Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juin 2013 6 15 /06 /juin /2013 16:00

Le Ministère japonais de la Santé retire ses recommandations en faveur des vaccins contre le cancer du col de l’utérus 

 (aussi publié sur Agoravox)

 

15 juin 2013 

 

Association-japonaise--danger-vaccins-HPV.JPG

Mika Matsufuji, deuxième à partir de la droite, et d’autres membres du groupe citoyen “Zenkoku Shikyukeigan Vaccine Higaisha Renrakukai” lors d'une conférence de presse le 25 mars dernier à Tokyo sur les effets secondaires des vaccins HPV. (Asahi Shimbun file photo)

 

 

Le Ministre de la Santé japonais a décidé le 14 juin de retirer ses recommandations en faveur de la vaccination destinée à protéger les jeunes filles contre le cancer du col de l’utérus, suite à des centaines de plaintes concernant les possibles effets secondaires, incluant des douleurs et des phénomènes chroniques d’engourdissements et d’insensibilité.

 

Le Ministère de la Santé, du travail et du bien-être ne suspend pas l’usage de la vaccination, mais a donné l’instruction aux gouvernements locaux de ne plus promouvoir l’usage de ces vaccins, bien que des études soient en cours sur le sujet.

 

« La décision (de ne plus recommander cette vaccination) ne signifie pas que le vaccin lui-même soit problématique du point de vue de sa sécurité » a déclaré Mariko Momoi, Vice-Président de l’Université Internationale de la Santé et du Bien-Etre, qui dirige un groupe de travail du Ministère sur la question. « En s’engageant dans des investigations, nous voulons fournir une information qui pourra permettre aux gens d’être plus à l’aise.»

 

C’est rare pour un Ministre de la Santé de retirer une recommandation pour un vaccin qui est utilisé en routine par les gouvernements locaux et qui est pourtant mentionné dans une loi.

 

Les filles peuvent encore recevoir cette vaccination gratuitement, bien que les institutions médicales doivent à présent les informer au préalable que le Ministère ne la recommande plus.

 

Le programme de vaccination contre le cancer du col de l’utérus subsidié par le gouvernement avait commencé en 2010. La vaccination commença a être utilisée en routine en avril de cette année, après la révision de la loi sur les Vaccinations Préventives.

 

Les jeunes filles visées par cette vaccination avaient entre 12 et 16 ans d'âge.

 

A ce stade, on estime que 3,28 millions de jeunes filles ont déjà reçu cette vaccination. Cependant, 1968 cas d’effets secondaires possibles ont été rapportés, incluant diverses douleurs.

 

Le groupe de travail ministériel a débattu de 43 de ces cas. Cependant, une relation de cause à effet entre la vaccination, les douleurs et les phénomènes d’engourdissements n’a pas pu être établie, d’où que les membres du groupe de travail ont recommandé au Ministre de plus amples études.

 

Le 14 juin, le groupe de travail a conclu que le Ministre devrait retirer sa recommandation au sujet de ces vaccins, jusqu’à ce qu’il puisse au moins être en mesure de fournir une information appropriée sur la cause de ces douleurs et engourdissements.

 

L’investigation du Ministère prendra plusieurs mois. Il sera alors décidé au terme de celle-ci si la recommandation vaccinale doit être réinstaurée ou si, au contraire, le Ministère doit persister à ne plus la faire.

 

« Nous saluons cette décision de ne plus recommander cette vaccination. Il s'agit d'une étape importante » a déclaré Mika Matsufuji, présidente d’un groupe de parents qui estiment que leurs filles souffrent des effets secondaires de cette vaccination. « Les parents peuvent ainsi décider  si leurs enfants devraient recevoir ou non cette vaccination. »

 

Le risque de cancer du col de l’utérus augmente chez les femmes au cours de la vingtaine ou de la trentaine d’années. Environ 9000 personnes contractent l’infection aux HPV chaque année au Japon et environ 2700 en meurent annuellement.

 

L’Organisation Mondiale de la Santé recommande la vaccination qui est d’usage dans différents pays.

 

Source: The Asahi Shimbun

 

Le journal Japan Times apporte des renseignements complémentaires.

 

Selon celui-ci, les experts du Ministère ont déclaré sur base de 38 cas d'effets secondaires qu'une relation causale avec la vaccination ne pouvait pas être exclue. Au contraire, le panel a estimé qu'il y avait même une "forte possibilité" que la vaccination ait causé toutes sortes d'effets secondaires problématiques.

 

Selon un officiel, même si les gouvernements locaux vont probablement maintenir la gratuité de cette vaccination, il est certain que le taux de vaccination va rapidement baisser de façon importante suite à cette décision du Ministère.

 

Mika Matsufuji, 46 ans (au centre de la photo ci-dessous), représente une association de parents d'enfants victimes. Elle estime qu' "il s'agit d'une étape importante". Sa fille ne sait plus marcher et se trouve en fauteuil roulant depuis sa vaccination avec le Cervarix en 2011.

 

maman-d-une-victime-japonaise-du-Cervarix.jpg

 

Mieux vaut tard que jamais! Mais comme le dit l’article, plus de 3 MILLIONS de jeunes filles ont donc déjà joué aux cobayes sans le savoir dans ce pays.

 

Ce qui est étrange, c’est que la vaccination reste gratuite dans ce pays, sans doute pressions internationales obligent…. (OMS et compagnie !).

 

Il est bon de rappeler aussi que ce Ministre ne fait qu’imiter avec 5 ans de retard la décision de la Ministre Autrichienne de la Santé de l’époque, le Dr Andrea Kdolsky, qui avait pour sa part décidé de façon pertinente et cohérente de cesser définitivement de recommander ces vaccins, mais aussi de cesser de les rembourser !

 

Que va faire la presse européenne de cette information ? Et les parlementaires ? Combien d’autres victimes inutiles doivent encore se faire connaître pour que cesse cette mascarade morbide qui se fait financièrement au détriment d’un outil beaucoup plus sûr et efficace qu’est le frottis de dépistage qui lui n’est toujours pas gratuit (contrairement au vaccin !) et auquel seules 60% des femmes concernées recourent ! Le frottis du col de l’utérus a permis à lui seul une réduction de 80% de la mortalité par ce type de cancer.

 

 

Voir aussi notre article plus complet publié sur AGORAVOX (ou ici, au format Word)

 

l'Article du Soir du 18 juin 2013 à ce sujet.

 

La réponse inconsistante de la Ministre Laanan sur cette décision japonaise


Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article

commentaires

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA