Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 juin 2017 4 22 /06 /juin /2017 23:25

Vaccin contre l’hépatite B: la Cour de Luxembourg reconnaît le lien avec la sclérose en plaques!

 

21 juin 2017

Vaccin hépatite B: La Cour européenne reconnaît le lien avec la sclérose en plaques

Le vaccin contre l'hépatite B peut-il causer la sclérose en plaques et ouvrir droit à une réparation du préjudice? La Cour de Cassation hésitait à le dire... la Cour de Justice de l'Union Européenne vient de lui confirmer qu'elle avait le droit de le reconnaître. Une décision qui va compliquer l'entrée en vigueur de la vaccination obligatoire annoncée par la ministre Buzyn...

 

Agnès Buzyn se serait probablement bien passée de cette décision qui va compliquer la mise en oeuvre de sa politique de vaccination obligatoire. La Cour de Justice de l'Union Européenne vient de considérer, dans le cadre d'une question préjudicielle, qu'il était conforme au droit de l'Union Européenne de reconnaître un lien de causalité entre un vaccin de Sanofi Pasteur contre l'hépatite B et la sclérose en plaques.

 

L'affaire visait un cas français. Un homme en parfaite santé avait déclaré une sclérose après une vaccination. Il est décédé en 2011.

 

Jusqu'ici, la directive de l'Union sur le sujet imposait aux plaignants d'établir la preuve de la causalité entre la vaccination et la maladie. La CJUE vient de reconnaître que cette preuve ne supposait pas forcément un consensus scientifique, mais pouvait simplement s'appuyer sur des présomptions fortes et sérieuses. Il appartiendra à chaque juridiction nationale de vérifier ce sérieux.

 

Cette réponse ouvre la voie à une indemnisation des victimes par les fabricants de vaccins incriminés.

 

Une très mauvaise nouvelle pour Sanofi... et pour Agnès Buzyn.

 

Dans son arrêt de ce jour, la Cour estime comme compatible avec la directive un régime probatoire qui autorise le juge, en l’absence de preuves certaines et irréfutables, à conclure au défaut d’un vaccin et à l’existence d’un lien causal entre celui-ci et une maladie sur la base d’un faisceau d’indices graves, précis et concordants, dès lors que ce faisceau d’indices lui permet de considérer, avec un degré suffisamment élevé de probabilité, qu’une telle conclusion correspond à la réalité. En effet, un tel régime n’est pas de nature à entraîner un renversement de la charge de la preuve incombant à la victime, puisqu’il revient à cette dernière d’établir les différents indices dont la conjonction permettra au juge saisi de se convaincre de l’existence du défaut du vaccin et du lien de causalité entre celui-ci et le dommage subi. En outre, exclure tout mode de preuve autre que la preuve certaine issue de la recherche médicale aurait pour effet de rendre excessivement difficile voire, lorsque la recherche médicale ne permet pas d’établir ni d’infirmer l’existence d’un lien causal, impossible la mise en cause de la responsabilité du producteur, ce qui compromettrait l’effet utile de la directive ainsi que les objectifs de celle-ci (à savoir protéger la sécurité et la santé des consommateurs et assurer une juste répartition des risques inhérents à la production technique moderne entre la victime et le producteur). La Cour précise néanmoins que les juridictions nationales doivent veiller à ce que les indices produits soient effectivement suffisamment graves, précis et concordants pour permettre de conclure que l’existence d’un défaut du produit apparaît, compte tenu également des éléments et des arguments présentés en défense par le producteur, comme étant l’explication la plus plausible de la survenance du dommage. Le juge national doit en outre préserver sa propre liberté d’appréciation quant au point de savoir si une telle preuve a ou non été apportée à suffisance de droit, jusqu’au moment où il se considère en mesure de former sa conviction définitive.

 

Source : Entreprise.news

Partager cet article

Repost0

commentaires

chetaille 08/03/2018 00:37

Plainte pénale contre les « 73 vaccins obligatoires », en fait,
Car plusieurs spectres, -bacilles différents- pour une même maladie :
Rejoignez les 1000 premiers plaignants !

Résistons !

Alors que rien ne le justifie, le gouvernement français actuel a décidé (ce fut même sa première mesure) d'imposer à nos enfants l'inoculation de nouveaux vaccins obligatoires, dès l'âge de six semaines et jusqu'à 18 mois !

Rien d'avouable ne peut justifier une telle décision : ni la recherche scientifique, ni le moindre risque épidémique et encore moins l'efficacité thérapeutique desdits vaccins !

Il y a une certitude, c'est qu'il ne faut pas croire la ministre de la santé, Agnès Buzyn, lorsqu'elle parle de la vaccination et de la prétendue absence de dangerosité des « 11 » vaccins !

En fait de « 11 », ce sont 73 vaccins qui vont être injectés dans les muscles (et sans doute dans les capillaires sanguins pour certains) des 800 000 nourrissons à naître en France en 2018 !

73 vaccins entre 6 ou 8 semaines et 18 mois, alors qu'aucun risque épidémique ne menace la France, et encore moins l'humanité, et que scientifiquement rien ne justifie une telle vaccination de masse !

73 vaccins avec leurs métaux lourds neurotoxiques, comme de l'aluminium et du mercure, ou avec leurs substances chimiques, comme le formol, aux effets parfois mortels.

Ils violent nos droits fondamentaux d'être humain !

Le « libre consentement éclairé », principe médical éthique universel reconnu en 1947 dans la foulée du deuxième procès de Nuremberg, qui jugea les médecins nazis pour leurs crimes expérimentaux sur des êtres humains, semble n'avoir aucune importance à leurs yeux.

Ce principe est jeté aux orties par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn et les partisans des « vaccins-à-tout-prix-et-quoi-qu'ils-contiennent ».

Rappelons qu'au Canada et que dans la plupart des Etats des USA, chaque citoyen peut s'opposer à la vaccination obligatoire au nom de sa liberté de conscience ou de sa religion !

Les vaccins seraient sûrs et sans danger…

Allez dire cela aux Philippins qui comptent depuis décembre 2017 les enfants morts après la vaccination massive contre le virus de la dengue avec les vaccins français du groupe Sanofi-Pasteur !

Rappelons-nous des discours « officiels » lors des affaires de l'amiante ou du Médiator®.
Les « scientifiques » en place, les « journalistes santé » les responsables politiques et les représentants du lobby de l'amiante ou du lobby pharmaceutique, nous chantaient à l'unissons, la main sur le cœur et la voix suave : « L'amiante ? Cela n'a jamais déclenché le moindre cancer (on attend encore plus de 100 000 morts dans les prochaines années) », « le Médiator® ? Jamais fait de mal à personne (les « experts » officiels prévoient 1800 morts) ».

Mais n'oublions pas que ce qui est en cause aujourd'hui, ce n'est pas le principe de la vaccination, ce sont :
- les substances utilisées pour fabriquer ces « vaccins », potentiellement mortelles ou en tout cas susceptibles de provoquer de graves maladies neurologiques, en particulier les adjuvants à base d'aluminium, ou des substances chimiques comme le formol ;
- la « pertinence » physiologique de vacciner des nourrissons dès six ou huit semaines ;
- l'absence la plus élémentaire d'évaluation des risques pour chaque nourrisson, pris individuellement (les bébés ne sont pas des machines identiques au service des profits des laboratoires pharmaceutiques et de leurs obligés, qu'ils soient politiciens ou « journalistes santé ») ;
- le remplacement du principe de précaution par celui du « bénéfice-risque » au service des laboratoires : augmentation maximum de leurs bénéfices et risque nul puisqu'en cas d'effet secondaire, y compris dramatiques, c'est l'Etat (Oniam), c'est-à-dire nos impôts et taxes, qui indemnise les victimes (si elles sont encore vivantes après des années de procédures !) ;
- la vaccination de masse qui nie les particularités individuelles qui rendent certains nourrissons allergiques à toute vaccination.

Et, enfin, ce qui est en cause, ce sont nos droits de femmes et d'hommes libres d'être responsables de nos corps face à la dictature des laboratoires pharmaceutiques qui se met en place.

Et à ce jour, personne n'a pu nous expliquer pourquoi on rend obligatoire aujourd'hui l'extension de la vaccination, alors qu'en septembre 2014, les autorités médicales en recommandaient l'abandon pur et simple ?

Si vous partagez notre combat, si le sort des 800 000 bébés à naître en 2018 ne vous est pas indifférent, si vous n'acceptez pas la violation de nos droits fondamentaux d'être humain, rejoignez-nous, il y a urgence !

Maître Serge Lewisch va très prochainement transmettre au procureur de la République les 1000 premières plaintes pénales signées.

Nous vous proposons de nous rejoindre en signant à votre tour cette plainte pénale complétée des événements les plus récents (nous ne cesserons d'envoyer les nouvelles au procureur de la République).

Soyons, 5 000, soyons 10 000, soyons encore plus nombreux à nous opposer fermement à ce crime contre « l'immunité » pour reprendre l'expression d'Isabelle Adjani !

Pour résister avec nous, il vous suffit de :
1. De télécharger, de lire la plainte pénale avec attention : Cliquez ici pour la plainte pénale ;
2. D'imprimer et de signer la dernière page de la plainte pénale ;
3. De télécharger et d'imprimer et de le remplir (renseignements sur l'état civil, etc.) : Cliquez ici pour le formulaire ;
4. De faire une copie de votre pièce d'identité ;
5. De numériser ces trois documents ;
6. De nous les renvoyer par email à l'adresse suivante : " vaccination-plainte-penale1801@gcpww.org " ou par courrier à l'adresse suivante : Maître Serge Lewisch, 132, boulevard du Montparnasse - FR 75014 Paris.
Bien à vous et très amicalement.
Sophie Guillot, porte-parole du collectif « Ensemble pour une Vaccination Libre » contact@epvl.eu
Pierre Lefevre, porte-parole du collectif « Libre consentement éclairé » lefevre@gcpww.org Résistons !
Nous rappelons que notre petite équipe et totalement bénévole et que Maitre Serge Lewisch (sergelewischavocat@gmail.com) nous représente pro bono (gratuitement) jusqu'au dépôt des plaintes au Procureur.

Si d'autres procédures sont nécessaires par la suite, comme celle de faire nommer un juge d'instruction, chacun sera sollicité par avance pour son accord et jamais il ne vous sera demandé la moindre somme d'argent sans que vous en ayez donné formellement l'autorisation avant.
Rappel :Notre action est soutenue par MEDECINE & PHARMACOPEE CHINOISES FRANCE qui se met bénévolement à notre service pour la gestion administrative de notre collectif
Vous pouvez soutenir notre action en faisant un don, même pour 1 euro Par virement bancaire :IBAN : FR76 1820 6002 5765 0396 8037 242 – BIC : AGRIFRPP882
RIB : BANQUE : 18206 GUICHET : 00257 N° de COMPTE : 65039680372 CLÉ : 42
DOMICILIATION : PARIS ORDENER (00257)
TITULAIRE DU COMPTE : ASSOC. MÉDECINE ET PHARMACOPÉE CHINOISE FRANCE
Par chèque à l'ordre de : « ASSOC. MÉDECINE ET PHARMACOPÉE CHINOISE FRANCE »
Adressé à : M&PCF
C/O Maître Serge Lewisch 132 BLD du Montparnasse 75014 paris

Claude 16/08/2017 20:13

Michel Georget - agrégé de biologie : Réponses aux vaccins en fonction de notre système immunitaire HLA :

- HLA DR7 entraîne une faible réponse au vaccin anti-hépatite B.

Source : « L’apport des vaccinations à la santé publique ; la réalité derrière le mythe » de Michel Georget - pages 114 et 115.

Initiative Rationnelle 17/08/2017 13:00

Vous avez déjà grillé cette cartouche en août 2016, Claude. Et aussi le mois dernier.


Ces affirmations relèvent du cherry-picking.

Certains HLA sont par exemple associés à une augmentation des cancers induits par le virus hépatite B. La vaccination serait donc justement une réponse rationnelle à ce constat - http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S019888591500302X

Le fait que certains HLA puissent avoir un impact POSITIF sur la vaccination est bien entendu passé sous silence. - https://link.springer.com/article/10.1007%2Fs00251-005-0061-6


D'autre part, on remarque que cela fait plus de 15 ans que les même constatations sont faites concernant le traitement du VIH, par exemple. La réponse n'a JAMAIS été d'abandonner le traitement et de laisser les gens "faire la maladie". La réponse a toujours été d'améliorer ce qui fonctionne. - https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3966573/

Les HLA ne seraient donc un problème insurmontable que lorsqu'on parle vaccin et une variabilité à connaître pour maximiser les résultats dans tous les autre cas ? C'est une double standard.


Bref, vous n'impressionnerez que les gens qui ne savent pas le quoi vous parlez. Les gens qui savent de quoi vous parlez savent que vous ne savez pas de quoi vous parlez. (Les gens qui vous pratiquent, Claude, savent que vous avez probablement copié-collé ces arguments sans même savoir ce qu'ils impliquent)



D'autre part, c'est une nouvelle variation autour du sophisme de la solution parfaite: "Comment ? La ceinture de sécurité est moins efficace pour les personnes de petit taille ? Inutile de chercher à améliorer le système, il faut rouler sans ceinture !"

Bien entendu, c'est un raisonnement irrationnel. En science, on utilise ces informations pour faire de meilleurs vaccins, pas pour désinformer les gens et augmenter le nombre de personnes non protégées comme vous le faites ici.

"Le prochain «âge d'or» en vaccinologie permettra le développement de vaccins personnalisés, en fonction de notre compréhension croissante du phénotype de réponse immunitaire: l'information génotypique. Des progrès rapides dans le développement de ces données sont déjà en cours pour les vaccins contre l'hépatite B, la grippe, la rougeole, les oreillons, la rubéole, le charbon et la variole. En outre, les données nouvellement disponibles suggèrent que certains événements indésirables liés aux vaccins peuvent aussi être génétiquement déterminés et donc prévisibles. Cet article examine la base et la logique des vaccins personnalisés et décrit les progrès récents dans le domaine." - "Personalized vaccines: the emerging field of vaccinomics" - http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2831634/


Vous IGNOREZ les réfutations de vos arguments, Claude. Vous attendez quelques temps puis vous nous les resservez à l'identique dans des conversations qui n'ont rien à voir et dans le seul but d'obscurcir et de perturber le sujet. Vous êtes un troll.

Nabot 07/08/2017 03:20

Titre mensonger

Claudie 19/07/2017 07:54

Bonjour je connais une infirmière diagnostiquée qui a gagné son procès..à mediter...bien sûr clause de confidentialité obligatoirement signé..

SAM 11/07/2017 01:19

TITRE MALHONNETE ... LA COUR NE RECONNAIT PAS DU TOUT LA CAUSE ;;; ELLE AUTORISE SEULEMENT A LA SUPPOSER ...

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA