Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2014 5 14 /03 /mars /2014 11:00

    L’épidémie silencieuse 

L’histoire cachée des vaccins (octobre 2013): un aperçu   

 

S.E.-Barbara--1-.JPG

 

« Aucun américain ne devrait être obligé de jouer à la « Roulette » vaccinale avec ses enfants ! » Barbara Loe Fisher, Présidente du NVIC américain

 

S.E.-Dr-Janet-Levitan.JPG

 

Audition du Dr J. Levitan, MD au Congrès américain

 

«Je suis le Dr Janet Levitan. Je m’adresse à vous en tant que clinicienne. Je suis pédiatre depuis 1992. J’ai vu un bébé mourir subitement quelques heures après avoir été vacciné. Ce drame s’est encore reproduit deux fois au début de ma carrière médicale.» Dr Janet Levitan, pédiatre.

 

S.E.-Dr-Scott-Ratner--3-.JPG

 

« Ma fille Amanda a dû être hospitalisée après avoir reçu le vaccin Gardasil. Sa santé s’est progressivement détériorée. On a découvert qu’elle souffrait de leucémie et de troubles neurologiques. » Dr Scott Ratner, M.D, cardiologue.

 

SE-Emily-Tarsell.JPG

 

Emily Tarsell est la maman d’une jeune-fille qui est décédée après avoir reçu le vaccin contre le HPV.

 

« Je ne parvenais pas à croire qu’ils pouvaient mettre la vie de nos enfants en danger. J’étais d’une naïveté incroyable. Ma fille a reçu un vaccin dont elle n’avait pas besoin. L’information que nous avons reçue à ce sujet était fausse et incomplète. Ma chère fille n’aurait jamais dû mourir ! »

 

SE-Isabelle-Thomas.JPG

 

Isabell Thomas est la maman de deux garçons, victimes du vaccin ROR (Rougeole, Rubéole,Oreillons)

 

« Comment les médecins peuvent-ils permettre que nos enfants souffrent à ce point ? »  Isabella Thomas.

 

Dr-Sherri-Tenpenny-2011.JPG 

« Quand les enfants auront atteint, l’âge d’un an, ils auront reçu quelques 70 antigènes vaccinaux et quantités de produits chimiques » Sherri TENPENNY, ostéopathe.

 

Eda-West.JPG

 

« Quand j’entends des déclarations comme celle du Dr Paul Offit qui prétend qu’un bébé peut recevoir jusqu’à 10.000 vaccins à la fois, il m’est difficile de décrire les émotions qui s’emparent de moi. C’est de la rage que j’éprouve quand je réalise l’audience que cet homme parvient à obtenir, comme à retenir toute l’attention des médias. Pareille attitude me paraît catastrophique pour la santé des nourrissons et des petits enfants. » Edda West, Fondatrice et Directrice du Réseau pour l'information sur les risques vaccinaux au Canada.

 

 

S.E.-Dr-Paul-Offit.JPG

 

La recherche du Dr Paul Offit lui permet de prétendre que « en théorie, des nourrissons en bonne santé pourraient, sans danger, recevoir jusqu’à 10.000 vaccins en une fois. – l’Hôpital des Enfants de Philadelphie, octobre 2005. - Newsletter aux parents.

  

S.E.---Lucija--1-.JPG

 

Lucija Tomljenovic, Ph.D, biochimiste, Université de British Comumbia.

 

 « Nous savons que l’autisme grimpe en flèche. La chose n’a rien à voir avec le fait que les diagnostics sont aujourd’hui plus précis. Il y a une augmentation claire et nette de l’autisme...Nous savons maintenant que les molécules du système immunitaire jouent un rôle crucial dans le développement du cerveau. Cela veut dire clairement que l’on ne peut impunément manipuler le système immunitaire et penser qu’il n’y aura pas de suites dommageables, surtout si le système immunitaire est manipulé au cours des premières périodes de son développement. Certains ont expliqué que les vaccins pouvaient être le problème, mais ils ont été critiqués alors que les données scientifiques existent bel et bien… A tous ceux qui prétendent que l’on peut injecter 10.000 vaccins aux enfants à la fois, je voudrais demander s’ils pourraient démontrer la chose en s’injectant à eux-mêmes ces 10.000 vaccins et puis il faudrait qu'ils puissent aussi nous envoyer un échantillon de leur cerveau pour voir ce qui s'y passe après.  »

 

« Il y a cette croyance très répandue dans la communauté médicale que si vous vaccinez 90 ou 95% de la population, vous empêchez la propagation des maladies infectieuses. On parle d’ « immunité de groupe » ou d’ « immunité collective ». Donc, si vous vaccinez toute une population, vous éliminez la propagation de l’agent infectieux.

 

Cette théorie paraît juste et séduisante, mais ce n’est en fait qu’une théorie qui n’a pas été démontrée. Si vous consultez les données officielles, vous vous rendrez compte que des épidémies se produisent fréquemment, même si 90% de la population a été vaccinée. Donc, ce concept d’ « immunité de groupe » ne tient tout simplement pas la route. Si la théorie s’avérait exacte, il ne pourrait pas y avoir de cas infectieux dans une population pareillement vaccinée. »

 

Sante-desastreuse-des-enfants.JPG

 

La moitié des enfants américains souffrent de maladies chroniques et 21% ont des handicaps mentaux/neurologiques! (Les enfants américains sont ceux qui reçoivent le plus de vaccins au monde)

  

S.E.Docteur-Tony-Bark.JPG

 

Dr Toni Bark , M.D, pédiatre.

 

« Aujourd’hui plus de 50% des enfants souffrent de maladies chroniques. Nous n’avons aucune étude qui démontre que le fait d’avoir des anticorps contre une maladie contagieuse immunise totalement contre cette maladie. Ces études n’existent pas… Le raisonnement des compagnies pharmaceutiques et de la FDA qui leur permettent de conclure qu’un vaccin est sans danger n’est pas fondé sur une science rationnelle.[…]

 

Des documents académiques traitant du paradoxe de la rougeole montrent que vous avez plus de chances de contracter la rougeole si vous êtes vacciné. Au cours de plusieurs épidémies, les enfants qui avaient été vaccinés ont contracté la rougeole alors que ceux qui n’avaient pas reçu le vaccin n’ont pas fait la maladie. Et qu’en a-t-on conclu ? On a dit que les enfants qui avaient été vaccinés avaient permis l’ « immunité de groupe »  qui a protégé les non vaccinés ! Avec un brin de réflexion, on peut facilement se rendre compte que cette explication n’a aucun sens. Si l’ « immunité de groupe » existait vraiment, pourquoi les vaccinés auraient-ils fait la maladie et les non vaccinés seraient-ils restés indemnes ? »

  

S.E.-Vera-Sharav.JPG

 

Vera Sharav, Présidente pour la protection de la recherche en santé humaine (AHRP): « Où sont les preuves que les vaccins administrés seuls ou en combinaison sont sûrs et efficaces ? Il n’existe aucune réponse à cette question. »  

 

S.E.-Dr-Nancy-Banks.JPG   

Dr Nancy Banks, gynécologue-obstétricienne: "Si vous commencez à donner des vaccins aux enfants, vous déséquilibrez en fait leur système immunitaire en augmentant ce qu'on appelle l'immunité humorale (pour produire plus d'anticorps) mais cela contribue en même temps à supprimer une autre part très importante du système immunitaire qui est ce qu'on appelle l'immunité cellulaire et qui ne se développera alors jamais complètement. Nous constatons (avec les vaccins) une réaction de type auto-immun contre les tissus cérébraux et malheureusement pour les enfants, même ceux qui ne développent pas les symptômes de l'autisme, ils manifestent alors d'autres symptômes comme ceux de l'hyperactivité avec ou sans déficit d'attention (ADD/H -TDA/H en français) ou des symptômes allergiques. Les allergies sont un autre grand problème que l'on constate chez nos jeunes enfants. Une partie des réactions allergiques a à voir avec le fait que le système immunitaire n'est pas pleinement développé dès la naissance. Il faut un minimum de 3 années pour que le système immunitaire soit davantage développé." 

 

S.E.-Dr-Wakefield.JPG

 

Dr A. Wakefield, M.D, gastro-entérologue. 

 

« … La vaccination contre les oreillons a été introduite pour des raisons commerciales et non pour le bénéfice des enfants…Plusieurs épidémies d’oreillons se sont produites chez des enfants qui avaient été vaccinés plusieurs fois contre la maladie…Nous avons aujourd’hui affaire à une épidémie d’autisme due à des problèmes environnementaux. Cette maladie affecte 1 garçon sur 31 aux Etats-Unis et 1 enfant sur 38 en Corée du Sud. Il s’agit d’une véritable épidémie…

 

Ce que je sais aujourd’hui c’est que le problème des vaccins en général et le problème du ROR (Rougeole Oreillons Rubéole) en particulier sont beaucoup plus importants que je n’avais pu l’imaginer. Comme beaucoup de parents, j’avais fait vacciner mes deux premiers enfants avec le ROR. En tant que médecin et scientifique, je ne m’étais pas posé de question à ce sujet, alors que bien évidemment j’aurais dû m’interroger. Au plus j’ai poussé mes recherches, au plus je suis devenu inquiet, et quand j’ai posé des questions pertinentes aux autorités, j’ai reçu des réponses complètement insatisfaisantes. Il ne s’agissait alors plus de science, mais d’espoirs, de souhaits, de croyances plutôt que de véritable science et de faits scientifiques. »

 

SE-Dr-Humphries.JPG 

Dr Suzanne Humphries, M.D. néphrologue

 

« Le fait de fabriquer des vaccins qui consistent essentiellement à manipuler la nature ne peut finir qu’à produire des désastres…

 

On estime qu’un tiers de la population est contaminée par un puissant virus (simien)cancérogène, le SV40, que l’on a trouvé dans le vaccin contre la polio.- Il a fallu attendre 30 ans pour que la communauté médicale reconnaisse ce fait et en parle dans la littérature…-  40 à 60% des tumeurs cérébrales chez les enfants contiennent le virus simien SV40 ! »

 

S.E.---SV40-Dr-Humphries.JPG

 

« L’infection au SV40 est aujourd’hui répandue dans toute la population humaine, presque certainement à la suite du vaccin contre la polio » John MARTIN, ancien virologue à la FDA (Agence américaine des médicaments)

                                   

« Dans les années 1950, le SV40 était un virus parmi des douzaines d’autres qui contaminaient les vaccins Salk et Sabin administrés aux enfants aux Etats-Unis et en Europe. » Journal of the National Cancer Institute, 1997.

 

Le SV40 est régulièrement retrouvé dans différents types de tumeurs, y compris les tumeurs cérébrales, les cancers des os et précédemment les rares cancers pulmonaires.

 

Lucija Tomljenovic, PhD, biochimiste, Université de British Columbia

 

Lucija-Tomljenovic.JPG

« Nous avons été contactés par deux mamans qui ont perdu leur fille (14 et 16 ans) dans les 6 mois qui ont suivi l’administration du vaccin contre le HPV. Ces jeunes-filles avaient présenté des symptômes quasi identiques affectant surtout le système nerveux. Une jeune-fille est décédée après la deuxième dose du Gardasil, l’autre fille est décédée après la troisième injection….

 

[…] On ne peut s’empêcher d’avoir le cœur déchiré quand on reçoit le mail d’une maman qui a perdu son enfant et qui est convaincue que le décès est dû à un vaccin. Cette maman a consulté 60 médecins pour leur demander s’ils accepteraient d’analyser les échantillons d’autopsie, s’ils accepteraient d’effectuer des recherches supplémentaires pour trouver des réponses à ses questions. Ils ont TOUS refusé et lui ont dit qu’il n’était pas possible que la mort de son enfant soit due à un vaccin. Vous posez de mauvaises questions lui ont-ils répondu. -  Lucija Tomljenovic commente : «  Mais en fait comment ces médecins pouvaient-ils savoir sans faire de recherches ? »

 

[…] Pourquoi les compagnies pharmaceutiques sponsorisent-elles la majorité des recherches ? La recherche médicale ne devrait pas être centrée sur l’argent ; elle devrait essentiellement servir à l’amélioration des soins et de la qualité de vie des gens. »

 

S.E.-Louise-Kuo.JPG

 

Louise Kuo Habakus (mère de deux enfants handicapés après vaccinations):

 

« Il est impératif que le public puisse avoir le choix pour toute intervention médicale qui pourrait entraîner des dommages ou provoquer des décès ! Les conflits d’intérêts ont changé les règles du jeu et ne nous permettent plus de protéger nos enfants. Les compagnies pharmaceutiques et les médecins sont protégés, ils échappent à toute responsabilité en cas de dommages ou de décès dus aux vaccinations. »

 

S.E.-Mary-Holland.JPG

 

Mary Holland, Juriste

 

« L’industrie pharmaceutique et le gouvernement font la promotion des vaccins en disant au public que ceux-ci sont sûrs et efficaces. C’est là ce qu’ils disent, alors que sur un plan légal –ce qu’a acté la Cour Suprême des USA-, ils sont considérés comme étant « inévitablement dangereux » («Unavoidably unsafe »). Il y a une fameuse contradiction ici : si les vaccins étaient vraiment sûrs et efficaces comme on le dit, tout le monde devrait les réclamer à grands cris et il n’y aurait nullement besoin de protéger les compagnies pharmaceutiques contre toute poursuite ! »

 

S.E.-Alan-Phillips.JPG

 

Alan Phillips, Juriste

 

« C’est un fait parfaitement établi légalement et médicalement que les vaccins peuvent provoquer des handicaps permanents et des décès. Les officiels de la FDA et du CDC, ainsi que l’Association Américaine des Médecins et des Chirurgiens ont tous reconnu que 90 à 99% des effets secondaires des vaccins ne sont jamais rapportés. Nous n’avons donc pas la moindre idée du nombre exact de handicaps et de décès. Et dès lors, la relation bénéfices/risques est impossible à établir. »

 

S.E.-Dr-Mendelsohn.JPG

 

Le Dr R. Mendelsohn, M.D. était médecin pédiatre. Dans les années 1970, il a abordé le sujet des vaccins et des dommages qu’ils peuvent produire. C’est lui qui a dit que les vaccins étaient de véritables bombes médicales à retardement et que nous échangions le bénéfice d’une immunité à vie acquise grâce aux maladies de l’enfance pour une vie remplie de longues souffrances et de maladies chroniques.

 

S.E.-Dr-Marcia-Angell--MD.JPG

 

 Dr Marcia Angell, M.D.

 

En 2008, un médecin de l’université de Harvard, le Dr Marcia Angell qui fut pendant 20 ans éditrice du New England Journal of Médicine a déclaré publiquement :

 

« Les médecins ne peuvent plus compter sur la littérature médicale comme une source d’informations valides et fiables. C’est la conclusion que j’ai dû tirer, à contrecœur, vers la fin de mes 20 ans à la tête de la rédaction du New England Journal of Medicine, et cette conclusion n’a fait que se renforcer depuis. Les cliniciens n’ont plus moyen de savoir quels sont l’efficacité et le profil de sécurité réels des médicaments qu’ils prescrivent, et il est fort probable que ces produits sont loin d’avoir les qualités que leurs prêtent les publications médicales. »

 

S.E. Isabell Thomas( 2)

 

Isabell Thomas, maman de deux enfants victimes de la vaccination ROR.

 

« Nous les parents de tous les pays du monde, nous représentons une force considérable, et de ce fait, plus personne qu’il soit riche ou puissant, ne pourra plus jamais faire de mal à nos enfants pour ensuite tirer son épingle du jeu et se dégager de toute responsabilité.

 

Vous avez fait la pire des choses que vous puissiez faire à une maman; « vous avez endommagé la santé de ses enfants. »

 

Silent Epidemic -  The Untold Story of Vaccines, A Gary Null Production :

 

 

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article

commentaires

PATRICA 20/02/2015 13:42

question que je me pose quand le gouvernement va t'il réagir et prendre connaissance de tous ces dégâts faits sur les enfants et d'interdire les vaccins et d'arrêter de donner de l'argent a ses labos qui s'en foutent et ne voit que par ces vaccins a se faire de l'argent sur la maladie des enfants.
LES VACCINS NE PROTEGENT PAS ILS TUENT LES ENFANTS OU LES RENDENT HANDICAPES

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA