Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 15:15

Alors que l'OMS avait déjà modifié ses critères de définition d'une pandémie au printemps 2009, très peu de temps avant l'annonce de l'émergence du virus H1N1, voici qu'à présent, elle remet le couvert!!

 

OMS-1.jpg

 

En 2009, l'OMS avait en fait supprimé la notion de mortalité (nécessité d'un grand nombre de morts) pour pouvoir enclencher l'alerte pandémique maximale, qui conditionne en fait le début de la production de vaccins. Cette modification des critères avait donc permis aux fabricants de vaccins de s'enrichir de façon scandaleuse avec la vente de vaccins expérimentaux contre une grippe H1N1 qui faisait pourtant très peu de morts et qui était même plus bénigne que la traditionnelle grippe saisonnière.

 

Voici à présent ce qui est annoncé dans la presse, y compris médicale (ici, dans le Quotidien du Médecin):

 

Pandémie grippale: l'OMS simplifie son système d'alerte

 

12 juin 2013

 

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) vient de publier un nouveau système d’alerte et de gestion du risque de pandémie grippale. Le nouveau document intitulé « Pandemic Influenza Risk Management » tire les leçons de la pandémie de grippe A(H1N1) de 2009 au cours de laquelle la gestion de l’OMS avait suscité de vives critiques. Il s’agit d’une version provisoire que les États pourront amender d’ici à fin août, avec la publication définitive au cours de cette année.

 

L’organisation rappelle que la pandémie grippale de 2009 a été la première du XXIe siècle et la première à bénéficier d’un système d’alerte international. « Les États membres se sont préparés à une pandémie de haute gravité et ont été incapables d’adapter leurs réponses nationales et locales à une épidémie de gravité moyenne », souligne l’OMS. La non prise en compte de la sévérité des épidémies avait été un des reproches adressés à l’OMS au cours de la crise de 2009. Le mode de communication également avait été un des points faibles du dispositif, ce qui avait exposé les ministres de la Santé à une certaine pression.

 

Quatre phases

 

Le nouveau dispositif « repose beaucoup plus sur le risque », a expliqué le Pr David Harper (OMS). Plus « flexible », il est conçu de telle sorte à être intégré aux systèmes de gestion des risques déjà en place dans les pays qui ont la possibilité d’évaluer eux-mêmes la situation et le risque au niveau national. En fonction de cette évaluation nationale qui devra tenir compte des estimations faites par l'OMS, les États pourront prendre les mesures nécessaires.

 

Quatre phases (interpandémie, alerte, pandémie, transition) sont prévues contre sept précédemment (la pandémie constituant la phase 6). Dans l’ancien système, la pandémie se caractérisait par l’observation d’une transmission interhumaine dans au moins deux pays d’une Région de l’OMS et de flambées dans au moins un pays d’une autre Région de l’OMS. Désormais, la pandémie correspond à « une période de propagation mondiale de la grippe humaine ». En cas de menace pandémique, le Secrétariat de l’OMS convoque un comité d’urgence d’experts qui fait des recommandations au patron de l’OMS, qui prend seul la décision finale.

 

continuum-phases-pandemiques-selon-OMS-.JPG

 

H7N9 et H5N1, la vigilance

 

Selon les nouvelles règles, l’OMS considère que le monde est en phase dite « d’alerte » pour les virus H7N9 et H5N1 de la grippe aviaire alors que dans l’ancienne nomenclature, il aurait été en phase 3. Cette phase qui correspond à l’identification d’une nouvelle souche chez l’homme implique une forte vigilance.

 

Elle précède la phase pandémique et se caractérise par une large diffusion de la nouvelle souche. Le passage d’une phase à l’autre peut être plus ou moins rapide en fonction du risque. Suit la phase de transition qui se caractérise par une désescalade progressive des mesures.

 

Dr LYDIA ARCHIMÈDE

 

Décryptage de cette information capitale pour tous les citoyens du monde :

 

- La première chose à comprendre, c’est que l’OMS a tiré les leçons du H1N1 au nom des fabricants qui la noyautent et pas dans l’intérêt réel des citoyens. Le but de ce nouveau changement de définition d’une pandémie n’est donc pas de mieux protéger les gens mais de maintenir la possibilité plus fréquente qu’avant pour les fabricants de vaccins de pouvoir passer à la caisse à la moindre occasion d’une nouvelle « pandémie. »

 

- La deuxième chose à noter, c’est que pour l’OMS, la « pandémie » de 2009 était une pandémie véritable et non une fausse pandémie. Ce point est particulièrement important car les spécialistes s’accordent à dire qu’il y a maximum 3 à 4 pandémies par siècle or donc seulement 4 ans après cette « pandémie » de 2009, nous sommes déjà aux portes d’une nouvelle (H7N9 ou autre) selon l’OMS…

 

- La troisième chose à voir c’est que le système va devenir moins précis, donc PLUS FLOU avec passage de 7 critères à 4, ce flou allant évidemment profiter aux fabricants de vaccins et d’antiviraux, bien davantage qu'à la sécurité réelle des citoyens. Au prétexte d’être basé sur « le risque », il sera en réalité plutôt basé sur « la possibilité d'un risque hypothétique » avec maintien quasi permanent des citoyens les plus crédules dans « la peur de la pandémie à venir » ! Finalement, la phase de transition se confondra tôt ou tard avec la phase d’ « interpandémie » et nous serons donc maintenus dans une sorte d'état d'alerte permanent pour le plus grand bonheur de Big Pharma et de ses investissements !

 

- La quatrième chose intéressante à déceler, c’est le glissement de critères généraux de pandémie vers le modèle de la propagation de virus grippaux en particulier, un glissement pour le moins troublant et énigmatique puisqu’en principe, au-delà de la fascination morbide et suspecte d’apprentis-sorciers pour ces virus aviaires, personne n’est censé savoir la nature exacte du germe d’une future pandémie, à moins bien sûr, de l'organiser soi-même!

 

- Le cinquième élément enfin, c’est le modus operandi opaque inchangé au niveau du fonctionnement de l’OMS. Celle-ci garde son influence dictatoriale puisque les Etats qui pourront soi-disant évaluer eux-mêmes le risque au niveau national  mais « devront tenir compte des estimations faites par l’OMS ». Et par ailleurs, la décision finale quant aux pandémies reste aux mains d’une seule personne, le directeur de l’OMS, qui continuera de se faire conseiller par le même genre de petit « comité d’experts», qui fut pourtant à la base de tout le fiasco et de tout le gaspillage inimaginables du H1N1 !

 

 

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans OMS
commenter cet article

commentaires

Docteur X 14/06/2013 00:06

Voilà que l'OMS nous fait la promotion de son nouveau bébé, le H7N9, et bien sûr du vaccin qui va avec.
Le fiasco de 2009 ne leur a pas suffi, voilà qu'ils remettent le couvert.
Bien sûr, le virus nouveau n'est qu'à peine nommé, mais cela fait un moment qu'on lui prépare sa couche: à se demander si autant de prévoyance n'implique pas l'élaboration de la nouvelle souche de
toutes pièces, partant du fait qu'on n'est jamais mieux servi que par soi-même.
Je serais curieux de voir si Marisol Touraine sera aussi nulle que la mère Bachelot sur ce coup.
Plus, ce n'est pas possible: elle avait cette année-là établi le record historique de la bêtise et de la corruption. Mais ce sont deux domaines où on ignore encore s'il y a des limites.
J'appelle ici à la vigilance, car le plan est clair: un jour ou l'autre, on décrétera une vaccination mondiale obligatoire, dans le but inavoué d'implanter dans chaque organisme humain une puce
RFID, gage d'un contrôle total sur chaque individu sur cette planète: je rappelle qu'avec cette puce (dont la taille est aujourd'hui inférieure au 1/10ème de millimètre), et avec la disparition
programmée de la monnaie en espèces, des chèques et des cartes de crédit, vous pourrez être privé de l'accès à vos comptes bancaires et de tout moyen de paiement sur un simple clic
informatique.
Ce sera évidemment la même chose sans la puce, le clic en moins.
La puce permettra également votre géolocalisation permanente, et de savoir si vous avez répondu à toutes vos obligations "légales", vaccinales en particulier (et 300 vaccins sont en cours
d'étude).
On sait déjà beaucoup de choses sur vous grâce aux étiquettes pucées des vêtements que vous achetez, et le suivi de vos acahats par carte bancaire. Là, chaque passage devant une borne révélera tout
de vous, en attendant votre traçage par satellite..
Oui, votre vigilance s'impose, plus encore après les récentes révélations concernant les méthodes de la NSA, et vous devez vous préparer soit à la résignation, soit à la lutte.
Serez-vous des moutons, ou des lions prêts à rugir et à vous battre? Votre première révolte sera bien sûr de refuser ce vaccin qui s'annonce, dont on sait pas encore s'il sera plus inutile ou plus
dangereux.
Je tente une publication sur Agoravox, sans grand espoir: là aussi, les chiens de garde sont bien en place.

Bernard Guennebaud 13/06/2013 20:08

Le critère numéro un d'un virus pandémique est sa capacité à éliminer ses concurrents. C'est ce critère qui fut avancé par nos meilleurs spécialistes de la grippe (du moins les plus en vue) :
ainsi, le virus H2N2 avait éliminé le H1N1 de 1918 au cours de la pandémie de 1957. Il fut lui-même éliminé en 1968 par le H3N2.

Question : le H1N1 2009 a-t-il éliminé les virus précédents, B et H3N2 notamment ? Et là on rigole puisque la saison 2010-2011 avait été dominée par le B (presque à égalité avec le H1N1) et qu'en
2011-2012 ce fut le H3N2 qui domina largement. Cette année 2012-2013 les 3 virus ont circulé, le type B étant légèrement majoritaire (selon le réseau GROG) [1].
Voir aussi mon article sur le sujet [2]

C'est très clair, selon les critères de nos meilleurs spécialistes de la grippe la grippe 2009 ne fut pas une pandémie.

[1] http://www.grog.org/cgi-files/db.cgi?action=bulletin_grog
[2] http://questionvaccins.canalblog.com/archives/2012/04/10/23978495.html

AUFFRET 13/06/2013 17:57

On appréciera le choix du terme "interpandémie"...
Tout bien-portant est un malade qui s'ignore!
La santé est un état précaire qui ne présage jamais rien de bon!

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA