Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 février 2018 5 09 /02 /février /2018 10:35

L’ancien médecin de Bill Gates dit que le milliardaire « a refusé de vacciner ses enfants »

Dmitri Baxter, 7 février 2018

Bill Gates, son épouse et leurs trois beaux enfants qu'ils ne voulaient surtout pas voir souillés par les vaccins-poisons

Bill Gates, son épouse et leurs trois beaux enfants qu'ils ne voulaient surtout pas voir souillés par les vaccins-poisons

Le médecin qui a officié comme médecin privé de Bill Gates à Seattle dans les années 90’ dit que le fondateur de Microsoft et défenseur des vaccins « a refusé de vacciner ses propres enfants » quand ils étaient petits.

« Je ne sais pas si ceux-ci ont été vaccinés à l’âge adulte, mais je peux vous dire qu’il a refusé de les vacciner quand ils étaient enfants », a dit le médecin lors d’un symposium médical à huit clos à Seattle, ajoutant que « c’était des enfants magnifiques, très intelligents et vifs, et il a dit que c’était bien comme ça, et qu’ils n’avaient pas besoin du moindre vaccin ».

Les commentaires ont provoqué une agitation chez les médecins lors du symposium avec des allégations qu'il rompait la confidentialité médecin-patient, selon les rapports. Cependant, comme il parlait à d'autres médecins, il ne violait pas le code de conduite de l'industrie. Gates a trois enfants avec sa femme Melinda - Jennifer, Rory et Phoebe - nés entre 1996 et 2002, et selon son ancien médecin, ils sont tous non vaccinés et en bonne santé.

La nouvelle que Bill Gates ne vaccine pas ses propres enfants, bien qu'il soit le militant le plus actif au monde pour les vaccinations obligatoires, ne devrait pas surprendre. Des études prouvent que l'élite ne vaccine pas ses enfants. Mais en même temps, ils s'attendent à ce que les masses vaccinent les leurs.

L'élite ne vaccine pas

En Californie, les enfants les plus susceptibles d'être non vaccinés sont blancs et proviennent des familles les plus riches de Los Angeles, selon une étude récente. Le pourcentage de jardins d'enfants bénéficiant d'exemptions de croyances personnelles émises par l'État a doublé entre 2007 et 2013, passant de 1,54% à 3,06%. C'est environ 17 000 des enfants les plus riches, sur plus d'un demi-million, qui se retirent de la vaccination. Selon CNN, les pourcentages d'exonération de vaccins étaient les plus élevés dans la plupart des quartiers blancs à revenu élevé tels que le comté d'Orange, Santa Barbara et certaines parties de la Bay Area.

L'étude, qui a été publiée dans le American Journal of Public Heath, a examiné plus de 6 200 écoles californiennes et constaté que les exemptions de vaccins étaient deux fois plus fréquentes chez les enfants d'âge préscolaire fréquentant des établissements privés. «Les parents très riches et privilégiés aiment l'idée de l'immunité collective, mais ils ne veulent pas prendre les risques associés à la vaccination lorsqu'il s'agit de leurs propres enfants. Ils s'inquiètent des réactions défavorables comprenant l'autisme. »

Source : Yournewswire.com

Propos tenus par Bill Gates lors d'une conférence en février 2010 (TED):

Certains commentateurs ont tenté de couvrir Bill Gates en disant que les vaccins aidant les enfants à survivre, les familles pauvres auraient alors moins besoin de faire autant d'enfants. Cette nouvelle info sur le statut vaccinal de ses propres enfants ne plaide absolument pas en faveur de cette interprétation complaisante...

Partager cet article

Repost0
8 février 2018 4 08 /02 /février /2018 23:53

Bordeaux : la justice met en cause le vaccin contre l’hépatite B

Dominique Richard, 7 février 2018

L’ancien peintre chaudronnier de 53 ans domicilié à Gourdon, dans le Lot, avait contracté cette maladie du système nerveux, particulièrement invalidante, en 1996. [MYCHELE DANIAU / AFP]

L’ancien peintre chaudronnier de 53 ans domicilié à Gourdon, dans le Lot, avait contracté cette maladie du système nerveux, particulièrement invalidante, en 1996. [MYCHELE DANIAU / AFP]

Un arrêt de la cour d’appel de Bordeaux qui reconnaît la responsabilité du laboratoire Sanofi dans l’apparition d’une sclérose en plaques relance le débat.

A une époque où la suspicion relative aux vaccinations ne cesse de grandir, l’arrêt rendu le 23 janvier dernier par la 1re chambre civile de la cour d’appel de Bordeaux est sans doute appelé à avoir un retentissement national. La juridiction présidée par Élisabeth Larsabal a jugé que la société Sanofi Pasteur, l’un des leaders mondiaux des vaccins, était responsable de la sclérose en plaques dont souffre un ancien peintre chaudronnier de 53 ans domicilié à Gourdon…

Source: Sud Ouest

Lire la suite, ci-dessous:

Sud Ouest du 7 février 2018

Sud Ouest du 7 février 2018

Cet article appelle quelques commentaires:

 

1) Il est faux de croire que le lien entre vaccin anti-hépatite B et sclérose en plaques n'a pas encore été scientifiquement établi. Il y a déjà eu au moins 5 études plaidant en faveur d'un lien de causalité entre cette vaccination anti-hépatite B et cette maladie, cela n'est donc pas rien, et ne peut donc se réduire à une "malheureuse coïncidence". Ce qu'il y a, c'est que dans tout sujet sanitaire comportant un enjeu financier et industriel important, tout apparaîtra toujours comme contesté dans la littérature médico-scientifique car les firmes ont un pouvoir conséquent pour financer des contre-études par le biais de divers leaders d'opinion dont l'intervention servira donc avant tout à sauver des marchés et à éviter des avalanches de procès. Le déni des officiels doit donc être fermement balayé, d'autant aussi qu'ils ne sont pas en mesure d'expliquer la hausse de 65% des cas de scléroses en plaques de part et d'autre de la campagne vaccinale des années 90', d'une ampleur sans précédent, en matière de vaccination anti-hépatite B en France... les chiffres sont clairs, seule la mauvaise foi ou l'ignorance la plus profonde peut amener à conclure que "ce sont de meilleurs diagnostics" qui seraient en mesure d'expliquer pareil différentiel!, et ce d'autant plus, ne l'oublions tout de même pas non plus, que la mention de la sclérose en plaques se trouve en toutes lettres dans les notices de ces vaccins anti-hépatite B

> La condamnation du fabricant est donc plus que justifiée et ce d'autant plus que les médecins ne respectent, en pratique, jamais le consentement libre et éclairé et donc ne stipulent pas ces risques graves aux patients. Si cela ne plaît pas au labo, qu'ils poursuivent ou se déchargent alors sur les prescripteurs.... mais stop à l'hypocrisie et au baratin que ce vaccin n'est pas lié à la SEP, c'est évidemment grotesque et cela ne prendra plus très longtemps auprès des patients, du moins faut-il l'espérer pour leur propre sécurité.

 

Chiffres par année des cas de sclérose en plaques (SEP) et d'atteintes démyélinisantes du système nerveux central (ADSNC)- Les années 1994-1998 correspondent à la grande campagne de vaccination contre l'hépatite B lancée en France. [Données Afssaps/ANSM de 2012].

NB: Seuls 1 à 10% des effets GRAVES de vaccins sont comptabilisés selon ce qu'on trouve dans les revues médicales officielles (JAMA, Revue du Praticien etc...)

 

On vous dit: "le lien vaccin & sclérose en plaques, c'est juste franco-français"! Demandez-vous alors comment se fait-il qu'une étude américaine confirme que tout vaccin peut favoriser la sclérose en plaques dans ses suites (et une fois encore, c'est dans les notices, donc quand des pseudos-experts osent dire en télé que ce n'est que hasard, coïncidence, comme par exemple le Pr Alain Fischer, qu'attendent les journalistes pour demander alors pourquoi cela figure dans les notices, et qu'attendent-ils alors pour réviser les notices? De qui se moque-t-on à la fin? > Une étude américaine (Langer-Gould), publiée en 2014, spécifie quant à elle que "tout type de vaccination est associé à un risque accru de déclenchement d'une maladie démyélinisante du système nerveux central dans les 30 premiers jours qui suivent une vaccination en ce qui concerne les sujets de moins de 50 ans(OR, 2.32; 95% CI, 1.18-4.57).

 

2) Le vaccin anti-hépatite B est aussi un échec en termes de prévention des complications graves de l'hépatite: même en ayant beaucoup vacciné, cela n'a nullement permis de réduire les taux de complications graves en France liées à l'hépatite B. Pire, plusieurs études montrent au contraire que le vaccin anti-hépatite B détruit les cellules du foie (apoptose) et favorise les maladies hépatiques, notamment chez les enfants. Se vacciner est par conséquent un non sens, que l'on soit professionnel de santé ou non d'ailleurs, et que ceci soit obligatoire ou non...

 

3) Il est essentiel que les victimes portent plainte: trop souvent, elles sont découragées par la longueur des procédures, par les frais d'avocats etc. mais cette mascarade vaccinale qui fait chaque jour de plus en plus de victimes ne peut se poursuivre que parce qu'un trop faible nombre de victimes décident de réagir et de faire valoir leurs droits, restant ainsi sur le bord du chemin à souffrir en silence alors que leur parole est en mesure de sauver activement des vies et donc de faire en sorte que leurs souffrances ne soient pas vaines. Ce nouvel épisode judiciaire doit donner espoir aux victimes et offre une nouvelle jurisprudence en faveur des droits fondamentaux des patients. Il est inadmissible que les victimes soient laissées sur le bord du chemin et systématiquement taxées de "coïncidences" par les pseudos-experts en charge de la politique vaccinale ou implicitement jugées telles par la Ministre Buzyn qui ose prétendre que "les vaccins sont sûrs" et qu'il n'y a pas d'effets secondaires....

 

4) Cette décision judiciaire conforte également enfin la pertinence de la PLAINTE PENALE qui a déjà été déposée et qui est toujours en cours contre l'obligation vaccinale des enfants étendue à 11 vaccins et incluant notamment le vaccin anti-hépatite B. Cliquez ici pour signer et rejoindre cette plainte pénale. 

La vaccination anti-hépatite B est indéfendable; il s'agit de vaccins fabriqués par génie génétique dont les risques graves et variés sont largement sous-estimés (seuls 1 à 10% des effets GRAVES sont comptabilisés)

Sclérose en plaques et vaccin hépatite B: la Cour d'Appel de Bordeaux donne raison à un patient et condamne Sanofi

Partager cet article

Repost0
5 février 2018 1 05 /02 /février /2018 00:51

La Maire de Rome conteste la loi d'obligation vaccinale

Par Catherine Edwards, 2 février 2018

La Maire de Rome, Virginia Raggi, au cours d’une conférence de presse l’an dernier

La Maire de Rome, Virginia Raggi, au cours d’une conférence de presse l’an dernier

Dans une lettre au Ministre de la Santé d’Italie, Virginia Raggi, Maire de Rome, a précisé que les enfants qui n’ont pas reçu les vaccins obligatoires pourront toujours fréquenter les écoles de Rome.

Le Conseil municipal de Rome a approuvé à l’unanimité une motion qui a statué que, même les enfants non vaccinés, avaient le droit à l’instruction publique. Cela contredit directement un décret gouvernemental adopté en mai 2017 qui avait rendu plusieurs vaccinations obligatoires pour les enfants dès le début de leur fréquentation  de l’école publique. Ce décret stipulait en outre que les enfants non vaccinés de moins de 6 ans ne devaient pas être autorisés à fréquenter une école publique.

Les vaccins contre la méningite et la rougeole, dont les cas ont presque sextuplé l’année dernière, figurent parmi ceux qui ont été rendus obligatoires pour la première fois.

Mais dans une lettre envoyée par Raggi aux Ministres de la Santé et de l’Education d’Italie, la maire de Rome a déclaré que la non vaccination ne devait pas signifier que les enfants perdent leur droit à l’éducation publique.

Elle a également souligné que, si la loi exige que les enfants non vaccinés soient retirés de l’école maternelle (enfants de 0 à 6 ans), ce n’est pas le cas pour les enfants de l’école primaire, dont les parents doivent payer une amende.

Selon Raggi, cette punition implique que « l’infection n’est pas la principale préoccupation. »

Le parti de Raggi, le Mouvement des cinq étoiles (M5S) est majoritaire au conseil municipal, et le parti, ainsi que la Ligue d’extrême droite du Nord, ont inclus un plan visant à supprimer complètement la loi sur les vaccins obligatoires au cours de leur campagne électorale.

La Ministre de la Santé, Beatrice Lorenzin, a répondu vendredi matin dans une vidéo postée sur Facebook dans laquelle elle a déclaré : « Vous ne pouvez pas plaisanter avec la vie de nos enfants. Le décret a été créé pour protéger les enfants trop petits pour être vaccinés et ceux qui souffrent de maladies qui contrindiquent la vaccination.»

Lorenzin a ajouté que le Conseil d’Etat italien et la Cour constitutionnelle avaient annulé une motion antérieure de la région de Vénétie qui contestait la loi sur les vaccinations. La Ministre a ajouté : « Je ne veux pas que les autorités municipales dirigées par des anti-vaccins présentent des positions très dangereuses pour la santé publique ».

S’adressant à la « Repubblica », la Ministre a ajouté qu’il incombait d’abord «à la loi et à la communauté scientifique » de décider de la nécessité des vaccins plutôt qu’aux maires ou autres autorités locales.

Un mouvement anti-vaccins croissant en Italie est considéré comme l’une des causes de la récente augmentation drastique des cas de rougeole. Ce mouvement est devenu très politisé à l’approche des élections générales du 4 mars.

L’Italie est l’un des pays où les affirmations discréditées d’un lien entre la vaccination combinée de la rougeole, des oreillons et de la rubéole (ROR) et l’autisme ont eu un impact significatif sur la perception du public quant à la sécurité du vaccin. Le M5S a également été fortement critiqué pour avoir soulevé des doutes au sujet de l’efficacité des vaccinations. Une proposition de loi présentée par la parti en 2014 en a appelé à une meilleure information, ainsi qu’à une possibilité de refus des vaccins tout en citant des études démystifiées.

Source: The local.it

« Le maire, c’est le dernier rempart lorsque l‘État tente d’imposer des modèles de société en portant atteinte aux valeurs les plus fondamentales : la santé, la liberté de choix, l’économie, l’écologie, le respect de la vie privée, la sécurisation des données portant sur la vie privée» José Mercier, maire de Bovel, dans l’émission C’est politique sur France 5, le 28 janvier 2018.

Partager cet article

Repost0
10 janvier 2018 3 10 /01 /janvier /2018 20:17

Dans nos belles "démocraties" où on nous serine toujours que les choses sont pour notre Bien, pour le progrès, pour notre santé, pour faire des économies, pour protéger la planète etc., nous apprenons à l'instant, et ce n'est évidemment pas un hasard si la RTBF annonce cela la veille du jour où ce sinistre projet sera entériné par le gouvernement wallon: les compteurs électriques intelligents débarquent en Wallonie et cela n'est guère réjouissant. Il faut le dire d'emblée, ces compteurs présentent des risques sanitaires importants, ils sont dangereux. Il y a un risque de cancers notamment lié aux radiofréquences. Ces compteurs suscitent aussi la polémique à l'étranger.

 

Il est capital qu'un maximum de gens soient informés à temps et REFUSENT l'installation  de ces compteurs toxiques et parfaitement inutiles qui risquent bien de pourrir leur santé (et bien sûr, quantité de gens qui tomberont malades, avec cancers, fatigues chroniques, insomnies etc. ne feront pas le lien, on leur dira que c'est dans leur tête et qu'ils fantasment, on connaît déjà cette triste astuce en matière de risques vaccinaux graves également!). Il est important aussi surtout de bien prendre le temps de s'informer et de garder à l'esprit qu'en France, la firme Enedis a déjà été condamnée après avoir installé de façon forcée ce genre de compteurs chez des gens qui n'en voulaient pas. Par conséquent, c'est là un signal fort pour que les con-sommateurs reprennent enfin leur pouvoir et ne s'avouent pas vaincus d'avance. Avec cette nouvelle manoeuvre anti-santé soi-disant "bonne pour l'environnement", vous risquez hélas surtout de bien mettre à mal ... tout votre environnement intérieur et celui de vos familles, alors soyez lucides et inflexibles!

 

Vous trouverez en bas de cet article des vidéos documentaires sur les risques graves de ces compteurs ainsi que deux autres liens d'information, utiles à photocopier, à distribuer autour de vous, parlez-en largement, à vos amis, à vos médecins, à vos thérapeutes, le plus largement possible, déposez les articles dans les boites aux lettres de gens n'ayant pas accès à internet, aux personnes âgées et isolées qui sont fragiles et qui se trouvent dans votre quartier, elles risquent hélas de faire partie des premières victimes de ces compteurs. 

 

NB: On remarquera dans l'article RTBF ci-dessous des passages particulièrement savoureux. Est-ce que c'est sans danger? > Les tests SEMBLENT dire que oui... si c'est comme pour les tests qui SEMBLENT dire que les vaccins sont sans danger, on n'a pas de quoi être rassurés, puisque c'est si vrai que la Cour suprême américaine a dû accorder une impunité juridique aux fabricants pour leur éviter de faire faillite sous le poids des poursuites! Deuxièmement, quand on se demande pourquoi il faut passer à cette nouveauté forcée? La réponse grotesque qui vient d'abord, c'est "parce que l'Europe le demande"! Pffff... comme elle avait aussi demandé et encouragé (avec la sinistre bénédiction de l'OMS) la vaccination H1N1 qui a été un désastre d'inutilité et de dangerosité (narcolepsies, mais pas que...). Enfin, le motif de dire "on ne fabrique plus", autrement dit > vous n'aurez de toute façon plus le choix est exactement la même stratégie infâme que celle qui est adoptée en matière de vaccination remarquez, on organise commercialement des fausses pénuries, on force les vaccins les plus groupés/combinés pour que les parents soient dans les faits obligés de recourir aux vaccins hexavalents, on ne fabrique plus de vaccins contre le tétanos en Belgique mais uniquement tétanos-diphtérie- coqueluche dans la même seringue et on se contente de dire aux patients, "il n'y a plus que ça!"

La Wallonie passe au compteur électrique intelligent

 

 

Carl Defoy, 10 janvier 2018

 

L’Europe veut moderniser les réseaux électriques et la voie choisie pour y parvenir passe entre autres choses par l’installation de compteurs intelligents chez les consommateurs. Ces appareils vont être placés très bientôt en Wallonie. Le projet est entériné par le gouvernement ce jeudi.


Communiquant


Les nouveaux compteurs sont réputés intelligents par ce qu’ils communiquent. Autrement dit, un gestionnaire de réseau pourra, sans même frapper à votre porte, faire lui-même le relevé de votre consommation, intervenir à distance pour adapter la puissance ou détecter une panne, une variation de tension...


Pourquoi changer?

D’abord parce qu’on ne fabrique plus les anciens boitiers noirs. Ensuite, parce que l’Europe le demande. Enfin et surtout parce que ces compteurs qui remontent en permanence des informations aux GRD permettront une gestion plus précise des réseaux. C'est utile parce qu'il faut gérer au mieux les énergies produites ponctuellement comme le photovoltaïque ou l’éolien. On comprend donc que ces compteurs sont d'abord précieux pour les gestionnaires de réseau.


Est-ce sans danger?


Les tests menés actuellement en Belgique semblent dire que oui. Mais tout le monde n’est pas de cet avis. Au Canada, on a suspendu l'implémentation des compteurs à cause d’incendies. En France, plusieurs municipalités les ont refusés. En Allemagne, ils ne sont plus imposés que dans les nouvelles installations ou pour les gros consommateurs. En revanche, la Suède et l’Italie sont équipées depuis plusieurs années apparemment à la satisfaction des consommateurs.


C’est pour quand?

Pour bientôt ! On commencera par remplacer les compteurs à budget, puis ceux qui sont en fin de vie et enfin les autres. Le changement débute au cours du premier semestre 2018 mais toute la région ne sera pas équipée avant des années.

Combien cela coûte?

Difficile à dire. Cela variera sans doute d’une région à l’autre, d’un type de compteur à l’autre. Mais on promet aux usagers que ce surcoût sera amorti par les gains sur la consommation.

Et à Bruxelles?

Rien n’est encore prévu pour Bruxelles. En Flandre, en revanche, la décision est prise: l’installation des compteurs intelligents est programmée dès l’an prochain.

Source : RTBF

 

Voir aussi ces importantes sources

Documentaire traduit en français "Reprenez votre pouvoir!" sur les risques et l'opposition à ces dangereux compteurs: 

Partager cet article

Repost0
5 janvier 2018 5 05 /01 /janvier /2018 23:10

Hier, le pharmacien français Serge Rader nous prévenait au sujet du décès subit du célèbre juge italien Fernando Imposimato qui avait clairement pris position contre l'infâme obligation vaccinale (en Italie, mais aussi en France et en général):

 

"J'ai appris hier la mort de Ferdinando IMPOSIMATO, décédé étrangement ce 2 janvier 2018 à 81 ans alors qu'il était en pleine forme ces derniers mois. Il devait être parmi nous à Paris ce mois de Septembre mais n'a pu venir en raison de l'hospitalisation de son épouse.


Il était le Président honoraire de la Cour suprême de Cassation italienne et s'était,entre autres, occupé de l'affaire Aldo Moro et de la tentative d'assassinat de l'ancien pape.


Il était une personnalité très appréciée en Italie et avait été pressenti comme Président de la la République mais après plusieurs tours, le système lui a préféré l'actuel MATARELLA. Plusieurs fois Sénateur et député, il a participé aux grandes manifestations italiennes contre l'obligation vaccinale en la déclarant anticonstitutionnelle (Art 32) et criminelle et qu'elle n'était qu'un pot-de-vin légalisé fait à l'industrie pharmaceutique.


Il préparait une attaque pénale contre l'actuelle Ministre de la Santé Beatrice Lorenzin et acolytes."

Décès subit du célèbre juge italien anti-mafia Imposimato alors qu'il prévoyait une action contre l'obligation vaccinale et la Ministre de la Santé

Fernando Imposimato avait dans le passé aussi dénoncé l'implication du groupe Bilderberg dans des attentats survenus en Italie:

Il avait, en outre, aussi dénoncé le rôle véreux de l'OTAN.

 

Partager cet article

Repost0
1 janvier 2018 1 01 /01 /janvier /2018 22:57

TURQUIE : Plus de 10.000 familles rejettent les vaccinations pour leurs enfants 

 

Meltem Ozgenç

 

Daily News, Ankara, 26 décembre 2017

TURQUIE : Plus de 10.000 familles rejettent les vaccinations pour leurs enfants

Selon le Prof. Dr Mehmet Ceyhan chef de l’hôpital universitaire pédiatrique de Haceteppe, Unité « maladies », le nombre de familles qui refusent de faire vacciner leurs enfants en raison de la rumeur non fondée que l’aluminium des vaccins pourrait conduire à la maladie d’Alzheimer est passé à plus de 10.000 par an.

« Les analyses menées dans notre pays ont montré que les vaccinations ont permis d’éviter 14.296 décès par an. Si nous abandonnons les vaccinations, il est clair qu’il y aura des milliers de morts », a déclaré M. Ceyhan, ajoutant que le taux d’aluminium utilisé comme catalyseur dans certains vaccins est « trop faible pour affecter la santé humaine. »

Ces derniers jours, il y a eu des professeurs d’université qui ont publié dans des organes de presse des déclarations contre divers vaccins. Nous n’en connaissons pas la raison, mais ils ont néanmoins laissé l’impression qu’ils essayaient de se faire entendre. Malheureusement, pareilles déclarations causent de graves dommages aux soins de santé de notre pays », a-t-il dit.

Ceyhan a déclaré que les vaccins se sont révélés efficaces contre les maladies. Ils ont permis une diminution de 98% des maladies. Certaines maladies ayant même complètement disparu grâce aux vaccins, mais il y a eu une « augmentation sérieuse du refus de vaccinations » à la suite de rumeurs infondées.

« Par exemple, le nombre de familles qui ont refusé la vaccination pour leurs enfants en 2011 était de 183, 913 en 2013, 5091 en 2015 et plus de 10.000 en 2016. En conséquence, nous constatons malheureusement une augmentation de certaines maladies » a dit Ceyhan, en se référant à l’augmentation des cas de coqueluche au cours des trois dernières années.

« En dehors de cela, certaines personnes fournissent au public de fausses informations comme celles qui colportent que les vaccins contiennent du mercure. Dans notre pays, les vaccins ne contiennent pas de mercure, étant donné qu’ils sont actuellement administrés en doses uniques », a-t-il ajouté.

L’unité des maladies infectieuses pédiatriques de l’hôpital universitaire de Haceteppe a vu des enfants non vaccinés mourir de méningite à pneumocoques et des handicapés, a ajouté M. Ceyhan, précisant «qu’un nombre important d’enfants » sont morts du fait qu’ils n’ont pas reçu le vaccin contre la grippe. »

« Il ne faut pas oublier que les vaccins sont la méthode la plus efficace et la moins coûteuse pour protéger des millions de personnes de la mort et de l’invalidité. Cette pratique qui a été initiée dans les années 1700 s’est répandue dans le monde entier ».

Par ailleurs, le ministre de la Santé a déclaré dans un communiqué au quotidien Hürriyet que l’aluminium utilisé dans les vaccins « n’a pas entraîné d’effets secondaires graves ou de maladie à long terme. »

«  L’aluminium a été utilisé dans divers vaccins à raison de plus de trois milliards de doses. Aucun autre effet secondaire n’a été signalé, si ce n’est qu’une exposition à long terme à l’aluminium en grande quantité pourrait entraîner une faiblesse des os. D’autre part, les niveaux d’aluminium dans les vaccins sont très bas. Dans notre pays, aucun des vaccins contre la grippe ne comprend d’aluminium », a déclaré le ministère.

Source : Hurriyetdailynews

Voir aussi (de quoi comparer les mensonges repris par les officiels dans cet article à la réalité des faits, autrement moins glorieux pour les vaccins…) :

Des enfants récemment vaccinés répandent la coqueluche partout

Coqueluche : la bactérie a muté à cause du vaccin… encore un fiasco vaccinal de plus !

Coqueluche : grosse baisse d’efficacité après la 5e dose

Coqueluche : l’échec cuisant de la vaccination « cocoon »

La moitié des cas de coqueluche surviennent chez des sujets vaccinés

Les vaccins antigrippaux triplent les risques d’hospitalisation chez les enfants

Pneumocoques : échec retentissant de la vaccination

Pneumocoques : le vaccin Prevenar est-il sûr et sans danger ?

Prevenar de 7 à 13 : le marketing vaccinal dans tous ses états

Méningite C : le vaccin plus risqué que la maladie (les chiffres sont là !)

Nouvelle étude sur la toxicité de l’aluminium vaccinal en pédiatrie

Une nouvelle étude du MIT incrimine l’aluminium vaccinal, y compris dans l’autisme

Partager cet article

Repost0
31 décembre 2017 7 31 /12 /décembre /2017 22:16

Vaccins, quand la justice contredit les autorités sanitaires

Pierre Bienvault , le 27/12/2017

 

La cour administrative d’appel de Nantes vient d’ordonner l’indemnisation d’une secrétaire dentaire estimant être tombée malade à cause de l’aluminium contenu dans un vaccin. Cette décision, qui n’est pas isolée, intervient alors que les autorités sanitaires et la majorité des scientifiques réaffirment l’innocuité de l’aluminium.

Gino Santa Maria - stock.adobe.com

Gino Santa Maria - stock.adobe.com

Pourquoi, dans certains dossiers vaccinaux, la justice prend-elle parfois des décisions semblant aller contre les données scientifiques majoritaires ? La question se pose après un arrêt rendu vendredi 22 décembre par la cour administrative d’appel de Nantes.

Celui-ci donne raison à une secrétaire d’un cabinet dentaire estimant être victime d’effets secondaires liés à l’aluminium dans un vaccin contre l’hépatite B. Les juges ont condamné l’Office national d’indemnisation des accidents médicaux (Oniam) à lui verser 190 000 €. Cette décision intervient alors que doit entrer en vigueur, le 1er janvier, l’extension de l’obligation vaccinale décidée par le gouvernement.

À la demande de son employeur, cette secrétaire avait été vaccinée contre l’hépatite B en 1994. Dans les semaines suivantes, elle a développé des douleurs musculaires et une fatigue généralisée. Elle a alors saisi l’Oniam, estimant être atteinte d’une myofasciite à macrophages. Une maladie que certains scientifiques, minoritaires, relient à la présence d’aluminium dans les vaccins. Ce que contestent fermement le ministère de la santé ou l’Inserm.

« Ce n’est pas une première »

Avocat de la secrétaire médicale, Me François Jégu se refuse à commenter cette décision de Nantes à la demande de sa cliente, qui souhaite rester discrète. « Mais ce n’est pas une première. À plusieurs reprises, notamment à Versailles et Caen, j’ai obtenu gain de cause pour des personnes ayant développé une myofasciite à macrophages après un vaccin. Et le Conseil d’État nous a soutenus, estimant que le lien de causalité, sans être certain, était plausible », souligne MeJégu, qui défend des membres de l’association E3M, opposée à l’aluminium dans les vaccins.

En juin, le tribunal administratif de Caen a ainsi condamné l’Oniam à verser 367 418 € ainsi qu’une rente annuelle de 9 900 € à une infirmière ayant présenté des problèmes de santé neuf ans après avoir été vaccinée contre l’hépatite B.

En dépit de ce délai très long, le tribunal a estimé que l’existence d’un lien de causalité entre ce vaccin contenant de l’aluminium et la fatigue, les douleurs articulaires et les troubles cognitifs de cette infirmière « n’est pas exclue et revêt une probabilité suffisante pour que ce lien puisse, sous certaines conditions, être regardé comme établi ». Ce qui va donc à l’encontre du constat de la très grande majorité de la communauté scientifique.

Le même phénomène s’est déjà produit ces dernières années dans des dossiers judiciaires de soignants victimes d’une sclérose en plaque liée, selon eux, à un vaccin contre l’hépatite B. Alors même que, là encore, aucun lien de causalité n’est prouvé, pour les autorités sanitaires internationales.

Des « indices graves, précis et concordants »

En juin dernier, la Cour de justice de l’Union européenne a marqué les esprits dans un dossier de ce type. Elle a estimé que, même en l’absence de consensus scientifique, des juges nationaux pouvaient donner raison à une personne s’estimant victime de ce vaccin, à condition qu’elle présente des « indices graves, précis et concordants » pouvant permettre de conclure à un lien de causalité entre la vaccination et une maladie.

Suivant cette logique, ces dernières années, des juges français ont, malgré l’absence de certitude scientifique, accordé des indemnisations à des requérants ayant juste apporté la preuve que leur sclérose en plaque s’était développée peu de temps après une vaccination et en l’absence d’antécédents familiaux de la maladie.

Pierre Bienvault

Source: La Croix

Voir aussi

Vaccin hépatite B: la Cour Européenne reconnaît le lien avec la sclérose en plaques

Partager cet article

Repost0
17 décembre 2017 7 17 /12 /décembre /2017 08:27

Comme vous le savez, cela fait maintenant des années qu'Initiative Citoyenne se bat pour la défense du pluralisme thérapeutique, c'est-à-dire du droit élémentaire de tout patient (et aussi de tout praticien...) de (se) soigner dans le respect du consentement éclairé, donc du choix, et aussi de toutes les alternatives possibles disponibles, que celles-ci résident au sein de la médecine jugée "académique" ou non. Et ceci en vertu de lois sur les droits du patient dûment votées (2002).

 

Le témoignage que vous allez voir démontre une fois encore les dangers très importants, mortels même, d'une médecine autoritaire qui prétend éliminer tout doute alors que l'incertitude, la prudence et l'ouverture devraient pourtant être des vertus cardinales d'une médecine humaine, efficace et responsable. Nous laissons à présent la parole au chirurgien-dentiste français Vincent Alberteau qui raconte ce qui est arrivé à son fils, mais aussi à toute leur famille... Merci dès lors à lui d'offrir ainsi une chance supplémentaire au public de comprendre les enjeux de ce qui se passe actuellement en médecine.... parce que ce qui leur est arrivé aurait pu arriver à n'importe quel autre enfant, à n'importe quelle autre famille!

 

Partager cet article

Repost0
2 décembre 2017 6 02 /12 /décembre /2017 22:42

La vidéo suivante est absolument sine qua non si vous voulez COMPRENDRE les raisons absolument non médicales et non scientifiques sous-jacentes aux obligations vaccinales dans divers pays du monde. Loin de l'enfumage sur la prétendue gravité énorme de la rougeole dans nos pays, il se trouve en fait que le but de vaccination mondiale incessante est tout autre.... Suite à cette vidéo de Maxence Layet, assistant parlementaire de l'eurodéputée écologiste Michèle Rivasi, nous fournissons des liens et vidéos complémentaires qui aident à poser le décor réel de la dictature vaccinale qui, bien entendu, ne peut être adéquatement combattue sans en connaître suffisamment les tenants et les aboutissants. 

Le virus de la rougeole comme une aubaine pour développer des tas d'autres vaccins à fourguer aux populations mondiales (cf. à partir de la 13e minute):

"Si on fait un bon travail avec les vaccins et les techniques de procréation médicalement assistée, on pourra espérer réduire la population mondiale de 10 à 15%", dixit Bill Gates, le prétendu philanthrope lors d'une conférence TED2010 de Longbeach en Californie, lui qui ne cesse d'annoncer les futures pandémies tant attendues et si bien préparées: 

Partager cet article

Repost0
11 novembre 2017 6 11 /11 /novembre /2017 10:36

Les Pr Joyeux et Montagnier contre la « dictature vaccinale »

Partager cet article

Repost0

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA