Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 janvier 2015 5 16 /01 /janvier /2015 11:00

GARDASIL: les bouleversements dans la vie de ma fille

 

Par Shanna DeJaynes, 7 janvier 2015

 

Breanna-Oklahoma.jpg 

                      Le Gardasil a été un cauchemar pour moi et ma famille

 

A la suite du Gardasil, ma fille a vécu un véritable cauchemar. Notre famille a souffert avec elle pendant trois ans. Aujourd’hui, je refuse de me taire. Je veux partager l’histoire de ma fille pour qu’elle serve d’avertissement à d’autres – le Gardasil n’est pas sans danger pour tout le monde – Je vous en prie, ne faites pas les mêmes erreurs que nous avons faites.

 

A 13 ans, ma fille Breanna DeJaynes jouait volleyball, basketball à l’école. Elle était une vraie meneuse. Elle aimait sortir et se faire des tas d’amis. Elle était bonne étudiante, avait à peine l’une ou l’autre fois manqué l’école. Ses résultats scolaires étaient excellents. Elle avait même été mise à l’honneur plusieurs années de suite. C’était une fille très active. J’avais peine à la garder à la maison. Quand elle ne faisait pas de sport ou quand elle n’était pas à l’école, on la retrouvait toujours avec des amis. En un mot, Breanna était en parfaite santé. Elle était une jeune-fille américaine heureuse avant qu’elle ne reçoive le Gardasil.

 

C’est en avril 2011 qu’elle a reçu sa première injection du vaccin Gardasil. Quelques jours après, elle a commencé à présenter de légers symptômes de vertiges, de maux de tête, de crampes dans les bras et les jambes, elle eu des évanouissements. Elle se plaignait que son bras vacciné  lui faisait parfois mal au site d’injection.

 

Chaque fois qu’un problème se présentait, nous la conduisions chez le médecin. Quand les problèmes se produisaient à l’école, les professeurs appelaient le 911 et la conduisaient immédiatement à l’hôpital.

 

On nous disait chaque fois qu’elle avait exagéré en matière de sports, qu’elle s’était relevée trop vite, qu’elle avait pris un bain trop chaud ou une douche trop chaude. On nous disait qu’elle ne buvait pas assez d’eau, qu’elle était déshydratée, etc. On nous donna toutes les explications possibles. La possibilité que ses nouveaux symptômes puissent avoir un rapport avec le vaccin contre le HPV n’avait, à l’époque, jamais effleuré mon esprit.

 

Les semaines passaient et ses symptômes n’arrêtaient pas de s’aggraver. En juin ou juillet 2011, elle a reçu sa seconde injection de Gardasil et la situation est encore devenue pire. Les maux de tête qu’elle avait toujours dans le lobe frontal, étaient à ce point aigus qu’elle ne pouvait même pas se tenir debout ; ça lui causait des nausées. Les crampes dans les bras et les jambes s’aggravèrent encore. Elle continuait régulièrement à s’évanouir. Ensuite, elle a commencé à faire des convulsions avec ou sans perte de mémoire. Certaines fois, elle oubliait qui étaient ses amis, sa famille, etc.

 

Un jour, elle n’a plus pu supporter de se trouver au milieu d’une foule de gens. Cela la rendait à ce point nerveuse qu’elle commença à pleurer de façon hystérique et qu’elle essaya de se cacher derrière tout ce qu’elle pouvait trouver.

 

Quand elle faisait une crise, elle en arrivait au point de ne plus savoir marcher ou parfois même parler, tellement elle était dans la confusion, tellement elle était désorientée, ne sachant même plus où elle était.

 

A l’école, elle ne pouvait plus se concentrer à cause de ses terribles maux de tête, ses douleurs, le fait qu’elle se sentait mal. Quand elle faisait une crise grave, elle ne parvenait plus à se rappeler ce qu’elle avait appris la semaine précédente, parfois même ce qu’elle avait appris le jour même.

 

Breanna était facilement épuisée. Elle se sentait souvent confuse, éprouvait des tremblements involontaires, des spasmes musculaires etc. La liste de ses symptômes n’en finirait pas.

 

Début octobre 2012, elle a fait 15 convulsions en un seul jour. J’ai alors dû quitter mon travail pour rentrer à la maison. J’en avais marre de la conduire aux hôpitaux de la région pour ne finalement aboutir à rien. J’ai alors décidé de l’emmener à l’hôpital des enfants de Tusla.

 

Là, on lui a fait des électroencéphalogrammes pendant plusieurs jours. Quand elle fut admise à l’hôpital, nous avons eu droit aux questions traditionnelles, comme par exemple : «  Y a-t-il eu des changements dans sa vie habituelle ? A-t-elle eu un accident ? Quelque chose avait-il été modifié dans la maison ? Faisait-elle trop d’activités physiques ? etc.

 

Les réponses à toutes ces questions ont été un NON clair. Rien n’avait changé SAUF le fait qu’on lui avait administré des deux premières doses du vaccin Gardasil contre le HPV.

 

Après que le médecin eût quitté la chambre, une infirmière m’a demandé si j’avais effectué des recherches sur le Gardasil, et j’ai dû lui répondre que non. Je n’avais fait aucune recherche parce qu’on m’avait dit que le vaccin était « parfaitement sûr ».

Comme il y avait un risque assez élevé de cancer dans notre famille, j’ai pensé : «  pourquoi ne ferais-je pas tout ce que je puis pour empêcher un cancer, Cela pourrait peut-être sauver  sa vie. » C’est là ce que j’ai pensé !

 

L’infirmière a continué à me parler du vaccin. Elle m’a suggéré de rentrer à la maison et d’entamer une recherche sur le vaccin Gardasil.

 

Au cours des jours suivants que Breanna passa à l’hôpital, elle ne fit qu’une seule fois des convulsions.  […]

 

Un matin, le médecin me demanda si j’acceptais qu’il puisse s’entretenir seul avec Breanna. J’ai bien sûr accepté. J’étais certaine que ce serait une bonne chose. Je n’avais pas la moindre idée de ce qui allait se passer. Quand ce médecin s’est adressé à Breanna, il a commencé par l’accuser d’avoir monté cela de toutes pièces, qu’elle faisait tout cela pour attirer l’attention sur elle, que tout était dans sa tête, qu’il était temps qu’elle évolue et qu’elle arrête de jouer à ces jeux.

 

Après qu’il eût fini de lui parler, je suis retournée dans sa chambre où je l’ai trouvée en pleurs, tremblante et essayant d’arracher tous les fils. Elle pleurait en me demandant de la reconduire à la maison. Elle ne voulait pas rester une minute de plus dans cet hôpital.

 

Il m’a fallu tout un temps pour la calmer et finalement j’ai réussi à lui demander ce que le médecin lui avait dit.

 

Quand j’ai réalisé ce qui s’était passé, j’étais prête à faire appeler ce médecin dans la chambre pour lui dire ce que j’avais à lui dire ET lui envoyer mon poing quelque part. Mon sang était en ébullition. Comment avaient-ils pu traiter ma fille de pareille façon !

 

J’ai appelé l’infirmière et lui ai demandé de pouvoir parler au directeur. Ils revinrent tous les deux peu de temps après se confondant en excuses.

 

Je leur ai expliqué que je ne voulais PLUS que ce médecin pénètre dans la chambre sous quelque prétexte que ce soit, ou alors, il y aurait de graves problèmes. J’ai aussi demandé d’avoir affaire à un autre médecin.

 

Ce nouveau médecin nous a appris que l’électroencéphalogramme n’avait donné aucun résultat et nous conseilla de rentrer à la maison.

 

On nous envoya ensuite consulter un neurologue, ainsi que d’autres spécialistes.

 

Après avoir quitté l’hôpital, les symptômes de Breanna empirèrent. Pendant un an et demi, on lui prescrivit des médicaments pour ses convulsions sans qu’il y ait la moindre amélioration. […]

 

Il m’a fallu tout ce temps pour comprendre que cette thérapie ne nous était d’aucune aide. J’ai alors consulté le pédiatre de Breanna en lui demandant de m’indiquer un autre neurologue. Et c’est alors que j’ai commencé à poser des questions pour voir si ses symptômes pouvaient avoir un rapport avec les vaccins qu’elle avait reçus.

 

Malgré tout ce que j’ai pu expliquer, j’étais toujours totalement rassurée qu’il n’y avait aucun rapport entre l’état de ma fille et le vaccin HPV. Que ma fille n’ait connu aucun de ces symptômes avant de recevoir le vaccin ne semblait avoir aucune importance. Il ne semblait pas important non plus que le Gardasil ait été le seul événement nouveau qui soit intervenu dans sa vie avant que ne commence notre cauchemar.

 

Nous avons consulté un autre médecin qui a bien entendu ordonné les mêmes tests qui avaient déjà été réalisés. On a obtenu les mêmes résultats – tout était négatif.

 

Breanna souffrait beaucoup à l’école à la suite de sa perte de mémoire et de ses convulsions, ses tremblements, ses terribles maux de tête. Ses résultats scolaires s’en sont aussi ressentis. Elle a aussi du cesser toute activité sportive à cause de sa faiblesse.

 

Comme ses amis ne comprenaient pas ce qui lui arrivait, ils ont commencé à l’abandonner. Cette situation provoqua une profonde dépression chez Breanna qui ne voulut plus quitter la maison pendant des mois. Elle avait peur de ce que les gens pourraient dire ; elle avait peur que l’on se moque d’elle.

 

Elle a continué à manquer l’école et à ne plus pouvoir faire de travail suite à ses convulsions et ses problèmes de mémoire. Nous essayons maintenant de lui faire suivre des cours en ligne pour qu’elle puisse travailler à son propre rythme. Nous sommes reconnaissants qu’elle soit tombée sur une bonne école qui l’encourage à continuer parce qu’ils semblent bien comprendre la situation médicale. […]

 

Tout récemment, les médecins lui ont supprimé tous ses médicaments contre les convulsions. Le résultat c’est que ses convulsions se sont nettement aggravées.

 

J’ai personnellement perdu mon travail que j’exerçais depuis 7 ans parce que je devais être en permanence disponible pour elle, pour lui assurer des soins et la surveiller 24 heures sur 24. Actuellement, elle fait 4 convulsions par semaine ; parfois elle en fait plusieurs par jour. Elle ne peut en aucun cas prendre une douche ou un bain sans que quelqu’un soit présent à proximité. La chose est particulièrement difficile pour une fille de 14 ans qui a besoin d’intimité. […]

 

Mon cœur est brisé quand je réalise que ma fille n’avait aucun de ces problèmes avant qu’elle ne reçoive ces deux vaccins. En tant que mère je me culpabilise sans arrêt. C’est moi qui ai autorisé ma fille à se faire vacciner parce que je pensais que c’était la meilleure chose à faire. Quand j’y repense, rien n’était plus éloigné de la vérité.

 

Voir son enfant souffrir tous les jours sans pouvoir faire quoi que ce soit pour l’aider est une chose qu’aucun parent ne devrait être obligé de vivre après avoir fait un vaccin de routine. Si au moins on pouvait revenir en arrière, nous pourrions continuer à vivre la belle vie que nous vivions avant ce Gardasil.

 

Maintenant que j’ai raconté les grandes lignes de l’histoire de Breanna, je commence à découvrir qu’elle n’est pas la seule à avoir connu ces souffrances après le vaccin. J’ai le cœur brisé d’apprendre que tant de jeunes-filles ont des symptômes très semblables, sinon pires que ceux de Breanna.

 

Je dois cependant être reconnaissante d’avoir commencé à faire des recherches avant qu’elle ne reçoive sa dernière dose de Gardasil.

 

Merci à Sanevax de me permettre de partager l’histoire de Breanna. La route a été longue, mais nous continuerons jusqu’à ce qu’elle trouve une thérapie adaptée à son cas et que ce poison lui sorte du corps.

 

Depuis que j’ai commencé à raconter l’histoire de Breanna, je suis entrée en contact avec beaucoup d’autres familles qui ont dû traverser les mêmes épreuves, voire pires. C’est énorme, mais paradoxalement réconfortant en même temps. Nous savons que nous ne sommes plus seuls. C’est réconfortant de pouvoir parler à d’autres mamans qui sont passées par les mêmes épreuves.

 

Il y a cependant des gens qui ne comprennent pas le cas de Breanna. Je ne puis que prier pour eux en souhaitant qu’ils n’aient jamais à traverser les épreuves qui nous ont accablés chaque jour de notre vie. Je voudrais prier les parents de tout faire pour se renseigner sur tous les aspects des vaccins HPV afin de leur permettre de d’exercer leur droit à un consentement pleinement éclairé.

 

Je prie pour qu’aucun parent ne fasse la même erreur que celle que j’ai faite – autoriser ma fille à recevoir le vaccin avant d’avoir moi-même fait MON propre devoir d’information !

 

Source : SaneVax

  

USA (VAERS)

Rapports d’effets secondaires  des vaccins contre le HPV

Mise à jour des chiffres au mois de NOVEMBRE 2014 


VAERS : Organisme officiel américain de vaccinovigilance qui recueille les rapports d’effets secondaires possibles des vaccins aux Etats-Unis. 


Description

Total

Infirmes

1.242

Décès

214

N’ont pas récupéré

7.515

Frottis du col anormaux

591

Dysplasies du col de l’utérus

258

Cancers du col de l’utérus

98

Cas où le pronostic vital a été engagé

671

Visites aux urgences

12.165

Hospitalisations

3.878

Séjours hospitaliers prolongés

260

Effets secondaires graves

5.231

Effets secondaires

37.488

 

P.S. Seuls 1 à 10% des effets secondaires seraient généralement rapportés 

 

Voir aussiGardasil, la controverse continue en Colombie

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article

commentaires

F.Germain 16/01/2015 18:24

Question écrite posée par le député français Rudy Salles sur le Gardasil :

M. Rudy Salles appelle l'attention de M. le ministre du travail, de l'emploi et de la santé sur la présence de sels de bore dans le vaccin Gardasil.

Depuis le 6 novembre 2008, les sels de bore sont classés par la réglementation européenne comme toxiques. Les emballages des produits en comprenant doivent d'ailleurs porter à cet effet un logo à
tête de mort avec les deux indications suivantes : R60 (peut altérer la fertilité) et R61 (risque pendant la grossesse d'effets néfastes pour l'enfant).

Malgré ces contre-indications, le conservateur contenu dans le vaccin Gardasil, vivement recommandé par nos autorités sanitaires pour la protection contre l'infection du col de l'utérus par les
papillomavirus, est le borax (borate de sodium). Un tel conservateur dans les vaccins contre les infections du col de l'utérus est d'autant plus inquiétant au regard des études cliniques préalables
à la mise sur le marché.

Cinq femmes tombées enceintes 30 jours après leur vaccination ont eu des bébés anormaux comme le rapporte l'avis du CTV et du CSHPF relatif à la vaccination contre les papillomavirus humains.

M. Rudy Salles tient ici à rappeler à M. le Ministre le cas du Distilbène, médicament donné aux femmes enceintes pour éviter les fausses couches, qui ont été atteintes par la suite de cancers des
voies génitales. Ces anomalies sont d'ailleurs toujours observables chez les enfants des femmes traitées ainsi que chez leur propres enfants et donc à la troisième génération. Il souhaite donc
l'interroger sur les actions qu'il compte mettre en oeuvre pour éviter qu'avec le vaccin Gardasil un scénario comparable à celui du Distilbène ne se produise.

http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-127937QE.htm

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA