Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2015 1 11 /05 /mai /2015 08:35

Mexique: deux bébés indigènes meurent après un vaccin

Photo archives La Presse

Photo archives La Presse

9 mai 2015. La Presse.ca 

 

Agence France-Presse

TUXTLA GUTIÉRREZ

 

Deux bébés sont décédés et 29 ont été hospitalisés au Mexique lors d'une réaction allergique après avoir été vaccinés vendredi, dans une communauté indigène du Chiapas (sud-est), a annoncé samedi l'Institut mexicain de Sécurité sociale (IMSS).

 

«29 enfants sont hospitalisés et malheureusement, deux autres sont décédés», a indiqué l'organisme dans un communiqué, ajoutant avoir «ordonné la suspension préventive de l'administration de ces vaccins au niveau national», pendant qu'une enquête sera menée.

 

Selon l'IMSS, qui n'a pas mentionné les noms des laboratoires concernés, 52 enfants ont reçu ce vaccin, le BCG (contre la tuberculose et l'hépatite B), et 32 d'entre eux ont présenté des réactions allergiques.

 

Le gouvernement de l'État du Chiapas a lui chiffré à 37 le nombre de bébés intoxiqués, précisant que l'un des enfants se trouve dans un état grave.

 

Selon l'organisation catholique Pueblo Creyente, les victimes sont une petite fille de 30 jours et un garçon de 28 jours, décédés après la vaccination effectuée vendredi par un médecin de l'IMSS dans la communauté d'indigènes tzotziles La Pimienta, à Simojovel.

 

Six bébés intoxiqués ont été transférés samedi matin à l'hôpital de Tuxtla Gutiérrez, dans la capitale de l'État du Chiapas, située à 120 km. Les autres le seront progressivement dimanche matin.

 

De nombreuses communautés indigènes du Chiapas, l'un des États les plus pauvres du Mexique, vivent dans des zones très éloignées des villes et sans services de santé, obligeant les médecins de la Sécurité sociale à s'y rendre pour effectuer les campagnes de vaccination.

 

Source: La Presse.ca

 

Ne pas faire de commentaire suite à pareille « nouvelle » parue (bien sûr non décryptée) dans les médias grand public serait de notre part à la fois stupide et immoral, compte tenu des milliers de pages d’information déjà disponibles sur ce site sur la dangerosité évidente des vaccins.

 

Plusieurs choses capitales à remarquer/à décrypter dans ce qui précède:

 

1) Sur 52 enfants vaccinés, il y aurait eu entre 32 et 37 effets secondaires (sans compter les deux décès), ce qui est trop pour parler de « réactions allergiques », lesquelles ne touchent en général qu’une minorité de cas ; ce qui tend bien à démontrer ici que les poisons vaccinaux ne sont bons pour personne et que tout être normalement constitué y est en quelque sorte « allergique ».

 

2) L’opacité des autorités interpelle : pourquoi ne pas mentionner le nom des fabricants ? C’est montrer ici le peu de cas fait du décès des enfants qui ne sont donc rien au regard des profits des fabricants.

 

3) Les enfants décédés ont été vaccinés extrêmement précocement : à un mois de vie à peine, alors que les vaccinations traditionnelles, déjà bien trop précoces sont faites dès 2 mois en général (alors que le système immunitaire infantile n’est de toute façon pas mature avant 6 à 7 ans d’âge).

 

4) Remarquons aussi le type de vaccins cités : tuberculose, hépatite B… comme si ces populations pauvres étaient à ce point menacées d’un danger énorme qu’il fallait absolument vacciner dès 1 mois de vie des nourrissons ne sachant même pas se déplacer tous seuls… ces pratiques sont donc criminelles, disons-le franchement car il n’y a eu ici, à l’évidence, aucune évaluation rationnelle du rapport bénéfices/risques ! Soulignons à cet égard que cela fait d'ailleurs des décennies que l'OMS SAIT de façon certaine (après des études à très large échelle, en Inde notamment) que le BCG n'est pas efficace dans la prévention de la tuberculose... dès lors une fois encore, où serait l'urgence de santé publique à vacciner de si jeunes bébés dont la fragilité résulte bien davantage de la pauvreté de leurs conditions de vie que d'un quelconque germe?! Références des études de l'OMS: Rapport technique de l'OMS n°651 de 1980 sur la vaccination antituberculeuse (rapport sur un essai contrôlé en double insu des vaccins BCG conduits en Inde du Sud sur 360 000 personnes): "L'essai a montré que le BCG ne conférait aucune protection au cours des 7,5 ans de surveillance ultérieure."

 

5) L’article fait croire de façon scandaleuse que l’aspect reculé de ce village pauvre exigerait (qui le prouve ?) que des médecins se déplacent pour aller y vacciner…contre la tuberculose et l’hépatite B : la vérité est tout autre ; elle est que l’OMS, le Gavi et leurs acolytes estiment qu’aucun enfant du monde ne doit et ne peut plus échapper à ce "tout vaccin" mortifère dont la justification officielle (sauver des vies soi-disant) apparaît de plus en plus en contradiction avec les récriminations récurrentes de l’élite sur les aspects géopolitiques les plus aigus, à savoir la surpopulation mondiale. Récemment au Kenya, des évêques catholiques et des médecins de terrain ont encore non seulement dénoncé mais aussi apporté la preuve par des analyses de laboratoire que des vaccins antitétaniques des Nations Unies réservés aux femmes en âge de procréer étaient bel et bien contaminés avec l’hormone HCG dont l’injection est en mesure de rendre des femmes stériles.

 

6) Les problèmes de mortalité infantile ne sont pas neufs dans cette région pauvre du Mexique : voici déjà des mois et des années que Chiapas est l’objet de communiqués et autres articles sur des décès d’enfants (voir par ex. iciiciici ou ici) : on peut ainsi s’interroger sur l’éventualité d’expérimentations illégales menées dans cette région si certains venaient ainsi à profiter de l’ « écran » d’une mortalité infantile traditionnellement plus haute qu’ailleurs pour y essayer divers produits et vaccins, tout en pouvant alors affirmer que rien ne changerait vraiment là-bas comparativement aux anciens taux déjà plus élevés de mortalité infantile. Ne soyons non plus pas dupes des prétendues enquêtes qui sont annoncées officiellement en mentionnant la suspension de la vaccination, voilà un procédé habituel qui donne à tort à penser aux populations que la sécurité des vaccins serait réellement analysée alors que cela n’est JAMAIS le cas. Ce sont là des stratégies classiques de communication préconisées d’ailleurs par l’OMS dans ses propres documents qui expliquent comment réagir en cas de « crise » pour surtout protéger avant toute chose l’image des vaccins, bien avant les vies humaines.

 

7) Si vous êtes travailleur ou bénévole dans l'humanitaire, de grâce, informez-vous et soyez conscients de ces données factuelles qui ne relèvent pas de la croyance mais bien de la connaissance: sachez à quoi exactement vous collaborez, informez aussi les populations locales, voilà qui serait vraiment faire oeuvre d'une solidarité et d'une humanité plus que jamais nécessaires à notre époque où, malgré la profusion d'"informations", la désinformation tue encore autant de vie humaines d'une façon aussi scandaleuse que révoltante. 

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article

commentaires

F.Germain 11/05/2015 18:15

Le Quotidien du :médecin en parle :

http://www.lequotidiendumedecin.fr/actualites/article/2015/05/11/deux-deces-suite-une-vaccination-bcg-au-mexique_754936

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA