Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 décembre 2013 5 27 /12 /décembre /2013 19:04

Une infirmière enceinte licenciée pour avoir refusé le vaccin anti-grippe

  

D’après Lily Dane, the Daily Sheeple, 23 décembre 2013

 

No-Thanks--.jpg 

Une infirmière de Pennsylvanie a été licenciée pour avoir refusé de se faire vacciner contre la grippe.

 

Dreonna Breton a pris la décision de refuser le vaccin parce qu’elle était enceinte et  qu’elle avait une histoire de fausses couches.

 

« Je veux donner le meilleur vaccin à mon bébé. Par rapport au vaccin contre la grippe il y a des choses que l’on ne connaît pas, comme par exemple la façon dont il peut affecter la croissance d’un bébé », déclare Madame Breton. […]

 

L’ancien employeur de Madame Breton acceptait les exemptions religieuses et médicales aux vaccins. Madame Breton dit qu’elle a fait part de ses inquiétudes à son nouvel employeur au sujet du vaccin. Elle lui a même remis le rapport écrit d’un médecin au sujet de son histoire de fausses couches. Son médecin avait écrit : « A mon avis, se faire vacciner contre la grippe aurait un impact significatif et négatif sur sa santé en raison de ses craintes,  de l’anxiété que la vaccination créerait, ainsi que de l’impact émotionnel qu’une nouvelle fausse couche pourrait avoir sur elle. »

 

L’hôpital a fait savoir à Madame Breton que les raisons qu’elle avait de refuser la vaccination n’étaient pas valables et elle fut congédiée.

 

Carolyn Carlson, infirmière et présidente d’ « Horizon » a expliqué dans un mail à PennLive que les demandes d’exemption sont examinées par un comité de médecins. Elle a aussi précisé que la vaccination contre la grippe est une condition d’emploi parce que le vaccin protège les patients, les employés, ainsi que la communauté par rapport à une infection qui pourrait être grave.

 

Le Centre National d’Information sur les Vaccins fournit les informations suivantes sur le vaccin contre la grippe pendant la grossesse :

 

Au cours des années précédentes, la grossesse faisait partie des contre-indications à la vaccination contre la grippe, mais aujourd’hui le Comité consultatif sur les pratiques d’immunisations (ACIP)  des Centres de Contrôle des Maladies (CDC) recommande le vaccin contre la grippe pour les femmes enceintes de plus de 14 semaines.

 

« Les notices publiées par les fabricants de vaccins contre la grippe indiquent que des études sur la reproduction animale n’ont pas été réalisées pour le vaccin à virus de la grippe. On ne sait pas non plus si le vaccin contre le virus de la grippe peut nuire au fœtus lorsqu’il est administré à une femme enceinte. Bien que des études sur la reproduction animale n’aient pas été réalisées, le médecin prescripteur se doit d’être au courant des recommandations du comité consultatif sur les pratiques de vaccination. L’ACIP précise que s’il est utilisé après 14 semaines de gestation, l’administration du vaccin  contre le virus de la grippe peut être préférable pour éviter une association fortuite entre le vaccin et une fausse couche précoce. »

 

Les femmes enceintes doivent être conscientes que le vaccin contre la grippe contient du Thimerosal, un dérivé du mercure ; Le mercure est toxique pour le cerveau et a été associé à des lésions cérébrales, ainsi qu’à des retards de développement chez les bébés dont les mères ont été exposées à des niveaux élevés de mercure pendant la grossesse.

 

Les avertissements repris dans les notices du type celle qui suit concernent bien entendu le cas de Madame Breton : « Le Fluzone ne devrait être administré à une femme enceinte que  si la chose est clairement nécessaire. » Madame Breton explique avoir fait des recherches approfondies sur le vaccin contre la grippe et « s’est donnée beaucoup de peine pour trouver des éléments scientifiques solides qui pourraient justifier l’obligation de la vaccination contre la grippe. » 

 

« Ce serait une fausse déclaration que de dire que le vaccin contre la grippe est sans danger quand il est administré pendant la grossesse. », précise-t-elle. J’ai perdu mon travail, un travail que j’aime beaucoup et dans lequel j’excelle ; tout cela parce que j’ai choisi de faire ce que je crois être la meilleure chose pour mon bébé. » a-t-elle déclaré.

 

Au cours de la saison grippale 2012-2013, il a été montré que l’efficacité du vaccin contre la grippe était juste de 56% pour tous les groupes d’âges examinés par le CDC, soit l’équivalent statistique d’un tirage au sort. Chez les personnes âgées de 65 ans et plus, l’efficacité du vaccin contre la grippe aux Etats-Unis n’était que de 9%.

 

Quel est le sens de contraindre une femme enceinte à se faire injecter un vaccin toxique, d’une faible efficacité qui pourrait nuire à l’enfant à naître ? Madame Breton est une nouvelle victime de cet ultimatum insensé qui menace les infirmières et le personnel de soins : «  faites vous vacciner ou c’est la porte ! »

 

Source : The Dailysheeple.com

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article
14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 22:44

Découvrez tout d'abord les deux textes de propagande vaccinale et de harcèlement/intimidation sur lesquels nous basons notre communiqué de presse de ce jour. Ces textes concernent des établissements et des élèves/des étudiants de la région de Namur (en Belgique) mais il est malheureusement assez probable que ces pressions et cette désinformation éhontée se passent aussi dans bien d'autres régions du pays et même au-delà, dans d'autres pays....

 

* Texte du Centre Médico-Psychologique (CMP) de l'Unamur en faveur de la vaccination contre la diphtérie et le tétanos

 

* Texte du Centre de Promotion de la Santé de Namur centre en faveur de la vaccination HPV

 

 

Si vous lisez attentivement les documents et que vous confrontez leur contenu à celui de notre communiqué de presse de ce jour, vous vous rendrez compte qu'UNE FOIS ENCORE, des dizaines d'étudiants risquent d'être victimes d'une désinformation et d'une politique éhontée de la peur qui fait fi des droits des patients les plus élémentaires.

 

Ca se passe en Belgique, près de chez nous à notre époque de la soi-disant "information" et c'est TOUT A FAIT ACTUEL  puisque ces vaccinations seront organisées le mardi 21 novembre prochain et le jeudi 23 novembre pour l'Université de Namur  et dès le samedi 23 novembre pour les élèves du secondaires à Namur (première dose de vaccin HPV).

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article
19 octobre 2013 6 19 /10 /octobre /2013 20:01

Les avantages fiscaux bientôt supprimés pour les parents qui ne vaccinent pas leurs enfants

 

FILLE-qui-pleure.jpg

  J.D. Heyes (Natural News)

 

Lentement, mais sûrement les grandes puissances de la démocratie sont en train de glisser vers le totalitarisme, tout en nous jurant que cette transition qui prend ses distances par rapport à la liberté, et à nos libertés est pour notre plus grand Bien.

 

L’exemple le plus récent de cette montée en douceur d’une « soft tyrannie » s’est produit à l’autre bout du monde, en Australie – jadis connue pour sa vision farouchement individualiste. C’est dans ce pays que le gouvernement travailliste socialiste dirigé par le Premier Ministre Kevin Rudd, veut forcer les parents à vacciner leurs enfants sous la menace de perdre un crédit d’impôt non négligeable.

 

Selon l’Australian Broadcasting Corporation News (ABC News) :

 

« …Rudd a annoncé que les parents qui choisissent de ne pas faire vacciner leurs enfants vont passer à côté de milliers de dollars qu’ils pourraient autrement recevoir du gouvernement

 

S’exprimant dimanche à l’hôpital Westmead à Sydney, M.Rudd a déclaré que « les parents qui ne feraient pas vacciner leurs enfants ne pourront recevoir le supplément de fin d’année du « Family Tax Benefit ».

 

Ce payement équivaut à 726 $ par enfant et par année. Cette somme est allouée après que les enfants aient été vaccinés à un, deux et cinq ans.

 

Il faut vacciner parce qu’il s’agit d’une « science qui a fait ses preuves »

 

Le rapport indique que, depuis l’année dernière, les parents qui avaient encore à faire vacciner leurs enfants, n’ont pas reçu la somme de fin d’année (pour laquelle ils avaient cependant cotisé (en tant que contribuables). Mais, poursuit ABC News, les parents qui se sont inscrits comme objecteurs de conscience ont cependant bien reçu la somme en question.

 

En vertu de la nouvelle politique du Parti Travailliste, les seules exceptions qui seront accordées seront celles qui sont fondées sur des motifs religieux ou médicaux.

 

Les fonctionnaires et les parlementaires du Parti du Travail précisent que leur politique de décapage des libertés vise à faire vacciner davantage d’enfants, pour « éviter que les enfants qui ne sont pas vaccinés ne contractent des maladies comme la coqueluche, la rougeole et qu’ils fassent courir des risques aux autres. » a précisé ABC News. En outre, selon les responsables Australiens de la santé, la science de la vaccination «ne peut être contestée» ( c'est-à-dire, jusqu’à ce qu’une vaccination tue ou handicape un enfant, comme ce fut le cas d’un vaccin contre la grippe qui a depuis été interdit) : voir ICI

 

Un communiqué du gouvernement précise : « La vaccination est le moyen le plus sûr et le plus efficace pour les parents de protéger leurs enfants contre la maladie, et l’une des mesures de santé publique les plus importantes à notre disposition. »

 

Tanya Plibersek, Ministre Fédéral de la Santé, a déclaré à Sky News que la toute dernière menace du gouvernement va en fait augmenter les taux de vaccination.

 

« C’est l’une des façons les plus simples et les moins chères de maintenir la communauté en bonne santé. » a-t-elle précisé.

 

« Nous pensons que, chaque année, environ 3 millions de vies sont sauvées dans le monde grâce à la vaccination. » a-t-elle précisé. Nous sommes très heureux qu’en Australie, un si grand nombre de ces maladies aient pratiquement disparu, ce qui devrait quelque peu satisfaire le public. »

 

L’Association Médicale Australienne a aussi pesé de tout son poids. Le Dr Steve Hambleton a déclaré que les bénéfices de la vaccination l’emportaient de loin sur les risques.

 

« Le message fort, c’est que le gouvernement récompense les personnes qui font ce qu’il faut (la bonne chose) … [et] vaccinent complètement leurs enfants. » a précisé ABC News. «Si nous pouvons obtenir des taux de vaccinations supérieurs à 90%, nous allons pouvoir abolir des maladies comme la rougeole et nous pourrons nous attaquer à des maladies comme la coqueluche. »

 

Même la presse Australienne est biaisée. Le Daily Telegraph de Sydney « lu par des milliers d’électeurs dans les principaux centres de l’ouest de Sydney » a publié une campagne très critique à l’égard des parents qui choisissent de ne pas faire vacciner leurs enfants.

 

Même en Australie, tout est pour le Bien des enfants !

 

Mike Adams rédacteur en chef de Natural News n’est pas dupe de ces bénédictions «officielles » des vaccins. Il y a quelques années, il s’est ouvertement moqué de la « logique » erronée à propos du vaccin contre la grippe :

 

« Les Centres de Contrôle et de Prévention des Maladies, de même que l’industrie du vaccin versent dans une logique apparemment contradictoire. « Nos vaccins fonctionnent si bien qu’ils offrent une immunité quasi-totale contre la grippe », prétendaient-ils. Et pourtant ils sont si peu efficaces qu’un an après, il faut se refaire vacciner, et revacciner chaque année.

 

C’est là le grand mensonge de l’industrie du vaccin : ce mensonge qui vous oblige à vous faire revacciner chaque année, souvent avec les mêmes souches qui ont servi à vous vacciner l’année précédente. Les vaccins pour l’hiver 2011, par exemple, ont été fabriqués avec les mêmes souches que les vaccins de 2010. »

 

Qui plus est, la menace du gouvernement Australien de refuser ces sommes aux contribuables est typique d’un autoritarisme inhérent à une mentalité anti-démocratique : faites ce qu’on vous dit ou bien nous allons vous punir.

 

Sources:

 

http://www.abc.net.au

http://www.naturalnews.com

http://www.cidrap.umn.edu

http://science.naturalnews.com  

http://www.naturalnews.com/z041729_tax_benefits_forced_medication_child_vaccination.htm

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article
13 octobre 2013 7 13 /10 /octobre /2013 18:30

La Haute Cour décide que deux sœurs DOIVENT recevoir le vaccin ROR

 

11 octobre 2013- BBC News

 

BBC-vaccination-forcee-ROR.jpg

 

Un juge a décidé que deux sœurs, âgées de 15 et 11 ans doivent recevoir le vaccin ROR bien qu’elles deux et leur mère ne le veuillent pas, a appris le service des actualités de la BBC.

 

La décision de la Haute Cour, datant du mois dernier, découle de la procédure intentée par le père des deux filles au sujet de la vaccination.

 

Les parents, à ce jour divorcés, étaient d’accord, lorsqu’ils étaient mariés, de ne pas faire vacciner les filles compte tenu de la controverse entourant le vaccin ROR.

 

Mais le déroulement de l’affaire Wakefield (que certains ont assimilé à un discrédit du lien entre autisme et vaccin ROR) et les récentes épidémies de rougeole ont changé la manière de voir du père.

 

C’est la troisième fois avec ce cas, que ce genre de situations est porté devant les tribunaux.

 

En 2003, une mère se vit ordonner de faire vacciner son enfant contre la rougeole, les oreillons et la rubéole, après que le tribunal eut estimé que les bénéfices de la vaccination l’emportent sur ses risques. En 2011, des enfants placés en institution furent obligés de recevoir le vaccin ROR contre le souhait de leurs parents.

 

« Fin du débat sur le ROR » ?

 

S’agissant de la justification de sa décision dans ce dernier cas, la juge Justice Theis a insisté sur le fait qu’il s’agit d’un « cas spécifique » et « uniquement motivé par le besoin de bien-être des enfants », mais les avocats disent que ce cas fait partie d’une série qui confirme qu’il n’y a plus de débat au sujet des bénéfices du vaccin.

 

La rougeole est une maladie hautement contagieuse caractérisée par une forte fièvre et un rash (éruption).

 

(La BBC indique des chiffres qui nous semblent tellement exagérés que nous prenons le soin d’indiquer que c’est elle qui l’indique) : Dans un cas sur 15, la rougeole peut mener à de sévères complications comme la pneumonie (en réalité beaucoup plus rare mais il est vrai que la vaccination généralisée a déplacé l’âge naturel de survenue de la maladie à un âge, soit plus jeune, soit plus tardif, où le taux de complications est clairement accru) et dans un très faible nombre de cas à des encéphalites qui peuvent mener à des dommages cérébraux ou même à la mort (il est bon de noter toutefois, comme ne le fait pas la BBC, que la vaccination aussi peut induire des encéphalites, des dommages cérébraux et même la mort !)

 

Le vaccin ROR est un vaccin combiné contre la rougeole, les oreillons et la rubéole, trois maladies infectieuses fréquentes dans l’enfance. Il fut introduit en 1988 au Royaume-Uni pour remplacer les vaccins individuels contre ces maladies prises séparément.

 

La première dose de vaccin ROR est donnée en injection unique aux bébés dans le cadre de leur calendrier vaccinal de base, habituellement endéans le mois qui suit leur premier anniversaire. Ensuite, une seconde injection du vaccin ROR est donnée avant l’entrée à l’école.

 

La première dose (continue la BBC) donne une protection de 95% contre la rougeole tandis qu’une deuxième dose offrirait 99 à 100% de protection.

 

Des inquiétudes de végétaliens

 

En 1988, une étude d’Andrew Wakefield (mais cosignée par de nombreux autres chercheurs, note d’IC) était publiée dans le très respecté journal médical The Lancet, et évoquait la possibilité que le vaccin ROR soit lié à des maladies intestinales et à l’autisme.

 

L’étude et le relai médiatique tonitruant de celle-ci, ont conduit beaucoup de parents à ne pas faire vacciner leurs enfants avec ce triple vaccin, incluant les parents des deux filles qui sont au cœur de l’affaire, dans le cas d’espèce.

 

La fille la plus âgée avait déjà reçu une injection de ROR, mais pas la deuxième dose ; sa plus jeune sœur n’avait encore jamais reçu ce vaccin. Ces décisions avaient été adoptées conjointement par les parents à l’époque.

 

Cependant, le père des filles a changé d’avis en janvier 2013. Il a invoqué la saga Wakefield et sa radiation de l’ordre des médecins en 2010 et la crainte de conséquences de santé négative compte tenu des « épidémies » de rougeole au Royaume-Uni. Pour lui, par conséquent, ces deux filles doivent recevoir cette vaccination.

 

Selon le texte de la décision de justice, dont a pu prendre connaissance la BBC, le père qui est à la base de l’action, a écrit en janvier à la mère des deux filles pour obtenir son accord sur le fait qu’elles devraient toutes les deux êtres vaccinées en lui indiquant que si elle ne marquait pas son accord, il porterait l’affaire devant la justice.

 

La mère n’a pas marqué son accord et le sujet a donc abouti sur le bureau de la section familiale de la Haute Cour.

 

La compréhension des enfants

 

Une experte en bien-être infantile, spécialement mandaté par le tribunal, et qui a longuement parlé avec les filles, a déclaré qu’aucune d’elles ne désire se faire vacciner.

 

Les enfants étaient particulièrement préoccupés par les ingrédients du vaccin, qui incluent des composants d’origine animale ; une des filles est végétalienne.

 

Cependant, l’expert a dit que lorsqu’elle a demandé aux filles ce qu’il arriverait si elles tombaient malades après la rougeole, les oreillons ou la rubéole et qu’elles avaient besoin de médicaments, les deux filles n’avaient clairement pas réfléchi aux ingrédients que ces médicaments-là pourraient contenir.

 

L’experte a déclaré que les deux enfants avaient été fortement influencées par leur mère qui était très anxieuse au sujet de la vaccination.

 

Mme Justice Theis a décidé que c’était dans le meilleur intérêt des enfants qu’elles soient vaccinées.

 

« Je suis consciente que ceci va à l’encontre de la volonté des filles mais ceci n’est pas le seul facteur à prendre en compte. » « La cour doit aussi prendre en compte leur degré de compréhension des tenants et aboutissants de cette problématique et des facteurs qui ont influencé leur opinion. Je ne considère pas qu’elles aient un degré de compréhension suffisamment équilibré des enjeux ici à l’œuvre. »

 

L’avocate de la mère, Philippa Dolan, a déclaré à la BBC que les filles n’avaient pas encore été vaccinées malgré le délai imparti (fixé à jeudi dernier) qui a déjà été dépassé.

 

L’avocate a également précisé : « Il y a des difficultés pratiques à forcer l’exécution de cette injonction du tribunal et ceci reste une question qui reste d’actualité. Il n’y a pas de délai légal sur le fait que la discussion qui est en cours entre les parents doit cesser et tout le monde espère que cela se résoudra sans autre litige. »

 

Source: BBC News (sauf pour les commentaires d'Initiative Citoyenne)

 

loupeS’il y a un article qui nécessite quelques commentaires, c’est bien celui-là…

 

Que voit-on, que peut-on objecter, à la juge, aux médias partiaux, au père désinformé et manipulé par la peur ? Voici en quelque sorte « la preuve par 9 » que ces gens-là ont vraiment TOUT FAUX !

 

1°) Les « arguments » du père sont très faciles à faire s’écrouler compte tenu que Wakefield n’est PAS le seul à avoir obtenu les résultats d’étude qu’il a obtenus (et que les autres chercheurs n’ont eux, pas été victimes de la même chasse aux sorcières…Wakefield était un pionnier et comme souvent les pionniers…) mais aussi compte tenu que ce qu’on appelle « épidémies » aujourd’hui est très en de ça du nombre de cas qu’il y avait chaque année dans ce pays avant l’émergence du vaccin (et sans que cela ne fasse les gros titres des journaux). Comme le montrent les données de l’annuaire statistique de France, la mortalité liée à la rougeole a baissé spontanément sans vaccin de 99,5% entre 1906 et 1983, année d’introduction du vaccin ROR.

 

rougeole Mortalité

 

Mais bien entendu, pour vendre et écouler un vaccin, la peur est toujours utilisée. C’est d’ailleurs si vrai qu’en France, avant l’introduction du vaccin, le Pr Bastin déclarait dans  le Concours Médical en 1976 : « La rougeole, une des maladies dites bénignes de l’enfance, mérite pleinement cette appellation en France. » L’année suivante, le même professeur enfonçait le clou en rappelant qu’« Il serait difficile de vacciner systématiquement chez nous où la maladie est bénigne, puisque sur 100 rougeoleux hospitalisés [donc des cas choisis pour leur sévérité], la mortalité est de 0,17. »

 

2°) La vaccination ROR peut léser des enfants, et la question de l’autisme n’est absolument pas tranchée, comme le reconnaît ouvertement le Dr Bernadine Healy, ancienne directrice du NIH (excusez du peu) sur CBS en 2008 !

 

3°) Parmi les effets secondaires du vaccin ROR, on retrouve aussi des lésions neurologiques graves et irréversibles dont les conséquences sur LA VIE ENTIERE sont sans commune mesure avec les risques statistiques réels d’une rougeole naturelle. De nombreux exemples en témoignent. Au Royaume-Uni, citons par exemple le cas de Robert Fletcher, devenu handicapé à vie après ce vaccin ROR (il ne sait plus ni parler, ni marcher ni manger seul !) et en France, nous avons encore publié au sujet du cas tragique du petit Nello il y a encore quelques semaines (lui aussi ne sachant plus parler, ni marcher ni manger seul après sa seconde dose de ROR). En outre, il ne faut pas oublier que plusieurs enquêtes et études indépendantes ont montré que la santé des enfants non vaccinés était meilleur que celle des enfants vaccinés!

 

robert fletcher avant- après

 

4°) On retrouve bien sûr aussi le problème de l’indemnisation des victimes. La juge ordonne que les filles soient vaccinées mais s’engage-t-elle aussi à assumer les conséquences si elles surviennent ? Car si on prend le cas de Robert Fletcher par exemple, qui était parfaitement normal avant la vaccination ROR et qui après ça, ne sait plus marcher, ni parler ni manger seul pour le restant de sa vie, sa famille a dû se battre pendant 18 ans pour que la justice impose aux autorités de verser une somme qui n’équivaut même pas à 100 000 euros !

 

En 1978, 280 parents d’origine britannique ont introduit une requête devant la Commission européenne des Droits de l’Homme. Leurs enfants avaient subi des dommages graves et irréversibles ou même étaient décédés (15%) à la suite des vaccinations. Les parents ont été déboutés. La Commission a estimé que, la vaccination étant libre en Grande-Bretagne, elle devait être considérée comme volontaire. Les parents avaient cependant fait valoir que le consentement qu’ils avaient dû donner pour la vaccination avait été donné dans des conditions peu correctes vu qu’aucune information ne leur avait été donnée sur les risques possibles ou les contre-indications. Ils auraient pourtant dû être informés puisque le Ministère Britannique avance l’argument qu’« aucune procédure d’immunisation n’est entièrement dépourvue d’effets secondaires. » Requête N°7154/75.

 

5°) Qu’en est-il aussi des enfants de la juge, qui prouve qu’eux ont bien été vaccinés ? Car il faut rappeler que Tony Blair, dont le gouvernement travailliste avait déployé beaucoup d’efforts pour promouvoir le vaccin ROR, n’avait pas apporté la preuve de la vaccination ROR de son fils à la presse qui lui avait demandé si son enfant avait reçu ce vaccin. Il est licite et à la fois logique qu’il eût été ravi de fournir une telle preuve si elle avait été existé ! Trop souvent encore, c’est le faites ce que je dis qui prévaut. En témoignent les résultats accablants d’une enquête anonyme de l’INPES (Institut National de Prévention et d’Education à la Santé) menée en 2005 auprès d’un échantillon représentatif de 400 médecins généralistes et pédiatres français : 58% d’entre eux se posent des questions sur l’utilité des vaccins faits aux enfants et 31% sur leur sécurité. Une des grandes raisons pour lesquelles les médecins n'informent pas les parents de leurs doutes, c'est bien sûr une raison pécunière car selon le rapport d'octobre 2012 de la Cour des Comptes française, la vaccination représente au moins 12,6% des revenus annuels des médecins généralistes et au moins 33% des revenus des pédiatres (sans compter bien sûr les autres consultations pour effets secondaires de vaccins!)

 

6°) Et il y a plus que de quoi s’interroger sur l’efficacité et la sécurité ou plutôt l’absence totale de sécurité des vaccins (qu’il s’agisse du ROR ou d’autres) compte tenu de plusieurs précédents notoires et d’informations admises au plus haut niveau.

 

a)   Au début des années 90’, le vaccin ROR Pluserix était retiré du marché en raison des risques accrus de méningite qu’il engendrait. Il a alors été réutilisé dans le Tiers-Monde…

 

b)   Des documents confidentiels couvrant une période de 30 ans, montrent noir sur blanc que les autorités britanniques ont pendant toutes ces années cherché à dissimuler les risques graves, notamment neurologiques, de plusieurs vaccins dont celui contre la coqueluche et le ROR, pour promouvoir A TOUT PRIX la poursuite des programmes. Qui peut décemment croire que ces mêmes autorités n’appliquent plus cette même politique de tromperie et de dissimulation ?? D’autres documents confidentiels sur les vaccins Infanrix Hexa et Prevenar, tels que publiés sur notre site internet, montrent que cette politique de dissimulation est évidemment mondiale et pas uniquement réservée au Royaume-Uni !

 

c)   Le Dr Peter Fletcher, ancien haut responsable du Comité sur les Médicaments au Royaume-Uni, expose clairement dans la préface du livre du Dr Wakefield (Callous Disregard) que si l’approbation du ROR n’avait tenu qu’à sa seule personne au Royaume-Uni, il s’y serait opposé. Il avance notamment le fait très important que les essais cliniques pré-commercialisation du ROR portaient sur un nombre de sujets nettement insuffisant pour évaluer valablement le risque d’effets secondaires graves. « Etrangement », c’est aussi ce que soulignent plusieurs auteurs français dans un article paru en novembre 2011 dans la Revue du Praticien qui reconnaissent que le nombre de sujets inclus dans les essais pré-commercialisation est trop faible. Ces mêmes auteurs rappellent en outre plusieurs éléments fondamentaux, comme par exemple que seuls 1 à 10% des effets secondaires graves des vaccins sont effectivement comptabilisés mais aussi qu’il n’y a « pas de consensus au sein du monde médical sur le timing de survenue et la sémiologie (= nature des symptômes) à observer pour pouvoir incriminer un vaccin. ». Par conséquent, tous ceux qui prétendent que les bénéfices d’une vaccination dépassent ses risques parlent toujours dans le vent et sans aucun fondement rationnel, au détriment des libertés publiques mais aussi du droit des enfants à la santé et donc de la santé publique toute entière.

 

d)   Le Dr Jean-François Saluzzo, consultant pour l’OMS, et responsable de toute la production des vaccins viraux chez Sanofi Pasteur (NB : le ROR est un vaccin viral !) a admis dans un cours de vaccinologie en ligne qu’ « ils ne savent pas comment marchent les vaccins. ». Du plus haut niveau, nous recevons donc des aveux clairs que tous les vaccins sont expérimentaux. Forcer l’administration d’un produit expérimental constitue une violation du Code de Nuremberg qui n’a été rédigé qu’après 2 guerres mondiales sanglantes, guerres auxquelles la Grande-Bretagne a participé !! Ce code édicte en condition SINE QUA NON et donc auto-suffisante, le consentement libre et éclairé des individus.

 

e)   La prétendue efficacité de la valence oreillons, incluse dans le vaccin, est fausse et n’est pas de 95% comme l’ont dénoncé des anciens scientifiques haut placés de chez Merck, témoins de toute première main qui parlent clairement de « fraude ».

 

f)    La vaccination fait produire le plus souvent au corps des anticorps mais on peut encore faire la maladie bien qu’ayant tout de même développé des anticorps. Par ailleurs, l’administration aveugle d’une seconde dose de ROR a plus de chances d’avoir un effet contre-productif que positif car elle réduit en réalité le taux d’anticorps précédemment développés avec la précédente dose (étude de Daï-Bin, référence ici en fin d’article).

 

g)   L’administration d’un vaccin combiné présente plus de risques encore que des vaccins séparés. L’étude Pourcyrous l’a bien montré sur les prématurés, avec des taux d’inflammation et d’hémorragies cérébrales clairement différents d’un groupe à l’autre, selon que les enfants avaient reçu des vaccins combinés ou des monovaccins !! La rubéole est bénigne à l’âge des jeunes filles et les oreillons également, ces derniers lorsqu’ils sont contractés naturellement, conférant même aux jeunes filles une protection naturelle contre le cancer de l’ovaire !  Vu que la rougeole naturelle confère une protection contre l’asthme et les allergies notamment, contraindre ces filles à recevoir une vaccination aveugle les prive de leur droit à bénéficier de ce type de protection.

  

h)   Le Pr Delong, immunologiste américain et Professeur à l’Université de Toledo, a rédigé un livre entier consacré aux dangers incalculables des vaccins à virus vivants (sont des vaccins à virus vivants les vaccins suivants : ROR, valences séparées rougeole, oreillons, rubéole, varicelle, fièvre jaune, rotavirus, certains vaccins contre la typhoïde, l’ancien vaccin contre la variole, le vaccin nasal contre la grippe). Ce livre s’intitule « Live viral vaccines, biological pollution » (« Vaccins à virus vivants, pollution biologique. ») Dans ce livre, le Pr Delong explique notamment qu’il faut avoir complètement perdu la raison et avoir bien peu de connaissances immunologiques pour aller injecter dans des corps sains, des virus vivants fussent-ils atténués. Selon lui, le mal ainsi fait est incalculable. Et d’évoquer notamment les funestes conséquences d’une latence virale dans l’organisme de ces virus vaccinaux : risque de cancer, de mutation génétique, risque pour la descendance et la stabilité de son ADN…

 

i)    La vaccination est un tel dogme qu’une juge aussi peu informée n’a sans doute pas pris en considération le fait de faire doser les taux d’anticorps anti-rougeoleux des jeunes filles pas plus que leur taux de vitamine A (alors même que le risque de complications graves de la rougeole est augmenté chez les enfants et les gens manquant de vitamine A, une vitamine qui ferait défaut chez 40% des enfants « bien nourris » aux USA selon plusieurs experts en nutrithérapie.)

 

7°) La Convention Européenne de Bioéthique (Convention d’Oviedo) stipule en son article 2 que « L’intérêt et le bien-être de l’individu doivent prévaloir sur le seul intérêt de la société ou de la science. » Le Royaume-Uni a signé cette Convention.

 

8°) Le Conseil de l’Europe vient d’émettre une résolution disant vouloir combattre toute forme de violation médicalement injustifiée de l’intégrité physique des enfants. Dans le texte de la résolution, il est indiqué qu’il faut TENIR COMPTE de l’AVIS des enfants, veiller à leur autonomie et à leur auto-détermination dans les cas où cela est possible (or ce cas montre que cela était possible !)

 

9°) La jurisprudence de la Cour Européenne de Justice est la suivante en matière d’obligation vaccinale (or le Royaume-Uni est un pays dans lequel aucune obligation n’est instituée, contrairement à des pays comme la France ou la Belgique par exemple) :  « qu’en tant que traitement médical non volontaire, la vaccination obligatoire constitue une ingérence dans le droit au respect de la vie privée, garanti par l’article 8 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme et des libertés fondamentales» (Arrêt SALVETTI c/Italie – CEDH Décision du 9 juillet 2002 ; n° 42197/98)

 

Rajoutons aussi, enfin,  en matière juridique, le parallèle entre cette triste situation et ce qui s'est passé en 2010, en Argentine, où un couple qui était d'un même avis, a été condamné à faire vacciner de façon forcée son enfant. Intéressant de noter à ce propos que les juges du tribunal concerné n'étaient pas tous d'accord entre eux... Voici à ce propos ce qu'a estimé un des juges (qui n'était pas d'accord de condamner les parents à une vaccination forcée de leur enfant) et dont la position a été rapportée à l'époque par le journal national la Nacion:

 

[Il s'agit] « d’une attitude délibérée, rationnellement assumée et librement décidée au sein de la famille. Je ne vois en cela, soutint ce juge, aucune transgression mettant en péril l’ordre public ; mieux encore, il m’apparaît que l’usage de la contrainte, en réponse à cette attitude, reviendrait à remplacer une prise de décision familiale par une autre de la part de l’Etat en inversant l’ordre naturel qui régit la vie privée et la vie publique [1]. Je ne constate pas non plus, continua-t-il, un danger particulier pour le mineur. Les risques qui pourraient découler du refus des parents et de l’alternative choisie pour la protection immunologique de l’enfant ne semblent pas différer de ceux qui peuvent survenir lorsque l’on prend tout type de décision dans notre existence. Ces risques ne sont pas, en outre, plus importants que ceux que pourrait engendrer une vaccination faite sous la contrainte ».

 

Voir aussi l'article: Ethique vaccinale & prostitution de la Science

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 20:40

24 septembre 2013, par Me Philippe Vanlangendonck, avocat au Barreau de Bruxelles.

 

BIG-BROTHER-IS-watching-you.jpg

Le 26 juillet 2013, l'hebdomadaire « Le Vif » titrait que: « La loi "Big Brother " passe comme une fleur ». C'est probablement en raison de la période estivale que cette annonce relativement fort importante à bien des égards, a pourtant fait l'objet d'un très modeste écho médiatique et politique, pour cette loi votée, peut-être pas vraiment tout-à-fait par hasard, la veille des vacances parlementaires.

 

Il est en tout cas remarquable qu'une loi ainsi clairement qualifiée de « loi Big Brother » puisse en réalité être adoptée dans un tel climat d'indifférence aussi généralisée, alors qu'elle touche aux fondements même de la liberté d'expression, la présomption d'innocence, et ainsi que de la protection de la vie privée et de la confidentialité de plusieurs professions (médecins, journalistes, avocats, ...).

 

Une telle indifférence a de quoi interpeller sérieusement sur le plan de la santé de notre société dite démocratique, à moins de refléter plutôt gravement à quel degré la démocratie en réalité ne règnerait-elle déjà plus entièrement en Belgique en 2013.

 

Nous avions déjà eu l'occasion au printemps 2013 dans un ouvrage collectif paru chez L'Harmattan[2], de souligner jusqu'à quel point la démocratie se livre à un véritable bras de fer avec la particratie en Belgique[3].

 

Comme le relevait George ORWELL dans « 1984 »[4], « L'hérétique, l'ennemi de la société, existera toujours pour être défait et humilié toujours. Tout ce que vous avez subi depuis que vous êtes entre nos mains, tout cela continuera, et en pire. L'espionnage, les trahisons, les arrêts, les tortures, les exécutions, les disparitions, ne cesseront jamais. Autant qu'un monde de triomphe, ce sera un monde de terreur. Plus le Parti sera puissant, moins il sera tolérant. Plus faible sera l'opposition, plus étroit sera le despotisme. ».

 

Plus précisément, la loi « Big Brother » en question, s'intitule : « Projet de Loi portant modification des articles 2, 126 et 145 de la loi du 13 juin 2005 relative aux communications électroniques et de l'article 90decies du Code d'instruction criminelle. »[5]

 

Cette loi a été votée à la Chambre et au Sénat respectivement les 17 et 18 juillet 2013, le Sénat ayant  décidé de ne pas l'amender, seul Ecolo-Groen avaient proposé des amendements [6].

 

Pratiquement, cette loi sur la " détention de données " obligera les opérateurs télécom à conserver durant un an le détail des courriels (reçus et envoyés) et communications téléphoniques de leurs clients - à l'exception du
contenu.

 

Sous couvert de lutte contre le terrorisme et la grande criminalité, on prévoit de surveiller tous les habitants du royaume.[7] Ettore Rizza relève que « Chez nous, la directive a suscité une levée de boucliers de la Ligue des droits de l'homme, qui y voit une atteinte inutile à la présomption d'innocence, mais aussi des organisations professionnelles de médecins, avocats et journalistes, arc-boutés sur leur sacro-saint secret professionnel. « Nous avons fait part de nos craintes au cabinet de la Justice, sans recevoir ne serait-ce qu'un accusé de réception », s'émeut Laurence Evrard, de l'Ordre des barreaux francophones et germanophones. »

 

Comme l'explique Le Vif, cette loi « Big Brother » part de la directive européenne 2006/24/CE, rédigée sur les décombres des attentats londoniens de 2005, qui visait à harmoniser la conservation de données télécom au sein des vingt-sept.

 

Il ne fait pas l'ombre d'un doute que cette loi comporte des atteintes majeures au secret professionnel des avocats (outre les médecins et les journalistes) et à la confidentialité de leurs relations avec leurs clients.

 

Plus généralement cette loi « Big Brother » permet facilement de trouver un prétexte pouvant autoriser n'importe quelle espèce de « chasse aux sorcières », que ce soit dans le domaine de la liberté thérapeutique, de la liberté religieuse et de croyance, d'enseignement, ou de la liberté d'association, sans aucun respect des normes constitutionnelles applicables en la matière :

 

- L'art. 29 de la Constitution dispose que : « Le secret des lettres est inviolable. »

- L'art. 12 de la constitution belge dispose que : « La liberté individuelle est garantie. Nul ne peut être poursuivi que dans les cas prévus par la loi, et dans la forme qu'elle prescrit. »

 

Cette loi « Big Brother » est contraire à « la liberté de manifester ses opinions en toute matière » telle que visée à l'article 19 de la constitution belge, puisqu'elle visera des écarts par rapport à des conformités sociale et idéologiques et non des transgressions de dispositions pénales.

 

Cette loi « Big Brother », sans viser une transgression de norme(s) à part entière, équivaudra aussi à une violation de l'art. 27 de la constitution disposant que «Les Belges ont le droit de s'associer; ce droit ne peut être soumis à aucune mesure préventive. », dans son impact à titre préventif, voire « proactif ».

 

Pour l'ensemble des citoyens, et non seulement les professions tenues au respect du secret professionnel, chacun est visé en violation de son droit au respect de sa vie privée.

 

En effet, si nous comparons avec les services de LA POSTE, cela équivaut à la tenue d'une double liste d'une part de tous les expéditeurs de vos courriers reçus comme professionnel et/ou privé et d'autre part, un liste de tous les destinataires de vos courriers envoyés comme professionnel et/ou privé, avec dans les deux cas, le titre (l'objet, le sujet) de chacune de ces lettres, même si la Loi en question ne porte pas sur le contenu en tant que tel des courriers électroniques ...

 

Ce n'est pas parce qu'il s'agit de courriers électroniques au lieu de courriers papiers, que les règles fondamentales permettant aux professionnels (médecins, avocats, journalistes) d'être actifs dans l'exercice de leur métier de matière autonome et indépendante, pourraient ainsi être bafouées de manière systématique et souterraine.

 

La sûreté de l'Etat dans le cadre de ses activités peut utiliser cette loi, dans le cadre de "la recherche, l'analyse et le traitement du renseignement relatif à toute menace contre la pérennité de l'ordre démocratique et constitutionnel ainsi que contre le potentiel scientifique et économique du pays et d'en informer le gouvernement."[8]

 

Alors comment se fait-il que cette loi « Big Brother » ait pu passer si discrètement en plein été, la veille des vacances parlementaires, en dessous de tous les radars protecteurs de la bonne vieille démocratie belge ? George ORWELL nous éclaire à nouveau sur un tel climat d'adhésion sans faille : « Tel est le monde que nous préparons, Winston. Un monde où les victoires succèderont aux victoires et les triomphes aux triomphes ; un monde d'éternelle pression, toujours renouvelée, sur la fibre de la puissance. Vous commencez, je le vois, à réaliser ce que sera ce monde, mais à la fin, vous ferez plus que le comprendre. Vous l'accepterez, vous l'accueillerez avec joie, vous en demanderez une part. »[9].

 

De l'indifférence actuelle à la « joie » évoquée par ORWELL, il ne reste qu'un petit pas ...

 

Le plus ridicule avec cette loi « Big Brother », c'est qu'en réalité son objectif certain d'être réalisé, c'est de réussir le flicage de monsieur et madame tout-le-monde, puisque sur le plan technique, une simple configuration technique permet de passer d'un serveur mail SMTP à une connexion cryptée SSH avec un webmail à distance, en sorte qu'il est relativement aisé en faisant usage des bonnes configurations de base disponibles, d'envoyer et de recevoir vos emails en totale indépendance par rapport à votre opérateur télécom.

 

A bon entendeur, Salut !

 

Références

 

[1]http://www.levif.be/info/actualite/technologie/la-loi-big-brother-passe-comme-une-fleur/article-4000359611187.htm

[2] http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=39769

[3]Philippe VANLANGENDONCK, Analyse de la notion de « dérives sectaires »
Illustration d'un bras de fer entre la démocratie et la particratie en Belgique,
Le (mal) traitement des nouveaux
hérétiques, L'Harmattan, 2013 , pages 59 à 77.

[4]George ORWELL, « 1984 », Folio, page 354.

[5] http://www.dekamer.be/FLWB/pdf/53/2921/53K2921006.pdf

[6] http://www.lachambre.be/FLWB/PDF/53/2921/53K2921005.pdf

[7] http://www.levif.be/info/actualite/belgique/big-brother-a-la-belge/article-4000351628500.htm

[8]http://www.comiteri.be/index.php?option=com_content&task=view&id=53&Itemid=152&lang=FR

[9] George ORWELL, « 1984 »,


Folio, page 354.

 

Source: Droit-Technologie.org.

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 06:59

Un enfant expulsé de l’école pour ne pas s’être fait vacciner malgré une formelle contre-indication médicale

 

D’après Dave Mihalovic, 22 septembre 2013-09-23

 

Enfant-expulse-de-l-ecole-Dave-Mihalovic.jpg 

 

Une école de l’Etat de New York a mis fin aux droits d’un enfant de suivre les cours de son école  sur la seule base du fait qu’il n’était pas vacciné. Et ce, malgré la contre-indication formelle du médecin traitant qui a stipulé qu’étant donné l’état de santé de l’enfant, la vaccination pouvait lui être fatale. La maman a décidé de déposer plainte contre l’Etat.

 

La maman : quand Mary est née, et comme pratiquement tous les parents, je ne connaissais pas les ingrédients qui font partie des vaccins. J’avais été conditionnée à penser que je devais vacciner mon enfant comme les normes sociales américaines nous le faisaient comprendre. J’avais en fait eu l’esprit totalement lessivé.

 

C’est comme cela que Mary a été vaccinée comme tous les nouveau-nés de ce pays. Après chaque vaccination, Mary a eu des réactions négatives et les médecins ne comprenaient pas ce qui se passait.

 

Quand nous y repensons aujourd’hui et avec l’information que nous avons récoltée, nous savons que les plus gros problèmes ont commencé avec les vaccins DTaP (= diphtérie, tétanos, coqueluche acellulaire) qu’elle a reçus le 9 juillet 2007 et le 13 août 2007.

 

Mary a eu des problèmes intestinaux graves. Du mucus coulait de ses yeux, de son vagin, la région de l’anus était toute rouge, toute enflammée. Elle ne parvenait plus à absorber de nourriture ; elle ne grandissait plus.

 

Après avoir reçu son vaccin Comvax le 29 août 2007, elle n’a pas arrêté de pleurer. Rien ne pouvait la consoler. Elle eut les mêmes symptômes que ceux qu’elle avait eus après ses vaccins DTaP.

 

Le médecin lui prescrivit des suppositoires antibiotiques pour ses infections de l’oreille. Mais cette prescription contribua encore à affaiblir son système immunitaire et à aggraver son état : un vrai désastre. Moins de vingt secondes après qu’on lui ait administré quelque produit (non naturel) que ce soit, elle faisait un choc anaphylactique ; elle commençait ensuite à vomir, à faire des convulsion, ses yeux se révulsaient  et de l’eau qui s’écoulait de son rectum…

 

Après des examens, des tests et des traitements qui ont duré des années, nous avons finalement appris qu’elle avait un système immunitaire hyperactif. De ce fait, elle ne tolère aucun agent de conservation ou ingrédient artificiel. Mary est très allergique au gluten, à la caséine, etc.  Les colorants, les conservateurs, les produits non naturels la rendent très malade.

 

Pour pouvoir fréquenter l’école, nous avons, en 2010, pensé à demander l’exemption religieuse pour les vaccinations. Mais en 2012, la santé de Mary s’aggrava ; elle dut être hospitalisée. Notre médecin nous a expliqué que nous pouvions aussi demander une exemption médicale de vaccinations. Ce médecin nous a confirmé que des vaccinations pourraient compromettre son système immunitaire. Il a  précisé :

 

«  A mon avis, Mary Check ne peut plus tolérer quelque agression que ce soit sur son système immunitaire, aussi minimes soient-elles, car ces dernières pourraient produire chez elle des réactions anaphylactiques. Sont concernés : les vaccins, les médicaments et certains aliments. »

 

J’expliquai cette situation au directeur de l’école en évoquant le fait que je pouvais recourir à des dispenses religieuses et médicales. Mais, quand je voulus concrétiser mes demandes pour pouvoir obtenir ces dispenses, il s’avéra que le délai était passé.

 

24 heures après, l’affaire était classée et Mary se vit refuser ses droits médicaux et fut expulsée de l’école.

 

J’ai été contrainte de porter l’affaire devant un tribunal fédéral pour prouver que ma demande d’exemption religieuse était légitime et pour déposer plainte contre le Système Educatif…

 

Que l’on soit pour ou contre les vaccinations, le droit des parents au choix doit absolument être respecté. Les parents doivent pouvoir choisir les traitements qui sont appliqués à leurs enfants.

 

Les paroles de Barbara Loe Fisher (Présidente du NVIC) m’ont été droit au cœur : «  Nous les parents, nous aimons et connaissons mieux nos enfants que quiconque. Ce sont, et les lois américaines et les impératifs moraux qui font de nous parents, les gardiens de nos enfants jusqu’à ce qu’ils aient l’âge de prendre par eux-mêmes des décisions majeures et vitales. Nous sommes responsables de leur bien-être et ce sont nous les parents qui portons le fardeau des peines, des maladies ou qui faisons le deuil quand il arrive que nos enfants décèdent. Comme nous sommes la voix de nos enfants, nous devrions, après avoir été parfaitement et totalement informés, être autorisés à prendre nous-mêmes des décisions rationnelles, volontaires par rapport à leurs maladies, par rapport aux risques des vaccins que nous acceptons de prendre sans craindre des représailles de la part des employés de l’Etat. »

 

Nous acceptons de discuter, d’être informés, d’éventuellement changer d’avis, mais de grâce, ne nous poursuivez pas et ne nous forcez pas à violer notre conscience et à renier nos croyances. Nous demandons également que les avis de nos médecins soient respectés…

 

Source: Naturalblaze.com

 

 « Il n’est pas possible d’être en présence d’une enfant dont la santé a été profondément dévastée par les vaccinations, et ne pas penser que cet enfant pourrait être le vôtre. Il n’est pas possible de tenter de réconforter une maman qui vient juste d’enterrer son enfant décédé des suites d’un vaccin…et ne pas savoir que vous pourriez être la personne qui se trouve là debout au bord de la tombe. Quand pareil drame arrive à votre enfant, les risques sont de 100 pour cent. »      

Barbara Loe Fisher, Présidente du NVIC, 13 mai 1996

 

Voir le parallèle malheureusement parfait avec l'attitude de crèches francophones soutenues par l'ONE (Office de la Naissance et de l'Enfance) ici en Belgique, qui n'hésitent pas à virer des enfants vaccinés des crèches quand ils ont mal réagi à de précédentes doses et qu'ils sont sous certificat médical de contre-indication, l'Office n'hésitant pas à prétexter que la vaccination doit se poursuivre mais en milieu hospitalier! En réalité, nous sommes arrivés à un degré de tyrannie tel que les idéologues estiment implicitement que c'est aux enfants de s'adapter aux vaccins et non l'inverse. Les enfants sous contre-indication médicale sont donc progressivement assimilés à des coupables qui empêchent les rêves totalitaires des idéologues de se réaliser (taux de vaccination à la soviétique de 100%)

 

Ecoutez cette vidéo incontournable à ce propos:

 

 

 Voir aussi: Lettre à la presse et à l'ONE sur ce scandale vaccinal qui ne peut plus durer

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 21:50

C'est avec tristesse que nous avons appris la victoire du "Oui" (à raison d'environ 60%) lors de la votation suisse du 22 septembre dernier en matière de révision de la loi sur les épidémies.

 

Il s'agit d'une loi floue, et potentiellement très liberticide. D'un autre côté, on peut aussi se réjouir que quasi la moitié de la population ait décidé de voter "NON"! Il faut dire que la population avait été manipulée et effrayée par les gens du camp du "Oui" tels que Claire-Anne Siegrist (détentrice de la Chaire de Vaccinologie Mérieux de l'Université de Genève et qui n'avait pas hésité à affirmer un jour dans la presse que sans vaccins, l'espérance de vie des hommes ne dépasserait pas 35 ans!)

 

Voici, ICI, la réaction très pertinente en vidéo d'un opposant à cette loi qui explique ce que nous avions déjà dit dès la fausse pandémie de H1N1:

 

- qu'il y aura bien d'autres pandémies qui nous attendent

- qu'il est très dangereux de donner autant de pouvoir à des instances internationales opaques comme l'OMS

- que la vaccination est source de graves effets secondaires et que dès lors, elle ne devrait JAMAIS pouvoir être rendue obligatoire en quelque circonstance que ce soit!

etc etc.

 

Suisse-opposant-loi-sur-les-epidemies.JPG

  

giorgio-tremante-300x298.jpg

Cette crédulité abusive d'une majorité de citoyens qui ont ainsi cru "se protéger" en votant en faveur de cette loi, contraste fortement avec l'abnégation et les résultats salutaires obtenus grâce au travail d'un seul homme (ou presque, tant il est charismatique!), en Italie voisine: Giorgio Tremante dont deux de ses fils ont été tués par le vaccin anti-polio et un troisième (Alberto, ici en photo avec son père) rendu handicapé à vie suite à cette même vaccination imposée.

 

Dans son pays, nous tenons à rappeler que Giorgio Tremante a réussi à arracher la mise en place par l'Etat d'un système d'indemnisation des victimes de vaccins, ce qui a mécaniquement décidé les autorités à abolir dans les faits les obligations vaccinales parce qu'un nombre croissant de victimes venaient à se faire connaître avec la charge financière qui peut aller de pair...

 

plaque frères tremante

Dans son pays également, Giorgio a aussi réussi à faire placer une plaque officielle, tout à fait symbolique, en mémoire de ses deux fils décédés. Cette plaque instaurée avec l'aval des autorités véronaises (localité où GSK a d'ailleurs un siège...) mentionne ainsi explicitement, aux yeux de tous, que Marco et Andrea Tremante sont décédés suite à une vaccination obligatoire.

 

Voici à ce propos l'interview intéressante de Giorgio Tremante qu'a réalisée le Dr Françoise Berthoud, pédiatre homéopathe, membre du groupe médical suisse de réflexion sur les vaccins et du Forum Européen de Vaccinovigilance (EFVV), également auteure de plusieurs ouvrages sur la santé de l'enfant et la bonne santé des enfants non vaccinés:

 

Interview de Giorgio Tremante dix ans après la publication du livre

 

Françoise: Peux-tu nous parler de l’évolution des obligations vaccinales dans les diverses provinces italiennes ainsi que de celle de la compensation des dommages vaccinaux?

Giorgio: L’obligation vaccinale en Italie n’a été officiellement annulée que dans la région de Vénétie, en janvier 2008. J’ai dû exercer une forte pression au niveau de l’Institut Supérieur de Santé Publique jusqu’à ce qu’ils m’invitent en qualité d’expert à donner une information dans leurs locaux sur les méfaits des vaccinations. J’avais alors déjà été nommé, en 2007, par le Ministère de la Santé, comme Représentant des dommages vaccinaux en Italie. Je dois certainement une partie du mérite de cette charge à FlavioTosi, qui était à ce moment-là Assesseur de Santé de la Vénétie et qui est aujourd’hui titulaire d’un deuxième mandat comme Maire de Vérone.

 

Toutes les autres régions d’Italie ont maintenu l’obligation vaccinale pendant un certain temps, puis, les années passant, grâce à la pression exercée par les groupes de parents, d’autres régions d’Italie ont commencé – non officiellement, mais officieusement – à laisser les parents libres de choisir s’ils veulent ou non vacciner leurs enfants, en leur faisant signer un document attestant qu’ils en prennent la responsabilité. En 1992, j’ai lutté pour faire passer une loi prévoyant une indemnisation en cas de reconnaissance de l’état de «personne lésée par les vaccins». Ce fut grâce à cela que l’obligation fut supprimée, car le Ministère a vu arriver d’innombrables demandes de recherche des causes de problèmes de santé accompagnées de demandes d’indemnisation. En face de cette situation qui impliquait de grosses sommes d’argent à débourser, l’Etat a cherché à se protéger en annulant les obligations vaccinales, se déchargeant ainsi des problèmes d’indemnisation. Ainsi, la totale responsabilité incombe aux parents qui choisissent librement de vacciner leurs enfants en dehors de toute obligation.

Françoise : Parle-nous de la plaque commémorative se trouvant dans le petit parc près de chez toi.


Giorgio : Je pense que le parc dédié à mes fils «Marco et Andrea décédés à cause de la vaccination obligatoire» est actuellement UNIQUE AU MONDE. Elle est une conséquence logique de la lutte que j’ai menée depuis 40 ans et la preuve de cette vérité dérangeante, niée par une certaine classe médicale pleine d’a priori.


Cette plaque dédiée à mes fils est un acte «officiel» offert par l’administration de la ville de Vérone où je suis né et où je réside, non pas en reconnaissance à ma personne, mais à la mémoire de mes fils, victimes innocentes d’une obligation absurde et anachronique qui a trop duré et persiste encore en partie.

Françoise : Parle-nous un peu de tes luttes depuis la publication du livre.

Giorgio : Parmi les nombreuses actions menées pendant toutes ces années, j’en citerai quelques-unes qui ont certainement contribué à l’histoire des vaccinations en Italie.

En 1992, j’avais dénoncé à la Magistrature le Ministre de la Santé de cette époque, Francesco de Lorenzo qui avait imposé l’obligation de la vaccination contre l’hépatite B. En effet, la multinationale Smithkline-Becman avait payé à De Lorenzo près de dix millions d’euros pour rendre cette vaccination obligatoire. Pour ce faire, il avait publié un nombre de cas d’hépatites B dans un bourg près de Naples qui était supérieur au nombre de ses habitants! Lorsque la proposition d’obligation fut présentée au Parlement et que plusieurs parlementaires qui avaient compris ses manoeuvres lui posèrent problème, il se justifia en assurant que cette vaccination empêcherait les enfants italiens de devenir toxicodépendants. Cette phrase suffit alors pour faire passer cette loi d’obligation!


Plus tard, en 2008, j’ai dénoncé à la Magistrature la société multinationale Glaxo-SmitKline dont le siège italien est à Vérone où j’habite. Leur vaccin contre l’hépatite B contenait des produits transgéniques absolument illégaux.


Conclusion du Dr Françoise Berthoud : Le succès du travail incessant et courageux de Giorgio Tremante dans sa province est remarquable.


Voir la liberté vaccinale essaimer dans d’autres provinces grâce aux craintes des autorités devant les indemnités dues aux enfants lésés par les vaccins et grâce à la pression des parents et de la société civile est un résultat réjouissant. On peut espérer que l’épidémie de liberté s’étende dans tout le pays, et, pourquoi pas, passe les frontières et envahisse l’Europe, comme l’a déjà officiellement souhaité en 2005 le Forum Européen de Vigilance Vaccinale.


Merci à toutes celles et tous ceux qui travaillent dans ce sens, afin que tous nos enfants puissent jouir de la «Bonne Santé des Enfants non Vaccinés».

 

Dr Françoise Berthoud,

Pédiatre et homéopathe

 

Source de cette interview et introduction sur le livre écrit par Giorgio, ICI (Alternatif Bien-Etre)

 

La lutte collective peut réellement aboutir lorsqu'elle est légitime, juste et bien structurée. C'est ce qui s'est par exemple passé dans l'état américain du Vermont, où les activistes du National Vaccine Information Center (NVIC) ont réussi à réinformer correctement les parlementaires locaux sur les véritables enjeux et les véritables risques de supprimer leurs "clauses de consciences" qui sont en fait là-bas des exemptions soit religieuses soit philosophiques, en plus des exemptions médicales classiques. A notre époque toutefois, où les contre-indications médicales à la vaccination ont été réduites à peau de chagrin et où de dangereux fanatiques exhortent à présent les parents à vacciner un enfant ayant déjà mal réagi en milieu hospitalier (plutôt que de s'abstenir et de tout interrompre!), l'existence d'échappatoires est ESSENTIELLE, qu'il s'agisse de refus rangés dans les refus religieux ou philosophiques ou bien de l'instauration d'une clause de conscience. L'injection forcée de vaccins expérimentaux contenant divers produits toxiques constitue le comble de la tyrannie et ceci n'est nullement acceptable dans un état dit "de droit", sous aucun prétexte!!!!!!

 

   

non vaccination obligatoire!

 

 

Voir aussi ce que nous avions publié sur cette mauvaise et dangereuse loi suisse: ICI, ICI et ICI.

 

Les lecteurs suisses ne doivent pas hésiter à se rapprocher des groupes suisses qui ont milité pour le NON (il y a aussi infovaccins.ch etc.) car ils sont l'origine d'informations indépendantes et rigoureuses qui ne sont que trop rarement ou en tout cas pas assez (comparativement au camp opposé) diffusées dans les médias...

 

Nous vous rappelons pour terminer, à l’instar des médecins du groupe médical suisse de réflexion sur les vaccins, la jurisprudence extrêmement claire de la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH, Salvetti, Décision 9.7.2002) en matière d’obligation vaccinale : «En tant que traitement médical non volontaire, la vaccination obligatoire constitue une ingérence dans le droit au respect de la vie privée ».

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article
21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 15:54

Le consentement désinformé

 TV tentacules DEES

 

    Par Shawn Siegel, 19 septembre 2013

 

Nous vivons à l’âge du consentement désinformé. Les parents présument que leurs médecins et les autorités de Santé Publique leur fournissent toutes les informations pertinentes sur les vaccins. Rien ne peut être plus éloigné de la vérité.

 

Il est évident que si les vaccins peuvent tuer et provoquer de graves dommages à vie – ce qu’ils peuvent provoquer et que d’ailleurs, ils provoquent – la personne qui administre le/les vaccins doit fournir cette information au patient, d’une manière non équivoque, quelle que soit l’ampleur du risque estimé. Cette obligation éthique s’impose, mais en fait, elle n’est jamais respectée dans les faits. A cela il y a une raison fondamentale : les facultés de médecine  ne fournissent pas d’enseignement sur l’histoire, la nature des dommages vaccinaux et les décès qui font suite à certaines vaccinations ; il en va de même pour les écoles d’infirmières et les facultés de pharmacie.

 

Pourtant, ce sont des médecins, des infirmières et, de nos jours des pharmaciens qui sont mandatés pour administrer les vaccins, et c’est sur eux que nous comptons pour obtenir une information complète sur la question. Il semble bien y avoir une volonté consciente de taire la réalité des effets secondaires graves des vaccins au cours de ces différents programmes d’études.

 

Beaucoup de médecins qui ont été les témoins de dommages vaccinaux – heureusement pas tous – ne possèdent pas l’intégrité professionnelle nécessaire pour se poser des questions, sans même parler d’une volonté de recherche. C’est là la chose la plus troublante dans l’ensemble des contradictions sur le problème des vaccins. Ces personnes qui sont formées à l’observation, semblent néanmoins être aveugles pour envisager ne fût-ce que la possibilité d’une relation de cause à effet.

 

Il y a une raison pour laquelle le CDC n’a pas averti le public américain en 1999 de la corrélation directe existant entre la quantité de mercure contenue dans les vaccins et l’apparition des troubles de la parole, des troubles d’apprentissage et de l’autisme qu’il avait cependant trouvée dans ses propres études internes : un processus de décision conscient et intolérable. [1]

 

Il y a une raison pour laquelle les études du Dr Viera Scheibner  qui, depuis des décennies, ont montré un lien convaincant entre les vaccins administrés aux nourrissons et l’incidence de la mort subite du nourrisson (MSN), ne sont jamais mentionnées par les responsables de la Santé Publique ; il s’agit apparemment d’une décision apparemment bien consciente. [2]

 

Il y a une raison pour laquelle le CDC (Centres de Contrôle et de Prévention des Maladies (USA) ne mentionne jamais que ce sont les changements radicaux qu’ils ont apporté à la définition et au diagnostic de la polio, juste après l’introduction du vaccin, qui a éliminé la plupart des cas de la maladie et non le vaccin : une décision consciente et délibérée de manipuler le public par rapport aux décisions qu’il est amené à prendre au sujet des vaccins. Pas plus qu’ils ne mentionnent qu’une fois que le vaccin fut autorisé, les anciens diagnostics furent éliminés. L’inclusion automatique dans les statistiques annuelles de polio des cas rapportés par des cabinets de médecins privés ou provenant des services locaux de Santé Publique fut refusée. Le CDC déclarant qu’il était le seul, après examen approfondi et analyses de laboratoire, à pouvoir officiellement valider un dossier. [3]

 

Il y a une raison pour laquelle, parallèlement aux modifications apportées au diagnostic, à l’étiquetage, une modification radicale a été apportée à la définition d’une épidémie de polio, passant de 20 cas pour 100.000 à 35 cas pour 100.000, ce qui permettait de réduire de près de moitié la probabilité que toute flambée soit étiquetée épidémie. – modification qui semble totalement aléatoire, à l’exception du fait que brusquement la polio était présentée comme étant une maladie moins grave ou moins contagieuse ou mieux maîtrisée : une décision consciente pour renforcer l’illusion de l’efficacité du vaccin. [3]

     

Il y a une raison pour laquelle les médias en général n’accorderont aucune place significative à une réelle information sur les pièges et les dangers des vaccins : c’est une décision consciente des éditeurs.

 

Il y a une raison pour laquelle l’industrie du vaccin ne discute pas le fait que pendant des années, des adjuvants tels que ceux qui sont utilisés dans la plupart des vaccins, ont été injectés à des animaux de laboratoire pour déclencher des arthrites rhumatoïdes et autres maladies auto-immunes : une décision consciente pour maintenir le public dans l’ignorance du dilemme éthique. On n’a ensuite pas hésité à recommander leur utilisation pour des injections à des nouveau-nés, des nourrissons, des petits enfants, comme compromis macabre par rapport à des maladies aiguës temporaires.

 

Les effets de ces mêmes adjuvants chez l’homme ont bel et bien été établis par des immunologistes. [4, 5]

 

Il y a une raison pour laquelle chaque médecin ou scientifique qui s’est publiquement exprimé contre les vaccins, a été accusé d’être un charlatan, quelle que soit son irréprochable réputation jusqu’alors : une campagne délibérée pour maintenir le mythe de l’innocuité des vaccins, de leur efficacité et de leur nécessité.

 

Il y a une raison pour laquelle L’Association des Publicistes Américains (AAP) a été jusqu’à suggérer que les parents qui refusent les vaccinations soient châtiés parce que jugés irresponsables et représentant une menace pour la population : une décision  bien consciente.

 

Il y a une raison pour laquelle le Dr Paul Offit a personnellement examiné et approuvé pour publication sur le site de l’Hôpital pour Enfants de Philadelphie un article sur la valeur du vaccin contre la varicelle qui précise que ce vaccin est parfaitement sûr, malgré les rapports post-marketing de réactions  catastrophiques reprises sur la notice du vaccin ; réactions comprenant le choc anaphylactique, l’encéphalite, le Guillain-Barré, ainsi que les données fournies par le VAERS : une décision bien consciente et délibérée. [6, 7, 8 ]

 

Il y a une raison pour laquelle, nulle part dans les grands médias, on a mentionné le fait que, lorsque l’équipe de médecins du Royal Free Hospital a traité douze enfants (Lancet) pour les inflammations qu’ils présentaient aux intestins, leurs symptômes d’autisme ont été considérablement allégés : une information à ce point réjouissante qu’elle aurait dû être claironnée dans les grands titres de la presse mondiale : une décision bien consciente destinée à soutenir l’affirmation selon laquelle il n’existe aucun lien entre ce nouveau syndrome de l’intestin décrit par l’équipe médicale – aujourd’hui corroboré par le Dr Arthur Krigsman, gastroentérologue – et l’autisme. [9, 10]

 

Il y a une raison pour laquelle l’industrie du vaccin ne répondra pas à la divulgation du fait que parmi les 50.000 patients de la Clinique Homefirst Health de Chicago, (le personnel est au courant), il n’y a que quelques cas d’autisme et pratiquement aucun cas d’asthme, d’allergies ou de diabète – des statistiques plus qu’étonnantes avec des implications stupéfiantes et évidentes. Dans la population générale, on pourrait s’attendre à voir 250 ou 300 cas d’autisme ou davantage et des milliers  d’incidents ou troubles auto-immuns. [11]

 

De même, il y a une raison pour laquelle des médecins du CDC qui devaient comparaître devant un Comité du Congrès Américain sur l’autisme étaient à ce point mal préparés à répondre à des questions directes que cela devenait quasi burlesque,  alors que des milliers de parents d’enfants devenus autistes après une série de vaccinations ne pouvaient que regarder ahuris et impuissants : une directive consciente de maintenir une position obtuse [12]

 

Il y a aussi une raison pour laquelle les gens du CDC ne répondront jamais aux arguments de ceux qui voudraient que l’on compare la santé des enfants complètement vaccinés à celle des enfants qui n’ont jamais été vaccinés ; ils prétendront qu’il n’est pas éthique de mener une telle étude en double aveugle, prétendant que le groupe de contrôle ne pourrait dans ce cas bénéficier de la protection du ou des vaccins. On tourne en rond, étant donné que c’est la sécurité et l’efficacité mêmes des vaccins dont il est précisément question. Tout ce qui serait seulement nécessaire, serait d’analyser les données disponibles d’un million ou plus d’Américains qui n’ont jamais été vaccinés par choix personnel : une décision consciente de ne pas débusquer et révéler la vérité.

 

Le comportement de l’industrie du vaccin – du gouvernement, des fabricants, d’une grande partie de l’establishment médical et des grands médias dépourvus d’esprit d’investigation quand il s’agit de vaccins- est vraiment répréhensible. Ces gens-là connaissent très bien la manipulation, la tromperie et la peur. Parfaitement conscients des dégâts catastrophiques qu’engendrent les vaccins, ils s’attèlent à nier farouchement la réalité, ainsi qu’à étouffer et supprimer l’information, alors qu’ils savent pertinemment que cette information est essentielle aux parents pour leur permettre de prendre des décisions responsables en matière vaccinale.

 

Le refus conscient de l’information critique est de la désinformation.

 

Références

 

1. David Kirby, Evidence of Harm, 2005, pp 127 – 131.

2. http://www.consumerhealth.org/articles/display.cfm?ID=19990705002005

3. https://www.facebook.com/notes/great-mothers-and-others-questioning-vaccines/now-ya-see-it-the-polio-caper/522168097823233

4. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12086312?dopt=Abstract

5. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19880572

6. http://www.chop.edu/service/vaccine-education-center/a-look-at-each-vaccine/varicella-chickenpox-vaccine.html 

7. http://www.merck.com/product/usa/pi_circulars/v/varivax/varivax_pi.pdf

8. At http://wonder.cdc.gov/vaers.html  , do the following: Click on Request Form; group results by Event Category; under vaccine products, select Varcel; at number 5, select All Locations; and click Send.

9. The first ten minutes of the following interview with Dr. Andrew Wakefield: http://www.youtube.com/watch?v=fdwk6AdaD4w 

10. https://www.youtube.com/watch?v=U83U0AWTnmg 

11. Start at 14:00 into the interview with Dr. Mayer Eisenstein: http://www.youtube.com/watch?v=NfaISU0AmZ8  

12. Video of the first segment of the Committee on Oversight and Government Reform hearing on autism, November 29,2012: http://thestir.cafemom.com/toddler/147700/congress_discusses_autismvaccine_link_

And http://www.vaccinationcouncil.org/2013/09/19/disinformed-consent-by-shawn-siegel/

 

L’un des médecins auteurs du Code de Nuremberg, le Pr, Dr Jay Katz, spécialiste des questions éthiques a déclaré : «  Si ce n’est explicitement, pour le moins implicitement, il faut que le principe qui régit l’avancement de la science s’incline devant un principe plus élevé : celui de la protection et de l’inviolabilité de l’individu. Les droits de l’individu à une auto détermination et autonomie complètes doivent primer. Les avancées scientifiques pourraient s’en trouver entravées, peut-être même parfois devenir impossibles à réaliser, mais le prix à payer en vaut absolument la peine ».

 

Dans un autre article , le Dr Katz a déclaré que les juges du tribunal de Nuremberg, accablés par ce qu’ils avaient appris «  envisageaient un monde dans lequel des hommes et des femmes libres, pourraient, après avoir été correctement informés, prendre eux-mêmes les bonnes ou même les mauvaises décisions en lieu et place de se voir imposer celles-ci par l’autorité de l’état, de la science ou de la médecine sans avoir été parfaitement informés. »

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article
21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 15:44

Faites vacciner tout votre personnel et...

 le gouvernement vous accordera un surplus financier de 1,4 million de livres Sterling !

 

Christina England, 20 septembre 2013

 

Billets-de-banque-C.England.jpg   

 

 

Le gouvernement Britannique paie maintenant pour que les professionnels de Santé se fassent vacciner.

 

Selon MK News, le gouvernement Britannique a décidé qu’il y avait bien plus d’une façon de contraindre le personnel hospitalier à se faire vacciner contre la grippe cette année.

 

Sachant que de nombreux hôpitaux sont en difficulté financière, le gouvernement a décidé d’avoir recours au chantage, en offrant des liquidités supplémentaires aux hôpitaux (« dependent hospitals »), à la condition qu’ils vaccinent, cette année, tout leur personnel avec le vaccin contre la grippe.

 

MK News qui a rapporté la chose déclare :

 

«  Les chiffres ont révélé que moins de la moitié de tout le personnel NHS de première ligne étaient vaccinés contre la grippe et que dans certains hôpitaux, cela pouvait tomber jusqu’à une personne sur cinq. Mais afin de motiver les hôpitaux à recevoir ces sommes supplémentaires, il a été décidé que ces fonds ne seraient octroyés  que s’ils parvenaient à atteindre l’objectif ambitieux de faire vacciner 75% de leur personnel contre la grippe. […] Les hôpitaux qui n’atteindront pas ces chiffres, auront, l’année suivante, un montant modifié. »

 

Ce que cela signifie c’est que n’importe quel hôpital qui, cette année, n’atteindra pas les objectifs fixés, perdra non seulement le financement supplémentaire de cette année, mais aussi celui de l’année suivante.

 

Le Secrétaire Britannique à la Santé, Jeremy Hunt a fait savoir qu’il voulait que chaque hôpital NHS s’arrange, cette année, pour faire vacciner plus de 75% de son personnel afin de protéger les patients vulnérables. [2]

 

Un mandat non officiel, contraire à l’éthique, et illogique

 

La vaccination forcée serait-elle maintenant la voie à suivre ?

 

Nombreux sont les membres du personnel hospitalier qui sont en colère. Ils accusent le gouvernement Britannique de recourir au chantage affectif. Ils estiment que cette initiative est contraire à l’éthique. Un membre du personnel de santé a déclaré au Nursing Times :

 

«  Ces façons de faire ne permettent plus aux gens de choisir de se faire vacciner ou non…[…] De toute manière, les vaccins contre la grippe ne représentent nullement une garantie que les personnes vaccinées ne devront pas se précipiter aux urgences cet hiver. Cela voudrait-il aussi dire que les gens qui ne travaillent pas dans le réseau hospitalier ou qui n’ont pas la possibilité d’avoir recours aux urgences n’auront aucun souci à se faire ?

 

J’aimerais en premier lieu que les chefs, les directeurs, les cadres supérieurs et les politiciens se fassent vacciner les premiers, puis retournent au travail entre Noël et Nouvel An afin de vraiment donner l’exemple. »

 

Alors que ces idiots veulent forcer le personnel hospitalier dans tout le Royaume-Uni à se faire vacciner, en se servant de l’argent comme de belles carottes juteuses, je me demande si ces gens-là se sont donné la peine d’informer le personnel hospitalier des effets secondaires possibles du vaccin, s’ils leur ont dit, qu’au lieu de les protéger de la grippe, le vaccin pourrait la leur communiquer !

 

Le CDC (Centre officiels Américains de Contrôle et de Prévention des Maladies) précise :

 

«  Le spray nasal (aussi appelé LAIV ou FluMist) : Les virus contenus dans le vaccin administré par vaporisation nasale sont affaiblis et ne provoquent pas de symptômes graves souvent associés à la maladie de la grippe. (Dans les études cliniques, la transmission du virus vaccinal à des contacts proches ne s’est produite que très rarement.)

 

Chez les enfants, les effets secondaires du LAIV ( FluMist) peuvent inclure :

 

  • Nez qui coule
  • Respiration sifflante
  • Maux de tête
  • Vomissements
  • Douleurs musculaires
  • Fièvre    

 

Chez les adultes, les effets secondaires du LAIV (FluMist) peuvent inclure :

 

  • Nez qui coule
  • Maux de tête
  • Maux de gorge
  • Toux [4]

 

La liste des effets secondaires impressionnants du vaccin proposée par le CDC m’apparaît correspondre aux symptômes-mêmes de la grippe. Donc, quel est le sens d’administrer ce vaccin à des infirmières -  qui s’occupent de patients vulnérables - et qui pourra leur provoquer les symptômes qu’elles veulent précisément éviter ?  

 

Le vaccin contre la grippe peut entraîner la mort

 

En 2011, Mary Tocco co-fondatrice de « Campagne Sécuritaire pour les Ecoles » a écrit qu’il était de notoriété publique que la vaccination contre la grippe pouvait entraîner des effets secondaires graves, y compris des décès :

 

« Ils combinent différentes souches de virus contre la grippe sur base de jugements approximatifs, puis recommandent le vaccin à tout le monde, y compris aux enfants et aux femmes enceintes. Selon le Rapport de Statistiques 1999-2003 du CDC, les décès d’enfants  en dessous de 5 ans suite à la grippe, ont monté en flèche à partir du moment où on a commencé à vacciner les enfants contre la grippe. De 1999 au début de 2002, les taux de mortalité ont diminué de 25 à 10 par an. Ensuite, au cours de la deuxième moitié de 2002, alors que  le CDC avait rendu le vaccin contre la grippe obligatoire pour les enfants, le taux de mortalité est passé de 25 par an à plus de 90 en 2002 ! La mort est un fort mauvais effet secondaire du vaccin ! » [5]

 

Compte tenu de son témoignage, je crois personnellement qu’il est beaucoup plus sûr de faire une grippe, que de risquer une vaccination pratiquement non testée et concoctée sur base de jugements approximatifs.

 

Conclusion

 

On a toujours considéré que les infirmières étaient des aides précieuses. Les forcer à se faire vacciner en agitant une belle carotte juteuse accrochée à une seringue, en leur faisant croire qu’elles mettent leurs patients en danger si elles ne se font pas vacciner n’est tout simplement pas correct du tout. Il ne s’agit de rien d’autre que de chantage affectif.

 

Pourquoi le gouvernement devrait-il penser qu’il est juste de priver certains hôpitaux des sommes dont ils ont un impérieux besoin. Pourquoi le gouvernement se permet-il de dire que ces sommes d’argent ne seront disponibles que si le personnel hospitalier se fait vacciner avec des vaccins inutiles et dangereux ?

 

Avouons-le. Si tous les membres du personnel décident de se faire vacciner contre la grippe, «  pour le bien de leurs patients » et que 90% d’entre eux attrapent la grippe, que va alors faire le gouvernement ? Je puis à peine imaginer que le Premier Ministre britannique, David Cameron, et le Vice-Premier Ministre, Nick Clegg aillent s’occuper de changer les draps de lit et fournir les bassins pour les besoins naturels des patients qui les demanderont.    

 

Références

 

1.http://www.mkweb.co.uk/News/Community/Big-cash-boost-for-hospital-dependent-on-flu-vaccinations-20130910191711.htm

2. http://www.mirror.co.uk/news/uk-news/nhs-make-sure-75-staff-2263045

3.http://www.nursingtimes.net/nursing-practice/clinical-zones/immunology/staff-flu-vaccination…

4. http://www.cdc.gov/flu/protect/keyfacts.htm

5. http://www.newswithviews.com/Tocco/mary108.htm

 

Source: Vactruth 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 20:30

Vous pouvez lire ici le communiqué co-signé par six médecins du groupe médical suisse de réflexion sur les vaccins, au sujet de cette dangereuse loi qui gagne réellement à être rejetée lors de la votation prévue le 22 septembre prochain.

 

Nous vous rappelons que vous pouvez aussi écouter ou réécouter l'interview audio du Dr J-P. Ecklin sur ce même sujet il y a encore quelques jours. Vous pouvez aussi visiter l'excellent site trilingue du groupe à l'origine de la possibilité de voter pour ou contre cette loi: www.non-a-la-vaccination-obligatoire.ch

 

Informez-vous, lisez, c'est MAINTENANT qu'il faut le faire et pas regretter par après d'avoir contribué à son propre escalavage et à sa propre mise en danger!

 

manif-suisse-votation.jpg

Séance d'information à Lausanne au sujet de la future loi sur les épidémies  

 

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article
8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 15:40

Le journal Le Soir a publié dans l'édition de ces 7 et 8 septembre un article des plus inquiétants sur l'avènement (ou presque) du fichage ADN généralisé.

 

On commence doucement mais selon nous, il est évident que l'argent sera trouvé et que ce genre de projet sera promu "au nom de la Science", de potentielles découvertes positives etc etc.

 

Mais le fait est que le séquençage de l'ADN de milliers de nourrissons débute déjà aux USA à l'heure actuelle. Tous ces enfants auraient-ils marqué leur accord s'ils étaient en âge de le faire? L'accord de tous les parents a-t-il vraiment été sollicité? Nous pouvons à tout le moins être très sceptiques et circonspects sur ce point aussi.

 

Détectera-t-on des mutations ou finira-t-on aussi peut-être par en provoquer pour prétendument mieux les étudier? (ce qui est le même genre de "raisonnement" que celui des apprentis sorciers qui ont déjà croisé les virus H1N1 et H5N1 mais aussi H7N9 et H5N1 pour soi-disant mieux prévenir et mieux préparer une future pandémie!)

 

ADN-sequencage.jpg

A, T, C, G, les "lettres de base" qui composent l'alphabet général (le génome). L'information génétique des êtres vivants se retrouve au niveau du noyau de toutes les cellules et sa nature dépend de l'ordre d'enchaînement de ces "lettres". L'ADN a une structure en "double hélice" et les nucléotides (associations d'un sucre à cinq atomes de carbone, d'un groupement phosphate et d'une baze azotée (A, T, C ou G) ) ne s'apparient pas n'importe comment entre les deux brins de cette double hélice. Les bases A s'associent toujours sur l'autre branche de l'hélice à un T et vice-versa. De même, les bases C s'associent toujours à G et vice-versa, aucune autre combinaison n'étant possible entre les deux brins. On a longtemps pensé que l'ADN commandait l'aval sans que l'aval (influences extérieures diverses) puisse cependant aussi influencer en retour l'ADN ce qui est pourtant bien le cas. 

 

Là encore, qui en profitera le plus? Big Pharma avec des traitements déjà tout prêts en embuscade, qui ne manqueront pas d'occulter toutes les autres possibilités de traitements et de prévention. C'est le même danger et le même carcan idéologique qui est ici à l'oeuvre que celui des vaccins ou encore tout le vaste champ d'une médecine purement symptomatique.

 

Avec les vaccins, on simplifie de façon éhontée les mécanismes immunologiques, on se trouve dans un cadre conceptuel qui est à mille lieues de la complexité réelle du système immunitaire. Le "tout vaccin" est le pendant, en matière de vaccinologie, du réflexe des médicaments symptomatiques à la moindre occasion en médecine en général (antibiotiques, cortisone, médicaments pour faire baisser la fièvre etc).

 

Avec l'origine génétique, on est souvent dans le même type de simplisme, parce que quelque part, ce serait psychologiquement plus confortable pour toute une série de malades de se décharger de leur responsabilité personnelle dans l'apparition de telle ou telle maladie chronique (bien davantage liée au mode de vie qu'à des déterminants purement génétiques!). Dans cette situation, on peut alors affirmer "C'est la faute à pas de chance, j'avais les mauvais gènes!" Mais il ne faudrait pas oublier que seule une infime minorité de maladies sont des maladies génétiques pures c'est à dire des maladies qui sont entièrement conditionnées par la présence ou l'absence de telle ou telle version d'un ou de plusieurs gènes qui suffit alors à elle seule à faire apparaître un état pathologique. Dans les autres cas, l'implication des gènes ne pèse en moyenne jamais plus de 30% dans la responsabilité globale de tel ou tel état morbide.

 

Les questions éthiques risquent évidemment de recouper celles liées aux vaccinations forcées ou encore au puçage. Il est absurde et hallucinant que l'ADN des gens puisse être séquencé ou même analysé/interprété sans leur accord, même au nom de soi-disant grandes avancées scientifiques!. Dénuder ainsi le patrimoine génétique des populations est extrêmement risqué parce que cela ouvre ainsi la porte à toutes les dérives possibles, y compris de la part des dirigeants eux-mêmes ou des instances internationales noyautées par toutes sortes de lobbies, devant lesquelles les dirigeants nationaux se prosternent.

 

Nous sommes à une époque où nous ne pouvons plus faire une joyeuse et sincère confiance dans la Science pour la simple et bonne raison qu'elle est largement prostituée. Or, pour faire une analogie qui a ici vraiment tout son sens, que se passe-t-il si une personne qui fréquente les prostituées ou si les prostituées elles-mêmes ne pensent pas suffisamment à se protéger? Ils risquent des maladies sexuelles transmissibles. Eh bien ici c'est pareil, si nous ne pensons pas suffisamment à nous protéger des influences générales que peuvent avoir sur nous toutes sortes d'instances, de gouvernements ou d'idéologies, nous risquons bien entendu d'en payer le TRES GROS PRIX.

 

A une époque, Mayer Amschell Rotschild disait "Donnez-moi le droit d'émettre et de contrôler l'Argent d'une Nation et alors, peut m'importe qui fait ses lois.". Mais on pourrait avec cette affaire de séquençage ADN généralisé paraphraser ses propos en disant "Donnez-moi le droit de connaître et de contrôler l'ADN d'une Nation et alors peu m'importe le droit des gens d'être en bonne santé en se soignant comme ils le veulent."

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 22:40

Une mère perchée sur le toit de l'école à Allevard-les-Bains (Isère)

 

Par Céline Aubert (France 3), le 5 septembre 2013

 

Troisième rentrée sans école pour les enfants Guéret. Depuis 2011, Tiwan et Kali sont déscolarisés. A l'origine, parce qu'ils n'avaient pas reçu le DT Polio, vaccin obligatoire. Aujourd'hui ils pourraient être scolarisés, dans un autre établissement. Impensable pour les parents.

 

toit-ecole-allevard-les-bains--gueret.jpg

 

A 8 heures ce jeudi 5 septembre au matin, Stéphanie Guéret s'est hissée sur le toit du gymnase de l'école d'Allevard-les-Bains. Maman de trois enfants dont deux en âge d'être scolarisés, elle et son compagnon Rémi sont entrés en guerre contre la direction de l'établissement qui refuse d'admettre Tiwan (8 ans) et Kali (6 ans) depuis deux ans. 


Les parents affirment aujourd'hui que l'aîné présenterait bien tous les vaccins obligatoires et pour la fillette, ils disent avoir obtenu un certificat de contre-indication. L'Inspection académique accepte donc de les scolariser, mais à Saint-Maximin, les rapports avec l'école d'Allevard étant trop tendus. Pour les parents, c'est inacceptable. Ils ne comprennent pas pourquoi leurs enfants ne peuvent pas aller à l'école dans leur village.  

 

Deux ans de tension 

 
Deux ans donc que la tension monte entre les parents Guéret et la direction de l'école d'Allevard-les-Bains. A l'origine de la mésentente, le DTPolio, que Stéphanie et Rémi Guéret auraient refusé de donner à leur fils Tiwan, car celui-ci était devenu asthmatique juste après un rappel de vaccin. Pour autant, les parents ont toujours nié être des "anti-vaccins". C'était en 2011. Les parents avaient alors manifesté devant l'école pendant près de 15 jours, faisant mine de faire cours dans la rue, banderoles brandies à bout de bras. 

 

En 2012, nouvelle rentrée sans école. Stéphanie Guéret fait classe à ses petits à la maison. Tiwan et Kali ne sont toujours pas scolarisés. L'aîné a pourtant tous ses vaccins, d'après les parents. Quant à la fillette, ils expliquent avoir un certificat de contre-indication, comme le veut la loi. Problème, le carnet de santé a été perdu par les parents, le document de contre-indication égaré par l'Inspection académique.  

 

Cet après-midi, un conseiller du recteur a tenté de dialoguer avec Stéphanie Guéret, mais celle-ci refuse de descendre tant qu'elle n'aura pas en mains les certificats de scolarité de ses enfants à Allevard.

 

Source : France 3 (= diverses vidéos sur cet épisode)

  

Un grand BRAVO à ces parents et à tous ceux qui sont déterminés à ne pas laisser la tyrannie vaccinale encore gagner un peu plus de terrain !

 

Dans un état normal, avec un public suffisamment mature et conscient des enjeux, ces parents seraient nettement plus soutenus que ce qu’ils sont déjà car il y va de l’avenir, de la liberté et de la santé de toutes les générations futures.

 

Alors que ces enfants respectent les critères des lois en vigueur, on crée un régime d’exception qui permet à la tyrannie vaccinale de gagner encore du terrain. Dans le même temps, il ne faudrait pas non plus l’oublier,  cette même tyrannie vaccinale a encore grignoté du terrain en supprimant l’ancien vaccin obligatoire DTP sans aluminium pour imposer à tous de l’aluminium notoirement neurotoxique et ce encore plus, à fortiori, pour de jeunes enfants.

 

L’aluminium peut favoriser les troubles du développement et de l’apprentissage, l’autisme et l’hyperactivité (entre autres nombreux méfaits !) et donc qu’un établissement scolaire accepte de cautionner pareil empoisonnement forcé et idéologique est plus qu’affligeant. Mais n'est-ce pas là un fameux indice qu’une bonne partie des enseignants et des établissements n’ont même pas la saine tournure d’esprit indispensable quand on prétend participer à l’éducation de générations futures lucides, intelligentes et responsables?

 

Au lieu de cela, l’éducation se transforme en véritable « lavage de cerveau », comme le montrent notamment divers programmes de télévision (pour ne pas dire d’endoctrinement) à destination des jeunes enfants, dans le but de leur faire gober presque dès le berceau le baratin vaccinal !

 

L’omerta vaccinale vacille parce que de plus en plus de parents vont parler, dénoncer, réclamer réparation ou le respect de leurs droits actuels et ceux de leurs enfants. C’est TOUS ENSEMBLE que nous pourrons renverser pareille tyrannie. Cela n’est plus qu’une question de temps. Dès lors, si tous les gens un peu timorés pouvaient comprendre l’importance et l’intérêt « d’apporter leur pierre », ce serait une énorme avancée sanitaire et démocratique que nous pourrions offrir aux générations futures et cela dès que possible. Le plus tôt sera vraiment le mieux!

 

 

 Voir aussi les articles connexes suivants:

 

Acharnement inacceptable sur les parents Guéret, dans l'Isère

 

Après les enfants Guéret, c'est la petite Luna qui est exclue de l'école pour cause de vaccin DTP indisponible!

 

Fondation Stacy: un nouveau partenaire belge dans le domaine de la santé & de la vaccination

 

Effets du vaccin ROR: des parents en détresse jettent une bouteille à la mer

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article
5 septembre 2013 4 05 /09 /septembre /2013 20:34

Vous pourriez vous demander en quoi cela est-il lié au sujet des vaccinations ou de la santé?Mais que se passerait-il si, comme en 2009, une nouvelle loi d'exception (comme on en prépare d'ailleurs aussi en Suisse) rendait de nouveau possible une vaccination obligatoire ?

 

Qui peut affirmer que les contestataires ne seront pas rangés bien commodément du côté des "terroristes" si nos bons experts habituels décrètent que la stabilité du pays dépendait d'une telle vaccination hasardeuse? (Lire aussi ICI notre précédent article à ce sujet.)

 

Recours en annulation contre la loi anti-terroriste



La Ligue des droits de l'Homme, le Syndicat des avocats pour la démocratie, la FGTB et la CNE ont introduit auprès de la Cour Constitutionnelle un recours en annulation contre une disposition de la loi anti-terroriste du 18 février 2013, annoncent dans un communiqué commun la LDH et le SAD. La Ligue des droits de l'Homme avait appelé en février dernier le Sénat à postposer l'examen du projet de loi, estimant que la nouvelle loi fera peser d'importantes menaces sur l'exercice de la liberté d'expression de certains mouvements sociaux.

    Source : 7sur7.be

La loi du 18 février 2013 est une transposition en droit belge de la décision-cadre européenne du 28 novembre 2008 en matière de lutte contre le terrorisme. Ce texte prévoit notamment l'introduction d'une disposition dans le Code pénal, l'article 140bis, rendant punissable l'incitation à commettre un acte terroriste. "Une personne, qui tiendrait un discours n'appelant aucunement à la commission d'infractions terroristes, pourrait se voir condamnée même en l'absence de toute commission d'infraction, parce qu'un juge aurait le sentiment d'y déceler un discours caché incitant à la commission d'un tel acte", dénonce la Ligue des droits de l'homme. Celle-ci exige le retrait de la notion d'incitation indirecte à la commission d'une infraction terroriste.



La LDH estime que la nouvelle incrimination risque d'avoir des conséquences indésirables en matière de liberté d'expression et pourrait nuire au travail notamment des organisations de protection des droits humains mais aussi des enseignants et chercheurs ou des journalistes. Plus largement, "cette loi peut porter atteinte à la liberté d'expression de tous, et en particulier de celles et ceux qui sont à l'origine de mouvements sociaux et dont la mission est, entre autres, de dénoncer l'injustice sous toutes ses formes", ajoute la LDH. Celle-ci invite le Parlement à reprendre l'évaluation de la législation anti-terroriste initiée fin 2008 " avec l'objectif de la rendre conforme au respect des droits et libertés fondamentaux"

 
Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article
3 septembre 2013 2 03 /09 /septembre /2013 19:12

Ce 3 septembre 2013, le Dr Jean-Paul Ecklin, médecin généraliste et membre du groupe médical suisse de réflexion sur les vaccins, était interwiewé par la Radio Télévision Suisse.

 

ECOUTER CETTE INTERVIEW

 

 

Le bon sens de ses arguments devrait inciter tous les Suisses doués de raison à voter NON le 22 septembre prochain lors de la votation sur cette nouvelle loi!

 

 

C'est toujours sur le vague et le flou que les mesures liberticides peuvent prendre naissance. La loi d'exception prise en Belgique en 2009 comprenait aussi ce flou, ce qui avait justifié qu'Initiative Citoyenne entre en action pour empêcher qu'une vaccination puisse devenir obligatoire.

 CIBLE VACCINALE



 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article
30 août 2013 5 30 /08 /août /2013 20:05

Objet : Votations suisses du 22 sept : "Loi sur les Épidémies" : dites NON si vous voulez éviter fichage, criminalisation du simple citoyen, viol de son intégrité corporelle, et autres rétorsions...

 

SUISSE-VOTATION.jpg

 

Chers amis,


L'heure est grave. Dans un "quasi-silence assourdissant" sur ce sujet dans les médias depuis longtemps (ou alors avec la parole accordée très majoritairement toujours aux mêmes, représentants des intérêts des multinationales pharmaceutiques...), on nous a préparé un paquet de lois infâmes, indignes d'une démocratie !


Vous avez dit "gouvernement mondial" ? Celui-ci, je n'en veux pas. C'est celui qui orchestre la libéralisation générale, sous le nom de mondialisation, et qui ne favorise la liberté que des multinationales et de quelques entreprises pointues, pas celle des simples citoyens, coincés dans un système de guerre économique, et d'endettement artificiel habilement organisé...


Contraindre à se faire vacciner est un acte gravissime, pour qui connaît la composition complète des vaccins, et leurs risques cachés. Entre autres, une micro-encéphalite post-vaccinale est fréquente, entre autres. Heureusement, elle n'est que "micro-", la plupart du temps. Mais à force de répéter les vaccins....?!?


J’œuvre comme médecin, en cabinet privé depuis plus de 25 ans. Je ne peux rester muet face à ce qui se trame. Et n'ai qu'un regret : n'avoir pas eu la disponibilité de faire connaître ceci plus, plus tôt, plus vite...


On pourra lire la suite de mes réflexions plus loin. Je laisse d'abord ici la place à quelques références internet des référendaires contre cette loi : PRENEZ LE TEMPS DE LES LIRE :

C'EST ASSEZ EFFARANT !


Et à vous de jouer ensuite, pour transmettre à d'autres pendant qu'il est encore temps. Quoi qu'il puisse arriver, plus nous serons nombreux à savoir, et à agir en conséquence, et mieux nous laisserons de chances à une "santé autrement", et à une liberté de conscience, de survivre !!!

Faites un copier-coller des références dans votre moteur de recherche, et vous verrez !


http://loi-epidemies-attention.ch/fr/depliant
http://www.nein-zum-impfzwang.ch/fr  (français)
http://epidemiengesetz-achtung.ch/sites/default/files/LEp-NON-depliant.pdf  (français)
http://epidemiengesetz-achtung.ch/fr/en-resume  (français)
http://epidemiengesetz-achtung.ch/sites/default/files/LEp-NON-tract.pdf  (français)


Il y a 4 ans, (c'est déjà loin, on compte sur notre oubli ???), le spectre de la grippe H1N1 était brandi dans tous les medias, l'Organisation Mondiale de la Santé (financée pour moitié environ par les producteurs de vaccins) déclarait une pandémie mondiale, tous les gouvernements achetaient des millions de doses de vaccins, et de remèdes antiviraux chimiques prétendument efficaces, puis essayaient de les fourguer à tout le monde. Les 2/3 des infirmiers et infirmières, tout de même méfiants, refusaient de se faire vacciner. Surtout après les 1ères victimes chez les infirmières suédoises....

 

En Suisse, un médecin sur 2 était contre cette vaccination.... pour lui-même et sa famille. Mais parfois la pratiquait sur ses patients. Des millions de francs de vaccins et de médicaments jetés à la poubelle finalement...? Non, les produits seulement. Les francs, eux, sont partis sur les comptes en banque des pharmas... et de quelques autres intervenants probablement.


Et, ce dont on ne parle quasi jamais, mais dont un médecin comme moi sait que cela existe, des victimes d'effets secondaires parfois graves de ce vaccin (comme d'autres), et qui frappent à ma porte 1, 2, 3, voire 4 ans après, parfois au bord du suicide à force de souffrances non reconnues et non soulagées. Parfois, les médecines naturelles parviennent, non sans efforts coûteux, à "récupérer" ces personnes, à leur redonner une santé acceptable. Mais parfois non, ou pas assez.


Restent les yeux pour pleurer, et des consciences à réveiller. Pour que ça ne se reproduise pas.


Or, c'est ce qu'on nous prépare, avec cette nouvelle loi, et en pire ! Grâce à l'aventure H1N1, une partie importante des citoyens, surtout grâce à internet, a pu prendre la mesure du problème des vaccinations, prétendues efficaces et sans danger. Si elles l'étaient, il n'y aurait pas de problème, et aucun besoin de contrainte ou de menace pour que les gens courent se faire vacciner.  Bien conditionnés, certains courent de toute façon.


Mais, en rendant une vaccination obligatoire, on rend toute comparaison scientifique entre vaccinés et non-vaccinés impossible, pour cause d'inexistence des non-vaccinés !!! Or, l'histoire a montré clairement ceci (2 exemples parmi de nombreux autres) :


Aux Philippines au début du 20ème siècle, on a fait de multiples campagnes de vaccinations contre la variole. Résultats : le taux de variole a été multiplié par 6 à 10 (!!!) dans les îles vaccinées, et en particulier à Manille où tout le monde était survacciné, alors que sur l'île philippine de Mindanao, où les habitants avaient refusé d'être vaccinés, l'incidence de la variole était resté identique au point de départ.


En France, "avec la vaccination", la tuberculose a régressé et quasi disparu. Oui mais, ce qu'on ne dit ni ne montre, comme d'habitude :


1/ cette régression avait démarré bien avant l'introduction du vaccin, et était déjà très avancée lors de l'introduction du vaccin.


2/ aux Pays-Bas, où le vaccin n'était pas obligatoire, et où seuls 5 à 10 % de la population s'est fait vacciner volontairement : la régression s'est produite non seulement à la même vitesse qu'en France, mais a abouti à une disparition finalement plus rapide, car il n'y a pas eu les petites remontées momentanées (gommées dans les statistiques usuelles) liées aux campagnes de vaccination telles que pratiquées en France....


Par ailleurs, on nous bassine, malgré les faits ci-dessus et bien d'autres, avec une prétendue protection collective ! Si un vaccin était vraiment efficace et sans danger, le vacciné n'aurait rien à craindre d'un non-vacciné ! Pourquoi alors ce conformisme imposé, cette "chasse aux sorcières", cette suspicion jetée comme par hasard sur les réticents à l'industrie du médicament ?? Une personne, vaccinée ou pas, peut être un porteur sain de microbes. Ils se développent, ou pas, chez d'autres selon leur terrain biologique, leur santé, qui ne saurait pas tenir qu'à la question vacciné ou pas : tant de facteurs de santé interviennent ! Mais la majorité ne sont pas brevetables, donc peu rentables !

 

Combien de personnes savent que les vaccins contiennent pour la plupart des métaux lourds (Mercure, Aluminium), toxiques pour le cerveau, le foie, les reins, la thyroïde etc. ? Et aussi des impuretés génétiques issus des milieux de cultures (pour tous les vaccins viraux) : fragments d'ADN issus d'oeufs, de reins de singes, de foie de singes, de cellules cancéreuses humaines, etc, (tout ceci étant ou ayant été des milieux de culture des virus vaccinaux historiquement)... Etc, etc...


Se référer notamment au livre du Prof agrégé de biologie Michel Georget : " Vaccinations, les vérités indésirables ", éditions Dangles.


Et aux sites internet suivants

 

http://www.wikistrike.com/article-la-puce-rfid-dans-les-vaccins-86646465.html
http://www.youtube.com/watch?v=qyryg2Jckyc
http://www.youtube.com/watch?v=MUNa7SJxEp4
http://www.youtube.com/watch?v=26SSKYG6iWk
http://accord-nature.over-blog.com/article-le-vaccin-pour-la-sterilisation-definitive-de-l-humain-a-ete-teste-et-s-est-revele-efficace-sur-tous-117582270.html
http://www.sylviesimonrevelations.com
http://www.editions-jouvence.com/fr/ouvrages/fiche.cfm?ouvrage=K1443
http://artdevivresain.over-blog.com/article-la-cour-d-appel-de-rennes-reconnait-le-lien-entre-vaccination-et-une-sclerose-en-plaques-115835695.html
http://artdevivresain.over-blog.com/article-la-vaccination-tue-des-millions-d-enfants-dans-le-monde-116776767.html
http://www.bickel.fr/nouveausite/index.php
http://www.infovaccins.ch
http://www.santeglobale.info/category/sante/vaccins
http://www.micheldogna.fr/index.html
http://www.infomicheldogna.net
http://www.lesmotsontunsens.com


Les dizaines de médecins qui ont dénoncé les méfaits des vaccinations, au fil de nombreux livres et articles, n'ont eu aucun procès en diffamation ou calomnie. Même s'ils ont pu commettre, comme moi ce jour peut-être, quelques excès ou de menues erreurs ou approximations, le plus gros de leur argumentation étant très solide et imparable, il était toujours plus simple pour les pharmas de leur couper simplement le plus possible l'accès aux grands medias. Un procès aurait été trop de pub pour le point de vue critique contre les vaccins. Par contre, certains, comme le Professeur Marcel Ferru, Prof de pédiatrie en France, ont vu leur carrière tourner court, après la publication de " La faillite du BCG " (vaccin contre la tuberculose)....

 

Merci de votre attention et de ce que vous pourrez faire.


Dr Philippe Corajod


1635 La Tour-de-Trême


Suisse

 

 

« Post-scriptum : suite à ma prise de position en 2001 dans le cadre d’une campagne de vaccinations visant 11000 enfants et jeunes de ma région (suite à 3 cas de méningite bactérienne), une rumeur a été répandue selon laquelle j’arrêtais ma pratique de médecin. Volonté de nuire délibérée…. Puis, suite à celle que j’ai prise dans le cas de la grippe H1N1 en 2009, j’ai reçu la menace de devoir quitter le canton, ou même la Suisse. Les craintes ne doivent pas être exagérées, mais je constate que des rétorsions existent. INUTILE DE DIRE QU’UN MEDECIN HOSPITALIER OU INSTITUTIONNEL NE PEUT AVOIR MA LIBERTE DE PAROLE, sans risque encore beaucoup plus important… » [Lire aussi ce document que j'ai rédigé.]

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article
24 août 2013 6 24 /08 /août /2013 21:45

«La loi sur les épidémies attaque la liberté individuelle»

 

Votations du 22 septembre - Un comité référendaire contre la loi sur les épidémies soumise au peuple en votation le 22 septembre a estimé jeudi qu'elle s'en prenait à la liberté individuelle et au rôle des médecins de famille.

 

epidemies.jpg

Pour les opposants au texte, il s’agit d’une «violation de la souveraineté des cantons», compétents pour les questions de santé publique.

 

Les référendaires font recours contre la brochure des votations

 

Les opposants à la nouvelle loi sur les épidémies ont fait recours à cause d’une erreur glissée dans la brochure des votations du 22 septembre. Ils veulent une correction du texte qui prétend que les droguistes font partie du camp du «oui» alors qu’ils n’ont pas donné de mot d’ordre et sont divisés.

 

La nouvelle loi sur les épidémies, trop vague et équivoque, empiète sur la liberté individuelle des citoyens et sur le rôle des médecins de famille. Le comité référendaire, emmené par le naturopathe Daniel Trappitsch, a expliqué jeudi à Berne pourquoi il juge le texte qui sera soumis au peuple le 22 septembre indigne de la démocratie directe.

 

Cette loi amènera l’Etat à créer «un jardin d’enfants sécuritaire qui court-circuitera le rôle des médecins de famille», dénonce le médecin Dominique Bättig, ancien conseiller national UDC jurassien et responsable de la campagne des référendaires pour la Suisse Romande. Il s’agit d’une «violation de la souveraineté des cantons», compétents pour les questions de santé publique.

 

La révision revoit la répartition des tâches entre la Confédération, les cantons et des tiers. La Confédération assumera désormais un rôle de leader en définissant des axes et des buts stratégiques pour prévenir les épidémies, mais les cantons resteront compétents pour l’exécution. Les référendaires n’en rejettent pas moins une «centralisation abusive».

 

Des experts en droit parlent même d’une loi «extrêmement totalitaire», souligne Daniel Trappitsch. Le président de l’association «Netzwerk Impfentscheid» (réseau de décision sur les vaccins) s’en prend avant tout aux obligations de vaccination. Selon lui, elles ne devraient s’appliquer que lorsque le danger est élevé pour une grande partie de la population, et non dans des «situations particulières».

 

«Médecine préventive étatiste»

 

Les référendaires dénoncent ce type de tournures équivoques et les termes juridiques «mal définis» utilisés dans les articles de loi. Si l’Organisation mondiale de la santé (OMS) perçoit une situation similaire à celle de quelques cas de rougeole en été 2013 en Suisse, l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) pourra déjà proclamer un état d’urgence épidémiologique, regrette Daniel Trappitsch.

 

«L’Etat rend obligatoires les vaccinations et les firmes pharmaceutiques vendent les produits, l’urgence les dispensant de réaliser des études de risques et d’examiner les effets secondaires potentiels», ajoute Dominique Bättig, qui parle de «médecine préventive étatiste globale». Un Etat de droit ne peut violer l’intégrité d’un citoyen que lorsque l’intérêt public prévaut, relève Urs Gasche, conseiller national PBD bernois.

 

Connivence internationale

 

D’après les référendaires, il ne faut pas donner davantage de pouvoir décisionnel à l’OFSP ou à d’autres organes centralisés dont l’indépendance par rapport au lobby de l’industrie pharmaceutique n’est pas garantie. Et de rappeler la grippe porcine en 2009 et 2010, où le médicament de Roche, le Tamiflu, s’est vendu comme des petits pains grâce à l’alarmisme de l’OMS et de la Confédération.

 

La grippe porcine s’est finalement révélée «moins dangereuse que la grippe saisonnière», déplore Yvonne Gilli, médecin et conseillère nationale verte st-galloise.

 

Les premiers à pâtir d’une situation où la Confédération décréterait l’état d’urgence sont les gens dans les écoles et les crèches ainsi que le personnel des hôpitaux refusant de se faire vacciner ou de vacciner des êtres humains contre leur gré.

 

Hausse des primes

 

Ceux-ci seraient alors menacés de suspension ou même de licenciement. En outre, «on court le risque de voir s’accélérer la hausse des primes des caisses maladie», la nouvelle loi ne réduisant pas les coûts mais les augmentant, assure Daniel Trappitsch.

 

Le président de «Netzwerk Impfentscheid» soutient que la prise en charge par patient atteint au moins 1000 francs en cas d’effets secondaires graves. D’après l’Institut allemand d’épidémiologie Robert Koch, ceux-ci concernent en moyenne 2% des vaccinations. «Sur les 4 millions de vaccinations effectuées chaque année en Suisse, le coût se monte déjà à 80 millions par an», relève le naturopathe.

 

La nouvelle loi offre toutefois la possibilité d’une indemnisation en cas de problème lié à un vaccin. Le ministre de la santé Alain Berset a aussi assuré que personne ne pourra être vacciné contre son gré. Le texte conservera la pratique actuelle en matière de vaccination, reposant sur une base volontaire, a-t-il ajouté. Par ailleurs, les cantons peuvent aujourd’hui déjà déclarer les vaccinations obligatoires.

 

www.non-a-la-vaccination-obligatoire.ch

 

(ats/Newsnet)

 

Source: Le Matin.ch

 

Nos amis suisses font un excellent travail d’information et dénoncent exactement ce que nous dénoncions déjà en 2009, dans le contexte de loi d’exception: des vaccins risqués au développement bâclé, vendu au seul bénéfice des pharmas lesquelles jouissent en plus d’une impunité juridique, le tout grâce à la complicité scandaleuse de l’OMS ! Et le risque bien sûr de vaccinations forcées sur base de textes flous et d’alertes mouvantes. (même si pour faire passer la loi, les politiciens assurent déjà que personne ne sera obligé de se faire vacciner contre son gré… mais alors, pourquoi la loi prévoit-elle cette possibilité ?!)

 

C’est pourquoi nous leur apportons tout notre soutien et leur adressons nos plus vifs encouragements lorsqu’ils disent « NON aux aventures liées à la globalisation, à la vaccination obligatoire et aux techniques génétiques » !

 

Nous vous invitons à visiter leur site trilingue très bien fait et à diffuser des informations autour de vous en vue de la votation du 22 septembre prochain.

 

LES ARGUMENTS DU CAMP DU « NON » :

 

- LOI CAOUTCHOUC

- AVENTURE TRANSGENIQUE

- VACCINATIONS OBLIGATOIRES

- PERTE DE SOUVERAINETE

Etc etc.

 

Voir aussi le texte du Dr Françoise Berthoud, pédiatre, sur cette nouvelle loi liberticide.

 

 

    

 non vaccination obligatoire!

Vaccination forcée? Par respect pour vous-mêmes, dites NON!

LE 22 SEPTEMBRE, VOTEZ "NON" !

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article
12 août 2013 1 12 /08 /août /2013 20:20

Quelques réflexions sur la nouvelle loi sur les épidémies (LEp), en marge de la votation du 22 septembre.

 

Dr Françoise Berthoud,

pédiatre homéopathe

 

Dr Françoise Berthoud

 

 

La lecture attentive des 88 articles de la (LEp) requiert pas mal de courage et de persévérance. On peut en trouver le texte sur le site http://www.nein-zum-impfzwang.ch/fr/ dont l’introduction se résume ainsi :

 

"Le Parlement fédéral a adopté en septembre 2012 la nouvelle loi sur les épidémies. Ce qui a été présenté d’abord au parlement et ensuite aux citoyens comme étant « une petite révision » donne en fait une très grande marge de manœuvre au Conseil fédéral et aux autorités fédérales et cantonales. Les importants changements ancrés dans la nouvelle Loi sur les épidémies ont motivé 80’000 citoyens à signer le référendum contre cette loi, laquelle n’a rien à voir avec l’approbation ou le refus des vaccins en général mais établit des mesures obligatoires adaptées au moment jugé adéquat par les autorités."

 

Il est facile de juger des forces politiques en présence en visitant les sites :

 

- Sur celui du OUI, une vingtaine d’associations et de fédérations, une centaine de conseillers nationaux et encore une vingtaine d’experts médecins souvent professeurs ou chefs de services hospitaliers.

 

- Sur celui du NON, neuf personnes politiques (le seul nom que je connaisse est celui d’Oskar Freysinger) et une dizaine de médecins dont aucun ne porte un titre redondant. C’est maigre et peu convaincant, malgré le gros travail  des militants d’outre Sarine grâce auxquels le référendum avait abouti.

 

Il faut vraiment se pousser pour rêver que le peuple suisse refuse cette LEp le 22 septembre.

 

Et pourtant, si cette loi passe, ce sera un coup dur pour la liberté des individus au niveau du choix thérapeutique en général, pas seulement dans le cadre des vaccinations.

 

Quelle que soit la couleur politique des tenants officiels du NON, il faudra voter avec eux le 22 septembre.

 

Lançons-nous dans une petite balade dans ce texte de la LEp.

 

Art. 2 But

 

1. La présente loi a pour but de prévenir et de combattre l’apparition et la propagation des maladies transmissibles.

 

La médecine officielle pasteurienne est basée sur la notion du germe tout puissant prêt à attaquer le corps de chaque citoyen, qu’il faut défendre à tout prix. Cette médecine guerrière est la seule acceptée chez nous, ainsi que par les autorités sanitaires de tous les pays du monde. L’OMS est l’Organisation Mondiale de la Santé, mais n’a en fait pas grand-chose à voir avec la santé.

 

Mon expérience de médecin qui a depuis 35 ans quitté les chemins battus enseignés en Faculté m’a montré qu’on ne peut nier l’existence des germes, mais que le terrain aussi est très important, plus important souvent.

 

Pourquoi les salades sont- elles plus belles sur une terre bien nourrie de compost ?

Pourquoi les enfants du Tiers Monde meurent-ils de rougeole alors que les gosses de chez nous (les rares qui ont encore eu la chance de rencontrer un virus sauvage à l’âge traditionnel de la rougeole, entre 5 et 9 ans) font très rarement des complications ?

 

L’enfant des pays pauvres voit son immunité ratiboisée par les parasites, la mal nutrition, souvent la tuberculose. L’enfant riche est le plus souvent dans des conditions de vie favorables au développement d’une immunité naturelle lui permettant  d’affronter sans risque les maladies d’enfance.

 

Ce n’est pas par hasard que j’évoque la rougeole, car il n’est pas exclu à mon avis qu’un jour la LEp rende son vaccin obligatoire. Et pourtant, dans mon expérience de pédiatre homéopathe à Genève, je n’ai vu aucune complication de cette maladie, jadis bénigne et maintenant grave à cause des vaccinations qui ne protègent que partiellement et font reculer l’âge de cette « maladie d’enfance ». Les hospitalisations et les quelques décès dus à la rougeole dans les pays riches sont des adolescents, des adultes et des nouveau-nés mal protégés par le fait que leurs mères ont été vaccinées, alors que les anticorps naturels suivant la rougeole sauvage protégeaient bien mieux les tout petits.

 

Il y aurait beaucoup à dire sur le terrain : le rôle de l’alimentation, celui des conséquences des pollutions environnementales, les facteurs familiaux, les déséquilibres émotionnels par exemple.

 

La médecine officielle, dans le domaine des maladies infectieuses en tout cas, ne tient compte que du corps physique. Or, nous sommes à une époque de l’histoire de l’humanité où s’est largement développée la vision holistique de la santé, qui tient compte des niveaux émotionnels, mentaux et même spirituel de l’être humain. Cette vision hélas est bien loin des préoccupations matérielles et rationnelles des autorités fédérales.

 

La santé, c’est plus subtil, plus compliqué que ce qu’elles croient.

 

Revenons au texte de loi.

 

Art.5

 

1. L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) élabore, avec le concours des cantons, des programmes nationaux visant à détecter, à surveiller, à prévenir et à combattre les maladies transmissibles, en particulier dans les domaines suivants:

 

a. les vaccinations.

 

L’OSPF fait la distinction entre la situation particulière lors de laquelle peuvent être déclarées obligatoires des vaccinations pour les groupes de population en danger, les personnes particulièrement exposées et les personnes exerçant certaines activités et la Situation extraordinaire, où le Conseil fédéral peut ordonner les mesures nécessaires pour tout ou partie du pays. On peut se demander quels seront les critères de distinction entre la situation particulière et la situation extraordinaire, seront-ils dictés par l’OMS ?

 

Vacciner contre quoi ?

 

La maladie transmissible susceptible de déclencher une vaccination collective peut être due à un virus (grippe, rougeole, ou autre virus nouveau créant une panique) ou à une bactérie (méningite par exemple).

 

Si une vaccination est ou devient obligatoire, on s’attend logiquement à ce qu’il s’agisse d’une mesure améliorant la santé publique. Il faudrait pour cela deux conditions :

 

1. Qu’il soit scientifiquement prouvé que ce vaccin est utile, que son rapport bénéfice/risque est satisfaisant. Il suffit de lire « Vaccinations, les vérités indésirables » de Michel Georget pour en douter sérieusement. 

 

2. Que les décideurs en matière de santé soient indépendants des gens qui fabriquent les vaccins en cause. Dans le cas qui nous intéresse, la votation du 22 septembre, on sait que la moitié des personnes de la Commission qui a promulgué la révision de la loi sur les épidémies a des conflits d’intérêts avec l’industrie pharmaceutique. J’en parlerai Plus loin.

 

Je ferai ici quelques remarques sur les obligations vaccinales pour les enfants. Ce n’est pas directement en rapport avec la LEp, mais me permet d’introduire quelques notions intéressantes.

 

Obligations vaccinales en Suisse

 

Il n’existe de mémoire d’homme aucune obligation vaccinale au nord de la Sarine.

 

Les cantons romands en avaient quelques-unes, qui ont progressivement disparu. Dans le canton de Vaud, l’annulation de cette obligation s’est faite il y a une vingtaine d’années « dans le cadre de l’Opération Orchidée » du département de la Santé. C’était donc une mesure de réduction des coûts administratifs et n’avait rien à voir avec la santé (personnelle ou publique). 

 

A Genève, ce vaccin contre la diphtérie est encore officiellement obligatoire et le Service du médecin cantonal maintient son budget à ce sujet. C’est illogique, quant on sait qu’il suffit de ne pas répondre à la lettre officielle et sévère adressée à tous les parents des enfants de deux ans (ni à ses deux rappels) pour être classé dans les « refus simples parentaux ». La majorité des parents ignore malheureusement ce fait.

 

Oui, j’ose affirmer que la situation à Genève est regrettable et d’autant plus illogique que la diphtérie a disparu de nos pays depuis des décennies, et que son vaccin (une anatoxine) n’a d’effet que sur la gravité de la maladie chez l’individu mais ne peut avoir aucune conséquence sur la contagion (les épidémies » sont dues à des facteurs environnementaux, les guerres par exemple)

 

Obligations vaccinales pour les enfants en Europe

 

Le clivage Nord Sud observé en Suisse se retrouve en Europe

 

Dans tous les pays, l’habitude de vacciner les enfants est bien ancrée et les taux de vaccinations atteignent en gros 90 % de la population enfantine. Il est intéressant de jeter un œil sur les tableaux d’obligations vaccinales pour savoir dans quels pays européens les enfants doivent être vaccinés comme condition à leur inscription à l’école ou en collectivité.

 

Je ne parle pas ici des obligations pour entrer en crèche, qui sont du ressort privé de ces dernières ou de leur association. Notons que le clivage Nord Sud règne aussi dans ce domaine : en Belgique, les crèches francophones wallonnes exigent huit vaccinations, et les néerlandophones flamandes…aucune !

 

Il n’existe aucune obligation légale en Scandinavie, Danemark, Allemagne, Grande Bretagne, Autriche, Espagne, ni dans les provinces du nord de l’Italie. En Belgique, seul le vaccin contre la polio est obligatoire. Au Portugal, en France et en Grèce persistent au moins trois obligations. La situation la plus contraignante se rencontre dans les pays ex-soviétiques où persistent neuf vaccins sévèrement obligatoires en Slovénie, onze en Croatie, par exemple. L’association « Forum Européen de Vigilance Vaccinale » (www.efvv.ch) a déposé en 2005 une motion au Conseil de l’Europe pour une harmonisation des obligations vaccinales qui est restée sans réponse à ce jour.

 

Obligations vaccinales pour les enfants aux Etats-Unis

 

Je cite ici Barbara Loe Fischer, mère d’un enfant lésé par les vaccinations en 1980 et co-fondatrice du très puissant National Vaccine Information Center (NVIC).

 

« Depuis 2008, les autorités médicales nord américaines conseillent aux pédiatres de donner aux fillettes 69 doses de 16 vaccins différents  (diphtérie, coqueluche, tétanos, polio, rougeole, oreillons, rubéole, hémophilus influenza B, rotavirus, pneumocoque, hépatite B, hépatite A, grippe, varicelle, méningocoques et papillomavirus). Pour les garçons, c’est 66 doses de 15 vaccins. Tout ceci de l’âge de 12 heures à l’âge de 18 ans. Les enfants américains sont ceux pour lesquels le nombre de vaccins obligatoires est le plus important en comparaison de toute autre population enfantine tout autour du monde. »

 

Vivre sans vaccins, traduction-adaptation (1)

 

Aucune étude n’a jamais démontré une meilleure santé de la population à la suite d’obligations vaccinales. Au contraire, de plus en plus d’études portant sur des dizaines de milliers d’enfants montrent que les non vaccinés sont nettement en meilleure santé que les vaccinés, aussi bien au niveau des allergies et autres problèmes  physiques qu’au niveau des troubles du comportement.

 

Plus grave encore une étude sérieuse parue en 2011 a démontré que la mortalité à l’âge d’une année dans les pays riches est proportionnelle au nombre de vaccins habituellement exigés ou recommandés dans un pays…les Etats-Unis en tête!

 

Art. 6

 

Dans la notion des groupes à risque, je suis particulièrement choquée quand y figurent les femmes enceintes, dans l’état d’ignorance totale où nous sommes des réactions immunitaires de l’enfant encore dans la matrice.

 

Art. 21

 

Les cantons peuvent proposer des vaccinations dans le cadre du service médical scolaire.

 

Les pédiatres sont en général peu enthousiastes de cette solution qui diminue bien sûr leurs revenus. Plus grave : la vaccination scolaire n’est plus un acte médical mais un acte administratif. Personne n’examine l’enfant pour s’assurer qu’il n’est pas enrhumé, ne sort pas d’une grippe ou ne se trouve pas dans de grosses difficultés émotionnelles qui pourraient altérer son immunité. De plus, le suivi d’éventuelles complications vaccinales risque d’être moins bon que si la vaccination était individualisée…encore faut-il que le praticien soit ouvert à ce qu’affirment les parents d’un enfant qui commence des problèmes de santé physiques ou présente des changements de comportement après une vaccination. Ces médecins sont malheureusement rares. On en a un exemple particulièrement grave en ce qui concerne l’autisme régressif apparaissant après une vaccination ROR (triple vaccination rougeole-oreillons-rubéole faite de routine au début de la deuxième année de vie de l’enfant) chez un enfant auparavant en excellente santé et se développant harmonieusement. J’en connais deux cas autour de moi, et la littérature médicale est riche à ce sujet, surtout depuis les travaux du Dr Andrew Wakefield à Londres dès les années 90.

 

Comme les conclusions de ses études menaçaient l’édifice vaccinal médico-industriel, ce médecin a perdu le procès que lui a intenté le « British Medical Council », perdant en même temps son droit de pratique au Royaume Uni et sa place de chercheur au Royal Free Hospital. Il continue son travail aux Etats-Unis mais est encore considéré comme un dangereux individu par les autorités médicales tout autour du monde. Madame Claire-Anne Siegrist, professeure de vaccinologie à Genève affirme sur les sites que l’autisme régressif n’existe pas. Il semble cependant impossible d’expliquer l’explosion des cas d’autisme tout autour du monde sans évoquer une cause environnementale. Et, dans ce domaine, la vérité à mon avis sort de la bouche des parents.

 

Les cantons peuvent effectuer des vaccinations gratuites ou remettre des vaccins à un prix  inférieur à celui du marché.

 

Ces vaccinations « gratuites » seront bien sûr à la charge des contribuables.

 

Lorsque quelques cas de rougeole furent diagnostiqués à l’Ecole Polytechnique de Lausane (EPFL) en 2008, branle-bas de combat ! Les étudiants étaient tenus de se faire vacciner et c’était gratuit,  mais le vaccin anti-rougeole était alors combiné à ceux des oreillons et de la rubéole (le ROR). Les autorités universitaires, étonnamment,  n’acceptaient même pas l’évidence d’une protection contre la rougeole prouvée par le taux d’anticorps dans le sang. Si l’étudiante ou l’étudiant préférait être vaccinée contre la rougeole uniquement, il fallait payer le vaccin.  J’avais à l’époque écrit à Madame Claire Anne Siegrist déjà évoquée plus haut, lui demandant si on avertissait les étudiantes du danger lors d’une éventuelle grossesse dans les trois mois suivant la vaccination contre la rubéole, précaution que tout médecin a reçu comme consigne. Cette consœur m’a répondu qu’avec les vaccins actuels, il n’y avait plus ce problème…ce qui ne m’a pas convaincue, ni personne autour de moi.

 

Art. 64 Indemnisation

 

1. Toute personne ayant subi un préjudice à la suite d’une vaccination ordonnée ou  recommandée par les autorités peut faire valoir un droit à indemnisation.

 

Des indemnisations sont donc aussi prévues en cas de complications d’une vaccination recommandée, ce qui est une bonne nouvelle. En France, ce sont seulement les vaccinations obligatoires qui peuvent donner droit à des indemnisations (après des démarches longues et difficiles, un vrai parcours du combattant) et la situation est compliquée par le fait que le vaccin ne contenant que les valences obligatoires n’est plus sur le marché français!

 

La Confédération a fixé dans la LEp le plafond de ces indemnités à 70 000 FCH…c’est peu, s’il s’agit de l’accompagnement à vie d’un enfant rendu autiste par une vaccination ROR!

 

Art. 70

 

« Si la Confédération recommande ou ordonne l’utilisation d’un produit thérapeutique en cas de situation particulière ou extraordinaire, elle peut s’engager à réparer le dommage subi par le producteur ». C’est l’impunité des pharmas, comme aux Etats-Unis …et les contribuables qui casquent. Et je ne parle pas des conflits d’intérêts des membres de la Commission de la nouvelle LEp !

 

**********

 

Après les vaccinations, voyons rapidement ce que dit la LEp des maladies infectieuses.

 

Art. 34 Surveillance médicale

 

Les personnes malades, présumées malades, infectées, présumées infectées ou qui excrètent des agents pathogènes peuvent être placées sous surveillance médicale.

 

Art. 37 Traitement médical

 

Les personnes malades, présumées malades, infectées, présumées infectées ou qui excrètent des agents pathogènes peuvent être tenues de suivre un traitement médical.

 

Quels critères sont-ils appliqués pour décider de la présomption d’infection ? Devant la justice, nous sommes tous présumés innocents. Serions-nous tous présumés infectés dans le domaine médical ?

 

Ceci m’amène inévitablement à évoquer le SIDA, sujet tabou entre tous.

 

En Suisse, à l'heure actuelle, adultes et enfants séropositifs subissent déjà des menaces d'amendes, prison, ou mise sous curatelle s'ils refusent les traitements de trithérapie.

 

Pourtant, les résultats au test HIV peuvent être positifs dans un pays et négatifs dans un autre. En plus, on trouve 80 conditions à même d'interférer avec le résultat du test du SIDA parmi lesquelles la tuberculose, malaria, les grossesses ou transfusions multiples et certains vaccins.

 

Force est aussi de constater en la matière que la présence d'anticorps est considérée comme le signe de la maladie et donc d'un danger de transmission alors que cela signe pour toutes les autres maladies infectieuses l'aptitude du système immunitaire à contrôler et à se débarrasser de l'envahisseur!

 

De plus, la trithérapie n’est pas dépourvue de sérieux effets secondaires.

 

 

********

 

Je terminerai en évoquant les trop nombreux conflits d’intérêts à tous les niveaux entre les autorités médicales et Big Pharma. L’OMS n’échappe pas à la règle.

 

Les personnes courageuses qui chaque jour depuis Tchernobyl demandent une OMS indépendante dans le domaine des conséquences sur la santé des centrales nucléaires en faisant par tous les temps le planton devant les bâtiments de l’OMS à Genève nous montrent la voie.

 

Peut-être allons-nous les rejoindre un jour au sujet des vaccinations, par exemple lors de la semaine européenne des vaccinations célébrée rituellement par l’OMS en chaque fin de mois d’avril.

 

Dr Françoise Berthoud

Pédiatre homéopathe

 

Auteure de « La bonne santé des enfants non vaccinés » chez Jouvence (réédition 2013) et de « Diagnostics néfastes; médecine, mensonges et gros sous » à l’Arbre d’Or (2013).

Traductrice du livre "Vivre sans vaccins; Témoignages de familles d'enfants non vaccinés." de Andreas Bachmair.

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article
31 juillet 2013 3 31 /07 /juillet /2013 16:55

Responsabilité médicale : la Cour de cassation se prononce sur le lien entre la vaccination contre l’hépatite B et la sclérose en plaques

 

balance-justice-2.jpg

 

Le 28 juillet 2013. Par Arnaud Gossement, avocat.

Ce 10 juillet 2013, la première chambre civile de la Cour de cassation vient de rendre un arrêt particulièrement important pour le droit de la responsabilité médicale. Un arrêt qui intervient dans le contentieux, en cours depuis plusieurs années, relatif aux conséquences possibles de la vaccination contre l’hépatite B.

L’arrêt rendu ce 10 juillet 2013 par la Cour de cassation peut être consulté ici et ici. Il s’agit d’une décision très importante dont le modeste écho médiatique est sans doute dû à la période estivale. Car la portée juridique de cette décision est certaine. À titre personnel, j’ai consacré une partie non négligeable de mes années de thèse au lien de causalité entre le fait générateur et le préjudice en matière de responsabilité médicale, et ce, pour identifier l’émergence de la présomption de lien de causalité dans ce domaine, particulièrement en matière de vaccination. 

Dans cette affaire, la requérante avait reçu plusieurs injections de vaccins contre l’hépatite B. Elle s’est par la suite "plainte d’épisodes de paresthésie des mains" puis "d’un état de fatigue et de troubles sensitifs, qu’elle a dû cesser de travailler (..) le diagnostic de sclérose en plaques a été posé en décembre 1998".

Cette personne a alors recherché la responsabilité du fabricant des produits injectés.

L’arrêt rendu par la Cour de cassation est intéressant à plusieurs titres en ce qu’il confirme une jurisprudence sur la présomption du lien de causalité et en ce qu’il démontre l’interaction entre la responsabilité médicale et celle du fait des produits défectueux.

Lire la suite de cet article: ICI 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article
27 juillet 2013 6 27 /07 /juillet /2013 22:15

Les semences de variétés traditionnelles ne peuvent

plus être commercialisées

 

23 juillet 2013

 

La Cour de Justice de l’Union Européenne a confirmé le 12 juillet dernier l'interdiction de commercialiser les semences de variétés traditionnelles et diversifiées qui ne sont pas inscrites au catalogue officiel européen. Ecolo propose une réforme de la réglementation, qualifiée d'"absurde".

 

Des associations comme Kokopelli ou Semailles se retrouvent dans l’illégalité: elles préservent et distribuent ces semences.

 

Pourtant, il suffirait d'inclure ces variétés anciennes au catalogue officiel pour les commercialiser en toute légalité. Seulement voilà, elles se trouvent dans le domaine public et après 20 ans, si personne ne les a réinscrit au catalogue, elles en sortent. Il faut pour cela payer assez cher, explique Catherine Andrianne de Semailles. "A cause de cette réglementation, il y a plus de 80% de la biodiversité qui a disparu", dit-elle.

 

semences.JPG

 

Il ne suffit pas de payer pour inscrire une semence au catalogue officiel, il faut aussi que l'espèce réponde aux critères de Distinction, Homogénéité, Stabilité (DHS). Ces critères sont discriminants, selon Kokopelli, "puisqu’ils impliquent que les semences soient… très peu variées. Seules des variétés hybrides F1 ou des variétés lignées, quasi cloniques, répondent à ces critères, qui ont été établis dans le seul but d’augmenter la productivité selon des pratiques industrielles".

 

Malgré un assouplissement de ces critères pour les variétés dites de conservation, ceux-ci restent inadaptés pour les variétés traditionnelles. Pour Nature & Progrès et les défenseurs des semences paysannes, "cette décision est un contresens historique grave qui s’apparente à un déni de la sélection végétale réalisée par l’être humain depuis 10 000 ans".

 

Certains producteurs alternatifs comme Semailles ne comptent pas arrêter la commercialisation de leurs semences, qu'ils considèrent comme un produit vivant et non un produit d'usine.

 

L'industrie, elle défend les variétés nouvelles: la réglementation permet de garantir le financement de la recherche. Pour le Prof. Bernard Bodson de Gembloux Agro Bio Tech ULg, les variétés issues de la recherche sont plus résistantes et plus productives.

 

B.-Bodson.JPG

 

De là à parler de concurrence déloyale, il y a peut-être un pas à ne pas franchir... On pourrait pourquoi pas classer les anciennes variétés au patrimoine naturel sans que cela ne gêne la création de nouvelles variétés plus standardisées pour les agriculteurs.

 

Ecolo réagit

 

"Ecolo, comme de nombreuses organisations agricoles et environnementales, juge pour l'heure cette réglementation parfaitement contraire à la sauvegarde de notre biodiversité et aux intérêts des cultivateurs. L'absurde rigidité du catalogue officiel des semences commercialisables menace en effet de nombreuses semences anciennes et semble tout simplement taillée sur mesure pour les quelques grandes multinationales du secteur", selon un communiqué.

 

Le parti écologiste entend "marquer son soutien plein et entier aux nombreuses associations qui, à l'instar de Kokopelli, luttent pour la sauvegarde de variétés anciennes ou locales, et permettent de nous offrir ainsi une alimentation variée et de qualité au quotidien". Ecolo compte peser au niveau européen et au niveau national pour faire modifier la législation.

 

JFH avec Pascale Bollekens

 

Source : RTBF Info

 

Voilà une information merveilleusement révélatrice… le parallèle avec la vaccination est flagrant : car bientôt, après ce genre de décision, qui peut jurer qu’il ne deviendra pas aussi carrément interdit de contracter une maladie naturelle avec obligation de recourir aux vaccinations artificielles ? 

 

Dans les deux cas (vaccinations et semences), on a affaire au même « duel » entre le bon sens dont chaque citoyen est capable et la dangereuse arrogance des « experts » ! Il ne faut en effet pas être très intelligent pour se rendre compte que si la Nature a prévu une telle biodiversité, c’est justement pour assurer les meilleures chances de survie et de secours en cas de problèmes. Pareil avec l’extrême complexité de notre système immunitaire que les vaccinologues ne se sont jamais décidés à étudier à fond avant d’inonder les corps de vaccins ! Là encore, ils se permettent d'affirmer péremptoirement qu'il "suffit" de développer des anticorps pour être soi-disant protégés tout en réalisant des économies! Comme si seuls les anticorps avaient de l'importance, sans lien avec la globalité de tous les autres éléments alentour. Aucune vision d'ensemble, aucune vision responsable à long terme, voilà ce qui caractérise toujours les apprentis-sorciers quels que soient les secteurs où ils exercent, pour le plus grand malheur de l'Humanité et des générations futures....

  

Nous ne pourrons en tout cas pas compter sur une quelconque "justice" à la solde des gros lobbys financiers. Soyons-en bien conscients car il est assez évident que nous nous dirigeons vers d'autres pandémies tant attendues et si bien préparées, avec des vaccins expérimentaux forcés dans "les cartons" de ceux qui préparent activement tout cela!

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article
18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 15:15

Congrès

 

Le vaccin, pas obligatoire?

 

Le Journal de Saône et Loire, 18 juillet 2013

 Congres-ALIS-Saone---Loire.jpgUn Congrès très suivi dans la salle de réunion du Foyer Saint Ex. Photo Er.D.

 

 

L’association Alis remet en cause la nécessité de la vaccination obligatoire. Ses journées d’été rassemblent scientifiques et parents.

 

Jusqu’à ce soir, l’Association liberté information santé (Alis) tient ses journées d’été à Autun. Cette association d’envergure nationale regroupe des adeptes de la remise en question du caractère obligatoire de la vaccination.

 

Conférences, assemblée générale et rencontres animent ce congrès où il est question d’organiser et d’apporter des réponses aux problématiques de l’obligation de vaccination face aux libertés fondamentales, et à la vérité scientifique.

 

Des découvertes médicales remettent en cause le vaccin

 

Ainsi, mardi soir, à l’Espace Saint-Ex, dans sa conférence, le biologiste Michel Georget expliquait que des vaccins pouvaient perturber l’immunité naturelle innée et gêner la production d’anticorps dans un deuxième temps. Il appuyait sa démonstration sur des travaux menés par le franco-luxembourgeois Jules Hoffman, Prix Nobel de médecine en 2011 sur l’immunité innée.

 

Aujourd’hui, jeudi 18 juillet, se tient la dernière conférence, dès 9 h, toujours à l’Espace Saint-Ex. Le journaliste Jean-Luc Lagardette exposera comment la position de l’État contre les médecines douces représente une perte de chance pour les malades et pour le budget de la Sécurité sociale.

 

La conférence et le débat sont ouverts à tous.

 

Source: lejsl.com

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 21:54

Le Sénat Australien veut mettre fin au consentement éclairé des parents

en matière de vaccination

 

AVN, (Australian Vaccination Network), 28 juin 2013

 

Pied-qui-ecrase--2A-.jpg

 

Mardi dernier, le Sénat australien, à la demande du médecin porte-parole des Verts, le Sénateur Richard Di Natale, a adopté une motion concernant l’Australian Vaccination Network (AVN - Réseau Australien pour l’Information et la Liberté Vaccinale).

 

Le Sénat estime que les parents qui font des choix éclairés au sujet de la vaccination ou autres problèmes de santé constituent une menace sérieuse pour le reste de la population qui fait les « bons choix » en suivant les directives de leurs médecins sans poser de questions quand il s’agit de vaccination. Le Sénat a demandé de mettre un terme aux connaissances (diffusées) et d’en finir avec le choix éclairé comme avec le groupe AVN.

 

Notes :

 

- Les faibles taux de vaccination dans certaines parties de l’Australie et la menace que cela fait peser sur la santé des enfants Australiens.

 

- La campagne irresponsable menée par le Réseau AVN qui propage de la désinformation à propos des risques de la vaccination et décourage les parents de faire vacciner leurs enfants.

 

- En appelle à la dissolution immédiate de l’AVN pour que cesse cette campagne non scientifique de peur à l’égard des vaccins.

 

La véritable crise sanitaire

 

Il est un fait qu’il y a bel et bien une crise de santé publique en Australie – cette crise est causée par le gouvernement, de même que par son manque d’égard vis-à-vis des enfants et des familles. Voici en quoi consiste la crise :

 

  • Plus de 40% de nos enfants souffrent actuellement, ou sont traités pour au moins une maladie chronique - dans plusieurs cas, il s’agit même de plus d’une maladie.

 

  • Les taux d’autisme ont grimpé en flèche, passant de 1 sur 10.000 il y a vingt ans à plus de 1 sur 50 aujourd’hui. Des dizaines de milliers de parents déclarent que leurs enfants qui étaient en parfaite santé et se développaient normalement ont commencé à régresser rapidement après l’administration de vaccins. Au lieu de prendre ces parents au sérieux et d’enquêter d’urgence sur cette situation sanitaire véritablement préoccupante, le gouvernement déclare que quiconque affirme que les vaccins pourraient être associés à l’autisme (plaintes qui ont été portées devant les tribunaux du monde entier) doit être bâillonné.

 

  • Cette génération – la génération de nos enfants - va être la première génération de l’histoire à avoir une durée de vie plus courte que la génération qui l’a précédée. Grâce au « miracle » de la médecine moderne, nous mourons plus jeunes et nous vivons plus malades qu’avant. Le budget de la Santé étrangle le pays et les mêmes personnes responsables de ce désastre sont précisément celles qui disent que ceux qui critiquent leurs politiques doivent être arrêtés – nous critiquons effectivement leurs politiques. -  Ils vont même jusqu’à faire passer des lois spécifiques pour nous arrêter !

 

  • 18.000 à 54.000 Australiens sont tués chaque année à la suite des réactions indésirables aux médicaments correctement prescrits, des erreurs ou négligences médicales, des infections nosocomiales ou de graves négligences médicales. Le gouvernement le sait parce que ces données sont extrapolées à partir de leurs propres études. Alors que plus de 1.000 Australiens meurent chaque semaine suite à la consommation de médicaments approuvés par le gouvernement et les médecins qui les administrent, il nous faut entendre qu’il relève de la négligence que des citoyens australiens se regroupent pour partager de l’information et recevoir du soutien qui sont gratuitement disponibles dans les journaux médicaux et sur internet.

 

La liste pourrait s’allonger encore et encore. Mais le fait est que le gouvernement  ignore délibérément et supprime cette information. Les médias serviles font la même chose. Les Australiens vivent et meurent jeunes dans l’ignorance la plus complète des risques réels de ces procédures médicales qu’on leur a présentées « pour leur propre bien »… Et la seule organisation qui rappelle aux citoyens qu’ils ont le droit de s’informer, d’effectuer des recherches pour pouvoir, en connaissance de cause, faire des choix éclairés pour leur propre santé, ces gens-là doivent être censurés par ceux qui sont censés représenter un gouvernement démocratique.

 

Il ne s’agit pas de vaccination – il s’agit de vos choix personnels et de VOS droits d’êtres humains !

 

L’Association AVN veut informer tous les Australiens qui réfléchissent qu’il ne s’agit PAS d’une question de vaccination. Il ne s’agit même pas d’un problème de santé. Ce dont il s’agit ici c’est d’une question de droits humains fondamentaux. De droits qui sont inaliénables. Aucun gouvernement ne peut se croire autorisé à menacer quiconque de les lui enlever. Un gouvernement élu ou un parti politique qui s’engagerait dans pareilles menaces devrait immédiatement et démocratiquement être sanctionné par les urnes pour disparaître aussitôt.

 

[…] Nous avons l’intention de contester les lois qui vont virtuellement exiger la vaccination des enfants dans tous les états et territoires d’Australie. Nous prévoyons de frapper un grand coup pour la liberté, mais votre aide est nécessaire pour pouvoir mettre ces projets à exécution.

 

Australian Vaccination Network Newsletter, 28.06.2013, (Extraits)

 

Site internet de l'AVN: ICI

 

« Si vous préférez la richesse à la liberté, la tranquillité de la servitude aux luttes vivifiantes de la liberté, rentrez en paix chez vous. Nous ne vous demanderons ni conseil, ni appui armé. Aplatissez-vous et léchez les mains de ceux qui vous nourrissent. Puissent vos chaînes être légères et puisse la postérité oublier qu’un jour vous fûtes des nôtres. » Samuel Adams, signataire de la Déclaration d’Indépendance des Etats-Unis.

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article
16 juin 2013 7 16 /06 /juin /2013 18:50

10 juin 2013

 

Une nouvelle loi est passée la semaine dernière dans l'état américain d'Orégon et elle autorise l'usage de la technologie RFID pour le contrôle de la fréquentation scolaire.

 

Cette loi fut adoptée avec 28 voix contre 2 et elle va contraindre les écoles intéressées par ce suivi RFID des étudiants, d'informer les élèves, les parents et le Département d'Etat de l'Education avant la mise en oeuvre de cette technologie.

 

La technologie RFID, ou  "Méthode d'Identification par Radio-fréquence", avait déjà été utilisée pour la surveillance des troupeaux de bétail et d'autres produits de consommation mais son usage pour la surveillance des étudiants est relativement nouveau.

 

La technologie RFID peut être intégrée aux cartes d'identification des étudiants ou être attachée aux vêtements, et elle pourrait servir à localiser très précisément les étudiants sur le campus et constituer une aide dans le contrôle de la fréquentation scolaire.

 

Bien que cette loi est déjà passée (et effective), aucune école en Orégon n'a encore mis en oeuvre cette méthode de suivi des étudiants par RFID. Il y a cependant certaines écoles qui ont déjà franchi le pas, au Texas, et en Californie.

 

En fait, le parlementaire Phil Barnhart qui est à l'origine de cette loi, a expliqué que celle-ci a été précipitée par une histoire dont il a eu vent dans une école supérieure au Texas où un élève a été suspendu parce qu'il avait refusé de porter une carte d'étudiant avec la technologie RFID intégrée.

 

Des inquiétudes sur la vie privée émergent déjà largement depuis le passage de la loi, et Barnhart est très conscient des conséquences de celle-ci.

 

"Vous pouvez sans difficulté imaginer un tas de raisons très utiles et très bénéfiques de connaître précisément où se trouvent les étudiants, mais je peux aussi penser à un tas de raisons pour lesquelles cela peut être préjudiciable." a-t-il déclaré.

 

Les défenseurs de ce système de surveillance par RFID estiment que cette technologie va constituer un outil rentable en matière de sécurité, qui permettra de localiser très rapidement les étudiants en cas d'urgence.

 

Jim Gingo, un représentant de l'Association des Industries dans le Domaine de la Sécurité, a écrit dans son témoignage officiel que "Nous avons besoin de savoir en permanence qui se trouve à l'intérieur de nos écoles."

 

"Ceci n'est pas différent de demander à une personne de fournir un document officiel de l'état qui l'identifie, faire un appel des noms avant l'entrée en classe ou encore scanner un code-barre. La seule différence avec la technologie RFID est qu'elle peut être utilisée rapidement et de façon automatique." a ajouté Gingo

 

La question de la surveillance par RFID a fait émerger des positions très opposées. D'un côté, Gingo et d'autres partisans de la solution RFID estiment qu'étouffer à ce stade une telle technologie pourrait décourager les écoles de profiter d'un moyen fiable d'assurer la sécurité sur les campus. De l'autre côté, cette méthode soulève des inquiétudes sur la restriction des libertés civiles et du droit à la vie privé des étudiants.

 

Conformément au souhait exprimé par les écoles de l'état, la loi attribue au Département d'état de l'Education le pouvoir de régulation de cette technologie RFID. Avant son adoption, les écoles seront tenues d'informer les élèves et les parents de leur droit à refuser de porter ce type d'outils de surveillance.

 

Source: cr80news.com

 

Encore une méthode liberticide en puissance qu'on tente de faire passer en douce comme un "atout" en termes de sécurité! C'est chaque fois la même chose, et ces procédés avancent de façon rampante,... ici on les tente même dans des crèches en France:

 

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 22:00

Edward Snowden, l'homme qui fait trembler le gouvernement américain

 

snowden.JPG

L'homme qui a révélé au monde le scandale des écoutes de l'agence de renseignements américaine et de la CIA est apparu au grand jour, dévoilant son nom, son parcours et ses motivations.

 

Celui qui fait trembler le gouvernement américain n'a rien d'un héros. Edward Snowden est juste un jeune homme de 29 ans avec un faux air d'adolescent timide. Selon The Guardian, qui révèle son identité après avoir déjà mis sur la place publique le scandale des écoutes de la NSA et de la CIA, il est calme, sensé et déterminé. «Je n'ai pas l'intention de cacher mon identité car je n'ai rien fait de mal.» Il sait sans doute aussi que, désormais aussi célèbre que Daniel Ellsberg et Bradley Manning, les deux autres grands «whistleblowers» (lanceurs d'alertes) de l'histoire américaine, il n'a aucune chance de rester dans l'ombre. «Je vais maintenant souffrir de ce que j'ai fait

 

 

Au quotidien britannique, il a longuement expliqué ses motivations dans un hôtel de Hongkong où il a trouvé refuge. Employé pour un prestataire de services de la NSA, Booz Allen and Dell, il a été témoin de la mise en place d'une machine d'espionnage de la planète par les agences américaines. «Mon seul objectif est de dire au public ce qui est fait en son nom et ce qui est fait contre lui.» Ces fuites, il les a longuement mûries, préparées. Il y a trois semaines, il quitte son bureau de Hawaï après avoir copié toute une série de documents, laissant derrière lui «sa vie très confortable», un salaire de 200.000 dollars par an, sa petite amie et «une famille qu'il aime». Depuis sa chambre asiatique, qu'il n'a quasiment pas quittée, il lance sa bombe. «Je suis prêt à tout sacrifier car je ne peux pas, en conscience, laisser le gouvernement américain détruire la protection de la vie privée, la liberté sur Internet et les libertés de base dans le monde avec la machine de surveillance qu'il est en train de construire.» La tête cachée sous une capuche rouge, les mains courant sur le clavier d'un ordinateur, elles aussi dissimulées sous un chiffon «pour éviter les caméras de surveillance», il contacte les journaux. Paranoïaque, Edward Snowden? Il s'en défend, assurant seulement savoir ce dont la CIA et la NSA sont capables. Il affirme qu'elles vont tenter de le détruire même s'il a agi sans la moindre contrepartie. «L'argent n'a jamais été une motivation».

 

«J'ai réalisé que j'appartenais à une organisation qui faisait bien plus de mal que de bien»

 

Il a vu la dérive presque jour après jour des services. Le gamin élevé dans une famille du Maryland ne s'y était pas préparé. Médiocre étudiant en informatique, il quitte l'école sans vraiment de diplôme. En 2003, il s'engage dans l'armée et rêve de rejoindre les forces spéciales. «Je voulais aider les gens à conquérir leur liberté». Une fracture des jambes met un terme à cette ambition. Il se retrouve agent de sécurité à la NSA, puis chargé de la surveillance des technologies de l'information à la CIA. Là, son talent pour le réseau Internet le fait remarquer et lui ouvre la voie pour une carrière météoritique. Dès 2007, il travaille sous couverture diplomatique à l'ambassade américaine de Suisse. Ce qu'il y voit ne l'enchante pas. «J'ai vraiment été déçu par ce que le gouvernement était capable de faire. J'ai réalisé que j'appartenais à une organisation qui faisait bien plus de mal que de bien.» Dès lors, il pense à révéler au monde ce qu'il sait. Mais il n'en fait rien. D'abord parce que le travail à la CIA concerne surtout des gens et non un système. Or, Edward Snowden ne veut mettre en danger personne. Des documents qu'il a fait publier plus tard, il a pris soin d'écarter toute mention personnelle. C'est même, à ses yeux, la principale différence entre lui et Bradley Manning, l'homme à l'origine de l'affaire WikiLeaks. L'autre raison de son silence d'alors est l'élection de Barack Obama. Elle lui redonne espoir. Pas pour longtemps. En 2009, en poste au Japon, il assure avoir compris que la NSA tentait «d'avoir accès à toutes les conversations, à toutes les formes de comportement de la planète». Pour celui qui a grandi dans l'idée qu'Internet était un vaste terrain de liberté, la NSA représente «une menace mortelle pour la démocratie».

 

Il prend la décision de ne pas laisser tomber, attendant seulement son heure. Elle est venue fin mai 2013. Depuis Hongkong, il regarde maintenant, les yeux rivés sur des sites internet ou sur la télévision, les dégâts qu'il a causés, sans joie ni haine. Comme toujours, ce maître des réseaux informatiques reste distant, presque froid, ne laissant percevoir qu'un peu d'angoisse pour ses proches, les seuls qu'il assume avoir blessés, et pour l'avenir qui s'ouvre, celui d'un homme traqué par ceux qu'il a voulu combattre.

 

Source : Le Figaro

 

Voilà un homme dont le courage est incontestablement à saluer. Si plus de gens écoutaient leur conscience, nous n’en serions évidemment pas où nous en sommes en matière de vaccins également ! En effet, si les 31% de médecins pédiatres et généralistes qui s’interrogent sur la sécurité des vaccins infantiles et les 58% qui s’interrogent sur leur utilité, écoutaient leur conscience et partageaient leurs doutes avec les parents, nous n’en serions évidemment pas à de tels taux de couverture vaccinale qui se paient hélas au prix fort, en termes de maladies chroniques et de délabrement global de la santé publique.

 

Nous aussi nous sommes très déçus de ce que le gouvernement a déjà été capable de faire : achat de vaccins H1N1 sur base d’un contrat qu’aucun citoyen n’aurait osé signer tant il était injurieux pour la santé publique ; publicité trompeuse en faveur des vaccins tout au long de la vie, financée avec 80 000 euros d’argent public par la Fédération Wallonie-Bruxelles et sévèrement désapprouvée par le Jury d’éthique publicitaire, etc

 

Quand on lit hélas les commentaires du public à cette belle leçon de courage que nous donne ce jeune Américain, on se rend compte que beaucoup de citoyens ne valent hélas pas la peine qu’on se batte pour eux, ça donne donc envie de dire à certains « ouvrez vos yeux parce que sinon, ce sera votre descendance qui en payera le prix » ! A l’époque de la Grèce antique, Solon le disait déjà, un des plus grands crimes pour un citoyen est de ne pas s’intéresser à la chose publique, au débat public. Les gens ont cru bon de laisser ces choses là aux mains de politiciens soi-disant « professionnels » et on voit ce que cela donne, gaspillage, crise, rabotage des services publics, restrictions des libertés, dégradation de la santé, totalitarisme européen et américain, etc etc.

 

Une petite lueur d'espoir tout de même, pour terminer? Le fait que le Figaro, média du système (un euphémisme) ait osé publier cela, chose qui en aura étonné beaucoup...

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 20:35

« Education à la vaccination »

 

L’état d’Oregon adopte un projet de loi

 

Ce projet de loi qui vient de passer devant le sénat vise à persuader davantage de parents à présenter leurs enfants aux médecins pour les faire vacciner, ainsi qu’à leur permettre de dépasser la méfiance qu’ils éprouvent envers la médecine traditionnelle.

 

L’Oregon est l’état américain où l’on trouve les plus hauts taux de parents qui refusent les vaccinations pour leurs enfants qui fréquentent l’école maternelle, pour des raisons qui ne sont pas médicales. Cette année scolaire, 6,4% des élèves des écoles maternelles d’Oregon ont été exemptés d’au moins une vaccination obligatoire. Le chiffre est en hausse par rapport à l’an dernier, et qui était de 5,8%. En ce qui concerne les écoles gardiennes aux Etats-Unis, la moyenne a été de 1,2% d’exemptions pour des raisons non médicales.

 

Il existe quelques poches dans l’état où des parents ne croient pas que les vaccins puissent protéger leurs enfants. Ces parents ont recours à des traitements alternatifs. Ces croyances ont fait l’objet d’inquiétudes de la part des autorités qui estiment que les enfants d’Oregon ne sont pas protégés de manière adéquate.

 

Jeudi, le Sénat a approuvé un projet de loi qui rendrait plus difficile pour les parents l’exemption non médicale aux vaccinations. Le projet devait ensuite passer à la Chambre où le vote a été de 16-13.

 

Le projet a agacé les républicains qui prétendent que c’est fouler aux pieds les libertés religieuses, ainsi que le choix des parents…

 

Les Républicains ont fait une proposition alternative qui aurait permis une exemption pour les « croyances religieuses sincères », mais le projet a échoué. Tel que proposé, le projet de loi permettra encore aux parents de refuser les vaccinations pour des raisons religieuses et/ou philosophiques, mais uniquement après avoir rendu visite à un médecin et après avoir regardé une vidéo éducative….

 

« Je crains que la plupart des gens qui ont recours à l’exemption religieuse, y soient entraînés à cause d’une désinformation pseudo-scientifique, et non à cause de leur foi », a déclaré le sénateur Elisabeth Steiner Hayward, démocrate et médecin de famille.

 

Selon le projet de loi, les parents qui inscrivent leurs enfants non vaccinés à l’école, devront prouver qu’ils ont consulté un médecin pour obtenir les informations nécessaires ou montrer les preuves  qu’ils ont regardé une vidéo éducative sur les risques et les bénéfices de la vaccination. Ce matériel éducatif serait compatible avec la mise à jour de la plupart des informations fournies par le CDC (Centres Américains de Contrôle des Maladies).

 

Les médecins et les responsables de la Santé publique appuient ce projet, affirmant que le taux d’enfants non vaccinés en Oregon est alarmant et pourrait provoquer une résurgence de maladies évitables par la vaccination, comme la coqueluche et la rougeole.

 

Une législation similaire a été adoptée à Washington en 2011. L’année scolaire suivante, les taux d’exemptions de vaccination pour motifs religieux à l’école maternelle, ont chuté de près de 25%, selon les données du CDC.

 

Source: SeattleTimes 

 

En relation avec ces projets de loi, des amis américains font remarquer que le vote en Oregon a été très serré (16-13).

Ils signalent aussi qu’il serait urgent de modifier et de compléter ces différents textes pour plus de transparence en ce qui concerne la sécurité des vaccins.

Les parents, ainsi que les consommateurs de soins de santé de 9 ans et plus devraient recevoir un éclairage sur la vaccination qui comporterait les informations suivantes :

 

1. TOUS les ingrédients de chaque vaccin, y compris les excipients, les adjuvants et les antigènes.

2.  Les effets indésirables et les contre-indications reprises sur les notices des vaccins et ce, pour chaque vaccin.

3. Comment procéder pour introduire un rapport d’effets secondaires au VAERS (Seuls 10% des effets secondaires seraient en fait rapportés au VAERS).

4. Les payements en dédommagement pour effets secondaires des vaccins

 

Faute de quoi, aucun projet de loi passé ou avenir sur l’éducation et l’information par rapport aux vaccins ne pourra fournir d’informations complètes et exactes, alors que les parents et les consommateurs de soins de santé ont le droit d’être complètement informés.

 

Commentaire d’Initiative Citoyenne : Quel paternalisme, comme si les gens qui refusaient les vaccins ne s’étaient pas soigneusement informés !

 

Mais surtout, ce genre de procédé est une méthode vicieuse car elle n’est qu’un début, un peu comme avec l’histoire de la grenouille dans la marmite, on procède par étapes, on ne chauffe pas trop vite trop fort pour ne pas avoir trop de contestation, et ce n’est en fait qu’une prémisse à un rabotage accru de la liberté des gens.

  

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 21:53

Scan de la paume de la main

 

6 juin 2013

 

scan-main.JPG

 

Essayez d’imaginer que vous alliez à l’hôpital et qu’un médecin ou une infirmière récupère immédiatement vos dossiers médicaux vitaux en balayant simplement la paume de votre main. C’est en tout cas ce qui se passe déjà dans un Centre hospitalier américain.     

  

Les employés de l’Hôpital Salem ont déclaré qu’ils étaient les premiers dans l’état d’Ohio à pouvoir disposer du nouveau système dénommé « Patient sécurisé ». La lumière infrarouge est utilisée pour « lire » les veines qui traversent la paume de la main. Chaque personne possède un réseau unique de veines. C’est un peu comme l’empreinte digitale, alors qu’ici le scan des veines de la main est encore plus précis.

 

« C’est vraiment très intéressant pour l’hôpital parce qu’il existe plusieurs patients qui portent le même nom et ont peut-être la même date de naissance » déclare Danielle Kiefaver de l’Hôpital Salem. « Nous utilisons la technologie des veines de la paume pour nous assurer que nous avons bien affaire aux dossiers appropriés

 

Les administrateurs ont déclaré que ce nouveau système permettra également de protéger la vie privée de chaque patient, ainsi que de prévenir le vol possible d’identités. Ce système permettra aussi de détecter immédiatement si l’hôpital possède déjà ou non l’information sur le patient concerné. Par rapport à un nouveau patient, le nouveau système enregistrera en toute sécurité les documents nécessaires pour un usage ultérieur.

.

Source : Wkbn.com

 

Ca a toujours été, et ce sera TOUJOURS au nom de la facilité et/ou de la sécurité, que les mesures les plus liberticides et les plus éthiquement contestables furent adoptées et continueront d'être promues. A méditer donc…

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA