Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 novembre 2016 3 30 /11 /novembre /2016 22:04

Le nombre d’hospitalisations liées à une maladie de type polio passe à 9 après la mort d’un enfant

 

Fox News.com, 2 novembre 2016

 

 

Daniel Ramirez est décédé d’une maladie que les médecins pensent être une myélite  flasque aiguë

Le nombre d’hospitalisations liées à une maladie de type polio passe à 9 après la mort d’un enfant

La famille Ramirez a ouvert un compte pour venir en aide aux soins médicaux de ces enfants. Ils ont fait parvenir cette photo

 

Des responsables de la Santé de Washington ont déclaré mardi qu’ils enquêtaient sur un groupe de malades atteints d’une maladie de type polio. Neuf enfants ont jusqu’ici été hospitalisés et un garçon de 6 ans est décédé.

 

Le Seattle Times a rapporté qu’un porte-parole du département de la Santé de l’état a confirmé que deux des neuf enfants hospitalisés ont été testés positifs pour une maladie à virus rare, connue sous le nom de myélite flasque aiguë (AFM). Le département signale que ces enfants ont tous perdu de la force dans un ou plusieurs de leurs membres ou ne peuvent plus faire de mouvements. Le Centre Américain de Contrôle et de Prévention des Maladies (CDC) a signalé une augmentation des cas de myélite flasque aiguë de 2015 à 2016.

 

Il n’y a rien qui indique une cause individuelle pour aucun des cas ou un quelconque lien entre les cas » a déclaré Julie Graham au Seattle Times. Les enfants ont entre 3 et 14 ans.

 

Le garçon qui est décédé au cours du week-end, connu sous le nom de Jonathan Daniel Ramirez Porter de Bellinham était soupçonné avoir souffert de myélite flasque aiguë. […]

 

Les médecins disent que la myélite flasque aiguë n’est pas contagieuse, mais qu’il n’existe aucun vaccin pour cette maladie. Cette maladie semble être une réaction anormale à diverses affections, y compris le virus du Nil occidental et le rhume.

 

Les parents Ramirez ont déclaré aux médias locaux que l’enfant avait été envoyé à l’hôpital avec des symptômes de rhume et des étourdissements. En quelques heures, il fut paralysé et ne put jamais récupérer.

 

Les officiels ont déclaré que cinq enfants étaient sortis des hôpitaux locaux.

 

Deux cas de myélite flasque aiguë ont aussi été enregistrés dans l’état de Washington il y a deux ans. Un de ces patients est resté paralysé à partir du cou.

 

Source : Foxnews

27 novembre 2016 7 27 /11 /novembre /2016 23:28

LAOS

Cas rare d’un petit garçon de 8 ans qui décède d’un virus polio d’origine vaccinale

 

                                    Par Ariana Eunjung, 12 octobre 2016 

Un agent sanitaire administre un vaccin polio oral à un petit Pakistanais

Un agent sanitaire administre un vaccin polio oral à un petit Pakistanais

L’Organisation Mondiale de la Santé a rapporté qu’un virus de la polio a paralysé un petit garçon Laotien de 8 ans qui est décédé 5 jours plus tard.

 

Ce cas est considéré comme étant la première infection dans le pays depuis 1993. Il fait partie d’une réémergence alarmante de la poliomyélite dans le monde au cours des derniers mois.

 

L’Ukraine et le Mali – deux autres pays où le virus avait été éradiqué – ont également signalé de nouveaux cas de poliomyélite.

 

Les responsables de l’OMS ont indiqué que la séquence génétique avait montré que le virus provenait d’un vaccin oral et qu’il pouvait circuler dans la province de Bolikhamxay au Laos  depuis plus de deux ans. Le vaccin antipoliomyélitique oral contient un virus affaibli, et quand un enfant est vacciné, le virus se réplique dans l’intestin et est excrété par l’individu. Dans les endroits où il y a des problèmes d’hygiène et d’assainissement, ce virus peut infecter d’autres personnes de la communauté avant de disparaître.

 

Quand une population est fortement sous-immunisée, ce virus peut circuler pendant longtemps et muter sous une forme qui peut créer des paralysies. Le district où l’enfant a vécu au Laos avait des taux de vaccination chroniquement faibles : 40 à 66% entre 2009 et 2014 et 44% en 2015 pour 3 doses du vaccin polio oral. Avant cette récente infection, le Laos était exempt de poliomyélite depuis 1993, date à laquelle son dernier cas de poliovirus sauvage indigène a été signalé.

 

L’OMS a fait savoir que le Ministère de la Santé du pays, en collaboration avec l’OMS, l’UNICEF et le CDC américain  a envoyé une équipe au village où avait vécu le petit garçon pour recueillir des échantillons de selles, et ensuite activer une vaccination d’urgence pour la province et autres provinces adjacentes.

 

Les responsables de la Santé ont indiqué que le risque de propagation du virus du Laos vers d’autres pays, à partir, et vers la zone concernée était faible, étant donné que les déplacements vers ces régions étaient relativement limités et que des vaccinations d’urgence avaient été envisagées.

 

En septembre, l’OMS a déclaré que le poliovirus était de nouveau présent en Europe après un sursis de 5 ans, paralysant des enfants de 4 ans et de 10 mois en Ukraine. Les deux cas furent détectés dans la partie sud-ouest du pays- à la frontière avec la Roumanie, la Hongrie, la Slovaque et la Pologne. La souche responsable de ces cas était d’origine vaccinale (vaccin polio type 1) et pouvait encore constituer une menace pour la région.

 

Le même mois, l’Afrique a connu la première infection polio quand un enfant de 19 mois de nationalité Guinéenne fut paralysé.

 

L’OMS a insisté sur le fait que le risque d’infection par la polio provenant de virus vaccinaux « pâlissait en importance » par rapport aux avantages pour la santé associés au virus polio oral. Il est dit que chaque année des  centaines de milliers de cas de polio sauvage sont empêchés par les vaccins.

 

Source: Washingtonpost

 

Voir aussi:

 

Inde : La maladie causée par le vaccin : deux fois plus meurtrière

 

Dr S.Humphries : les vaccins ont-ils vraiment éradiqué la polio

 

Vaccination polio : désinformation et intimidation des communes

 

Vaccination polio dans le Tiers Monde : l’envers du décor ?

 

Deux jumelles décèdent après la vaccination polio

 

Pr Luc Montagnier : les vaccinations de masse ont été désastreuses

 

Vaccination polio : SV40 et cancer

 

Le vaccin polio qu’on prétend si sûr

 

Un nouveau virus type polio provoque des paralysies

 

Réponse d'Initiative Citoyenne à l'Association belge des paralysés (ABP)

 

14 octobre 2016 5 14 /10 /octobre /2016 16:19

Les vaccins ont-ils vraiment éradiqué la polio ?

 

Dr Suzanne Humphries, MD., néphrologue, 26 juin 2016

 

 

La tendance d’un programme de vaccination de masse est  de traiter les gens en troupeau. Mais les gens ne sont pas des bovins ou des moutons. Il n’est pas question de vouloir les parquer comme du bétail. Un programme de vaccination de masse porte en lui la tentation inhérente à simplifier les problèmes, à exagérer les avantages afin de minimiser ou même ignorer complètement les dangers, à décourager ou à réduire au silence certains experts, comme aussi toute opposition prudente et réfléchie. Il faut créer une urgence là où ce n’est pas nécessaire, attiser l’enthousiasme qui peut être porteur du germe de l’impatience, voire de l’intolérance. Il faut mettre l’accent sur le pouvoir qu’a la police d’état de mettre les gens en quarantaine, bien au-delà des réelles nécessités, faire croire à la simplicité quand, en fait, ces problèmes sont très complexes, finalement de soutenir un vaccin qui a depuis longtemps été discrédité… et ridiculiser le consentement honnête et éclairé [1]

 

Il y a beaucoup de confusion au sujet de la vaccination, en particulier chez les médecins endoctrinés qui ont fait confiance à leurs écoles de médecine. Il y a aussi le public qui ne se doute de rien et qui leur fait confiance…parce que l’establishment médical doit savoir mieux, non ? Et puis les médecins sont des gens très bien qui veulent faire ce qui a de mieux. Tout à fait exact.

 

Mais, j’ai moi aussi fait partie de ces médecins endoctrinés qui croyaient à la bienveillance du système médical, et je pensais que tout ce que j’apprenais, c’étaient les meilleures solutions que le monde moderne avait à offrir. Il est maintenant extrêmement clair pour moi que beaucoup de ce qui m’a été enseigné en Faculté de Médecine est extrêmement limité. Je vois maintenant que la plupart des médecins sont à peine plus que des techniciens-esclaves aveugles qui suivent docilement les dogmes qui leur ont été inculqués et qui sont en fait récompensés pour répéter, répéter, alors même que la vérité qui se déroule devant leurs yeux est d’un tout autre ordre.

 

A l’insu de la plupart des médecins, l’histoire de la polio a impliqué une refonte massive des services de santé publique, à une époque où, une souche mortelle du virus de la polio avait infecté les vaccins Salk et paralysé des centaines d’enfants, ainsi que leurs contacts. Il s’agissait des vaccins qui étaient soi-disant responsables de la baisse des cas de poliomyélite entre 1955 et 1961 ! Mais il y a une raison plus sinistre pour expliquer le « déclin » des cas de poliomyélite au cours de ces années. En 1955, on inventa une redéfinition très créative des infections à poliovirus pour « camoufler » le fait que, dans de nombreux cas de « polio » paralytique, aucun virus de la polio n’était détectable (Traduction littérale : « qu’il n’y avait pas le moindre virus de la polio dans leurs systèmes ») Alors que ce stratagème protégeait la réputation du vaccin Salk, il brouillait du même coup énormément les cartes de toute cette histoire.

 

Même pendant les épidémies de pointe, l’infection unifactorielle par le virus de la polio entraînant une paralysie à long terme était une maladie de très faible incidence [2] qui fut faussement représentée par les campagnes  publicitaires de Basil O’Connor  comme une grande cause d’invalidité  omniprésente. Au même moment où Basil O’Connor utilisait 45 millions de dollars pour financer le développement du vaccin Salk, les scientifiques ont commencé à réaliser que d’autres virus comme le Coxsackie, l’Echo et des entérovirus pouvaient aussi provoquer les symptômes de la polio. Ces scientifiques ont également discuté du fait que le plomb, l’arsenic, le DDT et autres neurotoxines couramment utilisées pouvaient, de manière identique, imiter les lésions de la poliomyélite. Pendant les grandes épidémies de polio aux Etats-Unis, la pathologie appelée « polio » a été renversée par des médecins alternatifs qui obtenaient de grands succès en utilisant les procédures de désintoxication disponibles à l’époque – mais ils furent finalement et catégoriquement ignorés.[3]

 

Maintenant, il est admis dans la littérature médicale que d’autres virus peuvent causer la polio, bien que l’homme de la rue n’en soit pas nécessairement informé.

 

Avant 1954, ce qui suit était, sans aucun doute, caché sous le nom de « poliomyélite » :

 

myélite transverse, méningite virale ou « aseptique », Syndrome de Guillain Barré (GBS)- ce qui fut la maladie de Franklin Roosevelt [4] Syndrome Paralytique Chinois, Syndrome de Fatigue Chronique, Epidémie de choléra, Choléra morbus, méningite cérébro-spinale, fièvre intermittente inhibitrice, Apoplexie spinale, Paralysie, « worm fever », ergotisme, Syndrome post-polio, Paralysie flasque aiguë.

 

Le terme générique « Paralysie flasque aiguë » inclut : la poliomyélite, la myélite transverse, le Syndrome de Guillain Barré, l’encéphalopathie à entérovirus, la névrite traumatique, le Syndrome de Reye, etc.

 

Avant que vous croyiez que la polio ait été éradiquée, jetez un coup d’œil à ce graphique de l’AFP sur la polio :

Les vaccins ont-ils vraiment éradiqué la polio ?

Quand les gens me demandent où ont disparu les enfants qui étaient dans des poumons d‘acier, je suis tentée de leur répondre de demander au Dr Douglas Kerr de l’hôpital John Hopkins qui a écrit à la page XV du livre de Donna Jackson Nakazawa : «  L’épidémie auto-immune »…

 

« Des nourrissons de l’âge de 5 ans peuvent faire une myélite transverse, et certains restent définitivement paralysés, dépendant d’un respirateur…mes collègues à l’Hôpital John Hopkins et moi-même entendent parler ou traitent des centaines de nouveaux cas chaque année. »

 

Le public a-t-il la moindre idée qu’il existe des centaines de cas d’une maladie qui aurait jadis été diagnostiquée « polio » et que certains de ces enfants dépendront d’une version moderne du poumon d’acier ? NON !

 

Aujourd’hui, les parents pensent que le vaccin Salk a éliminé toute nécessité d’avoir recours à une version moderne du poumon d’acier parce qu’on a éliminé toutes ces photos d’enfants se trouvant dans des poumons d’acier et qui entretenaient la peur. En outre, il faut signaler que les « poumons d’acier » d’aujourd’hui ne ressemblent plus du tout  à des prototypes de sous-marins. Les ventilateurs aujourd’hui sont à peine reconnaissables.

 

Le vaccin contre la polio a reçu la licence la plus rapide de toute l’histoire de la FDA. Il a été approuvé pour la commercialisation après une délibération qui a seulement duré deux heures, dans un environnement sous pression….

 

Auparavant, le vaccin avait été distribué en tant que produit expérimental (et non sous licence)… Le comité a été invité à prendre une décision très rapide. [5]

 

[…] Aucun vaccin n’est sûr. Qu’un vaccin soit « efficace » signifie qu’il génère une réponse d’anticorps, et non pas qu’il est nécessairement susceptible d’empêcher la maladie.- Il y a beaucoup de façons de garder les enfants en bonne santé, autrement qu’en leur injectant des éléments de maladie, des produits chimiques, de l’ADN animal, des protéines animales, des détergents, des agents tensioactifs qui affaiblissent la barrière hémato-encéphalique, ce qui pourrait causer une inflammation comme bien d’autres problèmes.

 

Savez-vous quel enseignement les médecins reçoivent en Faculté sur les vaccins ?

 

Lors de la formation en pédiatrie, nous apprenons que les vaccins doivent être administrés dans des délais déterminés. Nous apprenons que la variole et la polio ont été éliminées par les vaccins. Nous apprenons qu’il n’y a pas besoin d’apprendre comment traiter la diphtérie parce que nous ne rencontrerons plus cette maladie. Nous sommes endoctrinés par le mantra : « les vaccins sont sûrs et efficaces » - Aucune de ces affirmations n’est vraie.

 

Les médecins d’aujourd’hui sont surtout formés pour apprendre comment parler aux parents « hésitants » - comment leur faire peur en gonflant considérablement les risques des infections naturelles. Ils sont formés à pousser les parents à se conformer, ou à les expulser de leur clientèle. Rien de mal ne peut être dit au sujet de quelque vaccin que ce soit. Point final.

 

[…] Si vous avez des doutes sur l’innocuité et l’efficacité des vaccins, de grâce restez curieux et continuez à vous documenter, car la santé de vos enfants pourrait en dépendre. Vous aurez certes pas mal de travail de déprogrammation à faire, tout comme cela s’est produit pour la plupart d’entre nous.

 

Conseil Médical International sur la Vaccination – www.vaccinationcouncil.org

 

[1] Statement from Clinton R. Miller, Intensive Immunization Programs, May 15th and 16th, 1962. Hearings before the Committee on Interstate and Foreign Commerce House of Representatives, 87th congress, second session on H.R. 10541.

 

[2]  Meier, P. 1978. “The biggest public health experiment ever: The 1954 trial of the Salk poliomyelitis vaccine.”  Statistics: A Guide to the Unknown, Ed. J. M. Tanur, el al., pp. 3-15. San Francisco: Holden Day.

 

[3] Scobey, R. 1952.  “The poison cause of poliomyelitis and obstructions to its investigation.”  Arch.  Pediatr.  April;69(4):172-93.

 

[4] Goldman.2003.”What was the cause of Franklin Delano Roosevelt’s paralytic illness?” J Med Biog, 11:233-240.

 

[5] Opening brief of Defendant and Appellant Cutter Laboratories Gottsdanker v. Cutter Laboratories (1960) 182 Cal. App.2d 602 pp. 31-33.

 

Source : Health Impact News

 

18 février 2016 4 18 /02 /février /2016 21:42

Il faut le dire sans détour: le nombre de parents qui voient clair sur les vaccins continuera inévitablement d'augmenter en raison de la diffusion toujours accrue d'informations solides, scientifiquement étayées et objectives sur la véritable tragédie que représentent les vaccins. Dès lors, toutes les stratégies psycho-sociales de "fabrique du consentement", les campagnes de pub, la menace d'amendes etc. ne parviendront absolument pas à endiguer ce phénomène. 

 

Payer pour acheter la liberté vaccinale de son enfant, et lui éviter ainsi l'injection de produits expérimentaux dont ni l'Etat inique ni l'ONE irresponsable n'assumeront jamais les conséquences, continuera d'apparaître dès lors comme une option des plus légitimes à un nombre accru de parents et ce n'est bien entendu pas le relai médiatique si peu objectif qui les effrayera ou les rebutera. Voyons d'abord ci-dessous un article sur le récent cas de condamnation à Marche-en-Famenne pour refus de vaccination polio et à la suite, le reportage de RTL tout à fait affligeant qui a été diffusé hier soir, un reportage dans le cadre duquel la chaîne nous avait contactés pour soi-disant recueillir notre opinion avant de changer d'avis au dernier moment, préférant comme marque d'"objectivité" ne donner la parole qu'à deux médecins-perroquets de l'ONE qui n'ont fait que répéter le baratin anti-scientifique habituel (et notamment le mensonge géant selon lequel la rougeole naturelle tuerait ... 1 enfant sur 1000! ). Honte à tous ces gens qui mentent autant... car comme on dit le mensonge a le temps de faire le tour du monde... oui, mais seulement le temps que la vérité mette ses chaussures!

 

Nassogne : condamnée à 600 euros d’amende pour ne pas avoir fait vacciner sa fille contre la polio

(illustration)-Reporters/BSIP

(illustration)-Reporters/BSIP

Une Nassognarde de 24 ans a été condamnée à une amende de 600 euros pour ne pas avoir fait vacciner sa fille contre la poliomyélite, ce qui est obligatoire en Belgique. En janvier, le parquet avait requis un mois d’emprisonnement.

 

Le tribunal correctionnel de Marche-en-Famenne a condamné ce mercredi une Nassognarde de 24 ans à une amende de 600 euros pour ne pas avoir fait vacciner sa fille contre la poliomyélite, ce qui est obligatoire en Belgique.

 

En janvier, le parquet avait requis un mois d’emprisonnement et une amende de 650 euros à l’encontre de la prévenue pour ne pas avoir fait vacciner sa fille née en avril 2013.

 

Selon un arrêté royal du 26 octobre 1966, les parents doivent remettre un certificat de vaccination auprès de l’administration communale avant les 18 mois de l’enfant.

 

La prévenue n’a toutefois répondu «ni aux convocations de la police, ni aux trois appels qui lui ont été adressés par le bourgmestre de Nassogne au sujet du non-respect de l’arrêté royal», indique le jugement prononcé mercredi par le tribunal correctionnel de Marche-en-Famenne.

 

Bien qu’en voie de disparition, la polio reste une maladie particulièrement contagieuse, encore présente dans certaines régions du globe, indique l’ONE. «Si on baisse la garde et que la couverture vaccinale diminue, alors la maladie réapparaît, sous l’effet des migrations notamment. D’où l’intérêt de maintenir la pression pour que la population se fasse vacciner», avertit le Dr Ingrid Morales, médecin adjoint à la direction de la Santé de l’ONE.

 

Source: Vers l'Avenir

 

Reportage Vaccins

 
 
 

 

 
 
 

Bonjour,

Demain, au Tribunal Correctionnel de Marche-en-Famenne, doit être prononcé un jugement concernant une mère de famille poursuivie pour ne pas avoir fait vacciner son enfant contre la poliomyélite.


En écho de ce prononcé, nous souhaitons pouvoir rencontrer un membre de votre association afin qu'il expose ses arguments en défaveur de la vaccination des enfants.


Auriez-vous un peu de temps à nous consacrer demain matin? Merci de recontacter.


C.C, RTL-TVI.

 
 
 

 

 De : Initiative Citoyenne [mailto:initiative.citoyenne@live.be]

Envoyé : mardi 16 février 2016 17:31
À : 
Objet : Re: Message envoyé via le formulaire de contact de Le site d'Initiative Citoyenne

 

N'hésitez pas à nous confirmer par téléphone dès que possible afin que nous ne déplacions pas pour rien si vous serez (et si oui à quelle heure précisément) là demain matin?

 

Bien à vous.

 
 
From: 
Sent: Tuesday, February 16, 2016 5:15 PM
Subject: RE: Message envoyé via le formulaire de contact de Le site d'Initiative Citoyenne
 

Bonjour,

 

Merci pour votre réponse.

 

Entretemps, nous avons appris que le jugement serait prononcé en l’absence de la prévenue qui ne dispose pas d’avocat.

 

A ce stade, j’ignore donc si nous couvrirons malgré tout le procès.

 

Sauf nouveau message d’ici demain, veuillez ne pas tenir compte de notre demande.

 

Cordialement.

 
 
From: 
Sent: Tuesday, February 16, 2016 5:37 PM
Subject: RE: Message envoyé via le formulaire de contact de Le site d'Initiative Citoyenne
 

Comme évoqué dans notre précédent courriel, à moins d’un changement, nous ne devrions pas venir demain.

 

Veuillez donc ne pas tenir compte de notre demande. Désolé pour le dérangement.

 

Cordialement.

 
 
Sent: Tuesday, February 16, 2016 6:17 PM
To: 
Subject: Re: Message envoyé via le formulaire de contact de Le site d'Initiative Citoyenne
 
 
Pas de problème, nous ne viendrons pas, ça nous arrange plutôt bien côté agenda car nous sommes débordés de toute façon.
 
Important: nous vous renvoyons notamment au contenu des 3 liens ci-dessous qui traitent d'infos détaillées (et dûment référencées sur le plan scientifique) tant sur la polio que sur la carence évidente et irréfutable dans la méthodologie des essais cliniques de vaccins destinée normalement à évaluer leur "sécurité".
 
 
 
 
Ces informations ne sont pas anodines, il s'agit d'un contenu qui permet réellement de fournir des éléments de réflexion dans le cadre d'un consentement libre et réellement éclairé au sujet de pareille vaccination polio (et d'autres), ce que normalement, la loi est censée garantir à l'alinéa 2 de l'article 8 de la loi belge du 22 août 2002 sur le droits des patients! Jamais en effet ne sont énumérés aux parents les risques graves possibles associés au vaccin (dont le vaccin polio injectable) qui incluent très clairement des risques neurologiques graves dont des risques de paralysies (même avec le vaccin polio injectable!) et qui sont très clairement établis au sein de la littérature médicale officielle. Jamais il n'est non plus rappelé par exemple aux parents qu'en cas d'infection naturelle au virus polio, seul 1 cas d'infection polio sur 200 donnera lieu à une paralysie et pas les autres, donnant tout au plus des symptômes d'angine! On n'a pas non plus informé des dizaines de milliers de cas de paralysie flasque aigue survenus en Inde à cause de la vaccination polio orale qui a été obligatoire en Belgique de 1966 à 2000! Ni non plus que 98 millions d'Américains ont été contaminés avec le virus de singe SV40 (un virus cancérogène retrouvé dans quantité de tumeurs différentes comme il ressort de la littérature médicale) dans les années 50 et 60 comme les autorités américaines officielles l'ont avoué sur le site du Center for Disease Control** -On n'a pas suffisamment insisté dans les médias grand public non plus sur le fait que la résurgence des cas de polio en Ukraine à l'automne 2015 étaient imputables aux virus polio vaccinaux.
 
Taire toutes ces informations objectives en se contentant de dire qu'il faut vacciner au nom de la "solidarité" ou "parce que c'est obligatoire" est donc contestable et malhonnête car la réalité est qu'il n'existe après coup aucune solidarité pour les victimes de ce type de vaccination qui seront, soyons-en bien sûrs, rangés dans la catégorie tellement commode des "coïncidences "ou des "UN cas sur un million!"
 
Bien à vous,
 
L'équipe d'Initiative Citoyenne
 
** Pour être plus précis/plus juste, ce que disait ce document du CDC est que 98 Millions d'Américains ont reçu un vaccin polio dans une fenêtre de temps où ces vaccins étaient contaminés par le virus simien cancérigène SV40 et que 10 à 30 millions d'entre eux auraient bel et bien été contaminés. Il convient toutefois d'interroger la base sur laquelle une estimation a été effectuée (qui peut dire que davantage de personnes n'ont pas été infectées?) et d'autre part, il faut aussi tenir compte du fait que ces contaminations n'ont pas concerné que les seuls Etats-Unis mais que des personnes ont été contaminés dans le monde entier à la même époque, raison pour laquelle la fourchette basse des contaminations doit certainement être révisée à la hausse...
 

 

"Rien de bien grave" (comme effets secondaires possibles) prévient le Dr Vincent Degrez de l'ONE? Jugez donc vous-même ci-dessous du "sérieux" de ce médecin qui risque gros juridiquement s'il désinforme pareillement les parents de ses petits patients....

 

Les vaccins ont détruit leurs enfants: témoignages vidéos de parents

 

Vaccin infanrix hexa: le document confidentiel accablant

 

Prevenar 13: documents confidentiels accablants

 

Le vaccin Prevenar est-il un vaccin sûr et sans danger?

 

Méningite C : le vaccin plus risqué que la maladie (les chiffres sont là!)

 

Vaccins Meningitec: 550 familles au coeur d'une affaire troublante

 

Les enfants non vaccinés sont globalement en meilleure santé

 

Mortalité infantile élevée dans les pays qui vaccinent le plus

 

 

Quant au Dr Michel Dechamps, conseiller-pédiatre à l'ONE (et aussi chef de service de pédiatrie au CHR de Namur), il déclare qu'il faut penser aux décès et aux complications neurologiques (comme si les vaccins n'étaient pas une source de décès et de complications neurologiques!!!!) et profère un énorme mensonge sur le taux de mortalité rougeoleuse dans nos pays en osant affirmer sans le moindre complexe que la rougeole tue un enfant sur 1000 !!! La réalité est qu'avant la vaccination, si on se base sur les chiffres anglais par exemple, la mortalité rougeoleuse était de 1 enfant infecté sur 5000 (et pas 1 sur 1000) avec une maladie offrant une immunité robuste à vie sans donner la moindre complication dans plus de 9 cas sur 10!  En outre, voici ci-dessous un graphique qui montre que SANS VACCIN, la mortalité liée à la rougeole a baissé spontanément de 99,5% dans un pays comme la France entre 1906 et 1983 (1983 étant l'année où on a commencé à généraliser la vaccination par le vaccin ROR, rougeole-oreillons-rubéole). Il est donc affligeant que ce médecin en soit donc encore à des discours de perroquet injustement culpabilisant alors que c'est lui qui devrait à juste titre se sentir coupable de désinformer aussi honteusement les parents!!

Vaccination polio: le nombre de parents qui refusent continuera d'augmenter... amendes ou pas!

Voir aussi:

 

Ce qu'Initiative Citoyenne a déjà publié sur la polio et son vaccin (voir aussi aux pages suivantes de Google, pas qu'en page 1...)

 

L'obligation ne porte pas sur l'Infanrix hexa et pour la polio, elle ne comporte pas 4 doses en Belgique, contrairement à ce que donnent à penser à tort les formulaires à renvoyer à la commune avec 4 lignes de pointillés et non pas 3 pour s'adapter au schéma non obligatoire du vaccin hexavalent (en 4 doses alors que la France a réduit de 4 à 3 mais pas la Belgique, pays du fabricant GSK)... renseignez-vous!!!!

 

Vaccins pédiatriques: un business mortel déguisé en mascarade de santé publique

 

Vacciner plus tard permet d'administrer moins de doses

 

Vaccins: le business du nombre de doses et donc de l'âge auquel on commence à vacciner!

 

 

24 août 2015 1 24 /08 /août /2015 16:19

L’Inde continue à rapporter des cas de paralysies flasques aiguës qui ressemblent à la polio

L’Inde continue à rapporter des cas de paralysies flasques aiguës qui ressemblent à la polio

Par Barbara Loe Fisher 24 août 2015

 

Le Ministère Indien de la Santé et de la Famille a signalé qu’il a enquêté sur environ 18.000 cas de paralysie flasque aiguë (PFA) dans le pays depuis janvier 2015, dans le cadre de son programme de surveillance nationale de la poliomyélite. Tous les cas ont été testés négatifs pour le virus de la polio. Ce programme fut été créé en 1997.

 

Environ 50.000 cas de paralysies flasques aiguës sont détectés chaque année en Inde. [1,2]

 

Selon un communiqué de presse publié par le Ministère Indien :

 

L’Inde est exempte de poliomyélite. Le pays a signalé son dernier cas de poliovirus sauvage en 2011. Après 3 années consécutives au cours desquelles le pays a été certifié exempt de poliomyélite, la région de l’Asie du Sud-Est contrôlée par l’OMS et comprenant 11 pays, dont l’Inde, a été certifiée exempte de poliomyélite le 27 mars 2014. En dépit de ce progrès, l’Inde a maintenu un niveau élevé de veille et a tenu à ce qu’aucune complaisance ne puisse intervenir afin de pouvoir maintenir le statut de pays indemne de polio qu’il détenait depuis plus de 4 ans. Le pays a pris des mesures appropriées pour assurer une haute immunité de la population contre la poliomyélite de même que pour maintenir un système de surveillance active pour la détection du virus de la polio [1]

 

Après deux décennies de campagnes répétées des enfants indiens avec le vaccin polio oral (VPO), l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a, début 2014, déclaré l’Inde « libérée » du virus polio sauvage.

 

La déclaration controversée arrive à un moment où l’Inde a connu une énorme augmentation des cas déclarés de paralysies flasques aiguës non polio (NPAFP).[3]

 

En 2004, 12.000 cas de paralysies non polio ont été déclarés, mais ce nombre a augmenté en 2012 pour atteindre 53.563 cas, soit un taux de 12 cas pour 100.000 enfants. Deux pédiatres indiens ont compilé les données de surveillance du programme de la polio et ont découvert un lien entre l’augmentation du nombre de vaccins (VPO) chez les enfants au cours de l’intensification des campagnes d’éradication de la polio et l’augmentation des cas de paralysies flasques aiguës non polio (NPAFP) chez les enfants.

 

Dans un article de 2012 publié dans une revue d’éthique médicale [4], les médecins ont déclaré la paralysie flasque aiguë « cliniquement indiscernable de la paralysie de la polio, mais deux fois plus mortelle. L’incidence de la paralysie flasque aiguë était directement proportionnelle aux doses du vaccin polio oral reçues ». Etant donné que la polio fait partie de la famille des entérovirus Picornaviridae qui comporte plus de 200 virus, les médecins ont suggéré que les responsables de la Santé publique  réalisent une enquête sur « l’influence des changements de contrainte des entéropathogènes induits par le vaccin (de la polio) pratiquement administré tous les mois. »

 

Bien que pas aussi répandus qu’en Inde, des cas de paralysies flasques aiguës se produisent également aux Etats-Unis Au début de l’année 2004, des neurologues  des Universités de Stanford et de Californie ont rapporté 5 cas de paralysie soudaine d’un ou de plusieurs membres chez des enfants âgés de 2 à 16 ans complètement vaccinés contre la polio. Le Département de la Santé de Californie a lancé une enquête sur 20 cas similaires. Deux des cinq enfants ont été testés positifs pour les entérovirus-68 (EV68) [5].

 

Au cours de l’été de 2014, un nombre plus important encore d’enfants américains apparemment en bonne santé, ont été soudainement frappés de paralysies dans plusieurs états américains, y compris le Colorado, le Missouri, le Michigan et le Massachusetts, et ce, après avoir développé des symptômes du rhume et de la grippe. Plusieurs enfants sont morts et, bien que certains cas étaient associés au EV68, d’autres ne l’étaient pas. [6]

 

Comme la polio, d’autres entérovirus sont transmis par l’excrétion du virus dans les secrétions corporelles respiratoires et gastro-intestinales. La plupart du temps, une infection à entérovirus reste asymptomatique ou se manifeste par des symptômes grippaux bénins qui ne progressent pas vers la paralysie ou autres complications graves. [7] Il est rare que des infections à entérovirus comme le EV68 puissent provoquer une inflammation du cerveau (méningite, encéphalite), la paralysie ou la mort.

 

La cause exacte des cas de paralysies flasques aiguës chez des enfants de Californie, dont la plupart sont nés après 1999, et ont sans doute reçu les vaccins inactivés contre la polio (IAV) n’a pu être déterminée. De même en Inde, les autorités sanitaires n’ont pas pu déterminer pour quelle raison il y a eu une récente  augmentation spectaculaire des paralysies chez des dizaines de milliers d’enfants du pays.

 

Références:

 

1 Cases reported from Uttar Pradesh in section of media are of AFP (Acute Flaccid Paralysis), not Polio. Business Standard June 20, 2015.
2 Govt. says cases reported from UP are of Acute Flaccid Paralysis, not polio.NetIndian News Network June 20, 2015.
3 Raj GN. Polio free does not mean paralysis free. The Hindu Jan 3, 2013.
4 Vashisht N, Puliyel J. Polio programme: let us declare victory and move on. Indian Journal of Medical Ethics 2012 9(2): 114-117.
5 Maron DF. Is a Wave of Poliolike Symptoms in California Cause for Alarm? Scientific American Feb. 24, 2014.
6 O’Connor A. Enterovirus 68 and Paralysis Link Remains Uncertain. The New York Times Oct. 3, 2014.
7 Schwartz RA. Enteroviruses. Medscape Mar. 3, 2014.

 

Source: Vaccine Impact

 

Voir aussi

 

Eradication de la polio?

 

Vaccination polio dans le Tiers Monde: l'enver du décor?

 

Vaccination polio en Inde: la maladie causée par le vaccin, deux fois plus meurtrière

 

Pakistan: des checkpoints militaires pour vacciner de force contre la polio

 

78% des enfants pakistanais qui ont contracté la polio avaient pourtant été vaccinés

 

Des enfants vaccinés sous la menace des armes et des parents emprisonnés... ça se passe au XXIè siècle!

 

Dégâts du vaccin polio oral: un fabricant condamné à verser 22,5 millions de dollars à un Américain

 

Vaccin polio: l'inconnu- SV40 & cancer

 

Comment les vaccins causent des cancers, des paralysies et des décès depuis des décennies

 

Variole & polio: aveux explosifs sur des vaccins reçus par des centaines de millions de gens

 

Un nouveau virus de type polio provoque des paralysies infantiles aux Etats-Unis

Published by Initiative Citoyenne - dans Vaccination polio-liberté vaccinale
commenter cet article
10 juillet 2015 5 10 /07 /juillet /2015 13:48

Un nouveau virus causant des paralysies infantiles inquiétantes aux Etats-Unis est lié à la polio, disent les experts.

 

  • Depuis l’année dernière, plus d’une centaine d’enfants répartis dans 34 états américains ont développé une mystérieuse paralysie appelée “myélite flasque aiguë”
  • Jusqu’ici, les chercheurs pensaient que ces paralysies pouvaient être causées par l’entérovirus D68 (EV- D68) mais moins d’un cinquième des enfants paralysés étaient positifs pour ce virus.
  • Maintenant, un enfant de 6 ans paralysé a été testé positif pour l’entérovirus C105.
  • Ce virus nouvellement découvert (C105) appartient à la même famille que le virus de la poliomyélite.

 

Par Madlen Davies for MailOnline , 7 juillet 2015

 

Les scientifiques croient qu’un nouveau virus de type polio a été responsable de dizaines de cas inexpliqués de paralysies chez des enfants l’année dernière.

 

La maladie, appelée “entérovirus C105” fait partie de la famille des infections virales au virus de la poliomyélite et a seulement été récemment découverte, ont-ils déclaré.

 

Jusqu’ici, plus de 100 enfants répartis dans 34 états des USA ont soudainement développé une myélite flasque aiguë, une affection caractérisée par une faiblesse musculaire ou une paralysie des membres inférieurs.

 

Une nouvelle souche d’un virus de type polio pourrait être la cause des mystérieux cas de paralysie survenus chez des enfants américains l’an passé, selon les découvertes récentes de chercheurs. Un virus de la polio présente en microscopie l’aspect suivant.

©©,Dennis Kunkel Microscopy,Inc./Visuals Unlimited/Corbis

©©,Dennis Kunkel Microscopy,Inc./Visuals Unlimited/Corbis

Antérieurement, les chercheurs croyaient que l’entérovirus D68 (EV-D68) pouvait être la cause de ces paralysies, selon ce qu’a rapporté le site LiveScience reports.

 

Mais seulement un cinquième des enfants paralysés sont revenus positifs pour cette souche particulière (D68), amenant les scientifiques à douter que ce virus puisse être la cause la plus plausible de ces cas.

 

Dans le cadre d’une nouvelle étude à paraître, les chercheurs ont lié un cas de paralysie chez une fillette de 6 ans à l’entérovirus C105.

 

Bien que cela ne prouve pas de façon concluante que ce virus de type polio en constitue la cause, cela suggère que les virus autres que l’entérovirus D68 pourraient contribuer à l’épidémie, ont estimé les chercheurs.

 

L’étude dont le Pr Ronald Turner, de l’école de médecine de l’université de Virginie, est co-auteur, a conclu que les découvertes récentes doivent conscientiser les gens sur l’existence d’autres virus (que la seule souche D68) pouvant être associées à ce genre de paralysies.

 

Ronald Turner a déclaré aux journalistes de LiveScience: “Nous ne devrions probablement pas sauter trop vite sur l’entérovirus D68 et le considérer comme la seule cause de ces cas”.

 

La fillette de 6 ans a développé sa paralysie après avoir souffert d’un rhume transmis par un membre de sa famille et qui avait provoqué chez elle un peu de fièvre.

 

Quand les symptômes du rhume ont disparu, elle s’est mise à ressentir des douleurs dans les bras.

 

Ensuite, ses épaules ont commencé à tomber et elle a commencé à avoir des difficultés à utiliser sa main droite.

 

Elle fut diagnostiquée avec une myélite flasque aiguë à l’hôpital, mais elle était négative à l’entérovirus D68.

Une fillette de six ans a été testée positive pour un virus nouvellement découvert, appelé entérovirus C105. Elle souffrait d’une paralysie après avoir attrapé un rhume d’un membre de sa famille.

 

Cependant, un échantillon de son tractus respiratoire était positif pour le virus de type polio nouvellement découvert, l’entérovirus C105.

 

C’est le premier rapport pour ce virus aux Etats-Unis, ont déclaré les chercheurs.

 

Le Dr Turner a dit que l’entérovirus C105 pouvait échapper à certains tests de détection, en raison de changements dans sa composition génétique.

 

Et cette difficulté de détection pourrait expliquer pourquoi  ce nouveau virus n’avait pas été remarqué jusqu’ici, a-t-il ajouté.

 

Cependant, il a noté que les virus ont été trouvés dans le tractus respiratoire des enfants paralysés, mais dans les tests, ils n’ont pas été retrouvés dans leur liquide céphalo-rachidien.

 

Les personnes peuvent avoir des virus dans leur tractus respiratoire qui n’affectent cependant pas leur système nerveux, explique-t-il.

 

Dans le but de lier de façon plus définitive ces cas de paralysies aux entérovirus, les chercheurs auraient besoin de retrouver le virus dans le liquide céphalo-rachidien conclut-il.

 

L’étude sera publiée en octobre prochain dans le journal Emerging Infectious Diseases (Maladies infectieuses émergentes)

 

Source: DailyMail 

 

Les personnes qui ne connaissent rien de rien aux vaccins peuvent éventuellement trouver qu'il n'y a en fait là rien de vraiment anormal et ... qu'on finira sans doute là encore par inventer un nouveau vaccin contre ces nouveaux virus. MAIS... où cela s'arrêtera-t-il? En 1969 déjà, voici ce que Senault, Foliguet et Monneau écrivaient dans une revue médicale officielle, la Revue du Praticien (18,7:945-956 1er mars 1969): "La question reste posée pour l'avenir de savoir si en supprimant la poliomyélite stricto sensu, on ne risque pas de voir survenir avec la même acuité, d'autres affections poliomyélitiques."

 

Il est donc devenu essentiel et urgent de voir et de comprendre que la vaccination n'est pas la panacée qu'on a "vendue" au public, que cette méthode a de multiples effets pervers directs et indirects et qu'au niveau épidémiologique, la vaccination peut favoriser l'apparition de nouveaux germes et de mutants, qui sont de nouvelles souches parfois beaucoup plus virulentes, issues d'une sorte d'effet compensatoire ou "effet revanche" de la part de la Nature.

 

Un tel phénomène s'est déjà vu avec les méningocoques et le Hib,  les souches de pneumocoques (on est passé du Prevenar ancienne version dit Prevenar 7 au Prevenar 13 sans rien résoudre des causes de ce phénomène de glissement des souches) mais aussi avec les souches de papillomavirus. Un phénomène de mutation s'observe aussi par ailleurs tant du côté viral que bactérien et c'est ainsi que des mutants sont apparus avec la coqueluche, avec le virus de l'hépatite B (voir aussi ici, la rubrique "mutants d'échappement" et les références 69 à 73) et même avec le virus de la rougeole et celui des oreillons. Pour que vous ayez une image claire et compréhensible de ce qui se passe, vous pouvez prendre l'image des vases communicants: plus vous remplissez un objectif et plus cela va induire des conséquences inévitables sur l'autre branche du système puisque l'écosystème microbien est complexe, global et interconnecté.

 

Le virus de la polio fait partie de la famille des entérovirus or il faut savoir que suite à l'introduction massive de cette vaccination polio, il y a eu une hausse très importante (+ 455% si on prend par exemple les chiffres en R.F.A en 1962) des virus Echo et Coxsackie. Ces virus sont aussi à même d'engendrer des phénomènes de paralysies. Les chercheurs ont claironné la victoire contre la polio mais l'écosystème microbien ne peut bien sûr être réduit à un tel simplisme; il réagit et cette réaction échappe aux spéculations de pur court terme. Aussi, pour les personnes qui ne sont pas des défenseurs zélés et acharnés des vaccins, il n'est guère surprenant de voir que les "brillantes solutions d'hier" peuvent être les causes les plus probables des ennuis et soucis d'aujourd'hui dans bien des cas. Il serait donc particulièrement intéressant de voir le carnet de vaccination détaillé de tous ces enfants paralysés avec tous les vaccins reçus et les dates de ces vaccins. Cela permettrait aussi de voir le nombre total de vaccins préalablement reçus par ces enfants et d'évaluer le risque d'attraper cette paralysie selon le nombre de vaccins antérieurement reçus. Il ne faut pas oublier que les Etats-Unis sont le pays du monde où les enfants reçoivent le plus de vaccins et ce, dès leur plus jeune âge (avec une vaccination généralisée contre l'hépatite B dès le jour de la naissance!). Affirmer a priori qu'il n'y a aucun lien entre les vaccins en général (et notamment la vaccination polio généralisée depuis des décennies) et l'émergence de ces entérovirus paralytiques serait aussi absurde que contre-productif en termes de savoir et d'efficacité. Mais il ne faudrait pas non plus exclure la possibilité que ces entérovirus récemment découverts fassent partie des nombreux contaminants des vaccins antérieurement reçus par ces enfants (les virus adventices ne sont pas rares et ils sont même inévitables dans l'industrie du vaccin, et il n'y a hélas pas que les exemples passés du virus simien cancérigène SV40 qui a contaminé des dizaines de millions de personnes par le biais des vaccins anti-polio ou les circovirus porcins dans les vaccins anti-rotavirus), quitte à ce que ces virus restés latents dans le corps des vaccinés ne dégénèrent que tardivement à tel ou tel moment suite à l'une ou l'autre infection opportuniste en apparence bénigne. 

 

En conclusion et compte tenu de ces phénomènes bien connus de compensation de souches et de germes au sein de l'écosystème microbien suite à la pression de sélection vaccinale, mais aussi des contaminations notoires de tous les vaccins, il semble difficile de penser que la vaccination en général n'aurait absolument aucun lien ni aucune responsabilité dans l'émergence de ce "nouveau phénomène", à côté de l'explosion de quantité de maladies orphelines ou "génétiques" et de celle des autres maladies allergiques, auto-immunes et dégénératives qui n'ont jamais été aussi nombreuses à une époque où on n'a encore jamais autant vacciné à tous les âges de la vie au moyen de vaccins restant étrangement dispensés de tests destinés à évaluer leur potentiel mutagène (= capacité d'induire des mutations de l'ADN, à même d'entraîner notamment des maladies dites "orphelines").

 

Il nous paraît, en outre, également important de rappeler le rôle très néfaste que peuvent jouer les antipyrétiques (médicaments contre la fièvre) donnés à la moindre occasion aux enfants -comme cela fut le cas dans les années 50' et 60' où les cas visibles de poliomyélites étaient les plus nombreux- car, comme l'a montré le Prix Nobel de Médecine le Pr Lwoff, le virus de type polio est détruit et sa multiplication s'arrête aux alentours des 39°C. Aussi, donner ces médicaments à un enfant porteur sans le savoir d'un virus potentiellement paralytique peut l'amener à développer une paralysie qui aurait pu ne pas se manifester en l'absence de cette prise médicamenteuse. C'est donc là où il convient de mettre en balance l'utilité limitée de ce "tout médicamenteux" (parfois utile cependant contre les convulsions fébriles par exemple, mais en général pas pour les petites fièvres) et ce type de risque ou "retour de boomerang" dont le corps médical ne vous parlera sans doute jamais et qui est pourtant scientifiquement établi. La science et la médecine sont beaucoup plus vastes et complexes que les messages simplistes et autres slogans trompeurs que vous réservent, souvent de bonne foi, une large part du corps médical lui-même sous (ou dés-)informé. Vous trouverez ici un article très utile et des références de livres utiles sur le respect et l'utilité de la fièvre (cf. surtout pages 3 et 4). En traitement, le chlorure de magnésium (concentration: 20 grammes/litre d'eau par dose de 125 cc à la fois) est une des meilleures si pas la meilleure option dès les premiers signes de paralysie. Ce traitement simple, facile et peu coûteux, n'en déplaise aux idéologues du tout vaccin, a déjà été à même d'inverser le cours d'une paralysie poliomyélitique déclarée si administré précocément (travaux du Dr Neveu notamment). 

 

Voir aussi: 

 

Bonne synthèse sur le chlorure de magnésium (par Pryska Ducoeurjoly)

 

Vertus et bienfaits du chlorure de magnésium (par Jean-Luc Darrigol)

 

3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 22:16

Revue scientifique.

Comment des vaccins causent des cancers, des paralysies et des décès depuis des décennies

 

Childhealthsafety, 1er juin 2015

Comment des vaccins causent des cancers, des paralysies et des décès depuis des décennies

"Le Centre de Contrôle des Maladies (CDC) admet que 98 millions d'Américains ont été contaminés pendant 8 années par des vaccins polio contenant un virus cancérigène" (le SV40)

 

Lorsque des fanatiques et des charlatans vous disent que la science a montré que les vaccins sont sûrs et efficaces, l’exemple des vaccins contre la polio montrent qu’ils ne savent pas de quoi ils parlent [ou vous mentent ?] Cet article de ChildHealthSafety concerne les dommages graves et les décès provoqués par les vaccins initiaux et actuels de la poliomyélite, comme aussi le mensonge que les vaccins contre la polio ont « éradiqué » la polio, et comment les vaccins antipoliomyélitiques provoquent des cancers aujourd’hui.

 

Ce qui a été appelé « polio» dans les années 1940 et 1950 n’est plus appelé « polio » aujourd’hui. Donc, la chose à comprendre ici est que la maladie n’a pas été éradiquée avec un vaccin, mais en lui donnant un autre nom. Le problème n’en a pas été résolu pour autant. Un article du British Medical Journal concluait dans ces termes: "La seule manière d’éradiquer la poliomyélite paralytique est d’arrêter de vacciner". L’éradication de la polio : un jeu extrêmement complexe : BMJ 2012 ; 344 doi : http://dx.doi.org/10.1136/bmj.e2398 (Published 02 April 2012) Cite this as: BMJ 2012;344:e2398.

 

Des recherches récentes indiquent que le vaccin a été et reste encore un gros problème.

 

Le vaccin contre la polio provoque la paralysie flasque aiguë non polio [NPAFP] qui est cliniquement identique à la polio mais deux fois plus meurtrière – la redéfinition d’une maladie n’en supprime pas pour autant le problème – le problème demeure mais il est rebaptisé d’un nom différent. En d’autres mots, la recherche montre que des enfants font des paralysies et meurent juste en se faisant vacciner contre la polio – mais on ne l’appelle plus polio [c’est aussi une manière de simuler l’efficacité d’un vaccin qui provoque des paralysies temporaires à plus long terme, ainsi que la mort sans que la polio en soit empêchée] :

 

 

Un des problèmes avec « la science » (dans les sciences biologiques), est le fait que les organismes sont incroyablement complexes. Quand les « scientifiques » qui s’occupent de biologie prétendent « savoir », 1) ils ne savent pas, et 2) ils ne sauraient pas savoir. Ce n’est pas parce que la science prétend que faire telle chose apporte tel ou tel changement que l’on est en mesure de connaître la cascade de préjudices qui peuvent être causés par ce changement. Une seule cellule est d’une telle complexité qu’elle dépasse la pleine compréhension de ceux qui se disent « scientifiques » et qui bricolent ces cellules. Même de simples cellules dépassent la capacité de quiconque à concevoir des théories scientifiques qui pourraient prédire de manière fiable ce qui pourrait se produire lorsque des modifications seraient apportées.  Multipliez maintenant cette complexité par les milliards de cellules et autres structures complexes du corps humain et vous pourrez commencer à vous faire une petite idée.

 

On sait depuis longtemps que le virus simien SV40 qui, pendant longtemps a fait partie du vaccin contre la polio, continue à provoquer des cancers et des décès aujourd’hui. Cet article de ChildHealthSafety vous donne les détails d’un article scientifique revu par les pairs qui examine les preuves scientifiques du problème. L’importance du nombre de décès sur plusieurs décennies n’est pas connue. Personne ne sait exactement combien de personnes ont été tuées par des cancers provoqués par le vaccin contre la polio sensé « sauver des vies ». Le nombre de ces personnes est sans aucun doute susceptible d’être plusieurs centaines, voire  plusieurs milliers de fois plus important que le nombre de vies qui auraient soi-disant pu être sauvées de la « polio » par le vaccin [redéfini].

 

Le document complet peut être consulté à ce lien : Vilchez, RA. Butel, JS. Emergent Human Pathogen Simian Virus 40 and Its Role in Cancer. Clin Microbiol Rev. 2004 Jul; 17(3): 495–508.

 

Résumé : Le polyoma virus simien SV40 est un virus à ADN oncogène connu qui est susceptible d’induire le cancer primaire du cerveau, ainsi que le cancer des os, des mésothéliomes, ainsi que des lymphomes chez des animaux de laboratoire. Des preuves convaincantes indiquent maintenant que le SV40 est aujourd’hui à l’origine d’infections chez les humains et représente un pathogène émergent. Une méta-analyse de données moléculaires, pathologiques et cliniques de 1793 patients atteints de cancer indique qu’il existe un excès de risque significatif que le SV40 soit associé à des cancers primaires du cerveau, des cancers primaires des os, des mésothéliomes malins des lymphomes non Hodgkin. Des données expérimentales suggèrent fortement que le SV40 peut jouer un rôle important dans le développement de certaines de ces affections malignes humaines. Par conséquent, les principaux types de tumeurs induites par le SV40 chez les animaux de laboratoire  sont les mêmes que les malignités humaines qui contennent des marqueurs pour le SV40. L’Institut de Médecine a récemment conclu que «dans des conditions naturelles, la preuve biologique que le SV40 puisse produire le cancer chez des humains est de force modérée. » Cet examen analyse les données qui se sont accumulées et qui indiquent que le SV40 est un pathogène qui a un rôle étiologique possible dans les tumeurs malignes humaines. Des pistes de recherches doivent être envisagées. »

Plus d’information sur le cancer et le SV40 en français et en anglais:

 

FRANCAIS:http://expovaccins.over-blog.com/2014/09/cancer-vaccins-polio-et-sv40-ce-que-les-autorites-ne-vous-diront-jamais.html

http://www.initiativecitoyenne.be/article-vaccin-polio-l-inconnu-sv40-cancer-catherine-frompovich-95844611.html

 

 

Source: Child Health Safety

 

«La logique et la raison auraient-elles abandonné les épidémiologistes ? L’introduction volontaire et non nécessaire de virus infectieux dans un corps humain est un acte dément qui ne peut être dicté que par une grande ignorance de la virologie et des processus d’infection ». [p.38] « Le mal qui a été fait est incalculable». [p.93] Pr. Dr R. DELONG : Live viral Vaccines – Biological Pollution, Carlton Press Corp. New-York, 1996.

 

Plus d'infos sur la vaccination polio: ICI

23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 09:09

VACCIN POLIO ORAL

 

Un papa de Staten Island reçoit 22,5 millions de dollars dans un procès qui l’oppose à un laboratoire pharmaceutique

 

D’après Benjamin Peil, Tina Moore, 21 mars 2009

Dégâts du vaccin polio oral: un fabricant condamné à verser 22,5 millions de dollars à un Américain

                          Dominick avec ses files Jennifer, Diana et Heather

 

Il y a 30 ans, un homme de Staten Island a attrapé la poliomyélite en changeant la couche de sa fille, le virus étant passé dans les selles de l’enfant. Le jugement a condamné le fabricant du vaccin à lui payer plusieurs millions de dollars.

 

Dominick Tenuto est tombé malade alors qu’il travaillait dans une petite firme en 1979. Il devait recevoir 22,5 millions de dollars en dédommagement. Cette somme est certainement l’une des plus élevées qui ont été accordées dans pareille affaire à Staten Island. « Ce fut une longue bataille, et nous avons finalement gagné », a déclaré Tenuto, 61 ans, au Daily News Saturday. «  Il nous a fallu attendre 30 ans » !

 

Le jury a déterminé que le vaccin Orimune que sa fille Diana avait reçu était «déraisonnablement dangereux » et que le groupe pharmaceutique Lederle Laboratories était à 100% responsables pour les dommages causés. Le jury a aussi relevé que la compagnie pharmaceutique avait omis d’avertir les médecins des risques potentiels du vaccin.

 

Tenuto et ses avocats ont fait valoir que le vaccin polio oral, qui contenait un virus vivant, est passé par le corps du bébé pour l’infecter dans la suite. Tenuto qui est en chaise roulante a perdu son travail et entamé des poursuites deux ans après avoir contracté la polio.

 

« Quand je me suis retrouvé paralysé, un collègue a immédiatement appelé l’hôpital », dit-il, mais alors, je ne savais pas que j’allais être paralysé pour le restant de mes jours. »

 

Tenuto passa les mois qui suivirent aux soins intensifs et sous respirateur artificiel. « Je pensais que j’allais devenir un légume » déclare-t-il.

 

« J’étais au seuil de la mort », dit Tenuto « On avait appelé un prêtre ».

 

Après des mois de réhabilitation, sa santé s’est améliorée mais une partie de son corps est restée partiellement paralysée. Tenuto aurait voulu retravailler, mais il ne lui était pas possible de rejoindre son poste de travail en chaise roulante.

 

Sa fille Heather (34 ans) a déclaré que le dédommagement avait été mérité depuis bien longtemps.

 

« Je connais la vie difficile qu’il a eue », dit-elle, « et j’espère que ce verdict pourra empêcher que ce malheur arrive à d’autres. »

 

Tenuto qui a deux petits enfants, envisage de faire un don à des œuvres, d’aider sa famille, de se faire arranger sa denture et retrouver un meilleur logement.

 

« J’ai connu des moments terriblement difficiles, très difficiles, dit Tenuto, mais j’ai voulu me battre.

 

Les laboratoires Lederle ont l’intention  de faire appel.

 

Source: NY Daily News

 

Voir aussi :

 

Plus de 450 parents pakistanais emprisonnés pour refuser ce même vaccin…

 

Le vaccin contre la polio tue et handicape

 

Vaccins et décès d’enfants

 

Vaccination polio en Inde : la maladie causée par le vaccin : deux fois plus meurtrière.

 

Vaccination polio : l’inconnu – SV40 et cancer

 

Vaccins : quels risques ?

 

Eradication de la polio ?   

                                       

Variole & polio : aveux explosifs

 

Cancers, vaccins polio et SV40- ce que les autorités ne vous diront jamais

Published by Initiative Citoyenne - dans Vaccination polio-liberté vaccinale
commenter cet article
1 janvier 2015 4 01 /01 /janvier /2015 11:21

Pétition vaccins, image fotoliaToutes les petites actions comptent pour rétablir la vérité des faits scientifiques et les libertés publiques les plus fondamentales, d'autant que cette vaccination polio n'est pas du tout obligatoire dans une majorité d'Etats européens!

 

Voici donc la traduction française du texte de pétition lancée par nos amis néerlandophones:

 

Fin de l'OBLIGATION de vaccination anti-poliomyélite

En vertu de l'Arrêté Royal de 1966, la vaccination anti-poliomyélite est obligatoire en Belgique.

En 2014, une telle législation est inacceptable:

- Le contexte médical dans lequel cette législation a été créée -la menace d'une épidémie de polio- a complètement disparu. En Europe, la polio n'existe plus, et même à l'échelle mondiale les foyers d'infection sont minimes.

- Le risque qu'une "importation" du virus mène à une épidémie est tout aussi négligeable. Même si un individu devait être contaminé, cela ne conduira pas à une épidémie.

- Le refus d'accepter ce vaccin ne constitue donc en rien une menace, ni pour l'individu, ni pour la communauté.

- Les parents qui refusent de faire vacciner leur enfant se voient pourtant confrontés à des poursuites judiciaires qui peuvent leur coûter cher: amendes, casier judiciaire...

- En Europe occidentale, la plupart des pays (Allemagne, Pays-Bas...) ne connaissent pas ou plus d'obligation de vaccination anti-poliomyélite. Les citoyens y ont une liberté de choix, même si le vaccin y est recommandé. Seuls quelques pays font figure d'exception: Belgique, France, Italie.

Dès lors, nous exigeons le retrait immédiat de l'Arrêté Royal et l'instauration d'une nouvelle réglementation qui rende facultative la vaccination anti-poliomyélite, sans obligation aucune.

En signant cette pétition, je me déclare d'accord avec cette demande et j'appelle le gouvernement à modifier la législation au plus vite.

 

Signer la pétition: ICI

 

Afschaffing VERPLICHTING poliovaccinatie


Op basis van het KB van 1966  is in België de poliovaccinatie wettelijk verplicht.
Anno 2014 is dergelijke wetgeving onaanvaardbaar:


- De medische context waarbinnen de wet ontstaan is - de dreiging van een polio-epidemie - is volledig verdwenen.  In Europa is polio onbestaande, zelfs op wereldvlak zijn de infectiehaarden miniem.


- Het risico op een epidemie door invoer uit het buitenland is eveneens verwaarloosbaar.  Zelfs mocht een individu met het poliovirus besmet worden zal dit nog niet leiden tot een epidemie.


- Weigering van poliovaccinatie vormt dus geen bedreiging, noch voor het individu, noch voor de gemeenschap.


- Ouders die hun kind niet laten inenten worden juridisch vervolgd.  Met zware gevolgen, gaande van geldboetes tot gevangenisstraf en een strafblad.


- Het uitoefenen van juridische druk op basis van de verouderde wetgeving is dus ongeoorloofd, de consequenties voor de ouders onaanvaardbaar.

 


Daarom vragen wij een aanpassing van deze wetgeving aan de hedendaagse context.

 

http://www.petities24.com/afschaffing_verplichting_poliovaccinatie

 

Published by Initiative Citoyenne - dans Vaccination polio-liberté vaccinale
commenter cet article
8 novembre 2014 6 08 /11 /novembre /2014 12:52

L'Avenir.net, 7 novembre 2014

 

pauvre enfant vaccinéLe tribunal correctionnel de Dinant l’a confirmé: vacciner son bambin contre la polio, c’est bien obligatoire. Sous peine d’amende.

 

Une amende de 300 euros, plus 150 euros au Fonds des victimes et les frais de justice. Voilà ce qu’il en coûte, à cette dame qui avait refusé de vacciner sa fille contre la polio.


Le tribunal correctionnel de Dinant a suivi le ministère public: l’arrêté royal de 1966 reste bien d’application, au nom de la préservation de la santé publique. Et la législation de 2002, relative aux droits des patients, n’est pas enfreinte, puisque le droit à l’information a bien été respecté.


Me Vanlangendonck, pour la Défense, s’était déplacé pour écouter le prononcé de ce jugement tant attendu. La décision dinantaise, d’après lui, ne répond pas à ses conclusions. «Rien que cela, déjà, c’est un motif d’appel…»


L’avocat avait défendu une série d’arguments qui méritaient débat en effet.


1. La loi de 2002 sur le droit des patients évoque certes la nécessité d’informer ceux-ci avant de prodiguer un acte médical, mais elle donne le droit, aussi, au patient, de refuser un acte médical. Ce dernier aspect n’est pas abordé dans le jugement, bien qu’il ait été évoqué largement par l’avocat durant l’audience.


2. Une loi prévaut sur un arrêté royal. Donc, celle relative aux droits du patient peut primer sur l’arrêté royal de 1966 qui impose la vaccination, d’après la défense.


3. Une jurisprudence de 2011 à Tournai donnait raison à un patient dans le même cas. On y évoquait cette primauté de la loi, ainsi que des travaux parlementaires réclamant l’avis de l’Europe sur le sujet. La juge Deprey, elle, invoque une jurisprudence en Cassation, en 2013, pour asseoir sa décision.


4. Me Vanlangendonck avait suggéré au tribunal de poser trois questions préjudicielles. Le tribunal n’y donne pas droit. La défense voulait savoir, à Strasbourg, si la vaccination obligatoire était compatible avec le libre consentement du patient (loi de 2002). En Cassation, si l’arrêté royal de 66 peut encore être appliqué vu la loi de 2002. À Luxembourg, si le Traité de Lisbonne n’est pas ici enfreint, puisque de nombreux autres citoyens européens ne sont pas soumis à cette obligation alors que tous les Européens doivent être égaux.


Insistant sur le fait qu’il n’est pas contre cette vaccination mais pour le libre arbitre des parents, l’avocat devait consulter sa cliente pour envisager un recours en appel. In fine, celle-ci ne devra pas faire vacciner sa fille, aujourd’hui âgée de 4 ans, puisque ce vaccin doit être donné avant les 36 mois d’un enfant. L’amende, par contre…


Source : L’Avenir.net

 

Etrange comme en matière économique, les officiels sont toujours si prompts à ramper devant tous les pires diktats financiers européens (au détriment de la population d'ailleurs) et là, ils craignent même le fait de poser des questions au niveau européen??… Ce seul contraste devrait suffire à faire comprendre à Mr et Mme tout le monde le caractère tabou des vaccins et l’anomalie totale à ce qu’on soit sommés de recevoir des produits dont même les pontes de l’OMS et des firmes pharmas ne savent en réalité RIEN de RIEN des effets possibles

 

 

Published by Initiative Citoyenne - dans Vaccination polio-liberté vaccinale
commenter cet article
10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 19:05

Faut-il contraindre à la vaccination?

 

10 octobre 2014, Patrick Lemaire, Vers l’Avenir

 

vaccin-enfant.jpg

Le débat revient devant le tribunal correctionnel de Dinant: une dame n’a pas vacciné son enfant contre la polio. Elle conteste l’obligation.

 

Le débat est extrêmement important, tant sur la question éthique que sur l’aspect juridique.

 

Une dame est poursuivie pour maltraitance vis-à-vis de son enfant, puisqu’elle ne l’a jamais fait vacciner contre la polio, malgré un arrêté royal contraignant tout parent belge à le faire, depuis 1966.

 

Mère indigne? Son avocat s’insurge. Et argumente, de plusieurs façons:

 

1. La contradiction des lois. Citant plusieurs textes légaux, Me Philippe Vanlangendonck démontre d’abord que le fait de vacciner un patient constitue bel et bien un acte médical. De là, il épluche la loi du 22 août 2002, sur le droit des patients. Non seulement on y dit qu’ils ont droit à l’information sur l’acte qui sera posé mais, en outre, ils doivent aussi donner leur consentement à ces actes médicaux. « Un consentement libre, préalable, et éclairé… Voilà qui est en opposition frontale avec l’obligation de 1966…» Sa cliente a dès lors respecté la loi de 2002, en se forgeant un avis sur les conséquences du vaccin.

 

2. La jurisprudence. Il évoque une jurisprudence à Tournai, où un prévenu fut acquitté, en raison de l’article 159 qui donne la primauté à une loi (ici, celle de 2002 offrant cette faculté de donner son consentement) par rapport à un arrêté royal (celui qui oblige un Belge à vacciner son enfant, depuis 1966). Des travaux parlementaires devaient en outre permettre d’éclaircir cette zone d’ombre: ils n’ont jamais été réalisés.

 

3. L’assistance à personne en danger. Il cite divers composés du vaccin contre la polio: « Du formaldéhyde, un conservateur réputé cancérigène, et du phénonxyéthanol, qui est un constituant de l’antigelAccepter ce vaccin, n’était-ce pas exposer ma cliente à des poursuites pour non-assistance à personne en danger ?», ose-t-il même, en glissant que les médecins ont le choix de ne pas poser un acte médical. « D’autant que la polio n’est pas incurable…»

 

4. La discrimination. Enfin, Me Vanlangendonck épingle une particularité: « Seules la France et la Belgique imposent ce vaccin. Les Pays-Bas, le Royaume-Uni, l’Allemagne ou le Luxembourg ne le font pas. Et nous sommes dans l’Espace Schengen et en Europe, où la libre circulation est un droit. Cela a-t-il encore un sens, dès lors? En 1966, quand le vaccin fut imposé, il n’y avait déjà pas d’épidémie. Mais notre pays et la France l’ont imposé. Étonnamment, nos deux pays sont les plus grands producteurs mondiaux de vaccins…»

 

Après ce long plaidoyer, à peine contrecarré par le substitut Herbay qui rappelle l’utilité du vaccin, en requérant juste que les deux législations, celle de 1966 et celle de 2002, coexistent et ne s’opposent pas, la cour annonce une décision pour le 6 novembre.

 

La défense l’invite à poser trois questions préjudicielles, à Strasbourg, en Cassation et à Luxembourg:

 

– La vaccination obligatoire est-elle compatible avec le libre consentement du patient et avec son intégrité ?

 

– La vaccination peut-elle encore être obligatoire malgré la loi de 2002 sur le consentement du patient ?

 

– Suivant le traité de Lisbonne, les citoyens européens sont égaux. N’y a-t-il pas discrimination sur le respect de l’intégrité physique en imposant un tel vaccin aux citoyens belges ?

 

Et de plaider l’acquittement de sa cliente, sur base de l’article 159. À titre subsidiaire, il espère une reconnaissance de l’absence d’intention délictueuse. «Nous ne sommes pas contre le vaccin. Nous voulons juste que les patients aient le choix d’en avoir usage ou non.»

 

Source : Vers l’Avenir

 

 

Refus de vacciner ses enfants: le Conseil Constitutionnel tranchera

 

Le Monde.fr. 09.10.2014 Mis à jour le 10.10.2014. Par François Béguin (Auxerre, envoyé spécial)  



 

 

« C'est une première étape ! » Samia et Marc Larère ne cachaient pas leur satisfaction, jeudi 9 octobre, après que la question prioritaire de constitutionnalité (QPC) déposée par leur avocat eut été déclarée recevable par le tribunal correctionnel d'Auxerre (Yonne).

 

Poursuivis pour avoir refusé de faire vacciner leur fille aînée -aujourd'hui âgée de 3 ans- et s'être ainsi soustraits à leurs «obligations légales compromettant la santé, la moralité ou l'éducation », Samia et Marc Larère encourent deux ans de prison et 30 000 euros d'amende.

 

La protection maternelle et infantile (PMI), alertée par un pédiatre, avait transmis leur dossier au procureur de la République après avoir échoué à les faire changer d'avis. Sous réserve que la Cour de cassation valide le choix du tribunal d'Auxerre, et estime à son tour que la question de la vaccination obligatoire est une question « innovante » suscitant un débat « réel et sérieux» en termes de santé publique, ce sera au Conseil constitutionnel de se prononcer sur ce dossier. Une fois saisi, il aura trois mois pour le faire.

 

« L'ETAT N'A PAS À ME DICTER CE QUE JE DOIS FAIRE »

 

« C'est l'affaire qu'on attendait pour pouvoir déposer cette QPC », s'est réjoui sur les marches du palais, Jacques Bessin, le président de l'Union nationale des associations citoyennes de santé (UNACS), l'association qui a choisi et payé l'avocat du couple icaunais. Il explique :

 

« Normalement, ce type d'affaire va devant un tribunal pour enfants et se solde par un non-lieu.  Avec leur bourde d'aller en correctionnel, ils nous ont servi cette QPC sur un plateau. On va enfin poser la vraie question : suis-je réellement libre de disposer de mon corps et de refuser un traitement qui peut avoir des conséquences plus graves que la maladie ? »

 

Pour justifier sa demande de QPC, Emmanuel Ludot, l'avocat du couple Larère, a mis en avant le « droit à la santé », une « liberté constitutionnelle » figurant dans le préambule de la Constitution de 1958. « C'est le droit de se vacciner, mais aussi le droit de ne pas se vacciner, au nom d'un principe de précaution à l'égard des enfants », a-t-il fait valoir. Pour l'avocat, « on a ici affaire a des parents soucieux, voire trop soucieux de la santé de leurs jeunes enfants. » « Les vaccins ne sont obligatoires que par bêtise bureaucratique, ajoutait-il une fois l'audience terminée. L'Etat n'a pas à me dicter ce que je dois faire. Pas plus que les labos pharmaceutiques. »

 

Pour Grégory Leroy, le vice-procureur de la République, «le débat soulevé ne porte pas sur les réticences » liées à la vaccination, car « il y a la réponse apportée par l'histoire de l'humanité au XXe siècle » où « rien n'a apporté autant de bienfaits que la vaccination », évoquant des « centaines de millions de vies sauvées ». Il a néanmoins appuyé la demande de QPC, estimant qu'il y a « un enjeu fondamental, entre la liberté et le droit à la santé. » (à noter, note d'Initiative Citoyenne: le Haut Conseil de Santé Publique (HCSP) s'est dit en faveur de la levée des obligations vaccinales mais entre ce qu'ils disent dans un contexte où ils sont dans leurs petits souliers et les faits, il y a une marge d'où que nous n'avions pas jugé bon de relayer ces "bonnes intentions" avant la lettre...)

 

Source : Le Monde

 

 

Sondage-le-Point-octobre-2014-liberte-vaccinale.png

Site du journal Le Point où Initiative Citoyenne a laissé un petit commentaire...

 

 

Marisol Touraine, la ministre peu préoccupée par les MILLIONS DE VICTIMES DES VACCINS :

 

 

 

Marisol Touraine, la Ministre française de la Santé, semble hélas plus préoccupée par ce qu'elle appelle les "anti-vaccins" que par les millions de victimes annuelles de la vaccination. A l'instar de ce Procureur français chargé de répéter comme un perroquet un disque rayé jamais vérifié, M. Touraine répète de façon légère « les vaccins sauvent des vies ». Le gros problème est qu’il n’est guère difficile de se rendre compte, quand on se penche sérieusement et de façon indépendante sur ce sujet, qu’ils en démolissent en tout cas BEAUCOUP PLUS et la clef de voûte d’un tel système autoritaire c’est le fameux « Si c’était vrai, cela se saurait »… Hélas, non…car:

 

- Qui sait par exemple que seuls 1 à 10% des effets secondaires GRAVES de vaccins sont officiellement comptabilisés ?

 

- Qui sait que les vaccinés ne sont pas comparés de façon honnête à des non vaccinés, ce qui induit un biais majeur et contribue à « noyer le poisson » (comme le poison !)?

 

- Qui se rend compte que les vaccins, en tant qu’ils interfèrent puissamment et durablement avec le système immunitaire et qu’ils contiennent des constituants notoirement cancérigènes tout en restant étrangement dispensés de tests de cancérogénicité, pourraient avoir une part non négligeable et jamais calculée dans l’épidémie gravissime de cancers actuelle ?

 

- Qui sait que les documents confidentiels des firmes pharmaceutiques sur leurs propres vaccins listent plus de 800 effets secondaires  pouvant affecter tous les systèmes du corps avec des effets aussi graves que des morts subites, des encéphalopathies, des cas d'autisme, des épilepsies, des diabètes insulino-dépendants (combien d’enfants et d’adultes sont devenus épileptiques ou diabétiques à cause d’un vaccin ?)?

 

- Où sont donc LES PREUVES sonnantes et trébuchantes que les vaccins n’ont pas un rôle péjoratif décisif dans une majorité de maladies auto-immunes et neurodégénaratives ?

 

Le pire c’est que c’est tout l’inverse qu’on a, des indices clairs que les non vaccinés sont en bien meilleure santé.

 

La vaccination évite donc ici ou là peut-être certains cas de complications mais il faut bien garder à l’esprit que sans aucun vaccin, tous ceux qui contracteraient une maladie naturelle donnée ne développeraient pas une complication, les complications sont l’exception et non la règle. En revanche, en vaccinant tout le monde, on court-circuite à coup sûr le système immunitaire de 100% des personnes piquées avec des produits chimiques dont on sait assurément qu’ils ne sont jamais bons pour aucun organisme ni aucune cellule vivante.

 

Les vaccins, c’est le degré zéro de la prévention, le nivellement par le bas de la santé publique qui contribue à rendre toute une population patraque (à court, moyen ou long terme) pour ne supprimer que des cas anecdotiques de complications graves, de loin inférieurs aux complications graves des vaccins. Un exemple parmi d’autres, les cas graves de méningites à pneumocoques sont peu nombreux en Belgique, l’incidence n’est que de 4 sur 100 000 ! En revanche, selon les données confidentielles des essais cliniques du vaccin Prevenar, le taux d’effets secondaires graves du vaccin atteint 3% des enfants, ce qui pourrait concerner (rien que pour ce seul vaccin !) jusqu’à 3800 enfants belges annuellement au vu du taux de vaccination. Quand on sait qu’en plus, les données épidémiologiques ont montré (en France mais sûrement dans les autres pays qui ont vacciné également) une hausse des méningites à pneumocoques à cause de la vaccination massive (effet pervers !)... On comprend alors mieux l’ampleur du désastre, une douzaine de méningites à pneumocoques naturelles par an chez les jeunes enfants en âge d’être vaccinés contre DES MILLIERS D’EFFETS GRAVES CAUSES PAR UN VACCIN, alors faites le compte si on additionne tous les effets secondaires de tous les vaccins … de quoi avoir le vertige !  

Published by Initiative Citoyenne - dans Vaccination polio-liberté vaccinale
commenter cet article
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 05:50

Suspension du prononcé pour plusieurs parents qui avaient refusé de faire vacciner leur bébé contre la polio

 

Belga

 

Un couple originaire de Riemst qui avait refusé de faire vacciner sa petite fille contre la polio a obtenu mercredi la suspension du prononcé devant le tribunal correctionnel de Tongres. Le vaccin est légalement obligatoire, mais les parents estimaient ce dernier trop dangereux.

 

pauvre-enfant-vaccine.jpgPhoto DR. Commentaire d'IC: on lit  toute la détresse dans le regard de cet enfant dont toute la santé peut être compromise de façon irréversible par cet acte automatique, aveugle et totalement anti-scientifique.

 

La poliomyélite est une maladie très contagieuse provoquée par un virus qui envahit le système nerveux et peut entraîner une paralysie totale en quelques heures. Le vaccin est obligatoire depuis 1966 pour les enfants âgés entre deux et dix-huit mois.

 

Le couple avait refusé la vaccination de sa fille en 2009. Selon les parents, il était trop dangereux d’administrer un vaccin contenant du FORMALDEHYDE, une substance potentiellement cancérigène. Ils soulignaient également que le vaccin contre la polio n’était obligatoire qu’en Belgique et en France, au contraire des autres pays de l’Union européenne, où ce n’est plus le cas.

 

Même si la polio a presque totalement disparu dans nos pays, le tribunal a estimé qu’une vaccination était encore toujours primordiale en raison de l’immigration grandissante. Le juge a néanmoins fait preuve de compréhension envers les parents et leur a accordé la suspension du prononcé, ainsi qu’à un autre couple passé mercredi devant le même tribunal pour des faits similaires.

 

Source: Sudinfo.be

 

NB: Comme à son habitude, Belga donne dans l'à peu près vu qu'elle indique que le vaccin polio ne serait plus obligatoire qu'en Belgique et en France. En réalité, cette vaccination polio est encore obligatoire dans plusieurs pays d'Europe de l'Est (Pologne, Slovénie, Slovaquie, Hongrie etc) ainsi que dans des pays comme l'Italie, la Grèce, etc. Voir notamment ICI. Certains y verront là une (fausse) preuve ou indication que la Belgique ne serait pas si insensée que cela en maintenant une telle obligation vaccinale mais il ne faut pas oublier que les Etats n'ont que peu de pouvoir en matière sanitaire compte tenu de l'influence écrasante, en réalité quasi d'ordre dictatorial, de l'OMS dont les mensonges et le degré de corruption ne sont plus à prouver bien qu'elle continue cependant d'être en partie subsidiée par l'argent de contribuables-pigeons! Par conséquent, un semblant d'uniformité relève bien davantage d'un vrai pôle décisionnaire unique que d'un bon sens communément partagé...

Published by Initiative Citoyenne - dans Vaccination polio-liberté vaccinale
commenter cet article
8 mars 2014 6 08 /03 /mars /2014 17:50

Dinant - Tribunal correctionnel

 

Polio: elle refuse de vacciner son enfant pour des raisons de santé

 

Fotolia femme qui dit non 

 

Jean-Luc HENRARD

 

DINANT - Une jeune Dinantaise est poursuivie pour ne pas avoir vacciné son enfant contre la polio. C’est pourtant une obligation en Belgique.

 

Cette Dinantaise est-elle irresponsable? La dame, apparemment posée, s’en défend et assure, au contraire, qu’elle se soucie beaucoup de la santé de son enfant. Si sa petite fille n’a pas été vaccinée, c’est, assure-t-elle, parce que les vaccins contiennent des substances nocives à la santé et que les «accidents » ne sont pas rares.

 

Affirmant s’être documentée, la jeune femme assure paradoxalement ne pas être contre la vaccination. «Mais je demande que l’on m’apporte des preuves scientifiques de l’innocuité des vaccins », insiste-t-elle. Le problème est que la vaccination contre la polio (maladie infectieuse aiguë et contagieuse provoquant de terribles handicaps) est obligatoire en Belgique.

 

Contraire aux intérêts de la société

 

«Connaissez-vous seulement les ravages de cette maladie? lui demande la présidente Dupraey. Vos agissements ne sont-ils pas contraires à l’intérêt de votre enfant et de la société? »

 

Sans se démonter, l’intéressée répond que cette maladie n’existe plus dans notre pays et en Europe. Il est vrai que la polio est considérée comme éradiquée en Europe. Mais elle est toujours active sur certains continents, notamment en Asie et en Afrique, où elle pose de gros problèmes de santé publique!

 

«De plus, quand on a commencé à vacciner, la maladie était déjà disparue, soutient-elle. Mais on maintient l’obligation de vacciner alors que dans d’autres pays, comme au Pays-Bas, cela n’est plus le cas. »

 

Son enfant n’est pas non plus vacciné contre d’autres maladies contagieuses, ce qui a posé des problèmes quand il a été question de mettre la petite en garderie.

 

Parlant d’«erreur fondamentale », le substitut Herbay estime que la prévenue porte des jugements sur le monde médical sans en avoir aucune compétence.

 

«Votre fille ne provoquera pas une épidémie si elle n’est pas vaccinée, insiste-t-il. Mais si tout le monde agit comme vous, nous courrons tous à la catastrophe. Vous allez à l’encontre de l’avis des médecins, d’universitaires, des états. La vaccination peut générer certains risques, mais traverser la rue encore plus. »

 

Agacé par l’entêtement de cette mère de famille qui a été interpellée plusieurs fois par le parquet pour se mettre en ordre, le ministère public réclame une amende avec sursis.

 

«Mais si la prévenue n’obtempère pas, nous passerons à des amendes fermes, prévient-il. D’une manière ou d’une autre, il faudra que cet enfant soit vacciné! »

 

La défense n’a évidemment pas le même point de vue et estime que les craintes de sa cliente sont légitimes quant aux risques liés à une vaccination.

 

Discrimination entre citoyens européens ?

 

«Des personnes ont été infectées par la polio vaccinale, certifie Me Vanlangendonck. En outre, cette maladie n’est pas incurable: il existe des traitements depuis 60 ans (NDLR: c’est oublier un peu vite qu’il vaut mieux prévenir que guérir!). Et pourtant, on pousse à la vente de vaccins. »

 

Mais surtout, l’avocat bruxellois relève que, selon la Convention européenne des droits de l’homme, la protection de l’intégrité physique est un droit absolu. Entendez, on ne peut pas imposer un acte médical comme la vaccination.

 

Et la défense d’ajouter que l’obligation belge provoque une discrimination entre citoyens européens puisque certains pays l’ont levée. En continuation au 8 mai.

 

Source: Vers l'Avenir

 

Voilà une maman qui réclame des preuves scientifiques de l’innocuité de cette vaccination, quoi de plus normal quand on sait que même le Dr Saluzzo, Directeur de la Production des vaccins viraux (dont l’Imovax polio justement) chez Sanofi Pasteur et également consultant pour l’OMS a publiquement reconnu qu’ils n’ont aucune idée de la façon dont les vaccins fonctionnent (et donc peuvent opérer, y compris de façon négative ) ! Pourtant, cette maman qui souhaite protéger son enfant se fait en retour harcelée par de dociles exécutants qui souhaiteraient pouvoir criminaliser le fait-même de s’interroger sur le bienfondé d’un acte pouvant  pourtant conditionner toute la santé future d’un enfant, au seul motif bien commode que « c’est obligatoire » et en osant encore bien invoquer une solidarité qui n’est pourtant JAMAIS de mise vis-à-vis des victimes de cette pratique ! Ces juges et ces procureurs agissent en bons exécutants mais n’assument pas leur devoir civique d’information soigneuse et impartiale, information qu’ils auraient bien sûr dû personnellement effectuer. Il semble hélas aussi que la Convention européenne de Bioéthique (aussi appelée Convention d’Oviedo) ne leur dise pas grand-chose puisque l’article 2 de cette Convention signée par une majorité de pays européens stipule : « L’intérêt et le bien de l’être humain doivent prévaloir sur le seul intérêt de la société ou de la science. »

 

Par ailleurs, cette maman nous a bien précisé les omissions du journaliste de la Meuse qui a complètement passé sous silence le harcèlement inacceptable dont elle a été victime avec des actes d’intimidation policière (qui ont d’ailleurs terrorisé sa petite fille) alors que cette maman l’en avait pourtant informé. Mais en matière de vaccins, le dogmatisme est omniprésent ainsi que les images doucereuses et simplistes qui tentent à faire croire que les bons parents doivent vacciner et que les autres parents qui osent se questionner seraient de mauvais parents ou des parents maltraitants. Relater dans un article de presse via le cas de cette maman ces procédures totalitaires contreviendrait à l’image d’Epinal de la vaccination en tant que merveilleuse chance de santé. La presse n’a donc pas vraiment la liberté d’en faire état car cela contribuerait à révéler le véritable visage de la vaccinologie, une fausse science qui a comme terreau le mensonge, la peur et l’intimidation/ culpabilisation.

 

Et pendant ce temps, l'ONU se prépare à une campagne massive de vaccination anti-polio au Proche-Orient qui va consister à vacciner plus de 22 millions d'enfants de moins de 5 ans à plusieurs reprises pendant 6 mois et cela, quel que soit leur passé immunitaire (c'est-à-dire le nombre de doses de vaccins qu'ils ont déjà précédemment reçues). Ces enfants seront vaccinés avec un vaccin oral à virus vivant, c'est-à-dire le vaccin Sabin qui a été utilisé en Belgique jusqu'en 2000. La Belgique a donc maintenu obligatoire pendant 34 ans au moins (depuis l'arrêté royal sur l'obligation vaccinale polio de 1966 jusqu'en 2000) une vaccination en 3 doses alors que les cas d'"épidémies" montrent qu'on revaccine indépendamment du nombre de doses déjà reçues... voilà qui est formidablement sensé et logique! Par ailleurs, on ne vise que les enfants de 5 ans, là aussi ça pose des questions supplémentaires. Enfin, il faut savoir que ce vaccin oral maintenu obligatoire en Belgique jusqu'en 2000 est celui qui a provoqué en Inde plus de 60 000 cas de paralysie flasque aiguë (= paralysie vaccinale deux fois plus meurtrière qu'une polio naturelle), rien qu'en 2011 (Source: journal indien: The Hindu.com)! Nous étions donc encore bien en-deça de la réalité en avançant le chiffre de 47 500 cas de paralysie flasque aiguë (AFP) causée par le vaccin cette année-là. Si on tient compte des sous-notifications, on dépasse encore certainement ce chiffre de 60 000....Et "comme par hasard", s'il y avait eu 60 000 cas de paralysie due à la polio, on aurait dit, "il faut absolument vacciner, c'est une épidémie inacceptable". Mais ici, comme c'est un des MULTIPLES effets secondaires graves possibles du vaccin, les officiels préfèrent l'ignorer et continuer de plus belle... quelle éthique, quelle solidarité et quelle compassion pour les victimes, il n'y a vraiment pas à dire!

 

 

Published by Initiative Citoyenne - dans Vaccination polio-liberté vaccinale
commenter cet article
4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 15:35

TC Hasselt - Un mois de prison et une amende pour ne pas avoir vacciné son enfant contre la polio

 

lundi 03 mars 2014 à 21h06

 

(Belga) Un couple originaire du Limbourg a été condamné lundi devant le tribunal correctionnel de Hasselt à un mois de détention et une amende de 165 euros pour ne pas avoir vacciné un de leurs enfants contre la polio.

 

La femme de 31 ans et l'homme de 43 ans n'avaient pas fait effectuer, entre février 2007 et juin 2008, de vaccin contre la polio sur leur fils. Ils affirmaient pourtant être en ordre et avoir transmis une attestation de vaccination à l'agent de quartier, document qui, selon leurs propos durant la première audience, aurait été perdu entre-temps. (Belga)

 

Source: Le Vif

 

vaccine-cartoon.jpg

 

La maman: "Docteur, les vaccins ne contiennent-ils pas des embryons de poulet, du formaldéhyde qui sert à embaumer les morts, des spermicides, des agents cancérigènes, de la gélatine d'animaux de boucherie, du mercure, des antibiotiques et de l'antigel ??? "

 

Le médecin: "Je n'en sais rien... Nous sommes juste payés pour piquer le plus de gens possible !!"

 

Le bébé: "S'il vous plaît, à l'aide, appelez le centre anti-poisons !!"

 

Question éthique : Est-ce qu'il vaut mieux se faire condamner en correctionnelle à une peine de principe qui ne sera de toute façon pas effectuée ou accepter d’administrer à son enfant un vaccin dont le potentiel cancérigène n’a pas été évalué alors qu’il contient pourtant du formaldéhyde qui est un cancérigène certain et qu’il n’existe pas la moindre procédure d’indemnisation des victimes de ce genre d’acte imposé ?? Juridiquement, on peut non seulement invoquer le droit au consentement libre et éclairé (loi du 22 août 2002) mais aussi le devoir d’agir en bon père/bonne mère de famille c’est-à-dire de façon normalement prudente et diligente dans l’intérêt de son enfant (Code Civil). Est-ce bien prudent de foncer tête baissée « parce que les autorités l’imposent » alors que ces mêmes autorités se sont déjà rendu coupables de PUBLICITE VACCINALE TROMPEUSE « de nature à induire le consommateur en erreur », en violant les exigences de loyauté et de véracité ?? Est-ce donc bien cela agir en père ou mère de famille prudents??

Published by Initiative Citoyenne - dans Vaccination polio-liberté vaccinale
commenter cet article
28 décembre 2013 6 28 /12 /décembre /2013 17:16

Extrait du Courrier des lecteurs de la revue belge néerlandophone 't Prijke:

 

Complications après la vaccination contre la polio

 Dessin--Prikje.jpg

 

Bonjour,

 

14 jours après son deuxième vaccin contre la polio (16 mois), ma petite fille a présenté une sérieuse réaction au vaccin. Il s’agit de mon opinion personnelle car la chose n’est pas confirmée officiellement.

 

Sans que l’on ne puisse s’y attendre, elle a, le soir, fait une forte fièvre. Une heure plus tard, elle a commencé à vomir et a immédiatement perdu connaissance. Pendant plus de 5 minutes elle est devenue grise, avait les yeux grand-ouverts et ne montrait plus le moindre signe de vie.

 

Un voisin est venu à la rescousse pour pratiquer une réanimation. On a alors pu voir qu’elle commençait à réagir.

 

Au moment où l’ambulance est arrivée, elle avait repris conscience et avait encore 39,8° de fièvre, mais un de ses yeux était complètement de travers. A l’hôpital, ils ont fait une prise de sang, l’ont retournée dans tous les sens, mais tout était parfaitement en ordre. Le lendemain elle n’avait plus de fièvre et l’appétit était revenu.

 

Diagnostic : fièvre convulsive à la suite d’une infection, en dépit du fait que les analyses sanguines étaient normales. Le pédiatre a dû reconnaître qu’il s’agissait d’un cas sérieux de fièvre convulsive et il m’a conseillé de faire examiner ma petite fille par un neurologue. Mais là non plus, l’examen n’a rien donné.

 

Maintenant, je dois d’urgence lui faire administrer son troisième vaccin. J’ai déjà 5 mois de retard. La commune m’a permis de postposer la vaccination, étant donné que j’avais l’attestation de la précédente vaccination.

 

Mais malgré qu’il s’agisse d’un vaccin tué qui est obligatoire en Belgique, j’hésite beaucoup à le faire administrer à ma petite fille.

Qu’en est-il si ça tourne mal ?

 

Salutations distinguées

 

-------------------------------------------------------------------------

 

Réponse :

 

Chère Madame,

 

Il ne peut absolument pas être question d’une troisième vaccination !!!!!!! Votre fille risque de graves dommages neurologiques si le scénario précédent se répète, et ce risque est très réel.

 

Bien que la règle veuille que trois doses du vaccin polio soient obligatoirement administrées, une attestation de votre médecin ou de votre pédiatre pourra exempter l’enfant de cette obligation pour raisons médicales.

 

Il est en outre très important que tout ce qui s’est passé après la dernière vaccination soit repris en détails dans son dossier médical et que vous en conserviez une copie, de même que la trace du séjour de l’enfant à l’hôpital.

 

Il arrive parfois assez souvent que ces rapports disparaissent comme par hasard, alors qu’ils pourraient s’avérer fort utiles dans la suite.

 

Il est aussi très important de noter que ces convulsions se sont produites après la vaccination. Les médecins ont en effet tendance à négliger ce rapport possible.

 

Il vaut aussi vraiment mieux ne pas administrer d’autres vaccins. Dans beaucoup de cas, les réactions ne sont pas provoquées par l’antigène du vaccin (dans ce cas le poliovirus), mais par les autres composants du vaccin qui se trouvent également dans d’autres vaccins.

 

J’espère avoir pu vous être utile.

 

Salutations amicales

 

Dr Gaublomme

 

‘t Prikje Décembre 2013, p.22

 

Ajout d'Initiative Citoyenne/ Suggestion de confrontation avec l'information suivante:

 

Quinze jours de prison (et 275 euros) d'amende pour avoir refusé de faire vacciner (7 sur7)

 

(Nombreux commentaires éclairants qui montrent que le public est globalement moins crédule qu'il y a 10 ou 15 ans d'ici... Petit exemple:

 

« Je trouve scandaleux le fait de porter atteinte à l'intégrité physique de quelqu'un en ne lui laissant pas le choix. Parce qu'aujourd'hui, seul ce vaccin est obligatoire, mais demain, on peut nous imposer tout et n'importe quoi. Quand on réfléchit un peu, on ne connait pas réellement les effets des produits pharmaceutiques. » )

 

PS: A ceux qui soumettent leurs choix de santé à leur "crainte du gendarme" qu'ils sachent ou qu'ils se rappellent que ces décisions servent davantage à "faire peur", à "faire des exemples" mais que les prisons sont déjà pleines en Belgique. Dans notre pays comme dans d'autres, les vrais cirminels (dont ceux en col blanc) ont hélas souvent droit à bien plus de laxisme que les honnêtes gens qui ont commis le seul crime de REFLECHIR en adultes.

 

Révisez l'expérience de Milgram et ses résultats, tout était déjà dit. Obéir aveuglément aux autorités "parce que c'est obligatoire" est délétère et cela peut coûter des vies (le cas de cette maman qui avait tellement intégré l'idée de soumission est à cet égard exemplaire... sans un message de prudence du Dr Gaublomme, elle aurait sûrement refait vacciner l'enfant, peut-être jusqu'à la mort comme cela arrive à plusieurs familles!)

 

Forcer quiconque à recevoir un produit chimique injecté dans son corps au nom de n'importe quel prétexte est un abus de droit incommensurable, injustifiable et inexcusable!! Que ceux qui veulent se faire injecter ces cocktails chimiques sur base de croyance, ça les regarde mais qu'au nom de ces croyances (et non connaissances ce qui est différent) ils entendent forcer la liberté la plus fondamentale et le droit le plus essentiel à la santé d'autrui constitue un acte d'une violence inouïe digne des pires régimes qui soient au monde!!

 

Published by Initiative Citoyenne - dans Vaccination polio-liberté vaccinale
commenter cet article
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 21:00

« Si les gens du peuple permettent au gouvernement de décider de leur nourriture et de leurs médicaments, leurs corps ne tarderont pas à présenter l’état pitoyable des âmes qui vivent sous la tyrannie. » Thomas JEFFERSON, (1743-1826) 3ième Président des Etats-Unis, auteur de la Déclaration d’Indépendance

 

 Seringue-Palevsky.jpg  

 

 Vaccination : condamnation confirmée

 

L’avenir ;  Jean-Pierre De Staercke

 

La vaccination contre la polio est obligatoire depuis 1966.

   

LESSINES - Acquitté à Tournai, un couple avait été condamné en appel pour avoir refusé de vacciner leur enfant. Ils se sont battus jusqu’en Cassation.

 

En vain.

 

Cette fois, la vérité judiciaire est définitive.

 

Un couple de parents de Lessines (J.D. et N.C.), tous deux âgés de 37 ans, sont définitivement condamnés à une amende de 143 euros, ainsi qu’aux frais de la procédure, soit quelque 500 euros. Une sanction somme toute symbolique mais un symbole de taille, aux yeux des autorités sanitaires de notre pays.

 

Les intéressés avaient été acquittés par le tribunal correctionnel de Tournai, le 16 mars 2011. Ils répondaient d’une infraction à la loi de 1966 rendant obligatoire le vaccin contre la poliomyélite. Car ils avaient refusé pendant plus de 3 ans de faire vacciner leur enfant né en août 2006.

 

Le libre consentement ?

 

Le juge avait suivi l’argument majeur de l’avocat de la défense, Me Philippe Vanlangendonck, qui avait fait valoir que la loi du 22 août 2002, garantissant le libre consentement du patient pour toute intervention médicale, devait primer sur celle de 1966. Mais le parquet avait immédiatement relevé appel du jugement. Et, à l’étage supérieur, à la cour d’appel de Mons, les magistrats avaient réformé la décision, condamnant chaque prévenu à l’amende de 143 euros.

 

Pour établir cette vérité judiciaire, le trio magistral avait longuement motivé son arrêt, le 25 mars dernier. De considérer notamment: «En tout état de cause, ce droit du patient de consentir librement à toute intervention du praticien professionnel (et son droit au respect de la liberté thérapeutique) n’est pas absolu et spécialement lorsque l’obligation au traitement par le professionnel est fondée sur des considérations de protection de la santé, laquelle participe de l’ordre public ».

 

En d’autres mots, le libre consentement concerne les rapports entre le patient et son médecin. Par contre, la loi sur l’obligation de vacciner va bien plus loin et s’impose à tous.

 

L’ultime recours

 

Mais ni les condamnés ni leur conseil n’avaient digéré cette défaite qui n’avait pourtant rien d’une déroute. Et ils avaient saisi la Cour de cassation. Me Vanlangendonck a bataillé rude, à l’appui d’un écrit de conclusions – un mémoire – épais comme un bottin. Le plaideur s’était notamment indigné de la mise à l’écart de ses conclusions par la cour d’appel, celle-ci estimant qu’elles avaient été déposées tardivement. Il avait également brandi les droits de l’homme et l’absence de proportionnalité entre les effets de la loi de 1966 et l’objectif louable poursuivi par cette législation.

 

En vain. Hier, la haute Cour a validé l’arrêt montois.

 

Source : Vers l’Avenir

 

Lire l'arrêt de la Cour de Cassation du 18 décembre 2013: ICI

  

Avec les suites du "procès polio" comme on pourrait l'appeler, la Cour de Cassation avait une réelle occasion: faire évoluer une situation éthiquement IN-TE-NA-BL-E qui consiste à forcer soi-disant au nom de leur sécurité tous les citoyens à recevoir des injections de vaccins mal évalués faisant ainsi d'eux des cobayes qui s'ignorent.

 

Car il faut le rappeler encore et toujours: le vaccin polio, s'il ne contient pas d'aluminium lorsqu'il est monovalent (ex: Imovax Polio) contient néanmoins du formaldéhyde qui est un cancérigène certain (de classe I), répertorié ainsi par une instance qui dépend de l'OMS mais "fort étrangement", les vaccins restent pourtant depuis le début dispensés de tests destinés à évaluer leur potentiel cancérogène, contrairement aux autres médicaments!

 

Les effets secondaires des vaccins ne sont pourtant jamais évalués sur plus de quelques jours ou quelques semaines (dans le meilleur des cas!) or des manifestations graves comme des cancers ou des maladies auto-immunes peuvent prendre des mois ou des années avant de se manifester. Ces manifestations pathologiques qui gangrènent largement la qualité de vie des citoyens du monde restent donc VOLONTAIREMENT confinées hors du champ de la recherche par des idéologues de la vaccination qui ont alors nettement plus facile pour affirmer (SUR BASE DE LA FOI et non de la Science!) qu'il n'y a aucun lien entre la vaccination et ces maladies.

 

L'être humain est pourtant un tout et chacun est immunologiquement différent de son voisin. Personne ne peut donc garantir que X doses de vaccins contenant du formaldéhyde cancérigène injecté ne vont pas être suffisantes chez un pourcentage donné de gens (quelques centaines ou milliers)  pour déclencher un cancer à la manière de la Xième goutte qui fait déborder le vase.

 

Au cours des années 50' et 60', des MILLIONS de gens dans le monde (y compris en Europe, en Belgique...) ont été contaminés par le virus simien cancérigène SV40 par le biais des vaccins polio (qui étaient produits à partir de cellules de reins de singes contaminés). Il y a eu des dizaines de publications scientifiques qui ont relevé la présence de ce virus au niveau de tumeurs diverses (plèvre, os, cerveau,...). Plusieurs études ont montré aussi que ce virus pouvait se transmettre de générations vaccinées à des générations non vaccinées par ces mêmes vaccins contaminés. Le risque de cancer cérébral et de leucémies est alors multiplié chez ces enfants nés de mères contaminées.

 

Le Dr Jean-François Saluzzo, chef de la production des vaccins viraux chez Sanofi Pasteur (qui produit l'Imovax Polio) et également consultant pour l'OMS avoue le sourire aux lèvres que ce genre de contaminations se reproduira encore. Il avoue également qu"ils ne savent pas comment marchent les vaccins" et que si on veut développer de nouveaux vaccins dans le futur, il faudra commencer par étudier le système immunitaire:

 

 

Vous rendez-vous compte oui ou non de ce que ces aveux signifient ? Ils signifient que PERSONNE, pas même les médecins des firmes ni les "grands experts" de l'OMS ne sait ce qui peut se passer ni quel domino morbide peut découler d'une vaccination. Or de cette méconnaissance les idéologues de la vaccination ont fait de façon intellectuellement frauduleuse une CERTITUDE que le rapport bénéfices/risques est positif. Intellectuellement, ce saut constitue un délire mais surtout une tragédie.

 

Prendre la gravité possible d'une maladie donnée comme justification suffisante à une vaccination X ou Y est une erreur funeste de raisonnement car la gravité possible d'une maladie ne rend pas de facto dans un rapport de cause à effet le vaccin forcément efficace et/ou sûr. En outre, il convient aussi de voir la fréquence des complications. Pour la polio, il faut savoir que la paralysie ne survient pas dans 100% des cas, loin s'en faut, elle survient dans environ 1 cas d'infection sur 200. Beaucoup de gens doivent leurs séquelles de la polio (qui se présente parfois sans symptômes ou à la façon d'une banale angine) à des imprudences médicales dues à l'ignorance: la mode de l'ablation des amygdales qui disséminait alors le virus en phase d'incubation et donnait lieu à des polios de type bulbaire particulièrement graves et souvent mortelles; les injections de vaccins ou d'antibiotiques sur des patients en incubation silencieuse qui provoquent une démultiplication des virus polio au niveau des récepteurs musculaires après l'effraction due à l'aiguille; la sinistre mode consistant à faire baisser la fièvre aussi or selon les travaux du Pr Lwoff (Prix Nobel), une fièvre de 39° stoppe naturellement le développement des virus polio (on imagine alors le nombre de gens infectés qui auraient pu ne jamais avoir de séquelles mais qui, parce que leur bon docteur a cru bien faire en leur donnant un antipyrétique, leur a donné une polio séquellaire!).

 

Dans le même temps, à cause du dogme vaccinal qui écrase, occulte et étouffe tout le reste, aucun citoyen n’est informé des travaux concrets du Dr Neveu qui a pu guérir complètement des paralysies poliomyélitiques déclarées avec administration précoce de chlorure de magnésium, un produit simple et peur cher. Des enfants qui continuent d’avoir la polio en Afrique et dans d’autres pays pauvres comme le Pakistan ou l’Afghanistan auraient ainsi pu ne pas être paralysés s’ils avaient pu bénéficier à temps de chlorure de magnésium mais non, les grands médias et l’establishment préfèrent mettre en scène le cas de ces enfants comme dans Envoyé Spécial sur France 2 avec le message simpliste que le refus de vaccination est lié à des arguments religieux ou simplistes !

 

La vaccination orale qu'on a imposée en Belgique contre la polio depuis 1966 a fait pas moins de 47 500 cas de paralysie flasque aigüe en Inde rien qu'en 2011, année où l'OMS a ironiquement déclaré le pays "vierge de polio"! Cette paralysie qui est directement causée par la vaccination est pourtant deux fois plus meurtrière que la polio. L’Encyclopedia Universalis elle-même en 1988 faisait état d’une hausse de 300% des cas de polio après les grandes campagnes vaccinales menées par l’OMS dans les pays subtropicaux avec le vaccin oral, celui-là même que les autorités réutilisent en Israël en ce moment!

 

Le vaccin contre la polio injectable qu'on impose actuellement en Belgique n'empêche pas les patients d'être porteurs du virus et de le transmettre comme cela s'est vu relativement récemment en Israël où des virus polio ont été retrouvés malgré une couverture totale de la population par le vaccin injectable.

 

Les gens jugent souvent de façon "émotionnelle" en disant "il n'y a plus de poumons d'acier". En fait, ce qui s'appelait poumons d'acier à l'époque a juste changé de nom et de forme mais cela existe encore, ce sont les "respirateurs" et ils sont toujours utilisés, notamment dans diverses paralysies dont certaines sont d'origine vaccinale (que les parents ou les gens fassent le lien ou pas!)

 

La Cour de Cassation n'hésite pas à tordre les lois pour leur faire dire le contraire de ce qu'elles établissaient. Prétendre que la loi sur les droits du patient relève de la sphère privée entre un patient et son médecin en opposition à une prétendue sphère publique est inopérant dès lors que chaque patient vacciné l'est toujours dans un cadre privé en lien avec un médecin et dans une relation de soins donnée. La Convention Européenne de Bioéthique d'Oviedo rappelle en son article 2 en outre que "L'intérêt et le bien-être de l'être humain doivent prévaloir sur le seul intérêt de la société ou de la Science." Accepter l'idée de sacrifices humains, c'est retourner au temps des sociétés primitives qui noyaient l'individu dans une masse informe (mais qui avaient cependant un autre respect que nous de la Nature!).

 

Condamner les parents qui refusent que leurs enfants servent de cobayes, c'est retourner au Moyen Âge où on condamnait des thérapeutes en les qualifiant de "sorcières" et en prétendant de façon ridicule et inconsistante qu'elles avaient constitué un danger pour la société.

 

La Cour de Cassation nous fait revenir en ces temps-là  et cette décision est d'ailleurs d'autant plus inquiétante qu'elle servira sans doute de base pour justifier d'autres obligations vaccinales dans le cadre des futures pandémies tant attendues... Ce jour-là, ceux qui avaient naïvement pensé que cette décision de la Cour est une bonne chose au simple motif que "la polio leur fait peur" risquent malheureusement de comprendre trop tardivement l'ensemble du puzzle dont ils ne voulaient pas forcément.

 

Souvenons-nous à cet égard que l'Etat belge avait acheté assez de vaccins H1N1 pour vacciner l'ensemble de la population et que les officiels avaient initialement envisagé une vaccination obligatoire avec le vaccin expérimental Pandemrix qui avait fait sept morts sur 2000 patients dans les essais cliniques. Le Dr Daniel Reynders de la Cellule Infuenza avait d'ailleurs avoué (nous en avons le film) le 30 septembre 2009 à Ciney que les autorités avaient même envisagé de faire cette vaccination obligatoire à la manière nous citons d'un "week-end électoral" en utilisant les bureaux de vote pour faire les vaccinations!

 

Le vaccin contenait du squalène comme adjuvant, molécule hautement réactogène et dangereuse quand elle est injectée et les flacons d'adjuvant (AS03) continuent d'être conservés dans des casernes militaires en Belgique pour pouvoir reservir "en cas de besoin"! Les cas de narcolepsies ne sont que la partie émergée de l'iceberg et bien d'autres maladies ont découlé de cette vaccination.

 

Outre que cette sinistre décision de la Cour de Cassation était prévisible pour maintenir "l'effet d'entrain" qu'a cette obligation polio sur l'entièreté des autres vaccins pédiatriques, cette décision constitue donc aussi une volonté de ne pas mettre d'entrave juridique ou de créer de précédent dans la perspective de futures pandémies, de façon à ne pas compliquer davantage l'instauration d'une vaccination obligatoire "pour le plus Grand Bien de tous" bien entendu!!

 

 

Voir aussi : Procès polio: la liberté vaccinale coûte environ 900 euros par enfant en Belgique

Published by Initiative Citoyenne - dans Vaccination polio-liberté vaccinale
commenter cet article
11 octobre 2013 5 11 /10 /octobre /2013 20:05

Voici, sur base d'un exemple extrêmement concret, comment des administrations communales peuvent désinformer et intimider des parents en matière de vaccination.

 

Le courrier que vous pouvez lire ICI est ce que la commune de Havelange (Province de Namur, Belgique) envoie aux jeunes parents. (merci au médecin qui nous a transmis ce courrier surréaliste).

 

femme menaçant fotolia

 

La désinformation est manifeste. Tout d'abord, parce que la commune continue d'indiquer aux parents que la vaccination anti-variolique est obligatoire alors que l'obligation a été levée en Belgique depuis ...1976 (selon le site du Conseil Supérieur de la Santé) !!. Ce genre de mention contribue à semer inutilement un climat de peur (*), tout en contribuant aussi à faire croire que la vaccination aurait joué un rôle-clé dans l'élimination de la variole, ce qui n'est en réalité pas le cas.

 

Ensuite, il est fait mention de 4 dates à fournir pour la vaccination polio ALORS QUE les textes de loi ne mentionnent que 3 doses et non 4. (deux doses dans la première année de vie et une dose dans la deuxième année de vie) et encore, il faut aussi souligner que ces dispositions règlementaires, sous la forme d'arrêtés royaux, sont contraires à la loi du 22 août 2002 sur les droits du patient, qui a une portée (un poids) juridique supérieure et qui consacre le droit des patients (et des tuteurs dans le cas de mineurs d'âge) à un consentement pleinement libre et éclairé pour tout acte médical. Cela implique bien sûr le droit d'accepter comme de refuser un acte médical donné si on s'estime insuffisamment informé sur ses bénéfices et ses risques par exemple. Aucune exclusion ou "dispense" n'est faite dans cette loi en matière de vaccinations ce qui sous-entend clairement que celles-ci doivent être régies par ce principe du droit au consentement libre et éclairé et que toute obligation vaccinale s'oppose à un tel principe.

 

Mais pour en revenir à cette mention erronée du nombre de doses de vaccin requises dans les documents communaux à compléter, il faut rappeler que les cocktails de vaccinations (tétra, penta ou hexavalente), qui incluent cette valence polio, impliquent en principe l'injection de 4 doses de vaccination et non 3 - bien que la France ait récemment "simplifié" son calendrier vaccinal en supprimant une de ces 4 doses. Ce schéma en 4 doses est celui qui s'applique aux enfants dont les parents croient naïvement qu'ils sont obligés de commencer la vaccination dès l'âge de 2 mois. Cependant, les notices professionnelles indiquent clairement qu'on peut supprimer une dose de vaccination si on commence à vacciner après les 4 mois de l'enfant ou au-delà.

 

Il est donc clair que l'intérêt financier des pharmas n'est pas à la suppression généralisée d'une quatrième injection. Partant, on peut donc s'interroger sur la complicité (consciente ou non) des communes vis-à-vis d'une telle rapacité financière, car il est manifeste que ces pratiques doivent contribuer à faire croire à certains parents qu'ils sont non seulement obligés d'administrer 4 doses (et donc de recourir aux vaccins combinés, les plus chers et les plus rentables pour les firmes mais aussi les plus réactogènes en termes d'effets secondaires) mais en plus qu'ils doivent absolument commencer si tôt (2 ou 3 mois).

 

La lettre de "bienvenue" au bébé de la part de la bourgmestre (maire) de la commune fait étrangement penser aux nouvelles manoeuvres de nombreux gouverneurs d'états américains qui, s'étant associés à la firme de cartes de voeux Hallmark, envoient un message personnalisé de bienvenue à tous les jeunes parents accompagné d'injections vaccinales et de calendriers vaccinaux actualisés...

 

* Voici la copie d'une page du site du Conseil Supérieur belge de la Santé, au sujet des préparatifs en matière de risque d'épidémie de variole et du peu de démocratie que cela impliquerait....

 

Au fil des siècles, la variole a été à l’origine de nombreuses épidémies. La mise au point d’un vaccin à la fin du 18e siècle a permis petit à petit d’en réduire l’impact. Au début de la seconde moitié du 20e siècle, l’utilisation de la lyophilisation a permis de transporter le vaccin jusqu’aux coins les plus reculés du monde.

 

Comme la variole se transmet directement d’une personne infectée à une personne saine et non protégée par la maladie, sans intervention d’un vecteur externe ou d’un autre agent intermédiaire, l’idée a été conçue de tenter d’éradiquer la maladie à l’aide d’une campagne de vaccination à l’échelle mondiale. La campagne mondiale d’éradication a été pilotée par l’OMS et exécutée par les Etats membres. Le dernier cas de variole a été constaté en Somalie en 1977. Le 26 octobre 1979, après une période d’observation de 2 ans, l’OMS a déclaré le monde exempt de variole. La vaccination contre la variole était légalement obligatoire en Belgique. Depuis 1976, cette obligation vaccinale a été suspendue.

 

Une nouvelle épidémie de variole est peu probable. L’OMS a approuvé deux laboratoires hautement sécurisés, dans lesquels des échantillons du virus de la variole sont conservés officiellement. Si actuellement une épidémie de variole survenait, on pourrait conclure qu’il s’agit probablement d’un acte mal intentionné. Les risques liés à la vaccination antivariolique ne sont pas négligeables. Etant donné qu’en ce moment la maladie n’existe pas, le gouvernement belge, suivant en cela l’avis du Conseil Supérieur d’Hygiène, n’est pas favorable à une vaccination préventive.

 

Dans l’éventualité d’une épidémie confirmée de variole, la vaccination concentrique (en anneaux) sera appliquée. Quiconque a été en contact avec une personne infectée par la variole sera vacciné. Pour mettre en pratique cette mesure de riposte, il est nécessaire qu’une équipe polyvalente de premiers secouristes soit elle-même vaccinée avant d’entrer en action. Il s’agit d’environ 600 personnes, le “Team d’Intervention Rapide Variole” (TIR). Cette équipe est composée de médecins, d’infirmiers, d’ambulanciers, de personnel de laboratoire (dont certains hautement qualifiés), de chauffeurs de la protection civile (pour assurer le transport des échantillons), de personnel de la police, de personnel administratif (pour les besoins des centres de vaccination), de personnel de soutien logistique, de personnel judiciaire, et de bien d’autres types de personnel encore. Le gouvernement se doit d’être préparé au cas où une telle éventualité se développerait en Belgique ou ailleurs dans le monde.

 

La sélection des candidats pour le “Team d’Intervention Rapide Variole” (TIR) a démarré. En outre, en 2002 déjà, le gouvernement a constitué un stock stratégique de vaccin antivariolique.

 

******************

 

Chose intéressante, le site La Question Des Vaccins vient de rappeler par mail de façon très pertinente les propos de Donald Henderson qui dirigea le programme d’éradication de la variole et date de 1976 :

 

Voici ce qu'écrivait Henderson en 1976 quand il tirait les enseignements de l'expérience de l'éradication [21] (11 pages en français toutes très intéressantes) :

Page 10 :

 

« Le plus important est de reconnaître que les progrès réalisés dans un programme de lutte contre une maladie peuvent être appréciés en terme d'incidence de cette maladie.  Nous avons constaté, jusqu'à une date très récente, que les autorités sanitaires, la presse et le public dans leur ensemble ont cherché à évaluer les progrès réalisés en premier lieu d'après le nombre de vaccinations effectuées. Lorsqu'une épidémie se produisait, l'attention était surtout dirigée vers les chiffres de la vaccination. Si ceux-ci étaient élevés on en concluait que le programme se déroulait bien.

 

La mesure des progrès réalisés d'après le nombre de vaccinations effectuées semble être un échec trop fréquent des programmes de vaccination aujourd'hui aussi bien dans les pays développés qu'en voie de développement. […] »

 

[21 ] Les enseignements de l'éradication par Henderson :

http://whqlibdoc.who.int/smallpox/WHO_SE_75.76_fre.pdf

 

Voir aussi ici sur le mythe de la vaccination éradicatrice (en matière de variole)

           

Published by Initiative Citoyenne - dans Vaccination polio-liberté vaccinale
commenter cet article
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 20:10

Polio : les parents sous-informés sur les effets secondaires 

  

Kinshasa, mardi 23 juillet 2013

 

enfant-polio.jpg

 

 

Plusieurs centres de santé ont enregistré un taux important  d’enfants amenés en urgence, souffrant de vomissements et diarrhée, la semaine dernière. Certains de ces enfants dont l’âge varie entre zéro et cinq ans ont dû être hospitalisés pour suivre de soins appropriés.


Cela s’est malheureusement passé  tout juste après la dernière  campagne de vaccination ou le rappel de vaccination contre la poliomyélite et l’administration du mebendazole  contre les vers intestinaux.

Ces symptômes ont sérieusement entamé le moral de beaucoup de parents qui ne savaient pas à quel saint se vouer et dont certains envisagent sérieusement le boycott de ces campagnes dites de « porte à porte ».

 

Source: Mediacongo

 

NB: Le vaccin oral (de type Sabin) encore utilisé au Congo fut utilisé en Belgique jusque l'an 2000... et les parents n'étaient certainement pas mieux informés des risques chez nous!

Published by Initiative Citoyenne - dans Vaccination polio-liberté vaccinale
commenter cet article
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 23:05

Lire notre communiqué de presse de ce jour: ICI

 

Des parents "anti vaccin polio" condamnés en appel

 

Bebe-pique.jpg

Les parents du petit Olivier, originaires de Lessines, ont été condamnés en appel à une amende pour ne pas avoir fait vacciner leur petit garçon contre la polio. En 1ère instance, en Mars 2011, le Tribunal Correctionnel de Tournai avait acquitté pour ces faits Nathalie Comblet et son ex-mari mais le Parquet avait décidé de faire appel de cette décision.

 

La Belgique est un des derniers pays européens avec la France où le vaccin anti-poliomyélite est resté obligatoire avant les dix-huit mois.  Dans les autres pays européens, soit cette vaccination a été supprimée, soit elle est laissée à l’appréciation des parents concernés.

 

Si les parents d’Olivier n’ont jamais voulu administrer ce vaccin à leur enfant, c’est parce que non seulement ils ont toujours douté de son efficacité mais aussi parce qu’ils lui attribuent des risques d’effets secondaires.

 

Nathalie Comblet s’étonne donc de la décision " j’espérais -confie-t-elle- qu’il y allait avoir confirmation de la décision du premier juge, ce qui n’a pas été le cas, nous avions beaucoup d’arguments et le dossier était très, très, complet, malheureusement la Cour en a décidé autrement... ".

 

La maman a l’impression d’avoir été condamnée pour l’exemple "étant donné que le premier jugement nous avait donné raison et fait donc un cas qui fait jurisprudence, il fallait un petit peu, je pense, rétablir l’autre et remettre les choses en leur état pour un petit peu montrer au citoyen que la loi est faite pour être respectée".

 

Les parents et leur avocat  envisagent le pourvoi en cassation. [actualisation: le pourvoi en cassation a bien été introduit hier]

 

Stéphanie Vandreck, Vincent Clérin

 

Source : RTBF info

 

 

 Ce mercredi 27 mars 2013, entre 12H05 et 13H00 SUR RTBF la première,

émission du "Forum de Midi" consacrée à la vaccination et 

lors de laquelle l'avocat des parents n'aura droit qu'à 5 minutes...

 

Published by Initiative Citoyenne - dans Vaccination polio-liberté vaccinale
commenter cet article
6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 22:00

Des parents sont condamnés à une peine de prison pour ne pas avoir vacciné leurs enfants

 

POLIO-2.jpg

 

Le tribunal correctionnel de Hasselt a condamné un couple de Lummen parce qu’ils n’avaient pas fait vacciner leurs enfants contre la paralysie infantile (polio). Le papa de 34 ans a été condamné par défaut à une peine de prison d’un mois et à 275 euros d’amende. La maman de 32 ans a été condamnée à 15 jours de prison et à 165 euros d’amende.

 

Les faits remontent à la période située entre août 2006 et mi-août 2008. Leur petite fille est née en juin 2006 et leur fils en février 2008. Dans notre pays, la vaccination est obligatoire. Les parents n’ont pas apporté la preuve qu’ils possédaient un certificat de contre-indication à la vaccination.

 

La maman a déclaré qu’elle ne disposait pas des ressources nécessaires, mais le tribunal a écarté l’argument parce que la vaccination est gratuite dans le cadre de Kind en Gezin (ONE flamand).

 

En ce qui concerne la peine, le tribunal a voulu tenir compte du danger que ces parents faisaient courir à leurs enfants comme à la société en général.

 

Le papa était en état de récidive car le tribunal de Hasselt l’avait déjà condamné en 2008 à un an de prison pour vol. Les frais de justice s’élèvent pratiquement à 500 euros.

 

Source: De Morgen (6 mars 2013)

 

Prétendre que le papa est « en état de récidive » est pour le moins étrange car il s’agit d’un autre fait n’ayant rien à voir. On reconnaît bien là l’art des journalistes de manipuler l’opinion en tentant de diaboliser les parents pour leur décision vaccinale en ajoutant des détails non pertinents en matière sanitaire ! Les dépeindre comme des voleurs aidera sûrement à faire comprendre au bon peuple que ce sont de gros égoïstes qui ne savent même pas réfléchir… sauf que les gens ne décident jamais à la légère de refuser la vaccination. Ces condamnations sont tout à fait indignes, elles ne servent qu’à faire un exemple et à « protéger le géant de papier » que constitue un tel système aux abois. Le but est donc de faire peur aux parents, faire peur aux moutons pour qu’ils se remettent à obéir aveuglément au berger. Problème, ces condamnations n’auraient du sens que si les autorités et les médecins qui conseillent et effectuent ces vaccins sans la moindre connaissance des risques graves possibles risquaient eux aussi des peines de prison en cas de dommages ainsi induits chez nos enfants !!

 

Published by Initiative Citoyenne - dans Vaccination polio-liberté vaccinale
commenter cet article
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 15:25

Alors qu'il y a pas moins de 47 500 paralysies flasques dues au vaccin polio oral en Inde (à tel point que les médecins locaux s'en plaignent  dans des revues d'éthique), la presse relaie une fois encore docilement les propos de cette instance, appelée OMS, qui s'est déjà tellement discréditée notamment avec le H1N1 et ses faux critères de pandémie.

 

L'OMS prétend qu'il y a eu un déclin des cas cette année mais qu'ils ne disposent que de la moitié des fonds nécessaires pour éradiquer les trois dernières terres de prédilection du virus à savoir le Pakistan, l'Afghanistan et le Nigéria.

 

Sonia Bari, porte parole de l'OMS pour l'Initiative d'Eradication de la polio, a déclaré que le monde se trouvait maintenant à un tournant décisif ("maintenant ou jamais").

 

Mais l'article du journal britannique Telegraph rajoute ensuite, des propos sans doute attribuables à cette représentante de l'OMS, selon lesquels échouer à éliminer cette maladie pourrait donner lieu à des recrudescences de la maladie, susceptibles de donner lieu à 200 000 enfants handicapés par la polio au cours des dix prochaines années.

 

Pas un mot bien sûr sur la fausse victoire contre la polio en Inde ou 47 500 cas de paralysie flasque au moins, sont survenus alors que cette maladie est deux fois plus meurtrière que la polio et handicape bien entendu également des enfants.

 

Pas un mot non plus sur le fait que ces belles promesses de l'OMS, chaque fois basées sur une peur qu'on instrumentalise (sorte de "prédiction sanitaire" comme celle qui fut faite avec tant de "succès" pour la gravité du H1N1), ne datent pas d'hier et que cette instance avait déjà annoncé l'éradication de la polio pour l'an 2000!!

 

Mais il faut trouver des prétextes car tout vaut absolument mieux que de devoir reconnaître publiquement les échecs et risques graves de la vaccination! C'est ainsi qu'on accuse tantôt le manque d'argent (alors que Bill Gates est pourtant une manne inépuisable!), tantôt internet, comme ce fut le cas avec le fiasco du H1N1.

 

"Nous sommes à un point clé entre succès et échec" a conclu Mme Bari.

 

Le gros problème c'est que ce discours est juste... un discours et que chaque échec est remaquillé en succès ou en "succès futur", nécessitant encore d'autres efforts, rappels ou développement de nouveaux vaccins, à chaque fois au bénéfice des laboratoires.

Car si on voulait vraiment réduire et éteindre cette maladie, il est certain qu'on ne trouverait jamais des frigos toujours remplis de vaccins là où les ventres restent désespérement vides et les villages sans aucune eau potable et système d'épuration des eau usées!

Published by Initiative Citoyenne - dans Vaccination polio-liberté vaccinale
commenter cet article
16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 01:25

INDE -  vaccination anti-poliomyélitique

 

La maladie causée par le vaccin : deux fois plus meurtrière

 

Childhealthsafety, 7 avril 2012

 

Selon un nouvel article publié dans le numéro d’avril de l’ « Indian Journal of Medical Ethics », le vaccin contre la polio semble provoquer une maladie cliniquement semblable à la polio et qui est deux fois plus meurtrière que cette dernière. Il avait d’ailleurs été demandé que le programme d’éradication de la poliomyélite soit arrêté.

 

L’article révèle l’absence d’enquête  au sujet des paralysies flasques aiguës (PFA) qui sont cliniquement indiscernables de la polio paralytique, mais deux fois plus meurtrières. Les données du Projet National Indien de Surveillance montre que le taux de paralysies flasques aiguës a augmenté en proportion du nombre de doses de vaccin administrées. Des études indépendantes montrent que des enfants ayant reçu le diagnostic PFA  « étaient plus que deux fois à risque de décéder que ceux qui avaient été touchés par le virus de la polio sauvage. »

 

En 2011, l’Inde a été déclarée libre de tout cas de polio, mais cette même année a vu apparaître 47.500 cas de paralysies flasques aiguës. L’incidence de ces maladies a augmenté dans les régions où plusieurs doses de vaccins polio avaient été administrées.

 

Les auteurs signalent que sur le plan national, le taux des PFA est douze fois plus élevé que ce qui avait été attendu. Dans les états d’Uttar Pradesh et du Bihar  les taux de PFA étaient respectivement de 25  et de 35 fois plus élevés que les taux internationaux.

 

… Bien que l’Inde n’ait pas connu de cas de polio pendant une année, on a néanmoins enregistré une énorme augmentation des cas de paralysies flasques aiguës (PFA).

 

[Ed : Cet article ne semble-t-il pas confirmer que la prétendue éradication de la polio aurait pu être atteinte en redéfinissant (comme maladies différentes) les cas de polio paralytiques pour pouvoir les soustraire aux statistiques des cas de poliomyélites paralytiques qui auraient été provoquées par les vaccins ?

 

Voir :http://insidevaccines.com/wordpress/2010/06/02/polio-and-acute-flaccid-paralysis/(*) Ce dernier article suggère que la campagne d’éradication de la « polio » organisée par l’OMS semble avoir toujours été une « course folle » dans laquelle le tiers monde et les autres pays sans méfiance auraient été dupés.]

 

[…] Selon les auteurs de l’article, la promotion de ce programme par l’OMS et Bill Gates ne correspondrait pas aux exigences de l’éthique parce qu’ils savaient depuis plus de 10 ans que le programme d’éradication ne réussirait jamais….

 

http://childhealthsafety.wordpress.com/2012/04/07/third-world-duped-on-polio-eradication/

 

Indian Journal of

MEDICAL ETHICS

                                                                 Vol. IX, n°2, Apr.-Jun. 2012

          

                                                                 Dr Neetu Vashisht, Dr Jacob Puliyel

 

 

 

 

Abstract :

 

Il avait été espéré qu’à la suite du programme d’éradication de la poliomyélite, l’immunisation pourrait prendre fin.

 

Cependant, la synthèse du virus de la poliomyélite en 2002 a rendu cette éradication impossible. Le fait d’avoir incité les pays pauvres à dépenser leurs maigres ressources pour un rêve irréalisable depuis une dizaine d'années est, selon nous, contraire à l'éthique.

  

En outre, alors que l’Inde venait, cette année, d’être déclarée exempte de tout cas de poliomyélite, on a assisté à un énorme accroissement des cas de paralysies flasques aiguës (PFA). En 2011, on a relevé 47.500 nouveaux cas de PFA Ces cas ne pouvaient cliniquement pas être différenciés des cas de poliomyélites paralytiques, mais s’avéraient deux fois plus meurtriers. L’importance des cas de paralysies flasques aiguës était directement proportionnelle aux doses du vaccin oral reçues. Le principe « primum non nocere » avait donc bel et bien été foulé aux pieds !

 

Les auteurs veulent faire comprendre que l’énorme montant de 8 milliards de dollars américains qui ont été dépensés pour ce programme, pourrait être considéré dérisoire si, dans le futur, il permettrait au monde de se méfier de pareils programmes verticaux de vaccinations…

 

http://www.issuesinmedicalethics.org/202co114.html

 

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22591873

 

  

(*) Quand la polio est déclarée éradiquée d’une région, à combien de cas de paralysies flasques aiguës peut-on s’attendre ?

 

Exemple :

 

En 1993 aux Etats-Unis, les enfants recevaient 3 doses du vaccin polio oral et la couverture vaccinale dans 33 des 38 états était de 87%. Une couverture minimale de 80% avait de toute manière été maintenue. La vaccination de routine avait lieu chaque année. Depuis le 21 août 1991, (quand le dernier cas de polio fut rapporté) on releva 6.000 cas de paralysies flasques aiguës !  http://insidevaccines.com/wordpress/2010/06/02/polio-and-acute-flaccid-paralysis/

 

 

Extrait éclairant d'un récent article de Sylvie Simon sur la polio:

  

« L’OMS affirme que 5 millions d’enfants ont été épargnés de la paralysie et il est instructif d’apprendre d’où ils tirent de tels chiffres. Selon le Dr Jacob Puliyel, en 1988, il y a eu 32 419 cas de poliomyélites paralytiques. De façon arbitraire, l’OMS a augmenté dix fois ce chiffre sous le prétexte de sous-déclarations, annonçant ainsi 350 000 cas. En 2004, avec le changement de définition, seules les cultures de paralysies positives au virus furent considérées comme des polios et il en resta donc 2 000. Si l’on enlève ces 2 000 cas des 350 000 déclarés, il reste donc 348 000 enfants sauvés de la paralysie cette année-là. Voilà comment on manipule les statistiques. » Sylvie Simon

Published by Initiative Citoyenne - dans Vaccination polio-liberté vaccinale
commenter cet article
30 mars 2012 5 30 /03 /mars /2012 20:52

Arnica

Arnica Adm. - 25.02.2012

 

Il existe un aspect tout à fait différent à cette histoire que les principaux médias britanniques ne mentionnent pas, et je voudrais bien savoir pourquoi ?

 

New Delhi, 15 janvier :

 

« Le ministre indien de la santé qui célèbre l’année sans polio sauvage, est placé face à un dilemme que des experts en santé publique avaient prédit il y a des années : Le vaccin même qui est utilisé pour combattre la polio est en train de provoquer plus de polios paralytiques que le virus sauvage de la polio. »

 

http://www.telegraphindia.com/1120116/jsp/frontpage/story_15011108.jsp

 

  en réalité, l’incidence de la paralysie des membres chez les enfants a augmenté après la campagne « Initiative d’Eradication de la Polio » !

 

Le site web du Projet National de Surveillance de la Polio (NPSP) révèle que le nombre de cas de paralysies flasques aiguës (AFP) chez les enfants est passé de 3.047 à 60.466 cas (20 fois plus) de 1997 à 2011.

 

http://www.thehindubusinessline.com/opinion/article2837352.ece?homepage=true

 

Il y a tant d’histoires de vaccinations forcées dans le Tiers Monde, sans qu’il y ait de  mesures de dédommagement pour les victimes que la responsabilité de l’état et le choix informé semblent littéralement relever de la dérision. Un exemple : plusieurs enseignants furent arrêtés pour avoir refusé l’entrée dans leur école des groupes armés qui devaient vacciner contre la polio…

 

« Nous avons arrêté certains membres du personnel, mais nous les avons relâchés après qu’ils aient juré de collaborer. »

 

http://tribune.com.pk/story/330598/as-govt-teams-come-knocking-schools-face-dilemma-of-permitting-polio-vaccinations/

 

Les statistiques peuvent montrer que les cas de polio diminuent dans le Tiers Monde, mais à quel prix ? Les enfants sont-ils en meilleure santé ? Les paralysies ont-elles diminué ou ont-elles simplement changé de nom ? Qu’en est-il de la qualité journalistique ? Après avoir constaté que les chances de faire une polio après le vaccin (VDPV) étaient plus élevées que les cas de polio sauvages, le Royaume Uni est passé au vaccin inactivé en 2004…

 

En outre, la polio est à mettre en nette relation avec des eaux malpropres, une mauvaise hygiène et une alimentation déficiente. L’OMS déclare que l’eau est partout une  priorité comme mesure de prévention pour réduire la mortalité (les vaccins viennent en second lieu) et l’UNICEF met l’allaitement en première position pour réduire la mortalité infantile en dessous de 5 ans. Alors pourquoi les dépenses pour les programmes d’eau potable ont-elles été réduites et où sont les investissements destinés à encourager l’allaitement maternel ?

 

En comparaison, les contribuables ont, en juin dernier, payé 800.000.000 de livres sterling au GAVI*  pour élargir les programmes de vaccinations. Mais où sont les preuves d’une amélioration générale de la santé ? Les vaccins ne sont pas nécessairement liés à une meilleure santé à long terme, mais on ne veut pas toucher aux suppositions.

 

Pourquoi le gouvernement britannique n’évalue-t-il pas de manière indépendante ce contrat avec GAVI et pourquoi les journalistes ne posent-ils pas de questions ?

Pourriez-vous m’expliquer pourquoi la BBC n’effleure même pas le sujet ?

 

J’aimerais avoir une réponse.  

 

Source: Arnica

  

 

En 1988 déjà:

  Encyclopedia-Universalis-Polio.jpg

 

* GAVI Alliance (anciennement « l’Alliance Mondiale pour les Vaccins et l’Immunisation ») est un partenariat des secteurs public et privé sur les questions d’immunisation qui a pour but d’accélérer les progrès dans le domaine de la vaccination. L’Alliance rassemble, entre autres, l’expertise technique de l’OMS, la puissance d’achat en matière de vaccins de l’UNICEF et le savoir-faire financier de la Banque mondiale. Elle intègre également les connaissances en matière de recherche et de développement des fabricants de vaccins, les voix des pays en développement et la puissance financière de grands donateurs étatiques et privés telle que la Fondation Bill & Melinda Gates[1]. (Wikipedia)

Published by Initiative Citoyenne - dans Vaccination polio-liberté vaccinale
commenter cet article
31 décembre 2011 6 31 /12 /décembre /2011 15:29

VACCIN  POLIO : L’INCONNU - SV40  et CANCER

 

Catherine Frompovich , Avril 2011

 

SV40.JPG

 

Après un demi-siècle, le 108ème Congrès du Sous Comité sur les Droits Humains et le Bien-être du Congrès Américain a tenu une audience le 10 septembre 2003 au sujet de la présence d’un virus simien (SV40) dans le vaccin polio original qui fut produit et administré à des enfants dans les années 1950 et 1960.

 

Assez candidement, la première page du Rapport de cette audience stipule :

 

Il n’est pas contesté que des millions d’Américains ont reçu le vaccin polio qui avait été contaminé avec le virus simien SV40. Il n’est non plus nullement contesté que le SV40 est susceptible de provoquer le cancer, mais il existe une importante controverse quant à savoir combien d’Américains ont reçu le vaccin contaminé. Les estimations vont de 4 millions à 100 millions de personnes. La controverse porte aussi sur le fait de savoir quand le vaccin a été débarrassé de ce virus simien. En outre, personne ne sait combien de personnes sont devenues malades ou sont décédées à cause de ces vaccins contaminés.

 

Au début de son intervention le Président du Sous Comité, Dan Burton a rappelé :

 

Il existe une importante controverse quant à savoir combien d’Américains ont reçu le vaccin contaminé. Les estimations vont de 4 millions à 100 millions de personnes. La controverse porte aussi sur le fait de savoir quand le vaccin a été débarrassé de ce virus simien. En outre, personne ne sait combien de personnes sont devenues malades ou sont décédées à cause de ces vaccins contaminés.

 

Le Dr James Goedert, MD, l’un des experts qui ont témoigné déclarait :

 

Le virus a été découvert en 1960 dans les cellules rénales du macaque. Ces cellules ont été utilisées pour la production des vaccins polio Salk et Sabin du fait que le programme de vaccinations de masse pour la polio a débuté en 1955. Avant la découverte du virus, des lots de vaccins contaminés ont été, par inadvertance, utilisés au cours des premières années du programme.

 

Le Dr Goedert poursuit en précisant que : « …Après 1972 on n’a plus trouvé de SV40 dans les lots testés de vaccins polio Américains. »

 

Il a ajouté : L’Institut de Médecine (IOM) de l’Académie Nationale des Sciences a publié un rapport en octobre 2002 (50), qui concluait qu’il n’y avait «  pas de preuves scientifiques suffisantes pour accepter ou rejeter une relation causale entre les vaccins polio contaminés par le SV40 et le cancer » (p.11 Executive Summary). Le comité a déclaré : pour que l’exposition au SV40 puisse, dans des conditions naturelles, conduire au cancer chez l’humain, les preuves biologiques étaient de force moyenne … ( p.11 Executive Summary)

 

Barbara Loe Fisher du National Vaccine Information Center, a également témoigné. Ci-dessous une partie de son témoignage :

 

L’histoire que vous allez entendre implique à la fois une compagnie pharmaceutique qui a utilisé des singes pour fabriquer son vaccin contre la polio, les Agences gouvernementales de santé responsables d’assurer que le vaccin n’était pas contaminé par des virus simiens, ainsi que des personnes qui sont en train de mourir de tumeurs cancéreuses qui contiennent le virus simien qui semble avoir contaminé le vaccin polio. Le cœur même de cette histoire fait apparaître une violation de la confiance du public, comme de l’éthique ayant trait au consentement éclairé.

 

Ces dernières paroles de Madame Fisher sont toujours vraies aujourd’hui :le cœur même de cette histoire fait apparaître une violation de la confiance du public , comme de l’éthique ayant trait au consentement éclairé. Le consentement éclairé devient de plus en plus problématique – voire totalement inexistant – parce que des douzaines de nouveaux vaccins sont rendus obligatoires par les Agences de Santé Publique, ainsi que par une pseudo science irresponsable administrée par le CDC et la FDA au sujet des neurotoxines et poisons qui se retrouvent dans les vaccins. Ces gens ne cessent de répéter comme des perroquets ce que leur dictent les fabricants de vaccins. Le problème du SV40 devrait pousser tout un chacun à se poser la question de savoir SI les fabricants de vaccins savent vraiment ce qu’ils font.

 

Il y a pire : des parents se voient contraints de par les lois d’endommager la santé de leurs enfants et/ou de les voir mourir suite à l’administration d’ingrédients inconnus ou non suffisamment étudiés – tout comme le SV40 l’a parfaitement démontré dans les vaccins polio.

 

En outre Madame Fisher a fait remarquer que :

 

Il est clairement admis que suite aux  limites de la technologie, ainsi qu’au manque de connaissances scientifiques,  il ne peut exister aucune garantie que les vaccins ne seront pas contaminés par des substances qui pourraient un jour être démontrées dangereuses pour les êtres humains.

 

Rien ne peut souligner davantage la portée des paroles de Madame Fisher que la présence de tous ces ADN étrangers qui sont utilisés dans la fabrication des vaccins en ce 21° siècle.

 

Selon la publication même du CDC « Adjuvants, Excipient and Medium Summary » concernant les adjuvants, excipients et constituants des vaccins, on retrouve des produits bovins, de poulets, de tissus de fœtus humains avortés (diploid tissue), de singe vert d’Afrique, de cerveaux de souris, de singes Rhésus pour ne mentionner que quelques uns. On vient tout juste d’ajouter des insectes à la mixture.

 

Au cours de son témoignage, Stanley P. Kops a présenté des faits étonnants à propos du SV40 et a mis les fabricants du vaccin polio au défi de les contredire. Kops a aussi fait remarquer que le fabricant de vaccins n’a pas suivi le Code des Règles Fédérales (Code of Federal Regulations). Il s’en est aussi référé à un document spécifiant que le fabricant n’aurait pas effectué les tests appropriés par rapport aux agents étrangers ou à la neurovirulence….

 

En 2000, l’avocat de Kops a publié un article dans la revue Anti Cancer Research, pp. 4745-49 : « Oral Polio Vaccine and Human Cancer : A Reassessement of SV40 as a Contaminant Based upon Legal Documents »

 

Le Dr F. Gazdar, MD a également témoigné : « …plus de 60 laboratoires dans le monde ont constaté la présence de SV40 dans des tumeurs humaines… »  « Il y a de fortes preuves biologiques que le SV40 est un virus qui provoque le cancer. »

 

[…] La révélation que le SV40 – un virus cancérogène – s’est retrouvé dans les vaccins polio pendant de nombreuses années sans qu’il soit détecté et sans que le fabricant s’en inquiète, nous amène à penser que la fabrication des vaccins ne serait rien moins qu’un coup de poker. Il semble qu’il leur suffise de tout combiner et de sortir le vaccin sur le marché le plus vite possible avec la manipulation des médias vantant les mérites du vaccin pour prévenir la maladie.

 

Malheureusement le vaccin polio n’est  pas le seul vaccin qui présente des problèmes. Pratiquement tous les vaccins qui sont aujourd’hui sur le marché sont problématiques en ce sens qu’ils contiennent des neurotoxines et autres poisons, auxquels s’ajoute de l’ADN étranger qui sera injecté chez des nourrissons, des bébés, des adolescents, des adultes ou des personnes âgées, sans que l’on se préoccupe  trop des réactions indésirables.

 

Trop de vaccins dans le passé ont ruiné des vies humaines avec le syndrome de Guillain Barré, une paralysie parfois due aux vaccins. Aujourd’hui, il existe un débat scientifique au sujet de l’ADN provenant de fœtus avortés qui serait impliqué dans les effets secondaires de certains vaccins.

 

Les rapports du VAERS (CDC) font état des milliers d’effets secondaires des vaccins. Personne ne semble vouloir  établir des liens entre ces bombes à retardement. Faudra-t-il encore attendre cinquante ans pour que l’on prenne les faits en compte ?

 

Source: Vactruth

 

 

Published by Initiative Citoyenne - dans Vaccination polio-liberté vaccinale
commenter cet article
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 20:49

30 septembre 2011 (Journal du Médecin)

 

Si la campagne globale d’éradication de la polio a reçu un fameux coup de fouet en Inde, où on progresse nettement vers cet objectif d’élimination totale de la maladie, la campagne pilotée par l’OMS, le Rotary International, les US Centers for Disease Control and Prevention (CDC) et l’Unicef doit également faire face à de sérieux revers, rapporte le British Medical Journal.

La polio a en effet augmenté dans trois autres pays où elle est endémique, à savoir l’Afghanistan, le Pakistan et la Nigéria. Elle a de plus été importée en Chine, où elle n’était pas présente auparavant et dans certains pays africains. Cette année on a enregistré 401 cas de polio dans le monde.

 

 

 

 

 

 

 

Published by Initiative Citoyenne - dans Vaccination polio-liberté vaccinale
commenter cet article

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA