Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 22:27

Un reportage d'Arte en a reparlé....

 

"La grippe aviaire est une menace très certaine, prévue dans les vingt ans à venir par les scientifiques et possiblement, bien avant. On avance des chiffres, 20 millions de morts de par le monde. Subitement, le chiffre rappelle des fléaux très anciens qu'on croyait résorbés. Où l'on traite de la naissance des virus, de la connaissance que la communauté scientifique possède du H5N1, de son mode de propagation, mais aussi de sa possible mutation et du risque de recombinaison au virus de la grippe humaine."

   

http://www.artevod.com/grippeaviaireh5n1;jsessionid=DC57F94A84D4C5F42E9E295EEB431074.tc6v

 

 

Etrange qu'il s'agisse d'une menace si certaine, n'est-ce pas?

 

Cette obsession de la grippe aviaire n'a rien de très normal semble-t-il. Cela doit susciter de notre part et de celle de tous les citoyens une vigilance accrue. Sur le site News Medical.Net, un intéressant article du 10 février dernier en reparlait aussi.

 

Que disait-il?

 

Que des vaccins contre la grippe aviaire stockés en 2004 (par les Américains notamment) sont encore utiles selon certains chercheurs...

 

Ces vaccins, stockés en 2004 et dirigés contre la souche aviaire qui circulait à cette époque-là, pourraient être combinés à d'autres vaccins qui seraient cette fois dirigés contre la dernière variante aviaire circulante en date afin de "protéger contre une pandémie potentielle."

 

Selon cet article, une telle découverte permettrait aux officiels de santé publics de "faire un bon" en matière de lutte contre les pandémies parce qu'il ne serait ainsi plus nécessaire d'attendre le développement et la commercialisation d'un vaccin qui correspondrait de façon exacte à la souche la plus actuelle. Ils pourront ainsi vacciner sans attendre, au moyen d'un vaccin dirigé contre une ancienne souche (laquelle ne correspondait en fait pas encore à cette fameuse pandémie aviaire tant attendue) puis de revacciner ensuite, une seconde fois, avec un vaccin qui sera cette fois dirigé contre la soit-disant bonne souche.

 

 

"Le développement d'un vaccin efficace contre le virus de la grippe aviaire constitue un tournant décisif dans les plans de préparation à une pandémie." a dit le Dr Robert Belshe, directeur du Centre pour le développement de vaccins de l'Université de Saint Louis et auteur-clé de ladite publication scientifique.

 

"Les résultats de la présente étude confirment toute l'utilité d'une vaccination contre le H5N1 dirigée contre une souche autre que celle effectivement circulante."

 

 

 

loupe

 

Un public non averti pourrait se réjouir (à tort) de telles perspectives. Une traduction française du texte (pourtant déjà en français) ci-dessus s'impose donc. Sachons décoder l'information!

 

Non contents d'avoir gaspillé les deniers publics des citoyens dans des achats inutiles de vaccins, basés sur la peur, les industriels veulent rééditer leur coup. Et s'en remettre plein les poches. Quoi de mieux que le fantôme de la grippe aviaire?

 

Pour écouler leurs vaccins, il ne faut jamais oublier qu'ils ont besoin du soutien indispensable des officiels (au niveau national, européen/Emea et mondial/OMS). Les industriels paient pour plus de 3/4 du financement des agences internationales comme l'Agence Européenne et l'OMS. Ils peuvent aussi influencer les politiciens nationaux via des financements de campagnes électorales (jamais révélés au grand jour), via le fameux chantage à l'emploi etc

 

Grâce à la complicité des officiels, représentant du vrai faux service "public", les fabricants peuvent voir les contrats (ré)activés et leurs profits monter en flèche. Sans parler du fait que ces fabricants sont peu voire pas taxés sur quantité de profits astronomiques au contraire du simple contribuable lambda!

 

Ce qui peut servir les industriels et les officiels s'échange en quelque sorte, il s'agit d'un système de "donnant-donnant", dans lequel le citoyen a bien sûr, le plus à perdre, comme toujours.

 

Ainsi, réécouler des vaccins achetés inutilement constitue un avantage pour les pouvoirs publics qui peuvent ainsi donner l'illusion à leurs détracteurs que "finalement, ils n'avaient peut-être pas gaspillé tant que ça en achetant autant de doses de vaccins de par le passé". En revanche, si on s'arrêtait là: simplement réutiliser l'ancien vaccin, cela mécontenterait les pharmas, bien décidées à repasser à la caisse. Il fallait donc trouver un "bon compromis" qui puisse satisfaire les deux partenaires (industrie ET gouvernement), d'où l'idée de vacciner quand même en utilisant les anciens stocks mais de quand même revacciner avec de nouveaux vaccins expérimentaux nouvellement produits. Si on réfléchit bien, c'est exactement le même type de "donnant-donnant" qu'on a pu découvrir en Belgique, à la lueur du contrat léonin, conclu entre la firme pharmaceutique en question et l'état belge.

Dans ce texte, on pouvait par exemple lire que l'état et la firme pharma devaient relire, avant publication, leurs communiqués de presse mutuels!

 Dans la même veine, on pouvait aussi lire que l'état doit avoir l'accord de la compagnie pharmaceutique pour pouvoir accepter d'indemniser les victimes!!! Ce donnant-donnant satisfait les deux parties car ni la firme, ni l'état n'ont un intérêt financier à indemniser les victimes de leur politique commune. Mieux vaut donc se boucher les yeux et les oreilles et laisser les victimes à leur triste sort. Ici aussi, on le voit ultra nettement: le citoyen est perdant!

 

En fait, il faut savoir, pour bien comprendre le fin mot et "boucler" la boucle si on peut dire, que ces scientifiques appartenant à des "Centres universitaires de vaccinologie" sont très souvent financés, personnellement ou via les recherches de leurs laboratoires par cette même industrie pharmaceutique, juge et partie et que donc, il n'est guère difficile pour ces industries de "faire paraître" à la demande telle ou telle publication abondant dans tel sens ou dans tel autre pour avaliser telle ou telle politique purement commerciale. En finançant des chercheurs (en conflits d'intérêts donc) ou même en faisant écrire certaines études par des auteurs fantômes puis en les faisant officiellement signer par des grands noms ou des "leaders d'opinion", les industriels sont en mesure de fournir à leurs obligés (les politiciens de tous bords) des études publiées dans de grands journaux scientifiques officiels avec toute la terminologie, le jargon et l'apparence d'études bien menées.

 

Au final, la seule manière pour le citoyen d'être sûr de s'y retrouver, c'est de se fier d'abord et avant tout à son seul bon sens. Ce faisant, il ne pourra que s'arrêter à des interrogations essentielles, incontournables comme par exemple les suivantes:

Comment ce médecin américain (Dr Belshe) peut-il estimer que le développement d'un vaccin contre la grippe aviaire est-il décisif dans la gestion d'une pandémie? Est-ce à dire qu'il sait déjà que la prochaine pandémie sera une pandémie de grippe aviaire? Ne trouvez-vous pas ça bizarre?

 

Ne trouvez-vous pas bizarre que l'on vous fasse peur avec ce spectre de la grippe aviaire alors que, dans le même temps, le gouvernement français finance justement les recherches du Pr Lina, destinées à faire volontairement se croiser les virus H5N1 et H1N1, soit disant, pour mieux les étudier? Souvenez-vous aussi de cet "accident" qui était survenu, au sein de la firme Baxter, début 2009, au cours duquel une souche aviaire s'était mystérieusement échappée du labo et avait été detectée, in extremis, par un employé d'une firme sous-traitante, en république tchèque, alerté par le décès suspect de furets exposés au "mélange viral expérimental" contaminé provenant de chez Baxter...

 

D'autre part, quand on sait l'efficacité médiocre du vaccin antigrippal saisonnier, même quand les souches contenues coïncident avec les souches circulantes, comment peut-on une seule seconde croire que l'utilisation d'un vaccin contre une ancienne souche, éronnément sélectionnée pourra avoir une quelconque utilité?

 

En réalité, de telles affirmations reposent sur le postulat, maintes fois répété par les officiels, que l'usage d'un adjuvant "permet de mieux lutter contre le virus lorsque celui-ci se diversifie."

Saviez-vous, pourtant, que, sans adjuvant, un vaccin n'est même pas capable de faire réagir votre corps et que l'adjuvant constitue ainsi un leurre dont les effets immunologiques peuvent parfois s'avérer incontrôlables avec tous les risques d'effets secondaires que cela comporte et qui se trouveront bien sûr multipliés par 2 en raison des 2 injections par personne envisagées?

 

Songez-y: si l'industrie (& les officiels) rêvent de faire coup double en relarguant d'une part leurs vieux boulets (anciens stocks) et en revendant de nouveau d'autres vaccins avec d'autres dividendes à la clé, n'acceptez pas qu'on fasse aussi "coup-double" avec votre crédulité. Il est grand temps que la prise de conscience nous "vaccine" tous, avec immunité à vie, contre une réédition du lamentable scandale du H1N1. Il y a véritablement des leçons à tirer!

 

 

 

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Grippe H5N1 (aviaire)
commenter cet article

commentaires

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA