Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 février 2016 1 08 /02 /février /2016 23:25

Microencéphalies chez les bébés brésiliens :

Causées par le virus Zika ou par un vaccin ?

Zika: la nouvelle star des pandémies?

Les Brésiliens ne peuvent pas croire que ce soit le virus Zika qui ait endommagé le cerveau des bébés

 

Jim Stone, 25 janvier 2016

 

Depuis le 1er novembre 2015 plus de 4.000 bébés ont été atteints de microencéphalie. Chaque année, il y a, au Brésil, environ 150 cas de ce type de malformation. Ce qui signifie que si tout ceci s’était produit dans une fenêtre de temps de 3 mois, les anomalies de ce type à la naissance auraient en fait augmenté d’environ 13.000 % ! Ci-dessous un rapport de la BBC qui prouve que tous ceux qui disent que c’est le virus Zika qui a causé tous ces dommages, ne font que mentir. Il n’est pas possible que ce soit le virus Zika ; ils le savent et les Brésiliens cherchent les véritables réponses  tandis que le MSM et la plus grande partie de la communauté médicale est toujours en train d’essayer  d’attribuer tout le mal au virus Zika.

 

BBC, 21 janvier 2016 :

 

Le Brésil affirme  que, depuis octobre, le nombre de bébés soupçonnés d’être nés avec une microencéphalie ou avec de petites têtes anormales approche maintenant des 4.000.

 

Dans la région la plus touchée, environ 1% des nouveau-nés sont suspectés d’être atteints de microencéphalie.

 

Les autorités Brésiliennes estiment que cette hausse est due à la dissémination du virus Zika. Il est à noter que pour l’année 2014, le nombre de bébés touchés par ces malformations s’élevait à tout juste 150.

 

Ces dommages cérébraux peuvent être mortels ou provoquer des déficiences intellectuelles et des retards de développement.

 

Le Ministre de la santé colombien a recommandé aux femmes de retarder leur grossesse.

 

Le Ministre de la santé brésilien déclare qu’il y a eu 3.893 cas suspectés d’être atteints de microencéphalie depuis le mois d’octobre.

 

DANS CET ARTICLE, JE VEUX PROUVER QUE LA CLE DU PROBLEME N’EST PAS LE VIRUS ZIKA :

 

Le lien avec le virus Zika n’a pas encore été confirmé, mais on a retrouvé le virus Zika chez un petit nombre de bébés décédés, et il n’y a toujours pas eu d’autre explication pour la flambée de microencéphalies.- Je veux maintenant traduire ce passage : on sait qu’il y a eu une épidémie du virus Zika au Brésil. IL FAUT CEPENDANT NOTER QU’IL N’Y A EU QU’UN PETIT NOMBRE DE BEBES DECEDES QUI ETAIENT PORTEURS DU VIRUS. Ceci veut dire qu’UN GRAND NOMBRE DE BEBES DECEDES N’ETAIENT PAS PORTEURS DU VIRUS. On en a conclu que les cas qui étaient porteurs de Zika relevaient de coïncidences, et que le véritable problème restait complètement inconnu. Cette citation de la BBC fait apparaitre très clairement l’arnaque du Zika.

 

La suite du rapport de la BBC est précise :

 

Les cas de Zika sont généralement bénins et ne provoquent des symptômes que chez une personne sur cinq. Le virus se propage par le moustique Aedes Aegypti qui répand également la Dengue et le Chikungunya.

 

Mon commentaire :

 

OK, un virus qui n’est pas méchant se répand et fait qu’une personne sur cinq attrape une maladie bénigne alors qu’aucun symptôme n’apparait chez 4 personnes sur 5. Ce virus est connu depuis 1948 et n’a jamais été accusé de provoquer des malformations congénitales. Comme il a été prouvé qu’il s’agissait d’un virus peu dangereux qui n’a jamais causé de malformations, ET comme une GRANDE MAJORITE des bébés présentant des malformations n’étaient pas contaminés par le virus Zika, on peut facilement conclure que ce n’est pas le virus Zika qui en est la cause. Sans craindre de se tromper, on peut affirmer que l’on utilise le virus Zika pour servir d’excuse dans le but de camoufler autre chose. Et qui aurait des raisons de blâmer un virus qui n’est même pas présent dans la majorité des cas de la hausse spectaculaire des malformations ? DEVINEZ, la réponse devrait paraitre évidente.

 

Comme il n’est pas possible que ce soit le virus Zika qui soit le véritable responsable vu que la majorité des bébés ne sont pas porteurs du virus, essayons donc de trouver la véritable cause possible : un nouveau vaccin DTPa (Diphterie-Tétanos – Coqueluche acellulaire) a été rendu obligatoire au Brésil au début de 2015 ; ce qui coïncide parfaitement avec la période au cours de laquelle toute une série de bébés sont nés avec des malformations. C’est, en effet, à la fin de 2014 que le Ministre brésilien de la santé a annoncé l’arrivée d’un nouveau vaccin DTCa qui devait être rendu obligatoire pour toutes les femmes enceintes dès que ce vaccin arriverait au Brésil, époque qui se terminait début 2015. Le virus Zika n’a pas été retrouvé dans la majorité des bébés qui sont nés avec des malformations, mais TOUTES LES MERES QUI ONT MIS AU MONDE DES BEBES MALFORMES AVAIENT RECU LE NOUVEAU VACCIN ALORS QU’ELLES ETAIENT ENCORE ENCEINTES. L’explication parait évidente.

 

Le fait que les différents articles parus sur la question désignent le virus Zika comme le véritable coupable, devrait tout nous faire comprendre. « Eh bien, ce n’est pas l’Organisation Mondiale de la Santé, la Fondation Bill Gates, ou quelque personnalité que ce soit du Nouvel Ordre Mondial qui souhaiteraient une population asservie et stupide. NON, c’est ce virus pratiquement bénin qui provoque tout cela. NON, N’INCRIMINEZ PAS NOTRE VACCIN. NOUS AVONS LA REPONSE, C’EST ZIKA, ZIKA, ZIKA et AU DIABLE le fait que la majorité des bébés atteints de microencéphalies qui N’ ETAIENT PAS CONTAMINES PAR LE VIRUS ZIKA. Nous n’envisagerons même pas cette hypothèse PARCE QU’IL NOUS FAUT UN BOUC EMISSAIRE. »

 

Il est intéressant de faire remarquer que ce nouveau vaccin a été spécialement conçu pour être administré A TOUTES LES FEMMES ENCEINTES après que l’arnaque du vaccin et de l’autisme soit apparue sur la place publique. Je parierais qu’en Amérique, il doit y avoir de nombreux cas de microencéphalies. Mais, en Amérique toutes les grossesses sont suivies de très près, notamment par ultrasons, et quand une malformation est détectée, la mère est pratiquement obligée d’avorter suite à « l’Obamacare » et aux financements fédéraux du « Canned Parenthood ». Pratiquement tous ces problèmes seront réglés de la même manière. De cette façon les statistiques ne seront pas modifiées, et les familles d’enfants qui, malgré tout naitront, risqueront d’avoir des ennuis venant d’une presse à la botte. Quelques rares histoires de « Zika » peuvent cependant être rapportées par la presse pour en quelque sorte couvrir les cas dont on ne parlera jamais. Je suis vraiment étonné de voir l’ampleur que l’on a permis à ces événements de prendre dans la presse du Brésil.

 

Le drame des enfants dont le cerveau n’aura été que partiellement touché (cela pourrait être la majorité) sera sans aucun doute attribué aux gènes. Après tout, ces bébés pourraient très bien être nés stupides !

 

Source : Vaccinationinformationnetwork

 

Un autre élément pointé dans ce dossier, ce sont les pesticides (> quelle synergie au final avec les vaccins administrés aux femmes enceintes ??) :

Zika: la nouvelle star des pandémies?

« Le Brésil est le plus grand consommateur de pesticides au monde. Certains de ces pesticides sont interdits dans 22 autres pays ! » Source: Zengardner.com

 

Commentaires suscités par l’article de Dan Olmsted: Pesticides, Pregnancy, Anencephaly and Zika virus

Zika: la nouvelle star des pandémies?

"Votre logique et votre scepticisme sont pleins de bon sens, par exemple en ce qui concerne les moustiques génétiquement modifiés qui seraient responsables de dommages aux fœtus dans le ventre de leur mère. MAIS, c’est exactement de cette manière que fonctionne la cabale dogmatique Vaccins/Pesticides : jeter le doute sur n’importe quelle cause à l’exception de la toxicité des pesticides et des vaccins, en accusant toujours un « virus » (ou rétrovirus). Posté par David M. Burd, 4 février 2016.

 

Voir aussi (…. très révélateur !) :

 

Virus Zika : pas de vaccin avant des années !

 

Un vaccin contre Zika peut-être disponible d’ici la fin 2016

 

Etats-Unis: un vaccin anti-Zika testé sur des humains avant fin 2016

 

Un vaccin contre Zika aurait été trouvé

 

A qui profite le virus Zika dont le brevet est détenu par la Fondation Rockfeller ?

 

Virus Zika: les moustiques génétiquement modifiés à la base de l'épidémie?

 

Atrophies crâniennes et virus Zika: suspicion autour d'un produit chimique de Monsanto

 

Le monde est-il prêt à combattre la prochaine pandémie ? (« Le monde n’est pas prêt » nous dit Margaret Chan de l’OMS comme au temps du H1N1,… et pour elle, les vaccins sont « des armes »…elle ne croit pas si bien dire mais contre qui?)

 

Sur les mensonges liés à la saga « Ebola » (plusieurs liens très importants car quiconque oublie le passé est condamné à le répéter : voir ICIICIICIICIICIICI et ICI)

11 juillet 2015 6 11 /07 /juillet /2015 09:54

Les mères fuient la vaccination des enfants suite aux craintes engendrées par les essais du vaccin Ebola

Afrique: les mères fuient la vaccination des enfants suite aux craintes engendrées par les essais du vaccin Ebola

Ghana/Starrfmonline.com, 7 juillet 2015

 

Les mères de différentes régions de « La Volta » refusent de faire vacciner leurs enfants suite à la peur et à la panique que les informations sur l’essai prévu d’un essai du vaccin Ebola ont provoquées dans la région.

 

Le gouvernement du Ghana en accord avec l’Organisation Mondiale de la Santé et autres parties prenantes a convenu de se lancer dans des essais de vaccins à Hohoe dans la région de La Volta. Cette décision a rencontré une opposition féroce de la part de groupes de pression après que Starrfmonline.com ait répandu la nouvelle.

 

Prenant la parole lors d’un forum de sensibilisation du public sur les essais du vaccin Ebola à Ho, le Directeur des services de Santé, le Dr Joseph Teye-Nuertay a reconnu que l’absence d’une formation adéquate du public sur les essais avait contribué à créer de folles spéculations, engendrant des idées fausses dans l’esprit de beaucoup de gens, y compris chez les mères.

 

« La semaine dernière, nous avons eu une très mauvaise expérience quand certains de nos agents furent envoyés pour une sensibilisation du public à la vaccination. Avant que les agents aient pu commencer à parler, les mères se sont précipitées pour fuir avec leurs enfants parce que la rumeur circulait que les agents des services de santé du Ghana étaient venus pour vacciner les enfants contre Ebola. »

 

« De ce que nous savons, les ragots autour de cet essai nous ont causé beaucoup de tort », a-t-il ajouté.

 

Le Vice-Chancelier de l’université de la Santé et des sciences connexes (UHAS), le Prof. Binka, qui seconde l’enquêteur en chef sur le projet explique cependant que l’essai ne concernerait pas les femmes enceintes et leurs bébé, mais des adultes en bonne santé de 18 à 50 ans.

 

Il a également laissé entendre que si les autorités compétentes en matière d’alimentation et de médicaments ont donné le feu vert pour la phase 1 des essais, c’est au régulateur qu’appartient le pouvoir de permettre que les vaccins destinés à l’essai soient importés au Ghana.

 

Source: Starrfmonline.com

 

Ebola: les essais du vaccin sur l'homme, arrêtés

 

Publié 20.06.2015

 

Les vaccins développés au Canada avaient été essayés en Sierra Léone par l'Organisation mondiale de la santé (OMS)

 

Les essais sur l'homme du vaccin développé par une entreprise canadienne contre l'Ebolavirus, sont arrêtés.

 

La délégation menant les tests du vaccin indique que les résultats obtenus montraient l'inefficacité du vaccin.

 

Les vaccins développés au Canada avaient été essayés en Sierra Léone par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

 

Le premier lot des vaccins d'Ebola avait été injecté à 40 bénévoles en novembre dernier.

 

Source : trt.net

 

Le Ghana lance une campagne publique sur la sécurité de l'essai du vaccin anti-Ebola

 

19/06/2015

 

Ghana  - Le Ghana a lancé une campagne de sensibilisation jeudi pour rassurer la population au sujet d'un essai clinique du vaccin Ebola réalisé actuellement dans certaines régions du pays.

 

La campagne a pour but d'éclairer les esprits des Ghanéens au sujet de l'essai du vaccin qui a été approuvé par la Food and Drugs Authority (FDA).

 

La pandémie d'Ebola, dont l'épicentre est en Afrique de l'Ouest, a fait plus de 25000 victimes et plus de 1000 morts. D'après les experts, l'absence de médicaments et vaccins autorisés a contribué à l'impact de l'épidémie dans la sous-région.

 

Le Ghana n'a pas enregistré de cas d'Ebola.

 

La semaine dernière, le parlement a ordonné la suspension de l'essai suite aux inquiétudes émises par des Organisations de la Société Civile (OSC) et des membres du parlement pour qui l'essai entraînerait la propagation du virus Ebola au Ghana.

 

Suite à cela, le ministère de la Santé a décidé qu'il était impératif de fournir une plateforme pour permettre à la population d'interagir avec des professionnels au sujet des essais cliniques.

 

La représentante pays de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), Magda Robalo, a assuré aux Ghanéens que son organisation n'approuverait pas des essais cliniques qui nuiraient à la santé et à la sécurité des citoyens.

 

Elle a ajouté qu'un vaccin efficace serait un atout si l'épidémie évoluait.

Le ministère de la Santé a cependant déclaré qu'aucun essai n'avait été mené à ce jour et que les vaccins en question n'ont pas encore été importés.

 

La campagne sera menée dans les régions de la Volta, de Brong Ahafo et du Upper East.

 

Actuellement, il existe au moins 10 vaccins en développement.

 

Source : icilome

 

Voir aussi:

 

Les essais forcés du vaccin Ebola au Ghana se poursuivent (& des cas viennent de réapparaître au Libéria, pays voisin du Ghana, avec l'OMS qui s'agite en coulisses...)

 

Informations diverses sur l'épidémie d'Ebola: vaccins, tests de détection, enjeux commerciaux,...

 

Ebola: prétexte en or pour une vaccination forcée? Enquête...

 

Les essais du vaccin Ebola suspendus à Genève pour cause d'effets secondaires

 

Ebola: "le vaccin est sûr... mais les effets secondaires sont intenses"!

 

Compte-rendu sur Ebola du Dr Broussalian s'étant rendu sur place en novembre 2014

 

Bill Gates & sa propagande de peur: "une pandémie peut faire 33 millions de morts en 250 jours" (NB: Bill Gates est un des premiers financiers de la vaccination dans le monde, pour le plus grand bonheur de l'OMS. Gates est actionnaire de l'industrie pharmaceutique qui fabrique des vaccins tandis que l'OMS qui déclenche les alertes pandémiques maximales (qui font automatiquement produire les vaccins "pandémiques) est largement financée et influencée par les industriels comme l'a tristement montré la saga du H1N1)

Published by Initiative Citoyenne - dans Pandémies à gogo
commenter cet article
12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 09:21

Arrêtez les essais « criminels » de vaccins au Ghana (Ghana-Coalition)

Les essais forcés du vaccin Ebola se poursuivent au Ghana

30 mai 2015

 

La Coalition pour l’Indépendance du Ghana (CGIN) a déclaré être « déçue » de voir que le gouvernement du Ghana puisse autoriser que l’on utilise ses citoyens pour des essais cliniques concernant un vaccin contre Ebola.

 

Il y a quelques jours,Starrfmonline.com a annoncé que l’Université de la Santé et des Sciences Connexes était le fer de lance du projet qui devrait débuter sous peu à Hohoe dans la région de la Volta.

 

La Food and Drug Administration (FDA) a confirmé à Starrfmonline.com qu’elle était en train de tester le vaccin avant qu’elle ne puisse donner le feu vert pour que l’essai clinique puisse débuter. Des fonctionnaires ont déjà approché des étudiantes de l’Ecole de Formation des Sages-femmes de Hohoe pour qu’elles puissent se porter volontaires pour l’essai.

 

Des documents cités par Starrmonline.com indiquent que l’on a promis 200 Ghe à chaque  étudiant(e), ainsi que des téléphones portables. Ces étudiants recevront également  d’autres compensations telles que des tarifs spéciaux pour les transports, tout ceci en fonction de la manière dont se déroulera l’essai.

 

La Coalition a déclaré dans un communiqué : « Les enquêtes menées par Starr M sous une équipe de couverture, ont pu rendre publique une tentative clandestine d’utiliser les élèves sages-femmes à Hohoe dans la région de la Volta pour réaliser une expérience humaine sur le vaccin contre l’Ebola dans une région non touchée par la maladie.

 

« Nous voulons, sans crainte ni sans retirer quelque avantage que ce soit, faire savoir qu’Ebola n’est pas seulement une maladie, mais plutôt une entreprise bien planifiée. Un business où des gens qui ont créé un problème artificiel  sont maintenant à la recherche d’un marché pour vendre leur produit. Nous voulons, à l’avance, dire aux Ghanéens qu’il n’y aura aucune possibilité pour eux de passer par cette expérimentation humaine sans que l’Ebola se répande dans tout le pays. »

 

«  Nous voudrions aussi que les Ghanéens sachent que, du fait qu’il n’y a aucun cas d’Ebola au Ghana, des gens en bonne santé devraient être infectés par le virus Ebola avant que l’on puisse jouer (parier) à leur administrer ledit vaccin.»

 

« C’est donc à partir du scénario illogique évoqué ci-dessus que nous considérons que l’expérimentation humaine sur Ebola au Ghana est criminelle, que c’est la négation des droits de l’homme, qu’il s’agit d’un vol et d’un manque total de respect des Ghanéens en tant qu’êtres humains. »

 

Il a été précisé: « Le CGIN ne crie pas au loup quand il n’y a personne. Nous sommes guidés par l’histoire, la logique, l’esprit critique ainsi que par notre responsabilité en tant que citoyens. Nous voulons jouer notre rôle dans la sécurité nationale.»

 

« Si on devait autoriser que ces essais sur l’homme se poursuivent, l’épidémie d’Ebola qui aurait 100% de chances de se produire, constituerait la plus grande menace pour la sécurité nationale à laquelle notre pays aurait à jamais faire face. Les fabricants de ce soi-disant vaccin Ebola attendront qu’un plus grand nombre  de Ghanéens soient tués par la maladie avant de libérer le vaccin. Cette situation contraindrait le gouvernement à acheter le vaccin à n’importe quel prix. »

 

Source: Starrfmonline.com

 

Voir aussi

 

Informations diverses sur l'épidémie d'Ebola: vaccins, tests de détection, enjeux commerciaux,...

 

Ebola: prétexte en or pour une vaccination forcée? Enquête...

 

Les essais du vaccin Ebola suspendus à Genève pour cause d'effets secondaires

 

Ebola: "le vaccin est sûr... mais les effets secondaires sont intenses"!

 

Compte-rendu sur Ebola du Dr Broussalian s'étant rendu sur place en novembre 2014

 

Bill Gates & sa propagande de peur: "une pandémie peut faire 33 millions de morts en 250 jours" (NB: Bill Gates est un des premiers financiers de la vaccination dans le monde, pour le plus grand bonheur de l'OMS. Gates est actionnaire de l'industrie pharmaceutique qui fabrique des vaccins tandis que l'OMS qui déclenche les alertes pandémiques maximales (qui font automatiquement produire les vaccins "pandémiques) est largement financée et influencée par les industriels comme l'a tristement montré la saga du H1N1)

8 mars 2015 7 08 /03 /mars /2015 19:13

C'est une contradiction tellement "belle" que nous ne pouvions manquer de vous la signaler. Alors que les populations africaines ont besoin de tout sauf de vaccins et que les cas locaux ne font plus l'objet de tout un ramdam médiatique, voilà que l'on s'entête avec ces vaccins expérimentaux au point de dire vraiment n'importe quoi à leur sujet. Quand on voit le nombre tout à fait ridicule de sujets inclus dans l'étude et malgré cela, les affirmations selon lesquelles les effets secondaires sont déjà intenses, on ne peut que plaindre les populations africaines qui recevront ces vaccins et songer à ce que les soi-disant très sûrs vaccins H1N1 ont donné en termes de maladies graves créées de toutes pièces....

 

Ebola: le vaccin testé au CHUV est sûr, mais les effets secondaires sont intenses

 

Les essais ont été menés sur 120 volontaires. Crédit photo: KEYSTONE

 

Le vaccin actuellement testé au CHUV est sûr, mais les effets secondaires sont importants. Les résultats de l'évaluation du vaccin seront publiés prochainement.

 

L'évaluation du vaccin contre Ebola testé au CHUV à Lausanne touche à sa fin. Les résultats vont être publiés prochainement. Les médecins sont rassurés quant aux effets secondaires. Ces derniers sont cependant plus importants que ceux des vaccins de routine.

 

Les essais menés sur 120 volontaires à Lausanne depuis début novembre avec le vaccin ChAd3 sont en voie d'achèvement. "Nous avons attendu la fin de la visite des trois mois même si les effets secondaires arrivent la plupart du temps pendant les deux premières semaines", a déclaré mardi à l'ATS le professeur Blaise Genton, médecin-chef des maladies tropicales au CHUV/PMU.

 

Les résultats montrent que les effets secondaires locaux (rougeurs, douleur locale) sont semblables à ceux des vaccins de routine comme celui de l'hépatite B ou de la grippe. En revanche, les effets généraux ou systémiques tels que maux de tête, fièvres et douleurs musculo-articulaires sont nettement plus intenses.

 

Réponse immunitaire

 

"C'est une preuve que le vaccin agit", souligne le professeur. "On sait que les réponses immunitaires sont en général proportionnelles à l'importance des effets secondaires". Les résultats sont en cours de formalisation. Ils devraient être publiés d'ici un mois.

 

Sur le terrain, ce vaccin fera l'objet d'études de sécurité et d'efficacité. "Tout est en place pour le démarrage", relève M. Genton. Une dose légèrement supérieure à celle administrée à Lausanne sera probablement utilisée.

 

Le vaccin génère en effet des réponses immunes dont le niveau n'est pas très élevé.

 

L'étude d'efficacité doit désormais démontrer si la dose choisie est suffisante, note le professeur.

 

Tests parallèles

 

Des tests de phase 2 comparables à ceux qui ont été effectués à Lausanne seront réalisés sur 3000 adultes et 600 enfants dans cinq pays limitrophes des pays où l'épidémie est encore présente. En parallèle, des tests d'efficacité de phase 3 seront menés en Guinée, au Libéria et au Sierra Leone.

 

Le vaccin évalué au CHUV a été développé par l'Institut national américain sur les maladies infectieuses et allergiques (NIAID) et par la société pharmaceutique GlaxoSmithKline (GSK).

 

Source: ATS

 

 

Une étude montre que c’est le vaccin et non Ebola qui aurait rendu le médecin malade

 

D’après un article de Maggie Fox, 5 mars 2015

Ebola: "le vaccin est sûr mais... les effets secondaires sont intenses"!

Juste 12 heures après avoir reçu un vaccin expérimental contre Ebola, et juste deux jours après qu’il ait été piqué par une seringue alors qu’il soignait des personnes atteintes d’Ebola en septembre, le Dr Lewis Rubinson a commencé à se sentir malade.

 

Dans l’avion qui le ramenait de Sierra Leone vers les Etats-Unis, le médecin s’interrogeait, se demandant s’il avait été infecté par Ebola ou s’il s’agissait d’une réaction au vaccin. Il fut mis en quarantaine à l’Institut National de Santé un peu à l’extérieur de Washington D.C.

 

Des mois plus tard, il apparut assez clairement que c’était le vaccin qui avait causé la réaction. Il n’y avait en fait plus de trace d’une infection par Ebola. On ne sait cependant pas clairement si c’est le vaccin qui a empêché le virus de provoquer la maladie ou si le médecin n’avait même jamais été infecté par le virus.

 

« A mon avis, le médecin n’a jamais été exposé au virus. On ne saura de toute manière jamais le prouver », a déclaré à NBC News, Thomas Geisbert, un expert d’Ebola à la Faculté de Médecine de l’Université de Texas à Galveston.

 

Rubinson a fait le récit de son expérience dans un article publié dans «The American Journal of Tropical Medicine and Hygiene » […]

 

Le Dr Robinson avait deux choix: un médicament expérimental de la compagnie canadienne Tekmira ou un vaccin expérimental contre Ebola qui, à cette époque n’avait pas encore été testé chez l’homme. Le Dr Robinson choisit finalement de se faire vacciner. « Le patient développa un état de malaise, il eût des nausées et de la fièvre 12 heures après la vaccination alors qu’il était toujours dans l’avion » signale le Dr Mark Mulligan de l’Université Emory dans une étude publiée avec des collègues pour le Journal de l’Association Médicale Américaine.

 

Il était possible que ces symptômes soient ceux d’Ebola, ou du vaccin qui utilise un virus « vivant » appelé « vesicular stomatitis virus » (VSV) et qui est génétiquement modifié pour véhiculer une petite partie non infectieuse du virus Ebola. Le vaccin est intentionnellement destiné à provoquer une légère infection qui active le système immunitaire, l’aidant ainsi à reconnaître Ebola.

 

Le deuxième jour, la fièvre a diminué bien que de graves symptômes persistaient avec de faibles nausées et de l’arthralgie (articulations). L’équipe de Mulligan écrivait : « du troisième au cinquième jour, on put observer la résolution des symptômes avec cependant des anomalies dans les résultats de laboratoire. Le septième jour, le patient était tout à fait asymptomatique. »

 

On ne sait pas clairement si tous ces symptômes ont été causés par le vaccin. Rubinson aurait aussi pu attraper d’autres microbes en Sierra Leone.

 

Depuis, le vaccin a été testé sur des douzaines de personnes, et est en cours de déploiement pour différents essais cliniques en Sierra Leone, Libéria et en Guinée. Il s’agit d’arrêter l’épidémie d’Ebola qui a infecté près de 24.000 personnes et en a tué près de 10.000.

 

Geisbert qui a participé à l’essai sur le vaccin dit que le cas d’une seule personne ne donne pas suffisamment d’information quant à l’efficacité du vaccin.

 

Il ajoute  dans un commentaire sur l’étude pour JAMA : « Cela montre qu’il y a eu une forte réponse immunitaire contre le vaccin chez une seule personne »

 

[…] Geisbert dit que la forte réaction a montré que le vaccin fonctionnait bien.

 

« Il y a toujours ce débat entre les vaccins vivants et les vaccins tués » dit Geisbert. « Les vaccins à virus vivants protègent mieux et leurs effets durent plus longtemps.

 

Mais il y a un compromis…on observe davantage d’effets secondaires avec un vaccin vivant. »

 

Pour une maladie qui ne met pas la vie en danger ou qui n’est pas spécialement commune – pensons notamment aux vaccinations destinées aux enfants – un vaccin tué est clairement un meilleur choix. Mais, avec Ebola pour lequel les taux de décès approchent les 70%, Geisbert estime qu’un vaccin à virus vivant est préférable. […]

 

Source: NBCnews

 

Voir aussi:  

 

Les essais du vaccin Ebola suspendus à Genève pour cause d'effets secondaires

 

Notre dossier consacré à l'affaire Ebola

 

Le Dr Broussalian s'est rendu en Afrique pour voir ce qui se passe avec Ebola: son compte rendu est plus qu'interpellant!

 

Informations diverses sur l'épidémie d'Ebola: vaccins, tests de détection, enjeux commerciaux,...

8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 09:15

Médecine allopathique insouciante et irresponsableLa médecine allopathique a décidément bien du mal à se remettre en question: après avoir fait inutilement peur aux gens lors de la pandémie bidon de H1N1 en agitant le spectre d'une ressemblance du virus porcin avec le virus de la grippe espagnole, voilà que se préparent pendant ce temps-là, toujours plus activement, les futures pandémies tant annoncées. Un certain pourcentage de citoyens (endormis au gaz) continuent de croire que l'establishment médico-scientifique veille à leur meilleure sécurité en étudiant les moyens les plus efficaces de gérer les risques infectieux...

 

Pourtant, il s'avère en réalité que le virus de la grippe espagnole n'était pas le virus en soi/ à lui seul hypervirulent qui a été dépeint mais que ses conséquences les plus funestes étaient dues au traitement tout à fait inadapté qui était alors préconisé par la médecine classique, à savoir l'aspirine à haute dose (considérée comme anti-douleur anodin). Ce traitement par aspirine a en fait favorisé des pneumonies bactériennes secondaires qui constituent la véritable cause des décès. Le Dr Taylor de Philadelphie déclarait à l'époque: " Certains peuvent résister à l'aspirine, d'autres peuvent résister à la grippe, mais personne ne peut résister aux deux". L'excellent article de Nexus qui évoque les faits liés à la grippe espagnole poursuit: "De 1950 à 1980, des milliers de décès d'enfants souffrant de grippe et d'une autre affection, le syndrome de Reye, sont restés inexpliqués jusqu'à ce que l'acide acétylsalicylique (= aspirine) ait été identifié comme le facteur principal".

 

Grippe espagnole de 1918 à MontréalGripe espagnole de 1918 à Montréal

 

En comparaison, les homéopathes qui traitaient les patients atteints de grippe à l'époque et qui ne recouraient pas à l'aspirine mais à des remèdes comme GELSEMIUM ou BRYONIA, obtenaient des taux de décès 10 à 30 fois inférieurs (cf pp 14 à 18 dans le lien précédent + aussi ici), ce qui montre bien l'erreur flagrante de la médecine officielle qui reste hélas la seule à imposer ses prétendues "solutions" (= VACCINS +++ et antiviraux) dans le cadre de la préparation aux prochaines pandémies tant attendues. Il faut évidemment être assez aveugle au vu de ce qui est rappelé ci-dessus pour ne pas s'inquiéter de ce monopole idéologique et pratique que la médecine allopathique autoritaire exerce sur le choix de ces prétendues solutions qui risquent à tout moment d'être imposées par la force au nom, bien sûr, du prétendu "plus grand Bien de tous"!

 

Ne pas tirer les leçons des erreurs anciennes est grave, s'entêter dans l'aveuglement et l'idéologie est grave et menace littéralement la santé de milliards de gens sur cette terre. Les prétendus experts qui ne cessent de recommander la conception, la distribution et l'achat de nouveaux vaccins et de nouveaux antiviraux doivent être considérés pour ce qu'ils sont et avec la plus grande circonspection: comme des personnes éminemment liées au monde de la pharmacie et dont l'étroitesse de vue quant à l'éventail possible des meilleures solutions est liée au contexte socio-éducatif dans lequel ils ont évolué. N'oublions pas que la médecine allopathique et ses effets est la TROISIEME cause de mortalité dans un pays comme les Etats-Unis, juste derrière les maladies cardiovasculaires et le cancer, avec plus de 225 000 décès annuels! Si on fait un petit "tableau" des dégâts collatéraux de la médecine officielle aux USA (basé sur les données d'une étude officielle parue dans The Journal of American Medical Association (JAMA) sous la référence suivanteStarfield, B. (2000, July 26). Is US health really the best in the world? Journal of the American Medical Association, 284(4), 483-485.), on arrive aux chiffres suivants:

 

- 12 000 décès dus à des opérations chirurgicales inutiles

- 7000 décès dus à des erreurs médicales dans les hôpitaux

- 20 000 décès dus à d'autres erreurs dans les hôpitaux

- 80 000 décès dus à des infections dans les hôpitaux

- 106 000 décès dus à des effets secondaires de médicaments prescrits

 

Accéder ici à l'article du Nexus n°89 sur les mensonges liés à la grippe espagnole

 

Voir aussi: Homéopathie & grippe espagnole sur le site Planète Homéo (le témoignage d'une cinquantaine de médecins de l'époque sur l'efficacité de leurs remèdes...)

Published by Initiative Citoyenne - dans Pandémies à gogo
commenter cet article
1 février 2015 7 01 /02 /février /2015 15:20

Cela fait partie du contexte bien sûr des "pandémies à gogo". Bill Gates, qui a des actions dans plusieurs compagnies pharmaceutiques et qui finance activement toutes sortes de projets de nouveaux vaccins via sa fondation, appelle sans surprise le monde à se préparer à une pandémie qui gonflera ses profits et consistera à vacciner la planète entière, ce qui est littéralement le grand rêve de Bill Gates.

 

Il ne faudrait quand même pas oublier ce que Bill Gates a déclaré il y a quelques années au cours d'une conférence aux Etats-Unis, que "si on fait de gros efforts en matière de nouveaux vaccins et de technologies de procréation médicalement assistée, on peut espérer réduire la population mondiale de 10 à 15%". Il est par conséquent étrange que quelqu'un qui projette une réduction de population avec les vaccins soit aussi celui qui prétende protéger et aider le monde en cas de pandémie avec ces mêmes vaccins car on ne peut pas dire tout et son contraire. Affirmer que les vaccins vont tantôt contribuer à sauver des vies puis tantôt contribuer à réduire la population mondiale est une contradiction.

 

Le monde doit se préparer à «une guerre» contre une pandémie mondiale, pense Bill Gates


bill-gates--1-.jpgL'Américain Bill Gates, co-fondateur de Microsoft, a reconquis son titre d'homme le plus riche du monde, qui n'a jamais compté autant de milliardaires, révèle le magazine Forbes lundi. - Don Emmert AFP

 

20 Minutes.fr avec agence

 

Le milliardaire Bill Gates estime que le monde doit tirer les leçons de la bataille contre le virus Ebola et ainsi se préparer à l'éventualité d'une guerre contre une maladie mortelle mondiale. «Un pathogène encore plus redoutable qu'Ebola pourrait apparaître: une forme de grippe, une forme de SRAS ou un type de virus que nous n'avons encore jamais vu», a ainsi estimé le fondateur de Microsoft lors d'une conférence de donateurs, à Berlin.

 

«Nous ne savons pas si cela arrivera mais le risque est suffisamment important pour que l'une des leçons à retenir d'Ebola soit de nous interroger : Sommes-nous suffisamment prêts? C'est comme quand nous nous préparons à la guerre», a ajouté l'Américain milliardaire reconverti dans l'humanitaire. Selon lui, se préparer pourrait signifier avoir des bénévoles qui soient entraînés à intervenir rapidement en cas d'urgence sanitaire, à l'image des plans conçus dans les pays les plus durement frappés par Ebola, la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone qui ont enregistré près de 8.700 morts (selon le dernier bilan de l'OMS).

 

Le vaccin avant tout

 

Bill Gates, classé par le magazine Forbes comme l'homme le plus riche du monde (sa fortune frôle les 80 milliards de dollars), a expliqué que la fondation qu'il dirige avec son épouse Melinda distribuait environ 4 milliards de dollars par an pour venir en aide aux plus pauvres dans le monde.

 

promesses-de-beaux-jours-pour-les-credules.jpgBill Gates affirme sur Twitter: "D'ici à 2030, nous aurons diminué la mortalité infantile de moitié et nous aurons éradiqué plus de maladies que jamais auparavant".

 

La fondation est également l'un des principaux contributeurs de l'organisation Gavi, qui a recueilli des promesses de dons de 7,5 milliards de dollars pour poursuivre une campagne de vaccination d'enfants de 2016 à 2020. «Les vaccins sont les plus grands sauveurs de vies humaines», selon Bill Gates, 59 ans, qui a, en outre, fait part de sa préoccupation face à la montée d'un mouvement anti-vaccination dans les pays occidentaux liée à une peur exagérée des risques associés. D'ailleurs à l'origine du retour de la rougeole en Californie.

 

Convaincu du bien-fondé sans nuance de la vaccination, Bill Gates a d'ailleurs récemment avoué, lors du Forum économique mondial de Davos, être très optimiste quant à l'arrivée d'un vaccin contre le Sida d'ici 2030. «Je suis persuadé qu'un vaccin et des traitements intensifs contre le VIH seront disponibles dans 15 ans», a voulu rassurer le philanthrope.

  

affirmations de Gates pour les crédulesUne seule  maladie humaine a un jour pu être éradiquée. D'ici à 2030, nous aurons éradiqué 4 fois plus de maladies.

 

Sources : 20minutes.fr

 

Le fait qu’un homme aussi riche ait un pouvoir aussi grand sur la santé et la liberté sanitaire des populations du monde entier pose bien sûr un problème éthique majeur. Car à cause de l’idéologie de cette personne, le vaccin passe effectivement avant tout, c’est-à-dire avant des besoins essentiels comme l’eau et la nourriture. Il y a donc un détournement de richesses et de priorités sanitaires avec un effet tout à fait négatif pour la plupart de l'humanité qui continue de manquer d’eau et de nourriture mais est néanmoins gavée de vaccinations dangereuses.   


La guerre que Gates appelle de ses vœux est une guerre qui s’annonce entre les opposants à ces pratiques scientistes autoritaires et généralisées que sont les vaccinations à tout crin et, d'autre part, leurs promoteurs. Gates tente d'éliminer les opposants à sa politique par la menace d'une pandémie mondiale qui pourrait sauver l’image de la vaccination en convainquant de sa nécessité. La guerre profite toujours aux marchands d’armes et les « guerres » bidon contre des pandémies où on appelle chacun à la « solidarité » vaccinale profite aux marchands de vaccins et à leurs actionnaires. Le H1N1 l’a bien montré. Que la pandémie soit vraie ou fausse, les enjeux financiers sont les mêmes pour les fabricants. Ces préparations incessantes aux pandémies sont morbides et suspectes. Il convient de se demander, compte tenu de la baisse légitime de confiance du public envers les vaccins, ce qu’il reste réellement à l’establishment à part une grande pandémie mondiale pour tenter de redorer l’image des vaccins ? Les paris sont ouverts…mais un de nos prochains articles reviendra justement sur une autre astuce que l’establishment va mettre en place dès qu’il le pourra pour mieux forcer la main des populations mondiales en faveur de la vaccination à tout prix.


Enfin, les promesses de Gates ne reposent sur rien de solide, ce sont des promesses pour les crédules. Réduire de moitié la mortalité infantile avec les vaccins ? Voilà un leurre de taille quand on sait que la mortalité infantile est la plus élevée dans les pays riches qui vaccinent le plus et que les bébés filles africaines vaccinées contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche et bien nourries ont 3 fois moins de chances de survie que les bébés filles africaines non vaccinées et même mal nourries ! Prétendre éradiquer des maladies est aussi une obsession stérile dès lors que la multiplication des vaccinations dès le plus jeune âge se soldera immanquablement par une explosion conséquente d’un bien plus grand nombre de maladies, sans parler de toutes les maladies débilitantes dites « rares » qui continueront de germer grâce à ces rituels si peu scientifiques. Les vaccins, loin d'être "les plus grands sauveurs de vies humaines" sont en réalité une source majeure de maladies chroniques et irréversibles dans notre monde ultra-toxique et ultra-chimique.

 

Voir aussi: Les épidémies sont un commerce sous l'impulsion de l'OMS

Published by Initiative Citoyenne - dans Pandémies à gogo
commenter cet article
25 janvier 2015 7 25 /01 /janvier /2015 23:19

Quiconque ignore son passé est condamné à le répéter dit-on...combien de personnes pendant encore combien de temps vont-elles continuer d'ignorer les éléments fondamentaux à connaître pour préserver leur santé et celle de leurs enfants??

 

Published by Initiative Citoyenne - dans Pandémies à gogo
commenter cet article
7 décembre 2014 7 07 /12 /décembre /2014 10:29

Sécurité catastrophique dans les labos anglais manipulant des virus mortels

 

5 décembre 2014, Reinformation.tv

 

Securite-Labos-Anglais-Virus-e1417803414230.jpg

 

Des labos anglais où l’on manipule des virus et bactéries mortelles auraient subi plus de 100 accidents de leurs systèmes de sécurité ces cinq dernières années, selon un rapport officiel publié par l’autorité administrative britannique chargée de la santé et de la sécurité au travail (HSE).


Les virus de la fièvre aphteuse et d’Ebola concernés

 

L’anthrax (la maladie du charbon) a par exemple été envoyée depuis une structure gouvernementale à plusieurs labos non-concernés, exposant plusieurs scientifiques à la maladie. Une autre erreur a causé le dérèglement de l’appareil de traitement de l’air dont avait besoin un laboratoire renommé pour soigner un animal frappé par le virus de la fièvre aphteuse.


L’usure du matériel a posé de nombreux problèmes, soumettant les chercheurs à un danger potentiel. Dans l’un des labos ultra-sécurisés du Ministère de la Défense par exemple, on a constaté l’usure des systèmes d’isolation d’un laboratoire contenant des animaux infectés du virus Ebola.


La sécurité des labos anglais portée devant les tribunaux


Le rapport affirme que plus des 70 incidents survenus dans les laboratoires du gouvernement, d’universités ou d’hôpitaux ont été suffisamment sérieux pour qu’une enquête soit lancée. Certains ont conduits à la fermeture obligatoire des labos… D’autres ont même fini devant les tribunaux en raison de leur gravité.
 
Commentant cette série d’accidents, le professeur Richard Ebright, expert en prévention des risques biotechnologiques à l’Université américaine de Rutgers a relevé des dysfonctionnements dans les procédures, les infrastructures, et les règles de sécurité de certains laboratoires anglais avant de demander : « L’agriculture anglaise a-t-elle un désir de mort ? »


Certains des virus ou bactéries manipulés sans les précautions nécessaires sont en effet mortels, sans qu’aucun vaccin ni traitement n’ait été trouvé à ce jour…

 

Source : Reinformation.tv

Published by Initiative Citoyenne - dans Pandémies à gogo
commenter cet article
6 décembre 2014 6 06 /12 /décembre /2014 10:00

L'épidémie est sur le déclin mais les médias occidentaux continuent d'amplifier la situation en attendant que le vaccin arrive....

 

Tout est fait pour empêcher les médecins disposant d'autres méthodes que les vaccins et les antiviraux officiels de traiter des patients car il FAUT absolument continuer de faire croire que le vaccin sera incontournable.

 

L'homéopathie est rapidement efficace contre diverses maladies infectieuses aiguës. Découvrez la suggestion du remède homéopathique qui couvre le plus largement les symptômes d'Ebola et qui pourrait donc s'avérer bien utile...

 

Un compte-rendu à lire de toute urgence pour ne pas continuer à gober tout le baratin officiel ! 

 

grande-affiche-ebola.jpg« […] J’ai pu constater de visu qu’il n’y avait pas le moindre nouveau patient admis, ce qui indiquait bien que l’épidémie était déjà en pleine régression et que les médias ne faisant qu’amplifier et entretenir un vent de panique. N’étant moi-même qu’un simple mortel, je n’ai pas idée de ce qui se trame derrière cela mais c’est clairement suspect. Si j’avais des actions dans les entreprises produisant des vaccins je serais bien triste de voir se terminer une épidémie par exemple. La situation épidémique pourrait aussi arranger grandement certaines personnes qui “touchent” des subsides importants: je préfère ne pas repenser à la gabegie immonde dont j’ai été témoin en Haïti. En somme, la panique savamment entretenue dans les médias pourrait susciter une peur qui pousserait à consommer du vaccin. Comme de coutume la médecine classique, c’est à dire l’industrie, ne fait souvent rien d’autre que traiter la peur qu’elle sait si bien orchestrer elle-même.[…] » Lire la suite.


Dr Edouard Broussalian, Planète Homéo.

 


Published by Initiative Citoyenne - dans Pandémies à gogo
commenter cet article
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 10:07

Images effrayantes, informations incohérentes, perspective d'une vaccination étendue,... les cas d'Ebola en Afrique de l'Ouest peuvent soulever bien des questions dans le public. Initiative Citoyenne propose une analyse, quelques réflexions, dans un dossier de 65 pages dont le contenu ne se retrouvera en général pas dans les médias grand public. A chacun d'en faire bon usage et d'explorer plus avant les pistes qui lui paraîtront les plus intéressantes....

 

 

Voir aussi: Informations diverses sur l'épidémie d'Ebola: vaccins, tests de détection, enjeux commerciaux etc...

Published by Initiative Citoyenne - dans Pandémies à gogo
commenter cet article
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 09:30

Image-pour-EBOLA.jpgNous mettons ici ci-dessous à disposition plusieurs traductions d'articles d'information, en majorité anglophones, sur Ebola... à chacun de faire le tri entre ce qui lui semble pertinent ou non... ce ne sont en général pas ces informations-là que les grands médias vont relayer ou sur lesquelles ils vont insister. Voici pourquoi nous avons jugé intéressant de rendre cela accessible aux francophones. Notre relai de ces articles n'est pas dogmatique, nous ne prétendons pas qu'ils sont "la vérité". Mais nous pensons que le débat gagne à être élargi au maximum dans ce type de question de santé publique aux confins du droit et de l'éthique.  

 

* Le Dr Edouard Broussalian s'est rendu sur place en Afrique voir ce qui se passe avec Ebola... son compte rendu est vraiment interpellant et très très instructif!

 

* Un scientifique travaillant sur le traitement d'Ebola plaisante sur la réduction de population au moyen de virus génétiquement modifiés 

 

* Canular de la grippe porcine (1976) et Ebola: des similitudes? 

 

La loi martiale la main dans la main avec le programme des vaccinations aux Etats-Unis?

 

Etat d'urgence de santé publique déclaré dans le Connecticut au sujet d'Ebola: les droits civils sont suspendus indéfiniment

 

Les vaccins obligatoires contre Ebola, bientôt une réalité?

 

Big pharma cherche à obtenir l'immunité juridique pour les dommages dus à ses vaccins expérimentaux contre Ebola

 

A qui profite l'opération secrète d'Ebola?... 30 réponses (J. Rappoport)

 

Le test Ebola: laissons parler son inventeur

 

Attention: vaccin Ebola génétiquement modifié!

 

Le traitement d'Ebola par du nano-argent a été source de succès au Sierra Leone

 

Ebola: surveillons la com' (Rebelle Santé, octobre 2014)

 

* Les épidémies sont un commerce sous l'impulsion de l'OMS

 

Published by Initiative Citoyenne - dans Pandémies à gogo
commenter cet article
2 décembre 2014 2 02 /12 /décembre /2014 19:32

Miguel-Jara.jpgVoici l'excellente interview de Miguel Jara, écrivain et journaliste espagnol sur le sujet. A lire sans modération dans le climat actuel d'Ebola...

 

Le site internet (en espagnol) de Miguel Jara: http://www.migueljara.com

Published by Initiative Citoyenne - dans Pandémies à gogo
commenter cet article
6 septembre 2014 6 06 /09 /septembre /2014 20:10

 

labos peu sûres (1)

labos peu sûres (2)

Published by Initiative Citoyenne - dans Pandémies à gogo
commenter cet article
13 juillet 2014 7 13 /07 /juillet /2014 21:29

Erreurs de manipulation en série dans les laboratoires américains 

 

Le Monde.fr avec AFP. 12.07.2014

 

CDC labos manipulations

Un laboratoire dépendant du gouvernement américain a par erreur mélangé une souche inoffensive de la grippe aviaire avec un autre type hautement contagieux et dangereux, envoyant ensuite cet échantillon contaminé à un autre laboratoire, ont annoncé vendredi les autorités fédérales.

 

Personne n'a été exposé à cet échantillon contaminé, a assuré Tom Frieden, directeur des Centres de contrôles et de prévention des maladies (CDC) lors d'une conférence de presse. « Ces événements n'auraient jamais dû se produire », a-t-il souligné, ajoutant que ces incidents soulevaient « des questions graves et préoccupantes ». « Franchement, je suis en colère », a-t-il insisté. 

 

« Un échantillon de grippe aviaire non agressive a été contaminé de façon involontaire, dans un laboratoire des CDC, par la souche de grippe hautement pathogène H5N1 et envoyé [à un autre laboratoire géré par le département de l'agriculture] », ont indiqué les CDC dans un communiqué].

 

M. Frieden a expliqué avoir instauré un moratoire sur le transfert de tout échantillon biologique, y compris d'agents contagieux, à l'intérieur ou à l'extérieur des CDC, le temps qu'une enquête soit menée.

 

Il a également appelé à des mesures disciplinaires appropriées à l'encontre de tout membre du personnel ayant enfreint le protocole ou n'ayant pas rendu compte d'un incident en laboratoire.

 

INCIDENT AVEC DES BACTÉRIES DE LA MALADIE DU CHARBON

 

Les CDC affirment avoir eu connaissance de cet échantillon contaminé au moment où ils terminaient un rapport sur un incident similaire impliquant cette fois de l'anthrax survenu le 5 juin, mais qui selon eux, n'a a priori pas mis en danger la vie des quelque 80 scientifiques américains qui ont pu avoir été accidentellement exposés à ces bactéries de la maladie du charbon.

 

Les échantillons potentiellement infectieux de la maladie du charbon avaient été transportés et utilisés pour des expériences dans trois laboratoires des CDC non équipés pour manipuler ces bactéries. Les employés de ces laboratoires, pensant que ces bactéries avaient été inactivées, ne portaient pas de combinaisons de protection.

 

CDC labos (2)

Un accident est survenu dans un laboratoire des CDC à Atlanta en Géorgie, impliquant cette fois de l'anthrax. (photo : AP/Anonymous)

 

Cette semaine, six fioles de variole, apparemment oubliées, ont été retrouvées dans un laboratoire dépendant du gouvernement près de Washington.

 

Cette nouvelle affaire vient jeter une ombre sur les CDC. M. Frieden a affirmé avoir été informé il y a quarante-huit heures de ce mélange d'échantillons, alors qu'il s'est produit il y a six semaines. Le laboratoire a été fermé jusqu'à ce que des mesures de sécurité renforcées soient mises en place, et une enquête est en cours. La grippe aviaire H5N1 est hautement contagieuse et a tué près de 60 % des humains qui l'ont contractée.

 

Source : Le Monde

 

Serait-ce un moyen d’habituer encore un petit peu plus les gens à la normalité d’une prochaine pandémie tant attendue ? Ou bien de rendre, par contraste, l’apparition de la nouvelle souche pandémique « plus naturelle » en faisant diversion ? Qui peut encore croire ces gens-là ? Leurs laboratoires sont sûrs ? Alors ce genre de choses ne devrait pas se passer ! L’erreur est humaine ? Mais alors comment se fait-il qu’elle implique à chaque fois des souches pandémiques potentielles (H5N1, variole), comme par hasard ? Et comment se fait-il alors qu’on autorise dans ces conditions, la création de toutes pièces de souches chimères que la Nature n’a pas prévues et qui peuvent se révéler dévastatrices si elles sont lâchées dans la Nature ? Ce sont vraiment les citoyens les plus crédules vis-à-vis de ces nombreuses incohérences graves et problématiques qui contribueront, bien malgré eux, à rendre les pires scénarios possibles, non pas ceux déclenchés par la Nature mais pas l’intermédiaire de véritables savants-fous et des autorités complices qui les financent.

 

Voir aussi: Virus H5N1: la société Baxter confirme qu'elle a fabriqué le produit contaminé

Published by Initiative Citoyenne - dans Pandémies à gogo
commenter cet article
13 juin 2014 5 13 /06 /juin /2014 11:15

Des chercheurs développent un virus incroyablement mortel

 

virus-poison-cree-de-toutes-pieces.jpg


jeudi 12 juin 2014

 

Des chercheurs de l’université du Wisconsin ont développé un virus ultra contagieux en utilisant le principe de génétique inversée. Développé au sein du laboratoire du très controversé Yoshihiro Kawaoka, ce virus est composé de souches sauvages de la grippe aviaire qui ont été rendues volatiles, soit transmissibles par l’air. Ce qui le rend encore plus dangereux et contagieux. Des recherches qui subissent l’opprobre international au vu du danger qu’elles représentent pour l’humanité, mais qui ne cessent pas pour autant.

 

Pour ses défenseurs, les recherches de ce type permettent de mieux connaitre les virus et de mieux lutter contre ceux-ci en cas de pandémie majeure. Mais pour beaucoup, ce genre d’expérience est tout simplement de la pure folie. Dans une interview dans le Guardian, Lord May, l’ancien président de l’institut des sciences de la Royal Society, révèle que ce n’est "pas tellement la dangerosité d’un tel virus qui serait le véritable danger, mais bien les laboratoires arrogants et des chercheurs ambitieux. Qui peut jurer que ce genre de chose n’arrivera pas dans de mauvaises mains ou s’échappera par accident ? Personne". 

 

Sources : Le Vif & The Guardian

 

Un virus de la grippe similaire à celui de 1918 peut réapparaître

 

Washington (AFP) - 11.06.2014

 

Les virus de la grippe aviaire en circulation dans la nature contiennent tous les ingrédients génétiques pour former un agent pathogène similaire à celui responsable de la pandémie dévastatrice de 1918, selon une recherche publiée mercredi aux Etats-Unis.

 

Cette équipe internationale de virologues a identifié huit gènes dans plusieurs virus de la grippe, isolés chez des canards sauvages, qui ont des similarités remarquables avec ceux qui formaient le virus de la pandémie de grippe de 1918 responsable d'au moins 40 millions de morts dans le monde.

 

"Il y a des réservoirs de gènes dans la nature qui ont le potentiel, en se recombinant, de provoquer des pandémies graves à l'avenir", souligne Yoshihiro Kawaoka, un virologue de l'Université du Wisconsin-Madison, principal auteur de cette étude parue dans la revue américaine Cell Host and Microbe.

 

Pour évaluer le risque qu'un tel virus puisse acquérir ces huit gènes, ces chercheurs ont utilisé une méthode dite de génétique inverse pour recréer un agent pathogène qui diffère de celui de 1918 de seulement 3% dans ses acides aminés à partir desquels il produit ses protéines.

 

Cela a produit un virus plus virulent chez des souris et des furets qu'un virus ordinaire de la grippe aviaire, mais sans être aussi pathogène que celui de 1918. De plus, il était incapable de se transmettre entre ces mammifères par voie aérienne, le principal mode de transmission de la grippe.

 

Ces chercheurs ont alors déterminé le nombre de changements génétiques nécessaires pour que ce virus puisse se transmettre aisément chez des furets, le modèle animal de recherche de référence pour cette infection des voies respiratoires.


Ils ont identifié sept mutations dans trois gènes du virus qui lui permettent de se transmettre aisément comme celui de la grippe de 1918.

 

Ce virus, formé de gènes circulant parmi les oiseaux sauvages et domestiques, montre que ces ingrédients génétiques peuvent potentiellement se combiner pour créer un agent pathogène dangereux et capable de provoquer une pandémie, souligne Yoshihiro Kawaoka.

 

Selon lui, savoir quels gènes rechercher dans un virus peut aider à prédire la probabilité de l'émergence d'une souche de la grippe capable de provoquer une pandémie, et permettre ainsi aux scientifiques d'élaborer des stratégies plus efficaces pour la combattre.

 

Ces travaux font aussi davantage la lumière sur les mécanismes responsables de l'adaptation des virus de la grippe aviaire chez les mammifères.

 

Les chercheurs ont en outre découvert que ce virus, proche cousin de celui de 1918, réagissait au vaccin actuel contre la grippe saisonnière qui protège notamment contre le virus H1N1 responsable de la pandémie de 2009.

 

Cela montre qu'il existe une protection vaccinale contre une pandémie potentielle, relèvent ces virologues.

 

Ils ajoutent que ce nouveau virus créé en laboratoire devrait être sensible à l'antiviral oseltamivir, actuellement efficace contre la grippe.

 

Sources : AFP, TV5.org,Enviro2b

Published by Initiative Citoyenne - dans Pandémies à gogo
commenter cet article
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 11:00

La Chine se tient prête à lancer la production en série du vaccin contre le H7N9 en cas de transmission interhumaine du virus, a annoncé hier un député de l'Assemblée populaire nationale (APN).

 

Fotolia-laborantin-copie-1.jpg

Le pays a fabriqué plusieurs vaccins pouvant être utilisés sur des groupes à risque, a déclaré Zhong Nanshan, député de l'APN et membre de l'Académie chinoise d'ingénierie, lors d'une conférence de presse en marge de la session parlementaire annuelle.

 

Célèbre pneumologue, Zhong était à la tête de l'équipe de recherche qui a permis au pays d'endiguer l'épidémie de SRAS en 2003.

 

« La Chine a bien réagi en vaccinant 100 millions de personnes contre le H1N1 en 2009 », a affirmé Zhong, convaincu de l'efficacité du vaccin contre la transmission d'humain à humain.

 

En février, le Centre clinique de santé publique de Shanghai a annoncé avoir mis au point un vaccin génétiquement modifié contre la grippe aviaire de type H7N9, et que celui-ci se trouvait en phase d'essais cliniques.

 

Des cas humains de H7N9 ont été reportés dans plusieurs villes du pays, et le taux de mortalité de la maladie est de 30 %, a déclaré Zhong. Le député a ajouté que si le virus venait à muter, cela pourrait provoquer une plus grave épidémie.

 

Le virus ne s'est encore jamais transmis d'homme à homme, les cas sont relativement isolés et aucune voie de contamination certaine n'a encore été découverte, a rassuré Zhong.

 

En outre, d'un point de vue épidémiologique, plus de 80 % des personnes infectées l'ont été dans des marchés aux volailles, a précisé Zhong, rappelant que contrairement au H5N1, le H7N9 n'infecte que les humains et non les volailles.

 

Le commerce de volailles a été stoppé dans plusieurs provinces chinoises, notamment celles où de nombreux cas de H7N9 ont été reportés.

 

D'après Zhong, il était logique d'abattre toutes les volailles dans le cas du H5N1, où les hommes et les volailles étaient touchés, mais cela n'est pas justifié dans le cas du H7N9, d'autant plus qu'une telle mesure affecterait plusieurs millions de Chinois travaillant dans l'agroalimentaire.  


Source: french.china.org.cn

 

Lire aussi cet article du Monde du 12 mars dernier sur ces virus mutants:  p.1 et p.2

 

Notre lettre recommandée à  la ministre Laurette Onkelinx sur les futurs vaccins H7N9.

 

 

La réponse tardive de la ministre Onkelinx à ce courrier.

 

Voir aussi ce que vont débourser les autorités anglaises pour les victimes du vaccin H1N1

 

 

Published by Initiative Citoyenne - dans Pandémies à gogo
commenter cet article
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 08:45

"Un nouveau virus mortel pour l’homme a été mis au point par des scientifiques dans le cadre d’un projet du gouvernement américain.

 

Traficotage-de-virus-en-laboratoire.jpg


La variante génétiquement modifiée de la variole est si dangereuse que, pour l’instant, aucune vaccination ne peut la combattre.

 

Le virus a été découvert alors que les scientifiques travaillaient sur une forme mortelle de «mousepox » (note de Benji: Virus extrêmement contagieux chez les souris).

 

Ce virus a tué 100% des souris, même si elles ont été traitées par des médicaments antiviraux, ainsi que par vaccin normalement censé les protéger.

 

Article complet sur le Dailymail.co.uk

 

Traduction ci-dessous de cet article du Dailymail :

 

     

Un virus mortel qui « pourrait anéantir les humains»


Un nouveau virus mortel qui tue l'homme a été mis au point par des scientifiques dans le cadre d'un projet du gouvernement américain.


La variante génétiquement modifiée de la variole est si dangereuse que, pour l'instant, aucune vaccination ne peut  la combattre.


Le virus a été découvert alors que des scientifiques travaillaient sur une forme mortelle de la variole de la souris (mousepox)


Ce virus a tué 100 pour cent des souris, même quand on leur avait administré des médicaments antiviraux, ainsi qu’un vaccin qui devait normalement les protéger.


Les mêmes techniques ont ensuite été utilisées par des scientifiques de l’Université de St. Louis pour modifier génétiquement le virus de la variole, qui infecte toute une série d'animaux, ainsi que les humains.


Leur recherche fait plus clairement apparaitre la perspective que les virus de la variole pourraient être transformés en nouvelles maladies mortelles, même quand les personnes ont été vaccinées.


Mark Buller, qui a dirigé la recherche, a déclaré au magazine New Scientist que son travail était nécessaire pour pouvoir anticiper ce que des bio-terroristes pourraient être en mesure de faire à l'avenir.


Le bio-terrorisme est considéré comme un risque en Occident depuis les attentats terroristes du 11 Septembre  et suite à la peur de l'anthrax qui a suivi.


Cinq personnes ont été tuées et 17 autres sont restées gravement malades suite à ces  attaques à l'anthrax aux États-Unis en Octobre 2001.


Mais d'autres scientifiques, comme Ian Ramshaw de l'Université Nationale d’Australie, a déclaré que le travail de l'équipe américaine pourrait s'avérer dangereux si ces connaissances tombaient jamais dans de mauvaises mains.


«J'ai beaucoup d’inquiétude par rapport à ces travaux sur un virus de la variole qui peut traverser la barrière des espèces», a-t-il ajouté.


Le Dr Ramshaw faisait partie d’un groupe de scientifiques qui avaient, il y a trois ans et par hasard, découvert comment rendre la variole de la souris (mousepox) plus meurtrière, alors qu’ils développaient des contraceptifs pour les souris. Cette souche, qui était n'était pas aussi dangereuse que celle du Dr Buller avait tué 60 pour cent des souris.

 

Un pur scandale : alors que des centaines de millions de gens vivent dans la pauvreté à des degrés divers, alors qu’il y aurait quantité de méthodes sûres et naturelles à tester pour affiner des stratégies thérapeutiques enfin plus performantes dans le domaine des maladies chroniques en pleine explosion, l’argent des contribuables est gaspillé par le gouvernement américain contre l’intérêt et la sécurité sanitaire de ses propres citoyens… au prétexte que ce serait pour le prémunir des risques de bioterrorisme !

 

Ca a vraiment bon dos ce risque de bioterrorisme. Après les chercheurs hollandais et américains qui font volontairement se croiser des virus grippaux pour les rendre plus meurtriers- recherche qui sont effectuées comme par hasard en parallèle de nombreux investissements dans le développement de nouveaux vaccins pandémiques soi-disant tous plus prometteurs les uns que les autres-, voici maintenant d’autres chercheurs qui travaillent à faire muter le virus de la variole sous de fallacieux prétextes. Tout ceci montre deux choses : que l’establishment n’a certainement pas abandonné son idéologie de faire « des vaccins à tout prix » en utilisant pour ce faire la peur et la menace, ses deux outils principaux et deuxièmement, que ces informations étant à présent publiées dans des journaux officiels comme le Dailymail, cela devrait tout naturellement déforcer les gogos qui tentent de dire que ce genre de débat n’a pas lieu d’être car ce serait des « rumeurs » ou des « affabulations » de complotistes. Il est urgent et vital pour la sécurité sanitaire des citoyens qu’ils se demandent s’ils sont d’accord que leur argent serve à financer d’aussi sombres projets qui sont absolument INDEFENDABLES !


Le choc induit sur la population avec le 11/9 a créé une situation propice à l’acceptation par le public de mesures extrêmement liberticides comme le Patriot Act, mesures que le public n’aurait jamais acceptées sans ce « choc » de l’évènement. N’oublions donc pas cet état de chose et soyons conscients que le choc et la peur que produirait sur la population mondiale le largage de pareil virus virulent génétiquement modifié de la variole pourrait amener le public à accepter de faux vaccins miracles extrêmement dangereux en termes d’effets secondaires (lire donc ici et ici à ce propos pour mieux se rendre compte).

  


Articles connexes pour vraiment bien comprendre le fond du problème:



Variole: le mythe de la vaccination éradicatrice [S'informer avant que cela ne recommence!]

  

Vaccins: l'OMS avoue qu'elle met la santé du monde en danger

  

Variole: aveux explosifs sur le vaccin à posteriori

  

Variole & polio: aveux explosifs sur des vaccins reçus par des centaines de millions de gens

 

Eugénisme & vaccination: qu'en penser?

 

 

Published by Initiative Citoyenne - dans Pandémies à gogo
commenter cet article
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 22:20

VERS-a-soie-fotolia.jpg

La vieille méthode des oeufs de poule embryonnés prend trop de temps pour les apprentis-sorciers qui rêvent déjà de vacciner le monde entier en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, à l'occasion d'une future pandémie tant attendue. Oui, après les millions investis par des compagnies comme Medicago pour développer des vaccins soi disant sûrs et "naturels" à base de plants de tabac, d'autres misent sur... les vers à soie (cf l'info ci-dessous parue sur le site bulletins-électroniques.com).

 

Les deux points les plus saillants à, selon nous, bien décrypter sont:

 

1°) Le côté hasardeux d'aller introduire dans le génome (= dans l'ADN) d'animaux qui n'étaient naturellement pas rendus réceptifs à ces virus, des gènes synthétiques codant pour des protéines de virus grippal! C'est une véritable perversion des barrières entre espèces qui risque de se payer d'autant plus cher que ces méthodes sont de plus en plus généralisées dans divers domaines. Souvenons-nous que ces barrières ont été établies et maintenues par la Nature (sûrement pour d'excellentes raisons) depuis des MILLIONS d'années!

 

2°) La confusion grotesque, visiblement volontaire, entre "efficacité" du vaccin et production d'anticorps. Ils prétendent ici que le vaccin produit à base de ces vers à soie serait "100 fois plus efficace" qu'un vaccin classique alors que traditionnellement, ce qu'on appelle "efficacité" du vaccin n'est autre qu'un simple taux d'anticorps sans aucune corrélation avec un évitement concret de la maladie dans la réalité (de l'aveu des fabricants de vaccins eux-mêmes!). Faire produire à tout prix des taux artificiels souvent explosifs et nettement plus grands d'anticorps que ce qui se produit en cas d'infection naturelle n'est pas forcément sans risque non plus!

 

Un puissant vaccin contre la grippe à partir de vers à soie

   

14/02/2014

 

Des chercheurs japonais ont annoncé avoir développé une nouvelle méthode pour produire de grandes quantités de vaccins contre la grippe en exploitant le code génétique du vers à soie. Le procédé serait plus rapide et moins coûteux que les méthodes conventionnelles. L'un des composants principaux des vaccins contre la grippe est une protéine particulière qui est présente à la surface des virus et qu'il est nécessaire de produire en grande quantité.


L'équipe de Kuniaki Nerome, directeur du centre des ressources biologiques de Nago à Okinawa a synthétisé des séquences d'ADN qui permettent de produire une protéine en s'appuyant sur les informations génétiques d'un virus grippal. Les scientifiques ont ensuite introduit cet ADN de synthèse au sein du code génétique des vers à soie. Après que les vers se soient transformés en chrysalides, Nerome et ses collègues les ont broyés et ont purifié la poudre obtenue. Ils ont constaté que la protéine spéciale était présente en grande quantité et en forte pureté à la surface des particules pulvérisées.


Ils ont aussi découvert que la structure des particules était identique à celle des virus grippaux ce qui signifie que les vaccins faits à partir de cette poudre sont fortement susceptibles de fournir des traitements très efficaces. Des études détaillées ont par ailleurs révélé que les vaccins développés à l'aide de cette nouvelle méthode étaient environ 100 fois plus efficaces que les vaccins existants.


Les chercheurs pensent ainsi que leur procédé permettra aux scientifiques de développer des vaccins contre de nouvelles souches grippales plus rapidement. En effet, la technologie conventionnelle nécessite l'emploi d'une large quantité d'œufs de poulet spécialement préparés pour la culture de virus grippaux. Cela prend alors généralement plus de 6 mois pour créer un vaccin quand un nouveau type de grippe apparaît. En revanche, cette nouvelle technique qui s'appuie sur le vers à soie devrait permettre de produire un vaccin en seulement 3 mois. Et d'ailleurs, l'équipe de Nerome a déjà commencé à travailler sur un prototype de vaccin contre la souche H7N9 de la grippe aviaire qui a déjà causé plus d'une centaine de nouveaux cas en Asie et particulièrement en Chine depuis le début de l'année ; ils travaillent également sur la souche H1N1 plus ancienne mais toujours très préoccupante.


Leurs travaux ont été menés en partenariat avec une université indonésienne, et sont soutenus par le gouvernement préfectoral d'Okinawa. L'équipe espère réduire les coûts de 90% par rapport aux niveaux actuels pour pouvoir commercialiser un vaccin à partir des vers à soie. Ce vaccin ne servirait toutefois pas pour l'homme, mais dans un premier temps à vacciner les élevages de volailles, et de poulets en particulier. Les chercheurs prévoient d'évaluer plus tard la sûreté et l'efficacité de leur technologie pour un traitement chez l'homme et envisagent une mise sur le marché d'un vaccin contre la grippe à partir de vers à soie pour l'homme d'ici plusieurs années.

 

Source: Bulletins électroniques

 

Pouvons-nous réellement imaginer une fois encore que tout cet argent investi dans de futurs vaccins à produire toujours plus rapidement en vue de futures pandémies, ne soit jamais « rentabilisé » par la survenue d’une pandémie tant annoncée ???

 

Published by Initiative Citoyenne - dans Pandémies à gogo
commenter cet article
14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 22:20

Journal Le Soir de ce jour:

 

Appel à la vigilance face à un nouveau type de grippe aviaire chez l’humain

 

"...nécessité de se préparer sans relâche à une pandémie de virus de l’influenza aviaire, complexe et imprévisible."

 

Et "comme par hasard" des scientifiques ( apprentis sorciers plutôt) travaillent SANS RELÂCHE depuis des mois à faire se croiser les virus porcins et aviaires et aviaires entre eux pour les rendre à la fois plus virulents et plus contagieux et donc aussi plus aptes à infecter des humains!!

 

Ils prétendent faire cela "pour mieux prévenir" une pandémie.

 

Dans le même temps - pensez aussi à TOUTES les pièces du puzzle svp, pensez à avoir le réflexe d'analyse globale de la problématique !- on a aussi les éléments suivants:

 

- Ces manoeuvres d'apprentis-sorciers sont autorisées par les autorités publiques et même financées avec des fonds publics!

 

- Les industries pharmaceutiques misent de plus en plus sur les vaccins compte tenu de l'arrivée à expiration de nombreux brevets et une rarification des nouvelles molécules réellement innovantes. Les vaccins coûtent relativement peu à produire mais rapportent beaucoup (marge bénéficiaire élevée) en plus de s'adresser à tous les biens portants et pas seulement aux malades. En 2009-2010, les pharmas ont donc eu une très bonne année financièrement parlant.

 

- Dans un rapport du Sénat français de 2007, on peut lire que les autorités publiques considèrent les pharmas comme, nous citons "leurs partenaires naturels"

 

- L'OMS a encore une fois assoupli il y a peu les critères de pandémie pour qu'on soit en alerte permanente. (après la précédente manoeuvre d'assouplissement de la définition très peu avant l'apparition du H1N1, ce qui a permis de déclencher aussi facilement le niveau 6, soit le niveau maximal d'alerte pandémique qui active du même coup la production de vaccins par les fabricants.)

 

- Des gens comme Madame Testori (non élue) de la DG Santé de la Commission Européenne ont publiquement exprimé après le H1N1 leur souhait que les humains soient vaccinés à la manière des animaux à l'occasion des prochaines pandémies sur base de décisions contraignantes (entendez évidemment "obligations"!) décidées par des instances non démocratiques comme la Commission!

 

- Le site de Sciences & Avenir apporte les précisions suivantes:

 

« MUTATION. Le virus isolé a été identifié comme étant un virus influenza A de type inconnu. En séquençant les gènes de l'hémagglutinine et de la neuraminidase (voir encadré) du virus, l'équipe a découvert qu'il s'agissait d'un A(H6N1), une espèce encore jamais isolée chez l'homme. D’autres analyses ont confirmé qu’il était lié au virus H6N1 des poulets taïwanais mais qu’il présente une substitution (appelée G228S) sur le gène codant l'hémagglutinine qui pourrait favoriser sa contagiosité pour l’homme. En augmentant l'affinité de l'hémagglutinine virale pour le récepteur de l'acide sialique humain alpha2-6, cette mutation permet en théorie au virus de se répliquer chez l'homme. »

 

OR l'équipe de Fouchier et une autre équipe également travaillent à CREER de toutes pièces des mutations pour rendre les virus aviaires davantage à même de se répliquer.... ils croisent des virus dont ils ne savent pas quelle sera la résultante (virus inconnu, encore jamais apparu chez l'homme etc.)

 

Mettre ces éléments bout à bout, ce n'est pas être parano ou complotiste mais faire œuvre de lucidité et de vigilance citoyennes. Dresser ce tableau général, c'est un peu comme faire une enquête quand on découvre un cadavre et qu'on veut établir les causes du décès. Ici, on nous parle d'une menace contre laquelle il faudrait se prémunir sans relâche en nous garantissant qu'elle va arriver. Mais on ne peut pas faire fi de tous ces autres éléments contextuels qui donnent un tout autre éclairage à cette situation que ce que la grand presse (grande pas sa diffusion bien que celle-ci ne cesse de se réduire et non par la qualité informationnelle de ses articles).



Pour mieux réaliser et comprendre, il est souvent bon de comparer des situations. C'est alors que le bon sens a le plus de chance de refaire surface chez ceux chez qui il était encore endormi. Si autant d'indices factuels et contextuels étaient ignorés dans le cadre mettons d'une enquête pour suspicion de meurtre (échelon individuel donc), il est évident que l'avocat de la défense crierait au scandale et que la presse se mettrait à relayer ce point de vue et cette partialité interpellante. Pourtant avec les vaccins, l'establishment (et donc aussi les médias) s'entêtent à ne JAMAIS aborder tous les éléments contextuels troublants, intimement liés à cette véritable obsession suspecte de préparation pandémique et de vaccination à tout crin.



L'article de Science & Avenir évoque aussi une soi-disant efficacité du Tamiflu, là aussi, quel "heureux" hasard vu toutes les études déjà publiées sur son inefficacité, le fait que Roche avait refusé de communiquer ses données issues des essais cliniques au British Medical Journal qui lui en avait fait la demande, que le Tamiflu engendre des résistances, qu'il fut un sacré business en lien avec l'ex homme politique américain Ronald Rumsfeld, etc etc.



Au lieu de gober les étiquettes grotesques de "parano" ou de "complotiste", gardez bien aussi à l'esprit qu'une des caractéristiques de base de l'intelligence et de la pensée humaine est sa capacité à mettre les éléments en relation les uns avec les autres (être capable de voir les liens qui existent entre tel sujet, tel élément et tel autre). C'est d'ailleurs comme ça, par ce genre de procédé associatif que sont nées les premières vraies découvertes scientifiques (mathématiques) réalisées par des mathématiciens et philosophes grecs du 6° siècle avant notre ère (Pythagore, Thalès etc. qui ont été capables de mettre en lien tel aspect, telle partie de tringle avec une autre). S'ils n'y avaient pas pensé, les mathématiques et tout ce qui a pu en découler auraient pu ne pas exister ou n'apparaître que des siècles plus tard.



Si nous ne sommes pas capables de penser à établir des liens entre plusieurs aspects particulièrement troublants du volet "grippe aviaire" ou plus largement "grippe pandémique" ou "pandémie à gogo", il pourrait être trop tard pour l'humanité, pour les libertés publiques et le droit de millions de gens à la (vraie) santé...



Le philosophe Nietzsche écrivait par exemple avec lucidité que « La maîtrise de la Nature implique pour l’être humain de se mettre lui-même en danger. »

 

Voir aussi le courrier recommandé que nous avions écrit en avril 2013 à la Ministre Laurette Onkelinx au sujet des préparatifs pour le H7N9 (le contenu de la lettre restant tout à fait d’actualité pour ce nouveau AH6N1..) : ICI

Published by Initiative Citoyenne - dans Pandémies à gogo
commenter cet article
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 22:15

Voici un article paru dans Le Quotidien du Médecin qui a franchement de quoi écoeurer ET alarmer... mais l'Histoire n'est-elle pas un éternel recommencement ?

 

Lire ce qui suit puis l'analyse que nous en faisons ensuite, c'est comprendre pourquoi il est nécessaire et urgent de soutenir des investigations et des prises de position citoyennes comme les nôtres mais c'est aussi reconquérir son pouvoir réel de citoyen ayant la capacité de dire "NON, STOP, JE NE VEUX PLUS DE CETTE DANGEREUSE MASQUARADE!" le moment venu car il est absolument sûr que ce moment arrivera....

 

(en fluo jaune, les informations nécessitant un certain "décryptage", cf l'encadré ci-dessous!)

 

Un candidat vaccin contre H7N9 en phase 2 aux États-Unis

 

19/09/2013

   

Des chercheurs américains ont commencé les essais d’un candidat vaccin contre la grippe aviaire à H7N9, associé ou non à deux types d’adjuvants.

 

Les deux études de phase II, se déroulant sur 9 sites aux États-Unis et supervisées par le NIAID (National Institute of Allergy and Infectious Diseases) américain, vont réunir des informations sur la sécurité et la réponse immunitaire, d’un candidat vaccin élaboré à partir d’une souche de H7N9 inactivé isolée à Shanghai en 2013 (développé par Sanofi-Pasteur).

 

Les adjuvants

 

Le vaccin va être testé avec ou sans adjuvant. Les recherches antérieures sur les virus influenza H7 ont suggéré que deux doses de vaccin sans adjuvant pourraient ne pas produire une réponse immunitaire adéquate. Les adjuvants sont utiles dans les situations de pandémie comme facteur d’économie des doses de vaccins, rappellent les spécialistes du NIAID.

 

Il est prévu d’inclure des sujets de 19 à 64 ans en bonne santé. La première étude (Mark Mulligan, Emory University, Atlanta), va faire inclure 700 participants qui vont être divisés en 7 groupes, pour tester différents dosages (3,75 µg, 15 µg, 7,5 µg, et 45 µg), avec deux administrations à 21 jours d’intervalle. Cinq groupes vont recevoir le produit avec un adjuvant nommé MF59, développé par Novartis. Cet adjuvant fait partie de la composition des vaccins contre la grippe saisonnière utilisés en Europe et au Canada.

 

Mille participants

 

La deuxième étude (Lisa Jackson, Seattle) va faire enrôler 1000 participants, et cet effectif va être divisé en 10 groupes. Les mêmes dosages vont être administrés, en deux injections séparées de 21 jours. Là, un autre adjuvant va être évalué, AS03 (développé par GlaxoSmithKline), qui a été utilisé dans le vaccin contre H1N1 en Europe (pandémie de 2009-2010).

 

Les conclusions de ces deux études sont prévues pour être rendues en décembre 2014. Les cas humains d’infection par le H7N9 ont commencé en Chine en février 2013. Au mois d’août, 135 cas confirmés et 44 décès ont été enregistrés par l’OMS. La plupart des cas sont survenus chez des personnes en contact avec de la volaille. Il n’y a pas eu de cas recensés à l’extérieur de la Chine et la transmission entre les individus n’est probablement pas importante. Mais les autorités de santé se préoccupent de mutations possibles, pouvant changer la donne en termes de menace pour la santé publique.

 

Dr BÉATRICE VUAILLE

 

Comment décrypter cette information importante? Quels sont les points-clés d'un tel article, à la lueur, bien entendu, du précédent de la fausse pandémie de H1N1??

 

loupe 

1°) On était à des essais cliniques de vaccin H7N9 en phase 1 il y a quelques semaines encore et nous voilà déjà à la phase suivante, ce qui est donc dire la rapidité et le bâclage de ces tests (comme ils furent tout autant bâclés avec les vaccins anti-H1N1 et on a vu ce que ça a donné avec les narcolepsies post-vaccinales qui n’étaient en réalité que la pointe émergée de l’iceberg !!)

 

2°) Le nombre de sites d’évaluation est assez élevé : 9 sites. Pourquoi une telle obstination ? Une telle répartition ? Donner l’impression qu’il y a eu plusieurs évaluations qui se recoupent ?

 

3°) Un autre point important, c’est le nombre bien sûr ridiculement faible et insuffisant de sujets enrôlés dans les essais cliniques : 700, 1000. C’est nettement trop faible. Pour vous donner une plus juste idée du problème, il faut par exemple savoir qu’il faut en réalité des dizaines et mêmes des centaines de milliers de sujets pour valablement pouvoir évaluer le risque d’effets secondaires plus rares mais très graves et qui risquent donc d’être quantitativement non négligeable en cas de vaccination massive.  C’est un « aveu », une constatation qu’a notamment faite la Revue du Praticien de novembre 2011 qui est une revue professionnelle.

 

4°) Important également à relever, le fait que les sujets enrôlés sont tous en bonne santé et que ce ne sont que des adultes (dont l’âge ne dépasse pas 64 ans). Cela pose de nombreux problèmes car on recommande pourtant en priorité ce genre de vaccination aux gens dits « fragiles » (les malades chroniques, les femmes enceintes, les enfants aussi parfois) ! On va donc une fois encore faire un « chèque en blanc » aux gens en leur jurant que ces vaccins furent bien évalués alors qu’ils ont en réalité les plus grandes chances du monde d’altérer leur santé de multiples manières (fausses couches, décès prématuré, aggravation des pathologies sous-jacentes avec hospitalisations conséquentes etc.) et que les pseudos experts n’auront aucun retour d’expérience des dégâts possibles sur des publics encore plus sensibles !

 

5°) On nous refait aussi le coup des adjuvants, avec le discours habituel qu’ils sont une aide bien utile en cas de pandémie, de façon à pouvoir économiser les antigènes (= substance-même du vaccin) et donc produire suffisamment de vaccins pour tous. C’est donc le fameux principe « Dépêchez-vous, il n’y en en aura pas pour tout le monde » qui sous-tend ce genre de discours (ce qui est rare ou susceptible de l’être étant perçu, parfois à tort comme précieux ou indispensable…). Avec le H1N1, on a bien vu qu’un pays comme la Pologne qui n’avait pas vacciné, a eu proportionnellement moins de cas et de décès et le contraste a évidemment été très fort avec les pays qui avaient acheté des tonnes de vaccins qu’ils ont dû revendre à la hâte ou « donner à l’OMS » (pour de fausses « bonnes actions » dans les pays pauvres), de façon surtout à sauver la face à leurs différentes opinions publiques.

 

6°) Les adjuvants utilisés sont les mêmes que ceux qui furent utilisés dans les vaccins expérimentaux H1N1, c'est-à-dire à base de squalène (MF59, AS03) et qui sont extrêmement périlleux par rapport au risque d’induire des maladies auto-immunes, cette substance, le squalène, faisant naturellement partie de notre propre organisme. Sous ces noms de code ésotériques pour certains se cache ainsi ce même type d’émulsion « huile dans l’eau » qui est entre autre la cause des narcolepsies survenues après la vaccination H1N1. Il faut tout de même se rappeler que cette relation causale a été évaluée par plusieurs études convergentes et aussi que la narcolepsie est une maladie neurologique et auto-immune extrêmement invalidante et pour laquelle il n’existe toujours aucun traitement curatif !

 

7°) Le corollaire du point précédent, c’est évidemment la question de l’éthique qui sous-tend ces essais en cours : les cobayes humains qui ont été enrôlés dans ces essais ont-ils correctement été informés que les adjuvants utilisés sont ceux qui ont déjà déclenché des narcolepsies et d’autres maladies auto-immunes ou bien ne leur signale-t-on que ces noms de codes opaques qui ne leur disent sans doute rien ?

 

Les cobayes humains auraient-ils accepté, même contre rémunération, d’encourir ce genre de risque pour évaluer des vaccins contre des grippes qui pourraient être nettement mieux prévenues et traitées par des méthodes naturelles moins iatrogènes ? 

 

8°) Agiter le spectre de la mutation est habituel, c'est très commode et ça permet ainsi de façon assez simple d'inverser complètement le sens et la logique du "principe de précaution". C'est d'ailleurs aussi ce qui avait été exploité pour pousser des tas de gens dont des éleveurs de volaille de commencer à se faire vacciner contre la grippe saisonière en 2005, quand on parlait de la grippe aviaire, du risque de recombinaison etc. etc. Il ne faut pas non plus oublier à cet égard que les vaccins peuvent aussi en eux-mêmes favoriser des mutations et d'autres perturbations des équilibres de divers microbes: vacciner peut donc créer une "pression sélective" qui peut par effet domino sélectionner d'autres variants encore plus virulents. Ces phénomènes compensatoires sont fréquents et bien documentés. Cela s'est déjà passé avec des souches de méningocoques, avec des souches de pneumocoques (d'où que le Prevenar a eu un effet contre-productif et qu'une nouvelle version a vu le jour uniquement pour maintenir les profits de Pfizer car il s'agit du vaccin le plus lucratif de toute l'histoire des vaccins en valeur absolue) et cela se passera aussi avec les vaccins anti-HPV qui vont sûrement provoquer des modifications compensatoires des divers sérotypes également, et plusieurs données le laissent déjà clairement entrevoir à l'heure actuelle!

 

Mais le pire finalement dans tout ça, c'est que ces mêmes autorités officielles qui disent redouter ces mutations, financent en fait avec les deniers publics de dangereux chercheurs (qu'on devrait plutôt appeler "apprentis-sorciers") qui créent de toutes pièces en laboratoire ces mutations pour soi-disant mieux les prévenir et mieux fabriquer de nouveaux vaccins efficaces.

 

9°) La question finale que pose un tel article est incontestablement la suivante: jusqu'où la population acceptera-t-elle de se faire berner avec les mêmes ficelles aussi grossières? Jusqu'où le public se permettra-t-il de négliger la chance possible de tirer les leçons des expériences passées?? Certaines personnes seront malheureusement encore capables de foncer dans le mur malgré ce genre de "preuve par 9"...

 

  

baettig.JPG

Nous ne saurions vous conseiller assez de lire en complément de cet article, les propos de Dominique  Baettig, psychiatre et ex conseiller régional suisse, à l'occasion de la défaite lors de la votation suisse (sorte de referendum) du 22 septembre dernier relative à la révision de la loi sur les épidémies:

 

« Tous ceux qui ont aimé la manière dont la grippe porcine a été traitée, la fameuse épidémie H1N1 il y a quelques années, vont adorer la suite, parce que ça va venir !

 

Et puis maintenant, il y aura la légitimité augmentée de l’Office Fédéral de  de la Santé Publique de dicter des directives, des normes, des mesures peut-être coercitives, en tout cas incitatives. Le travail sera encore beaucoup plus facile pour les autorités à l’avenir que ça a été le cas il y a de cela quelques années.

 

C’est vraiment dommage, dans ce pays, que l’on fasse comme cela d’abord une confiance aveugle à la bureaucratie fédérale, et puis ensuite aux instances internationales qui dictent les normes, les règles et les imposent ensuite aux nations souveraines. C’est, à mon avis très risqué, très dangereux. […] Le vaccin doit rester une option individuelle conseillée par le médecin traitant, et ne doit en tout cas pas être imposée par l’Etat. Le peuple a aussi assez de bon sens pour savoir s’il faut se faire vacciner ou pas. On n’a pas besoin de l’intervention de bureaucrates et de gens qui sont largement influencés par les pharmas et par les organisations internationales de la Santé.

 

Quand vous avez des campagnes tendancieuses, on alarme les gens. On met en évidence des incidents disproportionnés pour les pousser à se faire vacciner. On est quand même dans une forme de contrainte morale, disons une sorte de harcèlement psychologique qui induit les gens à se faire vacciner, alors qu’il n’y aurait pas de raison de le faire.

 

Je crois que les gens savent s’ils doivent avoir recours à un vaccin ou pas. On n’a pas besoin de l’Administration Fédérale ni des recommandations des experts liés aux pharmas pour savoir ce qu’il faut faire.

 

Il n’y a pas encore une analyse assez approfondie de ce qui se passe derrière ces grandes instances internationales. C’est dommage que le peuple suisse fasse comme cela une confiance aveugle aux grandes institutions internationales. Il lui faudra peut-être encore un peu de temps pour se rendre compte que ce n’est pas forcément du bon argent qu’on leur vend.

 

Il faut toujours rester méfiant vis-à-vis de la bureaucratie et des grandes institutions internationales ; toujours garder sa liberté d’appréciation et de décision. »

 

Source: RTS

Published by Initiative Citoyenne - dans Pandémies à gogo
commenter cet article
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 20:31

radioactivite.png

Cela fait déjà des années que nous mettons en garde (et nous ne sommes d'ailleurs par les seuls...) contre la dérive des pandémies tant attendues, et à ce point préparées qu'on peut au moins commencer à douter de leur arrivée purement naturelle.

 

La question à se poser est résumée en une ligne de la façon suivante:

 

masque-grippe-aviaire.jpg

"Pourquoi le Département de la Santé et des Services sociaux des États-Unis vient d'accorder un contrat, à la société américaine de biotechnologie Amgen, de production de plus de 2.79 million de doses d'une drogue expérimentale pour combattre en même temps les radiations nucléaires et la grippe (H7N9)??"

 

http://conscience-du-peuple.blogspot.be/2013/09/pourquoi-le-departement-de-la-sante-et.html 

 

https://www.fbo.gov/index?s=opportunity&mode=form&id=b1b11226f1bbe85b8b19a2244100e83e&tab=core&_cview=1

 

http://www.youtube.com/watch?v=kqaj772FkGk

 

 

Voir aussi les articles suivants:

 

- Sur la radioactivité, le rôle opaque de l'OMS et aussi

- Sur la préparation fébrile au point d'en être suspecte à cette nouvelle grippe aviaire H7N9.

 

Published by Initiative Citoyenne - dans Pandémies à gogo
commenter cet article
24 août 2013 6 24 /08 /août /2013 21:09

Le Soir nous en donnait un petit aperçu ce vendredi 23 août.

 

N'oublions pas que tous ceux qui ont investi des centaines de millions d'euros dans la préparation et l'achat de ces futurs autres vaccins pandémiques, n'imaginent pas une seule seconde que cela ne soit jamais "rentabilisé". Pour eux, que cela soit avec le H7N9 ou une autre souche, cela relève donc du détail...

Published by Initiative Citoyenne - dans Pandémies à gogo
commenter cet article
9 août 2013 5 09 /08 /août /2013 21:20

fouchier-001.jpg

On vient à peine d'annoncer une transmission interhumaine probable en matière de virus H7N9 qu'on annonce aussi dans le même temps que des chercheurs (mais de quel droit? Au nom de leur "liberté académique" alors qu'ils sont financés avec les sous des contribuables?!) vont créer un virus H7N9 mutant, particulièrement transmissible entre humains ET hypervirulent/ résistant aux médicaments pour soi-disant mieux éviter une pandémie dévastatrice!!! Et cela, après avoir déjà fait le coup en croisant le H1N1 et le H5N1 il y a peu de temps... que va donner ce cocktail éventuellement détonnant s'ils finissaient alors par croiser leur "super mutant" "H5N1+ H1N1" et leur "super H7N9"??!!!!!!!!!!!! Un nouveau jackpot pour les pharmas? Le H7N9 ne pourrait-il d'ailleurs pas être la résultante de ce fameux mélange "H1N1 et H5N1" qui avait déjà fait couler beaucoup d'encre quelques mois avant son apparition??

 

Mais ce qui est le plus inquiétant, c'est la complaisance et l'adhésion tacite de l'OMS et de ses divers Etats membres (nations qui n'ont plus rien de souveraines...) à ces types de "recherche". Dans sa réponse à Initiative Citoyenne, Mme Onkelinx semblait trouver ces recherches nécessaires. Pourtant, c'est tellement abracadabrant que même un virologue officiel comme Patrick Goubeau (qui avait vanté la sécurité du vaccin expérimental H1N1 en son temps) estime ces manoeuvres hasardeuses et inutiles en vue de se protéger d'une quelconque pandémie (Journal Le Soir de ce vendredi 9 août 2013)

 

Cette fascination morbide pour toutes ces grippes aviaires, ces investissements de centaines de millions d'euros et de dollars en fabrication de nouveaux vaccins expérimentaux "au cas où",  ces films préparatoires de l'opinion sur des pandémies dévastatrices, autant d'éléments qui doivent nous amener à nous interroger sur d'autres buts, sans doute très éloignés de la santé publique, à même de justifier de façon plus satisfaisante un tel acharnement.

 

L'ex Prix Nobel de Médecine de l'UCL, Christian De Duve, décédé cette année, déclarait il y a quelques années dans le Journal du Médecin les propos suivants que chacun appréciera et évaluera bien sûr selon les informations complémentaires dont il dispose:

 

"Si nous continuons à nous multiplier au rythme actuel, nous courrons à la catastrophe. Durant ma vie, la population du monde aura quadruplé. C'est un train fou qui est lancé et cela ne peut que continuer de manière exponentielle si nous ne prenons pas de mesures adéquates. Il vaut mieux limiter les naissances plutôt que d'éliminer les gens par des guerres. Mais je sais que le contrôle démographique pose des questions éthiques. Je laisse ce type de discussions aux spécialistes, mais je leur dis quand même: faites-le comme vous voulez, pourvu que vous le fassiez. C'est le résultat qui compte."

 

Bill Gates avait pour sa part déclaré dans une vidéo disponible sur Youtube que le recours aux techniques de procréation médicalement assistée et aux vaccinations, pourrait permettre une réduction de 15% de la population mondiale.

 

Bill Gates et Christian De Duve doivent-ils être pris pour des clowns ou des rigolos quand ils tiennent ce style de propos? Christian De Duve le reconnaît: cela relève du champ ETHIQUE. Comme on a déjà pu le voir par le passé, l'éthique n'a pas toujours été le maillon fort dans le domaine des Sciences, de la Médecine et de l'Expérimentation Humaine. Un nombre non négligeable de hauts responsables estiment que nous sommes trop nombreux sur terre, pour le dire platement. Dire cela, ce n'est pas être "conspirationniste", c'est juste un travail de relai de type journalistique, bien que les grands médias n'aient pas la liberté d'aborder ce genre de débat hautement sensible. Si ce qui compte "c'est juste le résultat" soit moins de gens sur terre, on peut raisonnablement supposer qu'une pandémie très dévastatrice avec un virus mutant "hautement virulent" pourrait apporter sa contribution à l'objectif souhaité par certains.

Published by Initiative Citoyenne - dans Pandémies à gogo
commenter cet article
3 août 2013 6 03 /08 /août /2013 22:40

Voici un article de mai dernier du journal L' Union-l'Ardennais qui montre toute l'inertie et la naïveté "de la masse"... on ne pense qu'à l'emploi, toujours l'emploi, mais pour les gens qui seront handicapés par ces futurs vaccins (peut-être aussi des gens du lieu), l'emploi n'aura plus aucun sens ni aucune importance, malheureusement!

 

Il importe aussi de rappeler QUI est le gestionnaire de cet entrepôt. Car c'est ce même l'EPRUS  (Etablissement de Préparation et de Réponse aux Urgences Sanitaires) qui avait signé, au nom de la Ministre, le contrat d'achat de vaccins H1N1 en France, un contrat tout à fait contraire aux intérêts les plus élémentaires des citoyens en termes de sécurité sanitaire. Comme quoi, l'Histoire n'est vraiment qu'un éternel recommencement....les Guerres, quelles qu'elles soient, auraient-elles jamais pu avoir lieu et tué autant de gens si les protestations et critiques l'avaient emporté?! Quiconque troque sa liberté au nom de sa sécurité (y compris d'emploi!) aura hélas tôt fait de perdre les deux...  dans une démocratie saine, l'armée n'a rien à voir avec la santé!!!!!!!!!

 

Marolles / Masques, gants, vaccins, médicaments… stockés sur le terrain militaire. Élus et habitants se disent favorables

 

PUBLIÉ LE 06/05/2013 - MIS À JOUR LE 06/05/2013 À 13:00

Par L'Union-L'Ardennais

 

L'enquête publique vient de s'achever. Les habitants n'ont émis aucune remarque. Ils semblent favorables à la construction d'un vaste entrepôt de matériel sanitaire à Marolles.

  

EPRUS.jpg

Un bâtiment de 36 000 m2 doit sortir de terre dans l'enceinte même de l'Etablissement de Ravitaillement Sanitaire des Armées (Ersa)

 

«Il n'y a pas une seule remarque, pas une seule objection. » À la mairie de Marolles, le commissaire enquêteur, François Stupp, n'a pas vu une seule personne lors de ses permanences.

 

Après la fin de l'enquête publique samedi dernier, force est de constater qu'élus et habitants soutiennent la construction d'une plate-forme de stockage de matériel sanitaire dans l'enceinte même de l'Établissement de ravitaillement sanitaire des armées (Ersa), à Marolles.

 

Un bâtiment de 36 000 m2 doit sortir de terre à côté de l'ancien gymnase, là où se dressait l'ancien hôpital militaire américain. À l'intérieur, un entrepôt standard où seront stockés les masques, gants, seringues et autres dispositifs médicaux ; un entrepôt pharmaceutique ; une chambre froide destinée à conserver des vaccins par exemple ; et deux bureaux. Entre 266 364 et 304 416 m3 au total de matériel sanitaire doivent y être stockés.

 

« Les emplois sont confortés »

 

En cas de crise sanitaire grave, cette plate-forme centralisatrice, gérée par l'Établissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (Eprus), doit distribuer en produits de santé et dispositifs médicaux la France entière, via sept plates-formes logistiques réparties dans l'Hexagone. Trois personnes devraient travailler toute l'année sur le site, du personnel de l'Ersa pourrait être appelé en renfort en cas de crise sanitaire grave, voire même des intérimaires.

 

Pour Évelyne Piombini, maire de Marolles et Charles de Courson, député UDI de la Marne, cette nouvelle implantation va « consolider l'Ersa de Marolles » et donc «stabiliser les emplois ». Un avis partagé par les habitants. « Les emplois sont confortés. Avec la crise économique, on en a bien besoin », confie Laurence Diot, employée au bureau de tabac-presse et matériel de pêche « Le News ». L'Ersa emploie actuellement près d'une centaine de personnes.

 

Au Champ Margot qui se trouve juste à côté du futur entrepôt, les résidents se disent favorables au projet. Ils ne craignent pas les nuisances. « Le quartier est calme et il le restera. Nous ne sommes pas à côté d'un terrain militaire avec des manœuvres incessantes », déclare un habitant de 49 ans qui a emménagé il y a un an. « On n'entend rien ici. L'entrée de l'établissement se trouve de l'autre côté, sur la RD 396, poursuit Serge, commercial de 44 ans qui vit là depuis cinq ans. Et puis, les masques, gants, vaccins… il faut bien les stocker quelque part ! » « Il y a peu d'activité sur le site. Suivant la direction du vent, on n'entend plus le bruit des trains que l'Établissement de santé, fait remarquer Fabrice, commercial de 40 ans, qui habite le quartier depuis quatre ans. Si ça peut créer des emplois, il ne faut pas hésiter ! »

 

Le permis de construire a été approuvé le 18 juin 2012. Désormais, le commissaire enquêteur a un mois pour donner son avis au préfet de la Marne et adresser une copie au tribunal administratif de Châlons-en-Champagne.

 

Stéphanie GRUSS

 

Source: L'Union-L'Ardennais

 

Voir aussi les articles connexes suivants:

 

H5N1: exercice de préparation "grandeur nature" en Polynésie française

 

H1N1: Bachelot sort les contrats des labos mais efface les prix

 

(H1N1) Le contrat entre l'Etats belge et GSK est révélé

 

Published by Initiative Citoyenne - dans Pandémies à gogo
commenter cet article
15 juillet 2013 1 15 /07 /juillet /2013 16:15

WORLD-WAR-Z.JPG

190 MILLIONS DE DOLLARS... c'est le prix qu'a coûté cette super production hollywoodienne dans laquelle joue Brad Pitt... déjà plus d'un million deux cent milles entrées en France pour ce film qui vient de sortir et qui est inspiré d'un roman de Max Brooks.

 

Difficile vu le budget du film de ne pas imaginer que les producteurs ont pu recevoir un petit coup de pouce des pharmas et de l'OMS qui ne rêvent que de ça, une pandémie mondiale avec à la clé aussi, une vaccination mondiale. Les projets de nouveaux vaccins n'arrêtent pas de se succéder, avec le H7N9 notamment. L'OMS vient encore il y a peu de modifier une nouvelle fois sa définition de pandémie, tout étant fait pour assouplir cette définition et pouvoir décréter quasiment à tout moment une pandémie de ceci ou de ça.

 

Et cette suspicion nous semble d'autant plus fondée que la fin initialement envisagée du film n'est pas celle qui fut finalement retenue. En effet, initialement, il n'était pas prévu qu'on finisse par trouver un vaccin. Le site de Lavoixdunord titre en effet un article "World War Z: découvrez la fin étonnante qui a été annulée par le studio." : « La fin de World War Z telle qu'on peut la voir au cinéma n'est pas du tout (mais alors pas du tout) la même que celle qui était prévue au départ. Rien à voir avec ce qu'on a pu voir au cinéma donc, et le "vaccin" n'est donc jamais trouvé. Une fin plus facile pour lancer une suite mais qui ne devait pas convenir au studio car bien trop sombre pour un film interdit aux moins de 13 ans. »

 

Dans ce film, on tente évidemment de préparer l'opinion publique à une vaccination massive et profilée comme "salvatrice", tout en faisant passer pour respectables et utiles des institutions comme l'ONU ou l'OMS.

 

Le film présente la Nature comme coupable et pourrie (sic!) et raconte une pandémie dans laquelle les zombies s'attaquent aux gens sains et non aux malades, pseudo raison pour laquelle les gens ne pourraient soi-disant se protéger qu'en s'infectant avec des virus pour lesquels il existerait "fort heureusement" des vaccins, comme... le virus du H1N1!

 

Il s'agit donc clairement d'un film qui essaie de blanchir la gestion calamiteuse du H1N1 par l'OMS tout en essayant de redorer l'image des vaccins. Il s'agit donc d'un film politique commandité par ceux qui trouvent leurs casseroles trop lourdes à traîner dans la perspective des prochaines pandémies tant attendues... Evidemment, les gens incultes ou crédules n'y verront que du feu. Ce n'est pas le premier film qui véhicule de gros messages subliminaux. Hollywood a de tout temps été un instrument socio-politique non négligeable. Et la critique est comme par hasard dithyrambique. La critique va souvent dans le sens de ce que le système souhaite en général...

 

L'analyse suivante est très intéressante sur ce film et mérite d'être lue.

 

Pour tous les analystes sérieux du domaine de la vaccination, il est évident qu'il y a une préparation et un rêve de certains d'une vaccination massive, mondiale et si possible forcée, sous couvert de telle ou telle menace grave. Tous les signaux l'indiquent. Notre site regorge d'indices à ce propos. Mais ça fait sans doute peur à certains qui préfèrent se mettre la tête dans le sable... jusqu'au jour où. La vraie menace n'est pas un microbe X ou Y mais le prétexte qui sera pris de vacciner massivement avec des vaccins forcément expérimentaux.



Voir aussi cette vidéo-ci de Christophe Alévêque qui oppose finalement "le salut du bon sens citoyen" à la dictature et à la tyrannie des technocrates et autres "experts" de l'OMS ou d'ailleurs....



 

 

Published by Initiative Citoyenne - dans Pandémies à gogo
commenter cet article

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA