Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 21:56

Daniel-Floret.JPG

Le Pr Daniel Floret est pédiatre et président du Comité technique des vaccinations (CTV), en France. Il n'est pas exempt de conflits d'intérêts avec les fabricants de vaccins. Dans une émission de M6 relative au Gardasil, il avait refusé de répondre à la question d'une journaliste lui demandant d'expliquer pourquoi Xavier Bertrand s'était empressé de rembourser le vaccin Gardasil, avant même que le CTV ait rendu son avis. Dans la même émission, il reconnaissait implicitement le caractère expérimental du vaccin Gardasil (bien qu'estimant ce mot un peu trop fort), en défendant l'idée que si ce vaccin n'avait pas été aussi rapidement mis sur le marché et administré à des millions de femmes, "on n'aurait pas pu se rendre compte" de ce qui se passe.

 

Tout dernièrement, et dans le contexte du cas de la petite Luna, exclue de l'école et dont les parents refusent qu'on leur force la main avec le vaccin tétravalent (alors que seul le DTP est obligatoire), le Pr Floret a déclaré aux journalistes du Figaro, avec une légèreté tout à fait indécente que «si le vaccin contre le DTP Coqueluche, qui a une couverture vaccinale d'environ 98% en France, était dangereux, cela se saurait». «Il y a effectivement quelques effets secondaires possibles, comme de la fièvre ou des convulsions, précise-t-il, mais finalement, rien de grave

 

En France, la justice a donné raison, 17 ans plus tard, à une jeune fille, laissée handicapée à 95% par le vaccin Pentacoq (qui ne contient jamais qu'une valence de plus que le vaccin tétravalent). Elle a condamné l'Etat à lui verser à elle et à sa famille 3 millions d'euros, qui ne permettront cependant jamais hélas de lui restituer sa santé volée à jamais par ce vaccin. Mais à part cela, si c'était dangereux, ça se saurait selon Floret??

 

Non seulement les convulsions ne sont pas du tout un effet anodin mais peuvent au contraire signer un dommage neurologique grave et irréversible, mais en outre, il convient de remarquer que c'est tout à fait le même discours rassurant qui est tenu aux parents sur les autres vaccins pédiatriques en général, comme par exemple les vaccins Prevenar et Infanrix Hexa qui s'avèrent en réalité, selon des documents confidentiels accablants publiés sur ce site et communiqués aux médias, nettement moins sûrs qu'on le dit. En effet, alors qu'en Belgique, une instance officielle comme l'ONE (Office de la Naissance et de l'Enfance) a toujours affirmé que les vaccins combinés ne présentaient pas plus de risques et qu'ils contribuaient au "confort de l'enfant", il s'avère au contraire que la co-administration des vaccins combinés Infanrix hexa et Prevenar est associée à un risque 3 fois plus grand d'effets secondaires neurologiques.

 

Lorsqu'on épluche le document confidentiel sur le vaccin Infanrix hexa, on se rend compte que loin des quelques effets secondaires bénins qu'on se contente d'évoquer aux parents avant la vaccination (fièvre, douleur, rougeur au point d'injection), ce produit est associé à 825 effets secondaires différents listés par le fabricant dont plusieurs sont gravissimes et même parfois mortels. Parmi ces effets, on retrouve le diabète, l'épilepsie, l'autisme, la mort subite du nourrisson, le syndrome de l'enfant maltraité/violenté et bien d'autres horreurs encore.

 

Il est illusoire de penser que le vaccin tétravalent est tellement plus sûr que ne le serait l'Infanrix hexa ou le Prevenar. Et si ces documents confidentiels accablants existent pour l'Infanrix hexa et le Prevenar, il est tout à fait évident qu'ils existent aussi pour les vaccins tétravalents que Floret prétend si sûrs!

 

Bien entendu, comme les officiels sont ainsi mis à nu dans leur manque total de transparence et de respect vis-à-vis des gens, il leur est nettement plus facile de tout inverser, et de prétendre que ce sont des groupes comme le nôtre qui sèmont la peur. La réalité est hélas toute autre puisque la peur a été semée en amont par les officiels pour promouvoir l'idée de vaccination. Tandis que les fabricants de vaccins ont encore des tas de candidats-vaccins dans leurs tiroirs et que les autorités les considèrent comme "leurs partenaires naturels", il est logique que les autorités s'entêtent dans leur habituelle attitude de déni et de minimisation des effets secondaires vaccinaux, exactement comme l'ont aussi révélé des documents britanniques secrets.

 

Dans ces conditions, utiliser la formule volontairement naïve "si c'était vrai, cela se saurait", semble être un indicateur d'une mauvaise foi préoccupante pour la santé publique. Car ces gens savent mais se taisent. Ils mentent à tort et à travers, soit par omission, soit par déformation, comme l'ont montré les documents secrets britanniques. Tout est fait pour camoufler et taire au public les véritables risques. Et pendant que ces gens mentent, des enfants trinquent. Les vôtres, peut-être?

 

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Conflits d’intérêts -experts
commenter cet article

commentaires

Deborah 04/08/2015 08:48

Bonjour, le Pr Floret s'est exprimé justement dans mon émission Prévention Santé. Je vous rejoins totalement. Pour l'écouter http://www.prevention-sante.eu/medecine/la-vaccination-pour-ou-contre
Bonne continuation,

besson-leaud 06/06/2014 00:10

je suis un papa qui vaccine ses enfants...et qui soigne aussi les enfants! depuis la vaccination dans le territoire ou j'exerce, nous sommes passés d'une moyenne de 7,7 méningites à pneumocoque par
an avant la vaccination avec des décès et des complications neurologiques gravissimes à 1 en 2011, 0 en 2012 et 1 en 2013. je ne commenterai pas votre argumentaire inconsistant et complètement
décalé de la réalité qui est un discours très dangereux pour les personnes crédules. il existe parfois des effets secondaires sans gravité (j'en ai pas bien vu souvent et nous vaccinons tous les
jours). Evidemment que parmis tous les enfants vaccinés, certains développeront des maladies graves, des cancers, des épilepsies mais aussi des otites, des constipations, des éruptions cutanées
etc... Pour la petite histoire, je vis sur un petit territoire ou le Prevenar est recommendé et ou quasiment tous les autres vaccins sont obligatoires avec une très bonne acceptation de la
population. Le vaccin contre l'hépatite B est obligatoire à la naissance (nous sommes certainement des terroristes!) et tout ceci est assumé par les politiques , les médecins et tous les soignants
qui sont convaincus du bien fondé mais probablement sommes nous tous pourris, corrompus et blindés de conflits d'intérêt! Evidemment, comme on vaccine contre l'hépatite B à la naissance, nous ne
voyons pas ensuite de SEP ou autre maladies neurologiques dégénératives dans les semaines qui suivent la vaccination ...car ce n'est tout simplement pas l'âge d'apparition dee ces maladies qui
apparaissent surtout chez la jeune femme! Nous avons eu 0 cas de rougeole qui est une maladie qui peut être grâve parce que le vaccin est obligatoire chez nous et nous avons une très bonne
couverture vaccinale, contrairement en france (des milliers de cas et de nombreuses complications, eh oui, la rougeole n'est pas une maladie bénigne!).
voilà l'avis d'un médecin de terrain fier de vacciner ses enfants et les enfants des autres...mais je suis certainement corrompu à vos yeux au risque de mettre en danger mes enfants!

Initiative Citoyenne 06/06/2014 22:08



Vous avez une vision très étroite car vous ne prenez pas en compte tous les enfants qui ont pu être amochés par les vaccins (que les médecins l'admettent ou pas, pour toutes sortes de raisons).
Pourtant, ces documents confidentiels déjà mentionnés, mais bien d'autres existent, indiquent
clairement les risques et contredisent totalement votre déni ridicule (selon lequel les effets secondaires sont sans gravité). C'est vraiment du grand n'importe quoi et si ce que vous disiez
était vrai, 1. L'Etat américain n'aurait pas dû déjà débourser PLUS DE 3 MILLIARDS DE DOLLARS en indemnisation des victimes de vaccins depuis 1986 alors que 2/3 des plaintes sont rejetées
d'emblée (et que le maximum c'est 25 000 dollars par cas en cas de décès) et deuxio, la Cour Suprême de ce pays n'aurait pas eu besoin d'accorder une impunité juridique aux firmes pharmaceutiques
pour leur éviter de fermer leurs portes sous le poids des poursuites!


Le document confidentiel sur l'Infanrix hexa tel que publié sur notre site renvoie à plusieurs rapports de décès. Dans l'un d'eux, l'Agence italienne des Médicaments a elle-même admis un lien
très probable entre le décès et le vaccin donc votre discours ne tient pas, il s'agit d'un discours tout à fait idéologique, dangereux et antiscientifique. Dans votre propre littérature médicale
(Revue du Praticien, novembre 2011), il est rappelé que seuls 1 à 10% des effets secondaires GRAVES de vaccins sont effectivement répertoriés! Quels seraient alors les chiffres
d'indemnisation américains si on tenait compte de cette sous-estimation? On vous laisse deviner! Et les Etats-Unis, pays où on vaccine le plus sont aussi celui dans les pays occidentaux où les
taux de mortalité infantile sont parmi les plus élevés et la santé des enfants des plus mauvaises (près de 50% ont une maladie chronique, 21% ont des troubles neurodéveloppementaux etc) mais
nooon, surtout il ne faut jamais écorner l'image des bons vaccins à vous lire!


Que cela vous plaise ou non, la méthodologie d'évaluation des vaccins n'est pas scientifique, vous recommandez et injecter donc des vaccins expérimentaux sans le dire et sans le consentement des
gens ce qui est ILLEGAL. Vous n'avez aucune idée précise du véritable rapport bénéfices/risques ce qui est indéfendable et vous ne pouvez , c'est bien simple, disposer de ces données pour la
bonne et simple raison que:


1. la tolérance des vaccins n'est jamais évaluée contre placebo > biais d'interprétation majeur qui ne profite qu'aux pharmas et fait ainsi passer leurs produits comme + sûrs
qu'ils ne sont réellement (mais il s'agit juste d'"avoir la foi" comme vous pour ainsi décréter dans un esprit scientiste que l'on ne peut procéder à ces évaluations puisqu'avant même de l'avoir
vérifié et testé, on decrète ainsi qu'il serait non éthique de priver de grands groupes de vaccins vu que par définition/par dogme, ceux-ci sont forcément + positifs que négatifs!)


2. Les vaccins, contrairement aux autres médicaments et même aux cosmétiques (qui eux ne sont jamais obligatoires!) sont étrangement dispensés de tests destinés à évaluer leurs
potentiels cancérogène, mutagène et tératogène alors qu'ils contiennent pourtant plusieurs produits notoirement cancérigènes (dont le formaldéhyde qui a été classé cancérigène certain donc de
classe 1 par un organisme qui dépend de l'OMS) et que que l'OMS elle-même a admis dans son rapport n°747 sur l'acceptabilité des substrats cellulaires un risque de malignité lié aux vaccins
produits par génie génétique, dont le vaccin hépatite B. Donc vous recommandez et injecter AVEUGLEMENT un vaccin contre une maladie sexuellement
transmissible à de jeunes enfants qui n'ont à cet âge aucun risque, sans jamais savoir s'ils auront une vie à risque et donc le moindre bienfait possible de ce vaccin alors que vous pourriez fort
bien contribuer chez ces enfants, même sur le long terme, à leur déclencher un cancer qu'ils auraient très bien pu ne jamais avoir en l'absence d'une telle vaccination hasardeuse pouvant ainsi
très bien jouer un rôle de "goutte d'eau qui fait déborder le vase" dans notre univers toxique, sans que cela lui enlève une certaine responsabilité décisive indéniable! Il n'y a vraiment pas de
quoi être fier vous savez dans ces conditions... surtout que le vaccin hépatite B n'entraîne pas que des scléroses en plaques. Non seulement il existe un risque de sclérose en plaques (SEP) aussi
chez les enfants et qui est accru après cette vaccination (comme l'a démontré le neuropédiatre Pr Marc Tardieu mais tabou oblige, il avait été interdit de conférence de presse comme indiqué dans
Libération du 14 octobre 2008) mais en outre, le vaccin anti-hépatite B est responsable d'une des plus grandes séries d'effets secondaires de toute l'histoire française de la
pharmacovigilance selon le rapport Dartigues! Ajoutons aussi, comble des combles, que le vaccin anti-hépatite B détruit des cellules du foie
et accroît le risque de pathologie hépatique, vous parlez d'un cadeau fait à vos malheureux patients, tout ça parce que vous suivez docilement des recommandations générales avec un vernis
trompeur de scientificité!!


3. Les effets secondaires des vaccins sont évalués sur un laps de temps GROTESQUE et indigne d'une évaluation scientifique sérieuse. C'est à pleurer dans ces conditions que vous
semblez être fier de contribuer à pareille mascarade aussi tragique car non seulement ce laps de temps ridicule (quelques jours, tout au plus quelques semaines) est incompatible avec une
détection possible et sérieuse de maladies graves ou immunitaires susceptibles de prendre quelques semaines ou mois pour se manifester mais en outre, le vaccin anti-hépatite B Engerix n'a été
évalué au niveau de ses effets secondaires que sur ...4 jours comme il ressort de la notice du fabricant publié sur notre site. C'est donc très facile dans ces conditions d'affirmer
frauduleusement qu'il n'induirait aucun problème!


4. Les vaccins sont aussi dispensés d'analyses pharmacocinétiques contrairement aux autres médicaments donc personne n'a une idée précise de la diffusion exactes des
produits/composés du vaccin dans le corps, de leur métabolisation, de leur clearance ou persistance, du lieu et de la durée de cette stagnation etc. Vous naviguez donc à l'aveugle alors qu'il est
PROUVE qu'à chaque fois que vous inondez les corps d'enfants d'aluminium qu'une partie va se stocker dans leur cerveau sans plus jamais pouvoir en ressortir et que cela favorisera des maladies
graves, incurables et devenues nettement plus épidémiques que les maladies infectieuses ne l'ont jamais été, comme Parkinson, Alzheimer etc.


Si vous êtes dans ces conditions fier de vacciner alors que le Dr Saluzzo de Sanofi Pasteur et aussi consultant pour l'OMS qui en sait certainement plus que vous sur les vaccins admet pourtant
qu'ils ne savent même pas comment fonctionnent les vaccins et que le système immunitaire sur lequel ils interfèrent n'a pas encore été suffisamment étudié, c'est que vous faites aux enfants ce
que vous n'aimeriez absolument pas qu'on vous fasse à vous si vous étiez petit, vulnérable et dépendant d'adultes, tout simplement parce qu'aucun être rationnel ne peut souhaiter qu'on lui
injecte de façon irréversible des substances sans rien savoir du domino morbide qui peut en découler et alors que ces effets peuvent bouleverser toute une vie dans un contexte où il n'y aura de
toute façon qu'un déni et non la moindre personne officielle pour assumer ce geste...


Une enquête de l'INPES en 2005 parmi un
échantillon représentatif de 400 médecins généralistes et pédiatres français a montré que 58% d'entre eux se posent des questions sur l'utilité des vaccins faits aux enfants et 31% sur
leur sécurité. Ils ont osé dire cela car ils pouvaient répondre anonymement. Envers leur clientèle, c'est un autre discours, car oui, selon le rapport de la Cour
des Comptes d'octobre 2012 (cf. p. 114), la vaccination est un juteux business pour les médecins (sans compter ses suites en plus avec des complications d'où de nouvelles consultations mais
des médecins qui diront que c'est le hasard ou feront comme si de rien n'était): l'acte vaccinal représente au moins un tiers des revenus annuels des pédiatres et 12,6% en moyenne de ceux
des généralistes. Nous ne sommes plus dupes vous savez. Il fut un temps où il y avait des dizaines de milliers de cas de rougeole annuellement sans que cela fasse jamais les titres des
journaux. A cette époque, des professeurs non hostiles à la vaccination comme le Pr Bastin rappelaient à quel point la rougeole méritait (statistiquement car la vie est un risque) pleinement son
statut de maladie bénigne et mettait en garde contre le risque de généraliser inutilement une telle vaccination avec le risque de priver des générations entière d'une immunité durable à vie et de
risquer de déplacer l'âge de survenue de la maladie. Mais voilà, il y avait un vaccin à écouler, un de plus et il fallait donc faire peur! Par contre sur les innombrables risques, pas un mot,
même l'ex directrice du National Institute of Health des USA qui n'est pas hostile aux vaccins s'est dite à la télé profondément déçue de cette absence de Science qui refuse de prendre en compte
le lien entre autisme et vaccins qui est sérieux et non pas fantasque, écoutez-là donc...


http://www.youtube.com/watch?v=ymhVI_SQwU0



laurent besson-léaud 05/06/2014 01:13

Je découvre par hasard ce blog qui a d'ailleurs amené que très peu de commentaires...ce texte est sidérant et grâve. je n'aurai qu'une pensée pour tous ces enfants qui sont morts de méningites à
pneumocoque ou en ont gardés des séquelles neurologiques gravissimes et qui n'ont pas pu bénéficier du vaccin Prevenar. J'aurai également une pensée pour tous ces enfants hospitalés pour des
rougeoles graves et pour ces nourrissons morts de coqueluche sévère parce qu'ils n'ont pas eu la chance de recevoir ces vaccins à cause entre autre de propos mensongers diffusés sur la toile.
Un papa qui vaccine tous ses enfants...

Initiative Citoyenne 05/06/2014 19:15



Vos propos sont gratuits et totalement inconsistants. Si vous lisez bien l'article suivant, vous verrez ce que le Figaro avait publié à savoir
l'échec TOTAL de la vaccination Prevenar qui s'était déjà soldée par une HAUSSE DES MENINGITES A PNEUMOCOQUES après avoir vacciné 85% des enfants français, c'est donc dire si
vous avez encore largement besoin de vous informer (!!), voir ici: http://www.initiativecitoyenne.be/article-pneumocoques-l-echec-retentissant-de-la-vaccination-86420861.html 


Cette vaccination (la plus lucrative de toute l'histoire des pharmas non pas eu égard à son seul prix mais au business total mondial qu'elle rapporte) fut donc un échec mais en plus cela était
prévisible. Elle a donc augmenté la complication grave principale qu'elle était censée éviter! Au lieu d'en tirer les conclusions tirées du plus élémentaire bon sens, non, comme il fallait
préserver les profits des pharmas tout en rassurant à bon compte les parents trop crédules, une nouvelle version (Prevenar 13 au lieu de l'ancienne version à 7 souches) a été mise en douce sur le
marché et les officiels ont continué très hypocritement à la recommander alors que cela ne fera tout au plus que déplacer le problème dans le temps.


Permettez-nous aussi suite à votre commentaire de vous demander si vous aurez toutefois au moins l'équité dans ces conditions, et compte tenu de cette efficacité nulle et même négative, d'avoir
aussi une pensée pour tous ces enfants morts et rendus inutilement handicapés à vie suite à cette même vaccination?? Ici un bref échantillon:


http://www.initiativecitoyenne.be/article-le-vaccin-prevnar-est-il-un-vaccin-sur-et-sans-danger-77197345.html


En outre, la dangerosité de cette vaccination ne relève bien sûr pas que de témoignages dont certaines personnes crédules ou de mauvaise foi se plairont à dire qu'il s'agit forcément à chaque
fois de "malheureuses coïncidences", mais elle est aussi établie par les propres documents confidentiels des fabricants eux-mêmes ainsi que les données de leurs essais cliniques. Ainsi,
saviez-vous que les essais cliniques du Prevenar indiquent 3% d'effets secondaires GRAVES soit bien plus que le risque statistique de faire une complication grave naturelle après
des infections aux pneumocoques dont les manifestations les plus fréquentes peuvent être gênantes mais le plus souvent bénignes. De même, les documents confidentiels publiés sur notre site et qui
ont fuité de l'Agence Belge du Médicament font état d'un risque d'effets secondaires neurologiques 3X plus grand en cas d'administration simultanée du Prevenar et de l'Infanrix hexa comme
cela reste pourtant recommandé officiellement, preuve s'il en était encore besoin que les autorités préfèrent protéger les profits des pharmas que la santé et l'avenir des jeunes
(un rapport du Sénat français de 2007 est révélateur à ce sujet et parle des pharmas
comme étant les "partenaires naturels" de l'Etat):


http://www.initiativecitoyenne.be/article-prevenar-13-documents-confidentiels-accablants-113700156.html


La vaccination contre la coqueluche est peu efficace, de multiples données officielles le confirment. La vaccination cocon ne fonctionne pas non plus comme cela a été scientifiquement
prouvé.


Un vaccin comme l'Infanrix hexa ("6 en 1" dont coqueluche) est associé par son fabricant GSK, dans un document confidentiel, à une liste de + de 800
effets secondaires possibles susceptibles d'affecter tous les systèmes du corps dont autisme, diabète, épilepsie, mort subite du nourrisson et même "syndrome de l'enfant secoué" tant les dommages
neurologiques post-vaccinaux peuvent être graves et être assimilés à l'autopsie à des lésions dues à des mauvais traitements manuels... Mais pour tous ces milliers d'enfants inutilement
handicapés par tous ces cocktails vaccinaux, vous n'aurez sans doute guère la moindre pensée. Mais ça reste votre droit de préférer des mensonges qui vous rassurent à une vérité qui dérange.
C'est juste très triste pour vos enfants qui font ainsi les frais de votre peur et qui ne profiteront pas de la meilleure santé dont jouissent les enfants non vaccinés comparativement aux enfants
vaccinés, selon des études indépendantes convergentes (voir ici notamment)



Jacques Lefort 04/03/2013 09:05

y-aurait-il pas la possibilité de mettre cet individu en justice pour conflit d'intérêt et pour propos mensongers???

Initiative Citoyenne 05/03/2013 10:38



Ahhh, c'est vrai que cela serait une excellente chose, et totalement légitime bien sûr. Nous pensons que des parents d'enfants victimes de vaccins auraient les meilleures chances d'aboutir dans
une telle action car alors, leur intérêt à agir ne pourrait absolument pas être contesté (ce qui signifie en droit que la recevabilité est alors au moins assurée). Il y a sûrement des parents
d' enfants victimes du Tetravac ou Infanrix tetra qui pourraient et gagneraient à saisir la balle au bond car ces propos banalisent en fait un traitement inhumain et dégradant, celui
consistant à nier ou à minimiser des conséquences iatrogènes graves, ce qui contribue donc à faire passer ces victimes comme des affabulatrices!


Quand on sait que les parents d'une enfant handicapée à 95% ont dû lutter des années pour que le Conseil d'Etat finisse par reconnaître, après 17 ans de procédure, que le handicap était bien dû
au vaccin Pentacoq, on se rend compte à quel point les propos de ce Floret sont révoltants et tout à fait dangereux en termes de santé publique!


http://www.initiativecitoyenne.be/article-le-conseil-d-etat-reconnait-le-vaccin-pentacoq-responsable-d-un-handicap-a-95-chez-un-bebe-de-5-moi-104507012.html



                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA