Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 février 2016 5 12 /02 /février /2016 23:31

Extrait tout à fait paradigmatique et révélateur de ce que sont les médias mainstream dans notre société. Le Magazine de la Santé du 11 février dernier traînait dans la boue le Dr Marc Vercoutère sans l'ombre d'un argument scientifique, mais par la calomnie pure! 

 

Pour ces "journalistes", il n'y a aucun débat à avoir, Marc Vercoutère serait simplement un charlatan. On comprend mieux pourquoi ces personnes ne veulent pas soutenir le moindre débat, puisqu'ils en sont en réalité incapables (se contentant comme "arguments" d'essayer de mélanger dans leur chaudron nauséabond les mots vendeurs de conspirationnisme, Dieudonné et extraterrestres.... voilà à quoi ils en sont réduits!)

La conclusion de cette vidéo est également gravissime: "Quand on est condamné pour exercice illégal de la médecine, ça veut dire qu'on n'est pas un médecin, ça veut dire qu'on est un charlatan"! En réalité, il faudrait plutôt corriger cette assertion comme un enfant de primaire normalement intelligent pourrait d'ailleurs arriver à le faire lui-même et conclure: "Quand on est condamné pour exercice illégal de la médecine, il se peut que l'Ordre des Médecins (qui est une institution opaque et originaire de Vichy) ait jugé injustement pour défendre comme d'habitude les intérêts de Big Pharma plutôt que ceux des patients, mais cela ne change rien au fait que le médecin injustement condamné ou radié est et reste médecin car la formation qu'il a un jour suivie et les connaissances qu'il a acquises ne pourront, elles, jamais lui être retirées"!

 

Juridiquement, le Dr Marc Vercoutère a maintenant un véritable boulevard devant lui pour réclamer un droit de réponse et nous ne pouvons que chaleureusement l'inviter à l'exercer tant sa réputation a été si odieusement et injustement salie (outre le fait que Michel Cymes est une fois encore juge et partie, lui et Marina Carrère d'Encausse ayant co-écrit un petit livre à la gloire des vaccins, assez médiocre il faut bien le dire, et dont ils ne peuvent que se réjouir de faire ainsi une publicité indirecte, ce qui équivaut par conséquent à un conflit d'intérêts supplémentaire mais non révélé à leurs téléspectateurs-pigeons!)

 

Si les citoyens ne réfléchissent plus et s'ils ne sont plus capables de s'indigner de pareil traitement réservé à un médecin consciencieux, ayant agi de façon pondérée, réfléchie, argumentée et sans aucun intérêt personnel ou financier d'aucune sorte pour le bien du patient, alors ces mêmes citoyens jouiront ou plutôt périront d'une pseudo-médecine de plus en plus médiocre et dangereuse dont ils auront eux-mêmes, par leur docilité et par leur complaisance, permis le triste avènement!

Certificat médical de contre-indication parfaitement valide et argumenté, tout à fait irréfutable en regard des données actuelles de la science...

Certificat médical de contre-indication parfaitement valide et argumenté, tout à fait irréfutable en regard des données actuelles de la science...

Partialité & acharnement journalistique contre un médecin vaccino-lucide
Partager cet article
Repost0
23 novembre 2015 1 23 /11 /novembre /2015 11:05

Médecins, dentistes, aromathérapeutes, citoyens-patients, décidément, le Journal du Médecin tape vraiment sur tout le monde et voit des sectes partout, se réfugiant de façon assez pitoyable, il faut bien le dire, derrière les avis des prétendus "experts" du CIAOSN, le Centre d'Information et d'Action contre les Organisations sectaires nuisibles subsidié par le Ministère belge de la justice (NB: on aura un avis plus objectif sur le sérieux de ce genre de classements du CIAOSN, équivalent belge de la célèbre Miviludes en écoutant par exemple les vidéos du Pr Anne Morelli de l'ULB, disponibles sur internet). Après avoir été indûment rangée dans les sectes, Initiative Citoyenne ne pouvait rester sans réagir et a fait parvenir un droit de réponse au Journal du Médecin par la voie de son avocat.

 

Voici tout d'abord, l'article litigieux du Journal du Médecin du 13 novembre dernier, intitulé "Des sectes encore bien vivaces".

 

Le Droit de réponse envoyé par voie d'avocat le 16 novembre 2015 et enfin,

 

Sa parution dans le Jdm du 20 novembre avec un petit commentaire savoureux du Jdm qui ne sait visiblement pas bien quoi répondre à ça...

 

Trois vidéos intéressantes sur les procédés de classification abusifs de sectes:

On peut parfaitement transposer le discours d'Anne Morelli sur les "grandes religions" à la "religion vaccinale"...

Plus d'infos sur le CIAOSN par Anne Morelli.... très éclairant!

Les antécédents de Journal du Médecin avec les vaccins et Initiative Citoyenne:

 

- En novembre 2008, le Jdm s'acharnait sur Knack et le Vif qui avaient osé (quel crime!) publié des articles critiques sur les vaccins antipapillomavirus Gardasil et Cervarix

 

- En septembre 2011, le Jdm publiait que des médecins généralistes s'indignaient des courriers de mise en garde que nous avions envoyés aux associations de parents et aux directions d'écoles secondaires francophones au sujet des risques graves des vaccins HPV proposés en médecine scolaire.

 

- En 2009, dans le contexte de nos actions sur le H1N1, Muriel Desclée de notre collectif a même été classée dans les "pro-nazies" (rien que ça!) par le Journal du Médecin parce qu'elle avait osé partager sur Facebook une vidéo satirique avec un Hitler en mode "Il faut vacciner tout le monde sans délai" (dans un contexte où la vaccination était organisée en France dans des vaccinodrômes, ou des lois d'exception permettant l'instauration d'obligations vaccinales avaient bien été adoptées etc...)

 

- Le Jdm nous avait aussi déjà qualifiés "d'obscurantistes" en mars 2012, ce qui leur avait valu de devoir publier un de nos droits de réponse

 

- Le Jdm nous traitait aussi de "groupement d'illuminés" en octobre 2012, ce qui là encore leur avait valu de devoir publier un de nos droits de réponse

 

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2015 6 26 /09 /septembre /2015 19:55

"Vaccin ou pas vaccin ? Comment s'y retrouver sans perdre sa santé ?"

 

Mercredi 23 septembre de 16h à 17h sur Sud Radio

Participants : Pr Henri JOYEUX, Me Jean-Pierre JOSEPH, Coralie MUHAMAD, Marc LARÈRE, Bernard GUENNEBAUD,  Jean-Pierre AUFFRET

 

http://www.sudradio.fr/Podcasts/Sud-Radio-c-est-vous/Vaccins-or-not-vaccin 

 

La partie 1 de l'émission peut être écoutée ici

La partie 2 de l'émission peut être écoutée ici

 

Le ton change, les journalistes tombent de leurs chaises, le grand public commence à prendre la mesure de l'ampleur de la désinformation sur le sujet...

Vaccin ou pas vaccin? Comment s'y retrouver sans perdre sa santé?

NB: Sud Radio se distingue qualitativement jusqu'ici de beaucoup de médias concurrents et avait déjà organisé un débat radio appréciable en juillet dernier sur le sujet. C'est tout à son honneur d'oser donner la parole aux dissidents car cela donne ainsi l'occasion aux auditeurs d'apprendre des informations neuves, solides et dûment vérifiables plutôt que de ne faire que les abreuver de lieux communs habituels et autres affirmations simplistes et scientistes jamais vérifiées mais à la gloire des sacrosaints vaccins.

Partager cet article
Repost0
20 août 2015 4 20 /08 /août /2015 16:27

Vous êtes médecin, professionnel de santé indépendant ou hospitalier ou bien tout simplement un citoyen intéressé par la question des vaccins et désireux de mieux jauger ce que votre médecin sait réellement de ce qu'il vous injecte? Alors découvrez sans plus attendre dans la revue indépendante d'éthique médicale Ethica Clinica n°78 de juin 2015 (consacrée aux épidémies), le contenu de notre article de synthèse dûment référencé et intitulé "La gravité insoupçonnée des enjeux éthiques posés par les vaccins". Dans ce numéro, vous pourrez également comparer notre analyse du sujet à celle du Dr Mauroy, pédiatre et directrice médicale de l'ONE (= équivalent belge des PMI françaises) pour mieux vous faire votre propre opinion.

 

Il faut aussi bien sûr saluer au passage le courage et l'indépendance de cette revue d'éthique médicale face à un sujet que les connaisseurs du dossier savent particulièrement tabou...

La gravité insoupçonnée des enjeux éthiques posés par les vaccins [article d'Initiative Citoyenne dans Ethica Clinica n°78 de juin 2015]

Pour lire la suite de l'article, achetez la revue en cliquant ici

 

 

78-Tout est-il permis pour lutter contre le risque d'épidémie ? 

 

Table des matières

 

Editorial : J.-M. Longneaux 


Au fond : 


Désordre du monde, défi au savoir et urgence éthique. Petite philosophie de l'épidémie, par J. Lombard


Epidémie : un défi pour la pratique et l'éthique médicales, par B. Hanson


La gravité insoupçonnée des enjeux éthiques posés par les vaccins, par M.-R. Cavalier, S. Meulemans, M. Desclée


A propos de l'obligation de vacciner les enfants : la position de l'O.N.E., par M.-Chr. Mauroy


Les services de gériatrie face au risque d'épidémie, par D. Schoevaerdts


Intervenir en situation d'épidémie : quels défis éthiques pour MSF ?, par B. Draguez


Etude de cas sur les enjeux éthiques du transfert en recherche en santé mondiale, par A.-M. Turcotte-Tremblay, F. Fregonese, N. Alam


Ces épidémies silencieuses, par St. De Maere


Faire du beau avec du terrible : repères sur l'écriture de l'épidémie, par G. Bauherz


Hors thème :


Conseiller en éthique clinique hospitalière : comme un chevalier blanc qui aurait un caillou dans la bottine, par L. Farag

 
Editorial

 

Ceux qui veulent savoir ce qu’il ne faut surtout pas faire en cas de contagion grave, mais que l’on fait quand même, n’ont qu’à relire les récits des trois dernières grandes épidémies internationales de ce début du XXIe siècle. En 2003, le SRAS se répand rapidement à partir d’une province du sud de la Chine. Pendant plusieurs semaines, entre autres pour éviter les pertes financières qu’engendrerait une telle nouvelle, les autorités chinoises nient l’évidence, ce qui favorise la propagation du virus dans le monde entier. En 2009, l’OMS tire la sonnette d’alarme : elle annonce, de façon quelque peu précipitée, que le virus A H1N1 menace directement l’Occident : c’est la panique généralisée. Certaines firmes pharmaceutiques reniflent la bonne affaire. Après avoir pris des mesures pour se décharger de toute responsabilité en cas de problème avec leurs vaccins, elles passent de juteux contrats avec des Etats, dont la Belgique et la France, pour des millions de doses qui resteront finalement inutilisées. Décembre 2013, le virus Ebola se propage en Afrique de l’Ouest. L’OMS, cette fois, tarde à alerter les instances mondiales. Les Etats occidentaux, dans un premier temps, se montrent peu concernés. Il faudra qu’ils se sentent eux-mêmes menacés pour que finalement, une aide soit dégagée. Et pendant que ces comportements peu glorieux occupent le devant de la scène, chaque année, dans les pays du Tiers-Monde, de 6 à 7 millions de personnes décèdent silencieusement du sida, du paludisme et de la tuberculose réunis, dans une relative indifférence. 

 

Ethica clinica

 

Ethica Clinica est une revue d’éthique destinée à tous les professionnels de la santé, qu’ils travaillent en hôpital général, en hôpital psychiatrique, en maison de repos ou encore à domicile.

Son ambition est moins d’apporter des réponses toutes faites que de permettre une prise de distance par rapport à des situations de terrain parfois difficiles, voire taboues, espérant ainsi aider les soignants mais aussi les institutions à mettre en mots leurs propres interrogations sur leur pratique, et à prendre les décisions qu’il leur faudra assumer.

Le Comité de rédaction organisé en réseau interdisciplinaire et pluraliste, veille à la concrétisation de ces objectifs avec le soutien d’un Comité scientifique international.

Chaque numéro (4 par an) développe un thème précis, en regroupant des articles accessibles, rédigés pour la plupart par des professionnels du soin. Toutes les informations relatives aux numéros déjà parus peuvent être obtenues en consultant ce site (http://www.fihasbl.be/Ethica-clinica.aspx).
Partager cet article
Repost0
16 juillet 2015 4 16 /07 /juillet /2015 21:40

La radio française Sud Radio a osé organiser le 8 juillet dernier un débat sur le thème des vaccins, intéressant ou pertinent à relayer en ce qu'il témoigne d'une certaine ouverture de ce média, contrairement à certains autres habitués à faire dans la langue de bois ou à ne pas donner la parole aux contestataires (ou alors de façon biaisée et insuffisante). Il faut donc pouvoir discriminer les médias ayant encore un peu de liberté des autres, totalement pieds et poings liés avec la pensée unique de l'establishment (comme le Journal International de Médecine qui, après avoir publié nos commentaires, a fini par les effacer/censurer quelques jours plus tard, France Culture et ses débats radios biaisés et ultra partiaux, Science & Avenir qui tombe à bras raccourcis sur le Pr Joyeux mais en éludant totalement le fond du dossier et en en restant à de pures attaques personnelles, etc.)

 

Ecouter ou réécouter ce débat radio sur les vaccins (48 minutes)

 

Participants :

 

Dr Marc Vercoutère 

 

 

Stéphanie Donzello (Prévention Vaccin)

 

 

Véronique Deiller (Magicmaman)

 

 

Pr Olivier Bouchaud (Maladies Infectieuses et Tropicales CHU Bobigny)

 

Ecouter ou réécouter ce débat radio sur les vaccins (48 minutes)
Partager cet article
Repost0
29 mai 2015 5 29 /05 /mai /2015 08:10

Cette radio (Malherbe Grenoble) s'honore en osant donner la parole librement à un panel varié d'invités. Grand merci également à Prevention-Santé sans qui cette émission n'aurait pas été possible. Quand on a des données claires et des éléments de fond solides, on n'a pas à craindre le débat. Mais c'est aussi là où la vaccinologie révèle toute la fausseté de son caractère scientifique, à la manière d'une coquille vide...

 

Et pendant ce temps-là, les autres médias du système continuent leur politique de partialité et la politique du "quantitatif" (bobards officiels inconsistants mais répétés en boucle et seulement une minorité d'infos contradictoires quand ils se sentent vraiment trop obligés de le faire pour sauver un reste de crédibilité). Quantité ou qualité? Croire ou savoir? A vous de choisir...

 

http://www.prevention-sante.eu/medecine/la-vaccination-pour-ou-contre  

 

Pour laisser un commentaire, une réaction suite à cette émission, se rendre au lien suivant: http://www.prevention-sante.eu/category/temoignages

Partager cet article
Repost0
28 mai 2015 4 28 /05 /mai /2015 13:08

Dégoûlinante de complaisance, la grand presse habituelle y va de ses titres grotesques et infantilisants qui ne peuvent marcher que sur les plus crédules d'entre nous ainsi bien sûr aussi que sur les malades qui croiront y voir un salut futur: " Vous souffrez d'asthme ou d'allergie? Un vaccin pourrait bientôt vous sauver." titrait par exemple RTL.

 

Un tel article appelle bien entendu un décryptage que les journalistes de la presse officielle n'ont plus ni le courage, la volonté, la liberté rédactionnelle et/ou l'intelligence de faire. Demandez-vous donc encore pourquoi le lectorat/l'audimat de cette presse-là ne cesse de dégringoler quand il monte de façon fulgurante du côté des sites indépendants qui réinforment valablement....

 

Voyons tout d'abord ci-dessous le contenu de l'article (copié-collé) et voyons après en quoi il était urgent de ne pas laisser le lecteur rêver dangereusement à ces fausses-promesses risquées de "progrès scientifique", sans lui fournir des éléments cruciaux et complémentaires pour une saine réfléxion de fond, globale et responsable.

 

Vous souffrez d'asthme ou d'allergie?  Un vaccin pourrait bientôt vous sauver

 

Des chercheurs nantais ont annoncé avoir testé avec succès un vaccin "anéantissant totalement" l’allergie aux acariens sur des souris. "Les résultats sont assez spectaculaires sur les souris", explique Marc Sapène, président de l’association française Asthme et Allergie.


"D’une part parce qu’on voit s’effacer l’asthme. Si on essaie de déclencher à nouveau de l’asthme avec une substance, il ne réapparaît pas. D’autre part, l’asthme est une maladie inflammatoire chronique. Et non seulement cet asthme n’apparaît plus, mais l’inflammation visible dans le sang a également disparue dans cette expérience", précise le médecin.


La mise au point du vaccin pourrait prendre encore quelques années, mais Marc Sapène se montre confiant. "Comme c’est très spectaculaire, je pense qu’on arrivera assez vite à des tests sur d’autres animaux et sur l’homme", explique-t-il. "C’est une piste assez formidable, qui laisse beaucoup d’espoir. Maintenant il faudra voir s’il n’y a pas d’effets secondaires", ajoute-t-il.

 

Source : RTL

 

1) Regardez tout d'abord les mots "magiques", censés frapper, impressionner: "anéantissement total", "résultats spectaculaires", "l'asthme qui s'efface"... Ces mots ne sont pas ceux d'un journalisme ou d'une science responsable mais des mots quasi enfantins, témoins de rêves et d'une immaturité intellectuelle qui vont souvent de pair avec une impulsivité et un enthousiasme excessifs.

 

2) Les illusions d'une médecine magique sont toujours à l'oeuvre avec le vieux réflexe de la médecine traditionnelle/allopathique (aux résultats les plus décevants qui soient dans les maladies chroniques) de simplement "supprimer les symptômes". On essaie de le faire artificiellement apparaître et on ne voit plus l'asthme et donc on en déduit qu'il a disparu: on est ici dans le vieux rêve réaliste que tout ce qui existe doit forcément se voir par un symptôme et si rien ne se voit a priori, c'est que rien ne tourne mal de façon latente et larvée. Quel simplisme! Et d'ailleurs, ça ne colle pas avec le fait que le début véritable des maladies (et leurs très subtils signes annonciateurs parfois très difficilement diagnostiquables cliniquement) ne coïncide le plus souvent pas avec le moment fort tardif du diagnostic officiel. 

 

Supprimer les symptômes est le plus souvent dangereux et contre-productif: donner des anti-pyrétiques systématiquement a montré ses effets néfastes car la fièvre est un mécanisme actif dont le système immunitaire a besoin. Pas étonnant dès lors qu'en supprimant massivement dans les années 50-60 la fièvre chez des patients en incubation de polio (et présentant les symptômes d'une angine), on ait créé de toutes pièces des paralysies et donc des séquelles évitables car le virus polio cesse sa multiplication dans le corps à partir de 39°C. Cette médecine suppressive force la Nature a s'adapter pour continuer à exprimer un problème qui est systémique et n'a pas disparu: si vous cassez le voyant de la voiture, vous ne le verrez plus mais vous pourrez encore tomber en panne de moteur ou de batterie; il en va de même pour le système immunitaire qui a besoin d'une réaction inflammatoire dans certains cas et par conséquent, la suppression de cette réaction inflammatoire chez ces patients-là qui étaient déjà immunitairement déréglés pourrait bien se transformer en une autre tentative beaucoup plus calamiteuse du corps pour contourner cette entrave à l'expression d'un dérèglement persistant... 

 

3) La cause principale de l'asthme et des allergies réside non pas dans un terrain génétique mais d'abord et avant tout dans l'environnement, même si des prédispositions génétiques peuvent accroître les risques. Or l'environnement est une notion large: penser que "la cause" d'une allergie aux acariens, ce sont juste...les acariens est aussi intelligent que de s'arrêter à l'observation du doigt qui montre la lune plutôt que de regarder la lune elle-même! Car une personne qui devient allergique n'a pas été de tout temps allergique à cette cause secondaire, qui ne peut donc en elle-même être une explication satisfaisante de ce véritable basculement immunologique.

 

4) La vaccination constitue une cause majeure d'allergies et cela est dûment prouvé: la vaccination des jeunes enfants dès le plus jeune âge constitue une des principales causes si pas LA principale cause de l'asthme et des allergies infantiles (comme l'ont montré plusieurs études ainsi que les données comparatives entre enfants vaccinés et enfants n'ayant jamais reçu le moindre vaccin; voir notamment dans le petit livre "La bonne santé des enfants non vaccinés" du Dr Françoise Berthoud aux Editions Jouvence). L'aluminium des vaccins constitue une substance qui est en elle-même capable d'induire toutes sortes d'allergies croisées avec toutes les substances auxquelles l'enfant et le sujet adulte peuvent être confrontés dans la même fenêtre de temps comme l'ont expliqué deux allergologues viennoises dans le documentaire d'Arte "Planète alu". C'est ainsi que les vaccins peuvent être la vraie cause d'allergies aux laitages (que le sujet et l'enfant continuent de consommer avant, pendant et après la période des vaccinations), aux acariens, à toutes sortes d'autres substances etc. La vaccination n'a pas un effet neutre sur les bronches puisqu'elle favorise par exemple les apnées des nourrissons

 

Par conséquent, prétendre qu'on va régler avec des vaccins un des problèmes que les vaccins ont largement contribué à causer et à accroître (en termes de nombre de personnes touchées) est d'une aberration indicible. Il est certes compréhensible que les individus dont la vie a été rendue infernale par les bons effets de la médecine et ceci, sans que ces victimes ne le sachent ou ne pensent à faire le lien, soient évidemment tentés de se maintenir dans une sorte de passivité consistant à penser que la solution leur sera aussi apportée par cette médecine et qu'il suffira alors de se la faire administrer. 

 

5) La médecine allopathique a montré en de maintes occasions que son aveuglement idéologique et sa partialité pouvaient provoquer les pires aggravations qui soient de divers problèmes. En médecine plus que jamais, il faut se souvenir de l'adage: Le mieux est l'ennemi du bien. Or, rendez-vous bien compte que les "grands spécialistes" ont déjà recommandé depuis des décennies des vaccinations tous azimuts (et ceci de plus en plus) alors que leur connaissance du système immunitaire sur lequel ils interfèrent est de leurs propres aveux tout à fait balbutiante ou insuffisante. On voit bien en termes de santé publique que si on voit en effet parfois moins de certaines maladies infectieuses, les populations de plus en plus vaccinées (et de plus en plus polluées en général) sont de plus en plus malades avec une véritable explosion des maladies auto-immunes, inflammatoires et neurodégénératives sans parler des cancers. Affirmer qu'il n'y a aucun lien avec les vaccins relève du scientisme et de la crainte d'oser voir en face les données existantes. La grosse question à l'heure actuelle est donc: allons-nous nous entêter dans le même paradigme mortifère qui constitue, au moins en partie, la cause majeure de cette spirale sanitaire descendante et désespérante; allons-nous continuer à faire toujours plus des mêmes vieilles recettes qui ont lamentablement échoué à apporter plus de bien-être et plus de santé? Si c'est le cas, il n'y a, selon nous, pas de grosses illusions à se faire sur l'évolution de l'état global de la santé publique mondiale.

 

 

Voir aussi:

 

Vaccins> allergies> vaccins anti-allergies... bienvenue en absurdie!

 

Des vaccins efficaces... contre d'autres effets secondaires de vaccins?

 

Les vaccins sont les cause principale des allergies alimentaires

 

Allergies & vaccinations: y a-t-il un lien?

 

Grossesse & vaccin anti-allergies: ces médias qui nous abrutissent (parfois au péril de notre vie)

 

Comment les vaccins endommagent le système immunitaire

 

Dr Saluzzo (de Sanofi Pasteur): "On ne sait pas comment marchent les vaccins"!

 

Tous les vaccins sont expérimentaux: voici pourquoi

 

Vaccins: le vrai scandale des faux placebos

 

Vaccinations des patients à risque? Encore plus risquée!

Partager cet article
Repost0
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 22:43

Enfin des médias qui osent faire des débats sans langue de bois...

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 11:23

Je suis Charlie… et Kevin, et Cynthia…

Ou l’histoire de l’autocensure de la presse

 

8 janvier  2015 : la France entière est bouleversée. L’attaque meurtrière dans les locaux de Charlie Hebdo soulève une vague mondiale d’indignation. La réaction du peuple français est sans égale. Un simple slogan se répand dans le pays et bien au-delà « Je suis Charlie ». Un symbole de la défense de la plume et du crayon contre les Kalachnikov. Le message est clair comme de l’eau de roche : nous ne permettrons jamais à personne de nous voler notre liberté de la presse, notre liberté de parler !

 

Cela réchauffe le cœur de voir un peuple uni d’une manière si spontanée pour défendre une valeur importante, pour isoler le terrorisme et l’extrémisme et le contrer par un message de tolérance et de paisible solidarité.

 

Cet événement nous touche aussi de manière cruelle. Que penser de l’autocensure de la presse, du « cordon sanitaire » qui musèle le mouvement critique des vaccinations dans son entier année après année ?

 

CENSURE (a)

Les victimes de la tuerie de Charlie Hebdo et les otages pris à Paris méritent notre compassion mais la multitude de victimes qui chaque année perdent leur vie ou leur santé après une vaccination est passée professionnellement sous un silence de mort par la presse entière sans exception. Notre presse a-t-elle le droit de proclamer sa liberté d’expression alors qu’ils ignorent délibérément et consciemment le sort des victimes des vaccinations ? Ont-ils le droit d’accuser les terroristes musulmans alors qu’ils couvrent les crimes de la mafia des pharmas sous couvert de charité ?

 

Non, bien sûr que non, et c’est cependant notre réalité quotidienne. Et cela fait mal. Aux militants qui savent qu’ils combattent un puissant adversaire, et surtout aux nombreuses victimes qui ne peuvent attendre la moindre justice de la part de cette même presse qui réclame sa liberté d’expression avec tant de passion.

 

Pouvons-nous espérer que ces événements dramatiques ouvrent les yeux d’au moins quelques journalistes et leur fasse comprendre qu’il est grand temps d’enlever leur masque de Janus ?

 

Dr Charlie Gaublomme,

 

pour le Forum Européen de Vigilance Vaccinale 

http://www.efvv.eu  

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2014 7 05 /10 /octobre /2014 13:21

Ce que la presse se permet de dire ou de commenter sur les poisons chimiques divers va toujours bien au-delà du tabou si caractéristique mais ô combien illégitime qui entoure la simple évocation du mot "vaccin"...

 

Voici [ci-dessous, après l'article de journal] une petite lecture commentée bien intéressante du Dr Didier Tarte suite à cet article paru dans le Monde au sujet de la sortie d'un ouvrage de Fabrice Nicolino intitulé "Un empoisonnement universel.Comment les produits chimiques ont envahi la planète."

 

chimie-danger--empoisonnement-universel--Monde-3-octobre-20.jpg

 

Chimie danger : « Un empoisonnement universel »

 

Rarement le journaliste scientifique du Monde Stéphane Foucart aura été aussi catégorique dans le compte rendu présenté dans Le Monde du 3 octobre 2014 sur l’intérêt du livre de Fabrice Nicolino. Et il a bien raison !!!


Ainsi il trouve justifié le titre lui-même particulièrement alarmiste : Un empoisonnement universel, sous-titré « Comment les produits chimiques ont envahi la planète ».


Mais ne serait-il pas bon d’attirer l’attention sur ce genre de comportement qualifié ici d’universel et d’envahissant pour dire qu’il est simplement généralisé et totalitaire. En effet nous retrouvons le même procédé et la même situation concernant l’attitude médicale à propos des vaccins.


On pourrait reprendre autour des vaccins exactement les mêmes remarques qu’il estime nécessaires d’argumenter : Cet ouvrage n’aurait pu être écrit voilà seulement quelques années, sans être immédiatement soupçonné d’obscurantisme et d’antiscience. Mais concernant les vaccins, depuis l’épisode H1N1, bien des révélations ont surgi qui devraient exonérer la critique des vaccins de l’habituelle anathème « obscurantisme et antiscience ». (Démarches multiples dans plusieurs pays pour dénoncer le vaccin anti-HPV, la fraude du CDC américain sur le lien entre vaccin et autisme, etc.…)


En tout cas, nous pouvons reprendre terme à terme, pour les vaccins, certaines formulations appliquées à cet empoisonnement chimique : Celle d’une humanité désormais durablement imprégnée d’une variété de substances de synthèse à savoir ici de produits biochimiques. Ici donc, il s’agit de protéines dites "antigènes", obtenues après bien des manipulations dangereuses et associées à des additifs très variés aux effets délétères le plus souvent niés. Cocktails multiples et répétés avec constance et acharnement surtout dans l’enfance et tragiquement bien au-delà !


Malheureusement nous devons constater que le changement de paradigme autour des vaccins n’a pas encore su se manifester dans les milieux de la toxicologie académique tellement sur ce sujet les dogmes sont encore tout puissants justifiant l’observation d’Einstein : Il est plus facile de briser des atomes que de briser des préjugés. Mais prenons conscience qu’ici il s’agit de vies brisées !


Car en effet, la chimie de synthèse (transposez : la pratique vaccinale) a pris une place trop importante dans la vie quotidienne sous la forme d’une pollution chimique (transposez : vaccinale) diffuse. Pensons par exemple aux vaccins contre la grippe répétés chaque année et proposés maintenant de manières systématiques aux femmes enceintes, aux enfants, aux personnels soignants……..et n’oublions pas le contexte préparé dans les laboratoires sous la forme des 250 vaccins expérimentaux, un beau pipeline pour les années proches.


On ne peut que reprendre la constatation qui clôt cet avant dernier paragraphe : le second axe traite en miroir les manœuvres de promotion du conflit d’intérêt, d’instrumentalisation de la science et de la corruption de l’expertise grâce auxquelles les pouvoirs publiques évitent toujours de prendre à bras le corps le problème. On ne peut dire mieux que Mr Foucart, surtout si on applique cette analyse aux vaccins.


On pourrait cependant rappeler à Mr Foucart et aux journalistes en quête d’un effort de vérité certains livres qui participent au dévoilement de ces mécanismes subtils d’occultation du risque vaccinal généralisé à la suite d’une enquête incisive et courageuse.

 

Dr Didier Tarte

 

- Vaccinations, les vérités indésirables, Michel Georget, éditions Dangles.

L'apport des vaccinations à la santé publique: la réalité derrière le mythe, M.Georget, éd. Dangles.

- Vaccins, mensonges et propagande, Sylvie Simon, édition Thierry Souccar.

- La (bonne) santé des enfants non vaccinés, Dr Françoise Berthoud, éditions Jouvence.

- Faut-il faire vacciner son enfant ?, Virginie Belle, éditions Max Milo.

- Vaccination : erreur médicale du siècle, Dr Louis de Brouwer, éditions Louise Courteau.

 

Voir aussi l’exposé du Dr Didier Tarte le 29 novembre 2013 au Palais des Congrès de Namur dans le cadre de la grande conférence sur les dangers de la médecine autoritaire :

 

Partager cet article
Repost0

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA