Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 août 2013 1 26 /08 /août /2013 20:49

Dernière minute : 

Le Japon et le vaccin HPV

 

Japon HPV dernière minute

 

Sanevax Adm., 24 août 2013

 

[SaneVax : des citoyens japonais souffrant de convulsions, d’épilepsie, de graves maux de tête, de paralysies partielles et de quantité d’autres effets secondaires des vaccins contre le HPV, ont adressé une pétition aux autorités de Santé et ont demandé au gouvernement de suspendre définitivement l’utilisation des vaccins contre le « cancer du col de l’utérus »

 

Ci-dessous, le témoignage que le  Dr Sotaro Sato a présenté au Ministère de la Santé, après avoir examiné beaucoup de jeunes filles dont la santé avait été endommagée :

 

« Les convulsions, l’incapacité de marcher, les mouvements involontaires des mains et des pieds ont été provoqués par des encéphalomyélites ou inflammation du cerveau et de la moelle épinière. Les vaccins contre le cancer du col de l’utérus qui sont chimiquement liés à certains types d’adjuvants, déclenchent souvent des encéphalomyélites. Comme ces vaccins déclenchent la production d’anticorps qui s’attaquent aux fibres neuronales du cerveau, ils sont susceptibles, dans de nombreux cas, de déclencher des troubles de démyélinisation. Ces vaccins ont aussi provoqué de nombreux cas de vascularite cérébrale. » ]

 

 

Les victimes du vaccin contre le cancer du col de l’utérus demandent l’arrêt définitif de cette vaccination

 

 

TOKYO, 24 août, Kyodo – Huit adolescentes souffrant de graves effets secondaires du vaccin HPV, ainsi que leurs parents ont, vendredi, fait appel au Ministre de la Santé Norihisa Tamura  pour qu’il mette définitivement fin au programme de subvention du gouvernement pour ces vaccins. Ces jeunes-filles âgées de 14 à 18 ans, dont quatre sont en fauteuil-roulant, ainsi que leurs parents sont membres de l’Association Nationale des Victimes du Vaccin contre le HPV.

Cette demande a été introduite au cours d’une réunion avec le Ministre de la Santé, du Travail et de la Protection Sociale.

 

L’Association a remis cinq pétitions à M. Tamura en le suppliant de décider en toute première priorité de l’abolition de ce programme de vaccination.

 

Parmi les différentes pétitions remises au Ministre certaines demandent l’intensification des efforts du gouvernement pour identifier les causes de ces effets secondaires, notamment les convulsions, les crises d’épilepsie, les maux de tête graves, les paralysies partielles afin de pouvoir y apporter remède.

 

Faisant état d’un lien possible entre les effets secondaires chroniques et les vaccins, le Ministère a, le 15 juin , demandé aux gouvernements locaux de ne plus recommander les vaccins Gardasil et  Cervarix aux adolescentes.

 

En avril, le Parlement a révisé la loi sur les vaccinations préventives et a proposé une vaccination gratuite pour les filles de 14 à 18 ans.

 

Toutefois, par la suite, un Comité consultatif du Ministère a fait savoir que la recommandation vaccinale pour les jeunes-filles devait être suspendue après l’analyse de différents cas de jeunes-filles  qui avaient souffert de douleurs chroniques et dont les symptômes sont apparus après la vaccination. Le Ministère s’est finalement conformé à l’ avis du Comité.

 

Au cours de l’entrevue avec le Ministre Tamura, les jeunes-filles, leurs parents et l’Association ont demandé au gouvernement de bien vouloir revoir la loi sur la vaccination et d’éliminer les vaccins contre le cancer du col de l’utérus de la liste des vaccins subsidiée par le gouvernement central. Une élève de 17 ans du lycée de Yokohama a déclaré aux journalistes :

 

" Il n’y a pas un seul moment où je ne suis pas accablée de douleurs, et je veux que le gouvernement puisse trouver une solution. Je ne veux pas que le gouvernement puisse à nouveau recommander ce vaccin, a déclaré la jeune-fille qui avait reçu sa troisième dose de Cervarix en avril 2011." Elle expliquait qu’elle souffrait de fortes douleurs partout dans le corps jusque dans la tête.

 

Une jeune universitaire en fauteuil roulant dont les mains et les jambes n’arrêtaient pas d’être secouées par des mouvements convulsifs au cours de l’entrevue avec le Ministre, a déclaré au cours de la conférence de presse :

 

« Il doit y avoir de nombreuses filles qui souffrent des mêmes symptômes que moi sans savoir que la détérioration de leur santé a fait suite aux vaccinations. J’ai pris la décision de parler à la presse parce que je veux que ces autres filles puissent faire le lien entre les vaccins et leurs problèmes de santé. »

 

Toshie Ikeda, secrétaire général de l’Association et qui avait accompagné les jeunes-filles lors de l’entretien avec le Ministre Tamura, reprend les termes du Ministre quand il s’est adressé aux victimes :

 

« Je suis conscient de la nécessité de créer une équipe pour étudier ce problème et recueillir des informations sur les dommages qu’ont subi les vaccinés et ce, sur un  plan national. »

 

Monsieur Matsufuji dont la fille était l’une des quatre jeunes-filles en fauteuil roulant a cité le Ministre Tamura quand ce dernier a déclaré aux requérants que le gouvernement décidera de la manière dont il faudra réagir après que l’enquête sera terminée.

 

Le Dr Sotaro Sato, qui a examiné nombre de victimes du vaccin contre le HPV, a déclaré à la conférence de presse que les convulsions, l’incapacité de marcher, les mouvements involontaires des mains et des pieds ont été provoqués par des encéphalomyélites ou par une inflammation de la moelle épinière et du cerveau.

 

« Les vaccins contre le cancer du col de l’utérus sont chimiquement liés à des types particuliers d’adjuvants qui déclenchent souvent des encéphalomyélites. Comme ces vaccins déclenchent la production d’anticorps qui s’attaquent aux fibres neuronales du cerveau, ils sont susceptibles, dans de nombreux cas, de déclencher des troubles de démyélinisation. Ces vaccins ont aussi provoqué de nombreux cas de vascularite cérébrale. »

 

Au cours d’une vascularite cérébrale, le système immunitaire attaque ses propres vaisseaux sanguins dans le cerveau ; ce qui conduit finalement à des hémorragies, explique Sato qui dirige un hôpital à Osaki dans la préfecture de Miyagi.

 

C’est en 2009 que le Ministère a approuvé la commercialisation au Japon du Cervarix, vendu par GlaxoSmithKline de Grande-Bretagne. Puis en 2011, il a approuvé la commercialisation du Gardasil de Merck Sharp & Dohme, connu sous le nom de Merck aux Etats-Unis.

 

Le Ministère reconnaît avoir reçu un total de 1968 rapports d’effets secondaires parmi les 3,28 millions de jeunes-filles qui ont été vaccinées jusqu’au 31 mars.

 

Pour l’association de victimes de ces vaccins, ces chiffres ne représenteraient que la partie émergée de l’iceberg.

 

AFSSAPS sous notification

Façon dont l'Agence Française du Médicament représentait déjà la sous-notification des effets secondaires de vaccins dans un document de 2007 (cf. page 5)

 

M. Ikeda a déclaré que les médecins rejettent souvent les demandes que leur adressent les parents de victimes pour qu’ils rédigent un rapport à la suite des effets secondaires des vaccins, or ces rapports médicaux sont indispensables pour permettre aux parents d’obtenir des dédommagements. Beaucoup de médecins refusent parce qu’ils réalisent que leur responsabilité pourrait être mise en cause pour les conséquences des vaccins qu’ils ont eux-mêmes injectés. Il arrive aussi que le refus des médecins soit dû à leur manque de connaissances par rapport aux effets secondaires possibles des vaccins.

 

Source : SaneVax

 

Voir aussi: Japon, le Ministère retire sa recommandation en faveur du Gardasil & du Cervarix

 

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article

commentaires

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA