un des membres de l’AVN (Association pour la liberté vaccinale australienne) :

 

Cher Monsieur,

 

"Nous soutenons la vaccination vu que c’est un droit de l’enfant. Notez bien, de l’enfant. L’enfant a des droits séparés de ceux de ses parents. Les parents peuvent croire tout ce qu’ils veulent, mais nous pensons que les enfants ont le droit à tout ce qui convient le mieux à leur santé. Il s’agit d’un droit fondamental accepté internationalement sous la Convention des Droits de l’Enfant.Vous pouvez faire le choix que vous voulez… c’est votre droit. Vous pouvez insister sur votre droit à dire « non » en tant que nouveau parent, mais c’est votre enfant qui aurait à souffrir des conséquences. […] Si vous choisissez de ne pas vacciner vos enfants, nous pensons que vous les privez de leur droit à réunir les meilleures chances de santé… " (Extrait)

 

Réponse de l’AVN

 

Ce que ce Monsieur semble dire c’est que le gouvernement sait mieux que les parents comment il convient de s’y prendre pour éduquer nos enfants. Voulons-nous vraiment que le gouvernement nous dise comment il nous faut nourrir nos enfants, comment les éduquer et comment les garder en bonne santé ? Ce même gouvernement qui ne sait pas équilibrer un budget, régler la politique hospitalière, établir la coordination entre les systèmes d’enseignement ?

 

Si la plupart d’entre nous géraient leurs foyers comme le gouvernement gère le pays, nous risquerions d’être sans abri, démunis et sérieusement malades. – Et c’est une organisation qui est supposée protéger les droits individuels qui veut que ce soit le gouvernement qui s’occupe d’élever nos enfants !!

 

AVN Newsletter, 28 mai 2013 (Australian Vaccination Network)

 

LA SANTE DES ENFANTS NON VACCINES EST GLOBALEMENT MEILLEURE QUE CELLE DES ENFANTS VACCINES!  

 

« Instruire et informer la grande majorité des gens…c’est sur eux seuls que nous devons compter pour préserver nos libertés. » THOMAS JEFFERSON (1743-1826),  3ème Président des Etats-Unis

  

« Il n’est tout simplement plus possible de croire grand chose au sujet de la recherche clinique, de se fier au jugement des médecins, ou à des directives médicales autoritaires. Ca ne m’amuse pas d’en arriver à pareilles conclusions, mais j’ai dû y arriver lentement et à contre cœur pendant les vingt ans que j’ai travaillé comme éditrice du New England Journal of Medicine. »  Dr Marcia ANGELL, MD

 

Partager cet article

Repost0
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 19:06

Ce qui se passe hélas pour le cancer, se passe aussi avec les vaccins... soi-disant "pour Notre plus grand Bien" ou pour "faire des économies", on fait perdre des chances dramatiques de santé et de guérison à quantité de gens, tout simplement parce qu'on veut leur forcer la main et leur imposer une médecine de masse, une médecine de troupeau qui est en réalité une anti-médecine, contraire au serment d'Hippocrate que les médecins sont pourtant censés prêter au début de leur pratique.

 

Des protocoles et des vaccins standards nivellent par le bas la médecine en bafouant les différents particularismes biologiques qui font de nos corps des corps uniques, avec leurs limites et leur capacité réactionnelle propres!

 

NON A LA MEDECINE SOVIETISEE QUI RESTREINT NOS LIBERTES ET NOTRE DROIT LE PLUS FONDAMENTAL A LA SANTE:

 

 

Le Dr Nicole Delépine, qui mène un combat admirable pour la survie de son service d'oncologie pédiatrique unique en France, vous convie nombreux, qui que vous soyez, au séminaire que son Unité hospitalière organise le 15 juin prochain au Boulevard des Invalides, à Paris, en collaboration avec l'association A.M.E.T.I.S.T.

 

Programme de ce séminaire & inscriptions: voir ICI

 

Site internet du Dr Delépine (visite vivement recommandée!)

 

Partager cet article

Repost0
27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 18:55

Albert Einstein le disait déjà de son temps: "Il faut prévenir les hommes qu'ils sont en danger de mort... la Science devient criminelle."

 

Regardez cette vidéo... Ces mères ont fait ce qu'elles pensaient être le mieux pour leur enfant. Elles ont été désinformées, on leur a menti. Et elles ont vécu au final un véritable drame.

 

Combien de mères pourraient en dire autant après un décès ou un handicap sévère irréversible d'un enfant après des vaccinations?

 

Il est inacceptable que des projets d'apprentis-sorciers soient financés avec l'argent des citoyens et la possibilité à la clé que ces recherches finissent par se retourner contre l'intérêt public. Combien d'autres sombres projets allons-nous encore tolérer et accepter de financer dans une indifférence et une ignorance coupables???

 

 

 

Partager cet article

Repost0
22 mai 2013 3 22 /05 /mai /2013 20:10

Fotolia, enfant choqué

En décembre dernier, Initiative Citoyenne diffusait le témoignage en vidéo de Véronique Blanchart, une employée de l'Agence belge des Médicaments (AFMPS) qui disait son malaise face à des pratiques de travail pour le moins interpellantes et problématiques au sein de l'Agence et qui s'était adressée à nous parce qu'elle n'avait pas reçu de réponses de sa hiérarchie...

 

Il y a quelques jours à peine, Véronique Blanchart recevait une lettre recommandée de l'Agence la conviant ce jeudi 23 mai à 16H à l'Agence dans le cadre d’une procédure disciplinaire.

 

« Il m’est entre autres reproché d’avoir fait comprendre que l’Agence ne tient pas compte du bien-être de ses travailleurs…j'ai vu une collègue pleurer parce qu'on lui criait dessus, j'ai vu une stagiaire pleurer car on lui interdisait de parler avec les nettoyeuses. J'ai vu une collègue être mise à la porte directement, sans raison, j'ai vu ma chef crier sur un autre collègue pharmacien, dire de lui qu'il était bête...et j'en passe ... Quelqu'un du syndicat m'a même dit que beaucoup de gens partaient, démissions, dépressions, .... » déclare Véronique Blanchart - que tous les citoyens de ce pays et même d'autres devraient soutenir et remercier pour son courage et sa conscience professionnelle!

 

Cette lettre intimidatrice envoyée à Véronique Blanchart renvoie finalement une image assez effrayante des priorités de l'Agence qui semble ainsi accorder beaucoup plus d'importance à son image qu'à la sécurité sanitaire réelle des citoyens!!

 

Lire notre communiqué de presse sur cette situation 

 

La presse a été prévenue (comme d'habitude) mais... parlera-t-elle de ce scandale et sera-t-elle seulement présente lors de cette audition ou bien ignorera-t-elle lamentablement une question cruciale de plus, par lâcheté ou par opportunisme???

 

Partager cet article

Repost0
20 mai 2013 1 20 /05 /mai /2013 15:17

Il faut sauver le soldat Nicole DELEPINE !

 

Posted on 19 mai 2013 by didier.moulinier

 

Je connais le Docteur Nicole DELEPINE  depuis plus de 25 ans et une grosse partie de mes soucis qui ont conduit à la création de ce blog en est involontairement la conséquence

 

Nicole-Delepine.jpg

 

(Pour aller sur son site CLIQUEZ : ICI  )

 

Un jour est arrivé à mon cabinet   Jacques Pierre, un jeune garçon d´une douzaine d´années, accompagné par ses parents. Il venait de fuir (le terme n´est pas faible) le service de l´hôpital des enfants de Bordeaux dirigé alors par le Pr  Jean Michel G.,  assisté à cette époque par  le Dr Yves P. qui est devenu depuis le nouveau chef de service.

 

Les parents de Jacques Pierre étaient à juste titre effrayés par le protocole expérimental que l´on voulait faire subir à leur fils,  victime d´un sarcome de Ewing de la hanche gauche et  qui consistait à lui imposer une intensification de chimiothérapie  dans l´espoir illusoire de détruire toutes les cellules tumorales en une séance et pour éviter une mort inéluctable, de lui appliquer  aussitôt après une greffe de moelle osseuse.

 

Ce type de protocole dans ce genre de pathologie a, depuis, été largement abandonné. Les résultats à court terme ont toujours été catastrophiques  en durée de survie réelle  mais les bidouilles statisticiennes permettaient de convaincre l´ensemble des interlocuteurs de poursuivre ce genre de protocoles. Dès lors que les parents ont préféré sortir Jacques Pierre  de ce protocole expérimental, ils ont immédiatement subi les foudres de l´hôpital des enfants de Bordeaux avec menaces écrites d´être dessaisis de leurs droits parentaux et plainte au procureur de la république qui fort logiquement aurait été dans l´obligation d´envoyer nos braves pandores  quérir manu militari Jacques Pierre pour subir contre son gré le protocole de chimiothérapie. De ce fait lorsque ses parents venaient, ils avaient peur de se trouver arrêtés par la police à la sortie de mon cabinet, ce qui, vous en conviendrez, était un obstacle majeur pour obtenir un  climat de sérénité.

 

Heureusement, mon réseau d´amitiés professionnelles m´a permis de connaître le Dr Nicole Delepine. Celle-ci, que j´aime comparer  à  Zorro, a  aussitôt  accepté de  prendre en charge Jacques Pierre avec toute la sérénité requise.

 

zorro.jpg

 

Le problème c´est que,  fidèles à nos principes moraux, nous avons  continué  à évoluer à visage découvert.

 

De mon côté, j´ai dû déposer plainte contre le Pr G. auprès du conseil de l´Ordre de Bordeaux pour lui faire stopper l´action qu´il avait entreprise à l´encontre des parents de Jacques Pierre. Il a dû faire marche arrière mais j´ai appris au fil des années à payer le prix d´une victoire sur les potentats en place. Durant près de 30 ans toutes les persécutions dont j´ai pu faire l´objet sur le plan administratif avaient un lien avec cette affaire et une autre où j´avais eu le tort d´apporter la preuve d´une grave erreur de diagnostic de la part d´un service hospitalier de Bordeaux. Le problème c´est que ces personnages évoluent jusqu’à un âge plus que canonique au sein du conseil de l´ordre  des médecins et y gardent un pouvoir de nuisance insoupçonnable.

 

Pour preuve, ce « vieil ami » de près de 30 ans, à savoir le P Jean Michel G., faisait partie du jury bordelais qui vient de me condamner récemment….

 

Le Dr Delepine  a un statut différent. Elle est intouchable car protégée par son statut de médecin hospitalier,  chef de service en oncologie pédiatrique. Toutefois, durant ses années de pratique, elle a accumulé les vexations de la part de ces grands mandarins en refusant d´appliquer des protocoles standardisés mis en place par Big Pharma et en préférant appliquer des protocoles classiques mais dont les doses sont adaptées individuellement et très souvent avec des médicaments anciens plus efficaces et moins onéreux.

 

La faute impardonnable du Dr Delepine,  c´est d´avoir de meilleurs résultats en oncologie pédiatrique que ses homologues.

 

Dans le monde de la santé française,  on peut vous pardonner une erreur médicale mais on fera tout pour vous éliminer si vous apportez par vos résultats personnels la preuve d´être plus efficace et moins toxique que les caciques du monde médical.

 

La solution a été toute trouvée pour se débarrasser d´elle. Il suffisait d´empêcher ses médecins assistants aux compétences incontestables d´accéder au titre de chef de service pour lui succéder et attendre patiemment qu´elle soit dans l´obligation de prendre sa retraite pour se débarrasser définitivement d´elle. Ils sont en passe de réussir car malgré tous les appuis politiques et médiatiques dont elle a pu bénéficier cet état hyper fasciste qu´est devenu l´administration de la santé publique  va réussir avant deux ans à se débarrasser d´elle , et j´en suis malade.

 

Que serait devenu Jacques Pierre ou le jeune Lenny qui était dans un état tellement catastrophique que le papa en désespoir de cause est venu me voir seul  en Espagne car son petit garçon n’était plus en état de  se déplacer, pour me demander assistance. On voulait, contre l´avis des parents, organiser une euthanasie passive mais grâce à mon amie Nicole et son équipe j´ai enfin pu voir 6 mois après à mon cabinet cet enfant en pleine forme qui de moribond était devenu capricieux à outrance …

 

Pour voir le site de Lenny (CLIQUEZ : ICI )

 

Qu´allons nous devenir sans l´équipe du Dr Delepine ? Après 25 ans de collaboration j´ai pu apprécier d´avoir une équipe compétente , toujours disponible , acceptant sans aucun préjugé de prendre en charge tous les cas désespérés en essayant avec un plateau technique dont je ne dispose pas  d´intégrer les données de la médecine classique de pointe aux aides que pouvaient lui apporter les médecines dites alternatives.

 

Durant ces 25 années j´ai rarement été en accord total avec les thérapeutiques du Dr Delepine mais la cohabitation n´a jamais été difficile car nous avions eu l´intelligence de mettre nos Ego de côté pour privilégier la prise en charge de nos patients.

 

Elle ne peut pas guérir tout le monde et moi non plus. Quand 24 ans après Jacques Pierre a récidivé j’ai de nouveau appelé le Dr Delepine au secours mais cette fois-ci  la maladie a repris ses droits, cependant tout a été essayé, jusqu’au bout, sans acharnement aucun.

 

J´ai donc envie de clamer haut et fort que la manière dont on traite le soldat Delepine est absolument abominable et honteuse!!!

 

A l´image de ses patients  elle continue à se battre avec rage. Je vous conseille de lire jusqu’au bout  la lettre ouverte  de 6 pages qu´elle vient d´adresser à notre ministre de la santé (qui d´ailleurs préfère ne jamais répondre à tous les courriers qui peuvent la déranger).

 

Pour lire la lettre du Dr Delepine CLIQUEZ : ICI

 

Afin que le combat du Dr Delepine ne soit pas vain, n’hésitez pas à diffuser cette lettre voire même exprimer votre mécontentement face à la prise en charge de votre santé en France auprès du ministère de la santé et de nos élus.

 

Source: site du Dr Didier Moulinier

 

Partager cet article

Repost0
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 15:30

Le journal australien « Telegraph » approuve la maltraitance médicale des enfants : les enfants non vaccinés doivent être traités comme des parias

 

D’après Mike Adams, 12 mai 2013

  

No-Jab-No-Play-300.jpg

  

Dans un nouveau coup bas, les grands médias australiens, le Daily Telegraph et le Sunday Telegraph appuient une campagne de maltraitance médicale ayant comme slogan : « PAS DE VACCIN -  PAS DE JEU ». La campagne exige que les enfants non vaccinés soient exclus de tout contact social avec d’autres enfants et condamnés à une vie de parias dans une société où les parents sont sans doute censés élever leurs enfants en cage ou dans de sombres sous-sols ! Le journal a lancé son horrible campagne contraire aux Droits de l’Homme « PAS DE VACCIN – PAS DE JEU » pour exiger que les enfants qui ne sont pas vaccinés avec les produits chimiques prescrits par l’Etat (et qui comprennent le mercure, le formaldéhyde, l’aluminium et autres toxines) ne soient pas autorisés à fréquenter ou à jouer avec les autres enfants.

 

Je n’invente rien. Ce journal semble être géré par une bande d’ennemis des Droits de l’Homme et de partisans de la maltraitance infantile. C’est tout juste s’ils n’admettent pas vouloir transformer les enfants en monstres anti-sociaux et en criminels psychologiques – cette situation pourrait résulter d’une obligation d’élever les enfants  sans interaction sociale saine avec les autres enfants. C’est la première fois dans l’histoire qu’un journal australien en a directement appelé à l’abus médical des enfants et semble même être heureux de le faire !

 

L’image « NO JAB – NO PLAY » est parue sur la page de l’éditorial où l’idée est lancée de condamner socialement tous les enfants dont les parents refusent de se soumettre au terrorisme médical d’Etat.

 

Le Telegraph, qui a d’énormes conflits d’intérêts, reçoit de l’argent des fabricants de vaccins. Bien sûr, il ne révèle pas la chose dans sa campagne de maltraitance médicale des enfants à propos des vaccinations obligatoires. Nous avons donc ici affaire à un conflit d’intérêts évident avec Big Pharma. Il existe des centaines d’exemples d’annonces de fabricants de vaccins qui soutiennent financièrement le Telegraph et son personnel.

 

Les éditeurs du Telegraph auraient-ils eux aussi été victimes d’effets secondaires des vaccins ou s’agirait-il de personnes illettrées sur le plan scientifique ? Pour justifier cette maltraitance médicale des enfants, le Telegraph semble faire appel à une science de pacotille qui sous-tend un analphabétisme complet des éditeurs du journal et qui n’hésitent pas à écrire : «  La plupart des parents en ont vraiment marre de ceux qui mettent les enfants des autres en danger. »

 

Cette déclaration du Telegraph suppose qu’il existe deux groupes d’enfants : 1) les enfants qui sont vaccinés et donc « protégés » des maladies infectieuses, et 2) les enfants qui ne sont pas vaccinés, qui sont dès lors « porteurs » de maladies infectieuses et qui représentent un risque pour les autres.

 

Il est en outre entendu que les enfants du groupe 2 (« porteurs ») sont susceptibles d’infecter les enfants du groupe 1 (« vaccinés »)

 

Réfléchissons une seconde. Les enfants du groupe 2 (« vaccinés ») ne sont-ils pas censés être à l’abri de la maladie puisqu’ils sont précisément vaccinés ?

 

Si les vaccins sont vraiment efficaces, les enfants vaccinés devraient pouvoir se promener parmi des enfants malades qui toussent, éternuent, ont la goutte au nez, sans avoir des craintes d’attraper la maladie, non ? Les vaccins ne les protègeraient-ils pas à 100% ? Pourquoi donc les enfants vaccinés devraient-ils craindre quoi que ce soit des enfants « porteurs » non vaccinés ?

 

C’est ici que le mythe des vaccinations s’écroule complètement – et où les éditeurs du Telegraph semblent si facilement se discréditer par rapport à des problèmes qui exigent un bon raisonnement scientifique. Les vaccins n’offrent pas une protection à 100%. En fait quand on se donne la peine d’examiner sérieusement les chiffres pour des vaccins contre la grippe par exemple, on s’aperçoit qu’ils fournissent au mieux 1% de protection. En d’autres termes, les vaccins contre la grippe n’ont aucun effet sur 99% des enfants qui les reçoivent.

 

Pire encore, les vaccins contre la grippe contiennent toujours des produits chimiques nuisibles sur le plan neurologique et qui peuvent causer des dommages au cerveau des enfants. Les fabricants de vaccins pourraient, s’ils le voulaient, produire des vaccins « propres » sans éthylmercure (un puissant poison pour le cerveau), sans formaldéhyde, aluminium ou autres produits chimiques, mais ils choisissent de ne pas le faire. Ainsi, vacciner un enfant contre la grippe c’est comme jouer à la roulette russe avec le cerveau de l’enfant. Il arrive que les conséquences soient désastreuses et que l’enfant fasse des crises convulsives. Quand l’enfant en sort quelques heures plus tard, il arrive qu’il soit devenu autiste à la suite des lésions cérébrales provoquées par les vaccins….

 

La vérité sur tout cela, c’est que les vaccins affaiblissent le système immunitaire par rapport aux futures infections. Ce sont effectivement les enfants non vaccinés qui sont statistiquement beaucoup plus résistants à l’infection. Si l’on prend un échantillon de 100 enfants n’importe où en Australie, on pourra facilement se rendre compte que ce sont les enfants vaccinés qui présentent les symptômes les plus graves. La plupart des épidémies de rougeole se sont produites chez des enfants vaccinés (contre la rougeole). Au cours des épidémies, la grippe se transmet principalement par les enfants qui reçoivent le vaccin (contre la grippe). C’est bien là « une vérité qui dérange » et que l’establishment ne veut pas que vous sachiez.

 

En vérité, ce sont les enfants vaccinés qui sont « les porteurs » de la maladie et qui constituent une menace pour les enfants non vaccinés !

 

Les vaccinations deviendraient-elles maintenant une arme contre les enfants ?

 

Le véritable résultat de tout cela est que le Telegraph est maintenant le premier journal au monde à recommander que les vaccins soient utilisés comme une arme contraire aux Droits de l’Homme contre les enfants. En disant « NON » aux vaccins en tant que parents ayant une connaissance et une culture scientifique, vous pourriez bientôt  condamner votre enfant à une vie de paria, d’inadapté psychologiquement déséquilibré. Il s’agit ici d’une des pires maltraitances d’enfants et qui paradoxalement est soutenue par certains médias australiens.

 

[…] Quelles sont les limites que s’imposera le Telegraph par rapport à la violence qui est faite aux petits enfants en les poussant  à recevoir des injections de produits chimiques délétères ?...

 

No-jab-no-play-Telegraph-australien.jpg

 

Le Télégraphe

 

Nous demandons :

 

Ø   Que le gouvernement modifie l’Acte de Santé publique de 2010 pour permettre au Centres de Santé infantile  de refuser les enfants non vaccinés

 

Ø   Que le gouvernement fédéral arrête de rembourser la garde des enfants et les allocations familiales aux parents qui se disent « objecteurs de conscience ».

                

                    # Pas de vaccins-Pas de jeu

 

Source: Naturalnews

 

 

Commentaire d'Initiative Citoyenne: la presse australienne est vraiment malhonnête... Lorsqu'on écoute par exemple cette vidéo (faux débat), on peut voir que le cas d'un enfant décédé de la varicelle est monté en épingle.

 

 

  

Combien d'enfants décèdent annuellement du vaccin contre la varicelle ou subiront de graves dommages comme a par exemple subi cet enfant-ci?

 

Nous sommes en réalité sans cesse censés croire que les experts officiels, qui sont en réalité à la fois juges et parties puisque liés aux pharmas, opèrent réellement des choix judicieux, scientifiques, rationnels et désintéressés... eh bien, cela ne se vérifie hélas pas dans les faits, lorsqu'on analyse le contenu accablant de documents fondamentaux mais pourtant gardés confidentiels, à l'abri du regard d'une majorité de parents et de professionnels de santé! Partant, on se retrouve dans un système où les parents et même les professionnels de santé ne sont plus traités avec respect, d'égal à égal, mais rabaissés à une infantilisation indigne, qui ne leur permet plus de jouer adéquatement leur rôle de parents ou de médecins normalement prudents et diligents. Nous nous retrouvons dans une situation où plus personne ne contrôle les soi-disant contrôleurs (experts). Et ceci n'est tout simplement pas acceptable.

 

Nous avons absolument besoin que chacun puisse connaître les tenants et les aboutissants. Bien sûr que rien n'est sans risque, la vie elle-même est un risque mais il fut un temps où la rougeole était considérée comme une maladie infantile statistiquement bénigne. Puis arriva le vaccin et l'inévitable propagande dramatisante qui va de pair. Il en est de même pour la varicelle. Statistiquement, cette maladie est bénigne et octroie une immunité à vie, là où ce n'est absolument pas le cas du vaccin. Mais en Australie, comme la vaccination généralisée a été introduite, tout décès est automatiquement mis sur le compte des non-vaccinés et pas une seule seconde, les parents ne sont en mesure de se rendre compte que c'est la vaccination généralisée elle-même qui entraîne un déplacement de l'âge de survenue de la maladie avec une hausse des cas plus graves dans ces groupes d'âges-là. Par ailleurs, rien n'est dit non plus sur la gravité accrue des varicelles qui surviennent chez des gens et enfants qui avaient cependant déjà été vaccinés (en vain) contre la maladie. Il n'y a donc aucune légitimité éthique, morale ou scientifique à forcer la main aux parents qui préfèrent que leurs enfants aient la chance de contracter naturellement la maladie.

 

On ne parle jamais de ce vol-là, mais qui n'est cependant pas négligeable: le droit pour ceux qui le veulent, de bénéficier d'une immunité naturelle durable à vie. Avec l'égoïsme forcené des idéologues de la vaccination, ce droit leur est volé. Il est plus que temps que ceux qui veulent croire aveuglément au mythe des vaccins se vaccinent tout en fichant enfin la paix aux autres. Si les vaccins sont si efficaces, ils ne doivent pas craindre la mort à tous les coins de rues. Mais non, il fallait que l'on nous ressorte pour excuser tous les nombreux échecs vaccinaux, que cela ne fonctionne que si 95% ou plus sont vaccinés, un pourcentage à la soviétique qui ne cadre tout simplement pas avec les libertés individuelles. Dans ce cas, que les fabricants de vaccins planchent sur des vaccins qui seront enfin réellement efficaces et permettront aux vaccinés d'être réellement protégés quel que soit le nombre de non vaccinés autour d'eux, cela offrira une bouffée d'oxygène et de liberté à la société entière ! La liberté des pharmas – et des experts officiels qui sont à leur service- de faire un tel prosélytisme en faveur d’une vaccination généralisée ne doit pas s’exercer au détriment des non vaccinés de vivre sans harcèlement commercial quel qu’il soit. Une fois encore, ce harcèlement propre aux vaccins ne serait toléré dans aucun domaine de notre vie. Il est urgent de s’en rendre compte !

 

 

Partager cet article

Repost0
13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 21:07

Google dépose un brevet inquiétant pour les libertés individuelles

 

google-menottes.jpg

 

Google a déposé un brevet pour contrôler automatiquement ce qu'écrit un utilisateur. Une tierce personne sera immédiatement informée si le contenu du message viole une règle privée ou publique. 

 

Nous savons que Google regarde dans les documents que nous lui confions afin de mieux cibler les publicités qu'il nous propose. Un brevet déposé le 2 mai montre que la firme de Mountain View pourrait, bientôt, « lire » les mails que vous écrivez et vous dire si c'est légal. Dans le cas contraire, un signalement sera automatiquement transmis à une tierce personne.

 

Vous êtes en train d'écrire un mail quand soudain, une fenêtre pop-up surgit et vous informe que ce que vous êtes en train d'écrire pourrait être en infraction avec le règlement intérieur de votre entreprise, ou les termes de confidentialité de votre contrat de travail.

 

Dans le même temps, le service juridique de votre employeur reçoit une notification: « Monsieur X. est peut-être en train d'enfreindre telle ou telle loi. » C'est ce que la technologie nouvellement brevetée par Google serait, théoriquement, en mesure de faire.


Big Brother contrôle ce que vous écrivez 

 

Le formulaire du brevet déniché par Slashdot.org et relayé par le HuffingtonPost.com précise que le « Policy Violation Checker » (vérificateur de violation de règles) est capable de reconnaître une série de « phrases problématiques » inscrites dans une base de données, qui présentent « des implications légales pour une personne ou une compagnie ». C'est un peu comme si l'on avait un avocat dans notre boîte mail, nous avertissant lorsque ce que nous écrivons risque de se retourner contre nous, ou notre entreprise.

 

Certaines entreprises, qui utilisent Gmail comme système de mail professionnel, pourraient s'en servir pour contrôler la correspondance de leurs employés avec des critères qui leur sont propres. En effet, chaque entreprise serait libre de choisir et paramétrer les éléments déclencheurs. On peut imaginer, par exemple, que tout message semblant dénigrer son entreprise soit automatiquement relevé par la direction, qu'il soit à destination de ses partenaires, de ses collègues, ou de son délégué syndical.

 

Mais Big Brother ne se contente plus de lire, il contrôle ce que vous écrivez. Car le système est en mesure de proposer des reformulations plus acceptables envers le règlement intérieur.


Sanctionné avant même d'avoir commis un impair 

Cet outil menace-t-il les libertés individuelles? Pas le moins du monde, selon la doctrine d'Eric Schmidt, à l'époque PDG de Google.

 

Il avait déclaré, dans une interview donnée à la chaîne CNBC en 2010, au sujet des traces personnelles laissées sur le Web: « S'il y a quelque chose que vous voulez tenir secret, peut-être n'auriez-vous pas dû le faire en premier lieu. »Utilisant, au passage, le fameux argument du « ceux qui n'ont rien à cacher n'ont pas à le craindre » qui abolit à lui tout seul tout concept de vie privée, en partant du principe que ceux qui maîtrisent ces technologies seront toujours animés des meilleures intentions.

 

Dans ce monde merveilleux, des gens pourront être sanctionnés avant même d'avoir commis les faits qui leur seront reprochés, puisque le système sera activé à la frappe et une tierce personne prévenue avant l'envoi du mail ou la transmission du document. Mais tout va bien, nous explique Google dans le brevet : « C'est dans l'intérêt des entreprises de prévenir les violations de leurs règles ou lois avant qu'elles aient lieu. »


Vers une surveillance généralisée des internautes ? 

 

Mais que se passera-t-il si ces bases de données, compatibles avec tout type de terminal, comme un smartphone géolocalisé, sont utilisées par des patrons un peu trop autoritaires? Par des régimes moins démocratiques que le nôtre? Google va-t-il être tenu de livrer les malfaiteurs à la police? De rendre automatiquement public les écarts sentimentaux des personnages publics? De mettre en place, en fait, une surveillance généralisée de ses utilisateurs?

 

Déposer un brevet ne veut pas dire l'exploiter, et il reste à voir comment il sera appliqué. Mais si d'aventure la firme de Mountain View devait mettre en marche un tel système, un grand débat pourrait naître tant ses possibilités théoriques sont inquiétantes. Cela pourrait être le faux-pas qui ferait définitivement de Google « le mal incarné » aux yeux du public, comme Microsoft en son temps.

 

Sources: O1net & Wikistrike

 

Partager cet article

Repost0

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA