Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 août 2015 3 05 /08 /août /2015 22:15

Le vaccin ROR a fait de mon enfant un autiste

 

Après avoir emmené son petit garçon de 18 mois en parfaite santé chez le pédiatre pour qu’il reçoive son vaccin ROR, la maman Gladys est rentrée chez elle avec un enfant dont la santé venait d’être endommagée par la vaccination. Le médecin lui a dit que les symptômes des dommages étaient « normaux », bien que son enfant devait plus tard recevoir le diagnostic d’autisme. La maman a pu aider son enfant avec une alimentation sans gluten et sans caséine, ainsi qu’en ayant recours à l’homéopathie. Veuillez s’il vous plaît avertir les parents que vous connaissez des dangers de la vaccination et contribuer à mettre fin aux vaccinations rendues obligatoires par le gouvernement.

 

Larry Cook, 15 juillet 2015

 

Bonjour, je m’appelle Gladys. Je voudrais partager l’histoire de mon petit garçon dont la santé a été endommagée par un vaccin. Tout a commencé par le fait que j’ai pensé bien faire en suivant le programme vaccinal, ne me doutant pas de ce qui pouvait se produire dans la suite. Je me suis donc présentée chez le médecin pour les vaccins de 18 mois. Avant de recevoir son vaccin ROR, mon petit était tout à fait normal, en bonne santé, enjoué, espiègle. Quand quelqu’un l’appelait pas son non, il se retournait et prononçait lui-même son nom. Il savait l’âge qu’il avait. Il disait régulièrement « Maman, Papa ». Après qu’il eût reçu le vaccin, j’ai remarqué que tout cela avait disparu. Il s’est replié sur lui-même et a commencé à régresser. C’était un enfant complètement différent. Il n’était plus du tout l’heureux petit garçon que j’avais connu. Plusieurs semaines après son vaccin ROR, j’ai pu observer qu’il avait des comportements différents qu’il n’avait jamais eus. Il ne savait plus comment jouer avec ses jouets habituels. Il s’en détournait et se contentait de rester tout le temps assis. Il pouvait ainsi rester assis sur le tapis pendant des heures. Si des enfants s’approchaient de lui, il ne les remarquait même pas, alors qu’ils étaient assis à côté de lui. Il n’a depuis, plus jamais dit le moindre mot.

 

Il ne savait plus son nom. Quand je lui demandais quel âge il avait, il ne savait plus. Comme je suis fort occupée, je me suis, pendant un certain temps, dit que c’était peut-être normal. Je l’ai malgré tout emmené chez le médecin en lui expliquant qu’il ne disait plus les mots qu’il prononçait habituellement. Il m’a répondu que c’était normal. Je l’ai cru, pensant qu’il devrait évoluer un certain temps et qu’il parlerait plus tard. Le fait est que la chose ne s’est pas produite. Son état s’est empiré, il a commencé à régresser, jusqu’à ce que des autres parents racontent à ma sœur que leur fils présentait le même comportement. Ma sœur m’a suggéré de faire des recherches. C’est ce que je fis. J’ai commencé à me documenter sur l’autisme parce que je ne savais pas vraiment de quoi il s’agissait. En découvrant la définition de l’autisme, je savais qu’il s’agissait bel et bien de ce dont mon fils souffrait, tout ce que faisait mon petit était décrit avec précision. Dans la suite je l’ai fait examiner et le diagnostic d’autisme est tombé quand il a eu 2 ans ½.

 

Larry : Parlez-nous un peu de votre ressenti face à tout cela.

 

Après que le diagnostic fut posé, j’ai commencé à chercher ce que nous pouvions faire en plus de ce qui nous avait été proposé. En fait, nous n’avons pas vraiment été aidés. Après nous avoir donné le diagnostic, nous avons été livrés à nous-mêmes. J’ai donc poursuivi les recherches. Malheureusement ce qui était proposé était au-dessus de nos moyens. Au début, la seule chose que nous avons pu faire, ce fut d’adopter une alimentation sans gluten et sans caséine. A peine avions-nous supprimé tout produit laitier que des changements apparaissaient déjà. Chaque fois qu’il reprenait du lait, il régressait à nouveau, il arrêtait de se déplacer. Nous nous sommes ensuite intéressés au gluten. Avec le gluten, il se réveillait à 2 heures du matin en grognant, se retournant et se retournant dans son lit. La suppression du gluten a mis fin à ce comportement. Après avoir commencé à détoxifier son corps, nous en sommes arrivés à un point où plus aucun progrès ne se produisit. Il était enfin OK.

 

C’est alors que j’ai commencé à m’intéresser aux médecines naturelles, ainsi qu’à l’homéopathie.. J’ai lu le livre « Autism Beyond Despair » (Autisme, au-delà du désespoir) dans lequel on parlait d’homéopathie. J’ai lu le livre, puis l’ai mis de côté, car il y avait toujours des questions d’argent en jeu. Nous ne pouvions pas nous permettre ces traitements. Mais quand je me suis rendue compte que mon petit ne progressait plus, nous avons changé notre fusil d’épaule. Nous avons commencé l’homéopathie. Après la première dose de son premier remède qui avait rapport avec la détoxification du ROR, nous avons entendu son premier mot ! Le second jour du traitement, il recommençait à être propre. Il reconnaissait de nouveau tous les mots. On aurait dit qu’il se les rappelait. C’était un peu comme si un épais brouillard avait jusqu’alors recouvert son esprit. Au fond, il n’avait rien oublié, il n’était tout simplement pas présent. Depuis lors, nous n’avons cessé de voir des améliorations. Il a été en traitement pendant environ 3 ans et il est tout à fait propre. Il parle à nouveau. Il est le petit garçon heureux que nous avions connu.

 

Je m’oppose fermement à la vaccination obligatoire, en tout premier lieu parce que ces lois vont à l’encontre de nos droits parentaux. En tant que parents, c’est à nous à décider de ce qui rentre dans le corps de nos enfants, quel traitement nous leur donnons. Ce n’est pas à l’état à prendre notre place. Je m’oppose à 100% à ces lois. Pourquoi ? Parce que j’ai vu mon petit régresser après un vaccin. Je n’ai même pas d’autre option possible. Il n’existe aucune chance que je le fasse encore jamais vacciner, non plus jamais. Si j’ai encore des enfants, plus jamais ils ne seront vaccinés, plus jamais

 

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques Rougeole
commenter cet article

commentaires

Médecin 17/10/2016 03:57

http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs286/fr/
On estime que 114 900 personnes, dont une majorité d’enfants de moins de 5 ans, sont mortes de la rougeole en 2014.

Neoplasme 26/06/2016 10:35

Je suis en train de changer d'opinion sur les anti-vaccins, avant je pensais que c'était un dogme qui tuait des gens et qu'il fallait absolument le combattre mais maintenant je me rends compte que ce sont d'abords et avant tout des serviteurs du darwinisme !
Grace à eux les gens les moins scientifiques, les plus crédules, les plus con pour être trivial (ou plutôt ceux qui ont des parents cons), on plus tendance à mourir avant de transmettre leurs gènes à leurs descendance.
Les anti-vaccins luttent pour l'amélioration de la race humaine !
HEIL ANTI-IMPFSTOFF !


Néoplasme, le cancer de la société.

anonyme 23/05/2016 13:45

http://www.allodocteurs.fr/se-soigner/vaccins/vaccin-de-la-rougeole-et-autisme-les-sequelles-d-039-une-fraude_15701.html

Fabrice 18/04/2016 22:56

Saviez-vous que 2 ans avant la parution de son article dans The Lancet, le Dr Andrew Bakefield avait été rémunéré par l'avocat Richard Barr pour attaquer les fabricants des vaccins ROR ?
435 643 livres sterling exactement.
Les travaux du journaliste Brian Deer a montré l'absence de preuve contre le ROR, le journal The Lancet a retiré son article après avoir appris les tristes conditions dans lesquelles les sujets de l'étude, des enfants, ont été traités (coloscopies, ponctions lombaires, repas barytés).
Aujourd'hui Bakefield a perdu son procès et vit exilé aux Etats-Unis, faisant le bonheur du lobby anti-vaccin.

Initiative Rationnelle 16/05/2016 17:34

Je vous rappelle que mon commentaire était double: "Parce ce que n'est pas éthique ET Il est possible de s'en passer."

Je vous ai décrit le principe d'une recherche permettant de mettre en évidence un éventuel lien, ce que vous réclamez. Ces études existent. Avez-vous un argument rationnel qui vous permette d'en ignorer les conclusions ?


"par cette seule pétition de principe, vous vous sortez vous-même tout seul du champ scientifique"

Indiquez moi ce que vous imaginez être une "pétition de principe" dans le cas présent, et je vous montrerai ou vous vous trompez.


"vous devez vous donner TOUS les moyens nécessaires et sérieux pour évaluer le rapport bénéfices/risques global des vaccins"

Puisque vous prononcez cette phrase, vous ne comprenez sans doute pas ce qu'impliquent les mots "nécessaires" et "sérieux".

Les résultats recherchés peuvent être obtenus d'une autre manière, comme je vous l'ai déjà dit. Le moyen que vous réclamez avec véhémence n'est donc pas nécessaire. Il est tout au plus utile, dans la mesure ou il donnerait des résultats d'une précision plus grande (Il pourrait répondre à la question "combien?"). Mais pour ce qui est de mettre un évidence un lien (répondre à la question "oui ou non"), la réponse existe déjà (c'est non).

À l'heure actuelle, en raison de ce très grand nombre d'études, si l'on cherche un lien sur une cause probable de l'autisme par le lait maternel ou l'homéopathie ou les rayons cosmiques ou les vaccins, ce seront les vaccins qui auront le moins de chances d'être en cause. Faut-il également militer pour envoyer un groupe d'enfants dans l'espace et tester la théorie des rayons cosmiques ? Non, parce que le danger est grand, parce qu'il existe des méthodes plus sûres pour le faire, et parce que rien pour l'instant ne permet de penser qu'il y a un lien. Ce ne serait pas sérieux.


"Même un enfant de 10 ans pourrait comprendre ça"

Peut-être devriez vous arrêter de prendre conseil en matière de médecine auprès d'un enfant de 10 ans.


"Affirmer comme un DOGME "cela n'est pas éthique""

Ce genre de décisions est l'aboutissement de processus rationnels qui sont le fruit de nombreux échanges et débats. Ces décisions peuvent être critiquées et ont souvent été revues, s'il se trouve que les arguments sont valides et convaincants.
Un dogme est figé et imperméable à la réalité. J'aurais plus d'arguments pour mettre en évidence votre dogme que vous n'en auriez à mon encontre.


"Triste vision de la "science" que vous défendez donc, c'est celle d'une science tristement prostituée aux intérêts marchands"

Il est toujours de bon ton de finir avec un argument vaguement complotiste.
Nous pourrons échanger à votre convenance sur le triste monde des pseudo-sciences nature new-age prostituées aux intérêts marchands.

Initiative Citoyenne 11/05/2016 16:48

C'est assez savoureux votre commentaire pour des gens se prétendant "rationnels" ou scientifiques de défendre la non réalisation de ces tests (donc de la vraie science) au motif que "ça ne serait pas éthique", car là par cette seule pétition de principe, vous vous sortez vous-même tout seul du champ scientifique. Pourquoi? Car pour pouvoir affirmer que cela "ne serait pas éthique", vous devez vous donner TOUS les moyens nécessaires et sérieux pour évaluer le rapport bénéfices/risques global des vaccins or cela implique de comparer à large échelle des groupes en ayant eu et des groupes n'en n'ayant pas du tout eu. Même un enfant de 10 ans pourrait comprendre ça. Affirmer comme un DOGME "cela n'est pas éthique", c'est comme le tyran qui tape du point sur la table en disant "les vaccins doivent être réalisés point barre et peu importe de la vraie science! Triste vision de la "science" que vous défendez donc, c'est celle d'une science tristement prostituée aux intérêts marchands...

Initiative Rationnelle 10/05/2016 16:19

"pourquoi ne pas oser comparer des vaccinés à des non vaccinés (0 vaccins)?"

Parce ce que n'est pas éthique ET Il est possible de s'en passer.

Disons que dans un monde ou tout le monde fume, on voudrait évaluer la nocivité d'une nouvelle cigarette mise sur le marché. On comparerait donc un groupe d'individus témoins (qui fument 4 cigarettes par jour) à un groupe d'individus test (qui fument leurs 4 cigarettes par jour, plus la nouvelle cigarette à tester). Même dans ce cas, les études montreront une augmentation du nombre de cancers dans le groupe test.


"La réalité est qu'en comparant les vaccinés et les non vaccinés, la différence dans l'incidence d'autisme (comme pour bien d'autres maladies) est énorme, très significative"

Pourriez-vous appuyer votre opinion par des faits concrets ?
Vous trouverez ici les études qui vous contredisent en indiquant l'absence de différence dans les taux d'autisme après l'introduction ou la mise à l'écart d'un nouveau vaccin.

https://initiativerationnelle.wordpress.com/2016/05/09/vaccins-et-autisme-un-examen-approfondi-des-preuves/

Fabrice 19/04/2016 22:05

Bonsoir,

Le témoignage d'Eisenstein manque à mon avis d'intérêt. Il avance des chiffres sans aucune argumentation et diffame ses confrères "tout les médecins des Etats-Unis ont commis des actes aussi odieux que les nazis".

L'article du Chicago Tribune est en revanche beaucoup plus instructif sur le personnage du Dr Mayer Eisenstein
http://www.chicagotribune.com/news/chi-autism-doctor-eisenstein-may22-story.html
D'après cette source, Eisenstein revendait illégalement des complémentaires santé via une société immatriculée dans les îles vierges britanniques. Il a été l'objet de 19 procès pour faute professionnelle, certains ayant entrainer la mort du patient. Pour éviter de verser plusieurs millions de dommages et intérêts aux familles des victimes, Eisenstein a placé sa société Homebirth sous le régime des faillites avant d'ouvrir... son centre de traitement de l'autisme, orienté anti-vaccin.

C'est là que ça devient intéressant... on apprend que les pratiques alternatives d'Eisenstein dans le traitement de l'autisme consistent à injecter du Lupron, molécule utilisée habituellement pour la castrations chimique de délinquants sexuels. La traitement est facturé 6000 $/mois aux familles.

Cet élément me permet d'établir le lien avec la vidéo de Gladys produite par Larry Cook. Celle-ci nous apprend que la suppression du lait, puis du gluten dans le régime alimentaire de son fils donne des améliorations. Elle se met ensuite aux médecines douces comme l'homéopathie. Puis achète ensuite le bouquin de Smits, mais le traitement recommandé est hors de prix (contrairement à ce qu'annonce la couverture de l'ouvrage il ne s'agit plus d'homéopathie). Voyant les progrès de son fils stagner, elle achète le remède magique et là miracle, son fils recouvre la parole dès le 2e jour de traitement : alléluia.

Qu'en est-il du traitement miraculeux vendu à prix d'or : un tube d'arnica à 3€ ou du Lupron à 6000$ ???

Initiative Citoyenne 19/04/2016 20:06

Le témoignage du Dr Eisenstein (mais il y en a d'autres) est intéressant, voilà quelqu'un qui a une large expérience, qui a pu voir des milliers d'enfants non vaccinés au cours de 40 ans de carrière: http://www.whale.to/a/eisenstein_h.html
Cela ne vous satisfera pas. Pour nous, c'est un signal fort que la méthodologie des essais cliniques de vaccins devrait être d'urgence revue: pourquoi ne pas oser comparer des vaccinés à des non vaccinés (0 vaccins)? Noon, on dira "ce n'est pas éthique de priver quiconque de vaccins" mais ça, c'est dogmatique, c'est un biais d'interprétation et ça revient à affirmer selon une pétition de principe ou un argument d'autorité irrationnel que les vaccins font par définition (= dogme, postulat), plus de bien que de tort!! La réalité est qu'en comparant les vaccinés et les non vaccinés, la différence dans l'incidence d'autisme (comme pour bien d'autres maladies) est énorme, très significative et qu'une science digne de ce nom ne peut pas ignorer ce fait important en prétendant qu'il n'a aucune importance....

CHERYL 11/03/2016 17:36

Je ne suis pas ni totalement pour, ni totalement contre les vaccins. MAIS CESSEZ DE LIER AUTISME ET VACCINS! C'est un hoax qui fait énormément de tord aux personnes ayant le syndrome de l'autisme. L'autisme se diagnostique en général vers les 2 ans, dans de nombreux cas, il peut être régressif (après avoir prononcé quelques mots, ils découvrent la vie sociale et se renferment). Dans leur détresse, certains parents font donc l'erreur de lier ce diagnostique avec les vaccins souvent inocculés vers les 18 mois. Mais LA PREUVE DE L'HOAX, c'est que l'autisme est un syndrome qui a été définit par Le docteur Leo Kanner en 1943, alors que le vaccin ROR incriminé ici a été inventé en… 1971! Aucun lien donc.

Initiative Rationnelle 17/05/2016 02:49

"il est grotesque de mettre ça sur le compte des diagnostics"

Le double standard est flagrant: Vous en appelez aux études quand les résultats vont dans votre sens, mais lorsque le résultat ne vous plait pas, vous décrétez que ces études sont grotesques.

À ce sujet, vous avez dit "La vaccination est la cause majeure des cas d'autisme régressif comme l'ont montré de nombreuses publications". Avez vous eu le temps de rechercher les références qui supporteraient vos affirmations ?


"où sont alors les innombrables autistes de plus de 20 ans? Soyons sérieux, il y a une différence énorme entre les incidences actuelles et les incidences dans les années 70-80"

Cette étude, par exemple, compare les méthodes de diagnostic actuelles avec les anciennes méthodes. Elle montre que des enfants qui aujourd'hui sont très clairement diagnostiqués comme autistes auraient dans le temps été diagnostiqués comme ayant un trouble du dévelopement du langage.
http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/j.1469-8749.2008.02057.x/full

Cette étude, a passé en revue tous les enfants nés au Danemark entre 1980 et 1991 (près de 700 000) et a constaté que le faible taux de l'époque était du à un déficit de diagnostic et a des différences dans les critères de diagnostic.
http://archpedi.jamanetwork.com/article.aspx?articleid=1919642


"plus rien ne nous étonne vraiment de la part de l'establishment médicovaccinaliste"

Quelle est votre théorie exactement ? Il y a complot des chercheurs qui mentent et traffiquent leurs résultats ? Comment faites-vous pour savoir qu'en réalité il n'y a pas un complot des médecins qui gonfflent artificiellement le nombre d'autistes déclarés ?

Initiative Citoyenne 11/05/2016 16:45

Votre blabla est stérile: les diagnostics n'ont pas à ce point changé en 5 à 10 ans, or la hausse continue. Dans de telles proportions, il est grotesque de mettre ça sur le compte des diagnostics: où sont alors les innombrables autistes de plus de 20 ans? Soyons sérieux, il y a une différence énorme entre les incidences actuelles et les incidences dans les années 70-80.... et le nier est profondément malhonnête mais plus rien ne nous étonne vraiment de la part de l'establishment médicovaccinaliste de toute façon.

Initiative Rationnelle 10/05/2016 15:47

"La vaccination est la cause majeure des cas d'autisme régressif comme l'ont montré de nombreuses publications"

Pourriez-vous nous donner un aperçu de ces nombreuses publications ?

Sur cette page, vous trouverez plusieurs études qui montrent que ce n'est pas le cas:
https://initiativerationnelle.wordpress.com/2016/05/09/vaccins-et-autisme-un-examen-approfondi-des-preuves/


"Ces hausses sont non explicables par des causes purement génétiques ou de "meilleurs diagnostics"."

Pourriez-vous appuyer votre opinion par des faits concrets ?

Sur la même page, vous trouverez les études qui indiquent que l’augmentation est largement (si ce n’est entièrement) due aux changements dans la manière dont l’autisme est diagnostiqué plutôt que dans une augmentation réelle du nombre de personne avec autisme.

Cependant, je suis tout à fait d'accord avec votre analyse: "c'est triste que vous affirmiez n'importe quoi de façon gratuite et sans source sérieuse en tout cas".

Fabrice 19/04/2016 00:22

Le but de l'ouvrage de Wakefield est de plaider la calomnie, un confrère du même bord est donc cité dans la préface en soutien : logique. Le Dailymail n'est pas une source fiable car tabloïd, sa ligne éditoriale se concentre sur le foot, la famille royale et les formes de Kim Kardashian : Guardian, Times ou Independent sont plus sérieux.

La Haute Cour de Justice britannique à effectivement réhabiliter Walker-Smith, ce à l'encontre de la décision initiale de l'ordre des médecins : elle valide donc de fait la culpabilité de Bakefield.

L'article de Simon mentionne la nomination de Davis, alors propriétaire du Lancet, au board de GSK. On comprend mieux pourquoi l'article est retiré... et ce conflit d'intérêt est du même ordre que la rémunération du Wakefield par Barr.

Wakefield qui a d'ailleurs prescrit son propre vaccin contre la rougeole... curieux pour celui qui cherche un lien présumé entre le virus de la rougeole présent à l'état vivant dans le ROR et l'autisme. La bataille pour les parts de marché entre les labos MSD et GSK pourraient expliquer les différentes alliances.

Quand au docteur Healy, elle "flirte avec le mouvement anti-vaccin" d'après ce blog
http://scienceblogs.com/insolence/2009/04/15/bernadine-healy-flirtin-with-the-antivac/

Comme Cheryl, je ne pense pas qu'un syndrome autistique puisse être "déclenché" par un tiers médicamenteux. A ce propos le diagnostic autistique est aujourd'hui difficile et retardé, notamment par le poids du lobby psychanalytique encore très présent, en France tout du moins, mais c'est un autre débat. Toutefois un diagnostic précoce et une prise en charge éducative adaptée réduit considérablement les troubles du comportement et améliore l'intégration.

Concernant la faible prévalence de l'autisme chez la population Amish, je souhaiterai un complément d'information (enfin quelque chose de sérieux, pas comme le dailymail).

Citoyen 09/04/2016 10:08

Cheryl Asperger ou sévère ?

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA