Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 20:31

radioactivite.png

Cela fait déjà des années que nous mettons en garde (et nous ne sommes d'ailleurs par les seuls...) contre la dérive des pandémies tant attendues, et à ce point préparées qu'on peut au moins commencer à douter de leur arrivée purement naturelle.

 

La question à se poser est résumée en une ligne de la façon suivante:

 

masque-grippe-aviaire.jpg

"Pourquoi le Département de la Santé et des Services sociaux des États-Unis vient d'accorder un contrat, à la société américaine de biotechnologie Amgen, de production de plus de 2.79 million de doses d'une drogue expérimentale pour combattre en même temps les radiations nucléaires et la grippe (H7N9)??"

 

http://conscience-du-peuple.blogspot.be/2013/09/pourquoi-le-departement-de-la-sante-et.html 

 

https://www.fbo.gov/index?s=opportunity&mode=form&id=b1b11226f1bbe85b8b19a2244100e83e&tab=core&_cview=1

 

http://www.youtube.com/watch?v=kqaj772FkGk

 

 

Voir aussi les articles suivants:

 

- Sur la radioactivité, le rôle opaque de l'OMS et aussi

- Sur la préparation fébrile au point d'en être suspecte à cette nouvelle grippe aviaire H7N9.

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Pandémies à gogo
commenter cet article
24 août 2013 6 24 /08 /août /2013 21:09

Le Soir nous en donnait un petit aperçu ce vendredi 23 août.

 

N'oublions pas que tous ceux qui ont investi des centaines de millions d'euros dans la préparation et l'achat de ces futurs autres vaccins pandémiques, n'imaginent pas une seule seconde que cela ne soit jamais "rentabilisé". Pour eux, que cela soit avec le H7N9 ou une autre souche, cela relève donc du détail...

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Pandémies à gogo
commenter cet article
9 août 2013 5 09 /08 /août /2013 21:20

fouchier-001.jpg

On vient à peine d'annoncer une transmission interhumaine probable en matière de virus H7N9 qu'on annonce aussi dans le même temps que des chercheurs (mais de quel droit? Au nom de leur "liberté académique" alors qu'ils sont financés avec les sous des contribuables?!) vont créer un virus H7N9 mutant, particulièrement transmissible entre humains ET hypervirulent/ résistant aux médicaments pour soi-disant mieux éviter une pandémie dévastatrice!!! Et cela, après avoir déjà fait le coup en croisant le H1N1 et le H5N1 il y a peu de temps... que va donner ce cocktail éventuellement détonnant s'ils finissaient alors par croiser leur "super mutant" "H5N1+ H1N1" et leur "super H7N9"??!!!!!!!!!!!! Un nouveau jackpot pour les pharmas? Le H7N9 ne pourrait-il d'ailleurs pas être la résultante de ce fameux mélange "H1N1 et H5N1" qui avait déjà fait couler beaucoup d'encre quelques mois avant son apparition??

 

Mais ce qui est le plus inquiétant, c'est la complaisance et l'adhésion tacite de l'OMS et de ses divers Etats membres (nations qui n'ont plus rien de souveraines...) à ces types de "recherche". Dans sa réponse à Initiative Citoyenne, Mme Onkelinx semblait trouver ces recherches nécessaires. Pourtant, c'est tellement abracadabrant que même un virologue officiel comme Patrick Goubeau (qui avait vanté la sécurité du vaccin expérimental H1N1 en son temps) estime ces manoeuvres hasardeuses et inutiles en vue de se protéger d'une quelconque pandémie (Journal Le Soir de ce vendredi 9 août 2013)

 

Cette fascination morbide pour toutes ces grippes aviaires, ces investissements de centaines de millions d'euros et de dollars en fabrication de nouveaux vaccins expérimentaux "au cas où",  ces films préparatoires de l'opinion sur des pandémies dévastatrices, autant d'éléments qui doivent nous amener à nous interroger sur d'autres buts, sans doute très éloignés de la santé publique, à même de justifier de façon plus satisfaisante un tel acharnement.

 

L'ex Prix Nobel de Médecine de l'UCL, Christian De Duve, décédé cette année, déclarait il y a quelques années dans le Journal du Médecin les propos suivants que chacun appréciera et évaluera bien sûr selon les informations complémentaires dont il dispose:

 

"Si nous continuons à nous multiplier au rythme actuel, nous courrons à la catastrophe. Durant ma vie, la population du monde aura quadruplé. C'est un train fou qui est lancé et cela ne peut que continuer de manière exponentielle si nous ne prenons pas de mesures adéquates. Il vaut mieux limiter les naissances plutôt que d'éliminer les gens par des guerres. Mais je sais que le contrôle démographique pose des questions éthiques. Je laisse ce type de discussions aux spécialistes, mais je leur dis quand même: faites-le comme vous voulez, pourvu que vous le fassiez. C'est le résultat qui compte."

 

Bill Gates avait pour sa part déclaré dans une vidéo disponible sur Youtube que le recours aux techniques de procréation médicalement assistée et aux vaccinations, pourrait permettre une réduction de 15% de la population mondiale.

 

Bill Gates et Christian De Duve doivent-ils être pris pour des clowns ou des rigolos quand ils tiennent ce style de propos? Christian De Duve le reconnaît: cela relève du champ ETHIQUE. Comme on a déjà pu le voir par le passé, l'éthique n'a pas toujours été le maillon fort dans le domaine des Sciences, de la Médecine et de l'Expérimentation Humaine. Un nombre non négligeable de hauts responsables estiment que nous sommes trop nombreux sur terre, pour le dire platement. Dire cela, ce n'est pas être "conspirationniste", c'est juste un travail de relai de type journalistique, bien que les grands médias n'aient pas la liberté d'aborder ce genre de débat hautement sensible. Si ce qui compte "c'est juste le résultat" soit moins de gens sur terre, on peut raisonnablement supposer qu'une pandémie très dévastatrice avec un virus mutant "hautement virulent" pourrait apporter sa contribution à l'objectif souhaité par certains.

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Pandémies à gogo
commenter cet article
3 août 2013 6 03 /08 /août /2013 22:40

Voici un article de mai dernier du journal L' Union-l'Ardennais qui montre toute l'inertie et la naïveté "de la masse"... on ne pense qu'à l'emploi, toujours l'emploi, mais pour les gens qui seront handicapés par ces futurs vaccins (peut-être aussi des gens du lieu), l'emploi n'aura plus aucun sens ni aucune importance, malheureusement!

 

Il importe aussi de rappeler QUI est le gestionnaire de cet entrepôt. Car c'est ce même l'EPRUS  (Etablissement de Préparation et de Réponse aux Urgences Sanitaires) qui avait signé, au nom de la Ministre, le contrat d'achat de vaccins H1N1 en France, un contrat tout à fait contraire aux intérêts les plus élémentaires des citoyens en termes de sécurité sanitaire. Comme quoi, l'Histoire n'est vraiment qu'un éternel recommencement....les Guerres, quelles qu'elles soient, auraient-elles jamais pu avoir lieu et tué autant de gens si les protestations et critiques l'avaient emporté?! Quiconque troque sa liberté au nom de sa sécurité (y compris d'emploi!) aura hélas tôt fait de perdre les deux...  dans une démocratie saine, l'armée n'a rien à voir avec la santé!!!!!!!!!

 

Marolles / Masques, gants, vaccins, médicaments… stockés sur le terrain militaire. Élus et habitants se disent favorables

 

PUBLIÉ LE 06/05/2013 - MIS À JOUR LE 06/05/2013 À 13:00

Par L'Union-L'Ardennais

 

L'enquête publique vient de s'achever. Les habitants n'ont émis aucune remarque. Ils semblent favorables à la construction d'un vaste entrepôt de matériel sanitaire à Marolles.

  

EPRUS.jpg

Un bâtiment de 36 000 m2 doit sortir de terre dans l'enceinte même de l'Etablissement de Ravitaillement Sanitaire des Armées (Ersa)

 

«Il n'y a pas une seule remarque, pas une seule objection. » À la mairie de Marolles, le commissaire enquêteur, François Stupp, n'a pas vu une seule personne lors de ses permanences.

 

Après la fin de l'enquête publique samedi dernier, force est de constater qu'élus et habitants soutiennent la construction d'une plate-forme de stockage de matériel sanitaire dans l'enceinte même de l'Établissement de ravitaillement sanitaire des armées (Ersa), à Marolles.

 

Un bâtiment de 36 000 m2 doit sortir de terre à côté de l'ancien gymnase, là où se dressait l'ancien hôpital militaire américain. À l'intérieur, un entrepôt standard où seront stockés les masques, gants, seringues et autres dispositifs médicaux ; un entrepôt pharmaceutique ; une chambre froide destinée à conserver des vaccins par exemple ; et deux bureaux. Entre 266 364 et 304 416 m3 au total de matériel sanitaire doivent y être stockés.

 

« Les emplois sont confortés »

 

En cas de crise sanitaire grave, cette plate-forme centralisatrice, gérée par l'Établissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (Eprus), doit distribuer en produits de santé et dispositifs médicaux la France entière, via sept plates-formes logistiques réparties dans l'Hexagone. Trois personnes devraient travailler toute l'année sur le site, du personnel de l'Ersa pourrait être appelé en renfort en cas de crise sanitaire grave, voire même des intérimaires.

 

Pour Évelyne Piombini, maire de Marolles et Charles de Courson, député UDI de la Marne, cette nouvelle implantation va « consolider l'Ersa de Marolles » et donc «stabiliser les emplois ». Un avis partagé par les habitants. « Les emplois sont confortés. Avec la crise économique, on en a bien besoin », confie Laurence Diot, employée au bureau de tabac-presse et matériel de pêche « Le News ». L'Ersa emploie actuellement près d'une centaine de personnes.

 

Au Champ Margot qui se trouve juste à côté du futur entrepôt, les résidents se disent favorables au projet. Ils ne craignent pas les nuisances. « Le quartier est calme et il le restera. Nous ne sommes pas à côté d'un terrain militaire avec des manœuvres incessantes », déclare un habitant de 49 ans qui a emménagé il y a un an. « On n'entend rien ici. L'entrée de l'établissement se trouve de l'autre côté, sur la RD 396, poursuit Serge, commercial de 44 ans qui vit là depuis cinq ans. Et puis, les masques, gants, vaccins… il faut bien les stocker quelque part ! » « Il y a peu d'activité sur le site. Suivant la direction du vent, on n'entend plus le bruit des trains que l'Établissement de santé, fait remarquer Fabrice, commercial de 40 ans, qui habite le quartier depuis quatre ans. Si ça peut créer des emplois, il ne faut pas hésiter ! »

 

Le permis de construire a été approuvé le 18 juin 2012. Désormais, le commissaire enquêteur a un mois pour donner son avis au préfet de la Marne et adresser une copie au tribunal administratif de Châlons-en-Champagne.

 

Stéphanie GRUSS

 

Source: L'Union-L'Ardennais

 

Voir aussi les articles connexes suivants:

 

H5N1: exercice de préparation "grandeur nature" en Polynésie française

 

H1N1: Bachelot sort les contrats des labos mais efface les prix

 

(H1N1) Le contrat entre l'Etats belge et GSK est révélé

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Pandémies à gogo
commenter cet article
15 juillet 2013 1 15 /07 /juillet /2013 16:15

WORLD-WAR-Z.JPG

190 MILLIONS DE DOLLARS... c'est le prix qu'a coûté cette super production hollywoodienne dans laquelle joue Brad Pitt... déjà plus d'un million deux cent milles entrées en France pour ce film qui vient de sortir et qui est inspiré d'un roman de Max Brooks.

 

Difficile vu le budget du film de ne pas imaginer que les producteurs ont pu recevoir un petit coup de pouce des pharmas et de l'OMS qui ne rêvent que de ça, une pandémie mondiale avec à la clé aussi, une vaccination mondiale. Les projets de nouveaux vaccins n'arrêtent pas de se succéder, avec le H7N9 notamment. L'OMS vient encore il y a peu de modifier une nouvelle fois sa définition de pandémie, tout étant fait pour assouplir cette définition et pouvoir décréter quasiment à tout moment une pandémie de ceci ou de ça.

 

Et cette suspicion nous semble d'autant plus fondée que la fin initialement envisagée du film n'est pas celle qui fut finalement retenue. En effet, initialement, il n'était pas prévu qu'on finisse par trouver un vaccin. Le site de Lavoixdunord titre en effet un article "World War Z: découvrez la fin étonnante qui a été annulée par le studio." : « La fin de World War Z telle qu'on peut la voir au cinéma n'est pas du tout (mais alors pas du tout) la même que celle qui était prévue au départ. Rien à voir avec ce qu'on a pu voir au cinéma donc, et le "vaccin" n'est donc jamais trouvé. Une fin plus facile pour lancer une suite mais qui ne devait pas convenir au studio car bien trop sombre pour un film interdit aux moins de 13 ans. »

 

Dans ce film, on tente évidemment de préparer l'opinion publique à une vaccination massive et profilée comme "salvatrice", tout en faisant passer pour respectables et utiles des institutions comme l'ONU ou l'OMS.

 

Le film présente la Nature comme coupable et pourrie (sic!) et raconte une pandémie dans laquelle les zombies s'attaquent aux gens sains et non aux malades, pseudo raison pour laquelle les gens ne pourraient soi-disant se protéger qu'en s'infectant avec des virus pour lesquels il existerait "fort heureusement" des vaccins, comme... le virus du H1N1!

 

Il s'agit donc clairement d'un film qui essaie de blanchir la gestion calamiteuse du H1N1 par l'OMS tout en essayant de redorer l'image des vaccins. Il s'agit donc d'un film politique commandité par ceux qui trouvent leurs casseroles trop lourdes à traîner dans la perspective des prochaines pandémies tant attendues... Evidemment, les gens incultes ou crédules n'y verront que du feu. Ce n'est pas le premier film qui véhicule de gros messages subliminaux. Hollywood a de tout temps été un instrument socio-politique non négligeable. Et la critique est comme par hasard dithyrambique. La critique va souvent dans le sens de ce que le système souhaite en général...

 

L'analyse suivante est très intéressante sur ce film et mérite d'être lue.

 

Pour tous les analystes sérieux du domaine de la vaccination, il est évident qu'il y a une préparation et un rêve de certains d'une vaccination massive, mondiale et si possible forcée, sous couvert de telle ou telle menace grave. Tous les signaux l'indiquent. Notre site regorge d'indices à ce propos. Mais ça fait sans doute peur à certains qui préfèrent se mettre la tête dans le sable... jusqu'au jour où. La vraie menace n'est pas un microbe X ou Y mais le prétexte qui sera pris de vacciner massivement avec des vaccins forcément expérimentaux.



Voir aussi cette vidéo-ci de Christophe Alévêque qui oppose finalement "le salut du bon sens citoyen" à la dictature et à la tyrannie des technocrates et autres "experts" de l'OMS ou d'ailleurs....



 

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Pandémies à gogo
commenter cet article
11 juillet 2013 4 11 /07 /juillet /2013 15:25

Les services de gènes express de GenScript aident Novavax à accélérer la mise au point d'un vaccin H7N9 en 28 jours

  

ADN-helice.jpg

ISCATAWAY, N.J., le 8 juill. 2013 /CNW/ - GenScript, le plus grand fournisseur mondial de gènes synthétiques, a aidé une importante société biopharmaceutique, Novavax, Inc. (NASDAQ : NVAX), à mettre au point un vaccin candidat contre la grippe aviaire de type A (H7N9) en synthétisant trois constructions contenant des gènes qui codent pour des protéines essentielles de vaccins en seulement six jours ouvrables. Le 10 mai 2013, Novavax a en effet annoncé que son vaccin candidat avait été développé et soumis à des essais précliniques en à peine 28 jours, soit moins de 6 semaines après que les premiers cas d'infections au virus H7N9 aient été signalés le 1er avril dernier.

 

La fabrication des constructions utilisées dans les vaccins candidats H7N9 de Novavax a été rendue possible grâce au service de gènes express (Rush Gene) de GenScript, qui consiste à synthétiser des séquences de gènes en 4 jours seulement. GenScript offre également une optimisation gratuite des séquences génétiques, ce qui est avantageux pour la production de vaccins et de produits biologiques à base de protéines. Habituellement, les chercheurs doivent se résoudre à utiliser des méthodes de laboratoire conventionnelles pendant au moins deux semaines avant de pouvoir assembler des constructions comme celles qui servent à la production d'un vaccin H7N9. Toutefois, la mise au point rapide du vaccin candidat de Novavax montre que la combinaison de l'optimisation génétique, de la synthèse express de gènes et du clonage personnalisé, facilitée par la plateforme de service unique de GenScript, peut réduire considérablement le temps d'assemblage et accélérer ainsi la recherche et le développement.

 

« Notre mission est de sauver des vies en aidant les scientifiques à accélérer leurs recherches. Dans le cas présent, nos services de gènes express sont le parfait exemple de notre dévouement à cette cause », souligne Frank Zhang, Ph.D., chef de la direction de GenScript. « Les progrès réalisés par les scientifiques de Novavax dans un si court laps de temps concernant leur vaccin candidat H7N9 est la raison pour laquelle nous nous engageons à fournir des services de première qualité tous les jours. »

 

Source: Lelezard.com

 

On ne peut pas assurer « des services de première qualité » avec un développement aussi rapide. Il est évident que la sécurité ne peut pas être assurée, puisqu’elle ne l’est déjà pas avec les vaccins dont le développement est plus long….en plus, il s’agit ici de vaccins transgéniques, or les vaccins, quels qu’ils soient, sont et restent dispensés de tests destinés à évaluer leur potentiel cancérogène et mutagène (capacité d’entraîner des mutations de l’ADN pouvant être sources de maladies rares, auto-immunes, neurologiques ou de cancers…). Pourtant, en 1987 déjà, l’OMS signalait dans une conférence d’experts LE RISQUE DE MALIGNITE posé par les vaccins et autres produits biologiques produits par génie génétique, et le fait que ce risque est d’autant plus préoccupant que de jeunes enfants recevront de manière répétée ce genre de produits tout au long de leur vie……..

 

« Un des grands problèmes soulevés [à cette conférence] est le risque de malignité que pourrait représenter à long terme un A.D.N contaminant hétérogène, en particulier s’il s’avère qu’il contient des séquences codantes ou régulatrices potentiellement oncogènes. Ce point est réellement préoccupant, car de nombreuses personnes en bonne santé, notamment des nourrissons, seront peut-être vaccinées avec des produits issus de lignées cellulaires continues, ou les recevront de toute autre manière. » (« Acceptabilité des substrats cellulaires pour la production de substances biologiques », Rapport technique OMS n°747 ; 1987.)

   

Ne soyons donc pas dupes, derrière les habituels slogans lénifiants selon lesquels le but de ces firmes et de « sauver des vies », il s’agit juste d’essayer d’être le plus rapide pour que des instances douteuses comme l’OMS usent de leur pouvoir d’influence et puisse favoriser commercialement telle ou telle firme!

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Pandémies à gogo
commenter cet article
5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 14:59

C'est en effet ainsi que se termine un récent article du Figaro consacré aux prérogatives accrues des pharmaciens en matière de dépistage.

 

En plus d'évaluer la glycémie, les pharmaciens peuvent aussi dépister angines bactériennes et la grippe... histoire de mieux les préparer à leur futur rôle de vaccinateur ou de distributeur de Tamiflu à l'occasion de la prochaine pandémie?

 

Ce qui est clair et le but est affiché, c'est de rattraper les gens qui ont échappé au système de soins classique... l'étau se ressert toujours davantage... au nom de la santé publique.

 

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Pandémies à gogo
commenter cet article
20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 20:47

Par Antoine Flahaut, 13 juin 2013

 

La ronde des virus grippaux ne s'arrêtera donc jamais ? Après les craintes et la mobilisation internationale contre le risque d'une émergence pandémique de la grippe avaire H5N1, dans le sud-est asiatique, au début des années 2000, la pandémie que je dénommerai "de la controverse" en 2009 prenant tout le monde à contre-sens, le virus étant d'origine porcine, venant du Mexique, et s'appelant H1N1, et faisant moins de victimes que la grippe saisonnière, voilà qu'une autre menace semble se profiler, avec le virus H7N9, d'origine chinoise. Que doit-on craindre au juste ?

 

Les directeurs du National Institute of Allergies and Infectious Diseases (composante du NIH) a publié en date du 5 juin dernier en accès libre (en anglais) un commentaire dans le New England Journal of Medicine faisant le point sur le sujet. Pour résumer la position des auteurs (dont le chercheur Jeffery Taubenberger), il y a 17 variantes de l'hémagglutinine et 10 neuraminidases (protéines de surface qui donnent respectivement les combinaisons de lettres et de chiffres Hx et Ny au sous-type viral), mais seuls trois sous-types de mémoire d'homme ont été responsables de pandémies de grippe chez l'homme, H1, H2, et H3. Les autres sous-types infectent les mammifères, les volailles et des oiseaux sauvages, mais pas l'homme. Des hommes peuvent occasionnellement être infectés au contact étroit avec des animaux porteurs, mais alors il s'agit d'un "cul de sac" virologique, la transmission inter-humaine ne se produit pas en aval. En effet, l'homme est alors exposé dans ces cas (H5N1 ou H7N9 par exemple) à une sorte de "douche" de particules virales et pour ainsi dire à une intoxication par le virus qui peine ensuite à se multiplier dans nos cellules, n'étant pas équipé pour le faire. Le virus n'a pas les clés pour rentrer dans nos cellules et faire fonctionner notre matériel génétique pour sa propre multiplication. Certes des mutations peuvent intervenir qui "humanisent" le virus. C'est ce qui se produit sur les souches les plus récentes de H7N9 que l'on a pu identifier chez des hommes. Mais on l'avait aussi repéré de telles mutations humanisantes pour d'autres souches de virus de grippe aviaire, comme H5N1, sans qu'à ce jour ces virus n'aient jamais acquis de potentiel pandémique. Les scientifiques sont donc divisés sur la question du risque pandémique. Les uns pensant qu'il n'y aura jamais d'autres pandémies que H1, H2, H3 qui diffèrent de ceux qui pensent au contraire qu'un jour viendra la mutation scélérate, celle qui autorisera la transmission inter-humaine (ce que des chercheurs hollando-américains pensent avoir mis au point en laboratoire de haute sécurité l'an dernier avec H5N1).

 

Les auteurs du billet du NEJM concluent quant à eux que même improbable, il est important de rester vigilants et de se préparer à une possible pandémie beaucoup plus meurtrière que celles que nous avons connues. En 1918, "seuls" 2% des personnes infectées en sont décédées, alors que la létalité est respectivement de 59 et 28% pour H5N1 et H7N9 actuellement.

 

Pour ma part, je rejoins ceux qui pensent que l'on joue un peu ici à se faire peur (nous soutenions cela déjà en 2003, au moment de l'émergence H5N1). Certes l'hypothèse d'un scénario catastrophe n'est pas impossible, mais quelle est la probabilité qu'il se produise ? Et pendant que l'on distrait les investissements et les énergies à se préparer dans un désert des Tartares, ou à construire je ne sais quelle ligne Maginot (= les plans pandémiques), on ne se prépare pas ou mal à affronter les grippes saisonnières qui chaque hiver fauchent de nombreuses victimes, engorgent les hôpitaux, représentent un coût considérable en termes d'arrêts de travail et d'hospitalisations évitables. Je rejoins aussi certains de mes collègues qui ont la conviction que personne ne sait se préparer aux véritables catastrophes (notamment à celles que l'on n'a jamais connues), mais que l'on ne porte pas assez d'intérêt ni d'investissements à se préparer aux scénarios plus banals et communs, que représentent les risques de tous les jours : les virus saisonniers de la grippe, des gastroentétites, des arborviroses (dengue, chikungunya), nos addictions au tabac, à l'alcool, aux matières grasses, sucrées et salées, à notre sédentarité... Peut-être parce que cela semble moins fun à beaucoup de nos élus et de leurs électeurs ? Peut-être aussi, parce que nous ne savons pas bien porter les messages associés à la "normalité", préférant de beaucoup les grandes peurs, les catastrophes improbables, les pestes noires...

 

Source: Les Carnets de l'Université Paris Descartes

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Pandémies à gogo
commenter cet article
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 14:55

Décidément, on peut vraiment dire que la perspective de futures pandémies tant attendues, ne cesse d'inspirer les apprentis-sorciers de tout poil!!

 

A présent, c'est une "thérapie génique" qu'ils nous proposent pour soi-disant se prémunir d'une pandémie... aller interférer avec nos gènes en nous injectant des virus transporteurs prétendûment inoffensifs. A chaque fois, c'est pareil, on affiche un même enthousiasme avec la même minimisation des risques et des conséquences à long terme!

 

Grippe : des souris protégées des virus grâce à une thérapie génique

 

Publié par Emmanuel Perrin, le 31 mai 2013, MaxiSciences

 

ADeNOVIRUS.JPG 

 

Une étude récemment publiée montre comment une thérapie génique a permis de protéger des souris contre différents virus de la grippe responsables de pandémie.

 

Alors que certains virus de la grippe, notamment celui de la grippe aviaire, continue de faire des victimes chaque année, des chercheurs pourraient avoir trouvé une piste intéressante pour s'en protéger. Une piste qui fait appel à la thérapie génique. En effet, grâce à une dose de virus adéno-associé, des rongeurs ont été immunisés contre une infection grippale

 

D'après l'étude parue dans la revue Science Translational Medicine, une seule dose aurait suffi pour protéger totalement les souris et furets contre les virus H5N1 et H1N1, pourtant hautement pathogène et responsables de grippe mortelle. Les rongeurs ont même été immunisés contre la grippe espagnole (qui a causé la mort de 50 millions de personnes en 1918).

 

Un virus pour protéger l'organisme

 

Comme l’expliquent les auteurs de l’étude menée au département de pathologie de la faculté de médecine de l'Université de Pennsylvanie, les virus adéno-associés, utilisés pour transférer des gènes sont non pathogènes et existeraient naturellement chez les humains et les primates. Ils sont donc extrêmement intéressants et prometteurs dans la protection des humains contre les virus grippaux.

 

Une fois dans le corps, ceux-ci seraient capables d'activer un anticorps neutralisant les souches de virus grippaux. "Ce qui est nouveau dans cette approche c'est l'utilisation d'un virus adéno-associé pour acheminer aisément et efficacement un vaccin prophylactique dans les voies nasales" ajoute Maria Lambris, professeur adjoint à la faculté de médecine de l'Université de Pennsylvanie.

 

"Les anticorps sont utilisés depuis longtemps contre le cancer et pour le traitement des maladies auto-immunes mais peu pour combattre des maladies infectieuses" rappelle-t-elle. De fait, "cette nouvelle technique permet de développer un vaccin prophylactique contre la grippe à moindre coût, facile à administrer et dont la fabrication est rapide".

 

De nouvelles perspectives de traitement 

 

Ces expériences "démontrent l'efficacité chez des animaux de cette approche, qui pourrait être utilisée pour combattre tout virus pandémique ou agent de bio-terrorisme pour lesquels des anticorps existent et qui peuvent être facilement isolés" souligne le Dr James Wilson, directeur du programme de thérapie génique de l'Université de Pennsylvanie cité par l'AFP.

 

Reste maintenant à poursuivre les recherches sur l'animal puis sur l'homme. "Poursuivre le développement de cette technique génique est devenu encore plus urgent avec l'émergence récente en Chine du virus H7N9 (de la grippe aviaire) qui est mortel chez les humains", précise-t-il. Mais cette recherche pourrait également ouvrir des voies dans le traitement d'autres maladies infectieuses virales.

 

Source: MaxiSciences

 

Qu’une seule dose soit suffisante change peu de chose, car elle pourrait tout aussi bien être suffisante à générer des maladies catastrophiques et irréversibles, comme on l’a vu avec le Pandemrix après seulement une dose, alors qu’il était présenté comme sûr et bien testé !

 

Faire peur aux gens avec des pandémies, avec la grippe espagnole, et aussi avec le bioterrorisme (fantomatique mais tellement vendeur !) est très porteur mais quid si ces thérapies géniques protègent au prix de favoriser un cancer X années plus tard ?

 

Il est vraiment grand temps de PRENDRE LE RECUL SUFFISANT par rapport à toutes ces promesses incessantes de pseudo-progrès scientifiques dont on n’annonce cependant jamais le revers de la médaille, et ce même quand il était largement prévisible ! La manipulation du génome n’est absolument pas un acte anodin. Dès lors que ces recherches sont destinées à appliquer une médecine de masse, il est absolument certain que cela donnera lieu à des catastrophes chez X% des individus. Déjà à l’heure actuelle et depuis plus de 200 ans de vaccination, on ne teste jamais le potentiel des vaccins à altérer le génome humain au fur et à mesure des générations. Pour plusieurs médecins et vétérinaires, le génome des êtres vivants vaccinés à tort et à travers depuis des décennies est déjà altéré de façon irréversible. Les maladies chroniques ou dites « orphelines » pour lesquelles telle ou telle mutation de l’ADN sont observées, ont littéralement explosé sans que personne parmi les officiels ne daigne avoir le courage de soulever cette relation avec la survaccination.

 

Ces adénovirus qui sont présentés comme « non pathogènes » peuvent donner lieu dans certains cas à des encéphalites qui n’ont rien d’anodin, selon ce qu’on peut lire sur Wikipedia. Là encore, on a donc un bon exemple du relai partial de sites comme MaxiSciences ou autres qui n’ont toujours pas acquis le réflexe de questionner le bienfondé de l’emballement scientifique pour telle ou telle technique soi-disant révolutionnaire !!

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Pandémies à gogo
commenter cet article
27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 17:52

Cfr ici, article du Soir des 25 et 26 mai derniers.

 

NB: Après un précédent article où il donnait encore la parole au virologue controversé Albert Osterhaus malgré ses conflits d'intérêts, le journaliste Frédéric Soumois se tourne une nouvelle fois vers son cénacle habituel, visiblement très restreint, d'experts en conflits d'intérêts, en donnant cette fois la parole au virologue de l'UCL Patrick Goubeau, qui s'était pourtant totalement discrédité lors de la fausse pandémie de H1N1, en déclarant à la RTBF de façon contraire à la notice du fabricant du Pandemrix - qu'il n'avait visiblement pas dû lire-, qu'on ne pouvait pas sortir paralysé d'une telle vaccination!! 

 

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Pandémies à gogo
commenter cet article

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA