Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 08:59

La patronne de l'OMS juge dangeureux le manque de générosité des donateurs

 

GENEVE - La directrice générale de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Margaret Chan, qui sera mercredi la seule candidate à sa propre succession, a annoncé craindre le manque de générosité des pays donateurs.

S'exprimant lundi à l'ouverture de la 65ème assemblée générale de l'OMS, qui réunit jusqu'au 26 mai à Genève près de 3.000 participants venus de près 178 pays (sur les 194 Etats membres de l'OMS), Mme Chan a estimé dangeureux ce manque de fonds.

Nos traditionnels bailleurs de fonds subissent d'intenses pressions internes pour démontrer que l'aide publique au développement est sagement investie, a dit la haute responsable.

Les contribuables et les parlementaires veulent voir des résultats rapides, tangibles et mesurables, a-t-elle ajouté.

Cela peut être dangereux, surtout pour une maladie comme le sida, a-t-elle déclaré, soulignant que nous avons de bonnes raisons de croire que la cible de l'ONU de 15 millions de personnes sous traitement d'ici à 2015 ne sera pas atteinte.

La progression des maladies non transmissibles, comme le diabète ou encore l'obésité qui a doublé dans le monde entre 1980 et 2008, mène aussi les systèmes santé au point de rupture, a par ailleurs averti Mme Chan.

Les maladies non transmissibles sont actuellement responsables de près des deux tiers de la mortalité dans le monde, selon l'OMS.

Des travaux sont actuellement en cours pour élaborer un cadre mondial de suivi et un ensemble de cibles volontaires pour la lutte contre ces maladies qui touchent de plus en plus les pays à revenus moyens.

L'excès de nourriture, les plats cuisinés industriels, l'excès de sel sont autant de facteurs à risques pour les maladies cardiovasculaires et le cancer, selon l'OMS.

Mme Chan est la seule candidate à sa propre succession. Son second mandat devra être approuvé mercredi par l'assemblée générale de l'OMS.

 

Source: Romandie

 

Incroyable : après avoir abondamment gaspillé l’argent des contribuables en exhortant de façon irresponsable les dirigeants nationaux à acquérir dans la précipitation des vaccins expérimentaux inutiles et risqués, voilà que l’OMS vient déplorer le manque de fonds ainsi que les demandes de justifications de ses investissements ? C’est vraiment l’hôpital qui se moque de la charité !

Mais généralement, une règle est appliquée : plus c’est gros, plus ça passe.

Et de fait, l’OMS a encore l’impudence d’évoquer la proportion majoritaire des maladies non transmissibles alors que sa première priorité est LA VACCINATION… cherchez l’erreur ! La réalité, c’est que ces maladies non transmissibles, comme le diabète, ont plus que doublé ces vingt dernières années, période endéans laquelle les vaccinations administrées ont-elles aussi plus que doublé. Ainsi, après avoir contribué à majorer les problèmes sanitaires par le biais de campagnes vaccinales aveugles et massives, l’OMS tente d’utiliser cette situation comme prétexte culpabilisateur vis-à-vis de ses donateurs. On aura vraiment tout vu.

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans OMS
commenter cet article
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 15:32

Un document du Bureau Régional de l'OMS pour l'Afrique (AFRO) révèle l'ampleur du phénomène manipulatoire à l'oeuvre pour vacciner à tout prix un maximum de monde.

 

Dans le cadre de la Semaine Africaine de la Vaccination 2011 dont la préparation se fait notez-bien sur 8 mois (soit une Semaine de la Vaccination qui se prépare et se déroule quasiment toute l'Année) , un document reprenait certains passages, ô combien révélateurs!

 

Petit échantillon:

 

"En revanche, de nos jours, c'est le besoin, les bienfaits et la sécurité des vaccins qui sont à présent remis en cause, et dans certains pays des groupes anti-vaccination très actifs se font de plus en plus entendre."

 

Commentaires: Depuis le XIX° siècle, il existe une controverse médicale sur le rapport bénéfices/risques de la vaccination. Depuis le début de la vaccination, les questions de sécurité ont toujours été évacuées et éludées et les médecins sceptiques et critiques, marginalisés. Avaient-ils tort pour autant? Etaient-ils pour autant des charlatans en recherche d'une tribune? Pas plus que nous, ces médecins n'avaient intérêt à s'opposer par principe à la pratique de la vaccination. Simplement, ils constataient qu'il y avait de grosses anomalies dans ces dossiers et estimaient juste de pouvoir partager leur avis et leur réflexion. La plupart de ces avis et réflexions n'ont pas été retenus ou entendus et l'état de santé des populations s'en ressent à présent fortement avec une hausse sans précédent de maladies graves, chroniques et incurables qui ont remplacé, sans que nous y gagnions donc vraiment au change, les maladies infantiles, majoritairement bénignes dans des situations d'hygiène acceptables.

 

"Il serait peut-être utile de se pencher sur les arguments et les cas avancés par ces groupes antivaccination et de concevoir l'initiative en privilégiant les questions de sécurité. Déterminer le nombre de vaccinations administrées dans votre pays chaque année. Si nécessaire, comparer ce nombre au nombre d'incidents indésirables signalés. Examiner et expliquer les raisons de ces incidents indésirables qui se seraient produits. Si besoin est, comparer les décès dus aux maladies par rapport au décès induits par les incidents indésirables."

 

Commentaires: La sécurité vaccinale est véritablement quelque chose de secondaire. A vrai dire, elle n'a jamais été une priorité, comme nous l'avions déjà précédemment expliqué. C'est pourquoi les officiels de l'OMS sont à présent dans la réaction en tentant de répondre à ces questions qui préoccupent à juste titre l'ensemble de la population (et pas seulement ce qu'ils appellent de façon très commode "les groupes anti-vaccination"). Pour ce faire, le conseil ici est donc clair: fournir au public une comparaison biaisée du bénéfices/risques puisqu'il est bien évident que le nombre d'effets secondaires signalés est très nettement inférieur au nombre d'effets secondaires qui se produisent réellement (la sous-estimation étant déjà notoire en Occident, que dire alors dans des pays pauvres comme ceux d'Afrique!). Quant à l'examen et l'explication des effets secondaires survenus, il ne faut hélas pas être devin pour savoir qu'ils prétexteront comme à leur habitude qu'il "n'y a aucun lien avec le vaccin" et que ce ne sont jamais que des coïncidences. Franchement, qui peut encore y croire?

  

"Peut-être que les entraves proviennent, en partie, des personnes chargées de mettre en oeuvre les services de vaccination. Penchez-vous de plus près sur la situation des professionnels de santé et des prestataires de services de santé et analysez leur perception et l'importance qu'ils accordent à la vaccination. Font-ils la promotion de la vaccination, ou au contraire, leur avis et conseils ont-ils été négativement influencés par certaines couvertures médiatiques défavorables ou informations alarmistes autour de la sécurité ? "

 

Commentaires: Une fois encore, on en revient au rôle de "bons petits soldats" que les médecins sont censés assumer en matière de vaccination, en ne réfléchissant surtout pas trop et en acceptant ainsi d'être simplement instrumentalisés en tant qu'exécutants d'une politique dont ils ne connaissent pas les dessous. Par ailleurs, ce qui est jugé "alarmiste" au sujet des risques des vaccins, l'est nettement moins quand il s'agit de dramatiser et de faire peur avec les maladies contre lesquelles on veut vacciner! Une fois encore, deux poids deux mesures!



"2.4. Groupes ou personnes d'influence :

 

Analyser également les "groupes d'influence" c'est-à-dire les parties prenantes susceptibles de peser sur les groupes cible clé. En effet, bon nombre d'entre eux sont susceptibles d'avoir une influence positive ou négative sur ces groupes cible clé. Au sein des parties prenantes, exploiter de façon proactive les forces positives et se tenir prêt à faire face aux forces négatives."

 

Commentaires: On se croirait dans un bac à sable ou une cour de récré, ce qui n'est donc pas du tout à la hauteur du véritable débat scientifique honnête et sincère auquel le public a pourtant droit (même si, on le sait, on tente de faire croire le public à St Nicolas en lui ayant toujours juré qu'il y avait une unanimité médicale totale en faveur des vaccins ce qui, bien sûr, est totalement faux!) Dans les conditions tout avis contradictoire est perçu comme une menace à contrer plutôt qu'une chance pour la vraie Science et la démocratie.



"2.4.1. Groupes ou personnes d'influence positive :

 

Collaborer avec ces personnes, les informer et les associer à l'initiative de la semaine de vaccination, si possible et si nécessaire. Les utiliser pour véhiculer les messages pertinents. Associer les forces d'influence positive comme partenaire chaque fois que possible et nécessaire (par exemple les ONG locales/internationales) ou comme bailleurs de fonds (par exemple les fondations ou sociétés privées). Examiner dans quelle mesure des célébrités ou des décideurs d'opinion seraient disposés à faire office d'ambassadeur de bonne volonté au cours de la semaine de la vaccination (à l'échelon national ou local). Les dirigeants communautaires et autres dignitaires au niveau local peuvent également collaborer étroitement pour toucher les communautés difficiles d'accès."

 

Commentaires: la vision utilitariste, "jetable" et opportuniste des gens dans toute sa splendeur ou comment UTILISER les gens et les instrumentaliser à des fins qu'ils ne connaissent pas. Recourir à des "apâts" de choix qui jouent sur l'émotionnel bien plus que sur la raison en racolant des peoples censés faire pleurer dans les chaumières.



" 2.4.2. Médias

 

Les médias locaux et nationaux constituent un puissant vecteur de transmission des messages. Si possible, oeuvrer en étroite collaboration avec eux en vue de nouer de bonnes relations de travail, en les informant et les "instruisant" sur les problématiques liées à la vaccination et aux maladies évitables par la vaccination. Faire en sorte d'alimenter constamment les médias en informations et à leur fournir des exemples concrets en vue de la rédaction d'articles."

 

Commentaires: Cette proximité excessive avec les médias mène  hélas souvent à la censure de toute voix dissidente, ce qui là encore n'est pas pour servir la vraie science et la vraie démocratie. Dans ces pays encore plus qu'ailleurs, on tente de camoufler toute dissidence en l'assimilant à quelque chose de forcément irrationnel, dangereux ou même d'ordre religieux.

 

"2.4.3. Groupes ou personnes d'influence négative :

 

Certains groupes ou personnes peuvent constituer un danger pour l'initiative et ses messages. Déterminer qui sont potentiellement ces parties prenantes négatives et se préparer à contrecarrer leurs arguments. Il est crucial de mettre en place des plans de contingence afin de pouvoir répondre rapidement à toute critique ou allégation. Essayer de prévoir d'où pourraient provenir les critiques et préparer à l'avance les ripostes idoines. Soyez prêts ! Cibler des messages appropriés aux différents niveaux, qui soient conçus pour chaque groupe cible précis."

 

Commentaires: Une fois encore, toute dissidence est vue comme une menace et non comme une chance, dans un contexte autoritaire et oppressant où il s'agit en fait surtout d'arriver à une soumission consentie des populations locales, sur un terreau de manipulation et de désinformation. Si la vaccination était si sûre, si efficace et si irréprochable, il n'y aurait guère besoin de se préparer de façon aussi militaire aux critiques, car ces dernières n'auraient tout simplement pas lieu d'être. La réalité c'est qu'il s'agit tout simplement de "sauver la face" et de retarder au maximum l'éclatement inéluctable de la bulle vaccinale qui commencera en Occident pour se poursuivre inévitablement aussi à terme dans les pays les plus pauvres.

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans OMS
commenter cet article
8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 19:27

Le 4 janvier dernier, dans un article de Cyberpress, intitulé "Grippe aviaire: l'OMS veut aller au-delà de la controverse", on pouvait lire les propos du Dr Fukuda de l'OMS -le même qui prétendait sans rire que l'OMS n'avait jamais changé ses critères de pandémie à l'occasion du H1N1- et qui s'exprimait suite aux recherches hasardeuses menées à l'Erasmus Medical Center de Rotterdam dans le but de rendre le dangereux H5N1 transmissible d'homme à homme.

 

Dans ce faux débat sur la censure ou la liberté scientifique et le prétendu risque (assez grotesque) de bioterrorisme, l'OMS ressort ses vieux cartons et ses projets de longue date:

 

"L'OMS s'est impliqué dans le débat récemment afin «d'apporter un équilibre aux discussions», a mentionné le Dr Fukuda.

 

Cette implication est notamment liée au fait que l'OMS craint que la controverse actuelle - et tout impact que l'affaire pourrait avoir sur la recherche sur le H5N1 - puisse nuire aux efforts des quatre dernières années afin d'aboutir à un accord sur le sujet, appelé «Préparation en cas de grippe pandémique: cadre pour l'échange de virus grippaux, l'accès aux vaccins et autres avantages».

 

Le cadre a été approuvé en mai dernier lors de l'Assemblée mondiale de la santé - le conseil de direction de l'OMS - et prévoit un réseau de surveillance international des virus présentant un risque de pandémie. En contre-partie, les pays auront accès à une série d'avantages, dont des vaccins contre l'épidémie ou des fonds de compagnies pharmaceutiques pour financer les activités de surveillance.

 

L'OMS craint par ailleurs que la tendance à percevoir la controverse à travers un seul prisme - celui de la censure contre le bioterrorisme par exemple -, ne rendra pas justice à toutes les autres questions auxquelles il faut répondre sans tarder.

 

Parmi celles-ci, on s'interroge sur la marche à suivre après avoir constaté l'existence du virus. Le Dr Fukuda reconnaît également que la recherche sur des virus modifiés doit être faite sur des animaux afin de vérifier l'innocuité des vaccins. «De prime abord, cela semble correct. Mais qu'allez-vous faire avec cela? Comment allez-vous le faire? Est-ce que le processus a été analysé?», a-t-il souligné.

 

Le 1er janvier dernier, le site SanteLog nous informait déjà de la publication de l'avis de l'OMS du 30 décembre, jour du décès d'un homme en Asie suite au H5N1. Et cet avis de l'OMS disait que ces recherches (d'apprentis sorciers) devaient se poursuivre!

 

Selon l'OMS, "le risque H5N1 continue d'augmenter", prétextant qu'une mutation naturelle pourrait rendre le virus mortel également très transmissible: n'est-on pas là en réalité en train de préparer l'opinion publique à pareille éventualité à coups d'articles et de communiqués?

 

Pour l'OMS toujours, le fait que "les Etats doivent se "partager" les virus" constitue un impératif scientifique et une nécessité de santé publique.

 

Une fois encore, on constate un acharnement, une sorte de fascination malsaine et plus que suspecte pour de futures pandémies tant attendues alors qu’il y a 15 ou 20 ans, aucun journal n’en parlait…

 

On parle d’accords pour « le partage de virus et des avantages » sans que les citoyens n’aient aucun détail précis sur ces procédés ni aucun contrôle sur eux.

 

Les préparatifs pour de futurs vaccins pandémiques H5N1 vont aussi bon train comme l’exemple de la firme Medicago au Canada, l’a montré.

 

On prétend « protéger la santé publique » avec le « partage de virus » mais qui dit partage des virus dit aussi circulation de ceux-ci et donc accroissement du risque.

 

Le n°2 de l’OMS, Dr Fukuda affirme une absurdité sur le ton d'une vérité révélée à savoir qu’il faut tester sur les animaux de futurs vaccins, alors que les exemples ne manquent pourtant pas pour démontrer que la tolérance sur les animaux n’est absolument pas un gage de tolérance chez l’homme et que donc, la transposition ou l’extrapolation des résultats sur les premiers n’est pas forcément pertinente pour les seconds. Il sera par conséquent, tôt ou tard, question d’une nouvelle vaccination expérimentale sur des cobayes consentants ou non.

 

Dans ce dossier, les opacités, les contre-vérités et les incohérences sont omniprésentes. Or, pour faire cesser ce « cirque pandémique », il va sans dire qu’il faudra une réaction citoyenne extrêmement ferme et déterminée et ce d’autant plus que la désapprobation citoyenne, déjà substantielle, au cours du H1N1 n’aura pas suffi. Enfin, rappelons que toutes ces manigances ont aussi un coût financier faramineux, qu’il serait beaucoup plus légitime d’investir ailleurs, au service des citoyens.


 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans OMS
commenter cet article
30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 20:43

Le Point, 27 octobre 2011

 

Frappée par la diminution des contributions volontaires des pays, l'Organisation mondiale de la santé va supprimer 300 emplois sur 2 400.

 

Par des départs à la retraite, souvent anticipés, des contrats temporaires non renouvelés, mais aussi par des suppressions de poste, le siège de l'OMS aura rayé d'ici fin 2011 12,5 % de ses effectifs. La nouvelle n'est pas officielle, mais ne prend pas par surprise les employés de cette institution des Nations unies spécialisée dans la santé publique. Dans un communiqué remontant au 18 mai 2011, le représentant des associations du personnel révélait déjà que le personnel avait été informé "que les réductions actuelles des effectifs [étaient] nécessaires en raison de la crise financière".

 

Le budget de l'OMS, qui court sur deux ans - 2012-2013 - sera de 3,96 milliards de dollars, et son déficit est estimé à plus de 300 millions de dollars pour 2011. En réalité l'Organisation mondiale de la santé vit la crise la plus grave depuis sa création en 1948.

 

Budget en baisse, image en berne

 

"Nos difficultés financières viennent en grande partie, d'une part, de la mauvaise tenue du dollar au début de l'année, alors que nos dépenses sont en franc suisse, une monnaie forte. D'autre part, en raison de la crise économique, le budget de l'OMS de 2012-2013 sera de 20 % plus bas que celui des deux dernières années", ajoute Fadéla Chaib. Ce ne sont pas les contributions régulières qui chutent, mais les contributions volontaires des pays. Ainsi, pour l'exercice 2010-2011, le budget total de l'OMS atteignait 4,5 milliards de dollars, dont 1,6 milliard provenait des contributions volontaires. Toutefois, l'OMS, longtemps présentée comme "le joyau de la couronne des organisations internationales" ne souffre pas que de difficultés de financement. Son image a été très écornée, en particulier par sa mauvaise gestion de la pandémie de grippe A (H1N1).

 

Conflits d'intérêts

  

L'OMS a été accusée d'être sous l'influence de l'industrie pharmaceutique. Celle-ci aurait incité l'organisation internationale à surréagir à la pandémie grippale de 2009-2010. Par ailleurs, une polémique a éclaté en janvier 2011 avec la nomination du Suisse Paul Herrling comme expert de l'OMS, alors que celui-ci est directeur de la recherche chez Novartis, le puissant groupe pharmaceutique suisse...

 

Dans le communiqué du 18 mai, le représentant des associations du personnel de l'OMS veut "être sûr que les cadres de haut niveau seront tenus pour responsables si nous ne sommes pas en mesure de prévoir la crise et de protéger l'organisation". Visiblement, les fonctionnaires internationaux n'ont pas leur langue dans leur poche à Genève.

 

Source : Le Point

 

Ces licenciements ne sont sans doute pas réjouissants pour les employés concernés mais ils sont une bonne nouvelle pour le monde.

 

Cette agence qu’on arrive assez difficilement à distinguer d’une agence de communication des lobbies pharmaceutiques, engloutit 2 MILLIARDS de dollars par an qui passent avant tout… dans les poches des lobbies pharmaceutiques.

 

Les conflits d’intérêts sont légion, la corruption y a déjà été dénoncée dans plusieurs publications officielles : journaux médicaux ou non ainsi que dans divers ouvrages comme celui de Bernard Deveaux et Bernard Lemmenicier. Ceux-ci, au terme d’une longue enquête sur cette institution, écrivaient dans leur livre : « L’OMS n’est plus que le bateau ivre de la santé publique, naviguant sans maître à bord ni objectif clair sur un océan de corruption et d’inefficacité. »

 

Il n’est guère surprenant, après le fiasco du H1N1, que les Etats aient fini par raboter les montants des soi-disant « contributions volontaires » qui ne sont cependant pas si « volontaires » que ça pour ceux qui les paient vraiment à savoir les contribuables dont on ne demande jamais l’avis.

 

Hélas, il faut bien constater que cette agence et ses diktats constituent un parapluie bien confortable pour les dirigeants nationaux qui peuvent ainsi s’abriter derrière.

 

En témoigne, la réaction de Mme Onkelinx qui nous répondait le 10 septembre 2009 : « Il me semble difficile d’entreprendre une quelconque démarche à l’encontre de l’OMS ou d’autres organisations internationales qui nous prodiguent leurs recommandations, scientifiquement étayées et surtout très utiles en ces temps difficiles. »

 

Pourtant, les citoyens gagnent à être conscients de la menace considérable que fait peser l’OMS sur les libertés et la démocratie. Car en vertu du règlement sanitaire international (RSI), en vigueur depuis 2005 et signé par tous les Etats (à l’exception du Vatican et du Liechtenstein), cette organisation anti-démocratique a le pouvoir de recommander aux Etats membres de rendre une vaccination obligatoire.

 

Or, à la lecture du « Projet de Stratégie Mondiale de Vaccination », rédigé conjointement par l’OMS et par l’UNICEF- et qui n’en est déjà plus au stade de projet-, on peut lire les velléités de vaccination aveugle et massive de ces instances, n’hésitant par exemple pas à recommander que les non vaccinés aient au moins 4 contacts/an avec les services de vaccination (histoire, très clairement, de les avoir à l’usure en dépit de leur consentement libre et éclairé initial qui s’en trouve tout bonnement méprisé et ignoré). Cette propension à imposer la vaccination envers et contre tout se trouve indirectement confirmée par toute une autre séries d’indices à ne pas négliger :

 

- accusation d’internet comme « responsable du fiasco du H1N1 »- volonté de faire de la vaccination (scientifiquement controversée depuis plus de 200 ans) un « droit humain » alors que le monde en est déjà inondé !

 

- critiques acerbes des vidéos négatives sur la vaccination qui n’inondent sans doute par Internet par hasard, avec le mépris qu’on peut en déduire pour toutes les victimes de vaccins dont ce genres de vidéos peuvent parler etc

 

Si Initiative Citoyenne est demandeuse depuis longtemps d’une sortie de la Belgique de l’OMS, ce n’est pas pour rien. Cela permettrait d’épargner de l’argent tout en garantissant plus de liberté et d’objectivité aux citoyens dans les informations qui leur sont présentées comme « officielles ». Un vent de lucidité est en train de souffler sur certains dirigeants chargés de renflouer les caisses de cette agence. Espérons que la bourrasque ne s’arrêtera pas en si bon chemin… A défaut, nous renvoyons les lecteurs à notre rubrique "pandémies à gogo" ainsi qu'aux propos succincts mais ô combien révélateurs sur le site du RSI (ce qui nous attend?):

 

 "Les 194 États Parties au Règlement sanitaire international (RSI) appliquent, avec l'appui de l'OMS, ces règles internationales destinées à renforcer la sécurité sanitaire nationale, régionale et mondiale.

 

Deux étapes principales sont définies pour les pays: évaluer leurs capacités en matière de surveillance et d'action d'ici juin 2009 et établir et mettre en oeuvre des plans d'action garantissant que leurs capacités essentielles seront opérationnelles d'ici 2012."

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans OMS
commenter cet article
25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 00:43

Edition papier du 18 mai 2011 (Agathe Duparc) Lire cet article.

 

OMS--Le-Monde.jpg

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans OMS
commenter cet article
24 mai 2011 2 24 /05 /mai /2011 22:29

17 mai 2011

 

Décidément, l'OMS ne cesse de nous surprendre.

 

Après des initiatives comme la semaine européenne de la vaccination et parce que cette agence ne voit jamais assez grand, elle a décidé que 2011- 2020 serait la décennie de la vaccination!

 

Il est vrai que les industriels du vaccin - principaux bâilleurs de fonds de l'agence onusienne- ont pas moins de 450 nouveaux vaccins en développement (selon la revue Pharmaceutiques de juin-juillet 2007, cfr p 6/14) et que tout sera fait pour les écouler.

 

Il n'empêche, les dernières lubies de l'OMS méritaient d'être analysées et commentées et vous allez comprendre pourquoi....

 

Dans un document examiné par la 63e Assemblée mondiale de la Santé (du 17 au 21 mai 2011), on peut ainsi lire:

 

"Concrétiser l’idéal d’un monde où la vaccination est appréciée"

 

Parmi les droits humains fondamentaux, le droit à la vaccination : " principe selon lequel l’accès à des vaccins sûrs et efficaces constitue un droit humain"

  

EXTRAITS
 

"Orientations stratégiques pour atteindre les objectifs requis en matière de vaccins et de vaccination durant la période qualifiée de Décennie de la vaccination 2011-2020.

 

Depuis sa création en 1974, le Programme élargi de vaccination a mis la surveillance des maladies et le suivi des programmes au coeur de ses activités. Mais il faut encore renforcer et élargir ces deux composantes pour mesurer les progrès réalisés dans les objectifs de lutte contre la maladie et faciliter l’introduction de nouveaux vaccins.

 

Les pays sont aussi soutenus pour élaborer des mécanismes propres à détecter les manifestations postvaccinales indésirables et à y remédier, et pour communiquer avec le grand public de façon crédible et transparente pour vaincre ainsi les peurs et maintenir la confiance dans le Programme.

 

Parmi les bons résultats de la stratégie figurent : l’élaboration de nouvelles recommandations sur la vaccination systématique, y compris l’administration de nouveaux vaccins et l’élargissement du groupe cible au-delà de la tranche d’âge traditionnelle du nourrisson pour englober les enfants, les adolescents et les adultes ; l’utilisation accrue de nouveaux vaccins dans les pays en développement, surtout avec l’appui de l’Alliance GAVI ;

 

17. Le cadre a ses limites, à savoir notamment : le manque d’engagement des décideurs politiques au niveau des pays, des organisations de la société civile et des associations professionnelles pour oeuvrer en faveur de son application ; le manque de références et de procédures claires pour assurer la surveillance et l’évaluation ; et un suivi inadéquat pour concrétiser l’idéal d’un monde où la vaccination est appréciée.

 

18. L’expérience acquise pendant les cinq premières années d’application de la stratégie peut servir à consolider les réalisations déjà accomplies, à vaincre les limites du cadre, à surmonter les obstacles à sa mise en oeuvre et à imaginer une vision encore plus ambitieuse pour la prochaine décennie.

 

LA DÉCENNIE DE LA VACCINATION, 2011-2020 : UNE INITIATIVE GLOBALE POUR FAIRE AVANCER LA VACCINATION              

 

19. La Décennie de la vaccination imagine un monde où enfants, familles et communautés vivent sans redouter les maladies à prévention vaccinale. L’objectif est de faire en sorte que tous les individus bénéficient de l’ensemble des avantages de la vaccination, quel que soit l’endroit où ils vivent. Cela renvoie au principe selon lequel l’accès à des vaccins sûrs et efficaces constitue un droit humain, droit dont ne jouissent actuellement pas tous les peuples, notamment ceux des pays à revenu faible ou intermédiaire.

             

24. La stratégie de fourniture proposée comprend cinq objectifs globaux :

 

Objectif 1. Confirmer que la vaccination est un droit humain : instaurer, renforcer et entretenir un climat de confiance au sein des communautés vis-à-vis de la vaccination et sensibiliser au fait qu’elle constitue un droit ; et mettre l’accent sur les communautés déshéritées et marginalisées en détournant l’attention du principe « Atteindre chaque district » au profit du principe suivant lequel il faut « Atteindre chaque communauté ».     

         

Objectif 3. Rechercher des synergies avec d’autres programmes et refaire de la vaccination une des composantes centrales des soins de santé primaires.

 

26. L’Assemblée de la Santé est invitée à prendre note du présent rapport de situation et à fournir des orientations sur la procédure susmentionnée pour élaborer un plan d’action mondial pour les vaccins.
             

Si nous analysons les manœuvres de l’OMS, il est assez simple de voir que celle-ci tente de réagir à la défiance légitimement croissante du public par rapport aux vaccins dont on a tu et minimisé les risques (conséquents) depuis tant d’années.

 

Au fur et à mesure que les vaccins sont de plus en plus soupçonnés dans les pays occidentaux, la stratégie classique consiste à les écouler à moindre prix dans les pays les plus pauvres. Ces soi-disant actions « humanitaires » s’effectuent alors sous couvert d’altruisme et tendent à véhiculer un message moralisateur selon lequel les refus et réticences des occidentaux s’apparenteraient à des caprices de riches.

 

En créant de toute pièce un « droit », on essaie en fait, tout à fait artificiellement de redonner de l’attrait à ce qui en perd de plus en plus. Dans un monde où les droits fondamentaux à la liberté et à la sécurité sont de plus en plus bafoués, dans un monde ultra pollué où le droit à la santé n’est plus qu’une simple illusion, on espère que le fait d’assimiler la vaccination à un droit humain suscitera un maximum de « convoitise ». Sur un plan marketing c’est habile.

 

Mais l’intérêt d’un tel artifice ne s’arrête sans doute pas là aux yeux de l’OMS.

Outre le trompe l’œil qui peut duper les potentiels candidats à la vaccination et les parents  le plus souvent désinformés d’enfants trop jeunes pour décider, le fait de créer un droit (inutile) à des vaccins qui inondent déjà le monde entier constitue un moyen détourné de pénaliser et éventuellement de criminaliser les contestataires et les partisans du débat sur le bienfondé des vaccins. En effet, ils pourraient ainsi prétexter de manière fallacieuse que les contestataires priveraient des gens d’un « droit » et ainsi dresser les gens les uns contre les autres, situation qui ne sert jamais qu’à se présenter en juge nécessaire, « au dessus de la mêlée » pour mieux contrôler la situation…

 

 

Les droits sont, en principe, plus faits pour être respectés et réclamés, que pour être débattus. Or depuis plus de 200 ans, la vaccination est et reste une des pratiques médicales les plus contestées. Par conséquent, il semble scientifiquement et éthiquement dangereux de l'assimiler à un droit au détriment du nécessaire débat citoyen dont elle doit pouvoir faire l'objet. L'assimilation de la vaccination à un droit ne contribuera donc qu'à davantage d'omerta sur le faux consensus médico-scientifique mondial qui n'a jamais véritablement existé en la matière.

 

Ce droit qui n’a pas lieu d’être puisque les propres chiffres de l’Unicef démontrent que les taux de vaccination sont déjà largement « à la soviétique » dans l’immense majorité des pays pauvres, peut donc être vu comme un moyen déguisé d’escamoter toujours plus l’impérative remise en question de la survaccination. Parce que la bulle vaccinale explosera. Tôt ou tard. Et dès lors, pour l’OMS, il s’agit surtout de repousser ce moment-là le plus loin possible.

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans OMS
commenter cet article
24 mai 2011 2 24 /05 /mai /2011 13:21

20 mai 2011

 

L'Organisation mondiale de la santé (OMS), soupçonnée d'avoir été influencée par les industriels de la pharmacie dans sa gestion de la grippe H1N1, est sortie blanchie d'un rapport d'experts adopté vendredi par ses Etats membres, qui relève néanmoins "quelques carences". Le rapport émet par ailleurs une quinzaine de recommandations pour une meilleure préparation face à d'éventuelles pandémies.

 

Source: LCI 

 

Comment aurait-on pu imaginer un rapport en sens inverse alors que ça aurait revenu, pour les Etats membres à avouer à leurs opinions publiques respectives que l'argent du contribuable est versé à une agence opaque et corrompue?

 

Une fois encore, ce sont les Etats membres (qui financent aussi l'OMS bien qu'en moindre proportion que les pharmas) qui sont donc aussi juges et parties, qui ont entériné ce simulacre d'expertise, destiné à faire croire que tout n'avait somme toute pas si mal été. On croit rêver...

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans OMS
commenter cet article
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 20:45

Alors que ce qui se passe au Japon est une véritable catastrophe (le mot est faible) et que le Commissaire européen à l'Energie avait même, très tôt, parlé d'"apocalypse", l'OMS, elle minimise.

 

A la fin, il ne faut plus s'en étonner. Après avoir minimisé tous les risques des vaccins, quels qu'ils soient (ceux contre le H1N1 ou les autres), ceux des OGM et les effets néfastes des ondes électromagnétiques sur la santé, l'OMS remet ça avec les dégâts incommensurables du nucléaire.

 

Ainsi, le 14 mars soit 4 jours après le début de la catastrophe, le porte-parole de l'OMS, Gregory Hartl affirmait:

 

"Les risques pour la santé publique causés par les fuites radioactives survenues dans des centrales nucléaires au Japon sont minimes."

 

ou encore:

 

"D'après ce que l'on sait pour l'instant sur les niveaux de radiation, le risque de santé publique est minime pour le Japon."

 

"Cela veut dire que si quelqu'un est touché, les risques ne sont pas très grands", a-t-il précisé

 

M. Hartl a souligné que "très peu" de radiations "se sont échappées des vapeurs" des réacteurs nucléaires endommagés au Japon. "En plus, a-t-il ajouté, tout le monde était déjà évacué" lorsque les différents incidents ont été enregistrés.

 

Selon l'OMS, pour l'instant 22 personnes résidant dans les environs de centrales nucléaires ont enregistré de "faibles niveaux de radiation".

 

Pour rappel, c'est la même personne (Mr Hartl) qui affirmait que l'OMS n'avait rien à cacher au cours de la saga du H1N1 et qu'il était tout à fait normal, selon lui, que l'OMS emploie les "meilleurs experts" qui sont inévitablement liés à l'industrie, avait-il dit en substance.

 

Le 18 mars soit 4 jours plus tard encore, l'OMS continuait de s'obstiner en ne conseillant toujours pas d'annuler les voyages au Japon!

 

Le même porte-parole de l'OMS, Gregory Hartl, a déclaré que l'organisation «ne suggérait pas de restrictions des déplacements vers le Japon» à l'extérieur de la zone d'exclusion de 30 kilomètres autour du complexe nucléaire de Fukushima.

 

M. Hartl a indiqué que cela comprenait Tokyo, où «les niveaux de radiation ont très légèrement augmenté, mais se situent toujours bien en bas des niveaux absolus où cela représenterait un danger pour la santé publique».

 

Le porte-parole a poursuivi en précisant «qu'en ce moment, le risque pour la santé publique à l'extérieur de la zone d'exclusion est petit».

 

Il a ajouté «qu'en général, les voyageurs revenant du Japon ne représentent pas un risque médical».

  

Vendredi, des responsables japonais ont reclassé à la hausse le niveau de l'incident nucléaire à la centrale de Fukushima, du niveau quatre au niveau cinq sur une échelle de sept, soit l'équivalent de l'accident de la centrale de Three Mile Island en 1979. Selon cette échelle, un accident de niveau quatre a des conséquences locales, tandis que le niveau cinq implique des conséquences plus importantes.

 

Affiche OMS-AIEA

D'où vient un discours aussi peu crédible et en tel déphasage avec la réalité des faits? Du mariage entre l'OMS et l'A.I.E.A.

 

L'OMS ne peut prendre aucune position ou tenir le moindre discours en matière d'impact du nucléaire sur la santé sans l'accord de l'A.I.E.A. En d'autres mots, elle obéit au lobby du nucléaire (comme elle a obéi aux lobbies pharmaceutiques pour les vaccins).

 

Ce mariage mortel et mortifère pour la santé publique explique donc ces propos absurdes et irresponsables.

 

Car il faut en effet se souvenir que l'OMS avait estimé à 56 le nombre de morts directs dus à Tchernobyl là où le Ministère de la Santé ukrainien l'avait chiffré entre 50 000 et 150 000 dans un document datant de 1995 (comme rapporté par Wikipédia mais cela a fini par être censuré sur leur site, peu après la parution de cet article.)

 

L'OMS modifie donc ses alertes et ses prises de positions aux gré de ceux qui la paient ou à qui elle est liée pour le meilleur mais surtout pour le pire.

 

Tantôt des dangers sérieux comme ceux d'une vaccination expérimentale à l'échelle mondiale ou d'un nouveau Tchernobyl sont minimisés tantôt la grippe H1N1 est présentée comme une "urgence sanitaire".

 

En fait, l'OMS se permet de jouer avec les pieds des citoyens. Constamment. Et ceci ne s'arrêtera pas tant que les citoyens n'auront pas compris le caractère douloureusement répétitif des scandales avec, à chaque fois, comme point commun, les conflits d'intérêts. Réagissons, nous le valons bien!

 

OMS-AIEA.jpg

 

Sources: Les Echos, Cyberpress.ca et Wikipedia.

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans OMS
commenter cet article
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 21:37

Dans le registre "ON SE FOUT DE VOUS", il faut dire et surtout voir que l'OMS est passée reine!

 

C'est ainsi que l'agence des Nations Unies prône des enquêtes au sujet de la narcolepsie

= langage officiel, afin de paraître respectable & soucieuse des données scientifiques

 

Mais, d'ores et déjà, on se rend compte que les dés sont pipés d'avance:

 

Lors d'un point presse à Genève, la porte-parole de l'OMS, Alison Brunier, a en effet déclaré que "le Pandemrix restait sur la liste des vaccins agréés par l'OMS et que l'étude finlandaise n'aurait pas de conséquences sur ses recommandations en matière de vaccination." (!)

 

L'OMS recommande d'ailleurs, toujours avec force, aux pays de continuer la vaccination des "groupes à risque".

 

Mais finalement, outre le traditionnel discours (si convenu) dès qu'il est question d'effets secondaires de vaccins - "Des études complémentaires sont nécessaires...."-, ce qui est le plus pervers c'est que, sans doute pour ne pas créer de jalousies entre ses différents bâilleurs de fonds, l'agence insiste pour que les études aillent bien au-delà du seul vaccin Pandemrix.

Si cela peut, à première vue, sembler utile, il reste à voir comment s'effectueront les études comparatives pour évaluer la fréquence des cas: est-ce que les vaccinés par Pandemrix seront à chaque fois comparés à des non-vaccinés ou à des personnes vaccinées avec d'autres types de vaccins H1N1 (ce qui pourrait créer un biais et conduire à minimiser les risques réels de tous ces vaccins)?

 

Ne l'oublions pas: tant que l'OMS restera comme elle est, financée en grande majorité par les industriels, il y aura une distorsion constante entre son discours officiel ("il faut des études complémentaires") et ses actes concrets (malgré les risques, on continue, tant pis pour les futures victimes et le principe de précaution!).

C'est donc bien, grâce à ce type de distorsion scandaleuse, qu'apparaît plus nettement encore le vrai visage de cette organisation internationale.

 

Et ce constat n'est hélas pas que théorique, non! Il a déjà eu des répercussions majeures en matière de santé. L'OMS a ainsi toujours nié la portée de différentes études établissant un lien clair entre vaccination anti-hépatite B et sclérose en plaques, entre diabète et vaccination (études de J.B Classen, qui s'est fait "taper sur les doigts" parce que les résultats de ses études ne plaisaient pas aux bâilleurs de fonds de l'OMS à qui cette dernière, bien évidemment, obéit), etc etc

 

L'OMS prône des études sur un lien entre vaccins et narcolepsie

publié le 8/2/11(L'Express)

 

 

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a préconisé mardi des études complémentaires sur l'existence d'un lien possible entre le Pandemrix et d'autres vaccins contre la grippe A (H1N1) et la narcolepsie, un trouble du sommeil.

 

Cette recommandation du comité d'experts de l'OMS survient alors qu' une étude finlandaise a établi que des enfants ayant reçu le Pandemrix mis au point par les laboratoires GlaxoSmithKline présentaient un risque neuf fois plus élevé de souffrir de narcolepsie, qui se caractérise par de brusques accès de sommeil.

 

Lors d'un point de presse à Genève, siège de l'OMS, Alison Brunier, porte-parole de l'organisation mondiale, a souligné que le Pandemrix restait sur la liste des vaccins agréés par l'OMS et que l'étude finlandaise n'aurait pas de conséquences sur ses recommandations en matière de vaccination.

 

"Des études complémentaires sont nécessaires concernant la narcolepsie et la vaccination, pas seulement avec le Pandemrix mais aussi avec d'autres vaccins contre la grippe pandémique H1N1", a-t-elle dit.

 

"A ce stade, les groupes d'étude se sont focalisés sur le Pandemrix. Mais (les experts de l'OMS) sont arrivés à la conclusion qu'il fallait étudier aussi d'autres vaccins pandémiques. Les études iront donc au-delà du seul Pandemrix."

 

Elle a ajouté que les pouvoirs publics devaient continuer les campagnes de vaccination des populations à risques.

 

A Londres, un porte-parole de GSK a dit que le laboratoire britannique s'attendait à cette recommandation de l'OMS et qu'il étudiait lui-même l'existence d'un lien potentiel entre vaccination et narcolepsie. "GSK examine l'étude finlandaise et pense qu'il serait prématuré d'en tirer des conclusions", a-t-il ajouté.

 

D'autres laboratoires pharmaceutiques ont mis au point des vaccins contre la grippe A (H1N1), dont Novartis, Sanofi-Aventis, CSL et Baxter.

 

D'après les chercheurs de l'Institut national finlandais de la santé, l'explication "la plus probable" à cet accroissement du risque narcoleptique serait une combinaison de l'injection de Pandemrix et d'autres facteurs.

 

Selon GSK, plus de 31 millions de doses de Pandemrix ont été injectées à travers le monde. Le laboratoire britannique dit avoir été informé de 162 cas de narcolepsie recensés au 31 janvier dernier, dont 70% en Finlande et en Suède.

 

Par Reuters

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans OMS
commenter cet article
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 23:11

Décidément! Le moins que l'on puisse dire est que cette organisation arrogante, qui n'a plus à rien à voir avec la science ou la santé publique, est bien décidée à ne tirer aucune leçon du fiasco du H1N1.

 

Après avoir modifié sa définition d'une pandémie et avoir eu l'indécence de le nier, cette organisation affligeante avait vanté, tous azimuts, la vaccination tout en niant ou minimisant ses dangers pourtant évidents. Et, après s'être rendue compte du fiasco en terme d'adhésion à ses recommandations, l'OMS avait pitoyablement blâmé Internet plutôt que d'avoir l'humilité de se remettre en question.

 

Invitée au Conseil de l'Europe, l'OMS s'était également permise de faire la politique de la chaise vide et de renier encore une fois avoir changé sa définition de la pandémie!

 

Tout récemment encore, par la voix de sa directrice, l'organisation disait s'inquiéter de la défiance de plus en plus généralisée du public vis-à-vis de la vaccination en général.

 

Voici des informations, publiées dans le journal Le Monde, qui ne contribueront certainement pas à redonner confiance à un public, de plus en plus lucide:

 

 

L'OMS face à un nouveau conflit d’intérêts

Agathe Duparc, Le Monde, 23 et 24 janvier 2011.

La nomination du directeur de la recherche de Novartis dans un de ses comités d’experts fait scandale.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) est-elle capable d’éviter les conflits d’intérêts et de prendre ses distances avec les lobbies pharmaceutiques ? Les travaux du conseil exécutif qui se sont tenus du lundi 17 au vendredi 21 janvier à Genève avaient valeur de test pour ceux qui critiquent le fonctionnement de l’agence onusienne.

Or, dès lundi 17 janvier, une nouvelle polémique éclatait après l’annonce de la nomination du Suisse Paul Herrling, directeur de la recherche chez Novartis, au sein d’un groupe consultatif de vingt et un experts (CEWG) chargé d’élaborer des propositions pour stimuler la recherche et le développement pour les maladies négligées, ces pathologies des pays pauvres - comme la leishmaniose et la maladie du sommeil - qui intéressent peu les laboratoires pharmaceutiques, faute de débouchés commerciaux.

La composition de ce CEWG était très attendue. En 2010, les travaux d’un premier groupe d’experts sur cette question avaient fait scandale. Des documents publiés sur WikiLeaks avaient permis de prouver que la Fédération internationale des fabricants de médicaments (IFPMA) avait obtenu en primeur le projet de rapport des experts, alors confidentiel, et avait pu faire passer son point de vue. Au grand dam des pays du Sud - Amérique latine en tête -, dont aucune des propositions suggérant de remettre en cause le système de propriété intellectuelle tel qu’il est défendu par les grands laboratoires n’avait été retenue dans le rapport final des experts. Les propositions innovantes pour éviter que les coûts de la recherche ne se répercutent sur le prix des médicaments avaient été passées à la trappe. Alors que la position des industriels de la pharmacie, qui estiment que, pour financer la recherche très coûteuse de nouvelles molécules, il convient de maintenir un système de brevet empêchant durant vingt ans leur copie, était confortée.

Prise au coeur de cette vive controverse, la 63e Assemblée mondiale de la santé optait, en mai 2010, pour la création d’un nouveau groupe d’experts, désigné par les Etats membres de l’OMS.

Lundi, dès l’ouverture des débats, la présence de Paul Herrling, grande figure de Novartis, était dénoncée par le Brésil et la Thaïlande. Sur un ton très émotionnel, Margaret Chan, directrice de l’OMS, a repoussé les critiques sur un éventuel conflit d’intérêts, expliquant que l’agence onusienne faisait ” souvent appel à des gens de l’industrie ” pour obtenir un avis consultatif, et que le professeur suisse était un expert reconnu et brillant.

Mais Mme Chan oubliait de mentionner que le professeur Herrling était l’auteur d’une des trois propositions retenues par le groupe d’experts précédent, estampillée comme étant le projet de l’IFPMA. Il s’agit de la création d’un Fonds mondial pour la recherche et le développement sur les maladies négligées (Frind), doté de 6 à 10 milliards de dollars sur dix ans, et alimenté par des financements étatiques et philanthropiques (comme la Bill & Melinda Gates Foundation). Ce Fonds pourrait financer les partenariats pour le développement de produits (PDP), et les entreprises pharmaceutiques.

” Il n’est pas possible d’avoir un conflit d’intérêts plus criant “, estime James Love, de Knowledge Ecology International (KEI), une ONG américaine. ” Nous avons du respect pour le professeur Herrling, qui a beaucoup travaillé sur les maladies négligées. Mais il ne peut pas être à la fois l’auteur d’une proposition, celui qui doit l’évaluer et celui qui pourrait en bénéficier à travers Novartis “, explique-t-il. Jeudi 20 janvier, KEI et huit autres ONG ont adressé un courrier au président du conseil exécutif de l’OMS, pour s’opposer à cette nomination qui pourrait ” saper la réputation et le travail du nouveau groupe consultatif d’experts “, écrivent-ils. En vain.

Vendredi matin, le comité exécutif a finalement décidé d’entériner la liste des vingt et un experts. Non sans que certaines pressions aient été exercées sur les pays récalcitrants. Selon James Love, les Etats-Unis et l’Europe ont menacé, si Paul Herrling était écarté, d’obtenir le retrait de l’expert argentin, Carlos Correa, l’un des principaux alliés des pays du Sud.

Patrick Durisch, de l’ONG helvétique Déclaration de Berne, se dit ” choqué de voir que l’OMS n’a pas retenu la leçon après toutes les critiques adressées l’année dernière, en particulier sur sa gestion de la pandémie de grippe “. Il dit espérer que le nouveau groupe d’experts, qui rendra ses travaux dans un an, puisse réintroduire des propositions alternatives. Comme un système de ” prix à l’innovation ” qui récompenserait des produits réellement innovants, ou les ” patent pools ” (” communautés de brevets “), qui permettent une gestion collective des droits de propriété intellectuelle, afin de faire baisser le prix des médicaments.


La complaisance à l’égard d’un laboratoire peut miner une institution


Paul Benkimoun, 23 et 24 janvier 2011, Le Monde, Analyse

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a décidément du mal à échapper aux critiques stigmatisant son incapacité à lutter contre les conflits d’intérêts. Soupçonnée de faire le jeu de l’industrie pharmaceutique lorsqu’elle avait par le passé abaissé les normes définissant l’hypertension artérielle - avec pour conséquence l’augmentation du nombre de patients susceptibles d’être traités par des médicaments antihypertenseurs -, elle a vu ces reproches refleurir à propos de sa gestion de la pandémie grippale de 2009-2010.

En mai 2010, lors de la 63e Assemblée mondiale de la santé, les pays d’Amérique latine et l’Inde ont sévèrement critiqué le rapport d’un groupe d’experts chargé par l’OMS de proposer des financements innovants pour stimuler la recherche et le développement sur les maladies négligées des pays les plus pauvres, qu’ils jugeaient trop ouverts aux thèses des industriels du médicament.

Et voilà que le nouveau groupe de travail consultatif d’experts que l’OMS est en train de mettre sur pied pour relancer ce dossier est à son tour dans le collimateur.

Indépendance des choix

Institution des Nations unies, l’OMS n’est que ce que les Etats membres veulent bien en faire. Les sujets sensibles sont autant d’occasions de mesurer les rapports de forces entre pays riches et pays pauvres ou émergents. Au cours des années 2000, la pression s’est faite plus forte pour que l’OMS joue pleinement son rôle de défenseur de la santé publique, en faisant primer cette dernière sur le sacro-saint respect de la propriété intellectuelle. L’OMS a fait sienne la doctrine des partenariats public-privé. C’est dans ce cadre que se mènent toutes les grandes campagnes, notamment contre les maladies infectieuses ou plus généralement les vaccinations. Une démarche qui fait converger les moyens disponibles, mais qui soulève aussi la question décisive de l’indépendance des choix.

En acceptant, comme semblent le vouloir avec insistance les Etats membres européens, la présence dans un comité d’experts de personnalités, aussi compétentes soient-elles, ayant des liens ou des responsabilités dans une multinationale pharmaceutique, l’OMS prendrait le risque de semer le doute, voire de couvrir de son autorité des orientations biaisées.

Le scandale du Mediator en France démontre à l’envi comment la complaisance à l’égard d’un laboratoire pharmaceutique peut miner une institution. L’OMS ferait bien d’en tirer les leçons.

Paul Benkimoun

 

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans OMS
commenter cet article

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA