Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 23:56

C'est peu dire que la coqueluche sert d'alibi parfait à l'acharnement sans limite des zélateurs de la vaccination. Relayant docilement les diktats du Conseil Supérieur de la Santé (une instance aux étranges priorités), les chefs de service de gynécologie mettent ainsi la gomme pour la vaccination des jeunes parents et plus particulièrement des jeunes mères.

 

Avant l'accouchement ou très vite après dans l'empressement et l'angoisse du séjour à la maternité, il est question de vacciner encore et toujours. Les parents se voient ainsi distribuer des formulaires dramatisants et surtout culpabilisants, leur rappelant que la coqueluche peut être mortelle pour les nourrissons non complètement vaccinés et que dans plus de la moitié des cas, ce sont les parents, insuffisamment immunisés qui contaminent leurs enfants.

 

Ainsi apeurés, les parents cocheront donc le plus souvent "oui" à la vaccination Boostrix, dont il n'est cependant noté NULLE PART qu'elle comporte aussi étrangement un rappel de diphtérie tétanos au passage (car "nos bons experts" en ont décidé ainsi). Ils n'auront ainsi sans doute jamais reçu la moindre information sur les risques possibles de cette vaccination, ni sur la présence d'aluminium neurotoxique dans le vaccin, substance qui va inévitablement aller se loger dans le cerveau sans jamais plus pouvoir en ressortir.

 

De même, il n'est sûrement guère dit aux parents comme il est pourtant avoué sur le site de Test-Achats que "la durée d'immunité apportée par la vaccination Boostrix n'est pas encore connue". En revanche, ce qui est scientifiquement établi, c'est que plus les rappels antitétaniques sont rapprochés dans le temps, plus le risque d'effets secondaires augmente (réactions dites à complexes immuns notamment, ce qui peut donner lieu à des arthrites, à des vascularites, à des réactions d'Arthus,..) or le vaccin Boostrix contient aussi cette valence antitétanique. On vaccine donc des gens, sans dosage préalable de leur taux d'anticorps anti-tétaniques, avec un vaccin dont on ne connaît même pas la durée d'action et qu'on risque de leur reproposer éventuellement 5 ou 10 ans plus tard, à l'occasion d'une nouvelle naissance, avec là aussi, un risque donc encore majoré d'effets secondaires. Quelle belle logique!

 

Chose étrange, les mères qui ne veulent pas de cette vaccination doivent cependant cocher la case "refus" alors qu'il aurait été tellement plus simple et plus logique que seules celles qui acceptent et qui souhaitent se faire vacciner aient la moindre case à cocher.

 

Il est piquant de constater le piètre bilan de cette vaccination acharnée contre la coqueluche depuis une quarantaine d'années: alors que les nombreux cas de cette maladie infantile ne faisaient pas les grands titres des journaux dans les années 60, 70 ou 80 (bien que nettement plus nombreux), on ne cesse de déplorer à présent la hausse des cas problématiques qui surviennent soit chez les tous jeunes nourrissons soit chez les jeunes adultes, preuve évidente de l'infériorité d'une "immunisation artificielle" par rapport à la robustesse d'une immunisation naturelle, plus durable et nettement plus protectrice pour les nourrissons (précédemment protégés par un lait riche en anticorps de mères non vaccinées)

 

Des cas graves et/ou mortels de coqueluche du nourrisson amènent certains parents à croire que s'ils avaient été vaccinés (ou revaccinés), ils auraient forcément pu éviter le décès de leur enfant. (lire également la réaction envoyée par un père de famille à Initiative Citoyenne en date du 6 mars 2012). Rien n'est moins sûr puisque l'efficacité de cette vaccination est assez médiocre et que, c'est un fait médical incontestable, on peut être vacciné, avoir des anticorps et néanmoins encore contracter et transmettre la maladie.

 

Il est très important de savoir que ces formulaires culpabilisants qui sont ainsi distribués aux jeunes mères, au sein même des hôpitaux belges (fussent-ils cosignés par plusieurs médecins, histoire d'"impressionner") sont clairement désapprouvés par plusieurs professionnels de santé expérimentés qui estiment ces méthodes inadmissibles et incompatibles avec le droit belge et la déontologie médicale la plus élémentaire. Nous en voulons d'ailleurs pour preuve la mise à disposition de ces informations qui nous sont rapportées du terrain par des professionnels et intervenants de plus en plus scandalisés et écoeurés par ces méthodes, davantage basées sur l'émotion que sur la raison.

 

Pour pouvoir réaliser un consentement pleinement libre et éclairé, nous conseillons aux jeunes parents qui auront lu ou reçu pareil formulaire culpabilisant, de lire également les articles suivants sur l'efficacité très relative et les risques possibles de cette vaccination:

 

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Vaccin à tout prix (idéologie du)
commenter cet article

commentaires

atchoum 25/02/2012 12:18

Aux USA un comité avance la nécessité d'une vaccination contre la coqueluche pour les plus de 65 ans :
http://today.msnbc.msn.com/id/46483220/ns/today-today_health/t/panel-urges-whooping-cough-vaccine-all-adults/#.T0jCenmul2I

J'indiquerai dans un prochain commentaire une URL documentant le traitement de la coqueluche par les vols d'altitudes ou par des sessions en caissons .

Initiative Citoyenne 25/02/2012 18:31



Vacciner des seniors de 65 ans, oui ça revient à étendre les marchés mais notez que c'est déjà en vigueur ici en Belgique également en termes de recommandations puisqu'il nous revient du terrain
et de façon convergente que des grands-parents sont parfois mis au pied du mur par leur belle famille avec une sorte de chantage tacite à la clé: vous vous faites vacciner ou vous ne garderez
plus les (petits) enfants, des pédiatres ou généralistes ayant ainsi apeurés en amont le père ou la mère des enfants. Des médecins sont alors forcés de passer du temps en consultation
pour désapprouver cette absurdité aux grands parents ainsi culpabilisés et déroutés par ce genre d'exigence inadmissible qui pourrait les dégrader ou les rendre grabataires et ce
d'autant plus qu'il n'existe aucun recul et aucune évaluation de vaccinationx anti-coquelucheuse à cet âge plus avancé et sur des gens ayant déjà précédemment fait la maladie contre laquelle on
vaccine, ce qui est loin d'être aussi anodin que les vaccinalistes ne le prétendent.



Sirjacobs 25/02/2012 01:30

merci, c'est une faute d'inatention , c'est bien juste elle sont nées le 25 juillet 2012.
Merci pour tout ce que vous faites pour les citoyens.

Sirjacobs 25/02/2012 01:19

Bonjour,
je suis le papa de la petite Stacy, décédée suite à une triple vaccination, je me rapelle quand elle sont nées, le 25 juillet 2012 , (quand nous étions encore totalement ignorants au sujet des
vaccins) les pédiatres nous ont dit qu'il étais obligatoire à l'heure actuelle de se faire vacciner contre la coqueluche pour protèger nos jumelles, et que c'était un nouveau programme de
prévention, et ce dans le même hôpital ou notre fille décéda 3 mois plus tard.
Alors confiants nous avons fait le vaccin à ma femme à l'hôpital, alors qu'elle allaitais, et quelques jours plus tard j'ai acheté le vaccin pour moi, c'est même mon épouse qui me l'a injecté,
chose qu'on regrette vraiment d'avoir fait , car ce n'étais pas obligatoire et que nous nous sommes laissé avoir comme des bleus.
Ce sont des menteurs et ils profitent de notre non information, notre vulnérabilité.
il est temps de faire quelque chose les amis.

Initiative Citoyenne 25/02/2012 01:26



Cela confirme le récit que de nombreux parents nous ont fait.


Nb: il nous semble que vous avez voulu dire 2011 pour l'année de naissance des petites, vous avez noté 2012....



                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA