Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 janvier 2015 5 02 /01 /janvier /2015 09:30

Encore un effet contre-productif de plus de la vaccination, décidément, on ne les compte plus... en plus d'estropier quantité d'adultes et d'enfants et de niveller ainsi lamentablement la santé publique par le bas, sur le plan de la prétendue efficacité également, la vaccination amène de nouveaux problèmes épidémiologiques. Voilà ce qui arrive quand de prétendus "experts" prétendent faire mieux que la Nature avec leurs vraies fausses solutions!

 

Coqueluche : la bactérie est en train de muter

 

Le 29 décembre 2014 à 15h20 - par Catherine Cordonnier

 

La partie de la bactérie de coqueluche que le système immunitaire a appris à reconnaître grâce au vaccin, est en train de muter. Ce qui expliquerait pourquoi certains adolescents ou jeunes adultes sont plus vulnérables face aux épidémies.

 

coqueluche-enfant--1-.jpg

Il y a quelques jours, les autorités sanitaires californiennes annonçaient que l'épidémie de coqueluche n'avait jamais été aussi sévère depuis 70 ans. Idem dans le Michigan, l'Indiana et le Minnesota, trois autres États des États-Unis. Mais c'est de Grande-Bretagne que la nouvelle est venue : la bactérie de la coqueluche serait en train de muter. Et le vaccin actuel pourrait bientôt perdre de son effet protecteur.

 

Selon une étude publiée dans la revue médicale Infectious Diseases (maladies infectieuses), l'analyse des souches de virus de 2012 montrent que la partie de la bactérie que le système immunitaire a appris à reconnaître grâce au vaccin, est en train de changer. "Ce qui pourrait avoir des conséquences graves lors de futures épidémies" soulignent les médecins.

 

Une bactérie qui envahit la sphère respiratoire

 

La coqueluche est une maladie infectieuse respiratoire très contagieuse causée par une bactérie appelée Bordetella pertussis, qui envahit la sphère respiratoire. Le signe principal de cette maladie est la quinte de toux qui peut dégénérer en pneumonie. La contamination se fait par l'air (lors de la toux, postillons) et par contact avec une personne qui a la coqueluche. Les risques de complications graves existent surtout chez le nourrisson de moins de 6 mois.

 

Actuellement, la coqueluche est redevenue une maladie fréquente de l'adulte jeune. Certains chercheurs de l'Université de Bath (Grande-Bretagne), dirigés par le Dr Andrew Preston, se sont demandé si l'immunité conférée par le vaccin acellulaire prescrit depuis 2004 (un vaccin qui ne contient pas cellules entières de bactéries mais des protéines spécifiques de la surface des bactéries) ne durait pas moins longtemps que celle de la version précédente du vaccin (avec des germes entiers). Ce qui expliquerait pourquoi certains adolescents ou jeunes adultes sont vulnérables face aux épidémies de coqueluche.

 

Faut-il revenir au vaccin à germes entiers ?

 

Mais en poussant leurs recherches plus avant, ils se sont aperçu que les protéines recueillies sur la surface des bactéries pour fabriquer le vaccin mutaient à un rythme plus rapide que les autres cellules non incluses dans le vaccin, rendant le vaccin moins efficace.

 

L'une des options à envisager serait d'inclure dans le vaccin de nouvelles protéines qui boosteraient le système immunitaire. L'autre solution étant de revenir au vaccin "ancienne formule" à germes entiers. Cette version avait été abandonnée car elle provoquait plus de risques d'effets indésirables mineurs lors de la vaccination comme de la fièvre, des rougeurs et des douleurs au bras.

 

En France, le vaccin contre la coqueluche n'est pas obligatoire mais recommandé pour les nourrissons de moins de 6 mois ainsi qu'aux jeunes adultes ayant un projet parental et aux jeunes femmes ayant accouché qui ne seraient pas vaccinées.

 

A lire aussi

 

Coqueluche : nouvelle stratégie de vaccination chez l'adulte

Coqueluche : un vaccin nasal pourrait voir le jour

 

Source : Top Santé

 

A noter aussi (de très intéressant!) dans l'article ci-dessus, l'auto-censure habituelle de la presse quand elle évoque comme possible "solution" de retourner au vaccin dit à germes entiers - remplacé dans les pays occidentaux suite à ses effets secondaires neurologiques graves :

 

"Cette version avait été abandonnée car elle provoquait plus de risques d'effets indésirables mineurs lors de la vaccination comme de la fièvre, des rougeurs et des douleurs au bras." 

 

Tout journaliste censé et libre a très facile de se rendre compte que ces effets mineurs sont associés à tous les vaccins y compris à tous ceux qui restent en circulation et que donc, les effets qui ont été à l'origine de ce changement ne sont pas mineurs mais plus graves mais il doit s'auto-censurer car il ne fait pas bon rappeler le désastre des vaccins dans une situation de frénésie vaccinatoire telle qu'on vaccine maintenant même ... les femmes enceintes aussi contre la coqueluche!

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Efficacité des vaccins
commenter cet article

commentaires

Benoît Dupret 03/01/2015 00:34

http://www.rtbf.be/video/detail_le-nombre-de-malades-de-la-coqueluche-en-hausse?id=1982559

L'adresse ci-dessous, n'est pas correcte et le message me revient.

Pour : anne-catherine.croufer@rtbf.be

Bonjour Madame,

Je suis un peu catastrophé de l'absence de sens critique de ce reportage
téléguidé :

On y avance que le vaccin de coqueluche est valable 10 ans.
Par ailleurs, on recommande de revacciner les futurs mamans,un an plus
tard.
Le vaccin est-il inefficace à ce point ? Pas évoqué.

Rien d'évoqué non plus à propos du risque d'intoxication à l'Al qui
provoque :
- des syndromes de "bébé secoués", de l'aveu même de GSK (hématome dans
la base du cerveau);
- des électro-sensibilités "incompréhensibles" ;
- des réactions immunitaires anarchiques sur des enfants dont le système
immunitaire est en élaboration ;
- des réactions catastrophiques sur les enfants dont le système
immunitaire est déficient et qui ne devraient pas être vaccinés ;
- etc, j'en passe et des meilleurs : de l'autisme notamment.

Et quand un enfant est autiste ou handicapé à la suite de son vaccin, on
fait quoi ?
On le rend simplement à sa mère, comme les médecins l'ont fait à Godinne
dans le dossier Selvon ?

Et quand une gardienne d'enfant est accusée de secouer deux enfants
(Gwenaëlle Selvon),
la RTBF en rajoute une couche alors même de l'aveu du tribunal,
la gardienne n'a jamais fait l'objet d'une audition conforme à la loi,
alors même que l'instruction faite uniquement à charge, n'a même pas
consulté les enregistrements de la webcam
que la gardienne avait disposée pour que les parents puissent suivre
leur enfant.
Le cauchemar judiciaire auquel la RTBF participe.
"Mais vous ne voulez tout de même pas qu'on remette en cause la doctrine
médicale",
en dépit d'un rapport médical négligemment écarté par le tribunal qui
l'accuse d'être fourni par la gardienne,
donc suspect ... ! Belle considération pour l'Expert qui n'est pas le
sien, qui ne dit pas ce qu'on attend pour que tout soit simple.
Et tant pis si l'accusée ne dispose que d'un avocaillon pro-déo qui ne
dépose aucune conclusion.
C'est donc un aveu !

Et pour en revenir à la Coqueluche, ne s'interrogerait-on pas sur la
raison de cette hausse au lendemain des fêtes ?

Avec la RTBF, les experts suspects de l'industrie médicale ont beau-jeu !

J'ai travaillé à GSK. La responsable du service d'immunologie a refusé
le vaccin ébola sur lequel elle travaillait.
"Je leur ai dit qu'après le vaccin, je courrais plus de risque que sans..."
Tiens-tiens. Très intéressant, de la part de la personne de référence de
GSK...
"Ils n'ont pas insisté, ils savent que j'ai raison et ils ont simplement
besoin de moi ..."
(La réciproque est vraie aussi, apparemment.)

J'ai eu et j'ai toujours une hépatite C. L'hôpital m'en renvoyé mourir à
la maison,
car j'avais été diagnostiqué trop tard et estimait les risque de
l'interféron supérieur au bénef escompté.
Je note au passage que c'est l'hôpital qui m'a injecté l'hépatite à une
époque où on savait déjà que le sang était contaminé.
Mais on ne va pas gâcher un stock de sang à 60 000 BEF/L ... On s'est
bien gardé de me dire qu'on m'avait inoculé l'hépatite C (souche B1).
Quand j'ai sorti au professeur qu'il ne m'avait pas informé des risques
que je retrouvais dans un de ses articles, il répond "Mais les patients
informés de cela refusent tous ..." Tien-tien ... assez convaincant.

Je me suis donc soigné par des médecines //, des HE, qui ont arraché.
Alors que les tantes étaient venues me dire "au revoir" parce que ma
mère me voyait partir,
je suis revenu grâce à ce traitement qui ne coûtait pas les 1 800 000
BEF de l'interféron,
mais 70 euros, non remboursés.

Lorsque j'ai enfin su pourquoi je ne digérait plus rien et que je
dormais partout,
moi qui travaillait au service informatique de GSK, j'ai été frappé à la
porte de mes collègues spécialistes.
J'ai demandé à tous vents, sans me cacher de rien. Les nez ont baissé et
personne n'a rien dit.
Sur l'heure de midi je profite de ce que les PC sont libre pour les
mettre à jour.
Un collègue est resté à la traîne et me dit : "Benoît, si tu veux
guérir, tu t'enfuis d'ici et t vas là.
C'est à 2 Km de GSK. C'est elle qui m'a soigné cette fois là mais
d'autres fois encore,
pour d'autre choses. D'autres patients m'ont demandé l'adresse, tous
s'en sont remarquablement sortis.

La médecine est malade. J'ai été administrateur du CHU de Lg.
L'administrateur-délégué s'est un jour félicité de ce que "le CHU
était plus important que la sidérurgie liégeoise. "
- "C'est normal puisque vous ne soignez pas les patients ..." ai-je dit.
Une autre fois, je vous expliquerai comment les patients sont gardés
captifs ... quand ils sont rentables.
Quand il ne le sont pas, ils sont renvoyés chez eux : "on a besoin du
lit... Il y a des services d'infirmières à domicile !"

J'arrête car je peux vous tenir toute une rubrique ainsi, notamment
comme inspecteur de Cie d'assurance.
Les "cas graves" sont les dommages corporels sur des patients, notamment
par les médecins que mon employeur assurait ...

Je vous invite juste à plus de circonspection face à des incohérences
médicales.

Meilleurs sentiments,

F.Germain 02/01/2015 10:45

D’après de nombreux auteurs, la vaccination anticoqueluche est l’une des plus dangereuses.

Les effets secondaires du vaccin anticoqueluche :

- complications neurologiques :

• encéphalopathies aigües (BYERS 1948) [1], (BYERS 1948) [2] [3] (STEWART G.T. 1977) [4], (BYERS 1948), (EHRENGUT 1978) [5]
• accidents neurologiques (STRÖM 1960) [6] (STRÖM 1967) [7], (KULENKAMPFF 1974) [8]

• déficiences permanentes (BYERS 1948, BYERS 1948) [9] [10] (LENARD et al. 1977) [11] , (STEWART G.T. 1983) [12]

• coma ou convulsions (AICARDI J. et al 1975) [13] : les auteurs ont répertorié 20 cas de coma ou de convulsions recensés à l’ Hôpital des enfants malades de Paris (entre janvier 1963 et juin 1974)
: 75% des coma ou convulsions (15 cas sur 20) apparaissaient dans les 24 heures après la vaccination anti-coqueluche.

• hémiplégie permanente (AICARDI J. et al. 1975)
• retard intellectuel sévère à modéré (AICARDI J. et al 1975)
• cris persistants inconsolables

- complications allergiques :

• anaphylaxie
• sensibilité accrue à l’histamine chez les enfants vaccinés (SEN 1974) [14]
• asthme (ODENT M. et al. 1994) [15]

- mort subite inexpliquée du nouveau-né (MSIN) [16] (LENARD et al. 1977) [17], (AICARDI J. et al. 1975) [18] (STEWART G.T. 1983) [19] (STEWART G.T. 1984) [20] [21] (STEWART G.T. 1990) [22]

http://www.info-vaccination.be/?Les-effets-secondaires-du-vaccin-anticoqueluche

Éric G. Delfosse 02/01/2015 09:44

Haaa, ils sont beaux, les apprentis-sorciers !
Si au moins, ça leur servait de leçon... Mais non, ils vont continuer, encore et encore !

Initiative Citoyenne 02/01/2015 09:47



oui, il y a un boulon "vaccin" dans le cerveau et disons comme effet ben.. plutôt générateur d'idées fixes! ; -)



                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA