Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 octobre 2016 1 17 /10 /octobre /2016 11:01

Un bébé de huit semaines DECEDE après avoir reçu 7 vaccins

 

Sarah Garland, 15 août 2016

Un bébé de huit semaines décède après avoir reçu 7 vaccins

C’est le 26 décembre 2015 que Sydney et Dylan ont accueilli, dans ce monde, leur jolie petite fille, Rowyn Faye. C’était un bébé en pleine santé d’un peu plus de 7 livres, et qui était allaitée. Comme Rowyn était en parfaite santé, aucune remarque médicale n’a été faite. Comme le jeune couple avait décidé de faire vacciner leur enfant, la petite Rowyn reçut à la fois l’injection du vaccin contre l’hépatite B, ainsi que de la vitamine K le jour même de sa naissance. Peu après, Rowyn a beaucoup pleuré. Toutefois ces pleurs n’ont pas été reconnus comme étant une suite possible du vaccin, étant donné que la plupart des nouveau-nés pleurent souvent.

 

Les nouveaux parents ont emmené leur bébé dans la maison de la grand-mère de Sydney où ils avaient décidé de s’établir. La maman a allaité sa petite fille, et a décidé de pratiquer le co-sleeping en respectant toutes les mesures de sécurité. Rowyn a continué à prospérer, à prendre  régulièrement du poids. Sydney se souvient que sa petite fille était heureuse, riait, et était en bonne santé.

 

Le 17 février 2016, Sydney emmena son bébé pour la visite médicale des deux mois. Le pédiatre de Rowyn insista pour qu’elle reçoive tous les vaccins le jour même.

Un bébé de huit semaines décède après avoir reçu 7 vaccins

Comme Sydney n’était qu’une jeune maman de 19 ans inexpérimentée, elle finit par accepter. Il est important de noter que, ni le médecin, ni l’infirmière n’ont proposé un consentement éclairé par rapport aux vaccins que la petite devait recevoir. Aucune mention ne fut faite des effets indésirables possibles. Il ne fut pas non plus mentionné que la jambe de Rowyn pouvait être douloureuse et enflée. Sydney ne reçut pas la notice du vaccin et on ne lui parla pas non plus des ingrédients utilisés dans chaque vaccin. Le pédiatre ne s’est pas non plus préoccupé des antécédents médicaux de la famille, d’éventuellement rechercher les risques génétiques possibles. Le pédiatre a remis à la jeune maman un document expliquant en quoi consistait le DTCa, ainsi qu’une liste des autres vaccins que Rowyn allait devoir recevoir: DTCa (Diphtérie, Tétanos, Coqueluche); Hib (Haemophilus Influenzae type b); Hépatite B, Polio ; vaccin anti pneumococcique.

 

Au cours de sa première visite médicale, Rowyn a reçu 7 différents vaccins.

 

La maman s’est mise à pleurer en voyant que l’on administrait tous ces vaccins à sa petite fille. Dans le creux de son estomac, elle sentait que quelque chose clochait. Rowyn a hurlé pendant l’administration de ces vaccins. Sydney s’empressa de tout faire pour la consoler. Ensuite, elle l’allaita pour lui permettre de dormir un peu.

 

Après la visite médicale, Rowyn a commencé à dormir très profondément tout au long de la journée et de la soirée. Elle paraissait parfois à bout de souffle. Quelques jours après les vaccinations, la partie molle sur le dessus du crane  devint plus profonde ; le pédiatre n’y prêta pas attention. Les parents qui avaient été si heureux avec leur petite fille ne l’étaient maintenant plus autant. Sydney, inquiète, interrogea sa grand-mère et des amis par rapport au comportement de Rowyn. Ceux-ci répondirent que Rowyn faisait probablement juste une poussée de croissance et de ce fait se montrait plus fatiguée que d’habitude. Sa grand-mère lui dit que c’était normal chez les bébés et que Sydney était juste une nouvelle maman trop prudente. Les nouveaux comportements de Rowyn restèrent les mêmes pendant les deux semaines qui ont suivi.

Un bébé de huit semaines décède après avoir reçu 7 vaccins

C’est le 1er mars 2016, autour de 22h que Sydney prépara le berceau de sa petite fille pour la dernière fois ! Avec amour, elle a changé sa couche, l’a revêtue d’une longue robe blanche à manches longues, l’a nourrie. Elle a attendu qu’elle fasse son renvoi, l’a couchée sur le dos, puis toutes les deux se sont endormies côte à côte.

 

Le lendemain matin, Sydney s’est levée à 6h.36 avec les seins gonflés, ne s’étant pas réveillée pour allaiter sa fille pendant la nuit. Sydney se souvient : j’ai regardé mon bébé, et ai de suite vu que quelque chose n’allait pas…Il y avait du sang autour de sa bouche et la petite était étrangement tranquille. J’ai touché son bras et sa figure et elle ne bougeait toujours pas. J’ai commencé à hurler, ce qui réveilla le père de Rowyn. Il a soulevé le corps de la petite… il y avait du sang sur le drap de lit. Rien n’avait pu bloquer son visage. Mon sommeil est très léger ; je me réveille chaque fois que Rowyn bouge le moindre doigt de pied. Ce soir-là, Rowyn n’a pas bougé du tout. Elle était très bien, et tout à fait paisible, comme si elle dormait encore. L’instinct maternel m’a cependant dit clairement que nous n’avions rien fait de mal.

 

Avertie de ce qui se passait, la grand-mère de Sydney s’est précipitée dans la chambre et a appelé les services de réanimation pour Rowyn. Quand la police et le médecin légiste sont arrivés, Sydney  prise d’une détresse hystérique n’a pas pu leur expliquer clairement ce qui s’était passé. C’est donc le papa qui a dû tout raconter. Les enquêteurs ont posé des questions au sujet de Sydney, de la position du bébé, de ce qui s’était passé la veille, de l’endroit où le bébé avait dormi et était décédé…

Un bébé de huit semaines décède après avoir reçu 7 vaccins

Rowyn n’a jamais été emmenée à l’hôpital. Sydney et son mari n’ont pas précisé aux enquêteurs  le comportement que la petite avait manifesté après la séance de vaccinations. Personne jusque-là n’avait pensé à leur demander si leur bébé avait été récemment vacciné. Si le pédiatre de Rowyn avait été disponible, peut-être aurait-il mentionné ce détail très important, mais la chose est peu probable.

 

Sydney et son mari ont dû, le cœur brisé, dire au-revoir à leur bébé le matin même. Ils avaient choisi de ne pas revoir la petite au funérarium. Ils avaient tous deux le cœur brisé par la mort soudaine et inattendue de Rowyn. Il fallut attendre quatre jours les résultats de l’autopsie, puis ce fut l’enterrement. Le pédiatre de Rowyn n’a jamais pu atteindre la famille, à part l’envoi d’une carte de condoléances.

 

Deux mois passèrent après la mort de leur petite fille avant que les parents reçoivent le certificat de décès qui déterminait que la cause du décès était inconnue. Le certificat mentionnait également que l’étouffement aurait pu être dû au fait du co-sleeping. En découvrant ce diagnostic, Sydney et son mari furent furieux, car ils savaient que Rowyn n’avait pas pu étouffer : il n’y avait pas de couvertures sur le lit ou à quelque endroit près du visage de la petite. Comme Sydney l’a crûment formulé : « Merde, Rowyn n’a, en aucun cas, pu étouffer ! »

 

Il y a maintenant cinq mois que la petite Rowyn est décédée. Sydney et son partenaire n’ont toujours pas reçu le rapport officiel d’autopsie. Où se trouve le rapport de toxicologie ?  Comment se fait-il que les parents ne puissent pas en être informés ? Que sont-ils en train de cacher aux parents ? Sydney n’avait pas pensé qu’il pouvait y avoir un rapport entre les vaccinations de Rowyn et son décès jusqu’à ce que la grand-mère paternelle qui était infirmière leur explique qu’il se pouvait qu’il y ait un rapport. Sydney s’est alors mise avec acharnement, à faire des recherches sur la mort subite du nourrisson (MSN), toute son histoire, et la forte corrélation qui existait entre la mort subite du nourrisson et le vaccin DTCa. Sydney a alors commencé à effectuer une recherche encore plus assidue sur tout ce qui avait rapport aux vaccins pour pouvoir enfin trouver une réponse valable à la mort prématurée de sa petite fille.

 

Sydney était furieuse que le pédiatre ne lui ait pas donné les notices des vaccins que sa petite fille a dû recevoir, et qui mentionnaient le Syndrome de la Mort Subite du Nourrisson comme effet seconda  ire potentiel pour le vaccin DTCa. On ne lui a pas communiqué des informations sur les risques que pouvait courir son bébé, - informations qui auraient pu permettre à Sydney de prendre une décision plus éclairée et, qui sait, qui aurait peut-être pu lui sauver la vie. Elle sait maintenant clairement, au fond de son cœur, que ce sont les vaccins que sa petite fille a reçus qui ont provoqué son décès : elle avait entendu comment son bébé hurlait quand l’infirmière lui administrait les vaccins (peut-être s’agissait-il du cri encéphalique). Intuitivement, elle savait que quelque chose allait mal. Elle avait aussi constaté le changement de comportement de sa fille, ainsi qu’un changement dans ses habitudes de sommeil après la vaccination. Rowyn Faye n’a plus jamais été la même après sa visite chez le médecin.

 

Sydney veut partager sa douloureuse histoire, parce qu’elle veut que plus de parents comprennent clairement le problème des vaccins, qu’ils comprennent que les vaccins ne sont pas aussi sûrs qu’ils sont censés être pour pouvoir éviter toute souffrance éventuelle, ainsi que la perte possible de leur précieux bébé.

 

Il est facile de comprendre que Sydney et son compagnon aient encore aujourd’hui le cœur brisé par la perte de leur petite fille. Sydney voit maintenant un thérapeute une fois par semaine. Son diagnostic : dépression, anxiété, stress post-traumatique.

 

Sydney a cependant découvert qu’elle était à nouveau enceinte : en conséquence, elle évité de prendre les médicaments qu’elle prenait pour faire face à cette période douloureuse de sa vie.- Sydney fait aussi des cauchemars; elle souffre d’anxiété par rapport à la mort, comme aussi par rapport aux personnes qu’elle aime. – Il ne lui est plus possible de dormir dans la chambre où Rowyn est décédée. Elle souffre aussi d’ attaques de panique. Elle a aussi des inquiétudes au sujet du bébé dont elle est enceinte. Elle doit maintenant travailler à plein temps pour pouvoir assurer l’arrivée de son nouveau bébé. Sydney et son partenaire sont naturellement décidés à ne pas faire vacciner leur nouveau bébé. Il est heureux que Sydney et son partenaire soient entourés de personnes, d’amis empathiques, pleins de compassion et d’amour, et qui peuvent l’écouter et la soutenir.

 

Sydney et son partenaire sont décidés à faire parvenir un rapport au VAERS pour la mort de Rowyn causée par un vaccin. Si vous le pouvez, priez pour cette famille, ainsi que pour toutes les familles qui souffrent de la perte d’un enfant à la suite d’une vaccination. S’il vous plaît, veuillez partager notre histoire et éventuellement participer par une contribution financière afin que nous puissions continuer à dénoncer ces crimes contre l’humanité.

 

Source: Stopmandatoryvaccination

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article

commentaires

anonyme 24/10/2016 11:32

quand les gens ouvriront les yeux,une contamination artificielle telle que la vaccination arrive comme une bombe dans le sang et sidère le système immunitaire, elle monopolise ce dernier à 70%, une contamination naturelle arrive à pas de fourmi, le système immunitaire a le temps de préparer ses anticorps, les virus doivent pénétrer la barrière de la peau, des muqueuses avant d'arriver dans le sang, cela se fait dans un ordre naturel, sans précipitation, le système immunitaire est monopolisé seulement à 30 % donc si une personne a une infection et se fait vacciner, une grande partie du système immunitaire sera dispatché sur le plan vaccinal au détriment de l'infection et cette dernière pourra reprendre de l'ampleur, d'où souvent l'incompréhension des médecins de voir surgir une infection qui n'a rien à voir avec la vaccination et ils disent :"voyez , cela n'a rien à voir avec les vaccins " faux c'est la conséquence directe du ou des vaccins, car par la brutalité et l'injection directe dans le sang du vaccin, le système immunitaire est monopolisé au maximum
c'est grave car aujourd'hui il y a des puces qui sont injectées en même temps, sans oublier les nanoparticules et encore plus grave dans les épandages aériens chimiques clandestins (chemtrails) ils nous vaporisent des vaccins sous forme de nanoparticules dans l'air que nous respirons

Initiative Rationnelle 24/10/2016 15:31

Mince, vous rajoutiez "les aliens veulent faire basculer la terre, qui est plate" et j'avais gagné au "conspiracy bingo".

Louhana 19/10/2016 15:08

Mon médecin homéopathe qualifiait la pratique vaccinale de véritable génocide de l'humanité, que ce soit par des réactions violentes et rapides (telles qu'ici par exemple) ou des dégradations de l'état de santé de la population à plus long terme et de celle de la descendance. Certains nous diront qu'il n'y a pas plus de produits toxiques dans les vaccins que dans l'alimentation, les autres médicaments, l'air qu'on respire, etc... mais même si je pense qu'il est urgent de revenir à une vie plus saine, il y a quand même une énorme différence entre les vaccins et le reste, différence que les gens ne connaissent pas en général.

Ce qui est dramatique dans toute vaccination, ce ne sont pas les produits qu'on injecte en eux-mêmes (enfin, je ne veux pas dire qu'ils soient inoffensifs, hein !), mais c'est le choc vaccinal et c'est cela que les rares homéopathes réellement compétents parviennent à contrecarrer lorsque l'organisme n'a pas été trop massacré par trop de vaccins, c'est-à-dire lorsqu'il lui reste suffisamment de potentiel de réaction. L'expression "drainage vaccinal" est employée à tort, les produits homéopathiques ne drainent rien du tout, ils annulent ou diminuent les conséquences qu'a eu le choc vaccinal sur l'organisme en donnant un choc inverse, ce qui permet au corps d'acquérir un meilleur potentiel de guérison et à la santé de s'améliorer.

Initiative Rationnelle 18/10/2016 16:41

Cette nouvelle anecdote-qui-fait-peur suit à la lettre la bible de la contestation. L’argumentation est quasiment toujours identique et bien peu rationnelle:

- Un enfant était en parfaite santé.
- Il a été vacciné.
- Il est décédé (SIDS).
- Le médecin n’avait pas dit que cela pouvait arriver.
- C’est pourtant écrit en toutes lettres sur la notice du vaccin.
- Les vaccins sont dangereux.


C'est un peu comme si une personne vous racontait l'anecdote d'une crise cardiaque en voiture, persuadée que c'est à cause de la ceinture de sécurité, pour vous convaincre de ne plus attacher votre ceinture.

Cette personne est incapable de montrer qu'il y a un lien entre crise cardiaque et ceinture de sécurité, en revanche la contribution en terme de vies sauvées par la ceinture de sécurité est parfaitement documentée.

Les études montrent qu'il n'y a pas de lien entre vaccination et mort subite. Au contraire, il y aurait peut-être même un effet protecteur au point que la vaccination est conseillée également pour diminuer les cas de mort subite.


https://initiativerationnelle.wordpress.com/2016/06/24/intox-le-petit-x-decede-de-y-apres-avoir-recu-z-vaccins-ysids/

Initiative Rationnelle 19/10/2016 12:06

Sans vouloir être trop technique, Claude, les études que vous présentez ici sont des études de cas. C'est ce que la haute autorité de santé appelle des études de niveau 4, qui ont un "faible niveau de preuve scientifique". Elles peuvent être considérées, FAUTE DE MIEUX, pour établir un doute POSSIBLE. Lorsqu'il y a mieux à disposition, IL FAUT admettre que les études de plus forte fiabilité qui contredisent ces études dissipent ce doute. Des études de niveau 1 comme celle que je cite sont une "preuve scientifique établie".

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17400342 - "Do immunisations reduce the risk for SIDS? A meta-analysis."



Je vous ai dit pour quelle raison les études que vous précisez ici sont par définition peu convaincantes. Cependant, je peux également vous expliquer pour quelle raison vous auriez pu le conclure rationnellement d'après leur contenu sans même connaître le principe de base de la hiérarchie des preuves en science.


La première étude que vous citez, Claude, précise "Si c'est bien confirmé par des études systématiques, cela aura de sérieuses implications". L'étude que je présente pour dire qu'il n'y a pas de lien est JUSTEMENT censée confirmer ou infirmer ces doutes. C'est la réponse aux vœux de votre étude. Le doute n'est pas confirmé.

Si on vous dit "Je viens de vérifier, il n'y a personne dans le grenier. Vous avez entendu un bruit mais c'est sûrement le vent", il est irrationnel de vous voir répondre "ça ne peut pas être le vent, la preuve est que tout à l'heure j'ai entendu un bruit dans le grenier".

Cette étude est donc incapable de réfuter ce qui est précisé dans le message auquel vous répondez.


La deuxième étude que vous citez, Claude, dit littéralement qu'elle est incapable de prouver une relation de cause à effet. En conclusion elle ne fait que proposer une étude accrue des prochains cas, ce qui est une position très mesurée. J'ajoute qu'il est tout à fait possible que dans le futur on mette en évidence une surmortalité due aux vaccins sur les conditions particulières décrites dans cet étude, sans que cela ne change la constatation de l'effet protecteur sur LA GLOBALITÉ des morts subites.

Si on vous dit "Après déduction de vos frais, on voit que vous avez gagné 100 euros" il est irrationnel de vous voir répondre "oui, mais il y des frais que j'ai du payer, j'ai peut être perdu de l'argent".

Cette étude est donc incapable de réfuter ce qui est précisé dans le message auquel vous répondez.




Si vous souhaitez en savoir plus sur la hiérarchie des preuves, vous pourrez vous reportez au lien suivant. Je l'ai choisi parce qu'il présente les choses de manière claire, et en français, mais vous pourrez trouver à peu près partout des information sur ce qui est un concept de base de la recherche scientifique.

https://associationslibres.wordpress.com/2016/02/04/la-hierarchie-des-preuves-scientifiques-dans-la-recherche-medicale/



Je ne parle parlerai pas du reste de votre commentaire qui se base sur des opinions et des anecdotes.

Claude 18/10/2016 17:38

- Unexplained cases of sudden infant death shortly after hexavalent vaccination
http://www.jabs.org.uk/pages/hepb2.pdf

We report six cases of sudden infant death that occurred within 48h after hexavalent vaccination. At post-mortal examination, those cases showed unusual findings, especially in the brain and in laboratory tests. Crude calculations of local epidemiology are compatible with an association between hexavalent vaccination and unusual cases of sudden infant death. If confirmed in systematic studies, our findings would have potentially serious clinical implications.

- Sudden Infant Death Following Hexavalent Vaccination: A Neuropathologic Study
http://www.infovaccini.it/lib/exe/fetch.php?media=lavezzi_cmc.pdf_final.pdf

In conclusion, the present work constitutes a basis for intensifying surveillance after the hexavalent vaccination. In particular, it is necessary that deaths occurring short time after hexavalent vaccination are appropriately investigated and submitted to an expert pathologist for an objective evaluation of the possible causative role of vaccines in SIDS.

- Vaccins & mort subite du nourrisson: on ne peut plus fermer les yeux!
http://initiativecitoyenne.be/article-vaccins-mort-subite-on-ne-peut-plus-fermer-les-yeux-123949180.html

- Vaccin anticoquelucheux et mort subite du nourrisson.
http://www.jutier.net/contenu/mgeorget.htm

Mais la presse médicale française n'aime pas parler de la mort subite du nourrisson. Ainsi, un médecin qui signalait dans le Concours médical deux cas de MSN, l'un chez un nourrisson d'un mois et demi décédé dans la semaine suivant le BCG, l'autre chez un nourrisson d'un mois décédé dans la nuit suivant le BCG, s'est vu répondre qu'il ne pouvait s'agir que d'une coïncidence, avec ce commentaire : "Il faut cesser d'incriminer les vaccinations dans la survenue de la mort subite inexpliquée du nourrisson. C'est mauvais pour le moral de la population vaccinée… et pour celui des vaccinateurs. (1)" Les parents des victimes apprécieront. (1). Concours Médical, 1995 ; 117 : 941.

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA