Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 08:23

Evaluation par une gynécologue [du bien-fondé] des vaccins antigrippaux durant la grossesse

 

Par: SafeMinds, 24 septembre 2014


Par Cindy Schneider, M.D., membre du conseil consultatif clinique et scientifique chez SafeMinds.

 

safeminds-flu-meme-300x237.png


Primum non nocere, la philosophie attribuée à Hippocrate, est enseignée à tous les étudiants en médecine de nos contrées. Un médecin poursuit en tout temps deux objectifs: l'objectif le plus évident est de guérir, mais l'objectif prévalent, avant tous les autres, est de ne pas nuire - ne pas faire de mal.


Toutes les interventions comportent des risques, et souvent, nous acceptons ces risques. Un patient souffrant d'un cancer peut se résigner de plein gré à suivre une chimiothérapie, en toute connaissance de cause, sachant qu'il peut y avoir des effets indésirables sérieux, voire potentiellement mortels.


Si le risque de ne rien faire est passablement élevé, le risque posé par toute intervention peut être justifiable. Mais en matière de sécurité, la charge de la preuve devrait être beaucoup plus importante pour les interventions destinées à prévenir la maladie, plutôt qu'à la traiter.


Les vaccinations en sont un bon exemple.


Les vaccins sont administrés à des individus en bonne santé, dans l'espoir qu'ils confèrent une protection contre l'infection.


Mais l'espoir n'est pas de la science. Nous allons explorer la science.


Dans le cas des vaccins contre la grippe administrés pendant la grossesse, il y a deux individus à prendre en considération. S'il est recommandé, un vaccin contre la grippe doit être sûr autant pour la mère que pour son bébé à naître. De nombreux médecins et chercheurs remettent en question cette prétendue sûreté.


Durant les dernières phases de la grossesse, le bébé grandit et occupe un espace normalement disponible pour permettre au diaphragme de la mère de se dilater. Cela peut provoquer un essoufflement, même dans des conditions normales. A cause de ce changement physiologique, les femmes enceintes qui contractent la grippe ont un risque plus élevé de souffrir de difficultés respiratoires et d'être hospitalisées que les femmes qui contractent la grippe mais ne sont pas enceintes. En raison de ces observations, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) américains ont recommandé l'administration du vaccin contre la grippe aux femmes enceintes aux Etats-Unis en 2004. Etant donné que les anticorps de la mère traversent librement le placenta, on pensait alors que le vaccin fournirait aussi un certain degré de protection à son bébé. Mais la sécurité et l'efficacité de la vaccination contre la grippe pendant la grossesse sont remises en question.


Dans une étude publiée en mai 2014 dans le British Medical Journal, Giuseppe Traversa et ses collègues ont évalué les conséquences maternelles, fœtales et néonatales chez des femmes ayant reçu le vaccin contre la grippe A/H1N1. Les résultats, portant sur plus de 86 000 grossesses, ont révélé que les femmes vaccinées présentaient des taux de diabète gestationnel et d'éclampsie significativement plus élevés. L'éclampsie est le développement de crises chez une femme présentant une toxémie sévère (aussi connue sous le terme pré-éclampsie), une condition caractérisée par une pression sanguine élevée et une perte de protéines par l'urine. L'éclampsie est fatale chez 2% des femmes et peut provoquer des problèmes de santé à long terme chez celles qui survivent. Les complications fœtales, y compris les dommages neurologiques et la mort, sont fréquentes. Aussi bien le diabète gestationnel que l'éclampsie sont associées à une inflammation et à un dérèglement du système immunitaire, ce qui rend très plausible l'association avec la stimulation immunitaire par le vaccin contre la grippe.


Les vaccins contre la grippe provoquent-ils une inflammation chez les femmes enceintes?


Il existe étonnamment peu de recherches dans ce domaine, mais une étude par Christian et al, qui a suivi des femmes enceintes ayant reçu un vaccin contre la grippe saisonnière, a montré une augmentation de deux marqueurs inflammatoires, la protéine C-réactive (CRP) et le facteur-alpha de nécrose tumorale (TNF-a). Les augmentations de ces deux composés inflammatoires indiquent un niveau d'inflammation significatif, identifié au cours des deux premiers jours après la vaccination.


Cette augmentation de l'inflammation a été confirmée par une étude publiée fin septembre 2014, qui rapportait un niveau d'activation immunitaire post-vaccinale plus élevé chez les femmes enceintes que chez les femmes contrôles, non enceintes, ayant reçu un vaccin contre la grippe.


Une précédente étude par Lisa Christian, Ph.D., et ses collègues avait montré que les femmes enceintes souffrant de dépression développaient une réponse inflammatoire plus marquée aux vaccins contre la grippe que les femmes qui ne présentaient pas de symptômes de dépression.


Ces découvertes sont pour le moins inquiétantes. Une récente étude par Alan Brown, M.D., et ses collègues sur plus de 1,2 million de femmes enceintes a découvert que des élévations de CRP, le même marqueur d'inflammation qui augmente après la vaccination contre la grippe, sont associées à un risque 43% plus élevé d'avoir un enfant souffrant d'autisme.


Des millions de femmes enceintes ou qui espèrent le devenir dans un futur proche sont désormais confrontées à la décision annuelle de recevoir, ou pas, un vaccin contre la grippe.  C'est une décision qui ne devrait pas être prise sans tenir compte sérieusement des nouvelles données disponibles.


Alors qu'ils sont censés protéger les femmes enceintes et leurs bébés, les vaccins contre la grippe pourraient en fait faire plus de mal que de bien.


Outre les effets inflammatoires et de stimulations du système immunitaire indésirables des vaccins contre la grippe, leur formulation soulève de graves inquiétudes. On trouve du mercure, une puissante neurotoxine, dans le conservateur thiomersal, qui est un éthylmercure à 49.6% en poids. Etant donné que la FDA a recommandé la réduction ou l'élimination immédiate du mercure dans les vaccins pédiatriques en 1999, et que le rapport sur le thiomersal par l'Institut de médecine (IOM) publié en 2001 recommandait que «les associations professionnelles et les agences gouvernementales accordent une pleine considération à l'élimination du thiomersal des vaccins administrés aux nourrissons, aux enfants et aux femmes enceintes aux Etats-Unis», de nombreuses personnes, y compris les médecins, pensent que tous les vaccins sont désormais exempts de mercure. Comme la plupart de nos lecteurs le savent, ce n'est PAS le cas.


Le tableau 1 donne la liste des vaccins disponibles pour la saison grippale 2014-2015 et indique leur teneur en mercure. Cliquez ici ou sur le tableau pour une meilleure résolution.

 

tableau grippe vaccination femmes enceintes

 

Le mercure est une toxine liposoluble (soluble dans les graisses), qui traverse facilement le placenta et s'accumule dans les tissus du fœtus. Pour des raisons qui restent actuellement peu claires, les niveaux de mercure dans le fœtus deviennent même plus élevés que les niveaux maternels. Les effets du mercure sur le développement du cerveau peuvent être dévastateurs.


Malgré ces faits bien connus, les vaccins contre la grippe contenant du thiomersal sont systématiquement administrés aux femmes enceintes. La teneur en mercure de ces vaccins contre la grippe est 250 fois plus élevée que le niveau défini comme déchet dangereux par l'EPA. Les vaccins contre la grippe contenant du mercure qui n'ont pas été utilisés doivent être éliminés comme des déchets dangereux, et pourtant ils sont approuvés pour une utilisation chez les femmes enceintes et les bébés.


En ce moment, nous sommes bombardés par des rappels pour le vaccin annuel contre la grippe. Les médecins, les pharmacies, la publicité et les informations tentent de nous faire croire que tout le monde en a besoin. Les gynécologues-obstétriciens les recommandent systématiquement à leurs patientes, comme les CDC et leurs associations médicales le leur conseillent, mais ils ne sont probablement pas conscients des résultats de recherche cités ci-dessus. Il est également improbable que votre médecin sache que l'essai clinique le plus important à ce jour concernant l'efficacité du vaccin contre la grippe pendant la grossesse, qui a suivi près de 50 000 femmes enceintes pendant cinq saisons grippales, a découvert que le taux de maladie d'allure grippale chez les femmes vaccinées était identique au taux de maladie chez les femmes qui n'étaient pas vaccinées.


En ce qui me concerne, j'ai terminé ma spécialisation en gynécologie et obstétrique en 1990.  A l'époque, on nous enseignait qu'il ne fallait jamais administrer des vaccins pendant la grossesse, parce que la grossesse implique un état délicat d'immunosuppression.  Le système immunitaire d'une femme doit rester partiellement supprimé pour prévenir le rejet de son bébé, qui porte des protéines codées par des gènes paternels. Toute stimulation immunitaire peut faire pencher la balance du mauvais côté, permettant au système immunitaire de la mère de reconnaître les tissus fœtaux comme étrangers et d'organiser une réponse immunitaire contre le fœtus. Ce phénomène a été documenté par BraunschweigZimmerman, Pirasa et d'autres chercheurs chez un pourcentage de mères dont les enfants avaient développé l'autisme.


Nombreuses sont les femmes qui remettent en question le bien-fondé de la vaccination contre la grippe pendant la grossesse, mais sont incapables de formuler leur inquiétude au cours des consultations prénatales. En tant que gynécologue-obstétricienne, j'ai passé plus de 24 ans à protéger les femmes et leurs enfants des toxines environnementales, et les 19 dernières années à étudier les causes potentielles de l'épidémie d'autisme. Permettez-moi de faire le pont entre vous et votre médecin, les membres de votre famille ou vos amis qui ne comprennent pas votre décision de ne pas vous faire vacciner alors que vous êtes enceinte.


J'ai inclus une liste des références citées pour que votre médecin ou les autres prestataires de soins puissent les examiner, et je vous encourage à imprimer cet article et à l'amener au cabinet de votre médecin. Aidez-nous à informer autant les médecins que le grand public en partageant cette information par e-mail, Facebook, et des copies imprimées.


En tant que médecin, chercheuse et mère de deux adultes souffrant d'autisme, j'ai abondamment étudié ce sujet. Face à de telles preuves de risque et à un bénéfice attendu peu convaincant, je ne peux pas recommander une vaccination de quelque sorte que ce soit pendant la grossesse


Hippocrate serait d'accord avec moi.

 

cindy-schneider-819x1024Dr. Cindy Schneider, M.D., est diplômée en gynécologie et obstétrique et est désormais Directrice médicale du Center for Autism Research and Education. Elle a publié plus de 20 rapports de recherche évalués par ses pairs au sujet de la vulnérabilité génétique aux toxines environnementales et sur d'autres sujets relatifs à l'autisme. Dr. Schneider enseigne à la faculté de la Medical Academy of Pediatric Special Needs et est conseillère médicale pour trois organisations remarquables, SafeMindsTACA et la Healthy U Now Foundation.

 


Références


Ayoub DM, Yazbak FE. A closer look at influenza vaccination during pregnancy. Lancet Infect Dis. 2008 Nov;8 (11):660–1. Author reply 1–3.


ACOG Committee Opinion number 305, November 2004. Influenza vaccination and treatment during pregnancy. Obstet Gynecol. 2004 Nov; 104 (5 Pt 1):1125-6.


Black et al. Effectiveness of influenza vaccine during pregnancy in preventing hospitalizations and outpatient visits for respiratory illness in pregnant women and their infants. Am. J. Perinatol. 2004 Aug; 21(6):333-9.


Braunschweig D, Van de Water J. Maternal autoantibodies in autism. Archives of Neurology. 2012;69(6):693–699.


Braunschweig D, Ashwood P, Krakowiak P, Hertz-Picciotto I, Hansen R, Croen LA, et al. Autism: Maternally derived antibodies specific for fetal brain proteins. Neurotoxicology. 2008; 29(2): 226–231.


Braunschweig D, Duncanson P, Boyce R, et al. Behavioral correlates of maternal antibody status among children with autism. Journal of Autism and Developmental Disorders. 2012; 42(7): 1435–1445.


Braunschweig, Daniel et al. Maternal autism-associated IgG antibodies delay development and produce anxiety in a mouse gestational transfer model. Journal of Neuroimmunology. 15 Nov 2012, 252(1-2); 56-65.


Pirasa IS,  Haapanen L, Napolionia V, Sacco R,  Van de Water J, and  Persico AM.. Anti-brain antibodies are associated with more severe cognitive and behavioral profiles in Italian children with Autism Spectrum Disorder. Brain Behav Immun.2014 May; 38: 91–99.


Traversa, Guiseppe et al. Evaluation of safety of A/H1N1 pandemic vaccination during pregnancy: cohort study. BMJ. 2014; 348: g3361.


Zimmerman AW, Connors SL, Matteson KJ, et al. Maternal antibrain antibodies in autism. Brain Behavior Immunity. 2007; 21(3): 351–357.


Voir aussi :


Autisme, mercure et vaccination antigrippe


Vaccination pendant la grossesse : est-ce sans danger ?


La vaccination des femmes enceintes est dangereuse : les officiels américains obligés d’avouer qu’ils ont menti

 

Mortalité fœtale en hausse de 4000% après la vaccination des femmes enceintes


Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Femmes enceintes
commenter cet article

commentaires

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA