Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2010 6 02 /10 /octobre /2010 21:51

"Il n'y a pas de raison de croire que le vaccin soit capable de prévenir ou de diminuer la grippe et ses complications. Ceux qui fabriquent ce vaccin savent qu'il ne sert à rien mais ils continuent à le vendre quand même."

Dr Anthony Morris (ancien chef du Contrôle des vaccins auprès de la FDA)

 

Plusieurs publications sérieuses évoquent l'inefficacité d'une telle vaccination. Mais cela n'empêche pas les autorités d'affirmer de façon dogmatique et anti-scientifique que "la vaccination est le seul moyen efficace de protection."

 

Mais on pourrait aussi rappeler que les Drs Snacken et Van Ranst osaient prétendre en 2005 "cette vaccination ne présente que des avantages pour notre pays."

 

Les officiels et les médecins hygiénistes persuadés de cette croyance sans véritable fondement insistent sur la notion d'"altruisme" en espérant ainsi que plus de gens cèderont aux sirènes de la vaccination. Tout cela n'est en fait que pure manipulation.

 

Car ces gens font croire à un faux consensus qui n'a JAMAIS existé au sein du monde scientifique sur cette question.

 

Par exemple, ils oublient de dire aux patients et à la population en générale qu'aux Etats-Unis, la couverture vaccinale contre la grippe est passée de 15% à 1980 à 65% de nos jours (soit une hausse de 50%), sans que cela n'engendre pour autant la moindre baisse des décès ou des complications liées à la grippe!

 

Taux mortalité grippe USA

 

 Les officiels aux Etats-Unis ont recommandé pour la saison grippale 2010-2011 que "TOUTES les personnes âgées de 6 mois au moins devraient recevoir la vaccination annuelle pour la saison 2010-2011 de la grippe."

 

Cela implique donc aussi les enfants.  Pourtant, il se trouve que les faits sont là, implacables et que depuis la vaccination systématique anti-grippale imposée à tous les enfants de moins de 5 ans dans ce pays, le taux de mortalité lié à la grippe a littéralement explosé dans cette catégorie de la population comme le montre le graphique suivant:

 

Under-5-deaths.jpg

 

Efficacite-enfants.jpg

 

 

0% d'efficacité chez les enfants de moins de 2 ans et un effet péjoratif et exacerbateur sur la mortalité liée à la grippe chez les moins de 5 ans....N'importe quel scientifique honnête, n'importe quel politicien intègre devrait , par conséquent, s'élever avec force contre cette politique de l'entêtement anti-scientifique, c'est évident!

 

Sommes-nous mieux lottis en Belgique? Pas tant que ça puisque le Conseil Supérieur de la santé se montre extrêmement dictatorial dans son Guide des vaccinations (Conseil Supérieur de la Santé; Guide de vaccination, Bruxelles, 2009- N°8586):

 

"Les recommandations habituelles concernent les personnes âgées ainsi que les personnes à risque de complications. Les nouvelles recommandations insistent sur la nécessité de vacciner les personnes à partir de cinquante ans même si elles sont en bonne santé puisqu'une personne âgée sur trois ignore qu'elle est à risque. La mortalité liée à la grippe augmente sérieusement à partir de cet âge."

 

Les personnes dès 50 ans apprécieront d'être taxées de "sujets âgés" pour le plus grand bonheur de Big Pharma... En fait, c'est ici la très célèbre ficelle du Dr Knock qui est utilisée: "tout bien portant est un malade qui s'ignore". Qui tombera encore dans ce panneau?

 

Mais ce n'est pas tout, voici encore une Xième énormité du Conseil Supérieur de la santé dans ses "recommandations" aux allures d'"obligations":

 

"1. DOIVENT IMPERATIVEMENT ETRE VACCINEES:

 

Les personnes à risque de complications, c'est à dire toute personne de 65 ans et plus, même en bonne santé et les personnes institutionnalisées, [...]."

 

Parmi les personnes institutionnalisées, on trouve des handicapés, des personnes atteintes de maladies neurologiques graves comme les patients Alzheimer ou ceux atteints de démence sénile, tous des groupes en somme qui n'ont, dans les faits, pas la capacité de décider en toute connaissance de cause s'ils veulent ou non courir ce risque de la vaccination anti-grippale pour un bénéfice proche de zéro %!

 

Car, des gens naïfs ou insuffisamment informés pourraient penser que si les membres du Conseil Supérieur de la Santé sont si insistants et si sûrs d'eux-mêmes, c'est qu'il n'existe pas de preuve solide que cette vaccination soit inefficace dans les groupes considérés....

 

Erreur! Voici un graphe élaboré à partir des résultats d'une étude de la très célèbre collaboration scientifique Cochrane qui démontre que la vaccination anti-grippale n'est pas ou très peu efficace chez LES SUJETS ÂGES ET LES GENS EN INSTITUTION!

Cherchez l'erreur...

 

Efficacite-gens-ages.jpg

 

A noter, cette Collaboration Cochrane, qualifiée de "nec plus ultra en matière épidémiologique" par l'expert en pharmacologie Dr Marc Girard, a analysé, pour arriver à ce type de conclusions,  pas moins de 64 études sur 40 années de pratique de la vaccination anti-grippale ce qui fait, en conséquence, que les afficionados de la vaccination à tout crins auront évidemment beaucoup de peine à balayer cela d'un simple revers de la main!

 

En fait, le business de la vaccination antigrippale est énorme et c'est cela et uniquement cela l'enjeu de tant de propagande en faveur d'un moyen de prévention aussi douteux.

 

Influenza Vaccine market

 

Face à ce véritable rouleau compresseur que constituent les moyens disproportionnés de Big Pharma pour désinformer, il ne reste hélas que trop peu de place pour un juste débat qui consisterait à discuter de: l'inefficacité de la vaccination anti-grippale, l'exagération artificielle des décès et des complications réellement attribuables à l'influenza (cfr analyse du Dr Tom Jefferson, et son exposé lors de l'audience du Conseil de l'Europe en janvier 2010) et l'occultation dramatique des effets secondaires de ces produits insuffisamment évalués.

 

Car tout citoyen a le droit de savoir, même si son médecin l'ignore ou feint de l'ignorer que: 

 

- La vaccination anti-grippale est très peu, voire pas du tout efficace.

 

- Même les fabricants de ce type de vaccins ont reconnu qu'il n'existe pas de corrélation entre le taux d'anticorps produits et le degré de "protection" conféré.

 

- La vaccination anti-grippale initiale génère une "empreinte immunitaire" prédominante qui rendra les autres vaccinations de moins en moins efficaces au fil du temps.

 

- La vaccination anti-grippale installe les patients dans une dépendance vis-à-vis du système médical avec l'engrenage que constitue la nécessité de rappels annuels.

 

- Bien que ne comportant la plupart du temps pas de virus vivant (hormis le Flumist nasal aux USA), la vaccination peut tout de même favoriser ou déclencher un syndrôme grippal ou pseudo grippal parce que toute vaccination a un effet immunosupresseur lequel, en affaiblissant nos défenses naturelles, peut nous rendre vulnérable à des infections que nous aurions pu juguler en temps normal (toutes les affirmations péremptoires comme quoi des sujets "malades comme des chiens" après vaccination anti-grippale ne le sont pas à cause du vaccin mais parce qu'ils ont attrapé "un autre virus" sont donc d'une absurdité et d'une mauvaise foi indicibles!)

 

- La vaccination anti-grippale contient de nombreux ingrédients toxiques comme le formaldéhyde qui est une substance notoirement cancérigène et dans la plupart des cas, le conservateur mercuriel thiomersal/thimérosal qui attaque le système nerveux et nuit aux fragiles équilibres physiologiques. L'effet de ces composants n'a d'ailleurs jamais été évalué sur le long terme.

 

- La vaccination anti-grippale peut constituer une pollution d'autant plus lourde que ses effets peuvent s'additionner à d'autres pollutions passées ou présentes comme celle occasionnée par les amalgames dentaires au mercure.

 

- La vaccination anti-grippale peut provoquer des pics d'hypertension (Dr Ronan Zolta, MD in "Natural Alternatives to Vaccination"), elle peut exacerber le diabète et l'asthme (Michel Georget dans "Vaccinations, les vérités indésirables", références scientifiques à l'appui.)

 

- La vaccination anti-grippale est liée à un risque accru de maladie d'Alzheimer. Certains scientifiques mettent en avant le rôle des ARN double brins utilisés dans certains vaccins anti-grippaux qui perturbent les gènes et le fonctionnement normal des neurones, d'autres incriminent davantage le mercure, présent sous forme de thiomersal. Pour le Pr Fudenberg, neuro-immunologiste américain, une personne qui reçoit 5 injections anti-grippales annuelles successives voit déjà son risque de maladie d'Alzheimer multiplié par 10!

 

- Il n'existe aucune donnée sérieuse d'évaluation des effets de cette vaccination chez la femme enceinte comme admis par les fabricants. Il ne peut donc être a priori exclu qu'une telle vaccination puisse être source de complications chez la mère comme chez le foetus (fausse couche, malformations etc). Etant donné qu'il n'existe aucun seuil sûr de mercure, on voit mal comment, par l'intermédiaire du placenta qui peut pourtant se comporter comme une "éponge", le bébé ne pourrait pas subir la toxicité du redoutable poison mercuriel, même à ces dosages, sans parler des autres sources additionnelles de contaminations au mercure de la mère (poisson, amalgames dentaires au mercure etc)

 

- Le rapport coût/bénéfices de la vaccination anti-grippale ne s'est pas révélé favorable dans l'enquête menée par la Caisse Primaire d'Assurance Maladie (CPAM) de Nantes, en 1993 puisque dans celle-ci, les patients vaccinés étaient plus touchés par la grippe que les non vaccinés et qui plus est, consommaient davantage en soins de santé dans une même période donnée que les non vaccinés.

 

 

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Efficacité des vaccins
commenter cet article

commentaires

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA