Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 avril 2012 2 10 /04 /avril /2012 22:31

Voici ce que les Français ont trouvé dans leur boîte aux lettres fin de la semaine passée. Une "belle" communication bien dramatisante sur la maladie (rougeole) et bien entendu très rassurante sur les effets secondaires du vaccin, au sujet desquels il est affirmé de façon purement gratuite que "Les effets indésirables sévères sont extrêmement rares comparés aux risques de complications graves liés à la maladie."

 

Une affirmation d'autant plus douteuse que l'Afssaps elle-même représente la sous-notification (inévitable) des effets secondaires de vaccins à la manière d'un ICEBERG:

 

AFSSAPS sous notification

 

 

Une affirmation d'autant plus douteuse que les tests de sécurité et de tolérance  des vaccins à virus vivants laissent vraiment à désirer.

 

Une affirmation d'autant plus douteuse que même les professeurs de maladies infectieuses semblent ignorer la nature et la variété de ces effets secondaires graves possibles!

 

Ainsi, à l'affirmation "la rougeole n'est pas une maladie grave", il est répondu "FAUX, la rougeole est souvent sans gravité mais elle peut donner lieu à des complications graves voire mortelles: les pneumonies et les encéphalites (inflammations du cerveau).[...]"

 

Mais ce que le site Santésolidarité rappelle à juste titre en la matière c'est notamment que:

 

« L'argument vaccinaliste pour se vacciner contre la Rougeole, est de prévenir l'apparition d'une complication redoutable, l'encéphalite. Outre le caractère exceptionnel de cette complication, il convient de préciser que cette complication survient en dépit de la vaccination, comme en témoigne un article paru dans la Revue Médicale de Tours, concernant 2 cas d'encéphalite, survenus chez deux enfants vaccinés contre la Rougeole. "Revue Médicale de Tours" -1995- T.29. - N9/10. »

 

On épinglera surtout le véritable malaise entourant la question des effets secondaires puisqu'à l'affirmation "le vaccin contre la rougeole est dangereux", il est répondu "FAUX" suivi de deux réponses qui n'ont absolument rien à voir avec LA SECURITE du vaccin et qui ne servent en fait qu'à faire diversion pour mieux masquer le vide des données concrètes sur la question. On invoque ainsi sa gratuité totale jusque l'âge de 17 ans et à 65% au-delà (comme si cela était le moins du monde une preuve en soi de sa bonne tolérance!), avant d'affirmer que la vaccination est "le seul moyen de prévention".



On a donc ici une belle démonstration des principales ficelles (ultra usées) utilisées comme piliers fondateurs de cette propagande vaccinale séculaire:



- l'alibi essentiel du soutien des autorités ("si les autorités le remboursent, c'est que c'est vraiment sûr et important")



- l'approche monopolistique (c'est "le seul moyen de prévention possible") qui sous-entend de façon grotesque et vraiment peu crédible que les mesures non spécifiques et souvent plus intelligentes de renforcement général du système immunitaire dans son ensemble, n'auraient par comparaison, que fort peu d'importance alors que ce type de renforcement pourrait sans doute favoriser des rougeoles avec moindre risque de complications et une immunité réellement durable à vie en contrepartie.



Mais ce courrier simpliste affirme encore autre chose de douteux quant à la durabilité de la soi-disant protection conférée:



"Deux injections sont nécessaires pour être protégé efficacement. La protection dure toute la vie chez la grande majorité des personnes."



Pour se protéger, ils prennent la précaution de noter "chez la grande majorité des personnes" de façon à pouvoir opposer, après coup, aux gens doublement vaccinés qui auraient fait la maladie, qu'ils étaient sans doute "dans le faible pourcentage de cas chez qui ça ne prend jamais".



 Rappelons-nous toutefois que:



- au moment du lancement de cette (inutile) vaccination de masse contre une maladie alors qualifiée de bénigne et ne nécessitant pas de vaccination dans les revues médicales françaises, on a affirmé qu'une dose protégerait à vie. Une revue comme Test- Santé, de l'Association de défense belge des consommateurs Test-Achats, affirmait d'ailleurs encore récemment que les vaccins vivants protègent à vie. Mais sur quelle base? Sur QUELLE PREUVE SOLIDE?



- Aux USA, les experts avaient aussi prétendu qu'une dose de vaccin anti-varicelle suffirait, avant de prétexter, devant l'échec patent de leurs méthodes que finalement, "c'est qu'il fallait une seconde dose". Et donc, qui dit qu'il ne faudra pas par la suite une troisième dose ou encore d'autres rappels? Qui peut le savoir puisqu'il n'est pas du tout pratiqué en routine des sérologies vérificatrices sur les sujets doublement vaccinés et soi-disant "protégés à vie"?

La vaccination de masse est l'unique cause du déplacement de survenue de l'âge de la maladie et donc de l'accroissement des cas graves. Ceci signifie donc qu'il y a moins de cas au total mais proportionnellement plus de cas graves et que l'objectif même de la vaccination est par conséquent, un échec cuisant.

Il est très important que le public se pose ce genre de questions car cela implique son avenir et celui de ses enfants: à partir du moment où une situation X entraîne un cercle vicieux, a-t-on encore oui ou non le droit de ne pas le cautionner, de ne pas l'entretenir ni s'enferrer là-dedans plus longtemps et donc de refuser la vaccination, y compris dans un but altruiste de protection et de vision de la santé publique à plus long terme??



Le fait que ce courrier sur la rougeole pousse et recommande le ROR et non le simple vaccin monovalent contre la rougeole constitue par ailleurs un Xième indice du caractère contestable de pareille propagande, avant tout destinée à pousser à la consommation de vaccins et dès lors aussi de fourguer dans le tas deux autres vaccins qui n'ont ainsi rien à voir avec la communication en question (oreillons et rubéole)! La même stratégie affligeante est d'ailleurs aussi utilisée avec le vaccin diphtérie-tétanos qui, en Belgique, est toujours couplé (sans plus possibilité de vaccin monovalent). 



Ne pas oublier non plus que cette vaccination n'étant pas obligatoire, les victimes ne pourront nullement se retourner en cas de problème contre ces mêmes autorités qui leur auront ainsi prodigué ces bons conseils. Or, à titre indicatif (mais il existe beaucoup d'autres cas), voici un autre exemple du fossé entre les recommandations officielles et ce qui peut en résulter dans les faits...



 

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Rougeole
commenter cet article

commentaires

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA