Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 17:22

Ce n'est pas pour rien si le collectif Initiative Citoyenne a déjà demandé à maintes reprises la sortie de la Belgique de l'OMS, une institution opaque qui ne mérite plus jamais d'avoir notre confiance.

Outre le fait que les scandales de corruption ne sont pas du tout neufs au sein de cette agence mais qu'ils ont été dénoncés avec fracas depuis des années au sein des revues médicales les plus prestigieuses, l'attitude de l'OMS concernant le fiasco du H1N1 est des plus préoccupantes: d'abord le déni, ensuite le rejet de la faute sur internet avant de se métamorphoser en donneuse de leçons (qu'elle ne s'applique cependant jamais à elle-même!).

 

Le point sur ce scandale dont nous devons absolument tirer des leçons irréversibles.....

 

 

 

- L'OMS triche, c'est PROUVE! Elle a modifié sa définition de la "pandémie"  peu avant   l'annonce de l'existence d'une "pandémie" de H1N1...

 

 

 

 

Document fondamental, "OMS, tentative de réécrire l'histoire H1N1" où comment s'y est prise cette institution opaque pour modifier successivement ses définitions et trafiquer ses pages internet pour tenter de noyer le poisson: ICI

 

 

L'OMS prend vraiment les citoyens pour des imbéciles. Un exemple?

La directrice générale de l'OMS qui avouait, fin décembre, qu'elle ne s'était toujours pas vaccinée "parce qu'elle rentrait de vacances" et parce qu'elle ne savait pas où aller pour recevoir son injection! (elle allait demander à ses services  !!), voir ICI ou ICI.

 

Dans le même registre de la mauvaise foi, le porte-parole de l'OMS, Gregory Hartl avait prétendu que si les noms des experts du comité secret de l'OMS demeuraient cachés, c'était pour éviter.... qu'ils ne subissent des pressions! Cet argument n'avait guerre convaincu le British Medical Journal qui se demandait si cela signifiait que d'autres groupes dont la composition était rendue publique subissaient des pressions extérieures... Cfr ICI.

Evidemment, vu les énormes critiques que l'attitude de cette agence a suscitées dans le dossier du H1N1, celle-ci n'avait plus aucun autre choix que de déclarer la fin de la pandémie et finir par publier le nom de ses "experts" du fameux comité secret (dont 5 au moins ont des conflits d'intérêts manifestes avec Big Pharma et peut-être plus encore).

Ce n'était donc pas vraiment un choix de ses experts mais plutôt la seule stratégie possible de l'agence pour rester encore (combien de temps?) politiquement et médiatiquement EN VIE!

 

- L'OMS accuse Internet plutôt que d'assumer ses errances et son haut degré de corruption qui trompe de moins en moins de gens: ICI

 

 

- L'OMS dit, par la bouche de Margaret Chan, vouloir  "une évaluation franche, critique, transparente, crédible et indépendante de notre performance". Il faut dire que l'une de ses grandes "performances" a été de déclarer fin décembre 2009 soit plus de 6 mois après le déclenchement de la phase d'alerte maximale de pandémie qu'elle ne s'était pas encore faite vacciner car "elle ne savait pas où aller" pour ce faire!

 

 

- L'OMS continue de nier avoir été sous l'emprise des firmes pharlaceutiques sans complexes (!):  ICI

 

 

- "L'OMS, sous le feu des critiques pour sa gestion de la pandémie de H1N1", article du Monde, ICI

 

 

- L'OMS se fait donneuse de leçons en indiquant notamment dans son programme pour la bonne gouvernance dans le secteur pharmaceutique (datant de de février 2009 oui, vous avez bien lu!!) qu'"un manque de transparence et de fiabilité dans la chaîne des médicaments peut aussi contribuer à des pratiques non éthiques et à la corruption" et que " la corruption à de réels impacts sanitaires": ICI

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans OMS
commenter cet article

commentaires

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA