Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 20:10

fille-qui-tousse imagelarge

Plusieurs personnes nous ont demandé s'il était normal qu'un média - particulièrement docile- comme la RTBF (et Vivacité, tout cela fait partie du même ensemble) diffuse de façon aussi répétitive une telle propagande en faveur de la vaccination contre la coqueluche, préconisée même aux femmes enceintes !

 

Le message tourne en boucle, à la télé, à la radio. Un message simpliste qui vise à faire peur pour pousser à accepter le vaccin. Problème: la stratégie vaccinale préconisée - et qui fait sourire les pharmas de plaisir- a été démontrée INEFFICACE depuis 2012 par une étude canadienne de grande ampleur, menée par des chercheurs de l'Université de Laval au Québec. Pour ceux-ci, la vaccination des parents, ados et adultes n'est PAS la solution à la recrudescence des cas de coqueluche chez les plus jeunes enfants.

 

Face à ce torrent d'inepties que vous déversent actuellement les médias sur cette vaccination anti-coquelucheuse, Initiative Citoyenne a décidé de vous concocter cet article-synthèse pour tout savoir sur le prétendu bienfondé de cette vaccination et vous permettre ainsi de vous faire une opinion par vous-mêmes (cf. encadré final qui vous fera gagner beaucoup de temps de recherche). Car il se fait qu'en Belgique, il n'existe absolument AUCUNE possibilité d'indemnisation des victimes de vaccins (enfants comme adultes), en dépit du fait que cet acte médical peut se solder par des morts subites, des encéphalopathies avec séquelles graves, des épilepsies, des apnées, des cas d'asthme chronique et grave, des diabètes, des fibromyalgies, des syndromes de fatigue chronique, des cas de myofasciite à macrophages avec incapacités définitives de travail etc. etc.

 

En fait, avant la vaccination généralisée, la coqueluche, maladie certes inconfortable, survenait très majoritairement chez des enfants d'âge primaire qui n'aboutissaient ainsi pas à l'hôpital et qui n'avaient pas plus de risque de décès. Il y avait des dizaines de milliers de cas chaque année (et donc nettement plus que les ridicules 409 cas survenus l'année passée en Wallonie) mais ceux-ci n'étaient absolument pas un risque de santé publique. La Nature faisant bien les choses, la maladie se développait statistiquement dans la tranche d'âge la plus sécurisée pour les enfants atteints, c'est à dire quasi tous.

 

Avec la vaccination, on a troqué une immunité naturelle plus forte et plus durable contre une immunité médiocre et nettement plus éphémère ce qui a eu pour conséquence de donner lieu à un déplacement d'âge de survenue de la maladie: les adolescents, les jeunes adultes et les mères n'ont plus de protection naturelle efficace et deviennent, de par leurs nombreuses vaccinations, une source de contamination des plus fragiles (les plus jeunes). Pas étonnant dès lors que vacciner de plus belle les aînés ne résolve absolument rien, les mêmes causes produisant les mêmes effets. Mais voilà, il y a un dogme en matière de vaccins. Des générations entières de médecins ont subi un véritable lavage de cerveau pendant toutes leurs études, on ne leur a jamais parlé que de ça. C'est devenu un réflexe pavlovien et il ne faut dès lors pas s'attendre à une analyse très fine ou élaborée de leur part. Ceux-ci vous resserviront donc pour la plupart les consignes venues d'en haut sur base d'arguments fallacieux et comme d'habitude inconsistants. D'autant que selon le rapport d'octobre 2012 de la Cour des Comptes française, les vaccins sont un réel business pour les médecins: l'acte vaccinal représente 12,6% des revenus annuels des généralistes en moyenne et 33% des revenus annuels des pédiatres (et encore on ne compte donc pas dans ces chiffres les nouvelles consultations pour effets secondaires. Selon un rapport conjoint ONE/Provac de 2009, 5% des enfants au moins doivent consulter pour effets secondaires endéans les 48 heures qui suivent une vaccination donc combien endéans la semaine, les deux semaines, le mois?)

 

Effrayer la population parce que 409 cas de coqueluche sont survenus en Wallonie l'an passé est tout à fait indigne du rôle d'évaluation censé être opéré par un média pour éviter de banaliser les vraies alarmes et les mettre sur le même pied que les fausses. Dire que 81% des enfants atteints ont dû être hospitalisés ne donne pas non plus leur nombre en valeur absolue, cela consiste tout au plus à rappeler que les politiques effrénées de vaccination ont rendu proportionnellement les nouveau-nés plus vulnérables qu'avant en dépit de leur vaccination (50 % ont reçu une vaccination contre la coqueluche). Par ailleurs, on ne donne non plus aucun point de comparaison avec le nombre d'enfants qui sont hospitalisés chaque année ou qui décèdent suite aux effets secondaires des vaccins (et ceci que les parents aient pensé ou non à faire le lien!). Par conséquent, si on compare ces 409 cas de coqueluche qui ne laisseront pas de séquelles aux centaines de cas graves (adultes et enfants) avec séquelles qui sont causés chaque année par les vaccins, on se dit que la balance bénéfices/risques prétendument positive des vaccins relève bien davantage de l'idéologie que de la Science ou du bon sens!

 

Ces chiffres de 409 cas sont tirés d'un rapport de la Fédération Wallonie-Bruxelles qui s'est déjà rendu coupable de PUBLICITE VACCINALE TROMPEUSE, "de nature à induire le consommateur en erreur" selon les termes de la décision du Jury d'Ethique Publicitaire car elle taisait complètement les risques graves tout en présentant l'efficacité et la nécessité de la vaccination de façon trop absolue. Comment dès lors accorder encore la moindre crédibilité à ce genre d'instance dans un domaine aussi important que la santé humaine??

 

Si vous souhaitez une information générale sur l'efficacité et les revers du vaccin contre la coqueluche (Boostrix ou autre) :

 

- Coqueluche: l'échec cuisant de la vaccination cocoon

 

- Coqueluche, l’obsession de la vaccination « cocoon »

  

- Coqueluche : l’efficacité ultra-limitée du vaccin 

 

- La moitié des cas de coqueluche surviennent chez des sujets vaccinés 

 

- Coqueluche: la vérité en face (et le vaccin à sa place) 

 

- Coqueluche : culpabiliser pour mieux vacciner

 

- Coqueluche : la vérité sur le vaccin émerge enfin

 

- Le vaccin contre la coqueluche ne fonctionne pas – GSK déclare « Nous n’avons jamais pris la peine de vérifier »

 

- Coqueluche : propagande et désinformation vaccinales de la RTBF

 

- Coqueluche: le faux dilemme entre les deux vaccins au secours du business des pharmas

 

- La coqueluche déjoue le vaccin (mais la vieille garde continue d’y croire)

 

- Coqueluche : grosse baisse d’efficacité du vaccin après la 5° dose

 

- Les vaccins échouent à protéger les bébés contre la coqueluche

 

- La vaccination anticoquelucheuse augmente la colonisation par la bactérie (proche) Bordetella.parapertussis

 

Si vous êtes enceinte ou qu’on a proposé à votre compagne de recevoir cette vaccination pendant sa grossesse (même au 3ème trimestre) :

 

- Un vaccin de plus recommandé… aux femmes enceintes !

 

- Mortalité fœtale : hausse de 4000% après la vaccination des femmes enceintes

 

- Vaccination des femmes enceintes : les officiels américains obligés d’avouer qu’ils ont menti

 

- Vaccination des femmes enceintes, inflammation et autisme

 

Si vous souhaitez connaître la composition du Boostrix (du moins pour les ingrédients déclarés car certains ne sont pas de déclaration obligatoire), reportez-vous à la page 62 de ce document-ci du Dr Jean Pilette.

 

Si vous souhaitez avoir une idée du potentiel cancérogène du formaldéhyde (= un des constituants du vaccin Boostrix contre tétanos-coqueluche-diphtérie- et des potentiels cancérogène et neurotoxique de l’aluminium (lui aussi inclus dans ce vaccin), visitez les liens suivants :

 

- Le formaldéhyde est un cancérigène certain

 

- L’aluminium vaccinal migre au cerveau sans plus jamais pouvoir en ressortir ; des parlementaires français ont demandé un moratoire sur son usage dans TOUS les vaccins.

 

- Des chercheurs en neurologie ont montré que l’aluminium détruit les cellules du cerveau chez la souris : implication plus que probable dans des maladies comme Alzheimer, Parkinson, Sclérose latérale amyotrophique (maladie de Charcot)

 

- L’aluminium est source de handicaps et source de cancers (reportage France 3)

 

- Les jeunes enfants dont la barrière hémato-encéphalique (= barrière sang-cerveau) est encore largement immature sont d’autant plus vulnérables à la toxicité neurologique de l’aluminium, que ce soit in utero ou après la naissance 

 

- Tous les vaccins sont expérimentaux: voici pourquoi

 

- Dr Jean-François Saluzzo (de Sanofi Pasteur): "on ne sait pas comment marchent les vaccins"

 

Si vous souhaitez avoir un exemple d’alternative (information non exhaustive) :

 

- Intérêt de la vitamine C dans les cas de coqueluche

 

- Vitamine C : extrêmement indiquée en cas de coqueluche (Expovaccins)

 

- Coqueluche et vitamine C : pourquoi c’est tabou (Expovaccins)

 

 

 

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Vaccin à tout prix (idéologie du)
commenter cet article

commentaires

Natou 26/09/2016 00:31

J'ai fait une fausse couche au lendemain d'un vaccin Boostrix... jusque là on me parle d'une infection que les médecins n'arrivent pas à nommer le microbe. Malgré que je pointe une mauvaise réaction au vaccin, le corps médical refuse cette éventualité

Lulu 07/11/2015 17:35

"Avec la vaccination, on a troqué une immunité naturelle plus forte et plus durable contre une immunité médiocre et nettement plus éphémère"
J'ai arrêté de lire ici. Vous n'avez aucune idée de comment fonctionne un vaccin. On apprend ça aux enfants de moins de 15ans à l'école. Ça reflète bien votre niveau intellectuel et la crédibilité de vos propos. Pour info quand on vaccine on injecte l'organisme responsable de la maladie en version deshinibé pour apprendre au corps à s'en défendre naturellement. J'espère que ma description est aussi simple que votre esprit pour que vous puissiez la comprendre et paraître plus crédible la prochaine fois qu'il vous prend d'écrire un article.

InitiativeCitoyenne 07/11/2015 18:12

Justement Lulu, votre problème, c'est que vous vous êtes arrêté au discours propagandiste fallacieux qu'on répète matin midi et soir à la télé et dans les journaux médiocres et tout ce qui vous semble dissonant avec ce baratin initial vous rebute d'emblée. Il serait pourtant grand temps que vous vous penchiez sérieusement sur la différence immunologique fondamentale entre une infection naturelle (qui respecte les voies d'entrées naturelles des microbes, à savoir la peau et les muqueuses au niveau desquelles s'initie déjà un début de réponse immunitaire) et une vaccination (court-circuit des voies d'entrée et administration d'agents microbiens bricolés, enrobés d'agents chimiques qui n'ont rien à faire à ce niveau). Pas étonnant dès lors que la vaccination n'offre pas une protection substantielle contrairement à une immunisation naturelle. Si on rajoute à cela les aveux accablants de médecins comme le Dr Saluzzo, directeur de production des vaccins viraux chez Sanofi et aussi expert pour l'OMS, qui avouait qu'on ne sait pas comment marchent les vaccins, on comprend sans peine que votre affirmation naïve de savoir (qui est in fine plutôt une affirmation de croire!) sur le système immunitaire des choses que ce médecin avoue que l'establishment n'a toujours pas suffisamment étudiées, provient d'une désinformation médiatique éhontée et que vous continuez à en faire les frais. En comprenant que le système vous a fort bien baratiné sur cette prétendue "protection vaccinale", vous atteindrez alors le niveau intellectuel pour comprendre par exemple comment la vaccination anti-coquelucheuse multiplie par 40 le développement de la bactérie bordetella parapertussis dans les poumons des souris vaccinées , germe donnant les mêmes symptômes que la coqueluche: http://initiativecitoyenne.be/article-la-vaccination-anticoquelucheuse-augmente-la-colonisation-par-la-bacterie-b-parapertussis-108576812.html

http://initiativecitoyenne.be/article-dr-saluzzo-de-sanofi-pasteur-on-ne-sait-pas-comment-marchent-les-vaccins-114130498.html

Rappelons aussi pour les gens très mal informés dans votre genre que les essais cliniques de vaccins n'évaluent jamais l'efficacité réelle en situation des vaccins mais uniquement les titres (donc les quantités) d'anticorps artificiellement produits par le vaccin, avec des firmes qui reconnaissent noir sur blanc qu'il n'existe pas de corrélation prouvée entre les taux d'anticorps produits et le degré de protection effective... cherchez l'erreur!

Doc7 04/09/2015 00:28

La coqueluche causait en France de 1945 à 1966 entre 2000 et 8000 décès / an, chiffre qui a été réduit à quelques dizaines après l'introduction de la vaccination; elle reste la cause principale des décès d'enfants de - de 3 mois (non vaccinés) par infection bactérienne (nouveaux-nés exceptés). Affirmer d'un ton péremptoire que Dame Nature faisait bien les choses relève soit d'une 'ignorance crasse, soit d'une parfaite mauvaise foi, soit des deux affections, contre lesquelles n'existe malheureusement aucun vaccin.

InitiativeCitoyenne 05/09/2015 10:16

La politique vaccinale actuelle est indéfendable. Le fait que les nourrissons de moins de 6 mois soient les plus vulnérables montre bien le peu d'efficacité du vaccin puisque celui-ci, fait à 2 mois, 3 mois, 4 mois (varie selon les calendriers vaccinaux des pays) serait censé protéger les bébés mais ceux-ci du fait de l'immaturité de leur système immunitaire restent quand même largement plus vulnérables que les enfants plus âgés. Nier que le système immunitaire des enfants n'est pas pleinement mature avant 6 à 7 ans d'âge et que si la Nature a prévu autant de temps après DES MILLIONS d'années d'évolution, on peut quand même court-circuiter sans risque ce processus de maturation par toutes sortes d'artifices et de produits chimiques sans trop de risque relève de l'ineptie la plus dangereuse. Affirmer comme vous le faites que les bénéfices l'emportent largement sur les risques relèvent du scientisme le plus affligeant, mais cela démontre surtout que même médecin, vous semblez ignorer le détail concret des essais cliniques et la méthodologie biaisée qui ne permet absolument pas d'évaluer correctement l'ampleur des risques à court, moyen et long terme que fait encourir cette pratique idéologique. Si on évaluait correctement l'ampleur des troubles (qui ne se limitent hélas pas à UNE SEULE maladie comme celle contre laquelle on vaccine, ici en l'occurrence la coqueluche, mais à des dizaines ou plutôt centaines de possibilités au rang desquelles diabète, encéphalopathie, autisme, épilepsie, troubles cognitifs, hyperactivité etc.), il est bien évident que l'on aurait bien plus d'une centaine d'enfants gravement touchés dont la qualité de vie est devenue tellement médiocre que certains éthiciens pourraient peut-être estimer moins douloureux pour leurs familles qu'ils soient carrément morts du vaccin. La vaccination est une politique qui ne tient pas compte des conséquences dramatiques prévisibles tant en ce qui concerne les individus, la société que l'épidémiologie des maladies et l'évolution des écosystèmes microbiens. La vaccination plonge les populations dans des liens de dépendance aussi insolubles que désespérants. Ne pas le voir et ne pas le dire relève de l'ignorance ou de la mauvaise foi. Ne pas vouloir voir que les vaccins entraînent des adaptations et mutations délétères des germes est une erreur. Ne pas vouloir voir comme l'a montré l'étude à large échelle de De Serres et al. que la vaccination cocoon est UN ECHEC ABSOLU pour soi-disant protéger les nourrissons contre la coqueluche amène à exposer tout à fait inutilement des adultes à des risques vaccinaux supplémentaires qui seront la source d'incapacités chroniques et d'arrêts de travail (pour ne citer que cette issue-là). Préconiser en outre la vaccination des femmes enceintes contre la coqueluche (en plus de la grippe) constitue en outre une MONSTRUOSITE qui n'a absolument aucune justification scientifique réelle au regard de la probabilité statistique que l'enfant souffre d'une complication très grave due à ces seules infections-là. Faire croire au femmes enceintes que c'est une urgence ou que c'est réellement vital qu'elles se fassent toutes vacciner est un exemple parfait de ce scientisme vaccinal délétère anti-bon sens. L'esprit critique que vous dites prôner n'est hélas pas de mise sur le terrain et certainement pas mis en œuvre par les praticiens qui n'ont tout simplement pas les éléments d'analyse suffisants pour être tout simplement capables de raisonner objectivement sur ce genre de sujet. Donc ces phrases bien générales servant à endormir le public et consistant à lui faire croire que des évaluations doivent avoir lieu (alors qu'en pratique, le vaccin est d'emblée vanté) sont et seront de plus en plus vaines car le temps est venu de sortir de l'enfumage et de rendre au public les moyens de son libre choix et de son discernement. Seuls ceux qui veulent croire au carcan de la couverture vaccinale doivent pouvoir s'y plier et pas ceux qui ne souhaitent pas être aliénés à un dogme. Si ceux qui veulent du vaccin sont amenés (assez logiquement) à constater l'inefficacité des vaccins, ils n'ont qu'à réclamer aux firmes qu'elles travaillent au développement de vaccins offrant une réelle efficacité individuelle car personne n'a de légitimité à affirmer à autrui (dans le vide en plus) qu'il vaut mieux que son enfant risque un autisme, une épilepsie ou une leucémie qu'une coqueluche ou les oreillons par exemple! Quant à l'affirmation disant "le vaccin est le seul moyen de prévention" ou d'action face à ce types de maladies, là aussi il faut être rôdé à ce type d'enfumage et constater que ce type de discours monopolistique est aussi ce qui est lamentablement de mise en cancérologie (alors qu'il existe des tas d'approches autres que la seule allopathie en mesure de guérir définitivement des cancers et ce sont là des faits, qu'ils plaisent ou non aux idéologues des stratégies officielles aussi agressives que peu efficaces). Refuser de comparer sur le long termes des groupes d'enfants complètement non vaccinés à des enfants vaccinés pour évaluer non pas juste l'incidence de telle ou telle maladie infectieuse mais la santé GLOBALE relève de la même démarche et de la même stratégie: priver les gens de moyens de comparaison éclairants sur ce qui a le meilleur rapport efficacité/ sûreté!

Doc7 04/09/2015 23:01

L'honnêteté me commande de remplacer le terme "décès", écrit par erreur et en vitesse, par "cas" . Cela ne change rien à la conclusion, puisqu'il s'agissait de 604 décès en 1950 pour plus de 5000 cas déclarés, contre 86 cas déclarés en 1985 et 0 décès en 1987. (Bulletin Epidemiologique Hebdomadaire français 1990/19). Les courbes représentées sont très explicites. La coqueluche reste une maladie grave grevée d'une mortalité importante, et entraînant une souffrance marquée et prolongée des jeunes patients: Black et al rapportent qu’au niveau mondial, environ 195.000 enfants de moins de 5 ans sont morts à cause de la coqueluche en 2008 ce qui représentait 2% de tous les décès (Black et al 2010). La létalité est communément évaluée entre 0,2 à 1% mais dans les pays en développement, elle atteint environ 4% (Lavine et al 2010, Chiappini et al 2013, WHO 2010). Il est généralement admis qu’environ 90% des décès liés à la coqueluche concernent les nourrissons de moins de 6 mois et ils surviennent davantage encore chez les moins de 2 mois (Chiappini et al 2013, Celentano et al 2005, Zepp et al 2011). La morbidité et le coût justifient que des moyens efficaces soient mis en oeuvre pour en empêcher une nouvelle expansion. Le seul moyen ayant fait ses preuves reste le vaccin; qui comme tout moyen thérapeutique peut avoir des effets indésirables, mais dont les bénéfices pour la santé de tous dépassent infiniment de très rares inconvénients. Les moyens auxquels vous vous référez (vit C, homéopathie) n'ont jamais fait la preuve d'un autre effet contre la coqueluche que vaguement adjuvant ou placebo, bien qu'ils soient connus et utilisés depuis extrêmement longtemps. Je ne sais ce qui cause votre rage contre les vaccins, mais elle est dans certains cas aussi absurde que de vouloir déconseiller la ceinture de sécurité au prétexte qu'on peut parfois être sauvé par l'éjection hors d'un véhicule. Il faut évidemment être vigilant, ne pas accepter une mesure ou un traitement sans s'être correctement informé, mais, sans être le moins du monde aveuglé, il est difficile de nier sans mauvaise foi que certaines vaccinations ont eu un effet très bénéfique (même imparfait), sur la santé de l'humanité. Si vous êtes honnêtes, vous ne pouvez que convenir qu'une attitude extrême de rejet s'apparente à l'intégrisme ou l'obscurantisme et ne mène à rien de constructif, ce qui n'exclut évidemment pas l'esprit critique.

Initiative Citoyenne 04/09/2015 12:09

Vos sources exactes svp? Car voici ce que dit le Précis de médecine infantile de Grenet et Verliac de 1975 nous citons: "Il ne faut pas cependant attribuer à la vaccination la baisse considérable de la mortalité [coquelucheuse] observée depuis quelques dizaines d’années. Un taux très bas était déjà obtenu avant la généralisation de la vaccination." Plus d'infos sur la fausseté totale de vos affirmations simplistes sur le faux salut du vaccin: http://www.initiativecitoyenne.be/article-coqueluche-propagande-desinformation-vaccinales-de-la-rtbf-109785205.html

Chauvin 21/05/2015 17:05

Quant est-il de la dilatation des bronches (bronchectasies), qui est une complication connue de la Coqueluche (dans l'enfance à ma connaissance). Faut-il exposer les enfants à ce risque, peut-être limité si un traitement antibiotique adapté est donné précocement (mais le sera-t-il puisqu'il ne faut donner d'antibiotique et en plus l'amoxicilline souvent prescrite en première intention est inefficace) ? Il serait intéressant de poursuivre votre revue de la littérature médicale sur ce thème.

Initiative Citoyenne 22/05/2015 19:17

Intéressez-vous aux succès cliniques de l'homéopathie dans le traitement des cas de coqueluche: dosera, pertussinum etc. Sur le terrain, les praticiens qui y recourent ont d'excellentes résultats. La vitamine C apparaît aussi tout à fait utile et indiquée en cas de coqueluche comme on l'a déjà expliqué et publié sur ce site. Mais bien sûr, s'il faut attendre le bon vouloir d'une instance officielle pour s'intéresser à des moyens sûrs, fiables et bon marchés de prévenir et de guérir, on pourra encore attendre longtemps pour bien des maladies n'est-ce pas...

cumulus 06/03/2014 08:34

En tout cas, en matière de "message simpliste destiné à faire peur", nul n'arrive à votre cheville. Vous êtes les champions du monde toutes catégories. Bravo !

Initiative Citoyenne 16/12/2015 14:07

rien de plus solide comme "argument"?!

médecin 15/12/2015 12:11

on devrait poursuivre en justice les gens comme vous !! bande de cons....

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA